CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007"

Transcription

1 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes allait procéder au jugement des comptes de 2000 à 2003 et à l examen de la gestion de 2000 jusqu à la période la plus récente de la commune de Saint-Jean-de-Luz. A la suite de ce contrôle, l entretien préalable avec le conseiller rapporteur, prévu par l article L du code des juridictions financières, a eu lieu le 10 mars Je vous ai fait connaître par lettre du 4 août 2006 les observations retenues à titre provisoire par la chambre lors de sa séance du 26 avril 2006, en vous demandant de bien vouloir y répondre. Vous avez répondu par courriers des 3 et 4 octobre L ancien ordonnateur en fonction sur la période de contrôle, destinataire d une copie du rapport d observations provisoires de la chambre, a souhaité se joindre à votre réponse. La chambre en a délibéré au cours de sa séance du 15 novembre 2006 et arrêté les observations définitives qui vous ont été notifiées le 21 novembre Vous avez répondu le 28 décembre Ces observations portent sur les suites réservées au précédent contrôle, l évolution de la situation financière de la commune et la fiabilité des comptes. Monsieur Péyuco DUHART Maire de la commune de Saint-Jean-de -Luz Hôtel de ville 2, place Louis XIV SAINT-JEAN-de -LUZ 3, place des Grands-Hommes CS Bordeaux Cedex Tél. : Fax :

2 2 1- Les suites réservées au précédent contrôle D une manière générale, la chambre relève que les observations adressées le 6 septembre 2002, à l issue de son précédent contrôle, ont été suivies d effet. Il en est ainsi en matière d organisation des services avec le recrutement, en 2003, d un agent en charge du contrôle de gestion dans le cadre de la création de la cellule «Contrôle de gestion - évaluation qualité». Parallèlement, des tableaux de bord de suivi de l activité des services, intégrant à la fois des indicateurs budgétaires et des indicateurs dits «d activité», ont été mis en place au niveau des services. Ces indicateurs n ont toutefois pas été évalués dans le cadre du présent contrôle. De même, s agissant des ressources humaines, le recrutement d un directeur est intervenu en avril 2003 et les bilans sociaux ont été établis au titre des exercices 2001 et 2003, conformément à la réglementation en vigueur. En outre, dans le cadre des relations entre la ville et le casino, la chambre constate que les réserves importantes détenues par la collectivité sur ce dernier ont été mobilisées en grande partie et que les comptes du délégataire produits au titre de l exercice ne témoignent d aucune anomalie particulière, situation au demeurant confirmée par un audit réalisé par l Inspection du Trésor au mois de juillet Concernant la prévention des risques majeurs, le document d information des citoyens sur les risques majeurs (DICRIM) a été élaboré et porté à la connaissance du public par voie d affichage à compter du mois d octobre Par ailleurs, comme vous le précisez dans votre courrier du 20 mars 2006, le plan communal de sauvegarde (PCS), régi par les dispositions du décret n du 13 septembre 2005, a fait l objet d un arrêté municipal en date du 22 février 2006, adressé au représentant de l Etat dans le département le 13 mars suivant. Enfin, il est observé une clarification des relations entre la ville et les associations avec la mise en place d un conventionnement en rapport avec les subventions octroyées par la commune. Cependant, l examen de certaines de ces conventions amène la chambre à rappeler que ces dernières ne doivent pas se limiter à l énoncé de principes généraux mais conduire à l établissement d un cahier des charges précis portant notamment sur : - L objet de la convention : durée de l engagement, objectifs ou actions poursuivis (détail en annexe), engagement de l association à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à la réalisation de l objectif prévu ; - Les conditions d exécution de la convention : durée de l engagement financier, conditions de renouvellement (par exemple subordonné à la production de certains documents ) ; - Les modalités de paiement de la contribution : conditions du versement de la subvention, versement d une avance éventuelle, possibilité pour la collectivité de suspendre ou de diminuer le montant des versements, de remettre en cause le montant de la subvention ou d exiger le reversement de tout ou partie des sommes déjà versées en cas d inexécution, de retard significatif ou de modification substantielle des conditions d exécution de la convention par l association ; - Le budget global concerné : budget prévisionnel et effectif concerné, détail de l ensemble des financement attendus, détail des aides non financières apportées à l association ;

3 3 - Les obligations comptables de l association : fourniture d un compte-rendu financier d exécution selon un calendrier à préciser, fourniture d un compte de résultat annuel propre à chaque action le cas échéant, adoption d un cadre budgétaire et comptable conforme au plan comptable général, transmission à la collectivité de tout rapport produit par le commissaire aux comptes dès lors que l association en dispose ; - Le contrôle et l évaluation de la réalisation des actions par la collectivité : contrôle de l utilisation de la subvention versée, engagement de l association à faciliter le contrôle de la collectivité, possibilité d un contrôle sur place, contrôle des conditions juridiques et financières de la gestion de l association, communication du bilan du contrôle à l association, possibilité de subordonner la conclusion éventuelle d une nouvelle convention à l établissement de ce bilan ; - - Les conditions de résiliation : en cas de non respect par l une ou par l autre des parties des engagements contractuels respectifs. La chambre invite en conséquence la commune à poursuivre la politique de clarification de ses relations avec les associations qu elle subventionne, d autant qu il est constaté une progression très significative des subventions accordées aux organismes de droit privé (+ 68,3 %) sur la période examinée. Elle prend note de votre engagement en ce sens dans votre réponse à ses observations provisoires et ce dès La situation financière de la collectivité (budget principal) Dans sa lettre d observations définitives précédente, la chambre relevait que la situation financière de la collectivité était saine et que les principaux indicateurs financiers avaient connu une évolution favorable. Sur la période , la situation financière de la commune de Saint-Jean-de- Luz se caractérise par une évolution plus contrastée, bien que ne présentant pas de signes de tensions particuliers. Ainsi, l examen des masses financières conduit à relever une progression plus importante des charges de gestion (+ 27,1 %) comparativement aux produits de même nature (+ 15,7 %). Les charges de gestion passent en effet de 12,797 M en 2000 à 16,259 M en 2004 alors que les produits s établissent à 19,138 M sur ce dernier exercice contre 16,545 M en Dans le cadre de cette progression sensible des charges de fonctionnement de la collectivité, correspondant à une hausse moyenne annuelle de 6,2 % entre 2000 et 2004, certains postes de dépenses présentent une évolution caractérisée :

4 - Les subventions accordées aux organismes de droit public et de droit privé progressent de près de 40 % sur la période (+ 8,7 % en moyenne annuelle) pour représenter, à hauteur de 2,783 M en 2004, 17 % des dépenses de gestion sur cet exercice contre 15,6 % en Cette situation résulte plus particulièrement de la hausse significative, précédemment évoquée (+ 68,3 %), des subventions accordées aux organismes de droit privé, ces dernières passant de 1,048 M en 2000 à 1,764 M en Ainsi, comme le relevait le Département des études économiques et financières de la Trésorerie générale de Bordeaux dans son analyse financière de la collectivité en 2002, transmise par vos services dans le cadre de l instruction, le ratio de subventions allouées par habitant situe la commune de Saint-Jean-de-Luz au premier rang des communes touristiques du littoral aquitain appartenant à la même strate démographique. En réponse aux observations provisoires de la chambre, vous soulignez que la progression de ces dépenses serait en fait, selon vos calculs, de l ordre de 22 % sur la période. La chambre maintient toutefois son taux d évolution de 40 % entre 2000 et 2004 en appelant votre attention sur le fait que vos données sont calculées par référence à une période différente, à savoir Les charges à caractère général enregistrent également une augmentation sensible de 28,8 % entre 2000 (3,649 M ) et 2004 (4,702 M ), soit une hausse moyenne annuelle de 6,5 %. La progression de certains postes de dépenses est particulièrement significative. Ainsi, les frais de mission et de déplacement passent de en 2000 à en 2004 (+ 59,8 % en moyenne annuelle). De même, le poste «rémunérations d intermédiaires et d honoraires», en rapport avec la réalisation de diverses missions d expertises (accompagnement des procédures de délégation de service public, révision du Plan Local d Urbanisme) et la mise en œuvre d un certain nombre de procédures contentieuses, s établit à en 2004 contre en 2000, soit une augmentation de 460 %. Les frais de fêtes et cérémonies, animation, publicité, publications et relations publiques augmentent également de 73,2 % sur la période soit une évolution moyenne annuelle de 14,7 % ( en 2004 contre en 2000). Enfin, les primes d assurances enregistrent une progression de 132 % sur la période pour atteindre en 2004 contre en Vous justifiez également la progression de ces charges par les conséquences financières du naufrage du navire «Prestige» que vous évaluez à alors que seulement auraient été indemnisés. De même, vous précisez que seule la progression du coût des insertions dans la presse en rapport avec les procédures de passation des marchés publics serait significative. La chambre ne saurait vous suivre sur ce dernier point dès lors que l analyse détaillée du compte 623 «Publicité, publications, relations publiques» fait précisément apparaître l impact de l augmentation du compte 6232 «Fêtes et cérémonies» qui représente à elles seules 70 % des dépenses globales de ce poste en 2000 et près de 72 % en Ces dépenses passent en effet de en 2000 à en 2004 soit une progression de 77,1 %. En revanche, les dépenses du compte 6231 «Annonces et insertions», bien que s établissant à 6201 en 2004 contre 3786 en 2000 (soit une hausse de 63,8 %), ne représentent que 1,5 % des dépenses du poste 623 par référence aux données de l année Il en est de même du compte 6237 «Publications» qui passe de en 2000 à en 2004, soit une progression de 71 % sur la période, mais dont les dépenses ne représentent que 6,7 % des dépenses totales du compte 623 dont il convient de retenir la progression de 73,2 % sur la période examinée. 4

5 5 - S agissant des charges de personnel, ces dernières augmentent de 22,8 % entre 2000 et 2004 soit à un rythme annuel moyen de 5,3 %. Ce poste passe en effet de 6,525 M en 2000 à 8,014 M en La hausse des dépenses dans ce domaine s explique notamment par l évolution des effectifs, l effectif global (titulaires et non titulaires) de la commune progressant de l ordre de 6 % sur la période pour représenter 276 agents au 31 décembre 2004 contre 260 au 31 décembre 2000, ainsi répartis : 246 personnels titulaires en 2004 contre 212 en 2000 ; 30 personnels non titulaires en 2004 contre 48 en Vous expliquez notamment cette évolution par les effets de l application des 35 heures qui a conduit à la création de 10 postes ainsi que par des recrutements de policiers municipaux (2 postes) et d agents destinés à renforcer l encadrement administratif. Nonobstant l évolution constatée, par référence à l année 2003, les charges de personnel ont représenté 47 % des dépenses réelles de fonctionnement, ce qui situe la commune à un niveau inférieur à celui de la moyenne nationale des collectivités de même strate démographique qui ressort à 51,7 %. Concernant les produits de fonctionnement, leur progression s établit à 3,7 % en moyenne annuelle sur la période Dans ce domaine, les recettes générées par les contributions directes liées aux taxes ménages et à la taxe professionnelle passent de 7,082 M en 2000 à 8,016 M en 2004, soit une progression relativement mesurée de 13,2 % sur la période (3,1 % en moyenne annuelle). Cette situation s explique notamment par l évolution maîtrisée des taux d imposition sur l ensemble de la période (4 % de 2001 à 2004), dont il convient au demeurant d en relever la stabilité sur les trois derniers exercices 2002, 2003 et A cet égard, la chambre observe que la collectivité dispose d une marge de manœuvre substantielle dans le domaine de la fiscalité directe locale dès lors que les taux de la commune de Saint-Jean-de-Luz demeurent très nettement en deçà des taux moyens communaux des collectivités appartenant à la même strate démographique (respectivement 9,81 % contre 13,44 % pour la TH, 9,60 % contre 16,87 % pour la TFPB, 16,34 % contre 56,22 % pour la TFPNB, 11,05 % contre 15,36 % pour la taxe professionnelle) et que la fiscalité additionnelle du groupement intercommunal fiscalisé reste très modeste (1,73 % en 2003). Sous réserve de ces précisions, conséquence de l effet de ciseaux induit par la progression plus forte des charges de gestion (27,1 % sur la période) que celle des produits de gestion (15,7 % sur la période), l excédent brut de fonctionnement (recettes de gestion moins dépenses de gestion) diminue sensiblement de 23,2 % pour atteindre 2,879 M en 2004 contre 3,748 M en Par ailleurs, si la capacité d autofinancement brute connaît un léger infléchissement de 13,6 % sur la période, il apparaît néanmoins que la capacité d autofinancement nette disponible est, à première vue, en augmentation, conséquence cependant de la diminution du remboursement du capital des emprunts (de l ordre de 30 %). Destinée à assurer le financement des équipements, la capacité d autofinancement disponible s établit en effet, fin 2004, à 1,611 M contre 1,522 M en Cependant, ce chiffre doit être corrigé dans la mesure où ce ratio se trouve anormalement gonflé d une somme de consécutivement à une erreur de comptabilisation des opérations de cessions qui impacte à la hausse le résultat comptable Dès lors, corrigée de cette erreur, la capacité d autofinancement disponible apparaît en légère diminution en 2004 (1,429 M ) par rapport à 2000.

6 Les dépenses d investissement se caractérisent quant à elles par un niveau soutenu sur la période alors que l exercice 2004 met en évidence une pause sensible dans la politique d investissement. Le taux de réalisation des dépenses d investissement ressort par ailleurs à 63,55 % en 2003 contre 55,5 % en Ce ratio dénote toutefois un net fléchissement en 2004 pour s établir à 44,5 %. 6 Dans ces conditions, le besoin de financement de la section d investissement a été assuré à la fois par le recours à l emprunt et par un prélèvement sur le fonds de roulement. Cependant, force est de constater que l équilibre financier global de la commune n a pas toujours été atteint dans la mesure où le fonds de roulement ressort négatif en 2000, 2001 et 2003 respectivement à hauteur de , et Cette situation résulte des modalités de financement des immobilisations par la municipalité. En effet, à défaut d avoir été financés sur les exercices considérés par des capitaux permanents, les biens immobilisés l ont été, pour partie, par l excédent des ressources d exploitation sur les emplois résultant notamment des excédents des budgets annexes et, pour une autre partie, par les ressources de trésorerie (ligne de trésorerie). Vous confirmez dans votre réponse que le fonds de roulement négatif est la conséquence d une mobilisation tardive d emprunt, notamment justifiée par le caractère attractif des lignes de trésorerie sur la période. La situation se rétablit toutefois en fin de période, le niveau des emprunts contractés en 2004 permettant de dégager un fonds de roulement positif à hauteur de , sous réserve néanmoins des corrections à apporter à ce montant, objet des observations qui suivent sur la fiabilité des comptes. S agissant enfin de l endettement, la période sous revue est caractérisée par une augmentation sensible de l encours de dette de la commune. Ainsi, l encours de dette s établit à 14,407 M au 31 décembre 2004 contre 9,985 M au 31 décembre 2000, soit une augmentation de 44,3 % entre ces deux dates. Dans le même temps, l annuité de la dette (intérêt + capital) décroît de 27,6 % passant de 2,296 M fin 2000 à 1,663 M fin Indépendamment de la progression de l encours de dette, les ratios d endettement ne révèlent pas de tension particulière dès lors que l annuité de dette ne représente que 8,3 % des recettes réelles de fonctionnement en fin de gestion En outre, la capacité de désendettement de la collectivité demeure satisfaisante sur la période, pour s établir à cinq années en La fiabilité des comptes Le contrôle de la fiabilité des comptes a mis en évidence deux anomalies qui affectent la lisibilité des documents financiers. La première porte sur une discordance concernant l état de la dette entre le compte de gestion et le compte administratif, la seconde sur le niveau du fonds de roulement en fin de gestion 2004.

7 7 - La discordance sur l état de la dette Les contrôles réalisés sur les documents financiers conduisent en effet à relever, au 31 décembre 2004, une discordance importante sur l état de la dette, à hauteur de ,82, entre le montant porté au compte administratif ( ,88 ) et celui inscrit au compte de gestion ( ,70 ) de l exercice. Les rapprochements effectués dans le cadre de l instruction ont permis d identifier l origine des différences constatées qui résultent d erreurs d imputation diverses. La régularisation de la situation a, de fait, été récemment entérinée par délibération du conseil municipal en date du 3 février Le niveau du fonds de roulement : L examen des documents budgétaires conduit également à relever des écarts significatifs entre le résultat cumulé global inscrit au compte administratif 2004 ( ,14 ), approuvé par délibération du 25 février 2005, tout comme au compte de gestion (tableau d exécution des résultats A 14), et le résultat cumulé global calculé à partir de la balance générale des comptes ( ,73 ) qui se décompose, en fin d exercice 2004, en ,03 pour le résultat cumulé de la section de fonctionnement et ,30 pour le résultat cumulé de la section d investissement. Là encore, les rapprochements réalisés dans le cadre de l instruction ont permis d identifier l origine de ces écarts, notamment liés à une erreur de comptabilisation des opérations de réintégration d un emprunt du budget annexe du parking «la pergola» ainsi qu à une différence correspondant au solde débiteur d un compte de neutralisation utilisé pour le rattachement des charges, mouvementé lors du passage à l instruction comptable M 14. Après rectification, le résultat cumulé exact du compte administratif au 31 décembre 2004 a été arrêté à ,74, en rapport avec le montant du fonds de roulement également rectifié et calculé par le bilan, la régularisation ayant été définitivement attestée par un certificat administratif du 6 mars Indépendamment des régularisations intervenues dans le cadre de l instruction, les anomalies comptables relevées mettent en évidence la nécessité de rapprochements réguliers entre vos services et ceux du comptable, de nature à éviter, à l avenir, de tels dysfonctionnements. La chambre prend note de votre réponse dans ce domaine et donc de la signature, en ce sens, d une convention de partenariat avec le réseau du Trésor Public le 15 décembre Par ailleurs, elle attire votre attention sur le fait que la certification, en fin de gestion, de la conformité du compte de gestion au compte administratif ne doit pas se limiter au seul formalisme de la signature mais doit conduire, dans un premier temps, à des rapprochements de concordance des écritures et donc à des vérifications préalables.

8 8 En application des dispositions de l article L du code des juridictions financières, le présent rapport d observations définitives de la chambre, accompagné de votre réponse doit faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée délibérante. Il doit être joint à la convocation de chacun de ses membres et doit faire l objet d un débat. La chambre vous serait obligée de lui faire connaître dans quelles conditions aura été réalisée cette communication. En outre, j appelle votre attention sur le fait que ce rapport, accompagné de votre réponse, deviendra communicable à tout tiers demandeur dès qu aura eu lieu la réunion précitée. Je vous informe que copie du présent rapport est transmise au préfet et au trésorierpayeur général du département, en application de l article R du code des juridictions financières. distinguée. Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l expression de ma considération Bernard GIREL conseiller maître à la Cour des comptes

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire,

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire, Le Président TOULOUSE, le 10 juillet 2008 Réf. : GO8095011 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur,

Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur, Bordeaux, le 22 Mai 2008 Le Président Références à rappeler : CM/ROD II/033067989 Monsieur le Directeur, Par lettre du 13 février 2007, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail

Des extraits concernant sa gestion ont été adressés, le même jour, à M. CORTEZ, ancien ordonnateur en fonction durant la période contrôlée.

Des extraits concernant sa gestion ont été adressés, le même jour, à M. CORTEZ, ancien ordonnateur en fonction durant la période contrôlée. Bordeaux, le 14 novembre 2008 Le Président Références à rappeler : CM/RODII OPH Gironde Habitat Madame la Directrice générale, Par lettre du 26 mars 2007, vous avez été informée que la Chambre régionale

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

Dans sa séance du 15 juin 2010, la chambre a retenu des observations provisoires auxquelles vous avez apporté réponse le 21 septembre 2010.

Dans sa séance du 15 juin 2010, la chambre a retenu des observations provisoires auxquelles vous avez apporté réponse le 21 septembre 2010. Le président Orléans, le 20 avril 2011 à Monsieur Christian BARILLET Maire de Sainte-Maure-de-Touraine Place du Maréchal Leclerc 37800 SAINTE MAURE DE TOURAINE Objet : Rapport d observations définitives

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 22 février 2007 Le Président Références à rappeler : FN/RODII/CMA 47 Monsieur le Président, En application des dispositions des articles L. 111-9,

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. C20 G/DP Le Président NOISIEL, le 29 DEC. 2006 N /G/80/06-1674 E N 06-0683 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Syndicat intercommunal à vocation unique d aide à domicile de la plaine de Nay (064 019 906) Trésorerie de Nay Département des Pyrénées-Atlantiques Absence d adoption du budget primitif de l exercice 2011

Plus en détail

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur,

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur, Le Président TOULOUSE, le 02 août 2007 Réf. : JO7 212 01 Monsieur le Directeur, J ai l honneur de vous notifier, conformément aux dispositions de l'article L. 241-11 du code des juridictions financières,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN Sommaire 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN 12 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS RÈGLEMENTÉES 13 COMPTE DE RÉSULTAT

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

CONVENTION SALON DE L AGRICULTURE AQUITAINE 2014

CONVENTION SALON DE L AGRICULTURE AQUITAINE 2014 Pôle Développement Durable et Rayonnement Métropolitain Direction des Entreprises et de l'attractivité Service Economie Présentielle, Partenariats et Veille CONVENTION SALON DE L AGRICULTURE AQUITAINE

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

La Mairie de l Union a confié à MAZARS une mission visant à réaliser un examen de la situation de l ASU.

La Mairie de l Union a confié à MAZARS une mission visant à réaliser un examen de la situation de l ASU. Mairie de l Union PRÉAMBULE La Mairie de l Union a confié à MAZARS une mission visant à réaliser un examen de la situation de l ASU. Cette démarche comprend plusieurs parties : Analyse de la situation

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES. relatif à la gestion du. CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES. relatif à la gestion du. CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE Réf. : ROD2/YB /JPP/MDH/07-463 Bénouville, le 30 novembre 2007 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES relatif à la gestion du CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE La chambre régionale des comptes de Basse-Normandie

Plus en détail

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre à Monsieur Philippe VITU Directeur de la maison de retraite de Villeloin-Coulange " Les Baraquins " 36, rue des Loges 37450 VILLELOIN-COULANGE

Plus en détail

B.G.I Bordeaux Gironde Investissement Agence de Développement Economique de Bordeaux et de la Gironde CONVENTION FINANCIERE 2012

B.G.I Bordeaux Gironde Investissement Agence de Développement Economique de Bordeaux et de la Gironde CONVENTION FINANCIERE 2012 POLE DEVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT METROPOLITAIN DIRECTION DES ENTREPRISES ET DE L ATTRACTIVITE Service des stratégies et partenariats économiques B.G.I Bordeaux Gironde Investissement Agence de

Plus en détail

Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin)

Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin) Formation de Chambre Avis n 2013-002 Séance du 21 mai 2013 Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin) Trésorerie de Mulhouse couronne - BUDGET PRIMITIF 2013 - Article L. 1612-2 du code général des collectivités

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS A Centre hospitalier de la Risle (Département de l Eure) 027 047 999 Centre des finances publiques de Pont-Audemer Exercices 2005 à 2007 Jugement n 2012-0011 Audience publique du 22 juin 2012 Lecture publique

Plus en détail

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013 Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde Convention financière 2013 ENTRE : L ASSOCIATION UNION DEPARTEMENTALE CONSOMMATION LOGEMENT CADRE

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU DIRECTION DE LA PROPRETE ET DE L EAU DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2011 DPE 2010-38 DF 2010-24 BUDGET ANNEXE DE L EAU PROJET DE DELIBERATION SECTIONS D EXPLOITATION ET D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Les organismes faisant appel à la générosité publique

Les organismes faisant appel à la générosité publique Les organismes faisant appel à la générosité publique La loi du 7 août 1991 impose aux organismes qui font appel à la générosité publique d'en faire la déclaration préalable auprès de la préfecture du

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FONDS DE COOPERATION REGIONALE MARTINIQUE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FONDS DE COOPERATION REGIONALE MARTINIQUE DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FONDS DE COOPERATION REGIONALE MARTINIQUE Cadre réservé à l'administration DEMANDE DE SUBVENTION DEPOSÉE LE / / A la Préfecture de Région :..... Autre service de l Etat

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

SÉMINAIRE DU 18 MARS 2015 APPUI-CONSEIL AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

SÉMINAIRE DU 18 MARS 2015 APPUI-CONSEIL AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PREFECTURE DE L'AISNE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES DIRECTION DEPARTEMENTALE DES FINANCES PUBLIQUES DE L'AISNE POLE GESTION PUBLIQUE - SECTEUR PUBLIC LOCAL SÉMINAIRE DU 18

Plus en détail

Bulletin départemental. spécial. La progression des élèves à l école primaire

Bulletin départemental. spécial. La progression des élèves à l école primaire Année 2008 30 avril 2008 Bulletin départemental de l Inspection académique du Territoire de Belfort spécial Sommaire Les cycles à l école primaire Passage de l école maternelle à l élémentaire Progression

Plus en détail

SUR LES COMPTES DE LIQUIDATION DU CENTRE DE RECHERCHE, D EXPERTISE ET DE CONTRÔLE DES EAUX DE PARIS (CRECEP)

SUR LES COMPTES DE LIQUIDATION DU CENTRE DE RECHERCHE, D EXPERTISE ET DE CONTRÔLE DES EAUX DE PARIS (CRECEP) RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES ET SA RÉPONSE SUR LES COMPTES DE LIQUIDATION DU CENTRE DE RECHERCHE, D EXPERTISE ET DE CONTRÔLE DES EAUX DE PARIS (CRECEP) (1er mai 2009-31 décembre 2011) Observations

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 22 mars 2010

Le Président, Bordeaux, le 22 mars 2010 Le Président, Bordeaux, le 22 mars 2010 Références à rappeler : CC/ROD II 033900001 Caisse du crédit municipal de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 4 novembre 2008, vous avez été informé

Plus en détail

Le rattachement des charges

Le rattachement des charges LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer

Plus en détail

A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002. La Présidente. Monsieur le Maire. Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON. Monsieur le Maire,

A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002. La Présidente. Monsieur le Maire. Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON. Monsieur le Maire, A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002 La Présidente à Monsieur le Maire Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON Monsieur le Maire, Le rapport d'observations arrêté par la Chambre régionale des comptes sur

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

CONVENTION NAVAL MEETINGS 2013

CONVENTION NAVAL MEETINGS 2013 POLE DEVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT METROPOLITAIN DIRECTION DES ENTREPRISES ET DE L ATTRACTIVITE SERVICE FILIÈRES STRATÉGIQUES CONVENTION NAVAL MEETINGS 2013 Entre : - CONGRES ET EXPOSITIONS DE BORDEAUX,

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

Le Président Montpellier, le 04 Mai 2012

Le Président Montpellier, le 04 Mai 2012 Le Président Montpellier, le 04 Mai 2012 lettre recommandée avec A.R. CONFIDENTIEL Référence : 126 / 030020 202 / 559 Monsieur le Maire, Par envoi en date du 22 mars 2012, la chambre a porté à votre connaissance

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 21 OCTOBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/06.568 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation par apprentissage

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION à déposer ou à retourner à l adresse suivante Maison des Associations 79 ter, rue de Paris - 93800 Epinay-sur-Seine Tel : 01 49 98 13 84 pour le 20 février 2015 au plus

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Nous sommes le 11/05/2011. Vous êtes secrétaire administratif(ive) de classe

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 Subvention de fonctionnement Subvention exceptionnelle pour «action spécifique»

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 Subvention de fonctionnement Subvention exceptionnelle pour «action spécifique» DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 Subvention de fonctionnement Subvention exceptionnelle pour «action spécifique» Dossier à retourner avant : Le 30 Novembre 2014 (Cachet de la poste faisant foi) Veuillez

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales)

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales) CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 11 juin 2009 AVIS n 09-CB-08 SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA REGION DU BAZOIS (département de la Nièvre) BUDGET 2009 (articles

Plus en détail

Commission Nationale d Aide et de Contrôle de Gestion (CNACG)

Commission Nationale d Aide et de Contrôle de Gestion (CNACG) Commission Nationale d Aide et de Contrôle de Gestion (CNACG) Issy les Moulineaux, le 22 février 2008, A l attention de tous les Présidents des groupements sportifs, les Experts-Comptables et/ou Commissaires

Plus en détail

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 I. Calendrier L article R.6145-44 du code de la santé publique précise que «le directeur arrête le compte financier

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-130 du 8 février 2006 relatif à la convention de base constitutive de la maison départementale des

Plus en détail

Au nom du peuple français

Au nom du peuple français 10-UC-5036/S3/2050792/MC (075 999 056) Formation restreinte N /G/55/05-0472 R Jugement n 05-1210 J du 8 novembre 2005 Lecture du 29 novembre 2005 Au nom du peuple français La Chambre Régionale des Comptes

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS EXPOSE DES MOTIFS Le Théâtre de Bourg-en-Bresse constitue aujourd hui un équipement culturel notoire en matière de spectacle

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Sections réunies DOSSIER CB N 2015-66-014 SCI PLEIN SUD c/ Commune de SAINT FELIU D AMONT N codique : 066010 173 Département des Pyrénées-Orientales Article L. 1612-15 du code général des collectivités

Plus en détail

Sommaire PAGE DE GARDE 2 COMPTE RENDU DE MISSION DE L'EXPERT COMPTABLE 3. COMPTES ANNUELS 5 Bilan Association 6 Annexes 10

Sommaire PAGE DE GARDE 2 COMPTE RENDU DE MISSION DE L'EXPERT COMPTABLE 3. COMPTES ANNUELS 5 Bilan Association 6 Annexes 10 ASS. CENTRE ROGER BRECHARD Sommaire PAGE DE GARDE 2 COMPTE RENDU DE MISSION DE L'EXPERT COMPTABLE 3 COMPTES ANNUELS 5 Bilan Association 6 Annexes 10 ANALYSE DE GESTION 15 Commentaire de gestion 16 TableauFinancement

Plus en détail

Conseil Municipal du 15 juin 2015 Compte-rendu

Conseil Municipal du 15 juin 2015 Compte-rendu Page 1 Conseil Municipal du 15 juin 2015 Compte-rendu 1) Approbation des procès-verbaux des réunions du conseil municipal des 25 février 2015, 19 mars 2015, 13 avril 2015 Les procès-verbaux ont été adoptés

Plus en détail

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic Commune de Prangins Municipalité Préavis No 62/14 Au Conseil Communal Arrêté d'imposition pour l'année 2015 François Bryand, Syndic Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L'arrêté

Plus en détail

CONVENTION 2015 L ATELIER REMUMENAGE

CONVENTION 2015 L ATELIER REMUMENAGE POLE DEVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT METROPOLITAIN DIRECTION ENTREPRISES ET ATTRACTIVITE SERVICE EMPLOI, ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET ANIMATION TERRITORIALE CONVENTION 2015 L ATELIER REMUMENAGE

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Lycée Professionnel Gaston Barré 79010 NIORT Cedex 05 49 28 05 20 GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Les sorties et voyages scolaires sont proposés dans le cadre d un projet et sont considérés comme

Plus en détail

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière»

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» CONVENTION Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» Entre : LA VILLE DE NANTES, représentée par Madame Michèle FRANGEUL, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNÉE 2016

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNÉE 2016 Ville de PORTO-VECCHIO VILLE DE PORTO-VECCHIO DEPARTEMENT DE LA CORSE DU SUD Cità di PORTIVECHJU DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNÉE 2016 SECTEUR SPORTIF NOM ASSOCIATION : CE DOSSIER EST A RETOURNER

Plus en détail

Madame le Maire, Je vous prie d agréer, Madame le Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. Michel-Pierre PRAT

Madame le Maire, Je vous prie d agréer, Madame le Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. Michel-Pierre PRAT Le Président Lyon, le 08 juin 2010 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 863 du 19 avril 2010 P.J. : 1 Madame le Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes d'ile-de-france,

La Chambre régionale des comptes d'ile-de-france, S2 2110390 / VA 1/7 6 ème section N /G/144/A-33 Séance du 11 août 2011 RECOMMANDE AVEC A.R. Société d économie mixte locale «Centre de formation et de professionnalisation des Lacs de l Essonne» Délibération

Plus en détail

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Août 2008 (Rédigé le 29 août 2008) Bonjour à toutes et à tous. La loi 2002-2 a prévu que tous les établissements sociaux

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

CONVENTION FINANCIERE

CONVENTION FINANCIERE CONVENTION FINANCIERE Mairie d Artigues-près-Bordeaux Création de la maison éco citoyenne ENTRE : LA COMMUNE D ARTIGUES-PRES-BORDEAUX Représentée par son Maire, Monsieur Jean-Jacques BERGOUGNOUX, dûment

Plus en détail

o pour l année civile 2016 o pour l année scolaire 2015/2016

o pour l année civile 2016 o pour l année scolaire 2015/2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION SIMPLIFIÉ Ce document est réservé aux demandes de fonctionnement d un montant maximal de 1 000 o pour l année civile 2016 o pour l année scolaire 2015/2016 Nom de l association

Plus en détail

LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE

LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE S3/2120024/SH 1/5 Commune de DUGNY (093 104 030) 8 ème section N /G/171/11 0274 R Jugement n 2012-0004 J Audience du 12 janvier 2012 Lecture du 9 février 2012 LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS

Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS Bâtiment actualité 1 DOSSIER LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS DOSSIER 7 JUIN 2011 N 11 MARCHÉS PUBLICS Paiement des entreprises Le décompte mensuel Mieux vaut connaître le mécanisme particulier

Plus en détail

Rapport d observations définitives HÔPITAL LOCAL DE MARINES. (Val-d Oise) Exercices 2007 à 2010

Rapport d observations définitives HÔPITAL LOCAL DE MARINES. (Val-d Oise) Exercices 2007 à 2010 Rapport d observations définitives HÔPITAL LOCAL DE MARINES (Val-d Oise) Exercices 2007 à 2010 Observations délibérées le 28 août 2013 SOMMAIRE SYNTHÈSE... 3 OBSERVATIONS... 4 1. RAPPEL DE LA PROCÉDURE...

Plus en détail

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel AVIS CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Budget non voté en équilibre réel Séance du 11 janvier 2012 Avis n 2012-001 LA CHAMBRE REGIONALE DES

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

Domaine 1 : le haut de bilan

Domaine 1 : le haut de bilan Domaine 1 : le haut de bilan S assurer de l exactitude du bilan La vision patrimoniale est un élément déterminant pour donner une image fidèle de la situation financière de la collectivité. Le bilan à

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT N interne : 736 Conseil du lundi 10 septembre 2001 à 18 h 00 N définitif : 2001-0250 CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : La communauté urbaine de Lyon - direction de l'eau, dont le siège est

Plus en détail

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur ANNEXE V FORMULAIRE A CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF AUX FICHES FINANCIÈRES TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR L ÉTABLISSEMENT D UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP)

LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP) Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP) Textes réglementaires de référence Directive 2000/35/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 juin 2000 concernant

Plus en détail

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL Document annexe au rapport n 14/162 Commune de Biscarrosse Commune de Gastes Commune de Luë Commune de Parentis-en-Born Commune de Sanguinet Commune de Sainte-Eulalie-en-Born Commune d Ychoux CONVENTION

Plus en détail

Créteil, le 6 décembre 2007. Le recteur de l académie de Créteil

Créteil, le 6 décembre 2007. Le recteur de l académie de Créteil Créteil, le 6 décembre 2007 Le recteur de l académie de Créteil à Rectorat Division des Personnels Enseignants DPE3 : I. Tanguy 01 57 02 60 67 DPE4 : E. Lacheny 01 57 02 60 76 DPE5 : D. Althaparro 01 57

Plus en détail

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6571 Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux M. LE MAIRE, Rapporteur : Afin d assurer le financement

Plus en détail

Construction d un bâtiment passif à Bègles par l Association Océan (en remplacement de l actuel Aquaforum)

Construction d un bâtiment passif à Bègles par l Association Océan (en remplacement de l actuel Aquaforum) Construction d un bâtiment passif à Bègles par l Association Océan (en remplacement de l actuel Aquaforum) Participation de la Communauté Urbaine de Bordeaux CONVENTION ENTRE : La Communauté Urbaine de

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Objet : Gestion par la CACP de l éclairage privé des voies ou espaces des copropriétés ou ASL ouverts à la circulation publique projet de convention

Objet : Gestion par la CACP de l éclairage privé des voies ou espaces des copropriétés ou ASL ouverts à la circulation publique projet de convention PROJET DE CONVENTION Date 21 mars 2013 Pôle : Juridique / R4E Objet : Gestion par la CACP de l éclairage privé des voies ou espaces des copropriétés ou ASL ouverts à la circulation publique projet de convention

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES SUR LA GESTION DE LA COMMUNE DE VALENTIGNEY. Exercices 2005 à 2010

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES SUR LA GESTION DE LA COMMUNE DE VALENTIGNEY. Exercices 2005 à 2010 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES SUR LA GESTION DE LA COMMUNE DE VALENTIGNEY Exercices 2005 à 2010 1/52 SOMMAIRE I. PRÉSENTATION DE LA COMMUNE...5 II. RAPPEL DE LA PROCÉDURE...5 III. LA FIABILITÉ DES

Plus en détail

DECISION. LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU NORD - PAS-de-CALAIS ;

DECISION. LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU NORD - PAS-de-CALAIS ; REPUBLIQUE FRANÇAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES du NORD-PAS-DE-CALAIS Troisième section Commune de Liévin (Département du Pas-de-Calais) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

1 GENERALITES. Le dossier de subvention comprend des renseignements généraux (paragraphe 3) et des pièces administratives (paragraphe 4).

1 GENERALITES. Le dossier de subvention comprend des renseignements généraux (paragraphe 3) et des pièces administratives (paragraphe 4). 1 GENERALITES Cette note concerne les aides attribuées par l Agence de l Eau Rhône méditerranée et Corse pour la réhabilitation des assainissements non collectif dans le cadre de son IXième programme d

Plus en détail

Memento budgétaire des collectivités locales

Memento budgétaire des collectivités locales PREFET DE LA HAUTE-MARNE Memento budgétaire des collectivités locales Le calendrier budgétaire Les restes à réaliser La reprises de résultat Vote du compte administratif Vote du Budget Les budgets annexes

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon

Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon Rapport d observations définitives en date du 28 janvier 2010 Centre communal d action sociale de Canet-en-Roussillon Pyrénées-Orientales Exercices 2004 et suivants Délibérations de la chambre : 3 septembre

Plus en détail

Montrouge, le 3 décembre 2015

Montrouge, le 3 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 3 décembre 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-035633 Monsieur le Directeur Direction du Parc Nucléaire et Thermique EDF Site Cap Ampère 1 place

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail