M = b d. a b ou M =. b a

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M = b d. a b ou M =. b a"

Transcription

1 Ce texte est extrait du cours optionnel de géométrie de l année universitaire 1999/2000. B.Ingrao Étude du groupe orthogonal dans le cas du plan. Dans ce qui suit, l espace est de dimension 2 ; en conséquence on peut énoncer : Proposition 1. Les automorphismes orthogonaux du plan euclidien sont de deux types : i) Les automorphismes orthogonaux indirects sont les réflexions par rapport à une droite vectorielle. ii) Les automorphismes directs sont les composés de deux réflexions par rapport à deux droites vectorielles. C est une conséquence immédiate du théorème de décomposition des automorphismes orthogonaux en produit de réflexions énoncé précédemment. Définition 1. Les automorphisme orthogonaux directs s appellent les rotations du plan, le groupe spécial orthogonal s appelle le groupe des rotations planes. Si nous nous donnons une base orthonormée B = { e 1, e 2 } du plan vectoriel et un endomorphisme orthogonal u, puisque u transforme la base B en une base orthonormée, sa matrice est nécessairement de la forme : Œ a c M = b d où les réels a, b, c, d vérifient les relations : (1) (2) (3) on déduit de (2) la relation : a 2 + b 2 = 1 ac + bd = 0 c 2 + d 2 = 1 (4) λ R c = λ b et d = λ a des trois relations (3), (4) et (1), on déduit : 1 = λ 2 (a 2 + b 2 ) = λ 2 ce qui implique que la matrice de u dans la base B est nécessairement : Œ Œ a b a b M = ou M =. b a b a Réciproquement, les vecteurs colonnes de ces deux matrices constituent un système orthonormé de deux vecteurs de l espace euclidien canonique R 2 par conséquent, l endomorphisme u de E défini, selon le cas, par : u( e 1 ) = a e 1 + b e 2 et u( e 2 ) = b e 1 + a e 2 ou par : u( e 1 ) = a e 1 + b e 2 et u( e 2 ) = b e 1 a e 2 1

2 avec a 2 + b 2 = 1 transforme une base orthonormée B de E en une base orthonormée et c est un automorphisme orthogonal du plan. Dans le premier cas, l automorphisme u est une rotation et dans le second c est une réflexion. Définition 2. Une matrice carrée d ordre n dont les vecteurs colonnes constituent un système de vecteurs orthonormé de R n s appelle une matrice orthogonale. Lemme 1. Soit une rotation ρ et une réflexion σ du plan ; alors : (5) σ ρ σ = ρ 1. En effet, l automorphisme orthogonal σ ρ est le produit de trois réflexions, c est donc un automorphisme orthogonal indirect, donc une réflexion et on obtient : σ ρ = (σ ρ) 1 = ρ 1 σ en composant alors les deux membres extrêmes par σ, on obtient la formule (5). Théorème 1. Étant donnée une rotation ρ du plan vectoriel euclidien et sa matrice M(ρ) par rapport à une base orthonormée orientée : Œ a b M(ρ) =. b a Dans cette expression, le scalaire a est indépendant de la base orthonormée et le scalaire b ne dépend que de l orientation de cette base. La première partie est élémentaire : le nombre a est la moitié de la trace de l endomorphisme orthogonal ρ or la trace d un endomorphisme est indépendante de la base. De l égalité a 2 + b 2 = 1, nous déduisons alors que le scalaire b est défini au signe près. La matrice de passage d une base (orientée) orthonormée à une base orthonormée de sens contraire est une matrice orthogonale P de déterminant 1 et, d après le lemme précédent : P 1 M(ρ) P = M(ρ) Š 1 = t M(ρ). Considérons donc un changement de bases de même orientation ; on peut le décomposer en deux changements de bases d orientations opposées et la matrice obtenue est donc égale à la première puisque c est sa double transposée. Conséquence 1. Le groupe O(E) + est commutatif. C est immédiat puisque si l on prend deux matrices orthogonales directes M et P, en interprétant leur produit comme un changement de base orthonormées de même orientation, on obtient P M P 1 = M. Conséquence 2. Le plan vectoriel euclidien étant orienté, le groupe O(E) + est canoniquement isomorphe au groupe multiplicatif U des nombres complexes de module 1. Conséquence 3. Il existe deux isomorphismes de groupe entre O(E) + et U. 2

3 Plus précisément, il résulte du théorème 1 qu une orientation du plan étant choisie, les rotations sont en bijection avec les couples (a, b) de nombres réels vérifiant a 2 + b 2 = 1 ; on définit donc une bijection entre U et O(E) + par : Ξ : U O(E) + R(z) I(z) z I(z) R(z) D autre part, en posant z = a + i.b et z = a + i.b, on peut écrire : Œ Œ a b a Ξ(z).Ξ(z b ) = b a b a = Œ Œ aa bb (ab + a b) (ab + a b) aa bb = Ξ(z.z ) ce qui montre que Ξ est un isomorphisme de groupes. Théorème 2. Ayant choisi une orientation du plan euclidien, le groupe O(E) + est isomorphe au groupe quotient du groupe additif (R, +) par le sous-groupe (2πZ, +). Le groupe des nombres complexes de module 1 est l image par le morphisme de groupes qui à tout réel t associe le complexe de module 1 e it. Une conséquence de ce théorème : Proposition 2. Le plan euclidien étant orienté, on peut à chaque rotation ρ associer un nombre réel α(ρ) défini à un multiple entier de 2 π près et vérifiant : (6) (ρ, ρ ) O(E) +Š 2 Il suffit pour cela de choisir α(ρ) = Arg Ξ 1 (ρ) Š. α(ρ ρ ) α(ρ) + α(ρ ) (mod 2π) Définition 3. On appelle mesure de l angle de la rotation ρ l un quelconque des arguments du nombre complexe Ξ 1 (ρ). Cette définition qui fait incidemment référence à «l angle d une rotation» sera justifiée au chapitre sur les angles quand on établira une bijection entre les rotations et les angles orientés de vecteurs unitaires du plan. En particulier, on a la proposition suivante : Proposition 3. Si α est une mesure de l angle de la rotation ρ, le nombre α est une mesure de celui de la rotation ρ 1. Ceci résulte de la formule (6). En application de l isomorphisme entre le groupe O + (E) et le groupe U on peut énoncer : Théorème 3. Pour tout entier n, le groupe O + (E) a un unique sous-groupe d ordre n. Celui-ci est cyclique n et il est constitué des rotations dont l une des mesures de l angle 2k π appartient à o k [n] 1. n En effet, puisque O + (E) est isomorphe à U, il suffit de vérifier ceci pour C et dans ce cas c est un résultat connu dont nous rappelons la démonstration : Si z appartient à un sous-groupe d ordre n de C, il vérifie z n = 1 et c est une racine n e de l unité. Réciproquement, on sait que ces racines sont au nombre de n et qu elles constituent un sous-groupe multiplicatif de C. 1. Rappelons que le symbole [n] désigne l ensemble 0..n 1 des n premiers entiers. 3

4 Angle orienté d un couple de vecteurs unitaires Tout ce qui suit est valable uniquement dans le plan ; le théorème qui suit prépare la définition ultérieure. Théorème 4. Soient deux vecteurs unitaires u 1 et u 2, il existe une unique rotation ρ telle que ρ( u 1 ) = u 2. Montrons d abord l unicité. Soit v 1 un vecteur unitaire orthogonal à u 1 et soit v 2 l unique vecteur unitaire orthogonal à u 2 tel que les bases orientées ( u 1, v 1 ) et ( u 2, v 2 ) soient de même sens. S il existe une rotation ρ qui transforme u 1 en u 2 par conservation de l orientation, elle transforme la base orientée ( u 1, v 1 ) en ( u 2, v 2 ). La rotation ρ, si elle existe est donc unique puisque toute rotation transformant le vecteur u 1 en u 2 coïncide avec ρ sur une base. Réciproquement, l automorphisme ρ défini par ρ( u 1 ) = u 2 et ρ( v 1 ) = v 2 transforme une base orthonormée orientée en une base orthonormée orientée de même sens, c est donc une rotation du plan qui vérifie la condition ρ( u 1 ) = u 2. Il résulte du théorème 4 qu il existe une application Ψ de S S, carré cartésien de l ensemble des vecteurs unitaires du plan euclidien E, dans O + (E) qui, à tout couple de vecteurs unitaires associe l unique rotation qui transforme le premier élément du couple en le second. Proposition 4. La relation définie sur S 2 par : ( u, v) ( u, v ) == ρ O + (E) ρ( u) = v et ρ( u ) = v Š est une équivalence. C est l équivalence de relèvement de l application Ψ. Définition 4. On appelle angle orienté d un couple ( u, v) de vecteurs unitaires du plan sa classe d équivalence modulo la relation. Conséquence 4. Il y a bijection entre les angles orientés de vecteurs unitaires et les rotations du plan. En effet, l ensemble des angles orientés est l ensemble quotient S 2 / et le théorème de factorisation des applications permet de conclure. Théorème 5. Pour que l angle orienté des couples ( u, v) et ( u, v ) soient les mêmes, il faut, et il suffit, que la rotation qui transforme u en u transforme également v en v. Posons : On peut alors écrire : ρ = Ψ( u, v), ρ = Ψ( u, v ), θ = Ψ( u, u ) et θ = Ψ( v, v ). v = θ ( v) = (θ ρ)( u) = (θ ρ θ 1 )( u ) d où l on tire θ ρ θ 1 = ρ soit, ce qui est équivalent : θ ρ = ρ θ 4

5 et comme le groupe O + (E) est commutatif, on a ρ θ = ρ θ finalement, comme dans un groupe tout élément est régulier on obtient : ce qui démontre le théorème. On en déduit : θ = θ == ρ = ρ Théorème 6. Les angles orientés de vecteurs unitaires sont les classes d intransitivité de l opération naturelle du groupe O + (E) sur l ensemble S 2. Mesure d un angle orienté de vecteurs unitaires Dans ce qui suit, on suppose que le plan est orienté. On a vu qu il existe une bijection entre les rotations et les angles orientés de couples de vecteurs unitaires. Ayant choisi une orientation, on sait associer à toute rotation les mesures de l angle de cette rotation. D où la définition : Définition 5. Ayant choisi une orientation du plan, on appelle mesure de l angle orienté du couple de vecteurs unitaires ( u, v) toute mesure de l angle de la rotation Ψ( u, v). Il résulte de ceci que les diverses mesures d un angle orienté diffèrent l une de l autre d un multiple entier de 2 π ; c est le fameux «défini modulo 2 π». Définition 6. i) On appelle détermination principale de la mesure de l angle orienté du couple de vecteurs ( u, v) l unique valeur de la mesure appartenant à l intervalle ] π, π]. Un angle est direct si, et seulement si, la détermination principale de sa mesure est positive ; sinon il est indirect. ii) On appelle détermination positive de la mesure de l angle orienté du couple de vecteurs ( u, v) l unique valeur de la mesure appartenant à l intervalle [0, 2π[. Bien entendu, la notion d angle direct et indirect est relative à une orientation du plan puisqu elle fait intervenir les mesures. Par contre il n est pas nécessaire d orienter le plan pour savoir si deux angles orientés sont ou non de même sens. La détermination positive sert notamment à Proposition 5. Si α est une mesure de l angle orienté du couple de vecteurs ( u, v), le nombre α est une mesure de l angle orienté opposé ( v, u). En effet, l angle opposé de ( u, v) est l angle ( v, u) (qui est éventuellement confondu avec le précédent) et la rotation qui transforme v en u est la rotation réciproque de celle qui transforme u en v ; leurs angles sont donc de mesures opposées. Théorème 7 (Relation de Chasles). Soient trois vecteurs unitaires u 1, u 2, u 3, en désignant par α i,j une mesure de l angle orienté ( u 1, u j ) on a : α 1,3 α 1,2 + α 2,3 (mod 2 π). 5

6 La rotation qui transforme u 1 en u 3 est la composée des rotations Ψ( u 1, u 2 ) par Ψ( u 2, u3). Proposition 6 (règle de permutation des moyens). Soit une famille de quatre vecteurs unitaires ( u i ) i [4], alors : (7) ( u 0, u 1 ) = ( u 2, u 3 ) == ( u 0, u 2 ) = ( u 1, u 3 ) En effet, d après le théorème 5 on a : Ψ( u 0, u 1 ) = Ψ( u 2, u 3 ) == Ψ( u 0, u 2 ) = Ψ( u 1, u 3 ). On a évidemment une règle associée de permutation des extrêmes. Angle géométrique d un couple de vecteurs unitaires d un espace vectoriel euclidien de dimension n 2 On désigne par S n l ensemble des vecteurs unitaires de l espace. Proposition 7. Soient ( u, v) et ( u, v ) deux couples de vecteurs unitaires. La relation binaire définie par : est une relation d équivalence. ( u, v) ( u, v ) == u v = u v C est l équivalence de relèvement de la restriction à S 2 n du produit scalaire. Définition 7. On appelle angle géométrique du couple ( u, v) la classe d équivalence modulo de ce couple. Remarque 1. Il est clair que les couples ( u, v) et ( v, u) ont le même angle géométrique puisque le produit scalaire est symétrique. Théorème 8. Les couples ( u, v) et ( u, v ) ont le même angle géométrique si, et seulement si, il existe un automorphisme orthogonal ϕ de l espace qui vérifie ϕ( u) = u et ϕ( v) = v. La condition est trivialement suffisante puisqu un automorphisme orthogonal conserve le produit scalaire. Réciproquement, supposons d abord que les vecteurs u et v soient colinéaires, dans ce cas, soit leur produit scalaire vaut 1 et ils sont confondus, soit leur produit scalaire vaut 1 et ils sont opposés et puisque les angles géométriques des deux couples de vecteurs sont égaux, on a v = ± u. Il existe une base orthonormée B qui contient le vecteur u et il existe une base orthonormée B qui contient le vecteur u, on peut donc définir un automorphisme ϕ qui transforme B en B tout en transformant u en u puisque les deux bases sont orthonormées, cet automorphisme est un automorphisme orthogonal ; puisque c est une application linéaire et qu il transforme le vecteur u en le vecteur u, on a ϕ( v) = v. Nous pouvons à présent supposer que les vecteurs u et v définissent un plan Π et de même pour le vecteurs u et v ; on complète ces deux systèmes libres par le théorème de la base incomplète et l on peut appliquer le procédé 6

7 d orthogonalisation de Schmidt aux deux bases orientées dont les deux premiers vecteurs sont respectivement ( u, v) et ( u, v ) ; on peut, en plus, choisir les vecteurs e 2 et e 2 de façon à avoir : v e 2 = È 1 ( v u) 2 = È 1 ( v u ) 2 = v e 2 Dans ces conditions, en désignant par ϕ l automorphisme orthogonal qui transforme la première base en la seconde, on a : ϕ( v) = ϕ ( e 1 v) e 1 + ( e 2 v) e 2 Š = ( u v) e 1 + È 1 ( u v) 2 e 2 = ( u v ) e 1 + ( e 2 v ) e 2 = v. On vient donc de montrer : Théorème 9. Les angles géométriques des couples de vecteurs unitaires sont les classes d intransitivité pour l opération canonique de O(E) sur l ensemble S 2 n. Autrement dit, pour avoir ( u 1, v 1 ) = ( u 2, v 2 ) il faut et il suffit qu il existe un automorphisme orthogonal ρ de E vérifiant ρ( u 1 ) = u 2 et ρ( v 1 ) = v 2. Définition 8. On appelle angle plat l angle des vecteurs ( u, u) et angle nul l angle du vecteur u avec lui-même. Il est immédiat que ( u, u) et ( v, v) ont le même angle géométrique. De même pour l angle nul. Mesure des angles géométriques Rappelons que la fonction ϑ de R dans U définie par : t R ϑ(t) = X k N (it) k k! = e it est C sur R, périodique et sa période (générateur positif du groupe des périodes) est appelée 2 π. On appelle également cosinus la fonction partie réelle de la précédente et sinus la fonction partie imaginaire. Ces deux dernières fonctions sont également développables en série entière et leurs développement sont : x2k X cos x = ( 1) k k N (2k)! et X sin x = ( 1) k x 2k+1 k N (2 k + 1)!. On sait également que ces deux fonctions sont localement inversibles et que leurs réciproques définies au voisinage de 0 sont : On peut énoncer : Arc cos : [ 1, 1] [0, π] et Arc sin : [ 1, 1] π 2, π. 2 Théorème 10. Étant donné un nombre a de valeur absolue inférieure ou égale à 1, il existe un unique nombre α dans l intervalle [0, π] tel que cos α = a. 7

8 En effet, étant donné un nombre réel a pris dans [ 1, 1], considérons le nombre complexe j(a) = a + i. 1 a 2, la détermination principale Argj(a) de l argument de j(a) est l unique réel de [0, π] qui vérifie cos Argj(a) = a. Définition 9. On appelle détermination principale de la mesure de l angle géométrique des vecteurs unitaires u et v l unique réel appartenant à l intervalle [0, π] et tel que cos α = u v. Proposition 8. Si u et v sont deux vecteurs unitaires α = Arc cos( u v). C est immédiat modulo les rappels. Théorème 11. Si la dimension de l espace est strictement supérieure à 2, les notions d angle géométrique et d angle orienté coïncident. Il est clair que l angle orienté d un couple ( u, v) de vecteur unitaire est contenu dans son angle géométrique puisque le premier est la classe d intransitivité du couple pour l action du groupe O + (E) qui est un sous-groupe de O(E). Cependant, d une part si les deux vecteurs ne sont pas colinéaire et si la dimension de E est strictement supérieure à 2, une base orthonormée du plan définie par ( u, v) n est qu une partie libre de E que l on peut compléter en une base directe orthonormée, donc si deux couples de vecteurs ont le même angle géométrique, on peut construire un automorphisme orthogonal direct qui transforme chaque terme du premier couple en son correspondant de l autre couple. Ceci entraîne, par exemple, que dans l espace habituel de dimension 3, on ne peut pas comparer l orientation de deux plans vectoriels distincts. Théorème 12. En dimension 2, tout angle géométrique autre que l angle nul et l angle plat est la réunion de deux angles orientés opposés. Si ( u, v) et ( u, v ) appartiennent à l angle géométrique α, alors, désignons par u 0 un vecteur unitaire orthogonal à u et par u 0 le vecteur orthogonal à u et tel que la base orientée ( u, u 0) soit de même sens que ( u, u 0 ). Dans ces conditions, on peut écrire : v = ( u v) u + ( u 0 v) u 0 et v = ( u v ) u + ( u 0 v ) u 0 comme les deux couples ont le même angle géométrique, ( u v) = ( u v ) et ( u 0 v ) = ( u 0 v). Les rotations Ψ( u, v) et Ψ( u, v ) ont pour matrices respectives dans les deux bases : Œ Œ ( u v) ( u0 v) ( u v et ) ( u 0 v ) ( u 0 v) ( u v) ( u 0 v ) ( u v ) on a Ψ( u, v ) = Ψ( u, v) ou Ψ( u, v ) = Ψ( u, v) Š 1. Donc, si les vecteurs u et v ne sont pas colinéaires, les deux couples ont le même angle orienté ou des angles orientés opposés. Et s ils sont colinéaires, ils ont le même angle orienté. Réciproquement, il est immédiat que si deux couples de vecteurs unitaires ont le même angle orienté ou des angles opposés, ils ont le même angle géométrique. 8

Isométries affines et vectorielles

Isométries affines et vectorielles Chapitre 3 Isométries affines et vectorielles Objectifs de ce chapitre 1. Rappels sur les isométries vectorielles.. Groupe orthogonal en dimension et 3. Détermination d une isométrie vectorielle en dimension

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

1 Notion d isométrie vectorielle

1 Notion d isométrie vectorielle Université Blaise Pascal, version révisée novembre 2009 U.F.R. Sciences et Technologies, Département de Mathématiques et Informatique Préparation au CAPES de Mathématiques Année 2008-2009 Isométries du

Plus en détail

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages.

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages. Notations Dans ce problème, E est un espace euclidien de dimension n 1. On note (x y) le produit scalaire de deux vecteurs quelconques x, y de E. On note [x] ε la matrice-colonne des coordonnées d un vecteur

Plus en détail

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle.

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle. Géométrie affine 0. Objet du cours. L objet de ce cours est de présenter les principales idées et les résultats importants de la géométrie élémentaire dans le cadre réel affine et dans le cadre réel euclidien,

Plus en détail

Opérations élémentaires et déterminants

Opérations élémentaires et déterminants 10 Opérations élémentaires et déterminants On note toujours K le corps de réels ou des complexes On se donne un entier n 1 et M n (K désigne l espace vectoriel des matrices carrées d ordre n à coefficients

Plus en détail

Matrices Orthogonales et Isométries vectorielles

Matrices Orthogonales et Isométries vectorielles Matrices Orthogonales et Isométries vectorielles MPSI - Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 4 mai 016 Dans ce chapitre, on considère un espace euclidien (E,, ) de dimension n 1 Les isométries vectorielles

Plus en détail

Argument d un nombre complexe

Argument d un nombre complexe Argument d un nombre complexe Dans ce chapître, nous allons introduire les éléments indispensables à la résolution de notre grand problème : montrer la clôture algébrique de C, c està-dire le fait que

Plus en détail

À propos des transvections

À propos des transvections À propos des transvections Antoine Ducros Préparation à l agrégation de mathématiques 1 Les transvections : aspect matriciel On fixe pour toute la suite du texte un corps commutatif k. (1.1) Définition.

Plus en détail

() Compléments de géométrie 1 / 33

() Compléments de géométrie 1 / 33 Compléments de géométrie () Compléments de géométrie 1 / 33 1 Compléments de géométrie dans le plan complexe 2 Calcul barycentrique 3 Transformations du plan complexe () Compléments de géométrie 2 / 33

Plus en détail

Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension 3. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications.

Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension 3. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications. Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension 3. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications. Chantal Menini 18 mai 2009 Avant de vous lancer dans cet exposé assurez-vous

Plus en détail

N1MA3W01 Algèbre 2 - Examen final En janvier, 3h - 35 points

N1MA3W01 Algèbre 2 - Examen final En janvier, 3h - 35 points N1MA3W01 Algèbre 2 - Examen final En janvier, 3h - 35 points Exercice 0 (sur 6 points) 1. Calculer les valeurs et vecteurs propres des matrices 1 2 0 0 0 0 A = 2 1 0 et B = 1 0 0. 0 0 3 6000 80008 4 2.

Plus en détail

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR.

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR. Exercices avec corrigé succinct du chapitre 1 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qui apparaissent dans ce texte sont bien définis dans la version

Plus en détail

Diverses factorisation de matrices

Diverses factorisation de matrices 18 Diverses factorisation de matrices On utilise les notations et dénitions du chapitre 13. 18.1 Les théorèmes de réduction des matrices Les théorèmes de réduction des matrices (voir le chapitre 17) nous

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

Commutant d une matrice

Commutant d une matrice Énoncé On désigne par n un entier naturel supérieur ou égal à 2, et par M n (IK) l algèbre sur IK des matrices carrées d ordre n à coefficients dans IK, avec IK = IR ou lc. La matrice identité de M n (IK)

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base MATHÉMATIQUES II Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base canonique (, ij) On notera o = (,) 00 l origine du plan Tout élément ( xy, ) de IP peut s interpréter

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof. A. Abdulle. Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc :

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof. A. Abdulle. Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc : Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof A Abdulle EPFL Série 7 Corrigé Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc : a b c 3 1 0 4 1 2 1 1 2 2 1 1 2 1

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE CHAPITRE 2 NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 1 Rappels de trigonométrie tanα sinα π 2 M(α) π α cosα 0 3π 2 Figure 2.1 Sinus, cosinus, tangente Définition 2.1 La tangente d un nombre réel x, notée tan

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Une équation matricielle PRÉLIMINAIRES PARTIE I

PROBLÈME 1 : Une équation matricielle PRÉLIMINAIRES PARTIE I TD - Chapitres 19 et 0 - ALGÈBRE LINÉAIRE PROBLÈME 1 : Une équation matricielle Extrait sujet «Petites Mines» 010 Le but de ce problème est d étudier différentes matrices qui commutent avec leur transposée,

Plus en détail

LEÇON N 35 : Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension trois. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications.

LEÇON N 35 : Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension trois. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications. LEÇON N 35 : Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension trois. Point de vue géométrique, point de vue analytique. pplications. Pré-requis : Généralités sur les espaces euclidiens affines

Plus en détail

Cours : SIMILITUDES PLANES.

Cours : SIMILITUDES PLANES. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : définir une similitude plane à partir de la conservation des rapports des distances. en déduire la définition du rapport de similitude. faire le lien

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. 2 2 à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S 2 formé des matrices symétriques.

MATHÉMATIQUES II. 2 2 à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S 2 formé des matrices symétriques. MATHÉMATIQUES II Dans tout le problème, M désigne le IR -espace vectoriel des matrices carrées à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S le sous-espace vectoriel de M formé des matrices

Plus en détail

Espaces euclidiens. Endomorphismes symétriques et orthogonaux.

Espaces euclidiens. Endomorphismes symétriques et orthogonaux. Chapitre 5 Espaces euclidiens. Endomorphismes symétriques et orthogonaux. Dans ce chapitre, tous les espaces vectoriels sont des R-espaces vectoriels. 5.1 Produit scalaire et orthogonalité 5.1.1 Définition,

Plus en détail

C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S

C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S 1. Définitions et exemples DEFINITION 13 : FORME QUADRATIQUE Soit b une forme bilinéaire sur E. L application et appelée forme quadratique associée.

Plus en détail

Inversion complexe et cocyclicité

Inversion complexe et cocyclicité Inversion complexe et cocyclicité Jean-Marie Lion Université de Rennes Brève introduction aux nombres complexes L addition et la multiplication dans C sont définies de la façon suivante : si z = x + iy

Plus en détail

1.1 Nombres complexes

1.1 Nombres complexes Université de Provence 011 01 Mathématiques Générales I Parcours PEIP Cours : Nombres complexes 1 Définitions 11 Nombres complexes Définition 1 On appelle nombre complexe tout élément z de la forme z a

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème MATHÉMATIQUES II Rappels, notations et objectifs du problème Dans tout ce problème, n désigne un entier naturel supérieur ou égal à 2 et M n ( IC ) l ensemble des matrices carrées complexes d ordre n De

Plus en détail

Déterminants. Théorème 3 On suppose que F est une somme directe de n sous-espaces vectoriels F i. Alors. i=1

Déterminants. Théorème 3 On suppose que F est une somme directe de n sous-espaces vectoriels F i. Alors. i=1 Déterminants Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif 1 Applications et formes multilinéaires Soient E 1,, E p et F des espaces vectoriels sur K et ϕ une application de E 1 E p dans F Définition

Plus en détail

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations 4 Définitions et notations CHAPITRE 4 Matrices 4 Définitions et notations On désigne par K un des deux ensembles R ou C et par n et p deux entiers strictement positifs 4 Matrices Définition On appelle

Plus en détail

Concours d accès au cycle de préparation à l agrégation de Mathématiques

Concours d accès au cycle de préparation à l agrégation de Mathématiques Concours d accès au cycle de préparation à l agrégation de Mathématiques Session Février 2014 Épreuve d algèbre et de géométrie Durée 4 heures Le sujet comporte 5 pages, en plus de cette page de garde.

Plus en détail

Filière SMA Module de topologie

Filière SMA Module de topologie Université Mohammed V-Rabat Faculté des sciences Département de mathématiques Filière SMA Module de topologie Semestre 5 Hamza BOUJEMAA 1 Introduction Le contenu du module de topologie enseigné en semestre

Plus en détail

cosinus - mathématiques. 1 PRÉSENTATION

cosinus - mathématiques. 1 PRÉSENTATION cosinus - mathématiques. 1 PRÉSENTATION cosinus, fonction trigonométrique, complémentaire de la fonction sinus, introduites toutes deux dans la définition de la mesure d un angle en géométrie euclidienne.

Plus en détail

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points Plans, cercles, droites et sphères Ce chapitre aborde les objets fondamentaux utilisés en géométrie : droites et cercles dans le plan, plans, droites et sphères dans l espace. Les objectifs du chapitre

Plus en détail

Géométrie analytique dans l espace

Géométrie analytique dans l espace Généralités Points coplanaires Quatre points de l espace sont dits coplanaires s ils appartiennent à un même plan (rappel : 3 points d un plan sont dits alignés s ils appartiennent à une même droite) Vecteurs

Plus en détail

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace»

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Chapitre 9 truc Géométrie dans l espace Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Prérequis On suppose ici connue toute la géométrie de collège et de lycée, en particulier les

Plus en détail

PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES

PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES SOMMAIRE 1. Sous-groupe engendré par une partie non vide S 1 1.1. Définition : sous-groupe < S > engendré par une partie non vide S 2 1.2. Définition : partie

Plus en détail

Concours PT 2004 Maths PT I-B

Concours PT 2004 Maths PT I-B Concours PT 4 Maths PT I-B L usage des calculatrices est interdit Partie A ) ( ) ( ) a a Soit A = b b et B = deux éléments de S a a b b ( ) c c C = AB = avec c c c i = a ik b k, évidemment i =,, c i =

Plus en détail

Groupes operant sur un ensemble et geometrie

Groupes operant sur un ensemble et geometrie UGA, Agrégation interne octobre 2016 Groupes operant sur un ensemble et geometrie Exercice 1 On considère un espace vectoriel E de dimension finie. 1. Le groupe GL(E) agit naturellement sur E. Cette action

Plus en détail

Géométrie de l espace

Géométrie de l espace [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Géométrie de l espace Notions communes Exercice [ 087 ] [Correction] À quelle(s) condition(s) simple(s) l intersection de trois plans de l

Plus en détail

LEÇON N 36 : Produit vectoriel, produit mixte.

LEÇON N 36 : Produit vectoriel, produit mixte. LEÇON N 36 :. Pré-requis : Généralités sur les espaces euclidiens affines et vectoriels de dimension inférieure ou égale à trois ; Orientation de l espace (base orthonormée directe, indirecte) : règle

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉTERMINANTS Dans tout ce chapitre, n désigne un entier naturel non nul. 1 Groupe symétrique 1.1 Permutation Définition 1.1 Permutation, groupe symétrique On appelle permutation de 1, n toute bijection

Plus en détail

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U)

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE CONCOURS D ADMISSION 2016 FILIÈRE MPI COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) (Durée : 6 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée. Préambule Ce problème est consacré

Plus en détail

Chapitre 9 - Isométries d'un espace euclidien - Cours. 1. Isométries vectorielles Les symétries orthogonales Les isométries vectorielles

Chapitre 9 - Isométries d'un espace euclidien - Cours. 1. Isométries vectorielles Les symétries orthogonales Les isométries vectorielles Chapitre 9 Isométries d'un espace euclidien Dans tout le chapitre on xe un espace vectoriel euclidien E de dimension n 12 Les symétries orthogonales Dénition 2 (Symétrie orthogonale Soit F un sous-espace

Plus en détail

GROUPES, ANNEAUX, CORPS

GROUPES, ANNEAUX, CORPS GROUPES, ANNEAUX, CORPS 1 Notion de loi 1.1 Loi interne Définition 1.1 Loi interne Soit E un ensemble. On appelle loi interne sur E toute application de E E dans E. Notation 1.1 Si est une loi interne

Plus en détail

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications 7 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Le théorème de division euclidienne et les sous-groupes de (Z, +) sont supposés connus. Pour tout entier relatif n, on note : nz = {n q q Z} l ensemble

Plus en détail

Matrices. 6 On appelle matrice triangulaire inférieure toute matrice carrée d ordre n telle que, si

Matrices. 6 On appelle matrice triangulaire inférieure toute matrice carrée d ordre n telle que, si Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Matrices On note K un corps commutatif. n et p représentent deux entiers naturels non nuls. 1. Notion de matrice 1.1. Définitions Définition 1 On appelle matrice d

Plus en détail

Nombres complexes et application à la géométrie

Nombres complexes et application à la géométrie Nombres complexes et application à la géométrie I) Représentation graphique d un nombre complexe Le plan est muni d un repère orthonormé (O,u,v). 1) Affixe d un point a) Définition Si M est le point de

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes Les nombres complexes 8 novembre 009 Table des matières Définitions Forme algébrique Représentation graphique Opérations sur les nombres complexes Addition et multiplication Inverse d un nombre complexe

Plus en détail

Corrigé de E3A 2015 PC math 2. Partie I A. sin(x + π) cos(x + π) = sin(x)

Corrigé de E3A 2015 PC math 2. Partie I A. sin(x + π) cos(x + π) = sin(x) Corrigé de E3A 5 PC math Partie I A.. La fonction tan a pour période π puisque tan(x + π) sin(x + π) cos(x + π) sin(x) cos(x) tan(x).. La fonction tan est strictement croissante et impaire sur π, π [ et

Plus en détail

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1 Eercices corrigés Algèbre linéaire Enoncés Eercice On rappelle que (E, +, est un K-espace vectoriel si (I (E, + est un groupe commutatif ; (II-, y E, α K, α ( + y = α + α y ; (II- E, α, β K, (α + β = α

Plus en détail

Université Paris-Nord Année Corrigé de l examen partiel d Analyse Numérique du mardi 10 novembre 2009

Université Paris-Nord Année Corrigé de l examen partiel d Analyse Numérique du mardi 10 novembre 2009 Université Paris-Nord nnée 29-2 Institut Galilée Licence de Mathématiques - L3 Département de Mathématiques C. Basdevant - F. Cuvelier Corrigé de l examen partiel d nalyse Numérique du mardi novembre 29

Plus en détail

Déterminant d une matrice

Déterminant d une matrice Déterminant d une matrice ) Morphisme fondamental Prop : Pour toutes matrices A et B 2 M n (K), det(ab) = (det A)(det B) : Prop : A est inversible ssi det A 6= : Ainsi, l application A 7! det A est un

Plus en détail

Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions

Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions 3 Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions 3. Espaces préhilbertiens On rappelle qu une forme bilinéaire sur un

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Métropole La Réunion 16 septembre 2011

Corrigé du baccalauréat S Métropole La Réunion 16 septembre 2011 Corrigé du baccalauréat S Métropole La Réunion 16 septembre 11 EXERCICE 1 Partie A 1 La loi suivie par la variable aléatoire X prenant pour valeur le nombre de moteurs tombant en panne est une loi binomiale

Plus en détail

Corrigé Feuille 4. et sa matrice dans la base canonique, qui est orthonormée pour le produit scalaire canonique, est. P (x)q(x)dx,

Corrigé Feuille 4. et sa matrice dans la base canonique, qui est orthonormée pour le produit scalaire canonique, est. P (x)q(x)dx, Université Paris Panthéon-Sorbonne L MASS 0/03 Algèbre Corrigé Feuille 4 Exercice. a On remarque que dim F car F R 3 en effet,,, F. D autre part, soient e = 3,,, e =, 0,. On vérifie que {e, e } est une

Plus en détail

Chapitre 9 Les nombres complexes

Chapitre 9 Les nombres complexes Chapitre 9 Les nombres complexes Vocabulaire-représentation Définition des nombres complexes Définition Nombres complexes, partie réelle, partie imaginaire) On introduit i, un nombre qui vérifie i = On

Plus en détail

École polytechnique - Écoles normales supérieures. Concours d admission filière MP. Corrigé de l épreuve de mathématiques A

École polytechnique - Écoles normales supérieures. Concours d admission filière MP. Corrigé de l épreuve de mathématiques A École polytechnique - Écoles normales supérieures Concours d admission 2016 - filière MP Corrigé de l épreuve de mathématiques A corrigé de l énoncé modifié par Abdellah Bechata, après correction des erreurs

Plus en détail

V. TRANSFORMATIONS AFFINES ET ISOMÉTRIES

V. TRANSFORMATIONS AFFINES ET ISOMÉTRIES V. TRANSFORMATIONS AFFINES ET ISOMÉTRIES En géométrie du plan cartésien réel R 2, on a étudié des transformations. Notamment les translations, les rotations, les symétries axiales et les homothéties. Ce

Plus en détail

Matrices et applications linéaires

Matrices et applications linéaires Matrices et applications linéaires Vidéo partie Rang d'une famille de vecteurs Vidéo partie Applications linéaires en dimension finie Vidéo partie Matrice d'une application linéaire Vidéo partie 4 Changement

Plus en détail

ISOMETRIES DANS LE PLAN

ISOMETRIES DANS LE PLAN Année Scolaire Isométrie 2011-2012 Terminale Association des Professeurs de Mathématiques de la Région de Sikasso et Sympathisants ISOMETRIES DANS LE PLAN 7 ème ASSEMBLEE GENERALE Koutiala Du 28 au 30

Plus en détail

S.I.I. Calcul vectoriel Annexe Calcul vectoriel

S.I.I. Calcul vectoriel Annexe Calcul vectoriel Calcul vectoriel Contenu I Vers l espace euclidien... 2 I.1 Notions de groupe... 2 I.2 Espace vectoriel... 2 I.3 Espace affine... 2 II Les Produits de l espace euclidien... 3 II.1 Le produit scalaire...

Plus en détail

Préparation à l'agrégation Interne Ce devoir est constitué de deux problèmes totalement indépendants. PROBLÈME 1

Préparation à l'agrégation Interne Ce devoir est constitué de deux problèmes totalement indépendants. PROBLÈME 1 Préparation à l'agrégation Interne 2005-2006 F. Dupré Ce devoir est constitué de deux problèmes totalement indépendants. PROBLÈME On notera N n l'ensemble des entiers compris entre et n, n désignant un

Plus en détail

Rappel de calcul différentiel

Rappel de calcul différentiel Calcul différentiel et géométrie Année 008-009 ENS Cachan Vincent Beck Différentiabilité. Rappel de calcul différentiel Exercice 1 Exemples et contre-exemples. a) Étudier suivant les valeurs de α > 0,

Plus en détail

Fiche n 2. Transformations affines, barycentres, convexité

Fiche n 2. Transformations affines, barycentres, convexité Université de Rouen Mathématiques Géométrie (L3-S2) Année 2008-2009 Fiche n 2. Transformations affines, barycentres, convexité Exercice 1. (a) Montrer que des points A 0,..., A k sont affinement indépendants

Plus en détail

Nombres complexes. Deux nombres complexes sont égaux si, et seulement si, ils ont même partie réelle et même partie imaginaire :

Nombres complexes. Deux nombres complexes sont égaux si, et seulement si, ils ont même partie réelle et même partie imaginaire : Nombres complexes 1 Ensemble des nombres complexes 1.1 Forme algébrique d un nombre complexe Théorème Admis 1. Il existe un ensemble, noté C, d éléments appelés nombres complexes, tel que : C contient

Plus en détail

MT23-Algèbre linéaire

MT23-Algèbre linéaire MT23-Algèbre linéaire Chapitre 4 : Valeurs propres - Vecteurs propres ÉQUIPE DE MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES UTC juillet 2014 suivant Chapitre 4 Valeurs propres - Vecteurs propres 4.1 Vecteurs propres - Valeurs

Plus en détail

III. Géométrie du plan

III. Géométrie du plan 1 Repérage dans le plan 11 Repérage cartésien Définition 1 On appelle base du plan un couple ( i, avec i et deux vecteurs non colinéaires du plan Tout vecteur u du plan s exprime de manière unique comme

Plus en détail

Corps des complexes. 1 Calculs dans C Le corps C Module, conjugaison Interprétation géométrique... 2

Corps des complexes. 1 Calculs dans C Le corps C Module, conjugaison Interprétation géométrique... 2 Maths PCSI Cours Table des matières Corps des complexes 1 Calculs dans C 1.1 Le corps C............................................... 1. Module, conjugaison......................................... 1.3

Plus en détail

TS - Maths - Révisions Nombres complexes

TS - Maths - Révisions Nombres complexes TS - Maths - Révisions Nombres complexes Exercice 1 LIBAN 01 On considère la suite de nombres complexes z n définie par z 0 = i et pour tout entier naturel n : z n+1 = 1 + iz n. Les parties A et B peuvent

Plus en détail

Chapitre 4: Valeurs propres et vecteurs propres

Chapitre 4: Valeurs propres et vecteurs propres VALEURS PROPRES ET VECTEURS PROPRES 91 Chapitre 4: Valeurs propres et vecteurs propres 4.1 Introduction et définitions Introduction : S il est vrai qu une transformation linéaire v Av peut faire bouger

Plus en détail

Espaces de dimension finie

Espaces de dimension finie [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Espaces de dimension finie Bases en dimension finie Dimension d un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l ensemble des fonctions

Plus en détail

Université de Tours Année Licence L1 de Mathématiques, Informatique et Sciences de la Matière - S1 CHAPITRE 2

Université de Tours Année Licence L1 de Mathématiques, Informatique et Sciences de la Matière - S1 CHAPITRE 2 Université de Tours Année 2015-2016 Licence L1 de Mathématiques, Informatique et Sciences de la Matière - S1 CHAPITRE 2 NOMBRES COMPLEXES ET ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES (12 h) 1 Nombres complexes 1.1 Introduction

Plus en détail

Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach

Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach Alain Prouté Université Denis Diderot-Paris 7 Dernière révision de ce texte : 21 novembre 2012 Ce texte a été écrit pour le niveau Licence 2. Table des

Plus en détail

Si une isométrie fixe trois points non alignés de P, c est l identité de P.

Si une isométrie fixe trois points non alignés de P, c est l identité de P. Isométries du plan Nous allons représenter les isométries du plan par des opérations algébriques. ais un peu de géométrie sera nécessaire au préalable. Nous considérons ici le plan euclidien P, c est-à-dire

Plus en détail

LES NOMBRES COMPLEXES

LES NOMBRES COMPLEXES LES NMBRES CMPLEXES Table des matières Écriture algébrique d un nombre complee Définitions Propriétés 3 Somme, produit et inverse 4 Équation dans C Représentation géométrique d un nombre complee 4 Définitions

Plus en détail

TD-COURS 5 REVISIONS D ALGÈBRE 2 : MATRICES

TD-COURS 5 REVISIONS D ALGÈBRE 2 : MATRICES 22-10- 2011 JFC Mat p 1 TD-COURS 5 REVISIONS D ALGÈBRE 2 : MATRICES 2011-2012 LES NOTIONS Généralités (définition, matrices particulières) Opérations sur les matrices Matrice d une application linéaire

Plus en détail

Angles orientés et coordonnées polaires

Angles orientés et coordonnées polaires 1 Angles orientés et coordonnées polaires Table des matières 1 Angles orientés 1.1 Définition................................. 1. Mesure d un angle orienté........................ 1. Propriétés.................................

Plus en détail

Feuille d exercices numéro 1

Feuille d exercices numéro 1 U2LG35 L3 Algèbre 2014-2015 Feuille d exercices numéro 1 Université Paris-Diderot Exercice 1. (a) Soit G un groupe (que l on ne suppose pas commutatif). Montrer que tout élément x de G est «régulier»,

Plus en détail

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Géométrie BAC MATHS δmaths M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Nombres complexes * +. Si, alors il existe un unique couple tel que. est la forme algébrique du nombre complexe. : la partie réelle de. : la partie

Plus en détail

Espaces de Banach. 1 Normes sur un espace vectoriel. 2 Topologie des espaces vectoriels normés. 2.1 Rappels

Espaces de Banach. 1 Normes sur un espace vectoriel. 2 Topologie des espaces vectoriels normés. 2.1 Rappels 1 Normes sur un espace vectoriel Espaces de Banach Définition 1.1. (Norme) Soit V un R-espace vectoriel (abrégé R-ev dans la suite). Une norme est une application définie sur V à valeurs dans R +, notée

Plus en détail

Cours de Mathématiques Calcul matriciel, systèmes linéaires. I Matrices à coefficients dans K... 3

Cours de Mathématiques Calcul matriciel, systèmes linéaires. I Matrices à coefficients dans K... 3 Table des matières I Matrices à coefficients dans K............................ 3 I.1 Généralités.................................. 3 I.2 Matrices particulières............................. 3 I.3 Matrices

Plus en détail

Comme pour toutes les autres questions, d autres méthodes ou options sont évidemment possibles à condition d être justifiées.

Comme pour toutes les autres questions, d autres méthodes ou options sont évidemment possibles à condition d être justifiées. 0 0 3 3 EXERCICE Soit les matrices A = et B = 2 3 0 0. Calculer le déterminant de A. En déduire le rang de cette matrice. 0 0 0 Dét(A) = dét = dét 0 0 car (propriété P ) le déterminant d une matrice ne

Plus en détail

Exercices sur les groupes

Exercices sur les groupes Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Geoffriau 2006-2007 1. Un nouveau groupe R 2. Groupe diédral 3. Groupe cyclique d ordre 12 4. Générateurs et

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

t p+1 p+1 p+1 = 3 p+1 t p+1 p+1 p+1 = 0 p,1 ( I p ) 3 O(1, p) = O + (1, p) O (1, p)

t p+1 p+1 p+1 = 3 p+1 t p+1 p+1 p+1 = 0 p,1 ( I p ) 3 O(1, p) = O + (1, p) O (1, p) D après le corrigé disponible sur http: // concours-maths-cpge. fr/ Etude du groupe orthogonal généralisé. I.A. est symétrique et donc Un calcul par bloc donne alors On a donc t = 3 t =,p p, I p 3 O, p

Plus en détail

CHAPITRE I. 4. Topologie d une variété différentielle

CHAPITRE I. 4. Topologie d une variété différentielle CHAPITRE I VARIÉTÉS DIFFÉRENTIELLES 1. Variétés différentielles 1. Cartes Soit X un ensemble. On appelle carte de X un triplet c = (U, ϕ, E), où U est une partie de X, E un espace vectoriel réel de dimension

Plus en détail

Méthode. Montrer qu une famille est libre. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Méthode. Montrer qu une famille est libre. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS DE DIMENSION FINIE 1 Familles de vecteurs 1.1 Opérations sur une famille engendrant un sous-espace vectoriel Lemme 1.1 Soient E un K-espace vectoriel, A et B deux parties de E. Alors

Plus en détail

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k Ex 1 Facile Soit un espace préhilbertien réel E et deux vecteurs x,y E. a) Développer l expression y 2.x (x y).y b) Retrouver l inégalité de Cauchy-Schwarz ainsi que le cas d égalité. Ex 2 Cours, à faire

Plus en détail

Chapitre 3: Espaces topologiques

Chapitre 3: Espaces topologiques Chapitre 3: Espaces topologiques I. Définition et exemples. Dans le chapitre précédent, nous avons défini les ouverts puis nous avons également caractérisé les points adhérents, les points intérieurs,

Plus en détail

LES PERMUTATIONS. Soit n 1.

LES PERMUTATIONS. Soit n 1. L2 Math/Info Algèbre Soit n 1. LES PERMUTATIONS Définition 1. L ensemble des permutations de {1,...,n} (les bijections de l ensemble {1,...,n} dans lui-même) muni de la composition des applications est

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Espaces vectoriels de dimension finie 1.1) Famille génératrice (rappel) Exemple 1 On considère par exemple l'espace vectoriel R² et les vecteurs 1,1, 1, et,3. Soit un élément quelconque de R²,,. Peut-on

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL Chapitre 15 : FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Objets du calcul différentiel du premier ordre 2 1.1 Dérivées partielles et gradient..................................

Plus en détail

Notations et préliminaires

Notations et préliminaires Notations et préliminaires Tous les corps figurant dans le problème sont supposés commutatifs. N désigne l ensemble des nombres entiers naturels N désigne l ensemble des nombres entiers naturels non nuls

Plus en détail

Déterminants. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Geoffriau

Déterminants. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Geoffriau Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Déterminants Définition Déterminant d une matrice On définit par récurrence le déterminant, noté det(a),

Plus en détail

Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b

Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b Chapitre 3 Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b 3.1 Introduction Dans ce chapitre, on étudie quelques méthodes directes permettant de résoudre le système Ax = b (3.1) où A M n (R),

Plus en détail

CORRIGE de l épreuve MATH IIB BANQUE PT =

CORRIGE de l épreuve MATH IIB BANQUE PT = LSportisse Lycée Mimard St-Etienne CORRIGE de l épreuve MATH II ANQUE PT 998 lsportis@netsystemenet I ) Le plan P est orthogonal à la droite D = P dirigée par le vecteur unitaire K = Soit p D le projecteur

Plus en détail

a 11 a 1n A = (a ij ) = ... a m1 a mn

a 11 a 1n A = (a ij ) = ... a m1 a mn Chapitre 4 Les matrices 4 Notions de bases Définition Une matrice est un tableau rectangulaire contenant des nombres : a a n A a ij a m a mn Les matrices peuvent représenter toutes sortes d informations

Plus en détail

Etude de l ensemble des matrices

Etude de l ensemble des matrices Autour du produit Exercice 1 - Produits possibles - L1/Math ( Sup - ) On considère les matrices suivantes : A = 1 2 3, B = ( 1 2 ), C = 2 1 3 0 1 2, D = ( 2 5 5 0 ), E = 1 1 3 1 4 0 0 2 5 Quels sont les

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Ph DEPRESLE. 11 janvier Les nombres complexes-forme algébrique d un nombre complexe 2

NOMBRES COMPLEXES. Ph DEPRESLE. 11 janvier Les nombres complexes-forme algébrique d un nombre complexe 2 NOMBRES COMPLEXES Ph DEPRESLE janvier 06 Table des matières Les nombres complexes-forme algébrique d un nombre complexe Opérations dans l ensemble C. Addition dans C...........................................

Plus en détail