Comment parler de mauvaises nouvelles. Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment parler de mauvaises nouvelles. Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur"

Transcription

1 Comment parler de mauvaises nouvelles Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur 1

2 Les mauvaises nouvelles dans les différentes périodes Phase potentiellement curative Phase probablement palliative Phase palliative 2

3 Conséquences de l annonce Dès l annonce d un diagnostic il y a : Questionnement sur la possibilité de guérison Évaluation des pertes financières liées à la diminution ou à l arrêt de travail, liées aux coûts des soins globaux Expression ou non expression des inquiétudes vécues par les proches 3

4 Phase potentiellement curative Dès le début de la maladie, certains patients désirent une information limitée En général les patients âgés La majorité, désire recevoir le maximum d information C est à ce moment là que l internet peut être une aide ou une nuisance 4

5 Pour les trois périodes Ne rien dire, entraîne une impression d insécurité, isole le patient et facilite l apparition de la peur Ils ont déjà entendu beaucoup d informations négatives par les média et le bavardage des salles d attentes 5

6 En tout temps La franchise est de mise avec: parcimonie jugement délicatesse patience 6

7 Phase probablement palliative et palliative On peut informer en plusieurs étapes : une infirmière pivot devient précieuse Évaluation préalable de ce qui est compris À chaque étape, réévaluer ce qui est compris C est normal d avoir à répéter plusieurs fois Garder des espoirs réalistes: Congé de fin, fête d un enfant, renouer avec des proches éloignés 7

8 SPIKE S=setting Contexte et écoute P=perception Perception du patient, de sa condition et du sérieux I=invitation Du patient à donner l information K=knowledge Explication des résultats médicaux E=explore Vérification des émotions et manifestation de l empathie S=strategy Plan d action et résumé 8

9 Que comprennent les patients L importance de ne pas utiliser de termes médicaux a toujours eu l emphase: avoir un vocabulaire simple (ex : positif/négatif/progression) Les patients ne retiennent que 25 % de ce qui est dit L interprétation positive de message négatif est une façon d affronter la maladie Messages les plus réconfortants : Ils ne seront pas abandonnés Patients préfèrent messages clairs plutôt que vagues MAIS, il est important de choisir les mots L utilisation de mots «d avertissement»( ex: malheureusement) permet de voir si le patient est prêt à entendre le reste par rapport à ses attentes.ils servent de préparation mentale. Cancer patients misinterpretation of verbal expressions when given information about ending cancer treatment Palliative Medicine

10 Que comprennent les patients Il est important d avoir une idée de comment le patient interprète les mots utilisés Il est important d avoir une image du contexte culturel et familial 10

11 Programme québécois de lutte contre le cancer Qu il y ait un continuum entre les interventions de prévention, de traitement et de soutien : Une infirmière pivot peut rencontrer le patient dès le diagnostic Elle peut collecter les informations nécessaires pour bien suivre ce patient Elle lui donne les informations nécessaires ainsi qu aux proches Elle est à l écoute du patient et des proches Elle informe les membres de l équipe interdisciplinaire du contexte de vie de ce patient Les membres de l équipe travaillent avec les standards de pratique reconnu en oncologie 11

12 Phase palliative: comme intervenant On ressent de l impuissance On est formé à GUÉRIR On apprend à ACCOMPAGNER avec nos patients terminaux On apprend à utiliser notre science pour leur CONFORT qui est devenu le but du traitement et ils le savent que nous ne parlons plus de guérison Le patient craint d être abandonné Il le ressent quand on passe vite 12

13 Accompagner en équipe Guérir parfois Conforter toujours 13

14 Références Palliative Medicine 2002; 16: : Cancer patients interpretation of verbal expressions when given information about ending cancer : Truth may hurt but deceit hurts more: communication in palliative care Neurologic Clinics Nov 2001; Vol 19: No 4 «Communication skills in palliative care : A practical guide» 14

La communication des soignants avec les malades chroniques

La communication des soignants avec les malades chroniques La communication des soignants avec les malades chroniques L annonce de mauvaises nouvelles M. Voilà donc le docteur Z a demandé que vous passiez me voir pour les résultats de notre heu biopsie qu il a

Plus en détail

L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage. Stéphanie Gorde-Grosjean

L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage. Stéphanie Gorde-Grosjean L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage Stéphanie Gorde-Grosjean Introduction Difficultés émotionnelles Caractère contre-nature de la maladie cancéreuse chez l enfant Déchirement éthique

Plus en détail

Bases théoriques de la relation d aide

Bases théoriques de la relation d aide Bases théoriques de la relation d aide UE 4.2 S3 Soins relationnels Promotion 2012-2015 mercredi 18 septembre 13 1 1. La relation d aide: origine et développement 2. Définition de la relation d aide 3.

Plus en détail

La consultation infirmière

La consultation infirmière La consultation infirmière Francine Python Congrès SOS, 18 mars 2010 Le Contexte de Travail Établissement privé de la Côte vaudoise Service ambulatoire d oncologie et d hématologie Entre 25 et 40 patients

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance De la naissance àl adolescence, Le DE LA NAISSANCE A L ADOLESCENCE, LE TRAJET DE LA CONFIANCE trajet de la Véronique DEBOUNY Sabine GENOT Sylvie HASTIR 20/9/2012 «Soigner en toute» Debouny Véronique, Genot

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer

La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer Alexia BOULANGER Infirmière EMSP Institut Paoli Calmettes - Marseille Enquête pour tenter

Plus en détail

Culture et relation soignant - soigné

Culture et relation soignant - soigné 18/09/2015 Département Universitaire des Soins Infirmiers Unité d Enseignement 1.1 S2 «Anthropologie de la maladie et de la santé» Culture et relation soignant - soigné A. DUMOND Professeur d anthropologie

Plus en détail

L expérience de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont

L expérience de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont L expérience de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont Colloque «Un hôpital accueillant pour les personnes âgées» 1er et 2 mai 2008 Par Dr Odette Roy, Ph.D. Michel Bourbeau, M.D. Plan de la présentation Contexte

Plus en détail

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Objectifs de la présentation Décrire les grands principes qui nous ont guidés

Plus en détail

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC)

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Présenté par : Nathalie Painchaud, Inf., B.Sc. Diane Nault, Inf., M.Sc. Service régional de soins pulmonaires à domicile (SRSAD) Hôpital

Plus en détail

L AIDE MÉDICALE À MOURIR : DÉFIS ET CONSÉQUENCES

L AIDE MÉDICALE À MOURIR : DÉFIS ET CONSÉQUENCES Défis éthiques en santé : réflexions et pratiques L AIDE MÉDICALE À MOURIR : DÉFIS ET CONSÉQUENCES Samedi 6 février 2016 Hôtel Hilton Lac Leamy, 3 boulevard du Casino, Gatineau (Québec) Pour détails et

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants

Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants Beat Sottas Sarah Brügger Adrienne Jaquier Projet approuvé par le FNRS Beaucoup de personnes désirent

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

Les impacts du virage ambulatoire : responsabilités et encadrement dans la dispensation des soins à domicile

Les impacts du virage ambulatoire : responsabilités et encadrement dans la dispensation des soins à domicile Les impacts du virage ambulatoire : responsabilités et encadrement dans la dispensation des soins à domicile Octobre 2001 Eric Gagnon, Ph. D. Nancy Guberman, M.A. Denyse Côté, Ph. D. Claude Gilbert, M.A.

Plus en détail

Module 6 FORMER SON APPRENTI (E)

Module 6 FORMER SON APPRENTI (E) Module 6 FORMER SON APPRENTI (E) Objectifs Préparation des groupes définition des règles Briefer les apprentis Séances de formation avec les apprentis Évaluation selon les grilles Feed-back des apprentis

Plus en détail

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs APRÈS DES ANNÉES DE TRIOMPHALISME MÉDICAL ET DE DÉNI DE LA MORT, AMENANT LES SOIGNANTS À DES VICTOIRES

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Le vendredi 8 décembre 06 PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Danièle Le Couster Infirmière Clinicienne, Consultante en Soins Palliatifs et Douleur en Gérontologie, titulaire

Plus en détail

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements.

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. Dr Gaëtan DES GUETZ Oncologie Médicale Consultation d annonce Gage de qualité PREMIER CONTACT Succès dépend de dossier communication.

Plus en détail

Retour d expérience. Note de recherche et travail de fin d études

Retour d expérience. Note de recherche et travail de fin d études Retour d expérience Note de recherche et travail de fin d études UE 3.4.S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6.S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

Plus en détail

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE Joël François Pons, Rive-Neuve 2004 Journée de formation continue Bénévoles Vaud Crêt-Bérard, 9 octobre 2014 BÉNÉVOLES ET SP La place des

Plus en détail

Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie

Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie Maryse Carignan, M. Sc. inf., CSIO(C) Conseillère clinique, DSI CSSSL Renata Benc,

Plus en détail

L apprentissage, une affaire de coeur

L apprentissage, une affaire de coeur Psychoéducateur et orthopédagogue L apprentissage, une affaire de coeur 1 1 Les recherches démontrent que la façon dont l enseignant s occupe de sa classe et fait travailler ses élèves a un effet direct

Plus en détail

Démarche palliative et accompagnement de fin de vie

Démarche palliative et accompagnement de fin de vie Formation extra-muros Démarche palliative et accompagnement de fin de vie Programme DPC n 47341500007 Hôtel Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux Formation Paris

Plus en détail

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie Marine MANGENOT L art-thérapie dans un service d onco-pédiatrie I. L art-thérapie en onco-pédiatrie II. L art-thérapie en soins palliatifs III. Vignettes

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010

LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010 LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010 2011-09-01 1 Plan Comprendre l intervention en soins spirituels

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

AGRESSION SEXUELLE, ATTACHEMENT, COLÈRE ET VIOLENCE CONJUGALE CHEZ DES HOMMES QUI CONSULTENT EN PSYCHOLOGIE

AGRESSION SEXUELLE, ATTACHEMENT, COLÈRE ET VIOLENCE CONJUGALE CHEZ DES HOMMES QUI CONSULTENT EN PSYCHOLOGIE AGRESSION SEXUELLE, ATTACHEMENT, COLÈRE ET VIOLENCE CONJUGALE CHEZ DES HOMMES QUI CONSULTENT EN PSYCHOLOGIE Audrey Brassard, Ph. D Vivianne Darveau, D. Ps. & Martin Belzile UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Problématique

Plus en détail

LES BIENFAITS DE L ESTHETIQUE AUPRES DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER L ACTIVITE D ONCO ESTHETIQUE

LES BIENFAITS DE L ESTHETIQUE AUPRES DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER L ACTIVITE D ONCO ESTHETIQUE LES BIENFAITS DE L ESTHETIQUE AUPRES DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER L ACTIVITE D ONCO ESTHETIQUE LES ASSOCIATIONS QUI EXISTENT AUJOURD HUI : EN MILIEU HOSPITALIER A L EXTERIEUR DE L HÔPITAL Les Centres

Plus en détail

Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile

Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Midi InterActions CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent 22 avril 2015 Marie-Hélène Raymond, erg., M. Sc.

Plus en détail

Consultations infirmières: Sénologie -CHUV «Soutenir la qualitéde vie»

Consultations infirmières: Sénologie -CHUV «Soutenir la qualitéde vie» Consultations infirmières: Sénologie -CHUV «Soutenir la qualitéde vie» Bénédicte Panes-Ruedin, Berne, mars 2010 1 Une patiente? D abord une femme Libre de ses choix Libre de sa qualitéde vie Leader de

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

Atelier «Bouger pour la vie»

Atelier «Bouger pour la vie» Atelier «Bouger pour la vie» La pratique d activités physiques PENDANT et APRÈS les traitements contre le cancer Bastarache, Guillaume, kinésiologue, B.Sc. Service de kinésiologie de la Fondation Virage

Plus en détail

Commencer l entrevuel. Module I

Commencer l entrevuel. Module I Commencer l entrevuel Module I Diagramme du Guide Calgary-Cambridge Cambridge de l entrevue l médicalem I - Commencer l entrevue III - Structurer l entrevue II - Recueillir l information Faire l examen

Plus en détail

UE 3.1 S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Promotion

UE 3.1 S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Promotion UE 3.1 S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Promotion 2015-2018 Introduction Compétence n 1 : Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier. Rechercher et

Plus en détail

LE MODÈLE DES PHASES DE PRÉOCCUPATIONS (BAREIL 2004)

LE MODÈLE DES PHASES DE PRÉOCCUPATIONS (BAREIL 2004) OBJECTIFS Anticiper les préoccupations des membres de l équipe pour les aider à progresser dans le changement que constitue la démarche d harmonisation/optimisation Comprendre les préoccupations vécues

Plus en détail

Soins palliatifs et. droits des malades. 11 octobre Versailles Conférence-débat

Soins palliatifs et. droits des malades. 11 octobre Versailles Conférence-débat Soins palliatifs et droits des malades 11 octobre 2011 -Versailles Conférence-débat Définition des concepts généraux Limitation et arrêt des traitements Euthanasie Acharnement thérapeutique Soins palliatifs

Plus en détail

PORTRAIT D EXPERIENCE. Stéphanie. Panes-Ruedin. Bénédicte. un cancer si jeune si âgé encore!?

PORTRAIT D EXPERIENCE. Stéphanie. Panes-Ruedin. Bénédicte. un cancer si jeune si âgé encore!? PORTRAIT D EXPERIENCE Jeune adulte,, 18 à 35 ans Stéphanie phanie, 3 mars 2010 Bénédicte Panes-Ruedin Stéphanie 34 ans Célibataire Vit seule Désir d enfant présent Fille unique http://www.pastelsab.com

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières PLAN DE LA PRESENTATION 22/05/2013

Faculté des sciences infirmières PLAN DE LA PRESENTATION 22/05/2013 Faculté des sciences infirmières La communication thérapeutique, un atout pour les infirmières en oncologie Par Jennifer Antonuk, Ouahiba Benaiden, Sophie Boyer, Jessica Buteau, Dania Jamous, Alexandra

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

COMMENT LIMITER LE STRESS DE L ÉVALUATION: LE POINT DE VUE DU NEUROPSYCHOLOGUE. Isabelle Rouleau Ph.D.

COMMENT LIMITER LE STRESS DE L ÉVALUATION: LE POINT DE VUE DU NEUROPSYCHOLOGUE. Isabelle Rouleau Ph.D. COMMENT LIMITER LE STRESS DE L ÉVALUATION: LE POINT DE VUE DU NEUROPSYCHOLOGUE Isabelle Rouleau Ph.D. Objectifs de cette présentation Identifier les principaux stresseurs associés à l évaluation neuropsychologique,

Plus en détail

L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE

L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE Bernard Lemieux, MD Symposium Lymphome Action Novembre 2012 Modèle classique d intervention

Plus en détail

Le tabac drogue DURE les complications s inscrivent dans la durée

Le tabac drogue DURE les complications s inscrivent dans la durée Le tabac drogue DURE les complications s inscrivent dans la durée Fumer deux fois plus longtemps c est > 20X risque Le conseil minimal Facile à faire, hautement rentable Efficacité dans la durée Potentiel

Plus en détail

I. Identifier le(s) problème(s) éthique(s) : Qu est-ce qui est en jeu et qui sont les acteurs impliqués?

I. Identifier le(s) problème(s) éthique(s) : Qu est-ce qui est en jeu et qui sont les acteurs impliqués? Modèle d analyse éthique centré sur le patient pour la réadaptation (Patient-Centered Care Ethics Analysis Model for Rehabilitation: PCEAM-R) 1 I. Identifier le(s) problème(s) éthique(s) : Qu est-ce qui

Plus en détail

F3 La formation des intervenants Enseigner en amont de la pratique : ce qu on peut faire, ce qu on peut attendre, ce qu on peut espérer Johanne

F3 La formation des intervenants Enseigner en amont de la pratique : ce qu on peut faire, ce qu on peut attendre, ce qu on peut espérer Johanne F3 La formation des intervenants Enseigner en amont de la pratique : ce qu on peut faire, ce qu on peut attendre, ce qu on peut espérer Johanne Lessard, chargée d enseignement Université Laval, Québec

Plus en détail

ÉTUDE SUR L INFLUENCE DE LA COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE ISSUE DE LA PRATIQUE HYPNOTIQUE, LORS DE PÉRIPHÉRIQUE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D UNE

ÉTUDE SUR L INFLUENCE DE LA COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE ISSUE DE LA PRATIQUE HYPNOTIQUE, LORS DE PÉRIPHÉRIQUE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D UNE ÉTUDE SUR L INFLUENCE DE LA COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE ISSUE DE LA PRATIQUE HYPNOTIQUE, LORS DE LA POSE D UNE VOIE VEINEUSE PÉRIPHÉRIQUE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D UNE PATHOLOGIE DIGESTIVE CANCÉREUSE.

Plus en détail

L autosupervision-dialogique

L autosupervision-dialogique L autosupervision-dialogique L AUTOSUPERVISION-DIALOGIQUE : CHEMIN DE CRÉATION PAR LA RECONNAISSANCE DES SAVOIRS MARC-ANTOINE GINGRAS (CEIDEF-UQTR) Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels

Plus en détail

LA PLACE DE L INFIRMIERE CLINICIENNE DANS LA PEC DE LA DOULEUR EN SERVICE DE SOIN

LA PLACE DE L INFIRMIERE CLINICIENNE DANS LA PEC DE LA DOULEUR EN SERVICE DE SOIN LA PLACE DE L INFIRMIERE CLINICIENNE DANS LA PEC DE LA DOULEUR EN SERVICE DE SOIN Pascale Wanquet-Thibault, Cadre supérieur de santé, Responsable de formation continue, Amae-Santé Membre de la commission

Plus en détail

Questionnement autour des demandes de consultation à propos d un éventuel syndrome d Asperger dans notre région:

Questionnement autour des demandes de consultation à propos d un éventuel syndrome d Asperger dans notre région: ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE SYNDROME D ASPERGER QUEL IMPACT? CRA Alsace Pôle adultes 68 CRA Franche-Comté Pôle adultes POURQUOI CE THÈME? Questionnement autour des demandes de consultation à propos d un éventuel

Plus en détail

LES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES EN ONCOLOGIE

LES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES EN ONCOLOGIE LES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES EN ONCOLOGIE COMITÉ DES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES DE LUTTE CONTRE LE CANCER (CÉILC) Dr Christian Carrier Anne Plante, M.Sc.inf. Novembre 2005 Membres du Comité Mme Anne

Plus en détail

Lundi 9 octobre Sénat, salle Médicis

Lundi 9 octobre Sénat, salle Médicis Colloque Société en mutation, santé mentale en crise Lundi 9 octobre 2006 - Sénat, salle Médicis À l occasion de la Journée mondiale de la santé mentale et de la Semaine de sensibilisation aux maladies

Plus en détail

La pensée réaliste. Café-rencontre Mars 2011

La pensée réaliste. Café-rencontre Mars 2011 La pensée réaliste Café-rencontre Mars 2011 Quelques définitions Négativisme Pensées négatives Positivisme Pensées positives Voir le côté négatif de la situation Maladie = mort Penser que tout tournera

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Pr Hubert Lardy Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Violences, Incivilités, agressions. Incompréhensions, tensions, conflits. Traumatismes, dommages psychologiques Prévalence

Plus en détail

Dialoguer avec les malades atteints de cancer

Dialoguer avec les malades atteints de cancer Dialoguer avec les malades atteints de cancer L annonce de la maladie L objectif : «information loyale, claire et appropriée» Représentation sociale Classer au rang des grandes peurs collectives La peste,

Plus en détail

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU CANCER: COMMENT VIVRE AVEC UNE ÉPÉE DE DAMOCLÈS AU-DESSUS DE LA TÊTE? Aude Caplette-Gingras, Ph.D., psychologue spécialisée en oncologie, Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia,

Plus en détail

PLAN DE LUTTE CONTRE LA VIOLENCE ET L INTIMIDATION

PLAN DE LUTTE CONTRE LA VIOLENCE ET L INTIMIDATION PLAN DE LUTTE CONTRE LA VIOLENCE ET L INTIMIDATION La sécurité à l école est d une grande importance et il n est point question d y laisser place à l intimidation et à la violence. C est pourquoi, nous

Plus en détail

ÉTUDE D UN AGRÉGAT DE CANCERS DU CERVEAU À QUÉBEC

ÉTUDE D UN AGRÉGAT DE CANCERS DU CERVEAU À QUÉBEC ÉTUDE D UN AGRÉGAT DE CANCERS DU CERVEAU À QUÉBEC Par : Denis Laliberté et Benoît Lachance Équipe régionale santé au travail et équipe de santé au travail du CSSS de la Vieille-Capitale Journées annuelles

Plus en détail

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité?

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE

Plus en détail

Phuc Félix Nguyen-Tan MDCM, FRCP(C) Département de radio-oncologie CHUM Notre-Dame

Phuc Félix Nguyen-Tan MDCM, FRCP(C) Département de radio-oncologie CHUM Notre-Dame Atelier portant sur les réunions interdisciplinaires: l expérience de l Hôpital Notre-Dame sur les cancers ORL traités par chimiothérapie et radiothérapie concomitante Phuc Félix Nguyen-Tan MDCM, FRCP(C)

Plus en détail

Médecine personnalisée :

Médecine personnalisée : Médecine personnalisée : une médecine de la personne? Hubert Doucet Université de Montréal ACFAS 2013 2013-04-29 ACFAS 2013 1 objectif Au-delà des questions juridico-morales souvent discutées, discerner

Plus en détail

PASSER DE MALADE À CHRONIQUEMENT SAIN : SOUTENIR DES TRANSITIONS PAR DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES

PASSER DE MALADE À CHRONIQUEMENT SAIN : SOUTENIR DES TRANSITIONS PAR DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES PASSER DE MALADE À CHRONIQUEMENT SAIN : SOUTENIR DES TRANSITIONS PAR DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES 1 Clémence Dallaire, Ph.D. Professeure Université Laval Québec, Canada Lucille Juneau, directrice clientèle,

Plus en détail

INTERVENTION PRÉVENTIVE

INTERVENTION PRÉVENTIVE INTERVENTION PRÉVENTIVE Par Michel Oligny MSS Travailleur social Toute reproduction d une partie quelconque de ces textes par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite sans l autorisation

Plus en détail

Pourquoi créer un dispensaire pour soins infirmiers au CHU Brugmann? Marie-Jo Guerreiro Dos Santos, Infirmière consultation chirurgie

Pourquoi créer un dispensaire pour soins infirmiers au CHU Brugmann? Marie-Jo Guerreiro Dos Santos, Infirmière consultation chirurgie Pourquoi créer un dispensaire pour soins infirmiers au CHU Brugmann? Marie-Jo Guerreiro Dos Santos, Infirmière consultation chirurgie Pourquoi cette augmentation? Fermeture Hôpital Français, Clinique

Plus en détail

L enquête québécoise sur la satisfaction des usagers à l égard des services de santé et des services sociaux,

L enquête québécoise sur la satisfaction des usagers à l égard des services de santé et des services sociaux, L enquête québécoise sur la satisfaction des usagers à l égard des services de santé et des services sociaux, 2006-2007 Ghyslaine Neill Institut de la statistique du Québec Louis Rocheleau Hôpital Louis-H.

Plus en détail

Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle

Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle Histoire de Jean et de Vincent Rareté de la littérature Mêmes phases de deuil que toute personne dite normale

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

Maison de Soins Palliatifs de Laval 655 avenue Bellevue Laval QC H7C 0A8 Téléphone : (450) / Télécopieur : (450) /

Maison de Soins Palliatifs de Laval 655 avenue Bellevue Laval QC H7C 0A8 Téléphone : (450) / Télécopieur : (450) / Madame, Monsieur, Un membre de votre famille a séjourné à la Maison de Soins Palliatifs de Laval. Cette dernière est soucieuse de la qualité et de la sécurité des soins et des services offerts aux personnes

Plus en détail

ADOPTER UNE POSTURE QUI FAVORISE L ESPOIR

ADOPTER UNE POSTURE QUI FAVORISE L ESPOIR ADOPTER UNE POSTURE QUI FAVORISE L ESPOIR Par Françoise Roy, M. Éd., consultante en prévention suicide et en développement de compétences pour l Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) Association

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon

La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon Lynda Fradette : infirmière pivot Francis Laberge

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18.

Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18. Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18. Mars 2010 Dr. Manuela Eicher Défis des soins en oncologie En Suisse un homme

Plus en détail

La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas

La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas LA «vérité» La «mauvaise nouvelle» «Annoncer ce qu on ose pas dire à quelqu un qui ne veut pas l

Plus en détail

COMMUNICATION NON VIOLENTE

COMMUNICATION NON VIOLENTE Théâtre Moderne et nos acteurs au service de votre communication COMMUNICATION NON VIOLENTE Avec les techniques d acteur Niveaux 1 & 2 PUBLIC Toute personne qui désire développer une communication de qualité

Plus en détail

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Atelier «Le savoir-faire des soignants» Dr C. Quenard & Dr W. Rhondali CLINIQUE MON REPOS MARSEILLE Conflits d intérêt

Plus en détail

OPA : Le congé éclairé

OPA : Le congé éclairé OPA : Le congé éclairé Titre de l OPA: Le congé éclairé Énoncé de la situation : Le résident rencontre le patient et ses proches à la fin des traitements ou en vue du congé de l hôpital Niveau de formation

Plus en détail

LES MÉDIAS SOCIAUX POUR S INFORMER : BON OU MAUVAIS RÉFLEXE?

LES MÉDIAS SOCIAUX POUR S INFORMER : BON OU MAUVAIS RÉFLEXE? LES MÉDIAS SOCIAUX POUR S INFORMER : BON OU MAUVAIS RÉFLEXE? Facebook, Twitter, YouTube, blogs médicaux : des sources d'informations précieuses Franck Schneider Responsable du service de communication

Plus en détail

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens Place prépondérante de l infirmière du dispositif d annonce en cancérologie dans la prise en compte de la santé sexuelle du patient Par Camille Labille Som IDE 6éme Congrès national des réseaux de cancérologie

Plus en détail

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 13 À 16 ANS ÉNONCÉ 1 Pour mieux affirmer qui on est, bien

Plus en détail

CORRIDORS DE SERVICES DE SANTÉ EFFICIENTS DANS LE DIAGNOSTIC ET LES TRAITEMENTS DES FEMMES AVEC UN CANCER DU SEIN

CORRIDORS DE SERVICES DE SANTÉ EFFICIENTS DANS LE DIAGNOSTIC ET LES TRAITEMENTS DES FEMMES AVEC UN CANCER DU SEIN CORRIDORS DE SERVICES DE SANTÉ EFFICIENTS DANS LE DIAGNOSTIC ET LES TRAITEMENTS DES FEMMES AVEC UN CANCER DU SEIN Décembre 2005 Isabelle Bairati, M.D., Ph. D. Édith Jobin, M. Sc. Lise Fillion, Ph. D. Marie

Plus en détail

Education thérapeutique de la personne obèse : quelle est la place de l entretien motivationnel? Prof. Alain Golay

Education thérapeutique de la personne obèse : quelle est la place de l entretien motivationnel? Prof. Alain Golay Education thérapeutique de la personne obèse : quelle est la place de l entretien motivationnel? Prof. Alain Golay Hôpitaux Universitaires de Genève Centre collaborateur de l OMS www.setmc.hug-ge.ch Alain.golay@hcuge.ch

Plus en détail

Formations Professionnelles

Formations Professionnelles 2016 Formations Professionnelles 40 rue du Rempart Saint-Étienne BP 40401 31004 TOULOUSE CEDEX 6 Tél : 05 61 12 43 43 E-mail : asp.toulouse@free.fr Association Loi 1901 à but non lucratif N SIRET 345 382

Plus en détail

Le CBSM outil éducatif intégré pour une participation active du patient douloureux chronique à sa prise en charge

Le CBSM outil éducatif intégré pour une participation active du patient douloureux chronique à sa prise en charge Le CBSM (Cognitive Behavioral Stress Management) outil éducatif intégré pour une participation active du patient douloureux chronique à sa prise en charge Dominique GILLET - Sophie HERITIER Unité d Evaluation

Plus en détail

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 L annonce d un diagnostic de neurofibromatose de type 1 que ce soit dans le cas d une forme sporadique ou familiale est un

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

L implantation du self scheduling à l Hôtel Dieu de France

L implantation du self scheduling à l Hôtel Dieu de France L implantation du self scheduling à l Hôtel Dieu de France Zeina SOUEIDY, Claire ZABLIT - Introduction - But - Définition du self scheduling - Bénéfices du self scheduling - Résultats - Le changement -

Plus en détail

Soins palliatifs précoces en oncologie.

Soins palliatifs précoces en oncologie. Soins palliatifs précoces en oncologie. Dr THOMAZEAU Joséphine Dr SAFFON Nicolas Unité résonance Hôpital Casselardit Toulouse Le 8 avril 2016 Contexte oncologique 14 millions nouveaux cas par an 7 à 14%

Plus en détail

CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent

CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent cicc.chumontreal.qc.ca D r Harold Olney Hémato-oncologue Chef du Département d hématologie et de médecine transfusionnelle Lysanne Besse Pharmacienne

Plus en détail

AVIS DE CONVOCATION SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

AVIS DE CONVOCATION SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AVIS DE CONVOCATION SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l Île-de-Montréal Date : Le mercredi 25 janvier 2017 Heure

Plus en détail

Conséquences des traitements contre le cancer. sur la santé bucco dentaire et l alimentation. Réponses du Réseau Régional de Soins Palliatifs

Conséquences des traitements contre le cancer. sur la santé bucco dentaire et l alimentation. Réponses du Réseau Régional de Soins Palliatifs Conséquences des traitements contre le cancer sur la santé bucco dentaire et l alimentation Réponses du Réseau Régional de Soins Palliatifs Santé bucco-dentaire Personne malade : trop faible pour effectuer

Plus en détail

Présentation Catherine LEMAGE, Psychologue, Service d assistance policière aux victimes (SAPV), Zone de Police locale Bruxelles-Capitale Ixelles

Présentation Catherine LEMAGE, Psychologue, Service d assistance policière aux victimes (SAPV), Zone de Police locale Bruxelles-Capitale Ixelles Présentation Catherine LEMAGE, Psychologue, Service d assistance policière aux victimes (SAPV), Zone de Police locale Bruxelles-Capitale Ixelles Eviter la victimisation secondaire Encourager davantage

Plus en détail

La spiritualité de l enfant en soins palliatifs

La spiritualité de l enfant en soins palliatifs La spiritualité de l enfant en soins palliatifs Martine Tremblay Animatrice de pastorale au Chul-CHUQ Membre du CPSSS Doctorante au D.Th.P., Université Laval Objectifs de cette présentation Présenter brièvement

Plus en détail

CŒUR, RAISON ET ACTION

CŒUR, RAISON ET ACTION CŒUR, RAISON ET ACTION Réseau de soins palliatifs du Québec 28 et 29 mai 2007 Sherbrooke Agathe Blanchette md Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières 1 Agathe Blanchette, médecin Objectifs:

Plus en détail