2.4 - Usages de l eau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2.4 - Usages de l eau"

Transcription

1 2.4 - Usages de l eau Alimentation en eau potable Captages souterrains Aucun périmètre de protection, lié à un captage en eau potable, n a été recensé dans la zone d étude Puits particuliers Les eaux souterraines en présence sont essentiellement exploitées par l intermédiaire de puits ou de forages chez des particuliers. Une première enquête a été réalisée par le BCEOM (Asconit) en A une exception près, aucun retour d information n a été obtenu. Un second recensement des ouvrages existants a été réalisé en dans la zone d étude, par l envoi d un courrier auprès des communes. En effet, le décret n du 2 juillet 2008, repris dans le code général des collectivités territoriales relatif à la déclaration des puits ou forages oblige l usager à déclarer son projet de puits ou de forage à la mairie de la commune concernée. L article 2 indique que les ouvrages entrepris ou achevés avant le 31 décembre 2008 devaient être déclarés au plus tard le 31 décembre En parallèle, le site InfoTerre du BRGM a été consulté. Il recense tous les ouvrages de plus de 10 mètres de profondeur devant être enregistrés dans la banque du sous-sol, par application de l article 131 du code minier. En complément, la DDTM de Loire-Atlantique - SEER a été interrogée par messagerie sur le sujet. Un seul prélèvement dans un plan d eau à Grandchamp des Fontaines au lieu-dit Malabry et trois forages ont été identifiés. La base de données du portail national d Accès aux Données sur les Eaux Souterraines (ADES) a également été consultée. Seuls deux points d eau sont recensés dans cette base de données, affichant des informations concernant la qualité des eaux sur la commune de Vigneux-de-Bretagne. Pour des raisons de sécurité, les informations sur la localisation ne sont pas rendues publiques. Enfin, un recensement des puits a été réalisé sur le terrain à l automne 2011 afin d identifier les puits situés à proximité du projet de desserte routière. Suite à ces diverses consultations et investigations, dix-neuf puits et forages ont été répertoriés dans la zone d étude du projet de desserte routière. Ces puits et forages sont recensés dans le tableau suivant. Ces différents puits et forages sont situés sur les communes suivantes : Grandchamp-des-Fontaines, Notre-Dame-des-Landes, Vigneuxde-Bretagne, Malville, Le Temple-de-Bretagne, Fay-de-Bretagne. N (réf. Carte) SOURCE INFO COMMUNE NATURE PROFONDEUR ETAT OUVRAGE UTILISATION 1 SEGED Grandchamp des Fontaines Puits 90 m Exploité Usage agricole 2 DREAL Grandchamp des Fontaines Puits -/- Exploité -/- 3 DREAL Grandchamp des Fontaines Puits -/- Exploité Usage domestique 4 SEGED Grandchamp des Fontaines Puits -/- Exploité Usage agricole 5 SEGED Treillières Puits -/- Exploité Usage agricole 6 SEGED Vigneux de Bretagne Puits -/- Condamné -/- 7 SEGED Vigneux de Bretagne Puits -/- Exploité Usage agricole & Usage domestique 8 IGN Vigneux de Bretagne 2 Forages - Puits 80 m Exploité Usage domestique 9 DDEA 44 - SEER Vigneux de Bretagne Forage -/- -/- Carrière 10 SEGED Vigneux de Bretagne Puits -/- Exploité Usage agricole 11 BRGM Vigneux de Bretagne Forage 100 m -/- Usage agricole 12 SEGED Fay de Bretagne Puits -/- Exploité Usage agricole 13 BRGM Fay de Bretagne Forage 76 m -/- Incendie 14 MAIRIE Le Temple de Bretagne Puits -/- -/- Usage domestique 15 BRGM Malville Forage 102 m Exploité Usage industriel 16 SEGED Malville Puits -/- Exploité Usage agricole 17 MAIRIE Le Temple de Bretagne Puits -/- -/- Usage domestique 18 BRGM Le Temple de Bretagne Forage 55 m Exploité Usage domestique 19 BRGM Le Temple de Bretagne Forage 40 m Exploité Usage domestique Prises d eau superficielles Aucune prise d eau pour l alimentation en eau potable n est recensée dans la zone d étude et en aval proche. Il faut cependant signaler la retenue d eau créée par le barrage d Arzal construit en 1972 sur l estuaire de la Vilaine. Ce barrage crée une retenue d environ 55 millions de m 3 d eau. L usine de traitement des eaux du Drézet (Arzal) alimente un large territoire comprenant le sud-est du Morbihan, Saint-Nazaire et la presqu île guérandaise, Redon et partiellement Rennes. La production annuelle est comprise entre 15 et 20 millions de m 3, avec des pointes estivales journalières à m 3. L usine se situe à 90 km en aval du projet routier et le cours de l Isac est sectionné par de nombreuses écluses. Par ailleurs, une prise d eau de secours dans l Erdre a été réalisée par Nantes Métropole - Communauté Urbaine en 2009, en amont du canal Saint-Félix afin d alimenter l usine de traitement des eaux de La Roche desservant l agglomération nantaise, en cas d incident sur les deux prises d eau en Loire. Cette prise d eau de secours se situe à plus de 25 km en aval du projet routier. 41

2 Zones agricoles drainées ou irriguées à proximité du projet routier Desserte routière, rétablissements associés et emprise Emprise de la concession et périmètre des installations aéroportuaires prévues à la mise en service La Noë Verte L Isolette La Grée 42 Forage Irrigation Desserte routière de l aéroport du Grand Ouest - Dossier d autorisation loi sur l eau Drainage Point de rejet

3 Agriculture Abreuvage des animaux De nombreuses mares disséminées dans les prairies embocagées sont utilisées pour l abreuvage des bovins. Irrigation Deux plans d eau importants font l objet d un prélèvement répertorié à des fins d irrigation : le plan d eau de l Isolette en Vigneux-de-Bretagne, mentionné précédemment; d une surface d environ un hectare ; il représente un volume estimé de m 3 ; le projet se situe en amont immédiat du plan d eau; le plan d eau de Malabry en Grandchamp-des-Fontaines; d une superficie de m 2 et d un volume de 7000 m 3 ; il est partiellement alimenté par le ruisseau de Curette et est situé à un kilomètre en aval du projet. La tenue maraîchère de l Isolette (Vigneux-de-Bretagne) exploite deux groupes de parcelles irriguées (confère la carte des zones irriguées ci-contre) : Drainage un groupe de 6 hectares près du siège d exploitation, alimenté depuis l étang ; un groupe de 6,7 hectares situé au nord-ouest, alimenté par deux forages d un débit de 7 m 3 /h chacun et par une canalisation depuis l étang. Pour garantir une irrigation journalière, l eau provenant des trois origines est stockée dans un réservoir de 300 m 3. Au vu de l étude d aménagement foncier et de la consultation de la Chambre d Agriculture de la Loire-Atlantique, il existe peu de parcelles drainées sur la zone d étude Pêche L ensemble des cours d eau de la zone d étude est classé en deuxième catégorie piscicole, cyprinidés dominants (poissons blancs tels les perches et les brochets). Il est à noter que le Gesvres présente des caractéristiques favorables à l accueil de la truite qui est présente, le positionnant ainsi comme un milieu à préserver. La pêche est essentiellement présente sur le Gesvres, l Erdre et le canal de Nantes à Brest, pratiquée au sein d associations agréées de pêche. Les autres ruisseaux, tels que le Plongeon, la Goujonnière, le ruisseau de Curette et le ruisseau de l Épine, font l objet d une activité halieutique faible, la majeure partie des rus ou talwegs rencontrés étant régulièrement à sec. La pêche de loisirs est pratiquée autour du plan d eau de Saint Jean du Tertre (Vigneux-de-Bretagne), loué par l association agréée de pêche le Martin Pêcheur nantais depuis 2009, après la fin de l activité d élevage de poissons. Aleviné annuellement en juvéniles, l étang est peuplé de carnassiers (brochets, brèmes, carpes... ) Loisirs Les activités de loisirs liées à l eau, autres que la pêche, sont rares sur les différents bassins versants traversés. Les activités nautiques recensées se cantonnent à l Erdre et au canal de Nantes à Brest, tous deux éloignés du secteur étudié : navigation de plaisance, voile, aviron, canoë-kayak. Les kayakistes remontent le Gesvres et l Hocmard sur quelques kilomètres. La randonnée pédestre se développe le long des berges du Gesvres et de l Hocmard. Comme indiqué sur la carte des zones agricoles drainées, deux groupes de parcelles drainées sont interceptés par le projet de desserte routière : la Grée (Vigneux-de-Bretagne) : deux parcelles sont interceptées dans leur extrémité sud, ceci au sud de l exploitation agricole ; la Noë Verte (Vigneux-de-Bretagne) : le projet intercepte trois ensembles de parcelles drainées dépendant de deux exploitations agricoles. 43

4 Positionnement des stations de suivi 44 Desserte routière de l aéroport du Grand Ouest - Dossier d autorisation loi sur l eau

5 2.5 - Qualité physico-chimique et biologique Le Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Loire-Bretagne, approuvé par le préfet coordonnateur de bassin le 18 novembre 2009, fixe les objectifs d état à satisfaire pour toutes les masses d eau du bassin Loire-Bretagne et définit les orientations et les dispositions à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs. C est à l échelle de la masse d eau que va s appliquer l objectif de bon état. Pour qualifier l état des eaux, une distinction a été opérée entre : Les masses d eau naturelles de surface (rivières, lacs, étangs, eaux littorales et estuariennes) pour lesquelles sont fixés à la fois un objectif de bon état écologique et un objectif de bon état chimique ; Les masses d eau souterraines pour lesquelles sont fixés à la fois un objectif de bon état quantitatif et un objectif de bon état chimique. L évaluation de l état s appuie d une part sur les données des réseaux de mesures conformes aux spécifications de la directive cadre européenne, en particulier les réseaux de contrôle de surveillance et de contrôle opérationnel, mais également les réseaux départementaux, et d autre part sur des simulations ou des dire d experts à partir de données sur les pressions pour les masses d eau sans données milieu. Les données sont agrégées par stations puis par masses d eau qui constituent les unités spatiales d évaluation de la qualité des milieux aquatiques. Le principe est de retenir la valeur de l élément le plus déclassant, parmi les différents éléments de qualité biologique, physico-chimique pour l état écologique, ou parmi les substances prioritaires pour l état chimique. La classification de l état se fait pour l état écologique en 5 classes (très bon, bon, moyen, médiocre, mauvais) et pour l état chimique en 2 classes (bon, non atteinte du bon état). Le bilan sur les quatre masses d eau concernées par le projet de desserte routière est fourni dans le tableau Eaux superficielles Données générales concernant les masses d eau Le bon état écologique correspond à un bon fonctionnement des écosystèmes du milieu aquatique. Il se décline en cinq niveaux décrits par rapport à une situation dite de référence (altérations anthropiques nulles ou très faibles) : ypeu ou pas d altération : très bon état écologique ylégères altérations : bon état écologique yaltérations modérées : état écologique moyen yaltérations importantes : état écologique médiocre yaltérations graves : mauvais état écologique Pour les quatre masses d eau concernées par le projet de desserte routière, les objectifs d état fixés sont les suivants : Description masse d'eau Evaluation de l'état écologique des masse d'eau (données ) Nom SAGE Etat Paramètres Code du BV Paramètres Objectif Délai Nom du BV de masse d'eau écologique physico Global Morphologie Hydrologie masse d'eau biologiques écologique écologique global - chimiques L'Hocmard et ses affluents Estuaire FRGR0540 depuis la source jusqu'à la de la Loire confluence avec l'erdre U Bon état 2015 Le Gesvres et ses affluents Estuaire FRGR0541 depuis la source jusqu'à sa de la Loire confluence avec l'erdre U Bon état 2015 L'Etier de Cordemais et ses Estuaire FRGR1608 affluents depuis la source de la Loire jusqu'à la Loire Bon état 2015 L'Isac et ses affluents Vilaine FRGR0138 depuis la source jusqu'à Blain U Bon état 2027 (sous bassin de l'isac canalisé) Risque Etat écologique = 1 = très bon état ; 2 = bon état ; 3 = moyen, 4 = médiocre ; 5 = mauvais ; U = inconnu /pas d information Codes utilisés pour la caractérisation du risque de non atteinte du bon état en 2015 : 1 = respect, 0 = doute, -1 = risque, Classes d état : Caractérisation du risque de non atteinte de l objectif : 2 = non qualifié Objectif Description de la masse d'eau Objectif d'état écologique Objectif d'état chimique Objectif d'état global Code du BV Nom SAGE Nom du BV de masse d'eau Objectif Délai Objectif Délai Objectif Délai masse d'eau Motivation du choix de l'objectif L'Hocmard et ses affluents Estuaire FRGR0540 depuis la source jusqu'à la de la Loire confluence avec l'erdre Bon état 2015 Bon état 2015 Bon état 2015 Le Gesvres et ses affluents Estuaire FRGR0541 depuis la source jusqu'à sa de la Loire confluence avec l'erdre Bon état 2015 Bon état 2015 Bon état 2015 L'Etier de Cordemais et ses Estuaire FRGR1608 affluents depuis la source de la Loire jusqu'à la Loire Bon état 2015 Bon état 2015 Bon état 2015 L'Isac et ses affluents Vilaine FRGR0138 depuis la source jusqu'à Blain Bon état 2027 Bon état 2027 Bon état 2027 CD - FT (sous bassin de l'isac canalisé) Très bon état Bon état État moyen État médiocre Mauvais état Respect Doute Risque : Délai et/ou actions supplémentaires Non qualifié Les retards dans l atteinte du bon état écologique sont liés aux conditions naturelles (CN), à la faisabilité technique (FT), aux coûts disproportionnés (CD) Chaque année, la mesure de l état des eaux permet de mesurer le chemin qu il reste à faire pour atteindre l objectif. Un niveau de confiance est attribué pour chaque évaluation de masse d eau. Ce niveau peut être faible, moyen ou élevé selon le niveau de disponibilité et de leur cohérence (cohérence entre les résultats des différentes mesures et cohérence de ces indicateurs avec les données de pression). La bonne prise en compte de ce niveau de confiance est essentielle. 45

6 Qualité physico-chimique des cours d eau Suite à la déclaration d utilité publique, et conformément aux engagements de l Etat, la DDTM de la Loire-Atlantique a diligenté des analyses de la qualité de l eau et des sédiments dans les cours d eau concernés par les projets aéroportuaire et routier afin de consolider l état initial sur les cours d eau. Les prélèvements d eau et de sédiments ont été réalisés par le bureau d étude d Asconit sur cinq cours d eau lors de deux campagnes: le 19 et le 20 avril 2010 pour la campagne de moyennes eaux ; le 8 septembre 2010 pour la campagne de basses eaux. Seul le Gesvres a pu faire l objet de prélèvements lors des campagnes de moyennes et de basses eaux. En effet, le Baudouet, le Plongeon et le Rouchais ont été caractérisés par de sévères étiages qui ont conduit à des ruptures d écoulement lors de la période de basses eaux ; la campagne de moyennes eaux est bien représentative, cependant, de la qualité de ces trois cours d eau. A l inverse, le ruisseau de Curette a fait l objet de prélèvements seulement lors de la campagne de basses eaux ; elle aussi bien représentative de la qualité du cours d eau. La qualité physico-chimique de l eau et des sédiments a été évaluée à l aide du guide technique sur l évaluation de l état des eaux douces de surface de métropole publié par le ministère de l écologie en mars 2009 et repris par l arrêté du 25 janvier Le tableau suivant présente les valeurs limites des paramètres entre les classes d état. Etat écologique des cours d eau Paramètres physico-chimiques généraux Matrice eau Le Beaudouet Lors de la campagne moyennes eaux, les paramètres physico-chimiques pris en compte pour l état écologique indiquent: 3 une qualité de l eau bonne à très bonne pour les nutriments (P t, PO - - 4, NH 4+, NO 3 et NO 2- ) ; une qualité de l eau très bonne pour les éléments liés au bilan de l oxygène (0 2, taux de saturation en 0 2, DB0 5 ), à l acidification (ph) et à la température ; une qualité conforme au seuil NQE (norme de qualité environnementale) pour le zinc dissous (polluant spécifique non synthétique) ; des concentrations faibles pour les éléments liés à la salinité (conductivité, sulfates). Pour les paramètres (DCO, plomb dissous et matières en suspension) non pris en compte pour l état écologique, leur concentration reste faible ; quant à l indice hydrocarbures, il donne des valeurs en dessous des seuils de quantification du laboratoire d analyses. Le Plongeon Lors de la campagne de moyennes eaux, les paramètres physico-chimiques pris en compte pour l état écologique indiquent : 3 une qualité de l eau très bonne. Il s agit des nutriments (P t, PO - - 4, NH 4+, NO 3 et NO 2- ), des éléments liés au bilan de l oxygène (O 2, taux de saturation en O 2, DBO 5 ), à l acidification (ph) et à la température; une qualité conforme au seuil NQE (norme de qualité environnementale) pour le zinc dissous (polluant spécifique non synthétique) ; des concentrations faibles pour les éléments liés à la salinité (conductivité, sulfates). Pour les paramètres (DCO, plomb dissous et matières en suspension) non pris en compte pour l état écologique, leur concentration reste faible; quant à l indice hydrocarbures, il donne des valeurs en dessous des seuils de quantification du laboratoire d analyses. Le Gesvres Lors de la campagne de moyennes eaux, les paramètres physico-chimiques pris en compte pour l état écologique indiquent: 3 une qualité de l eau bonne pour les nutriments (P t, PO - - 4, NH 4+, NO 3 et NO 2- ), sauf pour l ammonium, indiquant des concentrations légèrement plus importantes traduisant une qualité «moyenne ; une qualité de l eau très bonne pour les éléments liés au bilan de l oxygène (O 2, taux de saturation en O 2, DBO 5 ), à l acidification (ph) et à la température ; une qualité conforme au seuil NQE (norme de qualité environnementale) pour le zinc dissous (polluant spécifique non synthétique) ; des concentrations faibles pour les éléments liés à la salinité (conductivité, sulfates). Pour les paramètres DCO, plomb dissous et matières en suspension (non pris en compte pour l état écologique), leurs concentrations restent faibles; l indice hydrocarbures donne des valeurs en dessous des seuils de quantification du laboratoire d analyses. 46

7 Lors de la campagne de basses eaux, les paramètres physico-chimiques pris en compte pour l état écologique indiquent: 3 une qualité de l eau moyenne à bonne pour les nutriments (P t, PO - - 4, NH 4+, NO 3 et NO 2- ), voire très bonne pour les nitrates (NO 3- ) ; une qualité de l eau bonne pour les éléments liés au bilan de l oxygène (O 2, DBO 5 ) sauf pour le taux de saturation en O 2 (qualité moyenne) et une qualité très bonne pour les éléments liés à l acidification (ph) et à la température ; une qualité conforme au seuil NQE (norme de qualité environnementale) pour le zinc dissous (polluant spécifique non synthétique) ; des concentrations faibles les éléments liés à la salinité (conductivité, sulfates). Pour les paramètres non pris en compte pour l état écologique (DCO, plomb dissous et les matières en suspension), leurs concentrations sont plus importantes (à titre indicatif: elles sont inférieures à la limite de classe de qualité bonne selon le Seq eau V2) ; quant à l indice hydrocarbures, il donne des valeurs en dessous des seuils de quantifications du laboratoire d analyses Il n y a pas de réelle évolution au regard des résultats des deux campagnes (qualité physico-chimique moyenne ). Néanmoins, on note une légère dégradation de la qualité de l eau pour la DCO témoignant de l impact de la pluviométrie sur le milieu ainsi que pour les matières phosphorées. Pour le plomb dissous, on remarque une légère augmentation de sa concentration, mais cela reste anecdotique. Le Rouchais Lors de la campagne de moyennes eaux, les paramètres physico-chimiques pris en compte pour l état écologique indiquent : seuls les nitrates indiquent des concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à celle de la classe de qualité bonne); pour le zinc dissous (polluant spécifique non synthétique), la qualité est conforme au seuil NQE (norme de qualité environnementale) ; pour les sulfates et le plomb dissous, le constat est le même que sur le Beaudouet : leurs concentrations restent faibles ; enfin, l indice hydrocarbures indique des valeurs en dessous des seuils de quantification du laboratoire d analyses ; une qualité très bonne pour le bilan oxygène, le ph et la température ; des concentrations faibles pour la salinité. Le ruisseau de Curette une qualité conforme au seuil NQE (norme de qualité environnementale) pour le zinc dissous (polluant spécifique non synthétique) ; des concentrations faibles pour les éléments liés à la salinité (conductivité, sulfates). Pour les paramètres non pris en compte pour l état écologique, les concentrations sont assez hétérogènes : le plomb dissous reste faible mais la DCO et les matières en suspension ont des valeurs importantes (à titre indicatif: elles sont inférieures à la limite de classe de qualité bonne selon le Seq eau version 2) ; quant à l indice hydrocarbures, il donne des valeurs en dessous des seuils de quantification du laboratoire d analyses. Evolution de la qualité de l eau entre 2005 et 2010 En 2005, trois cours d eau avaient été suivis : il s agit du Gesvres, du Beaudouet et du Plongeon. Concernant le Gesvres, les concentrations sont restées majoritairement stables sauf pour les matières en suspension et les matières phosphorées qui ont augmenté. Par contre les nitrates (déclassant en 2005) et les sulfates ont diminué en La qualité physico-chimique sur le Gesvres tend donc à se stabiliser sauf pour l ammonium qui devient le paramètre déclassant en 2010 (qualité moyenne); l augmentation des matières phosphorées est à noter (origine anthropique possible: la station d épuration en amont). Concernant le Beaudouet, entre 2005 et 2010, les concentrations ont baissé globalement; voire sont restées stables (le nitrate a vu sa concentration divisée par deux) sauf pour les matières en suspension qui ont augmenté ; ce résultat est dû aux pluies qui ont précédé les prélèvements de la seconde campagne. La qualité physico-chimique sur le Beaudouet s est améliorée (qualité bonne) ; le paramètre nitrate qui était déclassant en 2005 ne l est plus en Concernant le Plongeon, les concentrations ont également baissé dans leur ensemble, voire sont restées stables sauf pour les matières en suspension qui ont presque doublé (dû aux pluies qui ont précédé les prélèvements de la seconde campagne). La qualité physico-chimique sur le Plongeon s est améliorée (qualité très bonne) ; le paramètre nitrate qui était déclassant en 2005 ne l est plus en 2010 (sur les 2 campagnes de 2010). Bilan sur la qualité physico-chimique de l eau La qualité physico-chimique sur le Gesvres, le Beaudouet et le Plongeon (sur ) est relativement bonne, hormis pour l ammonium (pour le Gesvres) qui participe à déclasser la qualité de l eau. Il est à noter également la problématique des matières en suspension pour ces trois stations. Pour les ruisseaux de Rouchais et de Curette, la qualité de l eau est bonne, avec pour ce dernier, la problématique des matières en suspension. Lors de la campagne de basses eaux, les paramètres physico-chimiques pris en compte pour l état écologique indiquent : 3 une qualité de l eau très bonne à bonne pour les nutriments (P t, PO - - 4, NH 4+, NO 3 et NO 2- ) ; une qualité de l eau très bonne pour la DB05 et médiocre pour les autres éléments liés au bilan de l oxygène (O 2, taux de saturation en O 2 ) ; une qualité de l eau très bonne pour les éléments liés à l acidification (ph) et à la température ; 47

8 Matrice sédiments Le Beaudouet Campagne de moyennes eaux Les métaux lourds (le zinc, l arsenic, le chrome, le cuivre, le nickel, le plomb et le mercure) indiquent des concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne). Pour l aluminium, le sélénium et le cadmium, ils sont en dessus des seuils de quantification du laboratoire. Les concentrations en fer et en magnésium sont importantes et celle du manganèse sont non négligeables. Le milieu semble riche en fer et en magnésium. Le phosphore total est bien présent dans les sédiments et constitue une réserve d éléments biodisponibles non négligeable. L indice hydrocarbures indique ici la présence d hydrocarbures dans des concentrations non négligeables (sans doute provenant des eaux pluviales des réseaux routiers). Les sédiments sont d origine minérale (96%), composés à 68% de matières sèches et de 3% de matières volatiles ; leur granulométrie est fine (97% du substrat est inférieur à 2 mm). Campagne de basses eaux Les métaux lourds présentent tous des concentrations sensiblement identiques à la campagne de moyennes eaux (sauf le cadmium, en dessus des seuils de quantification du laboratoire). Leurs concentrations sont supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne). Les concentrations en aluminium (surtout cet élément), en fer, en magnésium ont fortement augmenté et celles en manganèse ont diminué. Seul le sélénium est en dessous des seuils de quantification du laboratoire. Le stock de phosphore total contenu dans les sédiments a bien diminué, signe qu une partie a été remobilisée mais il constitue encore une réserve d éléments biodisponibles non négligeable. L indice hydrocarbures a lui aussi diminué : seul des traces d hydrocarbures ont pu être détectées. La composition des sédiments reste similaire à la précédente campagne mais la granulométrie est légèrement plus grossière : 84% du substrat est inférieur à 2 mm. Aucune contamination n a été mise en évidence. Il ne semble pas y avoir de réelle évolution de la qualité des sédiments entre les deux campagnes pour les métaux lourds. Pour les autres éléments, les concentrations fluctuent à la hausse ou à la baisse (le stock de phosphore total a nettement diminué) ; seul l aluminium voit sa concentration augmenter fortement. Quant à l indice hydrocarbures, il indique la présence chronique d hydrocarbures dans des proportions non négligeables. Le Plongeon L indice hydrocarbures indique ici la présence d hydrocarbures dans des concentrations importantes (sans doute provenant des eaux pluviales des réseaux routiers). Les sédiments sont d origine minérale (89%), composés à 44% de matières sèches et de 10% de matières volatiles ; la granulométrie est fine (95% du substrat est inférieur à 2 mm). Campagne de basses eaux Les métaux lourds ont des concentrations qui diminuent légèrement par rapport à la première campagne mais elles restent du même ordre de grandeur : concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne) sauf pour l arsenic qui lui, a encore une concentration supérieure à la valeur seuil de la classe de qualité bonne. Les concentrations en fer, en magnésium et en manganèse ont diminué ; celles en aluminium ont fortement augmenté. Seul le sélénium n évolue pas et reste en dessous des seuils de quantification du laboratoire. Les différences de teneurs en aluminium sont généralement liées aux caractéristiques des sédiments prélevés. Cela indique donc vraisemblablement une différence de l origine des sédiments (lessivage des fonds pédologiques du lit). Le stock de phosphore total contenu dans les sédiments a bien diminué, signe qu une partie a été remobilisé, mais il reste une réserve d éléments biodisponibles non négligeable. L indice hydrocarbures a lui aussi diminué ; seul des traces d hydrocarbures ont pu être détectées. La composition des sédiments est quasi similaire à la précédente campagne mais la granulométrie est légèrement plus grossière : 68% du substrat est inférieur à 2 mm. On observe une très légère baisse de qualité liée à l arsenic. Sur les deux campagnes, on observe une diminution des concentrations pour l ensemble des éléments analysés sauf pour l aluminium et l arsenic qui augmente (très nettement pour le premier paramètre). Quant à l indice hydrocarbures, il indique la présence d hydrocarbures dans des proportions variables Le Gesvres Campagne de moyennes eaux Les métaux lourds (le zinc, le chrome, le nickel, le plomb et le mercure) indiquent des concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne) sauf pour le cadmium, le cuivre et le sélénium qui sont en dessous du seuil de quantification du laboratoire et l arsenic qui a une concentration supérieure à la valeur seuil de la classe de qualité bonne. L aluminium, le fer, le magnésium et le manganèse restent importants et témoignent du caractère riche en éléments traces pour le milieu. Le phosphore total est présent dans les sédiments et constitue une réserve d éléments biodisponibles. L indice hydrocarbures indique ici la présence d hydrocarbures dans des concentrations moyennes (sans doute provenant des eaux pluviales des réseaux routiers). Campagne de moyennes eaux Les métaux lourds (le zinc, le chrome, le cuivre, le nickel, le plomb et le mercure) indiquent des concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne) sauf pour l arsenic, qui lui, a une concentration supérieure à la valeur seuil de la classe de qualité bonne. L aluminium, le sélénium et le cadmium (métal lourd) sont en dessous des seuils de quantification du laboratoire. Les concentrations de fer, de magnésium et de manganèse restent importantes ; le milieu semble riche en fer et en magnésium. Le phosphore total est très présent dans les sédiments et constitue une réserve d éléments biodisponibles. La composition des sédiments semble similaire à celle trouvée sur le Beaudouet. Campagne de basses eaux Les métaux lourds ont des concentrations qui fluctuent par rapport à la campagne de moyenne eaux : pour le zinc, le cuivre et le nickel, elles augmentent légèrement ; pour les autres éléments, elles se stabilisent, voire diminuent sensiblement. 48

9 Néanmoins, malgré ces fluctuations, les concentrations restent supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne) sauf encore pour l arsenic, qui lui, a encore une concentration supérieure à la valeur seuil de la classe de qualité bonne. Les concentrations en fer, en magnésium, en manganèse et en aluminium ont diminué. Seul le sélénium n évolue pas et reste en dessous des seuils de quantification du laboratoire Le stock de phosphore total contenu dans les sédiments a augmenté sur ce cours d eau, cela signifie que la source (potentiellement la station d épuration située en amont) continue à alimenter le stock. Il constitue donc une réserve non négligeable d éléments biodisponibles. L indice hydrocarbures a diminué. La composition des sédiments n a pas évolué. Comme pour le Plongeon, l arsenic dégrade légèrement la qualité du milieu. Il s agit vraisemblablement d une présence liée au fond géochimique du site. Il n y a pas de réelle évolution de la qualité des sédiments entre les deux campagnes pour les métaux lourds (hormis pour le zinc et l arsenic). Pour les autres éléments, les concentrations sont à la baisse sauf pour le phosphore total qui voit son stock augmenter. L indice hydrocarbures indique la présence d hydrocarbures dans des proportions variables. Le Rouchais Campagne de moyennes eaux Les métaux lourds (le zinc, le chrome, le nickel, le plomb et le mercure) indiquent des concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne) sauf pour le cadmium, le cuivre et le sélénium qui sont en dessous du seuil de quantification du laboratoire et l arsenic qui a une concentration supérieure à la valeur seuil de la classe de qualité bonne. L aluminium, le fer, le magnésium restent importants et le manganèse est non négligeable: cela témoigne du caractère riche en éléments traces pour le milieu. Le phosphore total est également présent dans les sédiments et constitue une réserve d éléments biodisponibles. L indice hydrocarbures indique ici la présence d hydrocarbures dans des concentrations importantes (sans doute provenant des eaux pluviales des réseaux routiers existants). La composition des sédiments est quasi similaire à celle trouvée sur le Beaudouet. Evolution de la qualité des sédiments entre 2005 et 2010 En 2005, seuls trois cours d eau avaient été suivis (comme pour la matrice eau) : il s agit du Gesvres, du Beaudouet et du Plongeon. Concernant le Gesvres, les métaux lourds restent globalement stables sauf pour le zinc, l arsenic et le plomb qui ont augmenté. Le fer et le manganèse augmentent mais l aluminium reste stable. La qualité des sédiments a peu évolué (globalement bonne) vis-à-vis des métaux lourds, sauf pour trois d entre eux dont l arsenic (paramètre déclassant) ; vis-à-vis des hydrocarbures, elle tend à se dégrader. La situation du Beaudouet (vis-à-vis des sédiments) sur la même période se dégrade pour les métaux lourds, hormis pour le cuivre, le mercure et le sélénium qui restent stables. Comme pour le Gesvres, le fer, le manganèse augmentent mais l aluminium reste stable. La qualité des sédiments ne semble pas ou peu évoluer vis-à-vis des métaux lourds malgré l augmentation de certains éléments ; par contre, elle tend à se dégrader pour les hydrocarbures dont la présence chronique est non négligeable. Concernant le Plongeon, seule une partie des métaux lourds voit leurs concentrations augmenter ; il s agit du zinc, de l arsenic, du cuivre, du plomb et du nickel ; les autres métaux restent stables ; le chrome n est plus le paramètre déclassant ; l aluminium, le fer, le manganèse augmentent fortement. La qualité des sédiments semble se dégrader vis-à-vis des métaux lourds en particulier à cause de l arsenic (paramètre déclassant) et des hydrocarbures (indice fluctuant indiquant des concentrations non négligeables) Bilan sur la qualité des sédiments Il semble donc que, sur le Gesvres, le Plongeon et le Beaudouet (pour la période ), la qualité des sédiments soit globalement bonne vis-à-vis des métaux lourds sauf pour l arsenic qui reste un paramètre déclassant (pour le Gesvres et le Plongeon). Néanmoins, vis-à-vis des hydrocarbures, ces trois cours d eau voient la qualité des sédiments se dégrader. Sur 2010, pour le Rouchais, le constat est le même, que pour le Gesvres et le Plongeon: la qualité des sédiments est globalement bonne sauf vis-à-vis de l arsenic et des hydrocarbures; pour le ru de Curette (en 2010), seul l arsenic dégrade la qualité des sédiments. Le phosphore total, constitue une réserve d éléments biodisponibles variables selon la saison sur l ensemble des cours d eau étudiés. Le ruisseau de Curette Campagne de basses eaux Les métaux lourds ont des concentrations supérieures à la valeur seuil de la classe de qualité très bonne (mais inférieures à la classe de qualité bonne) sauf pour l arsenic qui a une concentration supérieure à la valeur seuil de la classe de qualité bonne. Pour le sélénium et le phosphore total, les teneurs sont en-dessus des seuils de quantification du laboratoire. Les concentrations en fer, en manganèse, en aluminium et en magnésium sont non négligeables L indice hydrocarbures est faible : seules des traces d hydrocarbures ont pu être détectées. Les sédiments sont d origine minérale (98%), composés à 74% de matières sèches et de 1.6 % de matières volatiles ; leur granulométrie est légère plus grossière que pour les autres cours d eau (46% du substrat est inférieur à 2 mm). 49

10 Qualité biologique des cours d eau La qualité biologique des cours d eau a été analysée en même temps que la qualité physico-chimique Indice biologique global normalisé L indice biologique global normalisé ou IBGN permet d évaluer la qualité hydrobiologique d un site aquatique, par l intermédiaire de la composition des peuplements d invertébrés benthiques vivant sur divers habitats dans les cours d eau L IBGN est sensible aux variations de la composition physico-chimique de l eau et plus particulièrement aux fluctuations de la pollution organique et chimique, mais aussi de la nature des substrats (travaux en rivière ou recalibrage) et des évènements climatiques (orages, crues subites). La méthode permet, dans les conditions naturelles de stabilité hydraulique et dans les limites de sa sensibilité, d évaluer l incidence d une perturbation sur le milieu récepteur. Une note indicielle, comprise entre 0 et 20, détermine la qualité globale du milieu aquatique, de mauvaise à très bonne. L IBGN a été déterminé par le bureau d études Asconit sur quatre cours d eau en période de moyennes eaux : le Beaudouet, le Plongeon, le Gesvres et le Rouchais. A cause des périodes d assec des cours d eau, l IBGN n a pu être déterminé sur les quatre cours d eau précités lors de la campagne de basses eaux, ainsi que sur le ruisseau de Curette pour les deux campagnes. Un IBGN sera réalisé sur le ruisseau de Curette en 2012 afin d avoir un état initial. La diversité taxonomique de ce cours d eau est moyenne malgré une bonne diversité d habitats et d écoulements. Les taxons polluosensibles sont bien représentés. Le Gesvres Campagne «moyennes eaux» Ce cours d eau présente pour cette campagne, une bonne qualité hydrobiologique et une bonne aptitude biogène avec une note IBG de 13/20. Sa classe de qualité est bonne, mais la note est en limite de classe inférieure. Son coefficient morphodynamique est bon (14,1/20), signe que la qualité de l habitat est peu dégradée car la note IBGN tend à s en rapprocher ; l occupation des niches écologiques est bonne ; le facteur limitant semble être la qualité de l eau. La réévaluation de cette note (test de robustesse) entraîne la perte de 3 points de la valeur de l IBGN mais n entraîne pas de changement de classe de qualité (limite de classe inférieure. La diversité taxonomique de ce cours d eau est moyenne avec une bonne diversité d habitats et d écoulements. Les taxons polluosensibles sont peu représentés. Le Beaudouet Campagne de basses eaux Campagne de moyennes eaux Ce cours d eau présente une bonne qualité hydrobiologique et une bonne aptitude biogène avec une note IBG de 16/20. Sa classe de qualité est très bonne. Lors de cette seconde campagne, le cours d eau présente une qualité hydrobiologique et une aptitude biogène moins bonne par rapport à la campagne précédente avec une note IBG de 12/20. Sa classe de qualité est moyenne mais cette tendance est à relativiser car on a une différence d un seul point de la note IBGN et on est en limite de classe supérieure. Son coefficient morphodynamique est moyen (12,2/20) et l indice d équitabilité est faible (0,32) La réévaluation de cette note (test de robustesse) entraîne la perte de 2 points de la valeur de l IBGN ; elle peut être légèrement surestimée. La diversité taxonomique de ce cours d eau est moyenne malgré une bonne diversité d habitats et d écoulements; les taxons polluosensibles sont bien représentés. Le Plongeon Campagne de moyennes eaux Son coefficient morphodynamique s est amélioré (17/20) mais cela est dû uniquement à la différence de niveau d eau qui accentue certains faciès en étiage ; la qualité de l habitat s est améliorée légèrement. La réévaluation de cette note (test de robustesse) entraîne la perte de 2 points de la valeur de l IBGN, mais n entraîne pas de changement de classe de qualité (limite de classe inférieure). La diversité taxonomique de ce cours d eau reste moyenne avec une bonne diversité d habitats et d écoulements. Les taxons polluosensibles sont également peu représentés pour cette campagne. Le Rouchais Ce cours d eau présente une bonne qualité hydrobiologique et une bonne aptitude biogène avec une note IBGN de 15/20. Sa classe de qualité est très bonne mais elle est en limite de classe inférieure. Son coefficient morphodynamique est bon (14,4/20) signe que la qualité de l habitat est peu dégradée car la note IBGN est proche de ce coefficient: l occupation des niches écologiques est bonne. La réévaluation de cette note (test de robustesse) entraîne la perte de 2 points de la valeur de l IBGN et un changement de classe de qualité, devenant bonne. Campagne de moyennes eaux Le Rouchais présente une bonne qualité hydrobiologique et une bonne aptitude biogène avec une note IBG de 15/20. Sa classe de qualité est très bonne mais la note est en limite de classe inférieure. Le coefficient morphodynamique et l indice d équitabilité sont moyens (respectivement 12,6/20 et 0,32) : la note IBGN se trouve donc construite surtout par le groupe indicateur (qui reflète la qualité de l eau) et peu par la classe de variété (témoin de la qualité de l habitat). Ici, c est l habitat qui est le facteur limitant. 50

11 La réévaluation de cette note (test de robustesse) entraîne la perte de 1 point de la valeur de l IBGN ; elle est donc peu surestimée mais entraîne un changement de classe de qualité devenant bonne ; on est en limite supérieure de classe. La diversité taxonomique de ce cours d eau est assez bonne avec une diversité d habitats et d écoulements moyenne (lame d eau faible lors du prélèvement). Les taxons polluosensibles sont bien représentés. Évolution de la qualité hydrobiologique (IBGN) entre 2005 et Indice biologique diatomique L indice biologique diatomées ou IBD permet d évaluer la qualité biologique globale, par l identification des diatomées (algues microscopiques) recouvrant les substrats durs (pierres, galets). L indice de polluo-sensibilité spécifique ou IPS prend en compte la totalité des espèces présentes dans les inventaires et repose sur leur abondance relative et leur sensibilité à la pollution. Les deux indices, IBD et IPS, permettent de donner une note à la qualité biologique de l eau variant de 1 (eaux très polluées) à 20 (eaux pures). En 2005 seuls le Gesvres, le Beaudouet et le Plongeon ont été suivis. Sur les cinq cours d eau étudiés, seul le Gesvres a pu être prélevé pour l analyse de la qualité des diatomées. Concernant le Plongeon, la qualité hydrobiologique s est améliorée de façon très notable: on est passé d une note IBGN de 7/20 à 15/20. Il y a une amélioration de la qualité de l habitat (augmentation de la diversité taxonomique) mais surtout une amélioration de la qualité de l eau : on est passé d un groupe indicateur (GI) de 3 à 9. La structuration du peuplement d invertébrés semble s être améliorée. Néanmoins, cette évolution est à relativiser car sur 2010 la qualité hydrobiologique a été évaluée seulement avec la campagne en période de moyennes eaux, l étiage ayant conduit à des assecs. Concernant le Gesvres, la qualité hydrobiologique s est également améliorée : on est passé d une note IBGN de 8/20 à 12/20. Il y a une légère amélioration de la qualité de l habitat (la diversité taxonomique a augmenté) associée à une légère amélioration de la qualité de l eau; on est passé d un groupe indicateur (GI) de 3 à 6. La structuration du peuplement d invertébrés semble s être également améliorée. Concernant le Beaudouet, la qualité hydrobiologique s est également améliorée ; on est passé d une note IBGN de 11/20 à 16/20. Il y a une bonne amélioration de la qualité de l habitat (la diversité taxonomique a fortement augmenté) et de la qualité de l eau (on est passé d un groupe indicateur de 6 à 9). La structuration du peuplement d invertébrés semble s être également améliorée. Néanmoins, cette évolution est à relativiser, car, sur 2010 la qualité hydrobiologique a été évaluée seulement avec la campagne en période de moyennes eaux, l étiage ayant conduit à des assecs. Résultats des indices diatomiques et de richesse Les notes obtenues avec l Indice Biologique Diatomées (IBD) et l Indice de Polluosensibilité Spécifique (IPS) sont consignées dans le tableau suivant : Indices diamotiques (IBD et IPS) pour chacune des stations et classe de qualité Cours d eau Station Date IBD IPS GESVRES Vigneux de Bretagne 08/09/10 11,2 10,8 BEAUDOUET Fay de Bretagne 08/09/10 ASSEC Ruisseau de Curette PLONGEON Curette Plongeon 08/09/10 08/09/10 ASSEC ASSEC Bilan de la qualité hydrobiologique (IBGN) Pour le Beaudouet et le Plongeon, la qualité hydrobiologique s est nettement améliorée : qualité bonne à très bonne ; toutefois, ce résultat est à nuancer car la campagne de basses eaux n a pu être réalisée ; or c est la période où les éventuelles pollutions sont concentrées ; la campagne de moyennes eaux est celle où généralement, les pollutions sont diluées grâce à des niveaux d eau plus importants amenant également une meilleure diversification des écoulements et donc de l habitat. La qualité biologique globale est moyenne pour le Gesvres. Les notes attribuées selon les deux indices se situent dans la limite basse de la classe de qualité moyenne. Ceci s explique en partie par l effectif très important d Eolimna minima (méso-polysaprobe et eutrophe) au sein du peuplement. Pour le Gesvres, la qualité hydrobiologique s est également améliorée: qualité «moyenne». Sur 2010, on est passé d une qualité bonne pour la campagne de moyennes eaux à une qualité moyenne pour la campagne de basses eaux. Pour le Rouchais, la qualité hydrobiologique est très bonne, mais ceci est toujours à nuancer, car seule la période de moyennes eaux a pu être évaluée. Pour le ru de Curette, la qualité n a pas pu être évaluée pour cause d assec lors des campagnes de basses et de moyennes eaux. 51

12 Diversité et richesse taxonomique Les valeurs de richesse taxonomique (nombre de taxons) et de l indice de diversité (Shannon & Weaver) et l équitabilité sont consignées dans le tableau ci-dessous Bilan de la qualité hydrobiologique L étude des diatomées et l application des indices diatomiques, notamment l Indice Biologique Diatomées (IBD) et l Indice de Polluosensibilité Spécifique (IPS), ont permis de compléter le diagnostic écologique réalisé en Les résultats obtenus, pour la campagne d échantillonnage de septembre 2010 montrent que la qualité biologique est moyenne pour l IBD et l IPS pour la station du Gesvres à Vigneux de Bretagne. Les trois autres sites (Beaudouet, Ruisseau de Curette et Plongeon) étaient en assec lors de cette campagne. La classification vis-à-vis de la saprobie indique que la station du Gesvres présente une pollution organique importante. D autre part, vis-à-vis de la trophie, les résultats mettent en évidence une forte eutrophisation de la zone d étude. L ensemble des caractéristiques écologiques (oxygénation, N-hétérotrophie) témoignent de ces contaminations importantes en matière d origine organique et minérale. Enfin, entre 2005 et 2010, le Gesvres a subi une nette amélioration de sa qualité biologique globale, passant de la classe de qualité médiocre à moyenne dans ce laps de temps. Nombre de taxons et indices de diversité et d équitabilité D une manière générale, une diversité élevée correspond à une plus grande stabilité et une équitabilité élevée est l indice d un peuplement équilibré. Le peuplement de diatomées sur le site prospecté est moyennement diversifié ; les indices de diversité et d équitabilité sont moyens à faibles, notamment du fait de la forte proportion (72%) du taxon Eolimna minima. Évolution de la qualité hydrobiologique (IBD) entre 2005 et 2010 Entre 2005 et 2010, une amélioration significative de la qualité des cours d eau est observée, avec des indices (IBD et IPS) changeant de classe de qualité (médiocre à moyenne) dans ce laps de temps. Comparaison des indices 2005/2010 Cours d'eau Station IBD 2005 IBD 2010 C1 IBD 2010 C2 GESVRES Vigneux de Bretagne 7,8 13,5 11,2 Cours d'eau Station IPS 2005 IPS 2010 C1 IPS 2010 C2 GESVRES Vigneux de Bretagne 8,6 13,8 10, Indice poisson rivière L Indice Poisson Rivière (IPR), qui a été mis au point pour la totalité du territoire national, est un indice multimétrique basé sur la composition et la structure des peuplements piscicoles (richesse spécifique, abondance des populations, degré de sensibilité aux pollutions, ). La méthode consiste à mesurer, sur un linéaire de cours d eau, l écart entre la composition du peuplement en un endroit donné, observée à partir d un échantillonnage par pêche électrique, et la composition du peuplement attendu en situation de référence, c est-à-dire dans des conditions pas ou très peu modifiées par l homme. Cet indice, objet d une normalisation AFNOR depuis 2004, est devenu un outil opérationnel adapté à la mesure du bon état écologique des cours d eau. Le Gesvres La station de pêche est identique à celle choisie pour les autres indices biologiques. Le cours d eau présente une largeur moyenne de 3,3 m ; une seule anode fut nécessaire. La pêche s est déroulée selon le protocole des pêches complètes, défini par l ONEMA dans le cadre des réseaux de contrôle. Un filet barrage a été placé en amont de la station de pêche afin d empêcher les fuites éventuelles d espèces lors de l avancement de l équipe de pêche. Un seul passage a été réalisé pour permettre le calcul de l IPR et une analyse semi-quantitative du peuplement. Structure du peuplement C1 : campagne de moyennes eaux C2 : campagne de basses eaux Le peuplement composé de 5 espèces, est dominé par le vairon, la loche et le goujon. Quelques espèces attendues avec de fortes probabilités dans l IPR sont absentes du peuplement telles que la truite fario et le chabot (espèces rhéophiles). La diversité du peuplement en place reste faible en partie à cause d une diversité d habitats piscicoles très moyenne. L absence de l anguille pose le problème de la migration que rencontre cette espèce en raison d éventuels obstacles à la montaison, qui ralentissent ou empêchent sa répartition sur l ensemble du bassin. 52

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des

Plus en détail

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE Qualité physico-chimique des cours d eau Une situation connue La qualité de l'eau sur le bassin est très variable entre les petits cours d'eau de montagne soumis à peu de pressions anthropiques, qui sont

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel

ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Mars 2012 Révision : 0 CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Les études environnementales sont des études qui évoluent avec le

Plus en détail

ANALYSE PHYSICO-CHIMIQUE DES EAUX ET SEDIMENTS DE LA MARE DE LA GRUE Domaine régional de la forêt de Galluis (Commune de Frémainville)

ANALYSE PHYSICO-CHIMIQUE DES EAUX ET SEDIMENTS DE LA MARE DE LA GRUE Domaine régional de la forêt de Galluis (Commune de Frémainville) AGENCE DES ESPACES VERTS DE LLA REGION ILLE--DE--FRANCE I 9999 rruuee ddee ll l aabbbbéé Grroouul llt t 7755001155 PARIS ANALYSE PHYSICO-CHIMIQUE DES EAUX ET SEDIMENTS DE LA MARE DE LA GRUE Domaine régional

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU PARC DES INDUSTRIES ARTOIS-FLANDRES

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU PARC DES INDUSTRIES ARTOIS-FLANDRES ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU PARC DES INDUSTRIES ARTOIS-FLANDRES FEVRIER 2007 Elaboré par le SIZIAF SOMMAIRE INTRODUCTION...4 1. TOPOGRAPHIE ET CLIMATOLOGIE...5 1.1. Topographie...5 1.2. Climatologie...5

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK Mieux comprendre, pour mieux protéger et gérer durablement la ressource en eau L aquifère jurassique d Aix-Gardanne est considéré dans le Schéma directeur d aménagement

Plus en détail

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau...

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau... L essentiel Les activités humaines affectent fortement la des eaux en tout comme dans le. Si des améliorations sont réelles, le défi de la reconquête de la de l eau reste prégnant et des efforts doivent

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE FÉVRIER 2004 LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE 1 Table des matières MESURE DES PARTICULES PM10 SUR LE SITE DE LA MEDE 3 Les objectifs de l étude 3 Les moyens 3 Dispositif de prélèvement

Plus en détail

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009 GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE 25 mars 2009 LES FONDEMENTS DE LA DEMARCHE Contexte réglementaire Contexte territorial Plan de l intervention LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

PROJET DE SAGE ORNE AMONT

PROJET DE SAGE ORNE AMONT CONSULTATION DES ASSEMBLEES 1er janvier-1er mai 2014 PROJET DE SAGE ORNE AMONT Validé en CLE le 6 décembre 2013 Sommaire Caractéristiques du territoire Etat des masses d eau Calendrier d élaboration Condition

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Marcel Roussel Rappel du calendrier

Marcel Roussel Rappel du calendrier Du SAGE Couesnon Le mot du Président La Commission Locale de l eau (CLE) a validé le 7 Avril 2011, la stratégie du SAGE (Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux) de notre bassin versant du Couesnon,

Plus en détail

PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001

PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001 PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001 La Guyonne à Bazoches-sur-Guyonne Avec la participation financière

Plus en détail

Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc)

Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc) 6Protection de l environnement 6 3 Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc) P. RENAUD (IRSN) S. CHARMASSON (IRSN) F. EYROLLES (IRSN) L. POURCELOT (IRSN) C. DUFFA (IRSN) Figure 1 Le projet CAROL, lancé

Plus en détail

LES OUTILS D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES COURS D EAU (S.E.Q.)

LES OUTILS D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES COURS D EAU (S.E.Q.) N 7 2 L E A U D E A G E N C E S D E S E T U D E S DE LA QUALITÉ DES COURS D EAU (S.E.Q.) L E S P R I N C I P E S G É N É R A U X LES La vocation première des Agences de l Eau est le financement de travaux

Plus en détail

Département de la GIRONDE. Ville de Bègles RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

Département de la GIRONDE. Ville de Bègles RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Département de la GIRONDE Ville de Bègles Projet présenté par la SCI J3A pour une plate-forme logistique RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Par arrêté en date du 29 août 2013, Monsieur le Préfet de la Gironde

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS Direction Générale des Services Techniques Direction de l Eau et de l Assainissement FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS 1 - RENSEIGNEMENTS GENERAUX 1.1. - Administratifs Raison sociale :.. N Rue

Plus en détail

SAGE VILAINE. Règlement

SAGE VILAINE. Règlement SAGE VILAINE Règlement Projet pour la CLE du 29 mars 2013 1 Les Zones Humides Les zones humides jouent un rôle important dans la gestion quantitative et qualitative de l eau, en particulier sur les têtes

Plus en détail

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010 Sous-titre - date De la reconstitution des sols à la re-végétalisation Rencontres professionnelles de RITTMO - 22 avril 2010 Etat des besoins des collectivités

Plus en détail

Direction Régionale de l Environnement et l Aménagement de et Lorraine du Logement. de Lorraine. www.developpement-durable.gouv.fr

Direction Régionale de l Environnement et l Aménagement de et Lorraine du Logement. de Lorraine. www.developpement-durable.gouv.fr L état L état écologique écologique et et biologique biologique des des rivières, rivières, canaux canaux et plans et plans d eau d eau de de Lorraine Lorraine État des État lieux des «lieux 2013 2013»

Plus en détail

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie.

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie. MasterSciencesd M delaterre,del'eaauetdel'environ nnement In ngénieriedeshyd drosystèmesetdesbassinsversan nts P ParcoursIMACOF ROBERTBenjjamin Juin Aoûtt2012 Maîtredestage:ETIENNEHélène SA AGEClain,ConseiilGénéraldelaVienne

Plus en détail

COMITE DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA MAULDRE ET DE SES AFFLUENTS. Révision du SAGE de la Mauldre. Règlement. Validé par la CLE du.

COMITE DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA MAULDRE ET DE SES AFFLUENTS. Révision du SAGE de la Mauldre. Règlement. Validé par la CLE du. COMITE DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA MAULDRE ET DE SES AFFLUENTS Révision du SAGE de la Mauldre Règlement Novembre 2012 V4 Validé par la CLE du Ce document est en cours d écriture La présente version

Plus en détail

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux?

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Atelier technique ALE, 7 juillet 2009 R. Chartier BRGM - Service Géologique Régional Rhône-Alpes Géothermie > Principes Atelier

Plus en détail

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance 1 S Le tableau de bord du PDM p 3 Résorption des rejets diffus Evolution des ventes de produits phytosanitaires p 6 Suivi du Plan végétal pour l environnement p 7 Contractualisation des mesures agri environnementales

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau (Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau Nicolas Mayon (PNHSFA) 8 e Rencontre entre Acteurs de la Rivière Houffalize 17 octobre 2014 Impacts

Plus en détail

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne 1 ère révision Règlement Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Projet pour consultation Table des matières I. Préambule... 3 A. Portée

Plus en détail

Qualité de l eau de la rivière Lorette

Qualité de l eau de la rivière Lorette 2009 Qualité de l eau de la rivière Lorette Table des matières Liste des tableaux... 3 Liste des figures... 3 Liste des photos... 3 Liste des annexes... 3 Description du bassin versant... 4 Données historiques

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Art 1 : objet = définir les conditions d épandage sur sols agricoles, forestiers

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1213 du 10 août 2007 relatif aux schémas d aménagement et de gestion

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION

ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION Construction neuve consommation d espace Analyse sur la période 1996 2003 Situation du Pays de Châteaubriant par rapport au département

Plus en détail

Introduction. Introduction. Cédric HALKETT Ingénieur Expert Qualité des Eaux

Introduction. Introduction. Cédric HALKETT Ingénieur Expert Qualité des Eaux Les Réseaux de suivi de la qualité des milieux aquatiques : Présentation et perspectives d avenir Introduction Introduction 3 èmes rencontres scientifiques de l Agence de l Eau Cédric HALKETT Ingénieur

Plus en détail

5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP)

5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) 5. DIAGNOSTIC DU BASSIN VERSANT DE LA YAMASKA 5.1 Sous-bassin de la rivière Yamaska Sud-Est 5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) N de station IQBP - 2007 Évolution 2001-2003

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON ARRETE N 2016-04-21-R-0333 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement des eaux usées autres

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

ZONAGE D ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES

ZONAGE D ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES V3 MARS 2014 ZONAGE D ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Dossier d enquête publique SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Direction Déléguée Ouest : 1 rue du Général de Gaulle

Plus en détail

Une stratégie pour un bon état des eaux 2010-2015. Dossier de presse

Une stratégie pour un bon état des eaux 2010-2015. Dossier de presse Une stratégie pour un bon état des eaux Comité de bassin Loire-Bretagne du 15 octobre Dossier de presse - le communiqué du comité de bassin réuni le 15 octobre - le schéma directeur d aménagement et de

Plus en détail

Bassin hydrographique : Loire- Bretagne Bassin étendu sur les départements de l Ille et Vilaine et de la Manche Superficie : 1130 km² Réseau

Bassin hydrographique : Loire- Bretagne Bassin étendu sur les départements de l Ille et Vilaine et de la Manche Superficie : 1130 km² Réseau Colloque Têtes de bassin Comment concilier les enjeux sur ces territoires hors du commun? Paris, 4 mars 2015 Bassin hydrographique : Loire- Bretagne Bassin étendu sur les départements de l Ille et Vilaine

Plus en détail

La qualité des eaux de baignade. sur le littoral des Pyrénées Atlantiques

La qualité des eaux de baignade. sur le littoral des Pyrénées Atlantiques La qualité des eaux de baignade sur le littoral des Pyrénées Atlantiques La problématique de la qualité des eaux de baignade est principalement abordée sous l aspect bactériologique. Pour garantir une

Plus en détail

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Ce résumé non technique a pour objet de faciliter la prise de connaissance des informations contenues dans le dossier. Conformément

Plus en détail

SAGE Estuaire de la Loire état des lieux. Eaux de surface : - rivières - lacs - eaux de transition - eaux côtières

SAGE Estuaire de la Loire état des lieux. Eaux de surface : - rivières - lacs - eaux de transition - eaux côtières Partie III : Qualité des eaux III.1 Avant propos, objectifs, contexte III.1.1 Objectif de «bon état» des eaux En adoptant la Directive Cadre sur l Eau (2/6/CE) en octobre 2, le parlement européen a placé

Plus en détail

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD Commune de Alix Révision du PLU Réunion Publique du 22 Septembre 2011 Diagnostic et PADD Le cadre juridique pour élaborer un PLU - La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000 -

Plus en détail

Journée technique d information et d échanges «Restauration des cours d eau en milieu urbain» ARRA St Etienne le 23 mai Gaillard le 29 mai

Journée technique d information et d échanges «Restauration des cours d eau en milieu urbain» ARRA St Etienne le 23 mai Gaillard le 29 mai Journée technique d information et d échanges «Restauration des cours d eau en milieu urbain» ARRA St Etienne le 23 mai Gaillard le 29 mai Plan de l intervention Présentation du programme d actions 2013-2018

Plus en détail

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018 10 ème Programme Vendredi 12 octobre 2012 Agence de l eau Rhin-Meuse 9h30 >13h00 Contact presse : Dominique Frechin / tél. 03 87 34 48 59 1 Les priorités Les avancées L état des eaux Les causes et les

Plus en détail

LES GRANDS ESTUAIRES FRANÇAIS

LES GRANDS ESTUAIRES FRANÇAIS environnement direction de l environnement et de l aménagement littoral Louis-Alexandre Romaña LES GRANDS ESTUAIRES FRANÇAIS publié dans la revue Equinoxe, spécial environnement littoral numéro 47-48,

Plus en détail

Conclusions DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE

Conclusions DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE DEMANDE D AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L EAU SUR LA COMMUNE DE ST SYMPHORIEN CONCLUSIONS

Plus en détail

Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron

Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron Sollicitation de l avis de l Etablissement En application de l article L.212-6 du Code de l Environnement, Monsieur Yvon BEUCHON, Président de

Plus en détail

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES CANTON DE VAUD Département de la Sécurité et de l Environnement INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES Classe I : naturel/semi-naturel Classe II : peu atteint Classe III

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

Bancarisation et valorisation des données de suivi de la qualité des eaux souterraines au droit des sites industriels en région Rhône-Alpes

Bancarisation et valorisation des données de suivi de la qualité des eaux souterraines au droit des sites industriels en région Rhône-Alpes Bancarisation et valorisation des données de suivi de la qualité des eaux souterraines au droit des sites industriels en région Rhône-Alpes Laurent Albert (1), Laurent Cadilhac (2), Romain Chartier, Violaine

Plus en détail

1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU

1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU 1 - PRESERVER OU AMELIORER LES RESSOURCES EN EAU Le diagnostic du SAGE a mis en évidence les principaux problèmes que connaît le mode de gestion actuel des ressources en eau. On distingue 4 types de problèmes

Plus en détail

Programme de mesures du bassin Loire-Bretagne 2010-2015. Bilan d avancement à tiers parcours

Programme de mesures du bassin Loire-Bretagne 2010-2015. Bilan d avancement à tiers parcours Programme de mesures du bassin Loire-Bretagne 2010-2015 Bilan d avancement à tiers parcours Décembre 2012 Bilan d avancement du programme de mesures 2010-2015 du bassin Loire Bretagne I. RESUME...3 II.

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR Assainissement non collectif Étude de définition de filière Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) DiRECTION ENVIRONNEMENT 2 ÉTUDES DE DÉFINITION DE FILIÈRE Étude

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Nantes Plan Local d Urbanisme 7.Annexes 7.3 Réseau d assainissement Notice Pôle Erdre et Cens, Pôle Erdre-Fleuriaye, Pôle de l Aubinière, Pôle Nantes-Loire, Pôle Loire et Sèvre, Pôle Chantenay-Chézine,

Plus en détail

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats Crédit photo : JP.LEFEBVRE - AEAP Principaux résultats du bilan intermédiaire 2012 du Programme de Mesures

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION AU TITRE DES ARTICLES L. 214-1 à L. 214-6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DANS LES COURS D EAU

FORMULAIRE DE DECLARATION AU TITRE DES ARTICLES L. 214-1 à L. 214-6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DANS LES COURS D EAU direction départementale de l Équipement et de l Agriculture Ardèche Service Environnement Pôle Eau FORMULAIRE DE DECLARATION AU TITRE DES ARTICLES L. 214-1 à L. 214-6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

stockage souterrain de gaz naturel

stockage souterrain de gaz naturel Projet de stockage souterrain de gaz naturel Salins des Landes Synthèse du dossier du maître d ouvrage pour le débat public Octobre 2011 Le projet Salins des Landes Le projet Salins des Landes porte sur

Plus en détail

POLITIQUE DE L EAU DANS LE DÉPARTEMENT DU LOIRET. Principales prescriptions, opposition aux déclarations 1/34

POLITIQUE DE L EAU DANS LE DÉPARTEMENT DU LOIRET. Principales prescriptions, opposition aux déclarations 1/34 PRÉFECTURE DU LOIRET POLITIQUE DE L EAU DANS LE DÉPARTEMENT DU LOIRET Principales prescriptions, opposition aux déclarations Validé par le comité de pilotage stratégique de la MISEN du 16 février 2012

Plus en détail

SOMMAIRE 1. RAPPEL DES ENGAGEMENTS DU MAITRE D OUVRAGE... 3 2. PRESENTATION SYNTHETIQUE DES EXPERTISES MENEES EN 2012... 4

SOMMAIRE 1. RAPPEL DES ENGAGEMENTS DU MAITRE D OUVRAGE... 3 2. PRESENTATION SYNTHETIQUE DES EXPERTISES MENEES EN 2012... 4 Desserte routière de l Aéroport du Grand Ouest Notice additive N 1 au dossier de demande de dérogation au titre de l article L.411-2 du code de l environnement PHOTO A INSERER : 1. Insérer la photo dans

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS Raison sociale :... Commune, code postal :... Version numérique du rapport remise en version : CD DVD Clé USB Mail à

Plus en détail

La gestion de crise. 1- Qu est-ce qu une situation de crise? 2- Quels sont les éléments identifiant une crise?

La gestion de crise. 1- Qu est-ce qu une situation de crise? 2- Quels sont les éléments identifiant une crise? Guide de l action associative : le SDAGE Loire Bretagne 2010 2015 / La gestion quantitative La 1- Qu est-ce qu une situation de crise? Nous sommes en situation de crise hydrique lorsque l on descend en

Plus en détail

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 Présentation Générale : Superficie : 377 km² exutoire : Baie de Somme longueur des cours d'eaux principaux : 28 km Population du bassin Versant 2006 : 58 335 hab Évolution

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires La police de l'eau - Pourquoi une police de l'eau? Les directives européennes, la loi sur l'eau de 2006 et le Grenelle de l'environnement ont

Plus en détail

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 1 LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 2 1 Plan de l intervention Le SDAGE : objectifs, enjeux, Le PDM : définition, contenu, chiffrage 3 SDAGE

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT Frank SOUCIET Responsable Pôle GEMAPI 03 décembre 2015 Mission Inter-Services de l Eau en Vaucluse Préambule Principes généraux Champ d application

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

4.5 LES USAGES INDUSTRIELS DE L EAU

4.5 LES USAGES INDUSTRIELS DE L EAU 4.5 LES USAGES INDUSTRIELS DE L EAU 4.5.1 ORIGINE DES DONNEES 4.5.2. LES BESOINS/RESSOURCES EN EAU 4.5.3. LES REJETS INDUSTRIELS 4.5.4. LES RISQUES INDUSTRIELS 4.5.5. LES SITES POLLUES 4.5.6. LES EXTRACTIONS

Plus en détail

AVANT-PROJET DE SDAGE 2016-2021

AVANT-PROJET DE SDAGE 2016-2021 AVANT-PROJET DE SDAGE 2016-2021 Documents d accompagnement Bassin Rhône-Méditerranée Bureau du comité de bassin Rhône-Méditerranée 11 juillet 2014 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT Sommaire PRESENTATION SYNTHETIQUE

Plus en détail

Proposer des améliorations au réseau permanent de surveillance de la qualité de l'air ;

Proposer des améliorations au réseau permanent de surveillance de la qualité de l'air ; ENVIRONNEMENT DE L UNITE DE VALORISATION ENERGETIQUE DES DECHETS (UVED) DE LUNEL-VIEL Campagne temporaire de mesures au Sud de l UVED Printemps 2010 Lexique Cd : cadmium Zn : zinc Cr : chrome, As : arsenic

Plus en détail

De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera. Les redevances. Pollution de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte

De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera. Les redevances. Pollution de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte Les redevances de l agence de l eau Loire-Bretagne 2 0 1 3-2 0 1 8 de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte J. L. Aubert De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera 2,45

Plus en détail

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation.

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Article 1 er.- En application des dispositions de l article 1 er du décret exécutif n 92-65

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic A la demande du Conseil Général de la Seine-et-Marne, AIRPARIF a établi un bilan de la qualité de l air

Plus en détail

7.2.c Notice sanitaire et de traitement des déchets

7.2.c Notice sanitaire et de traitement des déchets 7.2.c Notice sanitaire et de traitement des déchets Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du 07 octobre 2013 approuvant le PLU 1. Le réseau d eau potable L alimentation en

Plus en détail

L EAU ET L HOMME L EAU ET LA TERRE L EAU ET LA MER L EAU ET LES MILIEUX AQUATIQUES

L EAU ET L HOMME L EAU ET LA TERRE L EAU ET LA MER L EAU ET LES MILIEUX AQUATIQUES 01 Fédération française des associations de protection de la nature et de l environnement, France Nature Environnement est la porte-parole d un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 80

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

Quelques commentaires concernant l émission France 3 «Cévennes : Révélations sur une pollution cachée»

Quelques commentaires concernant l émission France 3 «Cévennes : Révélations sur une pollution cachée» Bonifacio Iglesias Maire Prof. i. R. Dr. Peter Krauss Chimie bio-inorganique Université de Tuebingen 1 er adjoint au Maire d Anduze Mairie, Plan de Brie 30140 Anduze accueil : 04 66 61 80 08 mobile : 06

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 PRÉAMBULE La gestion des eaux pluviales vise trois enjeux principaux : Réduire le risque d inondations ; le dimensionnement du

Plus en détail

SAGE DE LA VALLEE DE L AUTHIEL

SAGE DE LA VALLEE DE L AUTHIEL SAGE DE LA VALLEE DE L AUTHIEL PROBLEMATIQUE DE ASSAINISSEMENT NON ET CONTRAINTES D URBANISME UNE REALITE HYDROGEOLOGIQUE INDISCUTABLE La nappe de la craie est présente sous toute la superficie de la vallée

Plus en détail

Contacts presse Conseil départemental de la Mayenne. Agence de l Eau Loire-Bretagne

Contacts presse Conseil départemental de la Mayenne. Agence de l Eau Loire-Bretagne Contacts presse Conseil départemental de la Mayenne Nathalie MOREAU Directrice adjointe de Cabinet en charge de la communication Attachée de presse Tél : 02 43 66 53 38 Portable : 06 88 49 33 95 Courriel

Plus en détail

SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT

SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL 2013 I - CARACTERISATION TECHNIQUE du SERVICE 1) Présentation du territoire desservi La Commune de Noirétable assure elle-même la gestion de ce service en régie

Plus en détail

8.2 INCIDENCES DES AMENAGEMENTS ACTUELS ET PROJETES DU PARC D ACTIVITES DE CAHORS SUD SUR L EAU, LES MILIEUX AQUATIQUES ET LES USAGES

8.2 INCIDENCES DES AMENAGEMENTS ACTUELS ET PROJETES DU PARC D ACTIVITES DE CAHORS SUD SUR L EAU, LES MILIEUX AQUATIQUES ET LES USAGES 8.2 INCIDENCES DES AMENAGEMENTS ACTUELS ET PROJETES DU PARC D ACTIVITES DE CAHORS SUD SUR L EAU, LES MILIEUX AQUATIQUES ET LES USAGES 8.2.1 Incidence sur les débits d évacuation des eaux pluviales à l

Plus en détail