des patientes ont reçu une chimiothérapie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "des patientes ont reçu une chimiothérapie"

Transcription

1 Oncologie (2010) 12: Springer-Verlag France 2010 DOI /s Actualités de l ASCO Cancer du sein C. Lévy Unité de pathologie mammaire, centre François-Baclesse, avenue Général-Harris, F Caen, France Correspondance : Reçu le 16 juin 2010 ; accepté le 28 juin 2010 Breast cancer Globalement, les informations présentées lors de cette session de l ASCO nous amènent à remettre en question certaines de nos habitudes de travail, voire de nos standards, en matière de cancer du sein ce qui, malgré la rareté de nouvelles molécules, permettra de retenir de ce congrès des éléments utiles dans notre pratique quotidienne. Traitement locorégional La technique du ganglion sentinelle (GGS) a fait l objet de trois présentations orales. Tout d abord l étude NSABP B-32 qui fait la preuve que la technique du GGS, classiquement admise dans les petites tumeurs (généralement inférieures à 2 cm) sans ganglion palpable (N0), obtient des résultats identiques au curage conventionnel si le GGS est négatif (Abstract 505). Parmi patientes opérées par GGS, 3989(soit 71%) présentaient unggs négatif et faisaient l objet d une randomisation entre curage axillaire et surveillance. La survie globale (SG) à cinq ans (objectif principal de cette étude) est identique : hasard ratio (HR) = 1,20 (p = 0,117). Le risque de rechute ganglionnaire axillaire est faible et comparable dans les deux bras (0,3 % avec GGS et 0,1 % avec curage). Le risque de séquelles est significativement inférieur pour le groupe GGS (< 0,001). Ces résultats confirment donc la place du GGS dans nos référentiels pour les tumeurs T1 N0 GGS négatif (Tableau 1). Plus provocateurs sont les résultats de l étude ACOSOG Z0011 (Abstract CRA 506) qui de même évalue l omission du curage axillaire, mais cette fois en cas de GGS positif identifié par coloration classique et non par immunohistochimie (IHC) pour des patientes T1-T2N0. Cette étude prospective proposait à 891 patientes avec un à deux GGS positifs une randomisation entre curage axillaire ou surveillance (en moyenne, le nombre de GGS prélevé était de 17 dans le groupe curage et de deux dans le groupe GGS). Le curage a permis de retrouver des métastases ganglionnaires additionnelles dans 27,4 % des cas. Près de 60 % des patientes ont reçu une chimiothérapie adjuvante dans les deux bras. Avec un suivi médian de 6,3 ans, il n y a pas de différence significative sur le risque à cinq ans de rechute locorégionale, ni de rechute ganglionnaire axillaire entre le groupe curage et le groupe GGS (respectivement 4,1 vs 2,8 % et 0,5 vs 0,9 %, p = 0,11). La survie sans progression (SSP) est comparable (p = 0,14) ainsi que la SG. Ces résultats sont sans doute insuffisants à eux seuls pour proposer une généralisation de cette attitude ; en revanche, cela pourrait plaider contre la reprise chirurgicale systématique pour curage en cas de GGS positif non diagnostiqué lors de l intervention, lorsque les autres facteurs pronostiques suffisent à faire poser l indication d une chimiothérapie. La valeur pronostique des micrométastases diagnostiquées par IHC sur le GGS ou sur la biopsie de moelle osseuse (BOM) a été étudiée par l étude ACOSOG Z0010 (Abstract CRA 504). Sur patientes (dont 84 % porteuses de tumeurs T1), 76 % avaient un GGS négatif, 24 % un GGS positif parmi lesquelles 10 % en IHC. Pour les patientes pour lesquelles une BOM a pu être réalisée en cours d intervention, 3 % présentaient des micrométastases en IHC (BM+). Cinquante-trois pour cent des patientes ont reçu une chimiothérapie adjuvante. Il n y avait pas de concordance entre positivité du GGS et de la moelle osseuse en IHC. Le caractère BM+ confirme son impact pronostique péjoratif sur la SG (90 vs 95 % à cinq ans, p =0,015). La SG est de 93 % en cas de GGS positif en histologie classique vs 96 % si pn0 ou pn1mi (p =0,0009), mais le diagnostic de positivité du GGS par IHC n influence pas significativement la SG, ce qui peut faire discuter sa réalisation en routine. Concernant la radiothérapie (RT) après chirurgie conservatrice, K. Hugues (Abstract 507) a présenté les résultats actualisés à dix ans de l étude CALGB 9343 portant sur 636 femmes de plus de 70 ans présentant un cancer du sein avec récepteurs estrogéniques positifs (RE+) (94 % T1) randomisées entre hormonothérapie par tamoxifène (TAM) ou TAM + RT mammaire 50 Gy. La RT diminue le risque de rechute au niveau du sein traité (2 vs 9 % en l absence de RT, p < 0,0001), soit 21 rechutes évitées. Mais cela ne se traduit par aucune différence significative sur le taux de mastectomie (2 vs 4 %), le temps jusqu à progression locorégionale, la survie spécifique (98 vs 96 %) ou la SG. Là encore, l applicabilité de ces résultats en pratique courante doit faire l objet d une grande prudence ; la méta-analyse d Oxford nous a enseigné qu il faut

2 480 Tableau 1. Traitement locorégional GGS Rechute Survie ONCOLOGIE Krag 505 Giuliano CRA 506 Cote CRA 504 Hughes Curage vs surveillance, si GGS négatif Rechute axillaire, 0,1vs0,3% SG idem (p = 0,117) 891 Curage vs surveillance, si GGS positif 0,5 vs 0,9 % SSP et SG, idem (p = 0,14) IHC, GGS positif vs négatif NA SG idem (p = 0,53) 631 Après tumorectomie, RT vs TAM RT 2 vs 9 % S spécifique et SG idem 15 ans de recul pour observer le bénéfice en survie d un meilleur contrôle local lié à la RT mammaire On peut aussi regretter l absence de données sur l impact psychologique pour les femmes de la connaissance d un surrisque de rechute locale et de la prise en charge de celle-ci. Enfin, cette attitude peut paraître contradictoire dans une période où s impose l idée que les patientes âgées doivent bénéficier des mêmes chances de guérison que les femmes plus jeunes. Traitements médicaux adjuvants Plutôt que des traitements euxmêmes, c est des facteurs pronostiques et prédictifs de réponse qu il a été débattu lors de cette session de l ASCO (Tableau 2). L association des facteurs clinicopathologiques classiques (âge, taille, grade) à la signature Oncotype Dx (RSPC) chez des patientes RE+ traitées dans les études B-14 et ATAC permet d affiner la valeur pronostique du groupe intermédiaire d Oncotype Dx (18 < RS < 31) et réduit ainsi de plus de 30 % le taux de score intermédiaire (18 vs 26 %) (Abstract 509). L existence de variants génotypiques des enzymes impliquées dans le métabolisme du TAM, en particulier CYP2D6, est évoquée pour expliquer la variabilité d efficacité du TAM. Cependant, sur 747 patientes incluses dans l étude TEAM, la SSP n est pas corrélée à l existence de variants de CYP2D6 mais à l existence de certains polymorphismes de UGT2B15 ainsi que d ER-1 (estrogen-receptor-1) (Abstract 510). Le bénéfice de l hormonothérapie par inhibiteur d aromatase (IA) est-il influencé par la masse adipeuse estimée à partir de l indice de masse corporelle (IMC)? Cette question est explorée par une analyse rétrospective portant sur patientes préménopausées traitées dans l étude ABCSG 12 (goséréline + anastrozole vs goséréline + TAM). L IMC était normal chez 64 % des patientes et 33 % étaient en surpoids. En cas d IMC 25, la survie à cinq ans est inférieure sous anastrozole par rapport au TAM (SSP : HR = 1,60, p = 0,023 ; SG : HR = 2,14, p = 0,012). Cette influence de l IMC n est pas retrouvée avec le TAM (Abstract 512). La corrélation entre l activité aromatase et l importance de la masse adipeuse semble pouvoir expliquer le moindre bénéfice des IA en cas de surpoids et l absence d impact de l IMC pour les patientes sous TAM. Cellules tumorales circulantes (CTC) La place des CTC dans l arsenal des facteurs pronostiques a fait l objet d un Clinical Science Symposium. Selon l étude rétrospective du MD Anderson (Abstract 1000), la valeur pronostique de survenue d une évolution métastatique des CTC (positivité si 5CTC/7,5ml)varie selon le sous-type de la tumeur primitive (significative pour les cancers RH+ et HER2, mais surtout pour les cancers triple-négatifs [TN]). En revanche, cet effet disparaît pour les cancers HER2+ dès lors qu ils bénéficient d un traitement par trastuzumab. La corrélation est plus forte en cas de métastases osseuses. Une étude prospective (Abstract 1001) évaluait en parallèle les CTC et le dosage du CA (marqueur tumoral proche du CA 15-3, et comme lui issu de la glycoprotéine transmembranaire MUC1) Tableau 2. Traitements médicaux adjuvants Facteurs prédictifs/réponse à l hormonothérapie Tang 509 Dezentje 510 Pfeiler Oncotype DX + facteurs clinicopathologiques Réduction du taux de scores intermédiaires 747 Facteurs prédictifs Bénéfice TAM CYP2D6 : non UGT2B15 et ER-1 : oui Efficacité IA vs TAM, selon IMC SSP inférieure, si IMC > 25 (p = 0,012)

3 481 comme facteur prédictif de survie sous chimiothérapie en phase métastatique (élevé dans 82 % des cas dans cette série). La présence initiale de CTC influence la survie (SSP et SG) contrairement au taux de CA En revanche, si on considère les variations entre la mesure initiale et celle effectuée après trois à quatre semaines de traitement, le taux de CA est corrélé de façon statistiquement plus puissante que les CTC avec la SSP et la SG (Tableau 3). En situation adjuvante, l étude SUCCESS, sur une série prospective de patientes, retrouve la présence de CTC ( 2/ml) dans, respectivement, 9,4 % des cas avant chimiothérapie associant anthracyclines et taxanes et 8,7 % après celle-ci (Abstract 1003). La présence de CTC avant chimiothérapie est corrélée à une réduction significative à la fois de la SSP à trois ans (84,2 vs 94,1 %, p <0,001)etdelaSG (p = 0,003), alors que la persistance de CTC après chimiothérapie entraîne une réduction de la SSP (0,004) sans impact significatif sur la SG. Enfin, une étude portant sur les micrométastases médullaires (obtenues à partir d une BOM pratiquée lors de la chirurgie mammaire) montre que la présence de cellules tumorales en nombre supérieur à 30/ml est prédictive du risque de métastases (six des 45 patientes étudiées : cinq cancers TN et un HER2+). De plus, il apparaît que l administration de zolédronate en postopératoire pendant deux ans est corrélée à la négativation des micrométastases médullaires dans 32 % des cas à un an et 24 % à deux ans (Abstract 1002). Chimiothérapie néoadjuvante (CNA) Un autre Clinical Science Symposium aétéconsacréauxfacteurs prédictifs d une réponse histologique complète (pcr) à la CNA (Tableau 4). H. Bonnefoi (Abstract 503) a présenté au nom de l EORTC les résultats d une étude évaluant l impact d une mutation de p53 sur la réponse à une CNA par anthracycline avec ou sans taxane (1 850 patientes randomisées pour six cycles entre FEC 100 ou docétaxel [DOC] + épirubicine [E]). Les résultats finaux ne confirment pas l hypothèse initiale (bénéfice attendu de 6 % sur la SSP d un schéma à base de taxanes). Une mutation de p53 a été identifiée dans 43,8 % des cas, mais n est pas prédictive d une meilleure efficacité du DOC (HR = 0,85, p =0,17).En revanche, l impact pronostique défavorable de la mutation de p53 est confirmé : à cinq ans pour la SSP (HR = 1,37, p = 0,0005) et la SG (HR = 1,8, p < 0,0001). Le German Breast Group (Abstract 501) a présenté la mise à jour d une analyse rétrospective de huit essais regroupant patientes traitées par CNA : l influence du type de chimiothérapie (anthracyclines, taxanes, capécitabine, trastuzumab), de son intensité et de sa durée est étudiée en fonction du type histologique. Au moins, quatre constatations ressortent de cette analyse : les cancers avec des récepteurs hormonaux positifs (RH+) bénéficient le plus des Tableau 3. Cellules tumorales circulantes CTC : facteur pronostic/prédictif Giordano 1000 Bardia 1001 Rack 1003 Greenberg CTC et pronostic d évolution métastatique Surtout si RH+/HER2 et pour métastases osseuses 112 CTC et CA : Avant chimiothérapie : CTC oui/ca non-régressions pronostic/ssp et SG sous chimiothérapie : CA > CTC CTC avant/après chimiothérapie Avant : HR SSP, p <10 4 /HR SG, p =0,003 adjuvante Après : HR SSP, p = 0,004/HR SG, p =0,14 37 CTC et zolédronate adjuvant CTC > 30/ml prédictif du risque de métastases 32 et 24 % négativation CTC à 1 et 2 ans Tableau 4. Chimiothérapie néoadjuavante Facteur prédictif de réponse à la CNA Bonnefoi 503 Von Minckwitz 501 Martin Mutation p53 Impact défavorable sur SSP et SG à 5 ans Pas d impact sur taux de pcr Type, durée, intensité Chimiothérapie longue, bénéfique si RH+ de chimiothérapie Ant/Tax haute dose, bénéfique si TN Ant, bénéfique si HER2 204 RE/TOP2A HER2 4cyclesHerceptin suffisants si HER2+ RE /TOP2A normal réponse aux Ant TN bénéfice des Tax/résistance aux Ant TN : triple négatif ; Ant : anthracyclines ; Tax : taxanes.

4 482 ONCOLOGIE schémas plus prolongés (au moins six cycles) ; les schémas à base de taxanes à forte dose (supérieur à 400 mg/m 2 de DOC ou équivalent) sont plus favorables pour les cancers TN ; une dose élevée d anthracyclines (supérieure à 300 mg/m 2 de doxorubicine ou équivalent) est bénéfique pour les cancers HER2 ; une administration néoadjuvante de courte durée (quatre cycles) de trastuzumab dans les cancers HER2+ semble suffisante. Dans une analyse rétrospective sur 204 patientes, le GEICAM (Abstract 502) a évalué l impact de différents facteurs : expression de la protéine TOP2A, Ki67, RH, HER2 ainsi qu un profil génomique basé sur une technique de qrt-pcr (signature PAM50). Le statut RE /TOP2A non amplifié est prédictif d une réponse aux anthracyclines, alors que le bénéfice des taxanes est associé aux tumeurs de moins de 5 cm avec RE. Un bénéfice significatif du DOC n apparaît que pour les tumeurs TN/basales qui apparaissent résistantes aux anthracyclines. On remarquera que ces deux études remettent en cause le dogme prôné par l étude BCIRG 006 qui réduit le bénéfice des anthracyclines aux tumeurs HER2+ avec TOP2A amplifié (moins de 10 % des cancers du sein) et nous confortent quant au bénéfice des schémas séquentiels anthracyclines taxanes en (néo)adjuvant Cancer du sein métastatique Avant de présenter les résultats thérapeutiques, une brève synthèse de trois présentations (Abstracts 1007, CRA 1008 et 1009) est utile. Il s agit de l évaluation de la discordance du statut de RE, de RP et de HER2 entre la tumeur primitive et les métastases. Au total, plus de cas ont été étudiés. Une discordance du statut des RH est observée dans 30 à 40 % des cas (plus souvent pour les RP et plus souvent dans le sens d une négativation : tumeur primitive RH+ métastase RH ). La discordance de HER2 est plus rare (5 à 15 %, là encore plutôt dans le sens de la négativation). Environ six biopsies sont nécessaires pour qu une biopsie modifie la stratégie thérapeutique. Une étude rétrospective portant uniquement sur RE et RP montre que ces modifications ont un impact significatif sur la SG, avec une mortalité plus élevée en cas de négativation des récepteurs lors de la rechute (p < 0,0001). Ces résultats renforcent l argumentation en faveur d une biopsie des rechutes d un carcinome mammaire chaque fois qu elle est possible (Tableau 5). Cancers HER2 La seule présentation portant sur une molécule «innovante» (CRA 1004) rapportait les résultats d une étude de phase 3 (EMBRACE) qui évaluait, chez des patientes lourdement prétraitées, l efficacité du mésylate d éribuline. Cette molécule, extraite d une éponge marine, est un analogue synthétique de l halichondrine, inhibiteur des microtubules, moins neurotoxique que le paclitaxel. Deux études de phase 2 avaient évalué le taux de réponse à 10 % environ. Les 762 patientes de l étude EMBRACE avaient reçu en moyenne quatre lignes préalables de chimiothérapie, incluant anthracyclines et taxanes, et 73 % avaient reçu de la Capé. Cinquante pour cent des patientes avaient au moins deux sites métastatiques. La randomisation (schéma 2/1) se faisait entre l éribuline (1,3 mg/m 2 à j1 et à j8 toutes les trois semaines), et une chimiothérapie laissée au choix de l oncologue (vinorelbine, gemcitabine, Capé ). L objectif principal était la SG qui est améliorée de 2,5 mois (13,1 vs 10,6, p = 0,041) sans amélioration de la SSP après revue centralisée. L éribuline entraîne plus de neutropénies et de neuropathies périphériques (grades 3 4 : 8,2 vs 2 %). Cette molécule, globalement bien tolérée, apparaît comme une chance de traitement supplémentaire lorsqu une chimiothérapie est encore justifiée en situation de progression après plusieurs lignes de chimiothérapies. Le bénéfice du bévacizumab en première ligne métastatique sur le taux de réponse objective et la SSP a été démontré par trois grands essais (E2100, AVADO et RIBBON-1), mais aucun n a pu démontrer de bénéfice sur la SG. Une analyse poolée de ces essais (Abstract 1005), regroupant un total patientes, retrouve une survie identique que les patientes aient reçu le bévacizumab (26,7 mois) ou non (26,4 mois) [HR = 0,97, p = 0,56]. Lors de la progression après cette première ligne de traitement, la moitié des patientes des bras témoins avaient bénéficié du bévacizumab en cross-over, environ un quart d entre elles ont reçu au moins quatre lignes de Tableau 5. Variations RE/RP/HER2 entre tumeur primitive et métastase Récepteurs étudiés Amir 1007 Locatelli CRA 1008 Karlson RE/RP/HER2 RE/RP : 38,8 % discordance (RP > RE, perte > gain) HER2 : 5,8 % discordance (perte > gain) 255 RE/RP/HER2 sur métastases RE/RP : 48,6 % discordance (RP > RE, perte > gain) hépatiques HER2 : 13,9 % discordance (perte > gain) 12 % de changement de traitement pour discordance 679 RE et RP Discordance : RE 35 %, RP 43 % Impact/SG : surtout si positif négatif

5 483 Tableau 6. Chimiothérapies et thérapies ciblées en phase métastatique Twelves CRA 1004 O Shaughnessy 1005 Bergh LBA 1010 Crown LBA 1011 Miller 1012 Schémas de traitement Objectif principal Tolérance 762 Mésylate d éribuline vs chimiothérapie «classique» SG : 13,1 vs 10,6 mois, p = 0,041 Neutropénie, thrombopénie, neuropathie Chimio + bévacizumab vs SG : 26,7 vs 26,4 mois, p =0,97 NA chimiothérapie seule 593 Docétaxel + sunitinib vs SSP:8,6vs8,3mois,p = 0,265 Neutropénie, fatigue, docétaxel syndrome main pied 442 Capécitabine + sunitinib vs SSP:5,5vs5,9mois,p = 0,941 Neutropénie et thrombopénie, capécitabine Syndrome main pied, fatigue 37 TDM-1 + pertuzumab, phase 1b/2 9/37 réponses objectives Recommandation dose TDM-1=3,6mg/kg N/V : nausées/vomissements ; NA : non applicable ; DLT : dose limitante toxique. 1 DLT : thrombopénie de grade 4 N/V, diarrhée, dyspnée chimiothérapie et la survie postprogression est d environ 20 mois dans les trois études ; cela peut en partie expliquer l absence de bénéfice en SG ; ces résultats doivent néanmoins être pris en compte lors de nos choix thérapeutiques, en fonction de l objectif attendu du traitement. Lors de la dernière édition du SABCS 2009, l absence d efficacité de l association du sunitinib (SU) à la chimiothérapie avait déjà été soulignée. Les choses semblent définitivement claires avec la présentation de deux études randomisées de phase 3 qui comparaient, en première ligne métastatique, une chimiothérapie par DOC (Abstract LBA 1010) ou Capé (Abstract LBA 1011) aux mêmes chimiothérapies associées au SU (respectivement 593 et 442 patientes). La posologie des cytotoxiques était réduite (respectivement 25 et 20 %) dans les bras combinés. L objectif principal était une amélioration de 50 % de la SSP. Cet objectif n est pas atteint : 8,6 vs 8,3 mois pour SU DOC vs DOC (p =0,265) et 5,5 vs 5,9 mois pour SU Capé vs Capé (p = 0,941). La toxicité est nettement majorée en cas d association (asthénie, syndrome main pied, neuropathie, œdèmes, neutropénie, thrombopénie), et les arrêts de traitement plus fréquents. Ce type d inhibiteur d angiogenèse n estpasrecommandé,etleciblage spécifique du VEGF reste pour le moment la seule stratégie antiangiogénique qui semble efficace et bien tolérée en association à la chimiothérapie dans le cancer du sein métastatique. Cancers surexprimant HER2 Après échec du trastuzumab associé à la chimiothérapie, diverses stratégies thérapeutiques sont à l étude : changement de thérapie ciblée, changement de cytotoxique ou association de thérapies ciblées, éventuellement associée à une chimiothérapie. Cette dernière voie a été explorée dans une étude de phases 1 2 (Abstract 1012) associant pertuzumab et TDM-1 (trastuzumab + maytansine) chez 37 patientes lourdement prétraitées (23 évaluables). On observe 36 % de réponses objectives avec une bonne tolérance (pas de toxicité cardiaque). Une étude de phase 3 permettra de comparer ce type de stratégie à l association taxane trastuzumab (Tableau 6). Au total, pas d élément qui justifie de modifier nos référentiels de prise en charge des cancers du sein métastatiques, hormis la confirmation d un intérêt croissant pour une meilleure caractérisation des sites de rechute métastatique afin d optimiser le traitement. Déclaration de conflit d intérêt : l auteur déclare ne pas avoir de conflit d intérêt.

SYNOPSIS PROTOCOLE UC- 0140/1308

SYNOPSIS PROTOCOLE UC- 0140/1308 SYNOPSIS PROTOCOLE UC- 0140/1308 A) IDENTIFICATION DE L ETUDE CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0140/1308 VERSION ET DATE: VERSION DU 08 SEPTEMBRE 2014 TITRE DE L ESSAI: Etude de phase

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 2, ASCO, ESMO et NCCN, serviront de cadre général aux recommandations

Plus en détail

Dernières recommandations sur la prise en charge des cancers du sein

Dernières recommandations sur la prise en charge des cancers du sein Infiltrant multifocal Dernières Dr Perrine CAPMAS Infiltrant multifocal Toutes les décisions sont prises lors de réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) réunissant: Chirurgien Radiothérapeute

Plus en détail

Actualités en pathologies mammaires

Actualités en pathologies mammaires Actualités en pathologies mammaires 7 ème Journée d Actualité et d Enseignement en Radiothérapie Amiens, Samedi 5 novembre 2016 Dr Julien Prades Sommaire Signatures moléculaires : aide à la décision thérapeutique?

Plus en détail

Les nouveaux essais thérapeutiques en néoadjuvant. changement de philosophie? «Les anciens essais» NSABP B-27 III. Cancer du sein opérable T1-T3

Les nouveaux essais thérapeutiques en néoadjuvant. changement de philosophie? «Les anciens essais» NSABP B-27 III. Cancer du sein opérable T1-T3 Les nouveaux essais thérapeutiques en néoadjuvant : changement de philosophie? Dr Anne Claire Hardy-Bessard Clinique Armoricaine, Saint-Brieuc «Les anciens essais» NSABP B-27 Cancer du sein opérable T1-T3

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 janvier 2002 TAXOTERE 20mg, solution à diluer et solvant pour perfusion Boîte de 1 flacon de poudre et de 1 flacon solvant TAXOTERE 80mg, solution

Plus en détail

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Généralités Epidémiologie Incidence 7800 nouveaux cas par an (1) 70-80 ans Prédominance masculine Bilan pré thérapeutique TDM TAP Echoendoscopie + biopsie si réalisable

Plus en détail

Le cancer du sein: un traitement de plus en plus personnalisé. Brigitte Poirier Chirurgienne oncologue Centre des maladies du sein 1 er octobre 2010

Le cancer du sein: un traitement de plus en plus personnalisé. Brigitte Poirier Chirurgienne oncologue Centre des maladies du sein 1 er octobre 2010 Le cancer du sein: un traitement de plus en plus personnalisé Brigitte Poirier Chirurgienne oncologue Centre des maladies du sein 1 er octobre 2010 Objectif Rappeler l'évolution du traitement du cancer

Plus en détail

Introduction. 4. Dowsett et al. J Clin Oncol Goldstein et al. J Clin Oncol Mamounas et al. ASCO Breast 2012.

Introduction. 4. Dowsett et al. J Clin Oncol Goldstein et al. J Clin Oncol Mamounas et al. ASCO Breast 2012. Prédiction du risque de récidive avec le test Oncotype DX chez les patientes atteintes de cancer du sein hormono-dépendant avec atteinte ganglionnaire, traitées par chimiothérapie adjuvante: Résultats

Plus en détail

1. Le cancer du sein en Belgique

1. Le cancer du sein en Belgique Joëlle Baader Pharmacien BoppAss 11 et 20 octobre 2016 Plan de l exposé 1. Le cancer du sein en Belgique 2. Facteurs de risque 3. Dépistage/Diagnostic 4. Biologie tumorale 5. Métastases 6. Pronostic 7.

Plus en détail

Quelle durée pour l hormonothérapie: 5 ans? 10 ans? XVIII Journées de Sénologie Interactive Caroline Cuvier. Septembre 2015

Quelle durée pour l hormonothérapie: 5 ans? 10 ans? XVIII Journées de Sénologie Interactive Caroline Cuvier. Septembre 2015 Quelle durée pour l hormonothérapie: 5 ans? 10 ans? XVIII Journées de Sénologie Interactive Caroline Cuvier. Septembre 2015 «Crucialité» Cancers RE+: 60-75 % des cancers du sein 65% des RE+ sont aussi

Plus en détail

LES CANCERS DU SEIN. Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux

LES CANCERS DU SEIN. Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux LES CANCERS DU SEIN Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Epidémiologie Plan Circonstances de découverte Diagnostic Traitements loco-régionaux Traitements systémiques 1 femme sur

Plus en détail

ACTUALITÉS EN ONCOLOGIE SÉNOLOGIQUE

ACTUALITÉS EN ONCOLOGIE SÉNOLOGIQUE ACTUALITÉS EN ONCOLOGIE SÉNOLOGIQUE Dr Nathalie LEMOINE Oncologue Centre Galilée/Hôpital Privé La Louvière Hôpital Privé de Villeneuve d Ascq LES THÉRAPIES CIBLANT HER2 HER2 : Surexpression dans 20% des

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

Plan 11/10/ femme sur 8 est touchée 1 femme sur 25 en meurt LES CANCERS DU SEIN. Epidémiologie

Plan 11/10/ femme sur 8 est touchée 1 femme sur 25 en meurt LES CANCERS DU SEIN. Epidémiologie LES CANCERS DU SEIN Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Plan Epidémiologie Circonstances de découverte Diagnostic Traitements loco-régionaux Traitements systémiques 1 femme sur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires

Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires Sabiani L, Houvenaeghel G, Heinemann M, Reyal F, Classe J-M, Cohen M, Garbay J-R, Giard S, Charitansky

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

«Les incontournables en Cancérologie 2013» Centre de Congrès le Manège. Le 8 octobre 2013

«Les incontournables en Cancérologie 2013» Centre de Congrès le Manège. Le 8 octobre 2013 Docteur Thomas JALLE Chirurgie gynécologique et mammaire Clinique d Argonay «Les incontournables en Cancérologie 2013» Centre de Congrès le Manège Le 8 octobre 2013 Evaluation du statut ganglionnaire:

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon du sujet âgé Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante Cancer du colon RECOMMANDATIONS : pour les stades III : FOLFOX

Plus en détail

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Principe de prise en charge: Questions non résolues 1 ère étape: faut-il traiter le cancer? - ATCD, comorbidités

Plus en détail

Traitements systémiques dans le cancer du sein : actualités? Lionel Duck et Renaud Poncin, Oncologues, Clinique Saint-Pierre Ottignies 26 mai 2016

Traitements systémiques dans le cancer du sein : actualités? Lionel Duck et Renaud Poncin, Oncologues, Clinique Saint-Pierre Ottignies 26 mai 2016 Traitements systémiques dans le cancer du sein : actualités? Lionel Duck et Renaud Poncin, Oncologues, Clinique Saint-Pierre Ottignies 26 mai 2016 Plan 1) Introduction 2) Biologie du cancer du sein 3)

Plus en détail

Le cancer du sein localisé L Zelek & J Gligorov, pour l Intergroupe Sein Francilien

Le cancer du sein localisé L Zelek & J Gligorov, pour l Intergroupe Sein Francilien Le cancer du sein localisé L Zelek & J Gligorov, pour l Intergroupe Sein Francilien L incidence annuelle du cancer du sein est estimé à 110.3 / 100000 dans l Union Européenne en 2006 (1). Elle augmente

Plus en détail

Le Cancer du Sein HER2+ Nouvelles modalités de traitement par voie sous-cutanée. Dr Lionel MOREAU, Pôle Santé République, Clermont-Fd

Le Cancer du Sein HER2+ Nouvelles modalités de traitement par voie sous-cutanée. Dr Lionel MOREAU, Pôle Santé République, Clermont-Fd Le Cancer du Sein HER2+ Nouvelles modalités de traitement par voie sous-cutanée Dr Lionel MOREAU, Pôle Santé République, Clermont-Fd 2 3 Développement Formulation sous-cutanée (SC) Trastuzumab est actuellement

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers Bisphosphonates et cancers Erick Legrand CHU et Université, Angers Les traitements de l ostéoporose Activité physique régulière 3 heures par semaine Correction des carences alimentaires en calcium Eviction

Plus en détail

Chirurgie des cancers du sein : Ganglion sentinelle : indications actuelles et évaluations en cours

Chirurgie des cancers du sein : Ganglion sentinelle : indications actuelles et évaluations en cours Chirurgie des cancers du sein : Ganglion sentinelle : indications actuelles et évaluations en cours INDICATIONS ACTUELLE DU GS Cancer infiltrant, unifocal, taille à 2 cm Aisselle cliniquement indemne (N0)

Plus en détail

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Classification Les sarcomes utérins sont rares : 1% des tumeurs malignes gynécologiques : 3,3/100.000

Plus en détail

Stratégie thérapeutique devant une tumeur HER2 surexprimé en phase adjuvante

Stratégie thérapeutique devant une tumeur HER2 surexprimé en phase adjuvante 3 e édition des RCP de la SFSPM Nancy, 13 juin 2013 Stratégie thérapeutique devant une tumeur HER2 surexprimé en phase adjuvante Dr Mathilde Deblock (ICL, Nancy) Dr Marc Spielmann (IGR, Villejuif) Madame

Plus en détail

La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse?

La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse? Tumeurs localement évoluées: traitements néo-adjuvants La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse? S.Giard Centre O.Lambret - Lille DPI : rien à déclarer Limites du sujet: la chirurgie mammaire et

Plus en détail

Des choix stratégiques en situation métastatique Quand sortir des traitements conventionnels?

Des choix stratégiques en situation métastatique Quand sortir des traitements conventionnels? Des choix stratégiques en situation métastatique Quand sortir des traitements conventionnels? Chantal Bernard-Marty, Toulouse Anthony Gonçalves, Marseille Conflit d intérêts CBM : Roche, Novartis AG :

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules Carcinome neuroendocrine à grandes cellules C. Clément-Duchêne Institut de Cancérologie de Lorraine Introduction Groupe hétérogène de tumeurs (histologie, immunohistochimie, moléculaire, pronostic et thérapeutique)

Plus en détail

Standards dans la Prise en Charge du Cancer du Sein. William Jacot CRLC Val d Aurelle Montpellier

Standards dans la Prise en Charge du Cancer du Sein. William Jacot CRLC Val d Aurelle Montpellier Standards dans la Prise en Charge du Cancer du Sein William Jacot CRLC Val d Aurelle Montpellier Le cancer du sein en France 49.814 nouveaux cas en 2005 11.441 décès en 2006 Létalité ± 20 % Guérin et al.,

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin

Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin contact@afacs.fr www.afacs.fr Merci à Marc Spielmann Le plan cancer mesure 48 Développement de la coordination des soins, des réseaux,

Plus en détail

CURAGE AXILLAIRE ET TECHNIQUES DU GANGLION SENTINELLE

CURAGE AXILLAIRE ET TECHNIQUES DU GANGLION SENTINELLE CURAGE AXILLAIRE ET TECHNIQUES DU GANGLION SENTINELLE Cancer du sein : Incidence : 40 000 cas/an en France 85% de cancers invasifs : nécessité de connaître le statut ganglionnaire pour 34 000 patientes

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

RESULTATS PRESENTES SUR LES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE DANS LES CANCERS DE LA TÊTE ET DU COU, DU POUMON ET DU SEIN

RESULTATS PRESENTES SUR LES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE DANS LES CANCERS DE LA TÊTE ET DU COU, DU POUMON ET DU SEIN Contact: Anne Bancillon + 33 (0)6 70 93 75 28 RESULTATS PRESENTES SUR LES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE DANS LES CANCERS DE LA TÊTE ET DU COU, DU POUMON ET DU SEIN Principaux résultats présentés lors

Plus en détail

Traitements médicaux des stades localisés et surv long terme. Suzette DELALOGE Avril 2015

Traitements médicaux des stades localisés et surv long terme. Suzette DELALOGE Avril 2015 Traitements médicaux des stades localisés et surv long terme Suzette DELALOGE Avril 2015 1 Référentiel «régional» 2 Partie 1 Les standards 3 Les grands arbres décisionnels simples 4 Diagnostic de Cancer

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Cancers du sein: décision en adjuvant en pratique et surveillance post thérapeutique

Cancers du sein: décision en adjuvant en pratique et surveillance post thérapeutique Cancers du sein: décision en adjuvant en pratique et surveillance post thérapeutique Suzette Delaloge Gustave Roussy Suzette.delaloge@gustaveroussy.fr Partie 1 Les standards 2 Les grands arbres décisionnels

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante d indication contreversée (sujets âgés, stade II)

Chimiothérapie adjuvante d indication contreversée (sujets âgés, stade II) - Marseille, le 21 juin 2013 - Chimiothérapie adjuvante d indication contreversée (sujets âgés, stade II) Thierry Lecomte Service d Hépato-gastroentérologie et de Cancérologie digestive - CHU de Tours

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde 18 Cancer de la thyroïde Avec 3 711 nouveaux cas estimés en 2000 en France, le cancer de la thyroïde représente 1 % de l ensemble de nouveaux cas de cancers (Remontet et coll., 2003). L incidence du cancer

Plus en détail

Cas clinique interactif. XVIIème Journées de sénologie interactive Sophie Frank

Cas clinique interactif. XVIIème Journées de sénologie interactive Sophie Frank Cas clinique interactif XVIIème Journées de sénologie interactive 18.09.2014 Sophie Frank Mme L.!! Agée de 59 ans!! Vient consulter en février 2014 pour un nodule du QII du sein gauche apparu suite à un

Plus en détail

ETUDE MAPAM 01. Mastectomie thérapeutique avec conservation de l étui cutané et de la plaque aréolo-mamelonnaire.

ETUDE MAPAM 01. Mastectomie thérapeutique avec conservation de l étui cutané et de la plaque aréolo-mamelonnaire. Page 1 / 6 TITRE DE L ESSAI cutané et de la plaque aréolo-mamelonnaire. ACRONYME MAPAM 01 TYPE D ETUDE : Phase III CODE PROMOTEUR 14 SEIN 10 N ID-RCB 2014-A01028-39 PROMOTEUR INVESTIGATEUR COORDONNATEUR

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ganglion sentinelle positif. Chirurgie: Dr Dorangeon Radiothérapie: Dr Brunaud

Conduite à tenir devant un ganglion sentinelle positif. Chirurgie: Dr Dorangeon Radiothérapie: Dr Brunaud Conduite à tenir devant un ganglion sentinelle positif Chirurgie: Dr Dorangeon Radiothérapie: Dr Brunaud Cas clinique n 1: Me N. Marguerite 71 ans ATCD personnels Polypes intestinaux, kyste du sein Dt

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge thérapeutique des Tumeurs endocrines Digestives

Actualités dans la prise en charge thérapeutique des Tumeurs endocrines Digestives Actualités dans la prise en charge thérapeutique des Tumeurs endocrines Digestives R.SAI; K.BOUZID EHS C.P.M.C INTRODUCTION Tumeurs Rares : 2 /100000 et de Diagnostic difficile Prise en Charge Thérapeutique

Plus en détail

Place du Curage dans le Cancer du Rein

Place du Curage dans le Cancer du Rein Place du Curage dans le Cancer du Rein Épidémiologie des cancers du Rein Incidence MONDE 271 000 nouveaux cas en 2008 Taux stand monde pour 100 000 : Hommes : 14,2 : 5,8 France: 11 080 nouveaux cas en

Plus en détail

Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale -

Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale - Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale - Institut Claudius Regaud Les essais en cours Essais en adjuvant ICR, étude PHACS Essais ennéoadjuvant étude HORGEN (HT) Essais en métastatique tumeurs

Plus en détail

Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein

Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein Anne Choquette Pathologiste, Hôpital du Saint-Sacrement, CHA Cancer du sein Facteur pronostique: Caractère clinique, pathologique ou biologique témoignant

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX Atelier Pharmacologie DESC PCET - Paris le 18 mai 2015 PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX J.J. Kiladjian Centre d Investigations Cliniques Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot Nombre

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 2 juillet 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 2 juillet 2013 Communiqué de presse Bâle, le 2 juillet 2013 La FDA accorde un statut d examen prioritaire à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade

Plus en détail

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux?

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dr Jean-Philippe DURAND Président du CLAN du GHU Paris Centre Praticien Hospitalier Service

Plus en détail

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris Chimioradiothérapie des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris CLASSIFICATION FIGO 2009 I: Carcinome limité au col IA: Carcinomes micro-invasifs (diagnostic histologique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 21 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 21 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 21 juillet 2004 TAXOTERE 20mg, solution à diluer et solvant pour perfusion Boîte de 1 flacon de poudre et de 1 flacon solvant TAXOTERE

Plus en détail

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts 104-108 Rappel La plupart des lymphomes agressifs surviennent après 60 ans Le pronostic est plus

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon consensus (thésaurus) 2005

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon consensus (thésaurus) 2005 Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon consensus (thésaurus) 2005 Cours INSERM 7 mars 2006 Géraldine PERKINS, Ph ROUGIER Les facteurs pronostiques STADE TNM +++ Taille de la tumeur Qualité de la chirurgie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2011 HALAVEN 0,44 mg/ml, solution injectable B/1 flacon de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP 4183523) B/6 flacons de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP

Plus en détail

INTRODUCTION. Gonadotoxicité des traitements systémiques Obligation légale : Décret décembre 2006

INTRODUCTION. Gonadotoxicité des traitements systémiques Obligation légale : Décret décembre 2006 Etude PRESAGE : Etude pilote de faisabilité de PRéservation de la fertilité par Stimulation ovarienne associée à du tamoxifène et congelation ovocytaire ou embryonnaire avant chimiothérapie pour cancer

Plus en détail

Actualités cancer du sein Suzette DELALOGE

Actualités cancer du sein Suzette DELALOGE Actualités cancer du sein 2014 Suzette DELALOGE 1 Plan Grandes questions Actualités épidémiologiques Biologie des cancers du sein aujourd hui Traitements locaux Traitements médicaux adjuvants Prise en

Plus en détail

Evaluation anatomopathologique de la réponse tumorale après chimiothérapie néadjuvante du cancer du sein

Evaluation anatomopathologique de la réponse tumorale après chimiothérapie néadjuvante du cancer du sein Institut Bergonié Evaluation anatomopathologique de la réponse tumorale après chimiothérapie néadjuvante du cancer du sein Gaëtan Mac Grogan Département de Biopathologie-Institut Bergonié-Bordeaux Conflits

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

TUMEURS DU SEIN RECOMMANDATIONS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES

TUMEURS DU SEIN RECOMMANDATIONS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES TUMEURS DU SEIN RECOMMANDATIONS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES ONCOCENTRE BLOIS 10 JUIN 2005 GROUPE DE TRAVAIL D ANGUIS F ARBION O ARSENE S AVIGDOR I BARILLOT S BARON JL BAULIEU C BERGER G BODY F BOIVIN

Plus en détail

Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0!

Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0! Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0! Pour quelle patientes? 12 juin 2015 - Dr C Perrin UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Introduction Traitements adjuvants

Plus en détail

Chirurgie du cancer du sein en 2015

Chirurgie du cancer du sein en 2015 Chirurgie du cancer du sein en 2015 Dr Catherine Riera Coordinatrice clinique du sein I.S.P.P.C. Service Gynécologie- obstétrique 02/10/2015 Première description de mastectomie, Johannes Scultetus Armentarium

Plus en détail

Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien

Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien Docteur Elisabeth Luporsi Centre Alexis Vautrin 29 mai 2007 Traitement locorégional premier des cancers invasifs localisés : indications et limites

Plus en détail

Evaluation prospective monocentrique du trastuzumab administré concomitamment à la radiothérapie mammaire locorégionale

Evaluation prospective monocentrique du trastuzumab administré concomitamment à la radiothérapie mammaire locorégionale Evaluation prospective monocentrique du trastuzumab administré concomitamment à la radiothérapie mammaire locorégionale J. Jacob, L. Belin, J-Y. Pierga, A. Gobillion, R. Dendale, P. Beuzeboc, F. Campana,

Plus en détail

HORMONOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN. Dr Didier Jallut, médecin FMH en oncologie médicale / 6 mars

HORMONOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN. Dr Didier Jallut, médecin FMH en oncologie médicale / 6 mars HORMONOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN MIDI DE PEPINET LVC JEUDI 6 MARS 2014 Dr Didier Jallut, médecin FMH en oncologie médicale / 6 mars 2014 1 o Hormonothérapie du cancer du sein o Historique o Comment lutter

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 janvier Date de l'amm : 24 juillet Rectificatifs du 21/02/ /03/05 15/05/2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 janvier Date de l'amm : 24 juillet Rectificatifs du 21/02/ /03/05 15/05/2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 janvier 2007 FEMARA 2,5 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés : 341 474-2 Laboratoire NOVARTIS PHARMA SAS létrozole Liste I Date de l'amm : 24 juillet 1996 -

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

Nouvelles modalités de radiothérapie per et post-opératoire : comment et pour qui? Carole Massabeau Alain Redon

Nouvelles modalités de radiothérapie per et post-opératoire : comment et pour qui? Carole Massabeau Alain Redon Nouvelles modalités de radiothérapie per et post-opératoire : comment et pour qui? Carole Massabeau Alain Redon Nouvelles modalités de RTE 1/ Tumeurs de bon pronostic Radiothérapie partielle abstention

Plus en détail

NOUVEAU THÉSAURUS DES TUMEURS ENDOCRINES PANCRÉATIQUES

NOUVEAU THÉSAURUS DES TUMEURS ENDOCRINES PANCRÉATIQUES NOUVEAU THÉSAURUS DES TUMEURS ENDOCRINES PANCRÉATIQUES Objectifs pédagogiques : Classifications OMS TNM Options thérapeutiques et indications Réseaux TENPATH et RENATEN Catherine Lombard-Bohas Service

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Histologie et cytologie du sein normal. Méthodologie en anatomie pathologique mammaire

Histologie et cytologie du sein normal. Méthodologie en anatomie pathologique mammaire Histologie et cytologie du sein normal Méthodologie en anatomie pathologique mammaire DIU des Maladies du Sein Année 2016-2017 philippe.bertheau@gmail.com Embryologie La crête mammaire . peau. mamelon

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE 15 mars 2006 TAXOL 6 mg/ml, solution à diluer pour perfusion Flacons de 5 ml, 16,7 ml, 25 ml et 50 ml B/ 1 et 10 Laboratoires BRISTOL MYERS SQUIBB Paclitaxel Liste I. Médicament

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE RTS 02

SYNOPSIS PROTOCOLE RTS 02 SYNOPSIS PROTOCOLE RTS 02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0140/1001 - RTS 02 VERSION ET DATE : version n 7.0 28 février 2013 TITRE DE L ESSAI : Essai de

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche

Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche HAS, Septembre 2011 Rationnel de l étude Rationnel de l étude Années 1980 : Survie à 5 ans des cancers de l œsophage tous stades confondus traités par chirurgie

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

CANCER DU SEIN: GROSSESSE ACTUELLE & FERTILITE. EPU du 11 octobre 2012 Magali LESAVRE

CANCER DU SEIN: GROSSESSE ACTUELLE & FERTILITE. EPU du 11 octobre 2012 Magali LESAVRE CANCER DU SEIN: GROSSESSE ACTUELLE & FERTILITE EPU du 11 octobre 2012 Magali LESAVRE CANCER DU SEIN PENDANT LA GROSSESSE Définition & problématique Cancer diagnostiqué pendant la grossesse ou dans l année

Plus en détail

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Le site du Docteur Patrick DORFFER Adresse du site : www.docvadis.fr/patrick-dorffer Validé par le Comité Scientifique Oncologie Une chimiothérapie vous a été

Plus en détail

CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE REVELE PAR DES METASTASES AXILLAIRES. Véronique VAINI- COWEN Polyclinique du Parc RAMBOT Aix- en- Provence

CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE REVELE PAR DES METASTASES AXILLAIRES. Véronique VAINI- COWEN Polyclinique du Parc RAMBOT Aix- en- Provence CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE REVELE PAR DES METASTASES AXILLAIRES Véronique VAINI- COWEN Polyclinique du Parc RAMBOT Aix- en- Provence DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL Toutes les adénopathies axillaires : Bénignes:

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou

EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou plusieurs ganglions sentinelles Chaque ganglion est inclus

Plus en détail

Traitements médicaux en oncologie digestive. Nouvelles thérapies. Docteur Pierre DALLOZ, Pôle Santé République

Traitements médicaux en oncologie digestive. Nouvelles thérapies. Docteur Pierre DALLOZ, Pôle Santé République Traitements médicaux en oncologie digestive Nouvelles thérapies Docteur Pierre DALLOZ, Pôle Santé République Cancer colorectal Cancer colorectal Un nouvel anti métabolite : le TAS 102 Nouvelles thérapies

Plus en détail

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts LYMPHOME T D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts 125-129 Rappel Hémopathie maligne rare Pronostic sévère avec taux de survivants autour de 30 à 35 % à 5 ans Taux de rechute

Plus en détail