traitement du cancer bronchique non à petites cellules

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "traitement du cancer bronchique non à petites cellules"

Transcription

1 Progrès et perspectives dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules Alexis Cortot Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Cours de DES Oncologie Amiens 16 juin 2012

2 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques Pao et al. Nat Rev Cancer 2010

3 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques Survival (%) Cisplatin and paclitaxel Cisplatin and gemcitabine Cisplatin and docetaxel Carboplatin and paclitaxel Month Schiller et al. N Engl J Med 2002 Pao et al. Nat Rev Cancer 2010

4 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques Pao et al. Nat Rev Cancer 2010

5 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques 30 ans 3 ans Adapté de Pao et al. Nat Rev Cancer 2010

6 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques Patients éligibles Adapté de Pao et al. Nat Rev Cancer 2010

7 Image suspecte EBUS Diagnostic TEP Bilan d extension Traitement Chirurgie Chimiothérapie Radiothérapie Chimio adjuvante Stéréotaxie

8 Dépistage Image suspecte EBUS Diagnostic Caractérisation moléculaire TEP Bilan d extension Traitement Chirurgie Chimio adjuvante Chimiothérapie Radiothérapie Stéréotaxie Sujets âgés Maintenance Thérapies ciblées

9 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

10 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

11 Pourquoi un dépistage du cancer du poumon? Pathologie à forte incidence Mauvais pronostic en cas de diagnostic tardif Traitement efficace en cas de diagnostic précoce Possibilité d identifier des populations à risque

12 Contexte Plus de 30 publications dont : ETUDES OUVERTES SUR LE DÉPISTAGE RADIOLOGIQUE ETUDES RANDOMISÉES SUR RADIO ET CYTOLOGIE ETUDES OUVERTES SUR SCANNER ETUDES RANDOMISÉES SUR SCANNER ETUDES OUVERTES SUR LE DÉPISTAGE CYTOLOGIQUE source B Milleron

13 I-ELCAP N Engl j Med 2006; 355 :

14 Actualité : National Lung Cancer Screening Trial (NLST) Fumeurs 30 PA Anciens fumeurs <15 ans Age N Engl J Med 2011 ; 365 : R A N D O M I S A T I O N TDM faible dose RP années 2 source B Milleron

15 Vrais et faux positifs Résultats TDM low dose Radiographie ~25% de Round TDM anormales Examens positifs 7,193 6,902 4,054 2,387 1,482 1,175 ~96% de FP Cancers(%) 270 (4) 168 (2) 211 (5) 136 (6) 65 (4) 78 (7) Pas de cancer (%) 6,923 (96) 6,734 (98) 3,843 (95) 2,251 (94) 1,417 (96) 1,097 (93) N Engl J Med 2011 ; 365 : source B Milleron

16 Mortalité par cancer du poumon Bras Décès par CBP Mortalité/ 100,000 par an Reduction de la mortalité par CBP(%) p Scanner ,004 Radiographie N Engl J Med 2011 ; 365 : source B Milleron

17 Probabilité de survie des patients atteints de cancer Nombre de patients devant être dépistés pour sauver une vie : 320 (400 patientes pour les mammographies et le cancer du sein) N Engl J Med 2011 ; 365 : source B Milleron

18 Questions non résolues Qui paye le scanner de dépistage? Pendant combien de temps faut-il faire des scanners de dépistage (NLST = 3 ans)? Est-il licite de faire des scanners de dépistage à un fumeur actif? Le dépistage du cancer du poumon par scanner faible dose est-il coût-efficace?

19 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

20 Contexte Pourquoi y a-t-il beaucoup de cancers du poumon chez les sujets âgés? Conjonction de 2 phénomènes : - augmentation du nombre des personnes âgées en France - augmentation de l incidence du cancer bronchique avec l âge Age médian au diagnostic : ans Au moins 30% ont 70 ans et plus source E Quoix

21 Spécificités du cancer bronchique chez la personne âgée Définition d une personne âgée Sous-représentation des personnes âgées dans les essais cliniques Biais médical et/ou familial concernant le diagnostic et le traitement de la maladie Nihilisme Crainte des toxicités Fausse croyance d une indolence des cancers chez les personnes âgées Modifications biologiques inhérentes à l âge source E Quoix

22 source E Quoix

23 Actualité : Essai IFCT 0501 source E Quoix Quoix et al. Lancet 2011

24 Caractéristiques des 451 patients inclus d avril 2006 à décembre 2009 source E Quoix

25 Efficacité source E Quoix Quoix et al. Lancet 2011

26 Efficacité source E Quoix Quoix et al. Lancet 2011

27 source E Quoix Toxicité

28 Impact Démonstration qu un sujet âgé peut/doit recevoir une chimiothérapie à base de sels de platine Carbo-Taxol hebdo = schéma de référence Modification attendue des recommandations des Modification attendue des recommandations des sociétés savantes

29 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

30 Contexte PREMIERE LIGNE STADE IV Mutation EGFR? Non PS 2 ou âge >70 ans Si progression Oui 8-12% des CBNPC Non-épidermoïdes surtout Non Oui PS 3-4 gefitinib/erlotinib jusqu à progression Association à base de cisplatine 4-6 cycles Carboplatine Taxol hebdo 4-6 cycles Soins de confort

31 Contexte PREMIERE LIGNE STADE IV Mutation EGFR? Non PS 2 ou âge >70 ans Si progression Oui 8-12% des CBNPC Non-épidermoïdes surtout Non Oui PS 3-4 gefitinib/erlotinib jusqu à progression Association à base de cisplatine 4-6 cycles Carboplatine Taxol hebdo 4-6 cycles Soins de confort

32 Contexte PREMIERE LIGNE STADE IV Associer Avastin? Non Oui Non-épidermoïdes exclusivement Pas de CI : ATCD d hémoptysie contact étroit gros vaisseaux excavation 7.5 mg/kg (CDDP) ou 15 mg/kg (Carbo) Toutes les 3 semaines jusqu à progression CDDP-Navelbine CDDP-Gemzar CDDP-Taxotere CDDP-Alimta* * CDDP-Alimta uniquement pour les non-épidermoïdes

33 CT +/-bevacizumab en 1 ère ligne chez des patients sélectionnés (non-épidermoïdes, critères d éligibilité) Etude AVAIL avec CDDP- Gemcitabine : bénéfice sur PFS, pas OS

34 Contexte PREMIERE LIGNE STADE IV Maintenance? Non Oui Alimta jusqu à progression Tarceva jusqu à progression AMM mais non remboursé CDDP-Navelbine CDDP-Gemzar CDDP-Taxotere CDDP-Alimta* * CDDP-Alimta uniquement pour les non-épidermoïdes

35 Concept de maintenance STRATEGIES THERAPEUTIQUES Stop and go 1 ère ligne (4-6 cures) 2 ème ligne (jusqu à progression) Maintenance Progression 1 ère ligne (4 cures) maintenance 2 ème ligne (jusqu à progression) Progression

36 Source M Perol

37 Source M Perol

38 Actualité : essais PARAMOUNT et AVAPERL Essais de maintenance vraie («continuation») CDDP-Alimta Maintenance par Alimta? CDDP-Alimta-Avastin Maintenance par Avastin ou Alimta-Avastin?

39 PARAMOUNT : étude randomisée comparant un traitement d entretien par pémétrexed versus placebo 939 patients enregistrés CBNPC non épidermoïdes PS 0-1 Première ligne Cisplatine 75 mg/m² Pémétrexed 500 mg/m² J1-J21, 4 cycles R 2:1 Non progressif (n = 539) (n = 359) Pémétrexed 500 mg/m² J1-J21 Jusqu à progression ou toxicité Placebo i.v. J1-J21 (n = 180) Stratification : stade, PS, réponse en première ligne Objectif principal : SSP Tous les patients ont reçu : acide folique et vitamine B12 D après Paz-Ares LG et al., abstr. CRA7510 ASCO 2011

40 PARAMOUNT : étude randomisée comparant un traitement d entretien par pémétrexed versus placebo Probabilité de survie Survie sans progression 1,0 Pem + BSC Médiane = 4,1 mois (3,2-4,6) 0,8 0,6 0,4 p = 0,00006 HR = 0,62 (0,49-0,79) Placebo + BSC Médiane = 2,8 mois (2,6-3,1) 0,2 Patients à risque (n) Pem + BSC Placebo + BSC Mois D après Paz-Ares LG et al., abstr. CRA7510 ASCO 2011

41 PARAMOUNT : étude randomisée comparant un traitement d entretien par pémétrexed versus placebo Pémétrexed (n = 359) Placebo (n = 180) Décès relié au traitement 0,6 0,6 Effet lié au traitement* 8,9 2,8 Arrêt du traitement lié à un effet indésirable 5,3 3,3 1 EIG 3-4 biologique* 9,2 0,6 1 EIG 3-4 non biologique 8,9 4,4 Fatigue de grade 3-4* 4,2 0,6 Anémie de grade 3-4* 4,5 0,6 Neutropénie de grade 3-4* 3,6 0 * Différence statistiquement significative. EIG : événement indésirable grave. D après Paz-Ares LG et al., abstr. CRA7510 ASCO 2011

42 Résultats finaux de survie globale depuis la randomisation Probabilité de survie HR (non ajusté) = 0,78 (IC 95% : 0,64-0,96) p (log-rank) = 0,0195 Pemetrexed (médiane = 13,9 mois) Placebo (médiane = 11 mois) Temps depuis la randomisation (mois) Patients exposés au risque Pem + BSC Placebo + BSC Paz-Ares et al. J Clin Oncol 30, 2012 (suppl; abstr LBA7507)

43 AVAPERL : étude randomisée comparant un traitement d entretien par pémétrexed-bevacizumab versus bevacizumab Critères: RC/RP/SM (RECIST) CNBPC non épidermoïdes stades IIIB/IV non traités au préalable Objectif principal: SSP Objectifs secondaires: SG, tolérance Bevacizumab*/ Pemetrexed/cisplatine**/ 3 semaines 4 cycles d induction (N=373) *Bevacizumab : 7,5 mg/kg IV, J1, J21 ** Pemetrexed : 500 mg/m 2 + Cisplatine 75 mg/m 2 J1, J21 1:1 Bevacizumab* / 3 semaines Bevacizumab/ Pemetrexed** / 3 semaines Traitement jusqu à progression (n=244) Prog Prog

44 AVAPERL : étude randomisée comparant un traitement d entretien par pémétrexed-bevacizumab versus bevacizumab

45 AVAPERL : étude randomisée comparant un traitement d entretien par pémétrexed-bevacizumab versus bevacizumab

46 AMM en maintenance : Alimta (pemetrexed): Impact Switch maintenance (après une 1 ère ligne ne contenant pas d Alimta) Maintenance vraie (après une 1 ère ligne à base d Alimta) Tarceva (erlotinib): Switch maintenance Options : Gemcitabine en maintenance vraie (épidermoïde) Alimta-Avastin en maintenance vraie

47 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

48 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

49 Les inhibiteurs d EGFR Cible : EGFR Dérégulation : surexpression (protéine) : 40-80% amplification génique : 30% mutations : 10-40% Inhibition : inhibiteurs de tyrosine kinase (TKI) anticorps monoclonaux anti-egfr Inhibiteurs : gefitinib (TKI) erlotinib (TKI) cetuximab (Ac)

50 Les inhibiteurs d EGFR Cible : EGFR Dérégulation : surexpression (protéine) : 40-80% amplification génique : 30% mutations : 10-40% Inhibition : inhibiteurs de tyrosine kinase (TKI) anticorps monoclonaux anti-egfr Inhibiteurs : gefitinib (TKI) erlotinib (TKI) cetuximab (Ac)

51 EGFR et la famille HER

52 La voie EGFR Ligands : EGF, TGFα, EGFR Voie des MAP Kinases RAS RAF Domaine tyrosine kinase PTEN PI3K Akt MEK ERK mtor STAT3 PROLIFERATION CELLULAIRE SURVIE CELLULAIRE

53 Les inhibiteurs d EGFR Cible : EGFR Dérégulation : surexpression (protéine) : 40-80% amplification génique : 30% mutations : 10-40% Inhibition : inhibiteurs de tyrosine kinase (TKI) anticorps monoclonaux anti-egfr Inhibiteurs : gefitinib (TKI) erlotinib (TKI) cetuximab (Ac)

54 Mutations EGFR Shigematsu et al. JNCI 2005 Sharma et al. Nat Rev Cancer 2007

55 Les inhibiteurs d EGFR Cible : EGFR Dérégulation : surexpression (protéine) : 40-80% amplification génique : 30% mutations : 10-40% Inhibition : inhibiteurs de tyrosine kinase (TKI) anticorps monoclonaux anti-egfr Inhibiteurs : gefitinib (TKI) erlotinib (TKI) cetuximab (Ac)

56 Inhibiteurs d EGFR cetuximab Ligands : EGF, TGFα, EGFR Voie des MAP Kinases RAS RAF PI3K Akt PTEN MEK ERK Gefitinib Erlotinib Domaine tyrosine kinase mtor STAT3 PROLIFERATION CELLULAIRE SURVIE CELLULAIRE

57 Les inhibiteurs d EGFR Cible : EGFR Dérégulation : surexpression (protéine) : 40-80% amplification génique : 30% mutations : 10-40% Inhibition : inhibiteurs de tyrosine kinase (TKI) anticorps monoclonaux anti-egfr Inhibiteurs : gefitinib (TKI) erlotinib (TKI) cetuximab (Ac)

58 Les inhibiteurs d EGFR TKI Inhibiteurs de l activité tyrosine kinase Noyau quinazoline Compétition avec l ATP Action réversible Ac Mécanisme d action encore mal compris : Inhibition de la liaison du ligand Internalisation et dégradation du récepteur Inhibition de la dimérisation ADCC (Antibody-dependent cellular cytotoxicity)

59 Les inhibiteurs d EGFR gefitinib Iressa 250 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR IPASS (Mok et al.) erlotinib Tarceva 150 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR EURTAC (Rosell et al.) En switch maintenance SATURN (Cappuzzo et al.) 2 ème ligne ou +, quels que soient l histologie et le statut EGFR BR.21 (Shepherd et al.) cetuximab Erbitux Pas d AMM dans le CBNPC FLEX (Pirker et al.)

60 Inhibition d EGFR : indications gefitinib Iressa 250 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR IPASS (Mok et al.) erlotinib Tarceva 150 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR EURTAC (Rosell et al.) En switch maintenance SATURN (Cappuzzo et al.) 2 ème ligne ou +, quels que soient l histologie et le statut EGFR BR.21 (Shepherd et al.) cetuximab Erbitux Pas d AMM dans le CBNPC FLEX (Pirker et al.)

61 IPASS : gefitinib vs CT en 1 ère ligne chez des patients sélectionnés Mok et al. NEJM 2009

62 IPASS : gefitinib vs CT en 1 ère ligne chez des patients sélectionnés

63 IPASS : gefitinib vs CT en 1ère ligne chez des patients sélectionnés

64 IPASS : gefitinib vs CT en 1ère ligne chez des patients sélectionnés Effet délétère du gefitinibsi pas de mutation Pas de bénéfice en survie globale (crossover) Mok et al. NEJM 2009

65 Les inhibiteurs d EGFR gefitinib Iressa 250 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR IPASS (Mok et al.) erlotinib Tarceva 150 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR EURTAC (Rosell et al.) En switch maintenance SATURN (Cappuzzo et al.) 2 ème ligne ou +, quels que soient l histologie et le statut EGFR BR.21 (Shepherd et al.) cetuximab Erbitux Pas d AMM dans le CBNPC FLEX (Pirker et al.)

66 EURTAC : erlotinib vs CT en 1 ère ligne chez des patients EGFR-mutés Schéma de l étude patients, stade IIIB-IV, évalués pour les mutations EGFR Patients naïfs de chimiothérapie Stade IIIB/IV CBNPC Délétion de l exon 19 de l EGFR ou mutation L858R de l exon 21 ECOG PS 0-2 (n = 174) Critère principal de jugement SSP Analyse intérimaire programmée à 88 événements R Erlotinib 150 mg/j Doublet à base de platine toutes les 3 semaines x 4 cycles Jusqu à progression D après Rosell R et al., abstr ASCO 2011

67 EURTAC : erlotinib vs CT en 1 ère ligne chez des patients EGFR-mutés Survie sans progression 1,0 0,8 Erlotinib (n = 86) CT (n = 87) Probabilité de SSP 0,6 0,4 0,2 HR = 0,37 (0,25-0,54) p < 0, ,2 9, Mois Pas de bénéfice en survie globale (crossover) D après Rosell R et al., abstr ASCO 2011

68 Afatinib vs CDDP-Pemetrexed Survie sans progression Survie sans progression (probabilité) Cisplatine/pemetrexed 47 % 22 % Afatinib n = 230 Cisplatine/ pemetrexed n = 115 Evénement, n (%) 152 (66) 69 (60) SSP* médiane (mois) 11,1 6,9 HR (IC 95%) 0,58 (0,43-0,78) p = 0,0004 *Relecture centralisée Afatinib Survie sans progression (mois) SSP sous groupe mutation commune Del19/L858R (mois): 13,6 vs 6,9, HR =0.58, p< Yang et al. J Clin Oncol 30, 2012 (suppl; abstr LBA7500)

69 Mme B., 53 ans, non fumeuse source : J. Tillon, CHU Rouen

70 Traitement par erlotinib (TKI EGFR) source : J. Tillon, CHU Rouen Juin 2009 Sept mois après instauration de l erlotinib

71 Traitement par erlotinib (TKI EGFR) source : J. Tillon, CHU Rouen

72 Traitement par erlotinib (TKI EGFR) source : J. Tillon, CHU Rouen =>Mutation EGFR E746_A750del

73 Addiction à l oncogène Observations de réponses intenses et rapides suite au blocage d une seule voie oncogénique (1): sur lignées cellulaires sur modèles de xenogreffes Première observation : inactivation de MYC (2) 1- Weinstein. Addiction to Oncogenes the Achilles Heal of Cancer. Science Jain et al., Science 2002

74 Addiction à l oncogène Réarrangement du réseau d oncogènes au sein de la cellule, au profit d une seule voie oncogénique maintenant la prolifération cellulaire Implique le concept de «talon d Achille» : le blocage de la voie «addictogène» entraîne la mort cellulaire Bcr-abl dans les LMC Ph+ HER2 dans les cancers du sein HER2+ c-kit dans les GIST RAF dans les mélanomes BRAF-mutés EGFR dans les CBNPC EGFR-mutés etc.

75 Les inhibiteurs d EGFR gefitinib Iressa 250 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR IPASS (Mok et al.) erlotinib Tarceva 150 mg/j 1 ère ligne chez les patients avec mutation activatrice d EGFR EURTAC (Rosell et al.) En switch maintenance SATURN (Cappuzzo et al.) 2 ème ligne ou +, quels que soient l histologie et le statut EGFR BR.21 (Shepherd et al.) cetuximab Erbitux Pas d AMM dans le CBNPC FLEX (Pirker et al.)

76 BR.21 : erlotinib vs placebo en 2de ligne chez des patients non sélectionnés

77 BR.21 : erlotinib vs placebo en 2de ligne chez des patients non sélectionnés Données mutations EGFR non interprétables car pas fait en routine à l époque => échantillons trop petits

78 Les inhibiteurs d EGFR EN PRATIQUE Posologie Iressa 250 mg/j, Tarceva 150 mg/j jusqu à progression Mode d administration A prendre en dehors des repas (erlotinib) Eviter la prise d IPP, sinon les prendre à distance Effets secondaires Effets secondaires Rash acnéiforme => crème émolliente +/- diprosone +/- doxycycline 100 mg/j Xérose cutanée => crème émolliente Diarhées => loperamide Elevation transaminases => surveillance bio PID rarement

79 Résistance acquise : mécanismes Définie par l apparition d une progression sous TKI après réponse initiale Survient généralement 8-14 mois après le début du traitement 2 mécanismes bien identifiés: Mutation T790M Amplification de MET Nouveaux mécanismes récemment décrits (Sequist et al. Sci Transl Med 2011)

80 Résistance acquise - Mécanismes La mutation T790M Identifiée à partir du prélèvement d un patient EGFRmuté en rechute sous gefitinib Représente 50% des mécanismes de résistance acquise Survient sur le résidu gatekeeper qui contrôle l accès à la poche de fixation de l ATP Analogue à la mutation T315I responsable de la résistance à l imatinib dans la LMC T790M = >90% des mutations de résistance Kobayashi et al. NEJM 2005

81 Résistance acquise - Mécanismes La mutation T790M Encombrement stérique empêchant la liaison du TKI? Analyse en crystallographie : les TKI peuvent encore se lier, malgré la T790M Les TKI irréversibles (même structure quinazoline que le gefitinib et l erlotinib mais liaison covalente, irréversible) sont efficaces in vitro => Autre mécanisme

82 Résistance acquise - Mécanismes La mutation T790M Augmente l affinité du récepteur à l ATP Yun et al. PNAS 2008

83 Résistance acquise - Mécanismes L amplification de MET MET = récepteur tyrosine kinase, ligand = HGF (Hepatocyte Growth Factor) MET peut être activé soit par amplification, soit par surexpression de son ligand HGF

84 Source : L. Sequist

85 Résistance acquise : mécanismes Résistance acquise - Mécanismes Autres mécanismes de résistance acquise Etude sur 37 patients systématiquement re-prélevés Repeat biopsy site Type of Repeat Biopsy Adrenal 1 CT- or US-guided biopsy 24 Liver 6 excision 7 Distant LN 3 EBUS 3 Med LN 3 TBNA 2 Lung Primary 9 Bronchoscopy 1 Lung Met 4 Pleural Fluid 3 Bone 1 Subcutanous nodule 4 Other 3 Sequist et al. Sci Transl Med 2011

86 Résistance acquise : mécanismes Résistance acquise - Mécanismes Autres mécanismes de résistance acquise Amplification de T790M Sequist et al. Sci Transl Med 2011

87 Résistance acquise : mécanismes Résistance acquise - Mécanismes Autres mécanismes de résistance acquise Amplification de T790M Transition épithélio-mésenchymateuse vimentine E-cadhérine Avant rechute sous TKI Après rechute sous TKI Sequist et al. Sci Transl Med 2011

88 Résistance acquise : mécanismes Résistance acquise - Mécanismes Autres mécanismes de résistance acquise Transformation en CPC Avant/Après CDDP-VP16 Avant rechute sous TKI : Adk Après rechute sous TKI : CPC Sequist et al. Sci Transl Med 2011

89 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

90 Réarrangements de ALK Dû à une inversion sur le bras 2p23 Aboutit à une fusion du gène ALK avec un autre gène (EML4 le plus souvent) Recherche par FISH 5-7% des adénocarcinomes Associé à : l âge jeune (rarement > 55 ans) le statut non fumeur Se rencontre autant chez les hommes que chez les femmes Traitement : crizotinib = inhibiteur de ALK (et de MET)

91 Réarrangements de ALK Kwak et al. NEJM 2010 phase I, 82 patients 57% de réponse, 87% de contrôle de la maladie Tox : troubles digestifs, troubles visuels Phases III en cours Kwak et al. NEJM 2010

92 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK et d un traitement par crizotinib Comparaison de la survie de 3 groupes de patients recevant 2 ou 3 lignes thérapeutiques Pourcentage ALK ALK WT/WT crizotinib témoin témoin (n = 30) (n = 23) (n = 125) Médiane de survie (mois) NR 6 11 Survie à 1 an (%) Survie à 2 ans (%) ALK+ crizotinib HR = 0,49 ; p = 0, ALK+ témoin ALK- témoin Années D après Shaw AT et al., abstr ASCO 2011

93 Plan Le dépistage Stades métastatiques : les sujets âgés Stades métastatiques : la maintenance Stades métastatiques : les nouvelles cibles EGFR ALK Marqueurs émergents

94 Questions non résolues Autres cibles, autres thérapies Mutations KRAS 20-25% des adénocarcinomes Plus fréquente chez les fumeurs ou anciens fumeurs Mutation touchant les mêmes codons (12 et 13) Rôle pronostique incertain Mutuellement exclusive avec les mutations EGFR Associée à l absence de réponse aux inhibiteurs d EGFR dans la grande majorité des cas Espoir thérapeutique : association d inhibiteurs de MEK +/- PI3K

95 Phase II randomisée : docetaxel +/- selumetinib (inhibiteur de MEK), 2 ème ligne CBNPC KRAS-muté Objectif : Etude randomisée de phase II en double aveugle évaluant prospectivement SEL+ DOC vs DOC + placebo dans le CBNPC avancé de stade IIIb/IV, KRAS muté et ayant préalablement reçu une chimiothérapie (SEL = inhibiteur de MEK1/2 situé en aval de KRAS) Entre avril 2009 et juin 2010, 422 pts ont été screenés : 113 avaient un statut KRAS muté, 87 ont été randomisé CBNPC de stade IIIb/IV en 2 e ligne KRAS muté PS 0-1 Analyse centralisée Exclusion : métastase cérébrale symptomatique R Docétaxel IV 75 mg/m 2 tous les 21 jours + Selumetinib PO 75 mg x 2/j (n = 44) (n = 87) Objectif principal : Survie globale Objectifs secondaires 1:1 Taux de réponse, Survie sans progression Taille de la tumeur, Durée de réponse Profil de tolérance Docétaxel IV 75 mg/m 2 + Placebo (n = 43) Janne et al. J Clin Oncol 30: 2012 (suppl; abstr 7503)

96 Résultats SSP SSP médiane (mois) SEL + DOC (n = 43) 5,3 Pl + DOC (n = 40) 2,1 HR = 0,58 ; IC 80% : 0,42-0,79 p = 0,0138 SG SSP médiane (mois) SEL + DOC (n = 43) 9,4 Pl + DOC (n = 40) 5,2 HR = 0, 80 ; IC 80% : 0,56-1,14 p = 0,2069 SEL + DOC DOC RC/RP (%) 0/37,2 0/0 Stable 6 semaines et plus (%) 44,2 50 Diarrhées tous grades (%) 72,7 16,7 Dermatite acnéiforme (%) 38,6 4,8 Stomatite (%) 36,4 19 Œdèmes périphériques (%) 40,9 16,7 Nausées (%) 43,2 28,6 Janne et al. J Clin Oncol 30: 2012 (suppl; abstr 7503)

97 Questions non résolues Autres cibles, autres thérapies Mutations BRAF 2-3% des CBNPC Plus fréquente dans les adénocarcinomes que dans les épidermoïdes Mutuellement exclusive avec les mutations EGFR 2 types de mutations : V600E (50%), et non-v600e (50%) V600E plus chez les non-fumeurs, non-v600e plus chez les fumeurs Associée in vitro à l absence de réponse aux inhibiteurs d EGFR Espoir thérapeutique : inhibiteurs de BRAF

98 Impact de la biologie moléculaire Autres cibles, autres thérapies Mutations BRAF Résultats dans le mélanome avec mutation V600E

99 Questions non résolues Autres cibles, autres thérapies Mutations HER2 Membre de la famille HER (EGFR) 2% des adénocarcinomes Insertions dans l exon 20 Plus fréquentes chez les femmes, asiatiques, adénocarcinomes, non fumeurs Mutuellement exclusives avec les mutations EGFR Espoir thérapeutique : trastuzumab (Herceptin), TKI pan- HER

100 Femme, 60 ans, non fumeuse, adénocarcinome stade IV Progression sous Cisplatine Taxotere puis TKI Amplification + mutation HER2 Traitement par Taxol-Herceptin Avant Après Cappuzzo et al. NEJM 2006

101 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK Autres et cibles, d un traitement autres par crizotinib thérapies Translocation de ROS1 Récepteur tyrosine kinase Translocation connue depuis 2007, avec différents gènes (CD74, SLC34A2) 1% des adénocarcinomes Kinase structurellement proche de ALK : efficacité du crizotinib?

102 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK Autres et cibles, d un traitement autres par crizotinib thérapies Translocation de ROS1 Bergethon et al., JCO 2012

103 #7508 Caractéristiques initiales : patients ayant un CBNPC ROS1+ n=15 Age, années Médiane (extrêmes) 54 (31-72) Sexe, n Homme/Femme 8/7 Passé tabagique, n (%) Aucun 14 (93) Ancien 1 (7) Race, n (%) Caucasien 10 (67) Asiatique 4 (27) Autre 1 (7) Histologie, n (%) Adénocarcinome 15 (100) ECOG PS, n (%) 0 10 (67) 1 5 (33) Traitement antérieur Aucun 2 (13) 1 ligne 12 (80) Inconnu 1 (7) Tsang Shaw et al. J Clin Oncol 30, 2012 (suppl; abstr 7508)

104 #7508 Résultats : réponse tumorale chez les patients ayant un CBNPC ROS1+ (n = 14*) Diminution ou augmentation depuis le bilan initial (%) RO 57,1 % Durée médiane de réponse (semaines) 25,7 Taux de contrôle de la maladie à 8 semaines 79 % PD SD RP RC *Population évaluable Tumeur ROS1 FISH+, mais négative pour l expression du gène de fusion ROS1 Crizotinib maintenu > 6 semaines avant le premier scanner montrant une progression + Traitement en cours Tsang Shaw et al. J Clin Oncol 30, 2012 (suppl; abstr 7508)

105 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK Autres et cibles, d un traitement autres par crizotinib thérapies Surexpression de MET Spigel et al, ASCO 2011

106 Étude Autres randomisée cibles, de autres phase II thérapies OAM4558g comparant erlotinib et MetMAb à erlotinib et placebo (4) 1,0 0,8 Survie sans progression Médiane (mois) HR IC 95 p Nombre d événements Cohorte en intention de traiter Placebo + erlotinib 2,6 56 1,09 0,73-1,62 0,69 MetMAb + erlotinib 2,2 48 1,0 0,8 Survie globale Médiane (mois) HR IC 95 p Nombre d événements Placebo + erlotinib 7,4 41 0,80 0,50-1,28 0,34 MetMAb + erlotinib 8,9 34 Probabilité de SSP 0,6 0,4 Probabilité de SG 0,6 0,4 0,2 0, Mois Mois La Lettre du Cancérologue D après Spigel DR et al., abstr. LBA7505 actualisé

107 Étude Autres randomisée cibles, de autres phase II thérapies OAM4558g comparant erlotinib et MetMAb à erlotinib et placebo (5) 1,0 0,8 Survie sans progression Médiane (mois) HR IC 95 p Nombre d événements Placebo + erlotinib Cohorte Met positif MetMAb + erlotinib 1,5 2,9 0,53 0,28-0,99 0, Survie globale Placebo + erlotinib 1,0 Médiane (mois) 3,8 HR 0,37 IC 95 0,19-0,72 p 0,002 Nombre d événements 26 0,8 MetMAb + erlotinib 12,6 16 Probabilité de SSP 0,6 0,4 Probabilité de SG 0,6 0,4 0,2 0, Mois La Lettre du Cancérologue Mois D après Spigel DR et al., abstr. LBA7505 actualisé

108 Cancer broncho-pulmonaire Jänne et Meyerson, J Clin Oncol 2012

109 Cancer broncho-pulmonaire Jänne et Meyerson, J Clin Oncol 2012

110 Cancer broncho-pulmonaire trastuzumab lapatinib PF Inhibiteurs de PI3K crizotinib afatinib PF MetMab ARQ197 gefitinib erlotinib Vemurafenib BRF Inhibiteurs de MEK Inhibiteurs de Hsp90 Inhibiteurs de CDK4 Etc. Crizotinib Inhibiteurs de Hsp90 D après Jänne et Meyerson, J Clin Oncol 2012

111 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK Autres et cibles, d un traitement autres par crizotinib thérapies Cibles des carcinomes épidermoïdes Considéré comme un cancer du fumeur => modèle de carcinogenèse multi-étape, pas d addiction à l oncogène Pas (peu) d espoir de thérapies ciblées efficaces Et pourtant, cible thérapeutique potentielle identifiée dans 63% des cas Hammerman et al., WCLC 2011

112 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK Autres et cibles, d un traitement autres par crizotinib thérapies Mutations de DDR2 Récepteur Tyrosine Kinase Muté dans 3% des épidermoïdes Sensibilité au dasatinib Hammerman et al., WCLC 2011

113 Comparaison de la survie en fonction de la présence d EML4-ALK Autres et cibles, d un traitement autres par crizotinib thérapies Amplification de FGFR1 Récepteur Tyrosine Kinase Amplifié dans 20% des épidermoïdes, 3% des adk Accessible à un traitement par TKI (phase I en cours) Weiss et al., Science Transl Med 2011

114 Perspectives

115 Défis posés par les thérapies ciblées 1. Intégration de la génomique dans la clinique 2. Utilisation de biomarqueurs 3. Nouveaux médicaments Apparition de questions / difficultés nouvelles Nécessité d utiliser de nouveaux outils

116 Les défis à relever Les défis à relever Concertation pluridisciplinaire Nouvelles molécules Situations cliniques variées, souvent complexes Expérience limitée Interaction nécessaire avec les biologistes moléculaires et anatomo-pathologistes RCP moléculaire? Concept déjà en vigueur dans certains centres Permet de proposer des essais thérapeutiques dédiés Permet d homogénéiser la prise en charge à l échelle régionale

117 Les défis à relever Les défis à relever Concertation pluridisciplinaire Mutations rares Expérience individuelle limitée Prise en charge dispersée Absence de retour sur l évolution des patients Cohorte des cancers mutés CB( ) ² Cohorte des Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules du Nord Pas de Calais Permet de constituer une expérience collective Permet de réaliser des travaux de recherche (facteurs pronostiques ou prédictifs, environnementaux ou professionnels associés aux mutations)

118 Comité Les défis Thérapies à relever Ciblées Défis techniques Multiplication des tests : problème de la quantité de matériel Re-biopsie : accessibilité des sites Techniques non-invasives Memon et al., BJC 2011

119 Comité Les défis Thérapies à relever Ciblées Conception d essais Intégrer les biomarqueurs dans les essais Uniformiser les techniques de détection des altérations génomiques

120 Place des biomarqueurs dans les essais Nécessité de construire des études : Avec recueil de matériel biologique Avec sélection de la population selon la cible thérapeutique

121 Les défis à relever Conception d essais Intégrer les biomarqueurs Uniformiser les techniques de détection des altérations génomiques Raccourcir les délais

122 De la cible au traitement Gerber et Minna, Cancer Cell 2010

123

124 Comité Les défis Thérapies à relever Ciblées Conception d essais Intégrer les biomarqueurs Uniformiser les techniques de détection des altérations génomiques Raccourcir les délais Nouveaux designs? Cf BATTLE

125 BATTLE - Méthodologie Requis Effectué en < 3 semaines Randomisation adaptative

126 Les défis à relever

127

128 Thérapies ciblées Conclusion Multiples molécules à venir Complexification des connaissances Une cible et une thérapie ciblée ne font pas nécessairement un bon traitement (cf anti-igf1r) Être exigent sur le bénéfice clinique Se méfier de la «bonne tolérance» des thérapies ciblées Explorer les associations, la prévention de la résistance (cf BK) Waksman, 1953

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne?

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Lille, France Liens d intérêt Honoraires

Plus en détail

Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique

Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix Chloé Line Jeandidier Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG L antiquité ( ) Années 1970-2000 Traitement des

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes?

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes? Cancer bronchique non à petites cellules Première ligne, et après? Combien de lignes? Christos Chouaid ( Créteil) Liens d intérets Au cours de ces 5 dernières années, j ai perçu des honoraires ou des financements

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Cancer du poumon: LES THERAPIES CIBLEES

Cancer du poumon: LES THERAPIES CIBLEES LES INCONTOURNABLES EN CANCEROLOGIE Cancer du poumon: LES THERAPIES CIBLEES Dr Michaël Duruisseaux, Pr Denis Moro Sibilot Unité d Oncologie Thoracique Clinique de Pneumologie Hôpital Michallon, CHU de

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules

Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules Cancers Bronchiques Non A.BENSALEM à Petites Cellules POST CHICAGO 2012 14 JUIN, HOTEL SOFITEL INTRODUCTION Scoop? Apport des recherches moléculaires: incontestable et irréversible => Isoler les tumeurs/phénotypes

Plus en détail

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse HER2 et cancer bronchique Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse Plan 1. Qu est ce que HER2? 2. Incidence des anomalies de HER2 3. Profil

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

Traitements des CBNPC étendus avec addiction oncogénique

Traitements des CBNPC étendus avec addiction oncogénique Séminaire du DES de pneumologie Ile de France Cancers bronchiques non à petites cellules étendus, 11 avril 2014 Traitements des CBNPC étendus avec addiction oncogénique Jacques Cadranel THERANOSCAN GRC-UPMC

Plus en détail

CBNPC métastatique Prise en charge des patients mutés 8 ème Journée scientifique de l ABCT Dr Eric Dansin, pneumologue Département de cancérologie générale, CLCC Oscar Lambret Lille e-dansin@o-lambret.fr

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Thérapies ciblées dans les CNPC étendus. Pr Ag Nabil TOUMI Service carcinologie médicale CHU Habib Bourguiba Sfax

Thérapies ciblées dans les CNPC étendus. Pr Ag Nabil TOUMI Service carcinologie médicale CHU Habib Bourguiba Sfax Thérapies ciblées dans les CNPC étendus Pr Ag Nabil TOUMI Service carcinologie médicale CHU Habib Bourguiba Sfax Introduction CNPC: 80% des KBP Présentation clinique: * stades localises (I-IIIA): 20-25%

Plus en détail

Les essais cliniques appliqués aux nouveautés biologiques du cancer bronchique

Les essais cliniques appliqués aux nouveautés biologiques du cancer bronchique Les essais cliniques appliqués aux nouveautés biologiques du cancer bronchique Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse Base des traitements

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Conflits d'intérêts Symposiums, advisory boards : Lilly, Roche, Boehringer- Ingelheim, Astra-Zeneca, GSK, Pfizer Crédits

Plus en détail

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Programme SHIVA Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Institut Curie Jeudi 29 novembre 2012 Introduction Chirurgie 20 ème

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Les chimiothérapies du cancer colorectal : Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins

Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins CHU de Charleroi Dr Dany Brohée Oncologie médicale Chef de service d'oncologie et hématologie Ailier chimiothérapeute de l'équipe Tête&Cou Le traitement

Plus en détail

CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF. Nicolas Girard

CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF. Nicolas Girard CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF Nicolas Girard PLAN Epidémiologie Types histologiques Manifestations cliniques Examens paracliniques Imagerie A visée histologique Prise en charge thérapeutique Bilan

Plus en détail

DU STAGING AU TRAITEMENT

DU STAGING AU TRAITEMENT DU STAGING AU TRAITEMENT Atteindre la cible Dr Christian VANHAELEN Oncologue Médical, CHIREC TRAITEMENTS SYSTEMIQUES DES CANCERS CYTOSTATIQUES THERAPIES CIBLEES: Inhibiteurs de cascades métaboliques Hormonothérapies

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Chimiothérapie aux soins intensifs

Chimiothérapie aux soins intensifs Chimiothérapie aux soins intensifs Dr Thierry Berghmans Service des soins Intensifs et urgences oncologiques & Clinique d oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Aucun conflit d intérêt à déclarer Littérature

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

La voie EGFR-Ras: applications thérapeutiques et biomarqueurs

La voie EGFR-Ras: applications thérapeutiques et biomarqueurs La voie EGFR-Ras: applications thérapeutiques et biomarqueurs Dr Alexis Cortot Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique, CHRU de Lille CNRS UMR8161, Institut de Biologie de Lille alexis.cortot@chru-lille.fr

Plus en détail

Thérapies ciblées Discussion de cas cliniques

Thérapies ciblées Discussion de cas cliniques Thérapies ciblées Discussion de cas cliniques Alexis Cortot Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille CNRS UMR8161, Institut de Biologie de Lille J.A.O.T. 23.03.2013

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Cancer bronchique : la première ligne Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Données projetées de l incidence des cancers en France, 2011 Prostate:

Plus en détail

CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES DES SUJETS AGES. Christine le Maignan Hôpital Saint Louis

CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES DES SUJETS AGES. Christine le Maignan Hôpital Saint Louis CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES DES SUJETS AGES Christine le Maignan Hôpital Saint Louis 1 2 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an > 25 000 décès/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité

Plus en détail

Epidémiologie du cancer bronchique : des considérations générales à l aspect moléculaire

Epidémiologie du cancer bronchique : des considérations générales à l aspect moléculaire Epidémiologie du cancer bronchique : des considérations générales à l aspect moléculaire Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse Plan

Plus en détail

ACTUALITES DANS LE CANCER DU POUMON. Dr Claire POULET Pneumologie CHU AMIENS

ACTUALITES DANS LE CANCER DU POUMON. Dr Claire POULET Pneumologie CHU AMIENS ACTUALITES DANS LE CANCER DU POUMON Dr Claire POULET Pneumologie CHU AMIENS 15-06-17 Epidémiologie Le cancer du poumon est aujourd'hui la première cause de décès par cancer en France et dans le monde:

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Séminaire de Pneumo-Cancérologie DES d Ile de France. Thérapeutiques ciblées et Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules

Séminaire de Pneumo-Cancérologie DES d Ile de France. Thérapeutiques ciblées et Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules Séminaire de Pneumo-Cancérologie DES d Ile de France Thérapeutiques ciblées et Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules Séminaire des DES d Iles de France 5 et 6 novembre 2010 Le cancer du poumon en

Plus en détail

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique?

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Mardi 7 octobre 2014 Centre des Congrès d Aix-Les-Bains Dr Emmanuel Maillard, Dr Fabien Stenard Cancer colorectal métastatique:

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques

Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques Dr Pierre FOURNEL Département d Oncologie Médicale Conflits d intérêts: Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP

Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP Point de vue du clinicien François Chomy Ins6tut Bergonié - Bordeaux Evalua6on de la réponse Réalité OMS RECIST D après

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Quels biomarqueurs rechercher en 2014 dans les CBNPC? Qui? Quand? Comment? Marie Wislez Hôpital Tenon APHP GRC Theranoscan, UPMC

Quels biomarqueurs rechercher en 2014 dans les CBNPC? Qui? Quand? Comment? Marie Wislez Hôpital Tenon APHP GRC Theranoscan, UPMC Quels biomarqueurs rechercher en 2014 dans les CBNPC? Qui? Quand? Comment? Marie Wislez Hôpital Tenon APHP GRC Theranoscan, UPMC L'ère des biomarqueurs en vue d'une stratégie de 1 ère ligne CBNPC IIIB

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Dr Pierre COMBE, Oncologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Activité sur un mécanisme oncogénique Identification

Plus en détail

Actualités de l année en. oncologie

Actualités de l année en. oncologie Actualités de l année en Le cru 2015 oncologie Angers,, Jeudi 5 mars 2015, Journées FMC Médecins généralistes Actualités et nouveautés Biologie Prévention Diagnostic précoce Traitements Cancérogenèse Sport

Plus en détail

Traitements ciblés - Immunothérapie

Traitements ciblés - Immunothérapie Actualités paramédicales et médicales en cancérologie Session parallèle : Oncologie Thoracique 13 mai 2016 Traitements ciblés - Immunothérapie Rémi Veillon Oncologue médical Praticien hospitalier Service

Plus en détail

Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV

Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV - Nivolumab OPDIVO - Pembrolizumab KEYTRUDA - Trastuzumab-emtansine TDM-1 KADCYLA - Obinutuzumab GA101 GAZYVARO - Marie-Noëlle Paludetto - Interne

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Cancers bronchiques. 16 avril 2013. Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN

Cancers bronchiques. 16 avril 2013. Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN Cancers bronchiques 16 avril 2013 Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN Cas clinique Madame X, 53 ans, a commencé de fumer à 18 ans, s est arrêtée pendant ses 2 grossesses, à 29 et 34 ans, puis

Plus en détail

À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS

À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS v Les nouveaux cytosta.ques v L associa.on de plusieurs cytosta.ques v L augmenta.on des doses v Les modalités d administra.on v La place dans le temps v L extension

Plus en détail

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013?

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ:  OÙ EN SOMMES-NOUS  EN 2013? OBJECTIFS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013? Connaître les différentes options de traitement disponibles pour le cancer du poumon de stade avancé Connaître

Plus en détail

Remise en perspective : du mieux

Remise en perspective : du mieux Remise en perspective : du mieux BSC 1 ère G 2 ème G 3 ème G Médiane de survie 4,5 mois 6 mois 8 mois 8 à 10 mois Survie à 1 an 5 % 15 % 25 % 35 à 46 % Survie à 2 ans 8 à 24 % Survie à 3 ans 6 à 13 % Chimiothérapie

Plus en détail

Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014

Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014 Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014 Un peu de considération historique On a commencé, et c est dommage, à

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay 2 e journée scientifique en oncologie thoracique de l IUCPQ Vers un nouveau visage La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée Dre Lise Tremblay Vendredi 14 novembre

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

Actualités en cancérologie Impacts en soins de support Cancer bronchique

Actualités en cancérologie Impacts en soins de support Cancer bronchique Actualités en cancérologie Impacts en soins de support Cancer bronchique Virginie Westeel Pneumologie, CHU Besançon Liens d intérêt Roche Lilly Astra Zeneca Boehringer Ingelheim Dans les CBNPC Diagnostic

Plus en détail

Recherche clinique. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey. JOURNEE d ONCOLOGIE THORACIQUE MIDI-PYRENEES 8 octobre 2010

Recherche clinique. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey. JOURNEE d ONCOLOGIE THORACIQUE MIDI-PYRENEES 8 octobre 2010 echerche clinique en oncologie thoracique Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey JOUNEE d ONCOLOGIE THOACIQUE MIDI-PYENEES 8 octobre 2010 echerche clinique Essais cliniques en

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Les essais cliniques en Oncologie Thoracique

Les essais cliniques en Oncologie Thoracique Les essais cliniques en Oncologie Thoracique Oncologie Thoracique - 1 - Les essais en cours CBP stades précoces GFPC 10-01 IFCT- 0503 : Lung Art CBP stades localement avancés et métastatiques GFPC 10-01

Plus en détail

RESEAUX EN ONCOLOGIE THORACIQUE : EXEMPLES CONCRETS

RESEAUX EN ONCOLOGIE THORACIQUE : EXEMPLES CONCRETS RESEAUX EN ONCOLOGIE THORACIQUE : EXEMPLES CONCRETS Pr. Arnaud SCHERPEREEL Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette - CHRU de Lille et Unité INSERM 1019 Institut Pasteur de Lille Francophones

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

M Gamaz K Bouzid CPMC- HDJ Oncologie Médicale

M Gamaz K Bouzid CPMC- HDJ Oncologie Médicale M Gamaz K Bouzid CPMC- HDJ Oncologie Médicale Plan Deux situations: Adjuvante Métastatique Pas de scoop Des nouveautés. Des espoirs, lumières. En situation adjuvante Abstract 7513 Adjuvant erlotinib (E)

Plus en détail

Adénocarcinome pulmonaire et traitement antiangiogénique : rôle de l imagerie thoracique

Adénocarcinome pulmonaire et traitement antiangiogénique : rôle de l imagerie thoracique Adénocarcinome pulmonaire et traitement antiangiogénique : rôle de l imagerie thoracique Dr O.FAVELLE 1, Dr E.ASQUIER 2, JM LETOURMY 2, C MONGHAL 1, X CAZALS 1, L BRUNEREAU 1 - TOURS - FRANCE 1 Service

Plus en détail

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Tumeurs solides Jacques Robert ISERM U916 Institut Bergonié Université de Bordeaux 2 Anomalies moléculaires des cancers Autosuffisance en facteurs de croissance

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 février 2014 GIOTRIF 50 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 275 659 3 9) GIOTRIF 40 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 275 658 7 8) GIOTRIF 30 mg, comprimé

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

Carcinomes bronchiques non à petites cellules: Quelle chimiothérapie de rattrapage?

Carcinomes bronchiques non à petites cellules: Quelle chimiothérapie de rattrapage? Carcinomes bronchiques non à petites cellules: Quelle chimiothérapie de rattrapage? Dr Michaël Duruisseaux Unité d Oncologie Thoracique Clinique de Pneumologie Hôpital Michallon, CHU de Grenoble Conflits

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013?

Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013? Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013? Dr Thomas Walter Hôpital E. Herriot, Lyon 13 décembre 2013 Jean-Louis Legoux et les auteurs du chapître Estomac du TNCD Survie globale des

Plus en détail

Discussion et validation du référentiel CBNPC stade IV. Dr Aurélie GROUET Hôpital Privé Sainte Marie Chalon-sur-Saône

Discussion et validation du référentiel CBNPC stade IV. Dr Aurélie GROUET Hôpital Privé Sainte Marie Chalon-sur-Saône Discussion et validation du référentiel CBNPC stade IV Dr Aurélie GROUET Hôpital Privé Sainte Marie Chalon-sur-Saône PLAN Introduction Exigences de qualité dans la prise en charge des cancers bronchiques

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 Cancer du poumon aspects thérapeutiques incidence et mortalité incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 incidence femme 2007 mortalité femme 2007 1 08/05/2008 type de cancer stades CPNPC Cancer du poumon

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Aspect Tomodensitométrique des adénocarcinomes bronchiques mutés pour l EGFR. Dr Marie-Laure Chabi, Dr C Bordonne, Dr A Lupo (Hôpital Cochin, Paris)

Aspect Tomodensitométrique des adénocarcinomes bronchiques mutés pour l EGFR. Dr Marie-Laure Chabi, Dr C Bordonne, Dr A Lupo (Hôpital Cochin, Paris) Aspect Tomodensitométrique des adénocarcinomes bronchiques mutés pour l EGFR Dr Marie-Laure Chabi, Dr C Bordonne, Dr A Lupo (Hôpital Cochin, Paris) Introduction Introduction Le cancer du poumon représente

Plus en détail

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 POURQUOI DE NOUVELLES CBNPC métastatique : doublet de chimiothérapie,

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Pharmacologie n 10 Jeudi 16/12/10 10h30-12h30 Pr Fabien CALVO Ronéotypeuse: GOUVEIA Morgane Ronéolectrice : DESGURSE Margot LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Introduction I. Thérapies ciblées et cancer

Plus en détail

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix PLAN Généralités sur les personnes âgées Peut on transposer les avancées faites chez les patients d âge inférieur à70 ans

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC

CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC Faculté de Médecine CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC Florian CABILLIC Laboratoire Cytogénétique RÉCEPTEURS À TYROSINE KINASE Domaine TK 90 tyrosine kinases 58 récepteurs, répartis

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

Traitement des CBNPC de stade IV Analyse de la littérature. Armelle Lavolé Hôpital Tenon DES 2010

Traitement des CBNPC de stade IV Analyse de la littérature. Armelle Lavolé Hôpital Tenon DES 2010 Traitement des CBNPC de stade IV Analyse de la littérature Armelle Lavolé Hôpital Tenon DES 2010 1 Chimiothérapie de première ligne Bénéfice / BSC? A base de platine? Carboplatine ou cisplatine? Quelle

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie

Université Pierre et Marie Curie Université Pierre et Marie Curie Ecole doctorale Physiologie, Physiopathologie et Thérapeutique Laboratoire GRC n 04 Theranoscan Facteurs de résistance à la chimiothérapie à base de sels de platine dans

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail