ANALYSE FINANCIERE DE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE FINANCIERE DE"

Transcription

1 ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel

2 PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à La nomenclature de référence est l instruction M14. Les données des 5 exercices ont toutes été comptabilisées dans le cadre de cette instruction ce qui permet de préserver l'homogénéité comptable et budgétaire. Cressensac avec une population de 664 habitants appartient à la strate démographique des communes de 500 à 1999 habitants (tout comme la commune de Martel par exemple). La commune est membre de la Communauté de communes du Pays de Martel (CCPM) qui regroupe 11 communes au total. La commune est dotée en 2010 de 2 budgets annexes (un budget «CCAS» en excédent de au 31/12/2009 et un budget «assainissement» en excédent de au 31/12/2009). Les différentes données nécessaires à cette étude ont été extraites de la comptabilité tenue par le receveur municipal (comptes de gestion), des budgets, des états de la dette, des états de notification 1259 des taux d imposition des quatre taxes locales et des fiches AEFF. Pour information, en 2010, la commune a voté un budget de ( pour l investissement et pour le fonctionnement). 2

3 SOMMAIRE Introduction 4 Principaux constats 4 I] LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT 5 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement 5 1 ) Les charges diminuent de 12% sur la période ) Les produits progressent de 27% grâce aux ressources fiscales 6 B) La Capacité d'autofinancement en hausse 8 II) L'INVESTISSEMENT 10 A) Le financement disponible 10 B) Les dépenses d'équipement 11 C) Le financement des investissements 11 III] EQUILIBRE DU BILAN 13 A) Le fonds de roulement 13 B) Le besoin en fonds de roulement 13 C) La trésorerie 14 IV) Marges de manoeuvre 15 A) La fiscalité directe 15 Le coefficient de mobilisation du potentiel fiscal 16 B) Analyse de l'endettement 16 C) Le coefficient d'autofinancement courant 18 D) Analyse des facteurs externes 19 LEXIQUE 20 ANNEXES 22 3

4 INTRODUCTION Les données de la présente analyse proviennent exclusivement du budget principal, les budgets annexes ne représentant pas des flux financiers significatifs en regard du budget principal. Les unités utilisées sont en euros. PRINCIPAUX CONSTATS La commune aborde l exercice 2010 dans des conditions optimales puisqu elle bénéficie fin 2009 de plusieurs paramètres favorables : Un fonds de roulement important Une excellente capacité d autofinancement Un retour financier très favorable de l intercommunalité Un faible endettement Un coefficient de mobilisation du potentiel fiscal très bas La commune allie donc des fonds propres intéressants (fonds de roulement et autofinancement) à des marges de manœuvres potentielles (emprunt et fiscalité). Après une période budgétaire critique jusqu en 2006 (à cette époque la capacité d autofinancement et le financement disponible étaient négatifs et le fonds de roulement n était plus que de ), la commune a largement redressé sa situation financière, grâce notamment à une modération des investissements et à une meilleure maîtrise de son cycle de fonctionnement. La période actuelle semble opportune pour lancer les différents programmes d investissement d envergure dont la commune semble avoir besoin après des années de modération. Ces différents programmes à venir et leur impact financier seront étudiés dans une analyse financière prospective qui sera élaborée en collaboration avec le maire d ici à l automne. 4

5 I] LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement 1 ) Les charges diminuent de 12% sur la période Les charges ont fortement diminué sur les 5 dernières années, passant de en 2005 à en Le point bas a été atteint au cours de l exercice 2008 où elles étaient de On peut donc constater malgré la baisse sur la période de 5 ans, une hausse de 13% au cours du dernier exercice. Le seul poste de charge augmentant sur la période concerne les charges de personnel. Celles-ci passent de en 2005 à en Ces seules charges de personnel représentent 48% des charges de la commune. Pour les autres communes du département, elles ne représentent que 43% du total des charges. Ces charges de personnel dites «rigides» car difficilement compressibles pèsent assez fortement sur la section de fonctionnement de la commune diminuant sa capacité d autofinancement de façon significative. Tous les autres postes de charges ont diminué sur la période et se situent en 2009 en dessous ou dans la moyenne départementale ce qui permet d affirmer que la commune a acquis une bonne maîtrise de ses dépenses de fonctionnement. Les «autres charges réelles» diminuent de à entre 2005 et Ce poste comprenant toutes les charges courantes (fluides, télécoms, électricité, petit matériel, etc ) apparaît mieux maîtrisé. En particulier, certains postes sont à la baisse. Ce sont les fournitures d entretien (qui passent de 2010 à 597 soit 70%), les fournitures de petit équipement (qui passent de 6481 à 3758 soit 42%), les fournitures administratives (qui passent de 4398 à 2321 soit 47%), les fournitures scolaires (qui passent de 7242 à 3692 soit 49%) ou les primes d assurance (qui passent de 6035 à 3243 soit 46%). En revanche d autres dépenses ont connu une forte hausse sur la période. Ce sont les dépenses d entretien de terrains (qui passent de 3674 à 6821 soit +86%), d entretien de voirie (qui passent de 2314 à 4986 soit +115%) ou les «fêtes et cérémonies» (qui passent de 5223 à 8415 soit +61%) Les «contingents et participations» diminuent fortement passant de en 2005 à en 2009 (soit 51%). Cette forte diminution doit toutefois être relativisée car en 2005, la commune a versé une contribution exceptionnelle de au SIAEP Sarrazac-Cressensac. Sans cette contribution, les charges de ce poste n auraient été que de On constate donc une hausse de la plupart des charges de ce chapitre hormis les indemnités des élus qui passent de à (-30%). L instauration des tickets-restaurant pour le personnel municipal ainsi que l adhésion au centre national d action sociale décidées en 2007 ont représenté en 2009 une charge de 9615 qui n existait pas en Les contributions aux organismes de regroupement passent de 1135 à Les intérêts d emprunts diminuent de 5994 à 2524 sur la période. Le faible endettement de la commune (étudié ultérieurement dans l analyse) conduit à de faibles annuités. Les charges 5

6 d intérêt ont représenté en 2009 une charge de 4 par habitant soit 7 fois moins que la moyenne lotoise (28 /hab.). Ces différentes diminutions de charges conduisent logiquement à une amélioration du ratio de rigidité des charges structurelles = (Charges de personnel + Contingents et participations + Charges d'intérêts) / Produits de fonctionnement. Ce ratio évalue le côté incompressible de certaines dépenses. Un ratio important indique une marge de manœuvre limitée. Ce ratio qui était encore de 61% en 2007 n est plus que de 44% en 2009, situé toutefois encore audessus de la médiane établie à 41%. Ceci s explique par des charges de personnel encore importantes mais aussi, comme nous allons le voir dans le chapitre suivant, par des produits de fonctionnement moindres que la moyenne des communes de taille équivalente. Évolution des charges réelles (montant) Structure des charges réelles 2009 (Euros) Autres charges réelles 38% Charges de personnel 48% Charges de personnel Contingents, participations, subventions Charges financières Autres charges réelles Charges financières 1% Contingents, participations, subventions 13% Ratio de rigidité Couverture des charges (personnel, contingents, intérêts) par les produits 64% 61% 55% 50% 41% 45% 44% Ratio de rigidité Médiane Seuil des 10% 2 ) Les produits progressent de 26% grâce aux ressources fiscales Les produits communaux ont été en 2009 de soit 635 /habitant. La moyenne départementale était de 731 /habitant. Ce produit a toutefois évolué de façon conséquente sur 5 ans puisqu il n était que de en Les ressources fiscales ainsi que la DGF représentent à elles seules près de 84% des produits de fonctionnement de la commune. Dans le détail, tous les postes évoluent favorablement entre 2005 et

7 Le produit des impôts locaux (3 taxes) passe de à (la fiscalité sera étudié de façon détaillée dans la partie IV de l analyse). La fiscalité reversée par la communauté de communes de Martel au titre de la TPU passe de à Il est à signaler que si la commune n adhérait pas à la communauté, elle percevrait (si elle appliquait le taux de 12,56% pour la TP) un produit fiscal de soit 16 de plus qu actuellement! La commune ayant transféré des charges annuelles estimées à à la communauté profite donc à plein de l intercommunalité. La DGF qui était de en 2005 est de en Les autres recettes significatives de la commune concernent la cantine et la garderie (11625 en 2009), les locations d immeubles (9532 ), un subvention de l académie (9000 ), une participation de Cuzance au fonctionnement de l école (4140 ), des droits de mutation (8182 ) ainsi que la taxe sur les pylônes (13616 ). Évolution des produits réels (montant) Structure des produits réels (Euros) DGF et autres dotations 31% Autres produits réels 9% 2009 Ressources fiscales 60% Ressources fiscales DGF et autres dotations Autres produits réels Structure des produits de la fiscalité en 2009 TFNB 14% TP 0% TH 31% TFB 55% 7

8 B) La Capacité d'autofinancement en hausse La Capacité d'autofinancement brute (CAF) représente l'excédent résultant du fonctionnement utilisable pour financer les opérations d'investissement (remboursements de dettes, dépenses d'équipement ). Elle est calculée par différence entre les produits réels de fonctionnement (hors produits de cession d'immobilisation) et les charges réelles. Les produits réels ayant augmenté et les charges réelles ayant diminué sur la période, la CAF (différence entre les deux) est logiquement en hausse. La situation était critique en 2005 puisqu au cours de cet exercice la CAF brute était négative. Ainsi les recettes de fonctionnement ne suffisaient pas à couvrir les charges, et à fortiori ne permettaient pas de financer des dépenses d équipement. La CAF est redevenue légèrement positive en 2007 pour s établir à un niveau très satisfaisant en 2009 soit Ce chiffre se situe parfaitement dans la moyenne départementale puisque la CAF/habitant est de 158 à Cressensac et de 161 au niveau départemental. La CAF nette qui représente la CAF brute dont on déduit le remboursement du capital de l emprunt, représente ce qui «reste» à la commune de son cycle de fonctionnement de l exercice pour investir. Plus la CAF nette est importante, plus la commune pourra investir avec un moindre recours à l emprunt. Du fait de ses faibles annuités d emprunt, la commune a une CAF nette très intéressante établie à en 2009 (soit 143 /hab.), la moyenne départementale étant très en dessous à 97 /hab. L étude du cycle de fonctionnement, et en particulier de l évolution de la CAF, fait donc apparaître une situation assainie de la commune depuis Il est intéressant de constater qu en 2009, pour 100 de produit, la commune a constitué 25 de CAF. Un quart des produits communaux permet donc d autofinancer les dépenses d équipement. Celles-ci sont étudiées plus en détail dans la partie suivante de l analyse. Evolution de la CAF (Euros) Produits de fonctionnement Charges de fonctionnement CAF Utilisation des produits de fonctionnement 8

9 En 2009, avec 100 euros, la commune a constitué 25 d'autofinancement et dépensé Autres charges réelles 28 Charges de personnel 36 CAF 25 Contingents, Charges participations, financières 1 subventions 10 9

10 II) L'INVESTISSEMENT L'ensemble des dépenses d'investissement s'apparente à des emplois (dépenses d'équipement, remboursements de dettes, autres...). Parallèlement, l'ensemble des moyens financiers dont dispose la commune constitue des ressources (CAF, plus-values de cession, dotations et subventions, emprunts...). Le solde entre le total des ressources et le total des emplois représente la variation du fonds de roulement. Le fonds de roulement s apparente à une réserve budgétaire et représente l ensemble des excédents (ou déficits parfois ) accumulés au cours des exercices antérieurs. A) Le financement disponible Le financement disponible représente le total des ressources (hors emprunts) dont dispose la collectivité pour investir, après avoir payé ses charges et remboursé ses dettes. Il correspond à la CAF nette à laquelle s ajoutent les recettes d'investissement (dotations, subventions; plus-values de cession). En 2009, la commune dispose de pour ses dépenses d'équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune. Au cours des exercices 2005 à 2007 en raison notamment du bas niveau de la CAF, le financement disponible a été faible voire négatif (respectivement 10374, et 4717 ). Un redressement très net s est opéré en 2008, le financement disponible étant très proche de 2009 cette année là à Dans le détail en 2009, les de financement disponible sont constitués de : CAF nette de FCTVA de 1960 Cession d immobilisations de 285. La Commune n a perçu aucune autre source de financement, et en particulier aucune subvention ni aucune TLE au cours de l exercice (Euros) Emplois 05 Formation du financement disponible Ressources 05 Emplois 06 Ressources 06 Emplois 07 Ressources 07 Emplois 08 Ressources 08 Emplois 09 Ressources 09 Remboursements de dettes CAF Autres ressources Financement disponible 10

11 B) Les dépenses d'équipement La commune a peu investi au cours des 5 derniers exercices. Le tableau ci-dessous fait apparaître l évolution des dépenses d équipement et leur moyenne sur 5 ans : exercice total moyenne annuelle dépenses d équipement moyenne annuelle par habitant En 2009, pour les communes lotoises de la strate géographique de Cressensac, la dépense d équipement moyenne par habitant a été de 284. La commune, sur les 5 derniers exercices, a donc investi environ 4 fois moins que la moyenne. Cette «pause» a permis à la commune d assainir sa situation compte tenu de ses difficultés jusqu en Il y a effectivement eu peu de dépenses significatives d équipement depuis Pour l exercice 2009, les dépenses essentielles concernent : Des travaux d agrandissement de l école pour L aménagement d un colombarium pour 3500 Des travaux d abri/affichage à la mairie pour 6081 L élaboration du PLU pour 8764 Les dépenses d équipement représentent plus de 85% des dépenses d investissement pour la commune. Les seules autres dépenses d investissement de la commune concernent le remboursement du capital de la dette. Évolution des dépenses d'équipement (ratio par habitant) Dépenses d'équipement (avec restes à réaliser) (Euros) C) Le financement des investissements Pour financer ses dépenses d équipement (du B), la commune dispose du financement disponible (du A). Si les dépenses sont supérieures au financement, la commune a deux possibilités : puiser sur son fonds de roulement (qui représente les excédents budgétaires accumulés par la commune) ou bien, si 11

12 celui-ci est insuffisant, recourir à l emprunt. Lorsque le financement disponible est supérieur aux dépenses d équipement (ce qui a été le cas en 2008 et 2009), la commune reconstitue son fonds de roulement. L exercice «critique» a été l exercice 2006 au cours duquel la commune a engagé des dépenses d équipement à hauteur de alors que le financement disponible était de La commune a néanmoins pu investir sans recourir à l emprunt car elle bénéficiait au 31/12/2005 d un fonds de roulement suffisant de Elle a donc puisé dans celui-ci à hauteur en 2006, ramenant son fonds de roulement à Toutefois, le fonds de roulement s est largement reconstitué en 2008 et 2009, le financement étant supérieur aux dépenses au cours de ces exercices. Ce qui est intéressant sur la période écoulée, c est que la commune, malgré un faible financement en , a pu financer toutes ses dépenses d équipement sans aucun recours à l emprunt. Ceci a été rendu possible grâce à un fonds de roulement important fin 2004 couplé à de modestes dépenses d équipement sur 5 ans Financement des investissements (Euros) Emplois 05 Ressources 05 Emplois 06 Ressources 06 Emplois 07 Ressources 07 Emplois 08 Ressources 08 Emplois 09 Ressources 09 Dépenses d'investissements Financement disponible Emprunts Variation du FDR 12

13 III] EQUILIBRE DU BILAN Le bilan décrit, à la clôture de l'exercice, l'ensemble du patrimoine que la commune a constitué d'année en année. Ce patrimoine comprend un 'actif' (total des biens immobiliers ou mobiliers, des créances et de la trésorerie) et un 'passif', total des moyens de financement que détient la commune (dotations, subventions, dettes ). La mesure de l'équilibre financier de la commune s'effectue à travers trois grandeurs caractéristiques : le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie. ACTIF PASSIF Subventions, Immobilisations dotations, réserves Dettes financières Stocks et créances bilan en FDR = Dettes fournisseurs, sociales Trésorerie BFR = Trésorerie = FDR - BFR = A) Le fonds de roulement Le fonds de roulement est égal à la différence entre les financements disponibles à plus d'un an (les dotations et réserves, les subventions, les emprunts) et les immobilisations (les investissements réalisés et en cours de réalisation). Cette différence correspond, en comptabilité budgétaire, à la somme des excédents définitifs que la commune a dégagés au cours du temps. Le fonds de roulement permet de couvrir le décalage entre encaissement de recettes et paiement de dépenses. Comme dit précédemment, le fonds de roulement se situe à un niveau élevé fin 2009 puisqu il est de soit 261 (moyenne départementale : 249 ). Il avait atteint un seuil bas en 2007 à Il s est depuis largement reconstitué du fait des faibles investissements de la commune et d une meilleure maîtrise de son cycle de fonctionnement. La commune dispose de cette réserve budgétaire pour financer ses futurs programmes. B) Le besoin en fonds de roulement Le besoin en fonds de roulement (BFR) est égal à la différence entre l'ensemble des créances plus stocks et les dettes à court terme (dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales ). Une créance constatée, non encaissée génère un besoin de financement. A l'inverse, une dette pas encore payée vient diminuer ce besoin de financement. Le BFR traduit le décalage entre perception de recettes et paiement de dépenses. Le décalage est légèrement favorable à la commune puisqu au 31/12/2009, ses dettes fournisseurs sont de et ses créances de 9773 générant ainsi un BFR négatif à

14 C) La trésorerie La trésorerie du bilan comprend le solde du compte au Trésor, mais également les autres disponibilités à court terme comme les valeurs mobilières de placement. Elle apparaît comme la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. L important FDR couplé au BFR négatif génère une trésorerie très importante fin 2009 à Évolution des principaux éléments du bilan (Euros) Fonds de roulement Besoin en fonds de roulement Trésorerie 14

15 IV) MARGES DE MANOEUVRE La commune pourra déterminer ses principales marges de manœuvre, soit en maîtrisant ses charges de fonctionnement, soit en augmentant ses produits (fiscalité directe) ou en ajustant sa politique d'endettement. A) La fiscalité directe 450 Produit des impôts directs (en euros/hab.) Produit des impôts directs (commune et groupement) en Commune & gpmt Moy. 07 dép. Commune & Moy. 08 dép. Commune & Moy. 09 dép. gpmt 08 gpmt 09 TP TH TFNB TFB TP 51% TH 15% TFB 27% TFNB 7% Comparaison des bases (en euros/hab.) Comparaison des taux , ,64119, TFB TFNB TH TP Commune Commune et groupement Moy. 09 dép. 12,93 12,93 17,35 5,57 5,57 8,86 12,56 14,96 0,00 TFB TFNB TH TP Commune Commune et groupement Moy. 09 dép. Pour les trois taxes «ménages» (TFB, TFNB et TH), il est intéressant de noter que aussi bien les bases que les taux communaux sont inférieurs aux moyennes départementales, générant ainsi un produit fiscal très inférieur au produit moyen départemental. Le produit est de 167 /hab. contre 277 /hab. en moyenne départementale en Si la commune dispose de peu de moyens pour réévaluer ses bases, elle dispose néanmoins de marges de manœuvre importantes en matière de taux qui sont environ inférieurs de 30% aux taux moyens départementaux. 15

16 Concernant la taxe professionnelle (TP), la commune bénéficie de bases très importantes (1402 /hab. contre 578 /hab. en moyenne départementale) qui lui permet de bénéficier d un produit très supérieur à la moyenne (176 contre 131 ) malgré un taux plus faible 12,56% contre 15,28 %). De plus, pour la TP, la commune bénéficie à plein de son adhésion à la communauté de communes du Pays de Martel (CCPM). En effet, le fait que la commune adhère à cette intercommunalité à TPU ne lui coûte que 16. En effet, si la commune levait directement la TP, elle aurait perçu en Hors la CCPM lui a reversé, après calculs incluant l évolution des bases ainsi que les transferts de charges, la somme de en 2009! La commune profite donc des avantages de l intercommunalité. Le coefficient de mobilisation du potentiel fiscal L 'examen du coefficient de mobilisation du potentiel fiscal (CMPF) permet d'évaluer la marge de manœuvre fiscale dont dispose la commune. Le CMPF 2009 est le résultat du rapport entre : les produits fiscaux 4 taxes perçus en 2009 sur le territoire de la commune par la commune et la CCPM. le produit fiscal théorique 4 taxes qui pourrait être perçu par la commune en 2009 si on appliquait à ses bases brutes 2009 les taux moyens nationaux 2009 appliqués par les communes et les groupements (dénominateur). Coefficient de mobilisation du potentiel fiscal calculé avec les taux moyens nationaux Pour la commune moyenne de la catégorie démographique Départementale Régionale Nationale 0,64 0,81 0,93 0,8 L étude du CMPF fait apparaître, en raison des faibles taux d imposition, une pression fiscale modérée sur le territoire de la commune. La commune dispose donc de marges de manœuvres importantes en matière de fiscalité. B) Analyse de l'endettement L endettement de la commune n a cessé de diminuer sur la période de l analyse, car, comme dit précédemment, la commune n a souscrit aucun nouvel emprunt sur la période. Tous les indicateurs communaux sont excellents en ce qui concerne l endettement : la dette par habitant est de 70 /hab. pour la commune en 2009 contre 587 en moyenne départementale. Le ratio de désendettement qui mesure le nombre d années nécessaires au désendettement total de la commune si elle consacre la totalité de la CAF à ce remboursement (ce ratio est égal à la dette divisée par la CAF) est égal à 0.44 années pour Cressensac contre 3.56 années pour les autres communes du département. 16

17 Au regard de ces éléments, l annuité de la dette (12380 en 2009 soit 19 /hab. contre 90 /hab. dans le Lot) apparaît même dérisoire au vu des moyens dont dispose la commune et qui auraient permis, sous réserve de renégociation, le désendettement total et rapide de la commune. La dette de la commune était de fin 2009, sa CAF de et son fonds de roulement de La commune sera complètement désendettée des emprunts existants en 2009 au cours de l exercice Évolution de la dette (Montant) Dettes financières Charges financières Dettes financières 578 (Euros/hab.) Moy * Strate : communes de 500 à hab ; Commune membre d'un GFP (TPU) en

18 Ratio d'endettement Nombre d'années de produits nécessaire au remboursement de la dette 1,4 0,6 0,3 0,3 0,2 0,1 0, Ratio d'endettement (années de produits) Médiane Seuil des 10% Ratio d'endettement Nombre d'années de CAF nécessaire au remboursement de la dette 15,4 9,8 2,5 0,6 0, ,5-4,9 Ratio d'endettement (années de Caf) Médiane Seuil des 10% C) Le coefficient d'autofinancement courant Le coefficient d'autofinancement courant (CAC) permet de mesurer l'aptitude de la commune à autofinancer ses investissements, après avoir couvert ses charges et les remboursements de dettes. La commune se situe à un niveau très intéressant en 2009 puisque seulement 77% de ses produits de fonctionnement suffisent à payer ses charges et sa dette. De 2005 à 2007, la commune était dans une situation tendue puisqu elle se situait au-dessus du «seuil des 10%», c est-à-dire qu elle appartenait au groupe des 10% de communes ayant le CAC le plus dégradé. 18

19 Coefficient d'autofinancement courant Couverture des charges et des remboursements de dettes par les produits 105% 112% 109% 103% 87% 77% 77% Coefficient d'autofinancement courant Médiane Seuil des 10% D) Analyse des facteurs externes Il ne semble pas que les facteurs externes soient défavorables à la commune. Sa proximité avec la communauté d agglomération de Brive, important bassin d emploi, concourt à son dynamisme. La commune a ainsi vu sa population passer de 570 à 664 habitants entre 1999 et De plus, l ouverture récente de l aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne en partie sur le territoire communal devrait apporter un dynamisme supplémentaire à la commune, et cela au moindre coût puisque la commune ne participe pas à son financement. 19

20 LEXIQUE Actif A l'actif du bilan sont inscrits l'ensemble des biens du patrimoine (immobilisations pour leur valeur historique) ainsi que l'ensemble des éléments n'ayant pas vocation à y rester de manière durable (stocks, créances, trésorerie). L'actif immobilisé brut représente l'ensemble des immobilisations inscrites au bilan fonctionnel pour une durée supérieure à un an (dépenses d'équipement, titres de participations, opérations pour comptes de tiers). L'actif circulant désigne les stocks et créances qui se renouvellent au cours de l'exercice. Annuité de la dette L'annuité de la dette est composée du montant des intérêts des emprunts et du montant du remboursement du capital. L'addition de ces deux montants permet de mesurer le poids exact de la dette à long et moyen terme pour les collectivités. Autofinancement (voir Capacité d'autofinancement) Besoin en fonds de roulement (BFR) Le BFR représente, à la fin d'un exercice comptable, l'excédent des crédits consentis aux redevables de la collectivité (restes à recouvrer) sur les crédits obtenus de ses créanciers (fournisseurs, État). Une créance crée un besoin de financement; la collectivité a constaté un produit, mais ce produit n'a pas encore été recouvré. A l'inverse, une dette génère une ressource; dans ce cas, la collectivité a effectivement enregistré une charge, mais celle-ci n'a pas encore été payée. Un BFR négatif constitue une ressource. En effet, cela signifie que les sommes non encore décaissées sont supérieures aux sommes non encore encaissées. Bilan Le bilan présente la situation patrimoniale de la collectivité à la date de clôture de l'exercice. Pour l'analyse financière, certaines rubriques du bilan sont reclassées afin de faire ressortir les grandeurs caractérisant la structure financière de la collectivité et d'apprécier son équilibre financier global. Le bilan se présente sur deux colonnes: une colonne actif et une colonne passif. Il se découpe en trois grandes masses permettant de calculer trois grandeurs caractéristiques: les biens et financements à long terme (utilisés pour le calcul du fonds de roulement); l'ensemble des droits et obligations à court terme de la collectivité (calcul du besoin en fonds de roulement) et enfin la trésorerie dans son acception la plus large. Capacité d'autofinancement (C.A.F.) Elle représente l'excédent des produits réels de fonctionnement (hors produits de cession d'immobilisation) sur les charges réelles de fonctionnement. La CAF permet de couvrir tout ou partie des dépenses réelles d'investissement (remboursements de dettes, dépenses d'équipement ). Capitaux et assimilés Ce sont les fonds à disposition de la commune à long terme hors dettes financières (dotations, réserves, résultat de l'exercice, subventions d'investissement, opérations pour comptes de tiers...). Charges de fonctionnement réels En analyse financière M14, les charges réelles correspondent à des charges de fonctionnement qui donnent lieu ou donneront lieu à décaissement. 20

21 Financement disponible Il représente le total des ressources (hors emprunts) dont dispose la collectivité pour investir, après avoir payé ses charges et remboursé ses dettes financières. Excédent brut de fonctionnement (EBF) Il correspond à l'excédent des produits courants sur les charges courantes. C'est la ressource fondamentale de la commune indépendante des produits et charges financières et exceptionnelles. Fonds de roulement Le fonds de roulement est égal à la différence entre les financements disponibles à plus d'un an (les dotations et réserves, les subventions d'investissements, les amortissements et provisions, les dettes financières à moyen long terme) et les immobilisations (les investissements réalisés et en cours de réalisation). Cette différence correspond, en comptabilité budgétaire, à la somme des excédents définitifs que la commune a dégagés au cours du temps. Produits de fonctionnement réels En analyse financière M14, les produits réels correspondent à des produits de fonctionnement (hors cession d'actifs) qui donnent lieu ou donneront lieu à encaissement. Réel En analyse financière, la notion de réel diffère de celle d'encaissement ou de décaissement. Est considéré comme réelle, une opération qui a ou aura (au cours d'un exercice ultérieur) un dénouement en trésorerie. Résultat de fonctionnement ou résultat comptable Différence entre le total des titres et le total des mandats émis en classe 7 et 6 de la section de fonctionnement. Trésorerie C'est l'ensemble des liquidités disponibles en caisse ou au compte au Trésor et des valeurs mobilières de placement. 21

22 ANNEXES 22

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Trésorerie des MATELLES

Trésorerie des MATELLES ANALYSE FINANCIERE DE ST MATHIEU DE TREVIERS Trésorerie des MATELLES Présentée le 17/1/212 PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de Saint-Mathieu de Tréviers se situe au cœur du Languedoc, à vingt

Plus en détail

Centre des finances publiques d OULLINS

Centre des finances publiques d OULLINS ANALYSE FINANCIERE COMMUNE DE VERNAISON Centre des finances publiques d OULLINS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune est située dans l arrondissement de Lyon. Elle compte 4 519 habitants. Vernaison

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE SAINT-PAUL-DE-VARCES Trésorerie de Vif PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT-PAUL-DE-VARCES est une petite commune du département de l ISERE et de la région RHONE ALPES. Située en

Plus en détail

Trésorerie de Bouxwiller. Mai 2014. Trésorerie de Bouxwiller

Trésorerie de Bouxwiller. Mai 2014. Trésorerie de Bouxwiller SITUATION FINANCIERE 213 de RINGENDORF Trésorerie de Bouxwiller Mai 214 Trésorerie de Bouxwiller SOMMAIRE PRESENTATION - PRINCIPAUX CONSTATS 3 LE FONCTIONNEMENT LES PRODUITS 4 LE FONCTIONNEMENT LES CHARGES

Plus en détail

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE PRESENTATION DE LA COMMUNE Sauveterre de Guyenne est une jolie bastide au cœur de l Entre Deux Mers créée en

Plus en détail

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE Valorisation du compte de gestion 2014 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Trésorerie de LAMBERSART

Trésorerie de LAMBERSART ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LAMBERSART Trésorerie de LAMBERSART PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La Ville de LAMBERSART (616 ha) est une commune limitrophe de la Ville de LILLE (NORD). Elle est

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE DE LARDY

ANALYSE FINANCIÈRE DE LARDY ANALYSE FINANCIÈRE DE LARDY EXERCICES 2011 à 2014 Trésorerie d' Etampes Collectivités PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Composée pour plus de la moitié de sa superficie d'espace rural, entre la rive gauche

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE

TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE Valorisation du compte de gestion 2013 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Présentation de vos principaux indicateurs financiers

Présentation de vos principaux indicateurs financiers ENTREPRISE INDIVIDUELLE DURAND Coiffure Madame Catherine DURAND 63400 CHAMALIERES Votre Bilan Année 2009 ENTREPRISE INDIVIDUELLE DURAND Présentation de vos principaux indicateurs financiers Cette présentation

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS

Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS ANALYSE FINANCIERE DE LA VILLE DE LUXEUIL-LES-BAINS Gestion 24-27 Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS PRESENTATION DE LA COMMUNE La commune de LUXEUIL-LES-BAINS se situe au nord de la Haute-Saône à proximité

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN VISION FONCTIONNELLE DU BILAN Par opposition à l'approche financière qui se place dans une hypothèse d'évaluation, voire de liquidation, l'approche fonctionnelle définie

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

L INTERPRETATION DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ET FONCTION DU TARIFE

L INTERPRETATION DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ET FONCTION DU TARIFE INTRODUCTION Le système comptable OHADA préconise l'établissement des états financiers annuels qui se composent, selon l'article 8 (Droit Comptable) de plusieurs éléments: - Bilan; L INTERPRETATION DES

Plus en détail

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex M. TEST 11 place SaintMartin BP 80394 57007 METZ CEDEX 01 Dossier de Gestion Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010 Cabinet comptable : Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex Cemogest

Plus en détail

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière Durée : 3H00 Deuxième année Questions de cours : (4pts) 1- Quelles

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel

CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel 1 PRINCIPE Le bilan fonctionnel reprend tous les comptes des classes 1 à 5 mais avec une présentation différente de celle du bilan comptable. Il s agit d un bilan simplifié

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé MARCHE DES PROFESSIONNELS ANALYSE FINANCIERE APPLIQUEE Cas d application ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé Nom du client : André BESSEY Activité: Couverture Charpente Duréee de

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse.

Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse. Page 1/7 Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse. Bilan au 31/12/N Immobilisations incorporelles 380 108

Plus en détail

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES COMPTES ANNUELS EXERCICE SOMMAIRE Sommaire 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES 5 COMPTE DE RESULTATS PRODUITS 6 COMPTE DE RESULTATS CHARGES (LISTE)

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers :

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers : Pour évaluer la performance financière, l analyste devrait poser trois questions : - Comment évolue la rentabilité de l entreprise. - L entreprise est-elle solvable. - La structure financière de l entreprise

Plus en détail

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE COMPTABILITÉ GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : Les notions de patrimoine et d'achat de l'entreprise L'objectif de toute entreprise est de s'enrichie en exerçant une activité. Une des finalités de la Comptabilité Générale

Plus en détail

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h)

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Vous souhaitez analyser la situation financière de l entreprise Arnault et disposez pour cela de la liasse fiscale de l année N (Bilan

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

Méthode de calcul des profits et indicateurs structurels

Méthode de calcul des profits et indicateurs structurels des profits et indicateurs structurels Soldes intermédiaires de gestion avant répartition Besoin en Trésorerie Autres produits et charges d'exploitation + Opérations en commun + Excédent brut d'exploitation

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Chapitre 14 Le plan de financement

Chapitre 14 Le plan de financement Chapitre 14 Le plan de financement Entraînement Exercice 14.7 *** Besoin en fonds de roulement prévisionnel plan de financement La société Printania prévoit un développement de ses activités en N+1. Elle

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2008

COMPTES CONSOLIDES GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2008 1 COMPTES CONSOLIDES COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2008 2 BILAN CONSOLIDE AU 31 DECEMBRE 2008 (en K ) ACTIF Notes 31/12/2008 Retraité (*) ACTIFS NON-COURANTS Goodwill 4.1.1 11 160 11 161 Immobilisations

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

Résultats annuels au 30 juin 2008

Résultats annuels au 30 juin 2008 Société Centrale des Bois et Scieries de la Manche Société Anonyme au capital de 32 205 872,50 euros Siège social : 12 rue Godot de Mauroy, 75009 Paris RCS Paris 775 669 336 Paris, le 23 octobre 2008 Résultats

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE L'analyse financière rétrospective, réalisée en octobre 214, par le trésorier du Centre des Finances Publiques de Felletin, concerne la période

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL DES ENTREPRISES (PCGE)

DEUXIÈME PARTIE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL DES ENTREPRISES (PCGE) DEUXIÈME PARTIE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL DES ENTREPRISES (PCGE) TITRE I : ETATS DE SYNTHESE Chapitre I : Présentation des états de synthèse Etablis dans le respect des dispositions générales indiquées dans

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière MASTER 1 DROIT Examen du 2 ème semestre 2014/2015 Première session Anaïs HAMELIN Gestion Financière Durée de l épreuve : 1 heure Matériel autorisé : Calculatrice (Téléphone portable interdit) Document(s)

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

PARTIE 1 L analyse de la performance et de l activité

PARTIE 1 L analyse de la performance et de l activité Sommaire Présentation 5 Chapitre 1 L'approche financière de l entreprise 15 1 Définition et objectif 15 2 Les sources d information de l analyse financière 15 A L information comptable 15 1) Les comptes

Plus en détail

Sommaire. Note liminaire... 3. Investissements... 5. Financements des investissements... 5. Remboursements des emprunts... 5. Personnel...

Sommaire. Note liminaire... 3. Investissements... 5. Financements des investissements... 5. Remboursements des emprunts... 5. Personnel... SARECO SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 4, Avenue Général de Gaulle 49400 SAUMUR Tél. 02 41 53 69 60 Fax. 02 41 53 69 78 www.cabinetsareco.fr ETUDE PREVISIONNELLE sur 3 exercices du 06/2011 au 05/2013 ORDRE

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT. Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable.

LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT. Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable. LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Pré-requis : Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable. o Principes d'analyse du bilan fonctionnel : Modalités

Plus en détail

Sommaire PAGE DE GARDE 2 COMPTE RENDU DE MISSION DE L'EXPERT COMPTABLE 3. COMPTES ANNUELS 5 Bilan Association 6 Annexes 10

Sommaire PAGE DE GARDE 2 COMPTE RENDU DE MISSION DE L'EXPERT COMPTABLE 3. COMPTES ANNUELS 5 Bilan Association 6 Annexes 10 ASS. CENTRE ROGER BRECHARD Sommaire PAGE DE GARDE 2 COMPTE RENDU DE MISSION DE L'EXPERT COMPTABLE 3 COMPTES ANNUELS 5 Bilan Association 6 Annexes 10 ANALYSE DE GESTION 15 Commentaire de gestion 16 TableauFinancement

Plus en détail

SITUATION PATRIMONIALE ACTIF

SITUATION PATRIMONIALE ACTIF SITUATION PATRIMONIALE ACTIF SERVICE FORMATION 31/12/2011 31/12/2010 Edition en Euros Brut Amort. prov. Net Net ACTIF IMMOBILISE Immobilisations incorporelles Frais d'établissement Frais de recherche et

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Le 18 novembre 2014 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Départements Finances / Intercommunalité et territoires Claire GEKAS & Alexandre HUOT

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

1 - ANNEXE SUR LES INDEMNITES DES PERSONNELS

1 - ANNEXE SUR LES INDEMNITES DES PERSONNELS 1 - ANNEXE SUR LES INDEMNITES DES PERSONNELS Chambre de Métiers et de l'artisanat de l'aveyron Réalisation budgétaire 2013 Type d'indemnités Montant en Indemnités fondés sur l'article 24 du statut des

Plus en détail

Les notions de comptabilité en entreprise

Les notions de comptabilité en entreprise Gestion Arthur Van de Wiele Département de Microélectronique ESCPE, Lyon, France arthur.van-de-wiele@cpe.fr 4 novembre 2012 Résumé Ce document présente un résumé du cours animé par Mr Franck D'Asgnanno,

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014 Assemblée Générale 30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie Rapport financier année 2014 Compte de Une année excédentaire +18 460 450 000 400 000 350 000 387 667 352 380 CEMEA - Produits 2014 1 049 033 300

Plus en détail

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES 30 JUIN 2015 1 SOMMAIRE A - Bilan consolidé... 3 B - Compte de résultat consolidé et état du résultat global consolidé... 4 C - Tableau de flux de trésorerie consolidés...

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Local commercial. Numéro SIRET : 21030314500051 POSTE COMPTABLE : M14. COMPTE ADMINISTRATIF voté par nature

REPUBLIQUE FRANCAISE. Local commercial. Numéro SIRET : 21030314500051 POSTE COMPTABLE : M14. COMPTE ADMINISTRATIF voté par nature REPUBLIQUE FRANCAISE Local commercial Numéro SIRET : 21030314500051 POSTE COMPTABLE : M14 COMPTE ADMINISTRATIF voté par nature BUDGET Local commercial ANNEE 2014 SOMMAIRE Pages I. Informations générales

Plus en détail

ANNEXE 2 ANALYSE FINANCIERE DES COMMUNES DE 2007 A 2013

ANNEXE 2 ANALYSE FINANCIERE DES COMMUNES DE 2007 A 2013 ANNEXE 2 ANALYSE FINANCIERE DES COMMUNES DE 27 A 213 Rapport réalisé par le mandataire, en collaboration avec le Service des affaires intercommunales de la Riviera (SAI) Avril 215 Urbaplan-1274-24.6.15

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail