Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289"

Transcription

1 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

2

3 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni La présente partie présente es raisons d être et es pratiques actuees en matière de conventions de services bancaires au Royaume-Uni. Dans un premier temps, on rend compte d un entretien mené auprès des responsabes de CIMS Goba, concepteurs des premiers «packages» aux États-Unis. CIMS Goba a, par a suite, étendu son expertise au Royaume-Uni, et en Europe du Nord. Les responsabes des grandes banques de a pace n ayant pas souhaité nous rencontrer, nous ne pouvons offrir une synthèse pus importante de nos entretiens. Dans un second temps, on présente es contenus des paquets proposés par es pus grands étabissements Expoitation des enquêtes au Royaume-Uni Présentation de CIMS, de sa cientèe et des contacts européens CIMS a débuté son activité i y a environ quinze ans et est actueement e eader dans a conception des paquets bancaires. CIMS est une fiiae de Cendant, entreprise américaine présente notamment dans es secteurs de immobiier, de a finance et de hôteerie. Une fiiae spéciaisée dans a conception de paquets bancaires (Fisi Madison) existait déjà aux États-Unis, mais es particuarités du marché bancaire européen (dominé par un petit nombre de grandes banques et non pas constitué d un très grand nombre d étabissements ocaux comme aux États-Unis) nécessitaient une compétence spécifique, apportée par CIMS. La cientèe de CIMS est constituée de a Roya Bank of Scotand, de a Natwest, de a Loyds TSP, mais aussi d autres étabissements européens. Les grandes banques constituent a cibe priviégiée de CIMS dont a stratégie est de jouer sur es voumes. Notamment, ee est présente en France depuis e début des années quatre-vingt-dix et, depuis 1998, ee coabore avec a Société générae, dont ee a conçu e paquet Jazz (qui contient entre douze et quatorze services). De manière générae, sa coaboration avec des étabissements angais, français, hoandais, scandinaves (Danemark, Norvège) est fondée sur une stratégie d individuaisation des paquets bancaires et sur un objectif de fidéisation des cients. CIMS intervient égaement sur e marché bancaire aemand, qui se distingue par une faibe utiisation de a carte de paiement et par a présence de banques ocaes. Outre approche cassique, a stratégie consiste en a définition d une offre à vaeur ajoutée conçue pour bénéficier de a force régionae de ces banques. En paraèe, CIMS a déveoppé un concept moduaire pour es banques de taies moyenne et petite permettant de profiter des avantages des paquets en contrepartie d investissements réduits. CIMS coabore égaement avec des banques itaiennes comme Credito Itaiano. Ee est en revanche totaement absente des marchés grec, poonais et espagno (dont e marché bancaire est d aieurs sans doute assez proche du marché aemand) Les prémices : offre initiae de paquets au Royaume-Uni C est a Roya Bank of Scotand qui, en avri 1986, a proposé e premier paquet britannique «Royaties account», conçu par CIMS (a Roya Bank of Scotand a aujourd hui encore e pus fort taux de pénétration). La Barcays Bank a suivi en mai 1986, avec un paquet «maison» (ee COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

4 n a pas fait appe à un prestataire extérieur pour concevoir son paquet). Le contenu du paquet avait été déterminé à partir d entretiens et d études quantitatives permettant de connaître es préférences des consommateurs, et eur disposition à payer. Le prix initia du paquet de a Roya Bank of Scotand était de quatre ivres par mois. Les motivations pour a Roya Bank of Scotand étaient es suivantes : dégager des revenus prévisibes et stabes ; apparaître comme a première à innover ; approfondir a reation de cientèe et inciter es consommateurs à acquérir de nouveaux produits («cross seing»), qu is soient financiers (des emprunts hypothécaires notamment) ou non ; freiner e départ de a cientèe vers a concurrence (putôt qu attirer de nouveaux cients). Aujourd hui, cet objectif de fidéisation des consommateurs et de rétention de a cientèe est d aieurs devenu primordia et constitue un sujet brûant ; réduire e nombre de comptes «dormants» (un compte rattaché à un paquet est susceptibe de faire objet d opérations et de transactions pus nombreuses). Seon es responsabes de CIMS Goba, a différenciation ne constitue pas une motivation essentiee pour es banques dans a mesure où es produits bancaires sont standardisés et où offre est à peu près a même d un étabissement à autre. En fait, a différenciation se fait par es services non financiers 49 qui permettent d apporter une vaeur ajoutée au paquet bancaire. L accuei des cients s est révéé favorabe (même si parfois queques mises au point dans a conception des paquets ont dû être effectuées). Les ventes croisées ont d aieurs augmenté, surtout quand étaient incus des produits non financiers. Le taux de pénétration pour a Roya Bank of Scotand est actueement de 50% Les paquets bancaires aujourd hui Le cœur du paquet est constitué de prestations financières : une carte (débit et ou crédit) ; une ristourne de taux d intérêt sur es prêts (notamment, prêts pour acquisition de véhicue et prêts hypothécaires) ; un découvert autorisé ; une remise sur es agios en cas de découvert. Les paquets sont égaement constitués de prestations non financières iées à hôteerie (réservation et réduction de prix), a restauration, es voyages (offre de prestation et ristourne sur e prix). Peuvent aussi être proposés dans es paquets des bons d achat, abonnement à un magazine de consommateurs, une assurance contre a perte de a carte, un service de protection des bagages, des ivres et CD, incusion d une assurance contre a perte du tééphone mobie. Cette extension du nombre de composants («effet buffet») s expique par a voonté de se différencier et découe d une stratégie qui consiste putôt à ajouter des prestations, sans en retirer (par exempe, e paquet «Royaties God» incut es composants du paquet «Royaties» auque 49 La terminoogie ango-saxonne n est d aieurs pas a même seon qu on incut ou non des produits non bancaires dans es paquets (dans e premier cas, on pare de «package», dans e second on pare de «bunde»). 292 COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

5 sont encore ajoutés d autres services). En France, e nombre moyen de prestations par paquet est compris entre dix et quinze comme au Royaume-Uni (a partie haute de cette fourchette concernant es paquets haut de gamme). Certes, a Barcay s propose uniquement des produits financiers, mais de manière générae, es paquets bancaires incuent beaucoup de produits non financiers. L accroissement du nombre de prestations permet égaement de couvrir une arge gamme des besoins des consommateurs sans avoir à concevoir des paquets très spécifiques pour chaque type de cient. En adoptant cette stratégie, on court cependant e risque d accroître a confusion chez e consommateur, et de créer un mécontentement qui peut finaement amener à renoncer au paquet. La stratégie consistant à offrir un paquet sans proposer ses composants séparément («pure bunding») est tout à fait égae au Royaume-Uni. Le consommateur n a pas généraement a possibiité de se constituer un paquet à a carte : soit, i acquiert e paquet te qu i est proposé, soit, i doit y renoncer. Mais une fois e paquet acheté, certaines prestations se présentent ees-mêmes sous a forme d options à propos desquees on doit parfaitement informer e consommateur sous peine d accroître sa confusion et de e voir finaement renoncer au paquet. L introduction de services non bancaires dans es paquets permet de se différencier et d approfondir a reation de cientèe ainsi que impication de a banque dans a vie du cient. Les résutats des enquêtes de satisfaction et augmentation du «taux de pénétration» attestent du succès de cette stratégie. L anayse des coûts peut se faire seon différents points de vue : en ce qui concerne es coûts iés à a conception du paquet, on gagne sans doute à concevoir es ots en interne mais se pose aors e probème de a compétence ; par aieurs, es coûts dépendent aussi du caractère (bancaire ou non) des services composants e paquet. Dans e cas de produits bancaires, e fait de proposer des remises d intérêt sur es prêts, par exempe, peut générer un coût dans a mesure où, de toute façon, e cient aurait acheté e crédit au prix fort. Dans e cas de produits non bancaires en revanche, es consommateurs acquièrent des services qu is n auraient sans doute pas achetés sans offre de paquets ; mais, pour essentie, es coûts proviennent de a promotion, de a formation du personne et des changements de systèmes nécessaires au traitement de information. Cet effet est évidemment ampifié si a gamme de paquets est étendue. En généra, c est e concepteur du paquet (en occurrence CIMS, pour nos interocuteurs) qui choisit es fournisseurs des services non bancaires et qui prend contact avec eux pour a mise au point d un accord. Par aieurs, i n existe pas vraiment de rège caire en ce qui concerne e partage des gains entre a banque et e fournisseur de services non bancaires. Tout dépend de a nature de eur reations La tarification des paquets Au Royaume-Uni, e prix mensue payé par e consommateur tourne autour de cinq ivres, en fonction des services proposés, pour un paquet de base. Un paquet comprenant dix ééments aura éventueement une tarification différente d un autre paquet comprenant ui aussi dix ééments (éventueement identiques pour partie). La stratégie commerciae recommande de ne pas dépasser COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

6 un prix mensue supérieur à deux chiffres. En France, e prix dépend fortement du coût de a carte et de assurance sur es moyens de paiement (qui représente 70/80% du prix goba). La tarification est mensuee, et i est possibe de renoncer au paquet à tout moment. Ee est généraement forfaitaire, et ne dépend ni du nombre, ni du montant des transactions. La tarification des retraits aux distributeurs automatiques de biets n est pas iée à a détention d un paquet ou non. Que on détienne ou non un paquet, utiisation de a carte pour des retraits dans un autre réseau bancaire est facturée. À a connaissance de nos interocuteurs, on ne reève pas d erreur dans a conception des paquets. En effet, a conception des paquets repose sur des études précises sur es préférences des consommateurs en amont. Ainsi, a profitabiité des paquets n a jamais été contestée. Éventueement, si des erreurs de conception ont pu être notées, ees concernent pus a difficuté d atteindre des objectifs de pénétration (nombre de paquets vendus) ou de rétention des cients. I est difficie de savoir si es paquets sont pus profitabes que a vente séparée des composants, dans a mesure où es paquets comportent des services, notamment non financiers, qui ne sont pas vendus séparément. Gobaement, a vente de paquets apparaît profitabe. Les banques pratiquent une segmentation de eur cientèe à travers eur offre de paquets. Cette segmentation repose sur e cyce de vie des cients, de sorte que ces derniers puissent s identifier faciement. Ainsi, a Roya Bank of Scotand propose une gamme de «Royaties account» décinée en paquets pour es moins de 21 ans («R21 account»), pour es étudiants («Student Royaties account»), pour es dipômés de second cyce («Graduate Royaties account»), tous ces paquets étant gratuits. Le paquet de base («Royaties account») est proposé aux consommateurs pus âgés au prix de cinq ivres par mois, et s accompagne d une segmentation seon e revenu, avec un paquet haut de gamme («Royaties God») vendu dix ivres. Dans cette gamme, on passe d un paquet à un autre, en fonction de sa position dans e cyce de vie. La Den Norsk Bank en Norvège opère une segmentation différente dans aquee on ne passe pas d un paquet à un autre seuement en fonction de son âge, mais aussi en fonction de ses besoins bancaires. De manière générae, a détention d un paquet, même standard, renvoie à appartenance à un cub. En France, a segmentation est pus imitée. Ceci permet d expiquer e pus faibe «taux de pénétration». En n incuant reativement peu de produits non financiers, on n identifie pas de «styes de vie» et on se prive d une possibiité de segmentation. La reation de cientèe avec es cients détenteurs de paquets Les offres de paquet sembent sans incidence sur e nombre de reations bancaires entretenues par chaque cient. I est possibe qu ees améiorent a reation de cientèe, mais ce n est pas spécifique au paquet. De manière générae, c est ensembe des pratiques bancaires qui dépend de a quaité de cette reation. Le seu argument recevabe est qu un cient détenteur de paquet est moins susceptibe d avoir un compte dormant. Les détenteurs de paquets n ont pas nécessairement pus de pouvoir de négociation face à eur banquier, mais sont, de manière générae, des cients à soigner. La quaité de a reation de cientèe dépend pus du sode moyen qu un cient détient sur son compte. 294 COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

7 1.2. Description des conventions de services existantes Le tabeau 11 présente es différentes offres des grandes banques britanniques. TABLEAU 11 : DESCRIPTION DU CONTENU DES PAQUETS BANCAIRES Barcays Additions Cydesdae Siver and God Cydesdae Principa Account Loyds God Service Prestations spéciaes et avantages tarifaires Ristourne sur es découverts Taux d intérêt créditeurs avantageux Prêts personnes (consommation et immobiiers) Épargne et pacement Assurance muti-risques habitation Assurance gratuite Assurance voyage Extension de garantie sur appareis éectroménagers Assurance vie (capita garanti entre et , parfois imité au décès accidente) Protection de a carte bancaire (vo, perte, destruction) Protection des achats par carte bancaire Autres prestations Moyens de paiement internationaux sans commissions Ristourne sur es voyages et a bietterie d avion Ristourne sur es restaurants et es cinémas Assistance juridique et assistance testamentaire Courses à domicie Ristourne sur achat de véhicue neuf Assurance casse Ristourne sur achat de CD (éventueement vidéos et jeux éectroniques) Le indique que a prestation est incuse COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

8 NatWest Advantage God NatWest Advantage TSB Seect The Roya Bank of Scotand Royaties The Roya Bank of Scotand Royaties God Prestations spéciaes et avantages tarifaires Ristourne sur es découverts Taux d intérêt créditeurs avantageux Prêts personnes (consommation et immobiiers) Épargne et pacement Assurance muti-risques habitation Assurance gratuite Assurance voyage Extension de garantie sur appareis éectroménagers Assurance vie (capita garanti entre et , parfois imité au décès accidente) Protection de a carte bancaire (vo, perte, destruction) Protection des achats par carte bancaire Autres prestations Moyens de paiement internationaux sans commissions Ristourne sur es voyages et a bietterie d avion Ristourne sur es restaurants et es cinémas Assistance juridique et assistance testamentaire Courses à domicie Ristourne sur achat de véhicue neuf Assurance casse Ristourne sur achat de CD (éventueement vidéos et jeux éectroniques) Le indique que a prestation est incuse 2. Les conventions de services bancaires en France Ce chapitre a une vocation descriptive. Après avoir présenté dans une première section es conventions de services d un échantion de grandes banques de a pace, on rend compte d entretiens menés auprès de deux étabissements, permettant de conforter es intuitions et es démonstrations menées dans e premier chapitre du présent rapport Description des conventions de services existantes Le tabeau 12 dresse un état comparatif des conventions offertes par queques banques françaises (banques AFB, banques coopératives et mutuaistes, Caisses d épargne, La Poste). On remarque que, magré une présentation harmonisée des différents constituants des paquets, es comparaisons tarifaires restent très déicates. On iustre ainsi a thèse déveoppée dans a 296 COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

9 troisième partie du premier chapitre, consacrée à utiisation des paquets comme outi de différenciation entre es banques. TABLEAU 12 : LES CONVENTIONS DE SERVICES DANS QUELQUES BANQUES FRANÇAISES (AU 1 er AVRIL 2002) Banque Conventions Prix annue (en euros) Carte Assurance perte/vo de a carte et des papiers d identité Transfert de compte courant àcompte d épargne rémunéré Faciité de caisse Assurance décès Autres Banque popuaire BNP Paribas BNP Paribas Équipage Esprit Libre initiative (18-25 ans) Esprit Libre Référence de 62,15 à 74,95 et 139,59 De 16,80 à121,80 seonacarte De 66,00 à 105,00 Nationae (d. i.) ou E/M (d. d.) Éectron ou Éectron Ampio Oui Oui Oui Oui sous condition de sode créditeur (capita 1524,49 maximum aux bénéficiaires) Non Oui En option payante En option payante Tabeau de bord annue Accèsgratuitàagestion des comptes à distance (Minite et serveur voca) Franchise d agios jusqu à 4,57 par mois Oui Non Gratuité de a banque à distance (Internet, tééphone, Minite) 2 chèques de banque, et 2 virements permanents, gratuits par an Offres promotionnees sur des biens et services non bancaires Oui Oui Gratuité de a banque à distance (Internet, tééphone, Minite) Gratuité d opposition sur chèques et cartes 2 chèques de banque, et 2 virements permanents, gratuits par an Services de réservation pour des spectaces (FNAC) COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

10 Banque Conventions Prix annue (en euros) Carte Assurance perte/vo de a carte et des papiers d identité Transfert de compte courant àcompte d épargne rémunéré Faciité de caisse Assurance décès Autres BNP Paribas Esprit Libre 184,80 +Eurocard/ Mastercard Oui (y compris contre utiisation fraudueuse des tééphones mobies) En option payante Oui Oui Gratuité de a banque à distance (Internet, tééphone, Minite) Gratuité d opposition sur chèques et cartes 2 chèques de banque, et 2 virements permanents, gratuits par an Services de réservation pour des spectaces (FNAC) Caisse d épargne Sateis Essentie 64,8 Oui (carte et chéquier ; Muracef) Non Oui Non Accèsgratuitàagestion des comptes à distance Service d opposition cés en main Franchise d agios Caisse d épargne Sateis Intégra 138 Oui (Muracef) Non Oui Non Accèsgratuitàagestion des comptes à distance Service d opposition cés en main Franchise d agios Lyonnais Formue Étudiant (accessibe aux étudiants) De 12 à18 seon a carte ou Indigo Oui (Sécuriion) Oui (vers Livret Jeune) Oui Non Tarifs préférenties pour utiisation de a banque à distance Prêt personne à taux priviégié Abonnements à prix réduits (magazines, FNAC) Lyonnais Formue Faciité De 52 à 86 seon a carte et assurance décès ou Indigo Non Oui Oui Oui (indemnité mensuee aux bénéficiaires pendant 3 ou 12 mois) Tarifs préférenties pour utiisation de services de banques à distance, et d assurance perte/vo ( 15%) Réductions de frais bancaires (opposition, chèque de banque ) Lyonnais Formue Tranquiité 86 ou 110 seon a carte et assurance décès (débit immédiat ou différé) Oui (Sécuriion) Oui Oui Oui (indemnité mensuee aux bénéficiaires pendant 3 ou 12 mois) Tarifs préférenties pour utiisation de services de banques à distance ( 20%) Réductions de frais bancaires (opposition, chèque de banque ) Franchise d agios (jusqu à 7,62 par trimestre) Lyonnais Formue Sérénité 162 ou 180 seon assurance décès Oui (Sécuriion) Oui Oui Oui (indemnité mensuee aux bénéficiaires pendant 3 ou 12 mois) Tarifs préférenties pour utiisation de services de banques à distance ( 20%) Réductions de frais bancaires (opposition, chèque de banque ) Franchise d agios (jusqu à 15,24 par trimestre) mutue Eurocompte Jeunes 36,00 (d. i.) Non Non Oui Non Consutation du compte par internet avantages tarifaires sur services bancaires (deuxième carte, carte de crédit) 298 COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

11 Banque Conventions Prix annue (en euros) Carte Assurance perte/vo de a carte et des papiers d identité Transfert de compte courant àcompte d épargne rémunéré Faciité de caisse Assurance décès Autres mutue mutue mutue Eurocompte Tranquiité Eurocompte Confort Eurocompte Sérénité 60,00 Carte de retrait (Arc-en- Cie) 120,00 (d. i.) 240,00 (d. d.) Carte et moyens de paiement mutue, papiers d identité et cefs Carte et moyens de paiement mutue, papiers d identité et cefs Carte et moyens de paiement mutue, papiers d identité et cefs Non Oui Oui (capita de 4573,47 ) Non Oui Oui (capita de 4573,47 ) Non Oui Oui (capita de 4573,47 ) Consutation du compte par internet avantages tarifaires sur services bancaires (deuxième carte, carte de crédit) Consutation du compte par internet avantages tarifaires sur services bancaires (deuxième carte, carte de crédit) Consutation du compte par internet avantages tarifaires sur services bancaires (deuxième carte, carte de crédit) La Poste Adispo 1 31,30 de 41,80 à55,80 seon carte Réays (d. i.) E/M (d. d.) Carte et moyens de paiement La Poste Non Oui Non Consutation du compte par tééphone ou minite opposition gratuite cartes, chèques détenus à La Poste La Poste Adispo 2 de 54,00 à68,00 et 138,00 (d. i.) E/M (d. d.) Toutes cartes, papiers d identité et cefs Non Oui Non Consutation du compte par tééphone, minite, internet. opposition gratuite toutes cartes, chèques détenus àlaposte La Poste Bagoo 26,00 de 36,20 à50,20 seon carte Réays (d. i.) E/M (d. d.) Toutes cartes, papiers d identité et cefs Non Oui Non Consutation du compte par tééphone, minite, internet. opposition gratuite toutes cartes, chèques détenus àlaposte Société générae Jazz 75,96 81,36 Beue Oui (Quiétis) Non Oui Non opposition toutes cartes, chèques et avis de préèvements gratuits 161,04 3 chèques de banque gratuits par an avantages tarifaires sur services bancaires (banque par tééphone, deuxième carte) agence de voyage à domicie Société générae Pack Jeunes 54,00 Carte Beue, ou Eurocard-M astercarddé bit immédiat ou différé Oui (Quiétis) Non Non Non Avantages tarifaires sur es services bancaires (banque à distance, agios) Gratuité d opposition 1 chèque de banque gratuit par an Tarifs préférenties sur e courtage en bourse Réductions tarifaires sur produits SNCF, produits de tééphonie COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

12 2.2. Expoitation des enquêtes Les réticences affichées par un certain nombre d étabissements financiers ne nous ont pas permis d expoiter autant d enquêtes que nous e souhaitions. Deux entretiens ont été menés auprès du Lyonnais et de La Poste. En raison de a trop faibe représentativité de échantion, et des possibiités de repérage des deux étabissements, nous ne pouvons rendre compte ici de eur contenu détaié. En annexe, figure e questionnaire adressé aux étabissements. 300 COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Devenez Partenaire du Rugby Club Lavallois

Devenez Partenaire du Rugby Club Lavallois Devenez Partenaire du Rugby Cub Lavaois Rugby Cub Lavaois 130 bis, Avenue Pierre de Coubertin 53000 Lava Forian SONNET : 06 20 42 14 40 rugby.ava@orange.fr www.rugby-ava.fr Écoe de rugby abeisée Retrouvez-nous

Plus en détail

La Réunion. Surcoût package La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion. Meilleur prix. Prix Package

La Réunion. Surcoût package La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion. Meilleur prix. Prix Package La Réunion A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2011, nous avons relevé, pour nos trois profils type les tarifs des produits à la carte et ceux du le plus avantageux pour chacun,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises C D F E 4 JUIN 2015 La banque pubique au service de a croissance des entreprises françaises 2 01. 02. Qui sommes-nous? Réseau Bpifrance 03. Nos missions 06. 07. 08. Garantie Bpifrance Financement Bpifrance

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS Revenu Canada Ji impôt Revenue Canada Taxation Guide suppémentaire Guide d impôt Gains en capita Dans ce guide Principaes modifications pour 1991 Tabe des matières Formues Index PLUS Exempes Tabeaux Conseis

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS DES OPéRATIONS. ET SERVICES DE LA CONVENTION DE COMPTE DE DéPôT APPLICABLES À LA CLIENTÈLE DES PARTICULIERS

CONDITIONS ET TARIFS DES OPéRATIONS. ET SERVICES DE LA CONVENTION DE COMPTE DE DéPôT APPLICABLES À LA CLIENTÈLE DES PARTICULIERS CONDITIONS ET TARIFS DES OPéRATIONS ET SERVICES DE LA CONVENTION DE COMPTE DE DéPôT APPLICABLES À LA CLIENTÈLE DES PARTICULIERS au 1 er janvier 2012 Ce document vous indique es conditions et tarifs des

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Conditions et tarifs. des opérations et services bancaires aux particuliers. Au 1 er Janvier

Conditions et tarifs. des opérations et services bancaires aux particuliers. Au 1 er Janvier Conditions et tarifs des opérations et services bancaires aux particuiers Au 1 er Janvier 2011 Ce document vous indique es conditions et tarifs des opérations et services bancaires appiqués à a cientèe

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Janvier 2010 Le coût des services bancaires La Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès de 9 banques d Ille-et et-vilaine. Les établissements CIC et Caisse C d Épargne de Pays de

Plus en détail

CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS. AU 1 er juillet 2012

CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS. AU 1 er juillet 2012 CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS AU 1 er juiet 2012 Réf. 360421 - Novembre 2012 Ce document vous indique es conditions et tarifs des opérations et services bancaires

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Février 2010 Le coût des services bancaires La a Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès de 11 banques d Ille-et et-vilaine. La Caisse d Épargne de Pays de Loire n a pas souhaité

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail

L E C L U B P O U R Q U O I?

L E C L U B P O U R Q U O I? L E C L U B P O U R Q U O I? Constat et positionnement Magré des atouts et des forces indéniabes, image de a Côte d Azur s essouffe, i faut reancer e "produit" par une poitique de marque basée sur a quaité.

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Relevé d octobre 2009 Actualisé en novembre 2009 Le coût des services bancaires La Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès des banques présentes en Ille-et et-vilaine. Sur 10 établissements

Plus en détail

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Relevé de mai 2009 Le coût des services bancaires La a Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès des banques présentes en Ille-et et-vilaine. Sur 11 établissements interrogés, 9

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Rennes Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox Outook Microsoft 2010 Maîtrisez rapidement Outook 2010 avec e ivre officie de Microsoft Press Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Tééchargez es exercices Joan Lambert

Plus en détail

Partie 1 Techniques de bases de données simples

Partie 1 Techniques de bases de données simples Partie 1 Techniques de bases de données simpes 1 Exporer une base de données Access 2010...3 2 Créer des bases de données et des tabes simpes... 45 3 Créer des formuaires simpes... 77 4 Afficher des données...101

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires ENTREPRENEURS ET PROFESSIONNELS LIBÉRAUX Votre Chargé d Affaires se tient à votre disposition pour vous apporter toute information complémentaire. Ou connectez-vous sur www.bnpparibas.net/entrepros BNP

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Panorama des mesures gouvernementaes en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Une mission soutenir a croissance et a compétitivité des entreprises L innovation Accompagnement et financement des

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

PRINCIPALES CONDITIONS TARIFAIRES POUR LES PROFESSIONNELS

PRINCIPALES CONDITIONS TARIFAIRES POUR LES PROFESSIONNELS PRINCIPALES CONDITIONS TARIFAIRES POUR LES PROFESSIONNELS Produits et services TARIFS AU 1 ER JANVIER 2016 815_Encart_PF_tarifs pros2.indd 1 08/10/15 12 Relevés Multi-choix BNP Paribas vous informe des

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email Siemens IVM : Voice to emai IVM : Voice to emai 1 HiPath Xpressions Compact : Voice to emai............................. 3 1.1 Introduction.......................................................... 3 1.2

Plus en détail

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ],

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ], Vote es Sans open Comment Conscients égyptiens es Diffusion : 30000 Page : 26 Périodicité : Mensue Taie : 8122 % LEJOURNALDES3_235_26_22pdf 3027 cm2 HERVE REYNAUD 11??! 1 111111111"M Les nouvees technoogies

Plus en détail

Communiqué de presse Nos très chères banques

Communiqué de presse Nos très chères banques Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d obigations internationaes Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication

Plus en détail

Professionnels Le Compte Courant à la Carte

Professionnels Le Compte Courant à la Carte Professionnels Le Compte Courant à la Carte Communication Marketing Juillet 2012 bgl.lu Votre compte courant personnalisé selon vos besoins privés et professionnels Votre Compte Courant à la Carte, c est

Plus en détail

Les packs de prestations bancaires VP Bank SA, en vigueur à partir du 1 er octobre 2015

Les packs de prestations bancaires VP Bank SA, en vigueur à partir du 1 er octobre 2015 Les packs de prestations bancaires VP Bank SA, en vigueur à partir du 1 er octobre 2015 Les packs de prestations bancaires de la VP Bank Votre patrimoine mérite ce qu il y a de meilleur : un partenaire

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Code de bonne pratique en matière de coupure

Code de bonne pratique en matière de coupure Informations Cients Code de bonne pratique en matière de coupure gasnetworks.ie Code de bonne pratique en matière de coupure 1 Introduction Coupure Une coupure est une des actions suivantes : Verrouiage

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS Tarifs en vigueur au 1 er juillet 2015 Sommaire Sommaire... 2 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 3

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

TARIFS ET RÉMUNÉRATIONS

TARIFS ET RÉMUNÉRATIONS TARIFS ET RÉMUNÉRATIONS Ce document constitue un extrait des conditions et tarifs de nos principaux produits et services en vigueur au 01/07/2005. Ces tarifs et conditions peuvent être modifiées et ne

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Our success is measured by how well we meet your needs

Our success is measured by how well we meet your needs Grâce à l ensemble HSBC Premier, recevez un soutien personnalisé pour vous aider à gérer votre économie personnelle. Our success is measured by how well we meet your needs 1 Pour être admissible à l ensemble

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 ER NOVEMBRE 2014 104, avenue des Champs-Elysées, 75008 PARIS Tél. : 01 53 76 84 00 Fax +33(0)1 45 63 57 00 Swift : FRAFFRPP S.A. au capital de 18 000 179,40

Plus en détail

Market Data Feed. Des données constamment actualisées

Market Data Feed. Des données constamment actualisées Market Data Feed Des données constamment actuaisées Market Data Feed (MDF) de SIX Teekurs est un fux en temps rée standardisé qui fournit des données consoidées dans un format uniformisé, quee que soit

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

A S S O C I A T I O N S. JAZZ ASSOCIATIONS L essentiel pour la gestion bancaire de votre association

A S S O C I A T I O N S. JAZZ ASSOCIATIONS L essentiel pour la gestion bancaire de votre association A S S O C I A T I O N S JAZZ ASSOCIATIONS L essentiel pour la gestion bancaire de votre association UN FORFAIT MENSUEL REGROUPANT DES SERVICES INDISPENSABLES Une remise de 25% sur votre Carte Business

Plus en détail

EXTRAIT DES CONDITIONS ET TARIFS CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT 1 er JANVIER 2016

EXTRAIT DES CONDITIONS ET TARIFS CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT 1 er JANVIER 2016 EXTRAIT DES CONDITIONS ET TARIFS CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT 1 er JANVIER 2016 Vous trouverez ciaprès, un extrait des principaux tarifs en euros (indiqués TTC lorsqu ils sont soumis à TVA) des produits

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr guide clarté Epargne 18-25 ans ÉPARGNEZ À PARTIR DE 15 PAR MOIS. www.creditmutuel.fr une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel vous parle d épargne

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Revenu Canada Revenue Canada IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Raison sociae de a société Numéro de compte/numéro d'entreprise Fin d'année d'imposition Jour Mois Année À 'usage

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013 ILE DE FRANCE A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2013, nous avons relevé, pour nos trois profils types les tarifs des produits à la carte et ceux du package le plus avantageux

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

Résultats de l étude de marché

Résultats de l étude de marché Résultats de l étude de marché Résultats présentés le 30 septembre 2008 à l occasion du premier petit déjeuner Epsilon Consulting 1. Description du contexte : L Hygiène, la Sécurité et l Environnement

Plus en détail

Partenariat FNSIP & BNP Paribas. BDDF RETAIL Marketing Marché des Jeunes Mars 2007

Partenariat FNSIP & BNP Paribas. BDDF RETAIL Marketing Marché des Jeunes Mars 2007 Partenariat FNSIP & BNP Paribas BDDF RETAIL Marketing Marché des Jeunes Mars 2007 Sommaire Les principes du partenariat Présentation générale g de l offrel Volet Privé Gestion des comptes L offre Jeun

Plus en détail

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr Dossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 SOMMAIRE Qu est-ce qu une banque en ligne? 3 Les avantages

Plus en détail

Tunisie : Nouveautés d Attijari Bank rendent la banque innovante, pragmatique et populaire

Tunisie : Nouveautés d Attijari Bank rendent la banque innovante, pragmatique et populaire Tunisie : Nouveautés d Attijari Bank rendent la banque innovante, pragmatique et populaire Lors de sa participation au Salon International Bancaire, Financier et de la Monétique, sous l égide de la Banque

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Extrait des conditions générales de banque. > Barème tarifaire applicable au 1 er janvier 2008 > APPRENTIS ET ETUDIANTS DE MOINS DE 25 ANS

Extrait des conditions générales de banque. > Barème tarifaire applicable au 1 er janvier 2008 > APPRENTIS ET ETUDIANTS DE MOINS DE 25 ANS > VOS FINANCEMENTS > VOS OPÉRATIONS AVEC L ÉTRANGER > APPRENTIS ET ETUDIANTS DE MOINS DE 25 ANS LES FRAIS DE DOSSIER LES OPÉRATIONS PAR CARTE INTERNATIONALE (hors frais de prise de garanties) Les paiements

Plus en détail

Jeunes 12/25 ans Extrait des Conditions Générales de Banque

Jeunes 12/25 ans Extrait des Conditions Générales de Banque Jeunes 12/25 ans Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs TTC en vigueur au 1 er mai 2014 OFFRES JEUNES Offre 12-17 ans (s adresse aux détenteurs de Livret Mozaic) 1,00 /mois L offre Mozaic est

Plus en détail

Informations multilingues sur la vie quotidienne

Informations multilingues sur la vie quotidienne 1 Impôts (1) Vie et Impôts A partir d un certain niveau de revenus, tous es étrangers résidant au Japon depuis pus d un an sont obigés de payer des impôts comme es Japonais. D abord, voyons comment marche

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Tarifs. et rémunérations. Tarifs TTC à la date du 01/10/06. Ce document constitue les conditions et tarifs de nos principaux produits et services.

Tarifs. et rémunérations. Tarifs TTC à la date du 01/10/06. Ce document constitue les conditions et tarifs de nos principaux produits et services. Tarifs et rémunérations Tarifs TTC à la date du 01/10/06. Ce document constitue les conditions et tarifs de nos principaux produits et services. Pour avoir plus d informations sur les produits bancaires,

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences I - Définitions Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES INTERETS SIMPLES Capital ou principal

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Pour atteindre vos objectifs financiers, vous devez pouvoir compter sur un partenaire fiable pour la gestion de votre patrimoine. Et, à ce titre,

Plus en détail

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13 Sommaire AXA Banque se réserve la possibilité de facturer toute opération ayant généré un coût spécifique et en informera préalablement le Client. Toute mesure d ordre législatif ou règlementaire ayant

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions à revenu éevé Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs GÉRER VOTRE QUOTIDIEN

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs GÉRER VOTRE QUOTIDIEN Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs GÉRER VOTRE QUOTIDIEN VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Parce que vous préférez consacrer toute

Plus en détail

Conditions et tarifs. des opérations et services bancaires aux Professionnels et aux Associations de Proximité. Au 1 er Janvier

Conditions et tarifs. des opérations et services bancaires aux Professionnels et aux Associations de Proximité. Au 1 er Janvier Conditions et tarifs des opérations et services bancaires aux Professionnes et aux Associations de Proximité Au 1 er Janvier 2011 Edito Chers cients, Vous trouverez dans cette brochure es conditions et

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles?

Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles? Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles? La mobilité internationale en matière d emploi apporte de nombreuses satisfactions qui sont souvent aussi bien d ordre professionnel (promotion,

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail