1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points"

Transcription

1 Plans, cercles, droites et sphères Ce chapitre aborde les objets fondamentaux utilisés en géométrie : droites et cercles dans le plan, plans, droites et sphères dans l espace. Les objectifs du chapitre sont de connaitre et savoir calculer les équations qui caractérisent les objets, savoir les utiliser et déterminer les intersections entre différents objets. On commencera par travailler dans le plan uniquement, puis on s intéressera à l espace. 1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points Soit A un ensemble de points du plan P (par exemple, A peut être un point, une droite, la réunion de 3 droites, un cercle, une ellipse, le plan en entier, ou même l ensemble vide...) ou un ensemble de point de l espace E ( un plan, une droite, une sphère, un cône,...) 1.1 Équations cartésiennes de A Définition 1 Soit (O, i, j ) un repère du plan. Soit F une fonction de deux variables à valeurs réelles. On dit que l équation F (x, y) = 0 est une équation cartésienne de l ensemble A dans le repère (O, i, j ) si, et seulement si, pour tout point M du plan de coordonnées (x, y), on a l équivalence : ( ) M(x, y) A F (x, y) est défini et F (x, y) = 0. Soit (O, i, j, k) un repère de l espace. Soit F une fonction de trois variables à valeurs réelles. On dit que l équation F (x, y, z) = 0 est une équation cartésienne de l ensemble A dans le repère (O, i, j, k) si, et seulement si, pour tout point M du plan de coordonnées (x, y, z), on a l équivalence : ( ) M(x, y, z) A F (x, y, z) est défini et F (x, y, z) = 0. Exemple. Lorsqu on dit que la droite D a pour équation 2x + y 1 = 0, cela signifie que pour tout point M du plan de coordonnées (x, y), on peut écrire : M(x, y) D 2x + y 1 = 0. Technique. Pour établir l équation cartésienne d un ensemble A : On pose un point M(x, y) (dans le plan) ou M(x, y, z). On place M dans l ensemble A : M A, puis on cherche à exploiter les propriétés géométriques de M pour établir une équation. Remarque. 1. Notons que si F (x, y) = 0 est une équation cartésienne d une partie A alors 12F (x, y) = 0, F (x, y) 2 = 0 ou encore e F (x,y) = 1 sont aussi des équations cartésiennes de A. Il n y a donc pas du tout unicité de l équation cartésienne de A. De même pour les équations cartésiennes dans l espace. 2. Une fonction réelle définie par y = f(x) est l équation cartésienne de sa courbe représentative. 1.2 Équations polaires dans le plan Définition 2 Soit F une fonction de deux variables à valeurs réelles. On dit que l équation F (ρ, θ) = 0 est une équation polaire de A lorsque pour tout point M du plan, on peut écrire : M appartient à A si, et seulement si, l un de ses couples de coordonnées polaires vérifie F (ρ, θ) = 0. 1

2 Remarque. Il faut noter que l on demande seulement que l UN des couples de coordonnées polaires vérifie l équation. θ = π/4 et θ = 5π/4 sont deux équations polaires de la même droite. Un cercle de centre O et de rayon R a pour équation polaire ρ = R. L équation polaire ρ = θ représente deux spirales de sens opposés. 2 Droites du plan Soit (O; ı, j ) un repère du plan et B = ( ı, j ) la base qui lui est associée. On pose D la droite passant par M 0 (x 0, y 0 ) et dirigée par u (α, β). On cherche à caractériser les points de la droite par des équations : paramétriques, cartésiennes ou polaire. 2.1 Représentation paramétrique Technique : Pour tout point M du plan, on a M D M 0 M et u sont colinéaires t R, M 0 M = t u. En utilisant les coordonnées, il vient : M D t R, ( ) ( ) x x0 α = t t R, y y 0 β { x = x0 + tα y = y 0 + tβ Ce système est un paramétrage de D. Réciproquement, un tel paramétrage représente dans le repère (O; ı, j ) la droite passant par le point M 0 (x 0, y 0 ) et dirigée par u (α, β). Remarque. 1. La même représentation paramétrique mais avec t variant entre t 0 et t 1 représente un segment. 2. Une même droite admet une infinité de paramétrages (il suffit de choisir un autre point de D et/ou un autre vecteur directeur). 2.2 Equation cartésienne d une droite Soit (O; ı, j ) un repère du plan. Soit M(x, y) un point du plan. On a M(x, y) D M 0 M et u sont colinéaires det B ( M 0 M, u ) = 0 x x 0 α y y 0 β = 0 β(x x 0 ) α(y y 0 ) = 0 ax + by + c = 0 où l on a posé a = β, b = α et c = βx 0 + αy 0. On remarque que (a, b) (0, 0). Proposition 3 Toute droite D admet une équation cartésienne de la forme ax + by + c = 0 où a et b sont des réels tels que (a, b) (0, 0). Réciproquement, une équation cartésienne de la forme ax + by + c = 0, avec (a, b) (0, 0), est celle d une droite D. Si le repère est orthonormal, le vecteur n de composantes (a, b) est orthogonal à D ; on dit que c est un vecteur normal à D. Remarque. n (a, b) est un vecteur orthogonal à D, donc u( b, a) est un vecteur directeur de D. En effet : u n = b.a + a.b = 0 donc u n. 2

3 Remarque. Lorsque la droite D n est pas dirigée par j, l une de ses équations cartésiennes est de la forme y = mx + p. Les nombres réels m et p sont alors appelés respectivement coefficient directeur et ordonnée à l origine de la droite D dans le repère (O; ı, j ). Exercice 1. Soit (O; ı, j ) un repère du plan. On considère la droite D d équation 2x 5y + 8 = 0. Déterminer une représentation paramétrique de D. Exercice 2. Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal. Déterminer une équation cartésienne de la droite D passant par les points A(2, 3) et B( 4, 7). Donner un vecteur normal à D. Exercice 3. Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal. Déterminer une équation cartésienne de la droite D passant par A(2, 3) et de vecteur normal n (1, 2). 2.3 Parallélisme et perpendicularité Définition 4 Soit D et D deux droites de vecteurs directeurs respectifs u et v. Les droites D et D sont dites : parallèles si, et seulement si, u et v sont colinéaires. perpendiculaires ou orthogonales si, et seulement si les vecteurs u et v sont orthogonaux. Technique. Soient R un repère cartésien de plan et D et D deux droites d équations cartésiennes respectives D : ax + by + c = 0 et D : a x + b y + c = 0. Pour étudier les positions respectives de D et D, il suffit d étudier les vecteurs directeurs u( b, a) et u ( b, a ) : Si det B ( u, u ) = 0, alors les droites sont parallèles. Sinon, elles sont sécantes. Si le repère R est orthonormal et u u = 0, alors les droites sont perpendiculaire. Proposition 5 Soit D une droite d équation cartésienne ax + by + c = 0. Les droites parallèles à D sont les droites dont une équation cartésienne est de la forme ax + by + γ = 0, avec γ R. 2.4 Distance d un point à une droite Définition 6 Soient D une droite du plan et M un point quelconque. La distance de M à D est la distance MH où H est le projeté orthogonal de M sur la droite D. On note cette distance d(m, D). Proposition 7 Soient D une droite du plan et M un point quelconque. Pour tout point P de D, on a MP d(m, D) avec égalité si, et seulement si, P est le projeté orthogonal de M sur D. Autrement dit, la distance de M à D est la plus petite distance du point M aux points de la droite D. Proposition 8 Soient (O; ı, j ) un repère orthonormal, M 0 (x 0, y 0 ) un point du plan et D une droite d équation cartésienne ax + by + c = 0. La distance de M 0 à D est donnée par : ax 0 + by 0 + c d(m 0, D) = a 2 + b 2 Démonstration. 3

4 2.5 équation normale d une droite Parmi les équations cartésiennes de la forme ax + by + c = 0 d une droite, on en distingue une qui a des propriétés particulières. Proposition 9 Soit une droite D du plan muni d un r.o.n. (O; ı, j ). Alors D possède une équation normale, qui est une équation cartésienne de la forme suivante : (cos θ)x + (sin θ)y = p où p = d(o, D) et où le vecteur n (θ) = cos θ ı + sin θ j est un vecteur unitaire orthogonal D. Technique. Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal du plan et D une droite d équation cartésienne ax+by+c = 0. Soit M(x, y) un point du plan. On a M(x, y) D ax + by + c = 0 a a 2 + b 2 x + ( ) 2 ( ) 2 a On a a 2 +b + b 2 a 2 +b = 1 donc il existe θ R tel que 2 On pose p = c a 2 +b 2 pour le second membre. On a alors p = b a 2 + b 2 y = c a 2 + b 2 car a 2 + b 2 0 a = cos(θ) et b a 2 +b 2 a 2 +b 2 c a 0 + b 0 + c = = d(o, D) a 2 + b2 a 2 + b 2 On a donc bien obtenu une équation de la forme (cos θ)x + (sin θ)y = p. = sin(θ). Exercice 4. Soit (O; ı, j ) un repère orthonormé et D la droite d équation cartésienne 3x 3y 6 = 0. Déterminer une équation normale de D et en déduire la distance de O à D. 2.6 Équations polaires d une droite On munit le plan d un r.o.n.d. (O; ı, j ). Proposition 10 On note (ρ, θ) les coordonnées polaires pour tout point M du plan. Une droite passant par le point O a une équation polaire du type θ = θ 0 où θ 0 R est un angle fixe et réciproquement, une telle équation est celle d une droite passant par le point O. Une droite ne passant pas par le point O a une équation polaire de la forme ρ = 1 α cos θ + β sin θ et (α, β) (0, 0). et reciproquement, une telle équation est l équation d une droite ne passant pas par le point O. Technique. Cas d une droite D passant par O : On prend u un vecteur directeur de la droite et on le divise par sa norme en posant v = u u. Le vecteur v étant de norme 1, on peut trouver un angle θ 0 tel que v = (cos θ 0, sin θ 0 ). Finalement, l équation polaire de la droite sera θ = θ 0. Cas d une droite D ne passant pas par O, avec une équation cartésienne ax + by + c = 0. Soit M un point du plan, de coordonnées cartésienne (x, y) et de coordonnées polaires (ρ, θ). On fait le changement de variable polaire x = ρ cos θ et y = ρ sin θ, qu on remplace dans l équation : [ a M D aρ cos θ + bρ sin θ + c = 0 ρ(a cos θ + b sin θ) = c ρ c cos θ + b ] c sin θ = 1 1 ρ = a c cos θ + b c sin θ 4

5 2.7 Intersection de deux droites et systèmes linéaires à deux inconnues Soit D : ax + by + c = 0 et D : a x + b y + c = 0 deux droites du plan. Soit M(x, y) un point du plan. On a { M(x, y) D D ax + by + c = 0 a x + b y + c = 0 Trois cas peuvent se présenter (c.f. systèmes) : Le système admet une seule solution (x A, y A ). C est à dire les droites D et D sont sécantes en A(x A, y A ). C est le cas lorsque les vecteurs u ( b, a) et v ( b, a ) qui dirigent respectivement D et D ne sont pas colinéaires, c est à dire lorsque det B ( u, v ) 0. Le système admet n a pas de solution. C est à dire les droites D et D sont parallèles (aucun point commun). Le système admet une infinité de solutions. C est à dire les droites D et D sont confondues (ce qui se traduit par le fait que les deux équations sont proportionnelles). Dans ces deux derniers cas, les vecteurs u et v sont colinéaires et l on a det B ( u, v ) = 0. Test 1. Déterminer une équation cartésienne de la droite D passant par les points A(1, 2) et B( 1, 3). En déduire un vecteur normal à D. Le point C(3, 1) appartient-il à cette droite? Test 2. Déterminer une représentation paramétrique de la droite passant par le point A(1, 1) et de vecteur directeur u( 2, 3). En déduire une équation cartésienne de. Quelle est la distance du point C(3, 1) à la droite? 3 Cercles 3.1 Représentations analytiques Le plan est muni d un repère orthonormal (O, ı, j ) Équations cartésiennes dans un repère orthonormal Proposition 11 Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal du plan. 1. Tout cercle C admet une équation cartésienne de la forme x 2 + y 2 cx dy + e = Réciproquement, une équation cartésienne de la forme x 2 + y 2 cx dy + e = 0, représente un cercle ou l ensemble vide. Technique. Etablir l équation d un cercle. On considère C un cercle, de centre A(c, d) et de rayon r. Soit M(x, y) un point du plan, M C si et seulement si AM = r. Les coordonnées de AM sont (x c, y d) donc : M C AM 2 = r 2 (x c) 2 + (y d) 2 = r 2 x 2 2cx + c 2 + y 2 2dy + d 2 r 2 = 0 x 2 + y 2 2cx 2dy + (c 2 + d 2 r 2 ) = 0 Technique. Trouver un cercle à partir d une équation. Soit C un ensemble de points du plan d équation x 2 + y 2 cx dy + e = 0 qu on cherche à identifier. Soit M(x, y) un point du plan. M C x 2 + y 2 cx dy + e = 0 x } 2 {{ cx } + y2 dy }{{} = e ( x c ) 2 c 2 ( y d ) 2 d2 (x 2 4 = e c ) ( 2 + y d ) 2 = c2 + d On appelle A le point de coordonnées ( c 2, d 2 ). On a alors AM 2 = (x c 2 )2 + (y d 2 )2. Donc on a e On distingue deux cas : M C AM 2 = c2 + d 2 e 4 5

6 si c2 +d 2 4 e < 0, alors c est impossible. C est l ensemble vide, si c2 +d 2 c 4 e 0, on pose r = 2 +d 2 4 e. Alors C est le cercle de centre A et de rayon r. Exercice 5. Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal du plan. 1. Déterminer une équation cartésienne du cercle C de centre Ω(1, 5) et de rayon Reconnaître la partie du plan représentée par l équation 2x 2 + 2y 2 12x + 4y + 8 = k pour k = 6 puis pour k = Équations polaires dans un repère orthonormal direct Proposition 12 Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal direct du plan. Tout cercle C admet une équation polaire de la forme ρ 2 2ρ(c cos θ + d sin θ) + e = 0. En particulier, si le cercle passe par l origine, une de ses équations polaires est ρ = 2c cos θ + 2d sin θ. Technique. On part d une équation cartésienne x 2 + y 2 2cx 2dy + e = 0 du cercle C. Pour tout point M de coordonnées cartésiennes (x, y) et polaires (ρ, θ), on fait le changement de variable x = ρ cos θ et y = ρ sin θ. On remplace dans l équation : 0 = ρ 2 cos θ 2 + ρ 2 sin θ 2 2cρ cos θ 2dρ sin θ + e = ρ 2 (cos θ 2 + sin θ 2 ) 2ρ(c cos θ + d sin θ) + e }{{} 1 On trouve l équation directement. Si le cercle passe par O, on a e = 0 (car (0,0) vérifie l équation du cercle) et l équation devient ρ(ρ 2c cos(θ) 2d sin(θ)) = 0 c est-à-dire ρ = 0 ou ρ = 2c cos(θ) + 2d sin(θ). L équation ρ = 0 est superflue (mais je passe sur ces détails techniques), dons l équation du cercle C se réduit à ρ = 2c cos(θ) + 2d sin(θ). 3.2 Intersection d une droite et d un cercle Proposition 13 L intersection d une droite D et d un cercle C de centre Ω et de rayon R est deux points distincts si d(ω, D) < R, un point unique T si d(ω, D) = R, on dit alors que D et C sont tangents en T, l ensemble vide si d(ω, D) > R. Exercice 6. On rapporte le plan au repère orthonormal (O; ı, j ). Déterminer les éventuels points d intersection de D : x + 3y 4 = 0 et C k : x 2 + y 2 6y + k = 0 pour k = 4, k = 13/2 et k = Intersection de deux cercles Proposition 14 Les dessins suivants présentent les différentes positions relatives de deux cercles. On peut préciser que deux cercles de rayons R et r et de centres Ω et ω ont une intersection non vide si, et seulement si, R r Ωω R + r. Technique. Soit (O; ı, j ) un repère orthonormal du plan. Soit C : x 2 + y 2 cx dy + e = 0 et C : x 2 + y 2 Cx Dy + E = 0. On cherche leur intersection. 6

7 Soit M(x, y) un point du plan. On a { M(x, y) C C x 2 + y 2 cx dy + e = 0 (L 1 ) x 2 + y 2 Cx Dy + E = 0 (L 2 ) { x 2 + y 2 cx dy + e = 0 (c C)x + (d D)y + E e = 0. (L 2 L 2 L 1 ) On doit distinguer deux cas : Si (c, d) = (C, D), alors L 2 devient E e = 0. Les deux cercles sont concentriques (même centre). Ils sont confondus s ils ont le même rayon (dans ce cas E = e) et ont une intersection vide dans le cas contraire. Si (c, d) (C, D), les deux cercles ne sont pas concentriques. La deuxième équation est celle d une droite D. Cette droite est appelée l axe radical des deux cercles C et C. Les points d intersection de C sont les points d intersection de D et C, que l on sait déterminer. Exercice 7. On rapporte le plan au repère orthonormal (O; ı, j ). Déterminer les éventuels points d intersection de C : x 2 + y 2 6y + 4 = 0 et C : x 2 + y 2 + x 3y = Une caractérisation du cercle de diamètre [AB] Proposition 15 Soient A et B deux points distincts du plan. L ensemble des points M tels que MA MB = 0 est le cercle de diamètre [AB]. Démonstration. Soit I le milieu du segment [AB] et M un point du plan. On a On a IA = IB, donc 0 = MA MB = ( ) ( ) MI + IA MI + IB = MI 2 + ( ) MI IA + IB + IA IB M appartient au cercle de diamètre [AB]. 0 = MI 2 ( ) 1 2 IB 2 = MI 2 2 AB MI = AB 2 Exercice 8. On rapporte le plan au repère orthonormal (O; ı, j ). Soit A(1, 2) et B( 3, 4). Déterminer une équation cartésienne du cercle C de diamètre [AB] de la forme x 2 + y 2 Cx Dy + E = 0 sans calculer ni son centre, ni son rayon. 4 Plans de l espace Caractérisation : Dans l espace, un plan est défini par la donnée d un point et de deux vecteurs non colinéaires. Les deux vecteurs forment une base de la direction du plan, ce sont des vecteurs directeurs. On peut aussi définir un plan par trois points non alignés. Soit (O; ı, j, k ) un repère cartésien de l espace 4.1 Représentation paramétrique d un plan Technique. Si P est le plan contenant le point A(x A, y A, z A ) et dirigé par les deux vecteurs non colinéaires u (α, β, γ) et v, alors on peut écrire M P s, t R, OM = OA + t u + s v. x = x A + αt + α s y = y A + βt + β s ((t, s) R 2 ). z = z A + γt + γ s 7

8 C est un paramétrage du plan P. Réciproquement, un tel paramétrage représente le plan contenant le point A(x A, y A, z A ) et dirigé par les vecteurs u (α, β, γ) et v (α, β, γ ) lorsque les triplets (α, β, γ) et (α, β, γ ) ne sont pas proportionnels. Remarque. Il existe une infinité de représentations paramétriques d un même plan qui dépendent du choix du point A et des vecteurs u et v. 4.2 équation cartésienne d un plan Proposition 16 Soit R un repère de l espace. Tout plan P admet une équation cartésienne de la formeax+by+cz+d = 0 où a, b, c et d sont des réels tels que (a, b, c) (0, 0, 0). Réciproquement, une équation cartésienne de la forme ax + by + cz + d = 0, avec (a, b, c) (0, 0, 0), est celle d un plan P. Techniques : On cherche une équation cartésienne d un plan P. 1. On pose A(x A, y A, z A ) un point de P et u et v deux vecteurs de P non colinéaires. Soit M(x, y, z) un point de l espace. M P ssi AM, u, v sont coplanaires ssi det B ( AM, u, v) = 0. En notant (a, b, c) et (a, b, c ) les coordonnées de u et v, on a alors x x A a a y y A b b z z A c c = 0 et il reste à calculer. 2. Si on a une représentation paramétrique, on utilise deux des équations en reportant dans la troisième, de manière à éliminer les paramètres et ne garder que (x, y, z). Exercice 9. L espace est rapporté au repère R = (O; i, j, k ). On note B la base ( i, j, k ). 1. Donner une équation cartésienne du plan P 1 dont une représentation paramétrique est x = 1 + t + s y = 1 t + s z = 0 + 2t s 2. Donner une représentation paramétrique du plan P 2 d équation cartésienne x + y z + 1 = Plan défini par un point et un vecteur normal Définition 17 On dit qu un vecteur n est orthogonal (ou normal) à un plan P si, et seulement si, n est orthogonal à tous les vecteurs de P. Remarque. Si on connait u et v deux vecteurs directeurs du plan non colinéaires, alors on peut prendre n = u v. Technique. On cherche une équation cartésienne du plan P passant par le point A(x A, y A, z A ) et de vecteur normal n (a, b, c). Soit M un point : M(x, y, z) P AM n AM n = 0 a(x x A ) + b(y y A ) + c(z z A ) = 0 Et on développe pour trouver l équation cartésienne du plan. Proposition 18 Dans un repère orthonormal, Tout plan P d équation cartésienne ax + by + cz + d = 0 admet n (a, b, c) pour vecteur normal. Exercice 10. On munit l espace d un repère orthonormal direct (O, ı, j, k ). On considère le plan P passant par les points A(1, 0, 2), B(0, 2, 1) et C( 1, 1, 0). Calculer un vecteur normal au plan et en déduire une équation cartésienne de P. 8

9 4.4 Distance d un point à un plan Proposition 19 Soit un repère orthonormal direct R = (O, i, j, k ), P un plan de l espace d équation cartésienne ax + by + cz + d = 0 et A un point de coordonnées (x A, y A, z A ). On a : d(a, P) = ax A + by A + cz A + d. a 2 + b 2 + c 2 Proposition 20 Soit R = (O; ı, j, k ) un repère orthonormal et P un plan. Le plan P admet une équation cartésienne de la forme ax + by + cz = p avec a 2 + b 2 + c 2 = 1 et p = d(o, P). Cette équation est une équation normale de P. Le vecteur n de composantes (a, b, c) est alors normal à P et unitaire. 4.5 Positions relatives de deux plans de l espace Plans parallèles (stricts ou confondus). Dans ce cas, les vecteurs normaux des deux plans sont colinéaires. Plans sécants selon une droite. Les vecteurs normaux ne sont pas colinéaires. 4.6 Intersection de trois plans et systèmes linéaires Soit R un repère orthonormal et B la base orthonormale associée à R. On considère P, P et P trois plans d équations cartésiennes respectives dans R : (P) : ax + by + cz + d = 0 (P ) : a x + b y + c z + d = 0 (P ) : a x + b y + c z + d = 0. On note n (a, b, c), n (a, b, c ) et n (a, b, c ) des vecteurs normaux à P, P et P respectivement. On s intéresse aux points d intersections des trois plans et au lien avec det B ( n, n, n ). Quatre cas peuvent se présenter : Deux des plans sont parallèles, par exemple P et P. Alors n et n sont colinéaires, donc det B ( n, n, n ) = 0. Si les trois plans sont parallèles, c est aussi le cas. Les trois plans sont sécants selon une droite. Alors n, n, n sont orthogonaux à, donc ils appartiennent à un plan orthogonal à. Ils sont coplanaires, donc det B ( n, n, n ) = 0 Les trois plans sont sécants selon trois droites distinctes et parallèles. De la même manière, n, n, n sont orthogonaux à une seule droite, donc ils sont coplanaires, donc det B ( n, n, n ) = 0 Les trois plans sont sécants en un point unique. Les vecteurs normaux ne sont pas coplanaires, donc det B ( n, n, n ) 0. Les points d intersections des trois plans forment l ensemble P P P. C est l ensemble des points dont les coordonnées (x, y, z) vérifient le système (S) ax + by + cz + d = 0 a x + b y + c z + d = 0 a x + b y + c z + d = 0 On a vu que ce système admet une unique solution si et seulement det B ( n, n, n ) 0, c est à dire ssi det B ( n, n, n a a a ) = b b b c c c = a b c a b c a b c 0 Ce déterminant est le déterminant du système (c.f. futur cours Déterminant) Test 3. Déterminer une représentation paramétrique du plan passant par le point A(1, 0, 1) et de vecteurs directeurs u(1, 2, 1) et v(0, 1, 1)). 5 Droites de l espace Rappel : Dans l espace, une droite est la donnée d un point et d un vecteur non nul ou, ce qui revient au même, de deux points distincts. 9

10 5.1 Représentation paramétrique d une droite Soit D est la droite contenant le point A(x A, y A, z A ) et dirigé par le vecteur non nul u (α, β, γ). Soit M(x, y, z) un point de l espace. M D t R, OM = OA + t u. En passant aux coordonnées, on a : x = x A + αt y = y A + βt z = z A + γt (t R). C est une représentation paramétrique de la droite D. Réciproquement, une telle représentation paramétrique représente la droite contenant le point A(x A, y A, z A ) et dirigée par le vecteur u (α, β, γ). Remarque. Il y a une infinité de représentations paramétriques d une même droite qui dépendent du choix du point A et du vecteur u. 5.2 Système d équations cartésiennes d une droite Proposition 21 Toute droite de l espace admet un système d équation cartésienne de la forme { ax + by + cz + d = 0 a x + b y + c z + d = 0 où les triplets (a, b, c) et (a, b, c ) ne sont pas proportionnels. Réciproquement, l ensemble des points de l espace vérifiant le système { ax + by + cz + d = 0 a x + b y + c z + d = 0 où les triplets (a, b, c) et (a, b, c ) ne sont pas proportionnels est la droite définie comme l intersection des deux plans d équations cartésiennes ax + by + cz + d = 0 et a x + b y + c z + d = 0. Remarque. Une équation du type ax + by + cz + d = 0 représente un plan et JAMAIS une droite. Une droite est toujours définie par un système de DEUX équations équations cartésiennes. Exercice 11. Soit D la droite définie par le système { x + 2y 3z + 1 = 0 2x y + z + 2 = 0. Donner une représentation paramétrique de la droite D. 5.3 Distance d un point à une droite Proposition 22 Soit D la droite passant par le point A et de vecteur directeur u. Pour tout point M de l espace, on a d(m, D) = AM u. u 5.4 Positions relatives de deux droites de l espace Soit D et D deux droites de l espace, on a alors les cas suivants : D et D sont parallèles sans point commun ; D et D sont parallèles avec un point commun et alors elles sont confondues ; D et D ont un unique point commun : elles sont alors sécantes. D et D n ont pas de point commun et ne sont pas parallèles. Elles sont alors non coplanaires ; 10

11 Remarque. Si les droites sont parallèles, sécantes ou confondues, elles sont coplanaires. Définition 23 Deux droites sont dites orthogonales si leurs vecteurs directeurs sont orthogonaux. Deux droites sont dites perpendiculaires si elles sont orthogonales et sécantes. 5.5 Perpendiculaire commune à deux droites Proposition 24 Soit D et D deux droites de l espace. Si D et D sont parallèles alors il existe une infinité de droite perpendiculaire à D et D. Si D et D ne sont pas parallèles alors il existe une unique droite perpendiculaire à D et D. Démonstration. Etudions tous les cas possibles selon la position relative de D et D. Si D et D sont parallèles ( confondues ou non confondues) alors elles appartiennent à un même plan P. Toutes les droites perpendiculaires à D incluses dans P conviennent. Si D et D sont sécantes en A, alors elles déterminent un unique plan P qui les contient. La droite orthogonale à P qui passe par A est alors perpendiculaire à D et D et c est la seule. Supposons que D et D ne sont pas coplanaires. Existence et méthode de construction de la perpendiculaire : Les vecteurs directeurs u et u de D et D ne sont pas colinéaires donc le vecteur n = u u n est pas nul et est orthogonal à D et D (ce sera le vecteur directeur de ). Soit P le plan contenant la droite D et le vecteur n et P le plan contenant la droite D et le vecteur n. Les deux plans P et P se coupent le long d une droite qui admet pour vecteur directeur n et qui est donc perpendiculaire à D et D. Proposition 25 Soit D et D deux droites de l espace et une perpendiculaire commune à D et D. On note respectivement H et H l intersection entre et D et D. La distance entre D et D définie comme la plus petite distance entre un point de D et un point de D vaut HH. Soit B une base orthonormale. Si A et u appartiennent à D et A et u à D alors d(d, D detb ( u, u, AA ) ) = u. u { x y z = 1 Test 4. Soit D la droite admettant pour système d équations cartésiennes 2x +z = 2. Déterminer une représentation paramétrique de cette droite. Donner un point appartenant à cette droite et un vecteur directeur. 6 Sphères 6.1 équation cartésienne d une sphère L espace est rapporté à un repère orthonormal (O; i, j, k ). Définition 26 Soit Ω un point de l espace et R 0. La sphère de centre Ω et de rayon R est l ensemble des points de l espace tels que ΩM = R. Technique. Soit M(x, y, z) un point quelconque de l espace. On a M appartient à la sphère S de centre Ω(a, b, c) et de rayon R si, et seulement si ΩM 2 = R 2. On a ΩM(x a, y b, z c) donc (x a) 2 + (y b) 2 + (z c) 2 = R 2 11

12 On développe et on obtient l équation de la sphère. Inversement, à partir d une équation x 2 + y 2 + z 2 ax by cz + d = 0, il faut factoriser avec les carrés pour savoir si c est une sphère (même méthode que le cercle dans le plan). Proposition 27 La sphère S admet une équation cartésienne de la forme x 2 + y 2 + z 2 ax by cz + d = 0. Réciproquement, l ensemble des points M(x, y, z) de l espace tels que x 2 +y 2 +z 2 ax by cz +d = 0 est soit l ensemble vide, soit une sphère. 6.2 Intersection d une sphère et d une droite Proposition 28 Soit S une sphère de centre Ω et de rayon R et D une droite. On note H le projeté orthogonal de Ω sur D de sorte que ΩH = d(ω, D). Si d(ω, D) > R alors S D = ; si d(ω, D) = R alors S D = {H} ; on dit que D est tangente à S et les droites (ΩH) et D sont alors perpendiculaires ; si d(ω, D) < R alors S D = {A, B} où A et B sont les deux points de D tels que HA = HB = R 2 d(ω, D) 2 ; on dit que S et D sont sécants. 6.3 Intersection d une sphère et d un plan Proposition 29 Soit S une sphère de centre Ω et de rayon R et P un plan. On note H le projeté orthogonal de Ω sur P de sorte que ΩH = d(ω, P). Si d(ω, P) > R alors S P = ; si d(ω, P) = R alors S P = {H} ; on dit que P est tangent à S et la droite (ΩH) est orthogonale au plan P ; si d(ω, P) < R alors S P est le cercle du plan P de centre H et de rayon R 2 d(ω, P) 2 ; on dit alors que S et P sont sécants. Devoir Maison n 2 L espace est muni d un repère orthonormal direct (O, i, j, k). Soient S l ensemble des points M(x, y, z) tels que x 2 + y 2 + z 2 2x 2y 2z + 1 = 0 et P 1 le plan d équation y + z = Montrer que S est une sphère dont on précisera le centre et le rayon. 2. Montrer que P 1 est tangent à S, puis donner les coordonnées du point de tangence de S et P 1 3. Vérifier que le plan P 2 d équation y + z = 0 est parallèle à P 1 et tangent à S. 12

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS N o Lieu et date Q.C.M. Algébrique Géométrie 1 Asie juin 2012 2 Métropole juin

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Séquence 6. Ensemble des nombres complexes. Sommaire. Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse

Séquence 6. Ensemble des nombres complexes. Sommaire. Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse Séquence 6 Ensemble des nombres complexes Sommaire Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse Cette séquence est une brève introduction à un nouvel ensemble de nombres, ensemble

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Quelques contrôle de Première S

Quelques contrôle de Première S Quelques contrôle de Première S Gilles Auriol auriolg@free.fr http ://auriolg.free.fr Voici l énoncé de 7 devoirs de Première S, intégralement corrigés. Malgré tout les devoirs et 5 nécessitent l usage

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016 LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 015-016 Pourquoi ce livret? Afin de mieux préparer cette rentrée, ce livret reprend un ensemble de notions

Plus en détail

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire Séquence 10 Géométrie dans l espace Sommaire 1. Prérequis 2. Calculs vectoriels dans l espace 3. Orthogonalité 4. Produit scalaire dans l espace 5. Droites et plans de l espace 6. Synthèse Dans cette séquence,

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que E3A PC 29 Math A questions de cours. Soit C 2 M 3 (R) Analyse : Si C = S + A, S 2 S 3 (R) et A 2 A 3 (R) alors t C = t S + t A = S A d où S = 2 (C +t C) et A = 2 (C t C). L analyse assure l unicité (sous

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Courbes et surfaces Boris Thibert Les courbes et les surfaces interviennent

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

2 Nombres complexes. et trigonométrie CHAPITRE

2 Nombres complexes. et trigonométrie CHAPITRE CHAPITRE Nombres complexes et trigonométrie A Les nombres complexes 66 B Représentation géométrique Affixe Module Argument 67 1 Image d un complexe Affixe d un point, d un vecteur 67 Module 68 3 Nombres

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Brevet Juin 007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Exercice 1 : 1) A = 500 (10 3 ),4 10 7 8 10 4 = 500 10 6 4 10 1 10 7 8 10 4 500 4 = 8 = 500 3 8 8 = 500 3 100 10 4 = 1500 10 0 + 4 = 1500 10 4 = 1,5 10 3 10 4

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2 ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Rappel : Présenter les parties de l'épreuve sur feuilles

Plus en détail

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11 Correction : EXERCICE : Calculer en indiquant les étapes: (-6 +9) ( ) ( ) B = -4 (-) (-8) B = - 8 (+ 6) B = - 8 6 B = - 44 EXERCICE : La visite médicale Calcul de la part des élèves rencontrés lundi et

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : affixe d un point, représentation d un point-image dans le plan complexe, argument

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Première S Valère BONNET valere.bonnet@gmail.com 0 juin 009 Lycée PONTUS DE TYARD 3 rue des Gaillardons 700 CHALON SUR SAÔNE Tél. : 33 03 85 46 85 40 Fax : 33 03 85 46 85 59 FRANCE

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Brevet Amérique du sud novembre 2011

Brevet Amérique du sud novembre 2011 ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 POINTS) Exercice 1 Cet exercice est un exercice à choix multiples (QCM). Pour chaque question, une seule réponse est exacte. Une réponse correcte rapportera 1 point. L absence

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

SÉQUENCE 7 FONCTIONS LINÉAIRES ET AFFINES. f(0)= 5 0 + 4= 0 + 4 = 4.

SÉQUENCE 7 FONCTIONS LINÉAIRES ET AFFINES. f(0)= 5 0 + 4= 0 + 4 = 4. 196 Séquence 7 SÉQUENCE 7 FONCTIONS LINÉAIRES ET AFFINES Ce que tu devais faire Les commentaires du professeur Séance 1 JE RÉVISE LES ACQUIS DE LA 4 e 5 4 0 9 L image de 0 par la fonction f est le nombre

Plus en détail

Affichage rapide de scènes 3D

Affichage rapide de scènes 3D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - Partie D TITRE : Affichage rapide de scènes 3D Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Entretien avec les examinateurs

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire Séquence Repérage dans le plan Équations de droites Sommaire 1 Prérequis Repérage dans le plan 3 Équations de droites 4 Synthèse de la séquence 5 Exercices d approfondissement Séquence MA0 1 1 Prérequis

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie 133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie Pierre Lissy March 8, 2010 On considère un espace vectoriel euclidien de dimension nie n, le produit scalaire sera noté

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques MPSI. Erwan Biland

Problèmes de Mathématiques MPSI. Erwan Biland Problèmes de Mathématiques MPSI Erwan Biland Lycée Stanislas, classe de MPSI 1, 2009/2010 Ce recueil réunit une partie des problèmes posés aux élèves de PCSI 1 puis MPSI 1, en temps libre ou en temps limité,

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail