Article original. Original article

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Article original. Original article"

Transcription

1 Article original Original article Volume 101 N 9 septembre 2014 John Libbey Eurotext Bévacizumab et taxanes dans le traitement de première ligne du cancer du sein métastatique : survie globale et analyse de sous-groupes de l étude ATHENA France Bevacizumab and taxanes in the first-line treatment of metastatic breast cancer : overall survival and subgroup analyses of the ATHENA study in France Article reçu le 4 juillet 2013, accepté le 10 mars 2014 Tirés à part : J.-Y. Pierga Jean-Yves Pierga 1, Rémy Delva 2, Xavier Pivot 3, Marc Espié 4, Florence Dalenc 5, Daniel Serin 6, Corinne Veyret 7, Alain Lortholary 8, Joseph Gligorov 9, Katelle Joly 10, Juana Hernandez 11, Anne-Claire Hardy-Bessard 12 1 Université Paris-Descartes, Institut Curie, Département d oncologie médicale, 26, rue d Ulm, Paris, France 2 Centre Paul-Papin, 2, rue Moll, Angers, France 3 CHU Jean-Minjoz, 3, boulevard Alexandre-Fleming, Besançon, France 4 Hôpital Saint-Louis, 1 avenue Claude-Vellefaux, Paris, France 5 Institut Claudius-Regaud, 20-24, rue du Pont Saint-Pierre, Toulouse, France 6 Institut Sainte-Catherine, 250, chemin de Baigne-Pieds, Avignon, France 7 Centre Henri-Becquerel, rue d Amiens, Amiens, France 8 Centre Catherine de Sienne, 2, rue Éric-Tabarly, Nantes, France 9 Hôpital Tenon, 4, rue de la Chine, Paris, France 10 Lincoln, 4, rue Danjou, Boulogne-Billancourt, France 11 Laboratoires Roche, 30, cours de l Île Seguin, Boulogne-Billancourt, France 12 Clinique armoricaine de radiologie, 21, rue du Vieux-Séminaire, Saint-Brieuc, France Pour citer cet article : Pierga JY, Delva R, Pivot X, Espié M, Dalenc F, Serin D, Veyret C, Lortholary A, Gligorov J, Joly K, Hernandez J, Hardy-Bessard AC. Bévacizumab et taxanes dans le traitement de première ligne du cancer du sein métastatique : survie globale et analyse de sous-groupes de l étude ATHENA France. Bull Cancer 2014 ; 101 : doi : /bdc Résumé. L étude internationale de phase IIIb, ATHENA a évalué l association bévacizumab-chimiothérapie de première ligne à base de taxanes, en pratique clinique dans le cancer du sein métastatique (CSm) HER2-négatif. Chez les 365 patientes (ptes) incluses en France, la survie globale (SG) médiane est de 28,4 mois (IC 95 % 24,8-33,0), un recul médian de 36,5 mois (25,1-45,4). Les analyses exploratoires de trois sous-groupes montrent une SG médiane non atteinte chez les ptes longues répondeuses (sans progression pendant au moins un an ; n = 116). Chez les ptes répondeuses (n = 308), la SG médiane est de 33,0 mois (IC 95 % 28,6-37,4) et 12,4 mois (IC 95 % 11,2-17,4) chez les ptes en progression d emblée (n = 41). Chez les ptes avec un CSm et des récepteurs hormonaux positifs (RH+) traitées initialement par hormonothérapie (n = 87) avant l inclusion, la SG médiane est de 23,2 mois (IC 95 % 19,6-28,6) ; elle est de 35,3 mois (IC 95 % 32,2-non atteinte) (p = 0,0004) chez celles traitées d emblée par CT + bévacizumab (n = 179). Dans les Abstract. The international phase IIIb study, ATHENA assessed the combination of bevacizumab/ taxane-based chemotherapy in the first-line treatment of HER2 negative metastatic breast cancer (mbc) in real-life setting. Among the 365 patients included in France, median overall survival (OS) is 28.4 months (CI95% ), with a median time from treatment start to end of study of 36,5 months (25,1-45,4). Exploratory analyses in three sub-groups show that the median OS in long responder patients (not progressing for at least one year; n = 116) is not reached. In responder patients (n = 308), median OS is 33.0 months (CI95% ) and 12.4 months (CI95% ) in non-responders (n = 41). In patients with mbc expressing hormone receptors (HR+), treated with first-line hormone therapy before inclusion (n = 87) median OS in is 23.2 months (CI95% ), and 35.3 months (CI95% 32.2-not doi : /bdc Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre 2014

2 Bévacizumab/chimiothérapie en 1 re ligne du cancer du sein métastatique : résultats de survie globale (étude ATHENA) différents sous-groupes de cette étude, le risque de survenue d événements indésirables de grade 3-5 d intérêts spécifiques au bévacizumab était comparable aux données des études randomisées de phase III. reached); P = in patients treated first with chemotherapy + bevacizumab (n = 179). The safety analysis in the various sub-groups of grade 3-5 adverse events of particular interest to bevacizumab of this study was comparable to the safety data of randomized phase III studies. Mots clés : bévacizumab, survie, cancer du sein métastatique, première ligne, sous-groupes Key words: bevacizumab, survival, metastatic breast cancer, first-line, sub-groups Introduction Le bévacizumab, un anticorps anti-vegf (Vascular Endothelial Growth Factor), a montré son efficacité en association à une chimiothérapie en survie sans progression, en première ligne de traitement du cancer du sein en récidive locale ou métastatique (CSm) au cours de quatre essais randomisés de phase III [1-5]. Cependant, aucune étude n a montré de bénéfice en survie globale (SG) et la place du bévacizumab dans le cancer du sein métastatique reste discutée. L autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne retenue est celle de l association au paclitaxel hebdomadaire ou à la capécitabine en traitement de première ligne. Avec la capécitabine, l indication concerne les patientes atteintes de cancer du sein métastatique, pour lesquelles un traitement avec d autres options de chimiothérapie incluant des taxanes ou des anthracyclines, n est pas considéré comme approprié. Les patientes ayant reçu un traitement à base de taxanes et d anthracyclines en situation adjuvante au cours des 12 derniers mois, doivent être exclues d un traitement par bévacizumab en association à la capécitabine 1. L étude internationale de phase IIIb, ATHENA, menée chez patientes atteintes d un CSm ou en récidive locale, HER2-négatif, a été réalisée pour évaluer le profil de tolérance et l efficacité du bévacizumab en association à une chimiothérapie standard de première ligne à base de taxanes, dans un contexte proche de la pratique clinique courante. Les résultats montrent une SG médiane de 25,2 mois (IC 95 % 24,0-26,3), un temps jusqu à progression (TTP) médian de 9,5 mois (IC 95 % 9,1-9,9) et un taux de réponse objective de 52 % [6]. Une sous-population de 365 patientes a participé à l étude ATHENA en France. Les résultats publiés en 2012 [7] montrent que le profil de tolérance et l efficacité de l association bévacizumab-taxanes, en pratique oncologique quotidienne en France, sont comparables à ceux rapportés dans la population globale de l étude ATHENA et à ceux des essais randomisés dans le CSm ou en récidive locale. De plus, dans l étude ATHENA internationale, des analyses exploratoires de plusieurs sous-groupes de patientes (patientes âgées, tumeur triple négative ou traitement par le 1 Summary of product characteristics of bevacizumab. bévacizumab pendant au moins 12 mois) ont été réalisées, afin de mieux définir l efficacité et le profil de tolérance du bévacizumab dans ces sous-groupes [6, 8, 9]. De façon similaire, de nouvelles analyses exploratoires ont été réalisées dans la population de l étude ATHENA en France, afin de déterminer les caractéristiques des patientes, l efficacité et le profil de tolérance de l association bévacizumab-taxanes dans trois sous-groupes spécifiques : les patientes longues répondeuses (traitées par le bévacizumab et n ayant pas progressé pendant un an ou plus) ; les patientes ne répondant pas d emblée au bévacizumab et les patientes présentant des récepteurs hormonaux positifs (RH+) traitées par hormonothérapie (HT) au diagnostic de la phase métastatique avant de débuter un traitement par bévacizumab-chimiothérapie dites «hormonothérapie initiale». Patientes et méthodes La méthodologie de l étude ATHENA a été publiée en détail antérieurement [6, 7]. En résumé, les patientes atteintes d un adénocarcinome du sein, confirmé histologiquement ou par cytologie, en récidive locale ou au stade métastatique, HER2- négatif, traitées en première ligne par le bévacizumab, à la dose de 10 mg/kg toutes les deux semaines ou 15 mg/kg toutes les trois semaines, associé à une chimiothérapie comportant un taxane (en monothérapie ou en association) étaient éligibles à l étude. En cas de contre-indication aux taxanes ou s il n était pas le traitement standard utilisé par l oncologue, l investigateur pouvait utiliser son propre traitement standard et l associer au bévacizumab. Les anthracyclines, dont la doxorubicine liposomale pégylée et le trastuzumab n étaient pas autorisés dans cette étude. Le traitement était poursuivi jusqu à progression de la maladie, toxicité inacceptable, avis médical de l arrêt ou retrait du consentement par la patiente. Si la chimiothérapie était interrompue pour toxicité ou sur décision du médecin ou de la patiente, le bévacizumab était maintenu en monothérapie. L évaluation tumorale pour déterminer la réponse au traitement a été réalisée selon les règles de la pratique clinique en vigueur de chaque centre. Des analyses exploratoires ont été réalisées afin de déterminer les caractéristiques démographiques, l efficacité et la Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre

3 J.-Y. Pierga, et al. tolérance du bévacizumab dans trois sous-groupes de la population française : les patientes ayant poursuivi un traitement par le bévacizumab pendant 12 mois ou plus sans progression (longues répondeuses) ; les patientes présentant d emblée une résistance au traitement par bévacizumab + chimiothérapie (patientes en progression dès la première évaluation sans phase de réponse ou de stabilisation) et les patientes ayant une tumeur RH+ traitées par hormonothérapie en première ligne métastatique avant inclusion ou par bévacizumab-chimiothérapie de première intention pour leur maladie métastatique (RH+ «hormonothérapie initiale» ou RH+ «chimiothérapie initiale») (figure 1). Les EI graves reliés au bévacizumab et les EI d intérêt spécifique sont décrits : hypertension artérielle, protéinurie, complications de la cicatrisation des plaies, thromboembolie artérielle et veineuse, hémorragie (SNC et autres), perforations gastro-intestinales, insuffisance cardiaque congestive et fistule. Les paramètres d efficacité tels que le temps jusqu à progression (TTP) et la SG ont été analysés par la méthode de Kaplan-Meier et comparés en utilisant un test du log-rank. Le TTP et la SG ont été évalués à partir de la première ligne de chimiothérapie et présentés via la médiane et l intervalle de confiance à 95 %. Pour le sous-groupe des patientes RH+ traitées par hormonothérapie ou par bévacizumabchimiothérapie de première intention pour leur maladie métastatique, la SG et le TTP ont été également calculés à partir du diagnostic de la maladie métastatique. Les patientes n ayant pas progressé à la fin de l étude (dont les patientes décédées avant la progression de la maladie) ou perdues de vue ont été censurées à la date de la dernière administration du bévacizumab. Les patientes pour lesquelles aucun décès n avait été recueilli dans la base de données clinique ont été censurées à la dernière date connue à laquelle elles étaient en vie. Les paramètres quantitatifs sont décrits en prenant en compte le nombre de données disponibles, de données manquantes, la moyenne, l écart-type, la médiane, le maximum et le minimum. Les paramètres qualitatifs sont décrits en prenant en compte le nombre de données disponibles, de données manquantes, la fréquence et le pourcentage de chaque modalité N = 349 N = 41 N = 308 dont 116 longues répondeuses Non-répondeuses Répondeuses Figure 1. Sous-groupes analysés. N = 266 N = 87 N = 179 RH+ «Hormonotherapie initiale» RH+ «Chimiotherapie initiale» Résultats Résultats finaux d efficacité et de tolérance dans la sous-population de l étude ATHENA en France Au total, 365 patientes ont été incluses dans l étude ATHENA en France, entre octobre 2006 et juin 2008, dans 59 centres spécialisés en oncologie ou en gynécologie. Les caractéristiques des patientes et de leur maladie ont été décrites précédemment ainsi que les résultats d efficacité et de tolérance [7]. Seule l efficacité a fait l objet d une mise à jour dans l ensemble de cette sous-population française à la date du gel de la base des données (août 2010). La médiane de suivi est de 25,1 mois (0,4-43,2 et un recul médian de 36,5 mois (25,1-45,4). Les résultats de tolérance dans cette sous-population étaient similaires à ceux de la population globale [6, 7]. Temps jusqu à progression La mise à jour des données du TTP montre que 287 patientes (79,7 %) parmi les 365 patientes de la population en ITT ont présenté une progression de la maladie. Le TTP médian est de 10,0 mois (IC 95 % 9,0-10,9). Survie globale Le nombre de décès dans la population ITT est de 203 patientes (56,4 %). La SG médiane est de 28,4 mois (IC 95 % 24,8-33,0). Patientes «longues répondeuses» Près d un tiers (n = 116) des patientes de la population ITT (n = 365) incluses en France dans l étude ATHENA n a pas progressé sous bévacizumab pendant un an ou plus (définition des longues répondeuses). Les caractéristiques des patientes et de la maladie des longues répondeuses étaient globalement comparables à celles du sous-groupe français dans sa totalité, à l exception d un taux plus élevé de patientes présentant un PS de 0 et un taux plus faible de métastases hépatiques dans le sous-groupe des patientes longues répondeuses (29,7 % versus 40,3 %). Cette population est décrite dans le tableau 1. Les patientes longues répondeuses ont reçu un nombre médian de 8 (1-33) cures de chimiothérapie et 21 (1-54) cycles de bévacizumab, dont 14 cycles (1-44) de bévacizumab en monothérapie après l arrêt de la chimiothérapie. La chimiothérapie associée au bévacizumab était le docétaxel en monothérapie chez 49 patientes (42,2 %), suivi par le paclitaxel en monothérapie chez 25 (21,5 %) et les taxanes en association chez 15 (12,9 %). Par ailleurs, 24 patientes (20,7 %) ont changé de chimiothérapie en cours de traitement de première ligne. Les raisons d arrêt définitif du bévacizumab étaient principalement la progression de la maladie (37,1 %) et la survenue d événements indésirables (27,6 %). 782 Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre 2014

4 Bévacizumab/chimiothérapie en 1 re ligne du cancer du sein métastatique : résultats de survie globale (étude ATHENA) Tableau 1. Démographie et caractéristiques des sous-groupes (longues répondeuses, répondeuses/non répondeuses, RH+ hormono/chimiothérapie initiale) à l inclusion. Population globale (n = 365) Longues répondeuses (n = 116) Sous-groupe des patientes Répondeuses/non répondeuses RH+ hormono/chimiothérapie initiale Répondeuses (n = 308) Non répondeuses (n = 41) RH+hormonoT (n = 87) RH+ chimiot (n = 176) Âge médian en années (min-max) 56 (24-93) 55 (24-77) 56 (24-93) 56 (27-81) 60 (32-93) 52 (29-76) Indice de performance ECOG (58,2 %) 80 (69,0 %) 184 (59,9 %) 20 (48,8 %) 46 (53,5 %) 113 (63,1 %) (35,7 %) 31 (26,7 %) 106 (34,5 %) 17 (41,5 %) 37 (43 %) 57 (31,8 %) 2 20 (5,5 %) 5 (4,3 %) 16 (5,2 %) 4 (9,8 %) 3 (3,5 %) 8 (4,5) 3 2 (0,5 %) 1 (0,3 %) (0,6) Intervalle sans maladie 24 mois 92 (25,2 %) 18 (15,5 %) 69 (22,4 %) 18 (43,9 %) 15 (17,2 %) 30 (16,8 %) > 24 mois 228 (62,5 %) 81 (69,8 %) 201 (65,3 %) 18 (43,9 %) 61 (70,1 %) 123 (68,7 %) Non applicable 45 (12,3 %) 17 (14,7 %) 38 (12,3 %) 5 (12,2 %) 11 (12,6 %) 26 (14,5 %) Cancer du sein en récidive locale 17 (4,7 %) 5 (4,3 %) 12 (3,9 %) 1 (2,4 %) 2 (2,3 %) 6 (3,4 %) Sites métastatiques Os 213 (61,2 %) 68 (61,3 %) 182 (61,5 %) 24 (60,0 %) 70 (82,4 %) 100 (57,8 %) Foie 147 (42,2 %) 33 (29,7 %) 125 (42,2 %) 19 (47,5 %) 40 (47,1 %) 79 (45,7) Poumons 126 (36,2 %) 40 (36,0 %) 101 (34,1 %) 19 (47,5 %) 26 (30,6 %) 63 (36,4) Cerveau 2 (0,6 %) (2,5 %) 0 2 (1,2) Autres 127 (36,5 %) 36 (32,4 %) 106 (35,8 %) 15 (37,5 %) 28 (32,9 %) 59 (34,1 %) Statut du récepteur hormonothérapie ER+ 253 (69,3 %) 85 (73,3 %) 221 (71,8 %) 26 (63,4 %) 86 (98,9 %) 167 (93,3 %) Statut du récepteur hormonothérapie PR+ 194 (53,2 %) 70 (60,3 %) 171 (55,5 %) 16 (39,0 %) 66 (75,9 %) 128 (71,5 %) HER2+ 7 (1,9 %) 3 (2,6 %) 6 (1,9 %) 1 (2,4 %) 0 4 (2,2 %) Tt adjuvant/néoadjuvant antérieur 313 (97,8 %) 96 (97,0 %) 265 (98,1 %) 35 (97,2 %) 74 (97,4 %) 150 (98,0 %) Au moins un cytotoxique 268 (85,6 %) 77 (80,2 %) 225 (84,9 %) 30 (85,7 %) 52 (70,3 %) 131 (87,3 %) À base d anthracyclines 256 (95,9 %) 70 (92,1 %) 216 (96,4 %) 27 (90,0 %) 48 (92,3 %) 125 (96,2 %) À base de taxanes 123 (46,1 %) 32 (42,1 %) 95 (42,4 %) 20 (66,7 %) 13 (25,0 %) 52 (40,0 %) Hormonothérapie 203 (64,9 %) 64 (66,7 %) 173 (65,3 %) 25 (71,4 %) 65 (87,8 %) 132 (88,0 %) Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre

5 J.-Y. Pierga, et al. Efficacité Chez les patientes longues répondeuses, le TTP médian était de 19,3 mois (IC 95 % 17,3-20,7) et la SG médiane n est pas atteinte, avec un recul médian de 36,0 mois (24,5-45,4). Au moment de l analyse, 26 patientes (22,4 %) étaient décédées. Parmi les 116 patientes ayant une maladie mesurable, le taux de réponse objective est de 77,6 % (90 patientes). Une réponse complète est retrouvée chez 15 patientes (12,9 %), une réponse partielle chez 75 patientes (64,7 %) et une stabilisation de la maladie chez 25 patientes (21,6 %). Le taux de réponse est présenté dans le tableau 2. Tolérance Au moins un EI de grade 3-5 a été rapporté chez 93 patientes (80,2 %) du sous-groupe des patientes longues répondeuses. L incidence des événements indésirables de grade 3-5 est de 68,1 % durant la période de traitement par le bévacizumab associé à la chimiothérapie, de 20,5 % durant la période de traitement par le bévacizumab en monothérapie et de 10,5 % après la fin du traitement par le bévacizumab seul. Parmi les EI de grade 3-5, la majorité est de grade 3 (76,2 %). L EI d intérêt spécifique du bévacizumab de grade 3-5 le plus fréquemment rapporté est l hypertension artérielle (7,2 % du total des événements indésirables de grade 3-5). Les neutropénies fébriles ont été rapportées chez 12 patientes (10,3 %), aucune n était considérée comme liée à bévacizumab. Le nombre de décès sur la période de l étude est de 26 (22,4 %), principalement liés au cancer du sein pour 23 patientes (88,5 %), pour les trois autres patientes les raisons du décès étaient hypercalcémie/insuffisance rénale (n =1) ; insuffisance cardiaque (n = 1) et toxicité liée à la chimiothérapie (n = 1). Les investigateurs n ont pas considéré ces décès comme liés à bévacizumab. Les événements indésirables d intérêt spécifique du bévacizumab de grade 3-5 sont présentés dans le tableau 3. Aucun EI de grade 5 n a été rapporté chez les patientes dites longues répondeuses. Patientes répondeuses versus non répondeuses Les caractéristiques des patientes répondeuses ou non répondeuses c est-à-dire présentant une résistance d emblée au traitement par bévacizumab associé à une chimiothérapie sont détaillées dans le tableau 1. L analyse du sous-groupe de l étude ATHENA en France montre que la majorité des patientes ont une réponse ou une stabilisation sous traitement («répondeuses» n = 308 soit 88,3 %) et que 41 sont en progression à la première évaluation «non répondeuses» (11,7 %). Un traitement adjuvant ou néoadjuvant à base de taxanes a été administré à 66,7 % des patientes «non Tableau 2. Taux de réponse dans les différents sous-groupes. Sous-population française n = 365 Longues répondeuses n = 116 RH+ hormonothérapie initiale n =87 RH+ chimiothérapie initiale n = 179 Taux de réponse objective 199 (54,5 %) 90 (77,6 %) 42 (48,3 %) 105 (58,7 %) Stabilisation de la maladie 109 (29,9 %) 25 (21,6 %) 32 (36,8 %) 52 (29,1 %) Progression de la maladie 41 (11,2 %) 1 (0,9 %) 12 (13,8 %) 15 (8,4 %) Non évaluée 16 (4,4 %) 0 1 (1 %) 7 (3,9 %) Tableau 3. Événements indésirables de grade 3-5 a répondeuses). des sous-groupes de patientes (longues répondeuses, répondeuses et non Répondeuses b (n = 308) Non répondeuses b (n = 41) Longues répondeuses (n = 116) Total b (n = 360) Patientes présentant 240 (77,9 %) 31 (75,6 %) 93 (80,2 %) 279 (77,5 %) au moins 1 EI de grade 3-5 Patientes présentant au moins 1 EI 48 (15,6 %) 6 (14,6 %) 27 (27,3 %) 56 (15,6 %) spécifique de grade 3-5 a Hypertension 18 (5,8 %) 0 16 (13,8 %) 18 (5,0 %) Protéinurie 6 (1,9 %) 2 (4,9 %) 4 (3,4 %) 8 (2,2 %) Complications de la cicatrisation des plaies 4 (1,3 %) 0 2 (1,7 %) 4 (1,1 %) Thromboembolie artérielle et veineuse 15 (4,9 %) 3 (7,3 %) 4 (3,4 %) 20 (5,6 %) Hémorragie du SNC 1 (0,3 %) (0,3 %) Autres hémorragies 5 (1,6 %) 1 (2,4 %) 3 (2,6 %) 6 (1,7 %) Perforations gastro-intestinales 1 (0,3 %) 0 1 (0,9 %) 1 (0,3 %) Insuffisance cardiaque congestive Fistule 1 (0,3 %) (0,3 %) Nombre d événements indésirables graves 128 (41,6 %) 19 (46,3 %) 48 (41,4 %) 152 (42,2 %) a Deux événements de grade 5 spécifiques ont été observés (1 embolie pulmonaire et 1 hémorragie cérébrale). b 11 patientes n étaient pas évaluables pour la réponse. La colonne totale incluse 11 patientes de plus que dans les colonnes répondeuses/non répondeuses. 784 Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre 2014

6 Bévacizumab/chimiothérapie en 1 re ligne du cancer du sein métastatique : résultats de survie globale (étude ATHENA) répondeuses» et 42,4 % des répondeuses. Malgré la petite taille du groupe de patientes non répondeuses, l analyse des caractéristiques démographiques et de la maladie semble montrer des différences par rapport aux patientes répondeuses pour l indice de performance ECOG de 0 (48,8 % versus 59,9 %), l intervalle libre sans maladie supérieur à 24 mois (43,9 % versus 65,3 %) ou les récepteurs hormonaux PR+ (39,9 % versus 55,5 %) et la présence de métastases pulmonaires (47,5 % versus 34,1 %) respectivement. Les patientes non répondeuses ont reçu un nombre médian de cinq cures de chimiothérapie (2-10) et cinq cycles de bévacizumab (2-11), dont un seul cycle (0-4) de bévacizumab en monothérapie après l arrêt de la chimiothérapie. La chimiothérapie la plus fréquemment associée au bévacizumab est le paclitaxel, en monothérapie chez 11 patientes soit 26,8 % ou associé à d autres schémas d administration (9 patientes soit 22,2 %). Les raisons d arrêt définitif du bévacizumab sont principalement la progression de la maladie (75,6 %) et la survenue d événements indésirables (12,2 %). Les patientes répondeuses ont reçu un nombre médian de 7 (1-33) cures de chimiothérapie et 12 (1-54) cycles de bévacizumab, dont sept cycles (0-44) de bévacizumab en monothérapie après l arrêt de la chimiothérapie. La chimiothérapie la plus fréquemment associée au bévacizumab est le docétaxel en monothérapie chez 126 patientes soit 40,9 %. Par ailleurs, 63 patientes (soit 20,5 %) ont changé de chimiothérapie en cours de traitement. Les raisons d arrêt définitif du bévacizumab sont principalement la progression de la maladie (53,9 %) et la survenue d événements indésirables (21,8 %). Efficacité Le TTP médian est de 10,9 mois (IC 95 % 10,1-12,2) chez les patientes répondeuses et de 3,3 (IC 95 % 2,8-4,2) mois chez les patientes non répondeuses. La SG médiane est de 33,0 mois (IC 95 % 28,6-37,4) chez les patientes répondeuses et de 12,4 mois (IC 95 % 11,2-17,4) chez les patientes non répondeuses, avec un recul médian de 36,7 mois (24,5-45,4) et de 37,7 mois (25,4-44,4), respectivement (figure 2). Tolérance Au moins un EI de grade 3-5 a été rapporté chez 240 (77,9 %) patientes répondeuses et chez 31 (75,6 %) patientes non répondeuses. Par ailleurs, 244 et 23 événements indésirables graves de grade 3-5 ont été rapportés chez les patientes répondeuses et non répondeuses, respectivement. Chez les patientes répondeuses et les non répondeuses, le pourcentage de patientes présentant un événement indésirable de grade 3-5 est respectivement de 71,6 et 62,8 % durant la période de traitement par le bévacizumab associé à la chimiothérapie, de 11,9 et 3,8 % durant la période de traitement par le bévacizumab en monothérapie et de 15,4 et 33,3 % après la fin du traitement par le bévacizumab seul. Le pourcentage de patientes présentant un événement indésirable d intérêt spécifique au bévacizumab de grade 3-5 est de 15,6 et 14,6 % chez les patientes répondeuses et non Survie 1,00 0,75 0,50 0,25 0,00 Nb à risque/censuré Répondeuses Non répondeuses Survie globale médiane Répondeuses : 33,0 mois (IC95% 28,6-37,4) Non répondeuses : 12,4 mois (IC95% 11,2-17,4) Répondeuses Non répondeuses 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 Survie globale (années) 308/0 300/3 270/5 224/5 189/9 123/45 54/100 3/146 0/149 41/0 36/0 22/1 13/1 7/1 4/3 2/5 1/6 0/7 Figure 2. Survie globale ; courbe de Kaplan-Meier ; sous-groupe des patientes répondeuses (n = 308) versus patientes non répondeuses (n = 41). répondeuses, respectivement. Les EI d intérêts spécifiques au bévacizumab de grade 3-5 les plus fréquents sont la protéinurie chez 1,9 % des non répondeuses, l hypertension artérielle (5,8 %) et les événements thromboemboliques artériels et veineux (4,9 %) chez les répondeuses (tableau 3). Les neutropénies fébriles ont été rapportées chez 26 (8,4 %) des répondeuses dont un cas a été considéré comme liée à bévacizumab et chez aucune des patientes non répondeuses. Les incidences des événements indésirables graves et d intérêts spécifiques du bévacizumab de grade 3-5 sont présentées dans le tableau 3. Chez les patientes répondeuses, 11 décès ont été rapportés dont neuf décès liés à un EIG : insuffisance cardiaque (n = 2), aérocéphalie (présence d air dans les méninges liée à une complication post-chirurgie osseuse pour cyphose due au matériel d ostéosynthèse et non liée à bévacizumab ; n = 1), hypercalcémie/insuffisance rénale (n = 1), aplasie médullaire fébrile (n = 1), accident vasculaire cérébral non hémorragique (n = 1), hypertension intracrânienne (n = 1), choc septique (n = 1) et embolie pulmonaire/hémorragie cérébrale (n = 1). Deux décès sont survenus pour un autre cancer (poumon et côlon). Aucun EI de grade 5 n a été rapporté chez les patientes non répondeuses. Patientes RH+ ayant reçu ou non, une hormonothérapie initiale au stade métastatique avant de débuter un traitement par chimiothérapie-bévacizumab Les caractéristiques des patientes et de la maladie de ce sous-groupe au moment de l inclusion dans l étude ATHENA, Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre

7 J.-Y. Pierga, et al. c est-à-dire au début du traitement par chimiothérapiebévacizumab, sont présentées dans le tableau 1. Le taux de patientes ayant reçu une hormonothérapie en traitement adjuvant/néoadjuvant est comparable entre les deux groupes. Le taux de métastases osseuses est plus important dans le groupe hormonothérapie initiale. Parmi les 266 patientes RH+ incluses en France dans l étude ATHENA, 87 (32,7 %) avaient reçu une hormonothérapie en traitement initial de leur maladie métastatique «hormonothérapie initiale» avant l inclusion dans l essai et 179 (67,3 %) n avaient reçu aucun traitement pour leur maladie métastatique avant l inclusion dans l essai. Efficacité Le taux de réponse objective globale est de 48,3 % chez les patientes ayant une tumeur RH+ «hormonothérapie initiale» et 58,7 % chez les RH+ «chimiothérapie initiale» (tableau 2). Le TTP médian est de 9,5 mois (IC 95 % 8,2-10,6) chez les patientes ayant une tumeur RH+ «hormonothérapie initiale» et de 12,0 mois (IC 95 % 10,1-14,8) pour les tumeurs RH+ «chimiothérapie initiale» (p = 0,0021). La SG médiane chez l ensemble des patientes RH+ est de 29,7 mois (IC 95 % 26,6-35,3). Elle est de 23,2 mois (IC 95 % 19,6-28,6) chez les patientes RH+ «hormonothérapie initiale» et de 35,3 mois (IC 95 % 32,2-non atteint) (p = 0,0004) chez les patientes RH+ «chimiothérapie initiale», avecun recul médian de 37,0 mois (25,0-44,4) et de 36,7 mois (24,5-45,4) respectivement (figure 3A). Par ailleurs, lorsque le TTP et la SG sont évalués à partir du diagnostic de la maladie métastatique et non pas à partir de la première ligne de chimiothérapie à l inclusion, le TTP médian est de 26,6 mois (IC 95 % 20,2-35,4) et de 13,5 mois (IC 95 % 11,7-16,1) (p < 0,0001) et la SG médiane est de 47,1 mois (IC 95 % 39,1-58,4) et de 38,6 mois (IC 95 % 33,5-70,1) (p = 0,157) chez les patientes RH+ «hormonothérapie initiale» et RH+ «chimiothérapie initiale» (figure 3B). Il est important de noter que les caractéristiques des patientes au diagnostic initial de la maladie métastatique n étaient pas recueillies. Seules les caractéristiques des patientes au moment de l inclusion dans l essai sont présentées. Tolérance Le nombre de décès sur la période de l étude est de 60 (69,0 %) et de 79 (44,9 %), respectivement dans le sousgroupe des patientes RH+ «hormonothérapie initiale» et RH+ «chimiothérapie initiale», dont la majorité est due à la progression de la maladie. Chez les patientes RH+ «hormonothérapie initiale», les autres causes de décès (n = 5) sont : insuffisance cardiaque (n = 2), hypercalcémie/insuffisance rénale (n = 1), cancer du poumon (n = 1) et accident vasculaire cérébral non hémorragique (n = 1). Chez les patientes RH+ «chimiothérapie initiale», les autres causes de décès (n = 6) sont : toxicité liée à la chimiothérapie (n = 1), hypovolémie (n = 1), cancer colique (n = 1), aplasie médullaire fébrile (n = 1), hémorragie cérébrale (n = 1) et choc septique (n = 1). A Survie 1,00 0,75 0,50 0,25 0,00 Nb à risque/censuré Hormonothérapie initiale Chimiothérapie initiale B Survie 1,00 0,75 0,50 0,25 0,00 Nb à risque/censuré Hormonothérapie initiale Chimiothérapie initiale Survie globale médiane p < 0,0001 Hormonothérapie initiale : 23,2 mois (IC95 % 19,6-28,6) Chimiothérapie initiale : 35,3 mois (IC95 % 32,2-non atteint) 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 Survie globale (années) 87/0 84/0 75/0 56/0 41/1 22/8 10/18 0/27 0/27 176/0 166/4 148/6 133/6 115/9 78/30 37/62 1/96 0/97 «Chimiothérapie initiale» «Hormonothérapie initiale» Survie globale médiane p = 0,157 Hormonothérapie initiale : 47,1 mois (IC95 % 39,1-58,4) Chimiothérapie initiale : 38,6 mois (IC95 % 33,5-70,1) «Chimiothérapie initiale» «Hormonothérapie initiale» Survie globale métastatique (mois) 87/0 86/0 83/0 75/0 70/0 61/0 49/5 40/7 30/15 27/16 19/18 176/0 169/5 155/8 138/8 120/10 89/27 51/55 7/93 2/98 2/98 2/98 Figure 3. A) Survie globale ; courbe de Kaplan-Meier ; sousgroupe des patientes RH+ «hormonothérapie initiale» (n = 87) versus patientes RH+ «chimiothérapie initiale» (n = 179) à l inclusion dans l étude ATHENA. B) Survie globale* courbe de Kaplan-Meier sous-groupe des patientes RH+ «hormonothérapie initiale» (n = 87) versus patientes RH+ «chimiothérapie initiale» (n = 179) au diagnostic de la maladie métastatique. Discussion Les résultats portant sur l ensemble du sous-groupe des patientes incluses en France dans l étude ATHENA montrent une SG médiane de 28,4 mois chez les patientes ayant un cancer du sein métastatique, HER2-négatif, traitées par le bévacizumab en association à une chimiothérapie de première ligne. Ce résultat est similaire à celui obtenu dans les études de phase III, internationales et randomisées [3, 4] et à celui de la population globale de l étude ATHENA (25,2 mois) [6]. Dans le sous-groupe des patientes longues répondeuses (au moins un an), la SG n est pas atteinte et le TTP médian est de 19,3 mois. Ces résultats chez les patientes longues 786 Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre 2014

8 Bévacizumab/chimiothérapie en 1 re ligne du cancer du sein métastatique : résultats de survie globale (étude ATHENA) répondeuses suggèrent qu en l absence de progression de la maladie, la poursuite du bévacizumab en monothérapie pourrait être une approche raisonnable pour le contrôle à long terme de la maladie, sans modification du profil de tolérance du bévacizumab [6]. Ces données sont conformes au résumé des caractéristiques du produit qui recommande de poursuivre l administration de l anti-angiogénique jusqu à progression. Les données d efficacité étaient comparables dans les différents sous-groupes, dans cette étude le pourcentage de non répondeuses était semblable dans les différents sous-groupes analysés, cette étude n a pas permis d identifier de sous-groupe clinique ayant un taux plus élevé de nonréponse à la première évaluation. L analyse de plus de patientes a permis de montrer que la réponse clinique elle-même à une chimiothérapie à base d anthracyclines est un facteur pronostique indépendant des autres paramètres cliniques pour la SG [10] ; de même certains paramètres tels que l indice de performance, le traitement adjuvant antérieur, le taux de lactate déshydrogénase et la présence de métastases pleurales ou pulmonaires pourraient être des facteurs prédictifs de réponse à une chimiothérapie de première ligne [11]. Dans le sous-groupe des patientes répondeuses, le TTP médian est de 10,9 mois. Ce résultat est comparable à celui rapporté chez les patientes répondeuses des études internationales randomisées menées avec le bévacizumab en première ligne. Miles et al. ont rapporté un TTP de 9 mois et de 10,1 mois chez les patientes ayant reçu respectivement du bévacizumab à 7,5 mg/kg ou 15 mg/kg en association au docétaxel [3]. Dans la population globale de l étude RIBBON- 1, le TTP est de 8,6 mois chez les patientes atteintes d un cancer du sein métastatique et ayant reçu du bévacizumab en association à la capécitabine, et de 9,2 mois chez celles traitées par le bévacizumab en association à un taxane ou une anthracycline [4]. L état général et les caractéristiques liées à la maladie (intervalle sans maladie) des patientes ayant une tumeur RH+ «hormonothérapie initiale» ou non «hormonothérapie initiale» sont semblables à ceux de l ensemble de la population des patientes incluses en France dans l étude ATHENA, à l exception d un taux plus élevé de métastases osseuses au moment de l inclusion dans l étude, dans le sous-groupe des patientes RH+ «hormonothérapie initiale». La SG (p = 0,0004) et le TTP (p = 0,0021) sont significativement plus longs pour les patientes initialement traitées par une hormonothérapie première à la phase métastatique. Cependant, l étude ATHENA ne recueillait pas le profil des patientes au stade initial de leur maladie métastatique (i.e. avant leur inclusion dans l étude). On peut supposer que ce choix d une hormonothérapie première était basé sur des caractéristiques initialement plus favorables de cette population. Cependant, peu de données ont été publiées sur l impact des séquences de traitements hormonaux adjuvants sur la prise en charge de première ligne d une récidive métastatique [12]. L identification de facteurs prédictifs de réponse au bévacizumab a été recherchée dans des études portant sur des petits effectifs de patientes. Parmi ces facteurs, citons les cellules endothéliales circulantes, le polymorphisme du gène VEGF-A et le taux des cellules tumorales circulantes [13, 14]. L étude de phase III, randomisée, AVADO a montré que le taux plasmatique de VEGF-A pourrait être un biomarqueur potentiel de sensibilité au bévacizumab [3]. Ces résultats nécessitent cependant d être validés par d autres essais. Actuellement, en pratique clinique courante, la décision d un traitement ou pas par paclitaxel + bévacizumab dépend essentiellement des données clinicobiologiques relatives à la patiente et à son histoire néoplasique. Une étude de suivi de cohorte (GRT02-COMET) promue par UNICANCER est actuellement en cours de recrutement, son objectif est d identifier les facteurs prédictifs biologiques et d imagerie associés à la réponse au bévacizumab associé à une chimiothérapie par paclitaxel en première ligne chez 510 patientes atteintes d un cancer du sein métastatique HER2-négatif. Aucun événement inattendu par rapport aux données connues du bévacizumab n a pas été mis en évidence. En conclusion, l analyse des différents sous-groupes de patientes (longues répondeuses, répondeuses/non répondeuses et patientes ayant une tumeur RH+ hormonothérapie initiale/chimiothérapie initiale) de cette étude chez des patientes atteintes d un cancer du sein métastatique ou en récidive locale, montre que le risque de survenue d événements indésirables de grade 3-5 d intérêts spécifiques au bévacizumab est comparable aux données des études randomisées de phase III. Par ailleurs, aucun profil particulier n a été retrouvé pour l ensemble de ces sous-groupes, y compris dans la population des patientes non répondeuses au bévacizumab. Chez les patientes ayant un CSm RH+, la différence en bénéfice en SG a été statistiquement en faveur des patientes RH+ traitées d emblée par l association bévacizumabchimiothérapie en première ligne de traitement. Comme pour toute analyse exploratoire, ces résultats descriptifs de différents sous-groupes (répondeuses/non répondeuses, longues répondeuses, hormonothérapie d emblée/chimiothérapie d emblée) ne peuvent être généralisés. Ils ont cependant le mérite de poser la question de l hétérogénéité des patientes métastatiques RH+ et de suggérer qu un certain sous-groupe de patientes pourrait bénéficier d un traitement de première ligne par une chimiothérapie + bévacizumab d emblée. À ce jour, le choix initial d une hormonothérapie ou d une chimiothérapie reste une question ouverte. Remerciements. Les auteurs remercient la société Eltium pour sa collaboration à la rédaction et la mise en forme de cet article. Liens d intérêts : R. Delva : co-investigateur à l étude Roche. F. Dalenc : essais cliniques en qualité d investigateur principal et board Avastin (Roche). C. Veyret : investigateur principale de l étude dans son centre. J. Hernandez : employée Roche. J. Gligorov : essais cliniques en qualité de co-investigateur, interventions ponctuelles pour Roche-Grenentech et Sanofi Aventis. K. Joly : prestataire employée par Roche (société Lincoln). X. Pivot : essais cliniques, consultant Roche. M. Espié : interventions ponctuelles pour Roche et Glaxo. J.-Y. Pierga : investigateur principal de l étude Cortoz Unicancer (Roche), coinvestigateur de l étude Athena en France, honoraires et conseils pour Roche. A. Lortholary, D. Serin et A.-C. Hardy-Bessard déclarent ne pas avoir de lien d intérêt en rapport avec cet article. Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre

9 J.-Y. Pierga, et al. Références 1. Miller K, Wang M, Gralow J, et al. Paclitaxel plus bevacizumab versus paclitaxel alone for metastatic breast cancer. N Engl J Med 2007 ; 357 : Gray R, Bhattacharya S, Bowden C, Miller K, Comis RL. Independent review of E2100: a phase III trial of bevacizumab plus paclitaxel versus paclitaxel in women with metastatic breast cancer. J Clin Oncol 2009 ; 27 : Miles DW, Chan A, Dirix LY, et al. Phase III study of bevacizumab plus docetaxel compared with placebo plus docetaxel for the firstline treatment of human epidermal growth factor receptor 2-negative metastatic breast cancer. J Clin Oncol 2010 ; 28 : Robert NJ, Dieras V, Glaspy J, et al. RIBBON-1: randomized, double-blind, placebo-controlled, phase III trial of chemotherapy with or without bevacizumab for first-line treatment of human epidermal growth factor receptor 2-negative, locally recurrent or metastatic breast cancer. J Clin Oncol 2011 ; 29 : Brufsky AM, Hurvitz S, Perez E, et al. RIBBON-2: a randomized, double-blind, placebo-controlled, phase III trial evaluating the efficacy and safety of bevacizumab in combination with chemotherapy for second-line treatment of human epidermal growth factor receptor 2-negative metastatic breast cancer. J Clin Oncol 2011 ; 29 : Smith I, Pierga JY, Biganzoli L, et al. Final overall survival results and effect of prolonged (>/= 1 year) first-line bevacizumabcontaining therapy for metastatic breast cancer in the ATHENA trial. Breast Cancer Res Treat 2011 ; 130 : Hardy-Bessard AC, Delva R, Pivot X, et al. [Safety and efficacy of bevacizumab combined with taxanes in the first-line treatment of metastatic breast cancer: ATHENA study-france]. Bull Cancer 2012 ; 99 : Thomssen C, Pierga JY, Pritchard KI, et al. First-line bevacizumabcontaining therapy for triple-negative breast cancer: analysis of 585 patients treated in the ATHENA study. Oncology 2012;82: Biganzoli L, Di Vincenzo E, Jiang Z, et al. First-line bevacizumab-containing therapy for breast cancer: results in patients aged >/=70 years treated in the ATHENA study. Ann Oncol 2012 ; 23 : Pierga JY, Robain M, Jouve M, et al. Response to chemotherapy is a major parameter-influencing long-term survival of metastatic breast cancer patients. Ann Oncol 2001 ; 12 : Robain M, Pierga JY, Jouve M, et al. Predictive factors of response to first-line chemotherapy in 1426 women with metastatic breast cancer. Eur J Cancer 2000 ; 36 : Cardoso F, Bischoff J, Brain E, et al. A review of the treatment of endocrine responsive metastatic breast cancer in postmenopausal women. Cancer Treat Rev 2012 ; 39 : Bidard FC, Mathiot C, Degeorges A, et al. Clinical value of circulating endothelial cells and circulating tumor cells in metastatic breast cancer patients treated first line with bevacizumab and chemotherapy. Ann Oncol 2010 ; 21 : Etienne-Grimaldi MC, Formento P, Degeorges A, et al. Prospective analysis of the impact of VEGF-A gene polymorphisms on the pharmacodynamics of bevacizumab-based therapy in metastatic breast cancer patients. Br J Clin Pharmacol 2011;71: Bull Cancer vol. 101 N 9 septembre 2014

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Cancers du sein infracentimétriques Her2 + XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Généralités cancers HER2+ Sur-expression Her2 = facteur de mauvais pronostic (Press 1997, Tovey 2009,

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Standards dans la Prise en Charge du Cancer du Sein. William Jacot CRLC Val d Aurelle Montpellier

Standards dans la Prise en Charge du Cancer du Sein. William Jacot CRLC Val d Aurelle Montpellier Standards dans la Prise en Charge du Cancer du Sein William Jacot CRLC Val d Aurelle Montpellier Le cancer du sein en France 49.814 nouveaux cas en 2005 11.441 décès en 2006 Létalité ± 20 % Guérin et al.,

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

HERCEPTIN - trastuzumab CANCERS DU SEIN RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS ANNEXE

HERCEPTIN - trastuzumab CANCERS DU SEIN RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS ANNEXE HERCEPTIN - trastuzumab RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS CANCERS DU SEIN Date de publication : juin 2011 ANNEXE Situations hors-amm pour lesquelles l insuffisance des données ne permet pas l évaluation

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Bâle, le 26 mars 2007 Herceptin reçoit des autorités européennes un avis favorable préconisant son utilisation en association avec un inhibiteur de l aromatase dans le traitement du

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014 Communiqué de presse Bâle, le 28 septembre 2014 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a prolongé de 15,7 mois la vie de patients atteints d un type de cancer du sein métastatique agressif,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2011 HALAVEN 0,44 mg/ml, solution injectable B/1 flacon de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP 4183523) B/6 flacons de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP

Plus en détail

Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein HER2 positifs Overall management. Global

Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein HER2 positifs Overall management. Global Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein Overall management Global 0 Groupe de travail constitué de : Lydie Aimard, Mario Campone, Bruno Coudert, Véronique

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France PROJETS D ÉTUDES CLINIQUES DANS LE CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF RÉUNION ERTICA 16 SEPTEMBRE 2014 Dr MARIE-ANGE

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 novembre 2013 a fait l objet d une audition le 4 décembre 2013 AFINITOR 5 mg, comprimé

Plus en détail

Cancer du sein HER2+ Le point sur les thérapeutiques ciblées

Cancer du sein HER2+ Le point sur les thérapeutiques ciblées Sénologie Cancer du sein HER2+ Le point sur les thérapeutiques ciblées Pr Nicole Tubiana-Mathieu*, Sophie Leobon* La prise en charge du cancer du sein a été transformée depuis la mise en évidence et le

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante Réduisant l Exposition PHARE : rationnel Quatre grands essais ont montré que 1 an d Herceptin réduit le risque de rechute ou de décès par deux HERA : HR = 0.54 NSABP

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Avis 9 janvier 2013. HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7)

Avis 9 janvier 2013. HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7) Laboratoire ROCHE DCI Code ATC (année)

Plus en détail

Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale -

Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale - Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale - Institut Claudius Regaud Les essais en cours Essais en adjuvant ICR, étude PHACS Essais ennéoadjuvant étude HORGEN (HT) Essais en métastatique tumeurs

Plus en détail

Doxorubicine liposomale pégylée

Doxorubicine liposomale pégylée DENOMINATION DU MEDICAMENT CAELYX = Doxorubicine liposomale pégylée CARACTERISTIQUES Dénomination commune : CAELYX Composition qualitative et quantitative : Doxorubicine liposomale pégylée Statut : A.M.M.

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Ce référentiel a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels regroupant le Réseau Onco-normand (RON) et

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Coordonnateurs : William Jacot, Marian Gutowski, Gilles Romieu, André Mathieu Synthèse Calcul du risque de récidive

Plus en détail

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Premiers résultats de l étude de phase III GADOLIN étudiant l obinutuzumab associé à la bendamustine versus bendamustine seule chez des lymphomes non hodgkiniens indolents réfractaires au rituximab D après

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Dept. des Tumeurs du Sein Chef du service Hôpital de Jour Institut d Oncologie Ion Chiricuţă Cluj-Napoca,

Plus en détail

Cancer du sein métastatique HER2+: stratégie thérapeutique

Cancer du sein métastatique HER2+: stratégie thérapeutique Cancer du sein métastatique HER2+: stratégie thérapeutique Christelle LEVY 2000-2010 Taxane seul 4 à 6 mois trastuzumab + taxane amélioration de la survie sans progression Taxane + Trastuzumab 1 an 13,7

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DE LA CAPÉCITABINE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN AVANCÉ OU MÉTASTATIQUE

GUIDE D UTILISATION DE LA CAPÉCITABINE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN AVANCÉ OU MÉTASTATIQUE Guide d utilisation de la capécitabine dans le traitement du cancer du sein avancé ou métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2005 Tables des matières 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature

Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature Cabarrou B (1) Mourey L (1) Dalenc F (1) Balardy L (2) Roché H (1) Boher JM

Plus en détail

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012 H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Registre des tumeurs d Alger 2007 Incidences Brutes Incidences standardisées Poumon

Plus en détail

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda.

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda. Communiqué de presse Bâle, le 27 août 2012 De nouvelles données issues de l étude de phase III EMILIA montrent que le trastuzumab emtansine (T-DM1), médicament de Roche, a permis d améliorer significativement

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques E. Luporsi Introduction Le pronostic du cancer du sein métastatique reste un problème majeur pour l oncologue

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 POURQUOI DE NOUVELLES CBNPC métastatique : doublet de chimiothérapie,

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009 Communiqué de presse Bâle, le 12 décembre 2009 Meilleures chances de guérison pour les patientes souffrant de cancer du sein HER2- positif de stade précoce lorsqu elles reçoivent Herceptin pendant un an

Plus en détail

DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière )

DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière ) DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière ) Salle : Salle Camille Blanc Standards thérapeutiques référencés en France mais sans AMM. Dr Cristian Villanueva CHRU

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE Ganglion sentinelle et cancer du sein Dr Michy- HCE historique 1985: Ganglion sentinelle + mélanome 1994: giulano: application au cancer du sein 2002: validation du GAS par l ANAES Morton, arch Surg, 1992

Plus en détail

Avis 24 juillet 2013

Avis 24 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 24 juillet 2013 PERJETA 420 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 flacon (CIP : 34009 584 633 9 6) Laboratoire ROCHE DCI Code ATC (2013) Motif de l examen Liste concernée

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger Adénocarcinomes gastriques métastatiques : quelle chimiothérapie pour quel bénéfice et quelles biothérapies pour quelles indications en 2010? H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015 Communiqué de presse Bâle, Juillet 31, 2015 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a été homologué en Europe pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein agressif de stade

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Traitement hormonal des pa0entes ménopausées (an0- aromatase/tamoxifène) Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris

Traitement hormonal des pa0entes ménopausées (an0- aromatase/tamoxifène) Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris Traitement hormonal des pa0entes ménopausées (an0- aromatase/tamoxifène) Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris Hormonothérapie adjuvante Le tamoxifène a été longtemps la molécule

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 26 juin 2015

Communiqué de presse. Bâle, le 26 juin 2015 Communiqué de presse Bâle, le 26 juin 2015 L UE recommande l approbation de Perjeta, médicament de Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce Le protocole

Plus en détail

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 Contacts: sanofi-aventis CIRG Anne Bancillon Emmanuelle Mékercke + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 DES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE ET HERCEPTINE DÉMONTRENT CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE FORME

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse HER2 et cancer bronchique Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse Plan 1. Qu est ce que HER2? 2. Incidence des anomalies de HER2 3. Profil

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

CANCER DU SEIN METASTATIQUE LES NOUVEAUX STANDARDS ALGER 19-02- 2012 PHILIPPE DALIVOUST MARSEILLE

CANCER DU SEIN METASTATIQUE LES NOUVEAUX STANDARDS ALGER 19-02- 2012 PHILIPPE DALIVOUST MARSEILLE CANCER DU SEIN METASTATIQUE LES NOUVEAUX STANDARDS ALGER 19-02- 2012 PHILIPPE DALIVOUST MARSEILLE BUTS DES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN METASTATIQUES PROLONGER LA SURVIE SANS PROGRESSION ET LA SURVIE

Plus en détail

Guide d utilisation du trastuzumab (Herceptin MC ) dans le traitement adjuvant du cancer du sein Mise à jour

Guide d utilisation du trastuzumab (Herceptin MC ) dans le traitement adjuvant du cancer du sein Mise à jour Guide d utilisation du trastuzumab (Herceptin MC ) dans le traitement adjuvant du cancer du sein Mise à jour Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Février 2008 Guide d utilisation du

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail