L EXPERIENCE CLIENT, MOTEUR DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EXPERIENCE CLIENT, MOTEUR DE LA PERFORMANCE GLOBALE"

Transcription

1 L EXPERIENCE CLIENT, MOTEUR DE LA PERFORMANCE GLOBALE Lundi 18 mai 2015 Auditorium ORANGE Participent à la table ronde : Anne MADELIN, SOCIOVISION, Directeur Conseil, Groupe Orange, DGA Expérience client & Mobile Banking, INRC, Président SAVELYS, Président du Directoire Alexandre GRILLAT, CFE-CGC, Secrétaire national La table ronde est animée par, Délégué général de l Observatoire Social International. Muriel MORIN Mesdames et Messieurs, bonsoir. Je suis ravie de vous retrouver ce soir pour ce nouveau rendezvous de l Observatoire social international. Je tiens à remercier chaleureusement Orange et Laurent Paillassot de nous accueillir aujourd hui. Nous n aurions pas pu trouver meilleur lieu pour évoquer la relation client. Ce rendez-vous s inscrit dans la continuité de nos travaux. Nous avions engagé une réflexion voilà un an et demi avec l Institut national de la relation client (INRC), qui a abouti à la rédaction d un livre blanc «Pour une relation client responsable». Ce sujet connaît de grandes transformations et oblige l entreprise vis-à-vis de ses clients et de ses salariés. Le client n est plus seulement roi, il est aussi co-acteur des démarches engagées par les marques. L internationalisation des entreprises et le développement des nouvelles technologies ont modifié les pratiques. Le client nous oblige davantage, car il a désormais le choix et possède toute l information nécessaire pour faire son choix. Cette transformation n est pas non plus sans incidence sur l attention que l entreprise doit porter à ses collaborateurs ou à ses prestataires externes, qui deviennent des ambassadeurs de l entreprise. Dans ce contexte nouveau, l expérience client concerne une multitude de directions au sein de l entreprise ; toutes sont impliquées, qu il s agisse des achats, des ressources humaines ou encore du marketing. Paris, le 18 mai

2 Si nous avons choisi cette thématique pour le rendez-vous de ce soir, c est parce que nous sommes convaincus qu il s agit d un sujet moteur. Les entreprises l ont bien compris, plaçant la relation client au plus haut niveau de leur hiérarchie et de leur organisation. Parmi nous, quatre invités évoqueront ce soir leur expérience et leur vision de la relation client. Effectivement, cette rencontre s est construite dans la lignée du travail mené avec l INRC. Nous avons proposé à Orange d héberger ce rendez-vous, l entreprise ayant désigné au sein de sa direction une personne chargée exclusivement de cette notion de relation client. Je laisse tout d abord la parole à Anne Madelin. Anne MADELIN Je suis Directeur conseil au sein de Sociovision, plus particulièrement chargée des questions sociales et sociétales. Nous avons pour spécialité de comprendre les évolutions de la société et d aider les entreprises à tirer parti de ces évolutions et de leurs impacts sur leurs propres politiques. Notre observatoire étudie les évolutions au fil des ans pour en déduire les changements de comportement. Il prend la forme d une enquête annuelle menée auprès de personnes, consommateurs et salariés, et se nourrit de nos observations dans les entrepr ises. Nous avons demandé aux salariés les évolutions qu ils constataient dans leur entreprise. Nous remarquons une progression des notions relatives à la relation client (qualité de service, relation avec les clients, priorité donnée à l écoute). Cette qualité de service rendu au client est apparue d abord dans les entreprises en contact avec la clientèle. Pour certains salariés, la qualité de service est inhérente à leur activité et constitue un enjeu pour la performance globale de l entreprise. D autres, en revanche, affichent une vision totalement contraire. Peu à peu, sous l effet de la crise, une prise de conscience de la nécessaire orientation client a émergé. L item a très largement progressé au cours des quinze dernières années. Au-delà de cette orientation, les salariés manifestent une volonté de s investir dans ce domaine, de plus en plus conscients de l importance de se tourner vers l extérieur et de se nourrir des expériences des autres. Une convergence entre la vision des salariés et l orientat ion client s est faite peu à peu. Dans les grandes entreprises, des process d empathie client ont été mis en place pour réduire la vision en silo et mettre en évidence le besoin de revoir progressivement la culture de l entreprise et d y intégrer cette vision client. Les salariés ont également pris en compte que les attentes des consommateurs ont changé et qu il convient de les écouter. Ainsi, un salarié sur deux convient que les consommateurs sont de vrais décideurs. Les consommateurs se sont affirmés en tant que tels. Les fortes exigences qu ils manifestent virent parfois même à une sorte de rugosité, perçue comme des incivilités par certains salariés. Nous sommes ainsi intervenus auprès de salariés en contact direct avec la clientèle, qui éprouvent le besoin de faire face à ces exigences de plus en plus fortes des usagers. Les entreprises, face à ces exigences, ont pu développer des politiques de crise. La digitalisation actuelle renforce encore l évolution nécessaire des entreprises face au besoin des clients. Les entreprises doivent désormais trouver un curseur entre virtuel et relation humain, car Paris, le 18 mai

3 celle-ci conserve toute son importance. Nous avons travaillé dans un grand groupe bancaire sur les impacts de la digitalisation sur les collaborateurs en agence. Nous avons constaté que la digitalisation n exigeait pas seulement une formation aux nouveaux outils, mais nécessitait aussi de bâtir une agilité face aux différents canaux, de construire une affirmation managériale plutôt que commerciale. Les salariés, dans leurs attentes vis-à-vis de la mise en place de cette digitalisation, ont rejoint les attentes clients, interrogeant les politiques héritées du passé. Un tiers des consommateurs souhaiterait que leurs marques leur demandent de participer à l élaboration des nouveaux produits ; ce taux augmente. De même, les trois quarts des salariés souhaitent que cette coopération se développe. Laurent Paillassot, pourquoi Orange a-t-elle choisi de désigner une personne chargée exclusivement de la relation client? Stéphane Richard a décidé l an dernier de créer une direction de la relation client afin de placer l expérience client au cœur de la stratégie du Groupe et d en faire un élément de différenciation pour le Groupe Orange dans son ensemble. Cette démarche s est traduite par la mise en place d une gouvernance ainsi que par l élaboration de plans d action très concrets. Le plan «Essentiels 2020» a été construit sur un seul focus : le client. Notre volonté est de délivrer à tous nos clients de par le monde une expérience incomparable. Nous avons structuré ce plan autour de deux leviers. Il touche toute l entreprise qu il s agisse des équipes sur le terrain qui installent la fibre dans les immeubles, des équipes au sein des laboratoires de recherche qui mettent au point la nouvelle Box ou des équipes dans les agences. Cela ne suffisait toutefois pas. Nous avons choisi de replacer la marque Orange. Nous ambitionnons de jouer un rôle majeur dans la connectivité de nos clients. Cette volonté s est traduite en un mode opératoire interne, le «listening and responding», pour nous placer à l écoute de nos clients et répondre à leurs attentes vis-à-vis de leurs besoins essentiels. Le téléphone mobile devient un élément essentiel du quotidien. L objet est tellement vital que nous ne supportons plus de ne pas être connectés. Cette évolution se traduit par un volume de plus en plus grand de données et un besoin accru de connectivité. Le secteur, traditionnellement mal noté en matière de relation client, fait face à des exigences de plus en plus fortes de ses clients. L engagement d Orange dans la relation client appelle à la fois la reconnaissance, la disponibilité, la simplicité, l adaptation, l anticipation et la connexion. Nous devons nous positionner dans une démarche d amélioration continue de nos processus en nous plaçant toujours dans l optique du client. Nous devons être capables de répondre à ces différents éléments. Voilà quinze ans, nous gérions de la communication, de l échange point à point. Nous avons ensuite géré des plates-formes de services. Nous franchissons aujourd hui une nouvelle étape : celle de la connectivité centrée sur le client. Deux clients Orange ne vivent pas nécessairement la même expérience. Nous devons appréhender ces différences pour répondre à chacun d eux de la meilleure manière. Pour cela, nous avons bâti un plan. Nous consacrerons quinze milliards d euros à l amélioration des réseaux en renforçant le développement de la fibre, en améliorant la couverture du territoire européen en 4G et en passant au «tout-ip». La digitalisation crée également une opportunité de Paris, le 18 mai

4 personnaliser la relation client. L une de nos priorités réside dans l application «Orange et moi», qui doit devenir l outil de contact permanent entre nos clients et nous. Aujourd hui, le digital représente 30 % des échanges. Notre ambition est de passer à 50 %. Enfin, nous avons élaboré le concept de «smart-store», transformant nos boutiques en profondeur pour relier le parcours digital et le parcours physique. Nous avons dégagé deux catalyseurs managériaux pour mener à bien ce plan : la voix du client et la voix du personnel. Nous devons utiliser la force de nos collaborateurs pour faire évoluer l entreprise et travailler sur le socle culturel de l entreprise. Il s agira par exemple de retravailler le poste de travail du collaborateur de bout en bout, comme nous l avons fait pour le parcours client. Nous démarrons ce travail aujourd hui. Il devrait nous permettre de faire la différence sur le long terme. Sur le fond, le digital doit accélérer l apprentissage et donc la performance des collaborateurs. Pour ce faire, nous devons être à l écoute des collaborateurs et leur accorder des marges de manœuvre. Enfin, nous allons engager des chantiers très spécifiques sur le CRM dans le cadre de l informationbased strategy. Tout ceci s opère dans le cadre d une stratégie renforcée avec un programme d expérience client dans chaque pays, des équipes dédiées sous le sponsorship des CEO et un suivi intégré aux revues financières. Nous nous sommes fixé un objectif final, celui de devenir leader du NPS, le score de recommandation, auprès des trois quarts de nos 244 millions de clients sur l ensemble du territoire. L histoire de la direction que je représente a débuté en 2007, lorsque nous nous sommes ouverts à l Europe. Il nous a fallu travailler très vite et, en trois ans, modifier nos structures, nos offres ainsi que la relation que nous entretenions avec nos clients. Plus que la satisfaction client, nous recherchons aujourd hui l excellence de la relation client. Nous sommes désormais à même de proposer de très bons produits et de très bons canaux, mais nous pouvons perdre des clients faute d une bonne expérience client. En deux ou trois ans, l externalisation d activité est passée de 0 à 80 % ; cet aspect doit être pris en compte dans la démarche d excellence de la relation client. Cette importante évolution au sein d Engie, nous l avons également constatée dans la relation client. La relation s est modifiée et la défiance des clients s est renforcée. Les consommateurs témoignent aujourd hui d une grande défiance vis-à-vis du discours des marques. Engie vend des molécules d une main et des économies d énergie de l autre. Ce positionnement mérite d être expliqué aux clients. Dans le même temps, le digital a pris une importance considérable. Le premier réflexe a consisté à opposer le digital à l humain. Or nous avons la conviction que l excellence de la relation client réside dans le meilleur mariage entre l humain et le digital, et ce, pour plusieurs raisons. Le client, via le digital, entre dans l entreprise. Engie propose des avis en ligne permettant à tous les consommateurs de poster des avis en ligne. Aujourd hui, les clients témoignent une plus grande confiance vis-à-vis de leurs pairs que de l entreprise. Il importe d en tenir compte. En outre, le digital renforce les compétences de nos clients. Par le passé, ses échanges avec l entreprise étaient dirigés par un professionnel qui possédait tout la connaissance. Aujourd hui, l échange s opère entre égaux. Nous devons donc repenser la valeur ajoutée apportée par l humain dans cet échange. Enfin, le digital permet une personnalisation de l offre, une immédiateté dans l information que le Paris, le 18 mai

5 client obtient. L humain reste ainsi primordial pour instiller toute l empathie nécessaire au quotidien. Je dirige une filiale dont les techniciens effectuent interventions par jour. Ces interventions constituent autant d interactions avec les clients. Le technicien n est plus seulement un expert de la technique, il doit également devenir un expert de la relation client. Cela démontre à quel point il est capital, lorsque nous nous préoccupons de la satisfaction des clients, de nous préoccuper aussi de la satisfaction des collaborateurs. Il s agit d augmenter leur autonomie afin qu ils se montrent plus authentiques dans leur relation avec le client. Cette démarche revêt d ailleurs un intérêt financier pour l entreprise, car elle réduit l absentéisme et le turnover, des phénomènes qui coûtent très cher. Il convient de se préoccuper de l ensemble de la chaîne. Par extension, nous devons nous préoccuper de nos prestataires et de leurs collaborateurs, car ils sont les ambassadeurs de nos marques. Au-delà de l expérience opérationnelle attendue, nous devons vérifier que nos prestataires affichent une ambition sociale et managériale à la hauteur de nos attentes. Or cette démarche constitue une révolution pour nos cadres, qui doivent dépasser la culture opérationnelle du quotidien pour développer une aisance relationnelle. A défaut, l humain placé au contact du client ne pourra pas non plus développer cette aisance. Enfin, nous avons besoin de gérer l excellence des ressources humaines associée à l excellence de la relation client, car nous sommes en constante transformation. Une confiance doit s établir entre le corps social et le management au quotidien. Alexandre GRILLAT Je vous remercie d avoir invité un représentant d une organisation syndicale pour débattre du lien entre la relation client et les salariés. Les managers sont au cœur de ce lien. De fait, il nous semblait naturel, au sein de la CFE-CGC, de nous préoccuper de ce sujet. La RSE revient à redonner du sens à l entreprise. Or pour que les salariés trouvent du sens à leur travail, à leur engagement au quotidien, ils doivent avoir conscience de la finalité de leur travail. La mission finale d une entreprise consistant à délivrer un service au client, redonner du sens au travail passe donc bien par la relation client. De notre point de vue, la RSE à l aune de ce lien entre client et salarié peut revêtir trois axes. Le premier tient à un dialogue social de qualité. Il s agit d organiser le dialogue avec la première partie prenante de la société : les salariés. La loi de juin 2013 mettant en place la base de données sociales et économiques a vocation à enrichir le dialogue avec les représentants du personnel. Ce faisant, elle fait entrer le client dans le dialogue. Dans le domaine de l énergie, l évolution des usages et la décentralisation de l énergie ont entraîné une transformation des consommateurs en «consommacteurs». Le client doit ainsi entrer dans les sujets de dialogue social, puisqu ils constituent un sujet stratégique. Le deuxième axe est un axe stratégique. La RSE doit irriguer les instances de gouvernance et entrer de plain-pied dans les débats de conseil d administration. Le troisième levier pour implémenter la RSE dans le corps de l entreprise passe par l évolution des pratiques managériales. De notre point de vue, le management participatif permet de créer les conditions de l appropriation par les salariés de la stratégie de l entreprise, de sa finalité et de l expérience client. Paris, le 18 mai

6 Nouvelles pratiques managériales, gouvernance et dialogue social constituent les leviers pour redonner du sens au travail des salariés, c est-à-dire susciter leur engagement, les motiver. Dans le dernier rapport de France Stratégie, Jean Pisani-Ferry souligne que la société du 21 ème siècle ne sera pas celle du 20 ème siècle et que les compétences seront la clé du succès pour une performance durable. Nous pensons que la digitalisation accélérera l évolution du processus. Faire entrer le client dans le dialogue social et dans la gouvernance constitue donc un facteur de motivation des individus. Anne MADELIN Dans le groupe bancaire que j évoquais tout à l heure, nous sommes intervenus par le biais de diagnostics partagés, la parole ayant été donnée aux salariés et aux partenaires sociaux. J ai été surprise de constater la proximité de vision entre les salariés, les partenaires sociaux et les ressources humaines. Il ne s agit pas uniquement de former les salariés aux nouveaux outils digitaux, mais de travailler au positionnement managérial et au développement d une agilité. Chaque acteur a présenté sa vision, mais tous se sont accordés sur les compétences à mettre en œuvre pour la concrétiser. Je laisse maintenant la parole à la salle. Jean-Luc LE GALL, Orange France Vous avez insisté sur l importance de la relation humaine et la nécessité d impliquer toute la chaîne dans l excellence de la relation client. Au sein d Orange, nous connaissons la même problématique qu Engie, avec de nombreux techniciens chargés d effectuer des interventions chez les clients. Ces techniciens ont toujours considéré que la relation client ne les concernait pas. Comment êtes-vous parvenus à modifier leur perception? J ai intégré SAVELYS voilà un an. J ai trouvé une entreprise de techniciens et d ingénieurs, sans CRM. Une enquête de satisfaction conduite à froid était menée chaque année. J ai cherché à faire entrer le client et la relation client dans l entreprise. Nous avons donc mis en place le NPS. Pour chaque intervention, nous avons demandé au technicien de collecter le numéro de téléphone mobile et l adresse mail des clients. Nous avons également mené une enquête auprès de chaque client et avons communiqué le retour aux techniciens. Nous avons alors constaté que 80 % des clients se montraient satisfaits. Nous affichions même les verbatims les plus satisfaits dans les agences. Les managers étaient alors plus à l aise pour gérer les 20 % de clients insatisfaits. Nous avons donné aux managers l opportunité d évoquer huit cas de clients satisfaisants sur dix. Bruce DEVERNOIS, Avocat Comment vos CRM fonctionnent-ils? Les utilisez-vous pour contrôler les salariés? Paris, le 18 mai

7 Le CRM n a pas vocation à contrôler les collaborateurs ; il vise à mieux connaître les clients. Il importe de conserver le contact avec le client, quel que soit son mode de communication. Lorsqu il entre en contact avec une marque, le client souhaite s adresser à une personne le connaissant parfaitement. Tel est l objectif du CRM. Celui-ci renseigne par exemple sur le dernier NPS du client. Il doit permettre de mieux connaître le client pour mieux le servir. Le CRM représente une base de données avec la situation du logement, la marque et l âge de la chaudière et l ensemble de l historique. Bruce DEVERNOIS Les techniciens posent donc des questions aux clients. Comment perçoivent-ils cette activité? Certains techniciens peuvent vivre très mal cette expérience si nous ne leur expliquons pas le sens de l exercice. Ils ne doivent pas subir cette interrogation, mais la comprendre. Bruce DEVERNOIS Y parvenez-vous? Oui, dans 80 % des cas. Nous observons quelques réticences. Je préfère les questions ouvertes, les verbatims, car il importe avant tout d écouter le client. Notre vision du monde ne correspond pas forcément à celle du client. Je serais donc favorable à la suppression de ces longs questionnaires. Laurent BERGER, Natixis Financement Le système d écoute des collaborateurs ressemblera-t-il au système d écoute des clients? Nous avions déjà mis en place des systèmes d écoute des collaborateurs dans le cadre de la crise que nous avons vécue chez Orange. Nous avons développé beaucoup de questionnaires. Il convient désormais de faire en sorte que les collaborateurs deviennent des acteurs. Aujourd hui, nous essayons surtout d essaimer au sein de l organisation des «listening and responding clubs» pour échanger entre collaborateurs. Nous les expérimentons déjà en Pologne et en Espagne. Il s agit de libérer la parole. Paris, le 18 mai

8 Nous constatons, dans le cadre des travaux de l OSI, l importance de la mise en place de lieux d échange pour favoriser le dialogue dans les entreprises. Nous menons d ailleurs des réflexions sur le sujet avec Orange. Florence SIMON, Voyages SNCF Comment choisissez-vous les sujets? Comment les priorisez-vous? Il n existe pas de bonne réponse. Lors d une expérience passée, nous avions recueilli propositions de nos collaborateurs relevant, en tout et pour tout, d une dizaine de thématiques. Nous cherchons avant tout à instaurer un mode «bottom up». Il convient, pour ce faire, d autoriser des lieux de liberté, en permettant aux salariés de réfléchir à toutes les solutions aptes à améliorer la relation client. J invite d ailleurs les pays à tester différentes méthodes. Cette démarche s apparente à un lâcher-prise managérial, car un processus descendant ne permettrait pas de le faire. Je crois beaucoup aux expérimentations. Nous devons créer un environnement qui favorise la prise d initiatives. Aujourd hui, l agilité de l entreprise tient dans sa capacité à développer le pragmatisme au plus près du client. Cela suppose de sortir du taylorisme. Certaines démarches sont indiscutables. J ai en tête l exemple d un service consommateur qui avait réclamé une plus grande autonomie dans son travail, au moins dans la possibilité de réparer les préjudices subis par les clients lorsque les montants sont limités à quelques dizaines d euros. Nous avons répondu favorablement à cette requête. Nous n avons pas eu à mettre en place un contrôle rigoureux sur l usage de ces deniers, car les collaborateurs se maîtrisent d eux-mêmes. Cécile LAMOTTE Je souhaiterais évoquer le problème que nous rencontrons parfois en tant que client. Lorsque nous sommes en contact avec une plate-forme téléphonique, le discours que ces collaborateurs nous tiennent n a plus rien d humain ; il est en décalage total avec le besoin du client. Voilà quelque temps, j ai formulé une réclamation auprès d une grande société de service bien connue. Pourrions-nous imaginer que, face à des marqueurs montrant le niveau d insatisfaction des clients, la société puisse faire un geste commercial et humain et revienne spontanément vers le client à un niveau plus élevé que le simple agent de la plate-forme dont la marge de manœuvre reste très réduite? Nous veillons effectivement à nous montrer à l écoute du client. Je pense que nous devons favoriser le dédommagement du client, d autant que nous finissons souvent par dédommager. Les scripts Paris, le 18 mai

9 constituent effectivement l ennemi de la qualité relationnelle. Nous devons encourager les équipes à sortir de ce script, qui doit représenter une aide et non un carcan. Or le changement ne vient pas forcément du collaborateur ; il revient au management d opérer sa mue. Je vois cette intention dans la plupart des équipes pays de prendre en compte chaque client. Face à plusieurs millions de clients, nous devons conserver des process, mais ils ne doivent pas être visibles. Toutes les plates-formes téléphoniques travaillent aujourd hui à instaurer plus d autonomie et à inciter les collaborateurs à s écarter des scripts, le plus rapidement possible. Je reconnais toutefois que cette démarche peine à s installer en raison du turnover. Je pense que nous sommes sur la bonne voie au sein d Orange. Le digital nous aide à instaurer une relation plus fine avec le client. Les outils dont nous disposons aujourd hui nous permettent d agir très rapidement, voire de manière préventive. Nous pourrions ainsi imaginer qu après quelques interactions, vous devenez un réclamant potentiel. Le CRM nous permet par exemple de détecter des signaux faibles. Au sein de l INRC, nous cherchons effectivement à anticiper les insatisfactions. Cécile LAMOTTE Derrière ces réclamations à répétition, notre temps à tous est très compté. Le voir phagocyter par des processus qui prennent du temps et devraient être pris en charge par des prestataires qui, par définition, doivent être à notre service peut avoir des conséquences particulièrement néfastes. Je pense que nos intervenants en sont parfaitement conscients. Hubert MONGON, McDonald s Je tiens à vous remercier pour la clarté et la transparence de vos interventions. Nous cherchons tous, dans nos métiers, un standard nouveau de prestation de service et de relation client. Etes-vous en train de nourrir des réflexions sur un nouveau standard de qualité pour favoriser le mieux vivre, ensemble? De la salle Je travaille dans une entreprise de call centers. Nous réalisons tous les ans une enquête de satisfaction sur nos employés dans le monde entier. La France reste le pays où le niveau de satisfaction se révèle le plus bas. En Italie, nous travaillons pour un producteur de smartphones. Le NPS est orienté vers la qualité de la réponse apportée au client, sans prise en compte du temps consacré pour y répondre. Or les résultats de l enquête de satisfaction s avèrent très élevés, tant chez les clients que chez les salariés, mais les exigences de rentabilité de nos clients ne permettent pas toujours de le faire. Les clients doivent effectivement accepter de payer une relation client de bon niveau. Il me semble que cela constitue l un des nœuds du problème. En tant qu entreprise, j aime mieux payer un peu plus cher un appel qui résoudra le problème du client du premier coup, plutôt que laisser un Paris, le 18 mai

10 «outsourceur» s y reprendre à cinq fois pour obtenir le même résultat, et ce, même si chaque appel coûte moins cher. Les entreprises, en France comme à l international, doivent se différencier en matière de relation client en investissant dans cette relation. Nous avons mené une enquête de satisfaction client au sein de l INRC : la France y est classée parmi les derniers pays. Pour développer l excellence, il faut accepter de la payer. Anne MADELIN Le standard idéal dépendra de chaque entreprise. Nous travaillons à partir des attentes des clients, des tendances en veillant à associer l ensemble des parties prenantes dans la démarche. L expérience du mieux vivre ensemble revient également aux dirigeants des entreprises. Il n est pas toujours aisé de véhiculer cette préoccupation dans toutes les strates. L impulsion provient moins de la base que du haut. Laurent Paillassot soulignait qu il fallait libérer les salariés et leur laisser des marges de manœuvre. Cela implique que ceux-ci acceptent aussi cette forme de liberté. Alexandre GRILLAT Pour répondre, j évoquerai mon expérience personnelle de management de première ligne au sein d EDF-GDF. Le manager doit instaurer le dialogue et donner à ses collaborateurs des marges de liberté, en les considérant tout simplement comme des adultes. Toute entreprise doit prendre conscience que sa première richesse réside dans son capital humain. Si nous sommes capables de dialoguer entre adultes responsables, nous sommes capables d avancer. Pour cette raison, la CFE- CGC va mener une action de formation de tous ses délégués syndicaux en vue de créer les conditions du dialogue dans l entreprise et tenter de réinstaurer le mieux vivre ensemble dans l entreprise, redonner du sens avec du bon sens. Je ne suis pas certains de vouloir mêler les termes standard et universel dans la même phrase. C est l entreprise apprenante qui doit devenir universelle et non les réponses des entreprises, qui doivent au contraire renforcer la personnalisation. J investirais davantage dans la dimension universelle de l entreprise apprenante et agile. Je pense que nous n aurions pas pu tenir ce rendez-vous de l OSI dans les mêmes termes voilà trois ans. Nous allons lancer fin juin une initiative autour de l articulation entre le développement humain et le développement durable. Je vous remercie pour votre participation. Paris, le 18 mai

N 64 septembre 2015 Le client et le salarié

N 64 septembre 2015 Le client et le salarié La Missive de N 64 septembre 2015 Le client et le salarié Edito : le triangle client salarié direction Édito : le triangle client salarié direction Marie-Noëlle Auberger Expérience client et performance

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

PERCEPTIONS DES PRATIQUES RH EN ENTREPRISE

PERCEPTIONS DES PRATIQUES RH EN ENTREPRISE PERCEPTIONS DES PRATIQUES RH EN ENTREPRISE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-55 AVRIL 2015 SYNTHÈSE Ce document présente les principaux résultats d une enquête sur les politiques de gestion des ressources

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Facilitateur de relations

Facilitateur de relations Facilitateur de relations CHAÏKANA CONSULTING 3 Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! mondialisation digitalisation talents performance changement nouvelles générations engagement sens repères

Plus en détail

Vers de nouveaux modèles d organisa3on du travail?

Vers de nouveaux modèles d organisa3on du travail? Vers de nouveaux modèles d organisa3on du travail? Concilier performance économique et bien- être au travail Emilie Bourdu- Szwedek Quel travail dans l usine du futur? 19/20 mars 2015 ENS Cachan L homme

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016 Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action Janvier 2016 Contexte Pour la 2ème année, ROOMn - Rencontre d'affaires de la mobilité et du digital - fait le point auprès de son écosystème sur l'intégration

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

La formation professionnelle en Europe

La formation professionnelle en Europe Baromètre de l Observatoire Cegos La formation professionnelle en Europe + Focus sur la réforme en France 23 juin 2015 Méthodologie L'Observatoire Cegos a conduit cette étude entre les mois d avril et

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Petit déjeuner débat AFTA. 9 novembre 2011

Petit déjeuner débat AFTA. 9 novembre 2011 Petit déjeuner débat AFTA 9 novembre 2011 «Dirigeants du secteur associatif : évaluez la qualité des relations au travail de vos salariés Un audit de climat social : pourquoi et comment?» Cyril PARLANT

Plus en détail

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne sommaire Le projet Notre agence Notre partenaire Méthodologie Lire l étude Enseignements

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Des dynamiques de progrès individuelles et collectives pour mettre en mouvement votre organisation

Des dynamiques de progrès individuelles et collectives pour mettre en mouvement votre organisation Des dynamiques de progrès individuelles et collectives pour mettre en mouvement votre organisation Présentation de notre offre de formation managériale Mécénance est un cabinet de conseil en management

Plus en détail

Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q)

Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q) «Si l on arrête de se perfectionner, on arrête d être bon» Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q) 29 Avenue de Frais Vallon Bat Le Nautile 13013 MARSEILLE Tél. : 04.91.10.40.00 Mail.

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

LE RÉSEAU IMMOBILIER "À DOMICILE"

LE RÉSEAU IMMOBILIER À DOMICILE Dossier de Presse LE RÉSEAU IMMOBILIER "À DOMICILE" NOUVELLE GÉNÉRATION CONTACT PRESSE : Infinités Communication Virginie SENIZERGUES : virginie@infinites.fr Agnès HEUDRON : agnesh@infinites.fr Tél. :

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés 1 Quelles difficultés rencontrait l entreprise LDP? Le client L entreprise (appelons

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF RESULTATS DE L ENQUETE INTERNE «VOIE LIBRE, MODERNISONS NOTRE SECURITE» 9 DECEMBRE 2014 1 POURQUOI UNE ENQUÊTE INTERNE SUR LA SÉCURITÉ? PARCE QUE LA SÉCURITÉ EST NOTRE

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

La formation professionnelle au crible de la notation sociale

La formation professionnelle au crible de la notation sociale SOPHIE THIERY La formation professionnelle au crible de la notation sociale Par conviction ou par contrainte, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter des codes de conduite, à rendre accessibles

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Rapport de l enquête satisfaction client Année 2014

Rapport de l enquête satisfaction client Année 2014 اار اراب اوط وزارةار وإداد ار س او VOTRE AVIS NOUS INTERESSE ET NOUS MOTIVE Rapport de l enquête satisfaction client Année 2014 L, un établissement public à l écoute de son territoire, pour un développement

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

Découvrez les coulisses de la Relation Client et rencontrez ses ambassadeurs!

Découvrez les coulisses de la Relation Client et rencontrez ses ambassadeurs! Un événement organisé par : COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 octobre 2013 Découvrez les coulisses de la Relation Client et rencontrez ses ambassadeurs! 51% des salariés aujourd hui dans les Centres de

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014 Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale Club D&O, 23 septembre 2014 Rappel des modalités de travail de la séance Présentation de la synthèse des questionnaires

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services SPEECH/13/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Dématérialisation de la commande publique : un levier de modernisation de l administration publique

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

DP6 DANS LA PEAU DES AGENTS TERRITORIAUX

DP6 DANS LA PEAU DES AGENTS TERRITORIAUX DP6 DANS LA PEAU DES AGENTS TERRITORIAUX Organisateur MUTUELLE NATIONALE TERRITORIALE (MNT) ET ASSOCIATION DES ADMINISTRATEURS TERRITORIAUX DE FRANCE (AATF) Coordinateur Pascale BOURRAT-HOUSNI, directrice

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL INTERNATIONAL SOUS LE THÈME. «Management stratégique dans les banques centrales» ALLOCUTION DE Monsieur le Directeur Général

GROUPE DE TRAVAIL INTERNATIONAL SOUS LE THÈME. «Management stratégique dans les banques centrales» ALLOCUTION DE Monsieur le Directeur Général GROUPE DE TRAVAIL INTERNATIONAL SOUS LE THÈME «Management stratégique dans les banques centrales» ALLOCUTION DE Monsieur le Directeur Général Rabat Lundi 4 mai 2015 Mesdames, Messieurs, C est pour moi

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

Devenir une banque relationnelle de référence : pourquoi et comment?

Devenir une banque relationnelle de référence : pourquoi et comment? conseil organisation management Réussir ensemble Devenir une banque relationnelle de référence : pourquoi et comment? Conférence CCM Benchmark Banques sur Internet 2012-13 Mars 2012 csa consulting 80,

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Intervention d Axelle LEMAIRE Secrétaire d Etat chargée du Numérique, Lors du Colloque de l AVICCA

Intervention d Axelle LEMAIRE Secrétaire d Etat chargée du Numérique, Lors du Colloque de l AVICCA AXELLE LEMAIRE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU NUMERIQUE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DU REDRESSEMENT PRODUCTIF ET DU NUMERIQUE D i s c o u r s D i s c o u r s Paris, le 13 05 2014 Intervention d Axelle

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

charte de déontologie du Groupe

charte de déontologie du Groupe charte de déontologie du Groupe Dans un monde numérique en perpétuelle évolution, notre mission est d apporter au plus grand nombre le meilleur du numérique, avec l ambition de faire préférer Orange. Avec

Plus en détail

L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes,

L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes, L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes, appréhender leurs perceptions et leur regard sur le monde du

Plus en détail

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE Construire une formation pédagogique c est : Considérer L origine. Le public ciblé La forme Les objectifs Le rôle du formateur L andragogie Choisir

Plus en détail

Espace ressources pour faire émerger les talents et les projets

Espace ressources pour faire émerger les talents et les projets Espace ressources pour faire émerger les talents et les projets Mise à jour : septembre 2014 Présentation de l association Nos convictions Nos valeurs L équipe fondatrice Nos services et parcours 2 Présentation

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé?

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Auteures : Colette FRANCIOSI : Sonia HACQUEMAND : c.franciosi@groupe-alpha.com s.hacquemand@groupe-alpha.com Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Résultats d enquêtes auprès

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Octobre 2013 Contact Inergie Toute publication

Plus en détail

Saison 2 (2010) Publicité, digital, marketing services

Saison 2 (2010) Publicité, digital, marketing services Le Baromètre Annonceurs Agences Saison 2 () Publicité, digital, marketing services page 1 Méthodologie page 2 Phase qualitative 12 entretiens avec des décisionnaires référents Grande consommation : Industrie,

Plus en détail

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière Communiqué de presse Issy-les-Moulineaux, 22 octobre 2015 Baromètre Cegos «Climat social et qualité de vie au travail» Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique Cybersécurité et Transformation Numérique 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais 7ème Forum International de la Cybersécurité Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République

Plus en détail

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Une enquête de l Observatoire Cegos Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Méthodologie de l enquête 2 - L Observatoire

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs!

Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs! Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs! Interventions : Nathalie Ponsart, Cemex Stephane Mercier pour Monoprix Yves Duranton, cegos Animation : Yvelise Lebon, Groupe Cegos Ludovic

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Rapport Annuel 2013. Nos collaborateurs. Conjuguer les talents pour créer des solutions innovantes Les Business Technologists

Rapport Annuel 2013. Nos collaborateurs. Conjuguer les talents pour créer des solutions innovantes Les Business Technologists 21 Conjuguer les talents pour créer des solutions innovantes Les Business Technologists 22 23 Développer les Talents Créer de la valeur ajoutée L innovation business est facilitée par l utilisation de

Plus en détail

Les salaires de L écosystème php en france. L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e

Les salaires de L écosystème php en france. L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) & le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e vous propose : baromètre AFUP Agence-e 2014 : Les salaires de L écosystème php en france édito : Fondée

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2 Baromètre : Le bien être psychologique des au travail Septembre 2008 vague 2 Introduction 1 Le rappel du contexte Afin de favoriser, développer et promouvoir l amélioration du bien-être des personnes au

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez Outsourcing Pourquoi externaliser? [Externalisation] : n,f. Pour une entreprise, recourir à un prestataire externe pour la prise en charge partielle

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage»

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» DOSSIER DE PRESSE Nantes, le 15 janvier 2014 Sommaire I. 20 ans de croissance et d innovation

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail