LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN"

Transcription

1 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN Avis du 23 septembre 2013 N 1 Chambre SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire (Loiret) SAISINE DU PREFET DU LOIRET Article 4 de la loi n du 31 décembre 2012 de finances rectificatives pour 2012 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN Vu le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L et L ; Vu le code des juridictions financières ; Vu la loi n du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012 et notamment son article 4 ; Vu les lois et règlements relatifs aux budgets et à la comptabilité des communes, de leurs groupements et de leurs établissements publics ; Vu la lettre du 8 août 2013, enregistrée au greffe le 9 août 2013, par laquelle le préfet du Loiret a saisi la chambre régionale des comptes du Centre, Limousin d une demande présentée le 25 juillet 2013 par le SYndicat mixte Central de Traitement des Ordures Ménagères (SYCTOM) des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire sollicitant l aide financière du fonds de soutien mis en place par l article 4 de la loi n du 29 décembre 2012, ensemble les contrats d emprunt à l appui ; Vu la lettre en date du 13 août 2013 par laquelle le président de la chambre régionale des comptes du Centre, Limousin a informé le président du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire de la saisine de la chambre et l a invité à formuler ses observations soit par écrit, soit oralement ; Vu les lettres en date du 13 août 2013 par lesquelles le président de la chambre régionale des comptes du Centre, Limousin a informé les présidents du Syndicat Intercommunal de Collecte et Traitement des Ordures Ménagères (SICTOM) de la région de Châteauneuf-sur-Loire et du Syndicat MIxte de Collecte et Traitement des Ordures Ménagères (SMICTOM) des cantons de Gien, Châtillon-Coligny, Briare et Châtillon-sur- Loire, membres du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf sur Loire, de la saisine de la chambre par le préfet du Loiret ;

2 2 Vu l ensemble des éléments transmis par le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire, notamment les documents budgétaires relatifs aux exercices 2010 à 2013, par lettre en date du 22 août 2013, enregistrée le 23 août suivant au greffe de la chambre, ainsi que les projections financières pluriannuelles ; Vu les conclusions du procureur financier ; Après avoir entendu M me rapport ; Isabelle Montès-Derouet, première conseillère, en son 1. Sur la recevabilité de la saisine Considérant que la loi n du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012 a institué un fonds de soutien aux collectivités territoriales et à leurs groupements ayant contracté des emprunts structurés avant la promulgation de la loi ; que ce fonds «a pour objet l'octroi d'une aide aux collectivités territoriales et à leurs groupements pour lesquels, après des efforts portant sur leurs recettes et leurs dépenses, le coût de refinancement de leurs emprunts structurés, afin d'en diminuer le risque, porterait durablement atteinte à l'équilibre de leur budget tel que défini aux articles L et L du code général des collectivités territoriales. Les collectivités souhaitant s'inscrire dans ce dispositif doivent en faire la demande avant le 30 septembre 2013 auprès du représentant de l'etat dans le département, qui saisit pour avis la chambre régionale des comptes compétente. Celle-ci se prononce dans un délai d'un mois sur la capacité de la collectivité à prendre en charge financièrement le coût de refinancement de ses emprunts. Ces versements sont conditionnés à la signature, avant le 31 décembre 2013, d'une convention entre le représentant de l'etat dans le département et la collectivité territoriale ou le groupement bénéficiaire. Cette convention doit notamment comporter le montant de la subvention et son échelonnement ainsi que le plan pluriannuel de retour à l'équilibre auquel s'engage la collectivité ou le groupement. Le projet de convention peut être soumis pour avis à la chambre régionale des comptes compétente qui dispose d'un délai d'un mois pour se prononcer sur ses stipulations. La signature du représentant de l'etat dans le département ne peut intervenir qu'après publication d'un arrêté conjoint du ministre de l'intérieur et des ministres chargés des collectivités territoriales et du budget qui fixe le montant des aides.» CONSIDERANT que par un courrier en date du 25 juillet 2013 adressé au préfet de la région Centre, préfet du Loiret, le président du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire (Loiret), a sollicité l aide du fonds de soutien institué par la loi de finances rectificative pour 2012 ; que l aide demandée, non chiffrée, est destinée au financement du coût supporté pour la réduction du risque d un emprunt structuré de 2,5 M, contracté en 2007 par le SYCTOM ; CONSIDERANT que par courrier du 8 août 2013, enregistré au greffe de la chambre le 9 août suivant, le préfet du Loiret a saisi la chambre régionale des comptes afin qu elle se prononce, conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l article 4 de la loi n du 29 décembre 2012, sur la capacité du groupement à prendre en charge financièrement le coût de refinancement de cet emprunt ;

3 3 CONSIDERANT que le délai d un mois dont la chambre disposait pour rendre son avis a couru à compter du 23 août 2013, date à laquelle la chambre a pu disposer de l ensemble des documents nécessaires à l instruction de la saisine ; CONSIDERANT qu aucune condition de délai n est imposée au représentant de l Etat pour saisir la chambre ; que la saisine est présentée pour le préfet du Loiret, sans qu il soit besoin de statuer sur la délégation de signature en application de laquelle le secrétaire général de la préfecture aurait signé la lettre de saisine, eu égard à la situation de compétence liée dans laquelle se trouve le préfet pour saisir la chambre sur le fondement de l article 4 de la loi de finances rectificative pour 2012 ; que la saisine de la chambre porte sur le coût du refinancement d un emprunt structuré, au sens de la circulaire interministérielle n IOCB C du 25 juin 2010 relative aux produits financiers offerts aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics ; que cet emprunt a été contracté antérieurement à l entrée en vigueur de la loi ; que le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire, qui a renoncé, par délibération en date du 11 juin 2013, à toute action contentieuse à l encontre de l organisme bancaire auprès duquel l emprunt structuré a été souscrit, justifie de la renégociation et du refinancement dudit emprunt ; qu il s ensuit que la saisine est recevable ; 2. Sur le refinancement CONSIDERANT que la chambre est saisie du refinancement d un emprunt d un montant de 2,5 M, contracté le 15 mai 2007 (reçu en préfecture le 16 mai 2007), souscrit auprès du groupe Caisse d Epargne Loire Centre Crédit foncier de France ; que ce contrat, basé sur un indice hors zone euro (classé «hors charte Gissler») comprenant deux phases d amortissement sur une durée totale de 23 ans, avait été conclu aux conditions suivantes : le taux applicable pendant la première phase, d une durée de cinq ans, était fixé à 3,69 % ; le taux applicable pendant la seconde phase, d une durée de dix-huit ans à compter du 25 octobre 2012, était indexé sur la variation du taux de change Euro/CHF, selon la formule suivante : [si 1 > ou = 1,45 CHF, le taux est égal à 3,69 % ; si 1 < ou = 1,45 CHF, le taux est égal à 3,69 % + 50 % * [(1,45 taux de change Euro/CHF) / taux de change Euro/CHF] ; CONSIDERANT que le SYCTOM a demandé, en mars 2013, à l organisme bancaire de réaliser une simulation de l emprunt structuré à l horizon 2030 sur la base du taux de change Euro/Franc suisse (CHF) connu au 25 octobre 2012, date de démarrage de la seconde phase de l emprunt structuré, soit 1,20 ; que l application de l indice construit sur la variation du taux de change Euro/CH conduisait, dans cette simulation, à un taux de 14,11 % ; que, dès avant l exigibilité au 25 octobre 2013 de l échéance annuelle déterminée par application de cet indice, ce niveau de taux a conduit le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire à négocier le refinancement de cet emprunt ; qu après avoir renoncé à toute action contentieuse, le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire a passé à cet effet, le 8 juillet 2013, deux contrats (reçus en préfecture le 11 juillet) avec le même groupe Caisse d Epargne Loire Centre Crédit foncier de France ;

4 4 CONSIDERANT que le premier contrat d emprunt, présenté comme un avenant au contrat initial du 15 mai 2007, a pour objet le réaménagement des conditions de l emprunt structuré pour le capital restant dû d un montant de ,34 au 25 octobre 2012 ; que ce nouvel emprunt est assis, pour une durée de 18 ans, sur un taux fixe de 5,20 % avec des échéances annuelles ; qu il prévoit en outre le versement par l emprunteur d une indemnité d un montant de , due au titre du réaménagement de l emprunt structuré, dont à verser par autofinancement à la date du 30 août 2013, le solde devant être financé dans le cadre d un second emprunt ; que l avenant au contrat initial stipule, en effet, que son entrée en vigueur est subordonnée à la souscription concomitante d un second emprunt de auprès du même organisme bancaire ; CONSIDERANT que par un second contrat, le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire a souscrit un nouvel emprunt de , d une durée de 10 ans, assorti d un taux fixe de 3,03 % ; qu aux termes de ce contrat, cet emprunt a pour objet de financer, à hauteur de , le programme d investissement du SYCTOM et, à hauteur de , le paiement du solde de l indemnité de retrait anticipé mise à la charge du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire ; que dans les faits, les parties ont procédé à une contraction de la somme de à verser par le SYCTOM au titre de l indemnité de retrait anticipé et du montant du prêt consenti par la banque pour son financement ; CONSIDERANT que l objectif de réduction du risque financier pesant sur la collectivité du fait de son emprunt structuré initial est atteint, le refinancement ayant permis de soustraire du produit structuré l intégralité du capital restant dû s élevant à la somme de ,34 ; CONSIDERANT qu il convient de fixer le coût de refinancement de l emprunt structuré à la somme de 1 M, intégrant le montant de l indemnité de retrait anticipé de ainsi que les charges d intérêt afférentes à l emprunt de finançant en partie l indemnité mise à la charge du SYCTOM, à l exclusion de l évolution des charges d intérêt consécutives au réaménagement de l emprunt structuré ; 3. Sur les efforts consentis par le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire sur ses recettes et dépenses CONSIDERANT que le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire, qui regroupe deux syndicats intercommunaux, le SICTOM de la région de Châteauneuf-sur-Loire et le SMICTOM des cantons de Gien, Châtillon-Coligny, Briare et Châtillon-sur-Loire, a pour objet, aux termes de l article 2 de ses statuts «( ) le transfert et le traitement des déchets collectés par les groupements de communes ( ), ainsi que le transfert et la mise en décharge des sous-produits résultant de l incinération. En principe, le mode de traitement retenu est l incinération avec valorisation énergétique ( )» ; CONSIDERANT que l exploitation des différentes installations de traitement des déchets ménagers résiduels collectés par les deux syndicats membres, que sont la station de transit des déchets, l installation de stockage des déchets non dangereux, la plateforme de compostage des déchets végétaux et l usine de valorisation énergétique ainsi que les opérations de transferts des déchets entre l usine d incinération et le centre d enfouissement, a été confiée à des prestataires privés opérant dans le cadre de marchés publics de service et d une délégation de services publics pour la gestion de l installation de stockage des déchets non dangereux ;

5 5 CONSIDERANT que la capacité de traitement de l usine de valorisation énergétique de tonnes autorisée par arrêté préfectoral sur la commune d Arrabloy n a jamais été atteinte depuis sa mise en service en 1999 ; que le plan départemental d élimination des déchets ménagers et assimilés du Loiret, adopté par délibération du 15 avril 2011 par l assemblée départementale, fait état de la surcapacité de l unité de traitement au regard des besoins de traitement par incinération, de l ordre de tonnes, et préconise «l'incinération d autres déchets (encombrants incinérables, déchets industriels banals, déchets extérieurs au périmètre du plan, voire déchets de soins pour les incinérateurs de Arrabloy et Saran)» ; CONSIDERANT que pour remédier à cette situation, amplifiée par le constat sur le premier semestre 2013, d une réduction des déchets ménagers collectés par le SICTOM de la région de Châteauneuf-sur-Loire, le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire s emploie à diversifier la nature des déchets à traiter en étendant son activité auprès de collectivités extérieures au périmètre du plan départemental d élimination des déchets ménagers et assimilés du Loiret et en recherchant de nouveaux gisements de déchets auprès des entreprises et des établissements hospitaliers ; CONSIDERANT qu en revanche le niveau de contribution appelé auprès des deux syndicats membres n a que faiblement progressé ; qu il résulte en effet de l instruction que les contributions des syndicats membres appelées par le SYCTOM, qui représentent 77 % des produits de gestion en 2012, se caractérisent par une très grande stabilité, celles-ci n ayant évolué de 2009 à 2012 qu à un rythme moyen annuel de 0,4 %, sans que cette absence de progression, qui ne suit pas l évolution des charges de gestion, trouve une justification dans la situation financière des syndicats membres ; CONSIDERANT, toutefois, que si les efforts ainsi consentis sont sources de nouvelles recettes pour le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire, ils ne constituent pas une réponse à l incidence du coût du refinancement de l emprunt structuré, mais à des difficultés préexistantes, d ordre structurel ; qu en outre, le SYCTOM dispose, en l état actuel des contrats d exploitation en cours, de faibles marges de manœuvre sur l évolution de ses dépenses de fonctionnement, lesquelles sont constituées essentiellement des redevances versées aux exploitants des différentes installations de traitement ; CONSIDERANT que les projections financières à moyen terme produites par le SYCTOM, ne sont pas fondées sur les réalisations de 2012, s agissant des charges à caractère général et des produits de services, et qu elles n intègrent ni la nouvelle annuité de la dette issue de la renégociation de l emprunt structuré ni le versement de l indemnité de retrait anticipé de ; qu elles ne sont pas en outre en concordance avec l état de consommation des crédits réalisés au 17 septembre 2013 ; que la chambre s est, dans ces conditions, fondée sur un scénario partant du réalisé 2012 ainsi que de l état de consommation des crédits au 17 septembre 2013, en appliquant cependant sur ces nouvelles bases les taux de progression des charges à caractère général, des produits de services et des contributions des syndicats membres proposés par le SYCTOM ;

6 6 4. Sur l équilibre du budget du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire CONSIDERANT qu il convient d examiner les conséquences éventuelles du refinancement de l emprunt structuré sur l'équilibre du budget du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire «tel que défini aux articles L et L du code général des collectivités territoriales» aux termes de l article 4 de la loi du 29 décembre 2012 précitée ; CONSIDERANT qu aux termes de l article L du code général des collectivités territoriales : «Le budget de la collectivité territoriale est en équilibre réel lorsque la section de fonctionnement et la section d'investissement sont respectivement votées en équilibre, les recettes et les dépenses ayant été évaluées de façon sincère, (..)» ; que cet équilibre s apprécie budget par budget et section par section ; qu il ressort de l examen des documents budgétaires pour 2013 (budget primitif et décision modificative) transmis à la chambre que chacune des sections du budget du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire a été votée en équilibre ; CONSIDERANT par ailleurs que le budget n est en équilibre réel que lorsque «le prélèvement sur les recettes de la section de fonctionnement au profit de la section d'investissement, ajouté aux recettes propres de cette section, à l'exclusion du produit des emprunts, et éventuellement aux dotations des comptes d'amortissements et de provisions, fournit des ressources suffisantes pour couvrir le remboursement en capital des annuités d'emprunt à échoir au cours de l'exercice» ; qu il apparaît que le budget 2013 de l établissement, tel qu arrêté par la décision modificative adoptée le 11 juin 2013 aux fins d y intégrer le coût de refinancement de l emprunt structuré, ne remplit pas cette condition ; qu il résulte en outre de la projection à l horizon 2017 réalisée à partir de la consommation réelle des crédits constatée au 17 septembre 2013 et sur laquelle ont été appliqués les taux de progression des charges à caractère général estimés par le SYCTOM, que cette condition ne serait pas davantage respectée ; CONSIDERANT qu aux termes de l article L du code général des collectivités territoriales, il y a déficit «lorsque l'arrêté des comptes des collectivités territoriales fait apparaître dans l'exécution du budget, après vérification de la sincérité des inscriptions de recettes et de dépenses, un déficit égal ou supérieur à 10 % des recettes de la section de fonctionnement s'il s'agit d'une commune de moins de habitants et à 5 % dans les autres cas» ; CONSIDERANT que les comptes du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire de l exercice 2012 sont arrêtés à en dépenses et en recettes ; que les résultats de l exercice figurant au compte administratif sont constitués du déficit ou de l'excédent réalisé de chacune des deux sections ainsi que des restes à réaliser en dépenses et en recettes de la section d investissement ; qu il résulte de la prise en compte des restes à réaliser de l exercice 2012 un excédent de ; qu il ressort en outre de la projection à l horizon 2017 réalisée à partir de la consommation réelle des crédits constatée au 17 septembre 2013 et sur laquelle ont été appliqués les taux de progression des charges à caractère général estimés par le SYCTOM, que cette condition serait amplement respectée, toutes choses égales par ailleurs ;

7 7 5. Sur la situation financière du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire et sa capacité à supporter le coût du refinancement CONSIDERANT que l endettement du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur- Loire s élève à à la clôture de l exercice 2012 ; que cet encours, après intégration du refinancement de l emprunt structuré ainsi que de la souscription de l emprunt de , devrait être ramené, toutes choses égales par ailleurs, au 31 décembre 2013 à la somme de ; que la capacité de désendettement du SYCTOM, au regard de l évolution de la capacité d autofinancement brute (CAF) issue de la projection établie à l horizon 2017 à partir de la consommation réelle des crédits constatée au 17 septembre 2013 devrait s améliorer, le nombre d années de CAF nécessaires pour amortir la totalité de la dette passant de huit années en 2013 à trois années en 2017 ; qu il s ensuit que la structure de la dette ne semble pas être porteuse de risques majeurs pour l avenir ; CONSIDERANT qu il résulte de l instruction que le SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire a d ores et déjà supporté l intégralité du paiement de l indemnité de retrait anticipé de , sans que cette dépense ne dégrade significativement son résultat de fonctionnement, lequel peut être estimé, au regard de la consommation réelle des crédits constatée au 17 septembre 2013, de l ordre de 1,5 M ; CONSIDERANT que, dans la projection assise sur l état de consommation des crédit au 17 septembre 2013 ainsi que sur une programmation d investissements de faibles montants, telle qu envisagée par le SYCTOM, l épargne brute, estimée à 2,3 M en 2013, soit un niveau équivalent à celui de l exercice 2012, permettrait de couvrir le remboursement de la dette en capital ; que la progression continue de la charge de l amortissement du capital de la dette, qui s établirait en 2017 à près de 2,5 M, ne permettrait toutefois de dégager qu un niveau relativement modeste d autofinancement, celui-ci s établissant à en 2017 ; CONSIDERANT que si la charge de l amortissement du capital de la dette, que le SYCTOM supportait dès avant le refinancement de l emprunt structuré, s alourdit et devient de nature à causer un possible déséquilibre des comptes au sens de l article L du code général des collectivités territoriales sur la période courant de 2013 à 2018, il ressort du profil d extinction de la dette du groupement que cette difficulté, en l absence de la souscription de tout nouvel emprunt d importance, sera résorbée à l horizon 2019 ; qu en tout état de cause, si le budget du SYCTOM devait être regardé, au cours de la période à venir, comme n étant pas en équilibre réel du fait de l insuffisance des ressources propres pour couvrir l annuité de la dette, ce déséquilibre devra être comblé par un effort sur les dépenses et recettes d exploitation, notamment par une augmentation temporaire, non consentie jusqu alors, du niveau des participations versées par les deux syndicats intercommunaux membres du SYCTOM ; CONSIDERANT que l analyse de la situation financière du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire révèle que l équilibre budgétaire au sens des articles L et L du CGCT n est pas durablement atteint par le seul coût du refinancement de son emprunt structuré ; que le groupement dispose de marges de manœuvre financières, tant au niveau des produits de ses services que des contributions de ses syndicats membres, qui devraient lui permettre de supporter l accroissement temporaire de la charge de sa dette ;

8 8 CONSIDERANT qu il résulte de l examen par la chambre de la situation financière du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire que le coût de refinancement de son emprunt structuré ne porte pas durablement atteinte à l équilibre de son budget ; PAR CES MOTIFS, DECLARE recevable la saisine du préfet du Loiret, sur le fondement des dispositions de l article 4 de la loi n du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour CONSTATE que le coût de refinancement de son emprunt structuré ne porte pas durablement atteinte à l équilibre du budget du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire et peut être supporté par le syndicat en exploitation et au besoin par des efforts à consentir par ses membres. DIT que le présent avis sera notifié au préfet du Loiret et au président du SYCTOM des régions de Gien et Châteauneuf-sur-Loire. Fait et délibéré par la chambre régionale des comptes de Centre, Limousin, le vingt-trois septembre deux mille treize. Présents : M. Pierre Rocca, président, M. Dominique Gillier, président de section, M. Guy Duguépéroux, président de section, M. Bertrand Volpette, premier conseiller, Mme Annick Nenquin, première conseillère, Mme Carole Collinet, première conseillère, M. Marc Tirvaudey, premier conseiller, Mme Sonia Lavoux-Fontaine, première conseillère et Mme Isabelle Montès-Derouet, première conseillère rapporteure. La première conseillère rapporteure Le président Isabelle MONTÈS-DEROUET Pierre ROCCA Collationné, certifié conforme à la minute étant au greffe de la chambre régionale des comptes du Centre, Limousin et délivré par moi, secrétaire général. Le secrétaire général Stéphane BLANCHET

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

AVIS. COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013. Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe GPU bâtiment K43

AVIS. COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013. Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe GPU bâtiment K43 (095003.018) 6 ème section N /G/106/A-20 Séance du 15 juillet 2014 RECOMMANDE AVEC A.R AVIS COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013 Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, VU le code général des collectivités territoriales ;

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE SYNDICAT MIXTE D ELECTRICITE DE LA GUADELOUPE (SYMEG) BUDGET PRIMITIF 2012 Article L. 1612-5 et L. 1612-20 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

AVIS. VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1612-14 et L. 1612-20, R. 1612-27 à R. 1612-29 et R.

AVIS. VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1612-14 et L. 1612-20, R. 1612-27 à R. 1612-29 et R. Première section SYNDICAT DE LA BELLE ETOILE Syndicat d études, de réalisation et de gestion d une station d épuration (Sarthe) Article R. 1612-31 (L. 1612-14) du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de Seine (77) Budget primitif 2005. Article L. 1612-2 du Code général des collectivités territoriales

Communauté de communes du Pays de Seine (77) Budget primitif 2005. Article L. 1612-2 du Code général des collectivités territoriales S2 2050324 / VA (077 004 922) 4 ème section N /G/100/n A.40 Séance du 8 juillet 2005 RECOMMANDE AVEC A.R. Communauté de communes du Pays de Seine (77) Budget primitif 2005 Article L. 1612-2 du Code général

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

ENDETTEMENT DES COMMUNES

ENDETTEMENT DES COMMUNES ENDETTEMENT DES COMMUNES PROBLEME L'emprunt constitue une ressource indispensable pour le développement des communes. Cependant, décider du recours à l'emprunt sans tenir compte des limites assignées à

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES Date d envoi à fin de notification : 06/06/2013 Date de communicabilité : 21/06/2013 ROD.0565 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES Commune de Mers-les-Bains (Département de la Somme) SUIVI DE LA REPONSE

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Société KONICA MINOLTA BUSINESS SOLUTIONS France C/ Commune de NOISY-LE-SEC (93)

Société KONICA MINOLTA BUSINESS SOLUTIONS France C/ Commune de NOISY-LE-SEC (93) 10-UC-5036/S3/2070305/MC/SH 1/5 093 022 053 1ère section N /G/96/n A. 20 Séance du 15 juin 2007 RECOMMANDE AVEC A.R. Société KONICA MINOLTA BUSINESS SOLUTIONS France C/ Commune de NOISY-LE-SEC (93) Budget

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES, Vu le code général des collectivités territoriales, et notamment son article L.

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES, Vu le code général des collectivités territoriales, et notamment son article L. Avis n 2015-0117 Séance du 02 avril 2015 Commune d AUSSEING Département de la Haute-Garonne Trésorerie de SALIES-DU-SALAT Article L. 232-1 du code des juridictions financières Article L. 1612-15 du code

Plus en détail

OFFICE DES TRANSPORTS DE LA CORSE (OTC) (CORSE-DU-SUD) ARTICLE L. 1612-5 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

OFFICE DES TRANSPORTS DE LA CORSE (OTC) (CORSE-DU-SUD) ARTICLE L. 1612-5 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OFFICE DES TRANSPORTS DE LA CORSE (OTC) (CORSE-DU-SUD) ARTICLE L. 1612-5 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES REFERENCE : SAISINE N 2013/003 Bis SEANCE DU 22 JUILLET 2013 A V I S Par lettre

Plus en détail

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Articles L 1612-4 et 5 du code général des

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2010-616 DC du 10 novembre 2010 (Loi organique relative à la gestion de la dette sociale) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le 27 octobre 2010, par le Premier ministre, conformément aux

Plus en détail

IV - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE

IV - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE A2.1 Nature (Pour chaque ligne, indiquer le numéro de contrat) A2.1 - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE (1) Montant des

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT Chambre Régionale des Comptes du Centre, Limousin Commune de Châteauroux 036 010 044 Exercices 2008 et 2009 Audience publique du 25 septembre 2013 Jugement n 2013-0012 Lecture publique en date du 17 octobre

Plus en détail

Commune de Grigny (91)

Commune de Grigny (91) 10-UC-0220/S3/2100097/MC 1/5 1ère SECTION N /G/171/n A. 4 Séance du 30 mars 2010 RECOMMANDÉ AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S La

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

VU la loi n 63-156 du 23 février 1963 portant loi de finances pour 1963 ;

VU la loi n 63-156 du 23 février 1963 portant loi de finances pour 1963 ; HOPITAL LOCAL SAINT-LOUIS à SAINT-GEORGES-SUR-LOIRE Trésorerie de Saint-Georges-sur-Loire 049 024 Département de Maine et Loire Exercices : 2004 à 2008 Jugement n 2011-0016 Audience publique du 16 novembre

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE L'analyse financière rétrospective, réalisée en octobre 214, par le trésorier du Centre des Finances Publiques de Felletin, concerne la période

Plus en détail

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X Logement-ville ET DE LA VILLE Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL D OCTROI DES GARANTIES COMMUNAUTAIRES D EMPRUNT

REGLEMENT GENERAL D OCTROI DES GARANTIES COMMUNAUTAIRES D EMPRUNT REGLEMENT GENERAL D OCTROI DES GARANTIES COMMUNAUTAIRES D EMPRUNT Cadre légal régissant l octroi des garanties d emprunts par les établissements publics de coopération intercommunale :... 2 Exposé des

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 46690 RECEVEURS DES IMPOTS DE MEURTHE-ET-MOSELLE RECETTE PRINCIPALE DES IMPOTS DE NANCY SUD-OUEST Exercices 1999 à 2003 Rapport n 2006-144-2 Audience

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Chambre Opérations présumées constitutives de gestion de fait des deniers publics de la région Picardie. régionale de la région Picardie (80)

Chambre Opérations présumées constitutives de gestion de fait des deniers publics de la région Picardie. régionale de la région Picardie (80) Chambre Jugement n 2013-0028 Opérations présumées constitutives de gestion de fait des deniers publics de la région Picardie Poste comptable de la paierie régionale de la région Picardie (80) Exercices

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Fiche n 14 : Le rapport Financier

Fiche n 14 : Le rapport Financier DGOS DGFiP Novembre 2014 Fiche n 14 : Le rapport Financier Objet de la fiche Cette fiche a pour objet de présenter le contenu du rapport financier prévu à l'article R. 6145-44 du Code de la Santé publique

Plus en détail

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE R E S S O U R C E S DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE Finances PR/MB CONSEIL MUNICIPAL 5 décembre 2011 Par délibérations des

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015. FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015. FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015 POINT FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS La décision de recourir à l emprunt relève de la compétence du

Plus en détail

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE SAINT-MARTIN,

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE SAINT-MARTIN, CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE SAINT-MARTIN COLLECTIVITE D OUTRE-MER DE SAINT-MARTIN (37 163 habitants) BUDGET PRIMITIF 2012 Article LO 6362-4 du code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS 620105bis DECF SESSION 2006 GESTION FINANCIERE Eléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006-Gestion financière CORRIGÉ 1/10 DOSSIER

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 7/07 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 26 mars 2010 Commission n 7 Finances DIRECTION DES FINANCES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL N 7/07 OBJET : Demande de garantie d'emprunt présentée

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 512

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 512 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 512 Renégociation de divers s de prêts M. LE MAIRE, Rapporteur : Conformément à la stratégie de gestion active de dette définie dans la délibération du 16 décembre

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES FORMULÉES PAR LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE FRANCHE-COMTÉ SUR LA GESTION DE LA COMMUNE DE PETIT NOIR (JURA)

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES FORMULÉES PAR LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE FRANCHE-COMTÉ SUR LA GESTION DE LA COMMUNE DE PETIT NOIR (JURA) RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES FORMULÉES PAR LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE FRANCHE-COMTÉ SUR LA GESTION DE LA COMMUNE DE PETIT NOIR (JURA) Exercices 2004 et suivants Délibéré le 5 mars 2009 Sur

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE 7/08 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE Séance du 26 Juin 2009 Commission n 7 - Finances DIRECTION DES FINANCES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL N 7/08 OBJET : Demande de garantie d'emprunt présentée

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE. COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 Mars 2011 à 20 H

DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE. COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 Mars 2011 à 20 H DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 Mars 2011 à 20 H L'an deux mil onze et le vingt huit mars à vingt heures, le Conseil Municipal de cette Commune,

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire Guide au remboursement anticipé du prêt Ce guide vous aidera à prendre connaissance des options de remboursement anticipé qui s offrent à vous et à choisir la solution la mieux adaptée à vos besoins. Comprendre

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

1/12 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 17 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n

1/12 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 17 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n 1/12 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 17 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n Monsieur le Président, En application de l article L. 241-11 du code des juridictions financières et

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

Étude Prévisionnelle

Étude Prévisionnelle Étude Prévisionnelle sur 3 exercices du 07/2008 au 06/2011 Café Monsieur DUPOND - 63000 CLERMONT-FERRAND Page 1/14 Sommaire Investissements...3 Financements des investissements...3 Remboursements des emprunts...4

Plus en détail

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1 L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France 1 Plan de l exposé 1ère partie : Présentation Le contrôle budgétaire, Méthodologie du contrôle et ses suites,

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

SOMMAIRE. Analyse de la production Locindus au 31 mars 2010 3. Analyse des activités 4. Finance et trésorerie 5. Analyse du compte de résultat 7

SOMMAIRE. Analyse de la production Locindus au 31 mars 2010 3. Analyse des activités 4. Finance et trésorerie 5. Analyse du compte de résultat 7 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2010 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2010 3 Analyse des activités 4 Finance et trésorerie 5 Analyse du compte de résultat 7 2 FAITS MARQUANTS DU

Plus en détail

J envisage d investir

J envisage d investir AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage d investir Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande d aide? Pour

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail