Documents mis à disposition par : Attention

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention"

Transcription

1 Documents mis à disposition par : Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources :) 1

2 Gestion Relation Client Introduction Définition Marketing : Le marketing c est l ensemble des moyens mis en œuvre pour comprendre les attentes des clients afin de vendre des produits dans le but de maximiser la rentabilité de l entreprise. La démarche Marketing : 1) Etude du marché : Analyse des concurrents, des clients. 2) Adaptation des produits au marché. 3) Segmentation du marché 4) Positionnement (Haut de gamme, Bas de gamme stratégie de différenciation, de banalisation) 5) Identification de la cible (Définition du cœur de cible (client idéal) 6) Mise en place du plan de marchéage (MIX) Les 4 P (Prix, Produit, Place, Publicité (Communication) Introduction Chapitre 1 : La connaissance du client Chapitre 2 : Le marketing relationnel Chapitre 3 : Les outils de la relation client Quoi Qui Quand Comment Introduction 2

3 LE CRM (Customer Relation Ship Management) est un terme anglo-saxon utilisé au même titre que la GRC (Gestion de la relation client). Le CRM a commencé à la fin des années 1980 et aujourd hui c est devenu un thème dominant dans les sciences de gestion. Définition du CRM : C est une démarche organisationnelle qui vise à mieux connaître et à mieux satisfaire les clients identifiés par leur potentiel d activité et de rentabilité à travers une pluralité de canaux de contacts, dans le cadre d une relation durable afin d accroitre le chiffre d affaire et la rentabilité de l entreprise. I) La démarche organisationnelle Faire du CRM ne se réduit pas à une simple activité informatique mais c est bien au contraire une stratégie d entreprise. L intention des entreprises qui adoptent le CRM est explicite elles poursuivent deux objectifs essentiels et complémentaires, d une part augmenter leur bénéfice et d autre part accroître la satisfaction du client au final. On est dans une idée de conjonction entre l offre et la demande. 1) Mieux connaître et mieux satisfaire les clients Ce principe est nécessairement au cœur de la relation client car la connaissance des clients doit conduire à une plus grande satisfaction de leurs attentes. 2) L identification par le potentiel d activité et de rentabilité Il est important de distinguer l activité actuelle et l activité potentielle. Ce qui veut dire par exemple qu un petit client bancaire actuel peut représenter un gros client potentiel à venir. L identification du potentiel est souvent délicate. Nous avons que de petits indices divers que l on cherche à identifier. D autre part ce n est pas seulement le chiffre d affaires qui importe mais la rentabilité du client. Ce qui signifie que certain gros clients peuvent être peu rentable en raison de la somme d effort et de service qu ils nécessitent. Il est souvent difficile pour les entreprises d estimer de façon précise la rentabilité de chaque client. Cette rentabilité est souvent évaluer par activité ou par ligne de produit. 3) La pluralité des canaux de contacts Le CRM s inscrit clairement dans un contexte multicanal c'est-à-dire (le téléphone, internet, face à face, publipostage) 4) La relation durable L entreprise souhaite surtout mieux connaître ses clients et approfondir ses relations avec eux. Son but ne se limite pas à la concrétisation d une vente mais elle recherche plutôt une relation durable dans le temps. 3

4 5) Accroissement du chiffre d affaires et de la rentabilité Le CRM ne peut pas avoir pour seule finalité, la satisfaction du client, car l objectif de cette politique et d accroître les ventes et les profits de l entreprise. Il faudra donc toujours mettre les coûts des programmes et leur retour sur investissement. II) L histoire de la relation client : d une orientation produit à une orientation client 1) Les années l ère pré-industrielle : la relation de proximité L ère pré-industrielle s est terminée plus ou moins récemment selon les secteurs. Pour prendre l exemple du commerce, l apparition des grandes surfaces et des centrales d achat ne date que de quelques dizaines d années. Auparavant le commerce à destination du grand public était avant tout fondé sur un modèle de valeur de proximité, de fonds de commerce à taille humaine et de relation personnelle pour ne pas dire du voisinage. 2) Les années 60 : Reconstruction et couche marketing C est la période de production de masse, il faut proposer des produits au consommateur pour répondre à une demande explosive. La demande est simple l offre doit l être également. Pendant cette période les entreprises se sont essentiellement concentrées sur la création de nouveaux produits et sur l élargissement de l offre. 3) Les années 70 : Segmentation du marché et masse market C est une période de rationalisation, des procédures d optimisation de la production sont mises en place pour réduire les coûts de fabrication. L objectif est d élargir la taille des marchés potentiels, en combinant une baisse des coûts, une amélioration des processus de vente et une création de nouveaux moyens pour toucher la clientèle. Les entreprises commencent à segmenter les clients et à élargir leur gamme de produit. 4) Les années 80 : One to many Apparition du consomacteur Les années 80 sont les années de la qualité, les exigences des consommateurs commencent à se faire sentir, pour les satisfaire il faut améliorer la qualité des produits. Pendant plus de 30 ans les entreprises ont perfectionné leurs techniques de production et de gestion pour mieux maitriser leurs produits. 4

5 Dans la même période elles développaient de nouvelles techniques d approche du client mais celle-ci restaient assez épisodique et peu industrielle. C est l époque du toyotisme et de l ohnisme. 5) Les années 90 : Orientation client et le one to some Depuis le début des années 90 le marché connaît une profonde mutation avec l inversion du paradigme marketing. Cela veut dire que c est le passage d une orientation produit à une orientation client. Les années 90 marquent le début de l ère du client. Les bases de données clients se multiplient et l essor du marketing direct permet de mettre en avant les avantages d une relation directe avec le client. 6) Les années 2000 : Inversion des relations clients fournisseur et le one to one Les années 2000 marquent l intensification de cette tendance client, avec l émergence du concept du marketing one to one. C'est-à-dire une offre spécifique pour chaque client. Quelque soit les secteurs d activités, les entreprise concentrent leurs efforts sur le service et la gestion de la relation client. En parallèle les technologies de l information et des communications (TIC) orientent également vers une inversion des rôles, où le consommateur joue un rôle de plus en plus actif jusqu à se substituer au distributeur à s auto-conseiller et assurer lui-même son propre service client. III) Les objectifs du CRM Le CRM répond principalement à trois préoccupations - L accroissement de la fidélité - L intégration multi-canal - L accroissement de la productivité Fidélisation Part de client Personnalisation CRM Multi-canal Entendre d une même oreille Parler d une même voix Productivité Optimiser Automatiser 5

6 1) L accroissement de la fidélité du client Sur les marchés dont la croissance est relativement faible comme c est le cas sur tous les marchés matures. La part de marché des entreprises passe de plus en plus par la fidélisation des clients. Le CRM répond à cette attente, en permettant un suivi plus individualiser des clients, une connaissance plus précise de leur profil et de leurs habitudes et une communication plus personnaliser. 2) L intégration multi-canal Les entreprises sont de plus en plus amenées à étendre leur mode de communication et de distribution auprès du client. Tout une panoplie de canaux s offre à elle (Les représentants, les points de vente, les catalogues, les courriels, les centres d appel, internet etc. ). Toutefois plus les canaux de contact avec les clients se multiplient, plus les entreprises courent le risque, à la fois de payer le coût de chaque canal sans tirer profits des synergies et d autre part de manquer de cohérence dans le traitement des clients, faute d une vision globale de celui-ci. Mieux identifier les clients, mieux conserver la mémoire des interactions avec les clients et faire partager cette connaissance entre les différents canaux devient ainsi un souci primordial pour les entreprises. 3) L accroissement de la productivité Dans le CRM, il existe de nombreuses tâches, qui peuvent être partiellement ou totalement automatisé, aussi bien en communication, qu en commercialisation. Par conséquent le CRM s inscrit dans cette perspective. En résumé la gestion de la relation client concerne l ensemble des interactions qui surviennent entre le client et l ensemble de l équipe commercial afin d améliorer la relation client et la fidélité client dans le but de pérenniser une relation durable. IV) Les étapes du CRM 1) Identifier le client L identification consiste à collecter des informations sur chaque client ou sur les clients qui sont ciblés dans le plan d action. Ces informations sont formalisées (codées) et intégrées dans une base de données afin que l entreprise bénéficie d un mode de connaissance systématique et automatisé des clients. 6

7 Les sources d informations sont multiples, nous avons : les questionnaires, la force de vente, la comptabilité, les cartes de fidélité, le service après vente, les calls centers, internet, le courrier, le téléphone, les bases de données externes). Les entreprises ont souvent des bases de données incomplètes et imparfaites mais pour autant elles ne doivent pas être négligées. Pour cela il faut collecter les données (attentes, besoins, comportements), pour construire un entrepôt de données (data warehouse) afin d avoir une meilleure connaissance des clients. 2) La segmentation L identification des clients n est qu une première étape, il faut ensuite analyser les données et regrouper les clients. La segmentation sur base de données, consiste à regrouper les clients en fonction de caractéristiques communes susceptibles d affecter leur comportement. On pourra ainsi segmenter les clients en fonction de l importance de leurs achats, du type de produit acheté, de leur probabilité de défection ou taux de défection (Leur probabilité de départ (quitter l entreprise. Pour calculer ce taux on va utiliser le scoring),).la segmentation par rentabilité est un type de segmentation extrêmement important pour mener une politique relationnelle. Pour ce faire nous allons faire l exploration de donner qui s appelle du datamining (gros client, petit client). Nous allons utiliser d autres critères de segmentation à savoir des critères socio démographique (âge, sexe, revenu, csp). Nous avons aussi des critères comportementaux (RFM, Récence Fréquence Montant) il y aussi un critère sur la rentabilité et enfin nous avons le critère du profil. Il existe plusieurs outils en marketing relationnel pour extraire le bénéfice net du client. Pour cela il faut soustraire tout les coûts engendrés pour vendre le produit au montant que le client aura déboursé. 3) Adapter L identification et la segmentation des clients doivent conduire à adapter le service et la communication auprès des clients. Cette adaptation peut porter sur les offres, en effet pour bien être en phase avec les attentes du client l entreprise va tout d abord adapter son offre par rapport aux attentes du client. Cette adaptation va porter également sur les canaux de contact ou encore sur le contenu de la communication. Internet est un canal particulièrement propice à la personnalisation de la communication. La personnalisation est très importante car le client apprécie beaucoup d être reconnu. Un site web peut en effet adapter son contenu en fonction du profil du visiteur (ex : reconnaître et accueillir un visiteur identifié, proposer des services liés au profil des visiteurs tel que des recommandations personnalisées. Amazon fait du cross selling, pour multiplier les achats complémentaires). 7

8 4) Echanger Les interactions résultent soit de campagne organisée par l entreprise, soit d une réponse aux sollicitations du client. Dans le premier cas l entreprise utilisera le courrier, le téléphone, l etc., pour faire une offre au client ou entretenir une relation. Dans le second cas, c est l entreprise qui doit tirer profit des opportunités de contact en enrichissant sa base de données d informations nouvelles que le client vient de lui communiquer afin de lui proposer une offre spécifique. La pertinence de cette interaction et décisive pour la satisfaction du client. En d autres termes l entreprise va être à l écoute du client pour l accompagner tout au long du processus d achat pour lui proposer une solution sur mesure. 5) Evaluer La relation client se construit dans le temps et s enrichie à chaque interaction, de ce fait l apprentissage et une dimension essentielle de ce processus. Les objectifs doivent être quantifiés pour pouvoir être évalué. Les indicateurs doivent donc prendre plusieurs formes (ex : Le chiffre d affaires par client, le taux de transformation des courriers, le taux de satisfaction et la rentabilité par client). Dans cette étape après avoir procédé à un échange avec le client l entreprise, va évaluer sa fidélité, sa satisfaction et la rentabilité du client. Cette évaluation permettra de mettre en place des actions correctives afin d optimiser l offre. Chapitre 1 : La connaissance du client Avant d entreprendre tout action pour rentrer en contact avec le client, il est fondamental de connaître ses besoins et ses attentes, mais aussi les espérances de profit qu il représente pour l entreprise. Pour rester compétitive et travailler de manière rentable, l entreprise doit prendre en compte la valeur représentée par chacun de ses clients. Elle doit optimiser l allocation de ses efforts sur ses clients les plus rentables. La valeur stratégique, indique le chiffre d affaires potentiel qu un client peut apporter à une entreprise. Chaque client n a pas la même valeur et il est important de différencier l ensemble de ses clients. L identification de la valeur stratégique permettra ensuite d effectuer une segmentation entre petit moyen et gros client. 8

9 I) Les mesures de la valeur stratégique du client Ces outils permettent d évaluer la rentabilité du client. Pour ce faire on utilise quatre mesures qui auront certains intérêts mais certaines limites. 1 ère outil de mesure : Le chiffre d affaires C est la méthode la plus simple pour évaluer l apport financier du client. Cette mesure consiste à ordonner les clients en fonction du chiffre d affaires actuel et non potentiel ou futur qu il génère par ordre décroissant (Du plus gros client au plus petit). Dans cette optique la loi de Pareto est généralement identifiée. En affinant cette segmentation on a souvent la structure suivante. Schéma Loi de Pareto 20 % 5 % représente les bons clients 80% 15 % les clients standards 80% 80% 80 % de petits clients 20 % 20% Client CA La limite de cette mesure c est qu elle ne donne aucune indication sur la rentabilité du client, mais seulement une indication sur la valeur des ventes. 2 ème outil de mesure : La méthode RFM Récence : C est la date du dernier achat Fréquence : A quelle fréquence le client achète t-il ses produits Montant : C est le chiffre d affaire généré par le client. C est le montant accumulé par les dépenses du client. 9

10 Pour mesurer cette méthode on utilise un score (Exemple Le meilleur client aura un score de 1 1 1, le plus mauvais client aura un score par exemple de Pour chacune des variables on effectue une analyse par tranche. Les clients qui ont le plus fort montant on le score 1 puis 2, 3 etc. Cette approche est ensuite déclinée sur chacune des trois variables. Les clients qui représentent le plus fort montant, la plus faible récence et la plus forte fréquence ont le code L entreprise peut alors décider de retenir que certains codes en fonction de ses priorités stratégiques et de ses contraintes spécifiques. Cette méthode permettra de mettre en place une campagne de fidélisation. 3 ème outil de mesure : La life time value ou valeur actualisée nette du client. En moyenne 30 % des clients d une entreprise ne rapporte rien. Il y a encore peu de temps les entreprises ne cherchaient pas à savoir ce que leur coûtaient leur client, qui soit fidèle ou ponctuel. Peu importe le prix du recrutement du client ou la perte du client, du moment que la croissance était bonne cela suffisait à montrer la force de l entreprise sur son marché. Hors on constate bien souvent qu un tiers des segments de la clientèle ne dégage aucun bénéfice et que 30 à 50 % des frais de commercialisation et de service à la clientèle sont gaspillés en effort visant à acquérir, développer et conserver ces mêmes clients. La mesure de la Life Time Value = somme actualisée au sens financier de tous les profits espérés au cours de la durée de vie moyenne d un client LTV= CA actualisé coût d acquisition - Coût de développement - coût de rétention Grâce à cet outil on aura la valeur du client et si on fait la somme des Life Time Value cela donne le capital client. La life time value est une mesure longitudinale de la valeur du client. La LTV ne peut pas être calculée avec une précision parfaite, compte tenu de l hétérogénéité et de la diversité des variables qui peuvent intervenir. Pour le moment les entreprises les plus avancées dans la récolte des informations sur l ensemble des transactions qui permettent de construire la LTV sont celles qui historiquement ont le plus de données sur leur client (ex : les banques, les assurances, la vente par correspondance, le business to business) 4 ème outil : Le cycle de vie de la relation client Cette mesure consiste à associer le cycle de vie du client à la notion de cycle de vie du produit. Il s agit donc d une représentation graphique de chacune des années où le client est actif. Ce type de segmentation est assez utile dans les secteurs où les types d équipement sont longs comme le secteur de l automobile ou le secteur bancaire. 10

11 Ex : Le cycle patrimonial du client (Secteur bancaire) Schéma cycle patrimonial Besoin D épargne Besoin de Financement Retraite Achat 1 er véhicule Achat immobilier Etude enfant A chaque étape du cycle, l entreprise doit proposer au client des produits spécifiques. La forme générale de cette courbe de cycle de vie du client se décompose en 6 étapes : - Les coûts d acquisition (frais de publicité, remise au client, commissions accordées au vendeur) Dans certains secteurs ces coûts d acquisition sont élevés et les entreprises sont déficitaires au départ (Elles perdent de l argent par rapport au nouveau client). - Le profit de base : Ce sont les profits réalisés sur les premières ventes une fois les couts d acquisition amortis. - Les revenus croissants : Des profits supplémentaires aux profits de base sont attendus, car généralement, les dépenses du client augmentent progressivement avec l ancienneté de la relation 11

12 - Les coûts d exploitation moindres : Un client fidèle coûte moins chère, car au fur et à mesure de la relation, il connaît le fonctionnement de l entreprise et besoin de moins d information pour être servit. - La recommandation : Les clients existants assurent la publicité de l entreprise par le bouche à oreille positif ce qui réduit le coût d acquisition des clients futurs. - Le prix premium : Les clients fidèles sont moins sensibles au prix, ils ont confiance en l entreprise et ses services. Ils sont conscients que cela à un coût. En revanche les nouveaux clients sont beaucoup plus sensible au prix il faudra donc leur accorder plus de remise. Schéma courbe idéale Profit Perte Etape II) La segmentation selon la valeur Une fois que la valeur qui représente chaque client ou chaque profil de client a été évaluée, l entreprise peut alors segmenter les profils de clients en grandes catégories. Traditionnellement ce sont souvent les critères démographique, socioéconomique et psychologique qui sont utilisés pour segmenter les consommateurs. En revanche ce type de segmentation repose sur une hypothèse forte c'est-à-dire que tous les individus d un même groupe se comporteraient de la même façon. Pourtant, la valeur du client diffère d un segment ou profil à l autre et il serait plus judicieux de les hiérarchiser, selon la life time value (valeur actualisée nette) et le profil potentiel qu il représente. 12

13 C est pourquoi en plus des critères classiques qui permettent d établir une segmentation selon les besoins, il est aussi très utile de définir une segmentation selon la rentabilité. Elle définit le profit que le client peut générer pour l entreprise, ce qui en retour permet à l entreprise d établir combien elle est prête à investir pour gagner la confiance du client. 1) La life time value comme outil de segmentation Même s il est difficile d établir de manière précise la life time value, une approximation peut malgré tout s avérer très utile pour segmenter les clients par valeur en trois catégories : - Les clients les plus profitables : Ce sont ceux qui ont la valeur actualisée la plus élevée. Ce sont donc ceux qui faut absolument retenir et fidéliser. - Les clients à croissance maximale : Ce sont ceux qui présentent un fort potentiel de développement. Il faut absolument conquérir et développer ces clients là. - Les clients non rentables : La marge que ces clients procurent à l entreprise n est pas suffisante pour compenser les dépenses consenties. La stratégie de l entreprise consiste soit à en faire des clients plus rentables à l avenir soit à s en défaire. Suite à ce type de catégorisation, il devient alors possible, de prévoir l investissement marketing, que l entreprise pourra consacrer à chaque segment de client. Segment de client Critères Potentiel Nouveau Client non rentable ou Client à croissance maximale Standard Client non rentable Client à croissance maximale Bon Les clients les plus profitables Déclinant Valeur des ventes Basse Moyenne Elevée Basse Coût des efforts Bas/ Moyen Moyen/ Moyen Très élevé Bas marketing Elevé Nature de la relation Récente Consolidée A développer Ancienne % Clients privilégiés Faible/Moyen Moyen Elevés/Très Faible élevés Rendement de chaque groupe de client Bas Moyen Elevé Bas 13

14 2) La pyramide client Client actuel Petit Client Client Standard Petit Client Prospect chaud Prospect tiède Prospect froid Contact Client Potentiel Suspects Stora et Curry ont proposés une pyramide des clients qui est aujourd hui l un des éléments clé en CRM. Cette pyramide matérialise l évolution idéale du client dans l entreprise. Un simple classement par le chiffre d affaires des clients montre, que 5 %, sont les bons clients qui font travailler l entreprise, 15 % sont des clients standards, les 80 % restants sont les petits clients et les nouveaux clients. Les petits clients n achètent qu une fois de temps en temps en d autres termes très peu. Les nouveaux clients quant à eux sont susceptibles d entrer ultérieurement dans la catégorie des bons clients. On peut aussi segmenter les clients potentiels de la façon suivante : -Les suspects : Ce sont des personnes ou des entreprises susceptibles d avoir besoin des produits ou services de l entreprise mais avec lesquels l entreprise n est pas encore entrée en contact. - Les contacts : Ce sont des réponses à des opérations de marketing, mais on ne sait pas encore à quel type de prospect ils correspondent. - Les prospects froids : Ce sont les personnes avec lesquels l entreprise est en contact mais qui ne sont 14

15 pas prêtent à acheter ou qui ont très peu d enthousiasme à l idée de traiter avec l entreprise. - Les prospects tièdes : Ce sont les personnes qui achèteront à court terme et avec qui l entreprise à un espoir raisonnable de faire des affaires. - Les prospects chauds : Ce sont les personnes prêtent à acheter et pour lesquelles l entreprise fait parti des derniers fournisseurs potentiel retenus. Les objectifs du CRM peuvent être décrits très simplement sur cette pyramide, c'est-à-dire comment faire entrer, puis faire monter, puis faire maintenir les individus dans cette pyramide. Toutefois il est illusoire de chercher à appliquer cette trajectoire ascendante à l ensemble des clients. Ce qui signifie qu a chaque passage, va se poser une question essentielle. Quels sont les bons prospects? Quels sont les bons clients? Chapitre 2 : Marketing Relationnel Le marketing traditionnel cherche à comprendre le consommateur de manière à acquérir de nouveaux clients. Le marketing relationnel prolonge ces actions, en cherchant à construire une relation durable avec les clients. Marketing relationnel : C est l ensemble des outils destinés à établir des relations individualisées et interactives avec les clients en vu de créer et d entretenir chez eux des attitudes positives et durables à l égard de l entreprise ou de la marque. Le marketing relationnel fait parti de la gestion de la relation client. 15

16 Cycle du marketing relationnel Fidélisation (3) Utilisatio n Rachat Confirmation (2) Achat Formation d opinion Evaluation Conquête (1) Les étapes classiques du processus de décision du consommateur se situent essentiellement dans la phase de conquête du cycle du marketing relationnel, l objectif du marketing relationnel se situe surtout sur la phase finale car l utilisation et le rachat conduise à la fidélisation. Par conséquent l entreprise va établir différents objectifs qui correspondent à certaines questions fondamentales. Objectifs Questions - Acquérir des clients Où trouver les nouveaux clients? - Equiper les clients Comment intensifier l utilisation des produits ou services? - Satisfaire les clients Comment mieux répondre aux attentes des clients? - Fidéliser les clients Comment conserver la relation? 16

17 Cela signifie que ces quatre questions traduisent des priorités différentes. L ordre de préférence pour l entreprise dépend du secteur d activité, de sa position concurrentielle et du coût d acquisition des clients. Une entreprise qui est leader et dont le coût d acquisition des clients est élevé aura intérêt à construire une stratégie de fidélisation pour construire une barrière concurrentielle forte. En revanche si les coûts d acquisition des clients sont faibles elle aura plutôt intérêt à développer une logique d intensification de la relation par la mise en évidence de son offre. 1) La satisfaction a) Le concept de satisfaction C est une impression positive ou négative ressentie par un client vis-à-vis d une expérience d achat et ou de consommation. Elle résulte d une comparaison entre ses attentes préalables à l égard du produit et son expérience de consommation. Schéma : Le modèle de la satisfaction selon Oliver 5 Intention d achat 4 Attitudes 1 Expérience 3 Satisfaction Insatisfaction Attentes 17

18 Attentes > Expérience = Insatisfaction Attentes <= Expérience = Satisfaction La satisfaction est un jugement, une évaluation qui intègre d une part la qualité perçue (correspond à l expérience de consommation) et d autre part les attentes préalables. Une expérience supérieure ou égale aux attentes créée un sentiment de satisfaction alors qu une expérience inférieure aux attentes créée un sentiment d insatisfaction. On intègre la notion d attitude dans le processus pour mieux analyser les mécanismes psychologiques (croyance d un consommateur à l égard d un produit). Les attitudes sont formées par de multiples déterminants psychologiques, sociologiques, situationnels ainsi que par l expérience passée. L attitude influence les intentions d achat et les attentes. La confrontation entre l expérience et les attentes préalables conduit à la satisfaction ou à l insatisfaction du client, cette évaluation influencera ensuite dans le temps les attitudes. b) Les causes de satisfaction et les causes d insatisfaction Les causes de satisfaction et d insatisfaction ne sont pas nécessairement les mêmes. La réalisation de certaines attentes n est pas un motif de satisfaction, car elles sont considérées comme normale par le client. A l inverse leur non réalisation peut entrainer une vive insatisfaction. On peut donc distinguer différents niveaux d attentes. 1 er point les attentes minimales dont la réalisation ne conduit à aucune satisfaction particulière mais dont la non réalisation entraine de l insatisfaction. 2 ème point : Les attentes effectives dont la réalisation génère de la satisfaction. Les attentes non exprimées dont la réalisation entrainent un surcroit de satisfaction. c) Les relations entre la satisfaction et la fidélité Il est évident qu un faible taux de satisfaction est la plupart du temps synonyme de faible fidélité mais inversement un taux de satisfaction élevée ne conduit pas systématiquement à un taux de fidélité élevé. Il est possible d augmenter la satisfaction du client en améliorant les attributs du produit qui encourage l achat. Mais cette amélioration est différente de la valeur du produit perçue par le client. Un client peut donc être totalement satisfait mais décider malgré tout de changer de produit. La valeur d un produit pour le client est une attente de ce dernier. Cette valeur perçue se matérialise dans l utilisation qu il fait du produit ou service acheté. Elle peut être positive ou négative. Il ne s agit pas simplement d un ratio prix-bénéfice, mais d une vision globale issue de l utilisation du produit. C est le niveau de valeur perçue par un client qui va déterminer sa fidélité. La satisfaction quant à elle mesure la position d un produit particulier ou d un fournisseur. C est simplement un moyen d évaluer le travail effectué dans la conception du produit mais pas de l utilisation que le client en fait. Il est 18

19 donc illusoire de penser mesurer la valeur perçue du produit par le client au travers des études de satisfaction. La satisfaction est donc complémentaire à la valeur, puisqu elle mesure ce qui c est passé récemment, mais elle ne permet pas d identifier la cible et de se projeter dans le futur. d) La mesure de la satisfaction La satisfaction peut se mesurer de manière quantitative ou qualitative. 1 er point de manière quantitative : Ce sera au travers de baromètre de satisfaction et de questionnaire 2 ème point des études qualitatives : Elle peut se faire avec différentes sources d informations l analyse des réclamations, les enquêtes au téléphone ou en face à face. L observation des clients sur les points de vente, les entretiens avec le personnel en front office, les réunions de client dans le cadre de club ou sur les forums. Les attentes du client vis-à-vis du personnel en contact qui vont déterminer son niveau de satisfaction sur ce point peuvent se classer en cinq grandes catégories qui sont résumés sous l acronyme TERRA Tangible : C est l apparence physique du point de vente du produit ou du personnel. Empathie : Ce sont les attentions les soins apportés par le personnel dans la compréhension du problème ou besoin du client. Reliability : C est la confiance le sérieux, sa capacité à fournir ce qui est attendu par le client Responsiveness : C est la capacité du personnel à réagir Assurance : C est la confiance inspirée par le personnel. 2) La fidélité En moyenne on dit qu il y a 90 % des clients anciens qui quittent plus facilement l entreprise. Les études sur les pertes des clients ont mis en évidence la règle des Ce qui signifie que 90 % des défections sont le fait des anciens clients et 10 % seulement des nouveaux. Malgré ce constat beaucoup d entreprise consacrent plus de 70 % de leurs ressources marketing à l acquisition de client, plutôt qu à la fidélisation de client ancien. Cette illusion du nouveau client est troublante, car plus le coût d acquisition est élevé et plus l impact de la fidélisation est importante d autant qu une petite proportion des nouveaux clients pourront devenir un jour de très bon client. a) Le concept de fidélité La définition de la fidélité selon Oliver c est un engagement profond pour acheter à nouveau un produit ou un service en dépit des facteurs situationnels et des efforts marketing susceptible de provoquer un changement de comportement d achat. On considère que la fidélité peut être absolue ou relative. La fidélité absolue : Elle consiste pour un client à acheter la totalité de ses achats auprès de la même 19

20 marque pour une catégorie de produit donnée. La fidélité relative : C est le cas le plus courant, le client est considéré comme fidèle s il achète le plus souvent, les produits d une même marque dans une catégorie et sur une période donnée. Schéma Dimension de la fidélité Préférence Attitude Fidélité Comportement Attachement Intention Dimension subjective Dimension objective Préférence = Cognitive Attachement = Affective Intention = Conative La notion de fidélité fait référence à la fois à des comportements effectifs (acheter toujours la même marques) et à des éléments plus subjectifs qui correspondent à des attitudes mentales, d attachement ou de référence. Donc comme toutes les attitudes, l attitude de fidélité à l égard d une marque possède trois composantes mesurables par des enquêtes. Premièrement une composante cognitive : C'est-à-dire l ensemble des opinions positives à l égard d une marque se traduisant par une préférence rationnelle pour elle. Deuxièmement une composante affective : Ce sont les sentiments de sympathie, d affection, d attachements à l égard d une marque. Troisièmement une composante conative : C'est-à-dire l intention d acheter si possible la marque considérée. b) Fidélité active et fidélité passive 20

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

LE PETIT RELATION CLIENT. Les pratiques clés en 15 fiches. Nathalie Houver

LE PETIT RELATION CLIENT. Les pratiques clés en 15 fiches. Nathalie Houver LE PETIT 2014 RELATION CLIENT Les pratiques clés en 15 fiches Nathalie Houver Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070826-0 Table des matières LA PRÉPARATION DE LA RELATION COMMERCIALE FICHE 1 Acquérir la

Plus en détail

Cours OMAV L enquête de satisfaction

Cours OMAV L enquête de satisfaction Cours OMAV L enquête de satisfaction Introduction Elle sert à mesurer la satisfaction des clients. L enquête de satisfaction est un outil précieux de prévention de l attrition, bien que la relation entre

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise?

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Livre blanc CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Longtemps considéré comme un outil de luxe exclusivement réservé aux grands groupes, le CRM a su démontrer au fil du temps, que son efficacité

Plus en détail

La satisfaction client

La satisfaction client Evénement Business La satisfaction client Exploiter à 100 % son capital client Doper ses ventes 12 Juin 2012 La satisfaction client Comment exploiter à 100 % son capital client? Comment doper ses ventes?

Plus en détail

Elle permet de connaître le nombre de messages qui ont été ouverts ;

Elle permet de connaître le nombre de messages qui ont été ouverts ; Chap 16 : L élaboration des plans de prospection et de fidélisation I. Le plan de prospection A. Les outils de prospection 1. Le fichier client Le fichier clients est la base de toute prospection réussie.

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

ASSURER UN SUIVI COMMERCIAL

ASSURER UN SUIVI COMMERCIAL ASSURER UN SUIVI COMMERCIAL Afin de véhiculer une bonne image à son portefeuille de clients et à continuer son travail lié à la notoriété, il est important que le commercial respecte les engagements qu

Plus en détail

Générer du chiffre d affaires

Générer du chiffre d affaires Générer du chiffre d affaires L entreprise est un système d interactions entre trois secteurs : gestion Production Commercialisation Générer du chiffre d affaires Un système qui doit interagir avec son

Plus en détail

Le Marketing Relationnel

Le Marketing Relationnel Ecole Supérieure de Technologie: Techniques de Vente 2 Le Marketing Relationnel année: 2011 Plan INTRODUCTION I.LA gestion de la relation client 1.Processus du CRM 2.La personnalisation de masse comme

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT Institut National des Sciences de Gestion Département de Marketing Marketing et Stratégies Commerciales ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT MARKETING DIRECT Rédigé

Plus en détail

Plan d action commercial

Plan d action commercial 3 Plan d action commercial Le plan d action commercial regroupe l ensemble des actions commerciales et marketing à entreprendre sur une période donnée pour atteindre les objectifs commerciaux de l entreprise.

Plus en détail

Comment accroître votre CA?

Comment accroître votre CA? Comment accroître votre CA? L objectif de PREMIUM : L'optimisation de la démarche commerciale PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56 - Fax: 04.50.67.51.49 E-mail: marc.neyrand@premium-synaction.com

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa Le Parc des Expositions du Gipuzkoa «Pour bien préparer un Salon» Justification des Salons - Le SALON est l outil de marketing le plus utilisé après la propre force de vente. - Contacter un visiteur à

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

De la donnée à la décision. Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1

De la donnée à la décision. Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1 De la donnée à la décision Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1 1 Décider c est choisir, parmi plusieurs actes possibles, celui qui apparaît comme le plus pertinent pour atteindre un résultat envisagé,

Plus en détail

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client CRM Banque Fonctionnalités clés Vision complète de la performance de la banque Suivi des indicateurs clés de performance de la banque avec des tableaux de bord en temps réel, des rapports prédéfinis, une

Plus en détail

Le développement Commercial

Le développement Commercial Le développement Commercial Mardi LE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL Pour toutes les entreprises... structurées commercialement ou non... ayant ou non une équipe de vendeurs POUR QUI? POUR QUOI? vous désirez:

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE Certificat n QUAL/2008/33149 du 15 décembre 2008 délivré par AFNOR CERTIFICATION LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE VOLET 1 : Analyse des comportements et attentes des consommateurs.

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Savoir fidéliser ses clients

Savoir fidéliser ses clients Savoir fidéliser ses clients le programme partie 1 Les enjeux de fidélisation partie 2 La relation client : un levier de fidélisation Partie 3 Gérer sa base de données clients Partie 4 Les outils pour

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

MARKETING DIRECT. Solutions Globales de Marketing Direct

MARKETING DIRECT. Solutions Globales de Marketing Direct Solutions Globales de Marketing Direct CE QU EST LE MARKETING Il s agit d un système de commercialisation interactif utilisant un ou plusieurs moyens de communication et distribution directe pour établir

Plus en détail

Réduire les coûts de communication. Votre guide SMS

Réduire les coûts de communication. Votre guide SMS Réduire les coûts de communication Votre guide SMS Le SMS face à l e-mail Rentabiliser la communication est un enjeu important pour les entreprises, qu il s agisse de multinationales ou de PME. Le défi

Plus en détail

La fidélité est contraire à la nature humaine.

La fidélité est contraire à la nature humaine. La fidélité est contraire à la nature humaine. CHARLES FOURIER Philosophe et économiste français. POURQUOI FIDELISER? Un cas de force majeure 20% des investissements en fidélisation représentent 80% du

Plus en détail

7 ACTIONS MARKETING POUR VENDRE PLUS AVEC

7 ACTIONS MARKETING POUR VENDRE PLUS AVEC 7 ACTIONS MARKETING POUR VENDRE PLUS AVEC SOMMAIRE EDITO... 3 1. Visez à décrocher des ventes récurrentes... 5 2. Envoyez des newsletters ciblées... 6 3. Ciblez selon des critères géographiques... 8 4.

Plus en détail

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT I. Définition Ensemble des dispositifs ou opérations de marketing et de supports ayant pour but d optimiser la qualité de la relation clients de fidéliser et de

Plus en détail

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING CONFÉRENCE MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING MANUEL DU PARTICIPANT Conférencier : Ronald Martineau, Conseiller stratégique, TAO Design & Marketing Collège de l immobilier du Québec 600, chemin du Golf, Île

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire I. Partie 1 : CRM : Customer

Plus en détail

Les grands principes d un programme de fidélisation

Les grands principes d un programme de fidélisation Chapitre 16 Les différents types de programmes de fidélisation Partie 4 483 l essai d une offre concurrente. Un programme de fidélisation peut aussi se révéler particulièrement utile pour effacer une mauvaise

Plus en détail

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE 1. Les objectifs de la recherche commerciale 2. Les types d étude en Amont et en Aval 3. Les sources d informations primaires et secondaires 4. Le projet d étude commerciale

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

INTRODUCTION I- RÔLE DU PUBLIPOSTAGE. 1 / Réalisation et composition d un publipostage

INTRODUCTION I- RÔLE DU PUBLIPOSTAGE. 1 / Réalisation et composition d un publipostage INTRODUCTION Le publipostage ou mailing est une technique marketing qui vise à établir un contact personnalisé et mesurable entre l entreprise et des clients potentiels sélectionnés selon divers critères

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau

Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau Sommaire : Quelques idées reçues à tailler en brèche dès maintenant Le préalable à toute action soignez chaque jour

Plus en détail

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Votre bulletin d information quotidien. Votre solution pour chaque service. Prenez des décisions plus avisées pour développer

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Toutefois, elles éprouvent de réelles difficultés à mettre en place. les résultats ne sont pas mesurés systématiquement.

Toutefois, elles éprouvent de réelles difficultés à mettre en place. les résultats ne sont pas mesurés systématiquement. Les entreprises sont conscientes de l intérêt du canal web pour leurs campagnes marketing. Elles l utilisent pour différents types d opérations et prévoient de poursuivre leurs investissements sur le marketing

Plus en détail

De La Génération De Leads Online Au Lead Management

De La Génération De Leads Online Au Lead Management De La Génération De Leads Online Au Lead Management Piloter ses campagnes d acquisition en revenant aux fondamentaux du marketing relationnel Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Lead

Plus en détail

La GRC ou comment mettre le client au coeur de l entreprise

La GRC ou comment mettre le client au coeur de l entreprise composantes Relation de la Relation relation 4 Les outils 4 Les 4-1 outils Les de bases la GRC de 4-1 données Les bases de données 4-2 Les logiciels et 5 Les de freins la GRC au La GRC ou comment mettre

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Damien Verstraete Jérôme Torchy

Damien Verstraete Jérôme Torchy Damien Verstraete Jérôme Torchy Elément majeur du mix en marketing direct, la mécanique promotionnelle va conditionner de manière importante la performance d une opération. Le cadeau gratuit ou avec par/cipa/on

Plus en détail

Table des matières PARTIE I : LES FONDAMENTAUX DU MARKETING DIGITAL

Table des matières PARTIE I : LES FONDAMENTAUX DU MARKETING DIGITAL Introduction... IX Auteurs.... XIX Liste des Mini-cas.... XXI Liste des Zoom Recherche.... XXIII Liste Digital marketing insight... XXV Liste des figures... XXVII Liste des tableaux... XXXI PARTIE I :

Plus en détail

Marketing digital VS Marketin opérationnel! HAPPY WORKER!

Marketing digital VS Marketin opérationnel! HAPPY WORKER! Marketing digital VS Marketin opérationnel! HAPPY WORKER! marketing digital! Ensemble des actions menées sur Internet pour promouvoir un(e) produit / service / marque auprès d une cible pré-identifiée.!

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013 Dossier de Presse 10 Octobre 2013 Contacts : Anne-Sophie DUPIRE - Responsable Communication Lucie PORREAUX - Chargée des Relations Presse Tel : 0 328 328 000 - anne-sophie.dupire@sarbacane.com Tel : 0

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 1 FIDELISER, POURQUOI? Les actions de promotion/communication peuvent être classées en deux grandes catégories. LA CONQUETE S adresse à un large

Plus en détail

Enrichissez votre connaissance client grâce aux questionnaires intelligents! contact@myfeelback.com www.myfeelback.com +33 5 62 80 44 27

Enrichissez votre connaissance client grâce aux questionnaires intelligents! contact@myfeelback.com www.myfeelback.com +33 5 62 80 44 27 Enrichissez votre connaissance client grâce aux questionnaires intelligents! contact@myfeelback.com www.myfeelback.com +33 5 62 80 44 27 Les nouveaux défis de la connaissance client 44% des entreprises

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION»

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion commerciale Durée

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix.

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Pourquoi BSI? Parce que nous savons reconnaître une bonne ISO 9001 quand nous en voyons une. Nous pouvons vous aider à avoir

Plus en détail

Prospection. Laurent Dorey

Prospection. Laurent Dorey Prospection Laurent Dorey Mercredi 17 Sep 2014 Programme : Appel ca. 05 Concepts abordés Prospection Calcom CI processus commercial données empiriques raisons de fidéliser philosophie types de clients

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Plus en détail

JUIN / JUILLET 2015 LS D OFFRES LA VENTE EST DYNAMIQUE NOS FORMATIONS LE SONT AUSSI!

JUIN / JUILLET 2015 LS D OFFRES LA VENTE EST DYNAMIQUE NOS FORMATIONS LE SONT AUSSI! JUIN / JUILLET 2015 LS D OFFRES LA VENTE EST DYNAMIQUE NOS FORMATIONS LE SONT AUSSI! Votre contact Mireille GUIBOUT 02 35 59 44 17 mireille.guibout@ceppic.fr Une pédagogie innovante Nos certifications

Plus en détail

Entreprises touristiques (12/10/11)

Entreprises touristiques (12/10/11) Entreprises touristiques (12/10/11) 7 et 14 décembres 18, 19, 24 janvier 09, 15 février 14 mars 3h, 27 mars 3h, 28 mars soutenance 4h Les acteurs clés Identifications et mécanismes OFFRE DEMANDE Fournisseurs

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail