IOP et risque vasculaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IOP et risque vasculaire"

Transcription

1 IOP et risque vasculaire A.Gompel Unité de Gynécologie Port Royal France

2 Position du problème Définition des IOP: arrêt des règles avant 40 ans La plupart des études ont regardé le lien entre age à la ménopause et pathologies cardiovasculaires Différence de la prévalence morbi/mortalité cardio-vasculaire, HTA entre hommes et femmes avant la ménopause, accélération après la ménopause pour les femmes Atteinte artérielle du Turner: particulière

3 Age à la ménopause et risque de maladies cardio-vasculaire Différentes causes d IOP: chirurgicales, spontanées, chimiothérapies: facteur confondant Rôle hystérectomie/ovariectomie? Rôle du tabac: cause d IOP? Et facteur de risque vasculaire nécessité d ajuster sur le tabac Age à la ménopause :risque ou conséquence? 1% higher premenopausal Framingham risk score was associated with a decrease in menopausal age of 1.8 years (95% confidence interval to -0.92) Heart disease risk determines menopausal age rather than the reverse J Am Coll Cardiol. 2006

4 Mortalité globale et IOP Adventistes du 7 ème jour: Age<40 ans vs >50 ans mortalité toutes causes:1.95(1.24 to 3.07). Chaque année en moins /47ans, associée à 0,47 d avance de l âge au décès(p =0 0.04).(Snowdon et al, 1989/1990) Mais d autres publications (NAHNES, cohorte du Minnesota, cohorte norvégienne ) augmentation NS mortalité globale mais étude norvégienne retrouve un lien significatif entre mortalité: baisse de 1,6% pour 3ans d augmentation d âge à la ménopause 14,701 femmes d Utrecht ans inclues entre dec 74 et sept 77, suivi moyen 17 ans. (Van der Schouw et al 1998/2005) 2607 décès sur années femmes 963 par mortalité cardiovasculaire, 812 cancers, et 832 d autres causes âge moyen à la ménopause: 49.3±4.5 ans non fumeuses, 48.5±4.9 ans pour les fumeuses Réduction de risque de mortalité 2%/an avec année plus tardive à la ménopause et réduction cardiopathies ischémiques(-2%/an ) et AVC(-4%/an ) mais augmentation de 7%/an de risque de cancers endométrial et ovarien. Résultat global positif pour survie

5 Mortalité cardio-vasculaire Cohorte Cancer Prevention Study II (Mondul et al Am J Epidemiol 2005;162: ) 676,270 femmes non fumeuses, sans HRT, ans vs ans Mortalité toute cause: RR:1.04( ) Mortalité cardiopathies ischémiques:rr:1.09( ) 6182 adventistes du 7 ème jour: si âge de ménopause<40 ans, mortalité par coronaropathies > (Jacobsen et al, J Clin Epidemiol 1999) Mortalité par cardiopathies ischémiques age ménop. années/f femmes deces RR non aj RR aj RR si pas HRT non aj RR si pas HRT aj , ( ) 1,5 ( ) 2,0 ( ) 1,7 ( ) , ( ) 2 ( ) 1.1 ( ) 1.1 ( ) ,254 1, ( ) 1.1 ( ) 1.1 ( ) 1.0 ( ) ,029 1, ,676 1, ( ) 0.9 ( ) 1.1 ( ) 1.0 ( ) , ( ) 1,3 ( ) 1.9 ( ) 1,8 ( )

6 Nurses IDM,AVC (Hu et al, Arch Intern Med 1999;159: ) Association positive entre ménopause <40 ans vs ans et infarctus du myocarde RR: 1,95(1,21-3,13) RR: 1,66(1,03-2,68) si ajusté pour le tabac RR:1,07(0,26-4,34) non fumeuses Pas d association avec les AVC

7 MESA:IDM et AVC (Wellons M et al, Menopause. 2012;19: ) Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis,2509 women ans 693 femmes ménopausées age <46 ans IDM RRa:2.08( )(a:lipides, BMI, diabete, tabac,hta) AVC RRa:2.19 ( ) Après ajustement sur ATCD familiaux c-v IDM:RR 1.80( ) AVC:RR 1.98 ( )

8 IDM/coronaropathies et âge à la ménopause SWAN:14620 femmes pre et post menopause: SEC, Parité et Tabac: plus de ménopause à un âge plus jeune que la moyenne (quelques mois) Cardiopathies ischémiques: 1.36( ) de chance d avoir une ménopause plus précoce (1,4 ans en moyenne) 45% des femmes ayant eu une cardiopathie ischémique avaient une ménopause chirurgicale

9 Risque d AVC ischémique et âge à la ménopause : méta analyse (Rocca et al, Menopause, 2012;19:272-7) Cui et al., 2006 de Lecinana et al., 2007 Rivera et al.,2009 Parker et al.,2009 Lisabeth et al.,2009 Baba et al.,2010 Ingelsson et al.,2010

10 Ovariectomie (Rivera CM et al Menopause ; 16: 15 23) Mayo Clinic Cohort Study of Oophorectomy and Aging 1,274 femmes avec une ovariectomie unilatérale suivies 29.5 ans(médiane) 1,091 femmes avec une ovariectomie bilatérale suivies 25.0 ans(médiane) Mortalité globale: si ménopause<45ans HR,1.67( ; P = 0.006)surtout si pas de THM Vasculaire 1.50 ( )

11 Rationnel: carence estrogénique? Modifications métaboliques preménopausiques Lipides: Augmentation chol T, LDLc, apob (SWAN study) IOP: (Akashoki et al,atherosclerosis 2001): augmentation plus précoce si IOP Pression artérielle: HTA fréquentes à âge physiologique. Peu de données si IOP Framingham study: augmentation PA et age précoce à la ménopause Résistance à l insuline, graisse abdominale, augmentation des résistances vasculaires

12 Marqueurs intermédiaires 269 femmes ménopausées, ans, 97 hystérectomies, 55 ovariectomies bilatérales. L IMT était corrélée au temps depuis hystérectomie mais pas sans ovariectomie (β = (standard error, 0.018) mm/10 ans, p = 0.02). (Dwyer et al, Amer J Epidemiol,2002)

13 Vitesse onde de pouls 70 femmes inclues +21 étudiantes Mesure de l onde de pouls au niveau antebrachial (Takahashi et al, Gynecol obstet Invest, 2005)

14 Syndrome de Turner un cas particulier Risque athéromateux augmenté Profil syndrome métabolique plus fréquent Diabète, hypothyroidie, HTA Et malformations congénitales : coarctation aorte, tricuspidie, anomalies rénales

15 conclusion Âge précoce à la ménopause facteur de risque c-v surtout IDM Importance des facteurs de risque associés Importance de traiter avec THM jusqu'à 50 ans au moins

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment?

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? La consultation de ménopause Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? G.Girardet Nendaz. Nov.2000 Risque de morbidité pour une femme de 50 ans Maladie CV 46% AVC 20% Fracture du fémur 15% Cancer

Plus en détail

Dr. j ai des bouffées de chaleur que faire? Dr. F. Luzuy, CE, gynécologue Dre. Soulier Lauper, interniste GMO

Dr. j ai des bouffées de chaleur que faire? Dr. F. Luzuy, CE, gynécologue Dre. Soulier Lauper, interniste GMO Dr. j ai des bouffées de chaleur que faire? Dr. F. Luzuy, CE, gynécologue Dre. Soulier Lauper, interniste GMO Mme Mariée, 2 enfants Ttt pour une hypercholestérolémie Règles de plus en plus aléatoires,

Plus en détail

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Contraception orale et BRCA M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis CO et cancer du sein: Métaanalyse (1) Collaborative group on hormonal factors in breast cancer 54 études reprises; 53

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires?

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Docteur Gabriel ANDRE Vice-président du GEMVI STRASBOURG Les bouffées de chaleur,

Plus en détail

Effet de l âge sur la prise en charge et le pronostique des patientes atteintes d un cancer de l endomètre

Effet de l âge sur la prise en charge et le pronostique des patientes atteintes d un cancer de l endomètre Effet de l âge sur la prise en charge et le pronostique des patientes atteintes d un cancer de l endomètre C. Rua, L. Ouldamer, I. Kellal, F. Arbion, A. Vildé, G. Body Service de gynécologie, CHU de TOURS,

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Hormonothérapie. et le cancer du sein. femmes inquiètes et médecins confus. Prévention. Florilège : 15 ans à la recherche de l excellence

Hormonothérapie. et le cancer du sein. femmes inquiètes et médecins confus. Prévention. Florilège : 15 ans à la recherche de l excellence ME MÉNEAU, 52 ans, consulte parce M qu elle souffre d aménorrhée depuis six mois, qu elle a des bouffées de chaleur et souffre d insomnie. Elle ne fume pas et fait de l exercice, mais elle présente une

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Hormones et cancer du sein. Unité de Gynécologie Port Royal France anne.gompel@cch.aphp.fr

Hormones et cancer du sein. Unité de Gynécologie Port Royal France anne.gompel@cch.aphp.fr Hormones et cancer du sein Unité de Gynécologie Port Royal France anne.gompel@cch.aphp.fr Disclosures Steering committee of CASHMERE study, Pfizer Advisory board EURAS-HRT : unrestricted grant from Bayer-

Plus en détail

Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques

Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne et Vasculaire CHU Nantes Société Algérienne de Médecine Interne

Plus en détail

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach Diabète de type 2 et tabagisme V.Durlach vincent.durlach@univ-reims.fr Remerciements au Pr. Daniel Thomas Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique,

Plus en détail

Cognitif et sensoriel. Psycho-Social Environnement/projet de vie

Cognitif et sensoriel. Psycho-Social Environnement/projet de vie Cognitif et sensoriel Nutrition Bien Vieillir Fragilité Vulnérable Dépendant Etat physique - Maladies Chroniques - Motricité. Neuromusculaire. Ostéo-articulaire Psycho-Social Environnement/projet de vie

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Evaluation du risque Cardio-vasculaire MOHAMMED TAHMI

Evaluation du risque Cardio-vasculaire MOHAMMED TAHMI Evaluation du risque Cardio-vasculaire MOHAMMED TAHMI La pression artérielle normale n existe plus. L hypertension artérielle n existe plus. On soigne un risque cardiovasculaire. Plus celui-ci est élevé

Plus en détail

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas cliniques HTA CBH 7 mars 2015 JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas clinique (1) Infirmière de 30 ans consulte pour découverte d une élévation de PA suite à des lipothymies PA 156/96

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand Activité physique Tout

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p.

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p. Avertissements 1/ La lecture du chapitre Matériel et méthode est indispensable à la compréhension et à l interprétation des données présentées dans cet ouvrage La première partie de ce rapport concerne

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur B. Blanc Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2002 publié le 28.11.2002 VINGT-SIXIÈMES JOURNÉES NATIONALES

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Substitution hormonale dans deux situations cliniques. G. Girardet Nendaz Novembre 99

Substitution hormonale dans deux situations cliniques. G. Girardet Nendaz Novembre 99 Substitution hormonale dans deux situations cliniques G. Girardet Nendaz Novembre 99 Plan TSH et maladies cardiovasculaires TSH après cancer de l endomètre Cas 1: Mme S.G. 55 ans Ménopause à 50 ans, pas

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Prise en charge HTA 5 objectifs Faire le diagnostic Identifier les HTA secondaires Evaluer

Plus en détail

Quelles préventions pour le vieillissement?

Quelles préventions pour le vieillissement? Quelles préventions pour le vieillissement? Thierry PEPERSACK MD, PhD Hôpital Erasme, Bruxelles 4 octobre 2012. 23è journées de formation Bien vieillir au travail. Association Francophone des Infirmiers

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

OESTROGENES ATHEROSCLEROSE ET MENOPAUSE

OESTROGENES ATHEROSCLEROSE ET MENOPAUSE OESTROGENES ATHEROSCLEROSE ET MENOPAUSE Pr. M.Krim EHS DOUERA 8 ème Congrès National SAERM 28-29 Mai 2010 Alger Leading Causes of Death in American Women (2000) One in three women dies from heart disease.

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

Bénéfices et risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause

Bénéfices et risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause Bénéfices et risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause Résumé : Les modalités de prescription du traitement hormonal substitutif (THS) ont été grandement modifiées depuis le début des

Plus en détail

La préven*on hormonale du cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis APHP

La préven*on hormonale du cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis APHP La préven*on hormonale du cancer du sein M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis APHP Deux situa*ons Préven*on hormonale en dehors du risque géné*que Préven*on hormonale en cas de muta*on

Plus en détail

3 règles de prescriptions

3 règles de prescriptions 3 règles de prescriptions Quand une grossesse n est pas souhaitée, n importe quelle contraception vaut mieux que pas de contraception du tout! La meilleure contraception c est celle que l utilisatrice

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Courir: une affaire de coeur Prof. François Mach, médecin-chef du service de cardiologie Hôpitaux universitaires de Genève, Rue G. Perret-Gentil

Plus en détail

Grossesse chez la femme diabétique. Claire COLMANT Hôpital Bicêtre Service de gynécologie et obstétrique

Grossesse chez la femme diabétique. Claire COLMANT Hôpital Bicêtre Service de gynécologie et obstétrique Grossesse chez la femme diabétique Claire COLMANT Hôpital Bicêtre Service de gynécologie et obstétrique Introduction 0.5 à 1% femmes enceintes présentent un diabète préexistant: 1/3 cas: Diabète de type1

Plus en détail

Epidémiologie du diabète sucré et de ses complications à long terme

Epidémiologie du diabète sucré et de ses complications à long terme Epidémiologie du diabète sucré et de ses complications à long terme Jean-Marie Ekoé, MD, CSPQ, PD Centre de Recherche Hôtel-Dieu du CHUM Montréal 2 décembre 2004 Epidémiologie du Diabète Sucré et de ses

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

12 ème congrès de la SAERM. Valeur du THM. François Naudy Alger, 25 mai 2014 FAFEM

12 ème congrès de la SAERM. Valeur du THM. François Naudy Alger, 25 mai 2014 FAFEM 12 ème congrès de la SAERM Valeur du THM 2014 François Naudy Alger, 25 mai 2014 FAFEM Principales grandes études épidémiologiques - 1995: étude PEPI (suite travaux de Clarkson) - 1997: Méta-analyse de

Plus en détail

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives?

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? 11 e Journée annuelle de présentation des travaux académiques des résidents Le vendredi 30 mai 2014 Par Julie Laverdière Résidente

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

CRP : Acteur ou Marqueur?

CRP : Acteur ou Marqueur? CRP : Acteur ou Marqueur? Professeur Atul PATHAK Service de Pharmacologie Clinique Fédération des Services de Cardiologie INSERM U 858 Toulouse, FRANCE La Philosophie On identifie un paramètre (Physiopathologie

Plus en détail

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, AP-HP, Paris Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, Université Paris 6 1 I) La ménopause : mécanisme (1) épuisement

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles OBESITE ET GROSSESSE PRISE EN CHARGE OBSTETRICALE Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles CLASSIFICATION OMS IMC (Kg/m 2 ) Risque 20 25 Normal 25 30 Surpoids

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 5 septembre 2014

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 5 septembre 2014 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 5 septembre 2014 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Cas clinique 1 Femme 58 ans Aucun antécédent CV Pas de facteur de risque CV connu

Plus en détail

Le syndrome métabolique (SM)

Le syndrome métabolique (SM) La femme et le syndrome métabolique RÉSUMÉ : Le syndrome métabolique (SM) est une entité regroupant de nombreux facteurs dont le point commun est l insulinorésistance. On observe une augmentation de son

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

La fumée de tabac provoque 3 millions de morts / an dans le monde. Un gros fumeur perd en moyenne 8 années de vie. 20% 27% 39%

La fumée de tabac provoque 3 millions de morts / an dans le monde. Un gros fumeur perd en moyenne 8 années de vie. 20% 27% 39% 2 èmes Journées Internationales Anti-tabac Constantine 22 & 23/ 05/2010 La fumée de tabac provoque 3 millions de morts / an dans le monde. Un gros fumeur perd en moyenne 8 années de vie. La consommation

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par REVUES GENERALES Risque cardiovasculaire J. FERRIERES Service de Cardiologie B, CHU Rangueil, TOULOUSE. Prévalence des différentes dyslipidémies en France Peu de données sont disponibles sur la prévalence

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Sténose artérielle rénale

Sténose artérielle rénale Sténose artérielle rénale Revascularisation ou traitement medical? Alexandre Persu,, M.D.-Ph Ph.D. Néhrologie-Hyertension Cliniques Universitaires Saint Luc (UCL) Bruxelles, Belgique 51 ans Antécédents

Plus en détail

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous.

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Découvrez les faits sur la maladie artérielle périphérique (MAP). 50 % des gens qui vivent avec la maladie artérielle périphérique n en

Plus en détail

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J.

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Items étudiés Diabète 2 : Item 233 (maladies et grands syndromes) HTA de l adulte :

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 1. Définition La grossesse se définit comme étant l état de la femme enceinte. La fécondation se fait

Plus en détail

Contraception à risque

Contraception à risque Contraception à risque DIU de Formation Complémentaire en Gynécologie Obstétrique pour les Médecins Généralistes 18 janvier 2013 Héloïse GRONIER, assistante en Gynécologie Médicale Université de Versailles

Plus en détail

Insuffisance Rénale Chronique

Insuffisance Rénale Chronique Spécificités du Risque Cardiovasculaires chez les Patients en Insuffisance Rénale Chronique Définition et classification des maladies rénales chroniques Anomalies persistantes depuis plus de 3 mois : Insuffisance

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier La Fibrillation Atriale Pr Philippe Chevalier Epidémiologie de la fibrillation atriale Le profil, la distribution Les causes La progression La prévention primaire Démographie U.S. population x 1000 Population

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Facteurs de risque cardio-vasculaire DR PASCAL MOTREFF, SERVICE DE CARDIOLOGIE ET MALADIES VASCULAIRES, CHU CLERMONT-FERRAND

Facteurs de risque cardio-vasculaire DR PASCAL MOTREFF, SERVICE DE CARDIOLOGIE ET MALADIES VASCULAIRES, CHU CLERMONT-FERRAND DR PASCAL MOTREFF, SERVICE DE CARDIOLOGIE ET MALADIES VASCULAIRES, CHU CLERMONT-FERRAND Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité dans les pays industrialisés et sont en

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose

Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose L athérosclérose et les facteurs de risque, font l objet

Plus en détail

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12 Diabète et démences Plan: diabète et démences - données anatomo-pathologiques: 3 - diabète et troubles cognitifs: 4 - risque de démences et maladie d'alzheimer: 5-7 - prédiabète, HTA du diabétique et démences:

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL TRAITEMENTS DE L INFERTILITÉ ET RISQUES DE CANCER O.Gervereau CHU Tours PRESCRIPTION EN CONSTANTE AUGMENTATION 1.2 à 2.3 % Enfants nés par techniques PMA Cycles FIV en constante augmentation Plus 10.000

Plus en détail

PERSPECTIVE SUR L HORMONOTHÉRAPIE EN 2015

PERSPECTIVE SUR L HORMONOTHÉRAPIE EN 2015 PERSPECTIVE SUR L HORMONOTHÉRAPIE EN 2015 Dre Nathalie Gamache Spécialiste en santé de la femme Gynécologue Journée Montfort Le 16 avril 2015 Divulgation de conflits d intérêts: Dre Nathalie Gamache Bayer

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Le Traitement hormonal de la Ménopause en 2012

Le Traitement hormonal de la Ménopause en 2012 Le Traitement hormonal de la Ménopause en 2012 Patrice Lopes CHU de Nantes patrice.lopes@chu-nantes.fr Conflit d intérêt : aucun personnel. Président du GEMVi (soutenu par l industrie pharmaceutique, déclaration

Plus en détail

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie Collège national des gynécologues et obstétriciens Sous la direction du Pr Jacques Lansac Coordonné par le Dr Nicolas EVRARD En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE de la gynécologie Le corps féminin

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 INTRODUCTION Ménopause ou insuffisance ovarienne physiologique Phénomène inéluctable de l espèce

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Pr M. GALINIER Pôle Cardio Vasculaire et Métabolique CHU Rangueil, Toulouse France L insuffisance cardiaque en France, un

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC S.ZEKRI*, N. DAMMENE-DEBBIH** *Service de Médecine Interne Clinique Arezki Kehal Hôpital Birtraria El Biar Alger **Service de Médecine Interne Hôpital Central de l Armée Ain

Plus en détail

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé!

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les derniers résultats d'une étude d'observation de longue durée menée au Danemark confirment à nouveau que les acides

Plus en détail

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques?

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Philippe Moulin Fédération d endocrinologie Hopital cardiovasculaire Louis Pradel LYON HCL-UCBL- INSERM U870 Qui dépister?

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail