RELATIONS SOCIALES 06

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RELATIONS SOCIALES 06"

Transcription

1 RELATIONS SOCIALES 06 Rédaction : Comite TOSCA 06 Rédacteur en chef : Directeur Départemental du Travail T RAVA I L D E S S E N I O R S Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle des Alpes-Maritimes Numéro 10 Le Comité TOSCA aborde régulièrement des thèmes de prévention des risques et des thèmes liés à la gestion des ressources humaines. Ce numéro en sera une synthèse. Les plus de 50 ans sont porteurs d expérience, de savoir faire. Ils apportent de la diversité et donc de la richesse à l entreprise. Ces valeurs doivent être abordées avec un regard particulier en matière de santé au travail. Toutefois ne voyez pas dans cette particularité une contrainte mais une opportunité d améliorer le cadre de votre travail, de votre entreprise. «Vieillir ensemble, ce n est pas ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années» (Jacques Salomé). Nous serons tentés de dire d ajouter de l expérience à la vie, mais aussi et surtout de vivre et travailler ensemble. Lisez ce numéro, découvrez les expériences réussies, luttez contre les idées reçues et envisagez les possibilités pour votre entreprise. Bonne lecture. QUI SONT LES SÉNIORS? Il n existe aucune définition officielle du terme «séniors». Certains dictionnaires les définissent comme «les plus de cinquante ans». Selon les sources, il est fait référence aux personnes âgées de 45 et plus, de 50 et plus, ou de 55 et plus, mais le plus souvent il n est fait mention d aucun âge précis. Dans le plan national concerté pour l emploi des séniors, il est fait référence aux plus de 50 ans. Pourquoi 50 ans? Les politiques qui luttent contre cette situation ont fixé une frontière à 50 ans, ceci afin d inciter les entreprises à envisager l emploi des séniors avant qu ils soient trop près de l âge de la retraite. En effet, l accès et le maintien dans l emploi sont plus dégradés à partir de 55 ans. Le taux d emploi des ans en France est un des plus bas de l Union Européenne : 37 % contre 42 % pour la moyenne européenne, la France se situant au 15e rang. Des mesures dès 45 ans. Certaines mesures doivent être mises en œuvre dès 45 ans. C est le cas pour l entretien de seconde partie de carrière. Le législateur en fixant cette rencontre tous les 5 ans, impose une discussion qui doit notamment conduire à des actions de formation spécifiques. SOMMAIRE Pourquoi travailler après 50 ans? Le travail doit retrouver du sens Une vision de l emploi des séniors Les séniors au service d une stratégie RH Pourquoi? page Pour maintenir l adaptation au poste de travail, pour inciter les entreprises à investir sur les compétences et l expérience professionnelle. Il faut cesser de parler de ressources humaines et de les comptabiliser en charges : il faut en faire un facteur de développement et d avenir.

2 POURQUOI TRAVAILLER APRES 50 ANS? La France souffre d un faible taux d emploi des séniors. Les entreprises de plus de 50 salariés doivent désormais prendre des engagements en matière d emploi des plus de 50 ans. Deux tranches d âge peuvent être distinguées, entre 50 et 60 ans, et au-delà de 60 ans (avec une retraite à taux plein). Toutefois il convient de s interroger sur deux aspects : Est-il toujours simple de poursuivre une activité professionnelle avec l âge? la pénibilité n est-elle pas un frein réel à l emploi des séniors? Pourquoi un salarié poursuivrait-il son activité professionnelle au-delà de 60 ans? Une étude très large sur les plus de 50 ans au travail a été réalisée en 2003 par le CISME (Centre Interservices de Santé et de Médecine du travail en Entreprise). Cette structure est une association à but non lucratif créée en 1942, c est l organisme représentatif des Services interentreprises de Santé au travail. Il regroupe 300 Services interentreprises de Santé au travail couvrant tout le territoire national et est dirigé de façon paritaire. Si cette étude n est pas récente elle permet néanmoins d identifier les facteurs d un maintien des séniors dans de bonnes conditions. L objectif de l enquête était d étudier les enjeux de santé et de travail chez les salariés de plus de 50 ans dans tous les secteurs d activité, leur souhait de maintien au travail ou de retraite, en explorant les conditions de travail actuelles ou passées, la représentation de leur retraite et l état de santé des salariés. L enquête transversale a permis de recueillir questionnaires grâce à la participation bénévole de 650 médecins du travail répartis dans toute la France. Le site internet du CISME comporte un grand nombre d études très précises qui permettront d orienter vos réflexions et apporteront des données scientifiques à vos intuitions. Qui nécessite des compétences et permet de rester dans le coup ; A contrario quand le sens du travail est faible le rapport de risque est élevé : D avoir des problèmes de santé : Lorsque le travail a du sens : C est un facteur positif essentiel pour la santé. Usure et travail D après les médecins du travail 11 % des salariés devrait cesser de travailler. Cette usure varie bien entendu selon les individus mais cet avis apparaissait lié à différents facteurs : La catégorie socioprofessionnelle ; L avancée de l âge ; Avoir commencé à travailler avant l âge de 16 ans L exposition à un travail physiquement exigeant actuel ou passé et pendant plus de 10 ans ; L exposition à un travail sous pression actuelle ou passée ; Un travail ne permettant pas d apprendre ; Ne pas avoir les moyens de faire un travail de qualité ; Etre atteint d une pathologie grave. Le sens et la reconnaissance du travail : un facteur positif essentiel pour la santé Globalement 75 % des plus de 50 ans interrogés avaient une image globalement positive de leur travail. Le sens du travail est ainsi un facteur de maintien dans l emploi. Un travail qui a du sens, c est un travail : Utile, de qualité, varié ; Dont on peut être fier, qui est reconnu ; Qui permet d apprendre et qui laisse une marge de manœuvre ; Douleurs, fatigabilité, troubles du sommeil ou de mémoire, récupération difficile ; De ne plus être adapté à son travail ; De vouloir partir avant l age. Lorsque le travail a du sens : C est un atout qui s ajoute à l expérience et au savoir faire des plus de 5O ans ; C est un facteur positif essentiel pour la santé.

3 Interview : Le travail doit retrouver du sens RELATIONS SOCIALES 06 a rencontré Yves- Michel NALBANDIAN, Directeur d ACT MEDITERRANE. Son regard, son recul sur l organisation du travail apportent un éclairage avisé sur la problématique de l emploi des séniors. RELATIONS SOCIALES 06 : Quelles sont les bonnes pratiques observées? Yves-Michel NALBANDIAN : Une entreprise qui est fréquemment remarquée pour sa gestion des ressources humaines et l emploi des séniors est CONVERS. Elle travaille dans le secteur des centres de relations clients et emploie près de 150 personnes. Les séniors sont une composante essentielle de la stratégie de l entreprise pour développer des prestations de qualité avec une plus forte valeur ajoutée. Cet objectif imposait dès lors des compétences élevées. Les séniors se sont naturellement imposés dans la stratégie de recrutement par leur assurance, leur fidélité à l entreprise et leur investissement dans le travail. Ce secteur de la relation client est encore largement dominé par le recrutement de jeunes étudiants pour lesquels ce travail est perçu comme un job d appoint et temporaire. Si le recours à ce type de salariés comporte des avantages en particulier en termes de coûts, des inconvénients liés au niveau d investissement et de turnover remettent en cause la qualité de la prestation. Pour développer celle-ci, CONVERS a choisi une approche nouvelle et atypique, investir sur les séniors. «Le principal facteur qui peut inciter un sénior à rester est à mon sens le projet que l entreprise peut lui offrir.» ACT Méditerranée est une Association Loi 1901, créée le 12 juin 1990 par les partenaires sociaux et économiques de la Région Provence-Alpes-Côte d Azur. C est l association régionale paritaire de l ANACT (Agence Nationale pour l Amélioration des conditions de Travail). C est un outil d appui technique aux entreprises. Ses missions sont de : Promouvoir la santé au travail et prévenir les risques professionnels Favoriser la gestion des âges tout au long de la vie Développer les démarches liant organisation, compétences et qualification Mieux intégrer changement technologique et changement organisationnel activités qui semblaient à faible valeur ajoutée. Toutefois des savoir-faire spécifiques étaient quotidiennement mis en œuvre comme l aménagement des horaires : couler le béton très tôt le matin pour éviter un séchage trop rapide en surface à cause du vent ou de la chaleur. Ces compétences très spécifiques n étaient pas identifiées malgré une certification qualité. Le départ de salariés séniors aurait pu déstabiliser l entreprise par une perte brutale de ces compétences ce qui a pu être évité avec une démarche GPEC. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences devrait trouver un écho plus important auprès des PME et des TPE. Elle doit prendre une forme très opérationnelle, concrète et ne pas être seulement centrée sur la mise en œuvre d outils (bilans de compétences, cartographie des emplois, entretiens professionnels ). RELATIONS SOCIALES 06 : Vous parlez des séniors au travers de leurs compétences, est-ce à dire que la GPEC est une notion importante? Yves-Michel NALBANDIAN : Essentielle. Les dirigeants, les employeurs doivent examiner leurs entreprises au travers du risque lié au départ des compétences. A ce titre, ils doivent s interroger : «Le départ d un senior peut-il avoir des conséquences sur les performances de l entreprise? En quoi cela peut constituer une perte de savoirs parfois essentiels pour réaliser l activité? Comment identifier ces savoirs et comment les transmettre? De quelle manière doit évoluer l organisation de l entreprise pour prendre en compte les besoins de compétences liés à de nouvelles activités par exemple? Ce sont là, toutes les questions sur les démarches prévisionnelles de gestion des compétences dite GPEC. Un employeur ne prenant pas garde à ces évolutions risque une dégradation de ces compétences et de ses conditions de travail. Ce fut le cas d une entreprise produisant des éléments préfabriqués en béton. Elle employait des salariés faiblement qualifiés sur des RELATIONS SOCIALES 06 : Certes, mais si un employeur souhaite maintenir son capital connaissance le plus longtemps possible, comment inciter les «séniors» à prolonger leur activité professionnelle? Cela dépend pour beaucoup des conditions actuelles d emploi et de travail et de leurs évolutions sur ces dernières années. Pour un certain nombre de séniors et en particulier dans les grandes entreprises, les évolutions des organisations, les restructurations rapides ont été mal comprises et mal acceptées. Elles ont généré beaucoup de remises en cause qui amènent les salariés les plus âgés à souhaiter un départ rapide à la retraite. Il ne suffit pas d aménager des conditions d emploi adaptées à leurs caractéristiques, à leurs attentes pour obtenir une décision de leur part de rester encore quelques temps dans l entreprise. La démarche visant à aboutir à un projet partagé et à permettre à ces séniors de se projeter dans une activité différente, qui valorise leur expérience, est susceptible de plus d efficience.

4 A cet égard la valorisation des savoirs et leur transmission aux jeunes générations peuvent être des pistes intéressantes. Une organisation du travail arrivant à concilier des générations différentes, porteuse d un attachement fort aux valeurs de l entreprise, contribue à renforcer le collectif de travail et à donner du sens au travail. Une enquête du CISME en 2003 sur salariés de plus de 50 ans, montre que les salariés qui trouvent du sens et de la reconnaissance dans leur travail, subissent moins de dommages physiques que les autres. RELATIONS SOCIALES 06 : Ce qui nous conduit aux risques liés à la santé au travail, qu en est-il? Yves-Michel NALBANDIAN : La question du lien entre conditions de travail et séniors renvoie à la façon dont les risques sont identifiés pour une population spécifique. L entreprise doit analyser sa courbe des âges en lien avec les conditions de travail et les caractéristiques des postes occupés. Un exemple dans une entreprise de préparation de commandes et de logistique : les séniors étaient progressivement repositionnés sur des postes de conditionnement en raison du port de charge difficile avec des colis de 40 kg. Ceci était positif à ceci près que les nouveaux postes étaient soumis à des risques de TMS Cet exemple montre que l analyse doit être approfondie sous peine de simplement déplacer le problème. Selon la même étude du CISME, 44 % des quinquagénaires étaient atteints d une pathologie grave. C est un constat qui fait réfléchir. Dans un certain nombre de cas, les séniors sont comme un miroir des conditions de travail. Si leur santé est atteinte, il est nécessaire d analyser leur histoire professionnelle pour comprendre les causes qui ont pu générer ces pathologies. Ils portent l histoire des conditions de travail de l entreprise. Ce travail d analyse contribue à rendre efficiente la prévention des risques professionnels pour des salariés qui ne sont pas encore séniors. Une stratégie liée au maintien dans l emploi des séniors doit intégrer une analyse des conditions de travail, mais attention, celle-ci ne doit pas être superficielle au risque de déplacer le problème. RELATIONS SOCIALES 06 : En matière d organisation du travail, quelles sont les principales pistes à explorer? L aménagement du temps de travail est-il un facteur à prendre en compte? Yves-Michel NALBANDIAN : Dans certaines activités très exposées, il sera difficile de maintenir les séniors si des aménagements du temps de travail ne sont pas organisés. Des pistes pour assouplir l organisation du travail doivent être mises en œuvre. Si l on raisonne en compétences, missions de tutorat, missions à forte valeur ajoutée pour lesquelles Le saviez-vous : Age et endettement, un autre regard sur le travail des seniors? L enquête typologique 2004 sur le surendettement réalisée par la Banque de France met en évidence un certain vieillissement des personnes surendettées par rapport à 2001 : la part des 55 ans et plus s accroît de cinq points. L INSEE à analyse la structure de l endettement des ménages avec son «Enquête Patrimoine Il ressort que la durée moyenne initiale hors prêts relais a augmenté de plus de trois ans et demi entre 2000 et 2004 pour s établir à 17,5 ans en Depuis les années quatre-vingt-dix, la durée des prêts à l habitat aurait augmenté de 5 ans. l expérience est un facteur important, des organisations du temps différentes doivent pouvoir émerger. Le temps partiel choisi étant une piste à envisager. RELATIONS SOCIALES 06 : Quel rôle peuvent jouer les partenaires sociaux dans la mise en place d un accord «senior»? Yves-Michel NALBANDIAN : A partir du moment où un dispositif public existe sur ces catégories d âges, on peut légitimement espérer que les mesures incitent les partenaires à se rencontrer pour échanger, construire et négocier. Une telle confrontation ne peut être que positive pour le dialogue social. RELATIONS SOCIALES 06 : Et pour les PME et TPE qui ne sont pas concernées par les obligations légales, comment les inciter à maintenir les séniors en activité? Yves-Michel NALBANDIAN : Ce n est pas le même problème. La forte proximité avec les collaborateurs change le regard sur le salarié. Il est plus favorable, plus valorisant, il est reconnu pour son apport à l activité de l entreprise. Une stratégie liée au maintien dans l emploi des séniors doit intégrer une analyse des conditions de travail, mais attention, celle-ci ne doit pas être superficielle au risque de déplacer le problème. Ménages endettés Dette médiane 51 à 60 ans 19,6 % e 61 à 70 ans 8,7 % e Plus de 70 ans 3,2 % e Aujourd hui on parle d un taux d emploi des séniors de 38%, mais où travaillentils? Dans quels types d entreprises? les grandes ou les petites? Aucune étude ne s est encore penchée sur cette question. La réponse pourrait nous surprendre.

5 Une vison de l emploi des séniors RELATIONS SOCIALES 06 : Quel est le rôle de l AVARAP 06? Charles FRAYSSE : Concernant les séniors, notre rôle est essentiellement celui de modifier le regard de l entreprise à leur égard. Les personnes qui nous contactent, sont dans une étape de repositionnement professionnel après avoir quitté ou perdu un emploi. Ce sont souvent des cadres - bien que nous n excluons aucune catégorie auxquels nous proposons un accompagnement pour retrouver une activité professionnelle salariée ou non. RELATIONS SOCIALES 06 : Quel type d emploi retrouvent-ils? Charles FRAYSSE : Les séniors sont plutôt dans des logiques de travailleur indépendant. Le regard de l entreprise à l égard d un senior est souvent irrationnel. Le principal frein est la perception de l âge. Les préjugés sur la résistance à la fatigue et les difficultés à s adapter aux nouvelles technologies sont autant de freins au recrutement des séniors. Un fossé se creuse car celui qui vieillit refuse de voir ce regard porté sur lui. On aurait pu penser que le départ à la retraite de la génération du «baby boom» impose aux entreprises de changer leur regard, mais l évolution démographique se fait lentement. L objectif d augmenter la part d emploi des séniors va donc nécessiter des mesures particulières. Charles FRAYSSE Président AVARAP 06 depuis 2004, Président Fondateur AVARAP VAR en Vice président de la FIDES (Fédération Interrégionale pour le Développement de l Emploi des Séniors) depuis A ce titre les contrats de professionnalisation sont une bonne recette tout comme le portage salarial. RELATIONS SOCIALES 06 : Que pensez-vous de cette réglementation en matière de seniors? Charles FRAYSSE : Dans son plan Sénior, l Etat impose des contraintes, mais ce qui compte c est le résultat. C est un problème de responsabilité sociétale. Mais il faut reconnaître que les mesures actuelles avec leurs outils vont dans le bon sens pour contribuer à œuvrer positivement. GRAND OPTICAL est un bon exemple pour illustrer l intérêt de recruter des séniors. Leur chiffre des ventes a augmenté avec le recours aux séniors. Les entreprises qui changent leur regard et qui franchissent le pas pour recruter des plus de 50 ans sont heureux de l avoir fait. Tout cela est très encourageant. Les séniors au service d une stratégie RH Relations sociales 06 a rencontré Philippe de GIBON Directeur Général de la société CONVERS. Non seulement ce dirigeant a fait le pari d implanter son activité de plateforme téléphonique à Nice, mais il a surtout fait des seniors une composante essentielle de sa stratégie. RELATIONS SOCIALES 06 : Quelle est votre stratégie RH? Philippe de GIBON : Un peu d histoire avant de commencer. Nous étions quatre salariés qui nous sommes associés pour reprendre leur entreprise qui déposait le bilan. Après un tour de table financier, nous avons pu conserver 20 salariés de l ancienne équipe. Nous savions ce que nous ne voulions pas faire. Nous avons adopté une stratégie, qui était de casser le turn-over de ce métier. Il fallait passer d une culture de petits jobs d étudiants à un véritable métier. Pour cela il fallait amener de la maturité. Il fallait imaginer quelque chose qui nous permet d attirer des collaborateurs qui n auraient jamais poussés la porte d un centre d appel. Le contrat de travail s est très vite imposé pour atteindre cet objectif avec un dispositif très particulier pour les horaires de travail. Il fallait ensuite pérenniser les emplois, et les faire monter en compétences. Nous sommes allés chercher les outils de management traditionnels, outils trop peu utilisé pans les PME : A commencer par l entretien professionnel au cours duquel nous ne parlons que de compétences et des envies et attentes du salarié ; Ceci nous permet d établir un plan de formation très précis et adapté ; Dès lors l intégration d un nouveau salarié est faite dans de bonnes conditions ; Ceci d autant plus que nous avons fortement développé le tutorat grâce auquel nous mettons nos séniors en valeur, c est vraiment une stratégie gagnante ; Ce n est qu après qu intervient l entretien d évaluation qui lui valorise les performances individuelles. Nous avons voulu donner du sens à ces outils. C est pourquoi ; ils ont été construits avec les représentants du personnel. Philippe de GIBON Directeur Général, 53 ans RELATIONS SOCIALES 06 : Pourquoi les salariés de plus de 50 ans travaillent-ils chez vous? Philippe de GIBON : Nous avons réunis les conditions pour leur retour au travail au travers de deux outils. Avec un emploi classique nous n aurions pas eu de résultat. Le premier outil, un contrat de travail qui allie vie personnelle et professionnelle : Le temps choisi. Tous les entretiens que nous réalisons prouvent que 95 % de nos collaborateurs restent chez CONVERS pour cet aménagement du temps de travail. Les salariés choisissent leur horaire au plus tard le mercredi pour le lundi qui suit sur un espace intranet ce qui évite toute gêne vis-à-vis du dirigeant. Deux fois par an le salarié peut modifier son horaire contractuel pour adapter son rythme à ses besoins.

6 Le deuxième outil, le type de travail. Nous cherchons des actions intellectuellement intéressantes, nous choisissons nos clients. Nous avons une démarche de fidélisation avec des fichiers existants et qualifiés. Nous cherchons des opérations à haute valeur aoutée. Cela nous permet de proposer des rémunérations intéressantes avec : Un fixe supérieur de 9 % à la convention collective. Une partie variable liée à l implication sur les horaires décalés entre 18 heures et 20 heures 30. Si deux tiers des vacations sont faites sur ces horaires une prime d horaire est allouée. Une autre partie variable en fonction du rendement. RELATIONS SOCIALES 06 : Selon votre expérience, quelles sont les raisons pour lesquelles les plus de 60 ans travaillent? Philippe de GIBON : Je pense qu il y a trois raisons : Parce qu ils en ont envie afin de maintenir une vie sociale pleine ; CONVERS opte pour une mixité et une séniorité des populations, tous en contrat CDI. Par besoins, par confort pour améliorer leur quotidien ; Enfin par contrainte économique. Chez nous 50 % des séniors de plus de 60 ans le font par contrainte. Mais notre doyen a 78 ans. Lui travaille pour financer sa passion : des cours d ULM! RELATIONS SOCIALES 06 : Quelles sont vos actions en matière de prévention des risques? Philippe de GIBON : Nos postes de travail ont été proposés par un architecte ergonome suite à un soutien du FACT. Nous avons ainsi travaillé sur le bruit et les casques. Mais il faut dire que dans notre activité l âge n a pas trop d impact une fois que le temps de travail et l intérêt de la mission sont bien intégrés. Pour nous c est important de proposer de conditions de travail exceptionnelles. C est la reconnaissance de la difficulté de ce métier. RELATIONS SOCIALES 06 : Y a-t-il un gain économique? Philippe de GIBON : Nos clients sont sensibles à la stabilité de nos équipes. Elles sont la garantie de la qualité de nos services. Nous avons ainsi décroché des contrats après avoir communiqué sur notre stratégie RH relative aux séniors. RELATIONS SOCIALES 06 : Il n y a donc que des avantages? Philippe de GIBON : OUI, cela fait 12 ans que cela dure! RELATIONS SOCIALES 06 a rencontré les Délégués du Personnel de CONVERS Comment parler d une entreprise et ses actions sans rencontrer ses délégués du personnel? RELATIONS SOCIALES 06 a donc interrogé Philippe SOURIS et Marie-Pierre MANGIN. Pouvez-vous nous parler de l accord relatif aux séniors de votre entreprise? Philippe SOURIS : Bien entendu, il a été rapidement signé. Nous avons simplement formalisé les pratiques déjà anciennes de l entreprise. Toutefois les discussions ont permis de revenir sur certains points et d améliorer le dispositif existant. Que pensez-vous de l apport des séniors dans votre activité? Philippe SOURIS : Il faut tout d abord constater qu en France nous sommes en retard par rapport aux pays nordiques. L intégration des séniors c est avant tout un état d esprit. Il faut casser les idées reçues. Marie-Pierre MANGIN : Les séniors sont une bonne chose pour l entreprise. Ils apportent plus de sérieux, moins d absentéisme. La souplesse de votre entreprise en ce qui concerne les horaires est-elle un facteur important? Marie-Pierre MANGIN : La souplesse des horaires nous laisse beaucoup de liberté, c est vrai. Mais le travail reste un besoin cela n a d intérêt que dans la mesure où le choix de l horaire se fait sans contrainte budgétaire. Philippe SOURIS : Il faut ajouter que les conditions de travail sont primordiales pour le maintien des séniors, qu il s agisse d aménagement des bureaux ou d horaire ce sont des facteurs importants pour un travail dans de bonnes conditions. Que l on soit senior ou pas d ailleurs! Quelles sont les autres mesures mises en œuvre par l entreprise? Philippe SOURIS : Le tutorat. Etes-vous tuteur? Philippe SOURIS : Oui, c est une bonne approche qui permet au nouvel embauché de s intégrer au mieux, transmettre mes connaissances et mon savoir faire pour que le nouveau soit bien. C est une réelle satisfaction. Marie-Pierre MANGIN : Cette procédure d accueil est d autant plus importante que nous utilisons l outil informatique. Ce dernier n est pas forcément d un usage facile pour un senior. Le tutorat est vraiment la condition d une bonne intégration. En tant que délégués du personnel, qui vous sollicite pour aborder leurs problèmes : juniors ou séniors? Marie-Pierre MANGIN, Déléguée du personnel, salariée de l entreprise depuis 11 ans Philippe SOURIS, Délégué du personnel, salarié de l entreprise depuis 7 ans Philippe SOURIS : Plutôt les jeunes, à 70 %. Jusqu à quel âge souhaitez vous travailler? Marie-Pierre MANGIN : Je pense que j arrêterai progressivement pour garder le contact avec mes collègues. Pour aller plus loin : Le plan en faveur de l emploi des seniors Etude de l INRS : Bien vieillir au travail, un document pour agir IntranetObject-accesParReference/INRS-FR/$FILE/ fset.html Vous pouvez également consulter les sites des partenaires sociaux :

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

à l ICR Janvier 2009

à l ICR Janvier 2009 Politique sociale à l ICR Janvier 2009 Une politique s inscrivant dans la continuité Un PDE depuis 2005 Un projet social depuis 2006 Une tradition de négociation collective 3 accords d entreprise signés

Plus en détail

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions?

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? Mireille HUGUET Chargée de Mission RH Seniors Présentation Mireille HUGUET Consultante RH et Bilan de compétences Chargée de Mission

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

seniors Atouts et opportunités

seniors Atouts et opportunités LES GUIDES CONSEIL DE L UIMM Employer des seniors Atouts et opportunités UNION DES INDUSTRIES ET MÉTIERS DE LA MÉTALLURGIE Employer des seniors, pourquoi? 02 Un enjeu économique et social 03 Un atout pour

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Ucanss Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Potocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Maintien et retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action

Maintien et retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintien et retour en activité professionnelle des seniors Guide pour l action Introduction Ce guide a été élaboré par l ANACT (Agence nationale pour l amélioration des conditions de travail), dans le

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Appui-conseil à l innovation sociale

Appui-conseil à l innovation sociale Appui-conseil à l innovation sociale Mode d emploi Vous souhaitez déposer un projet, ce dossier vous propose : Une présentation du dispositif et de son fonctionnement (Fiche-action 1) Des critères et des

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

Trophée contrat de génération

Trophée contrat de génération Trophée contrat de génération EDITION 2014 Entreprises de plus de 50 salariés -- 17 septembre 2014 -- Contact presse cab-ted-presse@cab.travail.gouv.fr Sommaire Qu est-ce que le contrat de génération?

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Le portage salarial Isabelle DEJEAN, AGC Groupe PROMAN - Besançon Qui est

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE C/G 15/02/2011 Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE A la demande du gouvernement, Pierre MOREL A L'HUISSIER, Député de LOZERE, rendait en novembre 2006 un rapport sur "Du Télétravail

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA.

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. 1. INRODUCTION La page de garde reprend la signalétique de l ETA ainsi que quelques informations utiles quant au déroulement de

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Les salaires de L écosystème php en france. L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e

Les salaires de L écosystème php en france. L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e L Association Française des Utilisateurs de PHP (AFUP) & le cabinet de recrutement spécialisé Agence-e vous propose : baromètre AFUP Agence-e 2014 : Les salaires de L écosystème php en france édito : Fondée

Plus en détail

Les métiers porteurs d emploi

Les métiers porteurs d emploi Les métiers porteurs d emploi Enquête Ipsos / Association Jeunesse et Entreprises Octobre 2008 Fiche technique ENQUETE EFFECTUEE POUR : ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES DATES DE LA CONSULTATION : De

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

L essentiel. de nos solutions

L essentiel. de nos solutions L essentiel vous propose des solutions globales de conseil en développement des ressources humaines. Notre équipe, de consultants seniors, seniors met ses compétences au service de vos ambitions avec un

Plus en détail

Règlement du prix OCTOBRE 2014

Règlement du prix OCTOBRE 2014 Règlement du prix OCTOBRE 2014 Avec l'ambition de faire progresser la qualité de l emploi associatif et dans le cadre de la Grande cause nationale 2014, Le Mouvement associatif en partenariat avec l UDES,

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

BIPESS 2.0 format pdf - 2014

BIPESS 2.0 format pdf - 2014 1. Fiche d identité du référent BIPESS et du groupe évaluateur Le statut du référent BIPESS (1 personne) de votre structure : Veuillez choisir toutes les réponses qui conviennent : Salarié Dirigeant Administrateur

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Gestion de la santé dans l entreprise. Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise

Gestion de la santé dans l entreprise. Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise Table des matières/ Avant-propos................................................

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Comment réussir son Marketing Personnel

Comment réussir son Marketing Personnel Comment réussir son Marketing Personnel Méthode et outils pour faire autrement! Conférence Jean Pierre AYER Jeudi 13 juin 2013 Recherche d emploi : Annonces Candidatures spontanées Réseaux Promotion de

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

Gestion des. Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME

Gestion des. Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME Gestion des Des solutions informatiques enfin accessibles aux PME RH Gestion des temps Gestion du recrutement Gestion des emplois et des compétences Gestion de la Ce guide a été réalisé à l initiative

Plus en détail

LA SCLEROSE EN PLAQUES

LA SCLEROSE EN PLAQUES Fiche 4 LA SCLEROSE EN PLAQUES PRESENTATION Quelques généralités La sclérose en plaques (SEP) est une maladie qui se caractérise par l apparition dans le système nerveux central de petites lésions disséminées,

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

La problématique des Seniors. www.quinquascitoyens.net 1

La problématique des Seniors. www.quinquascitoyens.net 1 La problématique des Seniors www.quinquascitoyens.net 1 www.quinquascitoyens.net 2 Nous remercions chaleureusement Chimulus pour le don de son dessin contact@chimulus.com www.quinquascitoyens.net 3 Devinettes

Plus en détail