Atelier C01. Solvabilité II et les Captives : Vers les Piliers 2 et 3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier C01. Solvabilité II et les Captives : Vers les Piliers 2 et 3"

Transcription

1 Atelier C01 Solvabilité II et les Captives : Vers les Piliers 2 et 3 1

2 Atelier C01 Solvency II Intervenants Franck CHEVALIER Helen STACK-PETIT ERNST & YOUNG Associé Advisory AREVA Insurance Manager Domenica ULRICH Stéphane YVON ZURICH Global Corporate Captive Services Responsable Captive Consulting, Pricing & Governance EDF Captive Manager Modérateur Philippe VIENOT BNP Paribas Risk-Manager 2

3 Agenda Cadre et démarche d un projet pilier 2 & 3 Franck CHEVALIER Perspectives Européennes et Point de Vue d un Assureur Domenica ULRICH Retour d expérience de deux Captive Managers Helen STACK-PETIT & Stéphane YVON 3

4 Agenda Cadre et démarche d un projet pilier 2 & 3 Franck CHEVALIER Perspectives Européennes et Point de Vue d un Assureur Domenica ULRICH Retour d expérience de deux Captive Managers Helen STACK-PETIT & Stéphane YVON 4

5 Le cadre réglementaire S2 Les grandes lignes et les attendus de la Directive Un cadre règlementaire de détermination du capital économique basé sur les risques Incluant un volet quantitatif qui introduit une grande sophistication dans la prise en compte des risques Egalement la volonté d avoir des pratiques de «management du risque» plus fortes Entraînant des modifications considérables de la manière de communiquer au public et au superviseur 5 Règles de calcul de la solvabilité Evaluation des actifs et passifs Fonds propres Règles investissement Dispositif orienté vers le risque Pilier I Pilier II Pilier III Provisions techniques SCR MCR Autorité de contrôle et système de gouvernance Risk management Système de gouvernance Discipline de marché Informations à destination du public Informations aux fins du contrôle Pilier 1 : Exigences de marge de solvabilité Pilier 2 : Surveillance prudentielle (gouvernance des risques) Pilier 3 : Informations pour le superviseur et pour le marché (transparence et communication financière) 5

6 Le cadre réglementaire S2 Les résultats du pilier quantitatif Les résultats du QIS 5 de mars 2011 montre que la marche est haute pour 30% des captives avec des différences entre les géographies Cela peut créer une envie de relocalisation mais les règles d équivalence dans les zones les plus prisées sont en cours d élaboration Restent des incertitudes sur la prise en compte des spécificités des captives Impacts induits par la formule standard sur les captives Risque catastrophique : nombre de risques souscrits limités pour les captives hausse de la volatilité de la sinistralité surtout en absence de limite aggregate Risque de concentration /de contrepartie: les captives sont de petites entités avec peu de contreparties (accroissement de ce risque) : les investissements du type cash-pooling sont intégrés à part entière dans le risque de concentration 6 dépassement du seuil de concentration / prise en compte de la notation du groupe Interest rate Equity Property Spread Currency Con - centration SLT Health Mortality Longevity Disability Morbidity Lapse SCR = BSCR + Adj + Op Risk Expenses Revision Adj Health CAT BSCR Non - SLT Health Premium Reserve Lapse Operational Risk Market Health Default Life Non - Life Intangibles Illiquidity Mortality Longevity Disability Morbidity Lapse Expenses Revision CAT Premium Reserve Lapse CAT = included in the adjustment for the risk mitigating effect of future profit sharing 6

7 Le cadre réglementaire S2 L adaptation pour les captives Des simplifications applicables aux activités de captives assurant les risques d entités sociales d un groupe à titre exclusif et en dehors des risques de responsabilité civile obligatoire Pas de mesure spécifique de simplification pour les piliers 2 & 3 Les simplifications «captive» existantes Généralités [Article 78 SCRSC1] Simplifications pour le risque de tarification et de provisionnement [Article 84 SCRSC2] Simplications pour le risque de taux d intérêt [Article 148 SCRSC3] Simplification pour le risque de spread [Article 158 SCRSC4] Simplifications pour le risque marché de concentration: [Article 171 SCRSC1] 7 7

8 Le cadre réglementaire S2 Les assouplissements du calendrier Passage de la date d entrée effective passant du 1er janvier 2013 au 1er janvier 2014 Laisser aux différents acteurs plus de temps pour mieux se préparer à la mise en œuvre des nouvelles règles prudentielles Les publications à venir Retour de la consultation sur l ORSA Omnibus 2 avec version définitive des QRT (1 er trimestre 2012) 8 8

9 Pilier 2 & 3 Les composantes du pilier 2 SYSTÈME DE GESTION DES RISQUES GOUVERNANCE Définition du cadre de tolérance au risque Structure organisationnelle de la gouvernance Business plan & ORSA Documentation de la gouvernance des risques Identification des risques Organisation du contrôle interne Politique de gestion des risques Modalité d exercice de la fonction gestion des risques, audit interne, actuarielle Dossier d honorabilité 9 9

10 Pilier 2 & 3 Les composantes du pilier 3 COMPTABILITE REPORTING Procédures administratives et comptables Circuits d alimentation des reportings Bilan économique Qualification des fonds propres Structuration des rapports sur la solvabilité et la situation financière Processus d approbation des rapports Piste d audit spécifique Justification des non-publications 10 10

11 Vers la conformité Critères liés aux 1- Niveau exigences 2- Niveau basique 3- Niveau avancé 4- Niveau de référence pour le marché immature réglementaires Critères liés aux 1- Niveau Pas de réflexion Réflexion menée Définition et formalisation du Définition et formalisation du profil de risque actuel du groupe en exigences 2- Niveau basique 3- Niveau avancé 4- Niveau de référence pour le marché Critères liés aux immature menée sur la définition autour du profil de risque profil de risque actuel du groupe recensant pour chaque famille de risque les critères actuels de tolérance au réglementaires 1- Niveau du cadre de tolérance actuel du groupe, non en recensant pour chaque risque (financier, réputation, conformité, ) et les moyens de mesure actuels exigences immature au risque 2- Niveau basique formalisée 3- Niveau avancé famille de risque les critères 4- Niveau des de niveaux référence de risquepour le marché Définition du cadre réglementaires Pas de réflexion Réflexion menée Définition et formalisation du Définition et formalisation du profil de risque actuel du groupe en actuels de tolérance au risque tolérance au menée risque sur la définition autour du profil de risque profil de risque actuel du groupe recensant pour Définition chaque et famille formalisation de risque des les critères critères de actuels tolérance de tolérance au risque au (référentiels Critères liés aux (financier, réputation, 1- Niveau Pas de réflexion du cadre de tolérance Réflexion actuel menée du groupe, non Définition en et recensant formalisation pour du chaque Définition risque et formalisation (financier, de reporting du réputation, de ces profil de conformité, ) critères pour risque actuel du et chaque groupe les moyens famille de de mesure risque, actuels horizons de exigences 2- Niveau basique 3- Niveau avancé conformité, ) et 4- les Niveau moyens de référence pour le marché immature menée sur la au définition risque autour du profil formalisée de risque profil de risque famille actuel de risque du groupe les critères recensant pour des niveaux temps chaque de famille risque à prendre, ) Définition du cadre de mesure actuels des niveaux de de risque les critères actuels de tolérance au réglementaires du cadre de tolérance actuel du groupe, non en recensant actuels pour de chaque tolérance au risque tolérance au risque (financier, Définition réputation, et Processus formalisation de validation conformité, ) des et critères formelle les moyens de tolérance par le management risque de mesure au risque actuels (référentiels au risque formalisée famille de risque (financier, les critères réputation, des niveaux de de reporting risque de ces critères pour chaque famille de risque, horizons de Définition du cadre Pas de de réflexion Réflexion menée Définition et formalisation du Définition et formalisation du profil de risque actuel du groupe en Pas de réflexion Réflexion actuels non de tolérance conformité, ) au risque Définition et les moyens des tolérance au menée risque sur la définition autour du profil de risque profil de risque actuel du groupe recensant pour Définition indicateurs de temps chaque et famille formalisation de à prendre, Définition de risque des ) les critères des indicateurs critères de actuels tolérance de risques de tolérance au risque bruts au (référentiels pour chacune des familles de menée sur la définition formalisée (financier, menée réputation, mesure autour actuels risques des par niveaux grande de du cadre de tolérance actuel du groupe, non en recensant pour chaque risque (financier, reporting famille réputation, de Processus de conformité, ) critères risque de validation pour et des et chaque conséquences formelle les moyens famille par de de le spécifiques mesure risque, management actuels horizons de des indicateurs de de la définition conformité, ) risque et les moyens risque de au risque formalisée famille de risque les critères des niveaux temps de risque à prendre, ) Les éléments d atténuation (réassurance, couvertures, contrôles internes, Définition du cadre de Définition des risques par grande d indicateurs mesure de actuels risques des niveaux de Pas de réflexion Réflexion actuels non de tolérance au Définition risque des tolérance au risque risque Définition indicateurs et Processus de formalisation Définition de validation PB) des critères des ont formelle indicateurs été identifiés de tolérance par le management indicateurs de risques de risques au risque bruts (référentiels pour chacune des familles de famille de risque. menée sur la définition formalisée (financier, menée réputation, autour risques par grande reporting famille de de ces critères risque pour et des Les chaque conséquences indicateurs bruts famille de spécifiques et nets des éléments d atténuation des risques par par grande famille de risque, horizons de Pas de réflexion des indicateurs de Réflexion de non la définition conformité, ) Définition et les moyens risque des indicateurs de temps de à prendre, Définition ) des Les indicateurs éléments grande d atténuation famille de risques de risques bruts (réassurance, sont déterminés risque pour chacune couvertures, des familles contrôles de internes, Définition menée des sur la risques définition par grande formalisée menée d indicateurs mesure autour de actuels risques des par niveaux grande de famille de Processus risque de validation et des PB) conséquences ont formelle été identifiés La par méthodologie spécifiques le management de mesure des liens entre les indicateurs de risques et indicateurs de des risques indicateurs famille de de risque. de la définition risque risque Les éléments Les d atténuation indicateurs les critères bruts (réassurance, de et nets tolérance des couvertures, éléments au risque d atténuation a contrôles été définie internes, des et formalisée risques par Définition par des grande famille risques de par grande d indicateurs de risques Pas de réflexion Réflexion non Définition des indicateurs de indicateurs de risques Définition PB) des ont indicateurs été grande identifiés famille de risques sont déterminés risque de risques bruts pour chacune des familles de famille de risque. par grande famille menée de sur la définition formalisée menée autour risques par grande famille de risque et des Les conséquences indicateurs La méthodologie bruts spécifiques et nets des mesure éléments des d atténuation liens entre les des indicateurs risques par de risques et Pas de déclinaison Réflexion menée Élaboration de la Élaboration et formalisation de la méthodologie de détermination de la risque des indicateurs de de la définition risque Les éléments grande d atténuation famille les critères de risques (réassurance, de tolérance sont déterminés couvertures, au risque a contrôles été définie internes, et formalisée Déclinaison de de l approche à autour de la déclinaison méthodologie de détermination limite globale de risque Définition des risques par grande l approche à d indicateurs l ensemble de risques des entités du cadre de tolérance à de PB) la limite ont été globale identifiés La méthodologie risque de mesure des liens entre les indicateurs de risques et Détermination et formalisation de la méthodologie d allocation des limites indicateurs de risques famille de risque. l'ensemble des du groupe (cf. ACMN l ensemble des entités du Les indicateurs les critères bruts de et tolérance nets des éléments au risque d atténuation a été définie et des formalisée risques par par grande famille de Pas de déclinaison Réflexion menée Élaboration Détermination de la de la Élaboration par et risque formalisation et par entité de la méthodologie de détermination de la entités IARD) groupe grande famille de risques sont déterminés risque Déclinaison de de l approche à autour de la déclinaison méthodologie méthodologie de détermination d allocation limite des globale de risque l approche La méthodologie de mesure des liens entre les indicateurs de risques et Pas à de déclinaison l ensemble des entités Réflexion du menée cadre de tolérance Élaboration à de la de limite limites la globale par de risque risque et par entité Élaboration Détermination et formalisation et de formalisation la méthodologie de la méthodologie de détermination d allocation de la des limites les critères de tolérance au risque a été définie et formalisée Déclinaison l'ensemble de de des l approche du à groupe (cf. ACMN autour de la l ensemble déclinaison des entités méthodologie du Pas de business plan Mise en place d un Détermination de détermination Définition de la du limite Business globale par plan de risque risque et par Définition entité du Business plan prenant en compte des limites de risques l approche à entitésl ensemble IARD) des entités du cadre de groupe Elaboration du tolérance business à de plan limite méthodologie globale de risque d allocation Détermination des Projection de marge de et formalisation définies (et de pas la seulement méthodologie des d allocation objectifs commerciaux des limites ou de rentabilité) l'ensemble des du groupe (cf. ACMN l ensemble des entités du Pas de déclinaison business plan Réflexion menée Élaboration Détermination limites de la de par la risque et par Élaboration par entité solvabilité au travers risque et formalisation du et par entité de la méthodologie de détermination de la entités IARD) groupe Déclinaison de de l approche à autour de la déclinaison méthodologie méthodologie de détermination d allocation limite des Pas de business plan Mise en place d un Définition Business du Business globale plan plan de risque Définition du Business plan prenant en compte des limites de risques l approche à l ensemble des entités du cadre de tolérance à de limite limites globale par de risque risque et par entité Elaboration du business plan Projection de Détermination marge de et formalisation définies (et de pas la seulement méthodologie des d allocation objectifs commerciaux des limites ou de rentabilité) l'ensemble des du business groupe (cf. ACMN l ensemble des entités du plan Pas de business plan Mise en place d un Détermination Définition de la solvabilité du Business au travers par planrisque du et Définition par entité du Business plan prenant en compte des limites de risques entités IARD) groupe Elaboration du business plan méthodologie d allocation des Projection Business de marge plan de définies (et pas seulement des objectifs commerciaux ou de rentabilité) business plan limites par risque et par entité solvabilité au travers du Pas de business plan Mise en place d un Définition Business du Business plan plan Définition du Business plan prenant en compte des limites de risques Elaboration du business plan Projection de marge de définies (et pas seulement des objectifs commerciaux ou de rentabilité) business plan solvabilité au travers du Business plan Comment conduire une mission de mise en œuvre des piliers 2 et 3? DIAGNOSTIC & VISIONING DEMARCHE PILIER 2 DEMARCHE PILIER 3 Développement de la vision Evaluation de la maturité Gouvernance ORSA Système de gestion des risques Comptabilité Reporting Atelier sur la vision du management Définir la cible souhaitée par le management Définir l avancement du de la captive ur chacun des thèmes Identifier les écarts avec la cible souhaitée grâce aux «questionnaires Solvabilité II» Définir et formaliser le profil de risque actuel de la captive Définir et documenter les rôles et responsabilités des fonctions Définir la stratégie de gestion des risques ainsi que les procédures et contrôles Documenter les politiques d externalisation de certaines fonctions Mettre une procédure de mise à jour régulière des procédures comptables Définir un processus de validation par l organe d administration Identifier les informations à publier Elaborer une piste d audit pour l ensemble des reporting et contrôler la qualité des informations publiés 11 11

12 Vers la conformité La spécificité captive dans un projet Solvabilité 2 sur les composantes piliers 2 et 3 : comment en tirer profit? Taille Sous traitance Filiale d un groupe COMPLIANCE Design-to-cost Des obligations spécifiques Des ressources fonctionnelles PERFORMANCE 12

13 Agenda Cadre et démarche d un projet pilier 2 & 3 Franck CHEVALIER Perspectives Européennes et Point de Vue d un Assureur Domenica ULRICH Retour d expérience de deux Captive Managers Helen STACK-PETIT & Stéphane YVON 13

14 Points communs Solvabilité II / Test Suisse de Solvabilité (SST) Modèles sur la base de principes et des risques sous-jacents (vs. Solvabilité I basé sur des règles arithmétiques appliquées sur le volume des primes et réserves) Évaluation du bilan basée sur les valeurs proches du marché Basé sur l ensemble du bilan (actif et passif) Horizon de temps : 1 an L approche générale va dans la même direction Le régulateur suisse a fait une demande d équivalence auprès d EIOPA: première évaluation positive, certains changements du modèle SST requis (vont être faits après finalisation des Level 2 Implementing Measures) 14

15 Différences Solvabilité II / SST Solvabilité II Entrée en vigueur 2013/2014 SST En vigueur depuis (pour grandes entreprises depuis ) Exemption pour les compagnies dont le volume de prime est < EUR 5m Simplifications pour captives (version définitive à définir) Fonds propres requis pour: Risque de souscription Risques de marché Risques de crédit Risques opérationnels Exigences en capital du SST applicables pour toutes les entités sauf: succursales étrangères majorité des captives de réassurance bénéficient du calcul simplifié ( Solvabilité I ) Modèle simplifié acceptable selon le profil de risque de l entité Fonds propres requis pour: Risque de souscription Risques de marché Risques de crédit 15

16 Différences Solvabilité II / SST: Modèle - différences techniques Solvabilité II Le modèle standard est le modèle par défaut Toutes les compagnies peuvent utiliser le modèle standard Mesure de risque: Value at Risk du changement de capital disponible avec un niveau de confiance de 99.5% Taux d intérêt de référence basé sur: Swap rate Prime contra-cyclique Déduction pour risque de crédit 16 SST Modèle standard qui définit les principes L utilisation de modèles internes (partiels) est encouragée Modèles internes obligatoires pour les groupes d assurance et les réassureurs Utilisation extensive de scénarios (pour modéliser les événements extrêmes, le risque de concentration etc.) Mesure de risque: Tail VaR (Expected 99% Taux d intérêt de référence basé sur: Rendement des obligations des gouvernements (CHF, EUR, USD, Yen)

17 Harmonisation internationale Exemple de la Principauté du Liechtenstein : Le Liechtenstein fait partie de l EEE : sera soumis à Solvabilité II Contrat bilatéral d assurance avec la Suisse: les compagnies basées au Liechtenstein peuvent émettre des contrats d assurance en Suisse et en EEE Loi sur la supervision des assurances de 1995 et Ordonnance de 1996 Le Liechtenstein a publié en mai 2011 un projet de loi nationale sur la supervision des assurances prenant en compte les exigences de Solvabilité II 17

18 Zurich : un assureur soumis à SST et Solvabilité II Solvabilité II Zurich Insurance plc (ZIP) avec siège européen pour les pays EEE à Dublin (succursales en Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède, UK). Processus de pré-soumission pour l approbation du modèle interne en cours Éléments de Solvabilité II en suspens et considérés importants par Zurich: Définition de la délimitation des contrats d assurance Prime contra-cyclique: dilue l effet de l évaluation proche du marché Modèle standard: risques cat et man-made cat 18 SST Zurich Financial Services: Groupe d assurance avec siège social en Suisse. Soumis à SST depuis (depuis 2006 en «période d essai») Modèle interne approuvé provisoirement par le régulateur suisse (FINMA) Ratio SST 31/12/2010 : 223% Ratio Solv. I 31/12/2010 : 243%

19 Zurich : un assureur soumis à Solvabilité II - Pilier 2 «Zurich Risk Policy» (ZRP) est le document principal en matière de gestion des risques au sein de Zurich: Sujets abordés: limites des risques, autorités, exigences de publication, procédures d exception Risques abordés: risques stratégique, de souscription, de marché, de crédit, de liquidité, opérationnels, de réputation Modèle interne «Risk Based Capital» (RBC) basé sur la stratégie de gestion du capital de Zurich: Maximiser le rendement des actionnaires à long terme Optimiser l allocation du capital Bilan qui satisfait aux critères de notation AA Conforme aux exigences des régulateurs, de solvabilité et des agences de notation Base des prises de décision: allocation du capital, analyse de performance, tarification, réassurance, optimisation des risques Base de l ORSA 19

20 Pilier 2 : Processus ORSA Zurich Processus ORSA Description du processus de gouvernance autour de l ORSA y compris débat Rapport d évaluation indépendant sur le processus ORSA Description des évaluations liées à des «changements matériels» ou indicateurs de risque pendant la période Description comment la gestion du risque et du capital est intégrée dans l activité opérationnelle Évaluation indépendante Position ORSA pendant la période Use test Explication ZFS Own Risk & Solvency Assessment (ORSA) Contexte Business Stratégie de gestion et appétit des risques Gouvernance Description de la structure légale et organisationnelle, des activités opérationnelles principales, de l environnement du marché Description comment la stratégie de gestion des risques soutient le business. Déclaration de l appétit, profil actuel et monitoring Description de la gouvernance, de l univers et des politiques des risques Plan de capital et de liquidité sous les scénarios de base et de «stress» Plan de capital et de liquidité December 20XX Processus de gestion du risque Description des processus et des procédures pour identifier, évaluer et contrôler les risques Capital / Solvabilité futurs sous «downside stress» et dans différents scénarios Projection du capital et de la solvabilité pendant la période d activité selon business plan (3-5 ans) Stress Tests et Scénarios Capital et Solvabilité projetés 20 Position de capital et de solvabilité Analyse des changements et des types de risque Capital et solvabilité à des dates prédéterminées sur base économique et régulatrice, y compris analyse des changements et par type de risques Composantes du modèle interne Composante de la gestion des risques Composantes du processus 20

21 Pilier 3 : The Zurich Way of Risk Disclosure As simple as possible as complex as necessary ORSA Own Risk and Solvency Assessment RSR Regular supervisory reporting SFCR Solvency and financial condition report SFCR (SST/Solvabilité II) + Risk Review (IFRS) Grand Public LES PRINCIPES Production centralisée spécification locale RSR + ORSA (résultat) Niveau Consolidation / Quarterly Reporting Templates Régulateur Cohérence entre ORSA et RSR Automatisation SFCR: au niveau groupe, basé sur IFRS Rapport de risque interne Groupe/ Segments/ Clusters et entités légales Publication interne 21 21

22 Piliers 2 et 3 : Aspects importants à considérer Use Test comme part d ORSA: dans le cadre du Use Test, l entreprise d assurance garantit qu elle utilise le modèle des risques de manière appropriée c est bien d avoir des politiques de gestion des risques en place, mais fonctionnent-elles en réalité? Un modèle interne doit avant tout être utile (et cohérent par rapport aux calculs ORSA) Documentation : l entreprise doit avoir un support écrit de toutes les politiques et procédures qu elle dit avoir en place 22

23 Fronting des captives : Impacts de Solvabilité II Groupe Zurich: Risque de crédit dû à la réassurance as of Premiums ceded Reinsurance Assets Premiums ceded Reinsurance Assets Rating USD millions % of total USD millions % of total USD millions % of total USD millions % of total AAA % % % % AA 1' % 6' % 1' % 6' % A 2' % 8' % 2' % 9' % BBB % 1' % % 1' % BB % % % % B % % % % Unrated 1' % 1' % 1' % 1' % Total 5' % 19' % 5' % 19' % Source: ZFS 2010 Annual Report, p. 118 Majorité des captives n ont pas de notation financière Collatéral 2010 : USD 8bn (2009 : USD 8.4bn) En 2010, 54% des primes cédées à des réassureurs notés <BBB ou non-notées sont collatéralisées (74% en 2009) Critères d acceptation pour le collatéral (notation minimale pour garanties bancaires et parentales, ratio de 100% pour actifs nantis) 23

24 Fronting Eléments d analyse du risque de crédit La gestion du risque de crédit est une partie importante de la ZRP, y compris le risque engendré par le fronting pour captives Chaque transaction de fronting est analysée individuellement: Notation publique de la maison mère (ou du sponsor) et de la captive Critères d analyse pour l évaluation interne de la captive: Qualité financière (capitalisation, profitabilité, liquidité, réserves, résultat de souscription, stratégie d investissement) Relation avec le parent (sponsor) Transactions (branches, limites, primes cédées, etc.) État du marché / environnement régulateur Information disponible et qualité des données Gestion de la captive Stratégie de la captive Qualité du portefeuille de rétrocession Sécurités financières en place 24

25 Impacts prévus sur le fronting Exigences actuelles: Exigence de collatéral selon le résultat de l évaluation de la transaction Frais de fronting prenant en compte le coût du capital pour assumer le risque de crédit (basé sur les notations internes attribuées et les probabilités de défaillance associées à ces notations) Zurich va continuer à faire du fronting pour les captives Le modèle actuel étant déjà risk-based, Zurich ne prévoit pas de changements majeurs aux conditions de fronting Une notation externe de la captive n est pas indispensable (Caveat pour les captives non-notées situées dans un pays tiers non-équivalent, car le traitement de ces entités sera vraisemblablement réglé au niveau national sous Solvabilité II) Loss Portfolio Transfer (commutations, novations) 25

26 Zurich Gestionnaire de captive Activité de niche de gestion de captive au Luxembourg Captives avec un portefeuille de risques classiques (pas de risques «difficiles») Utilisation du modèle «Solvency II Engine» de Zurich pour le pilier 1 Se base sur les processus Zurich pour les piliers 2 et 3 (selon le principe de la proportionnalité) 26

27 Agenda Cadre et démarche d un projet pilier 2 & 3 Franck CHEVALIER Perspectives Européennes et Point de Vue d un Assureur Domenica ULRICH Retour d expérience de deux Captive Managers Helen STACK-PETIT & Stéphane YVON 27

28 Mise en place Solvabilité II Captives d EdF Point à fin Janvier

29 Les enjeux selon le domicile (Irlande et Luxembourg) Le rythme des régulateurs 29

30 Chronologie (1/2) Une chronologie riche 30

31 Chronologie (2/2) 31

32 Et maintenant? 32

33 Captives d AREVA Activités : Assurance / Réassurance depuis une 20aine d années Auto-assurance principalement Mission : participent au financement des risques uniquement en interne. Objectif équilibre intervention classique de financement des risques, gestion des rétentions, assurance des risques non-assurable Disposent actuellement des moyens propres et des organes d administration (Conseil) et de direction requis par la loi et s'inscrivent dans les objectifs et principes définis par le groupe en matière de contrôle interne tout en ayant ses propres procédures opérationnelles (Comités..). Renforcent les moyens à disposition en faisant appel à des services spécialisés en externe comptabilité, études actuarielles, conseil. 33

34 Mise en place Solvabilité II Captives d AREVA Point à fin Janvier

35 Gouvernance Générale Organisation transparente Allocation responsabilités Proportionnalité Revue interne régulière Sous-traitance Besoin de formalisme Contrôle interne, gestion risques, audit interne, plan de continuité, GOUVERNANCE GENERALE En place En place - formalisation à revoir Ecriture d'un process Ecriture d'un process et attribution de fonctions Pas fait 35

36 Gestion des risques Stratégie / processus connus Souscription / provisionnement Gestion d investissement Risque liquidité / concentration Gestion risque opérationnel Mitigation des risques Connu mais formalisation Fonction RM à créer MANAGEMENT DES RISQUES En place En place - formalisation à revoir Ecriture d'un process Ecriture d'un process et attribution de fonctions Pas fait 36

37 Politique de Souscription Comité Technique Politique volume, gestion sinistres, frais, stratégie de réassurance. POLITIQUE DE SOUSCRIPTION En place Politique de risques et impact sur solvabilité ORSA à implémenter En place - formalisation à revoir Ecriture d'un process Ecriture d'un process et attribution de fonctions Pas fait 37

38 Solvabilité / Mise en place ORSA QIS 5 / SCR / MCR Fiabilité provisions techniques Profil de risque Mise en place ORSA Besoin en solvabilité Profil risque, tolérance risque, stratégie opérationnelle, actions Maintenir capital nécessaire CALCUL SOLVABILITE - MISE EN PLACE ORSA En place En place - formalisation à revoir Ecriture d'un process Ecriture d'un process et attribution de fonctions Pas fait 38

39 Risques additionnels / externe Risques hors SCR Liquidités Management Juridiques Economiques Politiques. Externalisation A formaliser RISQUES ADDITIONNELS ET DE CONJONCTURE En place En place - formalisation à revoir Ecriture d'un process Ecriture d'un process et attribution de fonctions Pas fait 39

40 Risques Investissements Comité Financier Politique d investissement Classification, limites, diversification, congruence, Des instruments financiers non utilisés doivent quand même faire l objet de procédures non encore existantes Lien avec les risques de souscription, de réserves RISQUES / INVESTISSEMENTS En place En place - formalisation à revoir Ecriture d'un process Ecriture d'un process et attribution de fonctions Pas fait 40

41 Approche Pilier III Pilier 3: Informations régulières à transmettre au public SFCR Art. 51 Informations régulières à transmettre à l autorité de contrôle Art 35, 2(a), Information autorités survenance d éléments prédéfinis ou en cas de changement majeur Sur demande ad-hoc des autorités Reporting: Taxonomie proposée en XBRL, intégration aux processus comptables Proportionné aux risques et à la taille des captives (optique industrielle)? Politique : Détermination au niveau Groupe de la quantité d information publiable Détermination au niveau du gestionnaire des processus de reporting, automatismes à mettre en place. 41

42 Atelier C01 Merci! N oubliez pas de remettre votre fiche d évaluation aux hôtesses La présentation sera en ligne dès la semaine prochaine sur 42

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives Atelier B9 Stratégie de financement évolution des captives INTRODUCTION La mise en application de Solvency 2 bouscule les captives existantes : 1. Quelles sont les normes applicables? 2. Quels agréments

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015 1 Solvabilité 2 Focus sur le reporting Octobre 2015 2 Le calendrier règlementaire (entités solo) 2 Calendrier règlementaire 2016 SCR et MCR Rapports (*) ORSA Annuel 20/05 2 semaines après le vote CA T1

Plus en détail

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard Journées actuarielles de Strasbourg Vendredi 19 septembre 2014 Introduction Le DUAS fête son trentième anniversaire par un colloque international

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II IDINVEST PARTNERS - DéCEMBRe 2013 sol ven cyii traitement des fonds de dette mezzanine sous solvency II La réglementation Solvabilité 2 est structurée

Plus en détail

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com AAIARD La modélisation stochastique Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com 5 juin, 2009 Survol de la présentation Pourquoi la modélisation stochastique? Survol

Plus en détail

Atelier B011. Intervenants. Modérateur. Dan CHELLY. Chrystelle BUSQUE. Catherine VERET JOST. Gérard LANCNER. Directeur Métier Risk Management

Atelier B011. Intervenants. Modérateur. Dan CHELLY. Chrystelle BUSQUE. Catherine VERET JOST. Gérard LANCNER. Directeur Métier Risk Management Atelier B011 Intervenants Dan CHELLY Directeur Métier Risk Management Chrystelle BUSQUE Directeur ERM Catherine VERET JOST Modérateur Gérard LANCNER Présidente de CAVEJO SAS Remplacé par Catherine VERET

Plus en détail

Approches fondées sur les notations internes (approche de base et approche avancée) 1 Lettre comportant une demande formelle d approbation

Approches fondées sur les notations internes (approche de base et approche avancée) 1 Lettre comportant une demande formelle d approbation ANNEXE 1 Approches fondées sur les notations internes (approche de base et approche avancée) Cette annexe énumère les informations qu un établissement doit transmettre à la CBFA pour que son dossier en

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014. 13 juin 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014. 13 juin 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014 13 juin 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Publication de la nouvelle version des spécifications

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF LUX VIE AU 31/01/2013 ANALYSE DU PORTEFEUILLE DE CARDIF LUX VIE. Février 2013

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF LUX VIE AU 31/01/2013 ANALYSE DU PORTEFEUILLE DE CARDIF LUX VIE. Février 2013 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF LUX VIE AU 31/01/2013 ANALYSE DU PORTEFEUILLE DE CARDIF LUX VIE 1 PRÉSENTATION DE CARDIF LUX VIE CARDIF LUX VIE EN BREF Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Questions concernant le régime Solvabilité 1 1. Concernant le fonds général, le reporting trimestriel Solvabilité 1 «Couverture

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE Norme nº 12 ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE NORME DE PUBLICATION D INFORMATIONS SUR LES RISQUES ET RESULTATS TECHNIQUES DES ASSUREURS VIE OCTOBRE 2006 La présente traduction a été

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011 Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 2011 2 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011 Rudolf Alves Responsable Vie/ Hypothèques

Plus en détail

Université d été de l institut des Actuaires

Université d été de l institut des Actuaires FINANCE & RISKS INSURANCE RISK MANAGEMENT Université d été de l institut des Actuaires Eléments de solvabilité dans l ORSA 9 juillet 2012 Introduction L objet de cette présentation est de raconter une

Plus en détail

Règlement de placement de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier

Règlement de placement de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier Approuvé par le Conseil de fondation le 15 décembre 2010 Sommaire 1. Principes réglementaires et légaux... 2 2. Solution de compte... 2 3. Stratégie de placement...

Plus en détail

La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des

La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des entreprises ABF Dr Moez JOUDI Expert-Consultant en gouvernance et stratégie Président de l ATG Enseignant-chercheur

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 Communiqué de presse Winterthur, le AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 L exercice 2010 s est soldé par un résultat très satisfaisant pour AXA Winterthur. Le volume

Plus en détail

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier 1 L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier Thibault de SAINT PRIEST ACOFI Séminaire EIFR 12 FEVRIER 2013 Titrisation / fonds de prêts :

Plus en détail

15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II

15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II 15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II 1 ACTUARIS est une société membre de Watson Wyatt Worlwide Sommaire 1 Garantir la qualité des données est un préalable

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Document interne réservé aux partenaires du Groupe Swiss Life. SwissLife Premium Lux. Présentation de l offre et des services associés

Document interne réservé aux partenaires du Groupe Swiss Life. SwissLife Premium Lux. Présentation de l offre et des services associés 1 Document interne réservé aux partenaires du Groupe Swiss Life SwissLife Premium Lux Présentation de l offre et des services associés 2 SwissLife Premium Lux Swiss Life : chiffres clés Le groupe Swiss

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES?

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? Catherine Royère responsable de la titrisation,, Direction de la Gestion Actif-Passif, BNP Paribas catherine.royere@bnpparibas.com

Plus en détail

EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES

EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES Les chiffres relatifs à la déclaration de consommation de fonds propres selon la réglementation dite de Bâle II, ci-après, concernent l entité Banque Cantonale

Plus en détail

FICHE INFO FINANCIERE ASSURANCE-VIE POUR LA BRANCHE 23

FICHE INFO FINANCIERE ASSURANCE-VIE POUR LA BRANCHE 23 Post Optima Invest lié au fonds Post Optima RESTART 3 1 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Type d'assurance-vie Garanties Un produit d assurance-vie

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA LES HOMMES LA GOUVERNANCE LES OUTILS GESTION L ALM PILOTAGE

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

AVERTISSEMENTS. Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS

AVERTISSEMENTS. Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS 1 er Septembre 2010 AVERTISSEMENTS Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS Merci de noter que ce manuel ne fait pas partie de la documentation officielle du QIS5

Plus en détail

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

Plus en détail

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS 59th UIA CONGRESS Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE Jeudi 29 octobre 2015 LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS Enrique Sanz Fernández-Lomana C/ Serrano

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices 12/06/2012 1 Luxembourg Paris Brussels Les stress tests ou tests de résistance sont des techniques

Plus en détail

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA)

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Bruxelles, le 15 mars 2012. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Résultat net avant activités abandonnées d EUR 585 millions (*), après dépréciation des

Plus en détail

Invesco Euro Equity. 2 novembre 2009. Informations. Classification. Objectif de gestion. Indicateur de référence

Invesco Euro Equity. 2 novembre 2009. Informations. Classification. Objectif de gestion. Indicateur de référence PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Informations Dénomination : Structure juridique : Société de gestion : Gestionnaire financier par délégation : Gestionnaire comptable par délégation : Durée d existence

Plus en détail

Circulaire 2008/22 Publication FP banques. Exigences de publication liées aux fonds propres dans le secteur bancaire

Circulaire 2008/22 Publication FP banques. Exigences de publication liées aux fonds propres dans le secteur bancaire Circulaire 2008/22 Publication FP banques Exigences de publication liées aux fonds propres dans le secteur bancaire Référence : Circ.-FINMA 08/22 «Publication FP banques» Date : 20 novembre 2008 Entrée

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Anne-Charlotte Bongard anne-charlotte.bongard@actuaris.com Le risque dépendance sous Solvabilité 2 Classification du risque

Plus en détail

PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUES ET LEUR GESTION AU SEIN DU GROUPE

PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUES ET LEUR GESTION AU SEIN DU GROUPE 4 PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUES ET LEUR GESTION AU SEIN DU GROUPE 4.1 FACTEURS DE RISQUE 94 4.1.1 Facteurs de risque liés à l activité d assurance 94 4.1.2 Facteurs de risque liés aux marchés financiers,

Plus en détail

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre»

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Atelier C4 «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Intervenants Alain AUBIGNAT Franck BARON Marc PAASCH Group Risk Manager General manager risk management and insurance International

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

I. Étude comparative des Compartiments absorbé et absorbant

I. Étude comparative des Compartiments absorbé et absorbant Amundi Funds Société d investissement à capital variable de droit luxembourgeois Siège social : 5, Allée Scheffer L-2520 Luxembourg R.C.S. de Luxembourg B-68.806 (la «Société») Cher Actionnaire, Luxembourg,

Plus en détail

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Atelier AMRAE A10 Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Intervenants Modérateur Gilles de Courcel Président de la Commission Evaluation de la CNCC Associé Ricol-Lasteyrie Alain Gravier

Plus en détail

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Nom de la société de réassurance A. Conseil d'administration Etat d'avancement fin 2013 Etat d'avancement projeté

Plus en détail

FRÉQUENCE PREMIUM 3. (5-Year Coupon Trigger Redeemable Note 1 )

FRÉQUENCE PREMIUM 3. (5-Year Coupon Trigger Redeemable Note 1 ) communication à caractère promotionnel FRÉQUENCE PREMIUM 3 (5-Year Coupon Trigger Redeemable Note ) Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 2 «Fréquence

Plus en détail

Le Pilier III, d une contrainte réglementaire à une opportunité de pilotage des risques

Le Pilier III, d une contrainte réglementaire à une opportunité de pilotage des risques Paris Lyon Brussels Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New York Petit-déjeuner Sia Partners Le Pilier III, d une contrainte réglementaire à une opportunité de pilotage des risques Vos contacts Julien

Plus en détail

Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment

Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment Point presse du 21 octobre 2014 1 Le contenu de l exercice 1.1. Les objectifs de l évaluation complète des bilans Le règlement confiant

Plus en détail

Exemple de modèle interne partiel réalisé avec PillarOne

Exemple de modèle interne partiel réalisé avec PillarOne Exemple de modèle interne partiel réalisé avec PillarOne Conférence à l'institut des Actuaires Paris, 12 Mars 2009 Markus Stricker, Intuitive Collaboration Laurent Berthaut, Munich Re Agenda 1 Le projet

Plus en détail

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 La publie ci-dessous les états réglementaires concernant l adéquation des fonds propres selon

Plus en détail

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance EIOPACP 13/08 FR Orientations relatives au système de gouvernance EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1 60327 Frankfurt Germany Tel. + 49 6995111920; Fax. + 49 6995111919; site: www.eiopa.europa.eu Orientations

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

I. Modalités de la fusion transfrontalière

I. Modalités de la fusion transfrontalière Amundi Funds Société d investissement à capital variable de droit luxembourgeois Siège social : 5, Allée Scheffer L-2520 Luxembourg R.C.S. de Luxembourg B-68.806 Cher Actionnaire, Luxembourg, le 9 mai

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016 Du 3 Mai 2016 Récapitulatif: Commentaires de l ECSDA concernant la vision de la nouvelle infrastructure de l Eurosystème : L association a souligné que la consolidation des plateformes Target 2 et T2S

Plus en détail

Privilège Gestion Active Un capital à la hauteur de vos ambitions

Privilège Gestion Active Un capital à la hauteur de vos ambitions Type : Privilège Gestion Active est un contrat individuel d assurance sur la vie à capital différé et variable. Le contrat prévoit la constitution d un capital à partir de versements nets de frais sur

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 16 décembre 2005 Objet: Projet de loi sur l application des normes comptables internationales dans le secteur des assurances et portant modification : 1. de la loi modifiée du 8 décembre

Plus en détail

Circulaires relatives à la surveillance des assurances

Circulaires relatives à la surveillance des assurances 8 juillet 2015 Circulaires relatives à la surveillance des assurances Rapport explicatif Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Tables des matières

Plus en détail

et solutions innovantes

et solutions innovantes Expertise et solutions innovantes pour aligner le conseil en investissement sur les attentes de vos clients Expertise et solutions innovantes en conseil d investissement, gestion de portefeuille et gestion

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

Privalto Privilège Sérénité

Privalto Privilège Sérénité Privalto Privilège Sérénité Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type

Plus en détail

MEMORADUM DE BONNE GOUVERNANCE

MEMORADUM DE BONNE GOUVERNANCE MEMORADUM DE BONNE GOUVERNANCE En application de la circulaire PPB-2007-6-CPB-CPA relative aux attentes prudentielles de la CBFA en matière de bonne gouvernance des établissements financiers. Ce document

Plus en détail

Reporting sous Solvabilité II

Reporting sous Solvabilité II Paris, 23 octobre 2012 Dominik SMONIEWSKI Conseiller Table des matières Reporting harmonisé Reporting national XBRL Préparation du secteur 2 / 18 Reporting harmonisé - Types de reporting Solvency and Financial

Plus en détail

eframe pour le modèle interne Solvabilité II

eframe pour le modèle interne Solvabilité II eframe pour le modèle interne Solvabilité II Une solution de contrôle et de reporting automatisée et efficace pour le modèle interne Solvabilité II www.secondfloor.com eframe pour le modèle interne Solvabilité

Plus en détail

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Choisissez le placement qui s adapte à votre profil d investisseur De l audace à la prudence, quel que soit votre profil d investisseur, PRÉFÉRENCE est le placement

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Avril 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance.

Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. Euro stoxx RENDEMENT 3 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES. Conseils & services aux entreprises

OFFRE DE SERVICES. Conseils & services aux entreprises OFFRE DE SERVICES Conseils & services aux entreprises strategie operationnelle transformation des organisations management des systèmes d information pilotage de projets SYNERIA CONSULTING PRESENTATION

Plus en détail

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES OLIVIER LOZACH PREDICA ARNAUD COHEN FORSIDES ACTUARY 20 JUIN 2014 LE CONTEXTE + Les principales caractéristiques du marché français : + Un cadre fiscal

Plus en détail

(5-Year Coupon Trigger Redeemable Note 1 ) Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 2

(5-Year Coupon Trigger Redeemable Note 1 ) Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 2 communication à caractère promotionnel Fréquence Plus 3 (5-Year Coupon Trigger Redeemable Note ) Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 2 «Fréquence

Plus en détail

DEFINEO JANVIER 2016. Conjuguez diversification et potentiel de performance pour votre épargne. www.groupama.fr. Document à caractère promotionnel

DEFINEO JANVIER 2016. Conjuguez diversification et potentiel de performance pour votre épargne. www.groupama.fr. Document à caractère promotionnel DEFINEO JANVIER 2016 Support en unités de compte dans le cadre d un contrat d assurance vie ou de capitalisation, d une durée de 8 ans. Conjuguez diversification et potentiel de performance pour votre

Plus en détail

DECID ASSUR 2013! !!!

DECID ASSUR 2013! !!! DECID ASSUR 2013 Solvabilité 2 Pilier 3 : Inscrire les exigences de l ACP dans la trajectoire naturelle de votre projet Antoine Bourdais 26 Mars 2013 Agenda Invoke en quelques mots Les faits marquants

Plus en détail

Politique de rémunération de Bellatrix Asset Management S.A. (la Société)

Politique de rémunération de Bellatrix Asset Management S.A. (la Société) Politique de rémunération de Bellatrix Asset Management S.A. (la Société) La présente politique de rémunération porte sur les composantes fixes et variables et les prestations de pensions discrétionnaires.

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3%

RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3% COMMUNIQUÉ DE PRESSE Information réglementée Lasne, le 25 mars 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat opérationnel : +21,1% Résultat net des activités poursuivies : +56,3% Vision IT Group, Groupe européen

Plus en détail

Trimestro Europe 2015

Trimestro Europe 2015 Trimestro Europe 2015 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

CODE DE TRANSPARENCE des FCPE de la gamme FONGEPARGNE PLUS au 30 juin 2013.

CODE DE TRANSPARENCE des FCPE de la gamme FONGEPARGNE PLUS au 30 juin 2013. CODE DE TRANSPARENCE des FCPE de la gamme FONGEPARGNE PLUS au 30 juin 2013. Gamme FONGEPARGNE PLUS FCPE FONGEPARGNE EURO MONETAIRE FCPE FONGEPARGNE MODERATION FCPE FONGEPARGNE EQUILIBRE FCPE FONGEPARGNE

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Séminaire EIFR Les nouveaux défis de la conformité L organisation des départements Conformité

Séminaire EIFR Les nouveaux défis de la conformité L organisation des départements Conformité Séminaire EIFR Les nouveaux défis de la conformité L organisation des départements Conformité Mai 2015 1. Introduction Enjeux 2 Le risque de non-conformité est défini par le Comité de Bâle comme un risque

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS RAPPORT D ACTIVITE EXERCICE 2014 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail