Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les chimiothérapies du cancer colorectal :"

Transcription

1 Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy

2 La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé dans 80% des cancers colorectaux Dimérisation membrane EGFR TK TK TK P P phosphorylation = activation angiogenèse prolifération résistance à l apoptose VEGF, IL8 Cycline D1 Bad, caspase 9

3 La voie d EGFR Shc PI3-K Grb2 Sos-1 AKT MEKK-1 Ras Raf mtor MKK-7 MEK JNK ERK Apoptose Résistance Prolifération Angiogénèse Métastases

4 Réponse au cetuximab selon marquage EGF-R Intensité marquage EGF-R Répondeurs % 0 Non éligibles /55 24% 2+ 9/43 21% 3+ 5/22 23% Total 27/ % Toxicité cutanée : marqueur de sensibilité, mais tardif et peu fiable Saltz LB et al. J Clin Oncol 2004;22:1201-8

5 Folfiri-Cetuximab en 1ère ligne Etude CRYSTAL CCR métastatiques EGFR+ Chimiothérapie de 1 ère ligne Objectif principal de la phase III : survie sans progression FOLFIRI R FOLFIRI-Cetuximab 1217 patients randomisés, 1202 traités, analyse préliminaire : 1198 patients Van Cutsem E et al. ASCO 2007 abstract 4000

6 Folfiri-Cetuximab en 1ère ligne Etude CRYSTAL

7 CRYSTAL :PFS selon tox cutanée Skin reaction grade 3* (n = 112) Skin reaction grade 2 (n = 243) Skin reaction grade 0 or 1 (n = 244) PFS Estimate months 9.4 months 11.3 months PFS Time (Months) Van Cutsem E, et al. ASCO Abstract 4000.

8 VECTIBIX TM : panitumumab (ABX-EGF) 463 patients randomisés entre panitumumab 6mg/kg (ACM humain) toutes les 2 semaines et traitement purement symptomatique (BSC) n SD Réponses BSC % 0 % Panitumumab %* 8 % * dont 8 % de réponse de durée médiane 17 semaines Van Cutsem E et al. J Clin Oncol 2007;25:

9 Ciblage de la voie EGFR : les mutations KRAS : série pilote de 30 patients TGF-α EGFR* Grb2 Sos K-Ras* B-Raf* KRAS mutation : 43% = résistance au cetuximab MEK BRAF mutation : 0% MAPK Lièvre A et al. Cancer Res 2006;66:3992-5

10 Facteurs prédictifs de réponse aux anti-egfr Impact des mutations K-Ras Survie sans progression (%) 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 SSP : K-Ras muté Événements (%) Médiane semaines Panitumumab 76/84 (90) 7,4 Soins de support seuls 95/100 (95) 7,3 HR = 0,99 (IC 95 : 0,73-1,36) SSP : K-Ras sauvage Événements (%) Médiane semaines Panitumumab 115/124 (93) 12,3 Soins de support seuls 114/119 (96) 7,3 HR = 0,45 (IC 95 : 0,34-0,59) Comparaison des SSP selon statut K-Ras : p < 0,0001 0, Semaines Semaines Pas d efficacité du panitumumab (SSP et qualité de vie) en cas de mutations K-Ras Crossover autorisé dans l étude empêchant la même analyse pour la survie globale Amado RG et al. J Clin Oncol 2008;26:

11 Mutations de KRAS Marqueur de résistance aux anticorps ANTI-EGFR Cetuximab (Erbitux, Merck) Panitumumab (Vectibix, Amgen) 165 patients avec mutation somatique de KRAS 260 patients sans mutation somatique de KRAS Réponse clinique : 2% Réponse clinique : 30%

12 Deux voies de la cancérogenèse INstabilité Chromosomique (LOH) :80-85 % Perte d hétérozygotie mutations APC, Ki-ras, pertes alléliques, TP53 1 % polypose familiale 80 % cancers sporadiques INstabilité Moléculaire (MSI) : % Altération h MLH1,hMSH2, hmsh6, hmsh3 2-4% HNPCC Dans les 2 voies, les mutations initiatrices sont celles des 2 syndromes familiaux, FAP et HNPCC % cancers sporadiques avec hyperméthylation du promoteur de MLH1

13 Transmission signaux cellulaires: voie Kras Facteur de croissance, e.g.egf Récepteur EGF Mb cellulaire Autres substrats: PI3 kinase PLC-g Src P Ras GDP P Complexe adaptateur Grb2-SOS Ras GTP raf ERK MEK Facteurs de transcription P

14 Cancérogène chimique rayonnements = mutation faux sens (mutation par substitution = ici une transversion)

15 Activation oncogénique de Kras Facteur de croissance, e.g.egf Récepteur EGF Mb cellulaire P Complexe adaptateur Grb2-SOS Ras GDP inactif P activation Inactivation par hydrolyse de GTP Ras GTP actif Bloqué dans Ras muté raf GAP MEK Facteurs de transcription P ERK

16 Mutation Kras Mutation du codon 12 ou 13 de KRAS

17 Conséquence d une mutation Kras Evénement précoce de la cancérogenèse Une mutation de p21 ras aboutit au maintien de l interaction avec l adénylcyclase, d'où transduction du signal et prolifération cellulaire Une mutation Kras rend inefficace les inhibiteurs d EGFR, activation de la voie de signalisation de l EGF en aval du récepteur de l EGF

18 Corrélation entre mutations Kras et résistance aux inhibiteurs d EGFR Référence Traitement n patients (wild type/muté) réponse objective wild type muté Lièvre A et al Cetuximab ± CT 114 (78/36) 44 % 0 % Benvenuti S et al DeRoock W et al Panitumumab or cetuximab or cetuximab + CT Cetuximab ou cetuximab + irinotecan 48 (32/16) 31 % 6 % 113 (67/46) 41 % 0 % Finocchiaro D et al Cetuximab ± CT 81 (49/32) 27 % 6 % Di Fiore F et al Cetuximab + CT 59 (43/16) 28 % 0 % Khambata-Ford S et al Cetuximab 80 (50/30) 10 % 0 %

19 Survie selon le statut Kras Série rétrospective n ième ligne Survival probability Survie sans progression n=88 pts p = Survival probability Survie globale n=88 pts p= Semaine Mois M NM M NM Statut KRAS Médiane SSP (95% CI) Médiane SG (95% CI) KRAS muté KRAS non muté 10.1 semaines (8-16) 31.4 semaines (19-36) 10.1 mois (5.1-13) 14.3 mois (9.4-20) Lièvre A. et al. J Clin Oncol 2008; 26:374-9

20 Mutations somatiques du gène Kras Mutations: 27-43% des cas, associées à résistance au cetuximab et au panitumumab à une survie réduite KRAS non muté : 32% de réponse aux anti EGFR utilité du génotypage de KRAS Lièvre A. et al. J Clin Oncol 2008;26:374-9

21 CRYSTAL : réponses selon statut Kras Cetuximab + FOLFIRI FOLFIRI Sauvage Muté p= p=0.46 Taux de réponse (%) Taux de réponse (%) Van Cutsem, et al. ASCO 2008 résumé 2

22 CRYSTAL : survie sans progression selon Kras 1.0 PFS: KRAS muté Cetuximab + FOLFIRI 1.0 PFS: KRAS sauvage Cetuximab + FOLFIRI FOLFIRI FOLFIRI Kaplan-Meier estimate Kaplan-Meier estimate HR=1.07; p=0.47 Cetuximab + FOLFIRI : 7.6 mois FOLFIRI : 8.1 mois 0.2 HR=0.68; p=0.017 Cetuximab + FOLFIRI : 9.9 mois FOLFIRI : 8.7 mois Survie sans progression (mois) Survie sans progression (mois) Van Cutsem E, et al. ASCO 2008, résumé 2

23 OPUS : Folfox ± cetuximab Réponses selon statut Kras Cetuximab + FOLFOX FOLFOX ORR (%) KRAS sauvage KRAS muté Odds ratio = 2.54; p=0.011 Odds ratio = 0.51; p=0.11 Bokemeyer et al. ASCO 2008, résumé 4000

24 OPUS : survie sans progression selon statut Kras PFS: KRAS muté PFS: KRAS sauvage 1.0 Cetuximab + FOLFOX 1.0 Cetuximab + FOLFOX FOLFOX FOLFOX Kaplan-Meier estimate Kaplan-Meier estimate 0.2 KRAS muté : HR=1.83; p= Cetuximab + FOLFOX: 5.5 mois 0 FOLFOX: 8.6 mois Survie sans progression (mois) Survie sans progression (mois) Bokemeyer et al. ASCO 2008

25 Au total : anti EGFr et CCR M1 Les essais Opus et Crystal démontrent que le bénéfice d ajouter du Cetuximab à Folfox/Folfiri est restreint aux tumeurs ras «sauvage» Le Cetuximab n apporte rien, voire est délétère (Opus) pour les ras mutés Décision de l EMEA de restreindre l utilisation du Cetuximab aux tumeurs Ki-ras sauvage

26 Le BEVACIZUMAB ou AVASTIN Anticorps monoclonal humanisé anti VEGF 5 mg/kg/14 jours Phase III randomisée 815 pts OMS 0-1 (âge médian : 59,5 ans) 1 ère ligne à base de Campto IFL+ Placebo IFL+ BEV p N RO 35% 45% 0,0029 Durée de réponse (m) 7,1 10,4 0,001 SSP (m) 6,24 10,6 <0,00001 SG (m) 15,6 20,3 0,00003 Hurwitz H et al. N Engl J Med 2004;350:

27 PFS : comparabilité des résultats entre population globale et celle testée Kras population globale (n = 813) Population testée K-ras (n = 230) HR: 0.54; P < 0,0001 Median PFS (mo) HR: 0.44; P < 0,0001 Median PFS (mo) 1.0 IFL + placebo 6.2 IFL + BV IFL + placebo 6.3 IFL + BV 11.3 Proportion Progression-Free Proportion Progression-Free Survie sans progression (mois) Survie sans progression (mois)

28 Réponses selon statut Kras Taux de réponse (%) IFL + Avastin IFL + placebo 41 0 KRAS sauvage p=0,006 KRAS muté p=0,8 Hurwitz H et al, WCGC 2008

29 Survie sans progression selon Kras Ki ras muté (n = 78) Ki ras sauvage (n = 152) HR: 0.41; P =.0008 Median PFS (mo) HR :0.44; P <.0001 Median PFS (mo) 1.0 IFL + placebo 5.5 IFL + BV IFL + placebo 7.4 IFL + BV 13.5 Proportion Progression-Free Proportion Progression-Free Durée de la SSR (mois) Durée de la SSR (mois)

30 Survie selon statut Kras 1.0 Ki ras muté (n = 78) Ki ras sauvage (n = 152) HR: 0.69; P =.26 Median OS (mo) IFL + placebo 13.6 IFL + BV HR: 0.58; P =.04 Median OS (mo) IFL + placebo 17.6 IFL + BV Proportion Surviving Proportion Surviving Durée de la SSR (mois) Durée de la SSR (mois)

31 Combinaison Kras sauvage et PTEN + Réponse objective selon le statut KRAS : 25% si KRAS sauvage versus 6% si muté (p=0,023) Combinaison KRAS sauvage et PTEN conservé PTEN (méta) KRAS (prim) KRAS WT et PTEN+ Les autres p RO (%) 47% 4% 0,0008 SSP (mois) 5,5 3,8 0,001 SG (mois) 15,1 10,8 0,006 Loupakis F et al. ASCO 2008, A 4003

32 Profil d expression génique et statut Kras Sur les 226 patients 40 gènes prédictifs du contrôle tumoral (p<0,05) Parmi lesquels Ligands EGFR: Amphiréguline (AREG) Epiréguline (EREG) Parmi les 144 pts KRAS sauvage : 30 gènes significativement associés au contrôle tumoral (p<0,05) 12 gènes significativement associés à la réponse objective (p<0,05) AREG, EREG DUSP6 et SLC26A3 Score 4 gènes 0,54 (n=84) Score 4 gènes <0,54 (n=60) Contrôle tumoral 71 (85%) 16 (27%) J. B. Baker et al., ASCO 2008, A 3512

33 Profil d expression génique et statut Kras Product-Limit Survival Function Estimates Survival Probability K-Ras Mutant Wild Type 4-Gene Score < 0.54 Wild Type 4-Gene Score >= 0.54 Wild Type Patients Time to progression (days) No. of subjects Median survival (95% CI) K-Ras Mutant (40, 51) Wild Type 4-Gene Score < (38, 46) Wild Type 4-Gene Score >= (126, 180) All Wild Type (78, 126) J. B. Baker et al., ASCO 2008, A 3512

34 Les autres biomarqueurs candidats BRAF Les mutations de BRAF sont un marqueur de résistance Benvenuti et al. Cancer Res 2007 Expression de PTEN L extinction de PTEN est un marqueur de résistance Frattini et al. Br J Cancer 2007, Loupakis F et al. ASCO 2008 NF-kappa B Localisation nucléaire en IHC: marqueur de résistance Scartozzi et al. J Clin Oncol 2007 Degré de phosphorylation des protéines de la voie AKT Perkins et al. JFPD 2008

35 Antagonisme bevacizumab-anti EGFr PACCE (n=1053) Folfox ou Folfiri + beva + panitumumab < Folfox ou Folfiri + beva en SSR (9,6 vs 11,1 mois) Hecht JR et al., ASCO GI 2008, résumé 273 CAIRO-2 (n=755) Xelox + beva + cetuximab < Xelox + beva en SSR (p < 0,05) Punt CJ et al., ASCO 2008, résumé 4011

36 CAIRO-2: cetuximab + beva délétère si ras muté PFS selon Kras PFS estimate KRAS muté XELOX + Avastin (n=103): 12.5 months XELOX + Avastin + cetuximab (n=93): 8.6 months p=0.043 KRAS sauvage XELOX + Avastin (n=152): 10.7 months XELOX + Avastin + cetuximab (n=153): 10.5 months p= mois Punt CJ et al. ASCO 2008, résumé 4011

37 Conclusions Rechercher Kras en routine pour tout cancer colorectal métastatique en 1 ère ligne Il est difficile de prédire l effet des antiangiogéniques, espoirs : Echographie avec contraste +++, PET-scan? Cellules circulantes L association Folfiri-beva reste le standard de 1 ère ligne L association de chimio + beva + anti EGFr est délétère Les recherches se poursuivent en adjuvant (AVANT ; PETACC 8)

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique?

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Mardi 7 octobre 2014 Centre des Congrès d Aix-Les-Bains Dr Emmanuel Maillard, Dr Fabien Stenard Cancer colorectal métastatique:

Plus en détail

Les cancers colorectaux

Les cancers colorectaux Les cancers colorectaux Pr Jean-Louis Merlin, Pr Thierry Conroy Centre Alexis Vautrin Nancy Université jl.merlin@nancy.fnclcc.fr www.alexisvautrin.fr Incidence des cancers dans le monde en 2000 1 Poumon

Plus en détail

Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés

Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés Astrid Lièvre Département d Oncologie Médicale Institut Curie Hôpital René Huguenin (Saint-Cloud) Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1 INFORMATION SUR L ORGANISATION REGIONALE DES TESTS MOLECULAIRES INDIQUES EN PRATIQUE CLINIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX 24 septembre 2008 Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1.

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Tumeurs solides Jacques Robert ISERM U916 Institut Bergonié Université de Bordeaux 2 Anomalies moléculaires des cancers Autosuffisance en facteurs de croissance

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris

Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris Le Cancer colorectal Tumeur développée sur le gros intestin Séquence polype cancer Diagnostic

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

STRATEGIES ACTUELLES DU TRAITEMENT MEDICAL DES METASTASES A PRIORI DEFINITIVEMENT NON RESECABLES

STRATEGIES ACTUELLES DU TRAITEMENT MEDICAL DES METASTASES A PRIORI DEFINITIVEMENT NON RESECABLES STRATEGIES ACTUELLES DU TRAITEMENT MEDICAL DES METASTASES A PRIORI DEFINITIVEMENT NON RESECABLES Philippe Rougier Hopital Européen Georges Pompidou 75015 Paris philippe.rougier@egp.aphp.fr PhR 2011 First

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS 4 ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive 3 Avril 2015 Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS Janick Selves Département d Anatomie Pathologique Facteurs histo-pronostiques Stade ptn (M) Grade

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes?

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes? Cancer bronchique non à petites cellules Première ligne, et après? Combien de lignes? Christos Chouaid ( Créteil) Liens d intérets Au cours de ces 5 dernières années, j ai perçu des honoraires ou des financements

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

CCRm: La réponse mais pas uniquement

CCRm: La réponse mais pas uniquement CCRm: La réponse mais pas uniquement Grand Round Digestif 9 10 décembre 2016 Pr Phelip Jean Marc Service d HGE et d oncologie digestive CHU de Saint Etienne Liens d intérêt Board / conseil : Merck Serono,

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Cancer colorectal Synthèse des avancées thérapeutiques depuis 1 an

Cancer colorectal Synthèse des avancées thérapeutiques depuis 1 an Cancer colorectal Synthèse des avancées thérapeutiques depuis 1 an Astrid Lièvre Département d Oncologie Médicale Institut Curie Hôpital René Huguenin (Saint-Cloud) Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Cancer Colo-Rectal Métastatique 2e ligne : je switche ma chimiothérapie... et ma thérapie ciblée?

Cancer Colo-Rectal Métastatique 2e ligne : je switche ma chimiothérapie... et ma thérapie ciblée? Paris, 09 10 décembre 2016 Cancer Colo-Rectal Métastatique 2e ligne : je switche ma chimiothérapie... et ma thérapie ciblée? Pr Jaafar BENNOUNA Université de Nantes - France Institut de Cancérologie de

Plus en détail

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Atelier MMR / RER 26/04/2014 Dr Virginie Bubien Dr Emmanuelle Barouk-Simonet Unité d oncogénétique - Département de Biopathologie - Institut

Plus en détail

Les anticorps anti-egfr

Les anticorps anti-egfr 5ème Rencontre d Oncologie Digestive Le Bono 05 Septembre 2009 Les anticorps anti-egfr Dr J. Bennouna Centre René Gauducheau - Nantes rise en charge des cancers colo-rectaux métastatiques Evaluation multidisciplinaire

Plus en détail

Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015

Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015 Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015 Les thérapies ciblées Cancer colorectal métastatique Anti VEGF Bévacizumab Aflibercept Anti

Plus en détail

Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique

Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique Vers un traitement personnalisé des patients ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix Chloé Line Jeandidier Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG L antiquité ( ) Années 1970-2000 Traitement des

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs

Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs Géraldine Perkins To cite this version: Géraldine Perkins. Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

traitement du cancer bronchique non à petites cellules

traitement du cancer bronchique non à petites cellules Progrès et perspectives dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules Alexis Cortot Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Cours de DES Oncologie

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Maintien des antiangiogéniques dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Maintien des antiangiogéniques dans le traitement du cancer colorectal métastatique Maintien des antiangiogéniques dans le traitement du cancer colorectal métastatique Dr Denis SMITH Oncologie Digestive CHU Bordeaux denis.smith@chu-bordaux.fr Des progrès considérables depuis 20 ans dans

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD I - CANCER COLIQUE Le colon : en amont de la jonction recto-sigmoïdienne,, plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie. Adénocarcinome

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CANCERS TRIPLE-NEGATIFS Aspects moléculaires morphologiques et cliniques Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Compréhension grâce à l analyse de profils d expression de

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II?

Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II? Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II? Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, AP-HP, Bobigny thomas.aparicio@avc.aphp.fr Augmentation lente de l incidence Incidence

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers. Pierre MICHEL Unité d Oncologie Digestive Service d Hépato-Gastroentérologie et de Nutrition

Chimiothérapie des cancers. Pierre MICHEL Unité d Oncologie Digestive Service d Hépato-Gastroentérologie et de Nutrition Chimiothérapie des cancers colorectaux Pierre MICHEL Unité d Oncologie Digestive Service d Hépato-Gastroentérologie et de Nutrition Chimiothérapie des cancers colorectaux 1. Maladie métastatique opérable

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille

Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé. Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Thérapies ciblées en cancérologie digestive chez le sujet âgé Laetitia Dahan CHU Timone Marseille Principe de prise en charge: Questions non résolues 1 ère étape: faut-il traiter le cancer? - ATCD, comorbidités

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Ide et al. Am J Roentgenol. 1939;42:891.

Ide et al. Am J Roentgenol. 1939;42:891. Benoît Samson, md. Ide et al. Am J Roentgenol. 1939;42:891. 1971 Judah Folkman propose que la croissance tumorale est dépendante de langiogenèse 1989 Harold Dvorak et coll. Napoleone Ferrara et coll.

Plus en détail

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Pharmacologie n 10 Jeudi 16/12/10 10h30-12h30 Pr Fabien CALVO Ronéotypeuse: GOUVEIA Morgane Ronéolectrice : DESGURSE Margot LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Introduction I. Thérapies ciblées et cancer

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne?

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Lille, France Liens d intérêt Honoraires

Plus en détail

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Introduction Evolution des traitements du cancer gastrique avancé à l heure

Plus en détail

À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS

À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS v Les nouveaux cytosta.ques v L associa.on de plusieurs cytosta.ques v L augmenta.on des doses v Les modalités d administra.on v La place dans le temps v L extension

Plus en détail

Cancers Coliques Métastatiques Quand il faut frapper fort. E FRANCOIS Nice

Cancers Coliques Métastatiques Quand il faut frapper fort. E FRANCOIS Nice Cancers Coliques Métastatiques Quand il faut frapper fort E FRANCOIS Nice Cas clinique Homme né en 1952 ATCD : asthme, diabète Douleurs abdominales depuis plusieurs mois 62 kg (PDF 68kg) 1,70m Examen clinique

Plus en détail

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR FOM 213 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR Jean Louis Lefebvre Centre Oscar Lambret Lille, France Liens d intérêts Membre d advisory boards et conférencier Sanofi-Aventis (jusqu en 21)

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013?

Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013? Adénocarcinome gastrique avancé, Quelle prise en charge en 2013? Dr Thomas Walter Hôpital E. Herriot, Lyon 13 décembre 2013 Jean-Louis Legoux et les auteurs du chapître Estomac du TNCD Survie globale des

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Premier exemple en cancérologie de thérapie ciblée sur une altération génétique. Mutation BRCA et Inhibiteur PARP OLAPARIB. Dr LAZARD Alexandre

Premier exemple en cancérologie de thérapie ciblée sur une altération génétique. Mutation BRCA et Inhibiteur PARP OLAPARIB. Dr LAZARD Alexandre Premier exemple en cancérologie de thérapie ciblée sur une altération génétique Mutation BRCA et Inhibiteur PARP OLAPARIB Dr LAZARD Alexandre INTRODUCTION Nos cellules sont en permanence soumises à des

Plus en détail

Innovations thérapeutiques dans les cancers de l ovaire. Alexandra Leary, MD, PhD Cours de Chimiothérapie Gustave Roussy Janvier 2016

Innovations thérapeutiques dans les cancers de l ovaire. Alexandra Leary, MD, PhD Cours de Chimiothérapie Gustave Roussy Janvier 2016 Innovations thérapeutiques dans les cancers de l ovaire Alexandra Leary, MD, PhD Cours de Chimiothérapie Gustave Roussy Janvier 2016 Sommaire Les inhibiteurs de PARP: Au-delà des mutations BRCA En première

Plus en détail

N.GROSSAT BERNADOU POLE DE CANCEROLOGIE HOPITAL DE JOUR

N.GROSSAT BERNADOU POLE DE CANCEROLOGIE HOPITAL DE JOUR N.GROSSAT BERNADOU POLE DE CANCEROLOGIE HOPITAL DE JOUR 4 CANCER A LA MARTINIQUE (INCIDENCE X 5 EN 10 ANS) CONTEXTE DE MODIFICATIONS SOCIOECONOMIQUES INTERET DU DEPISTAGE PRECOCE +++ COURS IDE 3 ANNEE

Plus en détail

Quelle est d'après vous la ou les différences entre chimiothérapie anticancéreuse et thérapies ciblées?

Quelle est d'après vous la ou les différences entre chimiothérapie anticancéreuse et thérapies ciblées? Item 141 de l ENC: Chimiothérapies Thérapies ciblées Traitements des cancers: chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, i i hormonothérapie. La décision i thérapeutique ti multidisciplinaire et l information

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

Biomarqueurs des cancers colorectaux utiles en pratique clinique. AP. Laurenty, J. Selves, R. Guimbaud.

Biomarqueurs des cancers colorectaux utiles en pratique clinique. AP. Laurenty, J. Selves, R. Guimbaud. Biomarqueurs des cancers colorectaux utiles en pratique clinique. AP. Laurenty, J. Selves, R. Guimbaud. Objectifs pédagogiques Connaître les biomarqueurs utilisés en clinique dans le diagnostic et la prise

Plus en détail

10/04/2015. Cancers colorectaux métastatiques du sujets agés. Cancer colorectal métastatique. Allongement de la survie globale en 20 ans

10/04/2015. Cancers colorectaux métastatiques du sujets agés. Cancer colorectal métastatique. Allongement de la survie globale en 20 ans Cancers colorectaux métastatiques du sujets agés Voir publi EOTC Leïla BEGIE LEFEVE Centre Georges François Leclerc UCOG Bourgogne lbengrine@cgfl.fr Allongement de la survie globale en 2 ans Cancer colorectal

Plus en détail

Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des. Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse.

Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des. Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse. Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des cancers de Midi-Pyrénées Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse.fr Plateformes de diagnostic moléculaire des

Plus en détail

Traitement médical du cancer de l endomètre

Traitement médical du cancer de l endomètre Traitement médical du cancer de l endomètre La biologie moléculaire met le pied dans la porte! r Jean-Emmanuel Kurtz & Dr Isabelle Ray-Coquard Hôpitaux Universitaires de Strasbourg & Centre Léon Bérard

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Perspectives et Optimisation des traitements des cancers colorectaux (CCR)

Perspectives et Optimisation des traitements des cancers colorectaux (CCR) Perspectives et Optimisation des traitements des cancers colorectaux (CCR) Philippe Rougier Service de Gastroentérologie Hôpital Ambroise Paré, Boulogne Philippe.rougier@apr.aphp.fr 20 années de progrès.

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES JUIN 2010 Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche

Plus en détail

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Programme SHIVA Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Institut Curie Jeudi 29 novembre 2012 Introduction Chirurgie 20 ème

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

Stratégie thérapeutique des cancers colorectaux métastatiques KRAS muté

Stratégie thérapeutique des cancers colorectaux métastatiques KRAS muté Stratégie thérapeutique des cancers colorectaux métastatiques KRAS muté Astrid Lièvre Fédération des Pathologies Digestives, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt Réunion annuelle de Pathologie digestive,

Plus en détail

Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib»

Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib» Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib» D après la communication orale de Denis Moro-Sibilot, abstract 1200, WCLC 2015 Clément Korenbaum, interne,centre

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

l actualité enoncologie digestive

l actualité enoncologie digestive Cancé ro Mai28 DIGEST... l actualité enoncologie digestive NUMÉROSPÉCIAL CANCER COLORECTAL Avancéesthérapeutiquesrécentes éditorial L ecancer colorectal touche plus de 4 patients chaque année àtravers

Plus en détail

Prise en charge du sujet âgé de plus de 75 ans atteint d'un cancer colorectal

Prise en charge du sujet âgé de plus de 75 ans atteint d'un cancer colorectal Prise en charge du sujet âgé de plus de 75 ans atteint d'un cancer colorectal Le cancer colorectal est une maladie du sujet âgé France Estimations année 2000-36.257 cas incidents - 60 % après 70 ans -

Plus en détail

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Conflits d'intérêts Symposiums, advisory boards : Lilly, Roche, Boehringer- Ingelheim, Astra-Zeneca, GSK, Pfizer Crédits

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique. thérapeutiques ciblées, vers une chronicité de la maladie?

Cancer colorectal métastatique. thérapeutiques ciblées, vers une chronicité de la maladie? Cancer colorectal métastatique thérapeutiques ciblées, vers une chronicité de la maladie? Dr Julien TAIEB, groupe Hospitalier Pitié Salpétrière, Paris. Le cancer colorectal 1 er Cancer digestif, 2 ème

Plus en détail

Les nouveaux médicaments du cancer. Yves Humblet Service d oncologie d

Les nouveaux médicaments du cancer. Yves Humblet Service d oncologie d Les nouveaux médicaments du cancer Yves Humblet Service d oncologie d médicale SOINS DE SANTÉ MÉDICAMENTS : Forte croissance des anticancéreux La Libre Belgique 15/02/2007 - - - - - - - - - - - Au cours

Plus en détail

NOUVEAUX AGENTS CANCER COLORECTAL (CCR) DANS LE TRAITEMENT DU. D après la communication orale de E. Van Cutsem WCGIC 2012

NOUVEAUX AGENTS CANCER COLORECTAL (CCR) DANS LE TRAITEMENT DU. D après la communication orale de E. Van Cutsem WCGIC 2012 1 Rédigé par le Docteur Alain HERRERA (Hôpital Antoine Béclère, Clamart) NOUVEAUX AGENTS DANS LE TRAITEMENT DU CANCER COLORECTAL (CCR) D après la communication orale de E. Van Cutsem WCGIC 2012 Cancer

Plus en détail

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum Coordination : Pr Hahnloser Pathologie Dr. Maryse Fiche Cancers colo-rectaux Précurseurs : Images et figures : Robbins 8è Edition Objectifs d apprentissage : SCLO

Plus en détail

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS Biomarqueurs moléculaires prédictifs Jean Paul Brouillet, La Grande Motte 2 octobre 2015 Définitions (Guide Méthodologique : Test compagnon associé à une thérapie ciblée, HAS

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Cancers du sein avec amplification ERBB2 10-15% breast cancer Amplification Expression Her2: discovered

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Vectibix 20 mg/ml solution à diluer pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de solution à diluer

Plus en détail