CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007"

Transcription

1 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes allait procéder au jugement des comptes de 2000 à 2003 et à l examen de la gestion de 2000 jusqu à la période la plus récente de la commune de Saint-Jean-de-Luz. A la suite de ce contrôle, l entretien préalable avec le conseiller rapporteur, prévu par l article L du code des juridictions financières, a eu lieu le 10 mars Je vous ai fait connaître par lettre du 4 août 2006 les observations retenues à titre provisoire par la chambre lors de sa séance du 26 avril 2006, en vous demandant de bien vouloir y répondre. Vous avez répondu par courriers des 3 et 4 octobre L ancien ordonnateur en fonction sur la période de contrôle, destinataire d une copie du rapport d observations provisoires de la chambre, a souhaité se joindre à votre réponse. La chambre en a délibéré au cours de sa séance du 15 novembre 2006 et arrêté les observations définitives qui vous ont été notifiées le 21 novembre Vous avez répondu le 28 décembre Ces observations portent sur les suites réservées au précédent contrôle, l évolution de la situation financière de la commune et la fiabilité des comptes. Monsieur Péyuco DUHART Maire de la commune de Saint-Jean-de -Luz Hôtel de ville 2, place Louis XIV SAINT-JEAN-de -LUZ 3, place des Grands-Hommes CS Bordeaux Cedex Tél. : Fax :

2 2 1- Les suites réservées au précédent contrôle D une manière générale, la chambre relève que les observations adressées le 6 septembre 2002, à l issue de son précédent contrôle, ont été suivies d effet. Il en est ainsi en matière d organisation des services avec le recrutement, en 2003, d un agent en charge du contrôle de gestion dans le cadre de la création de la cellule «Contrôle de gestion - évaluation qualité». Parallèlement, des tableaux de bord de suivi de l activité des services, intégrant à la fois des indicateurs budgétaires et des indicateurs dits «d activité», ont été mis en place au niveau des services. Ces indicateurs n ont toutefois pas été évalués dans le cadre du présent contrôle. De même, s agissant des ressources humaines, le recrutement d un directeur est intervenu en avril 2003 et les bilans sociaux ont été établis au titre des exercices 2001 et 2003, conformément à la réglementation en vigueur. En outre, dans le cadre des relations entre la ville et le casino, la chambre constate que les réserves importantes détenues par la collectivité sur ce dernier ont été mobilisées en grande partie et que les comptes du délégataire produits au titre de l exercice ne témoignent d aucune anomalie particulière, situation au demeurant confirmée par un audit réalisé par l Inspection du Trésor au mois de juillet Concernant la prévention des risques majeurs, le document d information des citoyens sur les risques majeurs (DICRIM) a été élaboré et porté à la connaissance du public par voie d affichage à compter du mois d octobre Par ailleurs, comme vous le précisez dans votre courrier du 20 mars 2006, le plan communal de sauvegarde (PCS), régi par les dispositions du décret n du 13 septembre 2005, a fait l objet d un arrêté municipal en date du 22 février 2006, adressé au représentant de l Etat dans le département le 13 mars suivant. Enfin, il est observé une clarification des relations entre la ville et les associations avec la mise en place d un conventionnement en rapport avec les subventions octroyées par la commune. Cependant, l examen de certaines de ces conventions amène la chambre à rappeler que ces dernières ne doivent pas se limiter à l énoncé de principes généraux mais conduire à l établissement d un cahier des charges précis portant notamment sur : - L objet de la convention : durée de l engagement, objectifs ou actions poursuivis (détail en annexe), engagement de l association à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à la réalisation de l objectif prévu ; - Les conditions d exécution de la convention : durée de l engagement financier, conditions de renouvellement (par exemple subordonné à la production de certains documents ) ; - Les modalités de paiement de la contribution : conditions du versement de la subvention, versement d une avance éventuelle, possibilité pour la collectivité de suspendre ou de diminuer le montant des versements, de remettre en cause le montant de la subvention ou d exiger le reversement de tout ou partie des sommes déjà versées en cas d inexécution, de retard significatif ou de modification substantielle des conditions d exécution de la convention par l association ; - Le budget global concerné : budget prévisionnel et effectif concerné, détail de l ensemble des financement attendus, détail des aides non financières apportées à l association ;

3 3 - Les obligations comptables de l association : fourniture d un compte-rendu financier d exécution selon un calendrier à préciser, fourniture d un compte de résultat annuel propre à chaque action le cas échéant, adoption d un cadre budgétaire et comptable conforme au plan comptable général, transmission à la collectivité de tout rapport produit par le commissaire aux comptes dès lors que l association en dispose ; - Le contrôle et l évaluation de la réalisation des actions par la collectivité : contrôle de l utilisation de la subvention versée, engagement de l association à faciliter le contrôle de la collectivité, possibilité d un contrôle sur place, contrôle des conditions juridiques et financières de la gestion de l association, communication du bilan du contrôle à l association, possibilité de subordonner la conclusion éventuelle d une nouvelle convention à l établissement de ce bilan ; - - Les conditions de résiliation : en cas de non respect par l une ou par l autre des parties des engagements contractuels respectifs. La chambre invite en conséquence la commune à poursuivre la politique de clarification de ses relations avec les associations qu elle subventionne, d autant qu il est constaté une progression très significative des subventions accordées aux organismes de droit privé (+ 68,3 %) sur la période examinée. Elle prend note de votre engagement en ce sens dans votre réponse à ses observations provisoires et ce dès La situation financière de la collectivité (budget principal) Dans sa lettre d observations définitives précédente, la chambre relevait que la situation financière de la collectivité était saine et que les principaux indicateurs financiers avaient connu une évolution favorable. Sur la période , la situation financière de la commune de Saint-Jean-de- Luz se caractérise par une évolution plus contrastée, bien que ne présentant pas de signes de tensions particuliers. Ainsi, l examen des masses financières conduit à relever une progression plus importante des charges de gestion (+ 27,1 %) comparativement aux produits de même nature (+ 15,7 %). Les charges de gestion passent en effet de 12,797 M en 2000 à 16,259 M en 2004 alors que les produits s établissent à 19,138 M sur ce dernier exercice contre 16,545 M en Dans le cadre de cette progression sensible des charges de fonctionnement de la collectivité, correspondant à une hausse moyenne annuelle de 6,2 % entre 2000 et 2004, certains postes de dépenses présentent une évolution caractérisée :

4 - Les subventions accordées aux organismes de droit public et de droit privé progressent de près de 40 % sur la période (+ 8,7 % en moyenne annuelle) pour représenter, à hauteur de 2,783 M en 2004, 17 % des dépenses de gestion sur cet exercice contre 15,6 % en Cette situation résulte plus particulièrement de la hausse significative, précédemment évoquée (+ 68,3 %), des subventions accordées aux organismes de droit privé, ces dernières passant de 1,048 M en 2000 à 1,764 M en Ainsi, comme le relevait le Département des études économiques et financières de la Trésorerie générale de Bordeaux dans son analyse financière de la collectivité en 2002, transmise par vos services dans le cadre de l instruction, le ratio de subventions allouées par habitant situe la commune de Saint-Jean-de-Luz au premier rang des communes touristiques du littoral aquitain appartenant à la même strate démographique. En réponse aux observations provisoires de la chambre, vous soulignez que la progression de ces dépenses serait en fait, selon vos calculs, de l ordre de 22 % sur la période. La chambre maintient toutefois son taux d évolution de 40 % entre 2000 et 2004 en appelant votre attention sur le fait que vos données sont calculées par référence à une période différente, à savoir Les charges à caractère général enregistrent également une augmentation sensible de 28,8 % entre 2000 (3,649 M ) et 2004 (4,702 M ), soit une hausse moyenne annuelle de 6,5 %. La progression de certains postes de dépenses est particulièrement significative. Ainsi, les frais de mission et de déplacement passent de en 2000 à en 2004 (+ 59,8 % en moyenne annuelle). De même, le poste «rémunérations d intermédiaires et d honoraires», en rapport avec la réalisation de diverses missions d expertises (accompagnement des procédures de délégation de service public, révision du Plan Local d Urbanisme) et la mise en œuvre d un certain nombre de procédures contentieuses, s établit à en 2004 contre en 2000, soit une augmentation de 460 %. Les frais de fêtes et cérémonies, animation, publicité, publications et relations publiques augmentent également de 73,2 % sur la période soit une évolution moyenne annuelle de 14,7 % ( en 2004 contre en 2000). Enfin, les primes d assurances enregistrent une progression de 132 % sur la période pour atteindre en 2004 contre en Vous justifiez également la progression de ces charges par les conséquences financières du naufrage du navire «Prestige» que vous évaluez à alors que seulement auraient été indemnisés. De même, vous précisez que seule la progression du coût des insertions dans la presse en rapport avec les procédures de passation des marchés publics serait significative. La chambre ne saurait vous suivre sur ce dernier point dès lors que l analyse détaillée du compte 623 «Publicité, publications, relations publiques» fait précisément apparaître l impact de l augmentation du compte 6232 «Fêtes et cérémonies» qui représente à elles seules 70 % des dépenses globales de ce poste en 2000 et près de 72 % en Ces dépenses passent en effet de en 2000 à en 2004 soit une progression de 77,1 %. En revanche, les dépenses du compte 6231 «Annonces et insertions», bien que s établissant à 6201 en 2004 contre 3786 en 2000 (soit une hausse de 63,8 %), ne représentent que 1,5 % des dépenses du poste 623 par référence aux données de l année Il en est de même du compte 6237 «Publications» qui passe de en 2000 à en 2004, soit une progression de 71 % sur la période, mais dont les dépenses ne représentent que 6,7 % des dépenses totales du compte 623 dont il convient de retenir la progression de 73,2 % sur la période examinée. 4

5 5 - S agissant des charges de personnel, ces dernières augmentent de 22,8 % entre 2000 et 2004 soit à un rythme annuel moyen de 5,3 %. Ce poste passe en effet de 6,525 M en 2000 à 8,014 M en La hausse des dépenses dans ce domaine s explique notamment par l évolution des effectifs, l effectif global (titulaires et non titulaires) de la commune progressant de l ordre de 6 % sur la période pour représenter 276 agents au 31 décembre 2004 contre 260 au 31 décembre 2000, ainsi répartis : 246 personnels titulaires en 2004 contre 212 en 2000 ; 30 personnels non titulaires en 2004 contre 48 en Vous expliquez notamment cette évolution par les effets de l application des 35 heures qui a conduit à la création de 10 postes ainsi que par des recrutements de policiers municipaux (2 postes) et d agents destinés à renforcer l encadrement administratif. Nonobstant l évolution constatée, par référence à l année 2003, les charges de personnel ont représenté 47 % des dépenses réelles de fonctionnement, ce qui situe la commune à un niveau inférieur à celui de la moyenne nationale des collectivités de même strate démographique qui ressort à 51,7 %. Concernant les produits de fonctionnement, leur progression s établit à 3,7 % en moyenne annuelle sur la période Dans ce domaine, les recettes générées par les contributions directes liées aux taxes ménages et à la taxe professionnelle passent de 7,082 M en 2000 à 8,016 M en 2004, soit une progression relativement mesurée de 13,2 % sur la période (3,1 % en moyenne annuelle). Cette situation s explique notamment par l évolution maîtrisée des taux d imposition sur l ensemble de la période (4 % de 2001 à 2004), dont il convient au demeurant d en relever la stabilité sur les trois derniers exercices 2002, 2003 et A cet égard, la chambre observe que la collectivité dispose d une marge de manœuvre substantielle dans le domaine de la fiscalité directe locale dès lors que les taux de la commune de Saint-Jean-de-Luz demeurent très nettement en deçà des taux moyens communaux des collectivités appartenant à la même strate démographique (respectivement 9,81 % contre 13,44 % pour la TH, 9,60 % contre 16,87 % pour la TFPB, 16,34 % contre 56,22 % pour la TFPNB, 11,05 % contre 15,36 % pour la taxe professionnelle) et que la fiscalité additionnelle du groupement intercommunal fiscalisé reste très modeste (1,73 % en 2003). Sous réserve de ces précisions, conséquence de l effet de ciseaux induit par la progression plus forte des charges de gestion (27,1 % sur la période) que celle des produits de gestion (15,7 % sur la période), l excédent brut de fonctionnement (recettes de gestion moins dépenses de gestion) diminue sensiblement de 23,2 % pour atteindre 2,879 M en 2004 contre 3,748 M en Par ailleurs, si la capacité d autofinancement brute connaît un léger infléchissement de 13,6 % sur la période, il apparaît néanmoins que la capacité d autofinancement nette disponible est, à première vue, en augmentation, conséquence cependant de la diminution du remboursement du capital des emprunts (de l ordre de 30 %). Destinée à assurer le financement des équipements, la capacité d autofinancement disponible s établit en effet, fin 2004, à 1,611 M contre 1,522 M en Cependant, ce chiffre doit être corrigé dans la mesure où ce ratio se trouve anormalement gonflé d une somme de consécutivement à une erreur de comptabilisation des opérations de cessions qui impacte à la hausse le résultat comptable Dès lors, corrigée de cette erreur, la capacité d autofinancement disponible apparaît en légère diminution en 2004 (1,429 M ) par rapport à 2000.

6 Les dépenses d investissement se caractérisent quant à elles par un niveau soutenu sur la période alors que l exercice 2004 met en évidence une pause sensible dans la politique d investissement. Le taux de réalisation des dépenses d investissement ressort par ailleurs à 63,55 % en 2003 contre 55,5 % en Ce ratio dénote toutefois un net fléchissement en 2004 pour s établir à 44,5 %. 6 Dans ces conditions, le besoin de financement de la section d investissement a été assuré à la fois par le recours à l emprunt et par un prélèvement sur le fonds de roulement. Cependant, force est de constater que l équilibre financier global de la commune n a pas toujours été atteint dans la mesure où le fonds de roulement ressort négatif en 2000, 2001 et 2003 respectivement à hauteur de , et Cette situation résulte des modalités de financement des immobilisations par la municipalité. En effet, à défaut d avoir été financés sur les exercices considérés par des capitaux permanents, les biens immobilisés l ont été, pour partie, par l excédent des ressources d exploitation sur les emplois résultant notamment des excédents des budgets annexes et, pour une autre partie, par les ressources de trésorerie (ligne de trésorerie). Vous confirmez dans votre réponse que le fonds de roulement négatif est la conséquence d une mobilisation tardive d emprunt, notamment justifiée par le caractère attractif des lignes de trésorerie sur la période. La situation se rétablit toutefois en fin de période, le niveau des emprunts contractés en 2004 permettant de dégager un fonds de roulement positif à hauteur de , sous réserve néanmoins des corrections à apporter à ce montant, objet des observations qui suivent sur la fiabilité des comptes. S agissant enfin de l endettement, la période sous revue est caractérisée par une augmentation sensible de l encours de dette de la commune. Ainsi, l encours de dette s établit à 14,407 M au 31 décembre 2004 contre 9,985 M au 31 décembre 2000, soit une augmentation de 44,3 % entre ces deux dates. Dans le même temps, l annuité de la dette (intérêt + capital) décroît de 27,6 % passant de 2,296 M fin 2000 à 1,663 M fin Indépendamment de la progression de l encours de dette, les ratios d endettement ne révèlent pas de tension particulière dès lors que l annuité de dette ne représente que 8,3 % des recettes réelles de fonctionnement en fin de gestion En outre, la capacité de désendettement de la collectivité demeure satisfaisante sur la période, pour s établir à cinq années en La fiabilité des comptes Le contrôle de la fiabilité des comptes a mis en évidence deux anomalies qui affectent la lisibilité des documents financiers. La première porte sur une discordance concernant l état de la dette entre le compte de gestion et le compte administratif, la seconde sur le niveau du fonds de roulement en fin de gestion 2004.

7 7 - La discordance sur l état de la dette Les contrôles réalisés sur les documents financiers conduisent en effet à relever, au 31 décembre 2004, une discordance importante sur l état de la dette, à hauteur de ,82, entre le montant porté au compte administratif ( ,88 ) et celui inscrit au compte de gestion ( ,70 ) de l exercice. Les rapprochements effectués dans le cadre de l instruction ont permis d identifier l origine des différences constatées qui résultent d erreurs d imputation diverses. La régularisation de la situation a, de fait, été récemment entérinée par délibération du conseil municipal en date du 3 février Le niveau du fonds de roulement : L examen des documents budgétaires conduit également à relever des écarts significatifs entre le résultat cumulé global inscrit au compte administratif 2004 ( ,14 ), approuvé par délibération du 25 février 2005, tout comme au compte de gestion (tableau d exécution des résultats A 14), et le résultat cumulé global calculé à partir de la balance générale des comptes ( ,73 ) qui se décompose, en fin d exercice 2004, en ,03 pour le résultat cumulé de la section de fonctionnement et ,30 pour le résultat cumulé de la section d investissement. Là encore, les rapprochements réalisés dans le cadre de l instruction ont permis d identifier l origine de ces écarts, notamment liés à une erreur de comptabilisation des opérations de réintégration d un emprunt du budget annexe du parking «la pergola» ainsi qu à une différence correspondant au solde débiteur d un compte de neutralisation utilisé pour le rattachement des charges, mouvementé lors du passage à l instruction comptable M 14. Après rectification, le résultat cumulé exact du compte administratif au 31 décembre 2004 a été arrêté à ,74, en rapport avec le montant du fonds de roulement également rectifié et calculé par le bilan, la régularisation ayant été définitivement attestée par un certificat administratif du 6 mars Indépendamment des régularisations intervenues dans le cadre de l instruction, les anomalies comptables relevées mettent en évidence la nécessité de rapprochements réguliers entre vos services et ceux du comptable, de nature à éviter, à l avenir, de tels dysfonctionnements. La chambre prend note de votre réponse dans ce domaine et donc de la signature, en ce sens, d une convention de partenariat avec le réseau du Trésor Public le 15 décembre Par ailleurs, elle attire votre attention sur le fait que la certification, en fin de gestion, de la conformité du compte de gestion au compte administratif ne doit pas se limiter au seul formalisme de la signature mais doit conduire, dans un premier temps, à des rapprochements de concordance des écritures et donc à des vérifications préalables.

8 8 En application des dispositions de l article L du code des juridictions financières, le présent rapport d observations définitives de la chambre, accompagné de votre réponse doit faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée délibérante. Il doit être joint à la convocation de chacun de ses membres et doit faire l objet d un débat. La chambre vous serait obligée de lui faire connaître dans quelles conditions aura été réalisée cette communication. En outre, j appelle votre attention sur le fait que ce rapport, accompagné de votre réponse, deviendra communicable à tout tiers demandeur dès qu aura eu lieu la réunion précitée. Je vous informe que copie du présent rapport est transmise au préfet et au trésorierpayeur général du département, en application de l article R du code des juridictions financières. distinguée. Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l expression de ma considération Bernard GIREL conseiller maître à la Cour des comptes

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : DCh/ROD II/047090994 Bordeaux, le 20 Mai 2008 Monsieur le Président, Par lettre du 14 juin 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d'aquitaine

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 24 avril 2007 Références à rappeler : JP/CB/RODII/040023999 Monsieur le Président, Par lettre du 27 novembre 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général,

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général, Le Président Bordeaux, le 4 mai 2009 Références à rappeler : CM//RODII Grands garages et parkings de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 1 er avril 2008, vous avez été informé que la

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 19 novembre 2007 Le Président Références à rappeler : DC/CB/ROD-II/ 024 045 997 Monsieur le Directeur, Par lettre du 3 août 2006, vous avez été informé

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES Date d envoi à fin de notification : 06/06/2013 Date de communicabilité : 21/06/2013 ROD.0565 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES Commune de Mers-les-Bains (Département de la Somme) SUIVI DE LA REPONSE

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

1/12 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 17 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n

1/12 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 17 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n 1/12 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 17 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n Monsieur le Président, En application de l article L. 241-11 du code des juridictions financières et

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 2 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT ---

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 2 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES Amiens, le 2 décembre 2008 DE PICARDIE --- LE PRESIDENT --- RAR n Monsieur le Président, En application de l article L. 241-11 du code des juridictions financières et à l'expiration

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-après, le rapport d observations définitives de la chambre qui porte sur :

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-après, le rapport d observations définitives de la chambre qui porte sur : Le Président Bordeaux, le 30 juillet 2008 Références à rappeler : DC/CB/ RODII/SEMIPER Monsieur le Directeur général, A la suite de la vérification des comptes de 2001 à 2005 et de l'examen de la gestion

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Monsieur le Président,

Monsieur le Président, Le Président TOULOUSE, le 29 décembre 2006 N/Réf. : BO6 344 01 Monsieur le Président, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

2 - Dotation ou apport 1

2 - Dotation ou apport 1 2 - Dotation ou apport 1 Quels textes de référence? Instruction M14 Instruction M52 Instruction M71 Article D 1617-19 du CGCT De quoi parle t- on? Il s agit d apport à titre gratuit à destination d établissements

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DÉFINITIVES

RAPPORT D'OBSERVATIONS DÉFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR Chambre RAPPORT D'OBSERVATIONS DÉFINITIVES sur la gestion de la commune d Aiguilles (Hautes-Alpes) - Exercices 2010 et 2011 - Rappel de procédure

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Certificat d urbanisme

Certificat d urbanisme MINISTÈRE CHARGÉ Demande de Certificat d urbanisme N 13410*02 1/4 Vous pouvez utiliser ce formulaire pour : Connaître le droit de l urbanisme applicable sur un terrain Savoir si l opération que vous projetez

Plus en détail

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION Volet territorial CPER 2015-2020 INTITULE DU PROJET (détaillé en annexe) : COÛT TOTAL DU PROJET : MONTANT DE SUBVENTION SOLLICITE : TOTAL DES AUTRES AIDES PUBLIQUES

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ Madame le Maire de DOUARNENEZ Mairie 29100 DOUARNENEZ Par lettre du 24 février 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre

Plus en détail

N /G/172/10-0387 C NOISIEL, le 06 AVR. 2010

N /G/172/10-0387 C NOISIEL, le 06 AVR. 2010 C20 G/MCL Le Président N /G/172/10-0387 C NOISIEL, le 06 AVR. 2010 N 09-0423 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

Il vous appartient de communiquer ce document à l'assemblée délibérante dès sa plus proche réunion.

Il vous appartient de communiquer ce document à l'assemblée délibérante dès sa plus proche réunion. TOULOUSE, le 16 septembre 2014 Le Président N/Réf. : DO14 258 01 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 243-5 du code des juridictions financières, je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. Le Président N /G/150/06-0655 E NOISIEL, le 30 mai 2006 N 06-0210 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Rapport financier. Annexe à la pièce 9bis du compte financier. Exercice 2013

Rapport financier. Annexe à la pièce 9bis du compte financier. Exercice 2013 Rapport financier Annexe à la pièce 9bis du compte financier Exercice 2013 Table des matières A. L agence comptable... 3 1. Organisation... 3 2. Contrôle interne comptable... 3 3. Audit... 3 4. Délai global

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION * ANNEE 2015 *

DEMANDE DE SUBVENTION * ANNEE 2015 * DEMANDE DE SUBVENTION * ANNEE 2015 * A DEPOSER AVANT LE 15 JANVIER 2015 DESIGNATION DE L'ASSOCIATION...... ADRESSE DU SIEGE SOCIAL TELEPHONE : / / / / / / FEDERATION D'AFFILIATION Composition du bureau

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Formation Responsable administratif et financier

Formation Responsable administratif et financier Formation Responsable administratif et financier Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

Dossier de demande de subvention Année 2016

Dossier de demande de subvention Année 2016 Cadre réservé à l administration N du dossier : Date d arrivée : Service instructeur : Dossier à retourner : avant le 3 novembre 2015 Au service Financier Nom de l association : -----------------------------------------------

Plus en détail

N /G/05/07-1235 C NOISIEL, le 27 JUIN 2007

N /G/05/07-1235 C NOISIEL, le 27 JUIN 2007 C20 G/MCL Le Président N /G/05/07-1235 C NOISIEL, le 27 JUIN 2007 N 07-0196 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. 1.1. Séparation des fonctions d ordonnateur et de comptable

REGLEMENT FINANCIER. 1.1. Séparation des fonctions d ordonnateur et de comptable REGLEMENT FINANCIER Le présent règlement a pour objet de fixer les modalités de fonctionnement de la Fédération Française de Go (FFG) pour ce qui concerne les aspects comptables et financiers de sa gestion.

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse Audit financier de la commune de Collioure Synthèse KPMG Secteur public Septembre 2014 Déroulement de l audit 1. Mesurer et comprendre l évolution des comptes de la commune entre 2008 à 2013 2. Auditer

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Comment prendre en compte l opération

Comment prendre en compte l opération 19 Immobilisations sinistrées Nomenclatures M14 / M52 et M71 Quels textes de référence? Instruction M14 : Tome 1 Chapitre 2 fonctionnement des comptes Tome 2 - Titre 3 chapitre 3 Instruction M 52 : Tome

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

Rapport financier 2013

Rapport financier 2013 Rapport financier 2013 Salaberry-de-Valleyfield, le 17 juin 2014 Madame la Conseillère et Messieurs les Conseillers, Chères Concitoyennes, Chers Concitoyens, Conformément à l exigence de la Loi sur les

Plus en détail

J envisage d investir

J envisage d investir AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage d investir Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande d aide? Pour

Plus en détail

Le Président N /G//06-1190 B

Le Président N /G//06-1190 B C20 G/MCL Le Président N /G//06-1190 B N 06-0461 R RECOMMANDE AVEC A.R. NOISIEL, le 16 NOV. 2006 Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION Logos des autres financeurs N à compléter Mise à jour : le 28/09/07 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AUX INVESTISSEMENTS IMMATERIELS DES ENTREPRISES D EXPLOITATION FORESTIERE Avant de remplir cette

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014

POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014 POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014 TITRE DE L ASSOCIATION Adresse du siège social. Numéro SIRET Code APE ou NAF : Téléphone E-mail

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001.

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001. Monsieur le Maire, Dans le cadre d'une enquête nationale interjuridictions portant sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos, la Chambre régionale des comptes de Picardie a examiné

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

OPÉRATION HABITAT QUALITÉ

OPÉRATION HABITAT QUALITÉ OPÉRATION HABITAT QUALITÉ Règlement fixant les conditions d attribution des aides communautaires destinées à l amélioration de l habitat privé et à la maîtrise de l énergie 1 SOMMAIRE Article 1 - Les aides

Plus en détail

ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION de «FONCTIONNEMENT» 2016

ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION de «FONCTIONNEMENT» 2016 ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION de «FONCTIONNEMENT» 2016 Nom de l Association :... Sigle : Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : Première demande : Renouvellement : Dossier à remplir

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 ACCUEIL La Direction des Finances de la ville d Aix-en-Provence s est montrée coopérative. Le service financier de la commune a su encourager la démarche d ODIS,

Plus en détail

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1.

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1. Modalités de réalisation du contrôle de service fait des opérations cofinancées au titre des programmes du Fonds social européen, pour la période 2007-2013 N o t e m é t h o d o l o g i q u e Sources règlementaires

Plus en détail