Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1"

Transcription

1 EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc suisse Europe : la couronne danoise résistera-t-elle aux attaques? États-Unis : l emploi et les salaires sont au rendez-vous, comme toujours MARCHES COMPTES D APOTHICAIRE AUTOUR DU FRANC SUISSE La Banque Nationale Suisse (BNS) a publié le montant de ses réserves de change à fin janvier. Elles ont augmenté de 3.3 milliards de francs seulement, à milliards. Depuis cette annonce, chacun y va de ses petits calculs pour comprendre si cette progression est importante ou pas? Si oui, cela signifie que la BNS est déterminée à empêcher le franc de s apprécier outrageusement mais, paradoxalement, cela démontre aussi que son activisme ne pourra pas durer éternellement. Si non, cela prouve que le marché des changes s est stabilisé de manière autonome, prenant tardivement conscience de la valeur excessive du franc. Alors, 3.3 milliards, est-ce beaucoup ou pas? 8% 7% SNB Foreign Currency Investments 73% 63% 6% 5% 46% 4% 3% 2% 1% 29% 8% 6% 4% 7% 15% 12% 22% 1% 5% % EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 1/1

2 Pour bien comprendre, faisons le calcul. La BNS a assuré que le maintien du taux plancher aurait pu lui coûter 1 milliards de francs durant le mois de janvier. Au prorata temporis, cela signifie que ses réserves avaient déjà augmenté de quelque 45 milliards entre le 1 er et le 14 janvier, pour atteindre 54 milliards. Ensuite, en abandonnant son floor, elle a laissé le franc s apprécier de 15% contre l euro qui représente 46% de ses réserves de change, 8% contre le dollar qui représente 29% de ses réserves, 6% contre le yen pour 8% des réserves, 12% contre la livre sterling pour 6% des réserves, etc. (cf. graphique en première page). Ainsi, l appréciation du franc a mécaniquement généré l évaporation de 52 milliards de réserves de change, pour les ramener à 488 milliards (cf. graphique de gauche). Les 1 milliards qui manquent, pour nous rapprocher du chiffre officiel de 498 milliards, correspondent aux interventions effectuées par la BNS après l abolition du floor. Les comptes d apothicaire sont terminés SNB Forex Reserves (bns CHF) without CHF appreciation SNB Forex Reserves (%GDP - R.H.S.) EUR/CHF Exchange Rate Au final, la BNS n aurait donc pas injecté 3.3 milliards mais 55 milliards : 45 milliards entre le 1 er et le 14 janvier, puis 1 milliards entre le 15 et le 31 janvier. Un autre moyen de vérifier cet ordre de grandeur, provient de l analyse des comptes de virement des banques auprès de la BNS. Or, les dépôts y ont augmenté de 54 milliards de francs suisses depuis le début de l année. La boucle est bouclée. La BNS n est donc clairement pas restée les bras croisées après l abolition du cours plancher. Malheureusement, le marché des changes ne s est pas stabilisé tout seul. Depuis, les rumeurs de marché vont bon train. La BNS souhaiterait défendre un taux de change compris entre 1.5 et 1.1. Pour notre part, nous continuons de penser qu une fourchette entre 1. et 1.1 est plus réaliste (cf. graphique de droite). Il y a trois semaines, nous écrivions déjà que "une hausse de l euro audelà de 1.1 franc semble peu probable tant les investisseurs étaient collés au floor jusqu au 14 janvier. À l inverse, une hausse additionnelle du franc parait économiquement inconcevable, si la BNS veut éviter la récession et la déflation". 2/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

3 Les réserves de change de la Suisse sont désormais équivalentes aux trois quarts du Produit Intérieur Brut (cf. graphique de gauche en page précédente). D aucuns relancent l idée de créer un fonds souverain, qui accueillerait une part des réserves de la BNS, à l image de la Chine ou de Singapour, qui y affectent les excédents de devises issus d une balance courante excédentaire, et de la Norvège, du Koweït, d Abu Dhabi ou du Qatar, qui ont choisi de pérenniser leurs richesses actuelles dans des fonds destinés à faire face à un futur moins luxuriant. Pourquoi la Suisse ne pourrait-elle pas se constituer un fonds souverain? Pour l instant, les dirigeants de la BNS ne semblent pas séduits par cette idée mais ils pourraient changer d avis. Le débat mérite d être ouvert. Concrètement, il serait possible de mettre de côté la part excédentaire accumulée par la BNS, afin de l investir en titres d entreprises étrangères et en immobilier international. Pour mémoire, la banque centrale a déjà placé près de 15% de ses actifs en actions étrangères (cf. graphique en première page). Le défi consisterait principalement à s assurer que cette décision n entrave pas l indépendance de la BNS pour mener à bien ses objectifs premiers de politique monétaire. EUROPE LA COURONNE DANOISE RESISTERA-T-ELLE AUX ATTAQUES? Ce début d année a mis en exergue la difficulté pour une banque centrale de contrôler le cours de sa monnaie. Les marchés sont en train de chercher le prochain taux de change à tester. En Europe, il y a trois cibles potentielles : la couronne tchèque, le lev bulgare et la couronne danoise (cf. graphique de gauche). Les deux premières n ont vraisemblablement pas les caractéristiques économiques et financières pour attirer massivement les capitaux. En revanche, la question se pose pour la troisième. Le Danemark et sa couronne sont-ils dans une situation similaire à la Suisse et son franc? Danish National Bank FX Interventions & DKK/EUR Exchange Rate Bonds Amounts Moody's Fitch S&P Dagong (bns EUR) Australia 244 Aaa AAA AAA AAA Singapore 148 Aaa AAA AAA AAA Denmark 13 Aaa AAA AAA AAA Switzerland 9 Aaa AAA AAA AAA Norway 48 Aaa AAA AAA AAA Luxemb. 6 Aaa AAA AAA AAA Germany 1'145 Aaa AAA AAA AA+ Canada 468 Aaa AAA AAA AA+ Sweden 119 Aaa AAA AAA AA+ Source: Capital Economics United States 11'77 Aaa AAA AA+ A- U-Kingdom 1'877 Aa1 AA+ AAA A+ France 1'546 Aa1 AA AA A+ Netherl. 36 Aaa AAA AA+ AA+ Austria 28 Aaa AAA AA+ AA+ Finland 98 Aaa AAA AA+ AAA Hong-Kong 12 Aa1 AA+ AAA AAA New-Zealand 52 Aaa AA AA AAA Total 17'693 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 3/1

4 Tout comme la Suisse, le Danemark peut être considéré comme un investissement "refuge". Ses obligations souveraines sont notées de la meilleure manière qui soit, le fameux AAA que les agences de notation délivrent désormais au compte-gouttes (cf. graphique de droite en page précédente). Suite à la décision de la BCE d accélérer sa création monétaire, la perspective d un large afflux de capitaux en couronne danoise ne doit pas être sous-estimée. La Banque Nationale du Danemark (DNB) devra donc batailler ardemment si elle veut défendre le taux de change fixe qui lie la couronne danoise à l euro. Il existe, toutefois, des différences entre la Suisse et le Danemark. Premièrement, à la différence de la Suisse qui avait décrété un cours plancher "temporaire" trois ans auparavant, le Danemark a arrimé sa monnaie au deutschemark il y plus de trois décennies, dans le but d importer la crédibilité de la Bundesbank. Lors de la création de l euro, Copenhague a mis en place un peg "permanent" entre la couronne et la monnaie unique. Ce peg est établi au taux de change de 7.46 DKK pour 1 EUR +/-2.25%. Le deuxième point qui différencie les deux situations est que la DNB a encore une large marge de manœuvre pour intervenir. Ses réserves de change ne représentent "que" 29% du Produit Intérieur Brut (PIB), contre 77% pour la BNS (cf. graphique de gauche). 8 7 Danish Forex Reserves (% of GDP) Swiss Forex Reserves (% of GDP) Danish National Bank target Rate Swiss National Bank Target Rate ECB Target rate Quoiqu il en soit, pour maintenir son peg dans un contexte d afflux de capitaux, la DNB n a que deux options, les mêmes que la BNS : intervenir massivement sur le marché des changes et/ou réduire ses taux directeurs. Au cours du seul mois de janvier, elle a déboursé 16 milliards de couronnes, soit 6% de son PIB, pour stabiliser la couronne danoise. En 212, durant la crise de la dette européenne, la Banque Nationale du Danemark avait déjà réduit ses taux à -.2%. Elle les avait ensuite ramenés en territoire positif en avril /1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

5 Aujourd hui, elle a dû aller beaucoup plus loin dans la dissuasion, puisqu elle a abaissé ses taux à -.75% (cf. graphique de droite en page précédente). Enfin, sur conseil de la banque centrale, le gouvernement vient de décider de suspendre temporairement ses émissions obligataires. L Etat dispose déjà de fonds suffisants pour couvrir ses besoins en 215. En rationnant l offre de papiers, la DNB espère faire baisser les taux longs et, ainsi, enrayer les positions spéculatives sur sa monnaie. Ces investissements spéculatifs peuvent vite devenir influents dans le cas de la couronne, car c est une devise peu traitée. D après la Banque des Règlements Internationaux (BRI), la devise danoise arrive au 21 ème rang mondial en termes de volumes. Les transactions avoisinent 2 milliards de dollars par jour, contre 13 milliards pour le franc suisse. En conclusion, la couronne danoise devrait résister aux assauts des investisseurs mais tous les facteurs détaillés ici tendent à démontrer que le risque d une appréciation, non souhaitée, n est pas complètement nul en 215. ETATS-UNIS L EMPLOI ET LES SALAIRES SONT AU RENDEZ-VOUS La croissance mondiale continue d être emmenée par la puissante locomotive américaine. Le dernier Produit Intérieur Brut (PIB) a, pourtant, été perçu comme décevant par une partie des économistes, car il a été publié au-dessous des estimations du consensus, +2.6% contre +3.% en rythme annualisé. Les investisseurs surestiment régulièrement le potentiel de croissance de l économie américaine, notamment les composantes relatives aux dépenses publiques et au commerce extérieur. 1 %QoQ 8 Private Consumption Public Spending Capex Inventories 1 %QoQa United States : Contributions to GDP 12-Q1 12-Q2 12-Q3 12-Q4 13-Q1 13-Q2 13-Q3 13-Q4 14-Q1 14-Q2 14-Q3 14-Q EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 5/1

6 Cependant, une analyse un peu plus fine de ce chiffre global permet de mettre en exergue le dynamisme de la consommation des ménages (cf. graphique ci-dessus). Cette dernière a généré l essentiel de l activité économique entre octobre et décembre 214. Une bonne nouvelle n arrivant jamais seule, les créations d emplois ont progressé de 257' en janvier, tandis que le chiffre de décembre a été révisé de 252' à 329'. Au cours des 12 derniers mois, 1 de ces publications ont été meilleures que prévues. Les investisseurs sous-estiment chroniquement la santé des ménages américains. La progression de l emploi et, désormais, des salaires (cf. graphique cidessous), renforcent le climat de confiance des consommateurs. Ces derniers, qui représentent 67% du PIB, constituent le poumon de l économie. En bref, la croissance américaine est moins forte, mais plus pérenne, que prévu Wages & Salaries (Private Industry Workers, R.H.S.) Companies Planning to Raise Workers Compensation Toutes ces informations confirment que l inflation recule uniquement à cause des prix de l énergie. L inflation de base, celle liée à l activité domestique et à l équilibre entre l offre et la demande sur le marché du travail, est en phase d accélération. La Réserve Fédérale américaine, emmenée par Janet Yellen, n aura pas d autre choix que de durcir sa politique monétaire cet été, en augmentant ses taux directeurs. Que les investisseurs ne se méprennent pas, la Fed est déjà clairement en retard sur le cycle économique. 6/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

7 PREVISIONS ECONOMIQUES Contributions à la croissance de l'activité économique mondiale Economic Activity GDP 213 GDP 214 Economist Estimates GDP 215 Economist Estimates Country Weights Contribution 214 United States 1.9% 2.4% 3.2% 21.8%.52% Canada 1.8% 2.4% 2.3% 2.1%.5% Euro Area -.4%.8% 1.1% 15.4%.12% United Kingdom 1.8% 2.6% 2.6% 3.7%.9% Switzerland 1.9% 1.8% 1.3%.7%.1% Russia 1.3%.5% -4.% 2.6%.1% Japan 1.7%.2% 1.1% 5.4%.1% China 7.7% 7.4% 7.% 15.3% 1.13% India 5.% 5.4% 5.5% 3.1%.17% Brazil 2.2%.1%.6% 2.9%.% Mexico 1.2% 2.1% 3.4% 1.7%.4% Others 4.9% 4.4% 4.8% 25.4% 1.13% WORLD 3.3% 3.3% 3.5% 1% 3.3% Source : Bloomberg Momentum (vs Last Estimates) Performance (Over \ Under) Remarques : Croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en 213 et 214. Prévisions en 215. Le poids de chaque pays est calculé à partir de son PIB en USD, sur la base des chiffres de la Banque Mondiale. La contribution à la croissance mondiale est calculée de la manière suivante : croissance du PIB de chaque pays multiplié par son poids. La somme des contributions donne 3.5%, soit une bonne estimation de la progression du PIB mondial en 215. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 7/1

8 MARCHES FINANCIERS Performances des principaux indices internationaux Markets Performances (local currencies) Last Price 1-Week (%) 1-Month (%) Year-to-Date (%) Last Year (%) Equities World (MSCI) % 4.2% 1.% 4.8% United States (S&P 5) 2'53 3.1% 2.8%.% 13.7% Euro Area (DJ EuroStoxx) % 13.1% 8.9% 5.% United Kingdom (FTSE 1) 6' % 7.8% 4.5% 1.% Switzerland (SMI) 8' % -3.2% -4.4% 12.% Japan (NIKKEI) 17' % 4.5% 1.1% 8.9% Emerging (MSCI) % 4.7% 2.4% -1.9% Bonds (Bloomberg/EFFAS) United States (7-1 Yr) 1.92% -2.3%.2% 2.% 8.9% Euro Area (7-1 Yr) 1.44% -.6%.5% 1.4% 14.% Germany (7-1 Yr).35% -.5%.4% 1.% 12.% United Kingdom (7-1 Yr) 1.59% -2.1% -.6%.7% 11.7% Switzerland (7-1 Yr) -.9%.% 2.3% 3.3% 7.2% Japan (7-1 Yr).35% -.5% -.5% -.2% 5.% Emerging (5-1 Yr) 4.46%.3% 2.4% 1.7% 7.7% United States (IG Corp.) 2.97% -1.4%.4% 1.6% 7.6% Euro Area (IG Corp.).83%.%.6%.9% 8.1% Emerging (IG Corp.) 4.56%.1% 1.4%.8% 5.7% United States (HY Corp.) 6.62% 1.% 2.2% 1.4% 1.6% Euro Area (HY Corp.) 3.87%.5% 1.2% 1.2% 5.5% Emerging (HY Corp.) 1.19% 1.7% 1.9% -.3% -2.6% United States (Convert. Barclays) % 1.7%.2% 7.7% Euro Area (Convert. Exane) 7'321.7% 5.7% 5.1% 4.5% Real Estate World (MSCI) 24.3% 4.2% 4.9% 15.2% United States (MSCI) % 1.9% 4.6% 28.1% Euro Area (MSCI) % 18.8% 18.% 19.1% United Kingdom (FTSE) 6'8.8% 1.7%.9% 19.7% Switzerland (DBRB) 3' % 5.8% 6.7% 14.6% Japan (MSCI) %.4% -2.4% -6.3% Emerging (MSCI) %.2% 2.% -1.7% Hedge Funds (Dow Jones) Hedge Funds Industry 554 n.a..% n.a. 4.1% Distressed 768 n.a. -.5% n.a. 2.6% Event Driven 633 n.a. -.6% n.a. 1.6% Fixed Income 31 n.a. -.1% n.a. 4.4% Global Macro 883 n.a. -.3% n.a. 3.1% Long/Short 654 n.a..4% n.a. 5.6% Managed Futures (CTA's) 32 n.a. 1.7% n.a. 18.4% Market Neutral 265 n.a. -.7% n.a. -1.2% Multi-Strategy 52 n.a..4% n.a. 6.1% Short Bias 3 n.a..9% n.a. -5.6% Commodities Commodities (CRB) % -3.4% -2.9% -11.9% Gold (Troy Ounce) 1'24-3.% 1.8% 4.4% -1.1% Oil (Brent, Barrel) % 14.5% 3.2% -49.7% Currencies USD 94.5.% 2.8% 4.7% 12.8% EUR % -4.3% -6.4% -12.% GBP %.4% -2.3% -5.9% CHF.92.5% 9.8% 7.6% -1.2% JPY % -.2%.9% -12.1% Source : Bloomberg Momentum (1-week / 1-month / 3-month) Performance (Negative \ Positive) 8/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

9 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 9/1

10 INFORMATION JURIDIQUE IMPORTANTE Ce document a été préparé par EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A., 18 rue de Hesse, 124 Genève, Suisse, une banque suisse agréée et réglementée par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA. Il vous est remis à titre d information uniquement et ne constitue ni ne contient aucune incitation ou offre d achat ou de cession de quelque valeur mobilière ou instrument financier que ce soit et ne saurait vous délier de la nécessité de former votre propre jugement en fonction de vos objectifs spécifiques d investissement. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. ne fournit aucune garantie quant à l exactitude et à l exhaustivité du présent document. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans ce document reflètent le sentiment de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession. Le contenu de ce document peut s avérer ne plus être actuel ou pertinent au moment où vous en prenez connaissance, notamment eu égard à la date de publication de ce document ou en raison de l évolution des marchés. Tout placement comporte des risques, en particulier des risques de fluctuation des cours et des rendements. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Nous vous recommandons d examiner le contenu de ce document avec votre conseiller financier, afin de vous assurer de sa possible adéquation avec votre situation, compte tenu de vos objectifs d investissement, de votre profil de risque, de votre situation personnelle, financière, réglementaire et fiscale, et afin de vous permettre de vous forger une opinion autorisée. Ce document ne s adresse pas aux personnes soumises à une législation leur interdisant l accès à de telles informations du fait de leur nationalité ou de leur domicile. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. ne saurait être engagée pour une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base des commentaires et analyses contenus dans le présent document, ou en cas de réclamations ou de poursuite judiciaire de la part d un tiers fondé sur l utilisation ou la distribution de ce document. La reproduction intégrale ou partielle de ce document, ou sa distribution à tout tiers, sans l accord écrit préalable de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. est interdite. Copyright EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz 2 13 LAUSANNE Suisse T Rue de Morat FRIBOURG Suisse T /1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 2 JANVIER 215 CONCLUSIONS : Suisse : la BNS déterre la hache de guerre Marchés : comment en profiter? SUISSE LA BNS DETERRE LA HACHE DE GUERRE Le 15 janvier 215, la

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 27 JUIN 2016 CONCLUSIONS : Marchés : Brexit la voie de l incertitude La persistance de l incertitude politique devrait favoriser les comportements d aversion

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 17 th November Interconnection BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 23 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs regardent la bourse chinoise avec des lunettes roses Chine : l économie ralentit

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui!

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! Point de vue macroéconomique Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! par Bruno Jacquier Bonne surprise pour l économie Suisse! Alors que nous redoutions une stagnation, le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 4,14% : 1,63% Bonne performance en juillet et en septembre Nouvelle augmentation des liquidités Progression de la quote-part du franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 14 DECEMBRE 215 CONCLUSIONS : Marchés : l heure du dénouement approche Chine : le yuan s affranchit progressivement du dollar États-Unis : l investissement

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 5,76% : 1,56% Exigences de la LPP dépassées de plus de 4% Bonne performance essentiellement induite par les actions Légère baisse de

Plus en détail

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8 HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 SEPTEMBRE 213 CONCLUSIONS : États-Unis : les rendements du Trésor à 3%! L'euro est affaibli par les inquiétudes de Mario Draghi et par la situation géopolitique en Syrie Le franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU ER JUIN 5 CONCLUSIONS : Suisse : un pied en récession, l autre en expansion Emergents : les revers d une devise forte SUISSE UN PIED EN RÉCESSION, L AUTRE

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MAI 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 JUILLET 1 CONCLUSIONS : Marchés : c'est au tour de la Réserve Fédérale de relever la complaisance excessive des investisseurs Europe : la croissance est montrée

Plus en détail

Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière

Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière Private Banking Investment Banking Asset Management Le crédit lombard. Une solution de financement flexible et intéressante. Vous avez besoin

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 OCTOBRE 15 CONCLUSIONS : États-Unis : aurons-nous droit à la révolution d octobre? Emergents : comparaison est raison ÉTATS-UNIS AURONS-NOUS DROIT A

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 11 AVRIL 2016 CONCLUSIONS : Marchés : le franc suisse peut-il chuter "naturellement"? La BNS a pris le relais des entreprises suisses, qui ont cessé de

Plus en détail

LE FOREX. www.tradafrique.com 1

LE FOREX. www.tradafrique.com 1 LE FOREX www.tradafrique.com 1 I) La définition du forex Le Forex, est un terme désignant le Marché des Changes, un marché sur lequel sont échangées les devises internationales. En raison de son volume

Plus en détail

OFI Bond Allocation Gestion obligataire flexible et dynamique sous contrainte de risque

OFI Bond Allocation Gestion obligataire flexible et dynamique sous contrainte de risque CONFÉRENCE OFI INNOVATIONS ET RECOMMANDATIONS 2015 OFI ASSET MANAGEMENT OFI Bond Allocation Gestion obligataire flexible et dynamique sous contrainte de risque Yannick LOPEZ Directeur des gestions Taux

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Enquête change-produits dérivés de gré à gré d avril 2001 Analyse des chiffres pour la France

Enquête change-produits dérivés de gré à gré d avril 2001 Analyse des chiffres pour la France Enquête change-produits dérivés de gré à gré d avril 2001 Analyse des chiffres pour la France L enquête internationale sur les transactions de change et de produits dérivés de gré à gré est effectuée tous

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 MAI 2015 CONCLUSIONS : Marchés : Janet Yellen dans les pas d Alan Greenspan Obligations : comment expliquer la récente hausse des taux? Emergents : la relation

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

BORA, système de DayTrading

BORA, système de DayTrading BORA, système de DayTrading Par Eole Trading. Présentation Bora est un système de trading quotidien dont les positions ne sont valables que 24h. Son but est de saisir des accélérations à la hausse ou à

Plus en détail

Investir je connais mon banquier je connais mon banquier. Dynamisez votre capital avec des fonds de placement expérimentés et résistants

Investir je connais mon banquier je connais mon banquier. Dynamisez votre capital avec des fonds de placement expérimentés et résistants Dynamisez votre capital avec des fonds de placement expérimentés et résistants Investir Vous souhaitez dynamiser votre capital en accédant aux meilleurs fonds de placement mondiaux? Vous voulez vous assurer

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

-.! / * 0' / '+ 2 -# (+) 3 4/ $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - + -# 6 0 / 1 -. 3+ +*0 % ()"+ 0'*. * -/# $ + * &

-.! / * 0' / '+ 2 -# (+) 3 4/ $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - + -# 6 0 / 1 -. 3+ +*0 % ()+ 0'*. * -/# $ + * & #$ & '()* *+ #, -. &# * 0' '+ +0& + $-#, + #, 2 -# (+) 3 4 $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - '-* + -# 6 0-0&+ -. 3+ +*0 #+' + ()+ 0'*. +# LE POINT SUR LES MARCHÉS 7&8, && - +# 9 + #, : ;* '# < ** + *. * & *#

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Plan de versement souple, avec garantie

Plan de versement souple, avec garantie TwinStar Income Plus / TwinStar Income Plan de versement souple, avec garantie Avec TwinStar Income Plus et TwinStar Income, AXA vous offre une solution de prévoyance sûre et dotée d un potentiel de rendement

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement db Best Strategy Notes Le meilleur scénario pour votre investissement Garantie de la meilleure stratégie Investissement diversifié Coupon de maximum 25% brut* à l échéance Courte durée : 2 ans et demi

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Désorienté.

Plus en détail

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 19 avril 2010 N 1 LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE Le Centre Sud a publié un rapport qui analyse les faiblesses et les

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Dynamique

Plus en détail

Plan de versement souple, avec garantie/

Plan de versement souple, avec garantie/ TwinStar Income Plus / TwinStar Income Plan de versement souple, avec garantie/ Avec TwinStar Income Plus et TwinStar Income, AXA vous offre une solution de prévoyance sûre e dotée d un potentiel de rendement

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE JANVIER 2016 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 26 JANVIER 2015 CONCLUSIONS : Marchés : faut-il miser sur le noir, pour être contrariant, ou sur le vert, pour être consensuel? Europe : en accentuant sa phase de

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité Quand liquidité rime avec sécurité Plus de souplesse grâce au factoring. Votre entreprise va connaître une croissance organique, vous souhaitez vous développer à l étranger ou simplement accroître votre

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Se poser quelques questions : Dans quel pays vais-je vivre? Quels seront mes besoins (somme à évaluer / an)? Que veux-je faire

Plus en détail

Swiss Life Flex Save Invest. Garantie et opportunités de rendement attrayantes

Swiss Life Flex Save Invest. Garantie et opportunités de rendement attrayantes Swiss Life Flex Save Invest Garantie et opportunités de rendement attrayantes Assurer sa prévoyance avec garantie et opportunités de rendement attrayantes Swiss Life Flex Save Invest 3 Profitez d une solution

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext. p. 2 Index 1. Introduction 3 2. Options sur devises 4 Trois contrats d options sur devises 4 Pourquoi

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR. TAILOR CREDIT RENDEMENT CIBLE OPCVM géré par TAILOR CAPITAL Part C (Euro) CODE ISIN: FR0010952432

INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR. TAILOR CREDIT RENDEMENT CIBLE OPCVM géré par TAILOR CAPITAL Part C (Euro) CODE ISIN: FR0010952432 INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux.

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa) Anticipation Bond 06 II STRATÉGIE p. Pendant une durée de 6 ans, Crédit Agricole CIB Anticipation Bond 06 II vous permettra de profiter d une éventuelle remontée des taux

Plus en détail

SAF GBMN 300 USD Classe G

SAF GBMN 300 USD Classe G Reporting mensuel juin 2010 Valeur liquidative Performances Global Bond Market Neutral Millions USD Encours du fonds 487 Capit. : 16245.41 USD Sur 1 mois : 0.26% Fonds luxembourgeois 364 Depuis le 28/06/01

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique

Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique 2013-09-05 Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique En avril 2013, cinquante-trois banques centrales et autorités monétaires, dont la Banque

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 04 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : L après Brexit L activisme des banques centrales en cas d envolée de l incertitude politique liée

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Jaume Sabater Gérant, Département Fonds de Placement Swiss Real Estate Funds Day Janvier 2013 Mise en place d une philosophie d investissement et facteurs d influence

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

Risque ou rendement :

Risque ou rendement : Risque ou rendement : un choix essentiel! 1. Votre profil de risque constitue la pierre angulaire d un bon conseil en investissement. Le service de conseil en investissement personnalisé de KBC se base

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Évolution

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS AVRIL 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS PLACEMENT ATHENA AUTO MAI 2015 Pourquoi bienprévoir.fr est «positif» sur l industrie

Plus en détail