Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Céline Arnold, Michèle Lelièvre*"

Transcription

1 Dossir

2 L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr* En 2009, l nivau d vi moyn ds prsonns âgés d 65 ans ou plus s établit à uros par an. Ds annés 1970 au miliu ds annés 1990, l nivau d vi ds plus d 65 ans, porté par ds rtraits d plus n plus complèts, avait progrssivmnt rattrapé clui ds prsonns d âg actif. Dpuis 1996, n moynn, ls nivaux d vi ds plus d 65 ans t ds prsonns d âg actif évolunt parallèlmnt. Au-dlà d ctt moynn, ls situations individulls sont plus contrastés. Sur la périod, l nivau d vi ds sniors ls plus juns progrss plus rapidmnt qu clui ds sniors ls plus âgés. En fft, ls générations récnts d prsonns âgés, t particulièrmnt ls fmms, bénéficint d carrièrs salarials d plus n plus complèts t arrivnt à la rtrait avc ds nivaux d pnsions, t donc ds nivaux d vi, d plus n plus élvés. Dans l mêm tmps, ls rtraits sont indxés sur ls prix, si bin qu l pouvoir d achat ds rtraités st à pu près stabl au fur t à msur qu ils viillissnt. L écart d nivau d vi qui n résult, ntr nouvaux sniors t plus âgés, tnd n outr à s amplifir avc l viillissmnt d la population lié à l allongmnt d la duré d vi. Par aillurs, au sin d chaqu génération d prsonns âgés, on obsrv dux ffts d sns opposés. D un part, la variabilité ds nivaux d pnsions ds générations récnts d sniors st moindr : l amélioration ds droits à pnsion a été plus soutnu dans l bas d la distribution, prmttant un baiss du nombr d bénéficiairs du minimum viillss t un réduction ds inégalités par l bas. D autr part, ls rvnus du patrimoin augmntnt fortmnt sur la périod t lur polarisation sur l haut d la distribution s accroît. C phénomèn n st pas propr aux prsonns âgés, mais il st particulièrmnt marqué pour lls, si bin qu au total, ls disparités d nivau d vi s accroissnt au sin d chaqu class d âg. Bin qu lur nivau d vi soit comparabl n moynn à clui ds prsonns d âg actif, ls prsonns âgés sont d plus n plus présnts dans la moitié la plus modst d la population, principalmnt sous l fft du viillissmnt d la population. Pour autant, ls prsonns âgés rstnt n moynn bin moins touchés par la pauvrté qu ls prsonns d âg actif. La pauvrté ds sniors rst concntré - t s st mêm accru - chz ls fmms d plus d 75 ans, souvnt vuvs t qui, sur ls générations concrnés, ont pu travaillé. Dpuis un quinzain d annés, l viillissmnt démographiqu s st accéléré t l rnouvllmnt d la population ds prsonns âgés d 65 ans ou plus s accompagn d un amélioration régulièr d lur nivau d vi moyn. L nivau d vi corrspond à la somm ds rvnus prçus par l ménag nts d impôts rapporté au nombr d unités d consommation du ménag. Suls ls prsonns vivant «n ménag ordinair», c st à dir n vivant pas * Célin Arnold, Michèl Llièvr, Drs. Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

3 n institution, sont ici étudiés. Ls rvnus ds prsonns âgés d 65 ans ou plus ont un composition spécifiqu : c sont ssntillmnt ds pnsions d rtrait t dans un moindr msur ds rvnus du patrimoin, ls rvnus d activité dvnant marginaux. Ls prstations socials dont lls bénéficint sont pour l ssntil ds aids au logmnt ou du minimum viillss. Ls ménags d prsonns âgés comptnt par aillurs moins d prsonns à charg non apporturs dircts d rssourcs, ls nfants ayant généralmnt quitté l foyr parntal. Ils sont pour la plupart composés d un ou dux prsonns, soit un nombr moyn d unités d consommation d l ordr d 1,4 contr 1,8 pour ls ménags d âg actif. Un nivau d vi qui s st rapproché d clui d l nsmbl d la population En 2009, l nivau d vi moyn ds prsonns âgés d 65 ans ou plus s établit à uros par an, soit uros par mois. Lurs rssourcs sont principalmnt constitués ds pnsions d rtrait, qui n compnsnt qu partillmnt ls rvnus d activité antériurs [Andriux t Chantl, 2012]. Toutfois, ls prsonns âgés bénéficint généralmnt d rvnus du patrimoin plus importants t vivnt dans ds ménags rgroupant pu d prsonns (notammnt d nfants à charg) rlativmnt au nombr d apporturs d rssourcs, c qui contribu favorablmnt à lur nivau d vi 1. En rvanch, l nivau d vi médian ds prsonns âgés d 65 ans ou plus st d uros mnsuls, soit uros annuls, infériur d 6,4 % à clui ds prsonns d âg actif (figur 1). En fft, ls prsonns âgés sont plus nombruss qu ls prsonns 1. Distribution ds nivaux d vi n 2009 ds prsonns d âg actif t ds prsonns âgés D1 18 à 64 ans D1 65 ans ou plus D9 65 ans ou plus D9 18 à 64 ans 8 n % 7 6 Prsonns d 18 à 64 ans 65 ans t plus Population pauvr D5 D5 uros par mois 65 ans ou plus 18 à 64 ans Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, 7,4 % ds prsonns âgés d 65 ans t plus disposnt d un nivau d vi mnsul compris ntr t uros alors qu ils sont 6,0 % au sin ds prsonns d âg actif (18 à 64 ans). L nivau d vi mnsul médian st d uros pour ls prsonns âgés d 65 ans t plus. 10 % ds prsonns âgés d 65 ans t plus disposnt d un nivau d vi infériur à 948 uros n 2009 (1 r décil). Sourcs : Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux Toutfois, la présnc d nfants dans un ménag n s traduit pas toujours par un moindr nivau d vi. Ls famills sont n fft un cibl privilégié ds dispositifs sociofiscaux. 34 Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

4 d âg actif à avoir un nivau d vi infériur à la médian ds nivaux d vi d l nsmbl ds ménags d la population d Franc métropolitain, mais lls s concntrnt dans ls nivaux d vi intrmédiairs. En fft, l mécanism rdistributif du minimum viillss assur un «planchr» d rvnu d 677 uros mnsuls n 2009 pour un prsonn isolé t d uros pour un coupl. Par aillurs, 59 % ds prsonns suls t 34 % ds prsonns n coupl, vivant dans un ménag bénéficiair du minimum viillss, prçoivnt égalmnt ds aids au logmnt, pour ds montants médians rspctifs d 239 uros t 146 uros par unité d consommation. Cumulé aux aids au logmnt, l minimum viillss prmt, dans la majorité ds cas, d franchir l suil d nivau d vi du prmir décil d l nsmbl d la population (soit 867 uros n 2009). Au final, ls prsonns âgés ont donc moins souvnt d très faibls rvnus qu ls prsonns d âg actif. Ainsi, l plafond d nivau d vi ds 10 % ds prsonns âgés ls plus modsts st supériur d 9 % à clui ds 10 % ds prsonns d âg actif ls plus modsts, ls minima sociaux lur étant comparativmnt plus favorabls qu cux dstinés aux prsonns n âg d travaillr. En haut d la distribution, ls 10 % ds prsonns âgés ls plus aisés ont n rvanch un nivau d vi planchr comparabl à clui ds prsonns n âg d travaillr ls plus aisés, grâc à l accumulation du patrimoin au cours du cycl d vi. Dpuis 1996, la situation rlativ ds prsonns âgés n trms d nivau d vi dmur n moynn assz stabl, mais lur présnc sous la médian ds nivaux d vi s rnforc. Cla marqu un ruptur par rapport à la tndanc passé. D 1970 au miliu ds annés 1990, l nivau d vi ds prsonns âgés avait progrssivmnt rattrapé clui ds prsonns d âg actif n lin avc la monté n charg ds régims d assuranc viillss, l amélioration ds carrièrs t l évolution favorabl d la rvalorisation ds pnsions d rtrait t du minimum viillss [Augris t Bac, 2009]. D 1996 à 2003, l nivau d vi médian ds prsonns âgés (figur 2) augmnt moins rapidmnt qu clui d la population d âg actif (rspctivmnt + 0,7 % t + 1,7 % d croissanc annull moynn n uros constants) alors qu la population d âg actif profit d un périod d croissanc rlativmnt fast. Dpuis 2004, ls nivaux d vi médians ds prsonns âgés t ds prsonns d âg actif progrssnt à ds rythms comparabls (rspctivmnt + 1,2 % t + 1,1 % n moynn 2. Nivaux d vi ds prsonns d âg actif t ds prsonns âgés d 1996 à 2009 n uros Médian - Prsonns âgés Médian - Prsonns d âg actif r 1 décil - Prsonns âgés r 1 décil - Prsonns d âg actif Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 1996, l nivau d vi médian s établit à uros pour ls prsonns âgés d 65 ans ou plus (n uros 2009). En 2009, il st d uros. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés 1996 à Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux 2005 à Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

5 annull). En fft, ls rvnus d activité ont souffrt d un contxt économiqu plus difficil sur l anné En comparaison, l systèm d rtrait français conduit à un moindr snsibilité d l évolution moynn ds rtraits à la conjonctur. mais ds disparités d nivaux d vi qui s accntunt au sin ds prsonns âgés En 2009, l nivau d vi moyn ds prsonns âgés d 75 ans ou plus s élèv à uros par an, soit 11,0 % d moins qu clui ds prsonns âgés d 65 à 74 ans (figur 3). Ctt situation rlativ moins favorabl ds aînés s st accntué sur la périod t c qull qu soit lur position dans la distribution ds nivaux d vi. En 1996, l nivau d vi moyn ds prsonns âgés d 75 ans ou plus était proch d clui ds prsonns d 65 à 74 ans. D 1996 à 2009, l nivau d vi ds plus âgés augmnt régulièrmnt mais à un rythm moins soutnu qu clui ds plus juns (figur 4). Dans l mêm tmps, l taux d pauvrté monétair ds prsonns âgés d 75 ans ou plus augmnt, s rapprochant progrssivmnt d clui ds prsonns d âg actif. Il s élèv à 13,0 % n 2009, contr 7,7 % pour ls prsonns âgés d 65 à 74 ans t 12,8 % pour ls prsonns d âg actif. Ls disparités d nivaux d vi n s accroissnt pas sulmnt ntr classs d âg ds prsonns âgés. Ells s accroissnt aussi au sin d chaqu class d âg : parmi ls prsonns âgés d 65 à 74 ans, l rapport ds masss ds nivaux d vi détnus par ls 20 % ls plus aisés t ls 20 % ls plus modsts s établit ainsi à 3,9 n 2009, contr 3,5 n Ls inégalités s sont accrus par l haut, au détrimnt ds nivaux d vi intrmédiairs qui détinnnt un part moins important ds nivaux d vi. D mêm, à partir d 75 ans, l rapport ds masss ds nivaux d vi détnus par ls 20 % ls plus aisés t ls 20 % ls plus modsts s établit à 3,9 n 2009, contr 3,7 n Nivau d vi annul t indicaturs d inégalité ds prsonns âgés n 1996 t n 2009 n uros constants Prsonns âgés d 65 ans t plus Prsonns âgés d 65 à 74 ans Prsonns âgés d 75 ans t plus Nivau rlatif (75 ans t plus / 65 à 74 ans) Prsonns âgés d 65 ans t plus Prsonns âgés d 65 à74ans Prsonns âgés d 75 ans t plus Nivau rlatif (75 ans t plus / 65 à 74 ans) Moynn , ,89 1 r décil (D1) , ,91 Médian (D5) , ,89 9 décil (D9) , ,92 Indicaturs d inégalité D9/D1 3,1 3,0 3,2 /// 3,2 3,1 3,2 /// D9/D5 1,9 1,8 1,9 /// 2,0 1,9 2,0 /// D5/D1 1,7 1,7 1,7 /// 1,6 1,6 1,6 /// S20 (n %) 10,0 10,1 10,0 /// 9,8 9,9 9,9 /// S50 (n %) 32,5 32,9 31,9 /// 31,0 31,1 31,1 /// S80 (n %) 63,8 64,4 63,0 /// 61,1 61,1 61,3 /// (100-S80)/S20 3,6 3,5 3,7 /// 4,0 3,9 3,9 /// Indic d Gini 0,26 0,25 0,27 /// 0,29 0,29 0,28 /// Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n2009, lnivau dviannulmoyndsprsonnsâgésd65anstplusstd22530uros. Lrapportntrlnivau dviplanchr ds10 % ls plus aisés t l nivau d vi plafond ds 10 % ls plus modsts s élèv à 3,2. Ls 20 % ls plus modsts détinnnt 9,8 % d la mass ds nivaux d vi. Ls 20 % ls plus aisés détinnnt 39,9 % d la mass ds nivaux d vi (100-S80), soit 4,0 fois plus qu ls 20 % ls plus modsts. L nivau d vi moyn ds prsonns âgés d 75 ans t plus st égal à 0,89 fois clui ds prsonns âgés d 65 à 74 ans. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

6 4. Évolution annull moynn ds nivaux d vi ntr 1996 t 2009 n % n uros ,0 1,5 1,0 r 1décil(D1) Médian (D5) 0,5 9décil(D9) 0,0 Prsonns d'âg actif Prsonns âgés d 65 à 74 ans Prsonns âgés d 75 ans t plus Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : lnivaudviplafond ds10 % lsplusmodsts (D1) dsprsonnsd âg actifaaugmnté, nuros2009, àunrythmannulmoynd1,6 % ntr 1996 t Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux Au final, ls inégalités d nivaux d vi augmntnt au sin ds prsonns d 65 ans ou plus, à la fois par tranch d âg t au sin ds tranchs d âg, un résultat global confirmé par la progrssion du cofficint d Gini, qui pass d 0,26 n 1996 à 0,29 n Un viillissmnt démographiqu marqué, avc un surrprésntation ds fmms isolés au sin ds plus âgés L viillissmnt démographiqu a pu avoir un impact défavorabl sur l évolution moynn ds nivaux d vi ds sniors, xpliquant égalmnt n parti, à côté ds facturs institutionnls, qu un proportion croissant d la population âgé s situ sous la médian ds nivaux d vi d l nsmbl d la population. En fft, d 1996 à 2009, la part ds prsonns d 75 ans ou plus augmnt snsiblmnt au sin ds prsonns âgés n lin avc la progrssion régulièr d l spéranc d vi. Ell s établit ainsi à 51 % n 2009, contr 40 % n 1996 (figur 5). En particulir, ls 80 ans ou plus rprésntnt 29 % d l nsmbl d la population âgé n 2009, après 23 % n Or ls prsonns d 75 ou plus ont ds nivaux d vi plus faibls, n moynn, qu ls rtraités plus juns. D autr part, la population ds prsonns âgés s caractéris par un surrprésntation ds prsonns isolés, notammnt ds prsonns vuvs, t ds coupls sans nfant. Or, ls prsonns suls ont un nivau d vi plus faibl, car lls n bénéficint pas ds économis d échll procurés par la vi n coupl, t lurs pnsions d rtrait sont n général plus faibls n raison d la proportion élvé d fmms, notammnt très âgés, qui ont moins cotisé pour lur rtrait durant la vi activ. En particulir, ls vuvs âgés disposnt d faibls droits proprs à pnsion, qui n sont qu partillmnt compnsés par ls droits à la révrsion. En 2009, l nivau d vi annul médian ds prsonns âgés n coupl s élèv à uros, contr pour ls homms suls t pour ls fmms suls. Ls caractéristiqus sociodémographiqus xpliqunt n parti ls disparités d nivaux d vi, notammnt ntr ls âgs. Cpndant, la proportion d prsonns suls dmur Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

7 5. Caractéristiqus sociodémographiqus ds prsonns âgés n 1996 t n Prsonns âgés Prsonns âgés Prsonns âgés Prsonns âgés Prsonns âgés Prsonns âgés d 65 ans t plus d 65 à 74 ans d 75 ans t plus d 65 ans t plus d 65 à 74 ans d 75 ans t plus Répartition par âg 100,0 59,8 40,2 100,0 49,2 50,8 Sx Homms 41,0 44,5 35,9 42,1 46,1 38,2 Fmms 59,0 55,5 64,1 57,9 53,9 61,8 Typ d ménag Prsonns suls 37,2 28,5 50,1 37,9 27,4 48,1 Homms suls 7,8 6,8 9,3 8,7 7,8 9,6 dont vufs 5,1 3,3 7,8 4,4 2,3 6,4 Fmms suls 29,4 21,7 40,8 29,2 19,6 38,5 dont vuvs 24,6 16,8 36,3 22,4 11,6 32,8 Coupls 58,9 68,3 44,9 58,1 69,5 47,1 Ménags complxs 3,9 3,2 5,0 4,0 3,1 4,8 Ensmbl 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n2009, lsprsonnsâgés d65à74ansrprésntnt 49,2 % dsprsonnsâgés. 53,9 % d ntr llssontdsfmms. Lshommssulsrprésntnt 7,8 % ds prsonns âgés d 65 à 74 ans. En particulir, la part ds vufs st d 2,3 % au sin ds prsonns âgés d 65 à 74 ans. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux n % rlativmnt stabl. En fft, si la proportion d vufs t vuvs diminu nttmnt parmi ls ans (14 % n 2009 contr 20 % n 1996), cll ds prsonns ayant divorcé s accroît. D autr part, la duré d vi n coupl n progrss pas plus vit qu l spéranc d vi, si bin qu la part ds prsonns suls d plus d 75 ans rst important. L évolution ds structurs familials n xpliqu donc qu marginalmnt l accroissmnt ds écarts d nivaux d vi au sin ds prsonns âgés : l nombr moyn d unités d consommation du ménag vari pu pndant la périod, quls qu soint l âg t la position dans l échll ds nivaux d vi. Ls droits à pnsion plus présnts dans l nivau d vi, y compris n bas d l échll d la distribution À 65 ans passés, l nivau d vi ds prsonns s compos ssntillmnt ds pnsions d rtrait t dans un moindr msur ds rvnus du patrimoin (figur 6). Au fil du tmps, la part ds pnsions d rtrait dans l rvnu disponibl ds prsonns âgés ls plus modsts s st accru. En moynn, ls pnsions du ménag par unité d consommation rprésntnt 84 % du nivau d vi ds prsonns d 65 ans ou plus n 2009, contr un pu moins d 80 % n Ctt proportion y st mêm supériur d 13 points chz ls 20 % ls plus modsts d la population ds prsonns âgés : ll s établit à près d 85 % n 2009, après 72 % n Globalmnt, la population âgé aux rvnus ls plus faibls vit donc davantag qu par l passé d ss pnsions d la rtrait, c st-à-dir ds droits à pnsion accumulés au cours d la vi activ, t significativmnt moins ds transfrts sociaux, qui n rprésntnt plus qu 10 % du nivau d vi ds dux prmirs décils n 2009 contr 14 % n Ls rvnus du patrimoin concournt égalmnt moins qu avant au maintin du nivau d vi ds plus modsts : ils rprésntaint 10 % du nivau d vi pour ls prsonns situés sous l duxièm décil n 1996 mais sulmnt 5 % n Ctt évolution s xpliqu pour l ssntil par la baiss ds rndmnts ds produits d épargn réglmntés (compts t livrts d épargn) dans ls annés Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

8 6. Décomposition du nivau d vi ds prsonns âgés n 1996 t n 2009 Ensmbl 65 ans t plus 65 à 74 ans 75 ans t plus Infériur à D2 Supériur à D9 Ensmbl Infériur à D2 Supériur à D9 Ensmbl Infériur à D2 Supériur à D9 n 1996 Pnsions 79,6 71,8 79,2 80,3 72,1 80,3 78,5 70,4 78,2 Patrimoin 17,6 9,7 28,1 16,3 10,2 24,6 19,7 9,2 32,5 Rvnus d activité t d rmplacmnt 9,4 5,1 11,7 10,9 6,1 14,3 7,1 4,0 8,1 Transfrts sociaux 2,8 14,4 0,2 2,3 12,7 0,2 3,5 17,2 0,2 Impôts 9,4 1,0 19,2 9,8 1,1 19,4 8,8 0,8 19,0 n 2009 Pnsions 83,5 84,8 65,0 83,1 84,9 62,0 83,7 85,5 67,3 Patrimoin 21,6 5,3 47,5 21,3 4,8 47,3 22,0 5,5 48,7 Rvnus d activité t d rmplacmnt 6,6 2,3 10,7 8,9 3,9 15,9 4,1 0,9 4,9 Transfrts sociaux 1,8 9,6 0,2 1,7 8,9 0,2 2,0 9,7 0,2 Impôts 13,5 2,0 23,4 15,0 2,5 25,4 11,8 1,6 21,1 Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, ls pnsions rprésntnt 83,5 % du nivau d vi ds prsonns âgés. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux n % À l invrs, l apport ds rvnus du patrimoin s st accntué pour ls hauts rvnus, qull qu soit la class d âg. Cs rvnus rprésntnt près d la moitié d lur nivau d vi n 2009, contr moins d 30 % n Ls inégalités d nivau d rtrait ont diminué d un génération à l autr, tout n augmntant au fil du tmps ntr ls rtraités d âgs différnts L montant annul médian ds pnsions du ménag par unité d consommation n uros 2009 augmnt régulièrmnt d 1996 à 2009 pour ls prsonns âgés (figur 7), qull qu soit la class d âg. Ls pnsions individulls ds bénéficiairs d un droit dirct évolunt ssntillmnt avc l rnouvllmnt d la population ds rtraités, applé fft d «noria» (ncadré 1). Clui-ci traduit un fft d composition : ls nouvaux rtraités prçoivnt généralmnt ds pnsions supériurs à clls ds prsonns qui décèdnt. Ctt augmntation, particulièrmnt visibl au cours d la périod, st plus fort dans l bas d la distribution ds nivaux d pnsion, si bin qu ls inégalités d nivau d rtrait tndnt à diminur au sin d chaqu génération. Avc un participation accru au marché du travail, ls fmms bénéficint plus fréqummnt d droits proprs à la rtrait. D plus, l montant moyn d la pnsion ds rtraités s accroît au fil ds générations n raison d l amélioration ds carrièrs jusqu aux générations nés dans ls annés 1950, d la généralisation progrssiv d régims complémntairs obligatoirs, t d la mis nplac d droits familiaux t ds minima d pnsions dans ls systèms d rtrait. Parmi ls prsonns âgés, l nivau d rtrait ds plus âgés st généralmnt plus faibl. Ls différncs d caractéristiqus d cs ménags avc ls plus juns n sont n parti à l origin (plus d fmms suls, avc d faibls droits à la rtrait). Aux âgs moins avancés, la vi n coupl compns ls moindrs rtraits ds fmms. D plus, ls moindrs droits à la rtrait ds générations plus ancinns xpliqunt égalmnt ls plus faibls pnsions ds plus âgés. Ctt différnciation s accntu dans l tmps : l écart d montant d pnsion médian n uros constants s crus ntr ls dux classs d âg (65-74 ans t 75 ans ou plus). Ainsi, la rtrait médian par unité d consommation ds 75 ans ou plus rprésntait 94 % d Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

9 7. Montant médian ds pnsions du ménag par UC d 1996 à 2009 n uros ans ou plus 65 à 74 ans 75 ans ou plus Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 1996, l nivau médian ds pnsions du ménag par unité d consommation s établit à uros pour ls prsonns âgés d 65 ans t plus (n uros 2009 ). En 2009, il st d uros. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés 1996 à Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux 2005 à Encadré 1 L rnouvllmnt structurl d la population ds rtraités à travrs l fft d «noria» t l évolution ds régims d rtrait L fft d «noria» s dit ds flux d ntrés/sortis d rtraités qui ntraînnt un élévation prmannt d la pnsion moynn d l nsmbl ds rtraités. Il traduit un fft d structur associé au rmplacmnt ds rtraités ls plus âgés, décédés n cours d anné, par d nouvaux rtraités disposant généralmnt d carrièrs salarials plus favorabls t donc ds montants d pnsion plus élvés qu lurs aînés. Il s xpliqu par l amélioration ds carrièrs, ds fmms surtout, au fil ds générations. L dévloppmnt d l activité féminin t ds droits familiaux d rtrait (assuranc viillss ds parnts au foyr - AVPF -, majoration d duré d assuranc, majoration d pnsion pour trois nfants t plus, départs n rtrait anticipé pour trois nfants t plus, tc.) tnd à augmntr ls durés d assuranc t ls pnsions ds fmms. La participation ds fmms au marché du travail a fortmnt progrssé dpuis l miliu du XX siècl t plus particulièrmnt dpuis ls annés Entr ls générations t , la part ds fmms déclarant n 2003 n avoir jamais travaillé a été divisé par dux, d 19 % à 9 %. Cll d fmms intrrompant lur carrièr pour élvr lurs nfants dmur ncor important mais lls sont moins nombruss à quittr définitivmnt l marché du travail. D plus, ls durés d intrruption sont égalmnt plus courts [Bonnt t alii, 2006]. Enfin, la mis n plac n 1972 d la majoration d duré d assuranc ds mèrs t cll d l assuranc viillss ds parnts au foyr (AVPF), dont l champ a nsuit été étndu au début ds annés 1980, ont prmis d compnsr n parti ls intrruptions d carrièr pour élvr ls nfants. Parallèlmnt, ls qualifications ds fmms, t donc lur rémunération salarial, s sont élvés progrssivmnt, bin qu dmurant toujours infériurs aujourd hui à clls ds homms. Ainsi, au fil ds générations, ls fmms sont plus nombruss à bénéficir d un avantag principal d droit dirct t l montant d c droit st plus élvé. Néanmoins, mêm si ls inégalités ntr homms t fmms à la rtrait s réduisnt progrssivmnt, ls fmms rçoivnt n moynn un pnsion d droit dirct prsqu dux fois plus faibl fin 2008 [Andriux t Chantl, 2011], n raison d carrièrs comparativmnt moins favorabls qu clls ds homms : moindr participation au marché du travail, fréqunc du tmps partil t écart d salairs. Ells disposnt moins souvnt d un carrièr complèt t ont un duré d assuranc infériur n moynn d 8 ans. 40 Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

10 cll ds ans n 1996 alors qu ll n rprésnt 87 % n 2009 (figur 8). Ls pnsions individulls progrssnt plus rapidmnt pour ls générations nés ntr 1934 t 1942 (ayant moins d 75 ans n 2009) qu pour clls plus ancinns nés ntr 1924 t 1934 [Aubrt, 2012], ayant 75 ans ou plus n Pourtant, ls générations 1934 à 1942 sont plus affctés par l durcissmnt progrssif ds règls d calcul d la pnsion avc la réform d 1993, notammnt la modification du mod d calcul du salair annul moyn d référnc (passag progrssif ds 10 aux 25 millurs annés) dans l sctur privé. Mais plusiurs facturs contrbalancnt ls ffts d ctt réform : l amélioration notabl ds qualifications, l accélération ds salairs t l allongmnt ds durés d activité ds fmms mais égalmnt ds homms du fait d un rport significatif d l âg d départ à la rtrait. Notammnt, la part d cadrs augmnt nttmnt pour ls salariés ds générations nés à partir du miliu ds annés L salariat, miux protégé, s st étndu alors qu ls régims ds indépndants, artisans-commrçants t agriculturs, dmurnt moins protcturs, ls améliorations ayant été plus tardivs (régim complémntair obligatoir, minima d pnsions). D surcroît, ls régims complémntairs couvrnt bin miux ls générations nés après Encadré 1(suit) S agissant d la situation ds homms, l amélioration ds droits à la rtrait st comparativmnt moins soutnu t ssntillmnt porté par l élévation du nivau d qualification t ds salairs dpuis l miliu ds annés Outr l fft d «noria», l amélioration d la pnsion moynn d l nsmbl ds rtraités, rlèv égalmnt d facturs institutionnls. En parallèl d lur généralisation, ls systèms d rtrait s sont améliorés continûmnt du fait d la mis n plac progrssiv, dans d nombrux régims, d minima d pnsions t d régims complémntairs obligatoirs. Ls régims complémntairs s sont généralisés à partir ds annés L appartnanc à un régim complémntair dvint obligatoir n 1972 pour ls salariés du privé t à partir d 1978 pour ls artisans. Par contr, l régim complémntair ds commrçants xist dpuis 1973 mais était facultatif jusqu n La création d un régim complémntair obligatoir pour ls xploitants agricols dat d Ls minima d pnsion (minimum contributif au régim général t dans ls régims alignés, minimum garanti dans la Fonction publiqu t à la CNRACL) garantissnt un minimum d pnsion aux prsonns qui ont cotisé durant lur vi activ surlabasdsalairsmodsts.lminimum contributif a été mis n plac l 1 r avril 1983 t l minimum garanti n Pour ls xploitants agricols, la mis n plac d un minimum d pnsion pour ls carrièrs complèts dat d 2009 [Andriux t Chantl, 2011]. La réform ds rtraits d 2003 a n outr introduit un majoration du minimum contributif pour ls prsonns ayant un carrièr complèt ntièrmnt cotisé sur la bas du SMIC t à tmps complt, qui lur prmt d bénéficir d un montant total nt d pnsion au moins égal à 85 % du SMIC nt. Cpndant, la réform d 2003 a pu d impact dans l cadr d ctt analys du fait d la périod étudié ( ) t du champ d étud (ls prsonns âgés d 65 ans ou plus). Enfin, la progrssion d la pnsion moynn d l nsmbl ds rtraités tint généralmnt aussi aux évolutions individulls ds pnsions. Néanmoins, d 1996 à 2009, ls rvalorisations ds pnsions d rtrait tous régims ont au total pu contribué à l évolution ds pnsions n uros constants. Dans la plupart ds régims d rtrait, ls rvalorisations ds pnsions sont fixés n fonction d l évolution ds prix à la consommation (hors tabac) prévu pour l anné. À cs rvalorisations générals, s ajoutnt dans crtains régims d évntulls msurs catégorills. Dans ls régims d bas (régim général, régims alignés - MSA salariés, RSI-artisans, RSI-commrçants - t régims d fonctionnairs), ls modalités d rvalorisation rtnus sont ls mêms pour ls rtraités qui rlèvnt du régim général d sécurité social ou du régim ds fonctionnairs dpuis 2004 t conformémnt à la loi du 21 août Avant ctt dat, il xistait ds écarts dus aux régims dans lsquls ls pnsions n étaint pas indxés sur ls prix mais l impact global d cs écarts a été négligabl. Dans ls régims complémntairs, ls pnsions d rtrait, dont l indxation st décidé chaqu anné, évolunt égalmnt quasi-systématiqumnt comm ls prix. Entr 1997 t 2002, toutfois, ls rvalorisations ont été plus importants, avc la mis n œuvr d un plan quinqunnal d rvalorisation ds basss rtraits pour ls non-salariés agricols. Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

11 8. Situation rlativ ds prsonns âgés d 75 ans t plus par rapport aux prsonns d 65 à 74 ans n 1996 t n 2009 Nivau rlatif (75 ans t plus / 65 à 74 ans) Montant ds pnsions du ménag par UC 1 r décil (D1) 1,03 0,95 Médian (D5) 0,94 0,87 9 décil (D9) 1,00 0,90 Moynn 0,96 0,90 Montant ds rvnus du patrimoin du ménag par UC 1 r décil (D1) 0,95 0,94 Médian (D5) 0,99 0,91 9 décil (D9) 1,15 0,96 Moynn 1,19 0,92 Rvnu par UC hors transfrts sociaux t impôts 1 r décil (D1) 0,89 0,88 Médian (D5) 0,92 0,86 9 décil (D9) 1,01 0,90 Moynn 0,96 0,86 Nivau d vi 1 r décil (D1) 0,96 0,91 Médian (D5) 0,94 0,89 9 décil (D9) 1,01 0,92 Moynn 0,98 0,89 Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, l montant ds pnsions du ménag par unité d consommation du 1 r décil (D1) ds prsonns âgés d 75 ans t plus st égal à 0,95 fois clui ds prsonns âgés d 65 à 74 ans. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux Parallèlmnt, la progrssion ds pnsions aux âgs élvés s amoindrit pour plusiurs raisons. D un part, l fft d noria s atténu au sin d ctt class d âg, n raison du viillissmnt démographiqu qui ralntit l flux ds décès tandis qu l poids ds rtraits plus faibls ds ancinns générations augmnt. D autr part, l application dans la duré d un nouvll règl d indxation ds rtraits, sur ls prix plutôt qu sur ls salairs - nouvll règl appliqué n pratiqu à comptr d la fin ds annés 1980, t officialisé par la réform «Balladur», a contribué à l affaiblissmnt progrssif du nivau d vi ds très âgés rlativmnt à clui ds plus juns sniors. Ctt règl d indxation a pour objctif d maintnir l pouvoir d achat d la rtrait d chaqu génération d rtraité. Or, l nivau d rtrait n css d s élvr avc l arrivé ds nouvlls générations car il st calculé sur ds carrièrs salarials plus récnts, tirant profit d l élévation tndancill du pouvoir d achat ds salairs. Ct affaiblissmnt rlatif ds rtraits ds plus âgés n st qu très partillmnt compnsé par ls rvalorisations réglmntairs «hors inflation» t ls msurs catégorills, rlativmnt modsts durant la périod. Au final, l rnouvllmnt ds générations s traduit via ls pnsions d rtrait par un augmntation ds disparités d rvnu ntr ls âgs. En rvanch, ls inégalités d nivaux d pnsions s réduisnt au sin d un mêm class d âg au cours d la périod (figur 9). L amélioration ds pnsions a n particulir été plus soutnu dans l bas d la distribution, prmttant un réduction ds inégalités par l bas. Ls inégalités d rvnus du patrimoin s amplifint Ls prsonns âgés ont pu accumulr du patrimoin tout au long du cycl d vi t n détinnnt donc davantag qu clls n âg d travaillr. L dynamism ds rvnus du patrimoin st un vctur d rnforcmnt ds inégalités d nivaux d rvnus du patrimoin au sin d un mêm class d âg, notammnt par l haut d la distribution. 42 Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

12 D 1996 à 2009, la concntration ds rvnus du patrimoin dans l haut d l échll ds nivaux d vi s st accntué : pour la distribution d cs rvnus, tous ls indicaturs d inégalités sont à la hauss (figur 9). La part ds rvnus du patrimoin dans l nivau d vi ds 10 % ls plus aisés st passé d 25 % n 1996 à 47 % n 2009 (pour ls ans) t d 33 % à 49 % (pour ls 75 ans ou plus), alors qu ll baiss sous la médian ds nivaux d vi. Ell baiss d façon particulièrmnt significativ pour ls 10 % ls plus modsts parmi ls ans (- 9 points) où ll dvint faibl n 2009 (3 %). 9. Indicaturs d inégalité par tranch d âg n 1996 t n 2009 Prsonns âgés d 65 à 74 ans Prsonns âgés d 75 ans t plus Pnsions du ménag par unité d consommation D9/D1 5,6 3,9 5,4 3,7 (100-S80)/S20 7,4 4,8 6,8 4,5 Indic d Gini 0,35 0,30 0,35 0,30 Rvnus du patrimoin du ménag par unité d consommation D9/D5 5,7 11,8 6,6 12,5 (100-S80)/S50 8,7 33,6 11,4 31,2 Indic d Gini 0,65 0,79 0,69 0,79 Rvnu par UC hors transfrts sociaux t impôts D9/D1 3,9 3,9 4,4 4,0 (100-S80)/S20 4,7 5,3 5,4 5,2 Indic d Gini 0,30 0,34 0,33 0,33 Nivau d vi D9/D1 3,0 3,1 3,2 3,2 (100-S80)/S20 3,5 3,9 3,7 3,9 Indic d Gini 0,25 0,29 0,27 0,28 Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, pour ls prsonns âgés d 65 à 74 ans, l rapport ntr ls 1 r décil (D1) t 9 décil (D9) du montant ds pnsions du ménag par unité d consommation s élèv à 3,9. La mass ds pnsions prçu par clls situés au dsssus du 8 décil (100-S80) st 4,8 fois plus élvé qu cll prçu par ls prsonns situés n dssous du 2 décil (S20). Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux C phénomèn n st pas propr aux prsonns âgés, mêm s il st plus visibl pour lls. Ainsi, d 1996 à 2009, ls rvnus du patrimoin par unité d consommation ds prsonns âgés d 65 à 74 ans situés dans l décil ds plus aisés ont augmnté d 8 % par an n moynn, d 5 % chz ls 75 ou plus. La concntration ds rvnus du patrimoin rflèt ls principaux détrminants d la détntion patrimonial (épargn financièr t immobilir d rapport) t l contxt économiqu favorabl aux épargnants au cours d la duxièm moitié ds annés 1990 t avant la cris d L dgré d détntion patrimonial dépnd d l aisanc financièr ds ménags, d l âg t ds rndmnts ds portfuills financirs, dont la composition vari fortmnt slon l nivau d richss. D après l nquêt Patrimoin, début 2010, ls 10 % ds ménags ls miux dotés dont la prsonn d référnc a 65 ans ou plus possèdnt un portfuill d actifs financirs très divrsifié (figur 10) : plus d la moitié st placé sur ds produits d assuranc-vi, plus d 30 % sur ds valurs mobilièrs n dhors d contrats d assurancvi comportant un risqu n capital mais à plus fort rndmnt potntil sur longu périod, t moins d 15 % sous form d dépôts (livrts, épargn logmnt) dont ls rndmnts sont plus faibls mais l capital intégralmnt garanti. Ils détinnnt égalmnt davantag d patrimoin immobilir autr qu la résidnc principal, dont un parti sous form d bins mis n location qui génèrnt ds rvnus. À l invrs, ls 20 % ds ménags ls moins pourvus concntrnt lurs placmnts financirs sur ds produits pu risqués, ssntillmnt ls livrts. Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

13 10. Patrimoin financir ds ménags âgés par tranch d patrimoin brut total détnu 100 n % Infériur au 2 décil Du 2 au 4 décil Du 4 au 6 décil Du 6 au 8 décil Livrts Épargn-logmnt Assuranc-vi Valurs mobilièrs Du 8 au 9 décil Champ : Franc métropolitain, ménags dont la prsonn d référnc st âgé d 65 ans t plus. Lctur : ls 10 % ds ménags âgés ls plus dotés n patrimoin brut détinnnt 12 % d lur patrimoin financir sous form d livrts. Sourc : Ins, nquêt Patrimoin Supériur au 9 décil Ls ménags âgés ls plus aisés ont bénéficié d la viguur ds rvnus foncirs n particulir durant ls annés 2000 t d autr part, d millurs rndmnts financirs. Pour cs ménags, l patrimoin financir s st rcomposé n favur d l assuranc-vi n lin avc son cadr fiscalmnt attractif t son rndmnt intérssant. Ls rndmnts ds actifs à risqus ont été n moynn supériurs à cux ds placmnts monétairs pour la périod [Lamarch t Salmbir, 2011]. La part ds rvnus foncirs t d l épargn financièr à plus fort rndmnt (assuranc-vi, valurs mobilièrs) a doublé dans l haut d la distribution ds rvnus au contrair du bas d l échll davantag tourné vrs ls valurs moins rémunératrics. Au total, l dynamism ds rvnus du patrimoin a accntué ls disparités d nivaux d richss. L rnforcmnt ds inégalités concrn l nsmbl ds prsonns âgés, mais il st plus marqué chz ls ans. En rvanch, l rnouvllmnt ds générations a réduit ls écarts d rvnus d patrimoin ntr ls dux classs d âg (65-74 ans t 75 ans ou plus) d 1996 à Ls rvnus du patrimoin prçus par ls ans s sont nttmnt rapprochés t ont dépassé n moynn cux ds 75 ans ou plus. L contxt économiqu favorabl ds Trnt gloriuss a sans dout prmis d élvr l nivau d vi d un génération à l autr [Llivr t alii, 2010], t donc sa capacité d accumulation d patrimoin. Pour tnir compt d l avantag n natur qu ls prsonns âgés tirnt d la plin propriété d lur résidnc principal, par rapport aux autrs ménags, l analys put êtr approfondi n variant à partir du nivau d vi avc imputation d loyrs aux propriétairs d lur résidnc principal pour l anné 2009 (ncadré 2). Avc la progrssion ds rvnus individuls, ls transfrts sociaux pèsnt moins dans l nivau d vi au contrair d la fiscalité Ls mécanisms d la rdistribution appréhndés dans l cadr d ctt étud transitnt xclusivmnt par ls transfrts sociaux monétairs, n particulir ls prstations à caractèr non contributif (c st-à-dir ls prstations dont l vrsmnt n dépnd pas d un cotisation 44 Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

14 préalabl vrsé par l bénéficiair), t ls prélèvmnts dircts, principalmnt l impôt sur l rvnu t la CSG (ncadré 3). Aux âgs élvés, la part ds transfrts sociaux dispnsés aux prsonns âgés, n particulir dans l bas d la distribution ds nivaux d vi, st généralmnt plus faibl qu cll dstiné aux prsonns d âg actif. Ls principaux transfrts sociaux rçus par ls ménags âgés sont l minimum viillss t ls aids au logmnt, mais cs drnièrs pèsnt moins car ls ménags âgés sont plus souvnt propriétairs d lur logmnt t n bénéficint plus n général d prstations familials. Ls pnsions d invalidité ou d rtrait n ntrnt pas dans ls opérations d transfrts prçus par ls ménags mais dans la composition du rvnu fiscal, soit l nsmbl ds rvnus déclarés à l administration fiscal pour l calcul d l impôt. L amélioration progrssiv ds pnsions d rtrait au fil ds générations, t l augmntation ds rvnus du patrimoin s accompagnnt d un alourdissmnt d la fiscalité t d un part plus faibl ds prstations socials dans ls rssourcs ds prsonns âgés (figur 11). Cla résult d dux principaux phénomèns. 11. Part ds transfrts sociaux t ds impôts dans l nivau d vi ds prsonns âgés n 1996 t n 2009 n % n Transfrts sociaux Impôts Ensmbl Infériur Du 1 Du 2 Au-dlà r au 1 décil r au 2 décil au 3 décil d la médian n % n Transfrts sociaux Impôts Ensmbl Infériur Du 1 Du 2 Au-dlà r r au 1 décil au 2 décil au 3 décil d la médian Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 1996, la part ds transfrts sociaux dans l nivau d vi ds prsonns âgés st d 2,8 %. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

15 Encadré 2 La pris n compt ds loyrs imputés amélior snsiblmnt la situation rlativ ds prsonns âgés Ls prsonns âgés sont davantag propriétairs d lur résidnc principal qu ls autrs ménags. En 2009, 76 % ds prsonns âgés d 65 ans ou plus sont propriétairs ou accédants d lur résidnc principal, contr 62 % dans l nsmbl d la population. Or, ls propriétairs d lur logmnt bénéficint d un avantag n natur par rapport aux locatairs, qui supportnt ds chargs locativs. Afin d n tnir compt dans l analys ds nivaux d vi, un variant consist à rajoutr dans la msur du nivau d vi un équivalnt monétair à ct avantag, applé «loyr imputé». Ctt variant apport un éclairag nuancé sur ls inégalités d rvnus, notammnt parmi ls prsonns âgés d 65 ans ou plus. L loyr imputé aux ménags propriétairs, accédants à la propriété ou logés à titr gratuit st évalué comm l loyr qui srait payé sur l marché locatif pour un logmnt équivalnt. Néanmoins, ls accédants à la propriété supportnt ds chargs financièrs d mprunt. Ls intérêts d mprunt déboursés par ls accédants sont donc évalués. Enfin, afin d tnir compt ds impôts dus n tant qu propriétair, la tax foncièr st égalmnt stimé. Ainsi, ls loyrs imputés ajoutés dans la msur du nivau d vi sont nts d tax foncièr t d intérêts d mprunt [Auzt t alii, 2009]. Par contr, ils n tinnnt pas compt ds chargs d ntrtin du logmnt. La pris n compt d cs loyrs imputés dans l nivau d vi amélior snsiblmnt la situation ds prsonns âgés, par rapport à l nsmbl d la population, notammnt sous la médian ds nivaux d vi. Au final, n 2009, n tnant compt ds loyrs imputés, l taux d pauvrté s élèvrait à 13,8 % pour ls prsonns d âg actif contr sulmnt 8,0 % pour ls prsonns âgés, à comparr à 12,8 % contr 10,4 % lorsqu l on n n tint pas compt. En particulir, l taux d pauvrté ds 75 ans ou plus n s établit qu à 9,4 % n intégrant ls loyrs imputés, soit un nivau nttmnt infériur à clui ds prsonns n âg d travaillr, alors qu ls taux sont d nivau comparabl sinon. La pris n compt ds loyrs imputés n réduit qu très légèrmnt ls inégalités au sin ds prsonns âgés, comm l attst l indic d Gini qui pass d 0,29 à 0,28 avc ajout ds loyrs imputés pour ls prsonns âgés d 65 à 74 ans t rst stabl à 0,28 pour clls ayant 75 ans ou plus. D plus, la situation rlativ ds nivaux d vi dmur nttmnt plus favorabl pour ls ans qu pour ls 75 ans ou plus (figur). La part ds propriétairs dmur un pu plus élvé parmi ls ans, malgré un hauss snsibl chz ls aînés ntr 1996 t En fft, la proportion d individus propriétairs d lur logmnt à un âg donné st supériur d un génération à l autr jusqu à clls nés à la fin ds annés Distribution ds nivaux d vi n 2009 n incluant ls loyrs imputés, slon la tranch d âg Nivau rlatif (prsonns âgés / prsonns d âg actif) Avc loyrs imputés Nivau rlatif (75 ans ou plus / 65 à 74 ans) Nivau rlatif (prsonns âgés / prsonns d âg actif) Sans loyrs imputés Nivau rlatif (75 ans ou plus / 65 à 74 ans) Moynn 1,04 0,91 1,00 0,89 1 r décil (D1) 1,17 0,92 1,09 0,91 Médian (D5) 1,00 0,91 0,94 0,89 9 décil (D9) 1,03 0,92 1,00 0,92 Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, l nivau d vi moyn ds prsonns âgés s établit à 1,04 fois clui ds prsonns d âgs actif n tnant compt ds loyrs imputés tandis qu c ratio st égal à 1 sans n tnir compt. Sourcs : Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

16 Encadré 3 Ls statistiqus présntés dans ctt étud sont issus ds nquêts Rvnus fiscaux t sociaux rétropolés d 1996 à 2004 t ds nquêts Rvnus fiscaux t sociaux d 2005 à2009(voir annx Sourcs t méthods). L champ rtnu st clui ds prsonns vivant n Franc métropolitain t appartnant à ds ménags dont la prsonn d référnc n st pas étudiant t dont l rvnu déclaré st positif ou nul. Il xclut donc notammnt ls prsonns n institution (maison d rtrait, hôpitaux d long séjour, tc.). En 2009, lls rprésntnt 3,8 % d l nsmbl ds prsonns d 65 ans ou plus, t plus d 6 % ds prsonns d 75 ans ou plus. Néanmoins, ctt rstriction d champ n smbl pas avoir d impact sur la distribution ds rvnus ds prsonns âgés. L fait d résidr n établissmnt n smbl qu partillmnt corrélé aux rvnus. Parmi ls bénéficiairs d l APA (allocation prsonnalisé d autonomi), ls prsonns résidant n établissmnt ont un nivau d rssourcs médian légèrmnt plus élvé qu clls vivant à domicil, mais lurs rssourcs présntnt un disprsion un pu plus fort [Dbout, 2010]. Ls composants du nivau d vi présntés dans ctt étud sont ls suivants : - ls pnsions comprnnnt ls rtraits au sns strict t ls pnsions alimntairs rçus, car il n st pas possibl d isolr cs drnièrs avant Néanmoins, ls rtraits au sns strict rprésntnt n moynn 99,8 % ds pnsions n 2009 pour ls prsonns âgés. La détrmination ds pnsions d rtrait obéit à ds règls complxs qui l éloign d un systèm purmnt contributif. Nombr d cs règls opèrnt d facto un form d rdistribution ntr rtraités (n dhors mêm du minimum viillss), mais il n st pas possibl d isolr n tant qu tll la part du systèm rlvant d un logiqu rdistributiv. La rdistribution s opèr via l mod d calcul ds pnsions ou la mis n plac d dispositifs prmttant d accordr ds droits non contributifs (hors minima d pnsions), comm ls droits familiaux ou ls périods validés à divrs titrs (maladi, matrnité, invalidité, accidnt du travail, chômag, prértrait tc.) t ls minima d pnsions (hors minimum viillss). À notr qu, parmi ls Sourcs t définitions droits familiaux, ls majorations d pnsions pour trois nfants, n étant pas imposabls, sont xclus du champ d l ERFS ; - ls rvnus du patrimoin comprnnnt ls rvnus ds valurs mobilièrs y compris Plan d épargn n actions (PEA), ls rvnus ds livrts d épargn, ls rvnus foncirs, ls rvnus d l épargn-logmnt, ls rvnus ds produits d assuranc-vi, ds plans d épargn-populair (PEP) t ds bons d capitalisation ; - ls rvnus d activité t d rmplacmnt comportnt ls traitmnts t salairs au sns strict, ls prértraits t ls allocations d chômag (y compris ls allocations du régim d solidarité vrsés par Pôl mploi) t ls rvnus ds profssions non-salariés ; - ls transfrts sociaux s composnt ds minima sociaux (hors cux vrsés par Pôl mploi), ds prstations familials, ds prstations logmnt t d la prim pour l mploi. Ils n comprnnnt pas l allocation prsonnalisé d autonomi (APA), vrsé par ls Consils Généraux ; - ls impôts rgroupnt l impôt sur l rvnu, la tax d habitation, la CSG t la CRDS, ls prélèvmnts libératoirs sur ls valurs mobilièrs t ls autrs prélèvmnts sociaux sur ls rvnus du patrimoin. L rvnu par unité d consommation (UC) hors transfrts sociaux t impôts st calculé comm la somm ds rvnus prçus par l ménag, sans comptr ls transfrts sociaux t sans rtranchr ls impôts, t rapporté au nombr d unités d consommation du ménag. L nquêt Patrimoin d l Ins prmt dpuis 1986 d décrir ls bins immobilirs, financirs t profssionnls ds ménags, ainsi qu lur ndttmnt t lur parcours familial t profssionnl (voir annx Sourcs t méthods). Ls donnés présntés dans ctt étud sont rlativs au patrimoin privé. Ctt notion rgroup l patrimoin financir t immobilir ds ménags, t xclut l patrimoin profssionnl. L patrimoin financir st constitué d cinq famills d produits (ls livrts d épargn, ls produits d épargn-logmnt - Plan d épargn-logmnt ou Compt épargn-logmnt-, ls produits d assuranc-vi ou d assuranc décès volontair t ls bons d capitalisation, ls produits d épargn rtrait - Plan d épargn rtrait populair, Plan d épargn populair, produit d épargn rtrait complémntair volontair ou surcomplémntair, tc. -, ls valurs mobilièrs - Plan d épargn Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

17 Encadré 3 (suit) n actions, ls actions, ls obligations, ls parts d Sicav ou d Fonds commun d placmnt, ls parts socials d banqu t ls parts d Sociétés civils d placmnts immobilirs). Sont xclus d l analys l épargn salarial, ls assurancs décès non volontairs (liés à un prêt par xmpl), ls compts à trm, ls compts courants d associés, ls livrts d épargn n ntrpris t ls bons autrs qu d capitalisation (bons du Trésor par xmpl). L patrimoin immobilir st constitué d dux typs d actifs : la résidnc principal t ls autrs bins immobilirs : résidnc scondair, pid-à-trr, immobilir d rapport. L prmir rnvoi au moindr apport ds transfrts sociaux au nivau d vi (2,8 % n 1996 t 1,8 % n 2009), un phénomèn forcémnt plus significatif ncor dans l bas d l échll ds nivaux d vi ds prsonns âgés (16,0 % n 1996 t 12,7 % n 2009 n dçà du prmir décil ; 13,2 % n 1996 t 7,2 % n 2009 dans l scond). Cla traduit ssntillmnt la baiss tndancill du nombr d bénéficiairs du minimum viillss, n particulir du régim ds xploitants agricols, ds artisans t ds commrçants. La part d prsonns appartnant à un ménag bénéficiair du minimum viillss chz ls 65 ans ou plus pass n fft d 12,2 % n 1996 à 5,5 % n C rcul st très marqué dans ls duxièm t troisièm décils d la distribution ds nivaux d vi ds prsonns âgés (rspctivmnt 24 points, t 11 points). D plus, l pouvoir d achat du minimum viillss dmur stabl jusqu n 2008 [Labarth t Llièvr, 2012]. Il augmnt nsuit avc l plan d rvalorisation d 25 % du montant du minimum viillss pour un prsonn sul, avc un fft visibl à partir d Parallèlmnt, dans un contxt d amélioration ds rvnus individuls, t d augmntation du taux d propriétairs d lur résidnc principal (69 % n 1996 t 74 % n 2009 chz ls 65 ans ou plus), la part d prsonns vivant dans un ménag bénéficiair d aids au logmnt a diminué pndant la périod passant d 12,2 % n 1996 à 10,5 % n 2009, dans l sillag d la limitation ds actualisations du barèm ds aids prsonnlls au logmnt au cours ds annés 2000 [Rapport IGAS, 2012]. Surtout, l scond phénomèn port sur l augmntation d la part ds impôts dans l nivau d vi ds prsonns âgés qui st passé d 9,4 % n 1996 à 13,5 % n Outr la hauss ds pnsions t ds rvnus du patrimoin, ds modifications d natur institutionnll ont contribué à l alourdissmnt d la fiscalité, comm l xtnsion d l assitt d la CSG t la rmonté d son taux à plusiurs rpriss, ainsi qu la mis n plac d contributions additionnlls au prélèvmnt social (ncadré 4), mêm si cs évolutions ont été contrbalancés par la baiss d l impôt sur l rvnu dpuis 1999 t ds cotisations maladi. L moindr apport ds transfrts sociaux t l augmntation d la part ds impôts dans l nivau d vi s vérifint qull qu soit la class d âg. Toutfois, la baiss ds transfrts sociaux, n particulir du minimum viillss, a été plus prononcé après 75 ans t la fiscalité a nttmnt moins obéré ls rssourcs ds plus âgés car lurs pnsions d rtrait n ont pas été aussi dynamiqus qu clls ds ans après Un impact du systèm sociofiscal sur la distribution ds nivaux d vi stabl d 1996 à 2009 Ls disparités d nivaux d vi ntr ls prsonns âgés d 65 à 74 ans t clls d 75 ans ou plus ont augmnté ntr 1996 t 2009, via l évolution ds pnsions d rtrait avc l fft d «noria» t l viillissmnt démographiqu. L nivau d vi ds 75 ans ou plus rprésnt n moynn 89 % d clui ds ans n 2009 (86 % pour l rvnu hors transfrts sociaux 48 Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

18 Encadré 4 Ls prsonns âgés t ls prélèvmnts sociaux d 1996 à 2009 La CSG a été créé n 1991 pour notammnt élargir ls rssourcs d financmnt d la sécurité social. Ell st alors assis sur ls rvnus d activité t d rmplacmnt. L taux d la CSG appliqué aux pnsions d rtrait pass d 2,4 % n 1996 à 3,4 % n L assitt d la CSG st alors étndu aux rvnus du patrimoin. L taux d CSG st d nouvau rlvé n 1998 t ds taux distincts sont alors introduits : ls rvnus du patrimoin sont soumis à un taux majoré (7,5 %), ls rvnus d rmplacmnt (chômag t rtrait) bénéficint d un taux réduit (6,2 %), tandis qu ls allocatairs d minima sociaux n sont xmptés. Pour ls pnsions d rtrait, ctt hauss a néanmoins été compnsé par la supprssion d la cotisation maladi sur ls rtraits d bas t par sa diminution sur ls avantags complémntairs. Dans l cadr d la réform d l assuranc-maladi, l taux d la CSG appliqué aux rvnus du patrimoin st nsuit élvé à 8,2 % n 2005 t clui appliqué aux pnsions d rtraits à 6,6 %, mais l taux réduit st dmuré inchangé. En 2009, ls pnsions d rtrait supportnt donc 6,6 % d CSG, contr 7,5 % d CSG pour ls rvnus d activité t 8,2 % pour ls rvnus du patrimoin. Ls prsonns non rdvabls d l impôt sur l rvnu mais assujttis à la tax d habitation bénéficint d un taux d CSG réduit d 3,8 %. L xonération d CSG concrn ls prsonns non rdvabls d l impôt sur l rvnu t non éligibl à la tax d habitation (ou qui prçoivnt un avantag viillss ou invalidité non contributif). À titr indicatif, n 2008, 49 % ds rtraités sont assujttis à la CSG à taux plin, 12 % à taux réduit t 32 % sont xonérés d CSG, l rst corrspond aux situations indétrminés ou incohérnts [Lquin t Andriux, 2012]. La CRDS a été créé n 1996 t s appliqu aux rvnus d activité t d rmplacmnt ainsi qu aux rvnus du patrimoin. L taux d CRDS st l mêm qul qu soit l typ d rvnu, il st fixé à 0,5 % avc un dispositif d xonération pour ls rvnus d rmplacmnt déjà xonérés d CSG. L prélèvmnt social sur ls rvnus du patrimoin s st appliqué au taux d 2 %, ntr 1998 t Un contribution additionnll d 0,3 % dstiné au financmnt d la journé d solidarité n favur d l autonomi ds prsonns âgés t handicapés st créé n juillt Enfin, un nouvll contribution additionnll d 1,1 % (contribution au financmnt du rvnu d solidarité activ) st institué n janvir t impôts) contr 98 % n 1996 (96 % hors transfrts sociaux t impôts) (figur 8). L impact ds prstations socials t ds prélèvmnts sur ls écarts d nivau d vi ntr classs d âg a n fft pu varié dans l tmps n moynn, alors qu ls écarts d rvnus hors transfrts sociaux t prélèvmnts s sont snsiblmnt crusés n quatorz ans. Lur impact a surtout été moindr dans l bas d la distribution ds nivaux d vi. En 1996, ls transfrts nts réduisnt fortmnt l rapport ntr l nivau du prmir décil ds ainés t clui ds plus juns (d 7 points), grâc aux transfrts sociaux, alors qu la situation rlativ ds populations du drnir décil d chaqu class d âg (avant comm après transfrts) rst équivalnt. En 2009, l impact ds transfrts nts dvint plus modst (+ 3 points d nivau d vi) dans l bas d l échll ds nivaux d vi : la part ds transfrts sociaux ds 75 ans ou plus, n diminution rapid sous l fft d la réduction ds titulairs du minimum viillss, convrg vrs cll ds ans. En rvanch, ls impôts réduisnt davantag qu par l passé ls différncs d nivaux d vi ntr ls dux classs d âg dans l miliu t surtout l haut d la distribution (d 2 points). Au total, l nivau d vi ds plus âgés rprésnt 91 % d clui ds plus juns dans l prmir décil n 2009 (contr 96 % n 1996) t 92 % (après 101 % n 1996) dans l drnir. Par aillurs, à l intériur d chaqu class d âg l impact ds transfrts sociaux t ds prélèvmnts st rsté rlativmnt stabl (figur 12). Ls transfrts sociaux t ls prélèvmnts augmntnt d 3,2 % la mass d nivaux d vi détnu par la moitié la plus modst Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

19 12. Répartition d la mass du nivau d vi t du rvnu par UC hors transfrts sociaux t impôts n 1996 t n % 65 à 74 ans n % ans t plus Au-dlà du 8 décil Du 5 au 8 décil Du 2 au 5 décil Infériur au 2 décil Au-dlà du 8 décil Du 5 au 8 décil Du 2 au 5 décil 0 Rvnu par UC hors transfrts sociaux t impôts Nivau d vi Rvnu par UC hors transfrts sociaux t impôts Nivau d vi Infériur au 2 décil Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, ls prsonns âgés d 65 à 74 ans appartnant aux dux prmirs décils du rvnu disponibl par UC hors transfrts sociaux t impôts détinnnt 8,0 % d la mass ds rvnus disponibls par UC hors transfr ts sociaux t impôts. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux ds ans n 2009, comm n 1996 (+ 3,3 %), alors qu ls inégalités d rvnus hors transfrts sociaux t impôts augmntnt au cours d la périod. Au sin ds plus âgés, la rdistribution a été un pu moindr (+ 3,3 % n 2009 contr + 4,0 % n 1996) mais ls inégalités d rvnus hors transfrts sociaux t impôts sont rstés stabls. D fait, ls inégalités d nivaux d vi ont légèrmnt augmnté pour l nsmbl ds prsonns âgés ssntillmnt donc par la concntration ds rvnus du patrimoin t d lur dynamiqu dans l haut d l échll ds rvnus, alors qu l impact d la rdistribution, tll qu ll st appréhndé ici, st rsté stabl. Toutfois, l analys d la rdistribution s limit ici aux transfrts sociaux t à la fiscalité tls qu msurés dans l nquêt Rvnus fiscaux t sociaux. En fft, ls mécanisms d solidarité ds dispositifs assurantils (prstations viillss t maladi) sont xclus d c périmètr, mêm s ils génèrnt d la rdistribution dans crtains cas. D un part, ls systèms d rtrait jount un rôl rdistributif important, n ntraînant un disprsion ds rtraits snsiblmnt moindr qu cll ds salairs [COR, 2012]. Or, l nsmbl d la rdistribution opéré par ls systèms d rtrait n dhors du minimum viillss n put êtr isolé ds pnsions d rtrait. D autr part, l assuranc-maladi génèr ds transfrts intrgénérationnls importants, ds actifs vrs ls rtraités. 50 Ls rvnus t l patrimoin ds ménags, édition 2013

20 La pauvrté ds prsonns âgés dmur concntré sur ls fmms âgés isolés En 1996, l taux d pauvrté ds prsonns âgés s établit à 9,3 % (figur 13), soit un nivau nttmnt infériur à clui ds prsonns d âg actif (14,1 %). Ct écart s réduit ntr 1996 t 2009 : la pauvrté augmnt légèrmnt chz ls prsonns âgés sur la périod, tandis qu ll baiss chz ls prsonns d âg actif (mêm si c mouvmnt d baiss prnd fin au miliu ds annés 2000, pour laissr plac à un stabilisation, puis un augmntation sous l fft d la cris). 13. Taux d pauvrté monétair d 1996 à 2009 par tranch d âg n % Prsonns d'âg actif Prsonns âgés 65 à 74 ans 75 ans t plus Champ : Franc métropolitain, prsonns vivant dans un ménag dont l rvnu déclaré au fisc st positif ou nul t dont la prsonn d référnc n st pas étudiant. Lctur : n 2009, l taux d pauvrté monétair s établit à 10,4 % pour ls prsonns âgés d 65 ans ou plus. Sourcs : Ins ; DGI, nquêts rvnus fiscaux t sociaux rétropolés 1996 à Ins ; DGFIP ; Cnaf ; Cnav ; CCMSA, nquêts Rvnus fiscaux t sociaux 2005 à Ctt tndanc rcouvr ds situations contrastés au sin ds prsonns âgés. Au-dlà d mouvmnts qulqu pu rratiqus d un annésurl autr,ltauxdpauvrtédiminu d un point chz ls ans durant la périod, tandis qu il s st snsiblmnt accru chz ls plus d 75 ans, notammnt dpuis 2004, pour attindr n 2009 un nivau proch d clui ds prsonns n âg d travaillr (13,0 %). En 1996, l taux d pauvrté ds plus âgés était supériur d dux points à clui ds ans. Un analys touts choss égals par aillurs confirm qu n 2009 l risqu d pauvrté augmnt légèrmnt avc l âg, à autrs caractéristiqus idntiqus (figur 14). Mais la situation moins favorabl ds aînés n trms d pauvrté tint égalmnt à lurs caractéristiqus, à savoir majoritairmnt ds prsonns suls t ds ancinns générations au sin dsqulls la part d indépndants t d inactifs non rtraités st plus important. L risqu d pauvrté st n fft plus élvé touts choss égals par aillurs pour ls prsonns suls, qui bénéficint moins ds rndmnts d échll procurés par la vi n coupl, t ls prsonns inactivs non rtraités, ayant pu ou pas travaillé. Ls fmms aux âgs avancés sont plus fréqummnt dans ctt situation, comm n Ells cumulnt à la fois l isolmnt t l inactivité, alors qu dans l cas d un vuvag la pnsion d révrsion n compns qu partillmnt la prt ds rssourcs du conjoint décédé. Dossir - L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages Population Il s'agit d la la population municipal. Ell comprnd ls prsonns ayant lur résidnc habitull sur l trritoir d la commun, dans un logmnt ou un communauté, ls prsonns détnus dans ls établissmnts

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

partenaires de l'habitat

partenaires de l'habitat COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Modalités du dispositif à l'usag ds partnairs d l'habitat + POUR LE PROPRIÉTAIRE + POUR LE LOCATAIRE + POUR LE PROPRIÈTAIRE + POUR LE LOCATAIRE ds aids

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique Caractéristiques et défis

La sécurité sociale en Belgique Caractéristiques et défis La sécurité social n Blgiqu Caractéristiqus t défis Danièl Muldrs t Robrt Plasman Déparmnt d économi appliqué d l Univrsité Libr d Bruxlls 1 La sécurité social n Blgiqu: introduction Prmir mps: Fin XIX

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

À l exclusion des rachats au titre des années d études supérieures ou années incomplètes

À l exclusion des rachats au titre des années d études supérieures ou années incomplètes A60 MAJ.09- xmlbas RET-A060.xml TAUX DE PENSION PRINCIPE GÉNÉRAL imag% path%/1/1/3 path%/1/3/2 path%/1/1/1 path%/1/1/2 path%/1/2/1 path%/1/3/1 rvd%-09 /0 rvd%14-09 /1/1/0 rvd%14-09 /1/0 rvd%-06 /1/2/0

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

Demande de retraite de réversion

Demande de retraite de réversion Nous somms là pour vous aidr Dmand d rtrait d révrsion Ctt notic a été réalisé pour vous aidr à complétr vos dmand t déclaration d rssourcs. Pour nous contactr : Vous désirz ds informations complémntairs,

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

Structure et évolution des PEA bancaires au deuxième trimestre 2003

Structure et évolution des PEA bancaires au deuxième trimestre 2003 t évolution ds PEA bancairs au duxièm trimstr 23 D après ls résultats d la drnièr nquêt trimstrill mné par la Banqu d Franc auprès ds établissmnts bancairs, la valur ds titrs déposés sur ds compts PEA

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus 1.1 Revenu des ménages en comptabilité nationale u niveau de la Nation, la masse des A ressources disponibles de l ensemble des ménages est mesurée par le revenu disponible brut

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS Olivir GALLAND CNRS-GEMAS INDIVIDUALISATION DES MŒURS ET CHOIX CULTURELS Dans l accès à c qu on appll parfois la «cultur légitim», la démocratisation smbl marqur l pas. Olivir Donnat l rmarquait ncor récmmnt

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte Bulltin d souscription Xaélidia Contrat d assuranc vi libllé n uros t/ou n unités d compt Cods produits : Duré viagèr : 2277 Duré détrminé : 2278 A. Souscriptur/Assuré Co-Souscriptur/Co-Assuré* Tous ls

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2013 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur JANVIER 2014 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3.

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3. CARACTERISATION DE LA CROISSANCE TUMORALE D UN MODELE DE GREFFE ORTHOTOPIQUE DE NEUROBLASTOME METASTATIQUE PAR ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET BIOLUMINESCENCE. E. Daudigos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Claytt 4,

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

Parmi les ménages allocataires des. Formes de pauvreté en Bretagne. Conditions de vie

Parmi les ménages allocataires des. Formes de pauvreté en Bretagne. Conditions de vie Forms d pauvrté n Brtagn Au sin d un population à bas rvnus résidant majoritairmnt n miliu urbain, cinq catégoris d allocatairs s dégagnt, qu ils xcnt un mploi, qu ils pçoivnt un minimum social, qu ils

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail

PIERRE PAPIER. Mission remplie pour les societes

PIERRE PAPIER. Mission remplie pour les societes Pays : ranc Périodicité : bimnsul at : 20 MAR/02 AR 15 Pag d l'articl : p.1,8,10,12 Journalist : Pélagi Trly Pag 1/7 PIERRE PAPIER Ls CPI tinnnt l cap n s'adaptant» L rndmnt ds CPI s maintint audssus ds

Plus en détail

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement:

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement: ANNEXE 1: CADRE NORMALISE DE PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL D'UN ETABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICOSOCIAL RELEVANT DU I DE L'ARTICLE L.3121 DU CODE DE L'ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES ETABLISSEMENT

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DOSSIER 4 : THERMODYNAMIQUE 3 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 1/8 I. Mod d propagation d la chalur. a) Par convction: il y a déplacmnt d matièr. Thrmodynamiqu (III) : Transfrt thrmiqu t isolation.

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des Compagni La Capital La positiv -Aucun xamn médical n st rquis lors d l adhésion. Il vous suffit d répondr à 4 qustions d admissibilité. L montant d la protction st choisi unité d 2 500 $ avc un maximum

Plus en détail

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants Croissanc, nvironnmnt t égalité : 2 livrs importants Réflxions é... http://cosocpol.blog.lmond.fr/2013/10/21/mda-t-piktty/ 1 sur 6 22/10/2013 10:26 Blog abonné Accédz à tous ls blogs Créz votr blog Réflxions

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur Ont contribué à la rédaction tchniqu : ls partnairs Cntr hospitalir univrsitair Dupuytrn Srvic d pharmacologi t toxicologi pharmacovigilanc 2, avnu Martin Luthr King 87042 LIMOGES cdx Tél. 05 55 05 55

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES COMMUNE DE BELFAUX REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES L'assmblé communal d Blfaux Vu : La loi du 27 sptmbr 1990 sur la prophylaxi t ls soins dntairs; l règlmnt

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION

CONTRAT DE GENERATION CONTRAT DE GENERATION Dans l cadr du contrat d génération, l décrt du mars 2013 précis ls élémnts obligatoirs qui doivnt figurr dans l diagnostic : 1. la pyramid ds âgs 2. ls caractéristiqus ds juns t

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus Avertissement Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu pour les données internationales mettent en ligne des actualisations pour les chiffres essentiels.

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

Impôts 2012. PLUS ou moins-values

Impôts 2012. PLUS ou moins-values Impôt 2012 PLUS ou moin-values SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX V v ti t à d f co o OP m à l Et L no di (o 20 o C c tit po Po c c or o o ou c l ou d 2 < Vou avz réalié d cion d valur mobilièr t

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013 Ls applicatis ds systèms d canalisatis n polyéthylèn haut dnsité (PEHD) st variés ; lls ccrnnt ls industris du gaz, ds aux, du drainag t d l assainissmnt. L PEHD st l plus inrt chimiqumnt d tous ls matériaux

Plus en détail

En 2006, plus d un Francilien sur. à la page à la page. Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté. Territoire. N 356 - Mai 2011

En 2006, plus d un Francilien sur. à la page à la page. Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté. Territoire. N 356 - Mai 2011 ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N - Mai 11 Trritoir Ls ZUS francilinns : un paysag contrasté L Il-d-Franc compt 1 zons urbains snsibls. Ls 1, million d prsonns habitant cs trritoirs prioritairs d la politiqu

Plus en détail

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure CFA 14 Poitirs 22-25 Avril 14, Poitirs Estimation xpérimntal ds propriétés acoustiqus d surfacs végétalisés : influncs d la variabilité spatial t d la configuration d msur G. Guillaum, B. Gauvrau t P.

Plus en détail

Pieces à fournir par les parents,

Pieces à fournir par les parents, Pics à fournir par ls parnts, Ttout dossir incomplt sra rfusé pour inscriptions à l Ecol, Cantin, Alaé t Als ds mrcrdis t vacancs scolairs Justificatif d domicil récnt d Numéro d allocatair CA moins d

Plus en détail

Évolution de la pauvreté

Évolution de la pauvreté PREMIÈRE PARTIE Évolution de la pauvreté CAHIER 1 Actualisation des données relatives à la pauvreté Niveaux de vie et pauvreté monétaire en 2007, Jérôme Pujol, Magda Tomasini (INSEE) 17 Niveaux de vie

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

Au cœur du système d information de votre Caf

Au cœur du système d information de votre Caf L magazin ds Caf MAI 2015 Congé parntal C st miux à dux Mod d gard Bin planifir ls congés CITOYENNETÉ Participz à notr concours d dssin Au cœur du systèm d information d votr Caf ENCART DÉPARTEMENTAL TOUTES

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

VEFA et VEFR Quelques problèmes récurrents

VEFA et VEFR Quelques problèmes récurrents VEFA t VEFR Qulqus problèms récurrnts Rmarqus d méthod : 1/ La fich s présnt sous la form d un indx alphabétiqu indiquant la position actull sur qulqus problèms récurrnts : -Délai(s) pour agir (vic apparnts)

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail