L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT?"

Transcription

1 L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT?

2 Oncogériatrie

3

4 ORGANISATION SOINS FORMATION RECHERCHE GERICO/DIALOG SOFOG/FEDERATION

5 + UCOG LES MISSIONS 1. AMELIORER LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES ATTEINTS DE CANCER 2. MISSION DE RECHERCHE CLINIQUE 3. MISSION DE FORMATION ET D INFORMATION 4. COORDINATION REGIONALE

6 POURQUOI? Raisons ethiques Raisons démographiques Raisons médicales

7 SOURCES INCA

8 UNE POPULATION HETEROGENE 20% 50% 30% (1) Riley MW. Successful aging. Gerontologist 1998;38:151.

9

10

11 POUR DES RAISONS MEDICALES Dans 50% une problématique gériatrique pouvant interférer avec la prise en charge oncologique est dépistée lors de L EGS. Kenis Annals of oncol 2013

12 PREDIRE

13 LES QUESTIONS À SE POSER Va-t-elle mourir de son cancer ou avec son cancer? Évaluer la Fragilité Estimer son espérance de vie Le traitement va-t-il apporter plus de bénéfice que de souffrance? Prédire la toxicité

14 Gluck The breast 2013

15 Psychologue Assistante sociale Diététicienne Rééducateur(s) Infirmière Gériatre Pharmacien Cancérologue Evaluation Gériatrique Multidimensionnelle (EGM) Médecin traitant Dépistage systématique restitué dans un compte rendu ordonné Hiérarchisation des problèmes Mise en perspective du cancer Mesures thérapeutiques adaptées et individualisées EGA* * EGA = Evaluation Gériatrique Approfondie

16 EGM Evaluation systématique Co-morbidités Statut nutritionnel Dépendance Prise médicamenteuse Vie sociale Fonctions sensorielles Thymie Cognition Equilibre et marche

17 MEMOIRE: Fluence verbale, TMTA,TMTB, Grober et Buchske, DMS 48, EMPAN, ADAScog,BREF,WAIS. Ai-je oublié quelque chose? AUTONOMIE:GERONTE,AGGIR,IOWA DEPRESSION:CORNELL,GDS15,GD S30,HAMILTON EQUILIBRE:Appui unipodal,tinetti,walking and Talking test EVALUATION VISUELLE ET AUDITIVE FARDEAU DE L AIDANT: ZARIT EVALUATION DE LA DOULEUR: EVA, DOLOPLUS,ECPA RECHERCHE de syndromes gériatriques: Chutes,Démence, Incontinence, Dénutrition EXAMEN CLINIQUE COMPLET+ REEVALUTION DES THERAPEUTIQUES + EVALUATION SOCIALE+ EXAMENS COMPLEMENTAIRES RAISONNES ET RAISONNABLES

18 Évaluation gériatrique Classification selon Balducci (1) Groupe dit harmonieux Groupe Intermédiaire Groupe très fragile. Patient dépendant ADL. Patient autonome. Absence de comorbidité. Une dépendance sur au moins 1 item de. Comorbidités >3. Syndromes gériatriques l IADL et/ou évolutifs. 1<comorbidités<3 Traitement dose standard Traitement adapté Soins Palliatifs (1) Balducci L et al. General guidelines for the management of older patients with cancer. Oncology (Huntingt) 2000;14(17):

19

20 SOFOG 2015 INFLUENCE DE L EGS/COHORTE PACA EST PLACE DU GERIATRE A LA RCP 20% Caillet JCO % Kenis et al Annals of oncol % pour l ensemble de la cohorte (n=817) Patients «pré fragiles»selon FRIED 30%

21 DECIDER. QUEL TRAITEMENT? STRATEGIE? Traitement Chirurgical Radiothérapie Hormonothérapie Chimiothérapie? Néoadjuvante Adjuvante Métastatique

22 «LA POLICE SCIENTIFIQUE» PAR QUI? «LES PROFILEURS» L ÉQUIPE ONCOLOGIQUE L ÉQUIPE GÉRIATRIQUE «L INSPECTEUR CLASSIQUE MAIS EFFICACE» LE PATIENT LA PREDICTION LA PREDICTION

23 LES ONCOLOGUES: RISQUE DE RÉCIDIVE/SURVIE Benefice Risque

24 FRAGILTÉ? Fragilité Anterieure Fragilité liée au Cancer EGS

25 GERIATRES EVALUATION DE LA SURVIE Chimiothérapie Adjuvante SURVIE précoce SURVIE tardive Chimiothérapie Métastatique SURVIE précoce SURVIE tardive Stratégie HT

26 GERIATRES: EVALUATION DE LA SURVIE FACTEURS PRÉDICTIFS PRÉCOCES BOULAHSSASS et al ASCO /547 SOUBEYRAN et al JCO 2012 Vers UN TRIPLE GERIATRIQUE? Marche, méta, MNA PROFILAGE «HAUT RISQUE» AIDE À LA DÉCISION THÉRAPEUTIQUE

27 Boulahssass et al JCO 33,2015(suppl 9511) ASCO 2015 MODÈLE PRÉDICTIF /DECES A 100J N=1020 Facteurs de Risque OR IC p βcoef Points Score CANCERS MÉTASTATIQUES VITESSE DE MARCHE <0,8 m/s MNA > 23,5 23,5 et 17 <17 2,5 1,7-3,5 P=0,001 0, ,1 1,3-3,3 p=0,002 0, ,4 8,0 1,1-16,2 2,1-31,1 Ref P=0,01 P=0,01 1,485 2, CANCER SEIN n=239 Ref 0 AUTRES CANCERS 4,1 1,9-8,4 P=0,001 1,410 3 PS >2 1,7 1,1-2,6 P=0,01 0,535 1 VALIDATION INTERNE :BOOTSTRAP (1000 x 2/3 de la cohorte)

28 Cumulated survival NCASS SCORE / SCORE Risque à 100 j n % % % % 56 AUC NCASS Score 0,830 PS 0,780 Balducci 0,716 Days Boulahssass et al JCO 33,2015(suppl 9511) ASCO 2015

29 SURVIE À 1 AN Walter JAMA. 2001

30 Walter JAMA. 2001

31 SCORE DE LEE: SURVIE À 4 ANS

32 LA PREDICTION DE LA TOXICITE Crash score Martine Extermann Extermann et al Cancer 2012 Score d Arti Hurria Hurria et al JCO 2011

33

34 SCORE :6

35 PRÉDIRE LA TOXICITÉ

36 ET LE PATIENT DANS TOUT ÇA? abstracts 38 études finalement Cancer du sein et Prostate Facteurs limitants: PEUR, ISOLEMENT, NON COMPREHENSION Facteurs Favorisants:CONFIANCE, DISCOURS DU PRATICIEN

37

38 Soubeyran Plos one 2014 L.Decoster and al, Ann oncol, 2014

39

40 TRAJECTOIRE /COORDINATION CS Ville RAD SSR GYnéco SSR RT SSR Chir dig RAD

41 POUR CONCLURE L oncologue propose Le gériatre compose Le patient dispose

SESSION 2 : CANCER DU SEIN - DIAGNOSTIC MODÉRATEURS : HENRI ROCHÉ OLIVIER GUÉRIN

SESSION 2 : CANCER DU SEIN - DIAGNOSTIC MODÉRATEURS : HENRI ROCHÉ OLIVIER GUÉRIN SESSION 2 : CANCER DU SEIN - DIAGNOSTIC MODÉRATEURS : HENRI ROCHÉ OLIVIER GUÉRIN L A P R I S E D E D É C I S I O N F A C E À U N E PAT I E N T E F R A G I L E A T T E I N T E D E C A N C E R D U S E I

Plus en détail

Prise en charge oncogériatrique en EHPAD

Prise en charge oncogériatrique en EHPAD Prise en charge oncogériatrique en EHPAD 20 juin 2008 Olivier Guérin Pôle de gérontologie CHU de Nice Espérance de vie à la naissance, espérance de vie globale : Sont-ils si âgés que cela? Espérance de

Plus en détail

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Définition du sujet âgé INCa : 75 ans Pratique : 75 ans Polypathologique

Plus en détail

Apports et limites de la consultation d oncogériatrie. Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne

Apports et limites de la consultation d oncogériatrie. Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne Apports et limites de la consultation d oncogériatrie Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne Conflits d intérêts Aucun pour cette présentation Objectifs pédagogiques Qu est ce qu un oncogériatre? Pourquoi,

Plus en détail

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique Trajectoire et profil patient pour le SSR à orientation oncogériatrique Francine AUBEN UCOG PACA-Est Pole de gérontologie-chu Nice Monaco Age Oncologie 19-20 mars 2015 L'ÉVALUATION ONCOGÉRIATRIQUE Indiquée

Plus en détail

Enjeux de l oncogériatrie a l horizon 2020

Enjeux de l oncogériatrie a l horizon 2020 Réunion annuelle du Cancéropôle Lille, 20 décembre 2013 Enjeux de l oncogériatrie a l horizon 2020 François PUISIEUX Université de Lille 2 et CHRU de LILLE Véronique SERVENT, Marie-Guy DEPUYDT, Cedric

Plus en détail

Faisabilité des traitements anti-cancéreux chez les patients âgés

Faisabilité des traitements anti-cancéreux chez les patients âgés FÉDÉRER Séminaire LA oncogériatrie RECHERCHE ET : de L INNOVATION la recherche MÉDICALE à la pratique EN CANCÉROLOGIE Vendredi 19 juin 2015 Faisabilité des traitements anti-cancéreux chez les patients

Plus en détail

L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique?

L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique? L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique? O. GUERIN Gériatrie gérontologie clinique (Dr P.Brocker) CHU Nice I Pourquoi? 1 Association vieillissement cancer : un paradoxe Cancéreux

Plus en détail

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Cas clinique Mme K. Edmonde, 86 ans, 26 mars 2015 Evaluation

Plus en détail

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier Cancer de la prostate Prise en charge du sujet âgé Dr Marie CHARISSOUX Département de radiothérapie CRLC Montpellier Rapport d oncogériatrie INCA 2009 Etat des lieux et perspectives en oncogériatrie i

Plus en détail

Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre

Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre Unité Pilote de Coordination Oncogériatrique en Midi-Pyrénées Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre Dr S Gérard, Dr L. Balardy 4ème Journée GRASSPHO AFSOS / Oncomip 27/11/2009 Soins

Plus en détail

GYNECO ONCOGER. Version n 1 du 26/12/2012

GYNECO ONCOGER. Version n 1 du 26/12/2012 Place d une évaluation gériatrique standardisée dans la prise en charge des patientes âgées de 75 ans et plus atteintes d un premier cancer du sein localisé : Comparaison de deux stratégies, avant la chirurgie

Plus en détail

Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique. Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux

Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique. Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux 1 Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux 2 Vieillissement de la population et Cancer Espérance

Plus en détail

Apport de l Oncogériatrie à la prise en charge des patients atteints de cancers de la vessie localisés infiltrants

Apport de l Oncogériatrie à la prise en charge des patients atteints de cancers de la vessie localisés infiltrants Apport de l Oncogériatrie à la prise en charge des patients atteints de cancers de la vessie localisés infiltrants DU Oncogériatrie 20 fevrier 2014 Tumeur infiltrante Tumeur de infiltrante vessie de vessie

Plus en détail

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue Oncogériatrie en région r Centre. Activité et perspectives. AOG* * du Centre C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue * Antenne d Oncogériatrie cancer, âge

Plus en détail

Quelles actualités en Oncogériatrie? Cécile Mertens 27/11/2015

Quelles actualités en Oncogériatrie? Cécile Mertens 27/11/2015 1 Quelles actualités en Oncogériatrie? Cécile Mertens 27/11/2015 Pourquoi l Oncogériatrie? Quelques chiffres 2 Oncogériatrie Une discipline en plein essor, née en 1983. Alliance entre l oncologie et la

Plus en détail

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées Organisation et activité Historique Cliquez pour modifier Coordination le style de du projets titre Unité de Coordination en OncoGériatrie «Améliorer

Plus en détail

Les traitements carcinologiques chez les personnes âgées (?)

Les traitements carcinologiques chez les personnes âgées (?) Les traitements carcinologiques chez les personnes âgées (?) Dr Pascal CHAIBI Service de Gériatrie à orientation onco-hématologique Hopital Charles Foix Ivry sur Seine Service Hématologie Adultes du Professeur

Plus en détail

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé. Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé. Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012 Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012 Introduction Cancer du sujet âgé Problématique de santé publique Augmentation incidence

Plus en détail

Hôpital Joseph Ducuing 03/02/14. Martin Michaud CCA Médecine Interne, Secteur B Casselardit

Hôpital Joseph Ducuing 03/02/14. Martin Michaud CCA Médecine Interne, Secteur B Casselardit Hôpital Joseph Ducuing 03/02/14 Martin Michaud CCA Médecine Interne, Secteur B Casselardit La fragilité : - Une problématique : la dépendance - Pourquoi? Quelques mots de physiopathologie - Comment? Critères

Plus en détail

Qu est-ce que l oncogériatrie

Qu est-ce que l oncogériatrie Question 1 Qu est-ce que l oncogériatrie Une prise en charge adaptée des personnes âgées atteintes de cancer Une expertise gériatrique en complément de l expertise carcinologique Une approche pluridisciplinaire

Plus en détail

Pr Simone Mathoulin-Pélissier Institut Bergonié et Université Bordeaux Inserm CIC 1401, Axe cancer U897

Pr Simone Mathoulin-Pélissier Institut Bergonié et Université Bordeaux Inserm CIC 1401, Axe cancer U897 Pr Simone Mathoulin-Pélissier Institut Bergonié et Université Bordeaux Inserm CIC 1401, Axe cancer U897 PLATE-FORME PA-CAN: PERSONNES AGÉES ET CANCER/ RECHERCHE CLINIQUE 5 ème Monaco Age Oncologie, Monaco

Plus en détail

Présentation Rôle - Missions Mardi 04 Novembre 2014 Caen

Présentation Rôle - Missions Mardi 04 Novembre 2014 Caen Unité de Coordination en Oncogériatrie Présentation Rôle - Missions Mardi 04 Novembre 2014 Caen Historique 1995: 1 ères équipes françaises: Lyon puis Bordeaux Paris 2000-2005: Etat des lieux par les instances

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

Le sujet âgé atteint de cancer : Quels enjeux?

Le sujet âgé atteint de cancer : Quels enjeux? Le sujet âgé atteint de cancer : Quels enjeux? Dr Olivier Guillem Centre hospitalier intercommunal des alpes du sud - Gap Ancelle ORPHEM 22 Mars 2012 Quelques données La population française vieillit :

Plus en détail

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey PREVALENCE DU CANCER CHEZ LES PATIENTS AGES DE 75 ANS ET PLUS RESIDANT EN EHPAD : ETUDE REALISEE AUPRES DES 50 EHPAD CONVENTIONNES

Plus en détail

Quels sont vraiment nos résultats? Antoine Thicoïpé Bordeaux

Quels sont vraiment nos résultats? Antoine Thicoïpé Bordeaux Quels sont vraiment nos résultats? Antoine Thicoïpé Bordeaux Patient âgé et cancer Problématique fréquente et à venir.. Augmentation de l espérance de vie 85 ans : 6 ans en moyenne Cancer : 2 e cause de

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

Radiothérapie et curiethérapie de prostate

Radiothérapie et curiethérapie de prostate Prise en charge des cancers urologiques chez le sujet âgé Communication n 3 : Avis du Radiothérapeute Radiothérapie et curiethérapie de prostate Stéphane GUERIF (Poitiers) Niort le 7 mars 2013 Faut-il

Plus en détail

Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre?

Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre? V e n d r e d i 1 8 o c to b r e 2013 Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre? Dr Gilles Albrand Co-coordonnateur UCOG-IR Rhône-Auvergne-Guyane Groupement de la

Plus en détail

PLAN CANCER ET SUJETS ÂGÉS

PLAN CANCER ET SUJETS ÂGÉS PLAN CANCER 2009-2013 ET SUJETS ÂGÉS D après la communication orale de Jeanne Marie Brechot 4 ème Monaco Age Oncologie - 21-22 mars 2013 Rédigé par le Dr R. BOULAHSSASS (CHU de Nice) et le Dr V. MARI (Centre

Plus en détail

PRISE DE POSITION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE DE GÉRIATRIE SUR L ONCOGÉRIATRIE

PRISE DE POSITION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE DE GÉRIATRIE SUR L ONCOGÉRIATRIE PRISE DE POSITION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE DE GÉRIATRIE SUR L ONCOGÉRIATRIE Octobre 2016 INTRODUCTION Au Canada, l incidence du cancer chez les personnes de 70 ans et plus est de 43% avec une mortalité

Plus en détail

Dans le préambule de son appel à projet 2006 pour l émergence d unités pilotes

Dans le préambule de son appel à projet 2006 pour l émergence d unités pilotes Cancer du sein de la femme âgée Intérêt d une collaboration entre gériatres et oncologues A need for collaboration between oncologists and geriatritians Mots-clés : Gériatres - Oncologues - Rapport bénéfice/risque.

Plus en détail

La place du médecin généraliste dans la prise en charge du patient âgé atteint de cancer. Marie-Eve Rougé Bugat

La place du médecin généraliste dans la prise en charge du patient âgé atteint de cancer. Marie-Eve Rougé Bugat La place du médecin généraliste dans la prise en charge du patient âgé atteint de cancer Marie-Eve Rougé Bugat Contexte 1 - Le cancer Les patients âgés plus de ½ des cancers plus de 65 ans. Les projections

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE D. GEDOUIN Nantes, le 29 mai 2015 ONCOTHERAPIE? Traduction de Oncotherapy - Très restrictif et limitée aux nouveaux traitements: THERAPIES CIBLEES, THERAPIES GENIQUES Oncothérapie

Plus en détail

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE.

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. Dr Gilles ALBRAND - Chef de Service Unité d Evaluation Gériatrique Approfondie Hôpital Antoine Charial CHR-U U de Lyon 40 Avenue de la Table de Pierre 69340 Francheville.

Plus en détail

Cancers de prostate du «sujet âgé» Bénéfices des techniques de radiothérapie de haute précision. Bruno Chauvet

Cancers de prostate du «sujet âgé» Bénéfices des techniques de radiothérapie de haute précision. Bruno Chauvet Cancers de prostate du «sujet âgé» Bénéfices des techniques de radiothérapie de haute précision Bruno Chauvet Age et cancer de prostate 15% 55% 30% Traitement du cancer localisé Prostatectomie radicale

Plus en détail

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées Organisation et activité 2006 2010 2011 UNITÉ PILOTE DE COORDINATION EN ONCOGÉRIATRIE «Structurer la filière de soins Oncogériatrique en Midi-Pyrénées»

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

L évaluation gérontologique standardisée

L évaluation gérontologique standardisée L évaluation gérontologique standardisée Le pivot de la démarche gérontologique Pr BELMIN La démarche médicale classique Symptômes Signes Ex. complémentaires Diagnostic Traitement L Evaluation Gérontologique

Plus en détail

Pertinence des échelles d évaluation en HDJ. Dr Barbara MAAKAROUN Dr Jean-Marc MICHEL

Pertinence des échelles d évaluation en HDJ. Dr Barbara MAAKAROUN Dr Jean-Marc MICHEL Pertinence des échelles d évaluation en HDJ Dr Barbara MAAKAROUN Dr Jean-Marc MICHEL Pourquoi des échelles? Même outil pour tous Validée ( de préférence) Qui les réalise? Professionnel habilité à le faire

Plus en détail

Cancer et nutrition : spécificité du sujet âgé Les projets régionaux. Dr Marianne Fonck-Frayssinet, RCA, 18/10/2006

Cancer et nutrition : spécificité du sujet âgé Les projets régionaux. Dr Marianne Fonck-Frayssinet, RCA, 18/10/2006 Cancer et nutrition : spécificité du sujet âgé Les projets régionaux Dr Marianne Fonck-Frayssinet, RCA, 18/10/2006 Le contexte : vieillissement de la population, progression de l'espérance de vie en France

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

50 e CONGRES DE L A.M.U.B.

50 e CONGRES DE L A.M.U.B. 50 e CONGRES DE L A.M.U.B. Vous avez dit Oncogériatrie? Dr. S. DE BREUCKER Gériatre Session Actualités Diagnostiques et Thérapeutiques Modérateurs : M. BERNIER, D. DE TAVERNIER, T. PEPERSACK, Samedi 10

Plus en détail

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Le vieillissement de la population et la forte augmentation de l incidence de la plupart des cancers au-delà de 65 ans font de la prise en

Plus en détail

Particularités du cancer colorectal chez le patient âgé : concept oncogériatrique ou réalité gastroentérologique? Dr E. Carola GHPSO - SoFOG

Particularités du cancer colorectal chez le patient âgé : concept oncogériatrique ou réalité gastroentérologique? Dr E. Carola GHPSO - SoFOG Particularités du cancer colorectal chez le patient âgé : concept oncogériatrique ou réalité gastroentérologique? Dr E. Carola GHPSO - SoFOG 2010 : Une épidémiologie significative 2012 : Pas de dépistage

Plus en détail

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris richard.delarue@aphp.fr Qu est-ce qu un patient âgé? L âge Administratif : habituellement

Plus en détail

LYMPHOME AGRESSIF DU SUJET ÂGÉ QUELLES PARTICULARITÉS?

LYMPHOME AGRESSIF DU SUJET ÂGÉ QUELLES PARTICULARITÉS? Rédigé par le Docteur AL.Couderc (Nice) LYMPHOME AGRESSIF DU SUJET ÂGÉ QUELLES PARTICULARITÉS? D après la communication orale de F. Peyrade (Nice) 4 ème Monaco Age Oncologie - 21-22 mars 2013 Lymphomes

Plus en détail

Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés?

Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés? Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés? Pierre Soubeyran Institut Bergonié, Bordeaux, France 1 QUELLES SONT LES DONNÉES?

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

Le cancer de l ovaire chez la femme âgée. Claire FALANDRY, Michel FABBRO, Olivier GUERIN, Jean-Emmanuel KURTZ, Anne LESOIN.

Le cancer de l ovaire chez la femme âgée. Claire FALANDRY, Michel FABBRO, Olivier GUERIN, Jean-Emmanuel KURTZ, Anne LESOIN. Le cancer de l ovaire chez la femme âgée Claire FALANDRY, Michel FABBRO, Olivier GUERIN, Jean-Emmanuel KURTZ, Anne LESOIN. Position du problème Une population en augmentation et hétérogène Diagnostic retardé,

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LE PLAN CANCER Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France - Sous l égide de l état avec rapport

Plus en détail

Prise en charge du sujet âgé de plus de 75 ans atteint d'un cancer colorectal

Prise en charge du sujet âgé de plus de 75 ans atteint d'un cancer colorectal Prise en charge du sujet âgé de plus de 75 ans atteint d'un cancer colorectal Le cancer colorectal est une maladie du sujet âgé France Estimations année 2000-36.257 cas incidents - 60 % après 70 ans -

Plus en détail

Cancer métastatique de la personne âgée: entre thérapeutiques actives et prise en charge palliative, une réponse oncogériatrique

Cancer métastatique de la personne âgée: entre thérapeutiques actives et prise en charge palliative, une réponse oncogériatrique Cancer métastatique de la personne âgée: entre thérapeutiques actives et prise en charge palliative, une réponse oncogériatrique Dr Sandra SCHREINER Gériatre CH de SAINTES (17) Introduction Vieillissement

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 2, ASCO, ESMO et NCCN, serviront de cadre général aux recommandations

Plus en détail

Fragilité de la personne âgée

Fragilité de la personne âgée Fragilité de la personne âgée Dr S AUFAURE Première journée de la filière gériatrique Date18/12/2014 Centre Hospitalier Marc Jacquet de Melun 2, rue Fréteau de Pény 77011 Melun Cedex 01 64 71 60 00 www.ch-melun.fr

Plus en détail

Chirurgie de la personne âgée fragile

Chirurgie de la personne âgée fragile FÉDÉRER SéminaireLA oncogériatrie RECHERCHE : de ET la L INNOVATION recherche à la pratique MÉDICALE EN CANCÉROLOGIE Vendredi 19 juin 2015 Chirurgie de la personne âgée fragile GHEM Simone Veil Eaubonne

Plus en détail

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer CJP / Dr DURANDO, Dr BAHADOOR,

Plus en détail

L Association Gérontologique Vallée de Montmorency-Rives de Seine : Plateforme d appui à la coordination médico-sociale des personnes âgées

L Association Gérontologique Vallée de Montmorency-Rives de Seine : Plateforme d appui à la coordination médico-sociale des personnes âgées L Association Gérontologique Vallée de Montmorency-Rives de Seine : Plateforme d appui à la coordination médico-sociale des personnes âgées Mai 2015 Dr SERAMY Nicolas, médecin coordinateur Mme TRISTANT

Plus en détail

Amélioration de la prise en charge palliative Patients sous chimio RCC

Amélioration de la prise en charge palliative Patients sous chimio RCC Amélioration de la prise en charge palliative Patients sous chimio RCC 29 09 2016 Observatoire Cancer B PL 2016 Hugues Bourgeois Delphine Deniel Lagadec Fann Réjane Bessard Jean- Philippe Metges Francçoise

Plus en détail

Qualité de vie en oncogériatrie. Journées régionales d Oncogériatrie, Samedi 17 Septembre 2016 Pr Florence JOLY, CFB-CHU, Caen

Qualité de vie en oncogériatrie. Journées régionales d Oncogériatrie, Samedi 17 Septembre 2016 Pr Florence JOLY, CFB-CHU, Caen Qualité de vie en oncogériatrie Journées régionales d Oncogériatrie, Samedi 17 Septembre 2016 Pr Florence JOLY, CFB-CHU, Caen Qualité de vie/ Patient-reported Outcomes (Pros) Prise en compte = Un enjeu

Plus en détail

CONSULTATION D ONCO-GERIATRIE au CHR d Orléans

CONSULTATION D ONCO-GERIATRIE au CHR d Orléans CONSULTATION D ONCO-GERIATRIE au CHR d Orléans Contribution de 2 ans d expérience 1 Brigitte MIGNOT, Nourddine BALLOUCHE Centre de Médecine Gériatrique CHR Orléans 24 Janvier 2012 Madame R. 83 ans consultation

Plus en détail

Repérage des Fragilités et Prévention de la Dépendance chez les Personnes Agées en lien avec la Médecine Générale

Repérage des Fragilités et Prévention de la Dépendance chez les Personnes Agées en lien avec la Médecine Générale Repérage des Fragilités et Prévention de la Dépendance chez les Personnes Agées en lien avec la Médecine Générale Avec le vieillissement, apparaissent des fragilités et des pathologies chroniques pouvant

Plus en détail

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR???

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? Dr Amblard-Manhès «Centre médical LES SAPINS» CEYRAT Soins de suite et de réadaptation, orientation cancérologie, POURQUOI FAIRE? Améliorer la qualité de

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

Comorbidité et cancer Des intéractions multiples

Comorbidité et cancer Des intéractions multiples Comorbidité et cancer Des intéractions multiples Delphine BRECHEMIER Réunion Régionale 22/05/2014 Une population hétérogène Hétérogénéité de la population âgée Evaluation gériatrique standardisée Evaluation

Plus en détail

Le cancer : une maladie du grand âge

Le cancer : une maladie du grand âge Les cancers dans le grand âge : Epidémiologie et Mode de prise en charge en France Olivier SAINT JEAN HEGP Université Parus Descartes Unité de Coordination en Oncogériatrie Paris Ouest Le cancer : une

Plus en détail

TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale.

TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale. TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale. Monsieur Eric CINI Infirmier Coordinateur Institut Paoli-Calmettes Marseille Le contexte

Plus en détail

Prise en charge des personnes âgées

Prise en charge des personnes âgées Prise en charge des personnes âgées Dr Michel Varroud-Vial Novembre 2016 Les hôpitaux de proximité contribuent à l amélioration du parcours du patient, notamment des personnes âgées Ils coopèrent pour

Plus en détail

PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS

PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS Les cancers les plus fréquents chez l homme - Prostate (25 %) - Poumon (14 %) - colo-rectal (12 %) - Voies aérodigestives supérieures (11 %) Nombre de nouveaux cas en 2010

Plus en détail

Cancer du sein et femmes âgées. Dr Vaini Cowen Parc Rambot Dr Ricard Emilie Praticien Hospitalier CH Salon de Provence

Cancer du sein et femmes âgées. Dr Vaini Cowen Parc Rambot Dr Ricard Emilie Praticien Hospitalier CH Salon de Provence Cancer du sein et femmes âgées Dr Vaini Cowen Parc Rambot Dr Ricard Emilie Praticien Hospitalier CH Salon de Provence Epidémiologie 54 000 nouveaux cas /an en France 11 000 décès / an en France Enjeu de

Plus en détail

Palliatif : «qui atténue les symptômes sans agir sur la cause».

Palliatif : «qui atténue les symptômes sans agir sur la cause». Palliatif : «qui atténue les symptômes sans agir sur la cause». Traitements palliatifs : Obtenir une survie prolongée et maintenir une QDV. Une attention toute particulière est accordée à la limitation

Plus en détail

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Spécificité de la chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Chirurgie colorectale du sujet âgé Faut-il opérer? Espérance de vie Risque de la chirurgie Balance bénéfice risque Quel type de chirurgie réaliser?

Plus en détail

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD,

Plus en détail

ESSAI IMPAQ. Dr Touzet et Dr Dhalluin CHRU Lille

ESSAI IMPAQ. Dr Touzet et Dr Dhalluin CHRU Lille ESSAI IMPAQ Impact de la prise en charge palliative précoce sur la qualité de vie et le pronostic de patients atteints de cancer pulmonaire non-à-petite-cellule métastatique Dr Touzet et Dr Dhalluin CHRU

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Fragilité en gériatrie

Fragilité en gériatrie Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance 1 Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Marine CABOURG - Pr DUBRAY Centre Henri Becquerel - ROUEN 27

Plus en détail

Fragilité en oncogériatrie

Fragilité en oncogériatrie Fragilité en oncogériatrie Dr Frédérique Retornaz UCOG/ Unité de Coordination en Oncologie Gériatrique PACA ouest Centre Gérontologique Départemental Et Hôpital Européen Marseille Challenge du patient

Plus en détail

Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé

Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé Elisabeth Carola 1, Florence Woerth 1, Emmanuelle Sarlon 1, Bruno Chauffert 2, Sanaa Hannat 2,

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD Equipe Spécialisée Alzheimer à Domicile Wasquehal, Marcq en Baroeul, Croix, Mouvaux et Bondues E. Dooze Directrice SSIAD/ESAD Emilie Orer, ergothérapeute

Plus en détail

Les temps forts de la SIOG L BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc Dijon UCOG Bourgogne

Les temps forts de la SIOG L BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc Dijon UCOG Bourgogne Les temps forts de la SIOG 2014 L BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc Dijon UCOG Bourgogne lbengrine@cgfl.fr Nouveautés dans la prise en charge Gériatrie (Rainfray SIOG 2014) Evaluation gériatrique:

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon du sujet âgé Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante Cancer du colon RECOMMANDATIONS : pour les stades III : FOLFOX

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé.

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé. Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs chez le sujet âgé. Dr Damien ANDRIEU Service de chirurgie digestive CHU Purpan Réunion Régionale d Oncogériatrie 16 mai 2013 Définition «chirurgicale»

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

CAS CLINIQUE. E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse

CAS CLINIQUE. E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse CAS CLINIQUE E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse Situation initiale Mr B, 81ans Vieillissement réussi Vit entre la France et le Brésil (compagne brésilienne) Est

Plus en détail

SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT. P. SOUBEYRAN Oncologie médicale Institut Bergonié, Bordeaux

SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT. P. SOUBEYRAN Oncologie médicale Institut Bergonié, Bordeaux SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT P. SOUBEYRAN Oncologie médicale Institut Bergonié, Bordeaux EPIDEMIOLOGIE Entre 1980 et 2000, changement important dans le «panorama» du cancer en France majeure de l incidence

Plus en détail

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient Coordination Ville / Hôpital autour du Patient rôle complémentaire mentaire des IDEC évaluation des besoins pour le retour à domicile collaboration avec les autres réseaux r territoriaux 2 ème journée

Plus en détail

Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca. Réunion du 14 Février 2013

Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca. Réunion du 14 Février 2013 Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca Réunion du 14 Février 2013 Une première réunion de la commission «gériatrie et soins palliatifs» (ancienne commission de l APSP qui ne se réunissait plus

Plus en détail

4ème congrès annuel UCOG Bretagne

4ème congrès annuel UCOG Bretagne 4ème congrès annuel UCOG Bretagne Intérêt de l'évaluation gériatrique en amont de la chirurgie cancérologique : lecture critique d'articles Intervenants : Dr PRUD'HOMM J., Gériatre, CHU Rennes Dr LE GOURRIEREC

Plus en détail

Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie?

Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie? Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie? Dr Sylvie HAULON Chef De Service Gérontologie 4 Hôpital Emile ROUX Groupe Hospitalier Henri Mondor Présidente de la collégiale

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

Fragilitédu sujet âgé

Fragilitédu sujet âgé Fragilitédu sujet âgé Dépistage et diagnostic Éléments de prise en charge Dr Marc Harboun, Clinique médicale de la Porte Verte, Versailles Paradigme de la fragilité La fragilitépeut se définir comme une

Plus en détail

Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin

Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin contact@afacs.fr www.afacs.fr Merci à Marc Spielmann Le plan cancer mesure 48 Développement de la coordination des soins, des réseaux,

Plus en détail

LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD. Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX

LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD. Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX USLD ET EHPAD : DEFINITIONS! Unités de Soins de Longue Durée (USLD) «Etablissements qui accueillent et prennent en charge

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail