IMAGERIE DU DRAINAGE PERICARDIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGERIE DU DRAINAGE PERICARDIQUE"

Transcription

1 IMAGERIE DU DRAINAGE PERICARDIQUE PY MARCY S NOVELLAS, P BRUNNER R VIDAL Centre A Lacassagne NICE JFR 2004

2 DRAINAGE PERICARDIQUE Le drainage péricardique est indiqué lorsque l épanchement péricardique est ou devient mal supporté cliniquement, notamment en cas de tamponnade péricardique. Tout épanchement péricardique, quelle que soit sa nature, peut conduire à une tamponnade mettant en jeu le pronostic vital.

3 TAMPONNADE PERICARDIQUE Elle répond à la compression des cavités cardiaques droites par le péricarde mis sous tension par l épanchement péricardique. La basse pression existante et la faible épaisseur du myocarde des cavités droites expliquent le phénomène compressif. La COURBE PRESSION- VOLUME illustre ce mécanisme d autant plus précoce qu il existe des caillots endo- péricardiques et/ou une installation brutale de l épanchement, et que la fonction myocardique est faible

4 COURBE PRESSION- VOLUME ENDO-PÉRICARDIQUES Pression TAMPONNADE CRITIQUE Limites d élasticité du péricarde Installation rapide Caillotage Faible fonction myocardique Volume Epanchement (t) Epanchement de constitution lente

5 DIAGNOSTIC DE TAMPONADE PERICARDIQUE CLINIQUEMENT: typiquement, il s agit d un tableau de collapsus avec hyperpression veineuse: jugulaires internes et VCI dilatées. CLICHES THORAX Elargissement en théière du médiastin +/- Epanchement pleural ECHOCARDIOGRAPHIE +++ Collapsus diastolique des cavités droites «SWINGING HEART» Mouvement paradoxal du septum

6 CLICHES THORACIQUES 7 mois avant Lors de la Tamponnade Patiente atteinte de néoplasie primitive mammaire

7 Distension jugulaire D + G Epanchement mesuré à 25mm à l apex cardiaque Distension VCI

8 Collapsus OD VD partiel Collapsus OD VD total (flèches) + Mouvement pendulaire du cœur au sein du sac péricardique

9 ECG: L ALTERNANCE ELECTRIQUE est liée aux mouvements pendulaires du cœur au sein du sac péricardique variations en amplitude et axe des ondes P et des complexes QRS Le microvoltage est non spécifique

10 LE DIAGNOSTIC DE TAMPONNADE PERICARDIQUE est une URGENCE VITALE et IMPOSE: LA PONCTION- DRAINAGE DU SAC PERICARDIQUE +++ LE REMPLISSAGE VASCULAIRE MODERE ET PRUDENT Diagnostics différentiels: La tamponnade extra cardiaque: pleurale, médiastinale [Alam et al, Chest 1999, 116; Kariya et al, Anaesth Intens Care 2001] L embolie pulmonaire grave

11 MODES DE DRAINAGE PERICARDIQUE: à l aveugle ou guidés par imagerie DRAINAGE AVEUGLE en urgence sous- xyphoïdien ascendant (1) DRAINAGE ÉCHO- GUIDÉ: apical ou sous- xyphoïdien (1,2) 3 DRAINAGE Sous TDM: latéral (3) 1 2

12 PONCTION ECHO GUIDEE>> PONCTION AVEUGLE [ Wong B et al, Am J Cardiol 1979, 44 (6) - Tsang, Chest 1999; 116 (2)] A L AVEUGLE 8% de Po blanches >10% de Cx graves Ponction accidentelle ventriculaire Dilacération myocardique Lésion Vx coronaire Arythmie Lésion abdominale Arrêt cardiaque Décès SOUS ECHOGRAPHIE 3% d Echecs techniques Minimum requis de 10mm de liquide de la zone à ponctionner <2% de Cx graves Pneumothorax Dilacération ventriculaire 10% de Cx mineures Choc vagual Arythmie

13 ACCIDENTS DE PONCTION PERFORATION MYOCARDIQUE A PONCTION VASCULAIRE, Vaisseaux interventriculaires inférieurs (A), Mammaires internes, Péricardio- phréniques (Syndrome cave supérieur, B) B PNEUMOTHORAX

14 Le GUIDAGE ECHOGRAPHIQUE est à privilégier en 1 intention sous FLUOROSCOPIE couplée, et Scope ECG PONCTION A L AIGUILLE Ponction sous- xyphoïdienne ascendante Aiguille téflonnée 19G x 9cm DRAINAGE Introducteur «peel away» 7-9F introduit sur guide

15 DRAINAGE LATERAL SOUS TDM: 2 intention Si ECHEC ou C.I. de l abord ECHOGRAPHIQUE SUBLUXATION DU MEDIASTIN atélectasie complète pneumonectomie paralysie phrénique MORPHOTYPE PARTICULIER pectus excavatum cypho- scoliose majeure appendice xyphoïde particulier OBSTACLE interposition colique, gastrique, hernie de Morgagni hépatomégalie gauche varices épigastriques adénomégalie diaphragmatique ascite abondante occlusion digestive emphysème pulmonaire obésité

16 INDICATIONS DU GUIDAGE TDM Atélectasie complète (1) Pneumonectomie droite (1) Interposition colo (c)- gastrique (s)(2) 3 Paralysie phrénique (3) Hépatomégalie gauche (3)

17 4 INDICATIONS DU GUIDAGE TDM 5 Adénomégalie diaphragmatique antérieure (4) Emphysème pulmonaire (5) Varices épigastriques (hypertension portale) (6) 6

18 INDICATIONS DU GUIDAGE TDM MORPHOTYPES PARTICULIERS -Pectus excavatum, -Scoliose importante -Déviation ou Hypertrophie de l appendice xyphoïde, des Vaisseaux Mammaires Internes (flèche)

19 1.PROCEDURE: PONCTION Repérer l abord le moins dangereux et le plus court possible à l épanchement péricardique, le plus souvent par vois sous- xyphoïdienne gauche, par la fente de Larey (2). Choisir le guidage le plus approprié au patient et à l opérateur. Drainer l épanchement pleural droit (1) en premier si possible (afin de diminuer la composante pleurale de la tamponnade). 1 2

20 PROCEDURE AIGUILLE DE 18-20G, type Ingecath On réalise souvent le drainage par cathéter dans le même temps en raison du risque de récidive: GUIDE courbure J ECRAN DE SCOPIE COUPLÉ DRAINER LENTEMENT ml/ 20 premières mn. CATHÉTER DE DRAINAGE sur guide rigide, DECLIVE, à bien fixer à la peau. ABLATION DU CATHETER lorsque le drainage <50ml/24h OU 100ml/48H.

21 3.CI de la PONCTION par la fente de LAREY (sous- xyphoïdienne) Epanchement diaphragmatique <10mm Cloisonnement de l épanchement Coagulopathie Subluxation médiastinale, morphotype particulier, obstacle (cf indications TDM) Le caillotage intra- péricardique est une indication de drainage chirurgical. En cas d EPANCHEMENT PLEURAL DROIT, une pleuropéricardiocentèse est envisageable par voie postéro- latérale percutanée. [Dialetto, Eur J Cardiothorac Surg 1999]

22 PONCTION DRAINAGE SOUS TDM [Bellon, JCAT 1996] Le repérage sous TDM du point de ponction est précis, l abord tangentiel au myocarde, par voie intercostale latérale; le péricarde pariétal demeurant relativement fixe.

23 COMPLICATIONS DES DRAINAGES OCCLUSION SURINFECTION CHUTE DU CATHETER

24 TECHNIQUES ADDITIONNELLES Le cathéter péricardique (8-12F) déclive est enlevé si le drainage <50ml/jr Pour diminuer le risque de RECIDIVE de l épanchement et de TAMPONNADE, et s amender des complications du drainage percutané, deux techniques sont possibles: PERICARDIOTOMIE AU BALLON SCLEROSE PERICARDIQUE

25 PERICARDIOTOMIE PERCUTANEE [Ziskind, J Am Coll Cardiol 1993; 21 (1) - Wang, Chest 2002; 122 (3)] De principe identique à la technique chirurgicale, elle permet le passage du fluide péricardique dans la cavité pleurale ou péritonéale qui ont une capacité de résorption supérieure. Le drainage temporaire de l épanchement pleural induit peut être nécessaire. Injection de 100cc de produit de contraste dilué à 50%. Dilater le trajet sur guide x 80cm (14F), à l aide de simple ou double ballons (coaxiaux). Succès techniques: 90%, Complications: 20%- fièvre, épanchement pleural.

26 PÉRICARDIOTOMIE PERCUTANÉE AU BALLON (1,2) Ballon 40x18mm [Marcy JBR BTR 2004 Sous Presse] 1 2 Création d un shunt péricardio- pleural ou péritonéo- péricardique (Flèches 3) TDM CATHETER PERICARDIQUE 3

27 SCLEROSE PERICARDIQUE [Martinoni, Herz Davis, N Engl J Med Marcy Eur Radiol 2004 Sous presse] Tétracycline, Bléomycine, Thitepa, Radionucléides sont utilisés. Ex.:Instillation de Thiotepa - 15mg dilués dans 50ml de NaCl. Sclérothérapie effectuée si drainage <100ml/j. Efficacité > 80% Injection in situ par le cathéter, sous scopie après vérification du positionnement.

28 DRAINAGE PERCUTANE versus CHIRURGIE [Park, cancer 1991] -Aucune recommandation Standard n existe à ce jour- Trois techniques CHIRURGICALES: Fenêtre PERICARDIQUE sousxyphoïdienne Thoracotomie avec création de fenêtre pleuro- péricardique Péricardiectomie La fenêtre péricardique est recommandée chez le patient cancéreux ou fragile en raison d une morbidité réduite (10% vs 67% pour la péricardiectomie) On privilégiera la chirurgie en cas de caillotage intra- péricardique, de coagulopathie, d espérance de survie > 6mois, d échec de la technique percutanée (morbidité chirurgicale> morbidité radiologique percutanée).

29 CONCLUSION Le contrôle Echographique de la ponction péricardique est fondamental. La technique échoguidée est la mieux adaptée aux situations les plus urgentes. La TDM est réservée aux échecs ou C.I. du guidage échographique, sous réserve de l état clinique du patient. La Fluoroscopie permet «d assurer» le geste de l opérateur et les techniques additionnelles (péricardiotomie, sclérose).

30 BIBLIOGRAPHIE

31 Theologides A. Neoplastic cardiac tamponade. Semin Oncol 1978; 5: Chiles C, Woodard PK, Gutierrez FR, Link KM. Metastatic involvement of the heart and pericardium: CT and MR imaging. Radiographics 2001; 21: Hallahan DE, Vogelzang NJ, Bostwick DG, Simon MA. Cardiac metastases from soft- tissue sarcomas. J Clin Oncol 1986, 4 (11): Buerger W, Straube M, Behne M, Sarai K, Beyersdorf F, Eckel L, Dereser A, Satter P, Kaltenbach M. Role of pericardial constraint for right ventricular function in humans. Chest 1995; 107 (1): Alam HB, Levitt A, Molyneaux R, Davidson P, Sample GA. Can pleural effusions cause cardiac tamponade? Chest 1999; 116: Kariya N, Shindoh M, Nakatani K, Asada A, Nishi S, Kurita S. Echocardiographic diagnosis of extrapericardial tamponade due to dilated gastric roll following oesophagectomy. Anaesth Intensive Care Dec; 29(6): Vaitkus PT, Hermann HC, LeWinter MM. Treatment of malignant pericardial effusion. JAMA 1994; 272 (1): Wong B, Murphy J, Chang CJ, Hassenein K, Dunn M. The risk of pericardiocentesis. Am J Cardiol. 1979; 44 (6): Tsang TS, Barnes ME, Hayes SN, Freeman WK, Dearani JA, Butler SL, Seward JB. Clinical and echocardiographic characteristics of significant pericardial effusions following cardiothoracic surgery and outcomes of echo-guided pericardiocentesis for management: Mayo Clinic experience, Chest. 1999; 116 (2): Bellon RJ, Wright WH, Unger EC. CT- guided pericardial drainage catheter placement with subsequent pericardial sclerosis. JCAT 1995; 19 (4): Park JS, Rentschler R, Wilbur D. Surgical management of pericardial effusion in patients with malignancies. Cancer 1991; 67: Ziskind AA, Pearce AC, Lemon CC, Burstein S, Gimple LW, Herrmann HC, Mc Kay R, Block PC, Waldman H, Palacios IF. Percutaneous balloon pericardiotomy for the treatment of cardiac tamponade and large pericardial effusions: description of technique and report of the first 50 cases. J Am Coll Cardiol 1993; 21 (1): 1-5. Wang H-J, Hsu K-L, Chiang F-T, Tseng C-D, Tseng Y-Z, Liau C-S. Technical and prognostic outcomes of double- balloon pericardiotomy for large malignancy- related pericardial effusions. Chest 2002; 122 (3): Gatenby RA, Hartz WH, Kessler HB. Percutaneous catheter drainage for malignant pericardial effusion. JVIR 1991; 2: Dialetto G, Covino FE, Caruso A, Cotrutfo M. Pleuro- pericardiocentesis: an unusual procedure. Eur J Cardio- thorac Surg 1999, 15: Martinoni A, Cipolla CM, Civelli M, Cardinale D, Lamantia G, Colleoni M, DeBraud F, Susini G, Martinelli G, Goldhirsh A, Fiorentini C. Intrapericardial treatment of neoplastic pericardial effusions. Herz 2000; 25 (8): Davis S, Sharma SM, Blumberg ED, Kim CS: Intrapericardial tetracycline for the management of cardiac tamponnade secondary to malignant pericardial effusion. N Engl J Med 1978; 229: Marcy PY, Bondiau PY, Brunner P. Image- guided percutaneous therapy of malignant cardiac tamponade (Review). Eur Radiol 2004, Sous Presse. Marcy PY, Magné N. Imaging the pericardio- peritoneal shunt. JBR- BTR 2004, Sous Presse.

Drainage par voie percutanée des épanchements péricardiques post-opératoires en chirurgie cardiaque

Drainage par voie percutanée des épanchements péricardiques post-opératoires en chirurgie cardiaque Drainage par voie percutanée des épanchements péricardiques post-opératoires en chirurgie cardiaque Nicolas Jaussaud, Olivier Chavanon, Vincent Bach, Aude Boignard, Paolo Porcu, Rachid Hacini, Michel Durand,

Plus en détail

Péricarde tamponnade. Pr Hervé Lardoux Institut Montsouris Paris

Péricarde tamponnade. Pr Hervé Lardoux Institut Montsouris Paris Péricarde tamponnade Pr Hervé Lardoux Institut Montsouris Paris 1978 carcinome bronchique, dyspnée récente Péricarde : physiologie Variations respiratoires: flux intra cardiaques (1) Chez le sujet normal,

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Exsufflation et drainage thoracique

Exsufflation et drainage thoracique Exsufflation et drainage thoracique Où, quand, comment? Dr Alain Meyer Service de réanimation chirurgicale Hôpital de Hautepierre A comprendre Le pneumothorax simple seul ne tue pas Le pneumothorax suffocant

Plus en détail

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie.

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie. ABCES HEPATIQUES A PYOGENES Présentation DES gastro-entérologie. Samedi 13 avril 2013 Sophie Ribiere. Epidémiologie Rare : 1 cas pour 10000 hospitalisations. Incidence en augmentation. Terrain prédisposant

Plus en détail

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Drainage thoracique Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Plan Rappels anatomiques Indications et leur diagnostic Types de drainages Réalisation Surveillance

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

ASCITE MALIGNE EN SOINS PALLIATIFS

ASCITE MALIGNE EN SOINS PALLIATIFS ASCITE MALIGNE EN SOINS PALLIATIFS QUESTION : Chez les patients en soins palliatifs avec une ascite récurrente et inconfortable quelle est la meilleure option pour soulager leur symptômes? P : Patients

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX M. El Hajjam, P. Lacombe, C. Beigelman-Aubry Aubry, J. Desperramons,, S. Chagnon, S. Binsse Hôpital Ambroise Paré (APHP) Université de Versailles-St

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Epanchement péricardique options thérapeutiques percutanées versus chirurgie à ciel ouvert

Epanchement péricardique options thérapeutiques percutanées versus chirurgie à ciel ouvert Epanchement péricardique options thérapeutiques percutanées versus chirurgie à ciel ouvert Lars Niclauss, Ludwig Karl von Segesser Service de Chirurgie Cardio-vasculaire, CHUV, Lausanne Quintessence P

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE

INSUFFISANCE CARDIAQUE INSUFFISANCE CARDIAQUE PHYSIOPATHOLOGIE Une anomalie du remplissage (insuffisance cardiaque diastolique à fonction systolique conservée) ou une faiblesse de l éjection ventriculaire (insuffisance cardiaque

Plus en détail

ATLAS TOMODENSITOMETRIQUE DES TRAUMATISMES THORACIQUES

ATLAS TOMODENSITOMETRIQUE DES TRAUMATISMES THORACIQUES ATLAS TOMODENSITOMETRIQUE DES TRAUMATISMES THORACIQUES S. Felah, A. Daghfous, M. Daiki, M. Maarouf, R. Ben Khélifa, L. Rezgui Marhoul Service d Imagerie Médicale Centre de Traumatologie et des Grands Brûlés

Plus en détail

Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique

Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Conduite

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Syndrome abdominal compartimental

Syndrome abdominal compartimental Syndrome abdominal compartimental I. DEFINITION Le syndrome abdominal compartimental s observe lorsqu apparaît une dysfonction d organe(s) due à une hypertension intra-abdominale. Il s agit d une pathologie

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

ICM-01-01-2012-09. Marie-Claude Gaudreault, infirmière Dr Mark Liszkowski, cardiologue-intensiviste Février 2015

ICM-01-01-2012-09. Marie-Claude Gaudreault, infirmière Dr Mark Liszkowski, cardiologue-intensiviste Février 2015 ICM-01-01-2012-09 Marie-Claude Gaudreault, infirmière Dr Mark Liszkowski, cardiologue-intensiviste Février 2015 ICM-01-01-2012-08 Utilité Indications Épanchements Pneumothorax Surveillance infirmière ICM-01-01-2012-09

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Une grossesse dyspnéique

Une grossesse dyspnéique Une grossesse dyspnéique Dr Emmanuelle Berthelot Pour le groupe insuffisance cardiaque de la SFC Dr Raed Rifai, Dr Hatem Rezgui, Dr Amir Bouchachi Service de cardiologie, Pole thorax, Pr Assayag En collaboration

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI. Le 29.01.2013

TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI. Le 29.01.2013 TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI Le 29.01.2013 1 Préparation de l implantation Choix du site GAUCHE chez les droitiers : +++ Moins de fracture et moins de risque érosion seul inconvénient : VCS gauche

Plus en détail

Trauma thoracique en pédiatrie Prise en charge initiale

Trauma thoracique en pédiatrie Prise en charge initiale Trauma thoracique en pédiatrie Prise en charge initiale Nelson Piché, MD, MSc, FRCSC Service de chirurgie pédiatrique CHU Sainte Justine Février 2014 Objectifs Connaître les traumatismes thoraciques les

Plus en détail

Apport de l imagerie par résonance magnétique (IRM) dans le diagnostic du kyste hydatique cardiaque

Apport de l imagerie par résonance magnétique (IRM) dans le diagnostic du kyste hydatique cardiaque Rapport de cas Apport de l imagerie par résonance magnétique (IRM) dans le diagnostic du kyste hydatique cardiaque A. El Majhad, 1 A. Lachhab, 1 R.Cherradi, 1 J.Srairi, 1 N.Srairi, 1 N. Doghmi 1 et M.

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Traitement chirurgical du canal artériel. A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015

Traitement chirurgical du canal artériel. A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015 Traitement chirurgical du canal artériel A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015 fréquence Inversement corrélé à l âge gestationnel < 1% chez nné > 32 SA 60% chez nné < 28 SA Epicure : 65% des

Plus en détail

Echocardiographie et douleurs thoraciques

Echocardiographie et douleurs thoraciques Echocardiographie et douleurs thoraciques DIU d échographie en anesthésie réanimation Warren Chasseriaud Urgences cardio, soins intensifs et cardiologie interventionnelle Bordeaux, 31/03/2015 Introduction

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE THORACIQUE. Pr N.Vénissac, Service de Chirurgie Thoracique Pr J.Mouroux, Hôpital Pasteur, Nice

TRAUMATOLOGIE THORACIQUE. Pr N.Vénissac, Service de Chirurgie Thoracique Pr J.Mouroux, Hôpital Pasteur, Nice TRAUMATOLOGIE THORACIQUE Pr N.Vénissac, Service de Chirurgie Thoracique Pr J.Mouroux, Hôpital Pasteur, Nice Généralités 8,8% des décès annuels en France Trauma 3ème rang des causes de décès Atteinte thoracique

Plus en détail

LE DRAINAGE THORACIQUE

LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 1 LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 2 DRAINAGE THORACIQUE RAPPELS CLINIQUES Anatomie

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier?

Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier? Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier? EM Danse, BE Van Beers, P Goffette Université Catholique de Louvain UCL Cliniques Universitaires St-Luc

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Indications et apports de l IRM foetale. Marie Cassart Bruxelles

Indications et apports de l IRM foetale. Marie Cassart Bruxelles Indications et apports de l IRM foetale Marie Cassart Bruxelles Pathologie cérébrale foetale Quand faire une IRM? Indications d IRM cérébrale Ventriculomégalie (36%) Infections Anomalies de la ligne médiane

Plus en détail

Drainage des sutures digestives

Drainage des sutures digestives Drainage des sutures digestives Pourquoi? Comment? Le risque: la fistule! Conséquences: abcès, péritonite, sepsis, décès En cas de réintervention: pas de sutures stomies - Sutures et anastomoses: cicatrisation

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

ECMO: Principes techniques

ECMO: Principes techniques ECMO: Principes techniques F Juthier, MD,PhD Service de Chirurgie Cardiaque Pr A Vincentelli, Pr A Prat XVIII ème Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de médecine d urgence Lille, 31 mars et

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Cathéters centraux. Dr S.VERDY

Cathéters centraux. Dr S.VERDY Cathéters centraux Dr S.VERDY Définition de la VVC Un cathéter est dit central quand son extrémité est - dans la veine cave supérieure si sa pose se fait par la veine sous-clavière DT ou G, ou par la veine

Plus en détail

Pathologies Abdominales non traumatiques

Pathologies Abdominales non traumatiques Douleurs: Pathologies Abdominales non traumatiques Motif de 5 à 10% des consultations aux urgences Source d angoisse et de manifestations émotionnelles importantes Nécessite une hiérarchisation dans la

Plus en détail

Techniques de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance

Techniques de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance RADIOLOGIE DES CANCERS CHEZ LE SUJET AGE Méthodes d Imagerie Diagnostiques et Thérapeutiques Frank Boudghene Hopital Tenon Université Paris 6 Techniques de surveillance Modalités Radiologie Echographie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE PLEURESIE METASTATIQUE J.CHAPRON - FOUCHE

PRISE EN CHARGE D UNE PLEURESIE METASTATIQUE J.CHAPRON - FOUCHE PRISE EN CHARGE D UNE PLEURESIE METASTATIQUE J.CHAPRON - FOUCHE Généralités La Pleurésie métastatique est une forme fréquente de maladie néoplasique disséminée ou avancée. (6 mois d espérance de vie),

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Apport du scanner coronaire dual-source

Apport du scanner coronaire dual-source Apport du scanner coronaire dual-source O. Ghekiere (1), X. Hamoir (1), J-Y. Tricquet (2), L. Labaki (2), V. Hamoir (2) et J. Kirsch (1) (1) Département de Radiologie (2) Département de Cardiologie Clinique

Plus en détail

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD CARCINOSE PERITONEALE : l ABC Clarisse DROMAIN, MD, PhD Introduction Imagerie de la carcinose péritonéale = challenge technique Haute résolution spatiale : petite taille des lésions Haute résolution en

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

DOULEUR THORACIQUE. Erwan DONAL Cardiologie CHU Rennes

DOULEUR THORACIQUE. Erwan DONAL Cardiologie CHU Rennes DOULEUR THORACIQUE Erwan DONAL Cardiologie CHU Rennes Place de L écho Le péricarde L aorte Les coronaropathies Éventuellement les autres épanchements La cascade ischémique 5 3 4 2 1 Place de l écho dans

Plus en détail

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES Mme GANDOSSI Yannick Infirmière Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Je travaille à l hôpital St Antoine en réanimation chirurgicale digestive

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX

F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX DESC Chirurgie pédiatrique 11 mars 2015 Anatomie La lymphe est produite dans le tube digestif et collectée dans la citerne chyleuse à hauteur

Plus en détail

Dispositifs Médicaux Implantables Endoscopie Digestive

Dispositifs Médicaux Implantables Endoscopie Digestive Dispositifs Médicaux Implantables Endoscopie Digestive Dr Romain GERARD Cliquez Service pour des modifier Maladies le style des l Appareil sous-titres du Digestif masque Hôpital Huriez CHU Lille FOGD Endoscopie

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Intégration en soins critiques

Intégration en soins critiques Intégration en soins critiques Compétences à développer Cathéters veineux centraux Révisé par: Wendy Camacho, conseillère en soins infirmiers Caty Dallaire, conseillère en soins infirmiers Chantal Lévesque,

Plus en détail

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

L ETT est indiquée lors du bilan initial d une insuffisance cardiaque qu elle soit systolique ou à fraction d éjection conservée (>50%)

L ETT est indiquée lors du bilan initial d une insuffisance cardiaque qu elle soit systolique ou à fraction d éjection conservée (>50%) Bilan initial du patient insuffisant cardiaque L ETT est indiquée lors du bilan initial d une insuffisance cardiaque qu elle soit systolique ou à fraction d éjection conservée (>50%) L ETT doit fournir

Plus en détail

URGENCES ABDOMINALES PLACE DE L ECHOGRAPHIE

URGENCES ABDOMINALES PLACE DE L ECHOGRAPHIE PLACE DE L ECHOGRAPHIE AYOUB Jean MD, PhD Unité d échographie générale CHU Trousseau - TOURS 1 LA TECHNIQUE FAST : Focused Assessment with Sonography for Trauma; décrite par Rozycki et al en 1996. 2 INTRODUCTION

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence Hervé COLLADO Centre Phocéa Pôle de l appareil locomoteur St Marguerite Pôle de MPR et de Médecine du Sport AP-H Marseille DESC Médecine du Sport Diplômé

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

CARNET DE STAGE. NOM : Prénom : DIPLOME INTER UNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Module Echographie Appliquée à l Urgence ANNEE UNIVERSITAIRE

CARNET DE STAGE. NOM : Prénom : DIPLOME INTER UNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Module Echographie Appliquée à l Urgence ANNEE UNIVERSITAIRE NOM : Prénom : DIPLOME INTER UNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Module Echographie Appliquée à l Urgence ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 CARNET DE STAGE Appréciation(s) du (des) maître (s) de stage : Tampon(s)

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles

Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles Les possibles Epanchement Les 3 sites Vésicule Dilatation pyélo-calicielles Jamais

Plus en détail

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou.

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Désynchronisation ventriculaire: facteur d aggravation (causal?) de l insuffisance cardiaque Patients avec VG dilaté/dysfonction VG ont souvent des tr de

Plus en détail

PLAIES THORACIQUES PAR ARME A FEU OU PAR ARME BLANCHE

PLAIES THORACIQUES PAR ARME A FEU OU PAR ARME BLANCHE PLAIES THORACIQUES PAR ARME A FEU OU PAR ARME BLANCHE François TRONC Service de Chirurgie Thoracique HOPITAL Louis PRADEL - LYON GENERALITES Progrès de la prise en charge basés sur l expérience militaire

Plus en détail

CHUM. Introduction dans la pratique clinique à la fin des années 1960.

CHUM. Introduction dans la pratique clinique à la fin des années 1960. CONTREPULSION INTRA-AORTIQUE CHUM Thérapie de contrepulsion Introduction dans la pratique clinique à la fin des années 1960. La cathéter est positionné dans l aorte thoracique descendante 2 cm distale

Plus en détail

Quels sont les principaux items significatifs à retenir sur l'irm du pelvis. Sybille Duroch IHN Xavier Orry ACC

Quels sont les principaux items significatifs à retenir sur l'irm du pelvis. Sybille Duroch IHN Xavier Orry ACC Patiente de 54 ans Tumeur ovarienne droite de découverte récente Hospitalisation en USIC pour thrombus intra-cardiaque découvert fortuitement à l ETT préchimiothérapie. Quels sont les principaux items

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail