Analyse Macroéconomique Trimestrielle et Stratégie d Investissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse Macroéconomique Trimestrielle et Stratégie d Investissement"

Transcription

1 Analyse Macroéconomique Trimestrielle et Stratégie d Investissement -Décembre 2013-

2 Analyse Macroéconomique Trimestrielle et Stratégie d Investissement Décembre 2013 (Version française) -Les données et évaluations sont principalement fournies par l EIU Economist Intelligence Unit- et Bloomberg- I) Analyse Macroéconomique: Fin août, nous observons une révision à la baisse significative du PIB des US pour 2013, avec une croissance passant de 2% à 1,6%. Cependant, depuis cet événement, l économie américaine continue à donner des signes stables d amélioration (la croissance du 3ème trimestre était plus élevée que ce qui était attendu), les espérances d une croissance pour 2013 ont été revues à la hausse pour atteindre 1.7%, malgré la période du «shut-down» et les attentes d une croissance pour 2014 ont été revues à la hausse. Les perspectives de croissance dans la plupart des pays émergents (Brésil, Russie et Inde), à l exception de la Chine, ont aussi été revues à la baisse en août, principalement à cause des troubles sur la monnaie, et se sont ensuite améliorées en raison d une stabilisation économique. Contrairement à ces pays, l économie chinoise connait une stabilité et la brillante performance du troisième trimestre (PIB = +7.8%) confirme cette tendance. Le ralentissement de l année dernière semble être définitivement fini. L économie européenne a montré de légers signes de progrès mais incertains. L UE a réduit la contraction attendue pour 2013 de -0.8% à -0.5% et a estimé une augmentation de +0.7% pour l année prochaine. Ci-dessous les principaux chiffres et estimations concernant la croissance du PIB année par année depuis 2012 et l inflation dans les pays économiquement développés et les pays émergents. 2/35

3 2012 A 2013 E 2014 E 2015 E 2016 E 2017E 2018E GDP World GDP Developed Economies GDP Emerging Markets GDP Growth Differential Developed/Emerging Inflation World Inflation Developed Economies La plus rapide accélération de croissance en 2014 est attendue dans les pays baltiques (Bulgarie, Croatie, Roumanie, Serbie), tirant profit d un effet d amélioration partielle dans la Zone Euro, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, supposant notamment un calme relatif lié aux troubles sociaux, en Egypte et en Libye, et à une amélioration de la production pétrolière après les perturbations de ces trois dernières années. Une analyse rapide des marchés émergents comme classe d actif : un facteur critique pour la stabilité des marchés : Les marchés émergents, comme classe d actif, n ont pas surperformé les marchés développés ces vingt dernières années (en USD). Depuis Décembre 1993, le rendement annuel moyen en USD du MCSI World Index Free (hors marchés émergents) est d environ 4.3%, alors que le MSCI World Emerging Markets, dans la même monnaie et pour la même période, était aux alentours de 3.6%. Cependant, si nous prenons en considération les dix dernières années, les marchés émergents ont considérablement évolué : les performances annuelles respectives du MSCI Emerging Markets et du MSCI World Developed Markets en USD (sans les dividendes) ont été de % et de +5.42%. Pour évaluer l avantage relatif d investir dans les actions des marchés émergents plutôt que dans celles des marchés développés, il peut être utile d étudier l écart, actuel et à venir, de la croissance du PIB, et la volatilité relative des marchés développés comparée à celle des marchés émergents comme un indicateur du risque. 3/35

4 Durant ces dix dernières années, de 2003 à 2013 (2013 étant une donnée estimée), l écart moyen de la croissance annuelle était de 4.08%, avec un écart maximum à environ 7% (plus haut niveau historique) en 2009, principalement dû aux conséquences de la crise des sub-primes du monde développé, alors que l écart moyen au cours de vingt dernières années était de 2.14%. Pour les prochaines années (fin 2013 fin 2018), selon les estimations de l EIU, l écart de croissance sera de 3.26%, un chiffre moins élevé que celui observé au cours des dix dernières années mais nettement plus haut que la moyenne historique. Les estimations sont principalement influencées par l instabilité en Afrique du Nord et prennent probablement en compte les risques des dégâts qui peuvent être occasionnés par le rendement croissant des obligations dans des pays comme le Brésil et d autres pays émergents, qui sont caractérisés par un fort effet de levier, que ce soit dans le secteur public ou celui du privé, ou dans les deux en même temps. Cependant, ces chiffres doivent être comparés avec la volatilité. Le tableau II montre la volatilité historique des deux indices durant ces dix dernières années. Le différentiel moyen annuel de la volatilité est d environ 5.6%, alors que le dernier écart enregistré concernant la volatilité est d environ 4% (au 29/11/2013). Les deux indices avaient occasionnellement la même volatilité comme ce qui s est passé en Novembre 2012 et Juin En regardant sur une période plus longue, l écart moyen de la volatilité de ces vingt dernières années était de 5.5% Tableau I. Real GDP growth (PPP exchange rates) World OECD Non-OECD 4/35

5 Tableau II. MSDUWIF Volatility (MSCI Free Developed Markets Index) / MXEF (MSCI Emerging Markets Index) En conclusion rapide et prenant en compte les différentiels de croissance du PIB et de volatilité, les marchés émergents représentent toujours, sur le long terme, une classe d actif très attractive, malgré le fort scepticisme existant. Cependant, il est utile de comprendre que cette analyse concerne aussi bien les actions que les obligations, et que ces marchés doivent être considérés sur le court et moyen terme. Le tableau suivant compare le ratio bénéfice/cours (considéré comme un indicateur de rentabilité des actions) avec le rendement des obligations d Etat sur dix ans et la croissance attendue des bénéfices, pour évaluer l attractivité fondamentale des actions des marchés émergents. Les marchés ayant les plus hauts ratios B/C et une meilleure évolution des profits sont normalement les plus attractifs. Les résultats nous montrent que très peu d actions de marchés émergents peuvent rivaliser avec l attractivité des marchés développés, principalement à cause des faibles rendements des obligations d Etat, alors que le Japon semble être le plus attractif. La bourse la plus attractive des marchés émergents semble être celle de Shanghai, suivie de Moscou (mais avec une croissance extrêmement faible) et de l Inde (bonne croissance mais pas de valeur attirante). Nous devons souligner que, dans de nombreux marchés émergents, les pratiques du marché ne sont pas très respectueuses des actionnaires, ce qui peut les rendre même moins attrayants. Il 5/35

6 est également important de souligner que cette surévaluation partielle est destinée à être atténuée par une augmentation plus forte des rendements aux US par rapport aux autres pays. Tableau III. Rendements et croissance des revenus dans les pays développés et émergents SP500 US (USA) STOXX 600 (Europe) Topix 300 (Japan) Bovespa (Brazil) MexBolsa (Mexico) Shanghai Composite (China) Sensex (India) Micex (Russia) Earnings Yield 2013 (A) Earnings Yield 2014 (B) 10 Yrs Yield (C) Ratio B/C Expected average earnings growth 2013/2014 6,25% 6,8% 2,83% 2,4 +7,6% 6,75% 7,7% 1,81% 4,2 +10,5% 6,6% 7,2% 0,62% 12,4 +9,2% 7,4% 9,75% 13,3% 0,73 +6,7% 5,2% 5,5% 6,47% 0,85 +6,65% 10,11% 11,45% 4,65% 2,46 10,7% 6,6% 7,7% 8,78% 0,87 14,2% 17,5% 22,9% 8,03% 2,85 +0,75% Examinons maintenant les obligations des pays émergents. Les graphiques et tableaux suivants comparent et analysent les rendements des obligations d Etat sur dix ans. Les obligations des marchés émergents offrent aujourd hui des rendements attirants, tant en valeur absolue qu en terme historique. Le tableau ci-dessous montre le rendement réel moyen sur dix ans, pour différents marchés obligataires. L ensemble de ces marchés offrent de meilleurs rendements aujourd hui que dans le passé (pour le Mexique ils sont en ligne). Les pays développés, suivant le QE (Quantitative Easing) américain, offrent des rendements très faibles par rapport au passé. Il est aussi intéressant de souligner que quelquesuns d entre eux continueront d offrir, dans les années à venir, une réelle reprise du rendement contre le rendement historique de l USD, ce qui signifie que leur attrait perdurera, même si 6/35

7 nous constations une légère augmentation du rendement sur les bons du Trésor US (voir «tapering effect»). Tableau IV. 10 year yields US Treasury-Brazil-Mexico-India-China (in local currency): Tableau V: US/Emerging Markets Real 10yr Differential Analysis: Current Real 10yr Yield Average Historic 10yr real Yield Premium/ Discount Vs Historic average Expected 10yr real yield 2014 Premium/ Discount Vs US historic average Expected 10Yr real Yield 2015 Premium/ Discount Vs US Average USA 1,28% 3,16% -1,88% Mexico 3,47% 3,76% -0,29% 3,47% +0,31% 3,47% +0,31% Brazil* 6,3% 5,0% +1,3% 6,3% +3,14% 6,3% +3,14% Russia 2,5% 1,29% +1,21% 3,5% +0,34%% 4% +0,74% China 2,05% 1,12% +0,76% 1,25% -1,91% 0,55% -2,61% India -0,82% -1,73% +0,91% 0,08% -3,08% 0,78% -2,38% 7/35

8 II) Analyse Géographique: Amérique du Nord a) USA Tableau VI: US data on GDP and Inflation: Real GDP Growth 1,7 2,6 2,3 2,5 2,4 2,6 CPI 1,6 2,4 2,3 2,3 2,3 2,5 L économie donne des signes positifs de renforcement et de rééquilibrage. Le cycle économique, négativement affecté par le resserrement fiscal début 2013, s est amélioré grâce aux exportations américaines, au marché immobilier (+14.6% pour les prix depuis début 2013) et à la relativement bonne performance du marché du travail. Il reste trois points majeurs de faiblesse: Les dépenses des ménages, qui représentent 70 % du PIB, ont augmenté lentement en 2013 (+1.5%) tandis que l estimation de croissance du PIB pour cette année est d environ +1.7%. Les investissements privés restent relativement faibles. Bien que les bénéfices des entreprises aux US ont atteint leur plus haut niveau historique, leurs investissements continuent à être faible (-5% au premier trimestre et +1.6% au troisième trimestre). Seulement un fort redressement dans les investissements d entreprises, dans les usines et dans l équipement, généreront une forte accélération économique. Mais pour l instant, les entreprises ne sont pas assez confiantes dans leur rétablissement pour augmenter proportionnellement leurs investissements. La situation politique semble de plus en plus incertaine, étant donné la distance extrême entre le Parlement (principalement Républicain) et le Président (Démocrate). Ces contrastes concernent aussi bien la politique intérieure que la politique étrangère, avec un intérêt spécial pour la politique au Moyen-Orient, où le seul signe positif concerne les relations internationales avec l Iran. 8/35

9 L économie se rééquilibre. En effet : Le processus positif de désendettement des ménages progresse. Le ratio de la dette au revenu disponible a baissé de 126% en 2007 à 104%, s approchant du niveau de la «stabilité physiologique» (90/95%). Le ratio richesse des ménages/revenu disponible est à 587% et se rapproche de son niveau d avant la crise (657%), notamment grâce à l augmentation des salaires, des actions et des prix immobiliers. L économie américaine tend de plus en plus vers l indépendance énergétique grâce à la nouvelle politique énergétique ayant pour but d extraire de plus en plus de ressources naturelles provenant du sol américain. Cette tendance de réduction du déficit commercial permettra probablement d atteindre un ratio de déficit commercial US/PIB historiquement bas, à 1.8% en Ainsi le «fiscal cliff», créé pour imposer un contrôle strict de la dette gouvernementale, va dans la même direction : atteindre une économie plus équilibrée, même si les obstacles politiques sont encore importants. Le «tapering timing» La plupart des économistes ont attendu le tapering, une baisse des achats de bons du Trésor et d autres obligations par la Federal Reserve, à partir de Septembre. Il semble maintenant que le consensus soit pour Janvier étant donné que le dernier trimestre de l année devrait être calme, car la période du «shut-down» n a pas été propice et la Fed n aura probablement pas assez d éléments probants pour mettre en place le tapering immédiatement. Un des indicateurs clés pour le tapering est le marché du travail. La cible du taux de chômage est clairement fixée à 6.5%. Il est difficile de juger le dernier chiffre du chômage de 7.3% partiellement influencé par le «shut-down», ce qui constitue d ailleurs également un élément positif. Selon notre opinion, étant donné les signes d amélioration, le tapering time ne devrait pas être loin ; à la fin de l année, les rendements sur le long terme commenceront probablement à monter radicalement, compte tenu également d un niveau d autosatisfaction trop élevé. Cependant, la cible de 6.5% du taux de chômage ne doit pas être ignorée. Un tapering prématuré pourrait mettre en danger le processus de désendettement des ménages, conduisant à une correction de la valeur des actifs (immobilier et actions) avant qu une augmentation généralisée des salaires puisse avoir lieu. 9/35

10 Un cas pour un USD fort Le rééquilibrage de l économie et l analyse (voir le paragraphe suivant et le «tapering») nous laisse penser à un USD beaucoup plus fort, notamment contre l Euro. Les prévisions du consensus sont pour un taux de change de 1.32 à la fin de l année 2013 et 1.26 à la fin de 2014 et Les derniers niveaux sont conformes avec la valeur de la PPP (Parity of Purchase Power Parité du Pouvoir d Achat) sur le taux Euro/USD. Cependant, nous ne serions pas surpris de voir un taux EUR/USD plus haut (1.15/1.20), compte tenu notamment de la récente résistance des rendements long terme qui est injustifiable. Nous devrions aussi souligner que la comparaison des rendements 10 ans du gouvernement américain et ceux de l euro est à un niveau historiquement haut. Cette différence est normalement un élément clé pour le taux de change Euro/Dollar, puisqu elle est la longue partie de la courbe où la plupart des flux financier proviennent des investissements des gestions d actifs institutionnels (fonds de pensions, assurances, etc.). Maintenant, examinons plus précisément le développement du cycle économique. Tableau VII: USA Leading Indicators month-on-month change and Diffusion Index: Les principaux indicateurs sont dans une zone positive et démontrent unanimement (diffusion 75%) l amélioration économique. 10/35

11 b) Canada L économie canadienne est strictement dépendante de l économie américaine, pas seulement pour des raisons de proximité géographique mais principalement depuis que l économie canadienne compte beaucoup sur l exportation pétrolière aux US. Cependant, les US essaient actuellement d atteindre l indépendance énergétique. La situation politique parait relativement stable et l élection des Chambres aura lieu seulement en Octobre Le Canada est un pays assez sûr et riche en ressources naturelles. Il peut fournir des opportunités d investissement défensif. Cependant, le niveau assez élevé d endettement des ménages, la dépendance aux exportations énergétiques aux US et une approche toujours protectionniste de l économie ne font pas du Canada un de nos choix préférés pour investir. La croissance canadienne sera probablement moins attirante que celle des US, la valeur théorique de la monnaie (surévaluée selon les termes du PPP) et le différentiel des taux d intérêt par rapport au dollar américain jouant en sa défaveur comparativement aux US. EUROPE a) La Zone Euro Tableau VIII: EU data: GDP and Inflation: Real GDP Growth -0,5 0,9 1,3 1,4 1,4 1,5 CPI 1,4 1,4 1,7 2,0 2,0 2,0 Les perspectives d un rétablissement de l économie européenne au deuxième trimestre sont loin d être confirmées. La Zone Euro, après un deuxième trimestre raisonnable, a montré de nouveau une croissance trimestrielle faible (0.1% au troisième trimestre). La consommation et les investissements privés n ont pas affiché une tendance satisfaisante. L économie allemande n a pas réalisé une bonne performance au troisième trimestre mais le taux de chômage (5.2%) reste satisfaisant. La France a de nouveau connu une baisse du PIB au troisième trimestre, après une croissance au deuxième trimestre, et celui de l Italie a diminué pour le neuvième trimestre consécutif. Des signes légers de stabilisation sont constatés en Espagne. Dans la Zone Euro, la pression déflationniste devient de plus en plus sensible, notamment en Espagne, France et Grèce. La BCE a réagi avec une diminution du taux directeur principalement pour stimuler l économie et éviter une appréciation excessive de l Euro (quand il flirtait avec 1.38). 11/35

12 La grande consolidation fiscale attendue en 2015, ainsi que l instabilité politique en France sont d autres motifs de préoccupations. Malgré les récents signes de déflation en Europe, si les rendements long terme augmentent aux USA, il est statistiquement impossible de s attendre à un découplage complet des US. Et, à notre avis, le plus grand risque pour la zone Euro est la déflation avec une augmentation du rendement long terme et ce, par manque de découplage. L augmentation des rendements pourrait rendre les pays endettés de plus en plus vulnérables et les bénéfices relatifs issus des précédentes réductions du spread de crédit pourraient disparaître. Une situation déflationniste implique aussi des effets négatifs sur les profits des entreprises. Il peut être utile de regarder les principaux indicateurs de l économie de la Zone Euro. Tableau IX: Eurozone Economic Sentiment Indicator: 12/35

13 Tableau X: Eurozone Consumer Confidence Indicators: Tableau XI: Business Climate Indicator Eurozone: 13/35

14 Après un certain enthousiasme associé à un haut degré d inquiétude (autour de 60 % dans une échelle de 0 à 100%), au cours du troisième trimestre, où les principaux indicateurs ont montré une amélioration importante de la confiance des consommateurs et du secteur industriel (construction exclue), le niveau de confiance des consommateurs s est de nouveau détérioré en octobre. De ce fait, ces indicateurs pourraient difficilement atteindre ou conserver leur valeur moyenne historique. La conclusion que nous pouvons tirer est que l incertitude du rétablissement au sein de la Zone Euro est principalement supportée par les exportations comme le montrent les chiffres sur les ventes à l exportation sur les carnets de commandes. Le rétablissement est loin d être acquis, étant donné notamment le faible niveau de confiance des consommateurs. Le risque majeur que nous prévoyons est une croissance généralisée des rendements longs dans le monde entier avec de très petites chances pour l Europe de s en détacher, en raison en partie de prévisions probablement trop optimistes et en partie pour des raisons statistiques comme le montre le diagramme suivant. Une augmentation généralisée des rendements causerait des problèmes dans l économie de la Zone Euro, neutraliserait l effet positif de la réduction du spread de crédit dans l Europe périphérique et causerait une autre spirale négative d augmentation du spread de crédit pour les pays les plus endettés. Le Pacte Budgétaire, prévu pour 2015, peut apporter de nouvelles menaces pour le cycle du business en Europe, à court terme. De fortes menaces politiques sont aussi implicites et pas entièrement écartées dans beaucoup de pays de l UE, principalement en France. La probabilité de découplage est extrêmement basse. Tableau XII: 10 Years US Yield versus 10 Years Germany Yield: 14/35

15 a) GB L économie britannique se comporte d une façon totalement différente de l ensemble de la Zone Euro. On s attend à ce que la croissance du PIB GB soit autour de +1.5% en 2013 et +2.5% en 2014, pour se stabiliser autour de +1.7% /an dans les années à venir. L indice des prix à la consommation (CPI) a évolué depuis que la pression inflationniste est visible. On s attendait à ce que le taux moyen du CPI soit autour de 2.6% en 2013, à une montée autour de 2.9% (comme une réponse tardive au fort stimulus monétaire) en 2014 et 2.8% dans les années à venir. Le CPI reste remarquablement supérieur à l objectif des 2% de la Bank of England. La situation politique semble être stable malgré la coalition inhabituelle existante, grâce à la contrainte des élections anticipées. A part la croissance, l année prochaine sera aussi chargée avec la préparation des élections de Malgré une croissance non équilibrée, (toujours un endettement trop fort des ménages et une appréciation du marché immobilier trop rapide), le GBP semble pouvoir surpasser l Euro grâce à une meilleure performance d économie réelle et une politique monétaire plus serrée lié au CPI relativement haut. Un objectif de 0.79 (taux de change actuel de 0.83) pour EUR/GBP semble être réalisable pour Un referendum en 2017 et un possible départ de l Union Européenne d ici 2020 peuvent toujours être envisagés étant donné la relation extrêmement difficile avec l UE. ASIE ET AUSTRALIE Durant 2013, la croissance du PIB asiatique a été négativement affectée par différents facteurs: Le ralentissement de la Chine durant les deux premiers trimestres en 2013 ; La variation de la monnaie et la hausse des taux qui en résulte, aidée par les prévisions d un tapering de la Réserve Fédéral (voir l Inde, le Brésil et l Indonésie) ; L ouragan aux Philippines. Quelques facteurs positifs sont apparus au Japon et en Corée du Sud. Lorsque les facteurs négatifs de 2013 auront disparu, l Asie connaîtra probablement un nouvel élan en a) Japon: Tableau XIII: Japan Data: GDP and Inflation: Real GDP Growth 1,9 1,7 1,7 1,1 1,1 1,1 CPI 0,2 2,1 1,8 1,5 1,4 1,6 15/35

16 La politique monétaire de M. Abe, le premier ministre japonais, est basée sur un objectif de duplication de la base monétaire qui implique une politique de relance et la dévaluation de la monnaie. Le concept sous-jacent doit faire monter l inflation, évitant le risque de continuer l ajournement des consommations et dévaluer la monnaie pour stimuler l exportation. Pour l instant, il y a seulement quelques signes positifs des effets de cette politique : l inflation a atteint son sommet le plus haut (1% d une année sur l autre en Septembre), ce qui constitue le niveau le plus haut des cinq dernières années. Cependant, le système japonais semble être très confiant en les résultats de M. Abe. La croissance est aussi favorisée par l augmentation de dépenses publiques et l investissement immobilier (le seul vrai signe positif). Nous devons faire remarquer que l inflation vient principalement de l importation d énergie et pas de la pression sur les prix par la demande interne. Mais l augmentation de l inflation devrait favoriser la consommation. Pour financer l augmentation de l énorme déficit budgétaire causé par Abenomics, le gouvernement planifie d augmenter les taxes à la consommation de 5 à 8% en 2014 et de 8 à 10% en octobre Cela va sans dire que ce mouvement sera possible seulement si l économie sera assez forte à ce moment-là. Etant donné le ratio élevé dette publique/pib, plus de 200%, les marchés percevraient d une manière négative un report trop important de l augmentation des taxes à la consommation ou si cette augmentation était compensée par des dépenses budgétaires supplémentaires. Le gouvernement du premier ministre veut aussi mettre en œuvre des réformes structurelles parmi lesquelles la libéralisation et la modification des droits de douane en faveur des fermiers. Mais il y a toujours beaucoup de doutes à propos de la faisabilité politique de ces réformes. 16/35

17 Tableau XIV: Japan Leading Indicators Index : Tableau XV: Japan Leading Indicators Diffusion Index : 17/35

18 Comme les graphiques de la page précédente nous le montrent clairement, les indicateurs principaux et leurs indices de diffusion montrent des perspectives tout à fait positives sur le Japon dans les 6/18 mois à venir. b) Chine : Après un ralentissement dans la première partie de l année, le gouvernement chinois a fourni un mini-stimulus à travers l investissement dans l infrastructure urbaine, l énergie verte et dans les chemins de fer (pour atteindre l objectif gouvernemental de croissance de 7,5% en 2013) dont l impact ne sera certainement pas durable. L économie ralentira très probablement à cause du resserrement du crédit, finalisé pour lutter contre les bulles spéculatives dans l immobilier et pour garder l inflation sous contrôle. De fait, on attend à ce que l inflation augmente brusquement entre 2014 et Tableau XVI: China: GDP and Inflation: Real GDP Growth 7,7 7,3 7,0 6,8 6,3 5,9 CPI 2,6 3,4 4,1 3,8 4,0 3,7 La Chine avance quelques réformes qui exigent du temps pour qu elles soient correctement évaluées. Malgré beaucoup de scepticisme, nous croyons que la sortie de la contrainte de contrôle de naissances pourrait définitivement avoir un impact important sur la dynamique de croissance, particulièrement dans un pays où le revenu par habitant moyen augmente très rapidement. c) Australie : Après un ralentissement de l économie en 2013 (la croissance attendue étant de 2.6%), principalement lié à l exportation minière, le pays remplace progressivement le boom minier par l accélération de la consommation intérieure, pour atteindre une la croissance du PIB de 2.9% en 2014 et 3% dans les années à venir. En conséquence, les taux seront probablement plus élevés en Une attitude plus prudente et saine envers la sauvegarde de l augmentation du ratio réduit progressivement l endettement excessif des ménages et rééquilibre l économie. L Australie augmentera les taux d intérêts officiels probablement avant les US et sûrement avant l Europe. Ce qui améliorera les probabilités d avoir de bon rendement sur les obligations à taux variable libellés en AUD. Il est important de rappeler que l économie australienne a beaucoup de points forts : Un ration dette publique / PIB faible (27%) Un système bancaire sain 18/35

19 Taux de chômage bas : 5.5/5% Richesse en ressources naturelles Des investissements récents dans les infrastructures (aéroports, routes, ports, etc.) qui favoriseront la croissance à long terme du commerce international. AMERIQUE LATINE ET AUTRES PAYS ATTRACTIFS a) Brésil : La performance de l économie du Brésil a été affectée principalement par les signes d une augmentation de l inflation, qui a partiellement provoqué des troubles sociaux, un endettement élevé des ménages et une sortie de capitaux liée au risque du fait d un tapering agressif aux US. On s attend à ce que l économie se renforce seulement en 2015, mais toujours à une allure de croissance plus modérée qu auparavant (+3.2% contre une moyenne de +4.5%). Depuis juin, la Banque Centrale du Brésil a augmenté les taux d intérêts de 275BPS, afin de lutter contre l inflation et les risques de dévaluation. Pour l instant, nous voyons l achat du Real à 3.20 contre l euro seulement comme une opportunité de trading, étant donné le niveau élevé des taux d intérêt, les hausses agressives des taux d intérêt et la persistante faiblesse de la monnaie. A ce niveau, nous devrions aussi nous rappeler que le Brésil a accumulé des réserves de monnaie très pertinentes, qui seront utilisées pour maîtriser la spéculation. b) Mexique : Le pays montre beaucoup de points forts: La dette gouvernementale est évaluée BBB avec une perspective stable ; le système bancaire est solide et liquide. Le pays est fortement lié aux US par l ALENA, et fait partie depuis peu de l Alliance du Pacifique, avec le Chili, le Pérou et la Colombie ; Le revenu disponible personnel moyen est relativement haut pour des marchés émergents, environ USD par personne, ce qui est normalement le niveau où la consommation commence à s accélérer ; Les réformes économiques gouvernementales proposées sont principalement destinées à une libéralisation des différentes industries (télécommunications, télévision, etc.), et l autorisation d investissement de capitaux privés dans le secteur énergétique stimulera les apports en capitaux ; 19/35

20 On s attend à ce que la croissance, faible en 2013 (tout juste +1.2% pour le PIB), s accélère, atteignant +3.4% en 2014 et +3.8% entre 2015 et Les taux d intérêts à court terme devraient monter dès 2014 ; La monnaie est sous-évaluée et attractive. Quelques ombres persistent concernant le taux élevé de criminalité. c) Corée du Sud : Le marché domestique de la Corée du Sud montre des signes de mouvements très intéressants, cependant nous avons principalement concentré notre stratégie d investissement sur le marché sud-coréen des actions, pour deux raisons : la Corée du Sud sera un des bénéficiaires majeurs du rebond asiatique en 2014/2015 après les troubles de 2013, et ce pays regroupe une concentration d entreprises multinationales bon marché avec des perspectives de croissance excellentes (Samsung, LG Electronique, KIA, Hyundai). Le Won coréen est une monnaie sous-évaluée. d) Inde : Bien qu il y ait beaucoup de signes de déséquilibres et d instabilités, l Inde peut être une surprise à court terme en raison des résultats des élections, avec un changement plus efficace du leadership si le BJP l emportait. Narendra Modi, le candidat de ce parti au poste de premier ministre, est très pro-business et affiche des résultats impressionnants comme gouverneur de la Région Gujarat. Les perspectives actuelles vont dans le sens d un rattrapage de croissance de l Inde avec celle de la Chine à partir de 2016/2018. Nous suivons le pays et les partis électoraux, avec quelques chances d investissements à court terme sur le marché des actions, qui a l air relativement cher. 20/35

21 III) Evaluations des marches actions Tableau XVII: S&P500 Historical P/E Tableau XVIII: 10Y Treasuries Historical Yields: 21/35

22 Tableau XIX: S&P500 Historical Volatility (last 10 years): Tableau XX: Stoxx600 EUROPE Historical P/E (last 10 years): 22/35

23 Tableau XXI: Topix (Japan) Historical P/E (last 10 years): Comme les diagrammes du dessus nous le montre clairement, les marchés actions des principaux pays développés n apparaissent pas surévalués. Nous insistons sur le fait que des chiffres fiables sur le très long terme ne sont disponibles que pour le S&P500. Pour les autres indices actions, le risque est de considérer une période trop courte (dix ans) où les ratios d indice ont été affectés par la bulle spéculative de Le P/E est généralement conforme aux moyennes historiques et étant donné l abaissement historique record des rendements et le faible niveau de volatilité, nous pouvons conclure qu aujourd hui, le marché des actions n apparait pas surévalué. Nous pouvons clairement avancer qu il n y a aucune surévaluation et particulièrement que le marché japonais est très attirant. L année prochaine, la hausse des rendements et un possible retour de la volatilité vers des niveaux plus physiologiques, rendront ces évaluations moins attirantes, mais toujours acceptables. D ailleurs, en regardant aussi la cible moyenne attendue pour les 12 prochains mois des actions composant des indices importants, la potentielle hausse pour les mêmes indices devrait être limitée. Cependant, l environnement général reste favorable pour les actions, mais il sera très important de profiter de la volatilité (les perspectives sur les taux d intérêts peuvent causer des oscillations majeures) et le choix d actions pourra toujours générer des gains importants. 23/35

24 IV) Valeurs des Devises et Stratégies: Average 10Yrs Bond Yield differential Current 10Yrs bond differential Debt/GDP (2012 IMF estimates) Current account surplus/deficit (June 2013) USD % -2,5% EURO -34 bps -104 bps 91% +2,2% GBP +28 bps + 5 bps 90% -4,10% CHF -152 bps -184 bps 49% +12,1% AUD +158 bps +155 bps 27% -2,5% CAD -7bps -20 bps 86% -3,4% JPY -189 bps -213 bps 237% +0,97% MXN +374 bps +364 bps 44% -2,17% Tableau XXII: Currency PPP (OECD Estimates): 24/35

25 Les tableaux ci-dessus montrent certains des paramètres les plus pertinents pour évaluer des monnaies sur le long terme. Ces évaluations devraient être associées à une analyse qualitative du cycle économique et aux facteurs d instabilité potentielle ainsi qu à une analyse technique. Juste quelques mots pour expliquer la démarche : Le PPP montre la valeur théorique d une monnaie contre une autre (dans ce cas ils sont tous calculés contre l USD). Pour réaliser la Parité de Pouvoir d Achat (PPP : Purchasing Power Parity), la valeur des monnaies est recalculée en considérant le différentiel historique de taux d inflation contre une autre monnaie. La logique sous-jacente peut être simplifiée comme suit : supposons aujourd hui un panier défini avec des coûts des produits à 1 USD aux US et 1 euro dans l UE. En principe il devrait être opportun d acheter le panier aux Etats-Unis, le revendre cash en Europe à un euro et le convertir à 1.36 USD. Ce processus produit la demande de l USD contre l Euro et pousserait progressivement à une appréciation du taux USD/EURO, permettant de refléter la différence relative de l inflation dans le temps. Cette théorie a quelques limites (certains produits ne sont pas commercialisables, les mêmes produits et investissements ne sont pas tous disponibles dans les différents pays, etc.). Cependant ce sera toujours un outil utile pour juger la potentielle valeur d une monnaie. La part 10 ans de la courbe obligataire est localisée là où se trouve la plupart des flux des capitaux institutionnels. C est pourquoi le spread de rendement et son différentiel historique sont utiles pour juger les tendances des monnaies. Le ratio dette/pib est un paramètre pour évaluer la solidité d un pays. Le ratio compte courant/pib montre la somme du capital et le déficit ou l excédent de marchandises. C est un autre paramètre important, surtout pour évaluer de manière dynamique les tendances de monnaie. En général l USD paraît bon marché. Le Won coréen et le Peso mexicain semblent très bon marché. La Livre Britannique est surévaluée contre l USD, mais justement estimée contre l Euro. Cependant, une économie plus dynamique et une politique monétaire plus serrée devraient mener le GBP à une appréciation modérée contre l Euro. Il est intéressant de remarquer les flux de capitaux en cours dans le CHF. Même si elle est surévaluée, (la surévaluation reflète généralement la qualité du pays) l AUD profitera du différentiel de rendement et du début du resserrement monétaire. 25/35

26 V) Taux d Intérêts et Stratégies : Tableau XXIII: Sovereign Yield Curves: L image ci-dessus montre les courbes de rendements des emprunts d Etat dans les principales devises. Toutes les courbes sont marquées, mais il y a des différences significatives : Niveau absolu de rendement : l Australie fournit le plus haut rendement, tandis que le Japon et la Suisse, selon leurs échéances, offrent les rendements les plus bas. La courbe la plus forte dans la période 1 mois 2 ans est celle de l Australie, tandis que la courbe de la Suisse est très plate jusqu à deux ans : cela signifie que, alors qu on attend une hausse d intérêt très tôt en Australie, la Banque Centrale Suisse sera la dernière à augmenter les taux d intérêt et cela est très cohérent avec l environnement d inflation basse en Suisse. Dans l ensemble, la courbe la plus forte est celle du trésor américain parce qu il sera le plus affecté par le «tapering». 26/35

27 En général, les meilleures primes de risque sont offertes par les échéances allant de 2 à 8 ans (l Australie 1 à 8 ; la Suisse 2 à 8 ; le Japon 6 à 8). Même si nous préférons les durées courtes, et, étant donné le risque de l augmentation globale des taux d intérêt, nous devons aussi considérer les primes de risque. La courbe de rendement européen est presque aussi marquée que celle des US malgré le ralentissement économique observé dans la zone Euro. L achat de quelques obligations de sociétés (BB à BBB), même avec une échéance de 3-6 ans, en se protégeant avec une courte position sur le Bund 10 ans (Futures ou OPCVM Bund Double Court), peut représenter une bonne stratégie d investissement sans d énormes risques. Cette configuration de la courbe de rendement et les estimations de taux croisés de monnaie peuvent offrir des opportunités d arbitrage, mais avec quelques risques (c est à dire avec un débit en CHF ou Yen pour acheter des obligations de sociétés BBB en USD, etc.) Une couverture de change pourrait être mise en place pour profiter du différentiel de rendement offert par les différentes échéances des courbes de rendement des différentes monnaies. Jetons maintenant un coup d œil rapide à l écart de rendement des obligations d Etat et de sociétés. Tableau XXIV: USD Treasury Yield Vs USD Investment Grade Corporate Bond spread: 27/35

28 Tableau XXV: USD Treasury Yields vs USD High Yield Corporate Bond Spread: Tableau XXVI: Euro Government Bond Benchmark vs Euro Investment Grade Corporate Bond Spread : Tableau XXVII: Euro Government Bond Benchmark vs Euro High Yield Corporate Bond Spread 28/35

29 En observant les diagrammes ci-joint, il semble tout à fait clair que les spreads d obligations de sociétés sont les plus bas ou près des niveaux les plus bas des trois dernières années. L appétit de rendement est assez fort et une amélioration cyclique positive aura probablement lieu, principalement pour les investisseurs sur le marché US des obligations de sociétés. Les obligations High Yield semblent plus chères relativement que les obligations Investment Grade en Europe, bien que nous ne puissions pas encore parler d une bulle, à moins que les chiffres macroéconomiques ne commencent à se détériorer de nouveau. Mais que pourrait être l objectif de rendement 10 ans après le tapering et la fin du QE de la Fed? Bien qu il puisse y avoir beaucoup d effets spéculatifs, nous pouvons raisonnablement supposer que le rendement réel 10 ans, qui sont actuellement maintenus artificiellement bas par le QE, devraient se normaliser de manière substantielle. Tableau XXVIII: Expected CPI in USA, Euro zone and Japan in 2014 and 2016 and the Average Historical Spread of the Nominal 10 year Government Yield vs CPI: Expected CPI average 2014 Expected CPI average 2015 Historical spread 10yr yield vs CPI Expected target 10yr Yield 2014 Expected target 10yr yield 2015 USA 2,2% 2,3% 3,16% 5,36% 5,44% Euro Zone 1,38% 1,73% 2,48% 3,86 % 4,21% Tableau XXIX: US Average Real 10 YRS Yields: 29/35

30 Tableau XXX: Eurozone Average Real 10 YRS Yields: Le tableau et le diagramme ci-dessus montrent clairement l effet du QE de la Fed et ce qui pourrait finalement arriver en conséquence d une normalisation (le tapering et l arret de QE). Le QE (l achat à grande échelle d obligations par la Réserve fédérale sans stérilisation de liquidité) a longtemps conduit à des rendements US très bas et, plus spécifiquement, à des rendements longs réel historiquement bas. Théoriquement, si le QE s arrête progressivement, les rendements réels devraient revenir à un niveau normal historique. C est évidemment plus un exercice théorique, puisque les titres du Trésor seront aussi conditionnés par les interventions de la Fed à l avenir, mais nous ne pouvons pas exclure qu en présence de mouvements spéculatifs, les objectifs indiqués de 5.36% pour le 10 ans US Treausury et de 3.86% pour le 10 ans Yield Bund (plus difficile pour l apathique économie européenne) pourrait finalement être réalisés entre 2014 et début Il est plus difficile d appliquer la même méthode pour évaluer en avance le rendement théorique du 10 ans JGB, compte tenu du fait qu au Japon, bien que d une façon différente, le QE commence maintenant. D un côté l inflation reprendra, mais de l autre côté la liquidité injectée dans le système japonais alimentera aussi le JGBS long terme. Voyons finalement s il pouvait y avoir un risque majeur que l inflation soit plus important que prévue. Il est fort probable que le risque d une inflation plus forte que prévue ne vienne pas du prix des matières premières (à moins qu un événement majeur n arrive au Maghreb ou au Moyen-Orient) puisque une grande partie de celles-ci concerne le pétrole et le gaz, qui devraient être plutôt abondants dans les années à venir à cause de l extraction croissante aux US. Ensuite, il est utile de regarder l utilisation de la capacité productive, puisque les entreprises ont fait des 30/35

31 investissements très limités dans le passé et un goulot d étranglement dans la capacité de production pourrait être une source majeure d inflation. Tableau XXXI: World Estimates: GDP Growth, CPI, Fed Official Rates: Real GDP growth (PPP exchange rates) World Consumer price inflation (%; av) World Main policy interest rates (%; end-period) Federal Reserve Tableau XXXII: Percentage Capacity Utilization in US and Eurozone: 31/35

32 Les entreprises ont radicalement réduit les investissements ces dernières années, tant aux US qu en Europe. Les taux d utilisation des capacités s approchent maintenant progressivement d un niveau sensible. D ailleurs, le taux d utilisation des capacités excédant 80% cause une forte accélération dans la dépense d investissement, ce qui a provoqué en partie la reprise, qui est toujours faible. Dans le même temps, un taux d utilisation des capacités de 82/85% annonce une augmentation des coûts de production ce qui devrait normalement déboucher sur une augmentation des prix à la consommation. Pour l instant, nous n en sommes pas encore là mais nous suivons ces niveaux avec une attention particulière. VI) Résumé de la stratégie d investissement Titres: Positif sur les actions. Un potentiel de hausse limité pour l année prochaine, venant de larges indices, mais un environnement toujours favorable et d excellentes opportunités fournies par la sélection de titres. Positif sur les US, principalement sur les Technologies, Services Pétroliers et la Biotechnologie. Le Japon et la Corée du Sud semblent particulièrement attractifs. Au Japon, nous apprécions les exportateurs et les entreprises orientées vers le marché intérieur. L exposition actions devrait de préférence être mise en place avec une couverture de change. Plus prudent sur les marchés européens des actions. Certains marchés européens hors Zone Euro (UK) montre plus de visibilité pour des profits. A la place des titres de croissance, la stratégie européenne d investissement devrait être plus concentrée sur la valeur et les titres à haut rendement de dividendes (Pharma, Pétrole, etc.). De temps en temps nous pouvons profiter des opportunités de trading en Inde. Monnaies : Positif sur l USD contre les principales devises. Positif sur le GBP contre l Euro et le Yen mais pas contre l USD. 32/35

33 L AUD est assez positif contre l Euro, prédisant bientôt un resserrement monétaire en Australie. Positif sur le Peso mexicain (fond d obligations de société) et (exposition aux actions) contre les principales devises. le WON coréen Négatif sur le Yen contre les principales devises. Le Real Brésilien peut offrir d excellentes opportunités de trading (pour l instant pas encore sur le long terme) en investissant dans des obligations notées AAA et libellées en Real. Taux d Intérêt et Obligations : Généralement, nous suggérons le court terme. Le court terme pourrait être mis en place de préférence en structurant les portefeuilles avec des obligations de sociétés jusqu à 6/8 ans et des Futures 10YR ou des fonds. Cette stratégie n offre pas seulement une reprise de rendement, mais elle est aussi rationnelle en terme de primes de risque, puisque le 10 ans n offre pas de prime de risque élevée contre les précédentes échéances, et devrait alors être corrigé plus facilement. Nous privilégions l indice en USD et AUD Nous privilégions les obligations de sociétés Investments Grade (tant aux US qu en Europe) et les obligations High Yield (principalement US) même si elles sont chères. Matières Premières et Métaux Précieux: Nous sous-pondérons les matières premières et les métaux précieux comme classe d actifs. Nous gardons une très petite position dans l Or, malgré notre vision négative, comme une simple source de diversification. Nous achetons du Platine (par suite d une diminution de production énorme) et du Café. 33/35

34 Stratégies Spécifiques : Effet de levier Yen pour acheter USD, AUD ou des indices d obligations de société en Pesos Mexicain. Les couvertures de change à court terme peuvent être remplacées par des obligations pour profiter des différentiels de rendement. Acheter la volatilité des marchés actions. Acheter des actions Japon avec couverture ou sélectionnées, et vendre les actions France. Position Short sur le 10 Yr Future Treasury Note. Position Short sur le 10 Yr Future Euro Government Benchmark ou acheter le Double Short Fund Bund 10 Yr. 34/35

35 N hésitez pas à nous contacter ou à visiter notre site Internet Contacts : Gabriele Tagi Asset Manager Roberta Aldeghi Asset Manager/CEO Assistant 35/35

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 PERSPECTIVES 2015 Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 Diego Franzin, Directeur de la Gestion Actions Européennes Janvier 2015 Actions européennes : perspectives Diego Franzin Directeur de la Gestion

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Investir dans les marchés émergents?

Investir dans les marchés émergents? Investir dans les marchés émergents? Hortense Bioy, CFA Analyste ETF senior 3 février 2011 2010, Morningstar, Inc. All rights reserved. Accélération des entrée de capitaux depuis la crise financière

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce Taux: quatre idées d investissement après la Grèce La crise grecque est passée du stade aigu au stade chronique et les investisseurs obligataires européens repartent à la chasse au rendement, avec à la

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café continuent d'enregistrer une chute progressive pendant que les spéculations sur la récolte brésilienne de 2015/16

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Confirmation de la reprise en Europe en 2014?

Confirmation de la reprise en Europe en 2014? Confirmation de la reprise en Europe en 2014? Janvier 2014 Vue d ensemble sur la situation économique mondiale Marchés Monde US Zone Euro La Fed a amorcé en décembre la sortie graduelle de sa politique

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Lettre hebdomadaire OFP

Lettre hebdomadaire OFP Lettre hebdomadaire OFP 17/10/ - 24/10/ Octobre - Semaine 333 Performances des Fonds et Grandes classes d'actifs 1 sem 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Creation Valeur Fonds OFP et Indices de Référence OFP 150

Plus en détail

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel 3 Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel Rendements revenus au risque, de stables et de gains en capital Mai 2015 1 6 5 2 2 de 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Rendement Marchés émergents

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro :

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : openbook.etoro.com Les marchés action sont repartis à la hausse cette semaine suite à différents chiffres économiques qui ont entrainé un rebond.

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement #14 août/septembre 2007 Stratégie d investissement Comité du 27/07 et comités exceptionnels des 10 & 17/08/2007 Tendances n En dépit de la crise actuelle sur les crédits subprime américains qui secoue

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

PREVISIONS DE RENDEMENTS

PREVISIONS DE RENDEMENTS Perspectives PREVISIONS DE RENDEMENTS 2015-2019 Perspectives «L avenir est comme un couloir dans lequel nous ne voyons que grâce à la lumière venant de derrière.» Cette citation d Edward Weyer Jr. résume

Plus en détail

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2 Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D INVESTISSEMENT INTERNES. 3 1. AI Europe... 3 2. AI Court Terme... 3 3. AI Patrimoine... 4 4. AI Emergents... 5 5. AI Strategy Neutral... 6

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015

Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015 Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015 Portefeuille de référence Obligations sous-pondérées Obligations d'état pay s non inv estment grade 7% Obligations

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre Croissance des ventes encourageante au premier trimestre CA TTC T1 2011 : + 3,9% à taux de changes courants, +2,1% à taux de changes constants + 0,6% en comparable hors essence, ajusté de l effet calendaire

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail