2011 Débat d Orientations Budgétaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2011 Débat d Orientations Budgétaires"

Transcription

1 2011 Débat d Orientations Budgétaires 1

2 1. Le débat d orientations budgétaires, une étape importante dans le cycle budgétaire annuel des collectivités locales. Obligatoire pour les communes de plus de 3500 habitants, le Débat d Orientations Budgétaires (D.O.B.) constitue un moment essentiel de la vie d une collectivité locale. A cette occasion sont notamment définies sa politique d investissement et sa stratégie financière. Cette première étape du cycle budgétaire est également un élément de la communication financière. 2. Les finances de la ville : la situation à fin Fonctionnement : 2010 confirme la tendance lourde constatée depuis 2003 à savoir des recettes qui stagnent et une fiscalité sans réelle croissance. Evolution des principales recettes FISCALITE EVOLUTION DES BASES TH , , , ,00 FB , , , ,00 FNB , , , ,00 RAPPEL DES TAUX TH 22,23% 22,23% 22,23% 22,23% FB 35,83% 35,83% 35,83% 35,83% FNB 89,70% 89,70% 89,70% 89,70% PRODUITS TH FB FNB EVOLUTION DES ALLOCATIONS COMPENSATRICES

3 DOTATIONS DE L ETAT ET AUTRES RECETTES Dotation forfaitaire DSU DNP Taxe électricité Droits de mutation TOTAL PRODUITS DES SERVICES Services périscolaire s Locations diverses Droits de place STRUCTURES ET EVOLUTION DES RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT M 100% 80% 60% 40% 20% Structure et Evolution des recettes réelles de fonctionnement 13,00 13,00 13,24 13,228 13,712 0,1 0,1 0,12 0,129 0,494 0,5 0,4 0,4 0, ,86 0,887 0,531 0,635 2,4 2,5 2,52 2,436 2,352 0,400 0,400 0,400 0,371 0,498 2,6 2,5 2,57 2,495 2,433 6,0 6,1 6,4 6,461 6,743 0% Années Fiscalité directe Revers, fiscalité Fiscalité indirecte DGF-DSU-DNP Autres participations Produits des services Autres recettes courantes COMMENTAIRES 3

4 Les recettes réelles de fonctionnement stagnent, notamment depuis 2003 et le transfert à la CCT de la Taxe Professionnelle. La légère amélioration constatée ces derniers exercices est liée d une part à un produit fiscal supplémentaire généré par les revalorisations forfaitaires des bases décidées par l Etat et d autre part par l émission de rôles supplémentaires. Evolution des principales dépenses Dépenses Réelles de Fonct piscine Charges de personnel 7 7,21 7,311 7,413 7,200-0,080 Charges à caractère général 2,8 2,66 2,583 2,572 2,406-0,187 Subventions EVOLUTION ET 1,500 STRUCTURE 1,600 DES DEPENSES 1,713 1,614 REELLES 1,680 DE FONCTIONNEMENT -0,267 Charges financières 0,300 0,408 0,89 0,419 0,394 Autres charges de gestion 11,750 0,150 0,14812,026 0,541 13,038 0,363 0,215 12,381 TOTAL 11,750 12,026 13,038 12,381 11,895-0,486 0,541 M ,300 0,150 1,500 2,8 0,408 1,600 2,66 0,148 0,89 1,713 2,583 0,363 0,419 1,614 2,572 0,215 0,394 1,680 2,406 11, ,21 7,311 7,413 7, ANNEES Charges de personnel Charges à caractère général Subventions Frais financiers Autres COMMENTAIRES La décrue amorcée en 2009, s est confirmée en 2010 sur les charges à caractère général et les frais financiers, les charges de personnel bien que contenues étant en grande partie incompressibles Equipement : une nécessaire pose 4

5 Evolution des dépenses DÉPENSES D ÉQUIPEMENT (HORS TRAVAUX EN RÉGIE) ET RECOURS À L EMPRUNT DEPENSES D'EQUIPEMENT (HORS TRAVAUX EN REGIE) DEP D'EQUIPEMENT Dépenses d'équipement 3,834 3,383 1,127 1,378 Recours à l'emprunt 2,250 3,400 0,000 0,000 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 DEPENSES D'EQUIPEMENT ET RECOURS A L'EMPRUNT Dépenses Equip, Emprunts souscrits Commentaires Hausse très significative des dépenses d équipement à partir de 2006, confirmée en 2007 et 2008 (année au cours de laquelle ont été financés les investissements lancés fin 2007 et où les déficits des budgets annexes ont été résorbés). La chute de l épargne a donc nécessité un appel à emprunt très élevé en 2007 et Cet appel à emprunt a généré des frais financiers en 2008 et 2009 qui ont dégradé l épargne brute déjà altérée par l effet ciseau. La baisse délibérée des dépenses d équipement sur 2009 et 2010 a permis de ne pas recourir à l emprunt, ce qui permet de confirmer l inversion de tendance constatée l an passé. 3. Les éléments exogènes et endogènes qui vont impacter la ville en Les perspectives économiques en 2011 Contextes international et national Crise de la dette publique en zone euro, de l immobilier aux Etats-Unis, chômage, vulnérabilité des systèmes financiers, pressions inflationnistes dans les pays émergents, spéculation excessive sur certains marchés autant de menaces que devra conjurer l économie mondiale en Le déficit public de la France a atteint en 2010 un niveau record. Selon les conjoncturistes, la croissance française (que certains qualifient de croissance molle) se 5

6 maintiendrait sur la tendance observée depuis la sortie de récession. Quant à l investissement des entreprises, il continuerait de progresser à l horizon de mi Contexte local Globalement, sur le bassin d emplois, l activité économique reste soutenue quoiqu inégale selon les secteurs d activité. La CCI note par ailleurs une consolidation de la santé financière des entreprises. Cependant les revenus restent faibles sur la ville centre. A noter enfin que le dernier recensement fait apparaître de nouveau une population en baisse, même si cette perte est moins importante que lors des recensements précédents Les orientations financières de l Etat Les grandes orientations Un objectif : la maîtrise des finances publiques Le projet de loi de finances pour 2011 a été présenté en conseil des ministres. Il prévoit notamment une réduction du déficit public à 6 %, la suppression de plus de postes dans la fonction publique d'etat et une réduction des niches fiscales qui devrait rapporter 9,4 milliards d'euros. La loi de finances pour 2011 : les principales mesures concernant les collectivités L objectif fondamental de réduction du déficit public, concerne au premier chef, cette année, les collectivités territoriales. Celles-ci participent à cet effort par le gel, prévu pour 4 ans (2011 à 2014) de leurs dotations. Quant à la loi de finances rectificative, elle entraîne une réforme de grande ampleur en matière de fiscalité de l urbanisme et consacre, le principe d une révision partielle des valeurs locatives cadastrales - Evolution des enveloppes à répartir au titre des principales dotations d Etat L enveloppe normée des concours financiers de l Etat est gelée en valeur en 2011 DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) : les dotations de base des communes sont gelées à leur niveau de Ce gel de la dotation de base ne signifie pas que chaque commune percevra en 2011 un montant identique à celui perçu en Tout dépendra de l évolution de la population constatée dans chaque commune comparée à l évolution nationale. Il est probable que la dotation forfaitaire sera en 2011 orientée à la baisse pour un grand nombre de communes, tout au moins celles qui ne bénéficieront pas d une forte croissance de la population. Pour mémoire, la ville a perçu en 2010 une dotation pour un montant de DSUCS (Dotation de Solidarité Urbaine et de Cohésion Sociale) : la dotation progresse de 6,24 % par rapport à Les crédits supplémentaires seront affectés aux communes les plus défavorisées dont Thouars ne fait pas partie. La ville a perçu une dotation de au titre de l exercice DETR (Dotation d équipement des territoires ruraux) : la dotation globale d équipement (DGE) et la dotation de développement rural (DDR) fusionnent dans un nouveau dispositif la DETR. - Mesures fiscales 6

7 Valeurs locatives cadastrales Les coefficients de revalorisation des valeurs locatives cadastrales, pour 2011, sont fixés à 1,02 (2%) pour les propriétés non bâties et bâties. Bases d imposition L article 34 de la loi de finances rectificative organise la révision des évaluations cadastrales des locaux professionnels, des locaux commerciaux et des locaux affectés à une activité professionnelle non commerciale. La date de référence de la révision est fixée au 1 er janvier 2012 et les résultats entreront en vigueur pour la détermination des bases de Réforme du droit de l urbanisme La loi de finances rectificative réforme en profondeur le droit de l urbanisme en le simplifiant. Ainsi, les huit taxes et les huit régimes de participations exigibles lors de la délivrance des permis de construire sont remplacés par deux taxes : La taxe d aménagement, qui remplacera la Taxe Locale d Equipement et qui est applicable aux demandes d autorisations et aux déclarations préalables déposées à compter du 1 er mars Les opérations d aménagement, de construction, de reconstruction et d agrandissement des bâtiments, installations et aménagements de toute nature sont soumises à la taxe d aménagement. Un versement pour sous-densité qui remplacera la participation pour non réalisation d aires de stationnement et la participation pour raccordement à l égout. Ce versement entend répondre à l étalement urbain et inciter à une utilisation rationnelle de l espace. - Autres mesures Salaires des fonctionnaires : Pas de revalorisation du point d indice programmée à ce jour La réforme des collectivités territoriales La loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales a pour objectif, tout en réaffirmant la prééminence de la commune au sein de l'organisation territoriale, de renforcer le couple commune-intercommunalité. Les communes demeurent l échelon de base de notre démocratie locale. Au plus près des besoins du territoire, elles conservent leur clause de compétence générale. La réforme comprend en outre un volet intercommunal important, qui fixe au 1er juin 2013 la date d'achèvement et de rationalisation de la carte intercommunale afin d'assurer une couverture homogène du territoire en structures. Dès le premier trimestre 2011, les élus locaux devront procéder à une recomposition des commissions départementales de la coopération intercommunale (CDCI). La réalisation des schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI) devra être opérée d'ici au 31 décembre Par ailleurs le législateur a souhaité renforcer La synergie d'action entre les départements et les régions grâce notamment à la création des conseillers territoriaux. 7

8 Siégeant à la fois au conseil général et au conseil régional, ces conseillers territoriaux remplaceront les conseillers généraux et les conseillers régionaux actuels, à l'issue des élections du printemps Réforme des retraites : impact et enjeux pour les collectivités La loi portant réforme des retraites a été promulguée par le Président de la République et publiée au Journal Officiel le 10 novembre Cette réforme ne sera pas sans effet sur le déroulement des carrières d une partie des agents. Un premier travail de prospective a été engagé. Notre organisation doit tenir compte du calendrier prévisionnel des départs envisagés ces 5 prochaines années Les enjeux financiers du retour à l équilibre Le postulat de base : ne pas augmenter les taux des impôts ménage en 2011 Un principe directeur : ne pas réduire le niveau des prestations et les services rendus aux usagers. La mise en œuvre du Pacte Financier et Fiscal Le travail engagé dès 2009 a été poursuivi en 2010 avec : - Le transfert de la médiathèque effectif comme prévu au 1 er janvier Diverses mutualisations telles que l instauration d un pôle prévention mutualisé, la maison de l urbanisme, le pôle informatique et réseaux - Pour mémoire le transfert de la piscine des Vauzelles est effectif depuis le 1 er janvier Quant à la compétence économique, elle a été transférée dans sa globalité Ce travail se poursuivra en 2011 avec l instauration du guichet unique informatique et la réflexion autour de la mise en œuvre d un CIAS afin de mutualiser les chantiers insertion. De même une démarche pragmatique est engagée visant à répondre aux enjeux du quotidien sur certaines thématiques ou domaines d action tels que la voirie ou certaines fonctions logistiques. Un recensement des besoins des communes est en cours. L objectif est de rechercher au maximum des économies d échelle La maîtrise des dépenses de fonctionnement La situation à fin 2010 en amélioration sensible est le fruit de mesures prises depuis le début de la mandature par la municipalité. L analyse prospective développée au chapitre suivant illustre le risque permanent d effet de ciseaux face à des recettes qui stagnent. L action à poursuivre porte sur l ensemble des postes : La maîtrise des dépenses de personnel ne peut se concevoir que si elle est accompagnée par la mise en œuvre des projets de service, la démarche de mobilité interne, la Gestion 8

9 Prévisionnelle des Emplois et des Compétences, l introduction d une plus grande polyvalence en privilégiant la notion de double compétence et le management par objectifs. Les charges à caractère général : La diminution constatée ces deux derniers exercices doit être confirmée. Il convient donc de rationnaliser les interventions et prestations, de modifier les pratiques, d instituer des contrôles rigoureux notamment sur les dépenses de fluides. Par ailleurs, l amélioration de la comptabilité analytique, exercice après exercice permet une lisibilité accrue pour chaque pôle et chaque service. Le soutien aux associations en s orientant vers une plus grande transparence et un meilleur suivi des diverses interventions de la collectivité. 4. L analyse prospective L ordonnance du 26 août 2005 relative à la simplification et à l amélioration des règles budgétaires a précisé que le Débat d Orientation Budgétaire porte sur les engagements pluriannuels envisagés d une part et constitue l occasion de présenter une véritable prospective financière Pour mémoire l analyse du cabinet Partenaires Finances Locales L an passé la municipalité avait fait appel au cabinet Partenaires Finances Locales. Celui-ci avait établi pour la période 2010/ scénarios un scénario «fil de l eau» et un scénario «correctif» intitulé «maîtrise des dépenses de fonctionnement». Les deux scénarii élaborés démontraient que sans action particulière, la situation financière de la collectivité ne se redresserait pas et aboutirait rapidement à un problème d équilibre budgétaire Une analyse prospective en interne En décembre 2010, à la demande du Maire et de l adjoint aux finances, le service financier a réalisé une analyse prospective portant sur la période Cette analyse a été menée en s appuyant sur 2 scénarios - un scénario de base - un scénario correctif Préambule La prospective financière a pour point de départ le CA 2010 estimé du budget principal. Elle vise à vérifier les principaux ratios de solvabilité de la commune, compte tenu des investissements prévus et possibles sur la période

10 Le scénario de base Principales données intégrées - Charges de personnel tenant compte des départs en retraite remplacés ou non suite à un travail spécifique mené en municipalité. - Charges à caractère général maintenues à hauteur du réalisé %, - Subventions aux Associations (hors CRRL et SVP) maintenues au niveau Subvention au CCAS : intégrant le scénario le plus pessimiste en matière de subventionnement notamment des emplois aidés. - Déficit des budgets annexes - Inscription du programme des investissements limitée aux dépenses récurrentes et incontournables augmentée d enveloppe résiduelle possible tout en limitant l appel à l emprunt pour ne pas détériorer l endettement de la Ville. Les résultats sur la solvabilité Ratios de solvabilité La section de fonctionnement d une commune normalement gérée présente un excédent entre les recettes et les dépenses. La différence entre les recettes réelles et les dépenses réelles (y compris le remboursement annuel des intérêts de la dette) s appelle l Epargne Brute. Elle contribue à financer les investissements. Le taux d épargne brute permet d identifier l aisance de la section de fonctionnement et de déterminer la capacité à investir de la collectivité : le seuil d alerte se situe entre 7 et 8 % En ajoutant le montant du remboursement annuel du capital de la dette à l Epargne brute on obtient l Epargne Nette. Le ratio obtenu en divisant le montant total de la dette par l Epargne nette s appelle la Capacité de Désendettement. Elle mesure, en année, le nombre d année qu il faudrait pour rembourser la dette si l on y consacrait la totalité de l Epargne Nette. Pour une commune, la zone médiane se situe entre 8 et 10 ans et la zone orange entre 11 et 15 ans. En appliquant ce scénario, LE TAUX D EPARGNE BRUTE est trop faible. Il se situe au niveau du seuil d alerte : % 7,58 % 5,84 % 6,37 % 7,08 % 7,32 % 7,77 % Rappel des ratios : le taux d épargne brut moyen national de la strate en 2009 était de 13 % en Pour mémoire ces quatre dernières années la solvabilité de la ville de présentait comme suit : années Epargne Brute TAUX Capacités de désendettement K 6.80 % 9.5 ans K 4.50 % 19.8 ans k 6.40 % ans k 9.10 % 8.01 ans 10

11 Le scénario correctif Principales données intégrées Face à des résultats insatisfaisants liés à ce scénario de base, une deuxième simulation intègre les hypothèses suivantes : - charges à caractère générale : diminuées de 100 K par rapport au réalisé 2010 (soit moins 4 % environ) - subvention au CCAS à 950 k sur l ensemble de la période de référence. (832 K versés en 2010) - un effort d équipement plus soutenu avec une tranche d investissements supplémentaires de 500 K en 2012 et 2013 L évolution des charges de personnel et de l enveloppe des subventions aux associations est identique à celle retenue au titre du scénario de base Les résultats sur la solvabilité LE TAUX D EPARGNE BRUTE (%) % 10.47% 8.82% 9.27% 9.90% 10.25% 10.81% LA CAPACITE DE DESENDETTEMENT (ans) Conclusions La problématique fondamentale des finances de la Ville tient à la stagnation des recettes. Le seul levier réside donc en une maîtrise accrue des dépenses de gestion. La relative faiblesse du taux d épargne brute, malgré des efforts déjà conséquents, met en évidence le besoin de réduire au maximum les dépenses de gestion afin de retrouver des marges de manœuvre pour la section d investissement. A titre d exemple : d économie c est une évolution du taux d épargne brute d environ 1% Une économie de fonctionnement de 1 tous les ans permet d assumer environ 10 euros de dépenses d investissement également tous les ans, sans détériorer les ratios de solvabilité. 5. Budget 2011 : les enjeux et les grandes orientations 11

12 5. 1 Préambule Nous venons de voir que 2010 fut une année marquée au plan national par un certain nombre de décisions qui influeront sur la vie des collectivités, et qui auront des conséquences sur notre propre organisation. S agissant de la réforme des collectivités, si les textes votés par le Parlement, affirment le rôle de plus en plus important assuré par les Communautés de Communes, ils confirment dans le même temps la place incontournable de la commune, quelle que soit sa taille. L échelon communal occupe évidemment une place majeure pour le citoyen. Lieu de proximité et d accessibilité, de solidarité et de lien social, l espace communal tient une place importante dans le service public. Tout l enjeu est bien aujourd hui d y répondre de façon efficiente. La ville de Thouars entend défendre la valeur de ce service public de proximité, parfois méconnu, mais qui constitue souvent le bouclier social ultime contre la solitude, la précarité, et aussi pour faire face à la distance d une administration centrale qui à travers les réformes de ces dernières années tend à éloigner ses services de la population. Pour maintenir ce niveau de service public de qualité, nous devons nous organiser, anticiper les évolutions qui plus tard nous seront imposées, en particulier par les décisions budgétaires gouvernementales contraignantes Les projets de service C est ainsi que 2010 a été consacré à l élaboration des projets de service. Dans un contexte de mutation et d incertitude, il appartient à l ensemble des acteurs de la collectivité de définir nos missions de demain. Ces projets de service élaborés sur le mode participatif se déclinent en schémas organisationnels avec des propositions de mise en adéquation de l organigramme. A terme, c est un véritable projet d administration qu il conviendra de mettre en place. Dans l immédiat, en s appuyant sur les fiches action, sera élaboré un tableau de suivi des principales actions. Organisés en grands pôles, les services ont ainsi pu concrétiser les orientations de la municipalité affichées dans le cadre du projet municipal qui pour mémoire s articulent autour des trois priorités que sont : - Le cadre de vie - La solidarité - Le développement économique Prenant en compte, chacune les valeurs de développement durable et de participation citoyenne Les enjeux Comme l an passé, le projet de budget 2011, a vocation à répondre à divers enjeux : - Enjeux démographiques - Enjeux sur la notion d exclusion et de paupérisation - Enjeux sociétaux autour des énergies, de la gestion des ressources, des impacts environnementaux. - Enjeux territoriaux - Enjeux du vivre ensemble 12

13 Ces enjeux constituent le fil rouge de la réflexion municipale. A cette volonté politique, s ajoutent le rétablissement des grands équilibres et la maîtrise des coûts, ce qui se traduira de nouveau par l inscription d investissements générateurs d économies de fonctionnement L habitat, l urbanisme et le cadre de vie Le dernier recensement de la population témoigne, s agissant de la ville de Thouars, d une perte démographique constante, même si cette dernière est ralentie. C est un phénomène général qui s observe pour la quasi-totalité des villes centres. C est un phénomène général qui s observe pour toutes les villes centres. Celles-ci sont des lieux d activité, de services, de loisirs alors que les communes périphériques deviennent des espaces résidentiels. En même temps, on constate une augmentation de l activité et du nombre de personnes qui viennent travailler à Thouars. Avec son tissu commercial, ses services, ses équipements culturels artistiques et sportifs Thouars exerce son influence sur un territoire important. L aire urbaine de Thouars, composée de 15 communes est la deuxième en taille (nb d emplois, population) du département. Le pouvoir d attraction économique de la ville centre ne s accompagne plus d une attraction résidentielle. Ce phénomène s explique par plusieurs raisons: Les attentes des habitants sont différentes : recherche de logements avec disponibilité de terrains. A Thouars un certain nombre de logements anciens ne sont plus adaptés. De plus le manque de terrains disponibles, rend l offre foncière plus chère que dans les communes avoisinantes. Enfin on constate des taux d imposition plus élevés dus au fait que les villes centres supportent un grand nombre de charges de centralité. L habitat La municipalité entend inverser la tendance car la ville doit garder un rôle moteur y compris en terme démographique. Il est proposé d actionner plusieurs leviers afin de soutenir une politique cohérente de l habitat sur le territoire Centre ancien - action sur l habitat ancien - reconquête du centre ville par les investisseurs via des outils de défiscalisation: le PRI (Périmètre de restauration immobilière) est en cours - action incitative sur les logements vacants en taxant les logements considérés comme vacants depuis plus de 5 ans. Autres quartiers - Secteur Beauchamps : un appel à projet permettant d aménager une première tranche de 6 ha a permis en 2010 la choix d un opérateur. Cette première tranche s inscrit dans un schéma d aménagement d ensemble d une vingtaine d hectares s inspirant du concept d éco-quartier permettant ainsi de développer une offre foncière différente de 13

14 l offre périphérique. Sur le terrain, cette opération d envergure qui s intégrera à la trame urbaine doit démarrer effectivement sur le terrain dans le courant de l année. - Partenariat avec Habitat Nord Deux-Sèvres : Après le quartier des Maligrettes, un nouveau partenariat, toujours avec Habitat NDS doit s engager sur le site de l ancien immeuble DELAVAULT. 6 ou 7 logements sous forme de maison de ville devraient être édifiés sur ce site. Lutte contre les termites Cette opération exemplaire continuera d être coordonnée et menée sur les quartiers. Une nouvelle organisation vient d être mise en place afin de pérenniser cette action. Efficacité énergétique Cette action novatrice testée sur le quartier dit du «village noir» est développée au chapitre cohésion sociale. L urbanisme et le cadre de vie L urbanisme est indissociable de la notion de Grand Thouars. La population s est déjà appropriée cette idée, puisque souvent, elle travaille dans une commune, réside dans une autre et a des activités dans une troisième. Il est nécessaire d acter cette réalité à l échelon intercommunal à travers un nouveau Plan Local de l Urbanisme. A l échelon communal, le plan de référence constitue un document cadre stratégique de développement maîtrisé de la commune. Le plan de référence Document cadre, le plan de référence structure et oriente sur le moyen terme (15 ans) la stratégie de transformation urbaine de la ville tout en reprenant les actions existantes ou envisagées. Transformer la ville suppose un plan d actions coordonnées et adaptées permettant d aller de l échelle ville/territoire communautaire à l échelle du quartier. L étude de plan de référence s appuie sur un cahier des charges constitué d une phase diagnostic (contexte, diagnostic communal et définition des enjeux et des objectifs) et d une phase élaboration (proposition d objectifs, définition et présentation des projets et conception et présentation du document). L aménagement des espaces publics et la gestion des friches urbaines L aménagement de l espace public largement engagé dans le centre historique, va se poursuivre en S agissant de l aménagement en cours de la Place Saint Médard, nous devons nous montrer exemplaires dans la gestion d un chantier attendu depuis longtemps et gérer au mieux la continuité des activités. L attractivité du site sera renforcée avec l apport de l office de tourisme qui devrait aussi trouver en fin d année sa place au coeur du centre historique. S il s agit en tant que telle d une opération d envergure dont l impact est majeur au-delà du centre historique pour l agglomération, cet aménagement fait partie d un programme de requalification intégrant les programmes de réhabilitation de l église St Médard et du Château, de l îlot «Bertizollo», et des axes historiques contigus à la place. 14

15 D autres projets vont également entrer dans leur phase opérationnelle. En lien avec la Communauté de Communes, le projet de ZAC (Zone d aménagement concerté) adossé à l ensemble des quartiers nord/est de la ville (quartiers SNCF, de la Folie et ETAMAT) définira l avenir de tout ce secteur de la ville. La signature des actes d acquisition de la parcelle rue Danton pourrait selon les écrits de la SNCF avoir lieu dans le premier trimestre Mais ces projets conséquents ne doivent pas occulter notre volonté de conforter la gestion quotidienne de l espace public. Vous savez que nos concitoyens y sont très attachés, les propos des réunions publiques le confirmant à chaque fois. Ainsi nous devrons prendre en compte les dimensions accessibilité et sécurité (par l aménagement du croisement du boulevard de la République, boulevard Bergeon), la propreté (aménagements de points de collecte enterrés, l amélioration de nos toilettes publiques), l entretien des voiries et des trottoirs. Ce sont des missions essentielles parce qu elles contribuent à l amélioration incomparable et attendue du cadre de vie de nos habitants. La mise en place des veilleurs de ville concourt à conforter ce lien entre le citoyen et son environnement au quotidien. La structuration et les missions du service de l architecture et des patrimoines doivent aussi participer à la qualité de l aménagement de l espace public. La politique de territoire On ne peut passer sous silence les actions engagées dans ce domaine sous l égide de la CCT. En dehors de la définition d un schéma directeur d aménagement pour le secteur Est de l agglomération déjà évoqué, on retiendra la poursuite des études relatives au contournement routier, la définition à l échelle de l agglomération d une politique foncière et les études relatives à l implantation des équipements structurants tels que le complexe aquatique et le CRI. Au travers de ces actions, ce sont indéniablement les contours de l agglomération de demain qui s esquissent. Vers l instauration d un pacte écologique local Dans ce domaine, au-delà des discours, la ville a résolument opté pour l action et le pragmatisme. Action aujourd hui reconnue et valorisée par des labels ou prix nationaux. Respect des paysages et biodiversité : la reconstruction des serres nous amène à redéfinir notre politique des espaces verts dans le cadre de notre démarche d éco gestion. C est ainsi qu en complément des actions engagées ces dernières années (charte «terre saine» et gestion différenciée des espaces verts, une nouvelle stratégie visant à orienter notre production vers plus de vivaces et moins d annuelles sera privilégiée dès cette année. Participation au plan climat : coordonnée et animée par la chargée de développement durable, la cellule énergie a bâti un plan d actions effectif depuis plus d un an. Ce plan pragmatique à l échelle de la ville s attache à partir d une analyse pointue des consommations d énergies et d eau à privilégier des investissements sur notre patrimoine peu spectaculaires mais à forte valeur ajoutée. Des actions sont également menées en direction des usagers afin de les sensibiliser sur leur comportement éco-citoyen. Voirie : une priorité pour la ville Pendant trop d années, notre voirie communale a été relativement délaissée, aujourd hui l effort est considérable. Les enveloppes consacrées aux travaux de grosses réparations 15

16 seront confortées. L accent sera également mis sur les travaux de mise en sécurité. C est ainsi qu en dehors de la sécurisation du Carrefour Bergeon/République après une période de test la rue Rabelais fera l objet d un programme de travaux adapté et respectueux du souhait des riverains Répondre aux enjeux de cohésion sociale Les chiffres de l administration fiscale ainsi que l analyse des besoins sociaux menée pour le compte de l union départementale des CCAS par le cabinet COMPAS (Centre d Observation et de Mesure des Politiques d Action Sociale) mettent en exergue les difficultés rencontrées par un certain nombre de foyers Thouarsais. A Thouars, les salaires et traitements moyens par foyer fiscal restent sensiblement plus faibles que la moyenne départementale et éloignés des revenus déclarés par les foyers de la périphérie thouarsaise. Une action réellement volontariste en faveur des plus fragiles sur la totalité du mandat s impose donc. Par ailleurs, la ville entend renforcer la mixité des fonctions, des populations et des générations. Soutien aux publics fragiles et vulnérables : vers un partage des dispositifs L analyse des besoins sociaux fait ressortir deux thématiques : la précarité/mobilité et le maintien à domicile. Parmi les pistes évoquées figure la nécessaire coopération entre services. La collectivité continuera à favoriser l autonomie et l insertion dans le monde du travail pour les personnes en rupture en soutenant le chantier insertion patrimoine. En ce qui concerne le CCAS, on retiendra s agissant du RSA la poursuite du conventionnement avec le Conseil Général. Concernant le portage du pôle hébergement, la collectivité entend confirmer le rapprochement avec l association «Point de Mire». Il convient d offrir un vrai parcours résidentiel au plus démunis via un portage associatif à l heure de la mise en place des Services Insertion Accueil et Orientation. Le centre d hébergement va faire l objet d un programme d humanisation dans le cadre du plan de relance pour l économie. Face à des problématiques de normes sanitaires, un audit sera engagé sur la cuisine de la résidence Gambetta. Cet audit, tant sur le côté organisationnel, que sur les investissements nécessaires permettra de dégager des pistes d action. La structure Multi-Accueil «les petiots» va poursuivre son effort d accueil au bénéfice des enfants des familles monoparentales. Des actions novatrices : le RSE et le dispositif solidarité énergie Parmi les actions solidaires inscrites dans le projet de ville et de territoire figure la lutte contre les inégalités dans l accès au savoir et à la culture. Le Revenu Solidarité Etudiant constitue un des axes majeurs de cette politique. Il convient de rompre cette spirale inégalitaire génératrice de précarité et d exclusion pour notre jeunesse. Le dispositif permettra aux jeunes thouarsais issus de milieu moins favorisé de bénéficier en fonction de critères d une allocation ou bourse par la collectivité après instruction par les services du CCAS. 16

17 Les dépenses liées à l énergie pèsent de plus en plus lourd dans le budget des familles. Les plus modestes sont les plus touchés par ces augmentations, car ils ont moins de moyens pour rénover et améliorer leur logement. Cet enjeu est d autant plus fort dans notre cité que l essentiel de notre parc bâti est ancien et répond mal aux standards de performance énergétique et de qualité de l air intérieur. La ville a souhaité accompagner les foyers les plus modestes dans leur démarche de rénovation durable de leur logement. Un dispositif global d aides pour améliorer l efficacité énergétique des logements est à ce jour opérationnel. C est ainsi qu en lien avec l Espace Info/Energie l action de la collectivité se décline en trois modes d intervention : - un diagnostic énergétique gratuit. - une mission de conseil et d accompagnement. - un dispositif de soutien financier Autres actions D autres dispositifs sont en phase de démarrage ou confortés, en particulier Le Pédibus en lien notamment avec les associations de parents d élèves ; à noter également la politique tarifaire soucieuse de l égalité d accès aux services. La municipalité est constamment à l écoute des associations caritatives. L action de ces dernières auprès des publics en difficulté n est plus à démontrer. La ville continuera à soutenir de par sa logistique ce travail exemplaire et à favoriser les interrelations entre les différentes structures. Enfin, la ville examinera les pistes permettant de conforter la mise en œuvre du micro-crédit social. La création de la résidence sociale habitat jeunes sera engagée en Le nouvel équipement est actuellement en phase d'avant projet détaillé. Suite à cette étape, le permis de construire sera déposé et les travaux devraient pouvoir être engagés en septembre. Auparavant, la déconstruction d'une aile de l'actuel foyer des jeunes travailleurs sera opérée pour libérer le foncier nécessaire à la construction. La nouvelle résidence comprendra 40 logements et divers espaces collectifs nécessaires à la mise en œuvre d'une animation collective. Le mieux vivre ensemble autour d un espace de solidarité et de proximité Favoriser l insertion des jeunes dans la cité Au-delà du RSE, la ville entend maintenir son combat contre les inégalités dans l accès au savoir et à la culture. Cela se traduira notamment par l instauration d un pass lecture pour les résidents thouarsais. S agissant des plus jeunes, il convient de maintenir un enseignement de proximité de qualité. L engagement de la collectivité auprès des écoles dans les domaines des économies d énergie, de dotations de matériels, de soutien pédagogique et de mise aux normes sera maintenu, voir renforcé. Le centre socioculturel, opérateur de la politique jeunesse sera de nouveau soutenu par la collectivité. 17

18 La culture, un élan à vivre ensemble L effort que la ville entend mener en 2011 s inscrit dans la continuité. L objectif est de rendre la culture au contact du public et accessible au plus grand nombre La Municipalité souhaite encourager la pratique artistique et les échanges avec les pratiques amateurs. Bien que la médiathèque soit transférée à l intercommunalité depuis le 1 er janvier 2011, la ville souhaite continuer à jouer un rôle moteur au niveau de la politique de lecture publique en étroite interaction avec les politiques culturelles, éducatives, sociales et économiques. Les actions patrimoniales continueront d être soutenues en privilégiant la conservation, la restauration et la médiation, tout comme la création contemporaine autour du spectacle vivant et de l art contemporain. Valoriser le tissu associatif Nous reconnaissons le rôle essentiel joué par le tissu associatif en terme de lien social. L organisation de nos services doit rendre optimal le soutien apporté dans ce domaine (conventionnement, contrats d objectifs, soutien logistique ). Le deuxième forum des associations en sera aussi l expression. Maintenir l élan sportif Dans ce domaine également la ville entend encourager les pratiques accessibles au plus grand nombre en s appuyant sur le guichet unique opérationnel depuis 2008, c est ainsi que le soutien au chantier insertion sera renouvelé en Le partenariat financier avec les associations sera renforcé en ciblant notamment la formation et l accueil des jeunes dans les clubs. La municipalité entend également poursuivre les travaux de réhabilitation et d économie d énergie sur différents sites sportifs : espace clubs, loisirs +, stades. S agissant du volet sportif, on ne peut passer sous silence l action engagée depuis ce début de mandature par la Communauté de Communes, acteur incontournable dans ce domaine. L intercommunalité porte le dossier pôle aquatique, dossier majeur, structurant pour l ensemble du bassin de vie. Développement économique : un équilibre à maintenir Si le développement économique est une préoccupation quasi quotidienne pour les élus qui en ont la charge, c est parce que ce secteur est source d emplois, de développement démographique et de ressources nouvelles. Au-delà de mesures fiscales, sont ainsi privilégiés : - l équilibre entre le centre et la périphérie en soutenant des projets en centre ancien (soutien à la défiscalisation, action foncière,) et en confortant le partenariat avec l association des commerçants. Seront ainsi privilégiés : la valorisation et la mise en place d animations régulières sur l année), la réhabilitation et la mise aux normes sanitaires des halles avec l appui du FISAC, une action sur les vacances et l accompagnement du commerce en lien avec les partenaires (service économique CCT, dispositif ORC.). - en lien avec l intercommunalité plusieurs dossiers structurants pour le territoire et à fort impact pour la ville centre sont en cours : Implantation de l office de pôle de tourisme en centre ancien. Projetée en 2011 pour un montant estimatif de cette implantation participe à la redynamisation du centre de l agglomération. L accompagnement et le développement du projet TIPER. La création d une pépinière d entreprises sur le site TALENCIA à laquelle s ajoute la poursuite du soutien aux porteurs de projets. 18

19 NOTES 19

20 20

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 Résidence Le Lavoir Lormont (33) Un acteur majeur du logement social pour le Sud-Ouest SOMMAIRE Mésolia, entreprise sociale pour l habitat...2 Un acteur majeur du logement social...2

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 LES PARTENAIRES DU CADRE D INTERVENTION GUP 2013-2014 L Etat, représenté

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Elaboration de l Ad AP Définition d une stratégie

Elaboration de l Ad AP Définition d une stratégie Direction des Bâtiments Service GTOP Direction de l Environnement Service Déplacement Accessibilité Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration de l Ad AP Définition

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Autopromotion/Habitat Participatif

Autopromotion/Habitat Participatif Autopromotion/Habitat Participatif L autopromotion est un regroupement de familles qui mutualisent leurs ressources pour concevoir réaliser et financer ensemble leur logement au sein d un bâtiment collectif,

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME

DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME Signature du protocole entre l Etat et la société Icade Jeudi 22 décembre

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 38 Libellé de la

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Boigny sur Bionne. Bou. Chanteau. Chécy. Combleux. Fleury les Aubrais. Ingré. Mardié. Marigny les Usages. Olivet. Orléans. Ormes.

Boigny sur Bionne. Bou. Chanteau. Chécy. Combleux. Fleury les Aubrais. Ingré. Mardié. Marigny les Usages. Olivet. Orléans. Ormes. Boigny sur Bionne Bou Chanteau Chécy Combleux Fleury les Aubrais Ingré La Chapelle Saint Mesmin Mardié Marigny les Usages Olivet Orléans Ormes Saint Cyr en Val Saint Denis en Val Saint Jean le Blanc Saint

Plus en détail

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE Dans le contexte actuel de croissance des difficultés économiques, financières et sociales des plus pauvres, les collectivités

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

ACTION DE ETAT QUELQUES CHIFFRES «CLÉS» -GARONNE -ET-GAR ETAT. Quelques chif

ACTION DE ETAT QUELQUES CHIFFRES «CLÉS» -GARONNE -ET-GAR ETAT. Quelques chif 5 Quelques chif hiffr fres «clés» Les effectifs ectifs de l Etat au 31 décembre e 2013 7 467 193 4 825 473 159 80 37 24 Administration générale Education nationale (dont 3826 enseignants) Economie Finances

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL

SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL COMMUNE DE SAINT-CERGUES SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL Réunion publique de concertation du 4 avril 2013 E s p a c e s & M u t a t i o n s B. L E M A I R E AEspaces r c h & i tmutations e c t e B.LEMAIRE

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail