Maitrise Statistique des Procédés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maitrise Statistique des Procédés"

Transcription

1 Maitrise Statistiqe des Procédés Yannick Monnier ENSIBS-2-GI 2011/2012 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Plan d cors 1 Introdction 2 Variabilité des procédés de fabrication 3 La Loi Normale 4 Capabilités 5 Maîtrise d procédé 6 Efficacité des cartes de contrôle 7 Les différentes déclinaisons Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Introdction 1 Introdction Historiqe La MSP ce n est pas... Une définition Les évoltions q apportent la MSP Les principa otils de la MSP Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

2 Introdction Historiqe Débt a USA dans les années Trava de Walter A. Shewhart por la Western Electric Company S est beacop développé a Japon après la 2ème gerre mondiale Utilisé en Erope depis les années 1970 selement, et ajord hi très tilisée dans totes les grandes entreprises...et beacop de petites. Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Introdction La MSP ce n est pas... La MSP, ce n est pas : la mise en place de cartes de contrôle la mesre de capabilités qi n en sont qe les parties les pls visibles... C est pltôt ne démarche permettant ne amélioration permanente de la qalité qi participe à la «philosophie» d progrès contin, visant à atteindre le zéro défat. D aillers, Shewhart a beacop travaillé avec Deming Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Introdction Une définition La MSP est ne techniqe de pilotage des procédés associant des otils statistiqes et la manière de les mettre en œvre, qi a por bt : de maîtriser l ensemble des facters composant n procédé de fabrication por en améliorer la performance d améliorer la qalité d prodit par la sppression de totes les cases assignables pis par la rédction des cases aléatoires, de s assrer qe la qalité d prodit est conforme a spécifications techniqes, et qe cette qalité est reprodctible dans le temps. Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

3 Introdction Les évoltions q apportent la MSP La MSP va permettre de : prévenir les dysfonctionnements, améliorer la fiabilité mesrer les aptitdes des otils de prodction faciliter les réglages appréhender et diminer les dérives rédire la variabilité et la stabiliser élever le nivea de qalité des prodits diminer les coûts de non-qalité (contrôles, retoches, rebts,...) motiver le personnel par son implication (ato-contrôle) engager l entreprise vers la «cltre qalité» Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Introdction Les principa otils de la MSP La «loi normale» o distribtion gassienne C est n des fondements de la MSP. La plpart des otils qi seront mis en place est basée sr des propriétés de la loi normale. Il est donc indispensable d en comprendre les propriétés fondamentales. L histogramme des fréqences c est l otil de base por analyser la variabilité. La carte de contrôle/jornal de bord c est l otil qi permettra le pilotage effectif d procédé, o sa srveillance. Elle sera tilisée en permanence par l opérater en charge d procédé. Les capabilités ce sont des indicaters permettant de connaître la capacité d procédé à fabriqer, por n prodit donné, la qalité qi li est demandée. Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Variabilité des procédés de fabrication 2 Variabilité des procédés de fabrication Caractéristiqe d n prodit Procédé impliqe variabilité Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

4 Caractéristiqe d n prodit Caractéristiqe grander mesrable d prodit résltant d procédé de fabrication Seles les caractéristiqes ayant n impact sr l sage d prodit nos intéressent Elles servent à déterminer la conformité d prodit Eemples en mécaniqe : dimension, état de srface, rgosité, etc Eemples en électroniqe : résistance, temps de commtation, etc Eemples en agro-alimentaire : poids, tener, etc Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Procédé variabilité Impossible de réaliser strictement les mêmes valers La précision de l instrment de mesre permettra de le constater soient 2 pièces mécaniqes fabriqées sccessivement sr la même machine, pis mesrées p 1 p 2 instrment mètre de menisier 83,5 83,5 réglet de mécanicien 83,6 83,6 pied à colisse de bricoler (1/10) 83,62 83,62 pied à colisse de mécanicien (2/100) 83,618 83,624 micromètre Ne pas noter les 0 non significatifs... Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Les sorces de la variabilité Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

5 Les sorces de la variabilité Classement des sorces de variabilité selon la MSP (et la norme NF X ) cases assignables Qe l on pet identifier et sr lesqelles on pet agir. Lers effets ont n caractère systématiqe et généralement assez marqé. Eemples : changement de matière, d éqipe, d otillage, réglage machine important, intervention de maintenance, etc. cases aléatoires Qi regropent tos les atres phénomènes! Caractérisés par ler grand nombre, ler inflence généralement faible, et ler indépendance respective. Eemples : je fonctionnels de la machine, sre d otil, conditions climatiqes, variation de tension électriqe, etc. Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 L histogramme des fréqences Représentation graphiqe de la distribtion des valers f por q il soit jste, qelqes précations sont nécessaires (voir la méthode préconisée) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Conformité des prodits Por décider de la conformité d n prodit, on définit Ts : limite spériere d acceptation Ti : limite infériere d acceptation Le prodit de valer X sera déclaré BON si Ti X Ts L intervalle de tolérance IT = Ts Ti représente la "marge d errer" dont on dispose Por le contrôle, il fadra n instrment dont la précision sera très infériere à l IT, sinon on risqe l errer de jgement!! (voir NF ISO 5725) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

6 Valer contrôlée : Carte précédente : Cm Cmk Cp Cpk Cm Cmk Cp Cpk N de Carte Date : Fréqence de prélévement : Here X1 X2 X3 X4 X5 Total Moyenne X Etende R X R Jornal La Loi Normale 3 La Loi Normale La Loi Normale : intérêt La Loi Normale : Caractéristiqes Loi Normale centrée rédite Tests de normalité Estimations Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 La Loi Normale : intérêt SI ne caractéristiqe d n prodit est obtene par n procédé qi n est somis q à des des cases aléatoires ALORS la distribtion des mesres de cette caractéristiqe sivra ne loi normale (dite assi gassienne, o loi de Gass) f () = 1 2π e 1 2 ( µ σ )2 C EST LE FONDEMENT DE LA MSP Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

7 La Loi Normale : Caractéristiqes freq Forme de la distribtion symétriqe, centrée sr la moyenne µ en "chapea", "applatissement" caractérisé par la variance σ 2 (σ : écart type) µ = 1 N N i=1 i σ 2 = 1 N N i=1 ( i µ) 2 N : taille de la poplation i : valer de la caractéristiqe por l individ i µ Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Loi Normale centrée rédite Otil de référence por tot calcl changement de variable = µ σ fréqence probabilité f P() Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 1 Les tables donnent, pot tot 1 > 0, la probabilité P( < 1 ) d apparition d ne valer infériere à la valer choisie 1 P( < 1 ) C est assi ne fonction intégrée a tablers... LOI.NORMALE.STANDARD( 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

8 Utilisation 2 Des relations simples permettent d effecter tos les calcls tiles la srface sos la corbe vat 1 P( > 1 ) = 1 P( < 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 2 Des relations simples permettent d effecter tos les calcls tiles la srface sos la corbe vat 1 P( > 1 ) = 1 P( < 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 2 Des relations simples permettent d effecter tos les calcls tiles la srface sos la corbe vat 1 P( > 1 ) = 1 P( < 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

9 Utilisation 2 Des relations simples permettent d effecter tos les calcls tiles la srface sos la corbe vat 1 P( > 1 ) = 1 P( < 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 2 Des relations simples permettent d effecter tos les calcls tiles la srface sos la corbe vat 1 Et la symétrie par rapport à = 0 P( > 1 ) = 1 P( < 1 ) P( < 1 ) = P( > 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 2 Des relations simples permettent d effecter tos les calcls tiles la srface sos la corbe vat 1 Et la symétrie par rapport à = 0 P( > 1 ) = 1 P( < 1 ) P( < 1 ) = P( > 1 ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

10 Utilisation 3 enfin por connaître la probabilité de se siter entre 2 valers avec 2 > 1 : P( 1 < < 2 ) = P( < 2 ) P( < 1 ) 1 2 DONC connaissant µ et σ de la distibtion Normale d ne grander X, on pet connaître P( 1 < X < 2 ) = P( 1 µ σ < < 2 µ σ ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 3 enfin por connaître la probabilité de se siter entre 2 valers avec 2 > 1 : P( 1 < < 2 ) = P( < 2 ) P( < 1 ) 1 2 DONC connaissant µ et σ de la distibtion Normale d ne grander X, on pet connaître P( 1 < X < 2 ) = P( 1 µ σ < < 2 µ σ ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Utilisation 3 enfin por connaître la probabilité de se siter entre 2 valers avec 2 > 1 : P( 1 < < 2 ) = P( < 2 ) P( < 1 ) 1 2 DONC connaissant µ et σ de la distibtion Normale d ne grander X, on pet connaître P( 1 < X < 2 ) = P( 1 µ σ < < 2 µ σ ) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

11 Valers particlières 1 1 = 1 1 = µ σ et 2 = 1 2 = µ + σ P(µ σ < < µ + σ) = P( 1 < < 1) = P( < 1) P( < 1) = 0, 8413 (1 0, 8413) = 0, µ σ µ + σ 68% des individs seront dans [ µ σ, µ + σ ] Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Valers particlières 2 2 = 2 2 = µ + 2σ et 1 = 2 1 = µ 2σ 0, 9772 (1 0, 9772) = 0, µ 2σ µ + 2σ 95,5% des individs seront dans [ µ 2σ, µ + 2σ ] Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Valers particlières 3 2 = 3 2 = µ + 3σ et 1 = 3 1 = µ 3σ 0, 9987 (1 0, 9987) = 0, µ 3σ µ + 3σ 99,74% des individs seront dans [ µ 3σ, µ + 3σ ] Dans l indstrie, cet intervale a été reten comme caractérisant la DISPERSION on considérait qe 0,26% de pièces non conformes représentait ne qantité négligeable Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

12 Valers particlières 4 2 = 4 2 = µ + 4σ et 1 = 4 1 = µ 4σ 0, (1 0, 99997) = 0, µ 4σ µ + 4σ 0,006% (soit 60 ppm) des individs seront en dehors de [ µ 4σ, µ + 4σ ] Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Tests de normalité ATTENTION Ne pet se faire qe sr n échantillon de grande taille (a moins 50) L histogramme Si sa forme est proche de celle de la loi normale, acne raison de remettre en case la normalité... La droite de Henry Le test d χ 2 (khi2) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Mesrer Moyenne et Ecart Type Mesrer TOUTES les pièces fabiqées est le sel moyen de connaître avec certitde la Moyenne et l Ecart Type! Mais...on pet tot de même estimer ces granders en ne mesrant q n nombre limité de pièces sachant qe : L ensemble de la poplation sit ne gassienne µ, σ Si l on mesre n grand nombre k d échantillons de n pièces, et qe l on étdie la distribtion des k moyennes m i, on trove......ne gassienne! de moyenne µ m = µ d écart type σ m = σ n on pet en dédire la fiabilité de l estimation de la moyenne µ par la moyenne m d n échantillon Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

13 Mesrer Moyenne et Ecart Type On porra donner n intervalle de confiance, lié à n nivea de confiance (1 α) risqe α de se tromper µ [ m δ, m + δ ] avec δ = σ n. 1 α (si σ est conn!) 2 où 1 α désigne le fractile d ordre (1 α 2 2 ) de la loi normale centrée rédite Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Mesrer Moyenne et Ecart Type la variance σ 2 de la poplation pet être estimé par la variance corrigée d n échantillon de n individs s 2 = 1 n n 1 i=1 ( i ) 2 l intervalle de confiance, lié à n nivea de confiance (1 α) [ ] σ 2 (n 1)s 2 (n 1)s2, k 1 α 2,n 1 k α 2,n 1 où k 1 α 2,n désigne le fractile d ordre (1 α 2 ) de la loi d khi2 à n degrés de liberté Capabilités Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 4 Capabilités Capabilités : Jstification De types de capabilité Capabilités machine : Cm et Cmk Capabilité procédé : Cp et Cpk Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

14 Capabilités : Jstification Por chaqe(?) caractéristiqe le procédé fabriqe des prodits dont les valers sivent ne distribtion gassienne de variance σ 2 conne (??) on pet donc connaitre la dispersion sr ces valers : (µ + 3σ) (µ 3σ) = 6σ por être CONFORMES les valers de cette caractéristiqe doivent rester, por tos les prodits, à l intérier d n IT L idée de la CAPABILITÉ, c est : Qel est le rapport entre l IT et la dispersion? l IT est bien pls grand qe la dispersion :...je devrais povoir dormir sr mes 2 oreilles l IT est bien pls petit qe la dispersion :...je fabriqe ne mltitde de "NON CONFORMES" Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Capabilités : illstration l IT est bien pls grand qe la dispersion :...je devrais povoir dormir sr mes 2 oreilles l IT est bien pls petit qe la dispersion :...je fabriqe des "NON CONFORMES" Ti 6σ Ts Ti 6σ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 De types de capabilité 1 Le procédé dispose d n réglage permettant de décaler à volonté la moyenne fabriqée : on porra "centrer" la dispersion dans l IT ( soit µ = Ts+Ti 2 ) Capabilité = IT 6σ 2 La moyenne fabriqée ne pet pas être facilement "recalée" on calclera sr la moitié la pls défavorable de la dispersion Capabilité = Min(Ts µ, µ Ti) 3σ Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

15 Capabilités µ Ti µ Ti 3σ Ts µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Capabilités machine : Cm et Cmk Capabilité machine Capabilité cort terme La dispersion mesrée ne prend en compte qe les aléas liés à la machine Le prélèvement(s) est réalisé(s) dans n laps de temps cort On parlera de "dispersion instantanée" σ i Cm = IT 6σ i Cmk = Min(Ts µ, µ Ti) 3σ i bien sûr : Cm Cmk Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Capabilité procédé : Cp et Cpk Capabilité procédé Capabilité long terme La dispersion mesrée prend en compte TOUS les aléas d procédé Les prélèvements sont réalisés sr ne période sffisamment longe por cela On parlera de "dispersion globale" σ g (évidemment σ g σ i ) Cp = IT 6σ g Cpk = Min(Ts µ, µ Ti) 3σ g bien sûr : Cp Cpk ; Cm Cp ; Cmk Cpk ATTENTION : le CNOMO définit des capabilités légèrement différentes!! Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

16 Maîtrise d procédé 5 Maîtrise d procédé Procédé maîtrisé por ne caractéristiqe Evoltions néfastes d procédé Principes de la mise sos contrôle Fréqence de contrôle Limites de contrôle de la moyenne Limites de contrôle de la dispersion Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Procédé maîtrisé por ne caractéristiqe les limites de conformités infériere et spériere sont Ti et Ts la distribtion des valers fabriqées sit ne loi normale de moyenne µ et de variance σ 2 la moyenne est centrée dans l Intervalle de Tolérance µ = Ts+Ti 2 la capabilité est bonne Cp 1.33 environ 63 ppm de non conformités Ti µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Procédé maîtrisé por ne caractéristiqe les limites de conformités inférieres et spérieres sont Ti et Ts la distribtion des valers fabriqées sit ne loi normale de moyenne µ et de variance σ 2 la moyenne n est pas centrée dans l Intervalle de Tolérance la capabilité est bonne Cpk 1.33 environ 32 ppm de non conformités Ti µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

17 Procédé maîtrisé por ne caractéristiqe dans ces conditions......tot va por le mie, et on pet s occper d atre chose Mais la stabilité n est pas la chose la pls répande la dispersion pet agmenter : σ = Cp et Cpk La moyenne pet "se déplacer" Cp n est pls pertinent, et Cpk Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Evoltions néfastes d procédé sitation de référence la moyenne est centrée dans l Intervalle de Tolérance µ = Ts+Ti 2 la capabilité est bonne Cp 1.33 environ 63 ppm de non conformités Ti µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Evoltions néfastes d procédé agmentation de la dispersion la moyenne est centrée dans l Intervalle de Tolérance µ = Ts+Ti 2 la capabilité n est pls bonne Cp les non conformités se chiffrent en % Ti µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

18 Evoltions néfastes d procédé sitation de référence la moyenne est centrée dans l Intervalle de Tolérance µ = Ts+Ti 2 la capabilité est bonne Cp 1.33 environ 63 ppm de non conformités Ti µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Evoltions néfastes d procédé décalage de la moyenne la moyenne n est pls centrée dans l Intervalle de Tolérance la capabilité n est pls bonne Cpk les non conformités se chiffrent en % Ti µ Ts Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Principes de la mise sos contrôle Il s agit de s assrer qe le procédé reste dans les conditions dans lesqels on le considère maîtrisé en vérifiant, grâce à n échantillon prélevé à intervalle réglier : qe la dispersion n a pas changé (via l estimater de l écart type s o l étende R) qe la moyenne ne s est pas déplacée c est le rôle de LA CARTE DE CONTRÔLE a mesres La pls tilisée : la carte de SHEWHART moyenne / étende (X/R) o moyenne / écart type (X/s) Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

19 Fréqence de contrôle L intervalle entre 2 contrôles sera eprimé en qantité fabriqée (pas en nité de temps...) Il doit être sffisamment petit por être sûr q acn évènement ne passe inaperç Théorème de Shannon la fréqence d échantillonnage doit être a moins égale a doble de la fréqence la pls élevée des phénomènes observés Le coût des contrôles sera d atant pls élevé qe l intervalle sera petit... Il sera prdent de commencer avec ne fréqence élevée, pis la diminer après avoir constaté qe tot se passe bien Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Limites de contrôle de la moyenne Principe des limites de contrôle de la moyenne Les limites sont établies de manière à assrer qe 99,74% des moyennes des prélèvements se troveront dans l intervalle q elles définissent......si LE PROCÉDÉ EST BIEN DANS SA SITUATION DE RÉFÉRENCE soient LIC X et LSC X les limites infériere et spériere de contrôle Le procédé sit ne loi normale d écart type σ et de moyenne µ stables 99,74% des moyennes des prélèvements de taille n se troveront dans l intervalle [µ 3 σ n, µ + 3 σ n ] LIC X = Cible 3 σ n LSC X = Cible + 3 σ n si le procédé est réglable Cible = (Ts + Ti)/2 sinon : Cible = µ la moyenne fabriqée par le procédé Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Limites de contrôle de la moyenne La valer de σ n étant pas conne, on l estimera à partir des résltats de k prélèvements de n pièces por calcler les limites avec l écart type moyen ˆσ = s c 4 LIC X = Cible A 3. s LSC X = Cible + A 3. s avec l étende moyenne ˆσ = R d 2 LIC X = Cible A 2. R LSC X = Cible + A 2. R n A2 1,880 1,023 0,729 0,577 0,483 0,419 0,373 0,337 0,308 A3 2,659 1,954 1,628 1,427 1,287 1,182 1,099 1,032 0,975 n A2 0,285 0,266 0,249 0,235 0,223 0,180 A3 0,927 0,886 0,850 0,817 0,789 0,680 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

20 Limites de contrôle de la dispersion Por la carte des étendes LIC R = D 5.σ LSC R = D 6.σ Calclées à partir de l étende moyenne R de k prélèvements de n pièces : LIC R = D 3. R LSC R = D 4. R n D3 D4 D5 D6 2 0,000 3,267 0,000 3, ,000 2,574 0,000 4, ,000 2,282 0,000 4, ,000 2,114 0,000 4, ,000 2,004 0,000 5, ,076 1,924 0,205 5, ,136 1,864 0,387 5, ,184 1,816 0,546 5, ,223 1,777 0,687 5, ,256 1,744 0,812 5, ,283 1,717 0,924 5, ,307 1,693 1,026 5, ,328 1,672 1,121 5, ,347 1,653 1,207 5, ,415 1,585 1,548 5,922 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Limites de contrôle de la dispersion Por la carte des écarts types LIC S = B 5.σ LSC S = B 6.σ Calclées à partir de l écart type moyen s de k prélèvements de n pièces : LIC S = B 3. s LSC S = B 4. s n B3 B4 B5 B6 2 0,000 3,267 0,000 2, ,000 2,568 0,000 2, ,000 2,266 0,000 2, ,000 2,089 0,000 1, ,030 1,970 0,029 1, ,118 1,882 0,113 1, ,185 1,815 0,178 1, ,239 1,761 0,232 1, ,284 1,716 0,277 1, ,321 1,679 0,314 1, ,354 1,646 0,346 1, ,382 1,618 0,374 1, ,406 1,594 0,399 1, ,428 1,572 0,420 1, ,510 1,490 0,503 1,471 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Efficacité des cartes de contrôle 6 Efficacité des cartes de contrôle Les 2 risqes décisionnels Le risqe de première espèce Le risqe de deième espèce Probabilité de ne pas détecter n décalage de k σ POM d ne carte de contrôle Détermination de la taille d prélèvement Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

21 Les 2 risqes décisionnels Risqe de première espèce α («risqe fornisser») conclre à n déréglage alors q il n y en a pas moyenne d prélèvement en dehors des limites bien qe la prodction soit centrée sr l objectif Risqe de deième espèce β («risqe client») ne pas détecter n déréglage alors q il y en a n moyenne d prélèvement entre les limites bien qe la prodction soit décalée par rapport à l objectif Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Le risqe de deième espèce Hypothèse : La prodction est décalée de l objectif LSC obj 3σ décalage 3σ LIC Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Le risqe de deième espèce Hypothèse : La prodction est décalée de l objectif LSC obj 3σ décalage décalage 3σ LIC Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

22 Le risqe de deième espèce Hypothèse : La prodction est décalée de l objectif LSC obj 3σ décalage décalage 3σ LIC La probabilité qe la moyenne d n prélèvement soit entre les limites de contrôle dépend de l importance d décalage Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Le risqe de deième espèce Hypothèse : La prodction est décalée de l objectif n = 5 n = 15 LSC obj 3σ décalage 3σ LIC La probabilité qe la moyenne d n prélèvement soit entre les limites de contrôle dépend de la taille des échantillons n Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Probabilité de ne pas détecter n décalage de k σ % prélèvement de taille n n = décalage k Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

23 POM d ne carte de contrôle POM : Période Opérationnelle Moyenne Nombre moyen de prélèvements nécessaire por détecter n décalage donné Si n évènement a ne probabilité p de se prodire, il fadra en moyenne 1/p essais por q il se prodise Si β est la probabilité de ne pas détecter n décalage, alors (1 β) est la probabilité de détecter ce décalage, et la POM est de 1/(1 β) Eemples por n décalage de 2σ (k = 2 sr le graphiqe) n β < β >0.99 POM Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Détermination de la taille d prélèvement connaissant la capabilité machine Cm se donnant : n porcentage de défats acceptés p p associée n risqe β (o ne POM) β associée ( 3 + β on pet déterminer n par n = 3Cm p Eemple avec n «bon» Cm = 1.67 porcentage de défats accepté 0.1% (p = p = 3.1) POM = 1 β = 0.01 β = 2.33 ) 2 nmin = 7.79 soit 8 pièces Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Les différentes déclinaisons 7 Les différentes déclinaisons La carte CUSUM a mesres Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

24 Les différentes déclinaisons carte médiane/étende carte spécifiqes qand on ne pet pas échantillonner les atres cartes : CUSUM ; EWMA Les cartes a attribts : np ; p ; c ; ; CUSUM Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 La carte CUSUM a mesres OBJECTIF détecter les décalages de la moyenne pls vite q avec la carte de Shewhart PRINCIPE sivre le cml des écarts des échantillons avec la cible en tilisant 2 sites por les écarts positifs : S Hi = ma(0, ( i k) + S H(i 1) ) et S H0 = 0 por les écarts négatifs : SLi = ma(0, ( i k) + S L(i 1) ) et S L0 = 0 avec i = i cible : variable rédite de la moyenne de l échantillon i σ et k constante dépendant de l importance d décalage à détecter k = 0.5 généralement, por détecter n décalage de σ dès q ne des sites dépasse ne valer h choisie entre 4 et 5 on procède à n réglage et on remet à 0 les 2 sites. Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 La carte CUSUM a mesres EN PRATIQUE por ne pas avoir à calcler i à chaqe fois, on tilise : SHi = ma(0, i (cible + K) + S H(i 1) ) SLi = ma(0, (cible K) i + S L(i 1) ) avec K = k σ et la valet limite devient H = h σ Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

25 Les cartes a attribts ATTRIBUT : caractéristiqe qe l on ne pet mesrer, et qi ne pet prendre qe 2 valers (Bon/Mavais, Vrai/Fa, Présence/Absence, etc) Le procédé génère de façon aléatoire ne certaine proportion de prodits avec la même valer d n attribt (e : 92% de prodits "Bons") On vet détecter les évoltions anormales (cases assignables) de cette proportion, grâce à ne carte de contrôle 2 cartes permettent de le faire la carte np : sivi d nombre de prodits dans l échantillon taille d échantillon fie la carte p : sivi de la proportion de prodits limites fonction de la taille d échantillon La carte np Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Limites de contrôle de la carte np p : proportion normale de prodit ayant la valer sivi de l attribt ( 0 p 1 ) np : nombre normal correspondant dans l échantillon n : taille de l échantillon ( np = n p) LSC np = np + 3 np(1 p) LIC np = np 3 np(1 p) Estimation de p et np à partir de k échantillons de n prodits np i : nombre de prodit ayant la valer sivi de l attribt dans l échantillon i np np = 1 k k i=1 np i et p p = np n Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66 Bibliographie Appliqer la maîtrise statistiqe des procédés MSP/SPC Marice PILLET LES ÉDITIONS D ORGANISATION La Maîtrise Statistiqe des Procédés (SPC) - Démarche et Otils JL Lamoille, B Mrry, C Potié afnor gestion Y Monnier () ENSIBS-2-GI v / 66

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place SPC 1 Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place II-2-1. Définitions II-1-2. Capabilité machine et capabilité procédé II-2-3. Ppm 2 II-1. GénéralitG ralités Définitions

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

OPTIONS MODELISATIONS

OPTIONS MODELISATIONS DSCG OPTIONS MODELISATIONS Notions préliminaires. La loi binomiale La loi binomiale s appliqe ans le cas : ne expérience aléatoire à ex isses, cette expérience étant répétée n certain nombre e fois (n

Plus en détail

L évaluation des risques professionnels. Guide d élaboration du document unique

L évaluation des risques professionnels. Guide d élaboration du document unique L évalation des risqes professionnels Gide d élaboration d docment niqe Évaler por prévenir La loi n 91-1414 d 31 décembre 1991, transposant la Directive Cadre Eropéenne d 12 jin 1989, a notamment introdit

Plus en détail

1 Généralités sur les tests d hypothèse

1 Généralités sur les tests d hypothèse UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année niversitaire 2014 2015 L2 Économie Cors de B. Desgrapes Méthodes Statistiqes Séance 05: Introdction ax tests d hypothèses Table des matières

Plus en détail

Ouvrir aux langues et valoriser les apprentissages

Ouvrir aux langues et valoriser les apprentissages Ovrir ax langes et valoriser les apprentissages N Conç par Francis Gollier, Anita Marchal, Corinne Marchois et Fabienne Petiard. Le point sr Les programmes de langes étrangères por l école primaire et

Plus en détail

Exercice 1. 1) Représenter le vecteur U ci-dessous. 2) Déterminer graphiquement le module et l'argument du nombre complexe z.

Exercice 1. 1) Représenter le vecteur U ci-dessous. 2) Déterminer graphiquement le module et l'argument du nombre complexe z. http://maths-sciencesfr EXERCICES SUR LES NOMBRES COMPLEXES Exercice Une minterie est alimentée par ne tension alternative sinsoïdale U(t) = U m sin(t + ) À n instant cette tension est représentée par

Plus en détail

Guides d installation 300-012-581 Rév. 03

Guides d installation 300-012-581 Rév. 03 EMC Matériel VNXe3300 dans les environnements compatibles NEBS Gides d installation 300-012-581 Rév. 03 Les composants d système de stockage EMC VNXe3300 sivants ont passé avec sccès la site de tests de

Plus en détail

Interventions sur des machines en imprimerie L utilisation de la vitesse réduite

Interventions sur des machines en imprimerie L utilisation de la vitesse réduite Interventions sr des machines en imprimerie L tilisation de la vitesse rédite Plsiers tâches en imprimerie nécessitent des interventions avec des protecters overts, retirés o netralisés tot en ayant besoin

Plus en détail

Année budgétaire 2012

Année budgétaire 2012 Année bdgétaire 2012 2 Avant d aller pls loin Portée sr les fonds baptismax il y a 5 ans, l Académie de la Mobilité, cellle de formation d Grope TEC, pose ajord hi n premier bilan. Strctre reconne a sein

Plus en détail

Le suivi de la qualité. Méthode MSP : généralités

Le suivi de la qualité. Méthode MSP : généralités Le suivi de la qualité La politique qualité d une entreprise impose que celle maîtrise sa fabrication. Pour cela, elle doit être capable d évaluer la «qualité» de son processus de production et ceci parfois

Plus en détail

Dentaurum Boutique en ligne. www.dentaurum.fr. plus rapide plus ergonomique plus simple

Dentaurum Boutique en ligne. www.dentaurum.fr. plus rapide plus ergonomique plus simple FR Dentarm Botiqe en ligne www.dentarm.fr pls rapide pls ergonomiqe pls simple shop.dentarm.fr Votre adresse por l orthodontie, les implants et la prothèse dentaire sr Internet Décovrez la botiqe en ligne

Plus en détail

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré Microphones d appels Clod avec message pré-enregistrés intégré Clearly better sond Modèles PM4-SA et PM8-SA Description générale Les microphones d appels nmériqes Clod de la gamme PM-SA ont été développés

Plus en détail

Les principes des tests d hypothèse

Les principes des tests d hypothèse Remarqe La valer de α doit être choisie a priori, jamais en fonction des données observées. 6 2 Le risqe de dexième espèce Le rejet de l hypothèse H 0 se fait a bénéfice d ne atre hypothèse, dite hypothèse

Plus en détail

Cartes de contrôle aux mesures

Cartes de contrôle aux mesures Cartes de contrôle aux mesures 1 Une introduction à la maîtrise statistique des processus Deux objets ne sont jamais rigoureusement identiques. Quelles que soient les techniques utilisées pour fabriquer

Plus en détail

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir Chapitre 6.6 Prescriptions relatives à la constrction des grands emballages et ax épreves q ils doivent sbir 6.6.1 Généralités 6.6.1.1 Les prescriptions d présent chapitre ne s'appliqent pas : - ax emballages

Plus en détail

Séminaire: Test des logiciels embarqués Formation de deux jours avec Jean-François PRADAT-PEYRE (docteur en informatique, professeur des universités)

Séminaire: Test des logiciels embarqués Formation de deux jours avec Jean-François PRADAT-PEYRE (docteur en informatique, professeur des universités) Séminaire: Test des logiciels embarqés Formation de dex jors avec Jean-François PRADAT-PEYRE (docter en informatiqe, professer des niversités) Évitez les logiciels défectex et rédisez les risqes et les

Plus en détail

Formation. Conseil AMDEC PROCESS EXAMPLE NOMENCLATURE TOOLS TIME QUALITY VALUE MUST TAILLE DÉVELOPPEMENT DES LOTS IMPROVEMENT PILOTAGE

Formation. Conseil AMDEC PROCESS EXAMPLE NOMENCLATURE TOOLS TIME QUALITY VALUE MUST TAILLE DÉVELOPPEMENT DES LOTS IMPROVEMENT PILOTAGE 2012/2013 Formation. Conseil STABILISATION LIGNES D'ASSEMBLAGE TOOLS LEAN PRODUCTION THINKING GAIN DE TEMPS LOGISTIQUE AMDEC PROCESS EXAMPLE NOMENCLATURE ERGO CUSTOMER PILOTAGE IMPLANTATION TIME PRODUCTIVITÉ

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

16 février 2014. Le monde pourrait être entré dans une période de plus grande stabilité des prix du pétrole,

16 février 2014. Le monde pourrait être entré dans une période de plus grande stabilité des prix du pétrole, 16 février 2014 PGA / 8 ENTRETIEN Le monde porrait être entré dans ne période de pls grande stabilité des prix d pétrole, déclare a PGA Jean-Lois Schilansky, président de l UFIP Les marchés pétroliers

Plus en détail

Débuter avec Excel. Introduction

Débuter avec Excel. Introduction Débter avec Excel Introdction Dans ce chapitre Microsoft Excel 00 est n logiciel tabler qe vos povez employer dans n cadre personnel o professionnel, por sivre et analyser des ventes, créer des bdgets

Plus en détail

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres L intégrité d positionnement dans les transports terrestres David Bétaille (Ifsttar/MACS) Form Photogrammétrie - Positionnement et Mesres de Déformation, ENSG, le 0 mars 01 1 Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire Generika News Information actelle de l association Intergenerika Septembre 2010 Le dangerex principe d prix le pls bas por les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire La ltte parlementaire

Plus en détail

N 3 Janvier 2016. L exploitation et la diffusion des analyses des messages clients au sein des entreprises

N 3 Janvier 2016. L exploitation et la diffusion des analyses des messages clients au sein des entreprises Les blletins de la relation client N 3 Janvier 2016 L exploitation et la diffsion des analyses des messages clients a sein des entreprises En 2015, IPSOS et ERDIL ont mené conjointement ne étde nationale

Plus en détail

online-shop be - fr Dentaurum Boutique en ligne www.dentaurum.be plus rapide plus ergonomique plus simple

online-shop be - fr Dentaurum Boutique en ligne www.dentaurum.be plus rapide plus ergonomique plus simple online-shop be - fr Dentarm Botiqe en ligne www.dentarm.be pls rapide pls ergonomiqe pls simple shop.dentarm.be Votre adresse por l orthodontie et la prothèse dentaire sr Internet Décovrez la botiqe en

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES Les qalifications Edition jillet 2014 Solaire thermiqe Forage géothermiqe Solaire photovoltaïqe Bois énergie Aérothermie et géothermie Les énergies renovelables : des

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses la fardelese Les fardeleses, machines semi-atomatiqes d emballage de palettes, assi nommées palettisers o «wrapeses» sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. On s en sert por envelopper d ne

Plus en détail

lundi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires

lundi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires lndi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires alimentation.gov.fr 2 3 octobre 2011 - Dossier de presse Crédits Photos : min.agri.fr La cantine fait partie d qotidien de 6 millions de jenes écoliers,

Plus en détail

Montages à plusieurs transistors

Montages à plusieurs transistors etor a men! ontages à plsiers transistors mplificaters à plsiers étages Dans de nombrex amplificaters, on cerce à obtenir n grand gain, ne impédance d entrée élevée (afin de ne pas pertrber la sorce d

Plus en détail

Feuille de route pour la diversité linguistique en Europe. Une nouvelle approche des langues dans le cadre de la stratégie Europe 2020

Feuille de route pour la diversité linguistique en Europe. Une nouvelle approche des langues dans le cadre de la stratégie Europe 2020 Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope Une novelle approche des langes dans le cadre de la stratégie Erope 2020 Por pls d informations, visitez : www.npld.e La proposition d Résea por la promotion

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

Guide de présentation

Guide de présentation Syndicat Centre Héralt Gide de présentation Activités et otils pédagogiqes Por sensibiliser vos élèves à la gestion des déchets, mettre en place des projets, réaliser ne visite o réserver nos otils...

Plus en détail

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy 16 Octobre 2014 - Bercy PRODUIRE EN FRANCE AVEC LA DOUANE Présentation des entreprises participant ax tables rondes # prodireenfrance Live tweet sr le compte officiel de la doane @doane_france la doane

Plus en détail

COMBINÉ UNIVERSEL A DENTS VIBRANTES VIBROSTAR

COMBINÉ UNIVERSEL A DENTS VIBRANTES VIBROSTAR VIBROSTAR COMBINÉ UNIVERSEL A DENTS VIBRANTES COMBINÉ UNIVERSEL A DENTS VIBRANTES VIBROSTAR Eqipement de série VIBROSTAR 4-..., 5-..., F-4-... VIBROSTAR 4- + Vibrostar F-4 = 4 rangées de dents VIBROSTAR

Plus en détail

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité Por la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrtements de qalité Depis 2005, Edcazen propose ax familles d enfants de 0 à 12 ans des nonos fiables recrtées selon le processs

Plus en détail

Contribution des Chambres d'agriculture à l'agro-écologie

Contribution des Chambres d'agriculture à l'agro-écologie Contribtion des Chambres d'agricltre à l'agro-écologie a Edito de Gy Vasser Président des Chambres d'agricltre (APCA) Les acters de l agricltre française ont tojors œvré por moderniser ler activité. Ainsi,

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Procédés (MSP) Statistical Process Control (SPC)

Maîtrise Statistique des Procédés (MSP) Statistical Process Control (SPC) Maîtrise Statistique des Procédés (MSP) Statistical Process Control (SPC) Plan Qu est-ce que la qualité? Qu est-ce que la MSP/le SPC? Variabilité Loi Normale Cartes de contrôle Capabilités Application

Plus en détail

PGA / 7 1er août 2015

PGA / 7 1er août 2015 PA / 7 1er août 2015 ENTRETIEN 25 à 30% des raffineries porraient fermer dans l Union eropéenne dans les 20 prochaines années, déclare a PA Francis Dsex, président de l UFIP A cort terme, le prix d éqilibre

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs Le compacter Les compacters servent à compresser les matières récpérées (ex. papier, plastiqe). Ils sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. Les compacters doivent être mnis de dispositifs de

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

L atome et la mécanique de Newton : ouverture au monde quantique

L atome et la mécanique de Newton : ouverture au monde quantique ACTIVITE- COURS PHYSIQUE N 14 TS 1/5 ATOME ET MECANIQUE DE NEWTON Activité-cors de physiqe N 14 L atome et la mécaniqe de Newton : overtre a monde qantiqe Objectifs Connaître les expressions de la force

Plus en détail

CHAÎNES ET GAINES PORTE-CÂBLES

CHAÎNES ET GAINES PORTE-CÂBLES Règles de constrction DETERMINATION DES DIMENSIONS ET DE L AGENCEMENT INTERNE Tot d abord il fadra déterminer la section tile de la chaîne porte-câbles en fonction des différents câbles o condites hydraliqes,

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

Préavis. Catégorie : Capital. Date : Avril 2009. Contexte :

Préavis. Catégorie : Capital. Date : Avril 2009. Contexte : Préavis Objet : Compément d information à intention des sociétés d assrance-vie qi cacent es capitax reqis a titre des garanties de fonds distincts a moyen d n modèe apprové version révisée Catégorie :

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L'ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE ASSOCIEE AUX SYSTEMES DE MESURE AUTOMATIQUES DES GAZ (CONTROLE QUALITE QAL1)

GUIDE PRATIQUE POUR L'ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE ASSOCIEE AUX SYSTEMES DE MESURE AUTOMATIQUES DES GAZ (CONTROLE QUALITE QAL1) GUIDE PRATIQUE POUR L'ESTIMATION DE L INERTITUDE DE MESURE ASSOIEE AUX SYSTEMES DE MESURE AUTOMATIQUES DES GAZ (ONTROLE QUALITE QAL1 JANVIER 004 GUIDE PRATIQUE POUR L'ESTIMATION DE L INERTITUDE DE MESURE

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 11 ASSEMBLAGES SOUS CHARGEMENT STATIQUE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 11 ASSEMBLAGES SOUS CHARGEMENT STATIQUE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 11 ASSEMBLAGES SOUS CHARGEMENT STATIQUE Leçon 11.. Assemblages sodés : Applications d calcl des sodres d'angle ichier : L11--.doc OBJECTI Utiliser les méthodes de calcl exposées

Plus en détail

le livret de soins avon Trouver les indispensables de vos clientes en un clin d œil!

le livret de soins avon Trouver les indispensables de vos clientes en un clin d œil! le livret de soins avon Trover les indispensables de vos clientes en n clin d œil! Soins anti-âge hate Choisir la ligne de soins Anew Progression des signes de vieillissement 25+ 30+ Prévention Correction

Plus en détail

FMC 210 DM Déclencheurs d'alarme incendie double effet

FMC 210 DM Déclencheurs d'alarme incendie double effet Systèmes d'alarme incendie FMC 10 DM Déclenchers d'alarme incendie doble effet FMC 10 DM Déclenchers d'alarme incendie doble effet www.boschsecrity.fr Réglage d déclencher manel d'alarme après déclenchement

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

LBC 341x/0 - Enceintes

LBC 341x/0 - Enceintes Systèmes de commnications LBC 41x/ - Enceintes LBC 41x/ - Enceintes www.boschsecrity.fr Reprodction vocale et msicale hate fidélité Plage de fréqences étende Entrées 8 ohms et 1 V réglables Enceinte compacte

Plus en détail

Cours pratique de béton armé (Eurocode 2)

Cours pratique de béton armé (Eurocode 2) GENEAUX ATISTIQUES Chapitre 2 - règles de CalCl 3. erocode 2 3.1. Domaine d application L Erocode 2 s appliqe a calcl de Bâtiment et de Génie Civil en béton non armé, en béton armé et en béton précontraint.

Plus en détail

MANIPULATION DE COURS. Industrialisation d un produit Modeleur volumique

MANIPULATION DE COURS. Industrialisation d un produit Modeleur volumique Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris Prodction Atomatisée FAB102 MANIPULATION DE COURS Indstrialisation d n prodit Modeler volmiqe Année Universitaire 2006 / 2007 TP N 1 Modeler géométriqe

Plus en détail

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire 79614 Plan de formation por l Ordonnance sr la formation professionnelle initiale réalisater pblicitaire Partie A Compétences opérationnelles Partie B Grille horaire Partie C Procédre de qalification Partie

Plus en détail

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS q 1. Qelle qantité de déchets compostables ne personne jette t-elle par an? 2. Qe faire des hiles de fritres

Plus en détail

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir Chapitre 6.6 Prescriptions relatives à la constrction des grands emballages et ax épreves q ils doivent sbir 6.6.1 Généralités 6.6.1.1 Les prescriptions d présent chapitre ne s'appliqent pas : - ax emballages

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES OLIVIER BARBARY LUZ MARY PINZON SARMIENTO L analyse harmoniqe qalitative et son application à la typologie des trajectoires individelles Mathématiqes et sciences hmaines,

Plus en détail

GDF SUEZ, le leader de l éolien en France

GDF SUEZ, le leader de l éolien en France GDF SUEZ, le leader de l éolien en France JUILLET 2014 Dossier de presse Photographie : Le parc éolien de Manneville Crédits Photo : LA COMPAGNIE DU VENT / JULIEN GAZEAU / VALÉRY JONCHERAY 2 SOMMAIRE Introdction

Plus en détail

Rôle et évolution des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation européenne

Rôle et évolution des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation européenne Rôle et évoltion des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation eropéenne Catherine HOLZMANN Responsable Département Dispositifs Médicax de Diagnostic in Vitro Pôle Certification

Plus en détail

ACTIONNEURS PNEUMATIQUES Sommaire

ACTIONNEURS PNEUMATIQUES Sommaire ACTIONNEURS PNEUMATIQUES Sommaire v B a ve Prodits Mini-vérins filetés à 1 mm Vérins à faible corse 8 à 0 mm Vérins ronds Vérins compacts v Type E 8 à 25 mm - ISO 32 32 à 3 mm - ISO 31 a ve à 0 mm - ISO

Plus en détail

OSCILLATEURS COUPLÉS

OSCILLATEURS COUPLÉS TP OSCILLATEURS COUPLÉS Capacités exigibles : mtre en évidence l action d n filtre linéaire sr n signal périoqe dans les domaines fréqentiel temporel La théorie générale des oscillaters coplés n est pas

Plus en détail

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

Bâtiment. Fondations. Planchers et Dalles. La gamme. Voiles et Ossatures. Décor. Chapes et Maçonnerie. Unibéton. Bâtiment. Unibéton I Bâtiment

Bâtiment. Fondations. Planchers et Dalles. La gamme. Voiles et Ossatures. Décor. Chapes et Maçonnerie. Unibéton. Bâtiment. Unibéton I Bâtiment La gamme Fondations Planchers et Dalles Voiles et Ossatres Décor Chapes et Maçonnerie Unibéton Unibéton I Fondations La gamme Fondations Préfond Béton de propreté Tradifond Les qalités de résistance des

Plus en détail

Le Colosse de l Université Laval

Le Colosse de l Université Laval Le Colosse de l Université Laval Mise en contexte Département de génie physiqe de l Université Laval reçoit le financement nécessaire por mettre sr pied ne infrastrctre de calcl hate performance sr le

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES

TECHNIQUES STATISTIQUES TECHNIQUES STATISTIQUES, enseignant à l'institut d'administration des Entreprises, Université Nancy 2 SOMMAIRE 1. Introduction 3 2. Contrôle statistique des lots 3 2.1 Champ d'application 3 2.2 Niveau

Plus en détail

Une dynamique de naissances et morts multiples pour l optimisation de processus ponctuels marqués

Une dynamique de naissances et morts multiples pour l optimisation de processus ponctuels marqués Une dynamiqe de naissances et morts mltiples por l optimisation de processs ponctels marqés X. Descombes EPI Ariana GdR ISIS Mars 2008 1 Plan Les processs ponctels marqés por l analyse d image Les otils

Plus en détail

Compensation des amétropies sphériques

Compensation des amétropies sphériques Compensation des amétropies sphériqes Principe de la compensation e verre compensater théoriqe (o verre correcter) de l'amétropie, placé devant l'œil, permet a sjet de voir net à l'infini sans accommoder.

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles Facilité d'tilisation et sages des MMS sr les mobiles Mobilité & Ubiqité 2004 Rachel Demmiex & Farid Habboche (France Télécom R&D - Lannion) Le présent docment contient des informations qi sont la propriété

Plus en détail

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113 Email Academy 2012 L'emailing et les noveax canax internet La législation de l'emailing et des bases de données Vendre par l'emailing Améliorer la délivrabilité de ses emailing Développer son email en

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert Les Actes de Lectre n, mars - Lire les recherches... LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Focambert Les partis pédagogiqes qi s affrontent ator de la lectre tentent assi de se présenter en hérats scientifiqes.

Plus en détail

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect!

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect! - Le jornal d collège Lcie Abrac- Avril 2009 Nméro 6 Sommaire Edition spéciale sr... la Semaine d Respect! Un novea clb a collège : le Clb Scientifiqe!...p.3 Zoom sr le recylage...p.4 Le qizz d respect...p.7

Plus en détail

Système isolateur de ligne de haut-parleurs

Système isolateur de ligne de haut-parleurs Systèmes de commnications Système isolater de ligne de hat-parlers Système isolater de ligne de hat-parlers www.boschsecrity.fr Fornit des bocles de hat-parler redondantes por les systèmes de sonorisation

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA Ade Hbrecht, Fabienne Gerra To cite this version: Ade Hbrecht, Fabienne Gerra. MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières C.C.T.P

Cahier des Clauses Techniques Particulières C.C.T.P COMMUNE DE BONSON DIAGNOSTIC DE FONCTIONNEMENT ET SCHEMA D'AMENAGEMENT DES OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF - ZONAGE Cahier des Clases Techniqes Particlières C.C.T.P Direction Départementale de l Agricltre

Plus en détail

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110 Téléphone analogiqe Téléphone analogiqe à toches por le système de commnication MD110 Gide d tilisation Cover Page Graphic Place the graphic directly on the page, do not care abot ptting it in the text

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

Analyse fréquentielle des systèmes analogiques

Analyse fréquentielle des systèmes analogiques Analyse fréqentielle des systèmes analogiqes L'analyse fréqentielle d'n système consiste principalement dans la détermination de sa fonction de transfert harmoniqe, pis en l'étde de son modle G( et son

Plus en détail

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC . Intérêt d redressement Le redressement MCC Si on désire faire fonctionner n moter à corant contin (MCC) en alternatif il ne torne pas mais vibre. Explication : le corant alternatif change de sens réglièrement

Plus en détail

La Mbox troisième génération Guide technique

La Mbox troisième génération Guide technique La Mbox troisième génération Gie techniqe Table es matières Le concept e la famille Mbox novelle génération...3 Les éléments constittifs ne interface aio exception...3 Convertissers...3 Préamplis...3 Horloge...3

Plus en détail

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA Commande prédictive par Jacqes RICHALET Directer société ADERSA 1. Les qatre principes de la commande prédictive... R 7 423 2 1.1 Modèle interne... 2 1.2 Trajectoire de référence... 3 1.3 Strctration de

Plus en détail

DIVAR IP 6000 1U. Vidéo DIVAR IP 6000 1U. www.boschsecurity.fr. Configuration RAID-5, solution d'enregistrement tout-en-un jusqu'à 128 voies

DIVAR IP 6000 1U. Vidéo DIVAR IP 6000 1U. www.boschsecurity.fr. Configuration RAID-5, solution d'enregistrement tout-en-un jusqu'à 128 voies Vidéo DIVAR IP 6000 1U DIVAR IP 6000 1U www.boschsecrity.fr Configration RAID-5, soltion d'enregistrement tot-en-n jsq'à 128 voies Soltion de stockage IP préinstallée et préconfigrée, dotée d'ne capacité

Plus en détail

Musique jeune public. Du vinyl au numérique

Musique jeune public. Du vinyl au numérique Msiqe jene pblic D vinyl a nmériqe Alain Schneider Hervé Shbiette «Le nmériqe permet n lien direct avec les gens, et n dialoge immédiat. Chose qi n existait pas à l écote d n disqe chez soi.» Paroles d

Plus en détail

Ser vice national famille et société

Ser vice national famille et société Ser vice national famille et société Conférence des évêqes de France Jillet 2012 Département environnement et modes de vie EFFET DE SERRE ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES Depis qelqes décennies, diverses observations

Plus en détail

I. Expressions d une grandeur sinusoïdale 1.1. Généralités

I. Expressions d une grandeur sinusoïdale 1.1. Généralités Chap. 1 : REGIME MONOPHASÉ SINUSOIDAL I. Expressions d ne grander sinsoïdale 1.1. Généralités La tension est ne tension qi s écrit sos la forme Avec : Remarqe : por n corant i sinsoïdal, l'expression s'écrit

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

La gestion des déchets du BTP dans le Doubs. nécessité pour l environnement

La gestion des déchets du BTP dans le Doubs. nécessité pour l environnement La gestion des déchets d BTP dans le Dobs Une nécessité por l environnement La gestion des déchets d BTP le contexte et les enjex Les déchets d BTP constitent des enjex importants d fait des qantités en

Plus en détail

Musicothérapie. Fiches Pratiques. par Hervé Gautier / Consultant ACTIF. Les Cahiers de l'actif - N 260/261

Musicothérapie. Fiches Pratiques. par Hervé Gautier / Consultant ACTIF. Les Cahiers de l'actif - N 260/261 Msicothérapie Fiches Pratiqes Msicothérapie par Hervé Gatier / Consltant ACTIF 71 Fiches pratiqes de formation Avertissement Cet article des "fiches pratiqes de formation" n'est en acn cas n receil de

Plus en détail

Halte-garderie du Faubourg

Halte-garderie du Faubourg Halte-garderie d Faborg Plan d'affaires MODÈLE Noémie Dprès 1212, d Faborg Belleville (Qébec) Z2C 4Z4 Présenté à Monsier X Caisse Poplaire de Belleville Le 13 jin 2000 T able des matières 1. Le sommaire

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

AutoDome - Systèmes intérieures avec caméra mobile

AutoDome - Systèmes intérieures avec caméra mobile Vidéo AtoDome - Systèmes intérieres avec caméra mobile AtoDome - Systèmes intérieres avec caméra mobile www.boschsecrity.fr Versions Jor/Nit, Coler et N/B Zoom optiqe x26 (Jor/Nit) o x18 + zoom nmériqe

Plus en détail

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits SOLIDWORKS Simlation Réalisez des simlations virtelles avec des otils de test complets por améliorer vos prodits SOLUTIONS DE SIMULATION SOLIDWORKS Les soltions de simlation SOLIDWORKS permettent à tot

Plus en détail

Devoir corrigé Terminale S. D3n NOMBRE D OR

Devoir corrigé Terminale S. D3n NOMBRE D OR Aters : France et Michel Villiamey D3n NOMBRE D OR TI-Nspire CAS Thème : Nombre d or et site de Fibonacci. Fichiers associés : D3n_NombreOr_CAS.tns. Enoncé a) Démontrer q il existe n sel nombre réel positif

Plus en détail

Devoir surveillé n o 2 niveau 2 Mercredi 27 novembre de 13h à 17h. sint t + x dt.

Devoir surveillé n o 2 niveau 2 Mercredi 27 novembre de 13h à 17h. sint t + x dt. Lycée Ponts de Tyard 3/4 ECS Devoir srveillé n o nivea Mercredi 7 novembre de 3h à 7h La qalité de rédaction, de notation et de présentation prendra ne large part dans la note finale. Le sjet comporte

Plus en détail

Enjeux du traitement thermique du bois. Vers un contrôle qualité et un pilotage des fours. La chimie des bio-polymères au service du procédé.

Enjeux du traitement thermique du bois. Vers un contrôle qualité et un pilotage des fours. La chimie des bio-polymères au service du procédé. Enjex d traitement thermiqe d bois. Vers n contrôle qalité et n pilotage des fors. La chimie des bio-polymères a service d procédé. Le traitement thermiqe d bois Le traitement thermiqe depis la nit des

Plus en détail

GUIDE POUR L EXPRESSION DE L INCERTITUDE DE MESURE (GUM)

GUIDE POUR L EXPRESSION DE L INCERTITUDE DE MESURE (GUM) Une norme por la détermination des incertitdes de mesres : N ENV 005 GUIDE POUR L EXPRESSION DE L INCERTITUDE DE MESURE (GUM) Introdction : Les instances de normalisation ( ISO, BIPM, ANOR, ) ont pblié

Plus en détail

Architecture logicielle et méthodologie de conception embarquée sous contraintes temps réel pour la radio logicielle

Architecture logicielle et méthodologie de conception embarquée sous contraintes temps réel pour la radio logicielle Architectre logicielle et méthodologie de conception embarqée sos contraintes temps réel por la radio logicielle Noël Tchidjo Moyo To cite this version: Noël Tchidjo Moyo. Architectre logicielle et méthodologie

Plus en détail

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne MajecSTIC 2009 Avignon, France, d 6 a 8 novembre 2009 Maximisation d débit des systèmes OFDM mlticast dans n contexte de corant porter en ligne Ali Maiga, Jean-Yves Badais et Jean-François Hélard Laboratoire

Plus en détail