Radioimmunothérapie du lymphome: Routine clinique et perspectives

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Radioimmunothérapie du lymphome: Routine clinique et perspectives"

Transcription

1 Radioimmunothérapie du lymphome: Routine clinique et perspectives Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes Apramen

2 Principe de la RIT Effets radiobiologiques Effets immunologiques (ADCC, CDC, Apoptose) Feu croisé 90 Y RIT 90 Y 90 Y Dose absorbée Radiosensibilité tumorale Masse tumorale Apramen

3 LNH: indication intéressante de la RIT CD19 Radiosensibilité élevée Antigènes bien caractérisés Efficacité de l immunothérapie CD20 CD22 CD22 HLA-DR Apramen

4 AMM Zevalin LF CD20+ traité par chimio-immunothérapie First pre-dose Pre-dose + Zevalin Cold anti-cd20 antibody* (Rituximab 250 mg/m 2 ) Cold anti-cd20 antibody* (Rituximab 250 mg/m 2 ) Followed by 90 Y-Zevalin (15 or 11 MBq/kg; max dose 1200 MBq) Day *Dose of cold anti-cd20 monoclonal antibody to optimize biodistribution of Zevalin Apramen Wagner et al. J Nucl Med 2002;43:

5 Zevalin Versus Rituximab in Low-Grade Lymphoma: Responses Patients (%) Zevalin International Workshop for NHL Response Criteria (IWRC) At Week 13 after beginning treatment 80% 30% P=0.002 P= % 16% n=73 Rituximab n=70 Partial response Complete response Witzig et al. J Clin Oncol 2002;20: Apramen

6 Zevalin Versus Rituximab in Low-Grade Lymphoma: Time to Progression Progression free (%) All patients CR or CRu P=0.182 Zevalin (n=73) P= Months Rituximab (n=70) Apramen 2008 Witzig et al. J Clin Oncol 2002;20:

7 Pre-RIT 6 w post-rit Apramen

8 Updated Response Rates in Zevalin Trials % 85% 83% Overall response Complete response 80% Response (%) % Phase I/II (all patients) 33% Follicular Phase I/II 47% n=51 n=33 n=30 n=73 Phase II (mild thrombocytopenia) 34% Phase III Witzig et al. Presented at Am Soc Clin Oncol 2003 Apramen

9 Développements actuels Consolidation (Maladie résiduelle) Avant autogreffe Après chimiothérapie conventionnelle Première ligne Fractionnement, Injections répétées Autres AcM (autres cibles, AcM humanisés) Apramen

10 Maladie résiduelle: situation idéale Biodistribution et dose tumorales favorables Sensibilité aux RI supérieure Effets des AcM froids Brown, Cancer Res (1998) 58: Apramen

11 Schéma général du traitement du lymphome B Induction Consolidation maintenance Immuno-chemotherapy => tumor reduction SCT RIT => MRD Apramen

12 Avant autogreffe: chimio-rit vs chimio-ict O Press, Blood 2000; 96: patients, tout grade, non randomisée Apramen

13 Apramen

14 FIT Study First-line therapy with CVP, CHOP/-like, fludarabine combinations, chlorambucil, or rituximab combination INDUCTION NR PD No inclusion CR/CRu or PR Start of study R AN D O MI ZA T I O N ZEVALIN (n = 208) Rituximab 250 mg/m 2 IV day - 7 and day 0 + Zevalin 14.8 MBq/kg (max 1184 MBq/kg) day 0 CONSOLIDATION No further treatment (n = 206) CONTROL Apramen

15 FIT Study First-line regimen Control, % Zevalin, % CR/CRu CR/CRu All patients Chlorambucil CVP / COP CHOP CHOP-like Fludarabine comb Rituximab comb Apramen

16 Fig 3. Kaplan-Meier plots for progression-free survival (PFS) in all patients and PFS stratified by response to first-line induction treatment Morschhauser, F. et al. J Clin Oncol; 26: Apramen

17 Consolidation: Zevalin en consolidation en première ligne R R-C(H)OP PR, CR, SD Zevalin n=40 n=39 Shipley et al. Proc ASCO 2005;24:579s(6577) Apramen

18 Consolidation: Zevalin en consolidation en première ligne Response rates (%) PR 0 After chemoimmunotherapy CR/CRu After Zevalin Progression free survival (%) Progression-free survival Months Shipley et al. Proc ASCO 2005; 23(16S):579s, abstr 6577 Apramen

19 A Phase II trial of fractionated 90 Y-hLL2, as consolidation after R-chemotherapy induction therapy, in patients with DLBCL Sponsor: GOELAMS, Start in 2008 One advantage of 90Y-hLL2 is to be specific for a different antigen than rituximab with the possibility of targeting populations of lymphoma cells not expressing CD20 or having lost its expression as a result of treatment. Apramen

20 Anti-CD22 hll2-90y (epratuzumab) Developed by Immunomedics (Morris Plains, New Jersey) Humanized mab Internalized by target cells Stable labeled using DOTA Administered without loading dose of cold antibody, at variance with Zevalin and Bexxar Apramen

21 90 Y-Epratuzumab Fractionated Study, ASCO Y Total Dose (mci/m 2 ) 5-10 OR 41% (7/17) CR/CRu 29% (5/17) % (7/12) 45% (6/12) % (9/16) 44% (7/16) % (16/16) 75% (12/16) Apramen

22 90 Y-Epratuzumab Fractionated Study, ASCO 2008 Pt with CR Small para-aortic LN Involvement Baseline CT 111 In-hLL2 targeting Tumor Ureter Ureter Ureter Apramen Baseline PET PET 6 wks post RIT PET 24 mo post RIT

23 Patient with FL recurrence (mediastinal LN) Treated with 2 injection of 15 mci/m2 (on going level) Good tumor targeting 90 Y-Epratuzumab Fractionated Study, ASCO 2008 Apramen

24 90 Y-Epratuzumab Fractionated Study, ASCO weeks after RIT 6 wks after RIT Before RIT Apramen

25 Essai Goelams: hll2-90y en consolidation en 1ère ligne dans le LBDGC LNH B diffus à grandes cellules > 60 ans non candidat à une autogreffe I-II grosse masses III-IV 3 cures de CHOP-R Evaluation par CT et TEP FDG NR, Progression (selon Cheson CT) Sortie d'étude CR, CRi, PR (selon Cheson CT) 3 CHOP-R Evaluation par CT et TEP FDG 2 cures de 90Y-hLL2 Apramen

26 Conclusion AMM du Zevalin: Réponses objectives chez des patients réfractaires aux autres traitements Effet supérieur en premières lignes thérapeutiques Bonne tolérance en consolidation avec des résultats thérapeutiques intéressants à confirmer chez des patients traités par chimio-immunothérapie Autres cibles, humanisation, fractionnement Apramen

Guillaume COLLET. Jeudi 8 janvier 2015

Guillaume COLLET. Jeudi 8 janvier 2015 Guillaume COLLET Jeudi 8 janvier 2015 Lymphomes non hodgkinien (LNH) de bas grade = LNH indolents : folliculaire, zone marginale Souvent asymptomatiques Evolution lente Rechute constante mais survie globale

Plus en détail

Influence de la masse antigénique et du polymorphisme FCGR3A-158V/F sur la pharmacocinétique du rituximab dans la leucémie lymphoïde chronique

Influence de la masse antigénique et du polymorphisme FCGR3A-158V/F sur la pharmacocinétique du rituximab dans la leucémie lymphoïde chronique Influence de la masse antigénique et du polymorphisme FCGR3A-58V/F sur la pharmacocinétique du rituximab dans la leucémie lymphoïde chronique Mira Tout CNRS UMR 7292 Génétique, Immunothérapie, Chimie et

Plus en détail

Les lymphomes osseux. Soirée AIH. Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon

Les lymphomes osseux. Soirée AIH. Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon Les lymphomes osseux Soirée AIH Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon Une définition difficile Localisations osseuses secondaires d un lymphome Lymphome osseux primitif Réticulosarcome de Parker

Plus en détail

D après la communication orale de J. Timmerman, abstract 010, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de J. Timmerman, abstract 010, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Nivolumab chez les patients en rechute ou réfractaire dans les pathologies lymphoïdes et les lymphomes hodgkinien Mise à jour des résultats de l étude de phase 1 (CA209-039) D après la communication orale

Plus en détail

Traitement des Lymphomes Folliculaires disséminés (hors greffes) L.Ysebaert Service d Hématologie clinique CHU Purpan Toulouse

Traitement des Lymphomes Folliculaires disséminés (hors greffes) L.Ysebaert Service d Hématologie clinique CHU Purpan Toulouse Traitement des Lymphomes Folliculaires disséminés (hors greffes) L.Ysebaert Service d Hématologie clinique CHU Purpan Toulouse Lymphomes indolents : diagnostic Traitement d entretien? Intensification?

Plus en détail

TEP-FDG et Lymphomes: évaluation de la réponse intermédiaire. Caroline BODET-MILIN Françoise KRAEBER-BODÉRÉ

TEP-FDG et Lymphomes: évaluation de la réponse intermédiaire. Caroline BODET-MILIN Françoise KRAEBER-BODÉRÉ TEP-FDG et Lymphomes: évaluation de la réponse intermédiaire Caroline BODET-MILIN Françoise KRAEBER-BODÉRÉ Evaluation classique Ann Arbor pour le staging: clinique, BOM, CT Cheson pour l évaluation thérapeutique

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des. samedi 25 mars

Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des. samedi 25 mars Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des lymphomes indolents samedi 25 mars Patients de bon pronostic ou de faible masse Patiente de 57 ans Histoire - Augmentation progressive en environ

Plus en détail

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts 104-108 Rappel La plupart des lymphomes agressifs surviennent après 60 ans Le pronostic est plus

Plus en détail

Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin. Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne

Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin. Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne CAS CLINIQUE Mr B., 32 ans, pas d ATCD. Toux sèche persistante depuis 1 an RT: gros médiastin Examen clinique: OMS 0, pas d amaigrissement

Plus en détail

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Dr Julien LAZAROVICI Service d Hématologie Département de Médecine Oncologique Principes Concept d effet dose des chimiothérapies chimio sensibilité

Plus en détail

Sophie HABERER LYMPHOMES POUMON

Sophie HABERER LYMPHOMES POUMON Sophie HABERER LYMPHOMES POUMON HEMATOLOGIE Session plénière: 1 / 4 Session scientifique et poster discussion: 4/435 Poster présentation: 32/1438 Intensified Chemotherapy and Dose-Reduced Involved Field

Plus en détail

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 9 ET 2001 Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 INTRODUCTION Amélioration du pronostic des lymphomes B de l enfant grâce

Plus en détail

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris richard.delarue@aphp.fr Qu est-ce qu un patient âgé? L âge Administratif : habituellement

Plus en détail

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue Évaluation finale par Tep des lymphomes Le point de vue de l hématologue Consensus internationaux Critères de Cheson 2007 Délai nécessaire entre fin de traitement et TEP Évaluation visuelle suffisante

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie. 25 mars 2006

Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie. 25 mars 2006 Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie lymphoïde chronique S. Cereja 25 mars 2006 LLC: diagnostic et facteurs pronostiques Pathologie des lymphocytes B CD5+ CD19+ Diagnostic

Plus en détail

Perspectives et futures orientations des immunothérapies dans les cancers digestifs

Perspectives et futures orientations des immunothérapies dans les cancers digestifs Perspectives et futures orientations des immunothérapies dans les cancers digestifs Professeur François Ghiringhelli INSERM UMR866 Cancer et réponse immunitaire adaptive Service d oncologie médicale. Centre

Plus en détail

Cancer du sein métastatique HER2+: stratégie thérapeutique

Cancer du sein métastatique HER2+: stratégie thérapeutique Cancer du sein métastatique HER2+: stratégie thérapeutique Christelle LEVY 2000-2010 Taxane seul 4 à 6 mois trastuzumab + taxane amélioration de la survie sans progression Taxane + Trastuzumab 1 an 13,7

Plus en détail

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Dr Julien LAZAROVICI Service d Hématologie Département de Médecine Oncologique Principes «Autogreffe»( allogreffe) Concept d effet dose des chimiothérapies

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 novembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 octobre 2008 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Principe de prise en charge: Questions non résolues 1 ère étape: faut-il traiter le cancer? - ATCD, comorbidités

Plus en détail

Cellule T Cellule tumorale Thérapies Ciblées et Immunothérapie une Révolution en Oncologie

Cellule T Cellule tumorale Thérapies Ciblées et Immunothérapie une Révolution en Oncologie Cellule T Cellule tumorale Thérapies Ciblées et Immunothérapie une Révolution en Oncologie Prof. Th. Velu, Oncologue Médical, CHIREC Thérapies Ciblées : A. Basées sur des Anticorps 25 la Révolution a commencé

Plus en détail

RITUXAN MC Leucémie lymphoïde chronique à cellules B (LLC-B)

RITUXAN MC Leucémie lymphoïde chronique à cellules B (LLC-B) RITUXAN MC Leucémie lymphoïde chronique à cellules B (LLC-B) FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Rituxan Dénomination commune : Rituximab Fabricant : Roche Forme : Solution pour perfusion intraveineuse Teneur

Plus en détail

Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements?

Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements? Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements? Pr. Eric F. LARTIGAU Centre Oscar Lambret & Université Lille II Lederman «The early history of radiotherapy 1895-1931» IJROBP 1981 Premiers essais du traitement

Plus en détail

Franck Morschhauser. To cite this version: HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel

Franck Morschhauser. To cite this version: HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Nouvelles modalités (consolidation, fractionnement) de radioimmunothérapie par 90Y-ibritumomab tiuxetan ( Zevalin ) en traitement de première ligne des lymphomes malin non hodgkinien de type folliculaire:

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

Maladie de Hodgkin. Intensification par Autogreffe ou Allogreffe. D.E.S. Hématologie H. Paris 11/2006

Maladie de Hodgkin. Intensification par Autogreffe ou Allogreffe. D.E.S. Hématologie H. Paris 11/2006 Maladie de Hodgkin Intensification par Autogreffe ou Allogreffe D.E.S. Hématologie H Paris 11/2006 Introduction Le pourcentage actuel de patients avec un lymphome de Hodgkin initialement réfractaire ou

Plus en détail

Bibliographie SRO Tours Octobre 2016 Rh Psoriasique Spondyloarthrite. Emmanuelle DERNIS

Bibliographie SRO Tours Octobre 2016 Rh Psoriasique Spondyloarthrite. Emmanuelle DERNIS Bibliographie 2016 SRO Tours Octobre 2016 Rh Psoriasique Spondyloarthrite Emmanuelle DERNIS Base de donnée patients Pso: 97 MG Douleurs articulaires, tendineuses ou rachidienne? Examen fait par un rhumatologue

Plus en détail

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Premiers résultats de l étude de phase III GADOLIN étudiant l obinutuzumab associé à la bendamustine versus bendamustine seule chez des lymphomes non hodgkiniens indolents réfractaires au rituximab D après

Plus en détail

Immunothérapie et Cancer Bronchique. Données récentes

Immunothérapie et Cancer Bronchique. Données récentes Immunothérapie et Cancer Bronchique Données récentes Classifications NAPC NAPC: algorithme de traitement 2014 Efficacité des chimiothérapies de seconde ligne pour les NAPC Erlotinib (150 mg /j) Docetaxel

Plus en détail

REFERENTIEL MALADIE DE WALDENSTROM. J.P. Vilque S. Chantepie 01/06/2013

REFERENTIEL MALADIE DE WALDENSTROM. J.P. Vilque S. Chantepie 01/06/2013 REFERENTIEL MALADIE DE WALDENSTROM J.P. Vilque S. Chantepie 01/06/2013 Définitions Rare syndrome lymphoprolifératif caractérisé par une infiltration médullaire de lymphoplasmocytes et une gammapathie monoclonale

Plus en détail

BRCA : du test prédictif au test thérapeutique

BRCA : du test prédictif au test thérapeutique Réunion régionale Oncomip oncogénétique, 27/01/2016 BRCA : du test prédictif au test thérapeutique Dr Laurence GLADIEFF Institut Claudius Regaud Amylee BRCA : test prédictif 1 DCD 61 ans 2?? DCD 52 ans

Plus en détail

Nouveaux agents dans les lymphomes folliculaires

Nouveaux agents dans les lymphomes folliculaires DES Hématologie 2012 Nouveaux agents dans les lymphomes folliculaires Gilles SALLES Même si l imuno imuno-chimiothérapie a conduit à des progrès, des besoins demeurent Nouveaux agents en développement

Plus en détail

Traitement d entretien des lymphomes indolents : pourquoi, comment?

Traitement d entretien des lymphomes indolents : pourquoi, comment? Traitement d entretien des lymphomes indolents : pourquoi, comment? Maintenance treatment for low grade lymphomas: why, how? G. Cartron*, P. Solal-Céligny** * Service d hématologie clinique, CHU de Montpellier,

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Rituximab A tout seigneur, tout honneur Que de chemin depuis 10 ans Ac anti-cd 20 développé initialement en monothérapie

Plus en détail

Les Ateliers Lymphomes et LLC octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60)

Les Ateliers Lymphomes et LLC octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60) Les Ateliers Lymphomes et LLC 22 24 octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60) 4 ème session : Lymphomes indolents Modérée par Guillaume CARTRON Programme de la session 4 ème session : Lymphomes

Plus en détail

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques Prise en charge des CBNPC oligométastatiques À partir d'un cas clinique Dr Stéphane HOMINAL, Centre Hospitalier Annecy-Genevois Les incontournables 7 octobre 2014 Cas clinique / femme 66 ans - juillet

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 janvier 2010 TORISEL 25 mg/ml, solution à diluer et diluant pour solution pour perfusion Boîte de 1 flacon de solution à diluer et 1 flacon de diluant (CIP 571 783-7)

Plus en détail

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale Institut Curie Cas Clinique Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : A 7 cm de la marge anale 4 cm de hauteur Non circonférentielle Non occlusive Histologie : Adénocarcinome bien

Plus en détail

Hormonothérapie du cancer de la prostate: Où, Quand, Comment en 2014? Pr Karim Fizazi, MD, PhD Institut Gustave Roussy Villejuif, France

Hormonothérapie du cancer de la prostate: Où, Quand, Comment en 2014? Pr Karim Fizazi, MD, PhD Institut Gustave Roussy Villejuif, France Hormonothérapie du cancer de la prostate: Où, Quand, Comment en 2014? Pr Karim Fizazi, MD, PhD Institut Gustave Roussy Villejuif, France Hormonothérapie Efficacité connue depuis 1941 (C.Huggins) Récepteur

Plus en détail

Evaluation en imagerie de la réponse tumorale : quelle technique en 2009?

Evaluation en imagerie de la réponse tumorale : quelle technique en 2009? Evaluation en imagerie de la réponse tumorale : quelle technique en 2009? Olivier Vignaux Université Paris Descartes Service de Radiologie Hôpital Cochin Problématique réponse tumorale : diminution taille

Plus en détail

RECIST, mrecist, etc

RECIST, mrecist, etc RECIST, mrecist, etc Laure Fournier JFR 2013: Cours approfondi : L imagerie contre le cancer «Critères de la réponse tumorale en imagerie» Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Université Paris Descartes

Plus en détail

Diagnostic et Surveillance

Diagnostic et Surveillance Imagerie morphologique et TEP des Lymphomes : Diagnostic et Surveillance Benoît Dupas et Françoise Kraeber-Bodéré - NANTES Rencontres APRAMEN Mardi 9 décembre 2008 La question : utilité de l imagerie morphologique

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge thérapeutique des Tumeurs endocrines Digestives

Actualités dans la prise en charge thérapeutique des Tumeurs endocrines Digestives Actualités dans la prise en charge thérapeutique des Tumeurs endocrines Digestives R.SAI; K.BOUZID EHS C.P.M.C INTRODUCTION Tumeurs Rares : 2 /100000 et de Diagnostic difficile Prise en Charge Thérapeutique

Plus en détail

Place de la TEP-TDM dans l évaluation. néoadjuvantedu cancer du sein

Place de la TEP-TDM dans l évaluation. néoadjuvantedu cancer du sein Place de la TEP-TDM dans l évaluation précoce de la chimiothérapie néoadjuvantedu cancer du sein Dr Alexandre Cochet Centre Georges-François Leclerc, Dijon, France. LE2i CNRS UMR 6304, Dijon, France. Chimiothérapienéoadjuvanteet

Plus en détail

Traitement de l infection par le VHC chez les patients avec lymphome malin, résultats de l étude ANRS HC13-Lympho-C

Traitement de l infection par le VHC chez les patients avec lymphome malin, résultats de l étude ANRS HC13-Lympho-C Traitement de l infection par le VHC chez les patients avec lymphome malin, résultats de l étude ANRS HC13-Lympho-C L Alric, D Bonnet, N Lapidus, Michot JM, J Jeannel, D Canioni, P Cacoub, F, H Fontaine,

Plus en détail

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

Chronochimiothérapiedes cancers colorectaux métastatiques

Chronochimiothérapiedes cancers colorectaux métastatiques Chronochimiothérapiedes cancers colorectaux métastatiques Méta-analyse de trois essais randomisés internationaux S. Giacchetti, Hôpital Paul Brousse, Villejuif (France) Histoire des essais de phase III

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Conduite à tenir devant une carcinose localisée

Conduite à tenir devant une carcinose localisée XVIème Journée de l Association Picarde de Cancérologie Digestive Conduite à tenir devant une carcinose localisée Diane Goéré Département de Chirurgie Oncologique Institut Gustave Roussy Université Paris

Plus en détail

1 ère JOURNEE UROMIP. cancer du rein métastatique Actualités. Loïc Mourey Oncologie Médicale

1 ère JOURNEE UROMIP. cancer du rein métastatique Actualités. Loïc Mourey Oncologie Médicale 1 ère JOURNEE UROMIP cancer du rein métastatique Actualités Loïc Mourey Oncologie Médicale Actualités Place de la néphrectomie Indications thérapeutiques Dans l approche des toxicités Nouvelles thérapies

Plus en détail

Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH

Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH Pr Nicolas Mounier Service d Onco Onco-Hématologie Hôpital l Archet l - CHU Nice Groupe d Etude des Lymphomes de l Adulte Lymphomes HIV Les 2 entités

Plus en détail

RÉSULTATS DU 11 ÈME WORKSHOP ICML

RÉSULTATS DU 11 ÈME WORKSHOP ICML Rédigé par le Docteur Sophie Sadot-Lebouvier, ICO Nantes RÉSULTATS DU 11 ÈME WORKSHOP ICML SUR LE STAGING À L ÈRE DU PET-CT D après la communication orale de B. Cheson, abstract #128 ICML 2013 Staging

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 16 juin 2016

Communiqué de presse. Bâle, le 16 juin 2016 Communiqué de presse Bâle, le 16 juin 2016 Homologation européenne de Gazyvaro, médicament de Roche, en association avec la bendamustine pour le traitement de patients atteints de lymphome folliculaire

Plus en détail

REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012

REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012 REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012 DIAGNOSTIC La ponction ganglionnaire permet d'évoquer le diagnostic mais il doit être confimé par une biopsie ganglionnaire ou par une ponction-biopsie sous scanner d'une

Plus en détail

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Problématiques Quelle est la place du Rituximab? Quels arguments pour une intensification

Plus en détail

Le syndrome néphrotique idiopathique au XXIème siècle: les nouveautés thérapeutiques ANCA

Le syndrome néphrotique idiopathique au XXIème siècle: les nouveautés thérapeutiques ANCA Le syndrome néphrotique idiopathique au XXIème siècle: les nouveautés thérapeutiques ANCA - 2011 Pourquoi des nouveautés thérapeutiques? Fakhouri, AJKD, 2003 Pourquoi des nouveautés thérapeutiques? Stéroides

Plus en détail

Nouvelles molécules en cancérologie digestive

Nouvelles molécules en cancérologie digestive Nouvelles molécules en cancérologie digestive Dr A. DROUILLARD CHU DIJON CANCER GASTRIQUE Cancer gastrique: Options thérapeutiques actuelles Les thérapies ciblées dans le cancer gastrique Survie globale

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 19 mai Deuxième homologation de GAZYVARO en Suisse

Communiqué de presse. Bâle, le 19 mai Deuxième homologation de GAZYVARO en Suisse Communiqué de presse Bâle, le 19 mai 2016 GAZYVARO (obinutuzumab), médicament de Roche, est homologué en Suisse pour le traitement de patients atteints de lymphome folliculaire précédemment traité Deuxième

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 30 mai 2015

Communiqué de presse. Bâle, le 30 mai 2015 Communiqué de presse Bâle, le 30 mai 2015 Gazyva/Gazyvaro, médicament de Roche, a permis de prolonger la période sans aggravation de la maladie chez des patients atteints de lymphome non hodgkinien indolent

Plus en détail

DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière )

DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière ) DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière ) Salle : Salle Camille Blanc Standards thérapeutiques référencés en France mais sans AMM. Dr Cristian Villanueva CHRU

Plus en détail

Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003

Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003 Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003 LMNH agressifs Résultats histologiques doivent être donnés dans la classification OMS 2001 par l anatomo-pathologiste

Plus en détail

Maladie de Hodgkin Réfractaire ou en Rechute

Maladie de Hodgkin Réfractaire ou en Rechute Maladie de Hodgkin Réfractaire ou en Rechute Facteurs pronostiques Approches thérapeutiques Tereza Coman 20 mars 2009 Quels malades? Les Stades III/IV au diagnostic: Score 0-2: 20% rechutent Score > 4:

Plus en détail

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts LYMPHOME T D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts 125-129 Rappel Hémopathie maligne rare Pronostic sévère avec taux de survivants autour de 30 à 35 % à 5 ans Taux de rechute

Plus en détail

CCRm: La réponse mais pas uniquement

CCRm: La réponse mais pas uniquement CCRm: La réponse mais pas uniquement Grand Round Digestif 9 10 décembre 2016 Pr Phelip Jean Marc Service d HGE et d oncologie digestive CHU de Saint Etienne Liens d intérêt Board / conseil : Merck Serono,

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux?

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dr Jean-Philippe DURAND Président du CLAN du GHU Paris Centre Praticien Hospitalier Service

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 232 3 2) TARCEVA 100 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 234 6 1 TARCEVA 150 mg, comprimé

Plus en détail

Médecine nucléaire en évaluation thérapeutique - Exemple du lymphome. Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO

Médecine nucléaire en évaluation thérapeutique - Exemple du lymphome. Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO Médecine nucléaire en évaluation thérapeutique - Exemple du lymphome Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO Contexte Evaluation historique Ann Arbor pour le staging: clinique,

Plus en détail

Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire

Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire Jean-Marc Classe Institut de Cancérologie de l Ouest, Centre Gauducheau Nantes - France Quel est le pronostic de

Plus en détail

Enquête déviations au protocole

Enquête déviations au protocole Enquête déviations au protocole Objectifs : Sensibiliser nos investigateurs à la qualité dans les essais cliniques du GINECO Définir ce que nous considérons comme déviations majeures au protocole Méthodologie

Plus en détail

TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre!

TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre! TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre! Paris, le 11 décembre 2015 T. Walter Oncologie Digestive, Hop E Herriot Liens d intérêts Novartis, Ipsen, Keocyt, Pfizer, Celgen TNE bien différenciées

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Le Cancer du Sein HER2+ Nouvelles modalités de traitement par voie sous-cutanée. Dr Lionel MOREAU, Pôle Santé République, Clermont-Fd

Le Cancer du Sein HER2+ Nouvelles modalités de traitement par voie sous-cutanée. Dr Lionel MOREAU, Pôle Santé République, Clermont-Fd Le Cancer du Sein HER2+ Nouvelles modalités de traitement par voie sous-cutanée Dr Lionel MOREAU, Pôle Santé République, Clermont-Fd 2 3 Développement Formulation sous-cutanée (SC) Trastuzumab est actuellement

Plus en détail

PAOLA-1. peritoneal cancer

PAOLA-1. peritoneal cancer PAOLA-1 Platine, Avastin and OLAparib in 1 st line of advanced high grade epithelial ovarian, fallopian tube, or primary peritoneal cancer Randomized, Double-blind, Phase III Trial of olaparib vs. placebo

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique 25% des leucémies de l adulte 25% des lymphomes de l adulte Âge médiane (USA): 71 ans Survie 5 ans 88% Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig

Plus en détail

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix PLAN Généralités sur les personnes âgées Peut on transposer les avancées faites chez les patients d âge inférieur à70 ans

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

Prise en charge du LMNH diffus grandes cellules B (DLBCL) ALGERIE Mai 2014 Anne-Sophie Michallet

Prise en charge du LMNH diffus grandes cellules B (DLBCL) ALGERIE Mai 2014 Anne-Sophie Michallet Prise en charge du LMNH diffus grandes cellules B (DLBCL) ALGERIE Mai 2014 Anne-Sophie Michallet DLBCL WHO Classification (2008) Diffuse large B-cell lymphoma (DLBCL), not otherwise specified (NOS) Common

Plus en détail

Nouveautés dans la stratégie thérapeutique des maladies inflammatoires de l intestin. Edouard LOUIS Centre Hospitalier Universitaire Liège

Nouveautés dans la stratégie thérapeutique des maladies inflammatoires de l intestin. Edouard LOUIS Centre Hospitalier Universitaire Liège Nouveautés dans la stratégie thérapeutique des maladies inflammatoires de l intestin Edouard LOUIS Centre Hospitalier Universitaire Liège Maladie de Crohn Histoire naturelle de la maladie de Crohn 75 Dommage

Plus en détail

Lymphome Hodgkinien chez le patient VIH

Lymphome Hodgkinien chez le patient VIH Lymphome Hodgkinien chez le patient VIH Cours de DES d Hématologie 26/09/2014 Dr Hervé Ghesquières Onco-Hématologie, Centre Léon Bérard, Lyon, France Les Lymphomes chez les patients VIH Les patients VIH

Plus en détail

Tositumomab et tositumomab marqué à l iode 131 (Bexxar ) Corixa Corporation; commercialisation par GlaxoSmithKline 1

Tositumomab et tositumomab marqué à l iode 131 (Bexxar ) Corixa Corporation; commercialisation par GlaxoSmithKline 1 Dénomination générique (commerciale) : Fabricant : Tositumomab et tositumomab marqué à l iode 131 (Bexxar ) Corixa Corporation; commercialisation par GlaxoSmithKline 1 N O 64 OCTOBRE 2005 Indication :

Plus en détail

AdhesiomAb Des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique dans les carcinomes

AdhesiomAb Des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique dans les carcinomes AdhesiomAb Des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique dans les carcinomes Type d'offre : partenariat Patricia Rousselle et Charles Dumontet Institut de Biologie et Chimie des Protéines, Lyon et Centre

Plus en détail

Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique

Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique Pr André Bosly Service d hématologie Cliniques universitaires UCL de Mont-Godinne La LLC Nouvelles Notions B CD38 + Manteau Zone claire CD38 - B B

Plus en détail

Terme générique désignant les proliférations malignes des tissus lymphoïdes

Terme générique désignant les proliférations malignes des tissus lymphoïdes Définition Lymphome Malin (LM) Terme générique désignant les proliférations malignes des tissus lymphoïdes Les LM correspondent à des tumeurs du système immunitaire B ou T Immunologie, cytogénétique et

Plus en détail

Chimiothérapie stades avancés

Chimiothérapie stades avancés Définition Chimiothérapie adjuvante Cancer du poumon non à petites cellules On entend par chimiothérapie adjuvante, un traitement réalisé chez un malade dont la tumeur a été enlevée en totalité par une

Plus en détail

RCP de la SFSPM RENNES JUIN 2015. Anne LESUR, responsable du PARCOURS SEIN ICL ICL 3 AVRIL 2015

RCP de la SFSPM RENNES JUIN 2015. Anne LESUR, responsable du PARCOURS SEIN ICL ICL 3 AVRIL 2015 RCP de la SFSPM RENNES JUIN 2015 Anne LESUR, responsable du PARCOURS SEIN ICL ICL 3 AVRIL 2015 Ovaires actifs ou non? CAS CLINIQUES CAS UN : 34 ans, deux enfants de 4 et 6 ans, souhait autre grossesse

Plus en détail

Place de la dans la prise en charge des Lymphomes Hodgkiniens. Place de la TEP dans la MH. Rappel (1) DES Hématologie 2006

Place de la dans la prise en charge des Lymphomes Hodgkiniens. Place de la TEP dans la MH. Rappel (1) DES Hématologie 2006 Place de la da la prise en charge des Lymphomes Hodgkinie DES Hématologie 2006 Anne Devillers, médecine nucléaire CRLCC Rennes Place de la TEP da la MH Da le bilan initial Da la répoe thérapeutique en

Plus en détail

Prise en charge des lymphomes de Hodgkin avancés. O. Casasnovas Hématologie Clinique CHU Dijon, France

Prise en charge des lymphomes de Hodgkin avancés. O. Casasnovas Hématologie Clinique CHU Dijon, France Prise en charge des lymphomes de Hodgkin avancés O. Casasnovas Hématologie Clinique CHU Dijon, France Stratification Stades I -II EORTC/GELA Médiastin/Thorax > 0.35 4 aires ganglionnaires B et VS 30 ou

Plus en détail

Les conditionnements pré-allogreffe de cellules hématopoïétiques. 3 ème journées de l AFITCH-OR 2012

Les conditionnements pré-allogreffe de cellules hématopoïétiques. 3 ème journées de l AFITCH-OR 2012 Les conditionnements pré-allogreffe de cellules hématopoïétiques 3 ème journées de l AFITCH-OR 2012 Comment soigner/greffer sans toxicité? Un paramètre pour évaluer la toxicité : la TRM TRM = Transplanted

Plus en détail

Les nouveaux essais thérapeutiques en néoadjuvant. changement de philosophie? «Les anciens essais» NSABP B-27 III. Cancer du sein opérable T1-T3

Les nouveaux essais thérapeutiques en néoadjuvant. changement de philosophie? «Les anciens essais» NSABP B-27 III. Cancer du sein opérable T1-T3 Les nouveaux essais thérapeutiques en néoadjuvant : changement de philosophie? Dr Anne Claire Hardy-Bessard Clinique Armoricaine, Saint-Brieuc «Les anciens essais» NSABP B-27 Cancer du sein opérable T1-T3

Plus en détail

Prise en charge des lymphomes de Hodgkin avancés. O. Casasnovas Hématologie Clinique CHU Dijon, France

Prise en charge des lymphomes de Hodgkin avancés. O. Casasnovas Hématologie Clinique CHU Dijon, France Prise en charge des lymphomes de Hodgkin avancés O. Casasnovas Hématologie Clinique CHU Dijon, France Stratification Stades I -II EORTC/GELA Médiastin/Thorax > 0.35 4 aires ganglionnaires B et VS 30 ou

Plus en détail

Métastases pulmonaires dans le cancer colorectal: un exemple de multidisciplinarité. Dr Couteau, Dr Delchier, Dr Gallocher, Dr Rabinel, Dr Rives

Métastases pulmonaires dans le cancer colorectal: un exemple de multidisciplinarité. Dr Couteau, Dr Delchier, Dr Gallocher, Dr Rabinel, Dr Rives Métastases pulmonaires dans le cancer colorectal: un exemple de multidisciplinarité Dr Couteau, Dr Delchier, Dr Gallocher, Dr Rabinel, Dr Rives Cas clinique 1 Mr M- JL, né en 1944, tabagisme Mars 2006

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Généralités Epidémiologie Incidence 7800 nouveaux cas par an (1) 70-80 ans Prédominance masculine Bilan pré thérapeutique TDM TAP Echoendoscopie + biopsie si réalisable

Plus en détail

La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire

La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire Glehen Olivier Naoual Bakrin Chirurgie Générale et Oncologique Centre Hospitalier Lyon Sud LE CANCER de l Ovaire Dans le monde : 200 000 nvx cas/an

Plus en détail

Contexte épidémiologique. 14,5 / chiens et 3,5 / chats. 2,8 % des chiens et 2,2% des chats

Contexte épidémiologique. 14,5 / chiens et 3,5 / chats. 2,8 % des chiens et 2,2% des chats Académie Vétérinaire, Jeudi 21 avril 2011 Pauline de Fornel-Thibaud Contexte épidémiologique Incidence : 14,5 /100 000 chiens et 3,5 /100 000 chats 2,8 % des chiens et 2,2% des chats jlthibaud@vet-alfort.fr

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT THYMOGLOBULINE CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT THYMOGLOBULINE CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT THYMOGLOBULINE CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Immunoglobuline anti-thymocytes humains (Ig de lapin) Composition qualitative et quantitative : principe actif 25 mg d'ig

Plus en détail

G LLEDO. Evolution des standards du traitement adjuvant du cancer colo-rectal

G LLEDO. Evolution des standards du traitement adjuvant du cancer colo-rectal G LLEDO Evolution des standards du traitement adjuvant du cancer colo-rectal Connaître les indications et les modalités actuelles des chimiothérapies adjuvantes Connaître les nouveaux protocoles et les

Plus en détail