Limites, continuité et dérivabilité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Limites, continuité et dérivabilité"

Transcription

1 Correction de la Feuille de TD - Analyse 8 9 Limites, continuité et dérivabilité Eercice. Montrer que a = et ( ) =.. Démontrer maintenant ces résultats en utilisant la définition (avec le ε) de la ite. Correction. Montrons que a =. Par définition, on a : Or : R, a = e ln a. ( ln a) = car a ], [ et e =, donc, d après la formule de la ite d une fonction composée, on a : a =. Montrons que ( ) = On a ici une forme indéterminée puisque ( ) = + et ( ) = : on ne peut donc pas conclure directement sur le ite de la somme. Cependant, on a : = ( ) + + = + d où, d après la formule de la ite d un quotient : ( ) ( ) = =. +. On veut montrer que a = c est à dire que : ( avec + ) = + ε >, A(ε) > tel que R, ( A(ε)) = ( a ε). On se fie un ε > et on cherche A(ε) tel que ( A(ε)) = ( a ε). Supposons que l on connaisse A(ε) et considérons un A(ε). On cherche alors à majorer a par une quantité qui dépend de A(ε) et plus de. On a :

2 ln a A(ε) ln a (puisque a ], [), d où, puisque la fonction eponentielle est strictement croissante sur R : a = e ln a = e ln a e A(ε) ln a. e A(ε) ln a est bien une quantité qui dépend de A(ε) et plus de. Si l on choisit A(ε) tel que ε = e A(ε) ln a, on aura alors bien : Or : Conclusion : ( A(ε)) = ( a ε). ε = e A(ε) ln a ln ε = A(ε) ln a A(ε) = ln ε ln α. ε >, A(ε) = ln ε ln α > tel que R, ( A(ε)) = ( a ε). On vient de montrer que a =. On veut maintenant montrer que ( ) = c est à dire que : ( ) ε >, A(ε) > tel que R, ( A(ε)) = ε. On se fie un ε > et on cherche A(ε) tel que ( A(ε)) = ( ε ). Supposons que l on connaisse A(ε) et considérons un A(ε). On cherche alors à majorer par une quantité qui dépend de A(ε) et plus de. Afin d "enlever" la valeur absolue, cherchons dans un premier temps le signe de. On a, ], + [ :, donc, ], + [, =. Cherchons maintenant à majorer. Une première idée serait de faire la majoration suivante :, mais ensuite, on ne peut plus faire d autre majoration : on n a donc pas réussi à majorer par une quantité indépendante de. On va donc faire une autre majoration. On a : = + + = +,

3 Or, si l on suppose que A(ε) >, on a : d où : + A(ε) + A(ε) > = + A(ε) + A(ε). A(ε)+ A(ε) est bien une quantité indépendante de et qui majore. Si l on choisit alors A(ε) tel que ε = A(ε) + A(ε), on aura alors bien : ( ) ( A(ε)) = ε. Or : ε = A(ε) + A(ε) A(ε) + A(ε) = ε A(ε) = ε A(ε) = A(ε) = ( ε A(ε)) A(ε) = ε A(ε) ε A(ε) = ( ε + ε) + A(ε) A(ε) ε = ε + Remarque : regardons si avec ce choi de A(ε) l hypothèse A(ε) > est bien vérifiée : A(ε) > ( ε + ε) > + ε > ε ε ε + > (ε ) > ce qui est toujours vrai. Donc A(ε) = ( + ε) >. ε Conclusion : ε >, A(ε) = ( ( ε + ε) > tel que R, ( A(ε)) = ) ε. On vient de montrer que ( ) =. Eercice A SAVOIR FAIRE ABSOLUMENT!!!

4 Calculer les ites : e. sin 4. tan ( ) 5. ln( + ) sin( + ) Correction e. =? Indication : utiliser la définition de la dérivée d une fonction. On a une forme indéterminée. Or : e e e =. Or la fonction eponentielle est dérivable sur R donc en et ep = ep, d où par définition : e e = ep () = e =.. + =? Indication : factoriser le numérateur On a une forme indéterminée. Or : + ( + ) = = ( + ) =.. +5 =? Indication : multiplier dénominateur et numérateur par la quantité conjuguées. On a une forme indéterminée. Or : + 5 = = ( ) ( ) ( 4) ( + ) = ( ) ( + ) d où + 5 = ( ) ( + ) =. sin 4. =? tan sin Indication : utiliser certaines ites connues comme. = et tan = 4

5 On a une forme indéterminée. Or : sin tan = sin tan et comme sin = sin = et tan sin tan = = tan =, on a : ( 5. ln( + ) sin( ) ) =? + Indication : utiliser le théorème d encadrement R, sin( + ) et ln( + ), d où : ln( + ) ln( + ) sin( + ) ln( + ). Or ( ln( + )) = ln( + ) = ln() = d où, d après le théorème d encadrement : ( ) ln( + ) sin( + ) =. Eercice Soit f une fonction définie et continue sur [, ] et telle que f([, ]) [, ].. Montrer qu il eiste au moins un réel [, ] tel que f( ) =.. Supposons de plus que f est dérivable sur ], [ et que pour tout ], [, on ait f () <. Montrer alors que le réel est unique. Correction : Attention : modification à apporter sur le polycopié d Analyse page 5! Théorème (Théorème des valeurs intermédiaires) Soit f une fonction continue sur un intervalle I et soient a, b I. Alors pour tout γ compris entre f(a) et f(b), il eiste c [a, b] tel que f(c) = γ.. On veut montrer qu il eiste au moins un réel [, ] tel que f( ) = ( f( ) = ). On considère donc la fonction ϕ définie, pour tout [, ] par : ϕ() = f(). Les fonctions f et étant continues sur [, ], ϕ est elle même continue sur [, ]. D après le thorème des valeurs intermédiaires, pour tout γ compris entre ϕ() et 5

6 ϕ(), il eiste c [, ] tel que ϕ(c) = γ. Or on a : ϕ() = f() = f(). Et on a également ϕ() = f(). Puisque f([, ]) [, ], alors on a f() [, ] d où ϕ() = f(). Donc pour tout γ [ϕ(), ϕ()], il eiste c [, ] tel que ϕ(c) = γ. Ceci est donc vrai pour γ = : il eiste donc c [, ] tel que ϕ(c) = f(c) = c. On a donc prouvé qu il eiste au moins un [, ] tel que f( ) =.. Montrons maintenant que ce est unique dans le cas où f est dérivable sur ], [ et telle que que pour tout ], [, f () <. Si f est dérivable sur ], [ et telle que que pour tout ], [, f () < alors ϕ est dérivable sur ], [ (somme de deu fonctions continues sur ], [) et on a : ϕ () = f () <, c est à dire, ϕ strictement décroissante sur ], [. Raisonnons maintenant par l absurde, c est à dire que pour montrer que A = B on va montrer que non B = non A. Dans notre cas : A ="f est dérivable sur ], [ et telle que que pour tout ], [, f () < et B = est unique". On suppose donc que n est pas unique (c est non B) et on veut montrer une contradiction avec l hypothèse A. On considère donc et tels que f() = et f( ) =. On a alors : ϕ( ) = ϕ( ) = ce qui n est pas possible car si f est dérivable sur ], [ et telle que que pour tout ], [, f () <, alors ϕ est strictement décroissante. Par conséquent, est unique. Eercice 4 En utilisant le théorème des accroissements finis, montrer que la ite suivante eiste et calculer sa valeur : (( + )e + e ). Correction : On souhaite utiliser le théorème des accroissements finis pour calculer la (( + )e + e ). Ce théorème lorsqu on l applique à une fonction f, donne une epression de la quantité f(b) f(a) avec a et b tels que f continue sur [a, b] et dérivable sur ]a, b[. Si on veut l appliquer ici, il faut savoir sur quelle fonction f. On remarque alors que la quantité dont on veut calculer la ite est la différence entre ( + )e + et e ce qui nous amène à considérer la fonction f : z ze z. On veut en fait calculer (f( + ) f()). Appliquons donc le théorème des accroissements finis à f entre et +. La fonction f est continue et dérivable sur ], + [ car obtenue par composition, somme et 6

7 produit de fonctions continues et dérivables sur ], + [. Par conséquent, ], + [, f est continue sur [, +] et dérivable sur ], +[. D après le théorème des accroissements finis, ], + [, y() ], + [ tel que : f( + ) f() = f (y())( + ) = f (y()). Or, f : z ze z donc : f (z) = e z + z ze z = ( z )e z, d où, ], + [, y() ], + [ tel que : On a donc : f( + ) f() = ( y() )e y(). (( + )e + e ) = ( y() )e y(), y(). Pour cela, voici deu mé- et on cherche donc maintenant à calculer ( thodes : - méthode : ], + [, < y() < +. y() )e Or, () = (+) = + donc d après le théorème d encadrement, y() eiste et vaut +. De plus, y (( y )e y ) =, donc d après la formule de la ite d une fonction composée : - méthode : ], + [, ( y() )e y() =. < < y() < + = < + < y() <, d où puisque l eponentielle est strictement croissante sur R, De plus, pour tout > (pour avoir < ), on a : e + < e y() < e. () < < y() < +, () 7

8 d où, en utilisant () et (): ( )e + < ( y() )e y() < ( + )e. Attention, le produit des inégalités est possible car tous les termes des inégalités sont positifs! Comme on a : ( )e + = ( + )e =, d après le théorème d encadrement on montre que ( y() )e y() eiste et vaut : ( y() )e y() =. Conclusion : que ce soit avec la méthode ou on montre que ((+)e + e ) eiste et vaut (( + )e + e ) =. Eercice 5 Règle de l Hospital. Soient f et g deu fonctions continues sur [a, b] et dérivables sur ]a, b[, g ne s annulant en aucun point de ]a, b[. Montrer qu il eiste c ]a, b[ tel que : f(b) f(a) g(b) g(a) = f (c) g (c).. Soit ]a, b[ et f,g : [a, b] R deu fonctions continues en et dérivables sur ]a, b[\{ }, g ne s annulant en aucun point de ]a, b[\{ }. Soit l R. Montrer que : ( ) ( ) f () g () = l =. Application : calculer les ites en de ( + )n Correction :. On cherche à montrer qu il eiste c ]a, b[ tel que : c est à dire qu il eiste c ]a, b[ tel que : f() f( ) g() g( ) = l f(b) f(a) g(b) g(a) = f (c) g (c), (n ); sin. et cos sin. (f(b) f(a)) g (c) (g(b) g(a)) f (c) =. () 8

9 Pour cela, on va utiliser le théorème de Rolle, qui lorsqu on a une fonction h continue sur [a, b] et dérivable sur ]a, b[ telle que h(a) = h(b), nous donne l eistence d un point c ]a, b[ tel que h (c) =. On voit ici que () s écrit sous la forme : h (c) =, avec h() = (f(b) f(a)) g() (g(b) g(a)) f(). On va donc essayer d appliquer le théorème de Rolle à h. Comme f et g sont continues sur [a, b] et dérivables sur ]a, b[, h l est également. De plus, h(a) = (f(b) f(a)) g(a) (g(b) g(a)) f(a) = f(b)g(a) g(b)f(a), h(b) = (f(b) f(a)) g(b) (g(b) g(a)) f(b) = f(a)g(b) + g(a)f(b), donc h(a) = h(b). On peut donc appliquer le théorème de Rolle : il eiste c ]a, b[ tel que h (c) = (f(b) f(a)) g (c) (g(b) g(a)) f (c) =.. [, b], f et g continues sur [, ] et dérivables sur ], [ et g ne s annule en aucun point de ], [. Donc d après la question précédente, il eiste y() ], [ tel que : f() f( ) g() g( ) = f (y()) g (y()), d où : Or on a : f() f( ) > g() g( ) = f (y()) > g (y()). < y() <, avec = =, donc d après le théorème d encadrement, y() =. Par composition des ites, on a donc : f (y()) > g (y()) = f (y) y > g (y) = l. On procède de la même manière pour la ite à gauche (on utilise le résultat de la question précédente sur l intervalle [, ]), et on obtient : f() f( ) < g() g( ) = l. Par conséquent, on a : f() f( ) g() g( ) = l. 9

10 . On a : ( + ) n = f() f( ) g() g( ), avec =, f() = ( + ) n et g() =. f et g sont continues et dérivables sur R et g ne s annule en aucun point de R. On a : f () g () = [ ] n( + ) n = n. Donc d après la question précédente, on a : De même on peut montrer que : Fonctions usuelles Eercice 6 sin = 6 ( + ) n = n. cos et sin =.. Eprimer tan(a ± b) en fonction de tan a et de tan b (lorsque ces quantités eistent).. Eprimer tan(a) en fonction de tan a.. Trouver la valeur eacte de tan( π ) en vous aidant de la relation montrée en question De la même manière, trouver la valeur eacte de tan( π 6 ). Correction. On a, a, b R tels que a + b (k + ) π, k Z (cas dans lesquels cos(a + b) = ) : avec tan(a + b) = sin(a + b) cos(a + b) sin(a + b) = sin a cos b + cos a sin b et cos(a + b) = cos a cos b sin a sin b. En utilisant la relation sin() = tan() cos() (valable pour tout (k+) π, k Z, la tangente n étant pas définie sinon) on obtient alors : sin(a + b) = cos a cos b(tan a + tan b) et cos(a + b) = cos a cos b( tan a tan b),

11 d où, a, b R tels que a + b, a, b / { (k + ) π, k Z}, tan(a + b) = tan a + tan b tan a tan b. (4) De la même manière, on peut montrer que a, b R tels que a b, a, b / { (k + ) π, k Z} tan(a b) = tan a tan b + tan a tan b. En utilisant la relation (4) avec a = b (a, a / { (k + ) π, k Z} ), on obtient : tan(a) = (5) tan a tan a. (6). En écrivant la relation (6) pour a = π 8 (l hypothèse a, a / { (k + ) π, k Z} est bien vérifiée), on obtient : tan( π 4 ) = tan( π 8 ) tan ( π 8 ). Or, tan( π 4 ) = d où = tan( π 8 ) tan ( π 8 ) tan ( π 8 ) + tan( π 8 ) =. tan( π) est donc racine du polynôme 8 X + X.Le discriminant du polynôme valant = 8, ses racines sont ± 8 = ±. Comme. π 8 [ ], π on sait que tan( π ) >, 8 donc (puisque < ) : tan( π 8 ) = + >. 4. En écrivant la relation (6) pour a = π 6 (l hypothèse a, a / { (k + ) π, k Z} est bien vérifiée), on obtient : tan( π ) = tan( π 6 ) tan ( π 6 ). Or, tan( π ) = d où = tan( π 8 ) tan ( π 8 ) tan ( π 8 ) + tan( π 8 ) =. tan( π) est donc racine du polynôme X + X.Le discriminant du polynôme 6 valant = 6, ses racines sont ± 6 = ou. Comme. π [ ], π 6 on sait que tan( π) >, donc (puisque < ) : 6 tan( π 6 ) = >.

12 Eercice 7 Enoncé modifié pour simplifier. Donner l epression de arctan(tan()) en fonction de pour [ π, π].. A l aide d une des relations de l eercice précédent, eprimer arctan + arctan y en fonction de et de y. Correction :. Pour simplifier la question, on va se placer dans le cas où [ π, π]. Dans ce cas, on a : si ] π, [ π arctan(tan()) = + π si [ [ π, π π si ] π, π]. Pour s en convaincre, utiliser le cercle trigonométrique et revenir à la définition de arctan.. Pour eprimer +arctan y en fonction de et de y, on va d abord chercher l epression de tan(arctan + arctan y)., y R, arctan + arctan y ] π, π[ avec arctan, arctan y ] π, [ π. Donc d après (4) (voir eo précédent),, y R, tels que arctan +arctan y / { (k + ) π, k Z}, on a : tan(arctan ) + tan(arctan y) tan(arctan + arctan y) = tan(arctan ) tan(arctan y). Or R, arctan ] π, π [ et tan(arctan ) =, d où : tan(arctan + arctan y) = + y y. On veut maintenant appliquer arctan à cette relation. Pour cela, on utilise l epression de arctan(tan()) demandée à la question. Par conséquent : Si arctan + arctan y ] π, π [, arctan(tan(arctan + arctan y)) = arctan + arctan y et arctan + arctan y = arctan( + y y ), Si arctan + arctan y [ π, π [, arctan(tan(arctan + arctan y)) = arctan + arctan y + π et arctan + arctan y = arctan( + y y ) π, Si arctan +arctan y ] π, π], arctan(tan(arctan +arctan y)) = arctan +arctan y π et arctan + arctan y = arctan( + y y ) + π. Ramenons à présent les conditions sur arctan + arctan y sur et y.

13 Quelles sont les conditions sur et sur y pour que l on ait arctan + arctan y ] π, π [? Rappelons que α[π] ] π, π [ cos(α) >. Donc arctan + arctan y ] π, π [ cos(arctan + arctan y) >. Or cos(a + b) = cos a cos b sin a sin b = cos a cos b( tan a tan b). D où cos(arctan + arctan y) = cos(arctan ) cos(arctan y)( tan(arctan ) tan(arctan y)) = cos(arctan ) cos(arctan y)( y). Or arctan, arctan y ] π, π [, donc cos(arctan ) >, cos(arctan y) > et donc : arctan + arctan y ] π, π [ y > > y. Quelles [ sont [ les conditions sur et sur y pour que l on ait arctan + arctan y π, π? Rappelons que [ α[π] π, π [ cos(α) < et sin(α) <. Donc arctan + arctan y [ π, π [ { cos(arctan + arctan y) < sin(arctan + arctan y) <. Or cos(a + b) = cos a cos b( tan a tan b) et sin(a + b) = cos a cos b(tan a + tan b). D où cos(arctan + arctan y) = cos(arctan ) cos(arctan y)( y) et sin(arctan + arctan y) = cos(arctan ) cos(arctan y)( + y) Or cos(arctan ) >, cos(arctan y) >, donc : arctan + arctan y ] π, π [ { y < + y < {, y < y <. Quelles sont les conditions sur et sur y pour que l on ait arctan +arctan y ] π, π]? Rappelons que ] π ] α[π], π cos(α) < et sin(α) >.

14 Donc ] π ] arctan + arctan y, π { cos(arctan + arctan y) < sin(arctan + arctan y) >. Or cos(arctan + arctan y) = cos(arctan ) cos(arctan y)( y) et sin(arctan + arctan y) = cos(arctan ) cos(arctan y)(+y). Comme cos(arctan ) >, cos(arctan y) >, on a finalement : ] π ] arctan + arctan y, π { y < + y > {, y > y <. Conclusion : avec arctan + arctan y = arctan( + y y ) + cπ si, y < et y < c = si > y si, y > et y <. 4

15 Correction de la Feuille de TD - Analyse 8 9 Equivalents, développement ités, intégration et intégrales généralisées Eercice Soit F : e +y dy. On veut montrer que : F +. Pour cela, on considère la fonction f : y e +y y.. Donner le développement ité à l ordre au voisinage de de la fonction e + et en déduire un équivalent de f quand y tend vers +.. Montrer alors que + f(y)dy converge.. Montrer ensuite que F + Correction :. On cherche le DL () de e +. On connait le DLn () de + + = ( ) n n + o( n ), et on connait le DL n () de e qui est : e = n ! n! + o(n ). qui est : Ici on cherche le DL() de e + à l ordre, donc on va développer les DL précédents à l ordre. Attention cependant, ce n est pas toujours le cas! par eemple, si on veut trouver le de e à l ordre, il faudra développer le DL de e à l ordre 4 puisque celui-ci sera ensuite divisé par. Faites le calcul pour vous en convaincre... Revenons donc maintenant au DL () de e +. On a, à l ordre : + = + + o( ), d où + = o( 4 ). Comme la fonction vaut pour =, on peut utiliser le résultat sur le DL + d une fonction composée et puisque : e = + + +! + o( ),

16 on a : e + = +( o( 4 )) + ( o( 4 )) +! ( o( 4 )) +o(( o( 4 )) ), soit après développement et en ne gardant que les puissances de inférieures ou égales à : e + = ( ) o( ) = o( ) On cherche maintenant un équivalent de f quand y tend vers +. On a : f(y) = e +y y = g( y ) y avec g : e y + (en effet : g( ) = e + y y = e +y ). Pour obtenir un DL de f à partir de celui de g il faut donc effectuer le changement de variable = dans le DL de g. Attention à bien regarder quand même qu avec ce y changement de variable, si est au voisinage de alors y est au voisinage de +. Le DL de f que l on obtiendra alors après changement de variable = dans le DL au y voisinage de de g sera donc un DL au voisinage de +. On a donc, au voisiange de + : f(y) = + y ( y ) + 6 ( y ) + o(( y ) ) y = y + 6 y + o( y ). Un équivalent de f au voisinage de + est alors donné par le permier terme non nul de son DL(+ ) : f + y.

17 . Montrons maintenant que + f(y)dy converge. On a : f + y f + y. Les fonctions -f et y sont toutes deu continues sur [, + [ car elles sont y obtenues par composition, somme et produit de fonctions usuelles continues. Ces deu fonctions sont donc localement intégrable sur [, + [. De plus y [, + [, y, donc on peut utiliser le résultat sur les intégrales généralisées de deu fonctions équivalentes : Or + + f(y)dy et + dy sont de même nature. y dy est convergente car c est une intégrale de Riemann avec α =, donc y + f(y)dy converge, ce qui implique que + f(y)dy converge également.. On souhaite maintenant montrer que F + où F : e Par définition, F + On a : F () F () =. + = = e +y dy = (f(y))dy + (f(y) + + )dy y ( + )dy y. +y dy. Or ( + )dy = [y + ln y y ] = + ln ln = + ln d où F () = (f(y))dy + ln + = (f(y))dy ln + +. On a ( ln ) = ( ) =. De plus on a montré que (f(y))dy est convergente : notons donc l R sa valeur. On a : D où ( (f(y))dy ) = ( l ) =. F () + = F +. Eercice. Montrer que l intégrale suivante converge. + + d. Trouver ensuite une primitive de + et en déduire la valeur de l intégrale.

18 . n N, on note : I n = π Calculer la valeur de I n en fonction de n. sin n (y)dy.. En utilisant le changement de variable y = e, calculer toutes les primitives de : Correction :. Montrons que + d converge. + On a, ], + [: e ( + e ) e. + = + La fonction est localement intégrable sur [, + [ car continue sur [, + [. + La fonction est localement intégrable sur ], + [ mais pas en. Donc on ne va pas pouvoir conclure directement sur l intégrale entre et +. On va donc séparer l intégrale en deu morceau : + + d = + + d +. + d. La borne a ici été choisie de manière arbitraire. La fonction est localement intégrable sur [, ] car continue sur [, ] donc + d est convergente. + On s intéresse maintenant à + d. On a toujours, [, + [, + + >. Les fonctions et sont localement intégrables sur [, + [ car continues sur [, + [, donc si + + d converge alors + d converge. Or, + d + est un intégrale de Riemann avec α = donc elle converge. Donc, + Cherchons à présent les primitives de +. On admettra ici(décomposition en éléments simples) que : + = Une primitive de est ln +. + On va ensuite essayer de décomposer le deuième terme 4 + d converge. + en la somme d un terme

19 de la forme c a : + = u avec u() = + u c et d un terme de la forme. On + = ( 4) + + = ( ) + = Le terme est de la forme u avec u() = + + u. Une primitive de est + donc ln u() = ln +. Pour le dernier terme, on doit le mettre sous la forme c k qui a pour + +k(+a) primitive arctan( k( + a)). On a : Une primitive de + + = est donc 4 ( ) + = 4 ( 4 ) +. arctan( 4 ( )). 4 Au final, une primitive de est donnée par ln + ln )). Cherchons maintenant la valeur de + On a : + + d = y = y = y y [ d = + y d. + arctan( ([ ln + 6 ln arctan( 4 ln + y 6 ln y + y + arctan( 6 ln ( + y) y + y + 4 arctan( [ Or (+y) y y+y + y y (y )) arctan( ] (y )) arctan( = d où ln (+y) y y+y = ln() =. De plus, [ ] arctan(y) = π. On a donc : +. Soit n N. On a : y + d = π arctan( ) = π + π 6 = π. 9 I n = π sin n (y)dy = 5 π sin(y) sin n (y)dy. [ ). 4 ( ( )) ] ) ] y ] 4 arctan( (y )) = )

20 On pose u : y sin n (y) et v : y sin(y). u est dérivable sur [, π ] et u (y) = (n ) cos(y) sin n (y). Une primitive de v est v : y cos(y). Les fonctions u et v sont de classe C, donc on peut faire une intégration par parties. On a : I n = π = (n ) = (n ) sin(y) sin n (y)dy = [ cos(y) sin n (y)] π + π π On obtient donc : cos (y) sin n (y)dy = (n ) On considère alors deu cas : - si n est pair : n = k, k Z. On a : Or π π cos(y)(n ) cos(y) sin n (y)dy ( sin (y)) sin n (y)dy π sin n (y)dy (n ) sin n (y)dy = (n )I n (n )I n. I n = (n )I n (n )I n (n ) I n = I n. n I k = (k ) (k ) (k ) I k = k k (k ) I k 4 = = (k )(k )(k 5) = I. k(k )(k 4)... (k ) k (k ) (k 5) (k ) (k 4) I k 6 (k )(k )(k 5)... = k(k )(k )(k )(k 4)(k 5)... k(k )(k 4)... = (k)! k (k!), d où Comme on a : on obtient : I k = I = π I k = (k)! 4 k (k!) I. dy = π, (k)! π 4 k (k!). - si n est pair : n = k +, k Z. De la même manière que pour n pair, on montre que : I k+ = 4k (k!) (k + )! I, 6

21 avec d où I =. Une primitive de f : e (+e ) e F (t) = t π sin(y)dy =, I k+ = 4k (k!) (k + )!. f()d = est la fonction F définie par : t e ( + e ) e d. On effectue le changement de variables y = ϕ() avec ϕ() = e. On a alors : y = ϕ() y = e y = e y + = e ln(y + ) =. On a également dy = ϕ ()d avec ϕ () =, d où e On a donc : F (t) = = t d = dy ϕ () = e ( + e ) e d = [ ] ϕ(t) y arctan( ) ϕ() et ). = arctan( e dy ϕ (ln(y + )) = ϕ(t) ϕ() dy y + y y + (y + )y = ydy y +. ydy ϕ(t) y + = ϕ() = arctan( ϕ(t) ) arctan( ϕ() ) (y + ) dy Les primitives de f s écrivent toutes arctan( e t ) + K, K R. Eercice On considère la fonction f définie par : f : [ 4, 4 ] R arctan ( ln(+) +. Calculer le développement ité à l ordre 4 au voisinage de de la fonction f.. Montrer que f admet une réciproque f sur [ 4, 4 ].. On admet alors que f admet un développement ité à tout ordre au voisinage de. Calculer le développement ité à l ordre 4 autour de en utilisant le résultat de la question. 7 )

22 Correction :. On cherche le DL 4 () de f. Au voisinage de, on a : arctan() = + 5 n ( )n 5 n + + o(n+ ), + = ( ) n n + o( n ), ln( + ) = + n... + ( )n n + o(n ). Donc, au voisinage de, on peut trouver le DL du produit de par ln( + ). On + a : ln( + ) = ( o( 4 ))( o(4 )). Après développement et en ne gardant que les puissances de inférieures ou égales à 4, on obtient alors : ln( + ) + = o( 4 ). Comme on a ln(+) =, on peut faire la composition entre le DL de ln(+) et celui de + + arctan au voisinage de. On a : ln( + ) arctan( + ) = o( 4 ) ( o( 4 )) + o( 4 ) = o( 4 ) ( ) + o( 4 ) = o( 4 ).. La fonction f est continue et dérivable sur [, ] car obtenue par composition, somme 4 4 et produit de fonctions continues et dérivables. On a : [ 4, 4 ], on a : f () = ln( + ) ( + ) + (ln( + )) = ln( 4 ) ln( + ) ln(5 4 ) <, 8

23 d où [ 4, 4 ], ln( + ) > = f () >. Par conséquent, f est strictement croissante et continue sur [, ] : elle est donc 4 4 bijective de [, ] dans f([, ]) et admet une réciproque f sur [, ] On admet que f admet un Dl à l ordre 4 au voisinage de. On note : On a de plus : f () = a + a + a + a + a o( 4 ). f() = o( 4 ), et on sait par définition que, [ 4, 4 ], On a donc, [ 4, 4 ] : f f() =. f f() = a + a f() + a (f()) + a (f()) + a 4 (f()) 4 + o((f()) 4 ) = a +a ( ) +a ( ) +a ( ) +a 4 ( ) 4 + o( 4 ) =. Après développement et en ne gardant que les puissances de inférieures ou égales à 4, on a : a +a +( a +a ) + ( a a +a )+ 4 ( 7 a + 4 a 9 a +a 4 )+o( 4 ) =. En identifiant membre à membre les coefficients du polynome, on a : a = a = a + a = a a + a = 7 a + a 4 9a + a 4 =, d où, après résolution du système : On a donc : a = ; a = ; a = ; a = ; a 4 = f () = o( 4 ). 9

24 Eercice 4 On considère la fonction f définie par : f : ] π, π[ { R si sin si =. Donner le développement ité à l ordre 4 de f au voisinage de.. En déduire que f est continue et dérivable en et donner la valeur de f ().. Montrer que f est de classe C sur ] π, π[. Correction :. On cherche le DL 4 () de f. ] π, π[\{}, on a : f() = sin = sin sin. sin + On remarque que f( ) = = f() donc f est impaire. Par conséquent, le sin DL de f n aura que des puissances impaires de. Au voisinage de on a : On a alors : Or, on a : sin =! + 5 n ! n! + o(n ), = n + o( n ). f() = sin sin = ( =! o( 6 )! 5! ( + 4! 5! + o( 6 )! + 5 5! + o( 6 )) 5! + o( 5 )) = o(! 5! 5 ) = u() + + o( 4 )! 5! o(! 5! 5 ). avec u() = 4 o( 5 ) tel que u() =. On peut donc trouver le DL de! 5! par composition avec celui de. On a :! + 4 5! +o(5 ) o(! 5! 5 ) = + (! 4 5! ) + (! 4 5! ) + o( 4 ), ce qui donne, après développement et en ne gardant que les puissances de inférieures ou égales à 4 : o(! 5! 5 ) = ( 6 )4 + o( 4 ).

25 On a alors : f() = ) ( +! 5! + o(4 ) ( ( 6 ) )4 + o( 4 ). Après développement et en ne gardant que les puissances de inférieures ou égales à 4, on obtient : f() = o(4 ). () Remarque : Attention, ici on est obligé de considérer le DL de sin à l ordre 6 pour trouver ensuite celui de f à l ordre 4!. Le DL de f est valable au voisinage de, ecepté éventuellement en. De (), on déduit : f 6, d où f() = 6 =. Or, par définition de f on a f() =. Par conséquent, f() = f() : f est continue en. On a alors au voisinage de : d où : f() f() f() f() On a alors vaut. 6 = f() = o(4 ) f() f() = ( 6 ) = 6 6. = o( ), : f est donc dérivable en et sa dérivée en. La fonction est de classe C sur ] π, π[\{}. La fonction sin est de classe C sur R et ne s annule pas sur ] π, π[\{}. Par conséquent, est de sin classe C sur ] π, π[\{} et f également. Il reste donc à montrer que f est de classe C en. Dans la question précédente, on a montré que f est continue et dérivable en. Il reste donc à montrer que f est continue en. ] π, π[\{}, on a : f () = + cos sin = sin + cos sin. Or on a : sin d où, sin 4. On cherche maintenant un équivalent de sin + cos en. Attention, il est interdit d additionner des équivalents : on va

26 donc passer par les DL. On a : d où : et : d où On a donc : d où Finalement, on a : sin =! + o(4 ), sin = 4 + o(4 ), cos =! + 4 4! + o(4 ), cos = 4! + 6 4! + o(6 ). cos sin = o(4 ), cos sin 4 6. sin + cos sin = 6. On a donc f () = 6 = f () : f est continue en. Eercice 5 Donner le développement ité à l ordre 4 au voisinage de de la fonction f définie sur un voisinage V de et telle que : { V, f () = tan( + f()) f() = π 4. Correction : Par définition, f dérivable au voisinage de et on a, V : f () = tan( + f()). Comme f et la fonction tan sont dérivable au voisinage de, la fonction f est aussi dérivable au voisinage de et on a : f () = (+f ())(+tan (+f())) = (+f ())(+(f ()) ) = +f ()+(f ()) +(f ()). Comme f est dérivable au voisinage de, f l est aussi et on a : f () = f ()( + f () + (f ()) ).

27 Comme f et f sont dérivables au voisinage de, f l est aussi et on a : On a donc : f () = f ()( + f () + (f ()) ) + f ()(f () + 6f ()f ()). f() = π 4 f () = tan( + f()) = tan( π 4 ) = f () = + f () + (f ()) + (f ()) = 4 f () = f ()( + f () + (f ()) ) = 4 f () = f ()( + f () + (f ()) ) + f ()(f () + 6f ()f ()) = 7. D après le théorème de Taylor Young, on a donc au voisinage de : f() = f() + f ()! = π 4 + f ()! + f ()! o( 4 ). + f () 4 + o( 4 ) 4!

Limites de fonctions

Limites de fonctions Bibliothèque d eercices Énoncés L Feuille n Limites de fonctions Théorie Eercice Démontrer que 0 Soient m, n des entiers positifs + Étudier 0 3 Démontrer que 0 ( + + ) = Eercice = + m m n Montrer que toute

Plus en détail

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003 MPSI : DL 03 pour le décembre 003 Problème L objet du problème est de calculer eplicitement la limite de la suite des moyennes arithmétiques-géométriques pour certaines valeurs initiales. On considère

Plus en détail

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Eercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Enoncés Eercice Démonstration du théorème des accroissements finis Soit f : [a, b] R, continue sur [a, b], dérivable sur ]a, b[ En appliquant le

Plus en détail

Dérivabilité, dérivée,

Dérivabilité, dérivée, Ai-Marseille Université 2016-2017 Analyse I PLANCHE 3 : DÉRIVATION - DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS Dérivabilité, dérivée, Eercice 1 [Opérations sur les dérivées] Soit a < b, ]a, b[ et f, g deu applications de

Plus en détail

Dérivabilité, dérivée,

Dérivabilité, dérivée, Ai-Marseille Université 203-204 Analyse I PLANCHE 3 : DÉRIVATION Dérivabilité, dérivée, Eercice [Opérations sur les dérivées] Soit a < b, ]a, b[ et f, g deu applications de ]a, b[ dans R. On suppose que

Plus en détail

Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale

Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale Pelletier Sylvain, BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: pour le 0 juin Eercice Résoudre l équation différentielle : E y y + 5y cos

Plus en détail

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10 CPI - ANALYSE CORRECTION Eercices Chapitre 3 - Limites et fonctions continues Eercice 3 Correction : { Soit E 3 + 75 }, R et + 36 3 On a + 36 3 9 3 On pose f 3 + 75 Comme f est impaire, il suffit de l

Plus en détail

Exercices : Fonctions continues

Exercices : Fonctions continues Eercices : Fonctions continues Eercice 1 Sur quels ensembles les fonctions suivantes sont elles continues? sin() si 0 1) f : 2) f : E() 2 si = 0 3) f : sin(π)e() 4) f : sin() sin( 1 ) si 0 0 si = 0 Eercice

Plus en détail

DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS

DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS CHAPITRE 9 DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS Dans ce chapitre, I désignera systématiquement un intervalle de R non réduit à un point. 1 Développement limité d une fonction au voisinage d un point Définition 9.1 Soient

Plus en détail

Les fonctions logarithmes

Les fonctions logarithmes DOCUMENT 34 Les fonctions logarithmes. Eistence des fonctions logarithmes.. L aspect algébrique. L idée de transformer les produits de nombres réels en sommes, afin de simplifier les calculs numériques,

Plus en détail

Exercices : Limites de fonctions

Exercices : Limites de fonctions Eercices : Limites de fonctions Eercice Calculez les ites suivantes: ) 2 E( ) tan(2) 3) 0 ln( + ) ( ) 5) + 2 + 2 2) 0 + 2 ln() 4) 2 +( 2)2 ln( 3 8) ( ) 6) + 2 Eercice 2 Répondre par vrai ou fau au affirmations

Plus en détail

Limites et asymptotes

Limites et asymptotes Chapitre 3 Limites et asymptotes Sommaire 3. Définitions, propriétés........................... 87 3.. Limite finie en un point........................... 87 3..2 Limite infinie en un point..........................

Plus en détail

TD : Fonctions. Université Pierre et Marie Curie Le 29 novembre 2012 http ://www.eleves.ens.fr/home/waldspur/lm110.html.

TD : Fonctions. Université Pierre et Marie Curie Le 29 novembre 2012 http ://www.eleves.ens.fr/home/waldspur/lm110.html. Université Pierre et Marie Curie Le 9 novembre 0 LM0 ttp ://www.eleves.ens.fr/ome/waldspur/lm0.tml TD : Fonctions Corrigé Eercice :. Réécrivons f () en fonction de y : f () ey + y/ f () ey + y y ( + y

Plus en détail

I. Les fonctions de référence

I. Les fonctions de référence I. Les fonctions de référence. Fonctions affines, affines par morceau Une fonction affine est croissante lorsque., décroissante lorsque... Sa représentation graphique est la droite d équation y = a b,

Plus en détail

(croissances comparées) x + x 1 x x 1. 1 x 1 x 1 x = 2 = 1

(croissances comparées) x + x 1 x x 1. 1 x 1 x 1 x = 2 = 1 Eercice.. 2. 3. e 2 ln = e 2 ( 2 ) /2 } ln {{ / } (ln ) 3 2 2 = (ln ) 3 / 2 / /(2) 2 }{{} sin 0 car sin est bornée et 0. 0 4. e (aucune difficulté!) 5. Il faut distinguer 0 et 0. 6. (croissances comparées)

Plus en détail

EL - EXERCICES SUR LES FONCTIONS CIRCULAIRES RECIPROQUES ET HYPERBOLIQUES

EL - EXERCICES SUR LES FONCTIONS CIRCULAIRES RECIPROQUES ET HYPERBOLIQUES EL - EXERCICES SUR LES FONCTIONS CIRCULAIRES RECIPROQUES ET HYPERBOLIQUES Calculer les nombres suivants a) arcsin sin 8π ) 5 c) arcsin sin 5π ) 7 e) sin arcsin ) 3 b) arccos sin 8π ) 5 d) arcsin sin 0π

Plus en détail

Limites et continuité

Limites et continuité Chapitre 5 Limites et continuité Les buts de ce chapitre sont : connaître les définitions des ites et de la continuité d une fonction en un point, savoir démontrer qu une fonction admet une ite comme on

Plus en détail

Etude théorique d équation d ordre 2

Etude théorique d équation d ordre 2 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Etude théorique d équation d ordre 2 Eercice 1 [ 01555 ] [Correction] Soit q : R R + une fonction continue non nulle. On se propose de

Plus en détail

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle 7 Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle Pour ce chapitre I désigne un intervalle réel et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. 7. Continuité en un point,

Plus en détail

FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Toutes les fonctions considérées dans ce chapitre seront des d une variable réelle (i.e. l ensemble de départ est R) à valeurs dans R ou C. 1 Généralités 1.1 Ensemble de

Plus en détail

Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires

Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires I) Notion de continuité 1) Définition On dit qu une fonction est continue sur un intervalle I lorsque le tracé de sa courbe représentative

Plus en détail

Dérivabilité. Chapitre 9. Dérivée en un point, sur un intervalle

Dérivabilité. Chapitre 9. Dérivée en un point, sur un intervalle Chapitre 9 Dérivabilité Connaître les définitions de la dérivée en un point, Connaître les dérivées usuelles, Savoir utiliser le théorème de Rolle et des accroissements finis, Utiliser la dérivée d une

Plus en détail

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle Maths PCSI Exercices Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle 1 Aspects locaux 1 + x 1 x si x 0 Exercice 1 Etudier la dérivabilité en 0 de x x 1 sinon Exercice 2 Dériver x 1 + 2 + x. Recommencer,

Plus en détail

FONCTIONS. Fonctions usuelles. I.1 Fonctions affines

FONCTIONS. Fonctions usuelles. I.1 Fonctions affines BTS Fonctions 0-0 FONCTIONS I Fonctions usuelles I. Fonctions affines Définition a et b sont deu réels donnés. La fonction définie sur R par f() = a + b est appelée fonction affine. Sa représentation graphique

Plus en détail

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis I Limites Continuités Exercice 1 : Soit ] [ la fonction définie par : Déterminer les

Plus en détail

Limites et continuité

Limites et continuité TD3 Limites et continuité Limites de fonctions Eercice Déterminer les limites suivantes (si elles eistent) : a) lim + ( ln(+ + )) e 3 + + 7 b) lim + e + e c) lim d) lim + + 3 + 7 3 [ ] e) lim + (e + e

Plus en détail

AN 1 FONCTIONS USUELLES et RÉCIPROQUES

AN 1 FONCTIONS USUELLES et RÉCIPROQUES Analyse /0 AN FONCTIONS USUELLES et ÉCIPOQUES Les notions de limites, dérivées, primitives, continuité sont supposées connues, elles seront revues ultérieurement THEOEMES FONDAMENTAUX D ANALYSE Théorème

Plus en détail

Cours sur les fonctions usuelles

Cours sur les fonctions usuelles Cours sur les fonctions usuelles c Emmanuel Vieillard Baron, Table des matières Préambule Fonctions logarithmes, eponentielles et puissances. Logarithme néperien................................ Eponentielle

Plus en détail

Autour des polynômes

Autour des polynômes utour des polynômes Introduction Nous nous limiterons au polynômes à une indéterminée X, construits sur les réels IR ou les complees C. Un polynôme P est défini par : k=n P X = a 0 + a X + a 2 X 2 +...

Plus en détail

Fonctions usuelles Limites

Fonctions usuelles Limites Fonctions usuelles Limites I) Généralités Dans tout ce cours, I désignera un intervalle de Y (intervalle ouvert, fermé, semi-ouvert ). Si I = [a, b], on appellera I un segment de Y. On considère la fonction

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Limites et continuité de fonctions Limites. Limites en + Dénition Soit f une fonction réelle dénie sur un intervalle de la forme [A, + [.. Soit l R. On dit que f tend vers l en + et on note f() = l si

Plus en détail

Chapitre 2. Compléments sur les fonctions : limites, continuité, dérivabilité

Chapitre 2. Compléments sur les fonctions : limites, continuité, dérivabilité Chapitre. Compléments sur les fonctions : ites, continuité, dérivabilité I. Rappels de cours. Limites d une fonction Soit l R. (i) Limites en + et en On dit que f() tend vers l lorsque tend vers + quand

Plus en détail

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone.

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. LEÇON N 6 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. Pré-requis : I est un intervalle si a,b I a b, [a,b] I ; Toute partie non

Plus en détail

(ln x) 3 + x. x+ 1 x. xe 1 x

(ln x) 3 + x. x+ 1 x. xe 1 x Calculs et entraînement. Eercice 1. [limites ] Calculer les limites suivantes : 1. lim + e + ln. lim + (ln ) 3 + sin 3. lim + 1 + + 4. lim + e 1 sin + cos 7. lim + + 1 1 10. lim + 1 13. lim 5. lim e 1

Plus en détail

UN PEU DE TRIGONOMÉTRIE. Table des matières. 1. Quelques formules de trigonométrie

UN PEU DE TRIGONOMÉTRIE. Table des matières. 1. Quelques formules de trigonométrie UN PEU DE TRIGONOMÉTRIE Table des matières. Quelques formules de trigonométrie. Fonctions trigonométriques réciproques.. Arc cosinus.. Arc sinus 4.. Arc tangente 4. Fonctions hyperboliques 5.. Heuristique

Plus en détail

Limite d une fonction en un point

Limite d une fonction en un point Limite d une fonction en un point Définiton Soit f une fct déf. sur un intervalle I de R, sauf p-ê en a I. l R est la limite de f en a si, quand x I se rapproche de a, f (x) se rapproche de l. Dans ce

Plus en détail

Exercices : Fonctions Dérivables

Exercices : Fonctions Dérivables Exercices : Fonctions Dérivables Exercice Déterminez l ensemble de dérivabilité des fonctions suivantes et calculez leur dérivée. ) f : x x 2 + x 2 2) f : x x + cos( x ) 3) f : x arctan( xe x ) 4) f :

Plus en détail

2 Fonctions : limites et continuité

2 Fonctions : limites et continuité capitre Fonctions : ites et continuité Activités (page ) ACTIVITÉ Dans le cas, f est continue sur [ ; ] puisqu elle est d un seul morceau. Dans le cas, f est discontinue en, donc n est pas continue sur

Plus en détail

Corrigé (des exercices 1-8) du TD n o 9 Formules de Taylor

Corrigé (des exercices 1-8) du TD n o 9 Formules de Taylor Licence MIASHS 04/05 Analyse MI00AX Corrigé des eercices -8 du TD n o 9 Formules de Taylor Corrigé de l eercice. a Formule de Taylor-Young : supposons que f soit de classe C n sur I. Alors, pour tout h

Plus en détail

Fiche de cours 3 : Fonctions usuelles, Développements limités, Équivalents, Séries Numériques

Fiche de cours 3 : Fonctions usuelles, Développements limités, Équivalents, Séries Numériques Ecole Polytechnique, 009-00 EV- Mathématiques Appliquées Fiche de cours 3 : Fonctions usuelles, Développements ités, Équivalents, Séries Numériques Fonctions usuelles. Quelques rappels Théorème. (Fonctions

Plus en détail

Devoir Surveillé /Evaluation

Devoir Surveillé /Evaluation Lycée Pierre-Gilles de Gennes BCPST Mathématiques 4-5 Devoir Surveillé /Evaluation Le 4 septembre 4 Documents écrits, électroniques, calculatrices et téléphones portables interdits La plus grande attention

Plus en détail

Terminale S Chapitre 2 «Fonctions : limites, continuité et dérivabilité» Page 1. si pour tout M > 0, on a f x < M "pour x assez grand"

Terminale S Chapitre 2 «Fonctions : limites, continuité et dérivabilité» Page 1. si pour tout M > 0, on a f x < M pour x assez grand Terminale S Capitre «Fonctions : ites, continuité et dérivabilité» Page I) Limites ) Limites à l infini a) Limite finie Définition : Etant donnée une fonction f et un réel α, on dira quelle tend vers α

Plus en détail

1. Soit l un nombre réel. On dit que f tend vers l en + si f est aussi proche que l on veut de l dès que x est suffisamment

1. Soit l un nombre réel. On dit que f tend vers l en + si f est aussi proche que l on veut de l dès que x est suffisamment Limites s Soit f une fonction définie sur un intervalle I et 0 un point de I ou une etrémité de I.. Limite réelle en un point Soit l un nombre réel. On dit que f admet l pour limite en 0 si f() est aussi

Plus en détail

Limites : Exercices. Amerinsa - Ecole d été. Exercice 1 : Notions intuitives

Limites : Exercices. Amerinsa - Ecole d été. Exercice 1 : Notions intuitives Amerinsa - Ecole d été Limites : Eercices Eercice : Notions intuitives Dans la figure ci-contre, vers quoi tend f() lorsque tend vers : a) - b) + c) 0 d) -4 e) 4 Eercice : Notions intuitives Vers quelle

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Fonctions Remise à Niveau Mathématiques Deuième partie : Fonctions Corrigés des eercices Page sur 0 RAN Fonctions Eercices corrigés - Rev 03 Mathématiques RAN - Fonctions DÉFINITIONS

Plus en détail

Formule de Taylor-Lagrange

Formule de Taylor-Lagrange Formule de Taylor-Lagrange Exercice. Soit x un réel strictement positif et f une fonction sur [0, x].. Quelles sont les hypothèses qui permettent d écrire la formule de Taylor-Lagrange pour f sur [0, x]

Plus en détail

TS Limites de fonctions Cours

TS Limites de fonctions Cours TS Limites de fonctions Cours I. Limites à l infini. Limite infinie en + ( 3 ) Définition Une fonction f a pour limite + en + si pour toute valeur réelle A, on a f() > A pour assez grand c est à dire pour

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 8 : Fonctions réelles : limites et continuité - Correction des exercices

Séance de soutien PCSI2 numéro 8 : Fonctions réelles : limites et continuité - Correction des exercices Séance de soutien PCSI2 numéro 8 : Fonctions réelles : limites et continuité - Correction des eercices Tatiana Labopin-Richard 28 janvier 205 Problèmes de limites Eercice : Trouver les limites suivantes

Plus en détail

Formules de Taylor. Applications.

Formules de Taylor. Applications. CAPES 27 Décembre 27 Oral Analyse Formules de Taylor. Applications. Remarques Le niveau naturel de cette leçon est celui du Deug. Pré-requis. Continuité, dérivabilité, inégalité des accroissements finis,

Plus en détail

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 12

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 12 Terminale S Chapitre : Fonctions, variations et ites Page sur I) Dérivation Ce que dit le programme : Nouveautés par rapport à la première : Dérivée de la composée et écriture différentielle (pour la physique)

Plus en détail

Math I Analyse Feuille 4 : Fonctions, fonctions continues

Math I Analyse Feuille 4 : Fonctions, fonctions continues Math I Analyse Feuille 4 : Fonctions, fonctions continues 1 Quelques calculs élémentaires 11 Limites On rappelle les limites suivantes : lim ep = + et lim ep = 0 lim ln = + et lim ln = 0 Eercice 1 Soit

Plus en détail

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Notations. K désigne R ou C. S (K désigne l'ensemble des suites d'éléments de K et u, v des éléments de S (K. I, J désignent des

Plus en détail

Fonctions Numériques Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako

Fonctions Numériques Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako Fonctions Numériques Site MathsTICE de Adama Traoré Lcée Technique Bamako A- / Ensemble de définition d une fonction : - / Définition : Soit f : A B une fonction. On appelle ensemble de définition D f

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 0 Suites Convergence Exercice Soit (u n ) n N une suite de R. Que pensez-vous des propositions suivantes : Si (u n ) n converge vers un réel l alors (u n )

Plus en détail

BTS Maintenance industrielle - Les fonctions

BTS Maintenance industrielle - Les fonctions de référence. en escaliers Une fonction en escaliers est une fonction constante par intervalles. Eemple. la fonction f définie sur [,[ - 5 6 7 8. affines Une fonction affine f est définie sur par où a

Plus en détail

Chapitre II : Limites de fonctions et continuité

Chapitre II : Limites de fonctions et continuité Chapitre II : Limites de fonctions et continuité Cité Scolaire Gambetta Année scolaire 0-03 I Limite à l infini : ) Limite finie en Définition : Dire qu une fonction f a pour limite le réel l en signifie

Plus en détail

Étude de fonction et de courbes dans le plan

Étude de fonction et de courbes dans le plan Chapitre Étude de fonction et de courbes dans le plan Dans ce chapitre on étudie le problème suivant : étant donne une fonction donné par f) y, comment tracer approimativement la courbe représentative

Plus en détail

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 11

Terminale S Chapitre 1 : Fonctions, variations et limites Page 1 sur 11 Terminale S Chapitre : Fonctions, variations et ites Page sur I) Dérivation ) Définition et interprétation géométrique : Soient f une fonction définie sur un intervalle I de R et a I. La fonction est dérivable

Plus en détail

Limites et fonctions continues

Limites et fonctions continues Limites et fonctions continues Vidéo partie. Notions de fonction Vidéo partie 2. Limites Vidéo partie 3. Continuité en un point Vidéo partie 4. Continuité sur un intervalle Vidéo partie 5. Fonctions monotones

Plus en détail

TD 1: optimisation des fonctions d une variable réelle

TD 1: optimisation des fonctions d une variable réelle TD 1: optimisation des fonctions d une variable réelle 1 Sans économie Eercice 1. Pour chacun des eemples suivants, calculer supf et inff. De plus, indiquer si ces bornes sont I I atteintes, et en quel(s)

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Eo7 Etude de fonctions Eercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m].

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m]. LEÇON N 75 : Applications de la dérivation à l étude d extrémums éventuels d une fonction numérique d une variable réelle. Exemples. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à

Plus en détail

Fonctions d une variable réelle

Fonctions d une variable réelle Fonctions d une variable réelle BTS Table des matières Fonctions usuelles. Fonctions en escalier.......................................... Fonctions affines............................................

Plus en détail

Chapitre 2 Développements limités. Etude locale d une fonction.

Chapitre 2 Développements limités. Etude locale d une fonction. hapitre 2 Développements limités. Etude locale d une fonction. I Introduction : le cas de la fonction eponentielle A Approimation affine de ep au voisinage de 0 n notera f la fonction eponentielle f :

Plus en détail

T.S L 2. Limite d une fonction. Limites de fonctions, continuité et dérivabilité. I.1 Activités. I.2 Définitions

T.S L 2. Limite d une fonction. Limites de fonctions, continuité et dérivabilité. I.1 Activités. I.2 Définitions T.S Limites de fonctions, continuité et dérivabilité. L 2 Le second degré, vu en classe de ère S, est à connaître IMPÉRATIVEMENT : solutions événtuelles d une équation du second degré, signe d une epression

Plus en détail

Concours Communs Polytechniques 2013 Épreuve de Mathématiques n 1 TSI

Concours Communs Polytechniques 2013 Épreuve de Mathématiques n 1 TSI ÉLÉMENTS DE CORRECTION CCP TSI MATHS Concours Communs Polytechniques Épreuve de Mathématiques n TSI. a) On a f ) + Eercice donc f ) + +. b) L application f est dérivable et même de classe C ) sur R comme

Plus en détail

Devoir Surveillé Samedi 24 Mars 2012

Devoir Surveillé Samedi 24 Mars 2012 Devoir Surveillé Samedi 4 Mars 01 BCPST Lycée Hoche Pelletier Sylvain $\ CC BY: = Durée : 3h Eercice 1 Une urne contient n boules numérotées de 1 à n. On en choisit 3 au hasard et 7 simultanément. 1. Quel

Plus en détail

Continuité sur un intervalle

Continuité sur un intervalle Continuité sur un intervalle Bcpst 1 27 février 2017 Notations du chapitre Dans tout ce chapitre, et sauf mention contraire : I est un intervalle de non vide et non réduite à un point ; est un domaine

Plus en détail

Fonctions Numériques :

Fonctions Numériques : Fonctions Numériques : Limites et continuité. 1. Notion de limites Dénitions, opérations et Exemples. 2. Fonctions monotones. (a) Dénitions. (b) Limites des fonctions monotones. 3. Fonctions continues.

Plus en détail

Généralisation de la notion d intégrale

Généralisation de la notion d intégrale Généralisation de la notion d intégrale I) Intégration d une fonction discontinue.) Fonction définie par morceaux On considère une fonction continue sur un intervalle, sauf en un nombre fini de points

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail

Dérivation : Exercices. , et M le point du cercle. ( h)

Dérivation : Exercices. , et M le point du cercle. ( h) Amerinsa - Ecole d été Dérivation : Eercices Eercice : Nombre dérivé de fonctions de base Soit 0 un réel. Pour chacune des fonctions suivantes, préciser à quel intervalle doit appartenir 0 pour que la

Plus en détail

1 GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

1 GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS. Calcul formel EXERCICE.. Jeu de paramètres Considérons la fonction appelée logarithme à base a (avec a R + ). Cette fonction, paramétrée par a, est notée f a et est définie

Plus en détail

Fonctions trigonométriques

Fonctions trigonométriques Fonctions trigonométriques Jérôme Germoni Novembre 2 Première étude : par équation différentielle.. Définition On s inspire de la définition de l exponentielle vue en terminale. Théorème (admis) Il existe

Plus en détail

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉRIVABILITÉ 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée 1.1 Définitions et premières propriétés Définition 1.1 Dérivabilité en un point Soient f : I R une application et a I. On dit que f est dérivable

Plus en détail

Fonctions usuelles. lim x 1. lim. x α ln x = 0

Fonctions usuelles. lim x 1. lim. x α ln x = 0 I Fonction logarithme Fonctions usuelles Définition : n appelle fonction logarithme népérien la primitive de la fonction définie sur ]0, + [ qui s annule en. n notera cette fonction ln. Remarque : L eistence

Plus en détail

Chapitre 5. Les développements limités

Chapitre 5. Les développements limités Chapitre 5 Les développements ités Soit f une fonction numérique réelle définie sur un voisinage de x 0, dérivable en x 0 ; localement, son graphe diffère peu de sa tangente au point (x 0 f(x 0 )) et l

Plus en détail

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours Analyse re année IUT GEA Notes de cours Jean-Marie Favreau Année 200 20 Remarque : l introduction de ce cours, présentée en quelques minutes, de manière interactive, permet de placer quelques rappels simples,

Plus en détail

Les Développements Limités

Les Développements Limités Abderezak Ould Houcine, 003-004. Les Développements Limités Définition. Soit I un intervalle et f : I R une application. Soit x 0 un élément de I ou une extrémité de I (exemple : si I = ]a, b[ alors x

Plus en détail

Cours de Mathématiques Continuité, dérivabilité, convexité

Cours de Mathématiques Continuité, dérivabilité, convexité Table des matières I Continuité....................................... 2 I.1 Continuité en un point............................ 2 I.2 Propriétés................................... 3 I.3 Continuité sur

Plus en détail

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de

Plus en détail

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit f : R R dénie par. 1 x arccos x. Montrer que f est totalement discontinue. dénie sur R +.

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit f : R R dénie par. 1 x arccos x. Montrer que f est totalement discontinue. dénie sur R +. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 avril 017 Enoncés 1 Limite et continuité Généralités sur les fonctions Eercice 1 [ 00501 ] [Correction] Soit f une fonction croissante de [0 ; 1] dans [0 ; 1].

Plus en détail

CORRECTION DU DEVOIR DU 21/11/2016. Partie I. 1 cos (2t) 2

CORRECTION DU DEVOIR DU 21/11/2016. Partie I. 1 cos (2t) 2 Lycée Thiers CORRECTION DU DEVOIR DU //06 Partie I Rappelons d une part que : et d autre part que : t R, sin (t cos (t ( t [, ], cos (arcsin (t t ( La formule de linéarisation ( est bien connue. La formule

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

maîtriser le cours (page 48)

maîtriser le cours (page 48) e) > donc la première inégalité équivaut à - sin N cos et sont strictement positis donc la seconde inégalité équivaut à cos N - sin et donc pour tout de sin cos N - N b) Le téorème d encadrement et le

Plus en détail

CCP Filière MP Corrigé de l épreuve Mathématiques I Nicolas Basbois & Damien Broizat Institut Stanislas, Cannes - Lycée Jules Ferry

CCP Filière MP Corrigé de l épreuve Mathématiques I Nicolas Basbois & Damien Broizat Institut Stanislas, Cannes - Lycée Jules Ferry CCP 6 - Filière MP Corrigé de l épreuve Mathématiques I EXERCICE I I Supposons que l équation différentielle E possède une solution développable en série entière sur ] r; r[ avec r >, notée y : n= a n

Plus en détail

Fonction exponentielle 1

Fonction exponentielle 1 Fonction eponentielle 1 Unicité de la solution de l équation différentielle Conséquences 1. Si f est une solution de l équation différentielle y = y, y(0) = 1, alors, pour tout réel, f( )f() = 1 et f()

Plus en détail

Dérivabilité des fonctions réelles

Dérivabilité des fonctions réelles Chapitre 3 Dérivabilité des fonctions réelles La notion de dérivée est une notion fondamentale en analyse. Elle permet d étudier les variations d une fonction, de construire des tangentes à une courbe

Plus en détail

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie Finance et Gestion L1-S1 : MATH101 : Pratique des Fonctions numériques Notes de cours : Chapitre II : Limites Notations

Plus en détail

FONCTIONS USUELLES. 1 Fonctions logarithme, exponentielle et puissances. 1.1 Fonction logarithme et exponentielle

FONCTIONS USUELLES. 1 Fonctions logarithme, exponentielle et puissances. 1.1 Fonction logarithme et exponentielle FONCTIONS USUELLES Fonctions logarithme, eponentielle et puissances. Fonction logarithme et eponentielle Définition. Logarithme La fonction ln est l unique primitive de sur R + s annulant en. Proposition.

Plus en détail

DÉRIVATION CHAPITRE 8. 1 Dérivée d une fonction. 1.1 Dérivabilité

DÉRIVATION CHAPITRE 8. 1 Dérivée d une fonction. 1.1 Dérivabilité CHAPITRE 8 DÉRIVATION Dans tout ce chapitre, sauf mention contraire, D, E, F désigneront des parties de R et I, J des intervalles de R On supposera donné, quand nécessaire, un repère du plan et l on notera

Plus en détail

Exercices sur les fonctions et les limites

Exercices sur les fonctions et les limites Pierre-Louis CAYREL 008-009 Licence Introduction au Mathématiques Générales Université de Paris 8 Eercices sur les fonctions et les ites Fonctions Eercice Donner un eemple de fonction f définie sur I [0,

Plus en détail

Fonctions trigonométriques - Corrigé. 2 2 cos 1

Fonctions trigonométriques - Corrigé. 2 2 cos 1 Exercice 1 : Fonctions trigonométriques - Corrigé 1. a. est dérivable sur comme somme de fonctions dérivables sur et =1 cos On sait que, pour tout réel et donc en particulier pour tout, cos 1 donc 0 et

Plus en détail

Cours de Terminale S / Fonctions : limites et continuité. E. Dostal

Cours de Terminale S / Fonctions : limites et continuité. E. Dostal Cours de Terminale S / Fonctions : ites et continuité E. Dostal Août 204 Table des matières 2 Fonctions : ites et continuité 2 2. Limites.............................................. 2 2.2 Théorèmes.............................................

Plus en détail

La formule de Taylor et les développements limités

La formule de Taylor et les développements limités La formule de Taylor et les développements ités I) La formule f de Taylor 1.1 ) Formule de Taylor avec reste intégral On considère une fonction de classe (c est-à-dire 1 fois dérivables et à dérivées continues,

Plus en détail

CONCOURS Exercice. 3 = cos( 2π 3 ) + i sin( 2π 3 ).

CONCOURS Exercice. 3 = cos( 2π 3 ) + i sin( 2π 3 ). CONCOURS 27 Eercice Les différentes parties de cet eercice sont indépendantes. Partie I : Etude de polynômes de C[X]. ) a) Soit le nombre complee j = e 2iπ 3 = cos( 2π 3 ) + i sin( 2π 3 ). Calculer successivement

Plus en détail

Chapitre 8 : Limites de fonctions, continuité et applications

Chapitre 8 : Limites de fonctions, continuité et applications Chapitre 8 : Limites de fonctions, continuité et applications 1. Introduction On introduit d abord de manière rigoureuse les notion de limites de fonctions définies sur un intervalle de R et de continuité

Plus en détail

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Partie I : le polylogarithme

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Partie I : le polylogarithme SESSION CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE ENSI FILIERE PC MATHEMATIQUES Partie I : le polylogarithme I-.. Soit α R. Pour n N, posons a n = n α. Alors, pour tout n N, a n α puis D après la règle de d Alembert,

Plus en détail

Séries de fonctions ( ) ( )

Séries de fonctions ( ) ( ) Séries de fonctions Exercice 1. On considère la série de fonctions 1. Etudier la convergence simple de cette série sur [ [. 2. Etudier la convergence uniforme de cette série sur [ ] où ] [. 3. Etudier

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 014 Enoncés 1 Fonctions numériques Limites d une fonction numérique Généralités sur les fonctions numériques Eercice 7 [ 01784 ] [correction] Déterminer

Plus en détail