Théorèmes d échange de limites

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorèmes d échange de limites"

Transcription

1 Théorèmes d échange de limites ) Convergence uniforme et limites Théorème de continuité our les suites de fonctions. Pour E et F deux esaces vectoriels normés, on considère une suite d alications f n : A F où A est une artie de E. Sif n converge uniformément sur A vers une alication f : A F et si les f n sont toutes continues en un oint a U, f est continue en a. Théorème de continuité our les séries de fonctions. Pour E et F deux esaces vectoriels normés, on considère une suite d alications u n : A F où A est une artie de E. Silasérie n u n converge uniformément sur A et si les u n sont toutes continues en un oint a U, la fonction somme u n est continue en a. Plus généralement, la limite uniforme d une suite de fonctions continues (ou la somme uniforme d une série de fonctions continues) est continue. On eut remarquer également, quand A est un intervalle de R, que la continuité des f n ou u n sur A et la convergence uniforme sur tout segment [a, ] A suffit à assurer la continuité de la limite sur A. Exemle : la fonction Zeta de Riemann, définie ar ζ(x) =, est continue sur ], [. Eneffet,si nx n= a>, la série de Riemann converge normalement, donc uniformément, sur [a, [ : x a, n x n a et n n a converge. Comme les alications x sont continues sur [a, [, ζ est continue sur [a, [. Enfin,a étant un nx réel quelconque >, ζ est continue sur ], [. l faut ien remarquer que la continuité de ζ asse de [a, [ à ], [, mais que ce n est as le cas de la convergence uniforme. Quand une série de fonction ose un rolème en un oint (comme ici en ), il faut en général s éloigner du oint our avoir convergence uniforme. Ce résultat eut se généraliser : Théorème de la doule limite our une suite de fonctions. On suose que U est une artie d un esace vectoriel normé E et que les alications f n sont définies sur U, à valeurs dans C (ou lus généralement dans un esace vectoriel normé comlet). Si a est un oint adhérent à U (on ourra aussi choisir a = ou a = si U est une artie non majorée ou non minorée de R) etsi: la suite (f n ) converge uniformément sur U vers une fonction f ; our tout n, f n (x) ossède une limite n quand x tend vers a alors la suite ( n ) ossède une limite quand n tend vers l infini et f(x) x a lim x a lim f n(x) n = lim lim f n(x). n x a. On eut donc écrire :

2 Théorème de la doule limite our une série de fonctions. On suose que U est une artie d un esace vectoriel normé E et que les alications u n sont définies sur U, à valeurs dans C (ou lus généralement dans un esace vectoriel normé comlet). Si a est un oint adhérent à U (on ourra aussi choisir a = ou a = si U est une artie non majorée ou non minorée de R) etsi: la série n u n converge uniformément sur U ; our tout n, u n (x) ossède une limite α n quand x tend vers a alors la série n α n converge et lim x a u n (x) x a u n (x) = α n. On eut donc écrire : lim u n(x). x a Exemle 2 : la fonction ζ de Riemann tend vers quand x tend vers l infini. En effet, en osant U =[2, [ et u n (x) =/n x our n et x U, la série de terme général u n (x) converge normalement (et donc uniformément) sur U et u n (x) tend vers (ou si n =) quand x tend vers : on en déduit que ζ(x) = n= n x n. Le même théorème ermet de rouver que la série de Riemann ne converge as uniformément sur ], [. Dans le cas contraire, comme u n (x) tend vers /n quand x tend vers, le théorème rouverait la convergence de la série harmonique. 2) Convergence uniforme et dérivation Théorème de dérivation de la limite d une suite de fonctions. Soit un intervalle et F un esace vectoriel normé de dimension finie. Si (f n ) n, f et ϕ sont des alications définies sur et à valeurs dans F vérifiant : chaque f n est de classe C sur ; la suite (f n ) converge simlement vers f ; la suite (fn) converge uniformément sur tout [a, ] vers ϕ, alors f est de classe C sur et f = ϕ : lim f n = lim f n. n n Théorème de dérivation de la somme d une série de fonctions. Soit un intervalle et F un esace vectoriel normé de dimension finie. Si (u n ) n est une suite d alications définies sur et à valeurs dans F vérifiant : chaque u n est de classe C sur ; la série n u n converge simlement sur ; la série n u n converge uniformément sur tout [a, ], alors la fonction u n est de classe C sur et u n = Exemle 3 : ar récurrence, on montre facilement que la fonction ζ de Riemann est de classe C,avec: x>, k N, ζ (k) (x) = n= u n. ( ) k lnk n n x.

3 Théorèmes d échange intégrale - limite ) Convergence uniforme Attention : ce théorème ne s alique que sur des intervalles d intégration ornés. Théorème our des suites de fonctions. Si les alications f n : [a, ] C sont continues ar morceaux et convergent uniformément, quand n tend vers l infini, vers une alication f : [a, ] C continue ar morceaux, alors a f n (x)dx n a f(x)dx. Théorème our des séries de fonctions. Si les u n : [a, ] C sont continues et si la série n u n converge uniformément sur [a, ], alors Remarques : a u n (x) dx = a u n (x)dx dans la version "série", on n a as de rolème d existence des intégrales car toutes les fonctions sont continues sur le segment [a, ] (la somme infinie est une limite uniforme de fonctions continues) ; on eut étendre ce résultat à un intervalle orné mais non fermé : on doit alors s assurer que les fonctions f n et f (ou u n et u n) sont sommales sur l intervalle. Exemle 4 : ce théorème est articulièrement ien adaté aux séries entières. Ainsi, il ermet d otenir, our x ], [ : ln( + x + x 2 ) = x = = = = = x +2t +t + t 2 dt j 2 j 2 t + j dt jt x x Exemle 5 : on eut également écrire, avec f(z) = j 2 (j 2 t) n + j(jt) n dt j 2(n+) + j n+ t n dt j 2(n+) + j n+ x n+ n + dt α n n + xn+ avec α n = 2 si n 2[3] sinon a n z n somme d une série entière de rayon R> : r ],R[, k N, 2π 2π f(re iθ )e ikθ dθ = 2π 2π = = a k r k a n r n 2π a n r n e i(n k)θ dθ 2π e i(n k)θ dθ

4 2) Théorème de convergence dominée L intervalle d intégration est ici un intervalle quelconque et le théorème s énonce lus naturellement en terme de suites de fonctions. Théorème de convergence dominée our des suites de fonctions. Soit un intervalle quelconque. On considère une suite d alications f n : C et une alication f : C telles que : les f n et f sont continues ar morceaux sur ; f n converge simlement vers f sur ; il existe une fonction ϕ : R + continue ar morceaux et sommale sur telle que : n N, x, f n (x) ϕ(x) Alors les fonctions f n et f sont sommales sur et (hyothèse de domination) f n (x)dx n f(x)dx. Théorème de convergence dominée our les séries de fonctions. Soit un intervalle quelconque. On considère une suite d alications u n : C telle que : les u n sont continues ar morceaux sur ; la série n u n converge simlement sur et sa somme S est continue ar morceaux ; il existe une fonction ϕ : R + continue ar morceaux et sommale sur telle que : n n N, x, u k (x) ϕ(x) (hyothèse de domination) k= Alors les fonctions u n et S sont sommales sur, la série de terme général u n (x)dx converge et u n (x) dx = u n (x)dx. Exemle 6 : si (λ n ) n est une suite de réels strictement ositifs qui convergent vers l infini, alors ( ) n e λnx dx = Pour otenir ce résultat, on note =], [ et f n (x) = λ n n ( ) k e λnk our n N et x>. On a alors : la suite f n converge simlement vers une limite f car, our x>, e λnx décroît vers quand n tend vers l infini (théorème des séries alternées) ; les f n sont clairement continues sur ; our a>, la convergence des f n est uniforme sur [a, [ : x a, n N, ( ) k e λ kx e λn+x e λn+a k=n+ et ce majorant ne déend as de x et tend vers quand n tend vers l infini ; on en déduit que f est continue sur [a, [ our tout a>, donc que f est continue sur ; enfin, on a une domination évidente : où ϕ est continue et sommale sur. k= x >, n N, f n (x) e λx = ϕ(x)

5 Ceci rouve l égalité demandée. On remarquera en assant que le théorème rouve aussi que les exressions utilisées dans cette formules ont ien un sens : la fontion f est sommale sur, la série de terme général ( ) n, est convergente et l intégrale de f sur est égale à la somme de la série. λ n Exemle 7 : soit f(z) = que la série entière F (z) = n=a a n z n la somme d une série entière de rayon non nul R. On montre facilement a n n! zn est de rayon infini. On a alors, our tout z C tel que z <R: F (zx) e x dx = f(z). En effet, fixons un réel ρ comris strictement entre z et R. Comme ρ<r, la série de terme général a n ρ n est convergente, donc il existe M tel que a n ρ n M our tout n. On a alors, en osant =[, [ et n a k g n (x) = k! (zx)k e x : k= la suite g n converge simlement vers la fonction g : x F (zx)e x our x ; les g n et g sont clairement continues sur ; on a une nouvelle fois une domination évidente, our x et n N : g n (x) n k= a k k! ( z x) k e x k= M k! où ϕ est continue et sommale sur car z ρ >. 3) Théorème de sommation terme à terme k z x e x = Me x ρ z ρ = ϕ(x) L intervalle d intégration est une nouvelle fois quelconque mais le théorème s énonce uniquement en terme de séries de fonctions. Théorème de sommation terme à terme. Soit un intervalle quelconque et (u n ) n une suite d alications définies sur et à valeurs dans C telles que : les u n sont continues ar morceaux et sommales sur ; la série n u n converge simlement sur et sa somme S est continue ar morceaux sur ; la série u n (x) dx est convergente. n Alors la fonction S est sommale sur et u n (x) dx = u n (x)dx. Exemle 8 : on eut rerendre l exercice récédent. On fixe z tel que z < R et on ose u n (x) = a n n! (zx)n e x our tout n N et our tout x. Les u n sont clairement continues et sommales sur =[, [ et la somme de la série est l alication x F (zx), qui est continue sur. Comme u n (x) dx = a n z n est le terme général d une série convergente, le théorème de sommation terme à terme s alique et on retrouve l égalité F (zx) e x dx = f(z).

6 4) ntégrale déendant d un aramètre Théorème de continuité. Soit A un artie d un evn de dimension finie, un intervalle quelconque et f : A C tels que : our tout x A, t f(x, t) est continue ar morceaux sur ; our tout t, x f(x, t) est continue sur A ; il existe une alication ϕ : R + continue ar morceaux et sommale sur telle que (x, t) A, f(x, t) ϕ(t) Alors la fonction F : x f(x, t)dt est définie et continue sur A : a A, lim f(x, t)dt = lim f(x, t) dt. x a x a Exemle 9 : la fonction F : (x, y) cos(tx + t 2 y) +t 2 dt est définie et continue sur R 2. Théorème de dérivailité. Soient A et deux intervalles quelconques et f : A C tels que : our tout x A, t f(x, t) est continue ar morceaux et sommale sur ; our tout t, x f(x, t) est de classe C sur A ; our tout x A, t f (x, t) est continue ar morceaux sur ; x il existe une alication ψ : R + continue ar morceaux et sommale sur telle que (x, t) A, f (x, t) x ψ(t) Alors la fonction F : x f(x, t)dt est définie et de classe C sur A avec : Exemle : la fonction Γ:x a A, F (a) = f(x, t) =e t t x Γ (x) = Γ 2 (x) = f (x, t)dt. x e t t x dt est de classe C sur ], [. En effet, notons our t> et x>, e t t x dt our tout x> e t t x dt our tout x> Pour A =[a, [ ], [ et =], ], le théorème s alique avec la domination : t ], ], x a, f (x, t) x ln t ta e t. On en déduit que Γ est de classe C sur chaque [a, [, donc sur ], [, avec x >, Γ (x) = ln te t t x dt.

7 De même, le théorème s alique our A =],] ], [ et =[, [ avec la domination : t, x ],], f (x, t) x ln t t e t. et Γ 2 est de classe C sur chaque ],], donc sur ], [, avec x >, Γ 2(x) = ln te t t x dt. La fonction Γ est ainsi de classe C sur ], [, avec x >, Γ (x) = ln te t t x dt. En utilisant les dominations k N, t ], ], x a, k f (x, t) xk ln t k t a e t k N, t, x ],], k f (x, t) xk ln t k t e t une récurrence élémentaire montre ensuite que Γ est de classe C sur ], [ avec k, x >, Γ (x) = (ln t) k e t t x dt.

8 Théorèmes d échange de sommes infinies (Fuini discret) Si (u,q ),q N est une famille de nomres comlexes indexée ar N 2 telle que : our tout N, lasérie u,q est asolument convergente ; q la série u,q est convergente ; q= alors u,q = u,q, toutes les séries intervenant dans cette égalité étant asolument = q= convergentes. q= = Exemle : soit f : z = a z la somme d une série entière de rayon R>. Fixons z comlexe tel que z <R. On a alors, our h comlexe tel que h <R z : f(z + h) = a (z + h) = a z q q h q = = où nous avons osé α,q = a q alors facilement : = q= = α,q z q h q si q et α,q =sinon. Le théorème de Fuini s alique our N, lasérie q α,q est asolument convergente (c est en fait une somme finie) ; q= our tout N, q= α,q = q= d une série convergente, uisque z + h <R. Nous ouvons donc écrire : f(z + h) = α,q = q= = a z q q h q = a ( z + h ) et ceci est le terme général q= a q =q z q h q = q= a q =q z q q ce qui rouve que f est déveloale en série entière au voisinage de z, et que le déveloement otenu est valide sur le disque de centre z et de rayon R z (qui est le rayon maximal ermettant au disque de rester contenu dans le disque de définition de f). On remarquera que l on retrouve la série de Taylor (formelle) de f en z,uisque: q N, q = f (q) (z ). q! Exemle 2 : soit f : z = h q a z la somme d une série entière de rayon R>. L alication g : z f(z + z 2 ) est alors définie et déveloale en série entière au voisinage de. En effet, notons r la racine strictement ositive de l équation X + X 2 = R (ar convention r = si R =). Fixons alors z tel que z <r. Nous avons : g(z) = = a z ( + z) = = a z +n = n Comme dans l exemle récédent, nous avons : 2 = q= a z q q

9 our N, lasérie our tout N, 2 q= 2 q= a z q est convergente (c est une somme finie) ; q a z q = a q z ( + z ). Comme z ( + z ) <r( + r) =R, cette quantité est le terme général d une série convergente. Nous ouvons donc écrire, en notant la fonction artie entière suérieure : q g(z) = a z q = a q q= N q 2 q= =q/2 z q q

10 Théorèmes d échange intégrale - intégrale (Fuini continu) ) ntégrale d une fonction continue sur un avé Si f : [a, ] [c, d] C est continue, alors : d f(x, y)dx dy = d a c c a f(x, y)dy dx et cette valeur commune est, ar définition, l intégrale doule de f f(x, y)dx dy. [a,] [c,d] sur [a, ] [c, d], notée 2) ntégrale d une fonction continue sur un roduit d intervalles Soient et J deux intervalles et f : J C continue. si f est à valeurs réelles ositives, on dit que f est sommale sur J s il existe un réel M tel que : [a, ] [c, d] J, f(x, y)dx dy M Si f est sommale sur J, on définit alors : f(x, y)dx dy = J su [a,] [c,d] J [a,] [c,d] [a,] [c,d] f(x, y)dx dy si f est à valeurs réelles, on dit que f est sommale sur J si f + et f le sont et on ose alors : f(x, y)dx dy = f + (x, y)dx dy f (x, y)dx dy J J si f est à valeurs comlexes, on dit que f est sommale sur J si Re(f) et m(f) le sont, ce qui revient à dire que f est sommale sur J, et on ose alors : f(x, y)dx dy = Re(f(x, y)) dx dy + i m(f(x, y)) dx dy J J J J Soient et J deux intervalles et f : J C continue et sommale sur J. Si l on a : our tout x, la fonction y f(x, y) est sommale sur J ; la fonction x f(x, y)dy est continue ar morceaux et sommale sur ; alors J J f(x, y)dy dx = J f(x, y)dx dy.

11 3) Théorème de Fuini Soient et J deux intervalles et f : J C continue. Si l on a : f est continue et sommale sur J ; our tout x, la fonction y f(x, y) est sommale sur J ; la fonction x f(x, y)dy est continue ar morceaux et sommale sur ; J our tout y J, la fonction x f(x, y) est sommale sur ; la fonction y f(x, y)dx est continue ar morceaux et sommale sur J ; alors J f(x, y)dy dx = J f(x, y)dx dy.

Définition d une norme

Définition d une norme Définition d une norme Définition E est un K-ev. L application N : E R + est une norme sur E ssi 1. x E, N(x) = 0 x = 0. 2. k K, x E, N(k.x) = k N(x). 3. x, y E, N(x + y) N(x) + N(y) Notation N,. Propriété

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

EMLyon 2011 - Corrigé

EMLyon 2011 - Corrigé EMLyon - Corrigé Partie I. Soit X une variable aléatoire suivant la loi E() ; une densité de X est : f(x) = { si x < e x si x et E(X) = et V (X) =.. (a) Soit n N ; n E(S n ) = E(X k ) = n par linéarité

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2013-2014. TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé

Intégration et probabilités ENS Paris, 2013-2014. TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé Intégration et probabilités NS Paris, 23-24 TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé xercices à préparer du TD 4 xercice. (Partiel 27 Soit (,,µ un espace mesuré et f : + une fonction mesurable.. On suppose

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

3 Equations de Laplace et de Poisson

3 Equations de Laplace et de Poisson 3 Equations de Laplace et de Poisson 3. Formule d intégration par parties Soit un domaine borné à bord régulier de classe C. On note ν = ν(x) le vecteur normal extérieur au point x. Pour toutes fonctions

Plus en détail

Oral 1 : Leçon 63 Transformée de Laplace. CAPES externe

Oral 1 : Leçon 63 Transformée de Laplace. CAPES externe Oral : Leçon 63 Transformée de Lalace. CAPES externe. Subi Nicolas Année 2 Plan Définition. Définition.....................................................2 Transformées usuelles.............................................

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N Agrégation Interne Esaces L Produit de convolution Transformation de Fourier On ourra revoir les oints de cours suivant : intégrales définies et généralisées ; théorème de convergence dominée, théorèmes

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Ó Ø Ó Ö ¾¼½ PSI Aurélien Monteillet ii Ce document contient les notes d un cours de mathématiques pour la classe de PSI. Les démonstrations non exigibles ou hors programme sont explicitement

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Espaces vectoriels normés MP

Espaces vectoriels normés MP Espaces vectoriels normés MP 27 décembre 2012 Faites des dessins Table des matières 1 Espaces vectoriels normés 3 1.1 Normes, espaces normés................................. 3 1.2 Normes dans les espaces

Plus en détail

Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct

Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct Exercice VI. Ch6-Exercice Montrer par récurrence que En déduire que puis que k =,,..., n, d k dx k xn = n(n ) (n + k)x n k, d n dx n xn = n! d k dx k xn =

Plus en détail

Exercice 3.1.1 Si f est une fonction continue sur [0, 1], montrer que l équation différentielle

Exercice 3.1.1 Si f est une fonction continue sur [0, 1], montrer que l équation différentielle Chapitre 3 FORMULATION VARIATIONNELLE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 3.. Si f est une fonction continue sur [, ], montrer que l équation différentielle { d 2 u = f pour < x < dx 2 (3.) u() = u() =.

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Chp. 9. Convexité Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction numérique partout définie sur C. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Définition

Plus en détail

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL Dans ce qui suit on adopte les notations suivantes : désigne une constante universelle h = π = 6,60 34 Joules par seconde est la constante

Plus en détail

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

Intégrales curvilignes.

Intégrales curvilignes. Chapitre 1 Intégrales curvilignes. 1.1 Généralités 1.1.1 Courbes paramétrées dans le plan. Motivations, exemples. L exemple basique de courbe est la trajectoire décrite par un objet assimilée à un point

Plus en détail

CONCOURS D'ADMISSION 1999 MATHÉMATIQUES. PREMIÈRE ÉPREUVE FILIÈRE PSI (Durée de l'épreuve : 3 heures) L'emploi de la calculette est interdit.

CONCOURS D'ADMISSION 1999 MATHÉMATIQUES. PREMIÈRE ÉPREUVE FILIÈRE PSI (Durée de l'épreuve : 3 heures) L'emploi de la calculette est interdit. 99 MATH. I - PSI ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE

Plus en détail

Chapitre 7. Espaces L p. 7.1 Définition des espaces L p Définitions et exemples. On fixe un espace mesuré (X, A, µ).

Chapitre 7. Espaces L p. 7.1 Définition des espaces L p Définitions et exemples. On fixe un espace mesuré (X, A, µ). Chaitre 7 Esaces L 71 Définition des esaces L On fixe un esace mesuré (, A, µ) 711 Définitions et exemles Définition 711 Soit 1 < + On dénote ar L (, A, µ) l ensemble des fonctions mesurables f : C telles

Plus en détail

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé n o 1 *I : 1 Soit P E. Si on pose P = + a k X k, il existe n N tel que k > n, a k =. Donc P = { k= P k } Sup k!, k N = Max{

Plus en détail

EMLYON 2015 S. Éléments de correction

EMLYON 2015 S. Éléments de correction EMLYON 15 S Éléments de correction ECS Lycée La ruyère, Versailles Année 1/15 Premier problème Première partie 1. On peut vérifier le critère de sous-espace vectoriel E et, pour P 1, P E et λ R, λp 1 +

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

f(z) = u(x, y) + i v(x, y),

f(z) = u(x, y) + i v(x, y), Université A/MIRA de Béjaia 27 mai 202 Faculté de la Technologie Département ST 2 Examen de Maths 5 Exercice points En utilisant les paramétrisations, montrer que l on a : z 2 dz = 0, où est la courbe

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R TOPOLOGIE 1) DISTANCE, ESPACES MÉTRIQUES a : distances : d'après le cours de M. Nicolas Tosel professeur en MP* au Lycée du Parc, Lyon Année 2004 2005 une distance est une application d de E dans R + telle

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Chapitre : Fonctions convexes

Chapitre : Fonctions convexes Chapitre : Fonctions convexes I Définition Définition 1 Soit f : I R une fonction continue où I un intervalle de R On dit que f est une fonction convexe si (x, y I 2, λ [0, 1], f(λx + (1 λy λf(x + (1 λf(y

Plus en détail

Master de Mathématiques M1 Analyse fonctionnelle Examen du 16 juin 2011 1 - durée : 3h

Master de Mathématiques M1 Analyse fonctionnelle Examen du 16 juin 2011 1 - durée : 3h Master de Mathématiques M1 Analyse fonctionnelle Examen du 16 juin 2011 1 - durée : 3h - Le seul document autorisé est un résumé manuscrit du cours de trois pages maximum. - Les téléphones portables et

Plus en détail

Espaces vectoriel normés

Espaces vectoriel normés Espaces vectoriel normés 1) Normes a) Dé nition : K R ou C. Une norme sur un K-ev E est une application E! R x 7! kxk véri ant : i) 8 x 2 E; kxk 0 et kxk 0, x 0 (vecteur nul). ii) 8 x 2 E; 8 2 K kxk jj

Plus en détail

Euler 2D dans des domaines non réguliers

Euler 2D dans des domaines non réguliers Christophe Lacave Université de Paris Diderot (Paris VII), France partiellement en collaboration avec David Gérard-Varet (Paris VII) Math Horizon, Paris, 13 Décembre 2011 1 / 42 Plan de l exposé 1 Solution

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

A. Notion d intégrale double

A. Notion d intégrale double UT ORSAY Mesures Physiques ntégrales doubles Calcul d aires et de volumes Cours du ème semestre A Notion d intégrale double A- omaine quarrable On suose que le lan est muni d un reère orthonormé ( O; i;

Plus en détail

Banque d'exercices pour l'épreuve orale de mathématiques de la lière MP des concours communs polytechniques

Banque d'exercices pour l'épreuve orale de mathématiques de la lière MP des concours communs polytechniques Banque d'exercices pour l'épreuve orale de mathématiques de la lière MP des concours communs polytechniques A cette épreuve, les élèves ont deux exercices à résoudre. Le premier, noté sur 8 points, porte

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau.

Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau. Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau. Gilles arbou.m.l.a Ecole Normale Supérieure de achan 61, avenue du Président Wilson 9435 achan edex Résumé. - On étudie les solutions

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24)

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24) Espaces de Sobolev Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002 medp-sobolevtex (2001nov24) Sauf mention explicite du contraire, toutes les fonctions considérées seront à valeurs réelles

Plus en détail

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < +

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Chapitre 6 Les espaces L p 6.1 Définitions et premières propriétés 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Soient (E, T,m) un espace mesuré, 1 p < + et f M = M(E, T) (c est-à-dire f : E R, mesurable). On remarque

Plus en détail

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math Espces métriques, espces vectoriels normés Tewfik Sri L2 Mth Avertissement : ces notes sont l rédction, progressive et provisoire, d un résumé du cours d espces métriques de d espces vectoriels normés

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Intégrales sur un intervalle

Intégrales sur un intervalle CHAPTRE 2. NTÉGRALES SUR UN NTERVALLE Chapitre 2 ntégrales sur un intervalle 2.1 Préparation 2.1.6 L objectif de ce cours est de généraliser la notion d intégrale d une fonction sur un segment, à des intervalles

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Produits de Petersson de formes modulaires associées aux valeurs de fonctions L

Produits de Petersson de formes modulaires associées aux valeurs de fonctions L de Bordeaux 14 2002, 171 185 Produits de Petersson de formes modulaires associées aux valeurs de fonctions L ar Lionel FOURQUAUX Résumé. Considérons les formes linéaires f Lf, χ, 1 sur l esace vectoriel

Plus en détail

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3.

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3. Mathématiques Devoirs de Vacances MPSI/PCSI août 5 Partie I : Manipulation d inégalités Eercice Soit m un réel Déterminer l'ensemble E des réels tels que e + e l'ensemble E des réels tels que (m + + m

Plus en détail

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique c M Dunseath-Terao - Master 1 de Physique UR1 2006 2007 1 Complément 1 Le moment cinétique 1.1. Le moment cinétique en mécanique classique L équation du mouvement d un corps en rotation en mécanique classique

Plus en détail

Analyse de Fourier. Sylvie Benzoni 1. 1 er juillet 2011. 1 Université de Lyon / Lyon 1 / ICJ, benzoni@math.univ-lyon1.fr

Analyse de Fourier. Sylvie Benzoni 1. 1 er juillet 2011. 1 Université de Lyon / Lyon 1 / ICJ, benzoni@math.univ-lyon1.fr Analyse de Fourier Sylvie Benzoni 1 1 er juillet 211 1 Université de Lyon / Lyon 1 / ICJ, benzoni@math.univ-lyon1.fr 2 Table des matières I Séries de Fourier 5 1 Introduction....................................

Plus en détail

Cours Statistiques L2 Université Nice Sophia-Antipolis. François Delarue

Cours Statistiques L2 Université Nice Sophia-Antipolis. François Delarue Cours Statistiques L2 Université Nice Sophia-Antipolis François Delarue Table des matières Chapitre 1. Rappels de Probabilités 5 1. Espaces de probabilité et Variables aléatoires 5 2. Espérances et variances

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

Seconde Partie. Cours de Mathématiques. Semestre

Seconde Partie. Cours de Mathématiques. Semestre Année 2009-2010 ntégration et Probabilités Seconde Partie Cours de Mathématiques Takéo Takahashi Première Année FICM Semestre Table des matières 5 Indépendance et Convolution 3 5.1 Indépendance..............................................

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour L / Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire USTV M Analyse numérique G FACCANONI Dernière mise-à-jour Jeudi mai Avertissement : ces notes sont régulièrement mises à jour et corrigées, ne vous étonnez

Plus en détail

TD3. Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz. f (s,y(s))ds.

TD3. Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz. f (s,y(s))ds. Analyse fonctionnelle A. Leclaire - L. Magnis ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016 TD3 Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz Soient I un intervalle de, E un espace de Banach et f :

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS 1 Définition et exemples fondamentaux 1.1 Définition Définition 1.1 Espace vectoriel Soient K un corps et E un ensemble muni d une loi interne + et d une loi externe. i.e. d une application

Plus en détail

Distributions et applications. S 1925

Distributions et applications. S 1925 Distributions et applications. S 1925 Olivier Lafitte 12 1 Université de Paris XIII, Institut Galilée, 93 43 Villetaneuse Cedex 2 DM2S, Commissariat à l Energie Atomique, Centre d études de Saclay, 91

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Autour de Perron, Frobenius et Markov

Autour de Perron, Frobenius et Markov Université Claude Bernard Lyon 1-2007/2008 Préparation Capes - Algèbre et Géométrie - Devoir à rendre le 12 février 2008 - Autour de Perron Frobenius et Markov Rappels et notations On note M mn (K) le

Plus en détail

Un corrigé du concours Centrale-supélec Math-II- 2014. C k n cos n k (θ)i k sin k (θ).

Un corrigé du concours Centrale-supélec Math-II- 2014. C k n cos n k (θ)i k sin k (θ). Centrale-suélec 014 Un corrigé du concours Centrale-suélec Math-II- 014 Filière MP Proosé ar Mr : HAMANI Ahmed I- Définitions et roriétés usuelles I-A Polynômes de remière esèce I-A-1 Les olynômes T 0,

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée...

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée... Maths PCSI Cours Table des matières Espaces euclidiens 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition...................................... 2 1.2 Exemples fondamentaux.............................. 2 1.3 Cauchy-Schwarz..................................

Plus en détail

Mines MP 2004, Maths 1

Mines MP 2004, Maths 1 MP 933 & 934 evoir à la Maison n o 8 Corrigé Mines MP 24, Maths Première partie Variations de la fonction ϕ. On a bien évidemment, au voisinage de : Arctant t et e πt πt, donc ϕ(t) t + /π : On peut donc

Plus en détail

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006 ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS N désigne l effectif d une population isolée. dn(t) dt MODÈLE DE MALTHUS (1766-1834) dn(t)

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES Topologie Générale Philippe Charpentier Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01 PHILIPPE CHARPENTIER UNIVERSITÉ BORDEAUX I LABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES PURES 351,

Plus en détail

Distributions de plusieurs variables

Distributions de plusieurs variables de plusieurs variables Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 8 mai 2008 1. conjointes 1 Comment généraliser les fonctions de probabilité et de densité à plus d une variable aléatoire?

Plus en détail

RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES

RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES ENSEMBLES DE NOMBRES ENSEMBLES,,,ET: On rappelle que : désigne l ensembleprivé de 0 idem pour, et, + désigne l ensemble des réels positifs ou nuls et l ensemble des

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω.

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω. [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1 Probabilités Tribu Exercice 5 [ 04006 ] [correction] Soit Ω un ensemble infini et une famille de arties de Ω vérifiant n m A m = et = Ω Exercice

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé Résumé du cours d nlyse de Sup et Spé 1 Topologie 1.1 Normes, normes équivlentes Une norme sur le K-espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x) 0 (positivité) x E, (N(x) = 0 x

Plus en détail

MAT Introduction à l analyse réelle. Feuille d exercices #9 : Espaces de Lebesgue

MAT Introduction à l analyse réelle. Feuille d exercices #9 : Espaces de Lebesgue MAT 311 016 Introduction à l analyse réelle Feuille d exercices #9 : Esaces de Lebesgue Exercice 1. Soient f et g des fonctions mesurables, ositives, définies sur ]0, 1[ et telles que f(x) g(x) 1.. sur

Plus en détail

Techniques d Analyse par les Méthodes de Lyapunov (suite)

Techniques d Analyse par les Méthodes de Lyapunov (suite) Techniques d Analyse par les Méthodes de Lyapunov (suite) Analyse et Commande des Systèmes Non Linéaires Cours SM II () Enseignant: Dr. Ph. Müllhaupt 1 / 24 Leçon 5 1 Désavantage de la définition de la

Plus en détail

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Chapitre 1 Topologie 1.1 Espaces topologiques 1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Définition 1 (Topologie) Une topologie T sur l ensemble X est une partie T P (X) vérifiant : L ensemble vide

Plus en détail

Inde, avril 2014, exercice 1

Inde, avril 2014, exercice 1 Sujet 1 Inde, avril 2014, exercice 1 4 points Dans cet exercice, sauf indication contraire, les résultats seront arrondis au centième. 1 La durée de vie, exprimée en années, d un moteur pour automatiser

Plus en détail

COURS OPTIMISATION. Cours en Master M1 SITN. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS OPTIMISATION. Cours en Master M1 SITN. Ionel Sorin CIUPERCA COURS OPTIMISATION Cours en Master M1 SITN Ionel Sorin CIUPERCA 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Quelques rappels de calcul différentiel, analyse convexe et extremum 5 2.1 Rappel calcul différentiel............................

Plus en détail

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 3-8- 213 J.F.C. Eve p. 1 ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 P mentionne des résultats particulièrement utiles et souvent oubliés dans la pratique de l algèbre bilinéaire... mentionne des erreurs à ne pas faire où des

Plus en détail

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier François Brunault Exposé au séminaire de mathématiques pures, Université de Clermont-Ferrand, mardi 15 novembre 25 Les courbes elliptiques sont

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale Licence Science de la Mer et de l Enironnement Physique Générale Chaitre 3 :ransformations réersibles d un gaz arfait ransformation d un gaz arfait Par exemle, on enferme le gaz dans un cylindre de section

Plus en détail

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants :

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants : Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo Un peu de topologie Enseignants : F. Golse (golse@math.polytechnique.fr), Y. Laszlo (laszlo@math.polytechnique.fr), C. Viterbo (viterbo@math.polytechnique.fr)

Plus en détail

SUR QUELQUES REPRÉSENTATIONS MODULAIRES ET p-adiques DE GL 2 (Q p ) I. par. Christophe Breuil

SUR QUELQUES REPRÉSENTATIONS MODULAIRES ET p-adiques DE GL 2 (Q p ) I. par. Christophe Breuil SUR QUELQUES REPRÉSENTATIONS MODULAIRES ET -ADIQUES DE GL 2 (Q ) I ar Christohe Breuil Résumé. Soit un nombre remier et F un cors local comlet de cors résiduel fini de caractéristique. En 993, Barthel

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Rapport de Recherche. 1 Estimation fonctionnelle en temps continu. 1.1 Vitesses de convergence pour l estimateur à noyau. (D. Blanke - Mars 2008)

Rapport de Recherche. 1 Estimation fonctionnelle en temps continu. 1.1 Vitesses de convergence pour l estimateur à noyau. (D. Blanke - Mars 2008) Rapport de Recherche (D. Blanke - Mars 2008) L essentiel de mes activités de recherche porte sur l estimation fonctionnelle ou paramétrique pour des processus. L ensemble de ces travaux peut se diviser

Plus en détail