Corrigé du TD n o 11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Corrigé du TD n o 11"

Transcription

1 CPP 03/04 Fonctions réelles J. Gillibert Corrigé du TD n o Exercice Soient f et g deux fonctions continues R R. On suose que : x Q, f(x = g(x Montrer que f = g. Réonse : Raelons d abord le résultat suivant : tout nombre réel est limite d une suite de nombres rationnels, autrement dit l adhérence de Q est égale à R (on dit que Q est dense dans R. Pour justifier rigoureusement ce résultat, soit α un nombre réel, alors la suite (u n définie ar u n = 0n α 0 n est une suite de nombres rationnels (et même décimaux qui converge vers α. En effet, ar définition de la artie entière nous avons : 0 n α 0 n α < 0 n α + d où : α u n < α + 0 n ce qui n est as très étonnant : u n est la valeur arochée ar défaut à 0 n rès de α. Le théorème des gendarmes montre que (u n converge vers α. Passons à la résolution de l exercice rorement dit. Soit α un réel, et soit (u n une suite de nombres rationnels qui converge vers α. Alors, ar continuité de f, la suite f(u n converge vers f(α. De même, ar continuité de g, la suite g(u n converge vers g(α. Mais u n est un nombre rationnel, donc f(u n = g(u n our tout n. Par unicité de la limite d une suite, on en déduit que f(α = g(α. Exercice. Montrer que, our tout coule (a, b R, max(a, b = (a + b + a b. Réonse : On distingue deux cas : ou bien a b, dans ce cas a b est ositif ou nul, donc a b = a b. Par conséquent : (a + b + a b = (a + b + a b = a = max(a, b ou bien a < b, dans ce cas a b est strictement négatif, donc a b = a + b. Il en résulte que : Dans tous les cas la formule est bien vérifiée. (a + b + a b = (a + b a + b = b = max(a, b. Soient f et g deux fonctions continues D R. Soit max(f, g la fonction définie ar max(f, g : D R x max(f(x, g(x

2 Montrer que cette fonction est continue sur D. Réonse : D arès la question récédente, nous avons : max(f, g = (f + g + f g. Or la fonction f g est continue (comme différence de deux fonctions continues et la fonction valeur absolue est continue, donc la fonction f g est continue (comme comosée de fonctions continues. Finalement, f + g + f g est la somme de trois fonctions continues, donc est continue, ce qui montre que max(f, g est continue. Exercice 3. Montrer que l équation x 5 = x + a au moins une solution sur ]0, [. Réonse : Soit f(x = x 5 x, alors notre équation se réécrit f(x = 0. La fonction f est continue sur R et f(0 =, f( = 6. D arès le théorème des valeurs intermédiaires (TVI, comme 0 est comris entre f(0 et f(, il existe un réel α comris entre 0 et tel que f(α = 0. Comme f(0 et f( sont tous les deux non nuls, ce réel α aartient à l intervalle ouvert ]0, [.. Montrer que le olynôme x 3 + x a une unique racine qui aartient à l intervalle ]0, [. Réonse : Soit f(x = x 3 + x. La fonction f est continue dérivable sur R, et sa dérivée f (x = 3x + est strictement ositive sur R. Par conséquent, f est strictement croissante sur R, donc d arès le théorème de la bijection elle réalise une bijection entre l intervalle ]0, [ et l intervalle ]f(0, f([=], [. Ainsi, our tout r ], [, il existe un unique c ]0, [ tel que f(c = r, d où le résultat en renant r = Montrer que l équation x (cos x 5 + x sin x + = 0 admet au moins une solution réelle. Réonse : La fonction f : x x (cos x 5 + x sin x + est continue sur R. De lus, on calcule que f(0 = et que f(π = π. Comme π est négatif, on en déduit d arès le TVI qu il existe un réel β comris entre 0 et π tel que f(β = 0. Exercice 4 Soient n N et α ]0, + [. Démontrer, en utilisant le théorème de la bijection, que le olynôme P (X = X n α admet une unique racine dans ]0, + [. Réonse : La fonction P : x x n α est continue dérivable sur ]0, + [. Sa dérivée x nx n est strictement ositive sur ]0, + [. Par conséquent, P est strictement croissante, donc, d arès le théorème de la bijection, elle réalise une bijection entre ]0, + [ et son image, qui est ] α, + [. En articulier, il existe un unique réel c ]0, + [ tel que P (c = 0. Exercice 5 Soit P R[X] un olynôme de degré imair. Montrer que P admet une racine réelle. Réonse : Soit n = k + le degré de P, alors le terme de lus haut degré de P est de la forme ax k+ avec a 0. D arès le cours P (x + ax k+ On en déduit que : Le même équivalent étant valable en, il vient lim P (x = lim x + x + axk+ = a (+ lim P (x = lim x x axk+ = a ( Or a (+ et a ( sont deux infinis de signes contraires. La fonction P : R R étant continue, le théorème des valeurs intermédiaires rouve que l image de R ar la fonction P est l intervalle ], + [, autrement dit la fonction P : R R est surjective (attention : elle n est as injective en général. En articulier, 0 admet au moins un antécédent ar P, ce qu on voulait. Exercice 6 Soit f : [0, + [ [0, + [ une fonction continue, qui tend vers 0 quand x +.

3 . On distingue deux cas : ou bien f est la fonction nulle, dans ce cas il n y a rien à montrer, ou bien f n est as toujours nulle, dans ce cas il existe x 0 [0, + [ tel que f(x 0 > 0. D autre art, on sait que f tend vers 0 en +, donc en aliquant la définition de la limite avec ε = f(x0, on trouve qu il existe un réel A > 0 tel que x [0, + [, x A = f(x f(x 0 Comme f est à valeurs dans [0, + [, cela se reformule en : x [A, + [, 0 f(x f(x 0 Donc f est bornée sur l intervalle [A, + [. D autre art, le théorème des bornes montre que f est bornée sur l intervalle [0, A], lus récisément il existe des réels 0 m M tels que f([0, A] = [m, M]. ( Il en résulte que f est majorée sur [0, + [ ar max M, f(x0 (. Mais on constate que x 0 aartient à [0, A] (sinon la roriété ( serait contredite, donc M f(x 0 > f(x0. Il en résulte que f est majorée ar M sur [0, + [. Or, toujours d arès le théorème de bornes, il existe t [0, A] tel que f(t = M, donc f atteint sa borne suérieure.. La fonction f n atteint as forcément sa borne inférieure. Par exemle, la fonction f : [0, + [ [0, + [ x x + satisfait les hyothèses de l énoncé, mais n atteint as sa borne inférieure (qui est 0. Exercice 7 On considère la fonction f : [0, + [ R définie ar f(x = x + x x +. a Soit x ]0, [, alors 0 < x + x < x + d où 0 < f(x <. Donc ]0, [ est stable ar f. Un raisonnement analogue montre que ], + [ est stable ar f. b D arès ce qui récède, étant donné x 0 ]0, [, la suite (x n définie ar la relation de récurrence x n+ = f(x n est bien définie, et à valeurs dans ]0, [. c Pour montrer que (x n est croissante, il suffit de montrer que x ]0, [, f(x > x Or nous avons f(x x = x + x + Si x aartient à ]0, [, alors x < x donc 0 < x + < x +. Il en résulte que f(x x est strictement suérieur à, d où le résultat. La suite (x n est strictement croissante et majorée ar, elle converge donc vers une certaine limite l ]0, ]. Par continuité de f, cette limite satisfait f(l = l, c est-à-dire est un oint fixe de f. Or l équation f(l = l s écrit l + l l + = l Comme l 0, on eut diviser ar l les deux membres de l équation : l + l + = 3

4 c est-à-dire : l + = l + d où l l = 0, équation dont les solutions sont 0 et. Comme l 0, on en déduit que l =. Exercice 8. Soit f : [a, b] [a, b] une fonction continue. Montrer qu il existe x 0 [a, b] tel que f(x 0 = x 0. Réonse : Considérons la fonction g définie ar g : [a, b] R x f(x x Comme f est continue, g l est aussi. Il est clair ar construction de g que notre roblème se ramène à montrer l existence d un réel x 0 [a, b] tel que g(x 0 = 0. D autre art : g(a = f(a a 0 car f(a aartient à [a, b], en articulier f(a a De même : g(b = f(b b 0 car f(b aartient à [a, b], en articulier f(b b Donc 0 est comris entre g(a et g(b. D arès le théorème des valeurs intermédiaires, il existe donc x 0 [a, b] tel que g(x 0 = 0, CQFD.. Montrer que l équation cos x = x admet une solution comrise entre 0 et. Réonse : Comme cos([0, π ] = [0, ] et que [0, ] est inclus dans [0, π ], on en déduit que cos([0, ] est inclus dans [0, ]. Il suffit simlement d aliquer le résultat de la question récédente à la fonction cos : [0, ] [0, ]. 3. Donner un exemle de fonction continue g :]0, [ ]0, [ qui n admet as de oint fixe. Réonse : La fonction x x convient. Exercice 9 Soient I un intervalle de R et f : I R une fonction continue. Les roositions suivantes sont elles vraies ou fausses?. Si I est ouvert alors f(i est ouvert. Réonse : C est faux. Par exemle, sin(]0, π[ = [, ].. Si I est fermé alors f(i est fermé. Réonse : C est faux (mais la question est légèrement hors rogramme. En effet, l intervalle [, + [ est fermé (car son comlémentaire ], [ est ouvert, et la fonction x /x réalise une bijection continue entre [, + [ et ]0, ], qui n est as fermé. 3. Si I est borné, alors f(i est borné. Réonse : C est faux. Par exemle, l image de ]0, ] ar la fonction x /x est [, + [. 4. Si I est fermé borné, alors f(i est fermé borné. Réonse : C est vrai, d arès le théorème des bornes. Exercice 0 Soit f : R R la fonction définie ar f(x = + x. La fonction f est continue. De lus, la fonction x + x est strictement croissante, à valeurs ositives, sur [0, + [. Par conséquent, f est strictement décroissante sur ce même intervalle. D arès le théorème de la bijection, f réalise une bijection de [0, + [ sur son image, qui est : f([0, + [ =] lim x + f(x, f(0] =]0, ] 4

5 . D arès le théorème de la bijection, l alication f :]0, ] [0, + [ est continue, strictement décroissante (car de même sens de variation que f. 3. On calcule que : f (y = y. (our un calcul lus détaillé d une bijection réciroque, voir l exercice suivant. Exercice. Soit la fonction f : [, + [ R, définie ar f(x = x + x +. La fonction x x + x + étant strictement croissante sur [, + [, à valeurs ositives, la fonction x x + x + l est aussi. Par conséquent, la fonction f est strictement décroissante sur [, + [. D arès le théorème de la bijection, la fonction f étant continue strictement décroissante, elle réalise une bijection entre l intervalle [, + [ et son image. En outre : f([, + [ =] lim x + f(x, f( ] =]0, ]. Il nous reste à déterminer la bijection réciroque f. Pour cela, on se donne y ]0, ], et on cherche à déterminer (en fonction de y l unique x [, + [ tel que f(x = y. Cette équation s écrit : x + x + = y comme y est strictement ositif, cette équation équivaut à : x + x + = y c est-à-dire : (x + = y (notez bien l idée de asser à la forme canonique, qui évite la lourdeur de la résolution d une équation de degré en x dont le discriminant déend de y!. Comme x + est ositif, on en déduit que x + = y Ainsi : f (y = x = y.. On sait que la fonction tangente réalise une bijection entre ] π, π [ et R. Il nous faut donc trouver un intervalle I tel que la fonction h : x x 3 réalise une bijection entre I et ] π, π [. On voit bien que cet intervalle est I =] 3 π, 3 π [. Plus récisément, I est l image de ] π, π [ ar la bijection réciroque de la fonction h : x x 3. On a donc le diagramme suivant ] 3 π, 3 π [ h:x x 3 ] π, π [ tan dans lequel les deux fonctions sont bijectives. Donc leur comosée g = tan h est bijective, et la fonction réciroque g est obtenue en comosant les fonctions réciroques dans l autre sens, c est-à-dire : g = h arctan Plus exlicitement : g (y = { 3 arctan y si y 0 3 arctan y si y < 0 R 5

6 Exercice On considère la fonction f : R R définie ar f(x = { x si x Q x si x Q. Pour déterminer l alication f f on distingue deux cas - si x Q, alors f(x = x, donc f(f(x = f(x = x. - si x / Q, alors f(x = x. De lus, x étant irrationnel, x l est aussi, donc f( x = ( x = x. Dans tous les cas, on a montré que f(f(x = x, c est-à-dire que f f = id R. Raelons (voir le cours d algèbre que, si f et g sont deux fonctions telles que f g = id et g f = id, alors f et g sont bijectives, et réciroques l une de l autre. Ce résultat s alique bien dans notre cas, en renant les deux fonctions égales à f. On en déduit que f est bijective, et que f = f.. Pour voir que f n est as monotone, on doit montrer qu elle n est ni croissante, ni décroissante. Nous avons : d où : f(0 = 0, f( = et f( = (car est irrationnel. f(0 < f( et f( > f( La remière inégalité montre que f n est as décroissante, la seconde montre que f n est as croissante. Il reste à voir que f n est as continue sur R. Pour cela, il suffit de trouver un oint x 0 où elle n est as continue. Choisissons x 0 =. Raelons que f( =. D autre art, soit (u n une suite de nombres rationnels qui converge vers (une telle suite existe d arès l ex., alors f(u n = u n our tout n, donc la suite f(u n converge vers, autrement dit : lim f(u n = f(. n + D arès le critère séquentiel, f n est donc as continue en. Exercice 3 Soit h : R R une fonction continue telle que : x R, ( x h(x = h. Montrer que h est constante. Réonse : On se donne un réel x. Par une récurrence immédiate, on voit que : ( x h(x = h n our tout entier n. Comme la suite ( ( x converge vers 0, ar continuité de h la suite h x n converge vers h(0. Or la suite n h ( x est constante égale à h(x d arès ce qui récède. Donc h(x = h(0. Ainsi nous avons démontré n que la fonction h est constante, égale à h(0. Exercice 4 Soit f : [0, ] R une fonction continue telle que f(0 = f(, et soit un entier fixé. Montrer qu il existe un réel x [0, ] tel que ( f x + = f(x. 6

7 Réonse : On considère la fonction h définie ar : [ h : 0, ] R x f ( x + f(x Alors h est continue, et le roblème de déart équivaut à trouver un réel x tel que h(x = 0. Nous avons : ( h(0 = f f(0 ( ( ( h = f f En sommant le tout, on trouve que :. ( ( h = f( f ( k h = f( f(0 = 0. k=0 ( ( i On en déduit qu il existe deux entiers i et j avec i < j tels que 0 soit comris entre h et h j. En effet, si une somme de termes est nulle, alors ou bien tous les termes sont nuls, ou bien certains sont ositifs et d autres sont négatifs. [ ] Il suffit alors d aliquer le théorème des valeurs intermédiaires à la i fonction h sur l intervalle, j. 7

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone.

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. LEÇON N 6 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. Pré-requis : I est un intervalle si a,b I a b, [a,b] I ; Toute partie non

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle Éisode 4 La fonction exonentielle Existence et définition On considère l équation différentielle dérivées.. Existence Théorème d existence: admis y = y sur R: on cherche donc la ou les fonctions dérivables

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 8 : Fonctions réelles : limites et continuité - Correction des exercices

Séance de soutien PCSI2 numéro 8 : Fonctions réelles : limites et continuité - Correction des exercices Séance de soutien PCSI2 numéro 8 : Fonctions réelles : limites et continuité - Correction des eercices Tatiana Labopin-Richard 28 janvier 205 Problèmes de limites Eercice : Trouver les limites suivantes

Plus en détail

Continuité des fonctions réelles

Continuité des fonctions réelles Chapitre 2 Continuité des fonctions réelles 2.1 Généralités Définition 2.1.1. Une fonction réelle f est une application d une partie D de R dans R. La partie D est appelée ensemble (ou domaine) de définition

Plus en détail

Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires

Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires I) Notion de continuité 1) Définition On dit qu une fonction est continue sur un intervalle I lorsque le tracé de sa courbe représentative

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail

Etude de suites définies par différents types de récurrence

Etude de suites définies par différents types de récurrence Etude de suites définies par différents types de récurrence F.Gaudon 22 juillet 2005 Table des matières 1 Suites arithmétiques 2 2 Suites géométriques 2 3 Suites arithmético-géométriques 3 4 Suites récurrentes

Plus en détail

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle Maths PCSI Exercices Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle 1 Aspects locaux 1 + x 1 x si x 0 Exercice 1 Etudier la dérivabilité en 0 de x x 1 sinon Exercice 2 Dériver x 1 + 2 + x. Recommencer,

Plus en détail

Chap. 2 : Fonctions : limites, continuité, dérivabilité Mathématiques T S

Chap. 2 : Fonctions : limites, continuité, dérivabilité Mathématiques T S I Notion de continuité 1) Fonctions continues Définition 1 : Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant a. Remarques : On dit que f est continue en a si lim f(x) = f(a) On dit que f est

Plus en détail

Chapitre 8 : Fonctions continues

Chapitre 8 : Fonctions continues Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons «Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International». https://melusine.eu.org/syracuse/immae/ Chapitre 8

Plus en détail

Les fonctions : Limites, Continuité

Les fonctions : Limites, Continuité Les fonctions : Limites, Continuité f désigne une fonction définie sur un intervalle I ; On note C f sa courbe représentative dans un repère du plan I) Limite d une fonction au voisinage de l infini I

Plus en détail

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

Chapitre 2 : Suites numériques

Chapitre 2 : Suites numériques Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 013-014 Chapitre : Suites numériques Dans tout ce qui suit on considère des suites (u n ) n N à valeurs réelles, c est à dire des applications de N

Plus en détail

Formules de Taylor. Applications.

Formules de Taylor. Applications. CAPES 27 Décembre 27 Oral Analyse Formules de Taylor. Applications. Remarques Le niveau naturel de cette leçon est celui du Deug. Pré-requis. Continuité, dérivabilité, inégalité des accroissements finis,

Plus en détail

Fonction d une variable réelle

Fonction d une variable réelle Fonction d une variable réelle 1 Fonction d une variable réelle : généralités Définitions Fonctions et opérations Fonctions et ordre Propriétés particulières Monotonie Limites Limites et opérations Limites

Plus en détail

Chapitre 7. Espaces L p. 7.1 Définition des espaces L p Définitions et exemples. On fixe un espace mesuré (X, A, µ).

Chapitre 7. Espaces L p. 7.1 Définition des espaces L p Définitions et exemples. On fixe un espace mesuré (X, A, µ). Chaitre 7 Esaces L 71 Définition des esaces L On fixe un esace mesuré (, A, µ) 711 Définitions et exemles Définition 711 Soit 1 < + On dénote ar L (, A, µ) l ensemble des fonctions mesurables f : C telles

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 5 [ ] [correction] Soient u 0 ]0, 1[ et pour tout n N,

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 5 [ ] [correction] Soient u 0 ]0, 1[ et pour tout n N, [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 0 juillet 04 Enoncés Suites récurrentes Exercice [ 0038 ] [correction] Etudier la suite définie par u 0 > 0 et pour tout n N, Exercice [ 00330 ] [correction] Soient

Plus en détail

EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT u n+1 = f(u n )

EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT u n+1 = f(u n ) EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT 1. Soit la fonction f définie sur R par f(x) = 1 2 (1+x2 ). Montrer que la suite (u n ) n 0 définie par la relation de récurrence est croissante quel que soit u 0 réel.

Plus en détail

EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES

EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES Terminales S - S2 N. Chiffot S. Coursaget J. Giovendo Durée : 4 heures. Nombre de pages : 7. L utilisation de la calculatrice est autorisée. Corrigé TS - TS2

Plus en détail

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Notations. K désigne R ou C. S (K désigne l'ensemble des suites d'éléments de K et u, v des éléments de S (K. I, J désignent des

Plus en détail

Limites de fonctions

Limites de fonctions Aix-Marseille Université 013-014 Analyse I PLANCHE : LIMITES, CONTINUITÉ Les exercices marqués du symbole sont les exercices qui seront traités prioritairement en TD. Le site internet EXO7 (http ://exo7.emath.fr)

Plus en détail

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION 1) Du sens de variation au signe de la dérivée Théorème (admis) : soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I. o Si f est une fonction croissante sur I,

Plus en détail

Cours de Mathématiques Continuité, dérivabilité, convexité

Cours de Mathématiques Continuité, dérivabilité, convexité Table des matières I Continuité....................................... 2 I.1 Continuité en un point............................ 2 I.2 Propriétés................................... 3 I.3 Continuité sur

Plus en détail

(croissances comparées) x + x 1 x x 1. 1 x 1 x 1 x = 2 = 1

(croissances comparées) x + x 1 x x 1. 1 x 1 x 1 x = 2 = 1 Eercice.. 2. 3. e 2 ln = e 2 ( 2 ) /2 } ln {{ / } (ln ) 3 2 2 = (ln ) 3 / 2 / /(2) 2 }{{} sin 0 car sin est bornée et 0. 0 4. e (aucune difficulté!) 5. Il faut distinguer 0 et 0. 6. (croissances comparées)

Plus en détail

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉRIVABILITÉ 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée 1.1 Définitions et premières propriétés Définition 1.1 Dérivabilité en un point Soient f : I R une application et a I. On dit que f est dérivable

Plus en détail

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles LEÇON N 71 : Fonctions onentielles Pré-requis : Notions de dérivabilité ; Une fonction dont la dérivée est nulle est constante ; Théorème de Cauchy-Lipschitz pour l existence d une solution d une équation

Plus en détail

Suite récurrente définie par une fonction

Suite récurrente définie par une fonction Suite récurrente définie par une fonction Rédigé par un enseignant et un élève de l Ecole Polytechnique (Vincent Langlet). Niveau : Approfondir la Terminale S ou Première Année post bac Difficulté : Exercice

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

ENSEMBLES ET APPLICATIONS

ENSEMBLES ET APPLICATIONS ENSEMBLES ET APPLICATIONS 1 Applications : définitions ensemblistes Définition 1.1 Application Soient E et F deux ensembles. On appelle application de E dans F un objet { mathématique f qui à tout élément

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Chapitre 12 Limites et continuité de fonctions Mathématiques PTSI Lycée Déodat de Séverac Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Limites et continuité de fonctions 1 / 53 Notations : On note, sauf

Plus en détail

Formule de Taylor-Lagrange

Formule de Taylor-Lagrange Formule de Taylor-Lagrange Exercice. Soit x un réel strictement positif et f une fonction sur [0, x].. Quelles sont les hypothèses qui permettent d écrire la formule de Taylor-Lagrange pour f sur [0, x]

Plus en détail

Dérivabilité d une fonction numérique.

Dérivabilité d une fonction numérique. 34 Chapitre 6 Dérivabilité d une fonction numérique. 6.1 Taux d accroissement Définition : Soient f une fonction numérique et I D f un intervalle ouvert. Soit c I, on appelle taux d accroissement de f

Plus en détail

EXERCICE 3 (7 points )

EXERCICE 3 (7 points ) EXERCICE 3 (7 points ) Commun à tous les candidats La page annexe sera à compléter et à remettre avec la copie à la fin de l épreuve. PARTIE A On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0; +

Plus en détail

1 Inégalité des accroissements nis. Chantal Menini 18 mai Résultat.

1 Inégalité des accroissements nis. Chantal Menini 18 mai Résultat. Inégalité des accroissements nis. Exemples d'applications à l'étude de suites et de fonctions. L'exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l'utilisation d'une calculatrice. Chantal

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Suites récurrentes du type u n+1 = f(u n )

Suites récurrentes du type u n+1 = f(u n ) Suites récurrentes du type u n+ = f(u n ) Exemple : Soit la suite définie par la relation de récurrence : n N u n+ = u n u 2 n. En posant f la fonction définie sur R par x x x 2, on obtient que pour tout

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

I. Equation et inéquation du second degré

I. Equation et inéquation du second degré I. Equation et inéquation du second degré Théorème : Soient a, b et c des nombres réels avec a non nul, on appelle discriminant et on note Δ le nombre b 2 4ac. L équation ax 2 + bx + c = 0, - admet deux

Plus en détail

Limites et Continuité

Limites et Continuité Voisinages, Points adhèrents Limites Fonctions continues Les grands théorèmes sur les fonctions continues Département de Mathématiques, Faculté des Sciences de Fès. Octobre 2013 Voisinages, Points adhèrents

Plus en détail

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Eercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Enoncés Eercice Démonstration du théorème des accroissements finis Soit f : [a, b] R, continue sur [a, b], dérivable sur ]a, b[ En appliquant le

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

et f(x) = Interprétation graphique : Une fonction est continue sur un intervalle, si on peut la dessiner d un seul trait sans lever le crayon.

et f(x) = Interprétation graphique : Une fonction est continue sur un intervalle, si on peut la dessiner d un seul trait sans lever le crayon. Continuité 1 Généralités 1.1 Continuité en un point Soit f une fonction d une variale réelle définie sur un intervalle I et x 0 I. En particulier, f est définie en x 0. Définition (Rappel) 1. Onditquef

Plus en détail

CHAPITRE 19 Dérivation des fonctions d une variable réelle

CHAPITRE 19 Dérivation des fonctions d une variable réelle CHAPITRE 19 Dérivation des fonctions d une variable réelle Sommaire 19.1 Nombre dérivé et fonction dérivée........................... 2 19.1.1 Définitions......................................... 2 19.1.2

Plus en détail

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m].

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m]. LEÇON N 75 : Applications de la dérivation à l étude d extrémums éventuels d une fonction numérique d une variable réelle. Exemples. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à

Plus en détail

3.1 Suites mal dénies 3.2 Exercices se ramenant au cas où f est croissante 1.3 Cas où f est décroissante. 1 Résultats principaux du cours

3.1 Suites mal dénies 3.2 Exercices se ramenant au cas où f est croissante 1.3 Cas où f est décroissante. 1 Résultats principaux du cours Application des critères de convergence des suites monotones à l'étude des suites récurrentes du type u n+1 = f(u n ) Plan de ce chapitre 1 Résultats principaux du cours 11 Conditions susantes assurant

Plus en détail

Remarque : une fonction continue sur un intervalle possède une représentation graphique qui

Remarque : une fonction continue sur un intervalle possède une représentation graphique qui Chapitre 6 : CONTINUITE - DERIVATION 1. CONTINUITE 1. 1 Continuité en un point Définition Soit f une fonction numérique définie sur un intervalle I de R, et a un élément de I (distinct des bornes de I)

Plus en détail

Cours sur les limites de fonctions et la continuité M. HARCHY TS 2 -Lycée Agora-2015/2016

Cours sur les limites de fonctions et la continuité M. HARCHY TS 2 -Lycée Agora-2015/2016 Cours sur les limites de fonctions et la continuité M. HARCHY TS 2 -Lycée Agora-205/206 Limite d une fonction. Limite à l infini.. Limite finie d une fonction à l infini Définition Soit f une fonction

Plus en détail

FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE CHAPITRE 4 FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE On appelle fonction numérique une application définie sur une partie D de R, à valeurs dans R. 1 Bornes d une fonction Définition 4.1 Soient D R et f : D R. f

Plus en détail

Math I Analyse Feuille 4 : Fonctions, fonctions continues

Math I Analyse Feuille 4 : Fonctions, fonctions continues Math I Analyse Feuille 4 : Fonctions, fonctions continues 1 Quelques calculs élémentaires 11 Limites On rappelle les limites suivantes : lim ep = + et lim ep = 0 lim ln = + et lim ln = 0 Eercice 1 Soit

Plus en détail

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 CPUS I. Les suites numériques I.1. Premières définitions. Définition. Une suite réelle est une fonction dont l ensemble de départ est une partie de N du

Plus en détail

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application

Plus en détail

CONCOURS BLANC PCSI MATHÉMATIQUES 1 - Correction

CONCOURS BLANC PCSI MATHÉMATIQUES 1 - Correction CONCOURS BLANC PCSI MATHÉMATIQUES - Correction Eercice. Calculs d intégrales Les trois questions sont indépendantes. t. Par I.P.P., arctan t dt = t arctan + t dt = t arctan t ln( + t + C.. Il faut se ramener

Plus en détail

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION Ph DEPRESLE 30 septembre 05 Table des matières Dérivée en un point Continuité et dérivabilité 3 Fonction dérivée 4 Sens de variation d une fonction dérivable 3 5 Dérivées

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Continuité, dérivabilité et étude de fonctions

CHAPITRE 2 : Continuité, dérivabilité et étude de fonctions CHAPITRE 2 : Continuité, dérivabilité et étude de fonctions 1 Langage de la continuité... 2 1.1 Définition... 2 1.2 Illustration grapique... 2 1.3 Fonctions usuelles... 2 2 Téorème des valeurs intermédiaires...

Plus en détail

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N Agrégation Interne Esaces L Produit de convolution Transformation de Fourier On ourra revoir les oints de cours suivant : intégrales définies et généralisées ; théorème de convergence dominée, théorèmes

Plus en détail

Continuité Compléments de dérivation

Continuité Compléments de dérivation Continuité Compléments de dérivation Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 015/016 Table des matières 1 Notion de continuité 1.1 Limite finie en un réel a......................................... 1. Définitions

Plus en détail

Exercices d Analyse 1

Exercices d Analyse 1 Exercices d Analyse 1 Année 2016-2017 François Simenhaus Bureau B 640 simenhaus@ceremade.dauphine.fr 2 3 Feuille d exercices n 1 : Nombres réels Exercice 1. 1. Parmi les assertions suivantes, lesquelles

Plus en détail

Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive

Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive Ce document vient en complément du chapitre 6 du livre Informatique, programmation et calcul scientifique en Python et Scilab, publié chez ellipses.

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

Domaines de définition, variations

Domaines de définition, variations Licence MIASHS première année, UE Analyse S MI0A0X Cours : Marc Perret Feuille d exercices numéro du 04 octobre 202 Important : - les exercices sans astérisque doivent être maitrisés Ils sont du type de

Plus en détail

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit f : R R dénie par. 1 x arccos x. Montrer que f est totalement discontinue. dénie sur R +.

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit f : R R dénie par. 1 x arccos x. Montrer que f est totalement discontinue. dénie sur R +. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 avril 017 Enoncés 1 Limite et continuité Généralités sur les fonctions Eercice 1 [ 00501 ] [Correction] Soit f une fonction croissante de [0 ; 1] dans [0 ; 1].

Plus en détail

Fonctions continues. le développement décimal propre de x. 10 1) Soit f : [0, 1[ [0, 1[ définie par : f(x) = x k+1. k= k 1 + x ) x + a R.

Fonctions continues. le développement décimal propre de x. 10 1) Soit f : [0, 1[ [0, 1[ définie par : f(x) = x k+1. k= k 1 + x ) x + a R. Fonctions continues Exercice 1. Fonction périodique Soit f : R R et T > 0. On suppose que f est T -périodique cad : x R, f(x + T ) = f(x). 1) Si f possède une limite en +, montrer que f est constante.

Plus en détail

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10 CPI - ANALYSE CORRECTION Eercices Chapitre 3 - Limites et fonctions continues Eercice 3 Correction : { Soit E 3 + 75 }, R et + 36 3 On a + 36 3 9 3 On pose f 3 + 75 Comme f est impaire, il suffit de l

Plus en détail

Limite et continuité de fonctions réelles

Limite et continuité de fonctions réelles Limite et continuité de fonctions réelles Denis Vekemans Introduction : on désigne par "fonction réelle" tout fonction d une variable réelle à valeurs réelles. 1 Limite finie 1.1 Définitions 1.1.1 Définition

Plus en détail

Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR.

Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR. I Notion de suite réelle ) Définition : Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR. Le réel U(n) est noté U n il est appelé terme général

Plus en détail

Etude de fonction : notion de continuité

Etude de fonction : notion de continuité Etude de fonction : notion de continuité Leur faire lire des rappels sur les fonctions pour le jour en question. Toutes les fonction considérées dans ce chapitre sont définies sur ou une partie de et sont

Plus en détail

Chapitre 2 - Continuité et convexité

Chapitre 2 - Continuité et convexité Chapitre 2 - Continuité et convexité I Rappels : sens de variation et dérivée Soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I. Si la dérivée est strictement positive sur l intervalle I, alors

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires. 1. Méthode de dichotomie

Résolution d équations non linéaires. 1. Méthode de dichotomie Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Résolution d équations non linéaires On considère une fonction réelle f définie sur un intervalle [a, b], avec a < b, et continue sur cet intervalle et on suppose que

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 014 Enoncés 1 Fonctions numériques Limites d une fonction numérique Généralités sur les fonctions numériques Eercice 7 [ 01784 ] [correction] Déterminer

Plus en détail

Limites, continuité. ECE3 Lycée Carnot. 10 janvier 2012

Limites, continuité. ECE3 Lycée Carnot. 10 janvier 2012 Limites, continuité ECE3 Lycée Carnot 10 janvier 01 Ce premier gros chapitre sur l étude de fonctions depuis septembre regroupe en fait des résultats de nature diverse, qui recouvrent à peu près tout ce

Plus en détail

Fonctions Numériques :

Fonctions Numériques : Fonctions Numériques : Limites et continuité. 1. Notion de limites Dénitions, opérations et Exemples. 2. Fonctions monotones. (a) Dénitions. (b) Limites des fonctions monotones. 3. Fonctions continues.

Plus en détail

Convergence de suites. Suites récurrentes

Convergence de suites. Suites récurrentes Convergence de suites Les suites dont on donne ci-dessous le terme général sont-elles convergentes? cos n + 3n a) ln n + 2n g) sin n n b) 4n 2 + 5n + 6 2n c) en n h) 2 n ( 1) n n 2 d) sin n e n e) n 1

Plus en détail

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis I Limites Continuités Exercice 1 : Soit ] [ la fonction définie par : Déterminer les

Plus en détail

Chapitre 5. Applications

Chapitre 5. Applications Chapitre 5 Applications 1. Définitions et exemples Définition 5.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

2 Fonctions : limites et continuité

2 Fonctions : limites et continuité capitre Fonctions : ites et continuité Activités (page ) ACTIVITÉ Dans le cas, f est continue sur [ ; ] puisqu elle est d un seul morceau. Dans le cas, f est discontinue en, donc n est pas continue sur

Plus en détail

Limites et continuité

Limites et continuité 1 Limites et continuité Table des matières 1 Limites - Rappels de première 2 1.1 Définition................................. 2 1.2 Asymptotes parallèles aux axes..................... 3 1.3 Limites des

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot NOMBRES RÉELS 1 Approximations d un réel 1.1 Ensembles de nombres Notation 1.1 On note R l ensemble des nombres réels. On note Q l ensemble des nombres rationnels i.e. l ensemble des nombres de la forme

Plus en détail

est et si a < 0 alors c est +. On échange les deux côtés de 0 lorsque b < 0. . Donc la limite est = ln(1+x) )

est et si a < 0 alors c est +. On échange les deux côtés de 0 lorsque b < 0. . Donc la limite est = ln(1+x) ) P.C.S.I. Éléments de correction. Eercice. Fau: sur R + prendre et.. Vrai c est du cours.. Fau: prendre +cos. 4. Vrai: Supposons f T périodique et croissante. Soient < y réels et n N tel que + nt > y; alors

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre V : Suites numériques 1 Un peu de topologie de R On a vu dans le chapitre

Plus en détail

Continuité sur un intervalle

Continuité sur un intervalle Continuité sur un intervalle Bcpst 1 27 février 2017 Notations du chapitre Dans tout ce chapitre, et sauf mention contraire : I est un intervalle de non vide et non réduite à un point ; est un domaine

Plus en détail

LEÇON N 66 : Théorème de Rolle. Applications.

LEÇON N 66 : Théorème de Rolle. Applications. LEÇON N 66 : Théorème de Rolle. Applications. Pré-requis : Notions de limite, continuité, dérivabilité ; Théorème des valeurs intermédiaires ; L image d un segment par une application continue est un segment.

Plus en détail

Exercices : Fonctions Dérivables

Exercices : Fonctions Dérivables Exercices : Fonctions Dérivables Exercice Déterminez l ensemble de dérivabilité des fonctions suivantes et calculez leur dérivée. ) f : x x 2 + x 2 2) f : x x + cos( x ) 3) f : x arctan( xe x ) 4) f :

Plus en détail

Exercices : Fonctions continues

Exercices : Fonctions continues Eercices : Fonctions continues Eercice 1 Sur quels ensembles les fonctions suivantes sont elles continues? sin() si 0 1) f : 2) f : E() 2 si = 0 3) f : sin(π)e() 4) f : sin() sin( 1 ) si 0 0 si = 0 Eercice

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles Mathématiques - ECS 6 Dérivation et accroissements finis. Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 06, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 6 Dérivation et accroissements

Plus en détail

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction I. Continuité Définition : Continuité d une fonction Dire que f est continue en a signifie que f a une limite finie en a ; cette limite est alors

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail

Résumé du cours sur les suites.

Résumé du cours sur les suites. Résumé du cours sur les suites. 1 Suites numériques réelles et principe de récurrence 1.1 Les deux façons de définir une suite numérique réelle Définition. On note n 0 un entier naturel (en général n 0

Plus en détail

Continuité d une fonction et équation

Continuité d une fonction et équation Continuité d une fonction et équation I) Notion de continuité 1) Définition On dit qu une fonction est continue sur un intervalle I lorsque le tracé de sa courbe représentative sur l intervalle I se fait

Plus en détail

). 1. Montrer que pour tout n 1 on a u n > Démontrer que pour tout n 1 on a u n+1 2 = 1 (u n 2) 2

). 1. Montrer que pour tout n 1 on a u n > Démontrer que pour tout n 1 on a u n+1 2 = 1 (u n 2) 2 TS Suites récurrentes Exercices Exercice. Soit u la suite définie par u 0 = 3 et pour tout entier n, + = 4un +.. Démontrer que pour tout entier n, >.. On définit la suite v pour n N par v n = un. Montrer

Plus en détail

Corrigé Maths II, TSI 2011 Elhor Abdelali, CPGE Mohammedia. Premier problème

Corrigé Maths II, TSI 2011 Elhor Abdelali, CPGE Mohammedia. Premier problème Corrigé Maths II, TSI 011 Elhor Abdelali, CPGE Mohammedia Premier roblème Première artie 1.1. 1.1.1. Soit x = x 0,..., x 1 ) C. Quelques roriétés de Φ On a, Φ x) = 0 k {0,..., 1}, P x ω k ) = 0, ce qui

Plus en détail

Arithmétique. 1 Nombres entiers, divisibilité. 1.1 Nombres entiers. Université Paris XI PCS0 Arithmétique 2011/2012

Arithmétique. 1 Nombres entiers, divisibilité. 1.1 Nombres entiers. Université Paris XI PCS0 Arithmétique 2011/2012 Université Paris XI PCS0 Arithmétique 2011/2012 Arithmétique 1 Nombres entiers, divisibilité 1.1 Nombres entiers On aelle N l ensemble des nombres entiers ositifs 0, 1, 2, 3,.... Cet ensemble est infini.

Plus en détail

(1 + x) n 1 + nx. π x sin x x. n 2. La majorer et la minorer à partir d un certain rang + 1 par des suites de la forme cn.

(1 + x) n 1 + nx. π x sin x x. n 2. La majorer et la minorer à partir d un certain rang + 1 par des suites de la forme cn. Chapitre 8 Les nombres réels 8.1 Valeur absolue, majorer, minorer. On considère l ensemble des nombres réels noté R, muni de l ordre usuel et des opérations +,. On verra plus tard que (R, +, ) est un corps.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a)

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a) 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre VII : Dérivation Notations : On reprend dans ce chapitre les notations

Plus en détail

Bijections et continuité

Bijections et continuité CHAPITRE 7 Bijections et continuité 7.1 Images et antécédants 7.1.1 Images directes et images réciproques Dénition 1 Soit x E. Alors l'élément f(x) est appelé l'image de x par f. Soit y F. Si z est un

Plus en détail

Exercices : Suites réelles

Exercices : Suites réelles Exercices : Suites réelles Exercice : Démontrer par récurrence les résultats suivants : n+. n N, k k = n n+ + n. n N, (k +) = n. Soit a R + fixé, n N, (+a) n +na 4. n, n! n Analyse : Chapitre Exercices

Plus en détail