Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés"

Transcription

1 Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés Astrid Lièvre Département d Oncologie Médicale Institut Curie Hôpital René Huguenin (Saint-Cloud) Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines 8 ème journées de Cancérologie Digestive PACA/Corse Marseille 23 novembre 2012

2 Mutation de KRAS: marqueur de résistance aux anticorps anti-egfr Lièvre et al. Cancer Res 2006; Lièvre et al. J Clin Oncol 2008; Karape;s N Eng J Med 2008; Amado J Clin Oncol 2008; Van Cutsem J Clin Oncol 2011; Bokemeyer Ann Oncol 2011

3 Statut mutationnel du gène KRAS Paramètre essentiel dans la stratégie thérapeutique du CCRm ESMO ASCO

4 Mutations de KRAS et cancer colorectal Codons 12 et 13: hotspot de mutations (> 95% des cas) COSMIC (Catalogue of Somatic Mutations in Cancer) 23% (G12V) 81% 35% (G12D) 18% (G13D) Exon 2

5 Mutation G13D de KRAS: la polémique CCRm mutés G13D: potentiellement sensibles au cetuximab? 579 pts chimiorésistants TTT par cetuximab cetuximab SSP et SG chez les G13D vs autres mutations de KRAS (codon 12) De Roock et al. JAMA 2010; 304: Evaluation dans études randomisées OPUS and CRYSTAL 83 pts avec mut G13D KRAS (15% des tumeurs mutés KRAS, 6% des tumeurs) cetuximab+chimio vs chimio S. Tejpar et al., J Clin Oncol 2012; 30:

6 Mutation G13D de KRAS: la polémique G13D: Conditions de validation pour la pratique clinique 1- Explication biologique (in vitro) - Active la voie MAPK de façon identique que mut codon 12 - Moins agressive que mut codon 12 (résistance à l apoptose et croissance ) - Lignée mutée G13D sensible au cetuximab et inhibition de la voie MAPK sous cetuximab (comparé à G12V) 2- Résultats concordants d essais randomisés - Puissance limitée: mutations G13D peu fréquentes - Analyse poolée 2 études randomisées CRYSTAL et OPUS avec cetuximab: tendance non significative en faveur d une sensibilité - Analyse poolée 3 essais randomisés avec le panitumumab: résultats contradictoires Morelli and Kopetz, J Clin Oncol 2012; 30:

7 Mutation G13D de KRAS: la polémique Analyse de l impact pronostique et prédictif des 7 mutations les + fréquentes de KRAS dans les 3 études randomisées évaluant l intérêt du panitumumab SSP: effet du traitement SG: effet du traitement Effet délétère du panitumumab Douillard JCO 2010 (n=1183) Peeters JCO 2010 (n=1186) Pas de bénéfice du panitumumab Amado JCO 2008 (n=463) En faveur du panitumumab En faveur du bras contrôle En faveur du panitumumab En faveur du bras contrôle *Test d interaction positif Peeters M. et al.,esmo 2011, abstr. LBA33 et Peeters ASCO 2012, abstr 3581

8 Mutation G13D de KRAS: que retenir en pratique? Survie sans progression Survie globale Gajate et al. Clin Colorectal Cancer 2012 Mutation G13D de KRAS : marqueur prédictif de résistance au cetuximab, au même titre que toutes les autres mutations de KRAS Seuls les patients sans mutation des codons 12 et 13 de KRAS peuvent tirer un bénéfice des anticorps anti-egfr

9 Mutations des autres codons de KRAS et mutations de NRAS? Famille RAS: KRAS, HRAS et NRAS KRAS Codon % KRAS Codon 146? + NRAS mutations Marqueurs prédictifs de résistance aux anti-egfr? Rare <5% des pts KRAS WT sur les codons 12,13 Exon 2 Impact clinique limité Loupakis Br J Cancer 2009; De Roock Lancet Oncol 2010; Vaughn Genes Chrom Cancer 2011

10 Anticorps anti-egfr et marqueurs prédictifs Perspectives au delà des mutations des codons 12 et 13 de KRAS Ligand Cetuximab panitumumab EGFR Grb hsos membrane P P PIP2 PI3K PIP3 PDK1/2 PTEN Ras Raf MEK1 MEK2 Mutations de KRAS (codon 12,13 ) = résistance BRAF mutation p21 p27 KRAS sauvage Répondeurs : 40-50% GSK3 VEGF AKT1/2 mtor BAD Autres marqueurs de résistance? p70s6k 4EBP1 eif4e ERK1/2 Cell survival Cell proliferation Angiogenesis Migration transcription Cell survival Angiogenesis Cell survival Protein synthesis Une mutation : V600E (> 95%) Prévalence: 5-10% Mutuellement exclusive des mutat de KRAS

11 Mutations de BRAF et réponse aux anticorps anti-egfr Patients KRAS WT + Données in vitro Di Nicolantonio et al. J Clin Oncol 2008; 26:

12 Mutations de BRAF et réponse aux anticorps anti-egfr Etudes rétrospectives non randomisées BRAFm vs BRAF WT Lièvre et al. Bull Cancer 2010; 97:

13 Mutation de BRAF: prédictif ou pronostique? Résultats études CRYSTAL/OPUS selon le statut de KRAS/BRAF KRAS WT N=845 KRAS WT/ BRAF WT N=730 KRAS WT/ BRAF MT N=70 CT CT + Cet CT CT + Cet CT CT+Cet SG OS (mois) (months) 19,5 23,5 21,1 24,8 9,9 14,1 HR 0,81 0,84 0,62 p 0,0062 0,00479 BRAF: 0,079 SSP PFS (mois) (months) 7,6 9,6 7,7 marqueur 10,9 3,7 7,1 HR 0,66 prédictif? 0,64 0,67 p <0,0001 <0,0001 0,27 Réponse response (%) 38,5 57,3 40,9 60,7 13,2 21,9 HR 2,16 2,27 1,60 p < 0,0001 < 0,001 0,46 Bokemeyer et al. Eur J Cancer 2012; 48:1456

14 Mutation de BRAF: prédictif ou pronostique? Résultats études CRYSTAL/OPUS selon le statut de KRAS/BRAF KRAS WT N=845 KRAS WT/ BRAF WT N=730 KRAS WT/ BRAF MT N=70 CT CT + Cet CT CT + Cet CT CT+Cet SG OS (mois) (months) 19,5 23,5 21,1 24,8 9,9 14,1 HR 0,81 0,84 0,62 p 0,0062 0, ,079 SSP PFS (mois) (months) 7,6 9,6 7,7 10,9 3,7 7,1 HR 0,66 0,64 0,67 p <0,0001 <0,0001 0,27 Réponse response (%) 38,5 57,3 40,9 60,7 13,2 21,9 HR 2,16 2,27 1,60 p < 0,0001 < 0,001 0,46 Mutation de BRAF: marqueur pronostique Bokemeyer et al. Eur J Cancer 2012; 48:1456

15 Mutations de BRAF et CCRm: conclusions Valeur pronostique péjorative quelque soit les traitements reçus Richman JCO 2009; Souglakos BJC 2009 ; Yokota BJC 2011; Tol NEJM 2009; Punt ESMO 2012 # 521, Valeur prédictive de la réponse aux anti-egfr Pas de bénéfice significatif des anticorps anti-egfr chez BRAFm Petit sous-groupe de patients Etudes rétrospectives non randomisées +++ Une étude randomisée montrant l absence de bénéfice du panitumumab: essai PICCOLO irinotecan ± panitumumab BRAFm SG: HR=1,81 (p=0,004) SSP: HR=1,45 (p=0,18) Seymour et al., ESMO 2011 abstr Valeur pronostique «prime» sur la valeur prédictive Besoin impérieux de trouver des TTT efficaces chez ces pts (ihn BRAF +/- MEK? ) Yang et al. Cancer Res 2012;72:779-89; Corcoran et al. ASCO 2012: abstr 3528

16 Autres marqueurs prédictifs que KRAS et BRAF? Ligand Hyperexpression des ligands (epiréguline, amphiréguline) = bonne réponse Grb hsos Ras membrane Nb copies EGFR = bonne réponse Mutations de KRAS = résistance P P EGFR PIP2 Cetuximab panitumumab PI3K Mutation PIK3CA = résistance 15% PIP3 PDK1/2 AKT1/2 PTEN Perte d expression de PTEN = résistance 20-30% Raf MEK1 MEK2 Mutation de BRAF = résistance p21 p27 GSK3 VEGF mtor BAD p70s6k 4EBP1 eif4e ERK1/2 Cell survival Angiogenesis Cell survival Protein synthesis Cell survival Cell proliferation Angiogenesis Migration transcription

17 Autres marqueurs prédictifs que KRAS et BRAF? Marqueurs Fréquence Limites references Marqueurs de résistance mutations PIK3CA (exon 20) Perte d expression de PTEN 15-20% Résultats contradictoires Pts PI3KCA WT non répondeurs pts PI3KCA mut répondeurs 20-36% IHC non standardisée Problème de reproductibilité Mauvaise concordance entre tumeur primitive et metastases Jhawer Cancer Res 2008, Perrone Ann Oncol 2008, Sartore-Bianchi Cancer Res 2009, Prenen Clin Cancer Res 2009, Tejpar ESMO 2009 # 6005 Frattini BJC 2007, Loupakis JCO 09, Perrone Ann Oncol 2008 Laurent-Puig JCO 2009 Marqueurs de réponse Sur expression des ligands EGFR (epireguline and amphireguline) Amplification ou polysomie du gène EGFR ( nb copies) variable Cut-off non standardisé Faible VPN Non utilisable en pratique clinique 15% Cut-off non standardisé Problèmes de reproductibilité Résultats contradictoires Technique de réf? (FISH, CISH, qpcr) Pts FISH negatif répondeurs Kambata-Ford JCO 2007, Jacobs JCO 2009 Moroni Lancet Oncol 2005, Vallbohmer JCO 2005, Khambata-Ford JCO 2007,Sartore-Bianchi JCO 2007, Cappuzzo Ann Oncol 2008, Italiano Ann Surg Oncol 2008, Laurent-Puig JCO 09 Pas aussi discriminants que les mutations de KRAS Non validés en pratique clinique

18 Intérêt d une combinaison de marqueurs? N=649 (cetuximab) KRAS, BRAF, NRAS, PI3KCA N=173 (cetuximab) KRAS, BRAF, PTEN, EGFR KRAS/BRAF WT et EGFR FISH + (16% des pts) = hypersensibilité au cetuximab ORR >80% De Roock et al. Lancet Oncol 2010; 11: Laurent Puig et al. J Clin Oncol 2009; 27:5924

19 Intérêt d une combinaison de marqueurs? Amphiréguline + nombre de copies d EGFR (FISH) N=61 (CAPOX ou CAPIRI + cetuximab) KRAS WT Amphiréguline (AREG), Epiréguline (EREG), EGFR en FISH, âge, sexe, BRAFm Score de prédiction de la réponse (AREG + FISH EGFR) Selon le score Bon répondeurs Mauvais répondeurs Tx de RO (%) ,009 SSP (mois) 8,6 4,6 0,003 p AUC = 0,798 SG (mois) 38,4 17,2 0,001 Heinemann V, ESMO 2012, abstr 526

20 Nouveau marqueur prédictif: un microarn? Analyse du profil d expression de miarn à partir de 84 tumeurs KRAS sauvage et 5 tissus normaux + validation en RT-PCRq miarn hsa-mir31-3p lié à la SSP Valeur prédictive de l expression de hsa-mir31-3p sur la SSP confirmée : à partir d une série rétrospective de tumeurs de 33 patients traités par cétuximab et irinotécan HR = 1,9 (1,1-2,9) à partir de 2 séries prospectives regroupant 38 patients traités par cétuximab ou panitumumab HR = 1,9 (1,1-3,1) Expression élevée de hsa-mir31-3p : valeur pronostique péjorative avec une fiabilité de 77 % (AUC) Nomogramme: expression de hsa-mir31-3p et BRAF Prédiction du risque de progression (p<0,0001) Laurent Puig P et al., ESMO 2012 abstr. 525

21 Détection des mutations de KRAS dans le sang - Di Fiore F et al. Br J Cancer 2008: 2 pts, ADN tumoral circulant avec mut de KRAS =résistance au cetuximab - Yen LC et al. Clin Cancer Res 2009: 76 pts, CTC avec mutation de KRAS =résistance au cetuximab 108 pts chimiorésistants Cetuximab+irinotecan Mutation de KRAS (ADN circulant): - mauvais pronostic - moins bon contrôle tumoral Garm Spindler et al. Clin Cancer Res 2012;18:

22 Détection des mutations de KRAS dans le sang Analyse comparative du statut de KRAS (et BRAF) dans le sang et la tumeur 70 pts avec CCRm Technique: PCRq, résultats en 48h, peu onéreux Analyse ADN circulant Analyse ADN tumoral KRAS Muté WT Sensibilité Specificité Fiabilité Muté WT Total % 100% 96% Autres techniques en cours de développement (PCR digitale.) Perspectives: - monitoring des patients traités par anti-egfr? - apparition de mutations de KRAS dans le sang associées à une résistance secondaire aux anticorps anti-egfr A. Thierry et al., ASCO 2012, abstr 10505

23 Mutations de KRAS et résistance secondaire aux anti-egfr Résistance acquise aux anticorps anti-egfr, liée à: - L apparition de novo de mutations secondaires de KRAS - La sélection de clones cellulaires mutés minoritaires pré-existants Données in vitro (clones cellulaires CCR résistants au cetuximab) et in vivo (biopsies post-thérapeutiques) Mutations de KRAS détectables dans la sang et précèdant de plusieurs mois la progression radiologique Misale et al. Nature 2012; 486:532 6 Diaz et al. Nature Jun 28;486:537 40

24 Biomarqueurs prédictifs de réponse au bevacizumab Aucun biomarqueur prédictif validé à l heure actuelle Perspectives? - Tx de CEC (avant ttt et après C1) Malka et al. Ann Oncol 2011 FNCLCC ACCORD 13: FOLFIRI/XELIRI + bev X 6 mois maintenance beva (n=145) Pronostique vs prédictif? - VEGF-A plasmatique: tx élevé prédictif de bénéfice du beva? Jayson et al. ESMO 2011; abst prédictif dans le K sein, estomac, pancréas mais uniquement pronostique dans le CCR

25 Autres marqueurs prédictifs de réponse au bevacizumab Marqueurs cliniques HTA sévère (et précoce): marqueur de bonne réponse Graisse viscérale abdominale: marqueur de résistance Marqueurs d imagerie fonctionnelles IRM fonctionnelle (DCE-MRI): coeff de perméabilité vasculaire Scanner de perfusion: coeff de diffusion Echo de contraste: AUC Standardisation nécessaire Résultats prometteurs avec l écho de contraste (plusieurs tumeurs, plusieurs antiangiogéniques) Ryanne Wu Gastrointest Cancer. 2009; De Stefano Cancer Chemother Pharmacol. 2011; Schuster PLoS One. 2012; Guiu Gut 2010 ; 59 : Lassau ESMO 2011, abstr 805; Piscaglia Ultraschall Med 2012; 33:33-59

26 Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies: que retenir fin 2012? Mutations de KRAS (codon 12 et 13): seuls marqueurs prédictifs de résistance aux anticorps anti-egfr validés à ce jour en pratique Mutations de KRAS = marqueur de résistance «innée» et «acquise» Patients répondeurs/résistants parmi les KRAS WT restent à déterminer Mutation V600E de BRAF: marqueur de mauvais pronostic > marqueur prédictif de résistance aux anti-egfr Aucun biomarqueur prédictif de réponse/résistance aux antiangiogéniques validé à ce jour

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Les chimiothérapies du cancer colorectal : Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé

Plus en détail

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS 4 ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive 3 Avril 2015 Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS Janick Selves Département d Anatomie Pathologique Facteurs histo-pronostiques Stade ptn (M) Grade

Plus en détail

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique?

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Mardi 7 octobre 2014 Centre des Congrès d Aix-Les-Bains Dr Emmanuel Maillard, Dr Fabien Stenard Cancer colorectal métastatique:

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

STRATEGIES ACTUELLES DU TRAITEMENT MEDICAL DES METASTASES A PRIORI DEFINITIVEMENT NON RESECABLES

STRATEGIES ACTUELLES DU TRAITEMENT MEDICAL DES METASTASES A PRIORI DEFINITIVEMENT NON RESECABLES STRATEGIES ACTUELLES DU TRAITEMENT MEDICAL DES METASTASES A PRIORI DEFINITIVEMENT NON RESECABLES Philippe Rougier Hopital Européen Georges Pompidou 75015 Paris philippe.rougier@egp.aphp.fr PhR 2011 First

Plus en détail

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Introduction Evolution des traitements du cancer gastrique avancé à l heure

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Les anticorps anti-egfr

Les anticorps anti-egfr 5ème Rencontre d Oncologie Digestive Le Bono 05 Septembre 2009 Les anticorps anti-egfr Dr J. Bennouna Centre René Gauducheau - Nantes rise en charge des cancers colo-rectaux métastatiques Evaluation multidisciplinaire

Plus en détail

Nouvelles mutations RAS

Nouvelles mutations RAS Nouvelles mutations RAS dans les cancers colo-rectaux Rappel RAS : interrupteur de plusieurs voies de signalisation ras MUTATION RAS /ras activé en permanence : signalisation continue de la prolifération

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse HER2 et cancer bronchique Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse Plan 1. Qu est ce que HER2? 2. Incidence des anomalies de HER2 3. Profil

Plus en détail

Perspectives et Optimisation des traitements des cancers colorectaux (CCR)

Perspectives et Optimisation des traitements des cancers colorectaux (CCR) Perspectives et Optimisation des traitements des cancers colorectaux (CCR) Philippe Rougier Service de Gastroentérologie Hôpital Ambroise Paré, Boulogne Philippe.rougier@apr.aphp.fr 20 années de progrès.

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Traitement médical du cancer de l endomètre

Traitement médical du cancer de l endomètre Traitement médical du cancer de l endomètre La biologie moléculaire met le pied dans la porte! r Jean-Emmanuel Kurtz & Dr Isabelle Ray-Coquard Hôpitaux Universitaires de Strasbourg & Centre Léon Bérard

Plus en détail

Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II?

Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II? Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II? Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, AP-HP, Bobigny thomas.aparicio@avc.aphp.fr Augmentation lente de l incidence Incidence

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Giens XXIV Table ronde N 4 Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Participants : Olivier Arnaud ; Frédéric Bibeau ; Dominic Cellier ; Jérôme d Enfert ;

Plus en détail

Stratégie thérapeutique des cancers colorectaux métastatiques KRAS muté

Stratégie thérapeutique des cancers colorectaux métastatiques KRAS muté Stratégie thérapeutique des cancers colorectaux métastatiques KRAS muté Astrid Lièvre Fédération des Pathologies Digestives, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt Réunion annuelle de Pathologie digestive,

Plus en détail

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne?

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Lille, France Liens d intérêt Honoraires

Plus en détail

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Tumeurs solides Jacques Robert ISERM U916 Institut Bergonié Université de Bordeaux 2 Anomalies moléculaires des cancers Autosuffisance en facteurs de croissance

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013?

Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013? Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013? Dr Thomas Walter Hôpital E. Herriot, Lyon 13 décembre 2013 Jean-Louis Legoux et les auteurs du chapître Estomac du TNCD Survie globale des

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique

Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix Chloé Line Jeandidier Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG L antiquité ( ) Années 1970-2000 Traitement des

Plus en détail

CCRm: La réponse mais pas uniquement

CCRm: La réponse mais pas uniquement CCRm: La réponse mais pas uniquement Grand Round Digestif 9 10 décembre 2016 Pr Phelip Jean Marc Service d HGE et d oncologie digestive CHU de Saint Etienne Liens d intérêt Board / conseil : Merck Serono,

Plus en détail

Maintien des antiangiogéniques dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Maintien des antiangiogéniques dans le traitement du cancer colorectal métastatique Maintien des antiangiogéniques dans le traitement du cancer colorectal métastatique Dr Denis SMITH Oncologie Digestive CHU Bordeaux denis.smith@chu-bordaux.fr Des progrès considérables depuis 20 ans dans

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015

Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015 Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015 Les thérapies ciblées Cancer colorectal métastatique Anti VEGF Bévacizumab Aflibercept Anti

Plus en détail

Dr Véronique Haddad SERVICE DE BIOLOGIE DES TUMEURS CHU de BORDEAUX

Dr Véronique Haddad SERVICE DE BIOLOGIE DES TUMEURS CHU de BORDEAUX Dr Véronique Haddad SERVICE DE BIOLOGIE DES TUMEURS CHU de BORDEAUX Cancer = tumeur maligne formée à partir d'une cellule initialement normale qui se transforme grâce à une accumulation d événements moléculaires

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1 INFORMATION SUR L ORGANISATION REGIONALE DES TESTS MOLECULAIRES INDIQUES EN PRATIQUE CLINIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX 24 septembre 2008 Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1.

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Programme SHIVA Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Institut Curie Jeudi 29 novembre 2012 Introduction Chirurgie 20 ème

Plus en détail

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Principe de prise en charge: Questions non résolues 1 ère étape: faut-il traiter le cancer? - ATCD, comorbidités

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes?

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes? Cancer bronchique non à petites cellules Première ligne, et après? Combien de lignes? Christos Chouaid ( Créteil) Liens d intérets Au cours de ces 5 dernières années, j ai perçu des honoraires ou des financements

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris

Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris Le Cancer colorectal Tumeur développée sur le gros intestin Séquence polype cancer Diagnostic

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014

Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014 Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014 Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Axe validé et nouvelles

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

Innovations thérapeutiques dans les cancers de l ovaire. Alexandra Leary, MD, PhD Cours de Chimiothérapie Gustave Roussy Janvier 2016

Innovations thérapeutiques dans les cancers de l ovaire. Alexandra Leary, MD, PhD Cours de Chimiothérapie Gustave Roussy Janvier 2016 Innovations thérapeutiques dans les cancers de l ovaire Alexandra Leary, MD, PhD Cours de Chimiothérapie Gustave Roussy Janvier 2016 Sommaire Les inhibiteurs de PARP: Au-delà des mutations BRCA En première

Plus en détail

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES JUIN 2010 Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Traitement médicamenteux des cancers colorectaux métastatiques M. OUKKAL COMAZ CHU BENI MESSOUS - ALGER

Traitement médicamenteux des cancers colorectaux métastatiques M. OUKKAL COMAZ CHU BENI MESSOUS - ALGER Traitement médicamenteux des cancers colorectaux métastatiques M. OUKKAL COMAZ CHU BENI MESSOUS - ALGER EGFR VEGF mccr les traitements systémiques Fluoropyrimidines Oral/IV Bevacizumab Raltitrexed Aflibercept

Plus en détail

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CANCERS TRIPLE-NEGATIFS Aspects moléculaires morphologiques et cliniques Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Compréhension grâce à l analyse de profils d expression de

Plus en détail

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent Protocoles dans le cancer du sein CancerEst Joseph Gligorov Stéphane Provent Organisation de la recherche en oncologie mammaire à CancerEst Les acteurs Services Médicaux d Oncologie Médicale Tenon, St

Plus en détail

Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs

Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs Géraldine Perkins To cite this version: Géraldine Perkins. Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux

Plus en détail

Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»?

Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»? Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»? Vincent LAVOUE Fabrice Foucher, Claire-Marie Roger, Jérôme Blanchot, Jean Levêque Evaluation Ganglionnaire dans le Cancer

Plus en détail

Ide et al. Am J Roentgenol. 1939;42:891.

Ide et al. Am J Roentgenol. 1939;42:891. Benoît Samson, md. Ide et al. Am J Roentgenol. 1939;42:891. 1971 Judah Folkman propose que la croissance tumorale est dépendante de langiogenèse 1989 Harold Dvorak et coll. Napoleone Ferrara et coll.

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

10 ème Rencontre Régionale de cancérologie Digestive

10 ème Rencontre Régionale de cancérologie Digestive 10 ème Rencontre Régionale de cancérologie Digestive Poitiers, le 19 juin 2014 10 ème Rencontre Régionale de Cancérologie Digestive 3 ème communication: Nouveautés en matière de traitement médical des

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

Les biomarqueurs comme tests d éligibilité aux thérapies ciblées

Les biomarqueurs comme tests d éligibilité aux thérapies ciblées Les biomarqueurs comme tests d éligibilité aux thérapies ciblées Christophe Le Tourneau, MD, PhD Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Académie Nationale

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans?

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans? Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 1 ans? Anne Vincent-Salomon Département de Biologie des Tumeurs et INSERM U83 Institut Curie Paris 1 PLAN Qu est-ce qu

Plus en détail

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Dr. Elsa Curtit CCA Oncologie Médicale, CHU Besançon Cas clinique n 1 Mme D., 69 ans, est suivie depuis 3 ans en oncologie pour

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques

Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques Dr Pierre FOURNEL Département d Oncologie Médicale Conflits d intérêts: Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

traitement du cancer bronchique non à petites cellules

traitement du cancer bronchique non à petites cellules Progrès et perspectives dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules Alexis Cortot Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Cours de DES Oncologie

Plus en détail

Intérêts et limites de la médecine de précision en Oncologie

Intérêts et limites de la médecine de précision en Oncologie 30èmes Journées Pédagogiques et Scientifiques de l AE2BM 11 & 12 sept 2014 - Lyon Intérêts et limites de la médecine de précision en Oncologie Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Intérêt des Marqueurs

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS Biomarqueurs moléculaires prédictifs Jean Paul Brouillet, La Grande Motte 2 octobre 2015 Définitions (Guide Méthodologique : Test compagnon associé à une thérapie ciblée, HAS

Plus en détail

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Dr Pierre COMBE, Oncologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Activité sur un mécanisme oncogénique Identification

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Conflits d intérêts, S Delaloge, Nov 2015 Consulting / expert Conferences/ formations Research grants

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR FOM 213 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR Jean Louis Lefebvre Centre Oscar Lambret Lille, France Liens d intérêts Membre d advisory boards et conférencier Sanofi-Aventis (jusqu en 21)

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

CBNPC métastatique Prise en charge des patients mutés 8 ème Journée scientifique de l ABCT Dr Eric Dansin, pneumologue Département de cancérologie générale, CLCC Oscar Lambret Lille e-dansin@o-lambret.fr

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

Cancer du sein HER2+! De la Résistance à la Sédimentation!

Cancer du sein HER2+! De la Résistance à la Sédimentation! Cancer du sein HER2+! De la Résistance à la Sédimentation! Pr. Mario Campone Institut de Cancérologie de l ouest Faculté de Médecine d Angers Centre de Recherche en Cancérologie Nantes-Angers-UMR/INSERM

Plus en détail

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Atelier MMR / RER 26/04/2014 Dr Virginie Bubien Dr Emmanuelle Barouk-Simonet Unité d oncogénétique - Département de Biopathologie - Institut

Plus en détail