Le cancer: Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cancer: Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il?"

Transcription

1 Le cancer: Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il? 18/3/2013 Nom: Vincent Bours

2 Qu est-ce que c est?

3 Les cellules cancéreuses Phénotype - autonomie de croissance - perte de sensibilité aux signaux inhibiteurs de croissance - potentiel de réplication illimité - résistance à l apoptose - angiogenèse - invasion tissulaire et métastatique

4 Génétique du cancer Ces anomalies phénotypiques sont transmises génétiquement de cellules mères à cellules filles Cancer = pathologie clonale

5 Génétique du cancer Depuis longtemps, on sait que les cellules cancéreuses présentent des anomalies chromosomiques

6

7

8 Qu est-ce que c est? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques

9 Génétique du cancer Plus récemment, les gènes impliqués dans le développement des cancers ont été identifiés. 2 catégories: Oncogènes Gènes suppresseurs de tumeurs (Gènes de réparation de l ADN)

10 Oncogènes Certains virus, notamment des rétrovirus, peuvent être responsables de cancers chez l homme ou chez l animal.

11 Oncogènes Identification du premier oncogène 1976 Oncogène Src du virus du sarcome aviaire (sarcome de Rous)

12 Découverte des oncogènes viraux

13 Oncogènes Les oncogènes rétroviraux ne contrôlent pas la réplication virale mais induisent la transformation cancéreuse de la cellule hôte. Tous ces oncogènes ont un homologue cellulaire.

14 Oncogènes Proto-oncogènes cellulaires. Ces gènes peuvent-ils être responsables de cancers? Oui.

15 Oncogènes cellulaires

16 Oncogènes cellulaires

17 Oncogène ras

18 t(8,14)

19 Chromosome de Philadelphie

20

21 Fonction des produits des oncogènes Régulation de la prolifération cellulaire - activation: prolifération incontrôlée et autonome

22 Fonction des produits des oncogènes Inhibition de l apoptose - Bcl-2, Akt, Récepteurs facteurs de croissance et protéines associées

23 Gènes suppresseurs de tumeur

24 Gènes suppresseurs de tumeur Perte de fonction

25 Fonction des gènes suppresseurs Inhibition de la prolifération cellulaire (Rb, p53) Induction de l apoptose (p53) Fonction antagoniste des oncogènes Réparation de l ADN

26

27 p53 Gène le plus fréquemment muté dans les cancers humains: leucémies, cancers du sein, du colon, du poumon,.(au total environ 50% des cancers).

28

29 Qu est-ce que c est? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques 1 gène altéré = 1 cancer??

30 Les cellules cancéreuses Phénotype - autonomie de croissance - perte de sensibilité aux signaux inhibiteurs de croissance - potentiel de réplication illimité - résistance à l apoptose - angiogenèse - invasion tissulaire et métastatique

31 Le cancer colo-rectal APC Hypométhylation de l ADN K-ras DCC p53 Epithélium normal Epithélium hyperprolifératif Adénome précoce Adénome interméd. Adénome avancé Carcinome Métastases Autres altérations génétiques

32

33 Cancer = maladie multigénique La plupart des cancers présentent non pas une mais plusieurs altérations génétiques et épigénétiques impliquant des oncogènes et des gènes suppresseurs de tumeurs. Développement du cancer: étapes génétiques et épigénétiques multiples s étalant sur plusieurs années (cfr modèle du cancer colique).

34

35 Gènes de réparation de l ADN Des gènes codant pour des protéines intervenant dans la réparation de l ADN sont également fréquemment mutés ou nonexprimés) dans les cellules cancéreuses Ces mutations permettent l instabilité génétique caractéristique de nombreuses cellules cancéreuses et ainsi l apparition de nouvelles mutations favorisant leur prolifération, leur survie ou leur invasivité «Gènes suppresseurs»

36 Le cancer colo-rectal Inactivation de MSH2 et MLH1 Epithélium normal Epithélium hyperprolifératif Adénome précoce Adénome interméd. Adénome avancé Carcinome Métastases

37 Qu est-ce que c est? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques de nombreux gènes Combien de gènes? Comment?

38 Parenthèse technologique

39 Historique et grands projets 1953: structure de l ADN 1977: Fred Sanger, séquençage de l ADN Fin 1980s: Human Genome Project

40 First draft in 2001

41 Projet Génome Humain (PGH) 1989 durée de 15 ans 2.7 milliards $ Coordination par HUGO Pilotage par NIH (J. Watson) NHGRI (F.S. Collins) Objectifs: Séquencer les pb du génome humain Identifier tous les gènes (25.000) Amélioration des techniques de séquençage (coûts, efficacité) & des outils d analyse de séquence. Catalogue des polymorphismes (SNPs, )

42 History and projects 1953: DNA structure 1977: Fred Sanger, DNA sequencing Late 1980s: Human Genome Project 2005: NGS (Next-Generation Sequencing)

43 NGS performance Génome entier: Euros Exome: 1500 Euros Un seul cycle de séquençage Difficulté: bio-informatique On séquence des petits morceaux d ADN qui sont alignés par rapport à une référence. Massive Parallel Sequencing.

44 Qu est-ce que c est? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques de nombreux gènes Combien de gènes? Comment?

45 Qu est-ce que c est? - Chaque cancer: milliers de mutations par rapport à l ADN contrôle - Comment s y retrouver? - Mutations conductrices vs mutations passagères - Hétérogénéité dans chaque cancer

46 Qu est-ce que c est? Nouvelle compréhension de l histoire naturelle et de l évolution des cancers

47

48

49

50

51 Qu est-ce que c est? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques de nombreux gènes - Instabilité génétique (réparation ADN, p53, ) - Evolution darwinienne accélérée, adaptation au milieu

52

53 Qu est-ce que c est? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques de nombreux gènes - Instabilité génétique (réparation ADN, p53, ) - Evolution darwinienne accélérée, adaptation au milieu

54 Pourquoi le cancer tue? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques de nombreux gènes - Instabilité génétique (réparation ADN, p53, ) - Evolution darwinienne accélérée, adaptation au milieu

55

56 Pourquoi le cancer?

57 Pourquoi le cancer? - Environnement About 30% of cancer deaths are due to the five leading behavioral and dietary risks: high body mass index, low fruit and vegetable intake, lack of physical activity, tobacco use, alcohol use Site web OMS

58 Pourquoi le cancer? - Environnement Tobacco use is the most important risk factor for cancer causing 22% of global cancer deaths and 71% of global lung cancer deaths. Site web OMS

59 Pourquoi le cancer? - Environnement Tabac UV Alimentation: excès de poids, manque de fruits et légumes, aflatoxine B

60 Pourquoi le cancer? - Environnement Virus: HPV, Hépatite B et C

61 Pourquoi le cancer? - Environnement Virus: HPV, Hépatite B et C Cancer causing viral infections such as HBV/HCV and HPV are responsible for up to 20% of cancer deaths in low- and middle-income countries.. Site web OMS

62 Pourquoi le cancer? - Environnement - Génétique 3% des cancers sont dus à des syndromes de prédisposition à forte pénétrance

63 Pourquoi le cancer? - Environnement - Génétique - Mutations spontanées

64 Pourquoi le cancer? - Mutations spontanées Erreurs de recopiage de l ADN Par gène: 1/10 5 à 10 8 division cellulaire Adulte: cellules Vie: divisions cellulaires

65 Pourquoi le cancer? - Environnement - Génétique - Mutations spontanées

66 Pourquoi le cancer? - Environnement - Génétique - Mutations spontanées - Age

67

68

69 Pourquoi le cancer? - Environnement - Génétique - Mutations spontanées - Age

70 Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il? - Cellules cancéreuses: propriétés - Anomalies génétiques et épigénétiques de nombreux gènes - Instabilité génétique - Evolution darwinienne accélérée - Temps, facteurs environnementaux et génétiques

Le cancer par le gène

Le cancer par le gène Le cancer par le gène Jacqueline Lehmann-Che Laboratoire d oncologie moléculaire Service de Biochimie Hôpital St Louis INSERMU944/CNRS UMR 7212 /Université Paris 7 Plan I/ Qu est ce que le cancer? II/

Plus en détail

La cellule cancéreuse

La cellule cancéreuse D OSSIER L e s cellule s impliquées d a n s la progression tumorale Les carcinomes baso-cellulaires, les carcinomes épidermoïdes cutanés et les mélanomes constituent la majorité des cancers cutanés. Les

Plus en détail

Caractéristiques des cellules normales:

Caractéristiques des cellules normales: PROCESSUS DE CANCERISATION Le cancer regroupe plus d'une centaine de maladies. La quasi totalité des tissus peut-être atteint par cette pathologie. Chaque cancer a ses propres caractéristiques mais les

Plus en détail

L3 / UE Cancérologie

L3 / UE Cancérologie L3 / UE Cancérologie Enseignement transversal des bases de la cancérologie Adresse web du site de l enseignement https://sites.google.com/site/uecancerologiel3/ incluant: le programme lien vers l'ed d'anatomie

Plus en détail

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Enseignement du Module d Anatomie Pathologique 3 ème Année de Médecine 2016/2017 Processus cancéreux Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Plan

Plus en détail

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Transformation cancéreuse d une cellule normale Différents types de cancer Progression

Plus en détail

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir Tursac octobre 2006. Pauline Roumeguère, Bordeaux Forme la plus fréquente des cancers colorectaux familliaux : 2 à 4 % des CCR Maladie génétique, autosomique

Plus en détail

19/07/2011. Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Plan du cours. Objectifs. Dr Neuville

19/07/2011. Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Plan du cours. Objectifs. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Progression du cancer Objectifs 1. Comprendre comment une cellule normale devient

Plus en détail

La cellule cancéreuse

La cellule cancéreuse I- Généralités : La cellule cancéreuse -Le cancer : est caractérisé par une multiplication de cellules anormales cellules cancéreuses qui se divisent par mitose. Est partiellement ou totalement autonome

Plus en détail

Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2014

Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2014 Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2014 Une lettre d intention doit obligatoirement être soumise au plus tard le 2 décembre 2013, par

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANCON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE Définition : ÉPIDÉMIOLOGIE Discipline qui a pour but l étude de la distribution

Plus en détail

ORGANISATION MOLÉCULAIRE DES GÈNES ET RÉPLICATION DE L ADN

ORGANISATION MOLÉCULAIRE DES GÈNES ET RÉPLICATION DE L ADN ORGANISATION MOLÉCULAIRE DES GÈNES ET RÉPLICATION DE L ADN I- Définition moléculaire du gène Génos qui donne naissance Classe II (structure) Classe III Classe I Gène A Gène B Gène C mrna trna rrna Protéines

Plus en détail

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40.

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40. CHAPITRE 5 : Variation génétique et santé (Le patrimoine génétique et le développement d une maladie ; les variations du génome et le développement d une maladie) Introduction : Le phénotype d un individu

Plus en détail

PCEM2- Biochimie-Biologie Cellulaire. Module I

PCEM2- Biochimie-Biologie Cellulaire. Module I PCEM2- Biochimie-Biologie Cellulaire Module I Physiologie et pathologie de la communication : de la physiopathologie aux mécanismes moléculaires Introduction Pr Germain rugnan CHU Saint-Antoine 2007-2008

Plus en détail

Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2017

Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2017 Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2017 9 Une lettre d intention doit obligatoirement être soumise au plus tard le 5 décembre 2016,

Plus en détail

les microarn (mir) Un futur outil en cancérologie Xavier TRETON

les microarn (mir) Un futur outil en cancérologie Xavier TRETON les microarn (mir) Un futur outil en cancérologie Xavier TRETON DHU UNITY Hôpital Beaujon Inserm UMR1149, Faculté X Bichat CONFLITS D INTERET aucun OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définition et rôles des micro-arn

Plus en détail

Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2015

Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2015 Formulaire Lettre d intention Subventions de fonctionnement Concours Société de recherche sur le cancer 2015 9 Une lettre d intention doit obligatoirement être soumise au plus tard le 8 décembre 2014,

Plus en détail

L Exemple du Cancer Colorectal Cours Intensif de Cancérologie Digestive Alger le 06 et 07 Mai 2009

L Exemple du Cancer Colorectal Cours Intensif de Cancérologie Digestive Alger le 06 et 07 Mai 2009 Mécanismes de la Cancérogenèse L Exemple du Cancer Colorectal Cours Intensif de Cancérologie Digestive Alger le 06 et 07 Mai 2009 Définition Le cancer est l émergence d un clone cellulaire qui prolifère,

Plus en détail

I LE CYCLE CELLULAIRE

I LE CYCLE CELLULAIRE Christine VOLA IBDML I LE CYCLE CELLULAIRE REGULATION ET SURVEILLANCE Toute cellule étant issue d'une autre cellule (c'est un des éléments de la théorie cellulaire) donne naissance à une autre cellule

Plus en détail

COURS N 12 DE BIOLOGIE CELLULAIRE : PROLIFERATION ET MORT CELLULAIRE

COURS N 12 DE BIOLOGIE CELLULAIRE : PROLIFERATION ET MORT CELLULAIRE COURS N 12 DE BIOLOGIE CELLULAIRE : PROLIFERATION ET MORT CELLULAIRE I Prolifération Cellulaire des cellules «normales» dans l organisme (in vivo) - Durée de vie d une cellule inférieure à celle de l organisme

Plus en détail

Prépa scientifique Drépanocytose, mucoviscidose, cancers et diabètes (E 03)

Prépa scientifique Drépanocytose, mucoviscidose, cancers et diabètes (E 03) Maestris 201-2017 Mardi 15 Novembre 201 Durée : 1 heure Exercice 1-7 points Prépa scientifique Drépanocytose, mucoviscidose, cancers et diabètes (E 03) page 1/ Exercice 2 - QCM - points - reporter la ou

Plus en détail

Sommaire. Immunohistochimie comme aide à l oncogénétique (et à l évaluation pronostique?)

Sommaire. Immunohistochimie comme aide à l oncogénétique (et à l évaluation pronostique?) Sommaire Immunohistochimie comme aide à l oncogénétique (et à l évaluation pronostique?) MSI / MMR / HNPCC : un exemple réussi MYH : un exemple raté Les lésions festonnées (choix de l orateur ) Quelques

Plus en détail

Biologie du Cancer. Mathieu Gautier

Biologie du Cancer. Mathieu Gautier Biologie du Cancer Mathieu Gautier 2015 2016 Introduction Mise en évidence de mécanismes généraux Compréhension fonctionnement cancers concevoir stratégies thérapeutiques + efficaces Grands mécanismes

Plus en détail

Surveillance de l intégrité du génome

Surveillance de l intégrité du génome Surveillance de l intégrité du génome Thomas LAVAUX AHU PharmD - PhD Laboratoire de Biochimie et de Biologie Moléculaire Hôpital de Hautepierre Strasbourg Thomas.lavaux@chru-strasbourg.fr Historique de

Plus en détail

Les thérapies personnalisées en oncologie : Trouver la cible

Les thérapies personnalisées en oncologie : Trouver la cible Les thérapies personnalisées en oncologie : Trouver la cible Préparé par DR Sylvain Mailhot Présenté par Dre Ahlem Aouachri LABORATOIRE DE PATHOLOGIE/CISSS RIMOUSKI-NEIGETTE Plan de la présentation De

Plus en détail

X- Rôles multiples de l ARN. A- L ARN catalytique

X- Rôles multiples de l ARN. A- L ARN catalytique X- Rôles multiples de l ARN A- L ARN catalytique ! Seules les protéines ont une activité catalytique : idée profondément ancrée en biochimie! Arguments Structures tridimensionnelles variées Diversité chaînes

Plus en détail

GENETIQUE DU CANCER. Elaboré par : Dr KEBIR.S. 1 ère Année médecine Cours de Génétique

GENETIQUE DU CANCER. Elaboré par : Dr KEBIR.S. 1 ère Année médecine Cours de Génétique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE BADJI MOKHTAR-ANNABA FACULTE DE MEDECINE Département de médecine Laboratoire

Plus en détail

Introduction à la biologie moléculaire

Introduction à la biologie moléculaire Tutorat Santé Lyon Sud UE1 Introduction à la biologie moléculaire Cours du Professeur C. RODRIGUEZ L ensemble des cours du Professeur C. RODRIGUEZ fait habituellement l objet de 5 QCMs au concours. Le

Plus en détail

L épigénétique. BIO 110 année Claire Vourc h

L épigénétique. BIO 110 année Claire Vourc h L épigénétique BIO 110 année 2010-2011 Claire Vourc h Chromosomes Gènes les cellules de notre organisme contiennent toutes les mêmes chromosomes neurone cellule osseuse cellule musculaire? cellule sanguine

Plus en détail

Glossaire ADN ARN Allèle Autosomique dominant/récessif Dominance Épigénétique AIRE GLOSS Épistasie Eugénisme 335

Glossaire ADN ARN Allèle Autosomique dominant/récessif Dominance Épigénétique AIRE GLOSS Épistasie Eugénisme 335 ADN (acide désoxyribonucléique ou DNA en anglais) : molécule géante (macromolécule) formée de l assemblage linéaire de quatre nucléotides. C est le principal composant des chromosomes et le support biochimique

Plus en détail

EPIGENETIQUE. M.SERRAR & G. GUTIERREZ Paris, 11 janvier 2014

EPIGENETIQUE. M.SERRAR & G. GUTIERREZ Paris, 11 janvier 2014 EPIGENETIQUE M.SERRAR & G. GUTIERREZ Paris, 11 janvier 2014 1 EPIGENETIQUE Elle tient entre ses mains le destin de chaque cellule, chaque tissu, chaque organe et chaque êtrevivant 2 HISTORIQUE Le terme

Plus en détail

Modifications de l'organisation du génome

Modifications de l'organisation du génome Tutorat Santé Lyon Sud UE1 Modifications de l'organisation du génome Cours du Professeur J. SAMARUT L ensemble des cours du Professeur J. SAMARUT fait habituellement l objet de 4 QCMs au concours. Le présent

Plus en détail

PARTIE 3 : CORPS HUMAIN ET SANTE CH7 : VARIATION GENETIQUE ET SANTE (3 A 4 S.) I. LA MUCOVISCIDOSE, UN EXEMPLE DE MALADIE GENETIQUE :

PARTIE 3 : CORPS HUMAIN ET SANTE CH7 : VARIATION GENETIQUE ET SANTE (3 A 4 S.) I. LA MUCOVISCIDOSE, UN EXEMPLE DE MALADIE GENETIQUE : I. LA MUCOVISCIDOSE, UN EXEMPLE DE MALADIE GENETIQUE : Comment expliquer l origine d une maladie génétique récessive? ex : la mucoviscidose. Site de référence : Les SVT et moi, activité 1 livre p 320,

Plus en détail

L épigénétique. BIO 110 année Claire Vourc h

L épigénétique. BIO 110 année Claire Vourc h L épigénétique BIO 110 année 2010-2011 Claire Vourc h Chromosomes Gènes les cellules de notre organisme contiennent toutes les mêmes chromosomes neurone cellule osseuse cellule musculaire? cellule sanguine

Plus en détail

Comment rendre un résultat en panel?

Comment rendre un résultat en panel? Réunion régionale ONCOMIP oncogénétique «Nouveaux gènes de prédisposition Prise en charge régionale» IUCT site Oncopôle, Toulouse, mercredi 27 janvier 2016 Comment rendre un résultat en panel? Dr Catherine

Plus en détail

De la 1 e S à la T le S : l essentiel à retenir

De la 1 e S à la T le S : l essentiel à retenir De la 1 e S à la T le S : l essentiel à retenir Fiche 2/3 : Génétique Cycle de vie et divisions cellulaires Cycle de vie de l humain Chaque humain est issu de la fusion de 2.. : c est la.. Nos chromosomes

Plus en détail

LE PROCESSUS TUMORAL. IFSI Sainte Marie Marie-Claude-DIVERCHY Février 2010

LE PROCESSUS TUMORAL. IFSI Sainte Marie Marie-Claude-DIVERCHY Février 2010 LE PROCESSUS TUMORAL IFSI Sainte Marie Marie-Claude-DIVERCHY Février 2010 Module Hémopathies et cancers Promotion 2008/2011 3èmes années. PLAN 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. La cellule normale : rappels La cellule

Plus en détail

Cellules cancéreuses Tissu cancéreux

Cellules cancéreuses Tissu cancéreux Cellules cancéreuses Tissu cancéreux I] La cellule cancéreuse 1. Introduction - Le cancer se caractérise par l'envahissement progressif de l'organisme par des cellules anormales: les cellules cancéreuses

Plus en détail

Le cycle cellulaire. Equilibre prolifération / mort cellulaire

Le cycle cellulaire. Equilibre prolifération / mort cellulaire Le cycle cellulaire Equilibre prolifération / mort cellulaire Il existe chez les organismes eucaryotes multicellulaires un équilibre entre prolifération et mort cellulaire qui est nécessaire à l homéostasie

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

L intérêt du génome individuel

L intérêt du génome individuel L intérêt du génome individuel 28/11/2012 Nom: Vincent Bours Historique et grands projets 1953: structure de l ADN 1977: Fred Sanger, séquençage de l ADN Fin 1980s: Human Genome Project Projet Génome Humain

Plus en détail

Tumeur : bénin ou malin?

Tumeur : bénin ou malin? Le cancer Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques & Oncologie thoracique Institut Jules Bordet (ULB) www.pneumocancero.com Tumeur : bénin ou malin? Une tumeur bénigne se

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON

EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON Séminaire de DES du 08/02/2008 Anne BOURRIER CC DANS LE MONDE Elevé Moyen Bas Données Insuffisantes FIGURE 7 Age-standardized Incidence Rates for

Plus en détail

La cellule cancéreuse

La cellule cancéreuse La cellule cancéreuse I- Généralités : La cellule cancéreuse est une cellule anormale, qui perd certains caractères normaux (Morphologiques et fonctionnels) et acquiert de nouveaux caractères spécifiques

Plus en détail

Chapitre 1 Les mutations de l ADN et les duplications de gènes : les moteurs des innovations génétiques

Chapitre 1 Les mutations de l ADN et les duplications de gènes : les moteurs des innovations génétiques 1 La molécule d ADN est apparemment stable mais elle présente une certaine variabilité. Des modifications d ADN créent : - de nouveaux allèles à l origine du polymorphisme génétique et phénotypique des

Plus en détail

Traveaux pratique de la pathologie

Traveaux pratique de la pathologie Traveaux pratique de la pathologie La pathologie represente l'étude de la maladie au niveau du tissue 2ème année Centrer cet enseignement sur les thèmes de l inflammation (aiguë et chronique) et les phénomènes

Plus en détail

Virus à hépatites et hépatocarcinome

Virus à hépatites et hépatocarcinome Cancers et agents infectieux en Asie du Sud-Est Virus à hépatites et hépatocarcinome Jean Edouard GAIRIN, Pharma-Dev UMR152 IRD UPS, Toulouse Vientiane, Laos : 30 juin 1 er juillet 2011 Hépatocarcinome

Plus en détail

BIOLOGIE DU VIEILLISSEMENT POUR LES NULS

BIOLOGIE DU VIEILLISSEMENT POUR LES NULS BIOLOGIE DU VIEILLISSEMENT POUR LES NULS D après la communication orale de Claire Falandry 4 ème Monaco Age Oncologie - 21-22 mars 2013 Rédigé par le Dr R. BOULAHSSASS (CHU de Nice) et le Dr V. MARI (Centre

Plus en détail

Virus et cancers chez l homme

Virus et cancers chez l homme Virus et cancers chez l homme I. Cycle viral Il ne faut pas confondre virus et bactérie. Les virus sont beaucoup plus petits et ne sont pas considérés comme des cellules. Une particule virale est constituée

Plus en détail

UE2 Cancérologie Cours n 2 : Le cancer par le gène

UE2 Cancérologie Cours n 2 : Le cancer par le gène UE2 Cancérologie Dr Jacqueline Lehmann-Che Mardi 1 er octobre De 10H30 à 11H30 Ronéotypeuse : Eléonore SIMON Ronéoficheuse : Alice MARSAUX UE2 Cancérologie Cours n 2 : Le cancer par le gène 1/14 I/ Qu

Plus en détail

ETUDES SUR LES FAMILLES DE MALADES WALDENSTRÖM

ETUDES SUR LES FAMILLES DE MALADES WALDENSTRÖM ETUDES SUR LES FAMILLES DE MALADES WALDENSTRÖM Mary L. McMaster, M.D. Direction épidémiologie génétique Division d'épidémiologie du cancer et de génétique International Waldenström's Macroglobulinemia

Plus en détail

PARTIE 2 STABILITE ET VARIABILITE DES GENOMES ET EVOLUTION. (6 semaines) Chapitre 1 :

PARTIE 2 STABILITE ET VARIABILITE DES GENOMES ET EVOLUTION. (6 semaines) Chapitre 1 : PARTIE 2 STABILITE ET VARIABILITE DES GENOMES ET EVOLUTION (6 semaines) Chapitre 1 : INNOVATIONS GENETIQUES (ETUDE DES GENOMES) ET EVOLUTION DES ESPECES Introduction : Une espèce est caractérisée par un

Plus en détail

Devoir à la maison n 8 Classe de Terminale S

Devoir à la maison n 8 Classe de Terminale S Devoir à la maison n 8 Classe de Terminale S Stabilité et variabilité des génomes et évolution Partie I : Les individus atteints de trisomie 21 présentent dans leur caryotype trois chromosomes 21 au lieu

Plus en détail

Unité d'enseignement «Différenciation et Prolifération Cellulaires. Oncogenèse» (Responsable : Prof. David Machover ; Dr. Slavka Kascakova) PROGRAMME

Unité d'enseignement «Différenciation et Prolifération Cellulaires. Oncogenèse» (Responsable : Prof. David Machover ; Dr. Slavka Kascakova) PROGRAMME FACULTE DE MEDECINE PARIS SUD XI - U.F.R. KREMLIN-BICETRE HOPITAL UNIVERSITAIRE PAUL BROUSSE - 14, avenue Paul Vaillant-Couturier 94807 VILLEJUIF Cedex - Tél. 01 45 59 53 00 clementine.pebarthe@inserm.fr

Plus en détail

LE CYCLE CELLULAIRE ET SA RÉGULATION

LE CYCLE CELLULAIRE ET SA RÉGULATION LE CYCLE CELLULAIRE ET SA RÉGULATION 1. Introduction. Division cellulaire: tout type cellulaire. -bactérie: division rapide, cycle court. -homme: cellule œuf plus de 10 13 cellules! Cycle cellulaire est

Plus en détail

Les siamois ont une descendance avec les mêmes caractéristiques de pelage : Les caractères siamois sont liés à des gènes transmis par les parents.

Les siamois ont une descendance avec les mêmes caractéristiques de pelage : Les caractères siamois sont liés à des gènes transmis par les parents. EXERCICES : GENE PHENOTYPE ENVIRONNEMENT : pages 78 79 80 EXERCICE 1 PAGE 78 : EFFET DE L ENVIRONNEMENT SUR LE PHENOTYPE Question 1 : Variation de la couleur du poil du chat siamois On relève les données,

Plus en détail

ANALYSE GENETIQUE ET MUTATIONS

ANALYSE GENETIQUE ET MUTATIONS ANALYSE GENETIQUE ET MUTATIONS I. RAPPELS DE BIOLOGIE MOLECULAIRE L étude des organismes présentant des mutations permet la compréhension de phénomènes physiologiques : en effet, en étudiant un organisme

Plus en détail

Le conseil génétique : quand, pourquoi, comment?

Le conseil génétique : quand, pourquoi, comment? Le conseil génétique : quand, pourquoi, comment? Journée d info du 26 novembre Namur Maladies rares 5000 à 7000 pathologies Seuils de prévalence En France : 1/2000 Aux USA : 1/1000 En Suède : 1/10,000

Plus en détail

Quoi de neuf en biologie des sarcomes osseux?

Quoi de neuf en biologie des sarcomes osseux? Quoi de neuf en biologie des sarcomes osseux? Pr. F. Redini 1 Dr. T. Schubert 2 1 Laboratoire de Physiopathologie de la Résorption Osseuse et thérapie des tumeurs osseuses primitives INSERM UMR 957 Faculté

Plus en détail

Écrit tes réponses sur une feuille lignée et répond sous forme de phrases complètes.

Écrit tes réponses sur une feuille lignée et répond sous forme de phrases complètes. Révision de l ADN, le cycle cellulaire et le cancer Écrit tes réponses sur une feuille lignée et répond sous forme de phrases complètes. 1. Que signifient les lettres «ADN»? 2. À quel endroit dans notre

Plus en détail

TUMEURS ENDOCRINES DUODENO-PANCREATIQUES Page : 1/7 Référence : ANPGM_ 118 Numéro de version : 1.0

TUMEURS ENDOCRINES DUODENO-PANCREATIQUES Page : 1/7 Référence : ANPGM_ 118 Numéro de version : 1.0 Page : 1/7 Date de Création : mars 2011 Date de validation en assemblée plénière: 20/03/2013 Date de la remise à jour : Motif : Validation : Nom Hôpital Date Rédacteur(s) Dr B PARFAIT, Dr E PASMANT avec

Plus en détail

Biologie des tumeurs du sujet âgé

Biologie des tumeurs du sujet âgé DIU D ONCO-HEMATOLOGIE DU SUJET AGE Paris V et Paris VI Biologie des tumeurs du sujet âgé 14 Février 2013 Cyril Konto Global Clinical Research, Oncology Bristol-Myers Squibb 1 Plan Pléiotropie antagoniste

Plus en détail

LA REPLICATION VIRALE

LA REPLICATION VIRALE LA REPLICATION VIRALE I Généralités! Virus = parasite intracellulaire obligatoire!virus détourne le métabolisme et la machinerie de la cellule pour se multiplier 1 Virus «n» Virions Infection = rencontre

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail

Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée.

Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée. Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée. Cas 1 2 foyers tumoraux dans une biopsie Maintien d expression des 4 protéines MMR

Plus en détail

L épigénétique en élevage : c est quoi?

L épigénétique en élevage : c est quoi? L épigénétique en élevage : c est quoi? Journée : Epigénétique et Elevage Eve DEVINOY, INRA, UMR1313 Génétique Animale et Biologie Intégrative Jouy-en-Josas PLAN DE L EXPOSE Introduction, rappels et définitions

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire de

Diplôme Inter-Universitaire de Diplôme Inter-Universitaire de Biologie intégrée des tumeurs solides La biologie des tumeurs solides a pris en quelques années un essor majeur, qui se traduit par la mise en place d une médecine personnalisée

Plus en détail

Introduction générale sur la cytogénétique humaine

Introduction générale sur la cytogénétique humaine Introduction générale sur la cytogénétique humaine Branche qui étudie le matériel génétique au plan morphologique (étude des chromosomes) La cytogénétique moléculaire utilise des sondes ad hoc. Les chromosomes

Plus en détail

APPORTS DU NGS DANS L UTILISATION DES THERAPIES CIBLEES ANTITUMORALES. Emmanuel KHALIFA Unité de Pathologie Moléculaire 13/05/2016

APPORTS DU NGS DANS L UTILISATION DES THERAPIES CIBLEES ANTITUMORALES. Emmanuel KHALIFA Unité de Pathologie Moléculaire 13/05/2016 APPORTS DU NGS DANS L UTILISATION DES THERAPIES CIBLEES ANTITUMORALES Emmanuel KHALIFA Unité de Pathologie Moléculaire 13/05/2016 LE SCREENING MOLECULAIRE FACE A L INNOVATION PHARMACEUTIQUE Pratique clinique

Plus en détail

Anomalies chromosomiques. 4. Anomalies exotiques

Anomalies chromosomiques. 4. Anomalies exotiques Anomalies chromosomiques 4. Anomalies exotiques 4. Anomalies exotiques 4.1. Chromosome en anneau Apparition Evolution s s-1 A. Auto-recombinaison Cassure aux 2 extrémités Fusion (avec ou sans homologie)

Plus en détail

LA GÉNÉTIQUE DES IMMUNODÉFICIENCES POUR VOUS ET VOTRE FAMILLE

LA GÉNÉTIQUE DES IMMUNODÉFICIENCES POUR VOUS ET VOTRE FAMILLE LA GÉNÉTIQUE DES IMMUNODÉFICIENCES POUR VOUS ET VOTRE FAMILLE Gail Ouellette, Ph.D. Généticienne et conseillère en génétique Présidente et directrice générale Regroupement québécois des maladies orphelines

Plus en détail

Régulationépigénétique du développementfloral chez le palmieràhuile

Régulationépigénétique du développementfloral chez le palmieràhuile Journée Filière Palmier à Huile Montpellier, 9 juillet 2012 Régulationépigénétique du développementfloral chez le palmieràhuile Alain RIVAL, Thierry BEULE, Frédérique RICHAUD, Pascal ILBERT, Estelle JALIGOT

Plus en détail

Régulation de l expression des gènes. Thierry Jo Molina Service d anatomie pathologique Hôtel-Dieu, AP-HP Université Paris Descartes

Régulation de l expression des gènes. Thierry Jo Molina Service d anatomie pathologique Hôtel-Dieu, AP-HP Université Paris Descartes Régulation de l expression des gènes Thierry Jo Molina Service d anatomie pathologique Hôtel-Dieu, AP-HP Université Paris Descartes Régulation de l expression des gènes Régulation depuis une structure

Plus en détail

L B M Analyse oncogénétique constitutionnelle en panels de gènes

L B M Analyse oncogénétique constitutionnelle en panels de gènes Analyse oncogénétique constitutionnelle en panels de gènes LBM OncoGènAuvergne Centre Jean Perrin yves-jean.bignon@cjp.fr Famille 1530 Dpt Oncogénétique Pr. YJ Famille BIgnonsein ovaire Ovaires (53) Sein

Plus en détail

LV312 Génétique et Biologie Moléculaire I 1 ère session-26 mai 2009 CORRIGE

LV312 Génétique et Biologie Moléculaire I 1 ère session-26 mai 2009 CORRIGE LV312 Génétique et Biologie Moléculaire I 1 ère session-26 mai 2009 CORRIGE Sujet de Génétique- Durée conseillée : 1h- Sans document ni calculatrice- Les téléphones portables doivent être éteints. Vos

Plus en détail

L hypophyse, pour la compréhension du développement et de la maladie

L hypophyse, pour la compréhension du développement et de la maladie L hypophyse, pour la compréhension du développement et de la maladie Organisation tri-dimensionnelle de l`hypophyse Mécanismes de spécification de l`identité cellulaire Régulation hormonale de l expression

Plus en détail

Croissance tumorale et histoire naturelle des cancers. C. Hennequin Service de Cancérologie-Radiothérapie, Hôpital saint-louis

Croissance tumorale et histoire naturelle des cancers. C. Hennequin Service de Cancérologie-Radiothérapie, Hôpital saint-louis Croissance tumorale et histoire naturelle des cancers C. Hennequin Service de Cancérologie-Radiothérapie, Hôpital saint-louis L organisme humain est pluricellulaire et pluritissulaire Tous les tissus de

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

«Génomique dans le cancer de la vessie. Implications pratiques des marqueurs moléculaires» Dr C Mazerolles IUC -Toulouse

«Génomique dans le cancer de la vessie. Implications pratiques des marqueurs moléculaires» Dr C Mazerolles IUC -Toulouse «Génomique dans le cancer de la vessie. Implications pratiques des marqueurs moléculaires» Dr C Mazerolles IUC -Toulouse La biologie moléculaire outils de routine Kc poumon, colon, sein Classification

Plus en détail

Faut-il faire une IHC systématique des protéines MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2 chez tous les patients ayant un CCR?

Faut-il faire une IHC systématique des protéines MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2 chez tous les patients ayant un CCR? Faut-il faire une IHC systématique des protéines MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2 chez tous les patients ayant un CCR? Benoît Terris Université Paris Descartes Service d Anatomie et Cytologie Pathologiques Hôpital

Plus en détail

Régulation à long terme de l expression Génétique : Epigénétique. A. Galmiche,

Régulation à long terme de l expression Génétique : Epigénétique. A. Galmiche, Régulation à long terme de l expression Génétique : Epigénétique A. Galmiche, 2013-2014 1. Notions Générales sur l Epigénétique 2. Biochimie des Marques Epigénétiques 3. Développement, Différenciation

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Cancer du col et du corps utérin

Cancer du col et du corps utérin Cancer du col et du corps utérin Catherine Genestie Gustave Roussy Cancer du col Rappel anatomique Condylome et CIN Carcinome du col Facteurs histopronostiques Rappel anatomique Exocol Papillomavirus

Plus en détail

QCM avec une seule réponse

QCM avec une seule réponse UE Génétique DCEM1, 2 session, 27/06/11 Pr Didier Lacombe QCM avec une seule réponse 1) Les maladies mitochondriales sont d hérédité : a) maternelle b) paternelle c) maternelle ou paternelle indifféremment

Plus en détail

PROCESSUS TUMORAL ET CANCER

PROCESSUS TUMORAL ET CANCER 9 PROCESSUS TUMORAL ET CANCER Objectifs : définir une tumeur comparer tumeurs maligne et bénigne donner les propriétés des cellules cancéreuses. A l'aide de documents, décrire les différents stades de

Plus en détail

Symposium de Gastroentérologie jeudi 10 avril 2014 Hotel de la Paix

Symposium de Gastroentérologie jeudi 10 avril 2014 Hotel de la Paix Symposium de Gastroentérologie jeudi 10 avril 2014 Hotel de la Paix Le polype colique : qui suis-je? Dominique Sandmeier Muriel Genevay Un polype? Formation circonscrite, sessile ou pédiculée faisant saillie

Plus en détail

Du gène muté à la protéine, cancer. Je tiens à souligner que ce cours a été donné par le saint patron De T., grand maître spirituel d'elisa. Amen.

Du gène muté à la protéine, cancer. Je tiens à souligner que ce cours a été donné par le saint patron De T., grand maître spirituel d'elisa. Amen. Du gène muté à la protéine, cancer Je tiens à souligner que ce cours a été donné par le saint patron De T., grand maître spirituel d'elisa. Amen. I. Généralités II. Histoire naturelle du développement

Plus en détail

Mitose dans une celule végétale

Mitose dans une celule végétale Cours 1 101-NYA-05 Afin de respecter les droits d auteur, à moins d avis contraire, toutes les figures présentées ont été prises dans le manuel suggéré au début de la session : Campbell, Neil A. 4 e Édition,

Plus en détail

1S Devoir commun 2017 CORRECTION PARTIE I- RESTITUTION ORGANISEE DES CONNAISSANCES :

1S Devoir commun 2017 CORRECTION PARTIE I- RESTITUTION ORGANISEE DES CONNAISSANCES : 1S Devoir commun 2017 CORRECTION PARTIE I- RESTITUTION ORGANISEE DES CONNAISSANCES : / 10 points Les mutations sont la source aléatoire de la diversité des allèles, fondement de la biodiversité. Toutefois,

Plus en détail

Le virus de l Hépatite B

Le virus de l Hépatite B Cours : Biochimie N 11 Professeur Tiollais Le 05/11/2007 à 10h30 Ronéotypeur : Julien GANEM Le virus de l Hépatite B Cette ronéo sera en ligne sur http://clement.ad.free.fr/fac/fac.html. Merci à Clément!

Plus en détail

Génotype, phénotype, environnement

Génotype, phénotype, environnement Génotype, phénotype, environnement Le gène responsable du caractère «groupe sanguin» a été localisé sur la paire de chromosomes 9. Il existe trois allèles différents : A, B ou O. L identification des groupes

Plus en détail

commerciales D. LOCKER Professeur D. LOCKER des Universités Spécialité: PRGénétique UFR/Faculté des Sciences

commerciales D. LOCKER Professeur D. LOCKER des Universités Spécialité: PRGénétique UFR/Faculté des Sciences Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Ils Leur sont utilisation à l usage ne exclusif doit donner des étudiants lieu à aucune

Plus en détail

L Eprouvette - Laboratoire public de l Université de Lausanne. A la découverte de l ADN

L Eprouvette - Laboratoire public de l Université de Lausanne. A la découverte de l ADN L Eprouvette - Laboratoire public de l Université de Lausanne Le Syndrome de l X-fragile? Une maladie héréditaire : qui touche l ADN 1. Qu est ce que l ADN? 2. Que se passe-t il dans l ADN des patients

Plus en détail