Les impacts de l'ac.vité extrac.ve

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les impacts de l'ac.vité extrac.ve"

Transcription

1 Les impacts de l'ac.vité extrac.ve

2 (B. Higman, 2015)

3 Des environnements ar.ficialisés que l'on doit comprendre et maîtriser Bassin de résidus miniers, Tilden mine, WI (B.I.F.): silice à héma.te

4 Tilden et Empire mines: la mine, les bassins à résidus. Minerais différents, résidus différents.

5 Un héritage à maîtriser Nauru: exploita.on de guano abandonnée L'après- mine: réhabilita.on de la mine de Res.gouche, Québec L'après- mine non réhabilité: les drainages miniers acides (Portugal)

6 Les impacts directs 1. Impacts visuels 2. Sécurité sur mines et carrières 3. Impacts des poussières 4. Emissions de fumées: impacts de l'ac.vité pyrométallurgique 5. Stabilité des sites: mines souterraines, résidus miniers 6. Implica.ons sur les circuits économiques et les ac.vités humaines (Nauru, "Conflict minerals" ) discutées avec la durabilité

7 1. Impacts visuels Udachnaya pipe (Sibérie): 600 m de profondeur Terrils: mine d'or de Norseman (WA, Australie)

8 2. Sécurité industrielle spécifique (Hors substances énergé.ques: charbon, U) Impacts sur la santé: poussières (dont fibres), produits chimiques, bruit, stress thermique (Afrique du Sud: mines d'or vers 3900 m: environnement rocheux C) Régula.ons interna.onales. Exemple: limite d'exposi.on à la silice cristalline (0.1mg/m 3 )

9 3. Les empoussièrements Poussières: impact majeur de l'ac.vité extrac.ve (mines, carrières) Concentra.on gravimétrique "respirable" et teneur en quartz Pneumoconioses: silicose, asbestose

10 Quand la morphologie pose problème: les amiantes Serpen7ne (chryso7le) (USGS, 2011) Amphibole (anthophyllite)

11 Groupe de fibres de chryso7le: la difficulté du comptage. Ancienne mine de Nonza (arrêtée en 1965)

12 Appareil pulmonaire: localisa.on des poussières selon leur taille (Gunter et al., 2007)

13 (Fubini et Fenoglio, 2007)

14 Silicose Silicose: par.cules de silice cristalline captées par des macrophages, provoquent une inflamma.on due à la libéra.on de facteurs de nécrose: proliféra.on des fibroblastes et de collagène autour de la par.cule de silice, donnant pour résultat une fibrose et des lésions. Ac.vités extrac.ves avec impacts carcinogènes reconnues: diatomées, granite, sables.

15 Effets biologiques (1) Interac.on avec macrophages (24h) Crocidolite Laine de verre 5µm Laine de roche Fibre réfractaire

16 Effets biologiques (2) Ac.on des macrophages sur les fibres d amiante amphibole (USGS, 2011) asbestos bodies

17 Stabilité chimique des amiantes 8 ans 6 ans Dissolu.on d'un mélange chryso.le, trémolite et quartz dans des liquides biologiques simulés: la couche octaédrique du chryso.le est rapidement dissoute. (Wood, 2006)

18 4. Les émissions Cheminées de traitement des minerais de la mine Mount Isa (Queensland; Glencore- Xstrata) (Taylor et al., 2014) De la mesure à la réglementa.on: le cas du Queensland

19 Sudbury/Impacts: SO 2 - la plus grande cheminée du monde (380 m) - le principal émeoeur de SO 2 d Amérique du Nord (mais réduc.on de 2 Mt à 150 kt/an)

20 5. Stabilité des sites Modifica.on majeure de certains sites (mines à ciel ouvert: Bingham= 1,2 Gm 3 déplacés (sur 43 Gm 3 pour USA) Glissements de terrain (Mai 2013: mine de Bigham, Utah) : 70 millions m 3 (mais prévu par interférométrie radar sur site) Le plus important transfert de terrain observé aux USA après Saint Helens

21 Effondrements d'anciennes mines Mine d'elura (NSW, Australie)

22 Rupture des digues de bassins à résidus Effondrement du bassin à résidus de Cananea, Sonora, Aout 2014 ( m 3 )

23 24 Juillet Aout 2014 (NASA, 2014) Brèche de la digue du bassin à résidus, Mount Polley, BC

24 Mount Polley, BC Des volumes importants (10 million m 3 d'effluents millions m 3 de haldes et 6.5 million m 3 d'eau inters..elle), des effets à long terme mal connus.

25 Les impacts à long terme - Contamina*on : accroissement notable de la concentra.on d éléments minéraux, organiques ou pathogènes dans un sol au- delà des valeurs normales, sans préjuger de la modifica.on de sa qualité. - Pollu*on : présence de polluants dans un milieu, suite à l ac.vité humaine, suscep.bles de danger pour l homme, les écosystèmes ou l environnement. La pollu.on peut être historique, nouvelle ou résiduelle (après réhabilita.on). Dépollu*on: empêcher la diffusion d'un polluant dans l'environnement

26 La nocivité chimique: une ques.on de rela.vité Dangereux/Toxique H Li Be? Na K Mg Ca Rb? Sr Cs Ba (Fr) Ra? Sc? Ti V * Cr Mn Fe Co Ni * Cu Y Zr Nb Mo (Tc) Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe RARE EARTH Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi ACTIN- IDES Toxicité des éléments Mammalian Essential Nutrients Rare Earth or Lanthanide Group? Esssen.el Zn B C N O Al Si P Ga Ge? As F* Ne S Cl Ar Se (Po) (At) He Br? Kr La Ce Pr Nd (Pm) Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu *? Rn Actinide Group (Ac) Th (Pa) U = Established essential nutrient * = Probable or required under special conditions = Possible, with some evidence, or potential? = Mentioned in only one source

27 La contamina.on dépend de la spécia.on de l'élément. Les structures cristallines/cristallochimiques sont prépondérantes. (Smith&Huyck, 1999)

28 Les impacts contaminants Ac:on "instantanée" Temps géologiques Catastrophes environnementales (par ex. Aznalcollar, 1998). Impacts à court et long terme. Aspect régional. As, Cd, Pb, Hg, Sb, Cr Concentra.ons naturellement élevées: anomalies géochimiques. Minéraux stables, peu solubles. Transferts dans les fleuves (Garonne ), à par.r d'anciens sites miniers. Impacts retardés, aspect régional. Evolu.on d'anciens résidus miniers. Impacts retardés. "Bombes à retardement"

29 Sources et transport des contaminants (Brown and Calas, 2011)

30 Rôle des interfaces (Brown et al., 2008)

31 L'importance de l'adsorp.on METAL OXIDE or 0-PLANE (surface negatively charged) he Electrical ouble Layer Mineralolution Interfaces METAL OXIDE Oxygen Cation. + INNER HELMHOLTZ PLANE 1 (IHP 1 ) + INNER HELMHOLTZ PLANE 2 (IHP 2 ) OUTER HELMHOLTZ PLANE Water Molecule - Anion SPECIFICALLY ADSORBED ANION (outer sphere) SOLVATED ANION (non-specifically adsorbed) SPECIFICALLY ADSORBED CATIONS (inner sphere) NORMAL WATER STRUCTURE (ε = 78.5) SECONDARY WATER LAYER (ε = 32) PRIMARY WATER LAYER (ε = 6) mole % uptake (Brown and Parks, 2001) Point of Zero Charge = ph at which the surface charge is neutral (Brown and Parks, 1990) mole % uptake mol % bound Cations Anions SeO 4 2- SO 4 2- ph ph pzc (+) (-) 0 CrO 4 2- VO 4 3- ph pzc (+) 0(-) AsO ph (Stumm, 1992)

32 Géométrie des processus de piégeage de cations sur une surface Différents types de processus d'adsorp.on avec des stabilités différentes Adsorption d'un complexe sphère externe de Pb(II) sur une surface (0001) de α- Al 2 O 3.

33 Iden.fica.on de la spécia.on des métaux/ métalloïdes Caractérisa.on physique Diffrac.on des RX Microscopie électronique, Microsonde électronique Spectroscopie d absorp.on des RX (XANES, EXAFS) Imagerie des éléments mineurs/traces Caractérisa.on chimique Extrac.ons sélec.ves

34 Anciens sites miniers Importance en France: 130 Mt de résidus générés par les mines métalliques Origine: minerais de métaux lourds, impuretés non exploitées (As dans pyrite: qq 10 3 ppm), éléments non récupérés dans le process Importance : - du piégeage dans phases solides - du relargage différé Stabilité des phases secondaires Influence de ph et Eh: les drainages miniers acides

35 Une cause majeure de pollu.on: l'oxyda.on des sulfures/arséniures Réac.on en deux étapes: S et ca.ons Soit la réac.on globale:

36 Pérennité du piégeage : stabilité intrinsèque des phases secondaires : réduc.on des oxyhydroxydes de fer : relarguage de l arsenic en milieu réducteur; changement de condi.ons de ph : désorp.on de As ou dissolu.on de phases secondaires porteuses de As relargage de As sorbé sur des phases amorphes (oxyhydroxydes de fer) lors de l évolu.on de ces phases vers des structures mieux cristallisées

37 Ancienne usine Metaleurop Nord, Noyelles- Godault (62) Distribu.on spa.ale du zinc et du plomb Courcellesles-Lens Evin- Malmaison cultivé N Distribu.on ver.cale du zinc et du plomb ph 7.5, COT 1.5 % Concentration (ppm) Horizon labouré Profondeur (cm) PbZn la Deule sous-bois Dourges Usine ph 5.5, COT 6.5 % Concentration (ppm) Zn Pb Noyelles -Godault 750 m > 200 mg/kg > 500 mg/kg > 1000 mg/kg Profondeur (cm) (Morin et al., 1999) 120

38 Spéciation différente pour le zinc... ZnS ZnSO4 usine scories aérosols Emissions Pb/Zn 40 t/an (DRIRE 1991) (Juillot et al., 2003) Scories Phyllosilicate Zn Hydrotalcite Zn/Al Précipitation Zn, Al Zn, Al Si Zn, Al Magné*te Zn Zn(II) / M.O. Zn(II) / oxyde Fe. Zn, Fe Adsorption Zn 2+ Zn Fe Zn 2+ Fe

39 et pour le plomb PbS PbSO4 usine scories aérosols Emissions Pb/Zn 40 t/an (DRIRE 1991) (Morin et al., 1999) Scories Adsorption majoritaire Pb(II) / oxydes (Fe et Mn) Pb(II) / M.O. Pb 2+ Pyromorphite Pb5(PO4)3Cl Pb Pb 2+ P

40 L'arsenic: un problème environnemental important Deux degrés d'oxyda.on en surface: +3 (arsénites) et +5 (arséniates); - 3 stable en condi.ons géologiques (arséniures). Complexes organiques et interac.on avec ac.vité biologique. Impacts sur la santé Souvent présent en élément associé non valorisé. Stabilisa7on de As Oxyda.on des sulfures (contenant As) et des arséniures Piégeage de l arsenic dans des phases minérales secondaires (oxydes Fe, Mn, arséniates Ca, Fe ) Processus d adsorp.on et/ou de coprécipita.on avec les oxyhydroxydes de fer. Rôle crucial du facteur microbiologique

41 L'ac.vité minière n'est que l'une des causes de contamina.on en As

42 Le rôle ac.f des micro- organismes - catalyse des réac.ons (redox) - biominéralisa.ons - adsorp.on en surface La modifica.on de la spécia.on des polluants dépend du métabolisme bactérien. Phosphates d'uranyle

43 Le site contaminé (As) de Carnoulès, Gard (1) Stromatolite (25-40% As % As 3+ ) ph 3 [ As III ]: mg/l 1 m sediments ph 3 [ As III ] 1mg/l ph 7 [ As III ] 100µg/l (Morin et al., 2003) Les concentra.ons baissent vers l'aval mais restent au- dessus des normes (10 µg/l)

44 Printemps Thiobacillus ferroxydans Fe 3+ As 3+ Des structures minérales pour piéger As 3+/5+ Fe 3+ Tooeleite: Fe 3+ & As 3+ As 5+ Eté Bactéries: Thiomonas As-schwertmannite: Fe 3+ & As 5+ Tooeleite Printemps: As 3+ co- précipite avec Fe 3+ (Thiobacillus Ferrooxydans n oxyde que Fe 2+ : minéraux As 3+ - Fe 3+ Eté: Thiobacillus (Fe 2+ ) +Thiomonas (As 3+ )= minéraux As 5+ - Fe 3+ + adsorp.on (Morin et al., 2003, 2007)

45 Des réac.ons couplées Interac.on biochimie- géochimie

46 Transport de Cd dans la Garonne Ac.vité métallurgique ancienne (1840): stériles d'extrac.on Ac.on des crues: lessivage et mise en suspension. Transport sous forme par.culaire ou dissoute Formes réduites insolubles (sulfures: CdS ), formes adsorbées, carbonates Transforma.ons durant le transport. Estuaire de la Gironde: libéra.on progressive de tout le stock Cd Baisse du stock Cd et des flux (stabilisa.on des crassiers, évacua.on vers l'aval): produc.on d'huitres autorisée depuis Juin 2014 (Pigeot et al., 2006)

47 La catastrophe d'aznalcollar (1998, Andalousie) Rupture de digue contenant des déchets miniers (Rio Tinto): Pb, Zn, As 3 Millions m 3 boues et 4 Millions m 3 eaux acides 4m sur >4000 ha, 80 km de rivière affectés

48 Contamina.on chimique Rémanence chimique (réac.vité des sulfures) La contamina.on a fortement baissé au cours des premières années, mais reste importante (par ex. 16 mg/l de Zn)

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

Viandes, poissons et crustacés

Viandes, poissons et crustacés 4C la Tannerie BP 30 055 St Julien-lès-Metz F - 57072 METZ Cedex 3 url : www.techlab.fr e-mail : techlab@techlab.fr Tél. 03 87 75 54 29 Fax 03 87 36 23 90 Viandes, poissons et crustacés Caractéristiques

Plus en détail

Commission juridique et technique

Commission juridique et technique Autorité internationale des fonds marins ISBA/9/LTC/3 Commission juridique et technique Distr. limitée 29 avril 2003 Français Original: anglais Neuvième session Kingston, Jamaïque 28 juillet-8 août 2003

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP Le risque toxique lors des opérations de brasage fort dans le secteur du BTP F. MICHIELS 1, B. BOUARD 1, F. RIVIERE 1, C.MALLANTS 2 1: service de santé des armées 2: APSMT Blois Rappels technologiques

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie?

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? 8 juin 2010 Journée InTech (INRIA) Françoise Berthoud Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr Groupe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005 Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 25 Evaluation des performances du spectromètre portable de

Plus en détail

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie Université Lille1 impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé J. Prygiel 1,2, G. Billon 2, E. Prygiel 2 1 Agence de l eau

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

Mesures in situ et sur site

Mesures in situ et sur site Mesures in situ et sur site Avantages de la mesure in-situ pas de perturbation du milieu pas d échantillonnage (prélèvement, conditionnement, stockage) mesure en temps réel Senseurs chimiques Biocapteurs

Plus en détail

GRILLE TARIFAIRE 2014. Service Exceptionnel. Expertise en Analyse.

GRILLE TARIFAIRE 2014. Service Exceptionnel. Expertise en Analyse. GRILLE TARIFAIRE 2014 Service Exceptionnel. Expertise en Analyse. .COM Bienvenue chez Accurassay La version 2014 de notre Grille Tarifaire vous fournit une mise à jour de l étendue de nos services et de

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 200 Mét. 1.2 Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon 2014-05-09 (révision 5) Comment

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

Orientations stratégiques en matière de développement minier

Orientations stratégiques en matière de développement minier Ministère de l Energie et des Mines Orientations stratégiques en matière de développement minier Journées Nationales de l Industrie Minérale Marrakech, 23-25 novembre 2005 1 Plan de l exposé Place de l

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

Classification périodique des éléments

Classification périodique des éléments Classification périodique des éléments Table des matières 1 Tableau périodique à dix-huit colonnes 1.1 Présentation du tableau périodique.................... 1. Analyse de la classification.........................

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Principe de fonctionnement des Mines Rejets Atmosphériques Explosifs Ciment

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Présentation du logiciel ASTRAL

Présentation du logiciel ASTRAL Page 1/11 Présentation du logiciel ASTRAL 1. INTRODUCTION Le logiciel ASTRAL est développé dans le cadre d un projet cofinancé par IRSN et EDF. ASTRAL est un acronyme pour ASsistance Technique en Radioprotection

Plus en détail

Direction de la Santé Division de la santé au travail

Direction de la Santé Division de la santé au travail Direction de la Santé Division de la santé au travail oxyde de fer et oxydes de plomb, d aluminium et de nickel Exposition aux poussières pendant le travail coton, laine, microorganismes foin, farine,

Plus en détail

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE Affaire suivie par : Mme Gisèle ATOUBA 02 32 76 53 91 mél : 02 32 76 54 60 gisele.atouba@seine-maritime.pref.gouv.fr

Plus en détail

Matières premières stratégiques pour l économie de l Allemagne, site de haute technologie

Matières premières stratégiques pour l économie de l Allemagne, site de haute technologie Matières premières stratégiques pour l économie de l Allemagne, site de haute technologie Programme de recherche et de développement sur les technologies pour les matières premières Matières premières

Plus en détail

Les gaz non conventionnels et l eau

Les gaz non conventionnels et l eau Depuis quelques années, le développement rapide en Amérique du Nord des gaz non conventionnels a bouleversé le marché du gaz naturel. Sous ce terme général, on regroupe plusieurs types de production comme

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Point de Contact National. Assurer l approvisionnement en matières premières non énergétiques et non agricoles

Point de Contact National. Assurer l approvisionnement en matières premières non énergétiques et non agricoles Point de Contact National Assurer l approvisionnement en matières premières non énergétiques et non agricoles Répartition du sujet selon les thématiques 1 Calls Waste Water Inno. Low carbon, ressource

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Ressources minérales et Hydrocarbures. Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech

Ressources minérales et Hydrocarbures. Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech Ressources minérales et Hydrocarbures Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech Colloque IMT «Ressources naturelles & Environnement», 5 et 6 novembre 2014 Les minéraux d intérêt économique Minéraux

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques M2 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 CODEX STAN 212-1999 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 1. CHAMP D'APPLICATION ET DESCRIPTION La présente norme vise les sucres énumérés ci-après destinés à la consommation humaine

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Atelier de Micronutri.on

Atelier de Micronutri.on Atelier de Micronutri.on Docteur Astrid Duval- Goetgheluck Médecine morphologique et an.- âge Nutri.on tel: 06 11 09 26 54 PROBIOTIQUES PREBIOTIQUES SYMBIOTIQUES PROBIOTIQUES 2001 : comité d experts FAO/OMS

Plus en détail

Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs

Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs Hélène Capdevila Christophe Poinssot Pierre Vitorge pierre.vitorge /\T cea.fr CEA DEN Direction de l'energie

Plus en détail

Développement du processus d extraction de l or Rapport de capacités

Développement du processus d extraction de l or Rapport de capacités Développement du processus d extraction de l or Rapport de capacités BONNES SOLUTIONS BON PARTENAIRE Aperçu de la Société Australian Laboratory Services (ALS) a débuté à Brisbane sous le nom d»australian

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

N DRC-12-126318-06147A-V2

N DRC-12-126318-06147A-V2 NOTE D ETUDE 14/6/213 N DRC-12-126318-6147A-V2 Note sur l assimilation d un produit (bois faiblement adjuvanté) à un combustible de référence et sur la surveillance des installations classées dans la rubrique

Plus en détail

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 21 Moteurs et Carburants

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA CHLORATION?

QU EST-CE QUE LA CHLORATION? QU EST-CE QUE LA CHLORATION? Qu est-ce que la chloration? Des micro-organismes peuvent être trouvés dans des rivières, lacs et eau souterraine. Même si ce ne sont pas tous les micro-organismes qui peuvent

Plus en détail

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques.

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Parole d experts Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Panel d experts autour de Prof. Eric PIRARD, ULg - GeMMe Avec le soutien de : Les déchets

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Instructions sur la manutention en sécurité des batteries au plomb Batteries

Instructions sur la manutention en sécurité des batteries au plomb Batteries Instructions sur la manutention en sécurité des batteries au plomb Batteries Cette brochure a été préparée en collaboration avec le Comité des Affaires environnementales d EUROBAT (Mai 2003), révisée par

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE Conseil Général de Haute-Savoie SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE ETUDE DES AFFLUENTS DE L ARVE CAMPAGNES 2007-2008 Le Chinaillon au Grand Bornand, 24 juillet 2007 RESUME AUTRES

Plus en détail

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril 2013 1 : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Demande d un Permis Exclusif de Recherche de Mines (PERM)

Demande d un Permis Exclusif de Recherche de Mines (PERM) Demande d un Permis Exclusif de Recherche de Mines (PERM) PERM «Loc-Envel» La Société VARISCAN MINES, SASU au capital de 800 000, sise au 16 rue Léonard de Vinci, 45074 Orléans Cedex 2, et représentée

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010)

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010) Liste des maladies professionnelles de l OIT (révisée en 2010) CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL Recommandation 194 Recommandation concernant la liste des maladies professionnelles et l enregistrement

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante)

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) EnSciTerre, Cycles de conférences de l OSUC Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) E. Bourdon Sommaire - Qu est-ce qu un réservoir géothermal

Plus en détail

Colloque EDD 24 septembre 2008 Et l économie dans tout ça?

Colloque EDD 24 septembre 2008 Et l économie dans tout ça? Colloque EDD 24 septembre 2008 Et l économie dans tout ça? PROJET EN EDUCATION EN VUE DU DEVELOPPEMENT DURABLE Secondaire I Présenté par Gilles Blandenier, enseignant secondaire, Collège des Terreaux,

Plus en détail

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE Répondre à des problématiques industrielles en génie des procédés et environnement en s appuyant sur les compétences de laboratoires académiques

Plus en détail

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION CHIMIE 2 e OS - 2008/2009 : Cours et exercices -19- CHAPITRE 5 : REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION Chacun d entre nous a déjà observé l apparition de rouille sur un objet en fer, ou de «vert-degris»

Plus en détail

Eduard Back, OFEFP, Division substances, sol, biotechnologie

Eduard Back, OFEFP, Division substances, sol, biotechnologie BUWAL Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft OFEFP Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage UFAFP Ufficio federale dell'ambiente, delle foreste e del paesaggio UFAGC Uffizi federal

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction de l Eau et de la Biodiversité Sous-Direction de la Protection et de la Gestion des Ressources

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013 La Plateforme GALA Un projet régional structurant CPER 2007-2013 avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique Labellisé en avril 2009 Plateforme GALA : quel rôle? Principe

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Sites et Sols pollués. Tableau de bord Santé-Environnement Rhône-Alpes. Contexte. Définition. Sources de pollutions

Sites et Sols pollués. Tableau de bord Santé-Environnement Rhône-Alpes. Contexte. Définition. Sources de pollutions Tableau de bord Santé-Environnement Rhône-Alpes Contexte Le sol provient de la décomposition et de l altération des roches par l action de l eau, de l air et des êtres vivants. Tout usage des sols par

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif BIOROCK La solution d Assainissement Non Collectif Programme 1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction BIOROCK Système d épuration de BIOROCK Capacité des unités BIOROCK Avantages des unités BIOROCK Certifications

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail