PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane"

Transcription

1 Journée «Réactivité des Solides Divisés» SAINT-ETIENNE - 27 Juin 2002 PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Alain Galerie Laboratoire de Thermodynamique et de Physicochimie Métallurgiques INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE

2 PLAN Introduction ; choix du système d étude M MO O 2 Localisation des étapes élémentaires Défauts ponctuels de structure ; notation quasi-chimique Écriture des étapes élémentaires Équilibre et vitesse des étapes élémentaires Régimes cinétiques purs Régimes cinétiques mixtes Un cas complexe : oxydation par H 2 O Conclusions

3 1. INTRODUCTION CHOIX DU SYSTEME D ÉTUDE 5# = ρ φ Réactance = réactivité fonction d espace (Vitesse globale = vitesse intrinsèque évolution géométrique) Le présent exposé ne considère que des transformations se déroulant à aires réactionnelles constantes. La seule fonction d espace qui peut varier dans le temps est l épaisseur du produit formé. Solide-gaz Système choisi pour l étude : a M + b/2 O 2 M a O b 4 phases (M s, MO s, O 2g, O ads ou O 2ads ) Interfaces S 1 -S 2, S 2 -adsorbat, adsorbat-gaz

4 2. LOCALISATION DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES O 2 Interface oxyde-gaz (externe) Interface métal-oxyde (interne) O ads MO Réduction de O 2 (2 processus) Oxydation de M Transport de M et/ou de O (diffusion) M

5 SENS DE CROISSANCE DE L OXYDE O 2 O ads (O) MO (M) Croissance «interne» («externe») Croissance centrifuge (centripète) Croissance anionique (cationique) M

6 3. DÉFAUTS PONCTUELS NOTATION Cristal parfait MO M M O O (Kröger et Vink)

7 3. DÉFAUTS PONCTUELS NOTATION O i Cristal réel MO M i M M V M V O O O

8 ÉLÉMENTS DE STRUCTURE POSSIBLES DE L OXYDE NiO Eléments normaux Cation nickel Anion oxyde Défauts de substitution Ion chromique en site nickel Ion sulfure en site oxyde Ni Ni O O Cr Ni S O Défauts interstitiels Cation nickel interstitiel Anion oxyde interstitiel Défauts lacunaires Lacune cationique Lacune anionique Ni i O '' i V '' Ni V O

9 Formule des composés non stœchiométriques : Prédominance d un seul défaut ponctuel Lacunes cationiques : Cr 2-x O 3 (2-x) Cr Cr + x V Cr ' ' ' + 3x h + 3 O O Lacunes anioniques : TiO 2-x Ti Ti + (2-x) O O + x V O + 2x e' Interstitiels cationiques : Be 1+x O Be Be + x Be i + 2x e' Interstitiels anioniques : PuO 2+x Pu Pu + 2 O O + x O i ' '+ 2x h

10 4. ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES Identifier, pour chaque processus, l interface mise en jeu Identifier les espèces principales et intermédiaires (réactifs et produits) Traduire les trois bilans : matière, charges, sites Vérifier le bilan global de la transformation comme la somme de toutes les étapes élémentaires

11 ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES : 1. CHIMISORPTION Simple : O 2 + s s O 2 Dissociative : O s 2 O s Associative : 2 NO + s s N 2 O 2 Avec libération d espèce gazeuse : CO 2 + s O s + CO Avec libération d espèces adsorbées sur le même type de site de surface : H 2 S + 3 s s S + 2 H s Avec libération d espèces adsorbées utilisant chacune un site de surface différent : COS + s 1 + s 2 S s 1 + CO s 2

12 ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES : 2. RÉACTION INTERFACIALE EXTERNE Sans création d UC : O s + V O + 2 e' O O + s O s O i '' + 2 h + s O s + O O + (incorporation de l oxygène dans l oxyde) Avec création d UC : O s O O + V M ' '+ 2 h + s O s + M i + 2 e' O O + M M + s

13 ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES : 2. RÉACTION INTERFACIALE EXTERNE Sans création d UC : O s + V O + 2 e' O O + s O s O i '' + 2 h + s O s + O O + (incorporation de l oxygène dans l oxyde) Avec création d UC : O s O O + V M ' '+ 2 h + s O s + M i + 2 e' O O + M M + s

14 ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES : 3. RÉACTION INTERFACIALE INTERNE M + M M + (incorporation de l é lément métallique dans l oxyde) Sans création d UC : < M > M i + 2 e' + < > < M > + V M ' '+ 2 h M M + < > Avec création d UC : < M > M M + V O + 2 e' + < > < M > + O i ' '+ 2 h M M + O O + < >

15 ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES : 3. RÉACTION INTERFACIALE INTERNE M + M M + (incorporation de l é lément métallique dans l oxyde) Sans création d UC : < M > M i + 2 e' + < > < M > + V M ' '+ 2 h M M + < > Avec création d UC : < M > M M + V O + 2 e' + < > < M > + O i ' '+ 2 h M M + O O + < >

16 ÉCRITURE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES : 3. RÉACTION INTERFACIALE INTERNE M + M M + (incorporation de l é lément métallique dans l oxyde) Sans création d UC : < M > M i + 2 e' + < > < M > + V M ' '+ 2 h M M + < > Avec création d UC : < M > M M + V O + 2 e' + < > < M > + O i ' '+ 2 h M M + O O + < >

17 5. ÉQUILIBRE ET VITESSE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES EQUILIBRE : Constante d équilibre selon Guldberg et Waage : n i, T = ( i) eq i= 1 K P a Solutions idéales : a ENR = 1 a O s = θ (= s / s 0 ) a δ = x δ a O2 = P O2 / P

18 5. ÉQUILIBRE ET VITESSE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES VITESSE : Processus d interface : [ ] n m X i j d v=# = k' A dt ( a k''. ri i= 1 j= 1 ) ( a p j ) Exemple : Ni + V Ni ' '+ 2 h Ni Ni dni/adt = k' [V Ni ''][h ] 2 k' '

19 5. ÉQUILIBRE ET VITESSE DES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES VITESSE : Processus d interface : v=# [ ] n m X i j d = k' A dt ( a k''. ri i= 1 j= 1 ) ( a p j ) Diffusion : J / = ( z Ω z + dx dy 1 1) D / z / z (WAGNER)

20 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Définition En régime cinétique pur, une seule étape possède des constantes de vitesses bien inférieures à celles de tous les autres. Ou Une transformation dont toutes les étapes élémentaires sont à l équilibre, sauf une seule, se déroule en régime cinétique pur. Le processus qui n est pas à l équilibre est le processus limitant

21 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Schématisation de la discontinuité du potentiel chimique de l oxygène selon la localisation de l étape limitante Ni 1-x O Ni 1-x O Ni Ni Ni 1-x O Ni

22 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Schématisation de la discontinuité de l activité du défaut V Ni selon la localisation de l étape limitante au cours de la croissance de Ni 1-x O Ni Ni 1-x O Ni Ni 1-x O Ni Ni 1-x O

23 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Schématisation de la discontinuité de l activité du défaut V O selon la localisation de l étape limitante (TiO 2-x ) Ti TiO 2-x Ti TiO 2-x Ti TiO 2-x

24 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse Poser l expression de la vitesse de l étape limitante Ecrire les constantes d équilibre de toutes les autres étapes Exprimer les activités des intermédiaires réactionnels en fonction de ces constantes Remplacer dans l expression de la vitesse.

25 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe HYPOTHÈSES : PbO compact et adhérent à Pb PbO s.c. type p à lacunes de cations Défaut prédominant lacune doublement chargée Chimisorption dissociative de l oxygène

26 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe O s 2 O s ÉQUILIBRE (K s ) O s O O + V Pb '' + 2 h + s LIMITANT (k',k'') < Pb > + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb + < > ÉQUILIBRE (K i )

27 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe O s 2 O s O s O O + V Pb '' + 2 h + s 2 K s = P (1 ) v= k'-k''[ V '' Pb 2 2 ][ h] (1 ) < Pb > + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb + < > Ki= [ V 1 '' Pb][ h ] 2

28 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe O s 2 O s O s O O + V Pb '' + 2 h + s 2 K s = P (1 ) v= k'-k''[ V '' Pb 2 2 ][ h] (1 ) < Pb > + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb + < > Ki= [ V 1 '' Pb][ h ] 2

29 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe O s 2 O s O s O O + V Pb '' + 2 h + s 2 K s = P (1 ) v= k'-k''[ V '' Pb 2 2 ][ h] (1 ) < Pb > + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb + < > Ki= [ V 1 '' Pb][ h ] 2

30 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe O s 2 O s O s O O + V Pb '' + 2 h + s v= k' 1+ K P s K P s -k'' K i 1+ 1 K P s < Pb > + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb + < >

31 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de demi-réaction externe v= k' 1+ K P s K P s -k'' K i 1+ 1 K P s Loi cinétique linéaire : m/a = k l t m/a t

32 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Approximation «loin de l équilibre» v= k' 1+ K P s K P s -k'' Ki 1+ 1 K P s INFLUENCE DE LA TEMPERATURE : ENERGIE D ACTIVATION La loi d Arrhenius n est pas suivie Deux cas limites : K s P>> 1 E app = E vraie K s P<<1 E app = E vraie + ½ r H s Quand la loi d Arrhenius est suivie, l énergie d activation apparente sur la constante de vitesse est une combinaison linéaire de l énergie d activation vraie sur l étape limitante et des termes enthalpiques des étapes équilibrées qui la précèdent.

33 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de diffusion HYPOTHÈSES : PbO compact et adhérent à Pb PbO s.c. type p à lacunes de cations Défaut prédominant : lacune doublement chargée Chimisorption dissociative de l oxygène

34 J / 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Calcul de la vitesse : Exemple de la croissance de PbO en régime pur de diffusion = ( z Ω z + dx dy 1 1) D / z / z J z / dy = 1 Ω dt y 2 ( éq. éq. = 6DΩ C C )t ( éq. éq. ou y 2 = 6D x x )t e i e i Loi cinétique parabolique : m/a ( m/a) 2 = k p t (réactivité décroissante) t

35 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS y 2 D( éq. éq. = 6 x x )t e i

36 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Approximation «loin de l équilibre» y 2 D( éq. éq. = 6 x x )t e i

37 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Approximation «loin de l équilibre» y 2 D( éq. éq. = 6 x x )t e i MESURE DU COEFFICIENT D AUTODIFFUSION D Fe = D.x e éq. = 1/6 K p

38 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Approximation «loin de l équilibre» y 2 D( éq. éq. = 6 x x )t e i INFLUENCE DE LA TEMPÉRATURE E app = E D + f H V

39 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS Approximation «loin de l équilibre» y 2 D( éq. éq. = 6 x x )t e i INFLUENCE DE LA PRESSION = influence sur x e éq.

40 6. RÉGIMES CINÉTIQUES PURS L influence de pression est toujours plus discriminante que l influence de température pour déterminer la nature de l étape limitante INFLUENCE DE LA PRESSION P DE DIOXYGÈNE SUR LA RÉACTIVITÉ OXYDE FORMÉ SORPTION ½ RÉACTION EXTERNE ½ RÉACTION INTERNE* DIFFUSION* TYPE n TYPE p Prop. à P Homograph. en P 1/2 Pas d influence Prop. à P 1/2 Pas d influence Prop. à P 1/2(z+1) *Dépend de l interface où est créé le défaut qui diffuse

41 7. RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES Définition En régime cinétique mixte, deux étapes au moins possèdent des constantes de vitesses bien inférieures à celles de toutes les autres. Ou Une transformation dont toutes les étapes élémentaires sont à l équilibre, sauf deux au moins, se déroule en régime cinétique mixte. Attention : ne pas confondre avec régime à étapes parallèles

42 RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES Régime transitoire et régime pseudo-stationnaire En régime cinétique mixte, la concentration d interface d une espèce intermédiaire évolue dans le temps (régime transitoire) et se rapproche asymptotiquement d une valeur pseudo-stationnaire définie par un bilan-matière exactement balancé à cette interface.

43 RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES Régime transitoire et régime pseudo-stationnaire SORPTION-1/2 RÉACTION EXTERNE O s 2 O s k s k s θ O s O O + V Pb ' '+ 2 h + s k e k e Pb + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb K i t d (1 ) k [ ][ ] (1 dt ' 2 " 2 ' " " 2 = ksp ks ke + V h e Pb Expression explicite de θ = f(t) à porter dans l expression de la vitesse de l une ou de l autre des étapes limitantes IMPOSSIBLE!

44 RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES Calcul en régime pseudo-stationnaire uniquement SORPTION-1/2 RÉACTION EXTERNE O s 2 O s k s k s θ O s O O + V Pb ' '+ 2 h + s k e k e Pb + V Pb ' '+ 2 h Pb Pb K i t d (1 ) k [ ][ ] (1 dt ' 2 " 2 ' " " 2 = k P ks ke + V h e Pb s = 0 Expression analytique de θ à porter dans l expression de la vitesse de l une ou de l autre des étapes limitantes

45 Gain de masse RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES LOI «PARALINÉAIRE» Loi complète Pseudostationnarité depuis t = 0 Masse de la phase adsorbée Temps

46 RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES DEMI-RÉACTION INTERNE-DIFFUSION (Oxydation du silicium) O 2 + s O 2 s O 2 s (O 2 ) i + s Diffusion de (O 2 ) i K s (équilibre) K e (équilibre) D (lent) Si + (O 2 ) i SiO 2 k i (loin de l équilibre) SiO 2 Si

47 RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES DEMI-RÉACTION INTERNE-DIFFUSION (Oxydation du silicium) Calcul à effectuer comme décrit plus haut (complet ou uniquement pseudo-stationnaire) ou Application de la loi des lenteurs (pseudo-stationnaire) : 1 = 1 + V V V mixte diffusion 1 réaction

48 RÉGIMES CINÉTIQUES MIXTES DEMI-RÉACTION INTERNE-DIFFUSION (Oxydation du silicium) 3 Loi pseudo-stationnaire : LOI LINÉAIRE-PARABOLIQUE 2 y t = + k y p k l Gain de masse 2 1 Parabole Pseudo-stationnarité de (O 2 ) i : bilan à l interface balancé concentration continûment décroissante 0 k l k p Régime mixte étudié Temps

49 UN CAS COMPLEXE : OXYDATION PAR LA VAPEUR D EAU ADSORPTION H 2 O + s H 2 O s H 2 O + s HO s + ½ H 2 H 2 O + s O s + H 2 Hydroxylation de surface DEMI-RÉACTION EXTERNE HO s + V O + 2 e' OH O + s HO s OH i ' + h + s Incorporation OH dans les oxydes DEMI-RÉACTION INTERNE M + OH i ' + h M M + O O + H Chargement du métal en hydrogène

50 UN CAS COMPLEXE : OXYDATION PAR LA VAPEUR D EAU Deux cas limites : 30 6 Weight gain (mg.cm -2 ) T = 850 C Oxidant pressure : 20 mbar H2O O2 Weight gain (mg.cm -2 ) T = 1100 C Oxidant pressure : 133 mbar O2 H2O Time (h) Time (h) Incorporation OH Pas d incorporation OH D OH > D O k e O

51 UN CAS COMPLEXE : OXYDATION PAR LA VAPEUR D EAU 4 Ta 2 O 5 2 log k l (k l en mg.cm -2.h -1 ) 0-2 PLUS ACIDE ACIDIC VO 2 TiO 2 ZrO 2 NbO 2 Mn 3 O 4 Fe 2 O 3 PLUS BASIQUE MnO BASIC Cu 2 O -4 Cr 2 O 3 CoO NiO CoO Enthalpie d'hydratation du cation (kj.mol -1 ) Influence majeure de l acidité de surface de l oxyde formé sur la vitesse d oxydation par H 2 O

52 CONCLUSIONS Quand les aires réactionnelles sont constantes, la réactivité est constante dans le temps en régime pur d interface (loi cinétique linéaire), paraboliquement décroissante en régime pur de diffusion (loi cinétique parabolique) Il n est pas obligatoire (et mathématiquement peu probable compte-tenu de la forme mathématique de l isotherme de Langmuir) que la loi d Arrhenius sur les constantes cinétiques globales (k l et k p ) soit suivie La détermination expérimentale de l influence de la pression est une étape clé de la recherche de la localisation du processus limitant En régime mixte, la détermination de la loi cinétique complète est souvent délicate. La partie pseudo-stationnaire de cette loi est plus aisée à mettre en équation

CONCOURS D ADMISSION 2011

CONCOURS D ADMISSION 2011 A 2011 Chimie MP ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINTETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP) ECOLE

Plus en détail

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1 Sommaire Remerciements................................. iii Introduction..................................... 1 Chapitre 1 : Concepts et outils de base 1. Introduction..................................................

Plus en détail

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Chapitre 7 : Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide.

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. : Constitution de la matière: Différentes phases de la matière: A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. o Phase gazeuse:

Plus en détail

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE Université P. et M. Curie Année 000/001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 001 EXAMEN DE CHIMIE CORRIGE Durée de l épreuve : 3 heures Les calculatrices ne sont pas autorisées Données : (les

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1- Atomistique... 17. Chapitre 2- Liaisons chimiques... 47

Table des matières. Chapitre 1- Atomistique... 17. Chapitre 2- Liaisons chimiques... 47 Table des matières Chapitre 1- Atomistique... 17 1. Structure de l atome... 17 2. Modèle corpusculaire : cas de l atome H... 19 2.1 Objectif... 19 2.2 Modèle de Rutherford... 19 2.3 Modèle de Bohr... 20

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Chapitre n 6 : CINETIQUE CHIMIQUE

Chapitre n 6 : CINETIQUE CHIMIQUE Chimie - 6 ème année - Ecole Européenne Chapitre n 6 : CINETIQUE CHIMIQUE I) Rappels d oxydoréduction : 1) Réaction d oxydoréduction : Nous allons voir que certaines réactions d'oxydoréduction sont complètes

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2006 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Les paraboles. x ax 2 + bx + c.

Les paraboles. x ax 2 + bx + c. 1ES Résumé du cours sur le second degré. Les paraboles. On appelle fonction du second degré une fonction de la forme x ax 2 + bx + c. Bien sûr a doit être différent de 0 sinon ce n est pas une fonction

Plus en détail

Thermochimie - TD 2 Corrigé

Thermochimie - TD 2 Corrigé Thermochimie - TD Corrigé Licence 1 «Groupes Concours & Polytech» - 007 / 008 Exercice 1 : combustion La combustion dans une bombe calorimétrique (volume constant) d une pastille de 3,76 g d acide benzoïque

Plus en détail

Exercices corrigés avec rappels de cours

Exercices corrigés avec rappels de cours Electrochimie des solides Exercices corrigés avec rappels de cours Abdelkader Hammou et Samuel Georges 17, avenue du Hoggar Parc d Activité de Courtabœuf - BP 112 91944 Les Ulis Cedex A - France Grenoble

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

Etude rigoureuse des solutions acides et basiques

Etude rigoureuse des solutions acides et basiques Etude rigoureuse des solutions acides et basiques. V Etude rigoureuse des solutions acides et basiques Sir Isaac Newton ( 1642-1727 ) a. Condition d électroneutralité... 68 b. Condition de conservation

Plus en détail

Modélisation de matériaux photoréfractifs

Modélisation de matériaux photoréfractifs Modélisation de matériaux photoréfractifs B. Bidégaray-Fesquet Laboratoire de Modélisation et de Calcul CNRS, Grenoble Journées EDP Rhône-Alpes, 2006 B. Bidégaray-Fesquet (LMC) Modélisation de matériaux

Plus en détail

Stabilité physico-chimique des thermocouples à haute température

Stabilité physico-chimique des thermocouples à haute température Stabilité physico-chimique des thermocouples à haute température Présentation: N. Fleurence Equipe: N. Fleurence, G. Failleau, T. Deuzé, M. Sadli, S. Briaudeau, J-O. Favreau, R. Morice 1 Stabilité physico-chimique

Plus en détail

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL COURBES NTENSTÉ-POTENTEL -Courbes intensité-potentiel 1) Notion de cinétique des réactions rédox en solution a) introduction Les diagrammes E-pH étudiés précédemment permettent une étude thermodynamique

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz CCP Chimie MP 20 Énoncé /5 6(66,2 03&+ C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz %/HFDQGLGDWDWWDFKHUDODSOXVJUDQGHLPSRUWDQFHjODFODUWpjODSUpFLVLRQHWjODFRQFLVLRQGH

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Oxydant, Réducteur, oxydation et réduction Expérience : plaque en fer Fe solution de sulfate de cuivre (, SO 4 2 ) Observations et conclusions : dépôt de cuivre sur la plaque

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie.

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. J0 Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. Exercice : Ecriture d équation de réaction. Ecrire les équation de réaction

Plus en détail

Activité par les élèves Le poker des formules

Activité par les élèves Le poker des formules SNC2D/SNC2P Réactions chimiques/réactions chimiques Activité par les élèves Le poker des formules Sujets écrire le nom et la formule chimique de composés ioniques Durée préparation : 20 min activité :

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat I. Solutions acides faibles 1.1. Observation Le ph d une solution d acide éthanoïque CH 3 COOH de concentration molaire c A = 10 2 mol/l est égale à 3,4. 1.2. Interprétation

Plus en détail

Présentation du plan de cours et du site Internet

Présentation du plan de cours et du site Internet Cours #1: Introduction à la modélisation et au contrôle de procédés industriels Guy Gauthier, ing., Ph.D. 6 janvier 015 Source de l image: www.mlssystems.com/thermoforming.htm Présentation du plan de cours

Plus en détail

Généralités sur les fonctions ( En seconde )

Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Dernière mise à jour : Dimanche 31 Octobre 2010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2010-2011) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document

Plus en détail

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique laboratoire de Chimie Industrielle - Génie des Procédés O. CHEDEVILLE, M. DEBACQ, C. PORTE Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique Présentation

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

Chapitre III. Les cristaux ioniques

Chapitre III. Les cristaux ioniques Chapitre III 27 Les cristaux ioniques Les cristaux ioniques se présent et sous forme de deux réseaux décalés l un par rapport à l autre : le réseau des cations et le réseau des anions. La stabilité du

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

PHYSIQUE II A. Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE

PHYSIQUE II A. Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE PHYSIQUE II A Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE (Durée conseillée : 2 heures) PRESENTATION DU SUJET Il était proposé au candidat d effectuer l étude d un système énergétique réel, en l occurrence

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées On considère une eau en équilibre avec le CO 2 (g) dont

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - fonctions de références, représentations graphiques, dérivées, tableau de variations : toutes sections - opérations sur les limites, asymptotes : STI2D,

Plus en détail

Chapitre II: La solubilité.

Chapitre II: La solubilité. Chapitre II: La solubilité. 1. Aspect qualitatif de la solubilité: 1.1 Notion de solubilité-saturation: Pour tout soluté mis en solution dans un volume défini de solvant, il existe à une température donnée

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. Tournez la page S.V.P. Tournez la page S.V.P. Tournez la page S.V.P. IN CHOISY 13 1069 D après documents fournis 068 Epreuve de Physique C - Chimie Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

Le modèle de Stewart. Benjamin Honton DESC Réanimation R. médicalem Décembre 2007. Agen

Le modèle de Stewart. Benjamin Honton DESC Réanimation R. médicalem Décembre 2007. Agen Le modèle de Stewart Benjamin Honton DESC Réanimation R médicalem Décembre 2007. Agen Données élementaires Anions = Acides: Donneur de H+ Cations = Basiques: Accepteur de H+ Acide faible: Composé à libération

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

4.1 Étude de la solubilité du chlorure d hydrogène dans l eau

4.1 Étude de la solubilité du chlorure d hydrogène dans l eau Corrigés des problèmes du chapitre 4 4.1 Étude de la solubilité du chlorure d hydrogène dans l eau 1. Variables de composition 1.1 Par définition de la fraction molaire du constituant, nous avons : Ü Ò

Plus en détail

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité par Vincent Laude Institut FEMTO-ST, département MN2S équipe MINANO «Micro-Instrumentation, NANosciences et Ondes» 32 avenue de l Observatoire F-25044

Plus en détail

Session 2010. Second concours École normale supérieure PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

Session 2010. Second concours École normale supérieure PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures Session 2010 Second concours École normale supérieure PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L énoncé comporte deux parties totalement indépendantes, et les questions sont largement indépendantes au sein de

Plus en détail

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7 SCIENCES DES ATÉRIAUX / EENTO SCIENCES DES ATÉRIAUX SCIENCES DES ATÉRIAUX / Grandeur STRUCTURES CRISTALLOGRAPHIQUES ET PROPRIETES PHYSIQUES asse volumique r (g.cm - ) Température de fusion ( C) Coeficient

Plus en détail

PC Brizeux TP N 1 - Correction Altmayer- Henzien 2015-2016

PC Brizeux TP N 1 - Correction Altmayer- Henzien 2015-2016 Correction TP N1 I. Etalonnage d'une solution de soude Q1. Si la solution de soude n'est pas fraîchement préparée, du dioxyde de carbone de l'air peut se dissoudre dedans puis réagir avec la soude par

Plus en détail

Tableau d avancement d une réaction chimique

Tableau d avancement d une réaction chimique Tableau d avancement d une réaction chimique 1) Le tableau d avancement et son utilité Voici comment se présente, dans un cas général un tableau d avancement d une réaction : a A + b B b C + d D n A (initial)

Plus en détail

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires PC Marcelin Berthelot Devoir surveillé 2 12 octobre 2013 : Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires Devoirs 1. Diagramme binaire solide-liquide or-argent (CCP 2013) Le diagramme binaire

Plus en détail

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009 Second degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 008/009 Table des matières 1 Polynômes du second degré 1.1 Définition................................................. 1. Forme canonique.............................................

Plus en détail

Chapitre 6 : Oxydes-Hydroxydes

Chapitre 6 : Oxydes-Hydroxydes Chapitre 6 : Oxydes-Hydroxydes I Oxygène Elément très abondant O 2 très réactif se combine avec tous les éléments (sauf He, Ne et Ar) Rappel : Degré d oxydation de l oxygène les plus courant : -II -I 0

Plus en détail

Notion de pouvoir tampon, cas de l eau de mer. Spé TS automne

Notion de pouvoir tampon, cas de l eau de mer. Spé TS automne Mots clés : Constante d acidité, pka, domaine de prédominance, addition d une solution dans une autre, variation du ph. Objectif : découvrir le pouvoir tampon par des additions, avancer vers le dosage

Plus en détail

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Matériaux 3 : Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Conseils et Erreurs trop fréquentes Attention au signe d une surtension : elle est positive pour une oxydation (sur

Plus en détail

PHYSIQUE II. Partie I - Formation des bulles. une solution aqueuse diluée de dioxyde de carbone, contenant n l

PHYSIQUE II. Partie I - Formation des bulles. une solution aqueuse diluée de dioxyde de carbone, contenant n l PHYSIQUE II Les bulles du champagne sont constituées de dioxyde de carbone. Elles naissent à la surface du verre (partie I). Après une phase de croissance sur place, elles se détachent et montent dans

Plus en détail

Systèmes dynamiques. Chapitre 1

Systèmes dynamiques. Chapitre 1 Chapitre 1 Systèmes dynamiques 1) Placement financier On dépose une quantité d argent u 0 à la banque à l instant t 0 = 0 et on place cet argent à un taux r > 0. On sait qu en vertu de la loi des intérêts

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES A 2005 PHYS. I ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE)

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE) P. : 1/11 Table des matières 1 Processus de validation...1 2 Validation...2 2.1 Exactitude...2 2.1.1 Critère d acceptation :...2 2.1.2 Résultats :...2 2.1.3 Conclusion :...5 2.2 Fidélité...5 2.2.1 Critère

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

L3. Cours d introduction à la physique statistique

L3. Cours d introduction à la physique statistique L3. Cours d introduction à la physique statistique Description probabiliste d un système physique 2. Buts de la physique statistique............................ 2.2 otions de probabilité ( tutorat 2.........................

Plus en détail

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1)

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1) Chapitre 5 Régression et modélisation CHAPITRE 5 EXERCICES 5.. 0 7 f () =,8 (;,8) (;,) (; 5,8) 0,7 0,5 0, 0, 0, ( ; 5 0,) ( ; 0,7) (0; ) 9( ; 0,5) 0, ( ; 0,0) 0 5 7 8 9.,0 0,7 0,5 0, 0, 0, 0, 5 7 0 Chapitre

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

Caractérisation hydrogéochimique des eaux souterraines en Outaouais : résultats préliminaires

Caractérisation hydrogéochimique des eaux souterraines en Outaouais : résultats préliminaires Caractérisation hydrogéochimique des eaux souterraines en Outaouais : résultats préliminaires N. Montcoudiol, G. Comeau, J. Molson et J.-M. Lemieux 80ème congrès de l ACFAS 7 mai 2012 INTRODUCTION Zone

Plus en détail

Exercice I: Préparation du savon (6 points)

Exercice I: Préparation du savon (6 points) Année scolaire : 10/11 Classes : SV Matière : Chimie Cette épreuve est constituée de trois exercices. Elle comporte quatre pages numérotées de 1 à 4. L usage d une calculatrice non programmable est autorisé.

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie.

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. U.E. LC102 Année 2008-09 2 nd Semestre Première session Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. Exercice

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution (nombre de moles dissoutes par litre). Les applications industrielles de mesure

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

Corrigé examen de chimie physique 2BBM janvier 2008.

Corrigé examen de chimie physique 2BBM janvier 2008. Corrigé examen de chimie physique 2BBM janvier 2008. Note : la dispense est fixée à 12. Problème 1. On s intéresse à la combustion du gaz naturel, assimilé à du méthane dans le dioxygène : CH 4(g) + 2

Plus en détail

Cinétique chimique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb

Cinétique chimique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb Cinétique chimique Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb Plan 1. Equations cinétiques 1.1 Définition de la vitesse; 1.2 Loi de vitesse; 1.3 Etapes élémentaires 1.4 Cinétique d'ordre 0; 1.5

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 Energétique et exergétique de la combustion D après Borel, avrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 1 Notations Nous utilisons les règles de notation suivantes : toute quantité de substance exprimée

Plus en détail

Un modèle de type Schrödinger pour la propagation dans les milieux photoréfractifs

Un modèle de type Schrödinger pour la propagation dans les milieux photoréfractifs Un modèle de type Schrödinger pour la propagation dans les milieux photoréfractifs Brigitte Bidégaray-Fesquet (collaboration avec Jean-Claude Saut) Laboratoire Jean Kuntzmann, Grenoble Séminaire de Mathématiques

Plus en détail

Fiche d UE4 e-paces n 1

Fiche d UE4 e-paces n 1 Fiche d UE4 e-paces n 1! Métrologie! Ecriture des nombres! Températures Cette fiche a pour but de vous faciliter l apprentissage du premier polycopié d UE4, elle s étend jusqu à la moitié de ce dernier.

Plus en détail

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN 3 ANS

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN 3 ANS BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN ANS Électrotechnique énergie équipements communicants Exemple de progression pédagogique Programmes : BOEN n 11 du 1/06/199 / A 8/07/99 modifié A 19/07/0 Mathématiques :

Plus en détail

Agrégation interne de sciences physiques, option physique-chimie

Agrégation interne de sciences physiques, option physique-chimie CENTRE NATIONAL D ENSEIGNEMENT À DISTANCE INSTITUT DE VANVES DEVOIRS Agrégation interne de sciences physiques, option physique-chimie Chimie Sujet 3 1-5381-DV-PA-03-07 648 Sujet n 3 SOLUTIONS AQUEUSES

Plus en détail

COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. Pr.

COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. Pr. COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Pr. Aziz OUADOUD Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Définitions générales.......................

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

DANGER ATTENTION H315: Provoque une irritation cutanée H319: Provoque une sévère irritation des yeux H335: Peut irriter les voies respiratoires

DANGER ATTENTION H315: Provoque une irritation cutanée H319: Provoque une sévère irritation des yeux H335: Peut irriter les voies respiratoires TP Chimie 1 Mesure de transfert thermique I Introduction 1 Présentation Sécurité 3 Données II Mesure de la valeur en eau du calorimètre 1 Principe Mesures 3 Incertitude de la mesure III Mesure d une enthalpie

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Pré requis : Réactions d oxydoréduction pour des couples ions métalliques / métal

Plus en détail

Simulation de processus de diffusion en milieux discontinus

Simulation de processus de diffusion en milieux discontinus Simulation de processus de diffusion en milieux discontinus Antoine Lejay INRIA Nancy Grand-Est & IECN Collaborations avec Géraldine Pichot (INRIA Rennes) et Sylvain Maire (Univ. Toulon) et plus anciennement

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Equilibres acido-basiques

Equilibres acido-basiques Equilibres acido-basiques I. Définitions A. Couple acide base D après la définition de Brönsted et Lowry (192), Un acide est toute espèce susceptible de libérer un proton. Une base est toute espèce susceptible

Plus en détail

Chapitre 2. Réactions acido-basiques

Chapitre 2. Réactions acido-basiques Chapitre 2. Réactions acido-basiques Exemples de réactions acido- basiques : o Le contrôle de l acidité du sang par l organisme est basé sur des réactions acido- basiques ( toute variation peut provoquer

Plus en détail

Erreur Commise le. Réparée le Oubli de la mésomérie pour justifier que des lsn sont

Erreur Commise le. Réparée le Oubli de la mésomérie pour justifier que des lsn sont COROLLEUR GALLIOU Erreur Commise le Réparée le Oubli de la mésomérie pour justifier que des lsn sont DS 1 équivalentes et ont donc la même longueur Plusieurs C ou N ne respectant pas l octet Placer les

Plus en détail

INTRODUCTION EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE. Biophysique P1. Pr. Eric Vicaut

INTRODUCTION EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE. Biophysique P1. Pr. Eric Vicaut INTRODUCTION EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE Biophysique P1 Pr. Eric Vicaut L'état acido basique de l'organisme est défini par la concentration en ions hydrogène (H+) des cellules. La concentration en ions H+

Plus en détail

Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014

Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014 Master Modélisation et Simulation M2S M6 Simulation et méthodes numériques Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014 Travaux pratiques, feuille 6. Méthode de volumes finis Résolution de l équation de convection

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE. U41 Instrumentation et Régulation

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE. U41 Instrumentation et Régulation Session 2007 Brevet de Technicien Supérieur CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U41 Instrumentation et Régulation Durée : 3 heures Coefficient : 4 L utilisation d une calculatrice réglementaire

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique c M Dunseath-Terao - Master 1 de Physique UR1 2006 2007 1 Complément 1 Le moment cinétique 1.1. Le moment cinétique en mécanique classique L équation du mouvement d un corps en rotation en mécanique classique

Plus en détail