Le Bureau de projet Étude de cas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Bureau de projet Étude de cas"

Transcription

1 Le Bureau de projet Étude de cas Présentée à Monique Aubry dans le cadre du cours MGP 702E Bureaux de projet et performance organisationnelle Automne 2004 Université du Québec à Montréal Par Philippe Bélanger Éric Castonguay Lucie Lupien 2 décembre 2004

2 Le Bureau de projet Étude de cas i TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PARTIE 1 - SYNTHÈSE DES TEXTES ÉTUDIÉS DÉFINITION STRUCTURE ORGANISATIONNELLE ET NIVEAU D INTERVENTION MODÈLES RÔLES ET FONCTIONS PLAN D IMPLANTATION PERFORMANCE L ORGANISATION SELON MINTZBERG... 9 Les types de configurations... 9 PARTIE 2 DESCRIPTION DE L ORGANISATION CHOISIE ET DE SA GESTION DES PROJETS L ENTREPRISE - HISTOIRE, PRODUITS, SERVICES, TECHNOLOGIES ET MARCHÉS Structure organisationnelle Culture organisationnelle Type d organisation L UNITÉ DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (TI) Structure organisationnelle actuelle Type d organisation Modèle en place et niveau d intervention Rôles et fonctions Processus et méthodologies de gestion de projet Outils de gestion de projet Performance en gestion de projet PARTIE 3 ANALYSE DU BUREAU DE PROJET DE L UNITÉ DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXE 1 PLAN D IMPLANTATION D UN BUREAU DE PROJET EN REGARD DES FONCTIONS SELON KENDALL & ROLLINS ANNEXE 2 REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES DES SIX PARTIES DE L ORGANISATION DE MINTZBERG ANNEXE 3 LES MÉCANISMES DE COORDINATION SELON MINTZBERG ANNEXE 4 LES TYPES DE CONFIGURATION DES ORGANISATIONS SELON MINTZBERG ANNEXE 5 - HISTORIQUE DU BUREAU DE PROJET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (TI) ANNEXE 6 RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE NO ANNEXE 7 - RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE NO ANNEXE 8 - ANALYSE DE LA PLACE DU BUREAU DE PROJET SELON LES CONFIGURATIONS DES ORGANISATIONS DE MINTZBERG... 36

3 Le Bureau de projet Étude de cas 1 Introduction La présente étude de cas a pour but d évaluer le Bureau de projet d une organisation qui met en pratique la gestion par projet. La littérature scientifique sur les Bureaux de projet n est pas très abondante. Il existe cependant des consultants qui ont une large expérience en implantation et en gestion de Bureau de projet et qui ont choisi de publier leur expérience. Nous avons donc choisis trois d entre eux afin d apporter des points de vue différents sur ce sujet : Kendall & Rollins (2003), Crawford (2002) et Duggal (2001). Il faut cependant noter que le livre de Kendall & Rollins a apporté davantage d information que les deux autres articles puisque nous avons utilisé la presque totalité des chapitres qui traitent des Bureaux de projet. La base de l information de Kendall & Rollins a donc été nuancée par l approche différente des deux autres auteurs. Par ailleurs, pour ajouter un point de vue nouveau sur le sujet, nous avons analysé le Bureau de projet en nous appuyant sur un auteur qui observe les organisations et leur fonctionnement : Mintzberg (1998). Les concepts de ce dernier nous permettrons de situer l intervention et la contribution du Bureau de projet dans une organisation en partant de concepts qui diffèrent totalement de la gestion de projet et qui s appliquent généralement à l ensemble des activités d une organisation. L entreprise analysée œuvre dans le domaine des télécommunications et comporte plusieurs Bureaux de projet. En raison d un accès limité aux ressources et aux informations de l entreprise, nous nous sommes concentrés sur le Bureau de projet des Technologies de l information. Nous avons choisi de nous situer dans un contexte de «consultation» et de dégager de notre analyse des pistes de recommandations à l attention du vice-président de cette unité d affaires. Notre mandat se termine avec une proposition de plan d évolution pour le Bureau de projet des TI, comme le ferait une firme de consultants en implantation de Bureau de projet.

4 Le Bureau de projet Étude de cas 2 Partie 1 - Synthèse des textes étudiés 1. Définition Selon Crawford (2002), le Bureau de projet est un regroupement de gestionnaires de projets professionnels au service des besoins en gestion de projet de leur organisation. Pour l auteur, le Bureau de projet a aussi comme mission l excellence en gestion de projet dans l organisation. Le Bureau de projet est, selon Kendall et Rollins (2003) une constituante de l organisation avec une approche «orientée-client». Les clients du Bureau de projet sont en l occurrence ceux qui vont bénéficier de ses services de support. L objectif du Bureau de projet est de faire en sorte que les clients soient fortement incités à recourir à ses services. Duggal (2001) propose une nouvelle conception du Bureau de projet : le Bureau de projet innovateur. Ce dernier a comme objectif d atteindre un équilibre entre la rigueur et la flexibilité compte tenu du caractère changeant des projets et de l organisation. 2. Structure organisationnelle et niveau d intervention Crawford définit trois niveaux hiérarchiques où le Bureau de projet peut être présent : Bureau de suivi et contrôle d un projet (Project Control Office) Bureau de projet d unité d affaires (Business Unit Project Office) Bureau de projet stratégique (Strategic Project Office) À la question «Quel est le bon niveau hiérarchique pour le Bureau de projet d une organisation?», Crawford répond : «Cela dépend de l importance et la complexité de l organisation, de l interdépendance des projets entre les unités d affaires, de la disponibilité des ressources et des compétences des gestionnaires de projets». L auteur présente aussi des différentes structures organisationnelles et de l adéquation avec les caractéristiques d un projet. Le passage d une structure organisationnelle par fonctions à une structure orientée projet permet la mise en place de centres d expertise au service des projets ou des programmes. Ainsi, le gestionnaire fonctionnel voit son rôle de propriétaire des ressources transformé en fournisseurs de personnes ressources. Dans une structure organisationnelle orientée projets, l unité centrale, le noyau de cette structure, est le couple «équipe / projet» contrairement à la structure organisationnelle par fonctions dont l unité centrale est «l unité d affaires». Pour Kendall et Rollins, pour être une réussite, le Bureau de projet doit relever directement du président, sinon les choix seront toujours faits en fonction d une unité d affaires. Il doit «livrer» des résultats au cours des trois premiers mois de son existence, sinon il sera vite remis en question. Duggal ne mentionne pas de structure organisationnelle de Bureau de projet. Nous pouvons cependant dégager des notions que propose l auteur que le Bureau de projet peut être présent à tous les niveaux de l organisation dans la mesure où il respecte sa culture et qu il met l emphase sur les clients, le produit et les résultats.

5 Le Bureau de projet Étude de cas 3 3. Modèles Pour Kendall et Rollins, il existe deux modèles de Bureau de projet : Ceux liés au contrôle des coûts Ceux liés à la capacité de production Chacun d eux peut proposer quatre valeurs différentes : «Entrepôt de projets» (Repository) : source d information sur la méthodologie et les projets. «Entraîneur» (Coaching) : assure et coordonne le partage des connaissances sur les bonnes pratiques en gestion de projet. Il apporte de la valeur à court terme mais les ressources d «entraînement» coûtent cher et on remet souvent en question cette dépense. «Entreprise» (Enterprise) : n est pas lié au président de l entreprise. Mis en place pour gérer les environnements multi-projets. Aide à gérer le portefeuille des projets majeurs pour l organisation. Centralise la gestion de tous les projets par l entremise de gestionnaires du Bureau de projet. «Livrer maintenant» (Deliver now) : lié directement au président, ce Bureau de projet gère le portefeuille de projets en relation avec la stratégie d affaires. Modèle qui priorise les intérêts de l entreprise. Ce modèle prône la livraison des projets en utilisant les méthodes et techniques tout en considérant la gestion de projet comme un élément dans le portrait d ensemble. Fournit à la haute direction un statut sur l ensemble des projets du portefeuille (opportunités, menaces, risque, statut). Réalise les activités des trois premiers. Pour les auteurs, le responsable doit agencer le modèle du Bureau de projet avec le modèle de gestion de l organisation. Pour ce faire, il peut se poser les questions suivantes : Quels seront les clients du Bureau de projet? Quel est le niveau de maturité de l entreprise en gestion de projet? Les membres exécutifs de l entreprise fonctionnent-ils bien ensemble? Quelle est la plus grande difficulté de l entreprise? Le Bureau de projet sera-t-il capable de gérer les attentes de la direction? Le Bureau de projet pourra-t-il sauver les projets critiques pour l entreprise? Le Bureau de projet sera-t-il suffisamment financé et supporté par l exécutif de l entreprise afin de répondre aux opportunités et aux menaces? Quoique Crawford ne parle pas spécifiquement de modèle de Bureau de projet, dans un texte aussi court, nous pouvons extrapoler que sa structure à trois niveaux, mentionnée au point précédent, constitue ses modèles. Il semble que Crawford et Kendall & Rollins aient la même conception du modèle de Bureau de projet quant aux deux derniers niveaux : Entreprise Unité d affaire Livrer maintenant Stratégique Quant à Duggal, le «Bureau de projet innovateur» demeure, pour lui, le seul modèle valable. C est un Bureau de projet de la communauté collaborative. À notre avis, ce dernier s apparente au Bureau de projet stratégique des deux auteurs précédents. Le tableau suivant présente la différence entre un Bureau de projet traditionnel et le Bureau de projet innovateur proposé par Duggal :

6 Le Bureau de projet Étude de cas 4 Bureau de projet traditionnel Emphase sur la technique Application de la science de la GP L organisation est une «machine» complexe L accent est sur le suivi et le contrôle Développement des meilleures pratiques Les outils dictent la façon de faire L emphase est sur les processus internes Les processus guident l effort La méthodologie et les pratiques sont lourdes Il faut suivre les règles Pratiques définies, répétitives et optimisées L emphase est sur l efficacité Évitement ou diminution du risque Leadership directif (axé sur les processus) Bureau de projet innovateur Emphase sur la stratégie et la culture Application de l art de la GP L organisation est un système écologique complexe L accent est sur la stimulation et la consolidation Développement de pratiques innovatrices Les outils montrent la direction L emphase est sur le produit, le client et les résultats Le marché (business) guide l effort La méthodologie et les pratiques sont flexibles Il faut suivre les règles, mais improviser au besoin Pratiques innovatrices et gestion des connaissances L emphase est sur l innovation Gestion et acceptation du risque Leadership réfléchi (thought) Le Bureau de projet innovateur propose de mettre l accent sur les relations entre les parties prenantes et plus particulièrement avec les clients. L auteur mentionne que le Bureau de projet traditionnel a plutôt tendance à s appuyer sur des modèles de consultation et de support, suivi et contrôle, avec une variété de responsabilités et de niveaux d autorité. Du côté du Bureau de projet innovateur, le modèle s appuie plutôt sur le principe des communautés de pratique. 4. Rôles et fonctions Pour Kendall et Rollins, le Bureau de projet doit apporter à la haute direction l aide nécessaire pour exécuter la stratégie, en considérant l ensemble des projets de l entreprise et la contribution de chacun à cette stratégie. Sans cet apport à l entreprise, la valeur du Bureau de projet ne justifie pas son existence. Ainsi, la mise en place d un Bureau de projet qui ne contribue qu à instaurer des processus, n apporte pas de valeur à l entreprise. De plus, il ne doit pas être mis en place quand tout va mal. Ce type de démarrage risque de le mener à l échec. Les rôles du Bureau de projet sont de : Choisir la composition du portefeuille de projets qui répond le mieux à la stratégie de l entreprise Lier la stratégie de l entreprise à chacun des projets en cours et à venir Gérer le portefeuille de projets On doit pouvoir mesurer la performance du Bureau de projet afin d établir sa contribution à l atteinte de la stratégie de l entreprise. Afin de remplir ses nombreux rôles, les auteurs font mention des 13 fonctions suivantes complémentaires les unes aux autres : Assurer le cycle de vie le plus court possible pour chaque projet Faciliter le choix des meilleurs projets pour l organisation Développer et maintenir un tableau de bord des projets à haut niveau pour la haute direction, soutenu par des rapports de suivi sur chacun des projets Assurer le mentorat en gestion de projet Rendre disponible les outils en gestion de projet et les gérer

7 Le Bureau de projet Étude de cas 5 Rendre disponible un service d assistance en gestion de projet capable de répondre rapidement aux questions Mettre en place et communiquer la meilleure méthodologie pour assurer le succès des projets Assurer la prise de décision de la haute direction sur les priorités liées aux projets par la mise en place d un processus approprié Mettre en place un langage commun pour faciliter l établissement des priorités des projets Aider les projets en difficulté en identifiant les causes et les mesures correctives Former les gestionnaires de projets et assurer la reconnaissance de la profession dans l organisation Communiquer : faire connaître le Bureau de projet Archiver l information sur les projets surtout les leçons apprises et les forces de chacune des ressources Pour les auteurs, au départ, le Bureau de projet doit définir ses objectifs et les services à offrir. Le responsable doit identifier les rôles et responsabilités des membres de l équipe. Les auteurs mentionnent les neufs différents rôles suivants et leurs responsabilités respectives : Exécutif du PMO Rôle : Dirige le développement du Bureau de projet et de ses valeurs Responsabilités : Planifier et coordonner toutes les activités du Bureau et s assurer qu elles correspondent à la philosophie de l entreprise. Gestionnaire de portefeuille de projets Rôle : Dirige le développement des projets du portefeuille à tout point de vue et s assure d orienter les efforts vers les objectifs stratégiques. Responsabilités : Analyser le portefeuille de projets et présenter des recommandations aux décideurs. Assurer aussi le suivi des projets. Mentor en gestion de projet Rôle : Supporte les activités pour sauver un projet en difficulté et assiste les équipes pour accélérer l exécution et la livraison des projets. Responsabilités : Fourni du coaching et du mentorat pour la communauté de gestion de projet de l entreprise. Mentor des outils de gestion de projet Rôle : Fournir du mentorat et du coaching sur un point de vu technique de la gestion de projet. Responsabilités Assurer l intégrité de toute l information collectée sur les projets. Spécialiste du service d assistance Rôle : Supporte la communauté de gestion de projet dans leurs demandes d assistance. Responsabilités Répondre et suivre les demandes d assistance. Gestionnaire du portefolio des ressources Rôle : Gère le bassin des ressources de projet. Responsabilités Assurer une bonne et une utilisation stratégique des ressources de l entreprise. Spécialiste de la méthodologie Rôle : Travaille avec les équipes de projet pour l application de la méthodologie. Responsabilités Évaluer et améliorer l utilisation de la méthodologie des équipes de projet. Formateur en gestion de projet Rôle : Travaille avec les équipes de projet pour organiser et fournir la formation en gestion de projet. Responsabilités Enseigner les techniques et l art de la gestion de projet. Administrateur de données

8 Le Bureau de projet Étude de cas 6 Rôle : Responsabilités Élabore les planifications mensuelles des projets et produit les rapports. Analyser, revoir et rapporter l information des projets Pour Kendall et Rollins, à partir du moment où la contribution du Bureau de projet est connue, il devient plus aisé d identifier le profil des personnes qui en feront partie. Il faut noter que les auteurs suggèrent que les meilleurs outils à mettre en place dans un Bureau de projet dépendent de la maturité en gestion de projet de cette organisation et de l endossement de la haute direction envers les outils proposés. Les meilleurs outils sont ceux qui permettent de démarrer de manière simple et d évoluer avec l organisation. Les informations collectées par un outil de gestion de projet doivent aider à diagnostiquer les problèmes et à trouver les solutions adéquates. Ces données ne doivent pas amener à pointer les personnes fautives mais ils doivent plutôt permettre le Bureau de projet à aider les gestionnaires de projet à atteindre leur but. Pour Crawford, indépendamment du niveau hiérarchique du Bureau de projet, son rôle et ses principales fonctions demeurent les mêmes. Il identifie les fonctions suivantes au Bureau de projet : support aux projets, processus, standards et méthodologies, formation, consultation et mentorat, outils informatiques et gestionnaires de projets. Duggal, quant à lui, souligne la nature unique des projets qui requièrent une bonne dose de créativité et de flexibilité. Le rôle et les fonctions du Bureau de projet semble demeurer les mêmes que pour les deux autres auteurs, mais la flexibilité est nécessaire à la créativité inhérente à la réalisation des projets. Duggal suggère d adopter une approche favorisant un environnement collaboratif en ayant recours à des personnes, des processus et des outils qui enrichissent et font évoluer les pratiques de gestion de projets de l entreprise. 5. Plan d implantation Kendall et Rollins suggèrent un plan d implantation d un Bureau de projet sur deux ans. Ils nous mettent cependant en garde sur le temps requis pour implanter un Bureau de projet qui dépend largement du support de la haute direction, de l envergure des fonctions que l on veut lui donner et du degré de maturité en gestion de projet de l organisation. Les auteurs proposent une démarche en cinq étapes : Étape 1 - D abord faire le constat de la situation et proposer un plan d implantation et une proposition de valeur du Bureau de projet. Étape 2 - Le premier six mois : À ce stade, le Bureau de projet collecte les informations sur les projets et démarre la gestion du portefeuille de projets en optimisant le choix des projets. Étape 3 - Le deuxième six mois : Assurer l appropriation de la gestion du portefeuille de projet par l équipe de direction. Étape 4 - Le troisième six mois : La valeur apportée par le Bureau de projet doit pouvoir être démontrée, sinon il faut apporter les correctifs nécessaires. Étape 5 - Le quatrième six mois : Revoir la proposition de valeur du Bureau de projet pour chacun des intervenants (clients) du Bureau de projet. Planifier la proposition de valeur pour les deux prochaines années. L annexe 1 montre une représentation graphique du plan d implantation en regard des fonctions d un Bureau de projet selon les auteurs.

9 Le Bureau de projet Étude de cas 7 Les auteurs recommandent de tenir compte du contexte de l entreprise lors de la mise en place d un Bureau de projet. C est dans la culture de l entreprise que réside la première source de résistance au changement. Puisqu il est humainement naturel de résister au changement, les auteurs suggèrent d identifier les différentes sources de résistance au changement et de surmonter chacune d elles étape par étape. Ceci exigera une approche subtile et parfois indirecte pour tenir compte d un contexte où les niveaux de stress et d incertitude sont au plus haut. Il faut à tout prix éviter que le Bureau de projet soit perçu comme une figure d autorité ou une «police des processus» ce qui pourrait rendre plus difficile l obtention de l adhésion des employés. Kendall & Rollins recommandent aussi de cibler les unités d affaires en faveur de l implantation d un Bureau de projet et de les inclure tôt dans le plan de déploiement. Ceci aura pour effet de favoriser une perception positive auprès des unités d affaires démontrant une plus grande résistance. Au moment du déploiement d un Bureau de projet, quatre thèmes doivent demeurer présents tout au long du processus, il s agit de : Rechercher continuellement à accélérer la réalisation des projets Demeurer à l écoute des comportements des employés pour bénéficier des opportunités ou éviter les problèmes Réévaluer (qualité et quantité) le Bureau de projet tous les six mois Rechercher à implanter des outils et des processus qui supportent la gestion du portefeuille dans un seul environnement (banque de données) De plus, la démarche stratégique doit : Tenir compte de l environnement de travail Le Bureau de projet doit pouvoir identifier les facteurs de l environnement de travail qui pourront être avantageux ou non dans le processus d implantation. Viser la bonne cible Le plan de déploiement doit cibler plus particulièrement les unités d affaires ou les équipes de projet qui sont vitales pour l atteinte des objectifs stratégiques de l entreprise. Viser un retour sur l investissement dans le Bureau de projet L implantation d un Bureau de projet apportera une valeur ajoutée en raison de la visibilité du progrès généré par l amélioration du portefeuille de projets de l entreprise. La clé pour obtenir un retour sur investissement avec le Bureau de projet est de bien identifier la différence entre la situation actuelle de l organisation et la situation désirée. Le Bureau de projet devra aussi mettre l emphase sur la communication des résultats auprès des employés, des gestionnaires de projets et des dirigeants de l entreprise. Maintenir le cap sur la valeur du Bureau de projet L entreprise doit faire plus que bien gérer ses projets, elle doit aussi sélectionner les bons projets en fonction du marché et des besoins de sa clientèle. Le Bureau de projet permet de mettre en place les bons outils, les processus et les méthodes nécessaires pour bien gérer les projets, mais il peut aussi mettre en place une saine gestion du portefeuille de projets qui permettra à l entreprise d atteindre ses objectifs. Crawford ne parle pas de plan d implantation d un Bureau de projet. Quant à Duggal, il propose une implantation qui combine le tactique, le stratégique et le culturel toujours dans un esprit des communautés de pratique en gestion de projet.

10 Le Bureau de projet Étude de cas 8 6. Performance Suite à l implantation du Bureau de projet, Kendall et Rollins suggèrent de le situer dans un modèle de maturité afin de suivre son évolution au fil des années. Ils proposent les huit niveaux de maturité suivants : 1. Proposition de la valeur 2. Organisation du Bureau de projet 3. Livrer la valeur 4. Gestion du portefeuille 5. Engagement des intervenants 6. Engagement des équipes de projet 7. Livrer davantage de projets 8. Engagement de toute l organisation à livrer les résultats Quoique cette nomenclature soit différente du modèle du Software Engineering Institute (SEI) à cinq niveaux (initial, répétable, défini, géré, optimisé), duquel plusieurs modèles de maturité dans différentes disciplines se sont inspirés, nous croyons qu elle est plus riche et plus proche de la gestion de projet. Elle comporte donc une valeur ajoutée pour les professionnels en gestion de projet. Pour les auteurs, dans les Bureaux de projet, on retrouve trois mesures de la performance : le Bureau de projet lui-même, les équipes de projets et les exécutifs qui gèrent le projet. Dans ce contexte, le Bureau de projet présente des résultats et fait un suivi auprès des clients : De la réduction des cycles de projets Du nombre de projets complétés avec le même nombre de ressources De la réduction des coûts pour un nombre équivalent de projets réalisés Les auteurs suggèrent quelques outils afin de suivre et mesurer la performance du Bureau de projet : Pour atteindre les objectifs du projet, toutes les ressources doivent contribuer. Il est donc important de définir un incitatif commun ou individuel pour motiver les ressources et assurer une bonne performance dans le projet. Le rapport d avancement hebdomadaire permet de collecter l information sur chacun des projets et ainsi contribue à la production des informations de performance des projets. Les équipes doivent savoir que ce rapport est consulté afin d assurer l exactitude des informations. L organisation de réunions de révision et d avancement de projet : ce concept permet des rencontres régulières pour mettre l information à jour et faire ressortir les problèmes, s il y a lieux. Il est essentiel d exiger la participation de l exécutif de l organisation pour assurer le bon fonctionnement et la survie du Bureau de projet. L organisation de rencontres régulières permet de présenter le suivi de la performance du Bureau de projet. Crawford et Duggal ne font pas mention de la performance du Bureau de projet ou de la gestion de projet dans leurs articles.

11 Le Bureau de projet Étude de cas 9 7. L organisation selon Mintzberg Afin d élargir l analyse de la place du Bureau de projet dans une organisation, nous avons aussi mis à profit Mintzberg (1998). Ce dernier cerne les différents éléments d une organisation, ce qui nous permettra d analyser la place qu un Bureau de projet peut occuper selon ces différents paramètres. L auteur mentionne que le nombre de types d organisation est limité. «Les configurations sont, par essence, des systèmes dans lesquels il est plus important de considérer des réseaux d interrelations que de s attacher à une seule variable qui «expliquerait» les autres. Au lieu d essayer de tout bien faire, une organisation efficace doit être capable de s adapter, en se concentrant autour d un thème particulier et en combinant autour de ce dernier ses paramètres d une certaine façon. Finalement, les organisations changent, non pas en s adaptant continuellement et graduellement, au coup par coup, mais plutôt par des «sauts quantiques» d un type de configuration à l autre. C est ni plus ni moins que la «révolution stratégique».» 1 Mintzberg regroupe en six, les parties de l organisation : le centre opérationnel, le sommet stratégique, la ligne hiérarchique, la technostructure et l idéologie. L annexe 2 montre la représentation graphique de ces six parties de l organisation et la définition de chacune d elles. Toutes les personnes travaillent à l intérieur de l organisation pour prendre des décisions ou pour mettre en œuvre des actions. Ces individus sont des détenteurs d influence. En résumé, l organisation est un système à l intérieur duquel ses membres sont en lutte entre eux pour déterminer la répartition du pouvoir. Afin de mettre en œuvre les actions, les individus de l organisation utilisent six mécanismes de coordination interne : l ajustement mutuel, la supervision directe, la standardisation des procédés de travail, la standardisation des résultats, la standardisation des qualifications et du savoir et la standardisation des normes. L annexe 3 montre la représentation graphique que donne Mintzberg de ces six mécanismes. Nous y avons aussi ajouté la description qu il en donne. L auteur amène aussi les concepts de paramètres de conception organisationnelle qui détermine la division du travail et la réalisation de la coordination. Finalement il signale qu un certain nombre de facteurs de «contingence» ou de «situations» influencent le choix de ces paramètres de conception, tels la taille et l âge de l organisation, son système technique de production, la stabilité et la complexité de son système de pouvoir. Les types de configurations Mintzberg identifie de quelle manière les parties d une organisation, les mécanismes de conception, les paramètres et les facteurs de contingences se combinent, où, lorsque les conditions sont telles que l organisation est soumise à des forces de l une des six parties, elle adopte alors une forme de configuration donnée. Nous avons retenus quatre des six types de configuration, parce qu à notre avis, un Bureau de projet pourrait s y retrouver. Ces derniers sont : l organisation entrepreneuriale, l organisation mécaniste, l organisation professionnelle et l organisation innovatrice. L annexe 4 présente la définition de chacun des types de configuration ainsi que la représentation graphique que l auteur leur donne. 1 Mintzberg, p

12 Le Bureau de projet Étude de cas 10 Partie 2 Description de l organisation choisie et de sa gestion des projets 2 1. L entreprise - Histoire, produits, services, technologies et marchés L entreprise est un société jeune, née en 1995, lorsque Industrie Canada lui octroie une licence nationale de 30 MHz pour l exploitation d un réseau de Service de communication personnelle (SCP) basé sur la technologie numérique du service général de radiocommunication en mode paquet. L année suivante, l entreprise lance son service sans fils dans plusieurs grandes villes du Canada. Ce service propose des services de transmission de la voix et de messagerie texte. Sa formule est unique : aucun contrat à signer et la facturation est à la seconde. Cette formule distingue l entreprise de ses concurrents qui, eux, obligent le client à signer un contrat et le facturent à la minute. Le positionnement du produit est de projeté une image jeune, cool, urbaine et branchée. Les jeunes de 18 à 34 ans sont les clients ciblés. L entreprise offre un service d'itinérance internationale dans plus de 150 pays sur cinq continents. Elle procure actuellement ses services à plus de 1,2 millions d abonnés. La route de l entreprise est semée de plusieurs innovations en matière de services à sa clientèle. En 1997, afin d aller chercher le financement nécessaire à son expansion, elle devient une société ouverte en bourse. L entreprise mise aussi sur le développement d un réseau d accès fondé sur le protocole Internet. En 1999, elle crée une autre entreprise avec des partenaires. En 2001, elle devient le propriétaire unique de cette entité. Cette nouvelle entreprise a un double mandat : relier les Canadiens au moyen d'un réseau sans fil évolué haute vitesse à large bande et diriger l'élaboration de programmes d'apprentissage en ligne novateurs. En 2004, cette nouvelle entreprise Internet lance le premier réseau STM (systèmes de télécommunications multipoint) sans fil à large bande dans le Grand Nord canadien. L entreprise compte environ employés à travers le Canada (données de 2003). Environ d entre eux sont des agents au service à la clientèle. Structure organisationnelle L entreprise a la structure organisationnelle suivante : Président et chef de la direction Chef de la direction financière et trésorier Vice-président, Affaires juridiques et secrétaire adjoint Vice-président, Affaires réglementaires Président et chef de l'exploitation o o o o Chef de la direction informatique (TI) Vice-président, Marketing Vice-président, Services réseau Vice-président et contrôleur général 2 L information sur l entreprise est tirée du rapport annuel 2003 et celle de l unité d affaires des TI est tirée de la compréhension d un membre de l équipe qui agit comme conseiller en gestion de projet au sein des TI depuis janvier 2002.

13 Le Bureau de projet Étude de cas 11 o o Vice-président, Ressources humaines, Administration et projets spéciaux Vice-président, Ventes et distribution L entreprise a un Bureau de coordination des projets depuis novembre Quoique ce Bureau soit sous la responsabilité hiérarchique du Chef de la direction informatique, on lui a donné le mandat de coordonner l ensemble des projets qui concernent plus d une unité d affaires. Le responsable agit donc en lien direct avec le Président et chef de l exploitation. Il a formé un comité de révision des priorités et de «stage-gate». Ce comité est composé de tous les vice-présidents. L organisation a plusieurs chefs de projets qui oeuvrent dans les différentes unités d affaires. Par exemple, l unité d affaires «Marketing» a des chefs de projet sans avoir un Bureau de projet formel. L unité d affaires «Service réseau» a un Bureau de projet formel composé de chefs de projets. Finalement l unité d affaires «Technologies de l information» a un Bureau de projet composé d environ 25 chefs de projet. Ce dernier Bureau de projet sera analysé dans ce cas. Culture organisationnelle L entreprise véhicule cinq valeur auprès de ses employés : Engagement, ouverture, convivialité, expertise, adaptabilité. Ces valeurs sont communiquées et appliqués de manière concrète dans les actions de l entreprise. Par exemples, elle : Favorise le travail d équipe, comme source d inspiration et de motivation. Donne l autonomie à ses employés afin d amener la créativité. Favorise l esprit d'ouverture qui permet aux employés de rester toujours à l'affût de nouveaux développements. Offres à ses employés les possibilités de perfectionnement pour favoriser leur réussite et leur épanouissement professionnels. Propose un milieu de travail convivial où chacun trouve la place qui lui revient. Type d organisation Quoique, comme le mentionne Mintzberg (1998), toute entreprise ne se situe pas exactement dans un type pur d organisation, on peut affirmer que cette entreprise est une entreprise innovatrice. Mise à part les agents du Service à la clientèle, elle est composée de professionnels (ingénieur, informaticien, etc) qui s appuient sur l ajustement mutuel pour coordonner leur travail. 2. L unité des Technologies de l information (TI) Structure organisationnelle actuelle Le Chef de la direction informatique (TI) a formalisé la gestion des projets au sein de son équipe dès son arrivée en Depuis cette date, «les Bureau de projet» ont changés trois fois de configuration. 3 La dernière configuration, actuelle, est présentée au schéma ci-dessous. Afin de simplifier la présentation de cette structure organisationnelle, nous avons simplement présenté ici la place du gestionnaire du Bureau de gestion de projet, celle des gestionnaires de portefeuilles et la direction où est géré le processus de «stage- 3 L annexe 5 présente l historique «des Bureau de projet» au sein des TI, depuis cette date.

14 Le Bureau de projet Étude de cas 12 gate». Pour chacun des directeurs principaux d autres gestionnaires de 3 e niveaux existent mais ne sont pas représentés. En novembre 2004, 276 personnes travaillaient dans cette unité d affaires dont environ 176 permanents. La plupart des personnes sont des informaticiens ayant une formation de niveau universitaire. Structure organisationnelle des TI avec la représentation des fonctions liés au Bureau de projet virtuel Le Chef de la direction informatique a mis en place un processus de «stage-gate» et encouragé le maintient de la méthodologie de gestion de projet (DMR-Productivité +) déjà en place. Au début, certains groupes avaient la dénomination «Bureau de projet», mais cette appellation n est pas demeurée. Aujourd hui, on peut affirmer que le Bureau de projet est virtuel. D une part, la directrice responsable de l équipe de gestion de projet n a pas le titre de manière officielle. Cependant, plusieurs des fonctions que l on retrouve dans un Bureau de projet se retrouvent sous sa gouverne. Cette équipe est composée d environ 25 chefs de projet et d un coordonnateur aux projets. Ce dernier fait les suivis des déboursés liés aux projets, produit une consolidation des informations de planification et divers rapports liés aux projets. Depuis l automne 2003, un des chefs de projet agit comme conseiller en gestion de projet. Il documente les processus liés à la gestion de projet, forme les nouveaux chefs de projet sur les processus et la méthodologie et agit comme répondant de l équipe de gestion de projet sur le comité de travail de la méthodologie (DMR-P+). On lui a aussi donné la responsabilité d implanter un outil de gestion de projet d entreprise (Microsoft Enterprise Project Management). Il existe aussi d autre part, l équipe de planification et suivi budgétaire qui gère le processus de stage-gate qui a davantage de lien avec le suivi des budgets que le suivi des projets. Finalement, l équipe de gestion des portefeuilles de projet qui gèrent la relation avec chaque partenaire (autre vice-présidence) et le portefeuille de projet propre à chacun. 4 4 L annexe 6 fourni les réponses au questionnaire no 1, remis en classe.

15 Le Bureau de projet Étude de cas 13 Type d organisation Mintzberg (1998) énonce sa théorie à propos des organisations dans leur ensemble. Nous avons trouvé opportun d appliquer ce cadre théorique à une unité d affaires, telle celle qui nous intéresse ici, afin d élargie nos points de vue sur les Bureau de projet. À notre avis le type de configuration peut conditionner le modèle de Bureau de projet à mettre en place, ses fonctions et la stratégie d implantation. Il a été mentionné plus haut que l entreprise est une entreprise innovatrice. Son unité d affaires des TI a le même type d organisation. Compte tenu de l organisation en place, il nous semble important de répondre à la question suivante : Si le Bureau de projet veut exister dans cette unité d affaires comment doit-il se positionner? Le Bureau de projet serait, si on s appuie sur le modèle de Mintzberg, à la fois une composante de la technostructure et du support logistique et à la fois lié au sommet stratégique. D une, part ses fonctions l amène à définir les standards des procédés de travail, les standards des résultats et les qualifications du savoir que doivent détenir les chefs de projets (par exemple la certification PMP). D autre part, il contribue à la gestion stratégique au sommet. Dans une organisation innovatrice, comme celle qui nous intéresse ici, la technostructure, le support logistique et la ligne hiérarchique sont fondus en un tout. De plus, selon Mintzberg, l entreprise innovatrice gagne son efficacité (innovation) au prix de l inefficience Dans un tel contexte, comment doit se positionner le Bureau de projet? Nous constatons aussi que la direction «gestion de projet», qui reprend des fonctions d un Bureau de projet, est située dans la direction principale qui doit rendre des comptes sur les projets à livrer. Modèle en place et niveau d intervention Le Bureau de gestion de projet a la responsabilité de livrer les projets de l unité d affaires de TI face aux vice-présidents des autres unités d affaires. Cependant, ce n est pas le vice-président ni la directrice gestion de projet qui défend son calendrier de travail auprès d eux, mais le directeur principal développement informatique. Ce dernier répond de sa capacité à livrer les projets demandés par chacun des partenaires 5. L unité d affaires des TI a un modèle de Bureau de projet de deuxième niveau (unité d affaires) si on se réfère à la typologie de Crawford (2002). Cependant il est virtuel et non regroupé dans une seule direction. L unité d affaires des TI doit rendre compte au Président et chef de l exploitation de sa capacité à livrer. C est la principale fonction énoncée par Crawford pour ce niveau de Bureau de projet. C est aussi le principal bénéfice du Bureau de projet de l unité d affaires. Si on se réfère aux modèles de Bureau de projet de Kendall et Rollins (2003), celui des TI de cette entreprise serait assez proche de «source d information sur les projets» et «coach»». Rôles et fonctions Nous avons identifié que le Bureau de projet est de type virtuel puisque les personnes qui y exercent différents rôles ne sont pas toutes dans la même équipe. Voici les principaux rôles que nous avons identifiés : 5 À noter que l équipe d exploitation des systèmes est moins sollicitée par les projets, c est pourquoi sa capacité à livrer n est pas questionnée.

16 Le Bureau de projet Étude de cas 14 Coordonnatrice aux projets : Administre les données sur les projets Produit les rapports sur les projets Conseiller relation client : Personne contact pour chaque partenaire (VP) qui tente de prioriser les projets que doit réaliser les TI pour chacun d eux Produit les rapports nécessaires pour que la direction des TI puisse communiquer sa capacité à livrer tant lors de la planification annuelle qu en cours d année Conseiller méthodologie de gestion de projet : Aide à définir les meilleurs processus de travail et les meilleurs outils pour la réalisation des projets Représente l équipe de gestion de projet auprès du comité de méthodologie DMR-Productivité+ Forme les nouveaux chefs de projet sur les processus et la méthodologie Chefs de projet Gère le projet et rends compte au partenaire et à la direction de l avancement de son projet Directrice du Bureau de projet : Gère les chefs de projets. Gère la coordonnatrice aux projets et le conseiller méthodologie de gestion de projet Approuve les coûts externes liés aux projets Parmi les 15 fonctions dont fait mention Kendall et Rollins (2003), cinq d entre elles sont exercées par le Bureau de projet virtuel des TI : Gestion du portefeuille de projet : Les portefeuilles de projets sont regroupés par partenaire. Afin de mieux répondre à leurs demandes, un début de gestion du portefeuille de projets est faite par les deux conseillers relations client afin d identifier la capacité de TI à livrer les projets. Par exemple chaque portefeuille contient les projets «Corpo» (gérés par le Bureau de projet Corporatif) qui appartiennent à une unité d affaires mais qui touchent plusieurs unités d affaires de l entreprise, les projets où seulement TI est touché et les demandes d amélioration des applications (souvent regroupés dans un projet d améliorations techniques qui a cours tout au long de l année). La priorisation entre toutes les demandes d un partenaire est un processus en cours de définition. Formation : la directrice en gestion de projet des TI est responsable de la formation des chefs de projet qui sont sous sa gouverne. Administration et suivi de l allocation des ressources humaines : l équipe de planification et suivi budgétaire exige une revue mensuelle des budgets de projets. Cet exercice fait par chacun des chefs de projet permet de comparer l avancement de chaque projet en regard du dernier plan de référence qui a été donné à la dernière rencontre de «Stage-gate». Une consolidation des données et une analyse est faite par la directrice gestion des projets qui rends compte à l équipe de planification et suivi budgétaire. Archivage : la méthodologie DMR-P+ a permis de mettre en place une structure de répertoires afin de retrouver l information de tous les projets des TI depuis Tous les documents techniques et de gestion de projet sont conservés et rendus disponibles à tous.

17 Le Bureau de projet Étude de cas 15 Méthodologie : la méthodologie DMR-P+ comporte plusieurs éléments de méthodologie de gestion de projet. L unité d affaires des TI a choisi d utiliser seulement quelques-uns d entre eux afin d alléger sa démarche. Finalement, selon le modèle de Crawford (2002) une des fonctions que peut exercer le Bureau de projet est la gestion des projets. Dans le cas de l entreprise étudiée, les chefs de projets sont dans l équipe de gestion de projet. Afin de compléter notre analyse, les réponses au questionnaire no 2, remis en classe, sont présentés à l annexe 7. Processus et méthodologies de gestion de projet La méthodologie DMR-Productivité+ est utilisée dans l unité des TI pour gérer les projets. Voici les principaux documents utilisés : évaluation d opportunité énoncé de projet suivi hebdomadaire de l avancement du projet fermeture de projet. Parallèlement à cette méthodologie, le processus de gestion de projet est aussi lié au processus de «stagegate» qui permet à la direction de voir au «comité gating» tous les projets en cours et d identifier l allocation des ressources qui est demandée. Le schéma ci-dessous présente ce processus. Processus de «stage-gate» Ce processus est combiné à un contrôle mensuel des dépenses et du suivi des efforts. En cas de dépassement significatifs (10% - plus de 20 jours ou plus de $), le chef de projet doit représenter sa planification de projet au «comité gating». Outils de gestion de projet Actuellement aucun outil de gestion de projet n est obligatoire pour les gestionnaires de projets. À partir de janvier 2005, l outil «Microsoft Enterprise Project Management» sera implanté. Toutes les ressources des TI seront dans une base de données commune, ce qui permettra de voir leur affectation aux projets.

18 Le Bureau de projet Étude de cas 16 Cet outil servira d abord aux chefs d équipe (environ 20 personnes au développement des applications et 7 personnes à l exploitation des systèmes) à planifier l affectation de leurs ressources sur les projets dans lesquels ils interviennent. Le chef de projet s assurera que chacun des chefs d équipe a établie ses liens d interdépendance et ainsi avoir la vue d ensemble des biens livrables du projet et la date prévue de fin du projet. Performance en gestion de projet La direction des TI n a pas établie de critères ni de facteurs de succès des projets. Il est donc impossible d évaluer la performance de l unité d affaires des TI en gestion de projet, ni la performance du Bureau de projet. De plus, il n y a pas de comparaison systématique entre la planification initiale d un projet et son résultat final (échéances, coûts et qualité). On n y évalue pas si les cycles de projets sont réduits, si on produit davantage de projets pour le même nombre de ressources, ni si on a pu réduire les coûts pour un nombre équivalent de projets réalisés.

19 Le Bureau de projet Étude de cas 17 Partie 3 Analyse du Bureau de projet de l unité des Technologies de l information Nous présentons à l annexe 8 une brève analyse de la place d un Bureau de projet selon la configuration de l organisation. Notre analyse de l unité d affaires des TI ne tient compte que de la configuration «innovatrice». Paramètres d analyse du Bureau de projet des TI 1. Structure organisationnelle OBSERVATIONS PRATIQUES La Direction des TI, est principalement composée de professionnels de l informatique. En fonction de nos observations, nous avons établi que la Direction des TI correspondait à une organisation de type «innovatrice» et que son principal mécanisme de coordination reposait sur le principe «d ajustement mutuel». Le Bureau de projets de la Direction des TI est de type virtuel : il est composé de personnes qui proviennent de différentes équipes (autres Directions). Le Bureau de projet de la Direction des TI est réparti sous trois Directions principales. C est la Direction du développement qui est responsable du Bureau de gestion de projet. La Direction de l exploitation assure la gestion du portefeuille de projets. La Direction de planification et suivi budgétaire gère le processus de «Stage-gate». Ces deux Directions sont sous l autorité hiérarchique du chef de la Direction des TI. Le processus de «stage-gate» est sous l entière responsabilité de la Direction principale Planification et suivi budgétaire, mais il se limite à un contrôle mensuel des coûts de projets. ANALYSE ET PISTES D AMÉLIORATIONS Dans la Direction des TI, les caractéristiques actuelles de la structure organisationnelle font en sorte que le Bureau de projet n a pas la position adéquate pour jouer correctement son rôle et atteindre ses objectifs. Actuellement, le Bureau de projet virtuel est dans une unité d affaires innovatrice mais il fait parti de la technostructure. Alors que si l on reprend la théorie de Mintzberg, il doit plutôt agir au sommet stratégique. Dans ce cas, la ligne hiérarchique est pratiquement inexistante et le pouvoir d influence du Bureau de projet est nécessairement moins fort. Par conséquent, les rôles et fonctions du Bureau de projet ne peuvent être les mêmes que ceux identifiés dans la littérature. Les problèmes du Bureau de projet sont donc reliés principalement à son caractère virtuel et à sa position dans la structure organisationnelle de l unité d affaires des TI. Nos recommandations sont donc de : 1. Positionner le Bureau de projet sous la responsabilité hiérarchique du chef de la Direction des TI, au même niveau que toutes les autres Directions principales. 2. Redéfinir la proposition de valeur du Bureau de projet. 3. Regrouper les fonctions existantes.

20 Le Bureau de projet Étude de cas Modèle et niveau d intervention Le contexte d une structure «matricielle» rend difficile l allocation et le partage des ressources dans la Direction des TI. Dans le cas présent, la Direction principale Développement informatique se voit imposé des mécanismes de coordination par la «standardisation des résultats» par une autre Direction principale. La Direction des TI est une unité d affaires importante dans l organisation. Ses activités sont au cœur des opérations critiques de l entreprise. Les chefs de projets font partie du Bureau de projets. Le Bureau de projet est sous l autorité du Directeur principal Développement informatique (voir schéma no 1). Les trois principaux clients du Bureau de projet de la Direction informatique sont : la haute direction, les autres unités d affaires et les chefs de projets. Le Bureau de projet de la Direction des TI n a pas l autorité nécessaire pour négocier le choix des projets qui composent le portfolio de l organisation parce qu il est virtuel et réparti entre 4. Ajouter des fonctions appropriées au positionnement du Bureau de projet, qui répondent à sa nouvelle proposition de valeur. Ces changements permettront une meilleure priorisation des projets de l unité d affaires. Le Bureau de projet devra cependant s assurer de maintenir une certaine flexibilité dans la gestion des projets pour conserver son caractère «innovateur» compte tenu de la nature spécifique de l unité d affaires et de l organisation. Il devra réconcilier son rôle au sommet stratégique et celui des fonctions plus proches de la technostructure et du support logistique. Faire du processus de «Stage-gate» un réel processus de revu de projet et de revue de la proposition de valeur de chacun d eux. Selon notre analyse, le Bureau de projet de la Direction des TI chez correspond à un modèle de type «Business Unit» en référence aux modèles proposés par Crawford. Du côté de Kendall et Rollins, le Bureau de projet de la Direction des TI serait à mi-chemin entre les modèles «Repository» et «Coaching». Rapprocher le Bureau de projet de la haute direction des TI, dans la structure organisationnelle, pourrait lui fournir le niveau d autorité nécessaire pour influencer la sélection et la priorisation des projets et ainsi augmenter son niveau d intervention. Positionner le Bureau de projet directement sous la responsabilité du chef de la Direction des TI et regrouper les fonctions existantes aura pour conséquences: 1. De le rendre moins virtuel envers les autres unités

GESTION DE LA PERFORMANCE

GESTION DE LA PERFORMANCE GESTION DE LA PERFORMANCE RÉDUISEZ L'ÉCART ENTRE VOTRE STRATÉGIE ET SON EXÉCUTION GESTION PERFORMANCE GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES HUMAINES gestion PerformAnce GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Le Bureau de projet dans l entreprise. MGP7097 Gestion organisationnelle de projet Monique Aubry et Nathalie Drouin

Le Bureau de projet dans l entreprise. MGP7097 Gestion organisationnelle de projet Monique Aubry et Nathalie Drouin Gestion organisationnelle de projet Le Bureau de projet dans l entreprise Gestion organisationnelle de projet et Nathalie Drouin Objectifs Comprendre la variété des configurations des Bureaux de projet

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) Vue d ensemble de la formation ITIL est un ensemble de conseils sur les meilleures pratiques, devenu un référentiel

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Les bonnes pratiques d un PMO

Les bonnes pratiques d un PMO Livre Blanc Oracle Avril 2009 Les bonnes pratiques d un PMO Un plan évolutif pour construire et améliorer votre Bureau des Projets Une construction progressive La première étape consiste à déterminer les

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

De la planification stratégique gestion de projet

De la planification stratégique gestion de projet De la planification stratégique gique à la gestion de projet Présentée par Benoît Lalonde, M.Sc, MBA, PMP. Page 1 Constats 75% des projets ne respectent pas leur budget et leur date de livraison 61% ne

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS

GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS GESTION PERFORMANCE GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES HUMAINES GESTION PErFOrMANCE gestion projets GESTION ressources

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

Carrière & Leadership

Carrière & Leadership Carrière & Leadership www.100jours.ca Carrière & Leadership est un cabinet-conseil dont la mission est d accompagner les cadres supérieurs et intermédiaires... hors de leur zone de confort. Notre service

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

COMPETENCE , PMO. Compétence. Notre offre de service en structuration de PMO et gestion de programme JUIN 2013

COMPETENCE , PMO. Compétence. Notre offre de service en structuration de PMO et gestion de programme JUIN 2013 Compétence Notre offre de service en structuration de PMO et gestion de programme Nous avons le plaisir de vous transmettre notre offre de services en matière de gestion de programme complexe ou structuration

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI INFORMATION GÉNERAL PRÉPARÉ PAR CONTRÔLE DE VERSION POSITION GÉNÉRALISTE EN RESSOURCES HUMAINES (RH)

DESCRIPTION D EMPLOI INFORMATION GÉNERAL PRÉPARÉ PAR CONTRÔLE DE VERSION POSITION GÉNÉRALISTE EN RESSOURCES HUMAINES (RH) INFORMATION GÉNERAL POSITION GÉNÉRALISTE EN RESSOURCES HUMAINES (RH) Département RH Effectif Décembre 2015 Position Permanent PRÉPARÉ PAR Propriétaire Date Département HR 305.1 Nov 2 nd, 2015 Ressource

Plus en détail

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Vision Enfance et Famille est un organisme qui regroupe des personnes-ressources du milieu des services

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

ITIL V3. Stratégie des services - Processus

ITIL V3. Stratégie des services - Processus ITIL V3 Stratégie des services - Processus Création : juillet 2011 Mise à jour : Juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Dans un contexte de travail qui reconnaît la valeur stratégique des employés de l entreprise, les services des ressources humaines ont de plus

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

LA GESTION DE PROJETS. Regroupement CPE des régions 03 et 12 Session 1 27 octobre 2011

LA GESTION DE PROJETS. Regroupement CPE des régions 03 et 12 Session 1 27 octobre 2011 LA GESTION DE PROJETS Regroupement CPE des régions 03 et 12 Session 1 27 octobre 2011 2 Présentations Présentation de la formatrice Présentation des participantes et leurs attentes 3 Attentes du formatrice

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Création d un comité de formation continuelle

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

Démarche d amélioration par l automatisation : le chemin le plus court pour des processus productifs, conformes et constants

Démarche d amélioration par l automatisation : le chemin le plus court pour des processus productifs, conformes et constants Démarche d amélioration par l automatisation : le chemin le plus court pour des processus productifs, conformes et constants Déjeuner conférence 12 Mai 2011 Bienvenue Alpha Diallo 514.712.9025 alpha@tmqgroup.com

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Thèmes des rencontres

Thèmes des rencontres Thèmes des rencontres Note: L IDP pourrait apporter des modifications à ce programme en cours de saison. Mise à jour: 23 septembre 2014 La plupart des entreprises établies limitent la portée de leurs innovations

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail