Théorie des ensembles et combinatoire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorie des ensembles et combinatoire"

Transcription

1 Théorie des ensembles et combinatoire Valentin Vinoles 24 janvier 2012

2 Table des matières 1 Introduction 2 2 Théorie des ensembles Définition Aartenance et inclusion Oérations ensemblistes Intersection Union Comlémentaire Exercices Factorielle Définition Exercices Combinatoire Cardinal Définition Formule de Grassman Listes d éléments d un ensemble Permutations d un ensemble Listes avec réétitions Listes sans réétition (arrangement) Combinaisons Exercices Coefficients binomiaux Symétrie Triangle de Pascal Formule du binome Exercices Alications d un ensemble dans un autre Définition Surjection, injection, bijection Surjection Injection Bijection Lien avec la combinatoire Exercices

3 Chaitre 1 Introduction Combien y a-t-il de numéros de cartes bancaires ossibles? Combien eut-on tracer de triangles en utilisant n oints? Voici des questions auxquelles la combinatoire, la science de comter des objets, ermet de réondre. La combinatoire trouve un grand nombre d alications dans les robabilités discrètes. Elle ermet de calculer la robabilité de gagner au loto, la robabilité de faire un 7 avec deux dés ou encore la robabilité d avoir au moins deux as dans une main de cinq cartes. La réonse est donnée ar la formule des robabilités uniformes (c est-à-dire dans le cas où toutes les configurations ont la même chance d arriver) : robabilite de l évènement = nombre de cas favorables nombre de cas ossibles. Ainsi our connaitre la robabilité d avoir deux as dans une main de cinq cartes, il faut savoir combien il y a de mains de cinq cartes (cas ossibles), et savoir combien il y a de mains de cinq cartes avec au moins deux as (cas favorables). Le résent document vise à donner les outils de base de théorie des ensembles et de combinatoire our réondre à ce genre de questions. On commence ar donner quelques éléments de la théorie dite naïve 1 des ensembles. Ensuite, arès un bref chaitre sur la notion de factorielle, on donnera les rinciaux résultats de combinatoire qui ermettent de réondre aux questions ci-dessus. Pour finir on donnera deux chaitres comlémentaires, l un our arofondir la notion de coefficient binomial et l autre our donner oint de vue lus théorique sur la combinatoire à travers la notion d alication. Les démonstrations ne sont as inattaquable sur le lan de la rigueur ure, mais sont là our donner une idée de ourquoi les choses marchent. 1. l étude d une théorie axiomatique rigoureuse des ensembles, comme celle de Zermelo-Fraenkel, déasse de très loin le niveau de ce cours. 2

4 Chaitre 2 Théorie des ensembles 2.1 Définition Définition. Un ensemble est une collection d objets. Ces objets sont aelés éléments de l ensemble. Les ensembles euvent être finis ou bien infinis. Dans le cas fini, on utilisera la notation avec des accolades : {0, 1, 2, 3, 4, 5, 6} désigne l ensemble des entiers naturels inférieurs ou égaux à 6. Il n y a as de notion d ordre, un ensemble est seulement caractérisé ar ses éléments. Ainsi {4, 1, 3, 2} = {1, 2, 3, 4}. De même on ne rend as en comte la réétition des objets : {1, 2, 2, 3, 4} = {1, 2, 3, 4}. On notera l ensemble vide, c est-à-dire l ensemble qui ne contient aucun élément. 2.2 Aartenance et inclusion Pour dire qu un objet a est élément d un ensemble A, on notera a A, et a / A dans le cas contraire. i) 2 {1, 2, 3, 4}. ii) 2 / {1, 3, 5, 7}. iii) 2 / Q. iv) 2 R. Définition. Un ensemble A est inclus dans un ensemble E si tout élément de A est un élément de E. On note alors A E, et A E dans le cas contraire. Autrement dit, on a A E si our tout élément a A, on a a E. Si A B, on dit que A est un sous-ensemble (ou une artie) de E. 3

5 i) L ensemble des voitures est inclus dans l ensemble des moyens de transort, mais l ensemble des moyens de transort n est as inclus dans l ensemble des voitures. ii) {1, 5, 3} {1, 2, 3, 4, 5, 6}. iii) N R. iv) Q Z. 2.3 Oérations ensemblistes Intersection Définition. L intersection de deux ensembles A et B est l ensemble des éléments qui sont à la fois dans A et dans B. On le note A B. Autrement dit, x A B si x A et x B. Lorsque A B =, on dit que les ensembles A et B sont disjoints. i) {1, 2, 3, 4, 5, 6} {1, 3, 5, 7, 9} = {1, 3, 5}. ii) N { 2} =. iii) Q R = Q Union Définition. L union (ou réunion) de deux ensembles A et B est l ensemble des éléments qui sont dans A ou dans B. On le note A B. Autrement dit, x A B si x A ou x B. Attention le ou mathématique est inclusif et non exclusif, contrairement à la vie courante (fromage ou dessert, garçon ou fille, etc.) comme le montre le remier exemle suivant : i) {1, 2} {2, 3} = {1, 2, 3} (ou inclusif) et non {1, 3} (ou exclusif). ii) {1, 2, 3, 4, 5, 6} {1, 3, 5, 7, 9} = {1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9}. iii) Q R = R. 4

6 2.3.3 Comlémentaire Définition. Soit E un ensemble et soit A un sous-ensemble de E. Le comlémentaire de A est l ensemble des éléments de E qui ne sont as dans A. On le note A c, A ou encore E \ A. Autrement dit, x A c si x E et x / A. On remarquera l imortance de bien réciser l ensemble E comme le montre les exemles suivants : i) Pour {1, 3, 5} vu comme sous-ensemble de {1, 2, 3, 4, 5, 6}, on a {1, 3, 5} c = {2, 4, 6}. ii) Pour {1, 3, 5} vu comme sous-ensemble de {1, 3, 5, 7}, on a {1, 3, 5} c = {7}. iii) Le comlémentaire de N vu comme sous-ensemble de Z est l ensemble Z des entiers strictement négatifs. 2.4 Exercices Exercice 1. Soient A et B deux ensembles inclus dans un ensemble E. Comrendre ourquoi on a toujours les roriétés suivantes (ne as hésiter à faire des schémas!) : i) A = et A = A. ii) A A B, A B A, A B A B et A. iii) (A c ) c = A, A A c = E et A A c =. iv) Si A B et B A, alors A = B. Exercice 2. Trouver tous les sous-ensembles ossibles de {1, 2, 3}. Exercice 3. Soit A l ensemble des entiers naturels strictement inférieurs à 10 qui sont airs et soit B l ensemble des entiers naturels strictement inférieurs à 10 qui sont divisibles ar 3. i) Écrire les éléments de A et de B. ii) Exliciter A B et A B. iii) Exliciter A c et B c vus comme sous-ensemble de {0, 1,..., 9}. iv) Donner un ensemble C non vide qui soit inclus dans B. v) Donner un ensemble D non vide tel que A et D soient disjoints. 5

7 Chaitre 3 Factorielle 3.1 Définition Définition. Soit n un entier naturel non nul. On définit la factorielle de n, notée n!, ar On convient que 0! = 1. Exemle. 5! = Exercices n! = 1 2 n. Exercice 4. Montrer que 6! 7! = 10! sans calculer exlicitement les différentes factorielles. Exercice 5. Soit n un entier naturel. Simlifier (n + 1) n! et (n + 1)!. n! Exercice 6. Soient n et des entiers naturels tels que n. Montrer que n! = n (n 1) (n + 1). (n )! 6

8 Chaitre 4 Combinatoire 4.1 Cardinal Définition Définition. Le cardinal d un ensemble fini 1 E est le nombre d éléments de E. On le note #E, card(e) ou encore E. i) #{1, 3, 5, 7} = 4. ii) # = Formule de Grassman Proosition. Soient A et B deux ensembles finis. On a #A B = #A + #B #A B. En articulier, si A B = (A et B disjoints) on a Et si B = A c, on a toujours A B = et de lus #A B = #A + #B. #A c = #E #A. Démonstration. Quand on fait #A + #B, on comte une fois les éléments de A qui ne sont as dans B, une fois les éléments de B qui ne sont as dans A mais on comte deux fois les éléments qui sont à la fois dans A et dans B, c est-à-dire dans A B. Il faut donc retrancher une fois #A B à #A + #B our obtenir #A B. On a alors bien #A B = #A + #B #A B. 4.2 Listes d éléments d un ensemble Permutations d un ensemble Définition. Soit E un ensemble fini de cardinal n 1. Une ermutation de E est une liste (e 1, e 2,..., e n ) de tous les n éléments de E, où e 1 E, e 2 E,..., e n E deux à deux distincts. L ordre comte dans les ermutations. 1. La notion de cardinalité our des ensembles infinis existe mais déasse de très loin le niveau de ce cours. 7

9 i) (1, 2, 3, 4), (4, 3, 2, 1), (1, 2, 4, 3) sont des ermutations de {1, 2, 3, 4}. ii) chien, chine, niche sont des ermutations de {i, e, n, h, c}. Proosition. Le nombre de ermutations d un ensemble à n éléments est n!. Il y a donc n! façons d ordonner un ensemble de n éléments. Démonstration. Pour le remier terme de la liste, on a n choix ossibles. Pour le deuxième, on a n 1 choix ossibles (les n éléments moins celui choisi en remier), our le troisième n 2 et ainsi de suite jusqu à n avoir lus qu un seul choix our le n-ième élément. On a donc n (n 1) 1 = n! choix ossibles. Alications. i) Il y a 120 façons de disoser 5 ersonnes dans une voiture à 5 laces. En effet, cela revient à trouver toutes les ermutations d un ensemble à 5 éléments, il y en a en tout 5! = 120. ii) Il y a 20! = façons d ordonner 20 livres sur une étagère Listes avec réétitions Définition. Soit E un ensemble fini de cardinal n 1 et soit un entier naturel non nul. Une liste avec réétition de éléments de E est de la forme (e 1, e 2,..., e ) avec e 1 E, e 2 E,..., e E. On utilisera les listes avec réétitions our modéliser les situations corresondants à un tirage avec remise de objets dans une urne à n éléments. i) (2, 2, 1, 1, 3, 3, 1, 2, 3) est une liste avec réétitions de 9 éléments de {1, 2, 3, 4}. ii) Soit E = {a, b, c,...} l alhabet (y comris les lettres accentuées). Tout mot eut être vu comme une liste avec réétitions de E. Proosition. Soit E un ensemble fini de cardinal n et soit un entier naturel non nul. Le nombre de listes avec réétition de éléments de E est n. Démonstration. Pour le remier terme de la liste, on a n choix ossibles. Pour le deuxième, on a toujours n choix ossibles (on a le droit aux réétitions), our le troisième encore n et ainsi de suite fois. On a donc n n n ( fois) choix ossibles, c est-à-dire n choix. Alication. Il y a 10 8 numéros de téléhone commençant ar 06. En effet, il y en a autant que de listes avec réétitions de 8 éléments de {0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9} qui a 10 éléments. Il y en a en tout Listes sans réétition (arrangement) Définition. Soit E un ensemble fini de cardinal n 1 et soit n un entier naturel non nul. Une liste sans réétition de éléments de E est de la forme (e 1, e 2,..., e ) avec e 1 E, e 2 E,..., e E deux à deux distincts. On a nécessairement n si on veut que les éléments soit deux à deux distincts 2. Une liste sans réétition est aussi aelée arrangement. On utilisera les listes sans réétition our modéliser les situations corresondants à un tirage sans remise de objets dans une urne à n éléments, tirage our lequel l ordre comte. 2. ce rincie est connu sous le nom de rincie des tiroirs, voir la dernière artie du chaitre 6 our lus d exlications. 8

10 i) (1, 2, 3) et (3, 1, 2) sont des listes sans réétitions de 3 éléments de {1, 2, 3, 4}, mais as (1, 1, 2). ii) Soit E = {a, b, c,...} l alhabet. Le mot beau est un arrangement de E, mais as maman. Proosition. Soit E un ensemble fini de cardinal n 1 et soit n un entier naturel non nul. Le nombre A n d arrangements à éléments de E est A n = n (n 1) (n + 1) = On remarque que our = n, on retrouve le nombre de ermutations. n! (n )!. Démonstration. Pour le remier terme, on a n choix ossibles. Pour le deuxième, on a n 1 choix ossibles (les n éléments moins celui choisi en remier), our le troisième n 2 choix et ainsi de suite jusqu à n avoir lus que n ( 1) = n + 1 choix our le dernier terme (le -ième). On a donc n (n 1) (n + 1) choix ossibles. Alication. Il y a A 3 5 = 20 façons de disoser 2 ersonnes dans une voiture à 5 laces. En effet, cela revient à trouver tous les arrangements à 2 éléments d un ensemble à 5 éléments, il y en a en tout A 3 5 = Combinaisons Définition. Soit E un ensemble fini de cardinal n 1 et soit n un entier naturel non nul. Une combinaison de éléments de E est un sous-ensemble de E de cardinal. Les éléments d une combinaison sont deux à deux distincts. Contrairement aux listes, il n y a as de notion d ordre. On utilisera les combinaisons our modéliser les situations corresondants à un tirage sans remise de objets dans une urne à n éléments, tirage our lequel l ordre ne comte as. i) {1, 2, 3} et {3, 1, 4} sont des combinaisons de 3 éléments de {1, 2, 3, 4}. ii) Une main dans un jeu de cartes est une combinaison de cartes, tyiquement 4 ou 5. Proosition. Soit E un ensemble fini de cardinal n 1 et soit n un entier naturel non nul. Le nombre ( n ) de combinaisons de éléments de E est ( ) n n (n 1) (n + 1) n! = =!!(n )!. Le nombre ( n ) s aelle coefficient binomiale et se lit armi n. Il corresond au nombre de façons de choisir éléments dans un ensemble à n éléments. Démonstration. Notons C n le nombre de combinaisons. Un arrangement est caractérisé ar : 1. le choix d une artie de E à éléments : il y en a C n ossibles ; 2. une façon d ordonner ces éléments : il y en a!. On en déduit qu il y a Cn! choix d arrangement. Or on sait d autre art qu il y en a A n. On a donc ( ) Cn = A n n! n =!!(n )! =. 9

11 Alication (nombre de tirages ossibles au loto). Un tirage du loto consiste à tirer 5 numéros comris entre 1 et 49, l ordre ne comtant as. Cela revient à comter le nombre de combinaisons à 5 éléments de {1, 2,..., 49} de cardinal 49. Il y en a ( ) 49 5 (5 armi 49), c est-à-dire ( ) 49 = Exercices Exercice 7. Résoudre avec le formalisme de la théorie des ensembles le roblème suivant : dans un lycée de 80 ersonnes, 55 ersonnes font l otion sort, 33 font l otion latin et 16 ne font aucune de ces otions. Combien de ersonnes font les deux otions? Exercice 8. Il y a 20 chevaux au déart dans une course hiique. Combien y a-t-il de tiercés (c està-dire les 3 remiers chevaux) ossibles à l arrivé dans l ordre? Et dans le désordre? Exercice 9. Une laque d immatriculation est de la forme XX NNN XX où X est une lettre entre A et Z et N un nombre entre 0 et 9. Combien y a-t-il de laques d immatriculation différentes? Exercice 10. Une banque fournit des cartes bancaires qui ont un code secret à 4 chiffres. La banque n accete as les codes ayant quatre fois le même chiffre, comme 0000 ou Combien y a-t-il de codes secrets accetables? Exercice 11. On tire trois boules simultanément dans une urne contenant trois boules blanches, trois rouges, trois vertes et trois noires. Combien y a-t-il de tirages contenant aucune boule blanche? 1 boule blanche? 2 boules blanches? 3 boules blanches? Même questions si on fait un tirage avec remise. Exercice 12. Dans un jeu de 32 cartes, on choisit 5 cartes au hasard (c est-à-dire une main). 1. Combien y a-t-il de mains au total? 2. Combien y a-t-il de mains contenant exactement 3 as? 3. Combien y a-t-il de mains contenant au moins 3 as? 4. En déduire le nombre de mains contenant les 4 as. Pouvait-on trouver directement ce résultat? Exercice 13. On se donne un olynôme à n côtés. Combien y a-t-il de diagonales? En déduire quels sont les olygones ayant autant de diagonales que de côtés. Exercice 14. Dans le quadrillage ci-contre, on ne eut se délacer que vers le bas ou vers le droite. 1. Combien y a-t-il de chemins de A vers B? 2. Combien y a-t-il de de A vers B assant ar C? 10

12 Exercice 15. Dans un tournoi de tennis, 2n joueurs sont en lice. Le remier jour, on a n rencontres qui font chacune affronter deux joueurs. Montrer que le nombre de configurations ossibles des rencontres est (2n)! 2 n n!. Exercice 16 (aradoxe des anniversaires). On considère un groue de n ersonnes. On considère E l ensemble de toutes les dates d anniversaires des n ersonnes et A l ensemble de toutes les dates d anniversaire deux à deux distinctes. Calculer #E uis #A. On admet que la robabilité que ersonne n ait la même date d anniversaire que quelqu un d autre est donnée ar #A/#E. Calculer cette robabilité our n = 10, n = 30, n = 50 et n = 100. Commenter le résultat. 11

13 Chaitre 5 Coefficients binomiaux On raelle que le coefficient binomial ( n ) vaut ( ) n n! =!(n )! et corresond au nombre de façons de choisir éléments armi n sans tenir comte de l ordre. Quelques valeurs articulières : i) ( n 0) est le nombre de sous-ensembles à 0 éléments dans un ensemble à n éléments. Il y en a qu un seul, c est l ensemble vide. On a donc ( ) n = 1. 0 ii) ( n 1) est le nombre de sous-ensembles à 1 éléments dans un ensemble à n éléments. Il y en a autant que d éléments. On a donc ( ) n = n. 1 iii) ( n n) est le nombre de sous-ensembles à n éléments dans un ensemble à n éléments. Il y en a autant que d éléments. Il y en a qu un seul, c est l ensemble lui-même. On a donc ( ) n = 1. n 5.1 Symétrie Proosition. Soient n 1 et des entiers naturels tels que n. On a ( ) ( ) n n =. n On remarque que l on retrouve (en renant = 0) que ( ) ( ) n n = = 1. 0 n En renant = 1 on a ( ) n = n 1 ( ) n = n. 1 Démonstration. Il suffit de remarquer qu à un sous-ensemble de cardinal on eut associer son comlémentaire, qui a our cardinal n. Comter le nombre de sous-ensembles revient donc à comter les comlémentaires. Dans un cas il y en a ( ) ( n et dans l autre n n ), d où ( ) ( ) n n =. n 12

14 5.2 Triangle de Pascal Proosition. Soient n 1 et des entiers naturels tels que n 1. On a ( ) n = ( ) n ( n 1 Démonstration. Soit E un ensemble de cardinal n et soit a E. Les sous-ensembles de E de cardinal se divisent en deux catégories : ceux ne contenant as a (il y en a ( ) n 1 : choix de éléments armi n 1), et ceux contenant a (il y en a ( n 1 1) : choix de 1 éléments armi n 1). Finalement, comme on est soit dans l une soit dans l autre catégorie on obtient bien ( ) n = ( ) n 1 1 ( n 1 + Cela nous donne un moyen simle de calculer les coefficients binomiaux : our trouver un certain coefficient, on additionne dans le tableau suivant les coefficients situés juste au dessus et juste au dessus à gauche entre eux : n n 1 n n 1 1 n 1 n 1 n 5.3 Formule du binome ( n 1 1 ). ). ) ( n 1 ) ( n ) Proosition. Soient a et b deux réels et soit n un entier naturel non nul. On a (a + b) n = n =0 ( ) n a n b. 1 n 1 Démonstration. En déveloant le roduit, on obtient une somme de termes de la forme αa q b où q et rerésente le nombre de fois qu on a choisit de déveloer selon a ou b resectivement. On a q + = n (car à chaque fois que l on choisit a on ne choisit as b, et inversement). Le terme est donc αa n q. Or il y a ( n ) façons de choisir fois la valeur b armi les n exressions de (a + b). On a donc α = ( n ). Enfin, our obtenir tous les termes, il faut faire la somme sur tous les choix, donc sur tous les, on obtient bien (a + b) n = n =0 ( ) n a n b. Alication. On a (a + b) 3 = a 3 + 3a 2 b + 3ab 2 + b 3. 13

15 En effet, on a (a + b) 3 = = 3 ( ) 3 a 3 b =0 ( ) 3 a 3 b ( ) 3 a 2 b = a 3 + 3a 2 b + 3ab 2 + b 3. ( ) 3 a 1 b ( ) 3 a 0 b Exercices Exercice 17. Montrer que our tout entier naturel n non nul, le réel (2 + 3) n + (2 3) n est un entier naturel. Exercice 18. Soient a et b deux réels. Montrer grâce à la formule du binome que (a b) 2 = a 2 2ab + b 2 et (a + b) 4 = a 4 + 4a 3 b + 6a 2 b 2 + 4ab 3 + b 4. Exercice 19. Soit E un ensemble de cardinal n Montrer que le nombre de sous-ensembles de E est 2 n. 2. En déduire la formule n =0 ( ) n = 2 n. 3. Retrouver ce résultat avec la formule du binome avec un choix judicieux de a et b. Exercice 20. Une urne contient n boules blanches et n boules noires (n 1). On tire n boules simultanément. 1. Combien y a-t-il de tirages ossibles? 2. Soit un entier naturel tel que n. Montrer que il y a ( n 2 ) tirages contenant boules blanches. 3. En déduire une formule our n ( ) 2 n. =0 14

16 Chaitre 6 Alications d un ensemble dans un autre Dans la suite, A et B désignent deux ensembles non vides. 6.1 Définition Définition. Une alication (ou fonction) de A vers B est une relation qui à chaque élément de A associe un unique élément de B. i) On eut considérer l alication qui a chaque élève de la classe associe sa taille. ii) Les fonctions classiques d analyse (fonctions affines, racines carrés, cosinus, etc.) sont des alications d un sous-ensemble de R vers R. iii) Le rocédé qui a un entier associe son inverse si cet entier est non nul, et 0 s il est nul est une alication de Z dans Q. iv) Le fait s associer à un réel x comris entre -1 et 1 un réel θ tel que cos θ = x n est as une alication de [ 1, 1] dans R, car le θ n est as unique (ar exemle cos 0 = cos(2π) = 1). On note f(a) l élément de B qui corresond à a A ar l alication f. Il s aelle image de a. On dit que a A est un antécédent de b B ar l alication f si f(a) = b. A riori, il eut exister un seul, lusieurs ou même aucun antécédent. 15

17 6.2 Surjection, injection, bijection Surjection Définition. Une alication de A vers B est surjective si tout élément de B admet au moins un antécédent. On dit alors que c est une surjection. Autrement dit, our tout b B, il faut qu il existe un a A tel que f(a) = b. On rendra garde au fait que le caractère surjectif d une alication déend de l ensemble B. i) L alication qui à tous les jours de l année associe le jour de la semaine corresondant est surjective de l ensemble des jours de l année dans {lundi,mardi,..., dimanche}. ii) La fonction x R x 2 R n est as surjective car -1 n a as d antécédent. Mais la fonction x R x 2 R + est surjective (y R + a our antécédent y). iii) La fonction x R 2x + 1 R est surjective (y R a our antécédent (y 1)/2, c est la solution de l équation 2x + 1 = y d inconnue x) Injection Définition. Une alication de A vers B est injective si tout élément de B n admet as lus d un antécédent (un seul ou aucun). On dit alors que c est une injection. Autrement dit, our tout a A et a A, f(a) = f(a ) imlique que a = a. i) L alication qui à chaque élève associe sa chaise dans la salle est injective de l ensemble des élèves dans l ensemble des chaises de la salle (il ne eut y avoir la même chaise our deux élèves). 16

18 ii) L alication qui à tous les jours de l année associe le jour de la semaine corresondant n est as injective de l ensemble des jours de l année dans {lundi,mardi,..., dimanche}. iii) La fonction x R x 2 R n est as injective car 1 2 = ( 1) 2 mais 1 1. iv) La fonction x R 2x + 1 R est injective car our y R et y R, si 2y + 1 = 2y + 1 alors y = y Bijection Définition. Une alication de A vers B est bijective si elle est à la fois injective et surjective. On dit alors que c est une bijection. Autrement dit, our tout b B, il existe un unique antécédent a A, c est-à-dire f(a) = b (l existence vient du caractère surjectif et l unicité du caractère injectif). i) L alication qui à chaque élève associe son numéro dans l ordre alhabétique est bijective de l ensemble des élèves dans {1,..., n} où n est le nombre d élève. ii) La fonction x R + x 2 R + est bijective, mais as x R x 2 R + (as injective), x R + x 2 R (as surjective) ou x R x 2 R (as surjective ni injective). iii) La fonction x R 2x + 1 R est bijective. 6.3 Lien avec la combinatoire Dans ce qui suit, A est un ensemble de cardinal n et B un ensemble de cardinal m. Proosition. Il existe m n alications entre A et B. Cela corresond exactement au nombre de liste sans réétition de éléments. Démonstration. On remarque que l on a m choix our chaque valeur de f(a) B avec a A. Comme il y a n éléments dans A, on a en tout m n choix ossibles. Proosition. S il existe une bijection entre A et B, alors n = m. La réciroque est vraie : si n = m on eut associer à chaque élément de N un unique élément de A (il suffit d ordonner les éléments dans les deux ensembles et d associer le remier avec le remier, le second avec le second, etc.). Démonstration. Soit f une bijection entre A et B. Comme à chaque élément de B on fait corresondre un unique élément de A, comter les éléments de A c est exactement comter les éléments de B. On a donc bien n = m. Proosition. Le nombre de bijection de A dans lui-même est n!. 17

19 Démonstration. Notons A = {a 1, a 2,..., a n }. Pour construire une bijection, on a n choix our la valeur de f(a 1 ) A, uis n 1 choix our f(a 2 ), et ainsi de suite jusqu à n avoir lus qu un seul choix our f(a n ). On a donc en tout n (n 1) 1 = n! choix ossibles. Proosition. Le nombre d alications injectives de A vers B est 0 si m < n et A n m si n m. On raelle que A n m = m (m 1) (m n + 1). Cela corresond au nombre de liste avec réétition (arrangement). Le fait qu il n existe as d injection si le cardinal de l ensemble d arrivée est strictement lus etit que l ensemble de déart est connu sous le nom de rincie des tiroirs. Cela vient du fait que si on veut ranger n chaussettes dans m < n tiroirs, il y aura forcément au moins un tiroir avec deux chaussettes, c est-à-dire qu il existe au moins deux éléments de A différents ayant la même image. Démonstration. Notons A = {a 1, a 2,..., a n }. Soit f une injection de A vers B. 1. Suosons m < n et osons F = {f(a 1 ), f(a 2 ),..., f(a n )}. C est un sous-ensemble de B, donc #F #B = m. Mais comme f est injective, les f(a i ) sont deux à deux distincts, donc #F = n. On en déduit que n m ce qui contredit l hyothèse m < n. Il n y a donc as d injection de A vers B. 2. Si n m, on voit que l on a m choix our la valeur de f(a 1 ), m 1 choix our f(a 2 ) (car f est injective on ne eut avoir la même valeur), et ainsi de suite jusqu à n avoir que m (n 1) = m n + 1 choix our f(a n ). On a donc bien m (m 1) (m n + 1) = A n m choix ossibles. 6.4 Exercices Exercice 21. Les fonctions suivantes sont-elles injectives? surjectives? bijectives? 1. n Z 2n Z ; 2. n N n + 1 N ; 3. n Z n + 1 Z ; 4. z C z 2 C ; 5. x [ 1, 1] 2x/(1 + x 2 ) [ 1, 1]. Exercice 22. Soit f une fonction strictement croissante de R dans R. Montrer que f est injective. Exercice 23 (alications du rincie des tiroirs). 1. Un humain a un nombre de cheveux comris entre 0 et Montrer que dans une ville comme Paris ossédant deux millions d habitants, il existe au moins deux ersonnes ayant exactement le même nombre de cheveux. 2. Soit n un entier naturel non nul. On choisit n + 1 entiers comris entre 1 et 2n. Montrer qu il en existe au moins deux consécutifs. Exercice 24. Construire une alication bijective de N dans Z. Exercice 25. Soit n et deux entiers naturels tel que n. Montrer que le nombre d alications strictement croissantes de {1,..., } dans {1,..., n} (avec n) est ( n ). On ourra remarquer our commencer qu une telle alication est nécessairement injective. 18

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire L2-S4 : 2014-2015 Suort de cours Statistique & Probabilités Chaitre 1 : Analyse combinatoire R. Abdesselam UFR de Sciences Economiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2, Camus Berges du Rhône Rafik.abdesselam@univ-lyon2.fr

Plus en détail

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE CHAPITRE 1 Raisonnement Vocabulaire ensembliste A. Éléments de logique.......................... 12 1. Construction de roositions....................... 12 2. Quantificateurs.............................

Plus en détail

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1...

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1... Cahier de Vacances: de la Tes à la ece... Recommandations Vous venez de terminer votre terminale et d obtenir le Baccalauréat (bravo!) et vous avez choisi de oursuivre vos études ar la voie des classes

Plus en détail

dénombrement, loi binomiale

dénombrement, loi binomiale dénombrement, loi binomiale Table des matières I) Introduction au dénombrement 1 1. Problème ouvert....................................... 2 2. Jeux et dénombrements...................................

Plus en détail

Loi binomiale-cours. La loi binomiale

Loi binomiale-cours. La loi binomiale 1 La loi binomiale Les robabilités en général - et la loi binomiale en articulier - doivent beaucou à la famille Bernoulli. Cette dynastie de scientifiques comte, entre autres, dans ses rangs, Jacob (165-175)

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

Distribution Uniforme Probabilité de Laplace Dénombrements Les Paris. Chapitre 2 Le calcul des probabilités

Distribution Uniforme Probabilité de Laplace Dénombrements Les Paris. Chapitre 2 Le calcul des probabilités Chapitre 2 Le calcul des probabilités Equiprobabilité et Distribution Uniforme Deux événements A et B sont dits équiprobables si P(A) = P(B) Si il y a équiprobabilité sur Ω, cad si tous les événements

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω.

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω. [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1 Probabilités Tribu Exercice 5 [ 04006 ] [correction] Soit Ω un ensemble infini et une famille de arties de Ω vérifiant n m A m = et = Ω Exercice

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

COURS DE DENOMBREMENT

COURS DE DENOMBREMENT COURS DE DENOMBREMENT 1/ Définition des objets : introduction Guesmi.B Dénombrer, c est compter des objets. Ces objets sont créés à partir d un ensemble E, formé d éléments. A partir des éléments de cet

Plus en détail

Feuille d exercices 1

Feuille d exercices 1 Université Paris 7 - Denis Diderot L2 - Probabilités PS4 Année 2014-2015 Feuille d exercices 1 Exercice 1 Combien y a-t-il de paires d entiers non consécutifs compris entre 1 et n (n 1)? Exercice 2 1.

Plus en détail

Analyse Combinatoire

Analyse Combinatoire Analyse Combinatoire 1) Équipes On dispose d un groupe de cinq personnes. a) Combien d équipes de trois personnes peut-on former? b) Combien d équipes avec un chef, un sous-chef et un adjoint? c) Combien

Plus en détail

1 Exercices d introdution

1 Exercices d introdution 1 Exercices d introdution Exercice 1 (Des cas usuels) 1. Combien y a-t-il de codes possibles pour une carte bleue? Réponse : 10 4. 2. Combien y a-t-il de numéros de téléphone commençant par 0694? Réponse

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

TD: Ensembles, applications, dénombrement

TD: Ensembles, applications, dénombrement Université de Provence Année 011/1 Licence Math Info ème année S3 Fondements de l Informatique 1 Ensembles et fonctions TD: Ensembles, applications, dénombrement 1. On suppose que l ensemble de tous les

Plus en détail

A. Notion d intégrale double

A. Notion d intégrale double UT ORSAY Mesures Physiques ntégrales doubles Calcul d aires et de volumes Cours du ème semestre A Notion d intégrale double A- omaine quarrable On suose que le lan est muni d un reère orthonormé ( O; i;

Plus en détail

Les trois sortes de tirages

Les trois sortes de tirages DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 juin 2015 à 19:20 Les trois sortes de tirages Introduction Comme nous l avons vu, dans une loi équirépartie, il est nécessaire de dénombrer les cas favorables et les cas possibles.

Plus en détail

I. Cas de l équiprobabilité

I. Cas de l équiprobabilité I. Cas de l équiprobabilité Enoncé : On lance deux dés. L un est noir et l autre est blanc. Calculer les probabilités suivantes : A «Obtenir exactement un as» «Obtenir au moins un as» C «Obtenir au plus

Plus en détail

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : épreuve de Bernoulli Exercice 2 : loi de Bernoulli de paramètre

Plus en détail

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité.

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité. Pondichéry Avril 2008 - Exercice Une agence de voyages roose exclusivement trois destinations : la destination A, la destination G et la destination M. 50 % des clients choisissent la destination A. 0

Plus en détail

Coefficients binomiaux

Coefficients binomiaux Probabilités L2 Exercices Chapitre 2 Coefficients binomiaux 1 ( ) On appelle chemin une suite de segments de longueur 1, dirigés soit vers le haut, soit vers la droite 1 Dénombrer tous les chemins allant

Plus en détail

Fiche méthodologique Les pièges dans les dénombrements

Fiche méthodologique Les pièges dans les dénombrements Fiche méthodologique Les pièges dans les dénombrements BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Dans cette fiche, on résume quelques points techniques sur les dénombrements et la théorie des probabilités.

Plus en détail

PROBABILITÉS. I) Introduction, aperçu historique. Loi de probabilité

PROBABILITÉS. I) Introduction, aperçu historique. Loi de probabilité Table des matières PROBABILITÉS Résumé de cours I) Introduction, aperçu historique 1 II) Loi de probabilité 1 III)Probabilité d évènement 2 1. Le vocabulaire des probabilités................................

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Qu est-ce qu une probabilité?

Qu est-ce qu une probabilité? Chapitre 1 Qu est-ce qu une probabilité? 1 Modéliser une expérience dont on ne peut prédire le résultat 1.1 Ensemble fondamental d une expérience aléatoire Une expérience aléatoire est une expérience dont

Plus en détail

Pédaler en danseuse P2 P1

Pédaler en danseuse P2 P1 Pédaler en danseuse Pédaler en danseuse consiste à ne as s asseoir sur la selle et à se dresser sur les édales. Le mouvement de édalage s écarte alors notablement du édalage assis. Notre roos est d analyser

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Domaines d'utilité: Lois de Probabilités pour une variable aléatoire (création d'une loi) Calcul de dénombrement et de probabilités associées

Domaines d'utilité: Lois de Probabilités pour une variable aléatoire (création d'une loi) Calcul de dénombrement et de probabilités associées NOM:... PRENOM:... Date:... Classe:... Section:... Domaines d'utilité: Lois de Probabilités our une variable aléatoire (création d'une loi) Calcul de dénombrement et de robabilités associées Objectifs:

Plus en détail

Dénombrement. I Ensemble fini et cardinal. Plan de cours. A Cardinal d un ensemble fini

Dénombrement. I Ensemble fini et cardinal. Plan de cours. A Cardinal d un ensemble fini A Dénombrement Plan de cours «Il n y a rien de lus triste qu une vie sans hasard.» Honoré de Balzac I Ensemble fini et cardinal............................................... 1 A Cardinal d un ensemble

Plus en détail

Analyse combinatoire

Analyse combinatoire Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 6 mars 2008 Le but de l analyse combinatoire (techniques de dénombrement est d apprendre à compter le nombre d éléments d un ensemble fini de

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Langages Formels, Calculabilité, Complexité: Travail de rédaction. Pavages et indécidabilité

Langages Formels, Calculabilité, Complexité: Travail de rédaction. Pavages et indécidabilité Langages Formels, Calculabilité, Comlexité: Travail de rédaction. Pavages et indécidabilité Matthieu SOLNON Vendredi 18 Janvier 2007 Table des matières 1 Introduction 1 2 Définition du roblème 2 2.1 Aroche

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chaitre 5 : Les lentilles et les instruments d otique E. (a) On a n,33, n 2,0cm et R 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient,33 0 cm + q,33 20 cm q 8,58 cm Le chat voit le oisson à 8,58

Plus en détail

Terminale S-SI Probabilités conditionnelles

Terminale S-SI Probabilités conditionnelles robabilités conditionnelles Table des matières 1 Introduction 2 2 Définitions 2 3 Formule des probabilités totales 3 4 Indépendance et principe du produit 5 5 Exercices 5 1 1 Introduction Lorsque 7 élèves

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0%

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0% POURCENTAGES Exercice n. Comléter ce tableau, en indiquant dans chaque case l'oération effectuée et son résultat (arrondir à décimale en cas de besoin) Ensemble de référence Part en nombre en ourcentage

Plus en détail

Exercices : Probabilités

Exercices : Probabilités Exercices : Probabilités Partie : Probabilités Exercice Dans un univers, on donne deux événements et incompatibles tels que =0, et =0,7. Calculer,, et. Exercice Un dé (à faces) est truqué de la façon suivante

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Dénombrement et probabilités Version du juillet 05 Enoncés Exercice - YouTube Sur YouTube, les vidéos sont identifiées à l aide d une chaîne

Plus en détail

Objets Combinatoires élementaires

Objets Combinatoires élementaires Objets Combinatoires élementaires 0-0 Permutations Arrangements Permutations pour un multi-ensemble mots sous-ensemble à k éléments (Problème du choix) Compositions LE2I 04 1 Permutations Supposons que

Plus en détail

Exercices de dénombrement

Exercices de dénombrement Exercices de dénombrement Exercice En turbo Pascal, un entier relatif (type integer) est codé sur 6 bits. Cela signifie que l'on réserve 6 cases mémoires contenant des "0" ou des "" pour écrire un entier.

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Finance / Licence de Gestion MATH201 : Probabilités

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Finance / Licence de Gestion MATH201 : Probabilités 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Finance / Licence de Gestion MATH201 : Probabilités Chapitre II : Espaces probabilisés 1 Notions d événements 1.1 Expérience

Plus en détail

Chapitre 1 : Analyse Combinatoire

Chapitre 1 : Analyse Combinatoire Chapitre 1 : Analyse Combinatoire L2 éco-gestion, option AEM (L2 éco-gestion, option AEM) Chapitre 1 : Analyse Combinatoire 1 / 23 Question du jour Pensez-vous que dans cette assemblée, deux personnes

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Probabilité. Table des matières. 1 Loi de probabilité 2 1.1 Conditions préalables... 2 1.2 Définitions... 2 1.3 Loi équirépartie...

Probabilité. Table des matières. 1 Loi de probabilité 2 1.1 Conditions préalables... 2 1.2 Définitions... 2 1.3 Loi équirépartie... 1 Probabilité Table des matières 1 Loi de probabilité 2 1.1 Conditions préalables........................... 2 1.2 Définitions................................. 2 1.3 Loi équirépartie..............................

Plus en détail

le triangle de Pascal - le binôme de Newton

le triangle de Pascal - le binôme de Newton 1 / 51 le triangle de Pascal - le binôme de Newton une introduction J-P SPRIET 2015 2 / 51 Plan Voici un exposé présentant le triangle de Pascal et une application au binôme de Newton. 1 2 3 / 51 Plan

Plus en détail

La fonction carré Cours

La fonction carré Cours La fonction carré Cours CHAPITRE 1 : Définition CHAPITRE 2 : Sens de variation CHAPITRE 3 : Parité et symétrie CHAPITRE 4 : Représentation graphique CHAPITRE 5 : Equation du type CHAPITRE 6 : Inéquation

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Dénombrement Probabilité uniforme sur un ensemble fini

Dénombrement Probabilité uniforme sur un ensemble fini UPV - MathsL1S1 1 II Dénombrement Dénombrement Probabilité uniforme sur un ensemble fini I Dénombrement 1) Factorielles : Pour n entier 1, il y a : n! = n.(n - 1). (n - 2) 2.1 façons d aligner n objets

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions Chapitre 11 Premières Notions sur les fonctions 1. Exemples Exemple 1 La distance parcourue par une automobile en un temps donné varie en fonction de sa vitesse. Faire deux phrases utilisant les mots suivants.

Plus en détail

CHAPITRES 5 et 6 PROBABILITÉS ET DÉNOMBREMENTS

CHAPITRES 5 et 6 PROBABILITÉS ET DÉNOMBREMENTS 1 re EFG hapitres et Probabilités et dénombrements HAPITRES et PROBABILITÉS ET DÉNOMBREMENTS Exercice 1 Dans un magasin les modes de paiement et les montants des achats sont répartis de la façon suivante

Plus en détail

Calculs de probabilités

Calculs de probabilités Calculs de probabilités Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 13 mars 2008 1. Définitions et notations 1 L origine des probabilités est l analyse de jeux de hasard, tels que pile

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

4. Exercices et corrigés

4. Exercices et corrigés 4. Exercices et corrigés. N 28p.304 Dans une classe de 3 élèves, le club théâtre (T) compte 0 élèves et la chorale (C) 2 élèves. Dix-huit élèves ne participent à aucune de ces activités. On interroge au

Plus en détail

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Serge Cohen, Monique Pontier, Pascal J. Thomas Septembre 2004 1 Généralités : ensembles et parties d un ensemble Définition 1.1 On appelle ensemble une

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

Boucle à verrouillage de phase

Boucle à verrouillage de phase Chaitre 2 Boucle à verrouillage de hase Introduction La boucle à verrouillage de hase, que l on désignera ar la suite ar l acronyme anglais PLL (Phase Locked Loo), est un disositif largement utilisé dans

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Dénombrement. Ensembles nis. Calcul de sommes. Listes et combinaisons. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 mai 2017 Enoncés 1

Dénombrement. Ensembles nis. Calcul de sommes. Listes et combinaisons. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 mai 2017 Enoncés 1 [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 9 mai 2017 Enoncés 1 Dénombrement Ensembles nis Exercice 6 [ 01532 ] [Correction] On trace dans un lan n droites en osition générale (i.e. deux d'entre elles ne sont

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES Table des matières : 1- Mon Esace 2- Mon Comte 3- Mes Actualités 4- Ma Fiche Entrerise 4.1- Imorter votre logo 4.2- Imorter une image

Plus en détail

Test de sélection du 4 juin 2013

Test de sélection du 4 juin 2013 Test de sélection du 4 juin 2013 Vous étiez 270 candidat-e-s à ce test de sélection, et 62 d entre vous (23%) participeront au stage olympique de Montpellier, du 19 au 29 août 2013, dont 12 filles : la

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Titre : Quels indicateurs optimaux pour cibler les pauvres? : une approche basée sur la

Titre : Quels indicateurs optimaux pour cibler les pauvres? : une approche basée sur la Titre : Quels indicateurs otimaux our cibler les auvres? : une aroche basée sur la minimisation des erreurs de ciblage au Burina Faso. Tambi Samuel KABORE UFR-SEG, CEDRES, 01 BP 6693 Ouaga 01 Université

Plus en détail

1. Probabilités élémentaires

1. Probabilités élémentaires 1. Probabilités élémentaires MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016 (v1) MTH2302D: probabilités 1/48 Plan 1. Expériences aléatoires et événements 2. Probabilités 3. Analyse combinatoire

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Stratégies et construction

Stratégies et construction Stratégies et construction Sébastien MARTINEAU Été 2008 Exercice 1 (Niveau 2). Sur une règle d 1 mètre de long se trouvent 2008 fourmis. Chacune part initialement, soit vers la gauche, soit vers la droite,

Plus en détail

Chapitre I. Probabilités. Bcpst 1 2 novembre 2015. I Exemples d expériences aléatoires

Chapitre I. Probabilités. Bcpst 1 2 novembre 2015. I Exemples d expériences aléatoires Chapitre I Probabilités Bcpst 1 2 novembre 2015 I Exemples d expériences aléatoires Une expérience aléatoire est une expérience dont on ne peut pas prédire le résultat avant de l avoir réalisée... ce qui

Plus en détail

1 heure Épreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Sous-épreuve E1C : Mathématiques Unité 13

1 heure Épreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Sous-épreuve E1C : Mathématiques Unité 13 EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Session 009 Éreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Ce sujet comorte 6 ages numérotées de 1 à 6. Assurez-vous que cet exemlaire est comlet. S il est incomlet,

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

1. Un groupe de dix personnes comprend cinq hommes et cinq femmes.

1. Un groupe de dix personnes comprend cinq hommes et cinq femmes. Dénombrement Exercices 1. Un groupe de dix personnes comprend cinq hommes et cinq femmes. (a) Combien y a-t-il de manières de les disposer autour d une table ronde, en ne tenant compte que de leurs positions

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

EXERCICES SUR LES PROBABILITÉS

EXERCICES SUR LES PROBABILITÉS EXERCICES SUR LES PROBABILITÉS Exercice 1 Dans un univers Ω, on donne deux événements A et B incompatibles tels que p(a) = 0,2 et p(b) = 0,7. Calculer p(a B), p(a B), p ( A ) et p ( B ). Exercice 2 Un

Plus en détail

I) Auto-test : N, ensembles finis et dénombrements.

I) Auto-test : N, ensembles finis et dénombrements. I) Auto-test : N, ensembles finis et dénombrements. 1. Citer les 3 axiomes de N. On ostule l existence d un ensemble non vide, noté N ensemble des entiers naturels dont les roriétés fondamentales sont

Plus en détail

Feuille TD 1 : Probabilités discrètes, dénombrement

Feuille TD 1 : Probabilités discrètes, dénombrement Université de Nice-Sophia Antipolis -L2 MASS - Probabilités Feuille TD 1 : Probabilités discrètes, dénombrement Exercice 1 : 1. On doit choisir 2 représentants dans une classe de 40 élèves. Quel est le

Plus en détail

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2013. Série S

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2013. Série S CLASSES DE PREMIERES GÉNÉRALES ET TECHNOLOGIQUES OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2013 Durée : 4 heures Série S Les calculatrices sont autorisées. Ce sujet comporte 4 exercices

Plus en détail

Examen d accès - 1 Octobre 2009

Examen d accès - 1 Octobre 2009 Examen d accès - 1 Octobre 2009 Aucun document autorisé - Calculatrice fournie par le centre d examen Ce examen est un questionnaire à choix multiples constitué de 50 questions. Plusieurs réponses sont

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths (CPGE) Arcs paramétrés

Synthèse de cours PanaMaths (CPGE) Arcs paramétrés Synthèse de cors PanaMaths (CPG Arcs aramétrés Préamble Certains aters réfèrent à «arc aramétré» la dénomination de «corbe aramétrée» ans ce docment, nos tiliserons la remière dénomination éfinitions Arc

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Fluctuation d une fréquence selon les échantillons - Probabilités

Fluctuation d une fréquence selon les échantillons - Probabilités Fluctuation d une fréquence selon les échantillons - Probabilités C H A P I T R E 3 JE DOIS SAVOIR Calculer une fréquence JE VAIS ÊTRE C APABLE DE Expérimenter la prise d échantillons aléatoires de taille

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail