I/ LES CODEURS OPTIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I/ LES CODEURS OPTIQUES"

Transcription

1 Sciences Industrielles our l Ingénieur Centre d Intérêt 2 : ACQUERIR l'information Cométences : ANALYSER, CONCEVOIR CAPTEURS NUMERIQUES DE POSITION Les codeurs otiques Comment choisir le bon cateur our une alication donnée? Identifier et caractériser un cateur Identifier la nature de l'info. et la nature du signal COURS TP TD I/ LES CODEURS OPTIQUES 1/ Intérêt Le contrôle du délacement, de la osition ou de la vitesse d un mobile est un roblème rencontré sur un grand nombre de systèmes automatisés ou grand ublic (mouvements d un robot, d un chariot, vitesse d'une voiture ). Les systèmes de détection conventionnels (détecteurs de osition ar contact ou de roximité) ne fournissent que des informations tout ou rien ; ils ne réondent donc qu imarfaitement au roblème osé. Une des solutions consiste à utiliser un codeur otique de osition. 2/ Descrition et rincie général de fonctionnement Le codeur otique est un cateur de osition angulaire qui délivre des informations numériques. Il est lié mécaniquement à un arbre qui l entraîne ; son axe fait tourner un disque qui lui est solidaire, et qui comorte une succession de arties oaques et transarentes ("fenêtres"). Une lumière émise ar des LEDs traverse ou est arrêtée ar les fenêtres du disque, créant un signal logique sur des hotoréceteurs (diodes, transistors) : Ce signal eut alors être exloité électroniquement ar une unité de traitement numérique. Deux tyes de codeurs existent : le codeur incrémental et le codeur absolu. II/ LE CODEUR INCREMENTAL OU RELATIF Il délivre une information de délacement angulaire du disque sous la forme d'un nombre d'imulsions roortionnel à l'angle de rotation effectué. CPGE TSI Lycée P.-P. Riquet St-Orens de Gameville - 1 -

2 Sciences Industrielles our l Ingénieur Le disque comorte au maximum 3 istes : 1 ou 2 istes extérieures (A et B) divisées en 2n intervalles d angles égaux, alternativement oaques et transarents ; n est la "résolution" ou le "nombre de oints/tr" du codeur (c est aussi le nombre de ériodes/tr ou le nombre d imulsions/tr). On choisit donc un codeur incrémental d'un nombre de oints d'autant lus élevé que l'on veut une grande récision de mesure angulaire (200 à oints/tr). Ex : On veut une récision de 0,1 On veut une récision meilleure que 0,38 La iste intérieure (Z) comorte une seule fenêtre transarente. Il n y a donc qu 1 imulsion/tr ; c est le "to zéro". Il détermine une osition de référence, ermet la réinitialisation et le comtage des tours. Derrière les istes extérieures sont installés 2 hotoréceteurs décalés qui fournissent des signaux carrés A et B en quadrature. Ce déhasage de 90 électriques ermet de déterminer le sens de rotation : endant le de A, B est à "1" ou à "0" : B A A A en avance B A A B en avance B B Ce codeur nécessite un traitement articulier effectué ar la artie commande : le comtage ou le décomtage des imulsions délivrées. La fréquence des signaux délivrés donne en lus la vitesse de rotation. III/ LE CODEUR NUMERIQUE OU ABSOLU Chaque osition du disque corresond à un code numérique, c'est-à-dire une valeur numérique codée en binaire sur n bits. Le disque comorte n istes ; le système de lecture comorte donc n LEDs et n hotoréceteurs. La 1 ère iste (au centre) ossède une moitié oaque et une moitié transarente. On eut donc déterminer dans quel ½ tour on est ; c est la iste MSB ou "bit de oids fort". La iste suivante, en allant vers l extérieur, est divisée en 4 quarts alternativement oaques et transarents. On détermine donc dans quel ¼ de tour on se situe. La iste suivante ermet de savoir dans quel 1/8 de tour on est, la suivante dans quel 1/16 de tour, etc. La iste extérieure est la iste LSB "bit de oids faible"). C est elle qui donne la récision de la mesure, ou résolution. La dernière iste comorte 2 n zones noires ou blanches. Un tour de disque ermet donc de coder 2 n ositions. La lecture simultanée de toutes les istes donne un code binaire rerésentatif de la osition angulaire du codeur dans le tour. Ce code comorte autant de bits que le codeur a de istes : n bits. CPGE TSI Lycée P.-P. Riquet St-Orens de Gameville - 2 -

3 Sciences Industrielles our l Ingénieur La résolution du codeur est donc de 2 n oints ar tour (résolution angulaire = /2 n ). On choisit donc un codeur absolu d'un nombre de istes (bits) d'autant lus élevé que l'on veut une grande récision de mesure angulaire (les codeurs industriels comortent jusqu à 24 istes). Ex : On veut une récision de 0,1 On veut une récision meilleure que 0,38 Codes délivrés et intérêt du binaire réfléchi sur le binaire naturel Le code binaire délivré ar un codeur absolu eut être du binaire naturel ou du binaire réfléchi (code Gray). En binaire naturel, il eut y avoir changement simultané de lusieurs bits d une osition à la suivante (ex : 001, 010 our aller de la osition 1 à la osition 2). Si l alignement des têtes de lecture n est as arfait, il y aura aarition d un code erroné (ex : 001, 011, 010 our aller de la osition 1 à la osition 2)! Le code Gray ne fait intervenir qu un changement de bit à la fois dans sa rogression (ex. sur 3 bits : 000, 001, 011, 010, 110, 111, 101, 100). Les codes erronés sont donc imossibles. En résumé : Binaire naturel Binaire réfléchi (code Gray) Avantage Directement utilisable ar l unité de traitement. Un seul bit change d un code à l autre as de code erroné ossible. Inconvénient Plusieurs bits changent d un code au suivant si ces changements ne sont as simultanés, il y a aarition de codes erronés (ex : 000, 001, 011, 010, 011). Il faut effectuer un transcodage Gray binaire naturel our exloiter le code. Codage du nombre de tours Un codeur absolu multi-tours ossède un second disque qui ermet d'indiquer le nombre de tours. Le nombre de bits en sortie est donc égal à la somme du nombre de bits our coder la osition dans le tour et du nombre de bits our coder les tours. Raccordement à un automate Si le codeur doit être raccordé à un automate, l'étage de sortie sera choisi du tye PNP si le commun des entrées de l'automate est au 0V (logique ositive : "1" si 24V en entrée). Sorties codeur CPGE TSI Lycée P.-P. Riquet St-Orens de Gameville - 3 -

4 Sciences Industrielles our l Ingénieur IV/ COMPARAISON DES DEUX TYPES DE CODEURS CODEUR INCRE- MENTAL CODEUR ABSOLU AVANTAGES INCONVENIENTS Concetion simle, donc lus fiable et moins cher. Sensible aux couures de courant : la osition à la couure est erdue et il faut réinitialiser le système (avec Z). Au maximum 5 fils our un codeur "de base" (+,, A, B, Z). Sensible aux arasites : un arasite eut être comtabilisé comme une imulsion. A et B euvent avoir des fréquences élevées Le système Encombrement réduit. de traitement doit être assez raide, sinon il y a erreur. Insensible aux couures de courant : l information de osition est disonible dès la (re)mise sous tension Concetion électrique et mécanique lus comlexe lus (d où le nom d "absolu"). cher. Le système de traitement n a as besoin d être très raide : si une information est sautée, la osition Nombre imortant de fils eut monooliser un nombre réelle n est as erdue car elle sera valide à la lecture imortant d entrées du système de traitement. suivante. V/ EXEMPLES INDUSTRIELS 1/ Codeur incrémental 2/ Codeur absolu CPGE TSI Lycée P.-P. Riquet St-Orens de Gameville - 4 -

5 Sciences Industrielles our l Ingénieur VI/ CALCULS DANS LES SITUATIONS LES PLUS COURANTES 1/ Rael D une manière générale, suivant que l on sécifie la récision angulaire (en degré ou en radian) ou la récision linéique (en mètre), la résolution minimale (ou nombre de oints ar tour) du codeur est donnée ar : K : raort de réduction entre l axe du système et l axe du codeur. K.P P : conversion du mouvement de rotation en mouvement de translation. N = ou N Δx x (en m) ou (en degré) : récision recherchée. N : résolution minimale ou nombre de oints ar tour du codeur. 2/ Exemle n 1 : système oulie courroie ; K = 1 Ici le codeur est solidaire de l axe de la oulie, donc K = 1. Ω On eut soit sécifier une récision angulaire désirée degré) ou linéique x (en mm ar exemle). (en La transformation de mouvement est caractérisée ar P=π.D (D = diamètre de la oulie). Si on sécifie la récision angulaire : N = Si on sécifie la récision linéique : π.d N = Δx 3/ Exemle n 2 : système oulie courroie ; K 1 Ω Ici entre le codeur et l axe de la oulie, il y a un réducteur donc K 1. 1 Ω Le raort de réduction est = r Ω ; donc 1 Ω K = = r Ω m m Si on sécifie la récision angulaire : N 4/ Exemle n 3 : vis écrou ; K = 1 π.d Si on sécifie la récision linéique : N Δx Ici le codeur est solidaire directement de l axe de la vis, donc K = 1. Ω La transformation de mouvement est caractérisée ar On eut soit sécifier une récision angulaire (en degré) ou P = as (as : as de la vis). linéique x (en mm ar exemle). as Si on sécifie la récision angulaire : N = Si on sécifie la récision linéique : N = Δx 5/ Exemle n 4 : vis écrou ; K 1 Ici le codeur n est as directement solidaire de l axe de la vis, donc K 1. Ω Si on sécifie la récision angulaire : N as Si on sécifie la récision linéique : N Δx CPGE TSI Lycée P.-P. Riquet St-Orens de Gameville - 5 -

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits.

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits. PAGE : 1 I) Introduction : La croissance de la puissance des systèmes de traitement ainsi que les impératifs de productivité appellent dans tous les domaines de production industrielle un besoin d information

Plus en détail

I/ LES CODEURS OPTIQUES

I/ LES CODEURS OPTIQUES Sciences Industrielles our l Ingénieur Centre d Intérêt 2 : ACQUERIR l'information Cométences : AALYSER, COCEVOIR CAPTEURS UMERIQUES DE POSITIO Les codeurs otiques Comment choisir le bon cateur our une

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

Les constituants des chaînes fonctionnelles

Les constituants des chaînes fonctionnelles Les constituants des chaînes fonctionnelles On travaille sur des systèmes complexes, dans les champ de l automatique et de la mécanique Seule l approche fonctionnelle permet de les aborder Matière d œuvre

Plus en détail

Pédaler en danseuse P2 P1

Pédaler en danseuse P2 P1 Pédaler en danseuse Pédaler en danseuse consiste à ne as s asseoir sur la selle et à se dresser sur les édales. Le mouvement de édalage s écarte alors notablement du édalage assis. Notre roos est d analyser

Plus en détail

Chapitre 1 : Capteurs

Chapitre 1 : Capteurs 1. Définition Un capteur est un transducteur qui permet de convertir une grandeur physique à mesurer ou mesurande (température, vitesse, humidité, pression, niveau, débit,...) en une autre grandeur physique

Plus en détail

Les différents codes utilisés en électronique

Les différents codes utilisés en électronique Section : Technicien Supérieur Electronique Discipline : Génie Electronique Les différents codes utilisés en électronique Domaine d application : Traitement des signaux numériques Type de document : Cours

Plus en détail

Guide de sélection des Codeurs

Guide de sélection des Codeurs DOCUMENTATION Guide de sélection des Codeurs L objectif de ce document est de vous permettre de trouver rapidement et de façon précise le bon codeur adapté à votre application. System DISTRIBUTEUR CONSEIL

Plus en détail

Numération. Le tableau récapitulatif ci-dessous donne l équivalence de quelques nombres pour les bases 10, 2 et 16.

Numération. Le tableau récapitulatif ci-dessous donne l équivalence de quelques nombres pour les bases 10, 2 et 16. 1. Systèmes de numération 11. Système décimal : Base 10 C est le système utilisé dans la vie courante, il est basé sur le nombre 10. Pour représenter les nombres décimaux, on utilise les chiffres de 0

Plus en détail

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1...

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1... Cahier de Vacances: de la Tes à la ece... Recommandations Vous venez de terminer votre terminale et d obtenir le Baccalauréat (bravo!) et vous avez choisi de oursuivre vos études ar la voie des classes

Plus en détail

Numération Page 1 sur 5

Numération Page 1 sur 5 Numération Page sur 5 Sommaire : I- Introduction II- III- IV- Différentes bases Base Base Base 6 Correspondance Conversion décimal -> binaire binaire -> décimal hexadécimal -> binaire hexadécimal -> décimal

Plus en détail

SI Acquerir 2015/2016 Doc Codeurs M3 CONTEXTE : SYSTEME TRANSGERBEUR. Solutions retenues :

SI Acquerir 2015/2016 Doc Codeurs M3 CONTEXTE : SYSTEME TRANSGERBEUR. Solutions retenues : SI Acquerir 25/26 Doc Codeurs M3 CONTEXTE : SYSTEME TRANSGERBEUR Problème posé : détecter les positions d un chariot qui se déplace selon 3 axes. - axe Y : 2 positions butées TOR, - axe X : 7 positions

Plus en détail

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE ITRODUCTIO AUX ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE I Raels sur le modèle ondulatoire de la lumière ) Les idées de base du modèle ondulatoire

Plus en détail

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER)

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) FRANCE Valérie Lévy Franck Thomas - Rainer Fronius Marc Gratton Electricité de France Recherche et Déveloement Résumé Les bienfaits

Plus en détail

L E S C A P T E U R S

L E S C A P T E U R S I. D é f i n i t i o n L E S C A P T E U R S Temps observable Acquérir une information Capteur image brut image Les capteurs est l élément d un système dont la fonction est d acquérir une information.

Plus en détail

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2.

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2. Lycée Louis ARMAND : 45 4 8 8 73 Bd de Strasbourg : 48 73 63 5 ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE. Asservissement de vitesse et de coule d'une machine à courant continu. Objectif Connaître les rincies

Plus en détail

Les Capteurs. Table des matières. Classe de première SI

Les Capteurs. Table des matières. Classe de première SI Les Capteurs Table des matières 1. Introduction...2 2. Les capteurs analogiques...3 2.1. Les capteurs potentiométriques...3 3. Les capteurs numériques...3 3.1. Les codeurs rotatifs...3 3.2. Le codeur incrémental...4

Plus en détail

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence - Société & développement durable - Technologie - Communication 3.2.3 Acquisition et codage de l information 1 Introduction Anémomètre Capteur solaire Capteur à ultrasons Capteur de présence Capteur de

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES Table des matières : 1- Mon Esace 2- Mon Comte 3- Mes Actualités 4- Ma Fiche Entrerise 4.1- Imorter votre logo 4.2- Imorter une image

Plus en détail

AUCUN DOCUMENT N EST AUTORISE

AUCUN DOCUMENT N EST AUTORISE Ereuve Sécifique de Sciences Industrielles (Filière PCSI - Otion PSI) Mardi 9 mai 2009 de 8H00 à 2H00 Instructions générales : ENONCE DU SUJET Vous devez vérifier que les documents remis comrennent : Un

Plus en détail

Boucle à verrouillage de phase

Boucle à verrouillage de phase Chaitre 2 Boucle à verrouillage de hase Introduction La boucle à verrouillage de hase, que l on désignera ar la suite ar l acronyme anglais PLL (Phase Locked Loo), est un disositif largement utilisé dans

Plus en détail

Maison DÔME éléments de correction

Maison DÔME éléments de correction Maison DÔME éléments de correction 1 - ANALYSE FONCTIONNELLE DU DISPOSITIF DE ROTATION DE LA MAISON Q 1) Désignation du flux d entrée de la chaîne d énergie repéré sur le schéma-blocs : Réseau domestique

Plus en détail

Corrigé et barème. Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page

Corrigé et barème. Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page Corrigé et barème Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page Portes Latérales Coulissantes de PEUGEOT 807 Éléments de correction Question 1A Diagramme FAST de la fonction FP1 FP1 Ouvrir

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chaitre 5 : Les lentilles et les instruments d otique E. (a) On a n,33, n 2,0cm et R 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient,33 0 cm + q,33 20 cm q 8,58 cm Le chat voit le oisson à 8,58

Plus en détail

CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données

CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) A- Introduction A- Introduction B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données A-1 Les méthodes Lors de toute étude statistique,

Plus en détail

LE TRAITEMENT ANALOGIQUE

LE TRAITEMENT ANALOGIQUE LES AUTOMATISMES LE TRAITEMENT ANALOGIQUE GJC Lycée L.RASCOL 10,Rue de la République BP 218. 81012 ALBI CEDEX SOMMAIRE BUT LES CAPTEURS LES ACTIONNEURS Commande proportionnelle Commande continue LA CONVERSION

Plus en détail

NUMERATION ET CODAGE DE L INFORMATION

NUMERATION ET CODAGE DE L INFORMATION NUMERATION ET CODAGE DE L INFORMATION La nécessité de quantifier, notamment les échanges commerciaux, s'est faite dés la structuration de la vie sociale. Les tentatives de représentation symbolique de

Plus en détail

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S.

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S. EXERCICES EXERCICE On considère le canal à uatre entrées et cin sorties: A B C D - - - - A B E C D. Montrer ue ce canal est symétriue. 2. Calculer sa caacité. On se roose d'utiliser ce canal our transmettre

Plus en détail

ECH_N2T1 : Echange des outillages entre la navette 2 et le T1

ECH_N2T1 : Echange des outillages entre la navette 2 et le T1 Ereuve d Autoatique et d Inforatique Industrielle Eléents de corrigé Partie A Séquentiel : Sécifications générales et détaillées Question A- Nobre de ièces à roduire ar an : 5 * 3 = 5 bobines de tye C

Plus en détail

Chapitre 5 : LES CAPTEURS ET DETECTEURS

Chapitre 5 : LES CAPTEURS ET DETECTEURS Chapitre 5 : LES CAPTEURS ET DETECTEURS C est à partir du moment ou l on à su détecter une grandeur physique et exploiter sa variation que l on a pu faire des systèmes automatiques qui s auto contrôlent

Plus en détail

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire L2-S4 : 2014-2015 Suort de cours Statistique & Probabilités Chaitre 1 : Analyse combinatoire R. Abdesselam UFR de Sciences Economiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2, Camus Berges du Rhône Rafik.abdesselam@univ-lyon2.fr

Plus en détail

TP_Codeur_Incrémental

TP_Codeur_Incrémental Lycée Lislet Geoffroy BTS MAI TP2 - Codeur incrémental Cod-2 Etre capable de : Décrire l allure des signaux délivrés par un codeur incrémental. Enoncer les caractéristiques principales d un codeur incrémental.

Plus en détail

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION 1. Base d un système de numération 1.1 Système décimal. C est le système de base 10 que nous utilisons tous les jours. Il comprend dix symboles différents :... Exemple du nombre 2356 de ce système : nous

Plus en détail

les capteurs dans un système d'acquisition

les capteurs dans un système d'acquisition Les capteurs les capteurs dans un système d'acquisition Fonction d'un capteur Caractérisation des capteurs Catégories de capteurs Les Capteurs de position Les différents types de détection Jauge de contrainte

Plus en détail

Conversion électromécanique. Machine Asynchrone 1 INTRODUCTION, DOMAINES D EMPLOI... 2 2 CONSTITUTION ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT...

Conversion électromécanique. Machine Asynchrone 1 INTRODUCTION, DOMAINES D EMPLOI... 2 2 CONSTITUTION ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... CI Machines électriques alternatives et leur contrôle Conversion électromécanique Machine Asynchrone 1 INTRODUCTION, DOMAINES D EMLOI... CONSTITUTION ET RINCIE DE FONCTIONNEMENT....1 VUE D ENSEMBLE ECLATEE

Plus en détail

Titre : Quels indicateurs optimaux pour cibler les pauvres? : une approche basée sur la

Titre : Quels indicateurs optimaux pour cibler les pauvres? : une approche basée sur la Titre : Quels indicateurs otimaux our cibler les auvres? : une aroche basée sur la minimisation des erreurs de ciblage au Burina Faso. Tambi Samuel KABORE UFR-SEG, CEDRES, 01 BP 6693 Ouaga 01 Université

Plus en détail

I- Mise en situation. II- Systèmes de numération 1.Système décimal: 2. Système binaire: 3.Système octal : 4.Système hexadécimal : 3éme technique

I- Mise en situation. II- Systèmes de numération 1.Système décimal: 2. Système binaire: 3.Système octal : 4.Système hexadécimal : 3éme technique Objectifs : Exploiter les codes numériques & Convertir une information d un code à un autre. I- Mise en situation Réaliser l activité de découverte page 6 ; Manuel d activités II- Systèmes de numération

Plus en détail

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1 Juin 2009 NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information CNAM Lille «La virtualisation» Auditeur BAULE.L 1 Plan INTRODUCTION I. PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION II. DIFFÉRENTES TECHNIQUES

Plus en détail

DETERMINER LE ROLE DU CONTACTEUR SUR LA CAME

DETERMINER LE ROLE DU CONTACTEUR SUR LA CAME DETERMINER LE ROLE DU CONTACTEUR SUR LA CAME Compétences associées A3 : Identifier les composants réalisant les fonctions Acquérir A3 : Décrire et analyser le comportement d un système A3 : Justifier la

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

Automatismes. Quelques capteurs

Automatismes. Quelques capteurs Automatismes industriels Quelques capteurs Détecteur de position Tout ou Rien Capteurs mécaniques a contact Ces capteurs permettent, à partir d une action mécanique directe, de fermer ou d ouvrir un ou

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

Théorie des ensembles et combinatoire

Théorie des ensembles et combinatoire Théorie des ensembles et combinatoire Valentin Vinoles 24 janvier 2012 Table des matières 1 Introduction 2 2 Théorie des ensembles 3 2.1 Définition............................................ 3 2.2 Aartenance

Plus en détail

DATA MINING Arbres de décision

DATA MINING Arbres de décision DATA MINING Arbres de décision Juan Manuel Torres juan-manuel.torres@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr/chercheurs/torres/cours/dm LIA / Université d'avignon Octobre 2006 Généralités Arbres de décision

Plus en détail

Séance de travaux pratiques de physique n 1

Séance de travaux pratiques de physique n 1 Séance de travaux ratiques de hysique n 1 Étude d oscillateurs forcés Résumé A. Oscillations d un ressort vertical. On mesurera la ériode de l oscillateur libre our un amortissement visqueux (eau). On

Plus en détail

Guide de sélection des Codeurs

Guide de sélection des Codeurs D O C U M E N TAT I O N Guide de sélection des Codeurs L objectif de ce document est de vous permettre de trouver rapidement et de façon précise le bon codeur adapté à votre application. Quelques réponses

Plus en détail

Dossier technique Paletticc

Dossier technique Paletticc Dossier technique Paletticc Conditionnement et emballage : Dans la plus grande usine du monde d embouteillage d eau minérale, Perrier a mis en service un atelier d embouteillage hautement automatisé. L

Plus en détail

ROBUROC 6 : PLATEFORME D EXPLORATION TOUS TERRAINS

ROBUROC 6 : PLATEFORME D EXPLORATION TOUS TERRAINS PS/MP ROBUROC 6 Lycée Paul Valéry ROBUROC 6 : PLATEFORME D EXPLORATON TOUS TERRANS Le RobuROC 6 (hotograhie ci-dessous) est un robot mobile déveloé ar la société ROBOSOFT. Cette late-forme robotisée a

Plus en détail

CHAPITRE 5. Capteurs de position et de déplacement

CHAPITRE 5. Capteurs de position et de déplacement CHAPITRE 5 Capteurs de position et de déplacement PLAN INTRODUCTION POTENTIOMETRES RESISTIFS CAPTEURS INDUCTIFS CAPTEURS CAPACITIFS CAPTEURS ULTRASONORE CAPTEURS OPTIQUES CAPTEURS DIGITAUX CONCLUSION INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission I. Notion d erreur de transmission Les voies de communication sont imparfaites : - à cause des bruits : + bruit aléatoire + bruit en provenance

Plus en détail

MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010)

MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010) MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010) Nom : Prénom : Classe : Mise en situation Mise en situation et présentation de la mesure Le sous-sol français

Plus en détail

SYSTEMES DE NUMERATIONS ET CODAGES

SYSTEMES DE NUMERATIONS ET CODAGES SYSTEMES DE NUMERATIONS ET CODAGES - Introduction En binaire, on distingue trois principaux systèmes de codage : Binaire pur, Binaire DCB (Décimal Codé Binaire), Binaire réfléchi (code Gray). En informatique

Plus en détail

Analyse fonctionnelle et structurelle de la «transmission de puissance» Voiture EMAXX

Analyse fonctionnelle et structurelle de la «transmission de puissance» Voiture EMAXX I. Présentation La voiture modèle réduit à l échelle 1/10, radio commandée, est un jouet qui permet d exercer ses talents de pilote (de modèle réduit radio commandé) qui demande des qualités d observation,

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Centre d Intérêt 3 : TRAITER l'information Compétences : ANALYSER, CONCEVOIR LE COMPORTEMENT DES SYSTEMES LOGIQUES SEQUENTIELS : Comment mémoriser et compter des évènements? Analyser le comportement d'un

Plus en détail

Codage d information. Codage d information : -Définition-

Codage d information. Codage d information : -Définition- Introduction Plan Systèmes de numération et Représentation des nombres Systèmes de numération Système de numération décimale Représentation dans une base b Représentation binaire, Octale et Hexadécimale

Plus en détail

Automatismes et SED. Simulation - Validation

Automatismes et SED. Simulation - Validation Automatismes et SED Simulation - Validation Validation Pourquoi? Validation, roriétés OK Cahier des charges Modélisation Modèle du système Nécessité de validation our : Détecter les erreurs éventuelles

Plus en détail

Essuie glace à balayage amélioré BOSCH DOSSIER TECHNIQUE

Essuie glace à balayage amélioré BOSCH DOSSIER TECHNIQUE Sciences de l ingénieur Essuie glace à balayage amélioré BOSCH DOSSIER TECHNIQUE 1. Présentation du système 2 1.1. Mise en situation 2 1.2. Description fonctionnelle de l essuie glace 2 2. Principe de

Plus en détail

Etude des capteurs magnétiques

Etude des capteurs magnétiques Etude des cateurs magnétiques A. Effet all...3 1. Effet all dans un échantillon long...3. Constructions des cateurs à effet all...5 3. Imerfections des cateurs à effet all...6 3.1 Limitation en fréquence...7

Plus en détail

Conversion d un entier. Méthode par soustraction

Conversion d un entier. Méthode par soustraction Conversion entre bases Pour passer d un nombre en base b à un nombre en base 10, on utilise l écriture polynomiale décrite précédemment. Pour passer d un nombre en base 10 à un nombre en base b, on peut

Plus en détail

SOMMAIRE DU FASCICULE

SOMMAIRE DU FASCICULE Lycée Couffignal TS CIRA SOMMAIRE DU FASCICULE Principe en base quelconque a Base ou code binaire naturel Base 8 ou code octal Base ou code hexadécimal Conversions de codes Autres codes Code BCD Code binaire

Plus en détail

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont.

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont. BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) Pierre Le Bars (avec la collaboration de rancis Gary) lebars@moniut.univ-bclermont.fr BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) I/ Introduction

Plus en détail

CONVERTIR l ENERGIE HYDRAULIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

CONVERTIR l ENERGIE HYDRAULIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Centre d Intérêt n 5 : ALIMENTER ET DISTRIBUER L ENERGIE ENERGIE HYDRAULIQUE Système : pilote automatique de bateau COURS TP série 2 TD NOM : Prénom : DATE : 1 T.S.I. Nous avons mis en évidence, dans la

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Centre d Intérêt 3 : TRAITER l'information Compétences : ANALYSER, CONCEVOIR LE COMPORTEMENT DES SYSTEMES LOGIQUES SEQUENTIELS : Comment décrire un comportement par un graphe d'états? Analyser le comportement

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. CPGE Loritz S ciences Industrielles pour l' Ingénieur

DOSSIER TECHNIQUE. CPGE Loritz S ciences Industrielles pour l' Ingénieur DOSSIER TECHNIQUE CPGE Loritz S ciences Industrielles pour l' Ingénieur DÉFINITION DES AXES Le robot Ericc 3 est un robot ayant 5 axes de rotation. Ce robot anthropomorphe est utilisé en entreprise pour

Plus en détail

Couple électromagnétique (couple moteur)

Couple électromagnétique (couple moteur) Principe de fonctionnement Le rotor, alimenté en courant continu, par un système de contacts glissants (bagues), crée un champ magnétique rotorique qui suit le champ tournant statorique avec un retard

Plus en détail

Sciences de l ingénieur. Lycée Jules Ferry. DOSSIER_SECATEUR Page 1 / 17

Sciences de l ingénieur. Lycée Jules Ferry. DOSSIER_SECATEUR Page 1 / 17 Sciences de l ingénieur Lycée Jules Ferry DOSSIER_SECATEUR Page 1 / 17 1. PRESENTATION DU SYSTEME La période de taille de la vigne dure 2 mois environ. Les viticulteurs coupent 8 à 10 heures par jour.

Plus en détail

LES CAPTEURS. 1 Définition :

LES CAPTEURS. 1 Définition : LES CAPTEURS 1 Définition : Un capteur est un organe de prélèvement d'informations qui élabore, à partir d'une grandeur physique, une autre grandeur physique de nature différente (généralement électrique)

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

Mécanique des fluides compressibles

Mécanique des fluides compressibles écanique des fluides comressibles I Raels Nous restreindrons l étude au cas du fluide idéal, non visqueux, en écoulement ermanent unidimensionnel. Précisons : - Fluide idéal gaz arfait (vr) à constant

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. Analyse multivariée ou multifactorielle. Rappel facteurs de confusion Exemple

Objectifs pédagogiques. Analyse multivariée ou multifactorielle. Rappel facteurs de confusion Exemple Objectifs édagogiques Analyse multivariée ou multifactorielle Exliquer le rincie des modèles multivariés Exliquer le rincie de la régression logistique Exliquer le rincie de la régression linéaire multile

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

A. Notion d intégrale double

A. Notion d intégrale double UT ORSAY Mesures Physiques ntégrales doubles Calcul d aires et de volumes Cours du ème semestre A Notion d intégrale double A- omaine quarrable On suose que le lan est muni d un reère orthonormé ( O; i;

Plus en détail

La programmation de l entraînement en Volley-ball.

La programmation de l entraînement en Volley-ball. Licence Entraînement Sortif La rogrammation de l entraînement en Volley-ball. Logique du cours. Volont d illustrer des concets vus en cours «thorique». Volont d articuler des connaissances scientifiques,

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

MOIRE PAR PROJECTION DE FRANGES

MOIRE PAR PROJECTION DE FRANGES Licence Professionnelle Métrologie et MOIRE PAR PROJECTION DE FRANGES PRINCIPES 1. Introduction - Princies mis en œuvre Mesurer la forme d'un objet existant résente un grand intérêt, aussi bien en ingénierie

Plus en détail

A - PREPARATION. Fonctions logiques. TP2_Annexe FONCTION MAJORITE 2001-2002 ETUDE D'UN CIRCUIT DECODEUR. A.1. Identification de la fonction

A - PREPARATION. Fonctions logiques. TP2_Annexe FONCTION MAJORITE 2001-2002 ETUDE D'UN CIRCUIT DECODEUR. A.1. Identification de la fonction Page /5 2-22 ETUDE D'UN CIRCUIT DECODEUR STI2 A.. Identification de la fonction A - PREPARATION A... Présentation de la fonction La fonction permet d allumer une LED (Diode électroluminescente) si deux

Plus en détail

Chapitre 6. La demande d assurance

Chapitre 6. La demande d assurance Chaitre 6 Introduction Réduire le risque Plusieurs manière de réduire le risque: a diversification Une firme eut réduire son risque en diversifiant ses activités dans des domaines eu liés entre eux Ventes

Plus en détail

Dossier 03 Périphériques d acquisition

Dossier 03 Périphériques d acquisition Dossier 03 Périphériques d acquisition I. PERIPHERIQUES D ACQUISITION... 1 II. CARACTERISTIQUES GENERALES... 2 A. CLAVIER... 2 B. SOURIS... 3 C. LECTEUR DE CODES A BARRES (OU CODE-BARRES)... 3 D. SCANNER...

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale icence Science de la Mer et de l Environnement Pysiue Générale Caitre 3 :entilles et Instruments d Otiue - es diérentes lentilles Nous traiterons ici de lentilles mines, c est à dire d éaisseur négligeable.

Plus en détail

Étude thermique du contact glissant pion-disque en situation de freinage automobile

Étude thermique du contact glissant pion-disque en situation de freinage automobile Étude thermique du contact glissant ion-disque en situation de freinage automobile Damien MERESSE,2*, Monica SIROUX,2, Souad HARMAND,2, Michel WATREMEZ,2, Laurent DUBAR,2 Univ Lille Nord de France, F-59000

Plus en détail

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits 1 Rappel : un peu de logique Exercice 1.1 Remplir la table de vérité suivante : a b a + b ab a + b ab a b 0 0 0 1 1 0 1 1 Exercice

Plus en détail

Théorèmes d échange de limites

Théorèmes d échange de limites Théorèmes d échange de limites ) Convergence uniforme et limites Théorème de continuité our les suites de fonctions. Pour E et F deux esaces vectoriels normés, on considère une suite d alications f n :

Plus en détail

La chaîne d'information

La chaîne d'information Chapitre 2 La chaîne d'information 2.1 Concept de traitement de l'information La conversion d'une grandeur à mesurer G m en une grandeur physique S d par un capteur ne sut pas car ce signal S d est généralement

Plus en détail

PosCon 3D. La mesure de bords dans une nouvelle dimension.

PosCon 3D. La mesure de bords dans une nouvelle dimension. PosCon 3D La mesure de bords dans une nouvelle dimension. Une nouvelle dimension. PosCon 3D pour la mesure de position des bords d un objet, quelle que soit la distance. Très innovant, le détecteur de

Plus en détail

SEO 200. Banc d étude du positionnement angulaire d une éolienne face au vent DESCRIPTIF APPLICATIONS PEDAGOGIQUES

SEO 200. Banc d étude du positionnement angulaire d une éolienne face au vent DESCRIPTIF APPLICATIONS PEDAGOGIQUES Banc d étude du positionnement angulaire d une éolienne face au vent DESCRIPTIF Le banc SEO 200 permet d étudier et de paramétrer les boucles d asservissement de vitesse et position d une nacelle d éolienne

Plus en détail

SYSTEMES DE NUMERATION

SYSTEMES DE NUMERATION Page 1/6 I- SYSTEMES SYSTEMES DE NUMERATION I-1- DECIMAL (base l0) C'est le système le plus utilisé. On peut représenter un nombre décimal sous la forme :... (1997) 10 = 1 10 3 + 9 10 2 + 9 10 1 + 7 10

Plus en détail

Chapitre 6. Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 6. Les lentilles et les instruments d optique Objecti intermédiaire 3.2 Caitre 6 Les lentilles les instruments d otiue Décrire les caractéristiues d'une image ormée ar des systèmes otiues dont notamment la loue, le microscoe, le télescoe l'œil. Lentille

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Actionneurs et Capteurs par Julien Serre adaptation fr GDA

Actionneurs et Capteurs par Julien Serre adaptation fr GDA Actionneurs et Capteurs par Julien Serre adaptation fr GDA Titredes actionneurs/capteurs Liste Articulations : 25 DoL Academics et 21 DoL RoboCup Actionneurs & capteurs de positions Rigidité! Controle

Plus en détail

Lumière et Atomes. Claude Cohen-Tannoudji. Année de la lumière Paris, 8 Janvier 2015

Lumière et Atomes. Claude Cohen-Tannoudji. Année de la lumière Paris, 8 Janvier 2015 Lumière et Atomes Claude Cohen-Tannoudji Année de la lumière Paris, 8 Janvier 2015 Lumière et Matière Quelques questions - Qu est-ce que la lumière et comment est-elle roduite? - Comment interagit-elle

Plus en détail

TP n 2 : Etude préliminaire des pompes centrifuges

TP n 2 : Etude préliminaire des pompes centrifuges Anne Zimmer Daniel Fernex Antoine Griere TF0 TP n : Etude réliminaire des omes centrifues Printems 0 Introduction La ome est un élément (machine) qui ermet d aorter de l énerie au fluide. Cette énerie

Plus en détail

DETERMINATION DU FRONT DE FUSION D UNE PLAQUE DE PARAFFINE SOUMISE A L ENSOLEILLEMENT

DETERMINATION DU FRONT DE FUSION D UNE PLAQUE DE PARAFFINE SOUMISE A L ENSOLEILLEMENT DETERMINATION DU FRONT DE FUSION D UNE PLAQUE DE PARAFFINE SOUMISE A L ENSOLEILLEMENT Djim SECK *, Ababacar THIAM, Vincent SAMBOU, Dorothé AZILINON, Mamadou ADJ Laboratoire d Energétique Aliquée, Ecole

Plus en détail

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

RLP 100 F901, F915, F924: Régulateur pneumatique de pression ambiante

RLP 100 F901, F915, F924: Régulateur pneumatique de pression ambiante .0/ RL 00 F90, F9, F9: Régulateur neumatique de ression ambiante Votre avantage our lus d efficacité énergétique ermet la mesure exacte et la régulation de ressions différentielles dans les salles blanches

Plus en détail

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5 SUJET 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Sécialités du Secteur 6 : Métiers de la comtabilité Coeff : Selon sécialité Logistique et commercialisation Vente action marchande Durée : 1 heure Ereuve : Mathématiques

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

Automates Programmables Industriels

Automates Programmables Industriels Automates Programmables Industriels 1) Structure d un API...2 1.1 Structure matérielle...2 1.2 Mémoire programme utilisateur...2 1.3 Mémoire bit...3 1.4 Mémoire mot...4 2) Structure logicielle...4 2.1.

Plus en détail