ETUDE BILAN, EVALUATION ET PROSPECTIVES DU SAGE HAUT-DOUBS HAUTE-LOUE SYNTHESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE BILAN, EVALUATION ET PROSPECTIVES DU SAGE HAUT-DOUBS HAUTE-LOUE SYNTHESE"

Transcription

1 Etablissement Public Territrial du Bassin Saône Dubs ETUDE BILAN, EVALUATION ET PROSPECTIVES DU SAGE HAUT-DOUBS HAUTE-LOUE SYNTHESE 1- ASCONIT Cnsultants Crédit pht : Laure Castel, Laure Belmnt Parc scientifique Tny Garnier 6-8 Espace Henry Vallée LYON Cedex 07 Tel : Fax :

2 L idée de dter le territire Haut-Dubs Haute-Lue d un SAGE a vu le jur peu après la li sur l eau de Cette émergence précce d un tel util répndait alrs à des enjeux principalement de gestin quantitative mais aussi de qualité physic-chimique des eaux. Ce recul histrique est à la fis un atut ntamment pur la capacité des acteurs à dialguer et discuter au sein de la CLE, mais aussi un des défauts de ce SAGE dnt la rédactin et les mesures ne snt plus en phase aujurd hui avec les enjeux et la réglementatin. C est ce dernier cnstat qui a mtivé le lancement d un étude devant réaliser un bilan et une évaluatin du SAGE afin de dégager des perspectives pur le futur. Cette synthèse présente succinctement les différentes étapes de l étude et les rientatins prpsées pur le futur SAGE. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 2/29

3 SOMMAIRE 1 OBJET DE L ETUDE ET METHODOLOGIE Dérulement de l étude Cnsultatin des acteurs et méthdlgie PARTIE 3 : FONCTIONNEMENT DU SAGE Recul histrique : Dcument du SAGE : Apprpriatin et satisfactin des acteurs Synthèse du fnctinnement de la prcédure : PHASE 4 : REPONSE AUX QUESTIONS EVALUATIVES Q1 : Quelle a été l efficacité des actins menées sur le territire? Q2 : En qui le SAGE était pertinent par rapprt aux enjeux initiaux et finaux? Q3 : Quels nt été les effets prpres du SAGE? Q4 : quels snt les myens d actins de la CLE dans le cadre du nuveau SAGE? Cnclusin de la partie BILAN, DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES Haut-Dubs Haute-Lue : Des milieux préservés en tête de bassin versant la gestin quantitative (eau ptable, étiages), une équatin à résudre Les inndatins Les usages récréatifs des milieux Prpsitin d enjeux et d bjectifs à abrder dans le futur SAGE : L ANNEE DE L ELABORATION DU SAGE CONCLUSION ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 3/29

4 1 OBJET DE L ETUDE ET METHODOLOGIE La méthdlgie de l étude bilan, évaluatin et prspective est établie et décrite pur répndre initialement aux besins de réflexin et de pérennisatin de l actin à l achèvement d un cntrat de rivière 1. Réaliser un bilan et une évaluatin permet : «d apprécier l actin glbale qui a été réalisée, de répndre aux questins que se pse le cmité de rivière ; de mntrer aux acteurs le changement que leur effrt apprte» ; c est enfin «un util d rientatin pur l actin à venir.» Dans le cas du SAGE Haut-Dubs Haute-Lue, cette étude est une étape nécessaire afin de répndre aux nuvelles exigences réglementaires. Il s agit d une base de travail et d un dcument d rientatins pur la mise en œuvre de la révisin du dcument du SAGE Haut-Dubs Haute-Lue. Ces nuvelles exigences réglementaires snt prtées : - d une part par la Li sur l eau et les milieux aquatiques (LEMA) de décembre 2006 et ses décrets d applicatin d aût D ici 2012, le SAGE devra être rendu cnfrme à cette législatin. - D autre part, le SAGE devra être cmpatible d ici 2012 avec le futur SDAGE du bassin Rhône Méditerranée et Crse en curs de révisin. L étude a permis : a) d établir si les bjectifs initiaux nt été atteints en appréciant leur atteinte par des dnnées cncrètes et l avis des persnnes cncernées, b) d analyser les pints frts et pints faibles, les réussites et les échecs du SAGE grâce au retur d expérience que cnstitue cette étude. c) D évaluer le dispsitif d animatin et de piltage, le prtage institutinnel, d) De frmuler des recmmandatins sur la hiérarchie des enjeux, les bjectifs et les axes d actins ainsi que sur le dispsitif de suivi et d animatin de la mise en œuvre du SAGE. 1 Guide méthdlgique étude bilan, évaluatin et prspective des cntrats de rivière Janvier 2005, DIREN Rhône-Alpes, Agences de l eau Lire Bretagne et Rhône méditerranée et Crse, régin Rhône-alpes. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 4/29

5 1.1 Dérulement de l étude L étude est décupée en 5 parties regrupées en 3 phases : Tableau 1 : présentatin des phases de l étude bilan, évaluatin et prspective Phase 1 : Bilan Partie 1 : Etats des lieux initial et actuel du territire : cmparaisn Cllecte de dnnées, synthèse et cartgraphie Partie 2 : Bilan technic-financier bilan des actins financées Phase 2 : Evaluatin Partie 3 : Evaluatin du SAGE : fnctinnement de la prcédure Histire et cntexte du SAGE, rédactin du dcument, Mde de fnctinnement de la prcédure, l rganisatin de la cncertatin, les prises de décisins en CLE, Analyse du niveau d'apprpriatin et d adhésin, avis des acteurs à la fis qualitatif et subjectif sur le SAGE, jugements prtés sur la mise en œuvre du SAGE, les attentes. Partie 4 : Analyse, synthèse et évaluatin Répnse aux questins évaluatives : efficacité des actins menées, pertinence des bjectifs par rapprt à des enjeux en évlutin, pids des différentes pressins entre elles, impact du SAGE. Phase 3 : Analyse et Prpsitins Partie 5 : Recmmandatins et perspectives Synthèse du bilan état des lieux du territire, dcuments à prendre en cmpte pur la révisin du SAGE, Prpsitin d enjeux et d bjectifs suite au diagnstic et aux avis des acteurs puis cmpilatin de prpsitins d actins et réflexin sur la stratégie à adpter, Partage des bjectifs et actins avec les services de l Etat et le bureau de la CLE puis la CLE. Les parties 1 et 2 nt été réalisées en interne à l EPTB Saône Dubs. Les parties 3 à 5 nt été réalisées par Ascnit Cnsultants, en cllabratin avec la cellule d animatin du SAGE et avec un appui juridique de la part de Drit public Cnsultant pur la partie 5. La méthdlgie accrde une place imprtante à la cnsultatin des acteurs tut au lng du prcessus. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 5/29

6 1.2 Cnsultatin des acteurs et méthdlgie La cnsultatin des acteurs a été rganisée en deux temps en partie 3 et partie 5. a. Première phase d analyse et de recueil des avis (partie 3) Apprche individuelle Dans un premier temps, nus avns cnsulté les partenaires financiers, techniques, les administratins et les principaux élus participant à la cmmissin lcale de l eau u à l animatin du SAGE. Cette première étape nus a permis de nus entretenir par téléphne u de visu avec 25 persnnes. Ces entretiens visaient à recueillir leur satisfactin sur le fnctinnement de la prcédure (prise de décisin, diffusin de l infrmatin) ainsi que sur le cntenu du SAGE et l atteinte des bjectifs. Apprche cllective Tujurs dans cette phase d analyse, nus avns cnsulté plus largement, par des réunins cllectives, les différents acteurs cncernés par la gestin de l eau et des milieux aquatiques sur le territire. Cette cnsultatin permet d établir : - le niveau de cnnaissance du SAGE de la part des acteurs, - leurs avis sur les pints faibles et pints frts du SAGE u de la gestin de l eau en général, - leurs avis sur les attentes et les enjeux à traiter. Cette cnsultatin s rganise sus la frme de réunins réparties de la façn suivante : 5 réunins auprès des élus réparties sur le territire en fnctin des cmmunautés de cmmunes Tableau 2 : Répartitin gégraphique des réunins auprès des élus Réunin sur le territire : Cmmunauté de cmmunes cncernées 1 Dubs amnt : Mnts d r et 2 lacs, Haut du Dubs 2 Drugen : Frasne, Larmnt, altitude Dubs aval : Mrteau, Mntbenit 4 Lue amnt : Ornans, Pierrefntainevercel, premiers sapins (+ aggl Besançn et aigremnt) 5 Lue aval et Lisn : Armancey-Lue Lisn, Quingey, Salins-les-bains ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 6/29

7 5 réunins thématiques cncernant des acteurs prfessinnels u experts, sur les thèmes suivants : Prtectin, cnservatin de la nature et bidiversité ; Pêche et chasse ; Acteurs «Prfessinnels» (industries, prducteurs d hydrélectricité) ; turisme et lisirs ; Agriculture. Ces réunins nt rassemblé 82 persnnes (sur 204 cmmunes) parmi les représentants des cllectivités et 21 persnnes sur 62 invitées pur les réunins thématiques. Hrmis les avis des acteurs, l analyse de la partie 3 s appuie sur la cnsultatin de nmbreux dcuments ntamment les cmpte rendus de réunin. b. Prpsitin d actins et d bjectifs pur le futur SAGE (partie 5) 3 réunins multipartites nt été rganisées en 3 lieux différents : tus les acteurs cncernés par la gestin des milieux aquatiques snt invités. Ces réunins cnstituent la première étape de la cncertatin : cnstructin cllective des bjectifs et des rientatins. Ces réunins se snt dérulées seln 2 étapes principales. La première avait pur bjectif de faire partager le diagnstic en présentant la synthèse de l analyse précédemment réalisée. La deuxième avait pur bjectif de favriser la participatin des persnnes présentes par deux myens : les inviter à écrire leurs idées sur des cartns (métaplan) et travailler en sus grupe. Les idées snt alrs débattues cllectivement. Une synthèse finale est présentée à l ensemble des sus-grupes. Ces réunins nt réuni 83 persnnes sur 400 invités (taux de participatin de 17%) dnt 50% d élus, 37% de représentants des usagers et 14% de représentants de l Etat. Ces réunins nt permis de réclter de nmbreuses prpsitins d actins u d bjectifs pur le SAGE. A ces actins s ajutent les dispsitins du SDAGE et du prgramme de mesures. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 7/29

8 2 PARTIE 3 : FONCTIONNEMENT DU SAGE 2.1 Recul histrique : Pur appréhender le fnctinnement du SAGE, l histrique de l émergence et du dérulement du SAGE permet de mieux cmprendre les enjeux d aujurd hui. Cntrat de rivière Lue Études préalables Cntrat en curs d exécutin animatin P. BAUCHAY M. Delactte B.Crdier P. Lepeule SAGE Haut- Dubs Haute- Lue présidence Bureau CLE Mr Dussuillez Mr Buday Apprbatin Mise en œuvre du SAGE Figure 1 : histrique de l animatin de la CLE Deux infrmatins issues de la figure ci-dessus méritent d être mises en évidence. Tut d abrd, les délais d apprbatin du SAGE ( ) snt particulièrement lngs du fait d un refus initial du cmité de bassin. Certaines dispsitins, au sujet des pertes du Dubs, divent alrs être re-débattues. D autre part, l animatin du SAGE dans les 2 premières années après l apprbatin est cnsacrée en partie aux études préalables du cntrat de rivière Lue (et nn à la mise en œuvre et au suivi du SAGE en lui-même). Même si les infrmatins snt limitées pur juger de cette péride, plusieurs pints méritent d être sulignés : 1- la situatin initialement tendue u cnflictuelle au début des années 1990 sur certains sujets semble s être clairement apaisée par la suite. Sur le thème des pertes du Dubs, même si à l issue du débat les travaux à réaliser ne fnt pas l bjet d un cnsensus, le dcument du SAGE cmprend des règles de gestin des débits précises dnt le principal atut est d expliciter le partage de l eau entre le Haut- Dubs et la Lue. La questin du partage semble dnc s être apaisée une fis ces règles définies (et certains travaux réalisés qui qu il en sit). Sur les cnflits initiaux entre pêcheurs et kayakistes, la cncertatin au sein du SAGE mais surtut l arrêté pris par la préfecture (sur avis de la DDJS) sur la limitatin des usages permet aussi de truver un terrain d apaisement. 2- Le prcessus de cncertatin et le diagnstic semblent avir satisfait les acteurs. En revanche, la rédactin du SAGE est plus ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 8/29

9 critiquée (a psteriri) sit dans la méthde adptée pur la rédactin, sit dans le résultat final. 3- Dans un cntexte ù les attentes des acteurs snt frtes sur la qualité de l eau, le partage de l eau, la ressurce en eau ptable et l éclgie des milieux aquatiques, les autres prjets cncernant l eau émergent et abutissent alrs que plusieurs années s éculent avant que le SAGE sit appruvé. 2.2 Dcument du SAGE : Le SAGE initial cmprend 6 enjeux principaux détaillés ci-dessus. Tableau 3 : Récapitulatif du SAGE : bjectif et précnisatins Enjeux bjectifs généraux Libellé exact de l bjectif Précnisatins prtant sur : 1 Amélirer la qualité physic-chimique et diminuer vir stpper l'eutrphisatin des eaux de surface 2 Optimiser la gestin hydrlgique des eaux superficielles dans l'intérêt des écsystèmes et des activités écnmiques 3 Préserver et gérer la qualité et l'abndance des ressurces du SAGE et prendre des précautins pur faire face à une situatin de crise 4 Prtéger et réhabiliter les milieux aquatiques (znes humides et curs d eau) avec plusieurs finalités: l'éclgie de ces milieux, la régulatin des débits et les usages 5 Cncilier les différents usages des curs d'eau (turisme, sprts nautiques, pêche) en accrd avec la prtectin du milieu naturel: 6 Diminuer les risques liés aux inndatins par la préservatin des champs d'expansin des crues et l'ptimisatin des uvrages hydrauliques: «réduire de 75% les rejets de phsphre dmestique et maîtriser davantage les rejets agricles» «dévelpper une gestin chérente de l alimentatin en eau sur l ensemble du bassin hydrlgique Dubs/Lue par l intermédiaire d une plitique basée sur la cncertatin et la slidarité» «préserver et gérer la qualité et l abndance des ressurces des cmmunes du SAGE en prenant les précautins indispensables pur les préserver d une situatin de pénurie» «prtéger et réhabiliter les milieux aquatiques pur des raisns éclgiques évidentes mais également pur le rôle imprtant de ces ensembles dans la régulatin du débit des rivières, la préservatin du cadre de vie et le dévelppement turistique» «cncilier les différents usages turistiques, de lisirs et halieutiques de manière à favriser le dévelppement harmnieux dans les meilleures cnditins pssibles tut en prtégeant le milieu naturel» «impulser une gestin glbale et chérente des lits majeurs à l échelle du bassin versant» Rejets dmestiques (phsphates, aztes) - assainissement, pllutin d rigine agricle, rejet agralimentaire et industrie (scierie) gestin des hauteurs d eau du lac St Pint, gestin des débits Dubs/lue et des pertes du Dubs (réversibilité), clmatage des pertes du saut du Dubs gestin et prtectin des captages de la plaine de l Arlier, gestin de St Pint, prélèvement dans la Lue, gestin et diversificatin des surces lcales prtectin via la réglementatin, infrmatin et réhabilitatin de turbières et ruisseaux réglementatin sur les activités (kayak, ), franchissement des uvrages sur la Lue, infrmatin capacités de rétentin et de circulatin des eaux en lits majeurs (lien avec l urbanisatin), PPRi, gestin et entretiens des uvrages hydrauliques ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 9/29

10 D après les dires d acteurs, le SAGE n est pas cnsidéré cmme un dcument de référence dans le dmaine de l eau et des milieux aquatiques. Peu précis, pas assez prescriptif et dépassé, le cnstat des élus et du cllège des usagers est prbablement plus sévère que la réalité. En effet, certaines précnisatins du SAGE nt été utiles et utilisées dans les dmaines de l assainissement et des prélèvements pur l eau ptable. Il faut rappeler que le SAGE Haut-Dubs Haute-Lue a été un des premiers SAGE rédigé en France, et que ses auteurs ne dispsaient pas du recul d aujurd hui. 2.3 Apprpriatin et satisfactin des acteurs Les acteurs interrgés cnnaissent le SAGE glbalement : sn existence, ses instances, sn fnctinnement glbal. Cependant, peu cnnaissent le cntenu du dcument : ses bjectifs exacts et les dispsitins. Avant de parler des apprts cncrets du SAGE, de nmbreux acteurs qualifient de réussite la prcédure de SAGE et le prcessus de cncertatin. Ils expriment un intérêt pur ce dispsitif de par sn rôle d instance de débat et d infrmatin. Certains psent tutefis la questin du rôle de cette prcédure dans le cntexte actuel (législatin furnie, autres prcédures de gestin de bassin en place et plus pératinnelles sur le territire franc-suisse, sur la Lue). Le tableau suivant présente thème par thème l avis des acteurs sur les bjectifs du SAGE et les actins réalisées dans le dmaine de la gestin des milieux aquatiques. Tableau 4 : satisfactin exprimée par rapprt aux bjectifs et aux actins réalisées Enjeux 1 La qualité des eaux superficielles Satisfactin des persnnes enquêtées sur les bjectifs et sur les actins réalisées L bjectif de restauratin de la qualité de l eau n a pas été le mteur principal de la créatin du SAGE. Purtant ce thème est rapidement devenu imprtant aux yeux des acteurs. Les travaux d assainissement nt glbalement été effectués. Glbalement, les acteurs s inquiètent d une dégradatin de la qualité de l eau. La qualité des eaux superficielles est tujurs un sujet de préccupatin vis-à-vis des pllutins agricles et de l efficacité des travaux d assainissement. Les élus cnstatent avir réalisé d imprtants effrts pur l assainissement. Ils regrettent de ne pas savir si ces effrts nt été efficaces u nn. Les représentants de l agriculture cnstatent que certains prgrammes nt bien fnctinné : PIMPAF pur les laiteries, PMPOA, les pératins cllectives sur le Drugen. Cependant, le SAGE n a pas pu suivre l évlutin des dispsitifs par manque d animatin. Pur les élus et autres acteurs interrgés, les règles de gestin des fumiers et lisiers ne snt pas satisfaisantes. Les représentants de la transfrmatin du bis snt glbalement assez satisfaits des actins de sensibilisatin à l envirnnement qui nt eu lieu avec l Agence de l Eau. Elles n nt plus lieu aujurd hui et les dcuments prduits en 2004 snt aujurd hui bslètes par rapprt à la nuvelle réglementatin. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 10/29

11 2 Ressurce en eau : la gestin du bassin hydrlgique Dubs Lue 3 Ressurce en eau ptable 4- Milieux naturels et znes humides Principal mteur histrique de la créatin du SAGE, l bjectif de dévelpper une gestin chérente des ressurces suscite alrs le débat sur ses mdalités cncrètes de réalisatin. Les assecs ayant été mins sévères ces dernières années, cet bjectif ne suscite plus l adhésin des acteurs. Les acteurs interrgés regrettent que la questin de la gestin des débits par le barrage du lac de Saint Pint n ait pas prgressé. Sur la questin de la gestin des pertes, les acteurs snt plutôt satisfaits que le sujet ne sit plus au cœur des débats. Les actins de clmatage au niveau du saut du Dubs n nt que partiellement satisfait les élus cncernés : l efficacité ne dure pas. Cmpte tenu des cnnaissances d aujurd hui, ils ne referaient certainement pas ces travaux. Initialement, les acteurs craignaient de vir apparaître des situatins de pénuries, et ressentaient une certaine vulnérabilité. Ces sentiments se snt renfrcés aujurd hui : les persnnes enquêtées expriment des inquiétudes sur la gestin à lng terme de la qualité, de la quantité et de l évlutin des nrmes pur l eau ptable. Sur la questin des surces lcales, les acteurs apprécient l bjectif de diversificatin et de cnservatin des surces lcales ; mais regrettent que les règles de prtectin des captages cnduisent à abandnner certaines surces. La limitatin des prélèvements dans Saint Pint et dans la Lue satisfait aussi les acteurs. La gestin des captages de la plaine de l Arlier fait l bjet de nmbreuses critiques en lien avec l histrique de gestin de ce dssier. Les acteurs regrettent la lenteur avec laquelle les gestinnaires cncernés nt agi. Les acteurs enquêtés cmprennent et appruvent les actins de prtectin des plus grandes znes humides. Les actins de restauratin du Drugen snt glbalement cmprises aussi. Certains acteurs regrettent qu il y ait encre des actins de remblaiement sur des znes humides plus petites. Les prtectins existantes des znes humides semblent suffisantes. De nuvelles actins de prtectin de znes humides u de restauratin de curs d eau ne snt pas mentinnées par les acteurs alrs même que tutes les actins du SAGE n nt pas été réalisées. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 11/29

12 5 Turisme lisirs pêche 6 Occupatin de l espace et risques naturels Glbalement, les acteurs admettent une baisse des tensins entre les usagers : pêcheurs, éclgistes et pratiquants de sprts nautiques. Ces derniers regrettent tutefis que la chabitatin reste difficile De plus, des insatisfactins snt tujurs frmulées par les pêcheurs et les pratiquants de sprts nautiques en particulier sur la Lue et un peu mins sur le Dubs. Ces acteurs n arrivent pas susciter l adhésin des décideurs autur de ce thème. Des insatisfactins prtent sur des actins qui n nt pas été réalisées de manière satisfaisante : l infrmatin des pratiquants, la franchissabilité des uvrages. Les représentants des sprts nautiques regrettent quant à eux que rien ne sit fait en faveur de la pratique de leur activité (prblème d accès à la rivière, de parking, etc). Les représentants de la pêche et des assciatins de prtectin de l envirnnement peuvent parfis regretter que l arrêté de limitatin des usages ne sit pas tujurs respecté. Certains suhaiteraient aussi qu il sit étendu à d autres znes de la Lue u du Dubs. La mise en place des PPRi semble suffisante aux élus. 2.4 Synthèse du fnctinnement de la prcédure : L analyse du fnctinnement du SAGE Haut-Dubs Haute-Lue peut être résumée de la façn suivante : Des acteurs satisfaits du prcessus de cncertatin mais un rôle du SAGE à préciser (quelle est sa plus-value dans le paysage actuel de la gestin de l eau). Les réussites du SAGE, seln les acteurs, prtent avant tut sur des aspects rganisatinnels et sciaux : l existence d une démarche de cncertatin et l instauratin d un dialgue, l évlutin des mentalités (façn dnt les acteurs apprécient les enjeux), le désamrçage des cnflits. Le SAGE a tutefis eu des effets cncrets même si ceux-ci snt mal cnnus par les acteurs : les rendements sur l assainissement cllectif, la limitatin des prélèvements dans Saint-Pint et dans la Lue. Le SAGE aura aussi participé à l émergence d autres utils (même si ce n est pas la seule raisn de leur créatin) : le cntrat de rivière Lue, les prgrammes autur de la restauratin du Drugen. Les échecs du SAGE, seln les acteurs, cncernent des prjets qui n nt pas assez avancé (gestin des captages de l Arlier, la gestin du barrage de Oye et Pallet, les ressurces en eau du Mnt d Or) ; des enjeux pas assez dévelppés cmme la bidiversité, l agriculture et la qualité de l eau,... le manque de résultats cncrets dû à un SAGE pas assez prescriptif et pas assez précis dans ses précnisatins et actins ; u bien à un manque de suivi et d animatin. Le manque de légitimité de la CLE. Les acteurs regrettent que la CLE n ait pas plus de pids ; ce sentiment est né d un manque d échange et de cmmunicatin avec les services de l Etat à une épque ù la cntinuité dans l animatin du SAGE n était pas assurée. Cette situatin s est largement amélirée. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 12/29

13 Le tableau suivant synthétise le fnctinnement du SAGE par l analyse des pints frts et pints faibles. Tableau 5 : pint frts, pints faibles Atuts/Pints frts Limites/Faiblesses La démarche, l histrique Un périmètre cmpris et pertinent pur l infrmatin entre le Dubs et la Lue, la cncertatin et la gestin des cnflits. Une démarche jugée intéressante. Le désamrçage réussi des cnflits à l rigine du SAGE. Un «apprentissage» des membres de la CLE. Aussi bien au stade des études préalables, que grâce aux returs d expériences, les acteurs nt prgressé dans leur cnnaissance et leur perceptin des enjeux, en particulier sur la gestin hydrlgique Dubs/ Lue. Mais un périmètre peut-être plus adapté aux enjeux. Des mtivatins initiales qui ne snt plus d actualité aujurd hui. Des difficultés pur appruver le SAGE entre 1998 et Des difficultés dans les transferts d infrmatin avec les services de l Etat, qui même si aujurd hui snt rétablis, nt marqué les esprits : pur les acteurs la CLE n est pas assez légitime u recnnue. Le dcument du SAGE Des dispsitins applicables et appliquées en matière d assainissement et d eau ptable. Un dcument cnsulté par les acteurs en cas de besin. Les bjectifs et actins snt assez peu cnnus des acteurs. Une rédactin des précnisatins et des actins pas tujurs assez précise. Besin d actualisatin du dcument : la hiérarchie des enjeux et l apprche des prblèmes a évlué. La CLE, l animatin La CLE est un lieu de débat, d échanges et d infrmatin apprécié pur cela. L existence de ce lieu de cncertatin entre le Dubs et la Lue est aussi apprécié. La qualité de débat et les règles de décisins snt qualifiées de satisfaisantes. Des lacunes dans l animatin ( ) dues au transfert de l animatin du SAGE vers le cntrat de rivière ; ce qui a prvqué un terrain favrable à l absence d enjeu et de mtivatin plitique. Un manque de participatin des acteurs représentants les usages écnmiques et ntamment l agriculture. Un rôle du SAGE et de la CLE à définir. La mtivatin initiale du SAGE (régler les cnflits ntamment autur de la questin du partage de l eau) ne truve plus de justificatin aujurd hui. Le rôle de la CLE cmme instance de débat n est pas suffisant aux yeux des acteurs. Ils psent la questin du rôle du SAGE, de la place de la CLE dans le paysage des acteurs de l eau et de la plus value du dispsitif. La mise en euvre Le cntrat de rivière Lue a permis d appliquer le SAGE pur la partie Lue. Le SAGE a jué un rôle psitif dans la mise en place des travaux de restauratin du Drugen et de ses znes humides : il a été un tremplin, une instance de validatin fficielle. Sur le Haut-Dubs, hrmis sur la partie du Drugen, le SAGE n a pas pu être «traduit» en util d applicatin. Cmparativement à ces autres utils, le SAGE semble très peu cncret aux élus. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 13/29

14 Atuts/Pints frts Limites/Faiblesses La synthèse Les acteurs (élus, usagers) cmprennent les enjeux et suhaitent agir. Les limites et faiblesses du SAGE truvent une issue dans la révisin du SAGE : Elle permettra de remettre à plat les enjeux et la hiérarchie La CLE truvera une nuvelle légitimité via l ppsabilité du règlement. les défauts du dcument n nt pas pu être dépassés : les difficultés pur appruver le SAGE, suivi de lacunes dans l animatin, n nt pas permis de préciser les actins, les dispsitins. Cmpte tenu du manque d animatin et des délais entre la rédactin (1998), l apprbatin (2002) et la cmmunicatin aux cmmunes (2004), le SAGE n a pas été le dcument de référence du territire. De cette phase de cnsultatin, apparaissent deux axes de réflexin pur la révisin du SAGE : Vers la légitimatin de la CLE Les prblèmes passés du SAGE nt laissé aux acteurs (élus, usagers) une image négative de la recnnaissance de la CLE. De même, sur l efficacité réelle du SAGE leur cnstat est prbablement plus sévère que la réalité. Aujurd hui, la CLE a déjà retruvé une certaine légitimité de par l animatin effective du dispsitif et les avis dnnés sur les dssiers réglementaires. Cette légitimité sera cnfrtée par la révisin du SAGE, à cnditin : - de cncevir une manière d élabrer le nuveau SAGE qui sit participative, en cncertatin avec tus les acteurs, ntamment les représentants de l agriculture, et des nuveaux enjeux cmme l hydrélectricité. - Que les enseignements de la rédactin du SAGE sient tirés. Les précnisatins divent être précises pur être applicables et appliquées. Du pint de vue des bjectifs et des enjeux D après la perceptin des acteurs, il est clair que les enjeux nt évlué : une diminutin de l imprtance de l enjeu quantitatif, qui reste tutefis présent via l eau ptable et la gestin des uvrages hydrauliques, vers l enjeu qualitatif. La qualité de l eau tant du pint de vue des macrplluants (plluants classiques) que des micrplluants (pesticides, métaux) semble être devenue la principale préccupatin des acteurs. Les experts sulèvent tutefis des enjeux que le SAGE devra plus cmplètement intégrer, à savir : les znes humides, la bidiversité (trame verte et bleu) ; le rôle central du lac de Saint Pint, Des prblématiques de guvernance et/u de maîtrise d uvrage restent à résudre sur le Haut-Dubs. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 14/29

15 3 PARTIE 4 : REPONSE AUX QUESTIONS EVALUATIVES Ce paragraphe a pur bjectif de faire la synthèse de la phase 4. Les répnses aux questins évaluatives snt résumées rapidement. 3.1 Q1 : Quelle a été l efficacité des actins menées sur le territire? Les actins menées sur le territire du SAGE nt abuti à des résultats psitifs sur les thèmes suivants : amélirer la qualité physic-chimique et diminuer vir stpper l eutrphisatin des eaux de surface. En effet, les teneurs en phsphate et matière rganique nt diminué glbalement dans les curs d eau. En revanche, la situatin est plus cntrastée pur les nitrates. Enfin, sur l évlutin de l eutrphisatin, il est difficile de statuer car ce phénmène dépend aussi du climat. Sur les rejets de phsphre, avec 50% de rejets de phsphates en mins dans le milieu naturel et une augmentatin de 25% de la pllutin cllectée 2, n peut cnsidérer l bjectif de réductin de 75% des rejets de phsphates d rigine dmestique est atteint. De plus, le bénéfice de cette réductin est très majritairement imputable aux effrts pur amélirer les réseaux et les statins d assainissement, et dnc au SAGE qui impsait des rendements plus sévères que la réglementatin pur la déphsphatatin. Sur les pllutins issues des bâtiments d élevage, les mises aux nrmes nt permis de réduire d envirn 30% les pllutins. L améliratin de l épuratin cmme des bâtiments d élevage a permis de diminuer la pressin de pllutin en terme de matière rganique rejetée au milieu d envirn 25% chacun. Le cût des travaux d assainissement est en revanche largement supérieur aux cûts liés à l améliratin des bâtiments d élevage. Mais si les effets des travaux d assainissement snt visibles (baisse des teneurs en phsphates dans les curs d eau), la situatin pur les nitrates (ntamment sur la Lue) laisse suppser que d autres facteurs nt cmpensé les améliratins cmme les apprts d azte minéral. la prtectin et la restauratin des milieux aquatiques et znes humides. D imprtantes mesures de prtectin des znes humides et des curs d'eau nt été prises pur les grands ensembles : Drugen, turbières de Frasne, znes humides de Remray, vallée de la Lue, Sur les znes humides de plus petite imprtance, les mesures de prtectin n nt cependant pas été aussi imprtantes que ce que précnisait le SAGE. 2 Le nmbre d habitants raccrdé à un système d épuratin cllectif a prgressé évitant ainsi une pllutin brute au milieu. La réductin des phsphates dans les lessives a aussi participé à la réductin des flux mais dans une bien mindre prprtin que les améliratins des rendements des STEP. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 15/29

16 Diminuer les risques liés aux inndatins. La mise en place des PPRi a permis de prgresser sur le sujet : un PPRI est validé sur la Lue, et d autres snt en curs d élabratin pur le Dubs. En revanche, les actins menées n nt pas permis d abutir à des résultats ttalement satisfaisants sur les thèmes suivants : Préserver et gérer la qualité et l abndance des ressurces du SAGE. De nmbreuses actins nt permis de prgresser : périmètre de prtectin des captages, intercnnexin, recherche d eau sur le Mnt d Or. Pur autant, la situatin n est pas satisfaisante pur la qualité de l eau ptable (dépassement pnctuel des nrmes de qualité) et pur la gestin quantitative (prblème d apprvisinnement en temps de crise, et difficulté pur maintenir les débits réservés). Cncilier les différents usages des curs d eau en accrd avec la prtectin du milieu naturel. Sur ce thème aussi, malgré les actins réalisées, des insatisfactins demeurent. Sur le thème de la gestin quantitative, il est plus difficile de se prnncer quant à la satisfactin des bjectifs de gestin chérente du Dubs et de la Lue. En effet, d une part, les cnnaissances et ntre façn d appréhender le phénmène des pertes a évlué. D autre part, le Dubs n a pas cnnu d assecs depuis ceux des années Q2 : En qui le SAGE était pertinent par rapprt aux enjeux initiaux et finaux? La pertinence du SAGE par rapprt aux enjeux initiaux est glbalement bnne : prise en cmpte ambitieuse de l assainissement, préservatins des captages, franchissabilité des uvrages hydrauliques... On ne peut que reprcher au SAGE d avir mis certains aspects des prblèmes (micrplluants, engrais minéraux) mais surtut d avir manqué de précisins dans les précnisatins (préservatin du milieu naturel, ). La rédactin du dcument est dnc en effet pur partie respnsable du manque de respect des rientatins. Cmpte tenu des effrts réalisés sur certains thèmes (inndatin), et des évlutins des enjeux (améliratins des cnnaissances sur les micrplluants par exemple) et de la réglementatin, il est lgique que certains thèmes ne sient plus pertinents avec les enjeux d aujurd hui. L élabratin du nuveau SAGE devra dnc recnsidérer la liste des enjeux et bjectifs. 3.3 Q3 : Quels nt été les effets prpres du SAGE? Le SAGE a permis d avancer sur certains sujets : Des prgressins dans la cmpréhensin des prblèmes et partage des cnnaissances (cmpréhensin du système karstique, synthèse des dnnées du territire), Des prgressins dans la réslutin des cnflits (instauratin d un débat, apprentissage des acteurs), ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 16/29

17 Le premier util de cncertatin avant de nmbreux autres. Même si le SAGE n est pas à lui seul à l rigine, il a permis de prmuvir les utils de prtectin des znes humides, et a facilité l émergence d un cntrat sur la Lue Les bjectifs sur lesquels le SAGE a techniquement et cncrètement apprté une plus value snt : - l assainissement. Même si les échéances du SAGE snt les mêmes que les échéances de la directive ERU, les exigences en matière de rendement pur la déphsphatatin snt plus strictes, et nt été appliquées sur la grande majrité des flux de plluants. - Sur la limitatin des prélèvements dans le lac de Saint Pint et dans la Lue. 3.4 Q4 : quels snt les myens d actins de la CLE dans le cadre du nuveau SAGE? Suite au bilan du fnctinnement du SAGE (phase 3), plusieurs acteurs se psent la questin de la définitin des rôles de la cmmissin lcale de l eau et de leur affirmatin auprès des autres acteurs de l eau. Plusieurs pistes de réflexins snt évquées dans le rapprt de phase 4, une synthèse est présentée ici. c. Les dcuments du futur SAGE Le futur SAGE cmprendra deux dcuments principaux : - le PAGD : plan d aménagement et de gestin durable, et - le règlement. Le PAGD devra cmprendre la synthèse de l état des lieux, l expsé des principaux enjeux de gestin de la ressurce, la définitin des bjectifs et de myens de les atteindre, ntamment sur le plan des actins. Le PAGD est ppsable aux décisins administratives. Le règlement définit les règles de gestin à respecter par les usagers et pur les IOTA (installatins, uvrages, travaux u activités sumis à la li sur l eau); et peut prévir les sanctins en cas de transgressin. Le champ du règlement est précisé par décret. De manière synthétique, les myens d actins du futur SAGE snt les suivants : - des bjectifs et des actins : mbiliser les acteurs auturs d bjectifs cmmuns et prmuvir la mise en place d actins, ainsi que sensibiliser les parties prenantes aux enjeux de la gestin de l eau et aux actins à réaliser, - un puvir réglementaire : établir des règles qui s appliquent aux administratins (PAGD) et aux tiers (règlement), par exemple par rapprt aux règles de partage de l eau u aux installatins u travaux relatifs à l eau (uvrage hydraulique, ICPE, IOTA ). ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 17/29

18 Tableau 6 : présentatin du PAGD et du règlement Plan d aménagement et de gestin durable PAGD Cntenu : Le PAGD cmprend : - une synthèse de l état des lieux et l expsé des enjeux, - les bjectifs généraux à atteindre, les prirités, - les myens pur les atteindre : dispsitins techniques et juridiques (rientatin de gestin, actins, cmmunicatin, ), ainsi que d éventuels znage. - les dispsitifs de suivi. Règlement Le règlement est cmpsé d articles édictant des règles. Le règlement peut définir : - Des prirités d usage de la ressurce en eau, ainsi que la répartitin de vlumes glbaux de prélèvement par usages, - Des règles particulières en vue d assurer la préservatin et la restauratin de la qualité des eaux et des milieux aquatiques, - Des règles nécessaires à la restauratin et la préservatin, - Des mesures pur amélirer le transprt des sédiments et assurer la cntinuité éclgique des curs d eau. Prtée juridique Le PAGD relève du principe de cmpatibilité qui suppse qu il n y ait pas de cntradictin majeure entre les décisins prises dans le dmaine de l eau et les bjectifs généraux et dispsitins du PAGD. Il s agit essentiellement des autrisatins u déclaratins délivrées au titre de la plice des eaux (IOTA) u de la plice des installatins classées pur la prtectin de l envirnnement (ICPE), ainsi que des déclaratins d'intérêt général (DIG) relatives à tute pératin d'aménagement hydraulique u d'entretien de rivières (vir annexe); Ainsi que des décisins administratives hrs dmaine de l eau : dcuments de planificatin en matière d urbanisme, SCT, PLU et cartes cmmunales, et schémas départementaux de carrières vir précisin en annexe (ces dcuments d'urbanisme ne divent pas définir des ptins d'aménagement u une destinatin des sls qui iraient à l'encntre u cmprmettraient les bjectifs du SAGE, sus peine d encurir l'annulatin pur illégalité). Le règlement relève du principe de cnfrmité : une décisin administrative u un acte individuel dit en tut pint être identique à la règle (cntrairement à la cmpatibilité). Il encadre l activité de plice des eaux et de plice des installatins classées pur la prtectin de l envirnnement ; Il est ppsable après sa publicatin aux persnnes publiques et privées (cde de l envir., art. L ). L ppsabilité c est le puvir d en revendiquer directement l applicatin : le cntenu du règlement peut être revendiqué pur faire annuler des décisins administratives u des actes individuels nn cnfrmes à ses règles ; Dans le cadre de l étude, une analyse juridique a permis d illustrer cmment deux thèmes, celui des znes humides et celui des uvrages hydrauliques, puvaient être traités respectivement par le PAGD et par le règlement. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 18/29

19 d. Les rôles de la Cmmissin Lcale de l Eau Il est pssible d identifier plusieurs rôles à juer pur la CLE : rganiser les débats entre les différents cllèges, être un lieu de discussin, centraliser des infrmatins u amélirer les cnnaissances pur puvir les transmettre, sensibiliser les acteurs, crdnner et prmuvir les actins u précnisatins inscrites dans le SAGE, faire appliquer le SAGE u suivre la mise en œuvre du SAGE, dnner un avis sur certains dssiers que la préfecture lui transmet, prmuvir le SAGE au sein de ses éventuels utils d applicatin (cntrat de rivière) u d autres instances. Assurer une cncertatin lcale utile dans la réslutin d éventuels cnflits d usage, faciliter et crdnner les actins ; la plus-value de la CLE peut aussi cnsister à faire appliquer une visin et une psitin ambitieuse. En tant que dcument d rientatin et de planificatin, le SAGE dit rappeler les bjectifs réglementaires et incnturnables (déclinaisn du SDAGE,..). Le SAGE peut aussi prter des bjectifs u des actins plus exigeants u plus précis que la réglementatin u encre préciser la réglementatin natinale sur des enjeux lcaux. 3.5 Cnclusin de la partie 4 A l issue du bilan du SAGE, certains thèmes émergent u demeurent : Les phénmènes d eutrphisatin ne snt pas ttalement résrbés. La cause de ces phénmènes nécessite d être précisée afin d identifier les pssibles leviers d actin dans le futur : la marge de prgrès est faible cncernant les teneurs de phsphre dans les eaux (les principales améliratins qui peuvent être réalisées en matière d assainissement prtent prbablement sur la gestin des réseaux et leur fnctinnement par temps de pluie renuvellement des réseaux, crrectin des erreurs de branchement, ), les teneurs en nitrates restent faibles (au regard des nrmes établies au niveau natinal) malgré le maintien des teneurs sur le Dubs et leur très légère augmentatin sur la Lue, les cnditins d habitats : curant, température, débit ; ce levier dit être défini plus précisément. Néanmins, n peut suppser que les actins de restauratin des curs d eau peuvent ici juer un rôle déterminant. Sur la prblématique quantitative, le SAGE restait insuffisant dans la définitin et la planificatin des besins ainsi que dans le diagnstic d un déséquilibre entre la ressurce et les besins. L enjeu «préservatin de la ressurce en eau ptable» reste un enjeu majeur tant en quantité qu en qualité, recnnu par les acteurs. D ailleurs, la préservatin de la qualité des surces au regard de la turbidité et de la bactérilgie a été insuffisamment abrdée ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 19/29

20 dans ce dcument. Aujurd hui, d autres enjeux émergent cmme la présence de pesticides dans les eaux. La présence de micrplluants dans les eaux, insuffisamment abrdée jusqu à maintenant, est désrmais mesurée dans les eaux et l identificatin des surces de ces pllutins sera à mener dans le futur SAGE Dans le dmaine agricle, si la mise aux nrmes précnisée par le SAGE était une actin pertinente, il s avère qu il ne traite pas de tutes les prblématiques ntamment de l usage des pesticides, des fertilisatins minérales. Dans le dmaine de la préservatin des milieux naturels, de nmbreux utils de prtectin et de restauratin existent sur le territire. Le SAGE aura certainement un rôle pur faciliter, encurager ces démarches par un rôle de crdinatin u en tant que dcument ppsable aux dcuments d urbanisme. Au-delà de la préservatin, la restauratin des milieux et la prblématique des seuils cnstituent des prirités pur le futur SAGE au vu des effrts restant à réaliser u de nuveaux enjeux émergents (restauratin de seuils et d uvrages pur la prductin d électricité). Deux enjeux présents dans le SAGE initialement ne semblent plus être des prirités aujurd hui : lutter cntre les pertes s est avéré inefficace et ne semble pas un myen pertinent d agir ; les inndatins n nt pas été citées cmme un enjeu majeur par les élus. ASCONIT Cnsultants Janvier 2010 page 20/29

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET

PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET OBJET : La fédératin départementale Sarthe Nature Envirnnement (SNE) suhaite dévelpper un site Internet. Celui-ci ayant pur but de diffuser du cntenu rganisé. Ce

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest :

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest : Initiative cnjinte de la Présidence française de l UE et de la Cmmissin de la CEDEAO Réunin sur les enjeux agricles et alimentaires en Afrique de l Ouest : La plitique agricle réginale de l Afrique de

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1 Cllque 07-05-2015 Rapprt de l'atelier 1 P.1 MON PLAN D'URGENCE COMMUNAL: À QUEL NIVEAU EN EST-IL ET COMMENT CONCRÈTEMENT LE FAIRE AVANCER? QUESTION 1: COMMENT ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX DE MON PLAN D URGENCE

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT 1 au 3 février 2012 Tchnda Tetuehaki Chargé des bues

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

Les Très petites entreprises (TPE) et les Petites et moyennes entreprises (PME) représentent une source importante d emplois et d innovations.

Les Très petites entreprises (TPE) et les Petites et moyennes entreprises (PME) représentent une source importante d emplois et d innovations. PR EM I ER M I N IST R E DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE Frmatin à la cybersécurité des TPE et des PME [ Référentiel pédaggique Mars 2015 Ce dcument est le résultat d une réflexin

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Cahier des charges Etude de pré-faisabilité d un projet de méthanisation dans le secteur du Pays Marennes Oléron

Cahier des charges Etude de pré-faisabilité d un projet de méthanisation dans le secteur du Pays Marennes Oléron Cahier des charges Etude de pré-faisabilité d un prjet de méthanisatin dans le secteur du Pays Marennes Olérn A. Cntexte B. Objectifs de l étude C. Analyse des gisements (tranche ferme) a. Déterminatin

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Communauté de Communes du Rhône aux Gorges de l'ardèche

Communauté de Communes du Rhône aux Gorges de l'ardèche Cmmunauté de Cmmunes du Rhône aux Grges de l'ardèche Prtcle pur l établissement d un réseau de distributin d eau ptable en vue de sn intégratin au réseau public. Prtcle validé par délibératin en Cnseil

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

INTRODUCTION AUX GRANDS PROBLEMES DE L ECOLOGIE

INTRODUCTION AUX GRANDS PROBLEMES DE L ECOLOGIE INTRODUCTION AUX GRANDS PROBLEMES DE L ECOLOGIE Plan : 1. Eclgie et Envirnnement Eclgie vs envirnnement Système Hmme envirnnement 2. Une planète dminée par l Hmme Effets des activités humaines Altératin

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline Jeux d argent : l apprt de l autdiscipline Le secteur des jeux de hasard et d argent se dte de règles déntlgiques par sa publicité EN RESUME Les annnceurs du secteur des jeux de hasard et d argent nt suhaité

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Lot : n 3 PEINTURE. Objet du marché : RENOVATION DES BUREAUX 411, 412 et 413 BLOC III / Niveau 4 INRA SITE DE THEIX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Lot : n 3 PEINTURE. Objet du marché : RENOVATION DES BUREAUX 411, 412 et 413 BLOC III / Niveau 4 INRA SITE DE THEIX République Française Institut Natinal de la Recherche Agrnmique Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des clauses Techniques Particulières Lt : n 3 PEINTURE

Plus en détail

REVISION DU SAGE OUEST. Règlement. Projet de SAGE Ouest arrêté par la CLE Ouest du 10 décembre

REVISION DU SAGE OUEST. Règlement. Projet de SAGE Ouest arrêté par la CLE Ouest du 10 décembre REVISION DU SAGE OUEST arrêté par la CLE Ouest du 10 décembre La révisin du SAGE Ouest est cfinancée par l Unin Eurpéenne. L Eurpe s engage à La Réunin avec le FEDER. REVISION DU SCHEMA D AMENAGEMENT ET

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS Guide d intégrité dans la cnduite des affaires Plitiques glbales Service Éthique & Cnfrmité La relatin de bimérieux avec ses partenaires Chez bimérieux, nus

Plus en détail

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État La Directin Interministérielle des Systèmes d Infrmatin et de Cmmunicatin en cllabratin avec le Service des Achats de l État Demande d Infrmatin : Slutin de messagerie et utils cllabratifs pur l État 1

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Guide pour la rédaction d une Spécification Technique de Besoin (STB)

Guide pour la rédaction d une Spécification Technique de Besoin (STB) Manuel Guide pur la rédactin d une Spécificatin Technique de Besin SP2_MA _ Date créatin : 23/09/08 Page 1 sur 8 Guide pur la rédactin d une Spécificatin Technique de Besin (STB) Ce dcument est un guide

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Directin des cmmunicatins Mise à jur : 15 mai 2014 Entrée en vigueur : 13 janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. CHAMPS D APPLICATION... 3 3. FONDEMENTS

Plus en détail

Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget prévu : 250 000 $CAN en 2011 320 000 $CAN en 2012

Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget prévu : 250 000 $CAN en 2011 320 000 $CAN en 2012 Surces et stckage de carbne dans les écsystèmes : infrmatins nécessaires en vue de quantifier et de gérer les réductins d émissins de gaz à effet de serre Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget

Plus en détail

9 DECEMBRE 2008. La réunion d ouverture s est tenue devant une assistance estimée à 50 personnes.

9 DECEMBRE 2008. La réunion d ouverture s est tenue devant une assistance estimée à 50 personnes. 1 CONCERTATION SUR LE PROLONGEMENT DU T1 DE NOISY-LE-SEC A VAL DE FONTENAY COMPTE RENDU SYNTHETIQUE REUNION DE FONTENAY SOUS BOIS 9 DECEMBRE 2008 La réunin d uverture s est tenue devant une assistance

Plus en détail

La direction de l Évaluation, études et prospectives

La direction de l Évaluation, études et prospectives Inspectin générale Directeur général adjint : Denis IMHOFF Adjintes : Agnès BACHELOT-JOURNET, directrice de l audit interne et Dcteur Claude DUCOS-MIERAL, directrice Évaluatins, études et prspectives Adresse

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

ITIL V3. Les principes de la conception des services

ITIL V3. Les principes de la conception des services ITIL V3 Les principes de la cnceptin des services Créatin : janvier 2008 Mise à jur : janvier 2010 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

Raccordement au réseau d assainissement collectif de la CAVAM

Raccordement au réseau d assainissement collectif de la CAVAM REGLEMENT COMMUNAUTAIRE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Raccrdement au réseau d assainissement cllectif de la CAVAM Mdalités administratives de raccrdement et instructins techniques Définitin

Plus en détail

REGLEMENT INTERNE de l Unité de Recherche CIAMS

REGLEMENT INTERNE de l Unité de Recherche CIAMS Déclaratin générale : REGLEMENT INTERNE de l Unité de Recherche CIAMS L unité de recherche dénmmée «Cmplexité, Innvatin et Activités Mtrices et Sprtives» (CIAMS) a pur vcatin de favriser le dévelppement

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

Division des Statistiques du Commerce Extérieur

Division des Statistiques du Commerce Extérieur Fnctin : Chef de Service Statistiques des Imprtatins Versin : FONCTION : CHEF DE SERVICE STATISTIQUES DES IMPORTATIONS DEPARTEMENT : DIVISION : SERVICE : RESPONSABLE HIERARCHIQUE : RESPONSABLE FONCTIONNEL

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

Projets petite enfance enfance

Projets petite enfance enfance 17/5/10 Réunin petite enfance éléments préparatires page 1/5 Prjets petite enfance enfance Cmité de suivi schéma fil d échanges : Rappel des champs relatifs à la préparatin du Cntrat Enfance Jeunesse (CEJ)

Plus en détail

Démarche Coaching Individuel

Démarche Coaching Individuel anma RECRUITMENT Tél. : 01 47 25 94 75 cntact@anma-recruitment.cm www.anma-recruitment.cm Démarche Caching Individuel 1 Ntre Visin du Caching LE COACHING est un accmpagnement sur mesure rienté résultats

Plus en détail

Communication pour le changement social

Communication pour le changement social INFORMATION TECHNIQUE ESSENTIELLE ASSISTANCE POUR TECHNIQUE L ELABORATION DES PROPOSITIONS Cmmunicatin pur le changement scial La cmmunicatin est un élément essentiel des effrts de préventin, de traitement

Plus en détail

Opération ROSACE 2015. «Touche pas à ma porte!» Dossier de presse

Opération ROSACE 2015. «Touche pas à ma porte!» Dossier de presse Opératin ROSACE 2015 «Tuche pas à ma prte!» Dssier de presse Opératin Rsace 2015 : «Tuche pas à ma prte!» BRAVVO vérifie la sécurité de 5.000 prtes d entrée à Bruxelles Bruxelles, 13 mai 2015. Vtre prte

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

Note explicative de l arrêté du 3 août portant définition des normes techniques en matière de vidéosurveillance

Note explicative de l arrêté du 3 août portant définition des normes techniques en matière de vidéosurveillance Paris, le 1 er juillet 2008 L arrêté du 3 aût 2007 relatif aux nrmes applicables et sn annexe technique aux prjets de vidésurveillance à partir du 21 aût 2009, nt paru à certains interlcuteurs de l Administratins

Plus en détail

Caractéristiques du terrain et de son environnement

Caractéristiques du terrain et de son environnement N DOSSIER :... COMMUNE :... DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Frmulaire à returner dûment rempli au : Date d arrivée:... SPANC (Service Public d Assainissement Nn Cllectif)

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

Contrôle parental sur l Internet : les engagements des fournisseurs d accès Internet 16 novembre 2005

Contrôle parental sur l Internet : les engagements des fournisseurs d accès Internet 16 novembre 2005 Cntrôle parental sur l Internet : les engagements des furnisseurs d accès Internet 16 nvembre 2005 Le Guvernement a suhaité que les furnisseurs d accès Internet (FAI) ffrant leur service au grand public

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail