Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage"

Transcription

1 Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l est pas dans différents domaines : aspect technique, environnemental, organisation du travail, ressources monétaires et gestion financière. Pour cela, vous reprenez les atouts et les contraintes les plus significatives que vous avez mis en évidence dans ce rapport et dans votre dossier technique. Dans chaque diagnostic, vous vous aiderez du diagnostic de durabilité du RAD-CIVAM. Ce diagnostic doit se présenter sous forme d un texte! Pas de tableau synthétique! Après une reprise des certains éléments de votre analyse de votre rapport, vous présentez le tableau de durabilité CIVAM. Vous concluez par un commentaire avec des propositions ou des pistes d amélioration. A - Durabilité économique Indicateur Résultats Points - Efficacité économique EBE / Produit brut - Dépendance fourragère Achats aliments / Charges d alimentation 3- Taux de spécialisation Produit atelier / Produit brut (hors prime) 4- Contraintes structurelles Charges structure / Produit brut (hors ammort) 5- Sensibilité aux aides Primes / EBE 6- Dépendance financière Annuités / EBE Total des points sur 30 (6x5) : Critères Indicateurs Efficacité économique EBE / Produit brut Dépendance fourragère Achats / Charges d alimentation 3 Taux de spécialisation Produit atelier / Produit brut 4 Contraintes structurelles Charges struct. / Produit brut 5 Sensibilité aux aides Primes / EBE 6 Dépendance financière Annuités / EBE (hors prime) (hors ammort) 0 < 0 % > 95 % > 80 % > 75 % > 85 % > 60 % 0 à 5 % 90 à 95 % 75 à 80 % 68 à 75 % 70 à 85 % 50 à 60 % 5 à 30 % 85 à 90 % 70 à 75 % 6 à 68 % 55 à 70 % 40 à 50 % 3 30 à 35 % 80 à 85 % 65 à 70 % 56 à 6 % 40 à 55 % 30 à 40 % 4 35 à 40 % 75 à 80 % 60 à 65 % 50 à 6 % 5 à 40 % 0 à 30 % 5 > 40 % < 75 % < 60 % < 50 % < 40 % < 0 %

2 B - Durabilité sociale Indicateur Résultats Points Occupation du territoire SAU / actifs / 5 Qualité de vie Estimation de la qualité de vie. / 0 Viabilité socio-écon Revenu disponible/ actif en % de Smic / 5 Transmissibilité Capital d exploitation/actif / 5 Multi-activité Place des activités non directement liées à la production agricole / 5 Total des points sur 30 : er critère : Occupation du territoire SAU / actifs > à 40 ha 0 De 40 à 35 ha De 35 à 30 ha De 30 à 5 ha 3 De 5 à 0 ha 4 < à 0 ha 5 Exprime la répartition des moyens de production sur le territoire. ème critère : Qualité de vie La note a indiqué dans le tableur est la somme des deux sous-indicateurs ci-dessous (note sur 0) Qualité de vie (travail et privée) Points Ce critère subjectif est en auto-évaluation. En effet, la notion de qualité de vie n est pas la même pour tout le monde. L agriculteur s attribue une note en précisant des mots clés associés à la qualité de vie. Par qualité de vie, on peut considérer le nombre et la fréquence des vacances, les conditions et le temps de travail, la situation géographique de la ferme, le stress Si plusieurs actifs, estimer une moyenne. Qualité de vie Continuité de se former (lecture professionnelle, formation, groupe d échanges) 0 à 3 Disponibilité au travail 0 à 3 Participation à la vie professionnelle agricole (CUMA, OPA, syndicats de promotion, de défense) 0 à 3 Possibilité de travailler en entraide 0 à 3 Accueil de public sur la ferme 0 à 3 Participation à la vie sociale de votre territoire 0 à 3 Total des points (5 points maximum) 0 à 3 Moyenne sur 5 = Total / 3 A chaque question, il est possible d attribuer 0,, ou 3 points en fonction de l importance pour l agriculteur

3 3 ème critère : Viabilité socio-économique Traduit l efficacité économique d une heure de travail Revenu < à 0,4 SMIC 0 comparée au SMIC. Faire attention aux comparaisons disponible / 0,4 à 0,8 SMIC hâtives actif en % du 0,8 à, SMIC Néanmoins, ce critère a le mérite de poser la question SMIC, à,6 SMIC 3 du temps de travail qui n est pas toujours prise en,6 à SMIC 4 compte > SMIC 5 Revenu disponible = EBE - annuités long et moyen terme. 4 ème critère : Transmissibilité Capital d exploitation (hors foncier) par actif > à 90 K 0 60 K à 90K 30 K à 60 K 00 K à 30 K 3 70 K à 00 K 4 < à 70 K 5 Traduit l évaluation du montant de la reprise pour un éventuel repreneur. 5 ème critère : Multi-activité Indicateurs Valorisation et entretien du patrimoine bâti Production à la ferme et transformation Accueil touristique Vente directe Ouverte au territoire : accueil de scolaires, de groupes agricoles, portes ouvertes Total des points Points Traduit la place des activités qui ne sont pas directement liées à la production agricole. Faire le total des points pour obtenir la note sur 5 avec si oui = point et si non = 0 point. 3

4 C - Durabilité environnementale Précisez la situation environnementale de l exploitation : Situation de l exploitation : Zone vulnérable Zone Natura 000 Périmètre de captage d eau Ruisseaux, rivière ou fleuve, pisciculture, lieux de baignade Proximité lotissement, villas, MAE : Mesures Agri-Environnementales signées sur l exploitation Régime de l exploitation : Règlement sanitaire départemental (R.S.D) Installation classée à déclaration ou à autorisation Aidez-vous du tableau des Principales bonnes et mauvaises pratiques agricoles (document joint). Evaluer et garder les principales pratiques existantes sur l exploitation et indiquer les risques sur l environnement. Intégrer maintenant les critères de durabilité : Indicateur Résultats Points - Bilan des minéraux Unités N / ha de SAU - Linéaire de haies Linéaire de haies / ha SAU 3- Biodiversité Analyse des pratiques 4- Gestion des sols % sol nu et gestion de l assolement 5- Ecoulements et pollution Ecoulements et pression de pesticides 6- Dépendance énergétique Consommation énergétique / SAU Total des points sur 30 : er critère : Bilan des minéraux ou apparent S aider du document de calcul du bilan Traduit l importance globale des excédents d azote par un bilan > 00 0 Unités entre les entrées et les sorties. 80 à 00 Bilan des minéraux = entrées (engrais organiques et minéraux, d azote par 60 à 80 concentrés, achats d animaux, fixation par légumineuses, ha de SAU 40 à 60 3 fourrages grossiers) - sorties (produits laitiers, viandes ou 0 à 40 4 cultures, fourrages grossiers, engrais organiques). < 0 5 Il faut ajouter au résultat 0 N liés aux dépôts atmosphériques. ème critère : Linéaire de haies Linéaire de haies en mètres par ha de SAU < à 0 m 0 0 m à 40 m 40 m à 60 m 60 m à 80 m 3 80 m à 00 m 4 > à 00 m 5 Traduit la place occupée par les haies sur la ferme ou maillage bocager. Dans le calcul du linéaire, intégrer les haies en limites de propriété, mais diviser leur longueur par deux. Pour les bosquets calculer le périmètre. 4

5 3 ème critère : Biodiversité Barème Présence de bandes interculturales Création de talus Désherbage mécanique des haies Analyse des Utilisation d essences locales ou rares ou en voie de disparition pratiques Pas de culture d OGM sur la Préservation des zones humides biodiversité Présence de races animales locales menacées Présence d espèces végétales anciennes dans l assolement Fauche tardive des jachères et/ou des bandes inter culturales Pas d ensemble (îlot) de cultures supérieur à 6 ha Somme sur 5 Points A chaque question, OUI = 0,5 NON = 0 4 ème critère : Gestion des sols Ce critère se calcule en faisant la somme des sous-indicateurs ci-dessous. Traduit l importance du lessivage et de l érosion. > à 0 % 0 Enlever un point si labour supérieur à 5 cm de profondeur % de 5 % à 0 % 0,5 sauf pour les terres argileuses > à 35% d argile. surface en 0 % à 5 % Si une culture annuelle revient plus de années consécutives sol nu / 5 % à 0 %,5 sur la même parcelle, enlever point au résultat SAU 0 % à 5% Un sol nu après ensilage de maïs est à considérer comme sol 0 %,5 nu. % de la même culture dans la surface assolée (hors PN) > à 30 % 0 5 % à 30 % 0,5 0 % à 5 % 5 % à 0 %,5 0 % à 5% < à 0 %,5 Ce critère permet de mieux appréhender la gestion culturale de l exploitation (surface assolée = SAU - prairies naturelles) Rajouter point si au moins 50 % des prairies contiennent des légumineuses. Si le système est en tout herbe, mettre 5 points. 5 ème critère : Gestion des écoulements et Pression polluante Ce critère se calcule en faisant la somme des sous-indicateurs ci-dessous. Indicateurs Points Traduit l importance accordée à la Abreuvement direct au ruisseau gestion des écoulements (déjections Analyse et Ecoulement des jus (ensilage, lisier, animales, laiteries, produits phytos) présence des fumier) et aux pratiques respectueuses de écoulements Ecoulement des eaux vertes et blanches l environnement. Parcelles «parking» ou de nuit Absence de local «phyto» aux normes A chaque question, OUI = 0 et NON = 0,5 Surface traitée / SAU hors prairies naturelles > ou = à 0 0,75 à 0,5 0,5 à 0,75 0,5 à 0,5,5 0 à 0,5 0,5 Traduit un degré de pollution induit par la quantité de pesticides épandus sur la ferme (insecticide, fongicide, herbicide) : - ha traité n fois = n ha ; ha traité à ½ dose = /n ha, - Un traitement avec types de produits mélangés compte pour traitements, - Si utilisation de semences traitées ou de traitements localisés sur le rang, compter ½ ha la surface traitée. 5

6 6 ème critère : Dépendance énergétique Ce critère permet d évaluer les consommations d énergie fossile, directe (fioul, gaz, électricité) et indirecte (alimentation, plastiques, engrais). Nature de l'intrant énergie dépensée énergie dépensée Nature de l'intrant par unité par unité Fioul = cuve + CUMA + ETA,4 EQF/litre Concentrés - farine 0, EQF/kg Electricité 0,7 EQF/kWh Concentrés - granulés 0,0 EQF/kg Engrais azoté,47 EQF/U Poudre de lait, EQF/kg Tourteau de soja 0,6 EQF/kg Bâches ou enrubannage,7 EQF/kg Tourteau de colza ou tournesol 0,0 EQF/kg Indicateur Barème de notation Points Total EQF/ha > à 600 EQF 0 SAU 500 à 600 EQF 400 à 500 EQF 300 à 400 EQF 3 00 à 300 EQF 4 < à 00 EQF 5 Traduit la dépendance de la ferme par rapport aux énergies fossiles. 6

7 D - Diagnostic Technique Pour cela, vous reprenez les points forts et points faibles les plus significatifs que vous avez mis en évidence dans ce rapport. En 0-5 lignes, expliquer les principaux points forts / points faibles ou atouts / contraintes de l exploitation. Classez les en 3 domaines successifs : Diagnostic naturel, socio-éco, historique et capital - Climat, sol, amont aval. - Historique de l exploitation. - Foncier. - Bâtiments, installation, matériel et condition de travail. Diagnostic du système végétal - Valorisation, chargement et niveau de charges SFP. - Autonomie fourragère / achats. - Rendements et qualités des fourrages. - Entretien, protection. Diagnostic du système animal - Alimentation du troupeau. - Sélection du troupeau. - Prophylaxie sanitaire du troupeau. - Reproduction du troupeau. - Résultats techniques du troupeau. - Commercialisation des produits. - Prix de vente des produits. - Marge brute et son commentaire. En fonction de sa propre exigence et de ses critères, mettre une note d appréciation personnelle sur ce dossier technique. Utiliser une grille de notation personnelle. A titre d exemple : Naturel / 0 + Végétal / 0 + Animal / 0 Naturel / 5 + Végétal / 0 + Animal / 5 Naturel / 7 + Végétal / 8 + Animal / 5 Au final, la note doit être sur 30 points E - Diagnostic Global Economie Il est réalisé sous forme d un texte de 0-5 lignes, accompagné d un petit diagramme en étoile à 4 branches : économie, social, environnement et technique On compare tous les diagnostics aux finalités et objectifs Technique que s est fixée l exploitation (et qui apparaissent dans le schéma de fonctionnement) Les finalités : sont-elles atteintes? Oui ou non, pourquoi ou grâce à quoi? Les objectifs : sont-ils atteints? Environnement On fait le point sur l avenir de cette exploitation : souhaits et projets de l éleveur. Vont-ils résoudre les problèmes soulevés? On cite les limites d évolution du système actuel : capacité à emprunter, main d œuvre, incertitude PAC, prix, contraintes environnementales, motivation Social 7

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie

les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie S Y N T H È S E LORRAINE, ALSACE, CHAMPAGNE-ARDENNE les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie Programme cofinancé par l Union européenne

Plus en détail

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Nom : Prénom :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Il sera transmis aux organismes

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

Cartes paiements directs

Cartes paiements directs A N N E X E Cartes paiements directs Carte 1 Surface agricole utile des exploitations ayant droit aux paiements directs 2000 ha par exploitation 1

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014 Réforme de la PAC 2014-2020 Septembre 2014 1 Les éléments figurant dans ce diaporama sont ceux connus à la date de présentation (Septembre 2014) et peuvent encore évoluer pour certains en fonction des

Plus en détail

Réunion de présentation

Réunion de présentation Réunion d information Cahier des charges études A.A.C. Conseil Général de l Yonne, le 23 septembre 2013 SAtep Réunion de présentation Phase 2 à 4 de l étude De l étude de l occupation des sols à l évaluation

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostic Social de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES -1- Rappel dispositif BSV Dispositif cadré par la circulaire du 4 mars 2009 et complété par notes

Plus en détail

Infos éleveurs. Les aides équines en Picardie. Picardie. Lesquelles, pour qui, comment?

Infos éleveurs. Les aides équines en Picardie. Picardie. Lesquelles, pour qui, comment? Picardie Infos éleveurs Les aides équines en Picardie Lesquelles, pour qui, comment? Les productions équines, sont considérées comme des productions agricoles depuis 2005. A ce titre, les éleveurs d équidés

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Document unique IDEA diagnostic et projet d exploitation Dispositif régional d Intervention pour le Développement Economique des Entreprises Agricoles, aquacoles, de pêche et d exploitation forestière

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

AUTOGIAGNOSTIC du PROJET d INSTALLATION remplir par le porteur de projet

AUTOGIAGNOSTIC du PROJET d INSTALLATION remplir par le porteur de projet AUTOGIAGNOSTIC du PROJET d INSTALLATION remplir par le porteur de projet BP 80054 Chambre d agriculture du Gard 1120 Route de Saint Gilles 30023 Nîmes Cedex pai30@gard.chambagri.fr Cette fiche doit être

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Historique. GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE. Bovins lait, Agrotourisme, Diversification

Historique. GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE. Bovins lait, Agrotourisme, Diversification GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE Bovins lait, Agrotourisme, Diversification La ferme du Marigot est située sur la commune de La Fouillade, à proximité

Plus en détail

Logiciels et services AEI - ARSOE de DOUAI

Logiciels et services AEI - ARSOE de DOUAI 7 G e s t i o n d e L a b o r at o i r e d e S e m e n c e s B o v i n e s Outil informatique à destination des techniciens de Laboratoires de Semences Bovines permettant de gérer la taurellerie, la production

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : FRANCE REGION : Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau (Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau Nicolas Mayon (PNHSFA) 8 e Rencontre entre Acteurs de la Rivière Houffalize 17 octobre 2014 Impacts

Plus en détail

Compte-rendu Colloque 14 décembre 2012 «!Bois énergie et territoire!: développement local et pérenne!»

Compte-rendu Colloque 14 décembre 2012 «!Bois énergie et territoire!: développement local et pérenne!» Compte-rendu Colloque 14 décembre 2012 «!Bois énergie et territoire!: développement local et pérenne!» Le 14 décembre dernier s'est tenu au Centre des Congrès des Vieilles Forges (08500 Les Mazures) un

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Les Services de la Chambre d'agriculture

Les Services de la Chambre d'agriculture Les Services de la Chambre d'agriculture Dénomination du Service ATE (Aide Technique à l Épandage des effluents d élevage) Département PRODUCTIONS VÉGÉTALES Agent(s) en charge du dossier Emilie SAVOURAT

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Outils financiers 2014. 24 septembre 2013

Outils financiers 2014. 24 septembre 2013 Outils financiers 2014 24 septembre 2013 SOMMAIRE MESURES AGRI-ENVIRONNEMENTALES 2014 ET SUIVANTES PLAN VÉGÉTAL ENVIRONNEMENT 2014 MESURES 121 C2, 121 C5, 125 C, 221 ET 222 MISSIONS FINANCÉES SUR 2013

Plus en détail

Avec les Témoignages de chefs d entreprise

Avec les Témoignages de chefs d entreprise Énergie : l économiser, la produire! Avec les Témoignages de chefs d entreprise Énergie : l économiser, la produire! I- Le contexte énergétique II- Les économies d énergie III- Produire de l énergie renouvelable

Plus en détail

DIAGNOSTIC GLOBAL PREALABLE A L INSTALLATION Action réalisée avec le soutien financier du Conseil Régional Aquitaine CONTRAT LE CANDIDAT

DIAGNOSTIC GLOBAL PREALABLE A L INSTALLATION Action réalisée avec le soutien financier du Conseil Régional Aquitaine CONTRAT LE CANDIDAT DIAGNOSTIC GLOBAL PREALABLE A L INSTALLATION Action réalisée avec le soutien financier du Conseil Régional Aquitaine Euskal Herriko Laborantza Ganbara NOM et prénom CONTRAT LE CANDIDAT Date de naissance

Plus en détail

Nouvelle réglementation : des leviers pour la culture du soja?

Nouvelle réglementation : des leviers pour la culture du soja? Nouvelle réglementation : des leviers pour la culture du soja? Nathalie Gosselet - FOP 1 La nécessité d un plan protéines Un constat partagé : L UE et la France sont très déficitaires en matière riches

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte PRÉFET DE L'INDRE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service de la Politique Agricole et du Développement Rural Cité administrative Bd George Sand CS 60616 36020 CHATEAUROUX Cedex ARTICLE DDT 2014

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Mise en œuvre de la protection des cours d'eau

Mise en œuvre de la protection des cours d'eau Mise en œuvre de la protection des cours d'eau Christian Mulders et Marc Reuter, Direction du Développement Rural Herresbach, le 7 septembre 2012 Législation = ensemble des lois concernant un domaine particulier

Plus en détail

POINT INFO INSTALLATION DOCUMENT D AUTO DIAGNOSTIC

POINT INFO INSTALLATION DOCUMENT D AUTO DIAGNOSTIC POINT INFO INSTALLATION CHAMBRE D AGRICULTURE DE L INDRE 24 RUE DES INGRAINS 36022 CHATEAUROUX CEDEX Tél : 02-54-61-61-77 Mail : installation@indre.chambagri.fr DOCUMENT D AUTO DIAGNOSTIC Ce document est

Plus en détail

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques L avenir de la filière du lin oléagineux Français Un diagnostic interprofessionnel a été effectué en 2008 et 2009 sur la filière du lin oléagineux en France. Basé sur des enquêtes réalisées auprès des

Plus en détail

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales»

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Version du 10 février 2015 SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Sous-mesure : 10.1 paiement au titre d engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description

Plus en détail

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Si vous poursuivez la démarche d installation,

Plus en détail

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Réglementations applicables aux exploitations agricoles Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en élevage caprin Aspects réglementaires Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Réglementation

Plus en détail

Table des matières. Partie I : Introduction et méthodologie 1

Table des matières. Partie I : Introduction et méthodologie 1 Table des matières Partie I : Introduction et méthodologie 1 1. Introduction générale et portée de l étude 1 2. Hypothèses de base 3 3. Objectif de l étude 5 4. Le processus de recherche 6 4.1. Sélection

Plus en détail

Politique agricole 2014-17. Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral

Politique agricole 2014-17. Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral Politique agricole 2014-17 Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral Août 2012! Valentina Hemmeler Maïga, permanente syndicale! Responsable dossiers politiques agricoles et souveraineté alimentaire!

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin MATHIEU

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

«Outil d aide à la décision» Rendements Equivalents Bio / conventionnel

«Outil d aide à la décision» Rendements Equivalents Bio / conventionnel Journée e technique Grandes Cultures biologiques ITAB / Arvalis-Institut du Végétal «Outil d aide à la décision» «outil à palabres» Rendements Equivalents Bio / conventionnel Journée technique Grandes

Plus en détail

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir Les fermes bio bas-normandes enquêtées montrent qu elles sont efficaces et qu elles génèrent de la richesse. LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS CAMPAGNE 2-22

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

CER FRANCE ADHEO : la comptabilité se met au vert!

CER FRANCE ADHEO : la comptabilité se met au vert! Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109 CER FRANCE ADHEO : la comptabilité se met au vert! L Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109, membre du réseau CER FRANCE, a imaginé et développé

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES

COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES De la production jusqu à la gueule de l animal OBJECTIFS DE L ETUDE De nombreuses questions se posent sur la place nécessaire de l ensilage

Plus en détail

Références systèmes Bovins lait

Références systèmes Bovins lait Chambres d'agriculture -Contrôles laitiers- CAIAC- Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins lait Régions centre et Allier Détail des cas-types Tableau récapitulatif des principaux résultats Référentiel

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Suivi des observations des effets de pratiques agricoles de gestion des bordures de champs

Suivi des observations des effets de pratiques agricoles de gestion des bordures de champs Méthodes et outils pour l observation et l évaluation des milieux forestiers, prairiaux et aquatiques Suivi des observations des effets de pratiques agricoles de gestion des bordures de champs 1 Christophe

Plus en détail

Appel à projets 2015. Accompagner l investissement dans les exploitations agricoles. Cahier des charges

Appel à projets 2015. Accompagner l investissement dans les exploitations agricoles. Cahier des charges Appel à projets 2015 Programme de Développement Rural 2014-2020 Région Nord Pas de Calais Accompagner l investissement dans les exploitations agricoles Sous Mesures 04.01 et 04.04 Candidature à déposer

Plus en détail

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Investissements et productivité du travail Christophe Perrot département Economie de l Institut

Plus en détail

I. LE TERRITOIRE AUJOURD HUI

I. LE TERRITOIRE AUJOURD HUI DIAGNOSTIC DE LA CESSATION/TRANSMISSION ET DE L'INSTALLATION SUR LE TERRRITOIRE DU NORD AVEYRON I. LE TERRITOIRE AUJOURD HUI 1. Nombre d exploitations et d exploitants sur le territoire Le territoire compte,

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement

Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement Date de réception POINT INFO :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols Canalisation CUVILLY (60) VOISINES (52) page 1 SOMMAIRE Pages 1 Indemnités pour

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

BILAN DE SANTE DE LA PAC KAIN, 10.02.2009. José RENARD SPW DGARNE

BILAN DE SANTE DE LA PAC KAIN, 10.02.2009. José RENARD SPW DGARNE BILAN DE SANTE DE LA PAC KAIN, 10.02.2009 Bilan de santé de la PAC Plan de l exposé 1. Pourquoi un bilan de santé? Le contexte 2. Contenu du bilan de santé 3. Accord politique du 20 novembre 2008 4. Etat

Plus en détail

Du bilan énergétique au bilan carbone et plus si affinité

Du bilan énergétique au bilan carbone et plus si affinité Ministère de l Agriculture de la Pêche et de l Alimentation CFPPA - CFA 57, avenue Charles de Gaulle BP15 38261 la Côte Saint André Cedex tél: 4 74 2 44 66 PSP Développement durable Du bilan énergétique

Plus en détail

Présentation du zonage et des orientations d aménagement

Présentation du zonage et des orientations d aménagement Commune de YMARE Plan Local d Urbanisme Présentation du zonage et des orientations d aménagement Réunion publique du 13 février 2015 SOMMAIRE CALENDRIER Calendrier avril mai juin juillet août septembre

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Évaluer les pratiques agricoles pour être acteur de la transition agro-écologique : n 133

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Évaluer les pratiques agricoles pour être acteur de la transition agro-écologique : n 133 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 133 Octobre 2015 Études & documents Évaluer les pratiques agricoles pour être acteur de la transition agro-écologique : l exemple du réseau CIVAM ÉCONOMIE

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

1 - Quelle est le devenir de l'exploitation agricole? Reprise familiale q 1 Croisière q 2 Autre à préciser

1 - Quelle est le devenir de l'exploitation agricole? Reprise familiale q 1 Croisière q 2 Autre à préciser Energétiues Energétiues Valorisation énergétiue Valorisation énergétiue Plauettes Elles sont en zone idable limono limono Parcelles idables Parcelles idables Energétiues Energétiues Valorisation énergétiue

Plus en détail

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons La sécheresse de l été 2012 n a pas eu raison de la culture de tournesol. Les résultats économiques sont toujours en progression, malgré un rendement moyen décevant. 26 exploitations 163 hectares 6,3 ha/expl.

Plus en détail

Catalogue des prestations 2014

Catalogue des prestations 2014 Catalogue des prestations 2014 SOMMAIRE Conseil Technique Conseil technique personnalisé... 3 Contrôle de performances ovins (CPOV)... 4 Appui technique ovins... 5 Conseil en agriculture biologique...

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RENCONTRE ANNUELLE

SYNTHÈSE DE LA RENCONTRE ANNUELLE SYNTHÈSE DE LA RENCONTRE ANNUELLE DU RÉSEAU DES ANIMATEURS AGRI - PHYTO Mardi 16 juin 2015 La Tour du Pin (38) Association Rivière Rhône Alpes > 7 rue Alphonse Terray > 38000 Grenoble Tél. : 04 76 48 98

Plus en détail

Questions et réponses relatives au système à points biodiversité

Questions et réponses relatives au système à points biodiversité Questions et réponses relatives au système à points biodiversité Markus Jenny, Judith Fischer, Peter Althaus, Jacques Demierre Version du 15 janvier 2010 3. Utilisation des parcelles Question: si une parcelle

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

!" #$%& "' ( # ) * +,

! #$%& ' ( # ) * +, !" #$%& "' ( # ) * +, 1 !" % # " %'# " # $#%$ # #" $ % " $ '# % '$)$ '# "% ' #-., %$# '$ )$ %'# "-.$% %%')$ * #&%+ '# ')$ '# " #&%# # #&% #%'&%(% #%)'# " L environnement devient un enjeu de plus en plus

Plus en détail

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT Filière Epoisses La production de lait destiné à l AOP Epoisses répond à des règles précises et originales qui participent au renforcement du lien au terroir d origine et à l amélioration de la qualité

Plus en détail

Données économiques et comptables

Données économiques et comptables Données économiques et comptables Comptes de l agriculture 2009 Seconde année consécutive de baisse du revenu des exploitants agricoles Le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) par actif non salarié des

Plus en détail

Renseignements sur l'exploitation

Renseignements sur l'exploitation enseignements sur l'exploitation aison sociale : n pacage : Adresse : n SIET : Commune : S.A.U. : Surface en cultures : Surface en prairies : NOM - Prénom du responsable : téléphone : fax : portable :

Plus en détail

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France Gilles Bazin, Professeur AgroParisTech UFR Agriculture comparée et Développement agricole Académie d Agriculture de France 6 novembre

Plus en détail

Petite Région Agricole Livradois Forez

Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Des activités Une zone riche en productions 86 communes ; 1217 exploitations dont 559 exploitations professionnelles. 52 900

Plus en détail

Réunion d information. Mesures Agro-Environnementales et Climatique (MAEC)

Réunion d information. Mesures Agro-Environnementales et Climatique (MAEC) Réunion d information Mesures Agro-Environnementales et Climatique (MAEC) Avril 2016 Objectifs du réseau Natura 2000 Préserver le patrimoine naturel : habitats naturels rares, et habitats d espèces sensibles

Plus en détail

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS Mars 2015 Campagne 2013-2014 150018 AF PRÉALABLE Les barèmes suivants permettent d'évaluer les préjudices subis par l'exploitant agricole

Plus en détail

LES SPECIFICITES REGLEMENTAIRES DE LA CONSTRUCTION AGRICOLE

LES SPECIFICITES REGLEMENTAIRES DE LA CONSTRUCTION AGRICOLE LES SPECIFICITES REGLEMENTAIRES DE LA CONSTRUCTION AGRICOLE Filiale du Groupement de Défense Sanitaire 37 21 prestations de service dans 4 domaines: Conseils en bâtiments d élevage: conception, permis

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

La méthanisation à la ferme

La méthanisation à la ferme La méthanisation à la ferme Un exemple de diversification des activités agricoles Marie PIERREVELCIN 2008 Introduction La méthanisation : un procédé de traitement des déchets organiques et de production

Plus en détail

Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire.

Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire. Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire. DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES SERVICE ECONOMIE AGRICOLE 37 Bd Henri Dunant BP 94029-71040

Plus en détail