BusinessHIGHLIGHT Optimiser. n /... QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BusinessHIGHLIGHT 2010-2015. Optimiser. n 2042011 .../... QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? SOMMAIRE"

Transcription

1 BusinessHIGHLIGHT Optimiser QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? SOMMAIRE Les centres d appel en France : un marché en forte croissance et en constante évolution Enjeux futurs : optimiser l équilibre entre réduction des coûts, optimisation de l expérience client et revenus additionnels Les principaux leviers pour construire des partenariats prospères à forte valeur ajoutée Dans un univers où il devient très difficile de se démarquer par l innovation des produits, la prise de conscience de l importance stratégique du service client ne cesse de s accroître. C est dans ce cadre que les centres d appels, qui jouent un rôle central dans la communication entre les entreprises et leurs clients, ont connu en France un développement considérable depuis les années Les évolutions de l expérience client ainsi que la multiplication des canaux d accès ont largement complexifié les contacts traités dans ces centres, les poussant plus que jamais à se positionner sur les interactions sophistiquées et pertinentes. Par conséquent, initialement perçus comme centres de coûts, les centres de contacts sont en mesure de devenir à terme sources de revenus. n /...

2 N 2 AVRIL 2011 LES CENTRES D APPELS EN FRANCE : UN MARCHÉ EN FORTE CROISSANCE ET EN CONSTANTE ÉVOLUTION Débuts des centres d appels en France Les centres d appels ont été longtemps dévolus à des applications spécifiques telles que la vente à distance ou les services basiques d assistance des banques et assurances. Téléperformance, premier centre d appel outsourcé français, a été le précurseur des appels sortants en vue de mener des campagnes de ventes, d abonnement et de marketing direct par téléphone. Ce n est qu au milieu des années 90 que cette activité gagne quasiment tous les secteurs de l économie et élargit le champ des fonctions couvertes : service client et consommateur, support technique, études d opinion, back-office L externalisation des centres d appels s inscrit initialement dans un contexte de réduction des coûts opérationnels et managériaux. De ce fait, beaucoup de sociétés optent pour cette solution afin de recentrer leur activité autour de leur cœur de métier et de déléguer les activités à plus faible valeur ajoutée. rachetées ou disparaissent du paysage. Cette concentration est principalement aiguillonnée par un phénomène de taille critique nécessaire pour rester compétitif et se réalise à coups de croissances externes et de joint-venture. Dans un deuxième temps, certains centres d appels vont commencer à se lancer dans l activité offshore. Cette approche leur permet non seulement de tirer profit de coûts inférieurs, mais aussi d une législation plus souple en matière de droit du travail et d une main d œuvre éduquée. Webhelp, qui crée ses premiers centres d appels au Maroc en 2002, en est l exemple. En quelques années, plus d'une centaine de platesformes ont été créées en Europe de l'est mais surtout en Afrique francophone (Maroc, Algérie, Tunisie, Sénégal,...) ou encore à l'île Maurice. Ces mouvements ont induit une forte concentration du marché français. Si la France compte aujourd hui plus de 200 prestataires de centres d'appels, les 20 premiers réalisent 80% du chiffre d'affaires global de l'outsourcing (contre 65% du chiffre d affaires en 2000). Le marché de l Offshore est, quant à lui, arrivé à maturité et sa croissance s est stabilisée. Le niveau des activités délocalisées s est maintenu, ces dernières années, aux alentours de 20% du chiffre d affaires du secteur. Secteur en pleine croissance et concentration Le secteur bénéficie alors d une très forte croissance, de l ordre de 20% par an. Et ce n est qu à partir du début des années 2000, que s amorce la première vague de consolidation du marché : très vite, 15 marques sur les 25 premiers acteurs sont Après 2 années d une croissance aux alentours de 15%, le chiffre d affaires du secteur ne croît plus que de 4,2% en Malgré ce ralentissement corrélé à l effet crise, le secteur des centres de contacts externalisés continue de créer des emplois et de se structurer. L augmentation des effectifs reste très largement positive, +8% entre 2008 et CA global du secteur (en milliards d euros) 1,84 1,92 20,2% Localisation du CA 20,3% 20,9% 1,6 79,8% 79,7% 79,1% 2007 Innover 3 Source : Etude SP2C Offshore France

3 , QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? Le marché français est fortement dominé par Téléperformance avec environ 20% de part de marché. Arvato Services et Webhelp complètent le peloton de tête. D'autres plus petits sont en pleine croissance dans des niches spécialisées, à l'instar de Supporter ou H2A Télémarketing. 40% Phone marketing CCA Stream Evolution du CA 2008 vs % 0% -20% Euro CRM Sitél Armatis Articall Webhelp LaSer B2S Arvato Teleperf 10% 20% Transcom Au delà du Top 10 Top 10-40% Part de marché 2008 Source : Enquête «Relation Client» 2009 Ces différents acteurs peuvent être regroupés sous 4 grandes catégories : Les généralistes Taille industrielle Large étendue de services Grand volume d appels Qualité standard Téléperformance Webhelp Arvato Services France Client Center Alliance (CCA International) Les spécialistes Ne s adressent qu à un segment spécifique du marché Spécialistes fonctionnels : (assistance, télévente, télérecouvrement...) Stream, Supporter, IMA techno, SAIM, Euro CRM France, Groupe H2A,... Spécialistes sectoriels : (Approche sur Mesure) 4 CS Call Center Contact Client, Call Medi Call,... Spécialistes locaux : (proximité et de l appartenance à un tissu économique local) Les dilemmes Ont le même positionnement que les généralistes, mais traitent des volumes plus faibles Intra Call Center Phone Marketing Teletech International ESDI Les captifs Spécialisés et prisonniers d un positionnement sectoriel ou d un client unique The Phone House Services Telecom Frequence Plus Services Croissance et résultats limités. Positionnement stratégique dangereux. Source : Beijaflore

4 N 2 AVRIL 2011 Un métier qui évolue En parallèle de ces changements économiques, le secteur a connu une importante sophistication des prestations offertes par les outsourceurs. En effet, dans des marchés hautement concurrentiels, les clients deviennent de plus en plus exigeants tandis que le nombre de canaux de communication se multiplie. La conséquence immédiate de ce mouvement est une complexité croissante des tâches assurées par les téléconseillers, nécessitant obligatoirement de développer des compétences spécifiques. Il y a quelques années encore, les centres d appels étaient contactés pour un simple problème technique ou pour connaitre des modalités de désabonnement. Désormais, l objet du contact peut porter aussi bien sur les caractéristiques de différentes offres commerciales que sur les conditions d installation d un FAI. Les attentes des clients ont aussi changé : alors que certains privilégient les appels téléphoniques, d autres sont plus réceptifs à des contacts via ou messagerie instantanée. Les connaissances des téléopérateurs ont donc considérablement évolué, et les compétences requises ne cessent de croître. En outre, compte tenu notamment de la saturation relative du marché, l objectif des centres de contacts évolue vers plus de vente au client final de services complémentaires, en augmentant ainsi son «panier moyen». D où la nécessité pour eux de se positionner sur des interactions complexes plutôt que sur le traitement d opérations plus scriptées. ENJEUX FUTURS : OPTIMISER L ÉQUILIBRE ENTRE RÉDUCTION DES COÛTS, OPTIMISATION DE L EXPÉRIENCE CLIENT ET REVENUS ADDITIONNELS Principes régulant les relations entre donneurs d ordre et prestataires Comme évoqué précédemment, le marché des centres d appels externalisés a connu depuis ses débuts de nombreuses évolutions qui n ont pas manqué d influencer les relations entre donneurs d ordre et prestataires. Celles-ci s articulent autour des 3 besoins suivants : Réduction des coûts Optimisation de l expérience client Création de valeur Réduction des coûts Initialement, le souhait des entreprises d externaliser leurs centres d appels s est justifié par la volonté de diminuer de façon significative les coûts associés à des activités éloignées de leur cœur de métier. Pour les centres de contacts, il s agit avant tout d optimiser la productivité et de réaliser la prestation à un coût plus faible et de façon plus efficace. Les accords d externalisation mis en place viennent directement répondre à cet objectif majeur : ils sont avant tout abordés sous l angle du niveau d activité. Taux de décroché, nombre d appels traités, durée moyenne du traitement, temps d attente sont autant d indicateurs mesurant le niveau d industrialisation d un service. Le centre d appels externe est alors rémunéré en fonction de sa performance sur cette dimension. Au-delà d une gestion optimisée de la charge, l externalisation a permis un partage des risques liés à l investissement (immobilier, technologie, ). En effet, la capacité des outsourceurs à amortir leurs investissements sur la totalité de leur parc clients leur a permis de maintenir un excellent niveau d équipements techniques, avec une répercussion moins importante sur le prix des prestations. Le client ne paye in fine que sa consommation en ressources. Dans la pratique, cette orientation tend à atteindre ses limites. Les économies d échelle ayant été exploitées au maximum, les niveaux d exigences en termes d efficacité pourraient mettre en danger la qualité de la prestation. Bien souvent, le donneur d ordre utilise ses 5 Organiser

5 , QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? équipes internes comme benchmark pour déterminer les attentes de productivité qu il peut avoir auprès de l outsourceur. Et en règle générale, une amélioration aux alentours de 20%, par rapport aux niveaux atteints en interne, est exigée du prestataire du fait de sa spécialisation. Même lorsque l activité n est plus traitée en interne, les critères de décision, très orientés coûts, lors de la mise en concurrence des prestataires les poussent bien souvent dans leur retranchements. La qualité de la prestation ne peut plus suivre indéfiniment. Optimisation de l expérience client Avec l émergence des problématiques d expérience client au milieu des années 2000, les acteurs se sont davantage focalisés sur la satisfaction client dans leur prise de décision. Les entreprises prennent alors conscience de la nécessité d homogénéiser l expérience proposée. Les centres d appels doivent devenir les vecteurs d une marque, porteurs de valeur, de discours, au-delà de la seule prestation de service. Les processus, les systèmes d information et les formations sont alors remodelés dans le but d assurer une expérience client optimale. C est à ce moment là qu émergent, en plus des critères de productivité, des indicateurs permettant de suivre la qualité du service. La performance du centre d appel est en grande partie justifiée par le niveau de satisfaction client pour une prestation donnée. Le Net Promoter Score (NPS) est classiquement utilisé pour cette mesure de satisfaction. Il permet de dégager deux catégories de clients : Les détracteurs de la marque, dont l écoute permettra d analyser l ensemble des éléments déceptifs de l offre au sens large (produit, processus, services, ressources humaines, ) Les avocats de la marque, qui révèleront les avantages de l entreprise, éléments à mettre en valeur pour se différencier Cet indicateur est certes un grand pas en avant dans la mesure de la satisfaction client mais il a ses limites : Cet indicateur est très volatile et peut varier rapidement en fonction des événements marché. Cela rend complexe l évaluation de la performance du centre d appels. Il est aussi difficile à suivre, puisqu il peut être mesuré chaud, tiède, froid Ces différents horizons de mesure peuvent donc influencer l évaluation qui en est faite. Le NPS donne une vision instantanée de la satisfaction, il permet ainsi de dégager une tendance, déclencher une alerte Mais il ne permet pas d expliquer les évolutions observées. Seule, l évaluation de la satisfaction client ne permet pas de quantifier des revenus additionnels qui seraient générés. Et sans compréhension du ROI de l amélioration du niveau de satisfaction, le focus des donneurs d ordre a tendance à rebasculer naturellement sur les problématiques de coûts. Création de revenus additionnels La dernière évolution est déclenchée par les impératifs de rentabilité, présents dans toute société. Les acteurs de l outsourcing tentent de se positionner comme des spécialistes du management de la valeur client. Ce qu ils mettent en avant, ce sont les revenus qu ils génèrent à travers la qualité de leur prestation. La mesure de l efficacité de l outsourceur peut passer par l estimation des gains obtenus : En suivant les coûts qui sont évités en développant la satisfaction client. Par exemple, les centres d appels permettent, en réduisant les situations d insatisfaction des clients, de baisser les coûts associés au traitement des réclamations. En pilotant le niveau des ventes additionnelles générées par le centre d appels : les campagnes favorisant le cross selling et l upselling améliorent la contribution en développant le revenu moyen par utilisateur ou «ARPU». Dans de rares cas, des initiatives ont été entreprises pour favoriser la création de valeur : à titre d exemple, des accords, où l intégralité de la relation client est 6

6 N 2 AVRIL 2011 externalisée pour un segment spécifique de clients, commencent à voir le jour. Le principal avantage d une telle approche est de responsabiliser complètement l outsourceur sur les revenus additionnels générés par ce segment : Etant positionné à la fois sur la conquête, la vente et la fidélisation de ces clients, il pourra mettre en place les mesures nécessaires pour optimiser l interaction client. Pour aller plus loin et maximiser l impact de ces initiatives, il faudrait non seulement adapter les tableaux de bords, en mesurant les marges supplémentaires générées, mais aussi revoir le modèle économique associé. Nécessité de faire évoluer le modèle actuel Il est nécessaire d assurer l équilibre entre ces différents besoins Coûts Expérience client Service client best in class Création de valeur Les rapports entre donneurs d ordre et prestataires restent malgré tout majoritairement orientés coûts, obligeant les outsourceurs à augmenter en permanence leur productivité. En effet, le marché des centres d appels a gagné en maturité ces dernières années : les bassins d emploi qui permettaient auparavant de réduire les coûts liés à la main d œuvre commencent à saturer. L amortissement des investissements sur l ensemble du parc atteint ses limites. La seule voie encore possible pour les prestataires de se différentier, dans ce marché concurrentiel, est d être toujours plus efficace. Il s agit alors de traiter le maximum d appels en un minimum de temps. Pour rester compétitifs, les outsourceurs n ont pas d autres choix que de se focaliser sur cet objectif de productivité, inévitablement au détriment des autres besoins de qualité et de valeur. Dans les prochaines années, une externalisation pérenne nécessitera de trouver le bon équilibre entre ces trois orientations majeures : réduction des coûts, optimisation de l expérience client et création de revenus additionnels. Ce n est qu ainsi que donneurs d ordre et prestataires pourront établir de solides relations de partenariats. Assurer un équilibre entre ces 3 besoins, souvent contradictoires, n est pas une tâche aisée : pour mieux appréhender cette difficulté, prenons l exemple d un centre d appel d un opérateur téléphonique. Imaginons que les téléconseillers arrivent bien à vendre de nouvelles options aux abonnés, renouvelant ainsi automatiquement, et à leur insu, la période d engagement de ces clients. En se focalisant juste sur le suivi de la productivité, nous aurions l impression que la situation est sous contrôle. En mesurant les revenus additionnels générés par le centre d appel, nous considérerons que les équipes ont fait du très bon travail. Par contre, la satisfaction client serait considérablement dégradée et mettrait en danger la situation sur le long terme de l entreprise. Il ne s agit donc pas d avoir une performance maximale sur tous ces besoins. Mais plutôt de décider des axes sur lesquels une légère sous performance est tolérée, afin de favoriser les orientations stratégiques de l entreprise. Par exemple, le téléconseiller serait informé que le dépassement, dans certaines limites, de la durée de traitement cible serait toléré si cela permet de concrétiser une vente. Et ainsi, l axe coût serait défavorisé, volontairement, au profit de la création de revenus. Accompagner 7

7 , QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? L équilibre décidé devient alors la prolongation des orientations stratégiques de l entreprise. La définition de cet équilibre peut être assimilée à un arbitrage entre 2 compromis : Comment optimiser la relation siège vs. centres d appel? Quel trade-off entre industrialisation et spécialisation des sites? En conclusion, l objectif est d avoir un pilotage stratégique des centres d appels vs. une optimisation seule des contacts. LES PRINCIPAUX LEVIERS POUR CONSTRUIRE DES PARTENARIATS PROSPÈRES À FORTE VALEUR AJOUTÉE Face à ces nouvelles orientations, nous avons identifié quelques leviers prioritaires pour optimiser cet équilibre : Industrialisation et équilibrage des indicateurs de performance : «You get what you measure!» Dans un environnement qui ne cesse de changer, suite aux évolutions des modèles établis ou à l émergence de nouveaux besoins, une revue régulière des tableaux de bord est le garant de la cohérence de l exécution avec les objectifs de l entreprise. Les indicateurs de performance sont à la fois des éléments de contrôle et de motivation pour le centre d appels. Il est donc important de les adapter aux nouvelles exigences du marché, mais surtout de les partager avec les centres d appels. Une transformation d un accord d externalisation en un véritable partenariat où tous les acteurs sont gagnants, ne peut se faire qu en utilisant de façon adéquate ce levier très important. Dans un souci, de renforcement des bonnes pratiques, il est aussi important de partager ces indicateurs de performance avec les centres d appel externalisés. Ainsi, ces derniers pourront avoir aussi une meilleure vision de leurs axes d amélioration et fourniront les efforts nécessaires pour s y tenir. Exemple de tableau de bord à mettre en place Productivité Satisfaction client Revenus DMT % once & done # appels traités Temps d attente Qualité du service NPS chaud NPS tiède # réclamations Evol ARPU Cross selling Coûts de traitement des réclamations 8

8 N 2 AVRIL 2011 Industrialiser des indicateurs qui ne se limitent pas au suivi de la productivité, estimer le ROI des différents maillons du service client devraient devenir des standards du secteur. Toutefois, afin d exploiter pleinement ce levier, il est nécessaire d adapter en conséquence les systèmes de rémunération et de motivation. Les intérêts des téléconseillers et de leurs managers seront ainsi parfaitement alignés avec les orientations de l entreprise. Equilibre entre interne et externe Pour assurer la réussite du partenariat, il est important de bien définir dès le départ le niveau adéquat d externalisation. Cette réflexion doit prendre en considération les critères de profitabilité, sans pour autant occulter l évaluation qualitative des choix possibles. Pérennité, gestion du risque, efficacité ou qualité sont autant d éléments à pondérer lors de la prise de décision. Simplification des SI et optimisation des formations Parce qu ils sont soumis à des problématiques différentes, le siège et les centres d appels ont certains besoins antagonistes. Le centre d appels a forcément une vision plus terrain qui peut parfois sembler éloignée des préoccupations plus globales du siège. Cela se traduit par certains échanges non optimisés : par exemple, le siège prépare un support de formation complet et exhaustif, qui doit se dérouler sur une période de quelques jours. Dans la pratique, les centres d appels, toujours à la recherche de plus de productivité, ne peuvent exploiter pleinement cette formation et se retrouvent souvent contraints de la modifier pour avoir un format d une durée plus courte. Dans d autres cas, le donneur d ordre peut avoir une multitude de systèmes d information pour gérer son service client mais ne voit pas forcément l intérêt de les simplifier. Alors qu au sein du centre d appels, cette simplification est primordiale pour permettre au téléconseiller d assurer le discours avec le client sans avoir une vingtaine d applications ouvertes sur son écran. Une collaboration pérenne nécessite donc que les donneurs d ordre adaptent les outils et les documents qu ils partagent avec les centres d appels aux besoins plus terrain de ces derniers. Il s agit de repenser et de simplifier les systèmes d information et les formations pour intégrer les impératifs des centres d appels. Il faut aussi garder à l esprit qu une telle décision n est pas forcément uniforme sur l ensemble des tâches ou du parc clients. Le mix entre opérations réalisées en interne et celles externalisées peut être calibré en fonction de la prestation à réaliser ou du segment de clientèle ciblé. Les grandes lignes directrices pour le design d un accord d externalisation sont issues majoritairement des benchmarks et des bonnes pratiques du marché. Pour n en citer que certaines, il est conseillé de renforcer l effet miroir en gardant une part des activités en interne afin d avoir des étalons, de ne pas externaliser complètement les tâches relatives aux segments les plus profitables et de garder les opérations de rétention en interne Organisation orientée client Historiquement, les centres d appels étaient majoritairement organisés par tâches : assistance technique d un côté, vente et service client de l autre. Afin de s orienter vers davantage de spécialisation et de responsabilisation, un modèle alternatif (gestion par parc) consiste à associer à chaque segment de client, un site dédié pour régler l ensemble des problématiques clients qui s y rapportent (techniques, utilisation, service client, vente). 9 Inspirer

9 , QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? Une telle approche assure de nombreux avantages : Garantie de l autonomie du site pour le traitement et la gestion des demandes clients puisqu il dispose de toutes les compétences nécessaires Meilleur partage des savoir-faire entre les chargés de clientèle Possibilité de mettre en place rapidement un mode de traitement «bout en bout», avec suivi personnalisé Amélioration du NPS client Mais afin qu un tel partenariat réussisse, certains changements doivent impérativement intervenir : il est essentiel d adapter le système de suivi de la performance, en intégrant la marge supplémentaire générée (niveaux de sell-out, évolutions d ARPU ) dans les tableaux de bord. En parallèle, cette approche doit s inscrire dans un contexte de win-win entre les centres d appels externes et les donneurs d ordre. Ceci passe donc obligatoirement par une revue du modèle de prix. Intégration dans la culture du donneur d ordre Comme évoqué précédemment, la qualité de la relation entre le siège et les centres d appels est clef pour la réussite du partenariat. Dans ce cadre, le manque de sentiment d appartenance des télé-conseillers à la société donneuse d ordre est souvent cité pour expliquer les éventuelles problématiques de qualité des centres d appels externes. Si le téléconseiller n adhère pas aux valeurs de la société qu il représente au téléphone et s il ne se sent pas impliqué dans la réalisation de ses objectifs, un décalage peut se créer dans leur relation. Une telle rupture peut impacter la qualité de la prestation ou démotiver le téléconseiller. L une des actions que les donneurs d ordre peuvent mettre en place pour s améliorer sur cet axe, est d intégrer autant que possible le centre d appels dans leur propre culture. A titre d exemple, des opérateurs téléphoniques commencent à afficher leurs couleurs dans leurs locaux des centres d appels qu ils emploient, voire accueillir les téléconseillers dans leurs locaux pour une période d immersion. 10 Cultiver

10 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : [1] L. Uberti et E Falque, Les Centres de Contact externalisés : un secteur qui résiste malgré la crise. SP2C, (13/10/2010). [2] F. Rouffiac et Y. Couteux, Les 50 premiers outsourceurs français en Journal Relation Client Magazine N 83 (01/11/2009). [3] C. Desvé et M. Laurençon, Dossier documentaire : Les centres d appels. L observatoire de l ANPE (06/2001). [4] B. Olivier et F. Marie, Les centres d appels externalisés : une trajectoire organisationnelle et spatiale dominante. En ligne : (11/2007). [5] V. Furness, The Call Center Outsourcing Outlook. Business Insights. [6] G. Eastwood, The Offshore and Nearshore Outsourcing Outlook. Business Insights.

11 QUELS LEVIERS D OPTIMISATION POUR LES CENTRES D APPELS? CONCLUSION En synthèse, les centres de contacts, longtemps considérés comme des centres de coûts, entrent progressivement dans les esprits comme des créateurs de valeur. Des améliorations notables ont été réalisées ces dernières années, pourtant, des progrès sont encore possibles. La clé pour réussir une externalisation pérenne et efficace, est avant toute chose de repenser la relation donneur d ordre / centre d appels pour créer un véritable partenariat et atteindre le bon trade-off entre spécialisation et industrialisation. Par conséquent, ce type d accord ne pourra se faire que si les mentalités évoluent aussi. Certes, un accord qui couvre une grande part de la chaîne de valeur du donneur d ordre, mène à un partenariat très riche. Mais, avec des outsourceurs multi-clients et ce que cela implique comme risque en termes de confidentialité, nous constatons rapidement les limites de cette relation. CONTACTS Beijaflore Paris - Siège social Etude réalisée en interviewant les directeurs de service client des principaux opérateurs télécoms et médias ainsi que les directeurs d acteurs majeurs de l outsourcing. Damien Roumilhac, Principal en charge de la Relation Clients, a piloté l étude. Pavillon Bourdan avenue du Recteur Poincaré Paris Design et Impression : Solution

Le marché français de l externalisation des centres de relation client Présentation du 19 juin 2003

Le marché français de l externalisation des centres de relation client Présentation du 19 juin 2003 Le marché français de l externalisation des centres de relation client Présentation du 19 juin 2003 AFFLUENCE 39 rue Pierre 1er de Serbie 75008 Paris tel:01 40 70 96 34 www.affluence.fr Agenda 1. Contexte

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT BusinessHIGHLIGHT Inspirer L EXPÉRIENCE CLIENT : UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT SOMMAIRE L apparition de l expérience client Notre définition de l expérience

Plus en détail

Vente additionnelle. Toujours plus ou encore mieux?

Vente additionnelle. Toujours plus ou encore mieux? Vente additionnelle Toujours plus ou encore mieux? Nouveaux marchés, progression du chiffre d affaires, opportunités de croissance Autant de préoccupations qui interviennent au quotidien dans la stratégie

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT GESTION DE LA PRESSION COMMERCIALE. Optimiser ET SI C ÉTAIT UN PROBLÈME D ORGANISATION? n 6122011 .../... SOMMAIRE INTRODUCTION

BusinessHIGHLIGHT GESTION DE LA PRESSION COMMERCIALE. Optimiser ET SI C ÉTAIT UN PROBLÈME D ORGANISATION? n 6122011 .../... SOMMAIRE INTRODUCTION BusinessHIGHLIGHT Optimiser GESTION DE LA PRESSION COMMERCIALE ET SI C ÉTAIT UN PROBLÈME D ORGANISATION? SOMMAIRE INTRODUCTION Communiquer sur le web : les conséquences de la frénésie générale La nécessaire

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Face aux enjeux de restructuration du secteur, quelles sont les perspectives d évolution pour les Centres de Contacts?» Présenté par Laurent Uberti (SP2C) et Eric

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Etude sur les services de communication au sein des grands comptes

Etude sur les services de communication au sein des grands comptes Etude sur les services de communication au sein des grands comptes D octobre 2009 à mars 2010, le cabinet Beijaflore a mené une étude qualitative auprès de 30 grands comptes et administrations de plus

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Eléments clés d une Stratégie Omni canal

Eléments clés d une Stratégie Omni canal Eléments clés d une Stratégie Omni canal Pascal BIZZARI, Groupe AVISIA Conseil en stratégie marketing relationnel Préambule Pourquoi une tribune aujourd hui? Fondé en 2007 le Groupe AVISIA est un acteur

Plus en détail

La relation clients à distance

La relation clients à distance La relation clients à distance Évolution du nombre de centres de contacts en France 3500 3400 3300 3200 3100 3000 2900 2800 2700 3500 3300 3100 3000 2002 2003 2004 2005 (source Cesmo) Évolution du nombre

Plus en détail

E-Mail Management L expérience DANONE avec EPTICA

E-Mail Management L expérience DANONE avec EPTICA E-Mail Management L expérience DANONE avec EPTICA 1 er février 2006 SITEL is a leading global provider of outsourced customer support services Le Projet pour Danone SITEL répond depuis 5 ans aux clients

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Efficacité des interactions multicanales. Maximiser la valeur des activités commerciales et marketing par un mix canal optimal

Efficacité des interactions multicanales. Maximiser la valeur des activités commerciales et marketing par un mix canal optimal Efficacité des interactions multicanales Maximiser la valeur des activités commerciales et marketing par un mix canal optimal Le ralentissement de l économie mondiale incite les économistes à maintenir

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

repensez votre courrier transactionnel pour une nouvelle expérience clients

repensez votre courrier transactionnel pour une nouvelle expérience clients repensez votre courrier pour une nouvelle expérience clients La force du courrier papier en quelques chiffres 97 % des Belges relèvent leur boîte aux lettres tous les jours. 83 % ouvrent toujours le courrier

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT MULTICANALITÉ : L EXPÉRIENCE CLIENT SANS COUTURE EST-ELLE POSSIBLE? Préconiser. n 5122011 .../... SOMMAIRE INTRODUCTION

BusinessHIGHLIGHT MULTICANALITÉ : L EXPÉRIENCE CLIENT SANS COUTURE EST-ELLE POSSIBLE? Préconiser. n 5122011 .../... SOMMAIRE INTRODUCTION BusinessHIGHLIGHT Préconiser MULTICANALITÉ : L EXPÉRIENCE CLIENT SANS COUTURE EST-ELLE POSSIBLE? SOMMAIRE Aborder la connaissance client sous l angle des canaux Maîtriser les outils de communication et

Plus en détail

Canon Business Services 2013

Canon Business Services 2013 Canon Business Services 2013 Powering Business Transformation* * Au cœur de vos transformations Notre métier? Assurer le succès de votre entreprise. Canon Business Services redéfinit l externalisation

Plus en détail

8 bonnes raisons d utiliser un CRM pour une PME

8 bonnes raisons d utiliser un CRM pour une PME 8 bonnes raisons d utiliser un CRM pour une PME Résumé Analytique : En tant que PME, l utilisation d une solution CRM présente de multiples avantages. En premier lieu, elle vous permettra d accroître votre

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise?

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Livre blanc CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Longtemps considéré comme un outil de luxe exclusivement réservé aux grands groupes, le CRM a su démontrer au fil du temps, que son efficacité

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Le CRM et les PME en France : Ne faites plus attendre vos clients

Le CRM et les PME en France : Ne faites plus attendre vos clients Le CRM et les PME en France : Ne faites plus attendre vos clients Sommaire Les points clés du Livre Blanc...4 Pourquoi un Livre Blanc sur le CRM?...5 Le CRM, pour valoriser le patrimoine client...7 Le

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage»

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» DOSSIER DE PRESSE Nantes, le 15 janvier 2014 Sommaire I. 20 ans de croissance et d innovation

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN Offre de Conseil DUE DILIGENCE STRATEGIQUE Une tendance de rationalisation chez les donneurs d ordre donnant lieu à une massification des achats, une fermeture des référencements et une contraction des

Plus en détail

Présentation GRILOG. Février 2013

Présentation GRILOG. Février 2013 Présentation GRILOG Février 2013 Sujet / Agenda Comment maximiser ses performances commerciales et services à l aide d un CRM métier Editeur/intégrateur? Agenda: La filière de l édition de logiciel : Les

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

Menu Julien & Mathieu Haym BTS NRC1

Menu Julien & Mathieu Haym BTS NRC1 Menu Julien & Mathieu Haym BTS NRC1 I- Introduction II-Les centres d appels III- Le métier de téléacteur IV- Les résultats du phoning V- Méthodes et utilisation de technologies au service de la productivité

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

Les cartes entreprises en 2014 et demain

Les cartes entreprises en 2014 et demain 2014 Les cartes entreprises en 2014 et demain Analyse prospective du marché des cartes entreprises L APECA accompagne depuis 10 ans le développement de la carte achat en France et se consacre, plus largement,

Plus en détail

Formation. Journée d information métiers du 17 novembre 2005

Formation. Journée d information métiers du 17 novembre 2005 Maison Commune Emploi du Sud Est Toulousain Formation Journée d information métiers du 17 novembre 2005 Les centres d appels A l initiative des partenaires de la Maison Commune Emploi Formation du Sud

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Le CRM Simplicité

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc»

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Royaume du Maroc Premier Ministre Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications «Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Synthèse des résultats de l étude réalisée

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

LIVRE BLANC AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE

LIVRE BLANC AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE 2 A PROPOS Pourquoi la gestion des leads (lead management) est-elle devenue si importante de nos jours pour les

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Trois notions sont devenues incontournables dans les affaires et ne peuvent que

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Pour une innovation productive

Pour une innovation productive Pour une innovation productive Par Didier Givert, Directeur Associé de PRTM Et Jean-Marc Coudray, Directeur Général de PlanView France Mots clés : Gestion de Portefeuille, Gouvernance informatique, Pilotage

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne?

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne? SYNTHÈSE Le marché des contenus et des services payants en ligne, historiquement fort en France sur la téléphonie fixe autour de Télétel puis d Audiotel s est développé autour de nouveaux canaux de diffusion

Plus en détail

Big Data et Marketing : les competences attendues

Big Data et Marketing : les competences attendues Big Data et Marketing : les competences attendues Laurence Fiévet Responsable Marketing Corporate Oney Banque Accord LA DYNAMIQUE DU MARKETING Selon la définition de Kotler et Dubois, «Le marketing est

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013 Offre IDALYS Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital Focus sur : 1. Équilibre entre CA et Fraude 2. Étude d opportunité e-wallets Mai 2013 IDALYS - Sommaire 1 Présentation d IDALYS

Plus en détail

L enquête Nationale Drive 2.0,

L enquête Nationale Drive 2.0, Dossier de presse L enquête Nationale Drive 2.0, des résultats surprenants Sommaire I- A propos de Parabellum II- Contexte : Le Drive en France III- Enquête Nationale Drive 2.0 - Méthodologie de l enquête

Plus en détail

Esri Location Analytics pour. la Banque. Etude de cas

Esri Location Analytics pour. la Banque. Etude de cas Esri Location Analytics pour la Banque Etude de cas Améliorer la performance de la banque grâce à Esri Location Analytics Ce cas pratique détaille l intérêt de l usage de la location analytics (l analyse

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

REGARD AILANCY SUR LE DIGITAL : Replacer le conseiller au centre de la relation client : les opportunités offertes par le digital

REGARD AILANCY SUR LE DIGITAL : Replacer le conseiller au centre de la relation client : les opportunités offertes par le digital 1 REGARD AILANCY SUR LE DIGITAL : Replacer le conseiller au centre de la relation client : les opportunités offertes par le digital Point de vue Ailancy Janvier 2014 Notre conviction : Dans un contexte

Plus en détail

agence marketing digital

agence marketing digital agence marketing digital www.digitall-conseil.fr 2 DIGITALL CONSEIL LE DIGITAL POUR TOUS «Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s

Plus en détail

Transition Energétique, Modèle allemand, Innovation, Jeanne Frangié & Angelos Souriadakis

Transition Energétique, Modèle allemand, Innovation, Jeanne Frangié & Angelos Souriadakis Transition Energétique, Modèle allemand, Innovation, Jeanne Frangié & Angelos Souriadakis Tous les pays européens, et notamment la France et l Allemagne, se sont engagés dans des transitions énergétiques

Plus en détail

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire?

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire? Management pourquoi et pour quoi faire? Un guide pratique pour comprendre l intérêt des solutions d Application Management, à l heure où les systèmes d information sont au cœur de l efficacité opérationnelle

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one"

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing One to one La gestion de la relation client Introduction Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one" apparaît en France en 1997. Mais le concept est né au début des années 1990, pour

Plus en détail

France Telecom Orange

France Telecom Orange France Telecom Orange fiches métiers assistant commercial et marketing conseiller commercial chef de produit technicien intervention supports réseaux assistant/gestionnaire RH domaine client conseiller

Plus en détail

Business Optimising Consulting Group. Consulting en systèmes d information

Business Optimising Consulting Group. Consulting en systèmes d information Business Optimising Consulting Group Consulting en systèmes d information Introduction La place toujours plus centrale des Directions des systèmes d'information au sein des entreprises les expose encore

Plus en détail