Une année de Mathématiques en classe de Première S

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une année de Mathématiques en classe de Première S"

Transcription

1 Une année de Mathématiques en classe de Première S Freddy Mérit Année scolaire

2 Ce manuel, à destination des élèves de Première S, a été en partie réalisé à partir de la consultation des ouvrages suivants : [1] Barra, Raymond, Transmath 1 re S, Nathan, [2] Brisou, François, dyssée 1 re S, Hatier, [3] Malaval, Joël, Hyperbole 1 re S, Nathan, [4] Poncy, Michel, Indice Maths 1 re S, Bordas, [5] Beltramone, Jean-Paul, Déclic Mathématiques 1 re S, Hachette Éducation, [6] Le Yaouanq, Marie-Hélène, Math 1 re S, Didier, 2011.

3 TABLE DES MATIÈRES 1 Le second degré - Équations et inéquations 5 I Fonctions polynômes du second degré I.1 Forme développée I.2 Forme canonique I.3 Sens de variation I.4 Représentation graphique II Résolution de l équation du second degré II.1 Équation du second degré et discriminant II.2 Résolution de l équation du second degré II.3 Factorisation d un trinôme du second degré - Forme factorisée III Signe du trinôme du second degré III.1 Signe de a 2 b c avec a III.2 Application à la résolution des inéquations du second degré IV Tableau récapitulatif V Eercices Géométrie plane 18 I Colinéarité de deu vecteurs II Équations d une droite II.1 Vecteur directeur d une droite II.2 Équations cartésiennes d une droite II.3 Équations cartésiennes et équations réduites II.4 Équations cartésiennes et parallélisme III Décomposition d un vecteur IV Eercices Étude de fonctions 28 I Fonctions de référence déjà connues I.1 Sens de variation d une fonction (rappel) I.2 Fonctions affines I.3 Fonction carré I.4 Fonction inverse II Fonction racine carrée II.1 Sens de variation II.2 Représentation graphique II.3 Ranger les racines carrées de deu nombres positifs II.4 Position relative des courbes d équations y =, y = 2 et y = III Fonction valeur absolue III.1 Valeur absolue d un nombre réel III.2 Étude de la fonction valeur absolue IV Sens de variation des fonctions associées IV.1 Fonction u k IV.2 Fonction ku IV.3 Fonction u IV.4 Fonction 1 u V Eercices

4 TABLE DES MATIÈRES 3 4 Statistiques Descriptives 43 I Paramètres de position d une série statistique I.1 Moyenne I.2 Médiane I.3 Quartiles II Paramètres de dispersion d une série statistique II.1 Étendue II.2 Écart interquartile II.3 Variance et écart-type III Diagramme en boîte IV Choisir un résumé d une série statistique IV.1 Le couple (Médiane ; Écart interquartile) IV.2 Le couple (Moyenne ; Écart type) IV.3 Choi du couple d indicateurs V Eercices Dérivation 54 I Nombre dérivé d une fonction f en un nombre réel a I.1 Tau d accroissement I.2 Nombre dérivé I.3 Interprétation graphique II Tangente à une courbe en un point III Fonction dérivée III.1 Fonction dérivée III.2 Dérivées des fonctions usuelles IV Dérivées et opérations IV.1 Dérivée de la somme IV.2 Dérivée du produit IV.3 Dérivée de l inverse IV.4 Dérivée du quotient IV.5 Tableau récapitulatif V Applications de la dérivation V.1 Liens entre le signe de la fonction dérivée et le sens de variation de la fonction. 65 V.2 Etremum d une fonction VI Eercices Trigonométrie 78 I Cercle trigonométrique I.1 Le cercle trigonométrique I.2 Le radian I.3 Enroulement de la droite numérique réelle sur le cercle trigonométrique II Mesures d un angle orienté II.1 Angle orienté de deu vecteurs non nuls II.2 Mesure principale d un angle orienté II.3 Propriétés des angles orientés III Trigonométrie III.1 Cosinus et sinus d un angle orienté III.2 Angles associés III.3 Équations trigonométriques IV Eercices

5 4 TABLE DES MATIÈRES 7 Probabilités 94 I Variable aléatoire et loi de probabilité I.1 Variable aléatoire discrète I.2 Loi de probabilité d une variable aléatoire discrète II Paramètres d une loi de probabilité II.1 Espérance, variance et écart type d une loi de probabilité II.2 Transformation affine d une variable aléatoire III Répétition d epériences identiques et indépendantes III.1 Modélisation d une epérience aléatoire à deu ou trois issues III.2 Modélisation de la répétition de deu epériences identiques et indépendantes.. 99 III.3 Un eemple de variable aléatoire associée à une telle situation IV Eercices Loi binomiale 110 I Épreuve de Bernoulli - Loi de Bernoulli II Schéma de Bernoulli III Coefficients binomiau - Triangle de Pascal IV Loi binomiale IV.1 Définition IV.2 Espérance, variance et écart-type V Eercices

6 CHAPITRE 1 LE SECND DEGRÉ - ÉQUATINS ET INÉQUATINS Mohammed Al Khwarizmi I Fonctions polynômes du second degré I.1 Forme développée Définition I-1 : Une fonction polynôme du second degré (ou de degré 2) est une fonction f définie sur R par f() = a 2 b c où a, b et c sont trois nombres réels donnés avec a 0. Les réels a, b et c sont appelés les coefficients de la fonction f. La forme a 2 b c est appelée la forme développée de la fonction f. Une fonction polynôme du second degré est aussi appelée fonction trinôme du second degré. Eemples : Si f() = , f est une fonction polynôme de degré 2 avec a = 4, b = 32 et c = 68. Si g() = 2 3, g est une fonction polynôme de degré 2 avec a = 1, b = 0 et c = 3. Si h() = (1) 2 3, h est une fonction polynôme du second degré. En effet, en développant, on a h() = ( 2 2 1) 3 = Ainsi a = 1, b = 2 et c = 2. En revanche, si k() = ( 1) 2 2, k n est pas une fonction polynôme de degré 2. En effet, en développant, on a k() = 2 1 et k() ne peut pas s écrire sous la forme a 2 b c avec a 0. Remarque : La forme développée d une fonction trinôme du second degré f permet facilement de : calculer l image de 0 par la fonction f (effectivement, f(0) = c) ; déterminer les antécédents du nombre c par la fonction f (en résolvant l équation f() = c qui est très simple puisque c est une équation-produit). I.2 Forme canonique Propriété I-1 : Pour toute fonction polynôme f du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0, il eiste deu nombres réels α et β tels que, pour tout réel, on ait : f() = a( α) 2 β. La forme a( α) 2 β est appelée la forme canonique de la fonction trinôme f. Les nombres α et β sont tels que f(α) = β. 1. Mohammed Al Khwarizmi est un mathématicien, astronome, astrologue et géographe perse. Il décrit les méthodes de résolution des équations du premier et du second degré en les séparant en plusieurs cas. Il en fait état dans son ouvrage Kitab al jabr..., qui a donné son nom au mot algèbre. Il est aussi à l origine du mot algorithme grâce à son livre Algoritmi qui eplique le maniement de la numération indienne.

7 6 I. FNCTINS PLYNÔMES DU SECND DEGRÉ Eemple : Soit f la fonction trinôme du second degré définie sur R par f() = En factorisant les deu premiers termes contenant par 4 (coefficient du terme de degré 2), on obtient : f() = 4( 2 8) peut maintenant être identifié au début du développement de ( 4) 2. En effet, grâce au identités remarquables, on a : ( 4) 2 = = Ainsi, 2 8 = ( 4) Par conséquent, on a, pour tout réel, f() = 4[( 4) 2 16] 70. En développant partiellement, on obtient f() = 4( 4) = 4( 4) 2 6. L epression 4( 4) 2 6 constitue la forme canonique de la fonction f définie par f() = Démonstration : Soit f la fonction polynôme de degré 2 définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. Comme a 0, on peut écrire, pour tout réel, f() = a 2 b c = a 2 b a c. Mais 2 b a peut être considéré comme le début du développement de b 2a 2. En effet 2a 2 b = 2 b a b 2a 2. n en déduit donc que 2 b a = 2a 2 b b 2a 2. Il en résulte que f() = a 2a 2 b b2 4a c Ainsi, f() = a 2a 2 b b2 4ac 4a. En posant α = b 2a et β = b2 4ac 4a, on obtient bien que f() = a( α) 2 β. De plus, f(α) = a(α α) 2 β = a 0 β = β. 2a 2 b b 2a 2 c = a Remarque : La forme canonique d une fonction trinôme est très utile pour préciser son minimum (ou son maimum, suivant le cas) et la valeur en laquelle il est atteint. Dans l eemple précédent où la fonction f a pour forme canonique f() = 4( 4) 2 6, on peut affirmer qu elle admet pour minimum 6 en = 4. En effet, un carré étant toujours positif ou nul, ( 4) 2 est minimal et vaut 0 lorsque = 4. Par conséquent, f() 6, pour tout réel. Mais, comme f(4) = 6, on a, pour tout réel, f() f(4), ce qui démontre que le minimum de la fonction f est 6, atteint pour = 4. I.3 Sens de variation Propriété I-2 : Admise Soit f une fonction polynôme de degré 2 définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. Sa forme canonique est donnée par f() = a( α) 2 β avec α = b 2a et β = f(α) = b2 4ac Alors, les variations de f dépendent du signe de a et sont données par les tableau suivants : Si a > 0 Si a < 0 4a. α f() f admet pour minimum β en α = b 2a. β α β f() b f admet pour maimum β en α = 2a.

8 Le second degré - Équations et inéquations 7 Eemple : Reprenons l eemple précédent où f est définie, pour tout réel, par f() = Le coefficient du terme de degré 2 est a = 4, il est positif, ce qui nous indique le sens de variation de la fonction f. De plus, la forme canonique de f trouvée précédemment est f() = 4( 4) 2 6. Ainsi, la fonction f admet pour minimum 6 en = 4. Son tableau de variation est donné par : 4 f() 6 I.4 Représentation graphique Définition I-2 : Soit f une fonction polynôme du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. Dans un repère orthogonal ( ; I ; J), la courbe représentative de la fonction f est appelée une parabole. n dit que cette parabole P a pour équation y = a 2 b c. n appelle sommet de la parabole le point S de celle-ci qui correspond au maimum ou au minimum de la fonction f (selon le signe de a). D après ce qui précède, ses coordonnées sont S(α; β) où α = b 2a et β = f(α). La parabole admet un ae de symétrie parallèle à l ae des ordonnées. Cet ae D a pour équation = α = b 2a et passe par le sommet S de la parabole. Si a > 0 Si a < 0 y D : = α P y β = f(α) S(α; β) P J β = f(α) I α = b 2a S(α; β) J I α = b 2a D : = α La parabole P a des branches paraboliques «tournées vers le haut». La parabole P a des branches paraboliques «tournées vers le bas». II II.1 Résolution de l équation du second degré Équation du second degré et discriminant Définition II-1 : Une équation du second degré, d inconnue, est une équation qui peut s écrire sous la forme a 2 b c = 0 où a, b et c sont trois nombres réels donnés, avec a 0. Une solution de cette équation est aussi appelée racine du trinôme a 2 b c. Notons f la fonction polynôme du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. D après la démonstration de la propriété I-1, la forme canonique de la fonction f est donnée par f() = a( α) 2 β où α = b 2a et β = b2 4ac 4a. Le nombre b 2 4ac intervient dans la résolution de l équation du second degré, on lui donne le nom suivant :

9 8 II. RÉSLUTIN DE L ÉQUATIN DU SECND DEGRÉ Définition II-2 : Le nombre réel b 2 4ac, noté et qui se lit «delta», est appelé le discriminant du trinôme a 2 b c. Ainsi, pour tout nombre réel, f() = a( α) 2 4a = aä( α) 2 II.2 Résolution de l équation du second degré Remarque : Résoudre l équation du second degré f() = a 2 b c = 0, avec a 0, revient à chercher graphiquement les abscisses des points d intersection (s ils eistent) de la parabole P représentant la fonction f et de l ae des abscisses. Suivant les différentes positions de la parabole, il peut donc y avoir soit deu solutions distinctes, soit une solution unique ou soit aucune. Propriété II-1 : Le nombre de solutions d une équation du second degré a 2 b c = 0 (où a 0) dépend du signe du discriminant = b 2 4ac : Si > 0, l équation a deu solutions distinctes : 1 = b 2a 4a 2ç et 2 = b 2a Si = 0, l équation a une seule solution : 0 = b 2a et on dit que 0 est une racine double ; Si < 0, l équation n a pas de solution réelle. Démonstration : Soit f une fonction polynôme du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. D après ce qui précède, l équation f() = 0 équivaut à aä( α) 2 4a 2ç=0où α = b 2a et = b 2 4ac. Si > 0, l équation devient aå( α) 2 2a 2è=0. Ainsi, à l aide d une identité remarquable, on obtient : a ( α) 2a ( α) 2a =0 qui a deu solutions distinctes : 1 = α 2a = b et 2 = α 2a 2a = b 2a Si = 0, l équation devient a( α) 2 = 0. Elle n admet qu une unique solution 0 = α = b 2a. Si < 0, le quotient 4a 2 > 0 et, pour tout nombre réel, l epression ( α)2 4a > 0. 2 Par conséquent, comme a 0, f() est le produit de deu facteurs non nuls. Ainsi, l équation n a pas de solution réelle. Remarque : Lorsque les nombres réel a et c sont de signes contraires, le discriminant est strictement positif et l équation a 2 b c = 0 a toujours deu solutions distinctes. II.3 Factorisation d un trinôme du second degré - Forme factorisée La démonstration de la propriété II-1 précédente, nous permet d obtenir le résultat suivant : Propriété II-2 : Soit f une fonction polynôme du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. Il est possible d obtenir une forme factorisée de la fonction f uniquement si le discriminant = b 2 4ac est positif ou nul : Si > 0, alors f() = a( 1 )( 2 ) avec 1 = b et 2 = b ; 2a 2a Si = 0, alors f() = a( 0 ) 2 avec 0 = b 2a. Dans le cas où le discriminant est strictement négatif, une telle factorisation est impossible. ;

10 Le second degré - Équations et inéquations 9 Eemples : Résoudre dans R l équation = 0. C est une équation du type a 2 b c = 0 avec a = 6, b = 1 et c = 1. n ne sait pas la résoudre de façon évidente donc on calcule le discriminant = b 2 4ac = ( 1) ( 1) = 1 24 = 25. Comme > 0, l équation = 0 admet deu solutions distinctes dans R : 1 = b 2a = = 1 3 et 2 = b 2a = = 1 2. L ensemble des solutions est donc constitué des deu nombres 1 3 et 1 2. n écrit alors S = 1 3 ; 1 2. n a aussi la factorisation suivante : pour tout réel, = Résoudre dans R l équation = 0. C est une équation du type a 2 b c = 0 avec a = 3, b = 4 et c = n calcule le discriminant = b 2 4ac = ( 4) = = 0. Comme = 0, l équation = 0 admet une solution unique dans R : n écrit S = = b 2a = 4 6 = 2 3. n a alors la factorisation suivante : pour tout réel, == Résoudre dans R l équation = 0. C est une équation du type a 2 b c = 0 avec a = 1, b = 3 et c = 4. n ne sait pas la résoudre de façon évidente donc on calcule le discriminant = b 2 4ac = ( 3) = 9 16 = 7. Comme < 0, l équation = 0 n admet pas de solutions dans R. n écrit S =. La factorisation de la fonction polynôme du second degré f définie par f() = est impossible. Remarque : Si elle eiste, la forme factorisée d une fonction f, trinôme du second degré, est très utile pour déterminer les solutions éventuelles de l équation f() = 0, c est-à-dire les abscisses des points d intersection de la parabole P représentant la fonction f et de l ae des abscisses. La proposition précédente indique que cette factorisation est uniquement possible si le discriminant du trinôme est positif. Interprétation y graphique : P 1 y P 2 y P 3 y = y = J I J 2 3 I J y = I > 0 L équation a deu solutions. = 0 L équation a une solution unique. < 0 L équation n a pas de solution.

11 10 III. SIGNE DU TRINÔME DU SECND DEGRÉ III Signe du trinôme du second degré Remarque : Chercher le signe du trinôme a 2 bc, avec a 0, revient graphiquement à chercher la position de la parabole P, d équation y = a 2 b c, par rapport à l ae des abscisses. III.1 Signe de a 2 b c avec a 0 Propriété III-1 : Soit f une fonction polynôme du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. = b 2 4ac est le discriminant du trinôme f. Si > 0, alors le trinôme f() = a 2 b c s annule en deu valeurs distinctes 1 et 2. n suppose que 1 < 2. Alors, f() est du signe opposé à celui de a si et seulement si est compris entre les racines 1 et 2 (c est-à-dire pour ] 1 ; 2 [). Par conséquent, f() est du signe de a si et seulement si ] ; 1 [ ] 2 ; [. Si = 0, alors le trinôme f() = a 2 b c s annule en une seule valeur 0 = b et il a 2a le même signe que a pour tous les nombres réels. Si < 0, alors le trinôme f() = a 2 b c a le même signe que a pour tous les nombres réels. Remarque : n peut retenir cette propriété en disant que a 2 b c est toujours du signe de a sauf entre les deu racines lorsqu il y en a (c est-à-dire lorsque > 0). Démonstration : Soit f une fonction polynôme du second degré définie sur R par f() = a 2 b c avec a 0. Si > 0 alors f() = a( 1 )( 2 ), d après la propriété II-2. Supposons 1 < 2. n construit donc le tableau de signes suivant : 1 2 ( 1 ) 0 ( 2 ) 0 ( 1 )( 2 ) 0 0 a( 1 )( 2 ) signe de a 0 opposé du signe de a 0 signe de a n a donc établi le résultat suivant : f() est du signe opposé à celui de a si et seulement si ] 1 ; 2 [. Par conséquent, f() est du signe de a si et seulement si ] ; 1 [ ] 2 ; [. Si = 0 alors f() = a( 0 ) 2 avec 0 = b, d après la propriété II-2. 2a Le carré ( 0 ) 2 est strictement positif pour tout 0 et il s annule en = 0. Ainsi, f() s annule en une seule valeur 0 = b et f() a le même signe que a pour tous les 2a nombres réels. Si < 0, la factorisation de f() n est pas possible. Utilisons donc la forme canonique du trinôme f vue dans le paragraphe II. n a donc, pour tout réel, f() = a ( α) 2 4a 2. Comme l epression entre crochets est strictement positive, on en déduit que f() a le même signe que a pour tous les nombres réels.

12 Le second degré - Équations et inéquations 11 Eemples : Dresser le tableau de signes de la fonction f définie sur R par f() = f est une fonction polynôme du second degré dont l étude du signe n est pas immédiate. n a déjà résolu l équation f() = 0 à la page 9 et on a montré que le trinôme f() admettait deu racines distinctes : 1 3 et 1 2. La forme factorisée du trinôme f est donc f() = 6( 1 3 )( 1 2 ). Ainsi, comme 6 est strictement positif, le tableau de signes de la fonction f est le suivant : f() 0 0 Graphiquement, ceci illustre que la parabole P 1, représentant la fonction f, est située au-dessus de l ae des abscisses pour les points ayant une abscisse strictement inférieure à 1 3 ou strictement supérieure à 1 2. Aussi, pour les points dont l abscisse est strictement comprise entre 1 3 et 1 2, la parabole P 1 est située en-dessous de l ae des abscisses. Dresser le tableau de signes de la fonction g définie sur R par g() = Nous avons vu à la page 9, que le trinôme g() admettait une seule racine 2 3. Ainsi, sa forme factorisée est g() = 3( 2 3 )2. Par conséquent, le nombre 3 étant positif, le tableau de signes de la fonction g est : 2 3 g() 0 Graphiquement, ceci signifie que la parabole P 2, représentant la fonction g, est située au-dessus de l ae des abscisses, sauf pour le point d abscisse 2 3 qui appartient à cet ae. Dresser le tableau de signes de la fonction h définie sur R par h() = Cette fonction trinôme admet un discriminant strictement négatif. En effet, le calcul effectué à la page 9 donne = 7. Ainsi elle n admet pas de racine et sa factorisation est impossible. Comme le coefficient du terme de degré 2 est égal à 1, on peut affirmer que le tableau de signes de la fonction h est : h() Graphiquement, ceci signifie que la parabole P 3, représentant la fonction h, est toujours située au-dessus de l ae des abscisses. III.2 Application à la résolution des inéquations du second degré Définition III-1 : Soient a, b et c trois nombres réels avec a 0. Une inéquation du second degré à une inconnue est une inéquation qui peut s écrire sous l une des forme suivantes : soit a 2 b c > 0 ; soit a 2 b c 0 ; soit a 2 b c < 0 ; ou soit a 2 b c 0. Pour résoudre une telle inéquation, on étudie le signe du trinôme a 2 b c comme décrit précédemment afin de pouvoir décrire l ensemble des solutions S, c est-à-dire l ensemble des valeurs de pour lesquelles l inégalité est vraie.

13 12 IV. TABLEAU RÉCAPITULATIF IV Eemple : Résoudre dans R l inéquation D après le tableau de signes établi précédemment, on obtient S =] ; 1 3 ] [ 1 2 ; [ Tableau récapitulatif Soit f une fonction polynôme de degré 2 définie sur R par f() = a 2 b c, avec a 0. = b 2 4ac est le discriminant du trinôme f(). Le tableau suivant présente les différentes situations possibles, suivant les valeurs des réels a et : Solutions de l équation f() = 0 : > 0 = 0 < 0 Deu solutions distinctes S = { 1 ; 2 } avec 1 = b 2a et 2 = b 2a. Une solution unique S = { 0 } avec 0 = b 2a. Pas de solution S =. Forme factorisée de f() : f() = a( 1 )( 2 ). f() = a( 0 ) 2. y y P P La factorisation est impossible. y P a > 0 Parabole : J J S 1 I 2 I 0 = b 2a J I S S = b 2a = b 2a = b 2a a < 0 Signe de f() : Parabole : 1 2 f() 0 0 y = b S 2a 0 f() 0 J J I 0 = b 2a 2 I 1 S y = b 2a f() y J I S = b 2a P P P Signe de f() : 2 1 f() f() 0 f()

14 V Eercices Le second degré - Équations et inéquations 13 Eercice 1 : Résoudre une équation du second degré Résoudre dans R les équations suivantes : 1) 3 2 = π; 2) 2 3 = 0; 3) = 0. Eercice 2 : Construire la courbe représentative d une fonction connue Soit f la fonction définie sur R par f() = Construire la représentation graphique de la fonction f dans un repère orthonormé (; I; J). Eercice 3 : Fonctions trinômes et représentations graphiques n a représenté ci-dessous, dans des repères orthogonau, trois courbes C 1, C 2 et C 3 dont les équations respectives sont les suivantes : C 1 : y = ( 2) 2 3; C 2 : y = ; C 3 : y = 4( 1)( 2). y y y Figure a Figue b Figure c 1) Associer chaque courbe à la figure correspondante, en justifiant le raisonnement. 2) Pour chaque graphique, retrouver les graduations du repère en détaillant la démarche. Eercice 4 : Vers la forme canonique du trinôme - Algorithme de Al-Khwarizmi Au début du IX e siècle, le mathématicien perse Muhammad Ibn Musa, surnommé Al-Khwarizmi, propose différents algorithmes de résolution d équations de degré 1 ou 2. Ainsi, il a posé et résolu géométriquement le problème suivant : «Déterminer un nombre tel que le carré et di racines égales trente-neuf unités.» n peut traduire cet énoncé avec notre notation symbolique actuelle de la façon suivante : Résoudre l équation 2 10 = 39. (E1) Pour la résoudre, voici la méthode qu il propose : Étape 1 : n suppose que est positif et on construit un carré de côté de longueur égale à. Étape 2 : n borde ce carré de deu rectangles dont l aire est égale à 10 2 autre dimension.. n obtient ainsi 5 comme Étape 3 : n complète alors la figure pour obtenir un grand carré Étape 1 Étape 2 Étape 3

15 14 V. EXERCICES 1) a) En eprimant l aire de ce grand carré de deu façons différentes, démontrer que 2 10 = ( 5) b) En déduire que l équation (E1) proposée est équivalente à ( 5) 2 = 64. c) Déterminer alors la solution positive de l équation (E1). d) Al-Khwarizmi ne parle pas de l autre solution de cette équation car, pour lui, 64 n a qu une racine carrée : c est 8. Déterminer l autre solution de l équation (E1). 2) Utiliser la méthode de Al-Khwarizmi, eposée précédemment, pour résoudre dans R les équations suivantes : a) 2 12 = 45 ; b) = 0. 3) Dans ce qui précède, on dit que ( 5) 2 64 est la forme canonique de Déterminer la forme canonique de chacune des fonctions suivantes : a) f() = ; b) g() = ; c) h() = Eercice 5 : Déterminer le sens de variations d une fonction trinôme Dresser le tableau de variations de chacune des fonctions suivantes, définies sur R, en détaillant le raisonnement : 1) f() = ; 2) g() = ; 3) h() = Eercice 6 : Démontrer qu une fonction trinôme admet un etremum Soi f la fonction trinôme du second degré définie sur R par f() = Démontrer qu elle admet pour maimum 1 en = 1. Eercice 7 : Utiliser la forme la plus adaptée d une fonction connue Soit f la fonction définie sur R par f() = ( 3) 2 (3 2) 2. 1) a) Déterminer la forme développée et réduite de f(). b) Déterminer une forme factorisée de f(). c) Déterminer la forme canonique de f(). 2) Choisir la forme la plus adaptée de f() pour répondre au questions suivantes : a) Calculer f(0),f( 5 4 ) et f(3 8 ). Déterminer l image de 1 2 par la fonction f. b) Établir le tableau de variations de la fonction f. c) Résoudre l équation f() = 0. d) Déterminer les antécédents éventuels du nombre 5 par la fonction f. e) Établir le tableau de signe de la fonction f.

16 Eercice 8 : Un problème d aire maimale Le second degré - Équations et inéquations 15 n considère un rectangle ABCD dont les dimensions sont AB = 8 et AD = 10. À l intérieur de celui-ci, on construit le carré AMNP où M est le point du segment [AB] et P le point du segment [AD]. n construit enfin les rectangles hachurés MNRB et NQDP où R est le point du segment [BC] et P est le point du segment [AD]. Déterminer la (ou les) position(s) du point M pour laquelle (lesquelles) la somme des aires des rectangles hachurés est maimale. A P D M N Q N B R C Eercice 9 : Résoudre une équation du second degré sans calcul du discriminant Résoudre dans R les équations suivantes : 1) = 0 ; 2) = 0 ; 3) = 0 ; 4) = 0 ; 5) = 0 ; 6) 2 9 = 0. Eercice 10 : Résoudre une équation du second degré avec calcul du discriminant Résoudre dans R les équations suivantes : 1) = 0 ; 2) = 0 ; 3) = 0 ; 4) = 0 ; 5) 2 1 = 0 ; 6) = 0. Eercice 11 : Problème numérique La somme d un nombre réel et de son inverse est égale à 58. Déterminer les valeurs de ces deu nombres. 21 Eercice 12 : Intersections de paraboles n a tracé ci-dessous, dans un repère orthogonal, les deu paraboles P 1 et P 2 d équations respectives y = et y = y P 2 A B 1 0, 5 P 1 n note A et B leurs points d intersection. Déterminer les valeurs eactes de leurs coordonnées.

17 16 V. EXERCICES Eercice 13 : Factoriser un trinôme du second degré Déterminer, lorsque cela est possible, une forme factorisée des fonctions trinômes du second degré suivantes : 1) f() = ; 2) g() = ; 3) h() = Eercice 14 : Énigme Lors d une conférence, chaque participant échange une poignée de mains avec toutes les autres personnes présentes. Finalement, on a noté qu il y avait eu 5151 poignées de mains échangées lors de ce rassemblement. Déterminer le nombre de personnes ayant assisté à cette conférence. Eercice 15 : Dresser le tableau de signes de fonctions connues Dresser le tableau de signes de chacune des fonctions suivantes, définies sur R, en justifiant : 1) f() = ; 2) g() = ; 3) h() = 2 π ; 4) k() = Eercice 16 : Résoudre une inéquation du second degré Résoudre dans R les inéquations suivantes puis vérifier graphiquement à l aide de la calculatrice ou de l ordinateur : 1) < 0; 2) ( 1); 3) < 1 2. Eercice 17 : Algorithme et mise en œuvre sur la calculatrice 1) À l aide du logiciel Algobo, écrire un algorithme qui : a) affiche le message : «n souhaite résoudre l équation a 2 b c = 0, avec a 0.» b) lit les valeurs de a, b et c. c) calcule et affiche la valeur du discriminant. d) affiche le nombre de solutions (s il y en a) et les valeurs de celles-ci. 2) a) Saisir l algorithme précédent sur la calculatrice en le traduisant avec la syntae adaptée au modèle. b) Tester le programme précédent avec les équations suivantes : i) 2 6 = 0 ; ii) = 0 iii) = 0. c) Tester le programme précédent avec les équations suivantes : i) = 0 ; ii) = 0 iii) = 0. Quel inconvénient constate-t-on? La résolution de ces équations avec le logiciel Algobo permet-elle d améliorer les résultats? Connaissez-vous une commande de la calculatrice pour améliorer la résolution de la première équation? Si oui, modifiez le programme en conséquence. Cette instruction donne-t-elle satisfaction pour les deu dernières équations? Epliquez pourquoi? À quoi cela est-il lié? Déterminer, lorsqu elles eistent, les solutions eactes des trois équations précédentes avec le logiciel Xcas. Pourquoi obtient-on les valeurs eactes avec ce logiciel? d) Tester le programme avec les valeurs a = 0, b = 2 et c = 1. Que constate-t-on? Modifier l algorithme puis le programme afin d envisager le cas où le coefficient du terme de degré 2 est nul.

18 Le second degré - Équations et inéquations 17 e) Tester le programme en résolvant l équation 2 ( ) = 0. Les solutions données par la calculatrice sont-elles correctes? Si non, déterminer algébriquement les solutions de l équation et epliquer le phénomène observé. Essayer de résoudre cette même équation avec le logiciel Xcas. Les solutions données par celui-ci sont-elles eactes? Quelle conclusion en tirer? Eercice 18 : Inventer des inéquations du second degré 1) Proposer une inéquation du second degré dont l ensemble des solutions est égal à ] 2; 4[. 2) Proposer une inéquation du second degré ayant pour ensemble de solutions la réunion des intervalles ] ; 3] et [2; [. Eercice 19 : Déterminer une équation d une parabole Dans les deu cas suivants, on donne la parabole représentant une fonction trinôme du second degré f dans un repère orthogonal du plan. Déterminer une équation de la parabole P en justifiant la démarche. y y J I 3 5 P 5 J 3 I 7, 5 1 e cas 2 e cas Eercice 20 : Résolutions graphiques et algébriques d inéquations du second degré n considère les deu fonctions polynômes du second degré f et g définies sur R par : f() = et g() = n représente ci-dessous leurs courbes dans un repère orthonormé : y P C f -1,5 J I C g 1) Résoudre, à l aide d une lecture graphique, chacune des inéquations suivantes : a) f() 0 ; b) g() < 0 ; c) f() g(). 2) Retrouver les ensembles de solutions précédents par le calcul.

19 CHAPITRE 2 GÉMÉTRIE PLANE I Dans l ensemble de ce chapitre, le plan est muni d un repère (; I; J). Colinéarité de deu vecteurs René Descartes Définition I-1 : Deu vecteurs non nuls #» u et #» v sont dits colinéaires lorsqu ils ont la même direction. Autrement dit, deu vecteurs non nuls AB #» et CD #» sont colinéaires si et seulement si les droites (AB) et (CD) sont parallèles. C #» v D #» u A B Remarque : Par convention, le vecteur nul est colinéaire à tout vecteur du plan. Propriété I-1 : Applications de la définition Soient A, B, C et D quatre points deu à deu distincts du plan. Les droites (AB) et (CD) sont parallèles si et seulement si les vecteurs #» AB et #» CD sont colinéaires. D C A B Les points A, B et C sont alignés si et seulement si les vecteurs #» AB et #» AC sont colinéaires. A B C 1. René Descartes est un mathématicien, physicien et philosophe français. Il introduit la géométrie analytique en remarquant que tout point du plan est déterminé par ses distances algébriques au aes de coordonnées. Il est à l origine de la notion d équation d une courbe, relation qui lie les coordonnées des points de celle-ci. Il rationalise également l utilisation des lettres en mathématiques : il choisit celles du début de l alphabet pour les quantités connues et celles de la fin de l alphabet pour les inconnues.

20 Géométrie plane 19 Il est incorrect de dire que deu vecteurs sont «parallèles». n dit que deu vecteurs ont la même direction ou qu ils sont colinéaires. Le mot «parallèle» est réservé pour caractériser la position de deu droites ou de deu segments mais il n est pas utilisé pour les vecteurs. Propriété I-2 : Deu vecteurs non nuls #» u et #» v sont colinéaires si et seulement si il eiste un nombre réel k non nul tel que #» v = k #» u. Remarque : Dans l égalité #» v = k #» u, le réel k s appelle le coefficient de colinéarité. Eemple : Les vecteurs #» u( 5; 3) et #» v (15; 9) sont colinéaires car #» v = 3 #» u. Propriété I-3 : Condition de colinéarité de deu vecteurs Les vecteurs #» u(; y) et #» v ( ; y ) sont colinéaires si et seulement si leurs coordonnées sont proportionnelles. Autrement dit, les vecteurs #» u(; y) et #» v ( ; y ) sont colinéaires si et seulement si y y = 0. Eemples : Les vecteurs #» u(2; 5) et #» v ( 8; 20) sont colinéaires. En effet, le tableau de proportionnalité car (2 20) ( 5) ( 8) = Les vecteurs #» u( 3; 4) et #» v (5; 2) ne sont pas colinéaires. En effet, le tableau un tableau de proportionnalité car ( 3) 2 (4 5) = 26 et est un tableau n est pas Démonstration : Démontrons que les vecteurs #» u(; y) et #» v ( ; y ) sont colinéaires si et seulement si y y = 0. Dans le cas où #» u (ou #» v ) est le vecteur nul, le résultat est immédiat. Supposons donc que les vecteurs #» u et #» v sont tous les deu non nuls. Les vecteurs #» u et #» v sont colinéaires : si et seulement si il eiste un nombre réel k non nul tel que #» v = k #» u ; si et seulement si il eiste un nombre k non nul tel que = k et y = ky ; si et seulement si les coordonnées (; y) de #» u et ( ; y ) de #» v sont proportionnelles ; si et seulement si le tableau y y est un tableau de proportionnalité ; si et seulement si les «produits en croi» y et y sont égau ; si et seulement si y y = 0. II II.1 Équations d une droite Vecteur directeur d une droite Définition II-1 : Soit D une droite du plan. n appelle vecteur directeur de la droite D tout vecteur non nul #» u ayant la même direction que la droite D. #» u D

21 20 II. ÉQUATINS D UNE DRITE Remarques : Pour une droite D donnée, il eiste une infinité de vecteurs directeurs. Le choi de deu points distincts A et B sur la droite D définit un vecteur directeur de cette droite : le vecteur AB. #» B A D #» AB Tout vecteur non nul colinéaire au vecteur AB #» est aussi un vecteur directeur de la droite D. 2 #» AB B A #» AB D #» AB Ainsi, les vecteurs #» AB ou 2 #» AB tracés ci-dessus sont aussi des vecteurs directeurs de la droite D. n peut ainsi définir une droite D par la donnée d un point et d un vecteur directeur. En effet, toute droite passant par un point A fié et ayant la même direction que celle d un vecteur #» u non nul donné est l ensemble des points M du plan tels que les vecteurs AM #» et #» u aient la même direction. n a donc la définition suivante : Définition II-2 : Soient A un point et #» u un vecteur non nul. L ensemble des points M du plan tels que les vecteurs AM #» et #» u sont colinéaires est la droite D passant par le point A et dont #» u est un vecteur directeur. A #» u M D Propriété II-1 : Soient D et D deu droites de vecteurs directeurs respectifs #» u et #» v. Les droites D et D sont parallèles si et seulement si les vecteurs #» u et #» v sont colinéaires. Propriété II-2 : Soit D la droite d équation réduite y = m p où m et p sont deu nombres réels. Alors #» u(1; m) est un vecteur directeur de D. y D : y = m p #» u m J p I 1

22 Géométrie plane 21 Démonstration : Soit D la droite d équation réduite y = m p. Les points A(0; p) et B(1; m p) sont deu points distincts appartenant à cette droite. Donc le vecteur #» u = AB #» est un vecteur directeur de cette même droite r, les coordonnées de AB #» sont (1 0; m p p). Ainsi #» u(1; m) est un vecteur directeur de D. II.2 Équations cartésiennes d une droite Propriété II-3 : Toute droite D du plan admet une équation de la forme a by c = 0 où a, b et c sont trois nombres réels avec a et b non nuls simultanément. Le vecteur #» u( b; a) est un vecteur directeur de cette droite D. Démonstration : Soit D une droite du plan. Comme nous l avons vu à la définition II-2, cette droite D peut être définie par la donnée d un de ses points A( 0 ; y 0 ) et d un vecteur directeur #» u(α; β). Ainsi, un point M(; y) appartient à la droite D si et seulement si les vecteurs AM #» et #» u sont colinéaires. r, AM( #» 0 ; y y 0 ) et #» u(α; β). Donc, d après la condition de colinéarité, M(; y) D si et seulement si β( 0 ) α(y y 0 ) = 0. En développant, on obtient : M(; y) D si et seulement si β αy β 0 αy 0 = 0. Cette équation peut aussi s écrire a by c = 0, en posant a = β, b = α et c = β 0 αy 0 n remarque que les réels a et b ne peuvent pas être nuls simultanément puisque le vecteur directeur #» u de D n est pas le vecteur nul. De plus, comme α = b et β = a, le vecteur #» u( b; a) est un vecteur directeur de D. Propriété II-4 : Réciproque Soient a, b et c trois nombres réels avec a et b non nuls simultanément. L ensemble des points M(; y) du plan dont les coordonnées vérifient la relation a by c = 0 est une droite de vecteur directeur #» u( b; a). Démonstration : Soient a, b et c trois nombres réels avec (a; b) (0; 0). Notons E l ensemble des points M(; y) du plan dont les coordonnées vérifient l équation a by c = 0. Cette équation peut aussi s écrire sous la forme by = a c. Démontrons que l ensemble E contient au moins un point A( 0 ; y 0 ) que l on va préciser. avec 0 un nombre réel quelconque. Si b 0 alors on peut choisir A 0 ; a 0 c b Si b = 0 alors, comme a 0, on peut choisir A c a ; y 0 avec y 0 un nombre réel quelconque. Dans tous les cas, il eiste bien un point A( 0 ; y 0 ) appartenant à l ensemble E, dont les coordonnées vérifient a 0 by 0 c = 0. Ainsi, M(; y) E si et seulement si a by c = 0. M(; y) E si et seulement si a by c = a 0 by 0 c. M(; y) E si et seulement si a( 0 ) b(y y 0 ) = 0. r le vecteur AM #» a pour coordonnées ( 0 ; y y 0 ). Donc M(; y) E si et seulement si AM( #» 0 ; y y 0 ) et #» u( b; a) sont colinéaires. D après la définition II-2, E est la droite passant par le point A( 0 ; y 0 ) et ayant pour vecteur directeur le vecteur #» u( b; a).

23 22 II. ÉQUATINS D UNE DRITE Eemple : Soit E l ensemble des points M(; y) du plan dont les coordonnées vérifient la relation 2 4y 5 = 0. E est une droite de vecteur directeur #» u( 4; 2). Les vecteurs #» v (4; 2) et w(2; #» 1) sont aussi des vecteurs directeurs de la droite E puisqu ils sont colinéaires au vecteur #» u. En effet, #» v = #» u et w #» = 1 #» u. 2 II.3 Définition II-3 : Soient a, b et c trois nombres réels tels que (a; b) (0; 0). Une équation d une droite D du plan de la forme a by c = 0 est appelée une équation cartésienne de la droite D. Remarque : Une droite admet une infinité d équations cartésiennes. En effet, considérons la droite E précédente dont une équation cartésienne est 2 4y 5 = 0. Elle admet aussi pour équation cartésienne 2y 2, 5 = 0. En fait, toute équation obtenue en multipliant une équation cartésienne d une droite par un nombre réel non nul constitue une autre équation cartésienne de cette même droite. Équations cartésiennes et équations réduites La notion d équation cartésienne d une droite vue en Première permet de regrouper en une seule les deu types d équations de droites vues en Seconde : les droites non parallèles à l ae des ordonnées ayant une équation réduite de la forme y = mp ; les droites parallèles à l ae des ordonnées ayant une équation de la forme = k. n eamine les liens entre ces deu notions dans le tableau suivant : Équation cartésienne Équation réduite (vue en Seconde) Représentation graphique Cas où b = 0 et a 0 a 0 c = 0 donc = c a = constante y J I = k Droite parallèle à l ae des ordonnées Ne représente pas une fonction Cas où a = 0 et b 0 0 by c = 0 donc y = c b y = constante y J I y = k Droite parallèle à l ae des abscisses Cas où a 0 et Cas où a 0 et b 0 et c = 0 b 0 et c 0 a by c = 0 a by 0 = 0 donc y = a b donc y = m, m est le coefficient directeur. y J I y = m Droite passant par l origine et non parallèle au aes y = a b c b y = m p, m est le coefficient directeur et p est l ordonnée à l origine. y J y = m p I Autre type de droite Représentations graphiques d une fonction affine

24 II.4 Géométrie plane 23 Équations cartésiennes et parallélisme Propriété II-5 : Soient D et D deu droites d équations cartésiennes respectives abyc = 0 et a b yc = 0 avec (a; b) (0; 0) et (a ; b ) (0; 0). Les droites D et D sont parallèles si et seulement si ab a b = 0. Démonstration : D après la propriété II-3, un vecteur directeur de D est #» u( b; a) et un vecteur directeur de D est #» u ( b ; a ). Ainsi D et D sont parallèles si et seulement si #» u et u #» sont colinéaires. D et D sont parallèles si et seulement si ba a( b ) = 0. Donc D et D sont parallèles si et seulement si ab a b = 0. Remarque : Lorsque les droites D et D ont pour équations réduites respectives y = m p et y = m p, la condition de parallélisme de ces deu droites se simplifie en l égalité de leurs coefficients directeurs (m = m ). III Décomposition d un vecteur Propriété III-1 : Soient A, B et C trois points non alignés du plan. Pour tout point M du plan, il eiste un unique couple de nombres réels (; y) tels que #» AM = AB #» y AC. #» n dit que (A; AB; #» AC) #» constitue un repère du plan et que (; y) est le couple de coordonnées du point M (ou aussi du vecteur AM) #» dans ce repère. Eemple : C I G B A Soit ABC un triangle non aplati où I désigne le milieu du segment [BC] et G le centre de gravité de ce triangle. Comme les points A, B et C ne sont pas alignés, (A; AB; #» AC) #» constitue un repère du plan. n va établir les égalités suivantes : AI #» = 1 #» AB 1 #» AC et AG #» = 1 #» AB 1 #» AC Autrement dit, les coordonnées des points I et G dans le repère (A; AB; #» AC) #» sont : I 1 2 ; 1 2 et G 1 3 ; 1 3. En effet, à l aide de la relation de Chasles, on a : AB #» AC #» = AI #» IB #» AI #» IC #» = 2 AI #» IB #» IC. #» r, I est le milieu du segment [BC] donc IB #» IC #» = #» 0. Ainsi AB #» AC #» = 2 AI #» et, par conséquent, AI #» = 1 #» AB 1 #» AC. 2 2 Dans le repère (A; AB; #» AC), #» les coordonnées du point I sont donc I 1 2 ; 1 2.

25 24 III. DÉCMPSITIN D UN VECTEUR En outre, on sait que le centre de gravité G d un triangle (point d intersection des médianes) est situé au deu tiers des médianes en partant de chaque sommet. Autrement dit, on a AG #» = 2 #» AI. 3 Par suite, par ce qui précède, AG #» = #» AB 1 #» AC = 1 #» AB 1 #» AC Dans le repère (A; AB; #» AC), #» les coordonnées du point G sont donc G 1 3 ; 1 3. Démonstration : Eistence de la décomposition : Q M C A B P Soient A, B et C trois points non alignés du plan. Soit M un point quelconque du plan. Notons P le point d intersection de la parallèle à la droite (AC) passant par le point M et de la droite (AB). n note aussi Q le point d intersection de la parallèle à la droite (AB) passant par le point M et de la droite (AC). Ainsi APMQ est un parallélogramme donc, d après la règle du parallélogramme, AM #» = AP #» AQ. #» Les points A, B et P sont alignés donc les vecteurs AB #» et AP #» sont colinéaires. Ainsi, il eiste un nombre réel tel que AP #» = AB. #» De même, les vecteurs AC #» et AQ #» sont colinéaires. Ainsi, il eiste un nombre réel y tel que #» AQ = y AC. #» Par conséquent, AM #» = AP #» AQ #» = AB #» y AC. #» Donc, il eiste un couple de nombres réels (; y) tels que AM #» = AB #» y AC. #» Unicité de la décomposition : Supposons qu il eiste deu couples (; y) et ( ; y ) tels que AM #» = AB #» y AC #» = AB #» y AC. #» Alors, AB #» AB #» = y AC #» y AC, #» c est-à-dire ( ) AB #» = (y y) AC. #» r les points A, B et C ne sont pas alignés donc les vecteurs AB #» et AC #» ne sont pas colinéaires. La seule possibilité est donc que = 0 et y y = 0. Donc = et y = y, ce qui prouve l unicité de la décomposition. Propriété III-2 : Soient #» u et #» v deu vecteurs non colinéaires du plan. Pour tout vecteur #» w, il eiste un unique couple de nombres réels (; y) tels que #» w = #» u y #» v. Le couple (; y) est appelé le couple de coordonnées du vecteur #» w dans la base ( #» u; #» v ). Démonstration : Soit A un point du plan et les points B, C et M tels que AB #» = #» u, AC #» = #» v et AM #» = w. #» n applique alors la propriété III-1 à ces quatre points et on admet que le couple (; y) ne dépend pas du point A choisi.

26 IV Eercices Eercice 1 : Reconnaître des vecteurs colinéaires Le plan est muni d un repère (; I; J). Géométrie plane 25 Dans chacun des cas suivants, déterminer si les vecteurs #» u et #» v sont colinéaires. Dans l affirmative, préciser le nombre réel k tel que #» v = k #» u : 1) #» u 2 33 ; 7 22 et #» v 10 7 ; 15 4 ; 2) #» u(5 6; 75) et #» v (2; 2) ; 3) #» u(3 22 ; ) et #» v (3 71 ; 9 12 ). Eercice 2 : Savoir utiliser la colinéarité Dans un repère (; I; J) du plan, on considère les points suivants : A(10; 40), B(50; 45), C(55; 46), D( 25; 36) et E( 10; a) où a est un nombre réel. 1) Déterminer si les points A, B et C sont alignés. Justifier la réponse. 2) Déterminer si le quadrilatère ABCD est un trapèze. Justifier la réponse. 3) Calculer les coordonnées du point E tel que ABCE soit un trapèze. Eercice 3 : Démontrer l alignement de points ABC désigne un triangle. 1) Construire le point D tel que AD #» = 3 AB #» 2 AC. #» 2) Eprimer le vecteurs BC #» en fonction des vecteurs AB #» et AC. #» 3) Eprimer le vecteur BD #» en fonction des vecteurs AB #» et AC. #» 4) En déduire l alignement des points B, C et D. Eercice 4 : Démontrer la nature d un quadrilatère ABC désigne un triangle. 1) Construire le point M tel que AM #» = 1 #» AB 5 #» AC ) Construire le point N tel que AN #» = 2 AB #» AC. #» 3) Eprimer le vecteurs MN #» en fonction des vecteurs AB #» et AC. #» 4) En déduire la nature du quadrilatère BCMN. Eercice 5 : Vecteur directeur et alignement Le plan est muni d un repère (; I; J). n considère les points A(4; 0), B(2; 3), C(2; 1) et E 3; 7 2. Soit #» u le vecteur dont les coordonnées sont #» u(3; 5). 1) a) Tracer la droite (AC). b) Tracer la droite D passant par le point B et ayant #» u comme vecteur directeur. 2) Déterminer si le point E appartient à la droite (AC). Justifier la réponse. 3) Démontrer que le point A n appartient pas à la droite D.

27 26 IV. EXERCICES Eercice 6 : Vecteurs directeurs d une droite Le plan est muni d un repère (; I; J). 1) a) Tracer la droite D passant par le point A(0; 4) et de vecteur directeur #» u(1; 2). b) Déterminer l équation réduite de la droite D. 2) Dans chacun des cas suivants, déterminer le coefficient directeur d une droite dont un vecteur directeur est le vecteur #» v dont les coordonnées sont : a) #» v ( 2; 4) ; b) #» v (3; 7) ; c) #» v 1 4 ; 2. 3) La droite D a pour équation y = a) Préciser un vecteur directeur de la droite D. b) En déduire un vecteur directeur de la droite D dont les coordonnées sont des nombres entiers. c) Tracer la droite D. Eercice 7 : Déterminer une équation cartésienne d une droite Le plan est muni d un repère (; I; J). n considère les points A( 1; 1), B(2; 3), C(3; 5), E( 2; 0, 3) et F ; 2. 2 Soit #» u le vecteur défini par #» u(3; 2). 1) a) Déterminer une équation cartésienne de la droite D 1 passant par le point A et ayant le vecteur #» u comme vecteur directeur. b) Déterminer si les points E et F appartiennent à la droite D 1. Justifier la réponse. 2) Déterminer une équation cartésienne de la droite (BC). 3) Déterminer une équation cartésienne de la droite D 2 parallèle à l ae des ordonnées et passant par le point E. Eercice 8 : Tracer une droite dont on connaît une équation cartésienne Le plan est muni d un repère (; I; J). 1) n considère la droite D 1 dont une équation cartésienne est 3 2y 6 = 0. a) Déterminer un vecteur directeur #» u de cette droite. b) Tracer la droite D 1 en justifiant. 2) Construire la droite D 2 dont une équation cartésienne est 2 5 = 0. Justifier la construction. 3) Déterminer les coordonnées du point D, point d intersection des droites D 1 et D 2, après avoir justifié son eistence. Eercice 9 : Droites et parallélisme Le plan est muni d un repère (; I; J). n considère la droite D 1 dont une équation cartésienne est 3 y 12 = 0. Soit A le point défini par A(5; 1). D 2 est la droite dont l équation réduite est y = ) Déterminer une équation cartésienne de la droite D 3 passant par le point A et parallèle à la droite D 1. 2) Déterminer si les droites D 3 et D 2 sont parallèles en justifiant le raisonnement. Eercice 10 : Reconnaître des droites parallèles ou sécantes Dans le plan rapporté à un repère (; I; J), on considère trois droites dont des équations cartésiennes sont les suivantes : D 1 : y 3 = 0; D 2 : 4 5y 6 = 0; D 3 : 5 2y 3 = 0. Déterminer la position relative de ces trois droites en justifiant les réponses.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année. MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ Ce polcopié conforme au programme 00, regroupe les documents distribués au élèves en cours d année. Année 0-0 Année 0-0 T le ES A. YALLOUZ (MATH@ES) TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Chapitre 1 Second degré. Table des matières. Chapitre 1 Second degré TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 1 Second degré. Table des matières. Chapitre 1 Second degré TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 1 Second degré TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 1 Second degré Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS . Qu'est-ce qu'une fonction? Vocabulaire GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS Définition Notion de fonction À chaque fois que l'on associe à une quantité une (autre) quantité, on dit que que l'on définit une

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

Secondes Devoir commun de mathématiques n 1

Secondes Devoir commun de mathématiques n 1 Classe : Secondes Devoir commun de mathématiques n 1 Janvier 2014 Sujet : A Durée : 2 heures -Calculatrice autorisée Nom : Prénom : Note : Eercice 1 (sur 9 points) y 4 3 2 On donne la représentation graphique

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009 Second degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 008/009 Table des matières 1 Polynômes du second degré 1.1 Définition................................................. 1. Forme canonique.............................................

Plus en détail

Les paraboles. x ax 2 + bx + c.

Les paraboles. x ax 2 + bx + c. 1ES Résumé du cours sur le second degré. Les paraboles. On appelle fonction du second degré une fonction de la forme x ax 2 + bx + c. Bien sûr a doit être différent de 0 sinon ce n est pas une fonction

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

TRAVAIL PRATIQUE. 2x + 1. x + 1

TRAVAIL PRATIQUE. 2x + 1. x + 1 A - Polynômes et factorisation Résultats d apprentissage générau C COMMUNICATION RP RÉSOLUTION DE PROBLÈMES L LIENS R RAISONNEMENT E ESTIMATION ET CALCUL MENTAL T TECHNOLOGIE V VISUALISATION généraliser

Plus en détail

Dérivées et applications. Equation

Dérivées et applications. Equation Dérivées et applications. Equation I) Dérivée d une fonction strictement monotone 1) Exemples graphiques Soit une fonction dérivable sur un intervalle I. Pour tout I, (x) est le coefficient directeur de

Plus en détail

Séquence 2. Fonctions numériques Continuité. Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Étude de fonctions (révisions 1 re ES)

Séquence 2. Fonctions numériques Continuité. Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Étude de fonctions (révisions 1 re ES) Séquence Fonctions numériques Continuité Objectifs de la séquence Revoir les fonctions dérivables et découvrir les fonctions continues. Étudier le sens de variation d une fonction pour résoudre un problème

Plus en détail

Séquence 3. 1 ère partie : 2 e partie : Second degré. Probabilités (1) Séquence 3 MA12. Cned - Académie en ligne

Séquence 3. 1 ère partie : 2 e partie : Second degré. Probabilités (1) Séquence 3 MA12. Cned - Académie en ligne Séquence 3 1 ère partie : Second degré e partie : Probabilités (1) Séquence 3 MA1 1 1 ère partie Second degré Sommaire 1. Pré-requis. Forme canonique, étude d une fonction du second degré 3. Équation du

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S. Savoir-Faire par chapitre avec corrigé

Cours de mathématiques pour la Terminale S. Savoir-Faire par chapitre avec corrigé Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre avec corrigé Florent Girod Année scolaire 205 / 206. Eternat Notre Dame - Grenoble Table des matières I Savoir-Faire 2 ) Suites numériques.................................

Plus en détail

COURS : FONCTIONS LINÉAIRES & AFFINES

COURS : FONCTIONS LINÉAIRES & AFFINES CHAPITRE CURS : FNCTINS LINÉAIRES & AFFINES Etrait du programme de la classe de troisième : CNTENU CMPÉTENCES EXIGIBLES CMMENTAIRES Fonction linéaire. Connaître la notation a, pour une valeur numérique

Plus en détail

Synthèse d analyse Avril 2011

Synthèse d analyse Avril 2011 Snthèse d analse Avril 20 Cette snthèse d analse a été rédigée suite à une suggestion de M le Professeur E Delhez Elle est destinée à aider les étudiants à préparer l eamen d admission au études d ingénieur

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

7 FONCTIONS USUELLES. 1 Parité d une fonction. 2 Fonctions affines

7 FONCTIONS USUELLES. 1 Parité d une fonction. 2 Fonctions affines Cours 7 FONCTIONS USUELLES Parité d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un ensemble D. On dit que f est paire si : { D est symétrique par rapport à 0 Pour tout x D, f ( x) = f (x) On

Plus en détail

2 nde CORRIGE : DEVOIR COMMUN DE

2 nde CORRIGE : DEVOIR COMMUN DE 2 nde CORRIGE : DEVOIR COMMUN DE MATHEMATIQUES Exercice 1 : (4 points) 1. Compléter le tableau à double entrée ci-dessous. Elèves vaccinés Elèves non vaccinés Total Elèves ayant eu la grippe 14 133 147

Plus en détail

119 exercices de mathématiques pour 1 re S

119 exercices de mathématiques pour 1 re S mai 06 9 exercices de mathématiques pour re S Stéphane PASQUET Sommaire Disponible sur http: // www. mathweb. fr mai 06 I Le second degré.................................. I. Calcul de discriminant et

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

C(x) = 5 9. et h = 160

C(x) = 5 9. et h = 160 Chapitre Fonctions affines. Définition Définition. La fonction définie par f : R R = m+h où m et h sont des nombres réels, est appelée fonction affine. Eemple La fonction C() qui permet de convertir des

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière PRO 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde PRO partie première PRO partie terminale PRO Sommaire

Plus en détail

Pour tout nombre réel x, la valeur absolue de x est égale à la distance de ce nombre à 0. Elle est notée x. x si x 0. x =

Pour tout nombre réel x, la valeur absolue de x est égale à la distance de ce nombre à 0. Elle est notée x. x si x 0. x = 3 septembre 4 FONCTIONS ASSOCIÉES re STID I VALEUR ABSOLUE FONCTION VALEUR ABSOLUE VALEUR ABSOLUE D UN NOMBRE Pour tout nombre réel, la valeur absolue de est égale à la distance de ce nombre à. Elle est

Plus en détail

L ensemble de définition de la fonction inverse est l ensemble des réels non nuls notér, c est la réunion de deux intervalles ] ;0[ ]0;+ [

L ensemble de définition de la fonction inverse est l ensemble des réels non nuls notér, c est la réunion de deux intervalles ] ;0[ ]0;+ [ I FONCTION INVERSE DÉFINITION La fonction inverse est la fonction définie pour tout réel 0 par f()= ENSEMBLE DE DÉFINITION L ensemble de définition de la fonction inverse est l ensemble des réels non nuls

Plus en détail

Chapitre 5 : Fonctions de Référence

Chapitre 5 : Fonctions de Référence Cours de de Chapitre 5 : Fonctions de Référence Dans ce chapitre nous allons étudier types de fonctions : les fonctions affines (déjà vu en ème), les fonctions polynôme de degré (dont la fonction carré)

Plus en détail

MATHÉMATIQUES PROGRAMMES DE. 1 ère & 2 ème Années secondaires

MATHÉMATIQUES PROGRAMMES DE. 1 ère & 2 ème Années secondaires RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DIRECTION GENERALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE ------------------------------ DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Fonctions Affines Problèmes du premier degré

Fonctions Affines Problèmes du premier degré Fonctions Affines Problèmes du premier degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Fonctions Affines 2 1.1 Définition Représentation graphique.................................

Plus en détail

f (x 2 ) f (x 1 ) x 2 x 1 = a = ax 2+ b ax 1 b x 2 x 1 x 2 x 1 Soit a= 1 5 3+6 = 2 3

f (x 2 ) f (x 1 ) x 2 x 1 = a = ax 2+ b ax 1 b x 2 x 1 x 2 x 1 Soit a= 1 5 3+6 = 2 3 I FONCTION AFFINE ÉFINITION Soit a et b deu réels. La fonction f définie sur R par f() = a + b est une fonction affine. EXEMPLES La fonction f définie surrpar f()= 2 3 est une fonction affine avec a= 2

Plus en détail

(a) Déterminer la probabilité que le chocolat choisi soit blanc et garni de praliné.

(a) Déterminer la probabilité que le chocolat choisi soit blanc et garni de praliné. Eercice / 5 points Une boîte de chocolats contient 50 % de chocolats au lait, 30 % de chocolats noirs et 0 % de chocolats blancs. Tous les chocolats de la boîte sont de même forme et d emballage identique.

Plus en détail

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes.

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes. www.mathsenligne.com 2N3 - FONCTION CARRE ET SECOND DEGRE COURS (1/6) CONTENUS CAPACITES ATTENDUES COMMENTAIRES Expressions algébriques Transformations d expressions algébriques en vue d une résolution

Plus en détail

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles ENIHP1 mathématiques continuité et dérivabilité p 1/10 Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles Le cours sera illustré à l'aide du logiciel de calcul formel gratuit Maima. Les commandes

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Mathématiques en Seconde. David ROBERT

Mathématiques en Seconde. David ROBERT Mathématiques en Seconde David ROERT 2011 2012 Sommaire 1 Translation Vecteurs 1 1.1 Translation......................................................... 1 1.1.1 Définition.....................................................

Plus en détail

Mathématiques Contrôle commun de Seconde Mardi 01 mars 2011 Durée de l épreuve : 2 heures

Mathématiques Contrôle commun de Seconde Mardi 01 mars 2011 Durée de l épreuve : 2 heures Mathématiques Contrôle commun de Seconde Mardi 01 mars 011 Durée de l épreuve : heures L usage de la calculatrice est autorisé. Aucun prêt de matériel n est toléré. La qualité de la rédaction et le soin

Plus en détail

Mathématiques en Première S. David ROBERT

Mathématiques en Première S. David ROBERT Mathématiques en Première S David ROBERT 007 008 Sommaire Progression 1 Devoir maison n 1 : Lieux de points 3 1 Généralités sur les fonctions 5 1.1 Activités..........................................................

Plus en détail

Chapitre 1. Rappels sur les fonctions Continuité. 1.1 Rappels sur les fonctions. Sommaire. 1.1.1 Fonctions de référence. 1.1.

Chapitre 1. Rappels sur les fonctions Continuité. 1.1 Rappels sur les fonctions. Sommaire. 1.1.1 Fonctions de référence. 1.1. Chapitre 1 Rappels sur les fonctions Continuité Sommaire 1.1 Rappels sur les fonctions.... 1 1.1.1 Fonctions de référence.... 1 1.1. Fonction trinôme....... 1 1. Continuité............. 4 1..1 Activités............

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Fonctions affines Exercices corrigés

Fonctions affines Exercices corrigés Fonctions affines Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : antécédent, image, résolution d équation, représentation graphique d une fonction affine (coefficient directeur et ordonnée

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont

Plus en détail

RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES

RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES ENSEMBLES DE NOMBRES ENSEMBLES,,,ET: On rappelle que : désigne l ensembleprivé de 0 idem pour, et, + désigne l ensemble des réels positifs ou nuls et l ensemble des

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Second degré Forme canonique d un trinôme Exercices corrigés

Second degré Forme canonique d un trinôme Exercices corrigés Second degré Forme canonique d un trinôme Exercices corrigés Objectifs abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : reconnaître une forme canonique Exercice 2 :

Plus en détail

4. Géométrie analytique du plan

4. Géométrie analytique du plan GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE DU PLAN 35 4. Géométrie analytique du plan 4.1. Un peu d'histoire René Descartes (La Haye en Touraine, 31/3/1596 - Stockholm, 11/2/1650) La géométrie analytique est une approche de

Plus en détail

2 nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 2013. Lectures graphiques (9 points) Les 2 parties sont indépendantes Partie A

2 nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 2013. Lectures graphiques (9 points) Les 2 parties sont indépendantes Partie A nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 013 Lectures graphiques (9 points) Les parties sont indépendantes Partie A Tous les clients d un petit restaurant ont opté pour la formule

Plus en détail

Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 2016

Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 2016 Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 0 A. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats points Partie A Une boite contient 00 médailles souvenir dont 50 sont argentées, les autres dorées.

Plus en détail

Chapitre 01 - Fonctions, degrés 0, 1 et 2

Chapitre 01 - Fonctions, degrés 0, 1 et 2 Chapitre 0 - Fonctions, degrés 0, et Représentation graphique de fonctions polynomiales Problème Colin et Estelle jouent avec les nombres de l'ensemble ; ; ; ; 6 ; 7 ; 8 ; 9}. Colin commence en écrivant

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

TRINÔME DU SECOND DEGRÉ

TRINÔME DU SECOND DEGRÉ TRINÔME DU SECOND DEGRÉ Définition On appelle fonction trinôme du second degré, toute fonction f définie sur IR qui, à x associe f(x) = ax 2 + bx + c, a, b et c étant trois réels avec a 0. Exemple Les

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

1 Introduction. 2 Fonctions linéaires, fonctions affines. 2.1 Définitions. Fonctions linéaires et fonctions affines Cours. Objectifs du chapitre

1 Introduction. 2 Fonctions linéaires, fonctions affines. 2.1 Définitions. Fonctions linéaires et fonctions affines Cours. Objectifs du chapitre Fonctions linéaires et fonctions affines Cours Objectifs du chapitre Connaitre le sens de variation d une fonction affine. Connaitre le signe d une fonction affine. 1 Introduction Activité 2 Fonctions

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Exercice 1 Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x

Exercice 1 Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x Exercice Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x A B E F H G D Le fond de la boîte est le rectangle EFGH. La feuille est au format A4, donc

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 004 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Section : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L'usage des calculatrices de poche est autorisé (conformément au directives

Plus en détail

C k A C. x 5 4 + Signe de f (x) + 0 0 + x 4 2 2 + Variations

C k A C. x 5 4 + Signe de f (x) + 0 0 + x 4 2 2 + Variations nde Eléments de correction du DNS 1 Lectures graphiques Soient f et g deux fonctions définies sur IR. Leurs représentations graphiques, notées respectivement C f et C g, sont tracées dans le repère ci-dessous.

Plus en détail

Mathématiques en Terminale STG. David ROBERT

Mathématiques en Terminale STG. David ROBERT Mathématiques en Terminale STG David ROBERT 2008 2009 Sommaire 1 Optimisation à deux variables 1 1.1 Équations de droites................................................... 1 1.1.1 Activités......................................................

Plus en détail

ENTRÉE EN TS. Exercice 1 Second degré - les aspects élémentaires.

ENTRÉE EN TS. Exercice 1 Second degré - les aspects élémentaires. 1 ENTREE EN CLASSE DE TERMINALE S. FEUILLE D EXERCICES 2015 1. Pour qui est ce document. Ce document est destiné à tous les élèves entrant en Terminale S, quelle qu ait été leur moyenne dans la discipline

Plus en détail

2. Si x désigne le prix d un article, exprimer en fonction de x le prix de cet article après une baisse de 20%.

2. Si x désigne le prix d un article, exprimer en fonction de x le prix de cet article après une baisse de 20%. 3 ème REVISIONS BREVET EXERCICE 1 : Soit P = (x 2) (2x + 1) (2x + 1)² 1. Développer et réduire P. 2. Factoriser P. 3. Résoudre l équation (2x + 1) (x + 3) = 0 4. Pour x = 3, écrire P sous forme fractionnaire.

Plus en détail

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3.

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3. Mathématiques Devoirs de Vacances MPSI/PCSI août 5 Partie I : Manipulation d inégalités Eercice Soit m un réel Déterminer l'ensemble E des réels tels que e + e l'ensemble E des réels tels que (m + + m

Plus en détail

Séquence 7. 1 ère partie : 2 e partie : Problèmes. Produit scalaire (2) : applications. Séquence 7 MA12. Cned - Académie en ligne

Séquence 7. 1 ère partie : 2 e partie : Problèmes. Produit scalaire (2) : applications. Séquence 7 MA12. Cned - Académie en ligne Séquence 7 1 ère partie : Produit scalaire () : applications e partie : Problèmes Séquence 7 MA1 1 1ère partie Produit scalaire () : applications Sommaire 1/ Pré-requis Calculs de distances, d angles 3

Plus en détail

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Intervention du Professeur de mathématiques. Effectif de la classe : 34 élèves. Intervention : quinze heures en alternance avec le cours de Philosophie.

Plus en détail

p. 1 Commun à tous les candidats. Les parties A et B sont indépendantes Partie A.

p. 1 Commun à tous les candidats. Les parties A et B sont indépendantes Partie A. Eercice 1 Commun à tous les candidats Les parties et B sont indépendantes Partie Un site de jeu vidéo en ligne possédait, en 21, milliers d abonnés dans le monde Un administrateur remarque que, chaque

Plus en détail

Baccalauréat S Centres étrangers 12 juin 2014

Baccalauréat S Centres étrangers 12 juin 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Centres étrangers juin 04 A. P. M. E. P. Dans l ensemble du sujet, et pour chaque question, toute trace de recherche même incomplète, ou d initiative même non fructueuse,

Plus en détail

Contrôle commun : 4 heures

Contrôle commun : 4 heures Exercice 1 (5 points) Contrôle commun : 4 heures PARTIE A On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f(x) = ln x + x. 1. Déterminer les limites de la fonction f en 0 et en +.. Étudier

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat ES Asie 19 juin 2014

Corrigé du baccalauréat ES Asie 19 juin 2014 Corrigé du baccalauréat ES Asie 9 juin 4 EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats Proposition : fausse f (4) est le coefficient directeur de la tangente à la courbe au point C ; cette droite passe

Plus en détail

Fonctions à deux variables

Fonctions à deux variables Fonctions à deux variables ECE Lcée Carnot 5 janvier Aspect graphique Définition. Une fonction à deux variables est une application f : D R, où D est une sous-ensemble du plan R appelé domaine de définition

Plus en détail

Généralités sur les fonctions ( En seconde )

Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Dernière mise à jour : Dimanche 31 Octobre 2010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2010-2011) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document

Plus en détail

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve...

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve... Sommaire Descriptif de l épreuve............................................. Conseils pour l épreuve............................................ Les pourcentages FICHES Pages 1 Pourcentage Proportions....................................7

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Institution Stanislas Brevet Blanc de Mathématiques Mai 2010 1

Institution Stanislas Brevet Blanc de Mathématiques Mai 2010 1 BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES Mai 2010 La calculatrice est autorisée. Le soin et la qualité de la rédaction seront pris en compte dans la notation. N candidat : Observations Présentation et rédaction :

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Séquence 7 : Fonctions affines. Seconde. Séance 1 Généralités. est appelée fonction affine. est une fonction affine si son expression algébrique vaut

Séquence 7 : Fonctions affines. Seconde. Séance 1 Généralités. est appelée fonction affine. est une fonction affine si son expression algébrique vaut Seconde Définition : Soient Séquence 7 : Fonctions affines Séance 1 Généralités deux nombres réels La fonction { est appelée fonction affine Concrètement, est une fonction affine si son expression algébrique

Plus en détail

Accompagnement personnalisé

Accompagnement personnalisé 1 Les fractions Accompagnement personnalisé O. Lader Propriété 1.1. Simplification dans une fraction : a x b x = a b Exemples. 4 6 = 3 = 3, 15 5 = 3 5, 1x x = 1 x. Propriété 1.. Pour tous nombres a, b,

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

1 S Le produit scalaire Exercices. Diverses expressions du produit scalaire et calcul de grandeurs.

1 S Le produit scalaire Exercices. Diverses expressions du produit scalaire et calcul de grandeurs. S e produit scalaire Eercices Diverses epressions du produit scalaire et calcul de grandeurs. Eercice. est un triangle et I est le milieu de []. Données : I 6, I I et I. alculer : ) (introduire le point

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

La fonction racine carrée. Document B. Table des matières

La fonction racine carrée. Document B. Table des matières 1 La fonction racine carrée Document B Table des matières - Résolution algébriques d équations avec racine carrée, p.2 à 8; - Règles sous la forme canonique avec b 1 et b = 1, p.9-10; - Équation axe de

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - fonctions de références, représentations graphiques, dérivées, tableau de variations : toutes sections - opérations sur les limites, asymptotes : STI2D,

Plus en détail

C H A P I T R E 2 C A L C U L S A L G E B R I Q U E S

C H A P I T R E 2 C A L C U L S A L G E B R I Q U E S Classe de Troisième C H A P I T R E C A L C U L S A L G E B R I Q U E S UTILISER DES LETTRES...4 EXPRESSIONS ÉQUIVALENTES...6 VOCABULAIRE DU CALCUL LITTÉRAL...7 RÉDUCTIONS D'ÉCRITURES...9 DÉVELOPPER UN

Plus en détail

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire Chapitre 4 Fonction exponentielle Sommaire 4.1 Activité............................................. 37 4. Fonctions exponentielles de base q (q > 0)........................ 39 4..1 Définition.........................................

Plus en détail

Bissectrices. Daniel Perrin

Bissectrices. Daniel Perrin Bissectrices Daniel Perrin Introduction Le but de ce texte est d essayer de donner une référence fiable sur la question des bissectrices, pour traiter notamment l exposé de CAPES intitulé Droites remarquables

Plus en détail

Le second degré. Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d un problème :

Le second degré. Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d un problème : Chapitre 1 Ce que dit le programme Le second degré CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Second degré Forme canonique d une fonction polynôme de degré deux. Équation du second degré, discriminant.

Plus en détail

Chapitre 4 : Géométrie plane

Chapitre 4 : Géométrie plane hapitre 4 : Géométrie plane I Rappels et compléments sur les vecteurs I Vecteurs et géométrie Égalité de deux vecteurs : = D ssi D est un parallélogramme (éventuellement aplati) D ddition de vecteurs :

Plus en détail

Fonctions linéaires. $ Calculer son périmètre et son aire. $ Calculer le périmètre et l aire du nouveau carré. Que remarque-t-on?

Fonctions linéaires. $ Calculer son périmètre et son aire. $ Calculer le périmètre et l aire du nouveau carré. Que remarque-t-on? Fonctions linéaires Je double, moi non plus Le côté d un carré mesure cm. $ Calculer son périmètre et son aire. On double le côté du carré. $ Calculer le périmètre et l aire du nouveau carré. Que remarque-t-on?

Plus en détail

Expérimentation 2007

Expérimentation 2007 Mathématiques série S Épreuve pratique au baccalauréat Expérimentation 2007 - Banque de sujets - Ce document peut être utilisé librement dans le cadre des activités de l'enseignement scolaire, de la formation

Plus en détail

Fonctions affines. exercices corrigés. 8 janvier 2012. Fonctions affines

Fonctions affines. exercices corrigés. 8 janvier 2012. Fonctions affines eercices corrigés 8 janvier 2012 Eercice 1 Eercice 2 Eercice Eercice 4 Eercice 5 Eercice 6 Eercice 7 Eercice 1 Enoncé Soit la fonction f : + 1 Représenter graphiquement la fonction f. 2 Donner le sens

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Programme de 5 ème en mathématiques

Programme de 5 ème en mathématiques Programme de 5 ème en mathématiques 1. PRIORITE DES OPERATIONS ; DISTRIBUTIVITE 3 I. Suite d opérations sans parenthèses 3 II. Suites d opérations avec parenthèses 4 III. Ecritures avec des lettres 5 IV.

Plus en détail

Devoir commun de seconde, mars 2006

Devoir commun de seconde, mars 2006 Devoir commun de seconde, mars 006 calculatrices autorisées On rappelle que le soin et la qualité de rédaction entrent pour une part non négligeable dans l appréciation de la copie. Eercice (7 points).

Plus en détail

Fonction affine. Remarque : une fonction linéaire est une fonction affine particulière (p=0)

Fonction affine. Remarque : une fonction linéaire est une fonction affine particulière (p=0) Fonction affine I Définition Étant donné deux nombres m et p, on définit une fonction affine f lorsque, à tout nombre x, on associe le nombre f(x) = mx+p. On note f : x mx+p cette fonction. Remarque :

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous NOM : Seconde A B C H J Mardi 19 janvier 010 Exercice 1 : sur,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D et D tracées dans le repère ci-dessous ) Dans le même repère, tracer la droites

Plus en détail

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2012. Série S

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2012. Série S CLASSES DE PREMIERES GÉNÉRALES ET TECHNOLOGIQUES OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 01 Durée : 4 heures Série S Les calculatrices sont autorisées. Ce sujet comporte 4 exercices

Plus en détail