Théorème de Rolle et formules de Taylor

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorème de Rolle et formules de Taylor"

Transcription

1 Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer que si f est continue lors f est bornée et tteint ses bornes. C est-à-dire qu il existe x 1 et x dns K tels que : f (x 1 ) = inf x K f (x), f (x ) = sup f (x). x K. On note E = C 0 ([, b], R) l espce vectoriel des pplictions continues sur l intervlle [, b] ( < b) et à vleurs dns R et on munit cet espce de l norme : f f = sup f (x). x [,b] Soient f une fonction pprtennt à E {0} et B (0, f ) l boule fermée de centre 0 et de ryon f. () Montrer que B n,f = R n [x] B (0, f ) est compcte dns R n [x]. (b) Montrer qu il existe un polynôme P dns B n,f tel que : (c) Montrer que : f P = f P = inf Q B n,f f Q. inf f Q. Q R n[x] 3. Soient O un ouvert non vide d un espce vectoriel normé (E, ), f : O R une fonction différentible en un point O. Montrer que si f dmet un extremum locl en lors df () = 0 (considérer, pour tout vecteur h E, l fonction d une vrible réelle ϕ définie u voisinge de 0 pr ϕ (t) = f ( + th)). Le théorème de Rolle 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) d intérieur non vide, f une fonction continue de K dns R différentible sur l intérieur de K et constnte sur l frontière de K, Fr (K) = K \ K. Montrer qu il existe lors un élément c K tel que df (c) = 0.. Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles définie sur un intervlle fermé [, + [, continue sur cet intervlle et dérivble sur l intervlle ouvert ], + [ vec f (x) = f (), lors il existe un point c ], + [ tel que f (c) = 0. lim x + 3. Montrer que si f : R R est dérivble vec lim f (x) = lim f (x), lors il existe c dns R x x + tel que f (c) = Monter que si f est une fonction à vleurs réelles de clsse C m sur un intervlle réel I, où m est un entier nturel, qui s nnule en m + 1 points de I distincts, lors il existe un point c dns I tel que f (m) (c) = 0. 1

2 5. On peut donner une utre démonstrtion du théorème de Rolle pour les fonctions d une vrible réelle bsée sur un principe de dichotomie. L idée repose sur les trois résultts suivnts, où f est une fonction à vleurs réelles définie sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, continue sur cet intervlle et telle que f () = f (b). () Montrer qu il existe un intervlle [α, β] [, b] tel que β α = b et f (α) = f (β) [ (utiliser l fonction g définie sur J =, + b ] ( pr g (x) = f x + b ) f (x)). (b) Montrer qu il existe un intervlle [α, β] ], b[ tel que β α b et f (α) = f (β). (c) Montrer qu il existe une suite ([ n, b n ]) n 1 d intervlles strictement emboîtés (i. e. [ n+1, b n+1 ] ] n, b n [) dns ], b[ telle que pour tout n 1 on it : b n+1 n+1 b n n, f ( n ) = f (b n ). (d) En déduire le théorème de Rolle pour les fonctions d une vrible réelle (utiliser le théorème des segments emboîtés). 3 Le théorème des ccroissements finis 1. Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles définie sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, continue sur cet intervlle et dérivble sur l intervlle ouvert ], b[, lors il existe un point c ], b[ tel que f (b) f () = f (c) (b ).. Soit f est une fonction à vleurs réelles définie et différentible sur un ouvert O de R n. Montrer que si, b sont deux points distincts de O tels que le segment [, b] soit contenu dns O, lors il existe un point c ], b[ tel que : f (b) f () = df (c) (b ) = n k=1 f x k (c) (b k k ). 3. Montrer que si f est une fonction à vleurs dns R n (ou plus générlement dns un espce préhilbertien) définie sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, continue sur cet intervlle et dérivble sur l intervlle ouvert ], b[, lors il existe un point c ], b[ tel que f (b) f () f (c) (b ) où désigne l norme euclidienne usuelle sur R n (utiliser l fonction g définie sur [, b] pr g (x) = f (x) f (b) f (), où désigne le produit sclire euclidien usuel sur R n et l inéglité de Cuchy-Schwrz). 4. Montrer que si f, g sont deux fonctions à vleurs réelles définies sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, continues sur cet intervlle et dérivbles sur l intervlle ouvert ], b[, lors il existe un point c ], b[ tel que (f (b) f ()) g (c) = (g (b) g ()) f (c) (introduire g (x) = λg (x) µf (x) vec λ, µ bien choisis). 5. Soient f une fonction définie sur [, b] à vleurs dns R p (ou plus générlement dns un espce vectoriel normé E) et g une fonction définie sur [, b] à vleurs dns R, continues sur [, b] et dérivbles sur ], b[. () On suppose dns un premier temps que f (x) < g (x) pour tout x ], b[. On se fixe un réel α ], b[ et on note : E = {x [α, b] f (x) f (α) > g (x) g (α)}. i. Montrer que E est ouvert dns [α, b].

3 ii. En supposnt E non vide, on note γ s borne inférieure. Montrer que γ ]α, b[, γ / E et en déduire une contrdiction. iii. Montrer que f (b) f () g (b) g ().. (b) Montrer que si f (x) g (x) pour tout x ], b[ lors f (b) f () g (b) g () (remplcer g pr l fonction g ε : x g (x) + εx vec ε > 0 quelconque). 4 L formule de Tylor-Lgrnge 1. Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles définie sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, de clsse C n sur cet intervlle et n + 1 fois dérivble sur l intervlle ouvert ], b[, lors il existe un point c ], b[ tel que : f (b) = n k=0 f (k) () k! (b ) k + f (n+1) (c) (n + 1)! (b )n+1.. Montrer que si f est une fonction à vleurs dns R p (ou plus générlement dns un espce vectoriel normé E) définie sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, de clsse C n sur cet intervlle et n + 1 fois dérivble sur l intervlle ouvert ], b[ vec f (n+1) mjoré sur ], b[ pr une constnte M, lors : n f (b) k=0 f (k) () k! (b ) k M (b )n+1 (n + 1)! (utiliser les fonctions g, h définies sur [, b] respectivement pr g (x) = f (b) et h (x) = M (n + 1)! (b x)n+1 ). 5 Formule de Tylor vec reste intégrl n k=0 f (k) (x) k! (b x) k 1. Soit n N. Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles (ou dns un espce de Bnch) définie et de clsse C n+1 sur un intervlle compct [, b] non réduit à un point, lors : f (b) = n k=0 f (k) () k! (b ) k + f (n+1) (t) n! (b t) n dt. 6 Théorème de Drboux 1. Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles définie et dérivble sur un intervlle I, lors s fonction dérivée f vérifie l propriété des vleurs intermédiires (si f () < f (b) et λ ]f (), f (b)[, considérer l fonction ϕ (x) = f (x) λx).. Montrer qu il existe des fonctions qui vérifient l propriété des vleurs intermédiires sns être continue. 3. Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles définie sur un intervlle I vérifint l propriété des vleurs intermédiires (i. e. pour tout intervlle J contenu dns I, f (J) est un intervlle) lors f est continue si et seulement si pour tout réel y, l ensemble f 1 {y} est fermé dns I. 3

4 7 Applictions du théorème de Rolle 1. Rcines de polynômes. Monter que si P est un polynôme réel de degré n scindé sur R lors il en est de même de son polynôme dérivé. Précisément si λ 1 < λ < < λ p sont les rcines réelles distinctes de P vec p, l rcine λ j étnt de multiplicité m j 1 ( p m j = n), lors le polynôme dérivé P dmet les réels λ j pour rcines de multiplicités respectives m j 1, pour1 j p (une multiplicité nulle signifie que λ j n est ps rcine de P ) et des rcines simples µ j ]λ j, λ j+1 [ pour 1 j p 1.. Rcines de polynômes. Soit n,, b réels et P (x) = x n + x + b. Montrer que si n est pir lors P u plus rcines réelles et si n est impir lors P u plus 3 rcines réelles. 3. Montrer que pour tout entier n, on : ( ) (n) 1 = P n (x) 1 + x (1 + x ) n+1, où P n est un polynôme de degré n vec n rcines réelles. 4. Rcines des polynômes de Legendre. Pour tout n N, on note π n (x) = (x 1) n et L n = π (n) n. Les polynômes L n sont les polynômes de Legendre sur [ 1, 1]. () Montrer que, pour n 1 et k {0,, n 1}, le polynôme π (k) n k points distincts de ] 1, 1[. j=1 s nnule en 1, 1 et en (b) Monter que pour n 1, le polynôme L n dmet n rcines réelles simples dns l intervlle ] 1, 1[. 5. Rcines des polynômes de Lguerre. Soit α > 1. Pour tout n N, on définit le polynôme L α,n pr (x n+α e x ) (n) = L α,n (x) x α e x. Les polynômes L α,n sont les polynômes de Lguerre sur ]0, + [. Montrer que pour tout réel α > 1 et tout entier n 1, le polynôme L α,n dmet n rcines réelles distinctes dns ]0, + [. ( ) (n) 6. Rcines des polynômes d Hermite. Pour tout n N, on définit le polynôme H n pr e x = H n (x) e x. Les polynômes H n sont les polynômes d Hermite sur R. Montrer que pour tout n 1, le polynôme H n dmet n rcines réelles distinctes. 7. Mjortion de l erreur dns l interpoltion de Lgrnge. Soient I = [, b] un intervlle réel fermé borné vec < b, n un entier nturel non nul et (x i ) 0 i n une suite de réels deux à deux distincts dns I. À toute fonction f définie sur I et à vleurs réels on ssocie le polynôme d interpoltion de Lgrnge L n (f) défini pr : { Ln (f) R n [x], L n (f) (x i ) = f (x i ) (0 i n). Pour n 1, on note π n+1 l fonction polynomile définie pr : n π n+1 (x) = (x x i ). i=0 Montrer que si f est une fonction de clsse C n+1 sur l intervlle I, lors pour tout x dns I il existe un point c x pprtennt à I tel que : f (x) L n (f) (x) = 1 (n + 1)! π n+1 (x) f (n+1) (c x ). 8. Un critère de convexité. Soit I un intervlle réel non réduit à un point. Montrer que si f : I R est une fonction deux fois dérivble telle que f (x) 0 pour tout x I, lors f est convexe. 4

5 8 Applictions du théorème des ccroissements finis 1. Sens de vrition d une fonction. () Montrer que si f est une fonction à vleurs réelles dérivble sur un intervlle réel I, lors f est croissnte sur I si et seulement si f (x) 0 pour tout x dns I. (b) Soient f, g deux fonctions dérivbles sur un intervlle réel I. i. Montrer que l fonction f est décroissnte sur I si et seulement si f (x) 0 pour tout x dns I. ii. Montrer que l fonction f est constnte sur I si et seulement si f (x) = 0 pour tout x dns I. iii. Montrer que si f (x) > 0 [resp. f (x) < 0] pour tout x dns I, lors l fonction f est strictement croissnte [resp. strictement décroissnte] sur I. iv. Montrer que si f (x) g (x) pour tout x dns I = [, b], lors : x [, b], f (x) f () g (x) g (). v. Montrer que si m f (x) M pour tout x dns I = [, b], lors : x [, b], m (x ) f (x) f () M (x ).. Les résultts précédents peuvent ussi se démontrer en utilisnt le principe de dichotomie sns utiliser le théorème des ccroissements finis. Pour ce fire on introduit l nottion suivnte, où I est un intervlle réel d intérieur non vide, f une fonction à vleurs réelles définie sur I et x, y deux points distincts de I : f (y) f (x) τ (x, y) =. y x () Soient < b dns I. Montrer que pour tout c ], b[, τ (, b) est entre τ (, c) et τ (c, b). (b) En déduire, en utilisnt le principe de dichotomie, que si f est dérivble sur I vec f (x) 0 pour tout x dns I, lors l fonction f est croissnte. 3. Limites et dérivtion. () Soit f une fonction à vleurs réelles continue sur [, b] et dérivble sur ], b[ \ {c} où c est un point de ], b[. Montrer que si l fonction dérivée f une limite l en c, lors f est dérivble en c vec f (c) = l. (b) Montrer que l fonction f définie pr f (0) = 0 et f (x) = e 1 x pour x 0 est indéfiniment dérivble sur R vec f (n) (0) = 0 pour tout entier nturel n. On dispose insi d une fonction de clsse C qui n est ps développble en série entière u voisinge de 0. (c) Soient f, g deux fonctions à vleurs réelles continues sur un intervlle ouvert I, dérivbles sur I \ {c} vec g f (x) (x) 0 pour tout x I \ {c} où c I. Montrer que si lim x c g (x) = l lors lim x c f (x) f (c) g (x) g (c) = l. (d) Montrer que l réciproque du résultt précédent est fusse. (e) Soit f une fonction dérivble de ]0, + [ dns R telle que f (x) lim x + x = l. lim f (x) = l. Montrer que x + (f) Soit f une fonction dérivble de ]0, 1[ dns R de dérivée bornée. Montrer que f se prolonge pr continuité en 0 et 1. 5

6 4. Intégrtion et dérivtion. () En utilisnt l fonction f : x x ( ) [ 1 ln ( x ) cos sur I = 1 x, 1 ] prolongée pr continuité en 0 vec f (0) = 0, montrer que si f est une fonction dérivble sur [, b] le résultt f (x) dx = f (b) f () n est ps toujours ssuré. (b) Montrer que si f est une fonction dérivble sur [, b] vec f Riemnn-intégrble sur [, b] lors : f (x) dx = f (b) f (). (c) Montrer que si f, g sont deux fonctions dérivbles sur [, b] vec f, g Riemnn-intégrbles sur [, b] lors : f (x) g (x) dx = f (b) g (b) f () g () f (x) g (x) dx. 5. Longueur d un rc géométrique. Soit γ un rc géométrique compct prmétré pr une ppliction continue γ : [, b] R n. À toute subdivision de [, b] : σ = { (t 0, t 1,..., t p ) R p+1 = t 0 < t 1 <... < t p = b } on ssocie l ligne polygonle γ σ de sommets M i = γ (t i ) (0 i p). Une telle ligne polygonle peut être définie pr l prmétristion γ σ : [, b] R n, vec : i {0,, p 1}, t [t i, t i+1 ], γ σ (t i ) = (1 t) M i + tm i+1. L longueur de γ σ est lors nturellement définie pr : p 1 p 1 L (γ σ ) = M i M i+1 = γ (t i+1 ) γ (t i ). i=0 On dit que l rc prmétré continu γ : [, b] R n est rectifible si : i=0 sup {L (γ σ ) ; σ subdivision de [, b]} est fini. Dns ce cs cette borne supérieure est l longueur de l rc prmétré (γ, [, b]) et on l note L (γ, [, b]). Si f = γ ϕ est une utre prmétristion de γ sur l intervlle [α, β], lors l homéomorphisme ϕ permet de réliser une bijection de l ensemble des subdivisions de [α, β] sur l ensemble des subdivisions de [, b] (si ϕ est décroissnte lors cette bijection inverse l ordre des points des subdivisions) et on L (γ, [, b]) = L (f, [α, β]). C est-à-dire que l longueur d un rc géométrique (qund elle est définie) ne dépend ps du choix d une prmétristion. De mnière précise, on peut donner l définition suivnte. Soit γ un rc géométrique compct et continu. On dit qu il est rectifible si pour toute prmétristion γ : [, b] R n, (γ, [, b]) est rectifible. L longueur de γ est lors l longueur de (γ, [, b]) et on l note L (γ). () Montrer que si γ est un rc géométrique compct de clsse C 1 prmétré pr γ : [, b] R n, lors il est rectifible et s longueur est donnée pr : L (γ) = 6 γ (t) dt.

7 (b) En utilisnt l rc géométrique prmétré pr : où : γ : [0, 1] R t γ (t) = (t, y (t)) y (t) = { ( π ) t sin t 0 si t = 0 si t 0 montrer qu une courbe continue non dérivble n est ps nécessirement rectifible 6. Points fixes ttrctifs et répulsifs. Pour cet exercice, I désigne un intervlle fermé de R (non nécessirement borné) et f une fonction définie sur I à vleurs réelles telle que f (I) I. On dit que l intervlle I est stble pr f. On dit que α I est un point fixe de f si f (α) = α. L idée de l méthode des pproximtions successives pour obtenir une vleur pprochée d un point fixe de l fonction f est de construire l suite (x n ) n N de points de I pr l reltion de récurrence : { x0 I, n N, x n+1 = f (x n ). Si cette suite converge vers α I et si l fonction f est continue on lors nécessirement α = f (α), c est-à-dire que α est un point fixe de f dns I. Avec les nottions qui précèdent on dit que l suite (x n ) n N est une suite d pproximtions successives du point fixe α de premier terme (ou de vleur initile) x 0. On dit que l fonction f est strictement contrctnte s il existe un réel λ [0, 1[ tel que : (x, y) I I, f (x) f (y) λ x y. On dit que λ est une constnte de contrction pour f. () Soit f : I I strictement contrctnte de constnte de contrction λ [0, 1[. Montrer que l fonction f dmet lors un unique point fixe α I. De plus pour tout x 0 I l suite (x n ) n N définie pr : n N, x n+1 = f (x n ) converge vers α et une mjortion de l erreur est donnée pr : n N, x n α x 1 x 0 1 λ λn. (b) Montrer que si f : I I est dérivble sur I vec sup f (x) = λ < 1 lors f dmet un unique point fixe α I et ce point fixe est limite de toute suite d pproximtions successives de vleur initile x 0 I. (c) Soit f C 1 (I) dmettnt un unique point fixe α I. i. Montrer que si f (α) < 1 lors il existe un réel η > 0 tel que l intervlle [α η, α + η] soit stble pr f et pour tout x 0 [α η, α + η] l suite (x n ) n N définie pr x n+1 = f (x n ) converge vers α (point fixe ttrctif). ii. Montrer que si f (α) > 1 et f (I) I lors pour tout x 0 I l suite (x n ) n N définie pr x n+1 = f (x n ) est soit sttionnire (sur α) à prtir d un certin rng soit divergente (point fixe répulsif). iii. Que peut-on dire dns le cs où f (α) = 1. 7 x I

8 7. Mjortion de l erreur dns l méthode de Simpson. () Soit g une fonction à vleurs réelles de clsse C 4 sur [ 1, 1]. On désigne pr ϕ l fonction définie sur [0, 1] pr : x [0, 1], ϕ (x) = x (erreur dns l méthode de Simpson sur [ x, x]). x g (t) dt x (g ( x) + 4g (0) + g (x)) 3 i. Montrer que pour tout x [0, 1] on ϕ (x) x 3 L 4, où : L 4 = sup g (4) (x). x [ 1,1] ii. En déduire que pour tout x [0, 1] on ϕ (x) x5 90 L 4. (b) Soit f une fonction à vleurs réelles de clsse C 4 sur un intervlle [, b]. Montrer que : où M 4 = sup x [,b] f (x) dx b 6 f (4) (x). ( f () + 4f ( ) + b ) + f (b) M (b )5, Cette méthode est encore vlble pour l méthode du point milieu ou l méthode du trpèze, mis elle ne s pplique ux méthodes de Newton-Cotes plus générles. 8. Convergence uniforme de suites de fonctions. () Soit (f n ) n N une suite de fonctions continues de [, b] dns R, dérivbles sur ], b[, qui converge simplement vers une fonction f. Montrer que s il existe une constnte M > 0 telle que f n (x) M pour tout n et tout x dns ], b[, lors l suite (f n ) n N converge uniformément et f est continue. (b) Soit (f n ) n N une suite de fonctions dérivbles de [, b] dns R telle que l suite (f n) n N converge uniformément sur [, b] vers une fonction g et qu il existe x 0 [, b] tel que l suite (f n (x 0 )) n N soit convergente. i. Montrer, en utilisnt le critère de Cuchy uniforme, que l suite (f n ) n N converge uniformément vers une fonction f. ii. Montrer que pour x y dns [, b] et n N on : f (x) f (y) g (x) x y g f n + f n (x) f n (y) f n (x) x y. iii. En déduire que l fonction f est dérivble et que f = g. 9. Existence de primitives. () Montrer que toute fonction continue sur un intervlle compct est limite uniforme d une suite de fonctions ffines pr morceux et continues. (b) En utilisnt l exercice qui précède (donc sns utiliser de théorie de l intégrtion) montrer que toute fonction continue sur un intervlle compct dmet des primitives. 10. Dérivées prtielles. 8

9 () Soient O un ouvert de R n et f une fonction définie sur O à vleurs réelles (ou dns un espce normé) dmettnt des dérivées prtielles pr rpport à toutes les vribles en tout point de O. Montrer que si ces dérivées prtielles sont continues en un point de O lors f est différentible en. (b) Soient O un ouvert de R et f une fonction définie sur O à vleurs réelles dmettnt sur O des dérivées prtielles f x y et f continues en un point (, b) de O. Montrer que : y x f x y (, b) = f (, b). y x (c) En utilisnt l exemple de l fonction f définie sur R pr f (0, 0) = 0 et f (x, y) = xy (x y ) pour (x, y) (0, 0) montrer que le résultt précédent est fux si on en x + y enlève l hypothèse de continuité des dérivées prtielles d ordre. 11. Théorème de Drboux. Donner une démonstrtion du théorème de Drboux qui utilise le théorème des ccroissements finis. 1. Nombres de Liouville. On dit qu un réel α est lgébrique s il existe un polynôme P non nul à coefficients entiers reltifs tel que P (α) = 0. Prmi tous ces polynômes il en existe un de degré miniml et en le divisnt pr son coefficient dominnt on dispose d un polynôme P α unitire à coefficients rtionnels de degré miniml qui nnule α. Ce polynôme est unique, on dit que c est le polynôme miniml de α et le degré de P α est le degré du nombre lgébrique α. On vérifie fcilement que P α est irréductible dns Q [X]. Soit α un nombre lgébrique de degré d 1. () Montrer que si d = 1 lors α est rtionnel et il existe une constnte C α > 0 telle que pour tout nombre rtionnel r = p q (p Z, q N ) distinct de α on α p q C α q. (b) Montrer que si d lors α est irrtionnel et il existe une constnte C α > 0 telle que pour tout nombre rtionnel r = p q on α p q C α q. d 9 Applictions de l formule de Tylor-Lgrnge 1. Mjortion de l erreur dns l méthode de Newton. Soit f C ([, b], R) telle que : f () f (b) < 0; x [, b], f (x) 0, f (x) 0. () Montrer que pour tout x 0 dns [, b] tel que f (x 0 ) f (x 0 ) > 0, on peut définir l suite (x n ) n N de points de [, b] pr : n 0, x n+1 = x n f (x n) f (x n ) et cette suite converge vers l unique solution α ], b[ de f (x) = 0. (b) Montrer qu une mjortion de l erreur est donnée pr : où : m 1 = x n α x 0 α n ( M m 1 inf f (x), x [,b] ) n 1 M = sup f (x) x [,b] 9

10 . Mjortions de dérivées. Montrer que si f est une fonction de clsse C n+1, vec n 1, de R dns R telle que f et f (n+1) soient bornées sur R, lors toutes les dérivées f (k), pour k = 1,, n sont églement bornées sur R. 3. Inéglités de Kolmogorov. () Montrer que si f est une fonction de clsse C de R dns R telle que f et f soient bornées sur R, lors f est bornée sur R et : f f f. (b) Montrer que si f est une fonction de clsse C n+1, vec n 1, de R dns R telle que f et f (n+1) soient bornées sur R, lors toutes les dérivées f (k), pour k = 1,, n, sont bornées sur R vec : f (k) k(n+1 k) f 1 k n+1 f (n+1) k n+1 4. Estimtion de l erreur dns l méthode des rectngles. () À toute fonction f C0 ([0, 1], R) on ssocie l suite de ses sommes de Riemnn définie pr : n 1, S n (f) = 1 n 1 ( ) k f. n n Montrer que pour toute fonction f C 3 ([0, 1], R) on le développement symptotique : 1 S n (f) = f (t) dt 1 ( ) 1 1 (f (1) f (0)) + n 1n (f (1) f (0)) + O. n 3 (b) Appliction à f (t) = t Applictions de l formule de Tylor vec reste intégrl 1. Un théorème de Bernstein. () Soit f une fonction à vleurs réelles de clsse C sur ], [ vec > 0. Montrer que si f est pire et f (k) (x) 0 pour tout entier nturel k et tout x ], [ lors f est développble en série entière sur ], [. (b) Soit f une fonction à vleurs réelles de clsse C sur ], [ vec > 0. Montrer que si f (k) (x) 0 pour tout entier nturel k et tout x ], [ lors f est développble en série entière sur ], [. 11 Applictions du théorème de Drboux 1. Du théorème de Drboux, on déduit qu il existe des fonctions définies sur un intervlle réel qui n dmettent ps de primitive. Vérifier directement qu une fonction en esclier n dmet ps de primitives. k=0.. Soit f une fonction à vleurs réelles définie et dérivble sur un intervlle I. () On suppose que f () = f (b) = 0 et on désigne pr ϕ l fonction définie sur [, b] pr : f (x) f () si x ], b], ϕ (x) = x 0 si x =. 10

11 i. Montrer qu il existe c ], b[ tel que : f (b) f () = (b ) c ( f (c) ii. En déduire qu il existe d ], b[ tel que f (d) = ) f (c) f (). c f (d) f (). d (b) Montrer que s il existe deux réels < b dns I tels que f () = f (b), lors il existe c ], b[ tel que f f (c) f () (c) =. c f (x) 3. Soit f une fonction deux fois dérivble de R dns R telle que lim x + x existe un réel c tel que f (c) = Soit f une fonction dérivble de R dns R, non identiquement nulle et telle que : = 0. Montrer qu il x R, f (x) = f (x). (1) () On suppose que f ne s nnule jmis sur R. Montrer lors que f grde un signe constnt sur R et conclure. (b) On se donne un réel tel que f () 0 et pour fixer les idées on suppose que f () > 0. On note : E = {x [, + [ f (x) = 0} et on suppose cet ensemble non vide. i. Montrer qu il existe b > tel que f (x) > 0 pour tout x [, b[ et f (b) = 0. ii. On suppose que f () = f (). Montrer lors que f (x) = f (x) pour tout x [, b[ et conclure. (c) Résoudre (1). 11

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

mémento de mathématiques pour les ECE1

mémento de mathématiques pour les ECE1 mémento de mthémtiques pour les ECE1 Abdellh Becht Résumé L objectif de ce mémento est de permettre ux élèves de première nnée des clsses préprtoires ux Ecoles de Commerces, option économique, d voir un

Plus en détail

Intégration sur un intervalle quelconque MP

Intégration sur un intervalle quelconque MP ntégrtion sur un intervlle quelconque MP 9 décembre 22 Dns ce chpitre, on définit l notion de fonction continue pr morceu et intégrble sur un intervlle quelconque. Cel nous permettr de donner un sens à

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe Continuité - Limites Asymptotes à une cre Continuité - Théorème des vleurs intermédiires Notion de continuité Grphiquement, on peut reconnître une fonction continue sur un intervlle I pr le fit que le

Plus en détail

DEUG MIAS 1 Année 2002-2003 Premier et deuxième semestres Feuilles de Cours

DEUG MIAS 1 Année 2002-2003 Premier et deuxième semestres Feuilles de Cours Deug Mis 1 Année 2002-2003 J.-F. Burnol Université Lille 1 1 DEUG MIAS 1 Année 2002-2003 Premier et deuxième semestres Feuilles de Cours Toutes les fiches de cours distribuées ux étudints pendnt l nnée

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités Tble des mtières 1 Dénombrer et sommer 5 1.1 Rppels ensemblistes............................. 5 1.1.1 Opértions ensemblistes....................... 5 1.1.2 Bijections............................... 7 1.2

Plus en détail

Cours de Mathématiques L1. Résumé des chapitres. Hassan Emamirad

Cours de Mathématiques L1. Résumé des chapitres. Hassan Emamirad Cours de Mthémtiques L1 Résumé des chpitres Hssn Emmird Université de Poitiers Version 29/21 TABLE DES MATIÈRES 3 Tble des mtières 1 Nombres complexes 5 1.1 Le corps C.....................................

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mthémtiques TS Lycée Henri IV Tble des mtières I Les nombres complexes 7 Rcines n ième d un nombre complexe non nul 7. Définition.................................................... 7.2 Représenttion

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Progrmmes des clsses préprtoires ux Grndes Ecoles Filière : scientifique Voie : Mthémtiques et physique (MP) Discipline : Mthémtiques Seconde nnée Clsse préprtoire MP Progrmme de mthémtiques Tble des mtières

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - c E Etude du signe d une eression - igne de + b ( 0) On détermine l vleur de qui nnule + b, uis on lique l règle : "signe de rès le 0". +b b/ + signe de ( ) signe de - igne de + b + c (

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations Exeries Mthémtiques Disrètes : Reltions Reltions inires R1 Soient A = {0, 1, 2, 3, 4} et B = {0, 1, 2, 3} deux ensemles. Erire expliitement les ouples (, ) R où (, ) R si et seulement si : =, + = 4,

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

TOUT SUR LE TRIANGLE

TOUT SUR LE TRIANGLE PROBLEME de niveu sup rédigé pr R. Ferreol ferreol@mthcurve.com TOUT SUR LE TRIANGLE. DONNÉES ET NOTATIONS 3 points A, B, C non lignés d un pln ffine euclidien P orienté de fçon à ce que (AB, AC ) soit

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Cours d informtique théorique de M. Arfi FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Université du Hvre Année 2009 2010 Tle des mtières 1 Reltions et lois de composition internes 2 1.1 Reltions.....................................

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

ECRICOME 2004. Voie Eco. 1 1 + x. f (x) dx n N, u n = 1. 0 xn f (x) dx

ECRICOME 2004. Voie Eco. 1 1 + x. f (x) dx n N, u n = 1. 0 xn f (x) dx ECRICOME 2004 Voie Eco 1 EXERCICE 1 EXERCICE Soient f la fonction numérique de la variable réelle définie par : x R, f (x = 1 2 et (u n la suite de nombres réels déterminée par : { u 0 = 1 f (x dx 0 n

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

PROGRAMME DE I. NOMBRES COMPLEXES ET GÉOMÉTRIE ÉLÉMENTAIRE CLASSE DE PREMIÈRE ANNÉE MPSI

PROGRAMME DE I. NOMBRES COMPLEXES ET GÉOMÉTRIE ÉLÉMENTAIRE CLASSE DE PREMIÈRE ANNÉE MPSI CLASSE DE PREMIÈRE ANNÉE MPSI Le programme de première année MPSI est organisé en trois parties. Dans une première partie figurent les notions et les objets qui doivent être étudiés dès le début de l année

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Table des matières. Cristallographie. S.Boukaddid Cristallographie MP2

Table des matières. Cristallographie. S.Boukaddid Cristallographie MP2 S.Boukddid Cristllogrphie MP Cristllogrphie Tble des mtières 1 Bses de l cristllogrphie 1.1 Définitions....................................... 1. Crctéristiques des réseux cristllins......................

Plus en détail

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr Automtes temporisés Aml El Fllh Seghrouchni Aml.Elfllh@lip6.fr Pln Introduction Définition d un utomte temporisé Composition d utomtes temporisés Automtes hybrides Conclusion Le problème à résoudre monde

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Terminle S Vlère BONNET vlere.bonnet@gmil.com) 9 mi Lycée PONTUS DE TYARD rue des Gillrdons 7 CHALON SUR SAÔNE Tél. : ) 85 46 85 4 Fx : ) 85 46 85 59 FRANCE ii LYCÉE PONTUS DE TYARD

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Analyse statique et domaines abstraits symboliques

Analyse statique et domaines abstraits symboliques Anlyse sttique et domines strits symoliques Mémoire d hilittion à diriger des recherches Lurent Muorgne Hilittion soutenue le 12 février 2007 à l Université Pris-Duphine Jury : Ptrick Cousot (rpporteur)

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

Consignes d été en Mathématiques

Consignes d été en Mathématiques MPSI-PCSI Consignes d été 4-5 Classes préparatoires MPSI-PCSI, Lycée Châtelet, Douai Rentrée de Septembre 5 Consignes d été en Mathématiques Vous trouverez dans ce document trois rubriques :. Le mot du

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

S.Mouassa 1, A.Beniaiche 2.

S.Mouassa 1, A.Beniaiche 2. L'infuence de 'émission spontnée sur 'effet de istiité optique des sers à sornts stures d'un résonteur Fry-Perot trimode dont 'érgissement est inhomogène. S.Mouss,.Beniiche. Déprtement d'optique et de

Plus en détail

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires U.P.S. I.U.T. A, Déprtement Informtique Année 2009-2010 Mthémtiques isrètes Chpitre 4 : reltions inires 1. Générlités Définition Soient E 1, E 2,...E n es ensemles. Une reltion n-ire est l onnée un sous-ensemle

Plus en détail

Automates d arbres avec visibilité : rapport de stage de licence (L3)

Automates d arbres avec visibilité : rapport de stage de licence (L3) Automtes d rbres vec visibilité : rpport de stge de licence (L3) Nicols Perrin ENS de Lyon Mître de stge : Hubert Comon-Lundh - LSV, ENS Cchn Autre encdrnt : Florent Jcquemrd - LSV, ENS Cchn Résumé Mon

Plus en détail

M42. Compléments d analyse (résumé).

M42. Compléments d analyse (résumé). Université d Evry-Val-d Essonne. Année 2008-09 D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions

Plus en détail

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon Oral HEC 2007 Question de cours : Dé nition d un estimateur ; dé nitions du biais et du risque quadratique d un estimateur. On considère n (n > 2) variables aléatoires réelles indépendantes X 1,..., X

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

SESSION 2013 MPIN007! INFORMATIQUE. Durée : 3 heures!

SESSION 2013 MPIN007! INFORMATIQUE. Durée : 3 heures! SESSION 2013 MPIN007 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " INFORMATIQUE Durée : 3 heures " N.B. : Le cndidt ttcher l plus grnde importnce à l clrté, à l précision et à l concision de l rédction. Si un cndidt

Plus en détail

Systèmes de détection Exemples académiques & commerciaux

Systèmes de détection Exemples académiques & commerciaux Systèmes de détection Exemples cdémiques & commerciux Système de détection: Propgtion de logiciels mlveillnts Exemple I: MIT, ICSI & Consentry Jen-Mrc Robert, ETS Protection contre les mences - Détection

Plus en détail

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments écnique: chpitre orces; oents INTRDUCTIN Toute ction écnique s'eerçnt sur un objet pour eet soit: de odiier son ouveent ou de le ettre en ouveent, de le intenir en équilibre, de le déorer. Toute ction

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Automates et langages

Automates et langages Automtes et lngges L exmen corrigé RICM 9 jnvier 22 Grmmire Automte Expression On considère l grmmire régulière G =(Γ,Σ,S,Π) vec Γ = {S,P,R}, Σ={,} et Π={S P,P R,P S,R,R P }.. Construire un utomte A cceptnt

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail