Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone"

Transcription

1 Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

2 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on des évènements ischémiques 19% % + 38% Placebo APTC CURE Higher IPA Majora6on des saignements + 32% Single An6platelet Rx Dual An6platelet Rx

3 Les complications hémorragiques : un événement pas si rare Moscucci et al, Eur Heart J 2003

4 Saignements sont fréquents Le taux de complications hémorragiques varie entre 2-8% selon les études Dépend des définitions utilisées+++ Taux plus fort dans les registres (vrai vie) que dans les études randomisées Dominés par les saignements GI et liés au point de ponction

5 Jusqu à très récemment Les saignements étaient sous évalués et leurs effets néfastes sous-estimés par les cardiologues et les grandes études. C était le prix «à payer» du fait de la puissance des traitements anti thrombotiques et la lutte contre les évènements ischémiques (ReIDM, thrombose de stents)

6 MAIS * * p<0.01 Saignements s accompagnent d une surmortalité Moscucci et al, Eur Heart J 2003

7 Saignements sont des Recurrent events and Mortality évènements graves 5384 patients de 4 études randomisées, stable ou non Saignements ont le même impact négatif en terme de survie qu un nouvel IDM Ndrepepa et al, J Am Coll Cardiol 2008

8 Saignements sont des Recurrent events and Mortality évènements graves PCI patients de 3 études (REPLACE 2, ACUITY et HORIZON) Impact négatif dominé par les saignements non liés au point de ponction (GI+++) Verheugt et al, JACC Cardiovasc Interv 2011

9 Comment prévenir les complica6ons diges6ves?

10 Faible dose d aspirine Aspirine + Clopidogrel, NSTEMI pa?ents, étude CURE < 100 mg mg 200 mg 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 < 100 mg mg 200 mg!"#$%"&'()*+,#)-!"#$%&'())*+,- Pas de bénéfice ischémique, complica6ons hémorragiques majorées par augmenta6on dose aspirine Peters et al, Circula?on 2003

11 Faible dose d aspirine p=0.61 0,4 0,35 0,3 0,25 0,2 0,15 0,1 0,05 0 GI bleeding Pas de bénéfice ischémique, complica6ons hémorragiques majorées par augmenta6on dose aspirine p= mg mg CURRENT OASIS 7 study, Mehta et al, NEJM 2010

12 Choix de la bithérapie plaqueqaire adapté au pa?ent! Clopidogrel, Prasugrel ou Ticagrelor Nouveaux bloqueurs P2Y12 inhibition plaquettaire accrue

13 TRITON et PLATO Primary endpoint = CV Death / MI / Stroke months Clopidogrel 75mg Endpoint (%) HR 0.84 ( ) p=0.0003* HR 0.81 ( ) p=0.0004* Ticagrelor 90mg x2 Prasugrel 10mg days WivioQ et al, NEJM 2007, Wallen?n et al, NEJM 2010

14 Safety = Non CABG related TIMI major bleedings Same Platelet Inhibition Same Bleeding Risk p=0.00 p=0.03 p=0.025* 1* * +38% +32% +27% ASA only CURE 360 days NNH= days 1.8 TRITON NNH= days 2.2 PLATO WivioQ et al, NEJM 2007, Wallen?n et al, NEJM 2010 Prasugrel Ticagrelor Clopidogrel 75

15 Choix de l inhibiteur P2Y12 inhibitors Risque Ischémique Risque Hémorragique Sélec6on des pa6ents +++

16 Bleeding Risk Ischemic Risk High risk STEMI Diabetes mellitus, CKD High risk NSTE ACS (Tn + and/or ST changes) Recurrent event on clopidogrel Stent Thrombosis Low risk No ST changes No Troponin eleva6on (Pa$ents not in Triton / Plato) High risk: Prior stroke/tia* Age > 75 y.o Weight < 60 kg CAS PAR CAS Clopidogrel Chronic OAC, Prior Bleeding Low risk No prior stroke/tia/bleeding Age < 75 y.o Weight > 60 kg No Chronic OAC PRASUGREL TICAGRELOR Clopidogrel * CI Prasugrel

17 Localisa?on saignements majeurs: TRITON Clopidogrel (n=6716) Prasugrel (n=6741) HR 1.75 p = 0.20 HR 1.12 p = 0.74 HR 0.93 p = 0.78 HR p = n=43 HR 1.47 p = 0.05 GI Retroperitoneal Intracranial Puncture Site Surgical Site n=63 n=8 n=14 n=17 n=19 n=30 n=28 n=10 Subjects Experiencing Event % 0.1% 0.2% 0.3% 0.4% 0.5% 0.6% 0.7% 0.8% 0.9% 1.0% From TRITON study, FDA Public Advisory Board Mee?ng, 2009

18 IPP : U?le ou Pas? 3873 patients traités par bi-antiaggregation plaquettaire, Randomisés Omeprazole vs. Placebo Risque Ischémique HR=0.34, p< ,5 3 p=0.96 2, % 1,5 1.1% 1 0,5 0 GI events Omeprazole Placebo IPP sont efficaces afin de diminuer le risque de saignement GI sous bi AAP COGENT study, BhaQ et al. N Engl J Med 2010

19 Monitoring des pa6ents? HyperRepondeurs Risque hémorragique? HypoRepondeurs Risque ischémique? Serebruany et al, J Am Coll Cardiol 2005

20 Preven6on of Post discharge Bleedings Bleeding Risk Monitoring? 597 NSTE ACS patients, clopidogrel 600 mg, post discharge bleeding Patients with Higher on-treatment platelet inhibition have higher risk of bleeding Cuisset et al, Eurointervention 2009

21 Comment prévenir ces complications GI chez nos patients coronariens? Faible dose aspirine Choix judicieux bloqueur P2Y12 IPP Monitoring?

22 MERCI

Comment maitriser le risque hémorragique?

Comment maitriser le risque hémorragique? Comment maitriser le risque hémorragique? Guillaume Cayla UnitéINSERM 937 Hôpital La Pitié Salpêtrière Service cardiologie Nîmes Pr Messner Conflits d intérêt:lilly -Daishi, Abbott, Astra Zeneca, Servier,

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Thomas Cuisset, CHU Timone, Marseille Paris, Mars 2014 Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. estime

Plus en détail

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore?? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres Variabilité individuelle de réponse au clopidogrel Facteurs génétiques Inobservance SCA Diabète BMI 80?

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires Cas clinique n 1 Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire Pierre Fontana Jean-Luc Reny Updates de Médecine interne générale 18 Février 2013 Mr P. 60 ans, aggravation de son angor d effort

Plus en détail

Speaker s name: Thomas Cuisset, MD, PhD. I do not have any poten>al conflict of interest

Speaker s name: Thomas Cuisset, MD, PhD. I do not have any poten>al conflict of interest Speaker s name: Thomas Cuisset, MD, PhD X I have the following poten>al conflicts of interest to report: x Consul*ng: Astra Zeneca, Daiichi Sankyo, Eli Lilly, Medicines Company Employment in industry Stockholder

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Gilles Barone- Roche=e Cardiologie interven.onnelle et imagerie cardiaque Pôle Thorax et vaisseaux- CHU de Grenoble Inserm 1039

Plus en détail

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi

Plus en détail

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux?

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? 1 Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? Le étapes du choix depuis le pré-hospitalier jusqu à la sortie François Schiele, Besançon Conflits d intérêt potentiels : Honoraires de communication

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Comment réduire le risque hémorragique dans l infarctus avec sus-décalage de ST?

Comment réduire le risque hémorragique dans l infarctus avec sus-décalage de ST? Comment réduire le risque hémorragique dans l infarctus avec sus-décalage de ST? Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 Qui sont les responsables des hémorragies?

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris

Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris Femmes, 83 ans, FA paroxystique, HTA, clairance = 43 ml/min Traitement? 1. AVK 2. AOD 3. Aspirine 4. Aucun Score = 4 (risque

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Compte rendu du Second Belgian Congress on Acute Cardiac Care. Partie 2 Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Sofie Gevaert Le 11 juin, le (BIWAC) organisait son deuxième

Plus en détail

Peut-on remplacer le Clopidogrel? Pr E. FERRARI

Peut-on remplacer le Clopidogrel? Pr E. FERRARI Peut-on remplacer le Clopidogrel? Pr E. FERRARI PCI-CURE Résultats à long terme de la randomisation à la fin du suivi Cumulative hazard rates 0.15 0.10 12.6% 8.8% 31% RRR p=0.002 n=2658 0.05 Tt conventionnel

Plus en détail

Optimisation du traitement AAP dans le SCA avec angioplastie: SCA sans sus ST

Optimisation du traitement AAP dans le SCA avec angioplastie: SCA sans sus ST Optimisation du traitement AAP dans le SCA avec angioplastie: SCA sans sus ST Stéphane(Manzo,Silberman( Service(de(Cardiologie,( Hôpital(Lariboisière,(Paris( Université(Paris(VII,(René(Diderot( Disclosure

Plus en détail

ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est in

ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est in Arrêt des AAP à un an après stenting chez un coronarien en FA? oute rep 2ionale du Goute reproduction même est in Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pitié Salpêtrière 2ionale

Plus en détail

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris SCA de A à Z Du pré-hospitalier à la salle de cathéterisme Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris Conflits

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

Le prasugrel en pratique dans le SCA ST- Axel de Labriolle Clinique du Pont de Chaume Montauban

Le prasugrel en pratique dans le SCA ST- Axel de Labriolle Clinique du Pont de Chaume Montauban Le prasugrel en pratique dans le SCA ST- Axel de Labriolle Clinique du Pont de Chaume Montauban Biarritz, le 09 juin 2011 sondage Qui prescrit le prasugrel dans le SCA ST +? Qui prescrit le prasugrel dans

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

L Jacquemin, O Roth, JY Wiedemann Pôle CPV CH Mulhouse

L Jacquemin, O Roth, JY Wiedemann Pôle CPV CH Mulhouse DES ESSAIS CLINIQUES AUX RECOMMANDATIONS DANS LE SCA QUELS ANTITHROMBOTIQUES CHOISIR? Assises CNCH 212 L Jacquemin, O Roth, JY Wiedemann Pôle CPV CH Mulhouse LIENS D INTERET n Conférence rémunérée q Pfizer,

Plus en détail

Michel Krempf, Nantes

Michel Krempf, Nantes Michel Krempf, Nantes Liens d intérêts: Astra-Zeneca, Abbott, BMS, Bayer pharma, MSD, Shering-Plough, Sanofi-Aventis, Novo Nordisk, Lilly, Pierre Fabre, GSK, Takeda, Pfizer, Novartis, Roche, FICT, Danone,

Plus en détail

Anticoagulant & antiagrégant: quid des associations?

Anticoagulant & antiagrégant: quid des associations? Anticoagulant & antiagrégant: quid des associations? Centre de Référence et d Education Des AntiThrombotiques d Ile de France Ludovic Drouet Consultation hémostase thromboses antithrombotiques Laboratoire

Plus en détail

Syndrome Coronarien Aigu du Sujet Agé

Syndrome Coronarien Aigu du Sujet Agé Syndrome Coronarien Aigu du Sujet Agé Dr Vincent DESCOTES GENON Printemps de la Médecine d Urgence Mai 2014 «On a l âge de ses artères» Définition : 70 ans? 75 ans? 80 ans? 85 ans? La majorité des Patients

Plus en détail

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Marseille, le 31.01.2013 Les alternatives au DES chez le coronarien diabétique

Plus en détail

Au cours des deux dernières décennies, et

Au cours des deux dernières décennies, et Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

2 e forum interhospitalierdes guides de pratique. 27 octobre 2014

2 e forum interhospitalierdes guides de pratique. 27 octobre 2014 2 e forum interhospitalierdes guides de pratique 27 octobre 2014 53 ans Me BOUCHARD DLP HbA1c à 5,9% FAP CHADS 2 de 0 Père DCD d un IM à 55 ans TVP il y a 10 ans AINS pour gonarthrose Dois-je continuer

Plus en détail

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Nadine Ajzenberg Laboratoire d hématologie & INSERM U698 Hôpital Bichat nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 3/12/12 Plan

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou 8 décembre 2011 INTRODUCTION Au cours des 30 dernières années : baisse de la mortalité cardio-vasculaire

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Dr. Montalescot reports research Grants to the Institution or Consulting/Lecture Fees from ADIR, Amgen, AstraZeneca, Bayer, Berlin Chimie AG,

Dr. Montalescot reports research Grants to the Institution or Consulting/Lecture Fees from ADIR, Amgen, AstraZeneca, Bayer, Berlin Chimie AG, Dr. Montalescot reports research Grants to the Institution or Consulting/Lecture Fees from ADIR, Amgen, AstraZeneca, Bayer, Berlin Chimie AG, Boehringer Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Beth Israel Deaconess

Plus en détail

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011 SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants Les Recommandations 2010 Nicolas Delarche Biarritz le 09/06/2011 Conflits d intérêt: consultant pour Medicine Company Guidelines

Plus en détail

STEMI: Il faut u-liser le Ticagrelor

STEMI: Il faut u-liser le Ticagrelor STEMI: Il faut u-liser le Ticagrelor Ph. Gabriel Steg Hôpital Bichat, Assistance Publique Hôpitaux de Paris Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité INSERM U- 698 Paris, France STEMI: Il faut u-liser

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Le vieillissement de la population

Le vieillissement de la population Infiltrations et antiagrégants plaquettaires : que faire en pratique? Résumé : Le vieillissement de la population et la prévalence accrue des maladies cardiovasculaires s accompagnent d une augmentation

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants Nouveaux anti-plaquettaire En cardiologie

Nouveaux anticoagulants Nouveaux anti-plaquettaire En cardiologie Nouveaux anticoagulants Nouveaux anti-plaquettaire En cardiologie Dr Tinouch Haghighat Cardiologue Hémodynamicien CSSS Gatineau 1 Primum Non Nocere 2 1 FA prévalence (%) 2/1/214 Primum Non Nacere 3 Prévalence

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Facteurs de risque cardio- vasculaires

Facteurs de risque cardio- vasculaires Facteurs de risque cardio- vasculaires Jean C. Grégoire MD, FRCP(c), FACC, FACP, Professeur agrégé de clinique, Université de Montréal, Cardiologue, hémodynamicien, InsEtut de cardiologie de Montréal La

Plus en détail

JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR

JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR Prévention cardiovasculaire chez l insuffisant rénal chronique JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR Le risque rénal est un risque cardiaque! Stratification du risque

Plus en détail

épisode aigu? Gestion des AAP

épisode aigu? Gestion des AAP Quel suivi après s l él épisode aigu? Questions et enjeux pour LES cardiologues tratiants Dr J.J. DOMEREGO Cardiologue -Nice - Choix de l AAP Durée du traitement Gestion des AAP Arrêts prématurés (Gestes

Plus en détail

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus 30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC Laroche Jean Pierre / Christine Jurus Rappel : EPP AOMI Mars 2012 Corinne ELHARAR elharar.corinne@wanadoo.fr Jean Pierre LAROCHE echoraljp@free.fr

Plus en détail

Pa#ent sous an#coagulant, Quelle stratégie de sten/ng?

Pa#ent sous an#coagulant, Quelle stratégie de sten/ng? Pa#ent sous an#coagulant, Quelle stratégie de sten/ng? High Tech- Marseille, 31 Janvier 2013 Gilles Rioufol MD PhD Interven#onal cardiology dpt Cardiovascular Hospital - Lyon - France INSERM U886 «real

Plus en détail

Syndromes coronariens aigus ST-: traitements antiagrégants-anticoagulants: recommandations 2011

Syndromes coronariens aigus ST-: traitements antiagrégants-anticoagulants: recommandations 2011 Syndromes coronariens aigus ST-: traitements antiagrégants-anticoagulants: recommandations 2011 Nicolas Delarche CNCH, Paris, le 24 novembre 2011 Conflits d interets Consultant pour: Daiichi-sankyo / lilly

Plus en détail

Prise en charge de la douleur thoracique aux urgences

Prise en charge de la douleur thoracique aux urgences Prise en charge de la douleur thoracique aux urgences Lecture d ECG Cas cliniques Marc Renard (Erasme) Séminaire IRIS, 13 décembre 2011 NSTEMI : Diagnosis Acute chest pain ECG N / an Troponin > cut-off

Plus en détail

Faut-il instaurer un pré traitement dans les STEMI? Dr Richard Dumont CHU MONTPELLIER

Faut-il instaurer un pré traitement dans les STEMI? Dr Richard Dumont CHU MONTPELLIER Faut-il instaurer un pré traitement dans les STEMI? Dr Richard Dumont CHU MONTPELLIER CONFLITS INTERÊTS : Daiichi Sankyo, Astra Zeneca,, Boehringer Ingelheim ( Expertises et Team Board) INFARCTUS AVEC

Plus en détail

Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif?

Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif? Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif? P.Barragan.Ollioules Paris GRCI le 28/ 11/ 2O12 Conflits d intérêt Aucun Specific PCI devices *Recommendations are only valid for

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Post U (2013) 263-270 Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Objectifs pédagogiques Évaluer le risque thrombotique lié à l arrêt ou à la

Plus en détail

Syndromes Coronariens Aigus non ST + (NSTEMI)

Syndromes Coronariens Aigus non ST + (NSTEMI) Syndromes Coronariens Aigus non ST + (NSTEMI) Peut on standardiser la prise en charge en urgence? Tahar Chouihed CHU Nancy Hôpital Central SAMU 54 SMUR Nancy Service d Urgence Nouveau paradigme Il est

Plus en détail

Thrombopathie et insuffisance rénale chronique

Thrombopathie et insuffisance rénale chronique Thrombopathie et insuffisance rénale chronique Olivier Morel, MD, PhD Pôle d activité Médico-chirurgicale Cardio-vasculaire Université de Strasbourg U. 770 INSERM, Le Kremlin-Bicêtre, France Thrombopathie

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

Dr M. PANSIERI Groupe Cardiologie Interventionnelle CNCH 21/11/2013

Dr M. PANSIERI Groupe Cardiologie Interventionnelle CNCH 21/11/2013 Dr M. PANSIERI Groupe Cardiologie Interventionnelle CNCH 21/11/2013 Depuis 30 ans, le GOLD STANDARD pour la revascularisation du TCG est la chirurgie! Qu en est il aujourd hui? DAVID vs GOLIATH } } } }

Plus en détail

Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT

Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT Yassine Bouatou Médecin interne Service de Pharmacologie et Toxicologie Cliniques, HUG Cas clinique : M. A, 61 ans IRCT en hémodialyse depuis 3 ans

Plus en détail

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Focus sur les indications de transfert pour angioplastie coronarienne et sur les inhibiteurs des récepteurs de l ADP Jean Pierre

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Prise en charge du pa/ent valvulaire :

Prise en charge du pa/ent valvulaire : Prise en charge du pa/ent valvulaire : Que nous apprennent les dernières données cliniques? Eric Maupas, Hôpital Privé Franciscaines, Nîmes GCS Languedoc Roussillon CHU Montpellier Des réponses pour alimenter

Plus en détail

Fermeture percutanée d auricule gauche

Fermeture percutanée d auricule gauche Fermeture percutanée d auricule gauche 1 2 Thrombus dans l'auricule gauche 3 Risque annuel d'avc avec l'aspirine ou la warfarine en prévention primaire 4 5 Cas Clinique n 2 -Un homme de 75 ans a pour ATCD

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille TIH Type II Thrombopénie induite par un médicament atypique - Survient dans la

Plus en détail

Nouveautés pour les traitements antithrombotiques pour les patients en prévention secondaire

Nouveautés pour les traitements antithrombotiques pour les patients en prévention secondaire Nouveautés pour les traitements antithrombotiques pour les patients en prévention secondaire P. SABOURET Collège national des cardiologues français and ACTION-group pierre.sabouret@aphp.fr Paris Disclosures

Plus en détail

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Conflits d intérêt - Diapos Firmes et produits (DCI): AstraZeneca

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Les IPP diminuent-ils l'effet anti-agrégant du Plavix? JC Delchier (hôpital H Mondor, Créteil)

Les IPP diminuent-ils l'effet anti-agrégant du Plavix? JC Delchier (hôpital H Mondor, Créteil) Les IPP diminuent-ils l'effet anti-agrégant du Plavix? JC Delchier (hôpital H Mondor, Créteil) Risque de saignement sous clopidogrel Pas d essai randomisé vs placebo Etude cas témoin ( Lanas 2006) clodiprogel

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque

Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque Journées nationales du GERS 5 octobre 2012 Strasbourg Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts : symposium

Plus en détail

Insuffisance cardiaque aiguë et syndrome coronarien aigu. Eric BONNEFOY Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558

Insuffisance cardiaque aiguë et syndrome coronarien aigu. Eric BONNEFOY Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 Insuffisance cardiaque aiguë et syndrome coronarien aigu Eric BONNEFOY Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 18 11-2016 Potential conflict of interest RESEARCH FUNDING

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN Bioresorbable Vascular Scaffold (BVS): Ideal of Leaving Nothing Behind Short Term Long Term PWS: The Third RevoluKon! Data and images

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Gestion clinique des traitements antithrombotiques chez le coronarien. Nicolas Meneveau CHU Jean Minjoz, Besançon

Gestion clinique des traitements antithrombotiques chez le coronarien. Nicolas Meneveau CHU Jean Minjoz, Besançon Gestion clinique des traitements antithrombotiques chez le coronarien Nicolas Meneveau CHU Jean Minjoz, Besançon Declaration of Conflicts of Interest 1 Titulaire de brevets/porteur de parts sociales ou

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006?

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006? Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 26? Suivi du patient revascularisé S assurer de la compliance au traitement (anti agrégants) Gérer le problème d une éventuelle chirurgie

Plus en détail

SAIGNEMENTS et PTCA. Classifications des saignements Les registres d observation La médicaments de la procédure:

SAIGNEMENTS et PTCA. Classifications des saignements Les registres d observation La médicaments de la procédure: SAIGNEMENTS et PTCA Classifications des saignements Les registres d observation La médicaments de la procédure: Fibrinolytiques AntiGPIIb-IIIa et Héparine Anti Xa (Enoxaparine, Fondaparinux) Anti-thrombine:

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

NOUVEAUX ANTI COAGULANTS ET ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES EN 2010 AREPAC 2010

NOUVEAUX ANTI COAGULANTS ET ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES EN 2010 AREPAC 2010 NOUVEAUX ANTI COAGULANTS ET ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES EN 2010 AREPAC 2010 J.J.Dujardin 20 novembre 2010 1 2 Lésion cutanée 3 PREMIERE ETAPE : AGREGATION PLAQUETTAIRE 4 DEUXIEME ETAPE : FORMATION DU

Plus en détail

Angor & Urgences. Dr Olivier Brissy Service Pr Bonnet Cardiologie Interventionnelle

Angor & Urgences. Dr Olivier Brissy Service Pr Bonnet Cardiologie Interventionnelle Angor & Urgences Dr Olivier Brissy Service Pr Bonnet Cardiologie Interventionnelle Mr B! homme 55ans! Symptomatologie d angor d effort! début des symptômes sept 2011! Cs Cardio + EE négative oct 2011!

Plus en détail

Les an'plaque,aires: faire le bon choix et le bon suivi Valérie Dionne, IPSC

Les an'plaque,aires: faire le bon choix et le bon suivi Valérie Dionne, IPSC Les an'plaque,aires: faire le bon choix et le bon suivi Valérie Dionne, IPSC Objec'fs Comprendre mécanisme d ac'on des inhibiteurs du récepteurs P2Y12 Connaître les présenta'ons cliniques pour lesquelles

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

SCA ST+ Pôle Cardiologie CHU Clermont-Ferrand. Dernières tendances dans le traitement du

SCA ST+ Pôle Cardiologie CHU Clermont-Ferrand. Dernières tendances dans le traitement du Pôle Cardiologie CHU Clermont-Ferrand Dernières tendances dans le traitement du SCA ST+ Pascal Motreff *, Géraud Souteyrand, Jean- René Lusson High Tech 2014 *Aucun conflit d intérêt SCA ST+ en 2014 Recommanda/ons

Plus en détail

Scanner cardiaque et douleur thoracique: le point de vue du cardiologue

Scanner cardiaque et douleur thoracique: le point de vue du cardiologue Scanner cardiaque et douleur thoracique: le point de vue du cardiologue Eric Durand Cardiology department, INSERM UMR 1096 University Hospital of Rouen Introduction High risk Chest pain Evaluation of patients

Plus en détail

Les indications et résultats des endoprothèses non actives (BMS)

Les indications et résultats des endoprothèses non actives (BMS) DIU Cardiologie interventionnelle 2015 Les indications et résultats des endoprothèses non actives (BMS) Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique - Université de Bordeaux Endoprothèses coronaires définitives

Plus en détail