LE TABLEAU DE BORD DE GESTION DES STATIONS TOURISTIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE TABLEAU DE BORD DE GESTION DES STATIONS TOURISTIQUES"

Transcription

1 S T A T I S T I Q U E S LE TABLEAU DE BORD DE GESTION DES STATIONS TOURISTIQUES PAR VINCENT VLES, PROFESSEUR ET DIRECTEUR DE L INSTITUT D AMÉNAGEMENT, UNIVERSITÉ DE BORDEAUX III, RESPONSABLE DU DESS AMÉNAGEMENT ET GESTION DES STATIONS TOURISTIQUES CHRISTIAN EGEA, DIRECTEUR DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DU TOURISME D AQUITAINE, ET LÉOPOLD KAHN, DIRECTEUR DE L EUROPEAN BUSINESS PROGRAMME À L ESC DE BORDEAUX L objectif du tableau de bord de gestion des stations touristiques n est pas uniquement d observer. Il permet un management dynamique fondé sur une veille stratégique permanente, et une capacité d évaluation et de réaction rapides. Un outil ambitieux pour des stations ayant déjà atteint un bon niveau d organisation et de gestion. En tentant de coordonner initiatives privées et politiques publiques, le directeur d une SEM ou d un office de tourisme est contraint de relever en permanence des défis dans un certain nombre de domaines où ses moyens d intervention sont par définition limités. L adéquation des produits touristiques aux attentes des clients, le positionnement de la production par rapport à la concurrence, l allongement ou l amélioration de la saison sont déterminés par un ensemble de facteurs structurels et conjoncturels qui, s ils sont étroitement imbriqués, relèvent de logiques aussi hétérogènes que l évolution économique internationale, la sociologie des loisirs, les pratiques de consommation, les politiques éducatives... En conséquence, l évaluation de la place réelle de la station dans son environnement économique et dans le marché reste bien souvent intuitive. La définition des politiques de management des collectivités touristiques est largement une affaire d impression, d influence, d imitation. Le mode de gestion local du développement touristique consiste souvent à reproduire ce qui se fait, ce qui a été constaté ailleurs : l innovation reste rare dans l administration touristique des communes. Exceptionnelles sont les stations ou les villes qui ont osé se doter d un outil d aide au choix des actions de production, de politique de prix, de promotion ou de commercialisation touristiques. L absence de maîtrise des flux et de connaissance formelle des modes de consommation des clientèles sur le site rend le concept de management touristique d un maniement délicat. L observation micro-économique, lorsqu elle existe, est souvent partielle et fragmentée. Le plus souvent, l examen ne recense que les pratiques sociales d ensemble, les fréquentations les plus visibles, les motivations exprimées. Ces données sont assemblées en statistiques globales, qui ne fournissent au directeur de station aucune information susceptible de l éclairer sur le sens à donner à sa politique de mise en marché. Rares sont les observatoires locaux qui fournissent des indications sur les chiffres d affaires, 28

2 les dépenses réelles et, a fortiori, sur la marge par produit ou hébergement le canal de vente, les retombées des actions de promotion ciblées. Ce constat, s il n est pas nouveau, a motivé une réflexion sur les outils de gestion et de management des stations. Le tourisme est devenu un outil d intervention pour les politiques d aménagement du territoire. La question de l adéquation entre les missions de promotion et de commercialisation des offices de tourisme, la consommation touristique réelle et virtuelle et les marchés potentiels se pose aux responsables locaux. La maîtrise des politiques touristiques locales impliquant une connaissance exacte des couples produits/clients, un outil d aide à la décision se révèle utile pour améliorer l intervention des collectivités territoriales. Certaines stations se sont dotées de ces instruments : en Aquitaine, à la demande de la ville de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) et des communes de Carcans, Hourtin, Lacanau, regroupées avec le département en syndicat mixte afin de promouvoir un pôle Médoc Bleu (Gironde), une équipe constituée d un universitaire, d un attaché de l INSEE et d un spécialiste du management (1) a conçu un système d information synthétique, appliqué à l organisation de l exploitation commerciale et des aménagements en site touristique. La démarche, qui s appuie sur les concepts et les pratiques de la gestion directe et déléguée des grands équipements de loisirs, a été expérimentée avec le concours financier de ces deux collectivités touristiques. Souhaitant dépasser l approche statistique traditionnelle, elles ont accepté d assigner à leur observatoire local un rôle très différent : celui de faciliter les projets, de stimuler les échanges d informations entre les prestataires, de contribuer à la cohésion des opérateurs autour d un projet de promotion à long terme du territoire local. De passive, la mesure des flux et des résultats est devenue stratégique. POURQUOI UN TABLEAU DE BORD DE GESTION DE STATION? En première analyse, la fonction d un tableau de bord de gestion est d ordre purement technique. C est un instrument de contrôle utilisé couramment par les entreprises industrielles ou commerciales dans la conduite de leurs plans marketing. Cette première approche doit être tempérée, car son application directe à la direction d un office de tourisme confère à la station touristique un rôle de direction commerciale de prestataires locaux sur lesquels elle ne dispose cependant d aucun ascendant hiérarchique. Néanmoins, le concept de contrôle, dans son sens anglo-saxon (control, regulate), va vraisemblablement s imposer davantage aux collectivités touristiques, surtout depuis la réforme de 1992 sur l organisation locale du tourisme. Le tableau de bord de gestion de station est en effet un instrument d évaluation adapté à chaque situation locale. C est aussi un instrument de pilotage utile. UN INSTRUMENT D ÉVALUATION ADAPTÉ À CHAQUE SITUATION LOCALE NOTE (1) Les auteurs du présent article. La décentralisation, tout comme l insertion du tourisme dans une économie soumise à des évolutions mondiales inattendues, dominées par les règles de la concurrence, ont rendu indispensable la connaissance locale des produits touristiques en termes d adéquation des couples produits-clients (c est-à-dire les réponses de l offre à la demande). Ces éléments demandent également que les résultats des politiques locales de promotion et d aménagement touristique puissent être évalués, que les collectivités locales disposent de repères qui précisent la valeur ajoutée et fournissent aussi une aide à la décision. La grande variété des gisements, des clientèles, des formes et des capacités de gestion des territoires, des structures de promotion et de commercialisation des produits rend cependant ce souhait difficile à réaliser. Afin d étudier la répartition des fréquentations et de les agréger, les politiques d observation régionales, voire nationales et mondiales, ont fourni aux offices de tourisme un système de comptage, des pratiques de dénombrement des flux, des modalités de connaissance des clientèles. Si ces éléments sont utiles aux régions et États, ils apportent peu à la gestion touristique locale, rien, du moins, qui puisse aider à la mise en place de politiques de développement (politiques commerciales) adaptées à la fois à l offre de la station et à la demande internationale. C est dans cet objectif que les tableaux de bord de gestion de station ont été conçus. La conséquence directe de cette forte adéquation à la spécificité des terrains est que ces instruments ne peuvent pas fonctionner sur un modèle unique. Les objectifs commerciaux qui justifient la programmation des grands équipements des années 1990 et leurs 29

3 actions promotionnelles diffèrent en effet selon qu ils émanent de telle ou telle ville, station d altitude, climatique, balnéaire, pôle de séjours, pays d accueil. Qui plus est, les moyens localement disponibles pour observer et agir sur le marché touristique ne sont pas identiques. Les réseaux d information mobilisables, les données qu ils convient de traiter, les ressources humaines et financières à mettre en œuvre s opposent d une station à l autre. Les exigences des partenaires, clients et prestataires varient également selon une dynamique propre en fonction des objectifs et des moyens que l on peut mobiliser localement. La diversité des attentes des responsables locaux en matière d observation est grande et la gamme des souhaits est étendue : - dénombrement des nuitées, soumis à un traitement statistique lourd, et qui devient le tableau des fréquentations, publié régulièrement et souvent assimilé à un tableau des résultats ; - indicateurs de gestion, signaux avertisseurs, témoins de réalisation des actions promotionnelles. Parce qu il est directement déterminé par le plan d action à court et moyen terme du directeur de station, le tableau de bord de gestion commerciale est un outil opérationnel à la disposition du responsable de l office ou de la société d économie mixte touristiques. Son importance stratégique provient de la comparaison qu il permet de faire entre un tableau d indicateurs des réalisations qu il fournit et les prévisions qu il requiert et rappelle, en face des réalisations. La démarche engagée par la mise en place d un tableau de bord exige effectivement que le responsable institutionnel du tourisme local définisse une stratégie de développement bâtie sur des objectifs négociés. L ensemble de ces facteurs fait du tableau de bord de gestion de station un outil particulier, non reproductible, à l exploitation délicate. UN INSTRUMENT DE PILOTAGE ET NON D OBSERVATION Toute la différence opérationnelle entre observatoire et tableau de bord de gestion réside dans cette distinction entre dénombrement exhaustif passif et prélèvement d information stratégique. Le responsable local en charge du tourisme (directeur de station, d office de tourisme...), ne saurait confondre ces deux outils, certes complémentaires, mais qui lui donnent des possibilités d action sensiblement différentes. L observatoire permet d évaluer, dans sa globalité et souvent en fin d exercice, le déroulement d une saison touristique. Le tableau de bord donne une indication sur la pertinence de l intervention. Il doit permettre, dans un laps de temps très court (dans la quinzaine qui suit le relevé des indicateurs), d envisager une correction des actions promotionnelles à court ou moyen terme et d en identifier les moyens. L observatoire est donc un radar de veille, qui situe l objet observé dans le champ économique local (l observation cherche à organiser et à diffuser l information sur un espace pour situer, pour établir un diagnostic quotidien, hebdomadaire, mensuel, saisonnier...). Le tableau de bord de gestion est un radar de pilotage qui montre, en les comparant, la trajectoire prévue par la politique promotionnelle locale et la trajectoire effectivement suivie par l économie touristique de la station. Le directeur de station s appuie sur un repérage de quelques opérateurs ciblés, sur le suivi de leur activité commerciale, de leurs résultats en termes de fréquentation, de chiffre d affaires ou de marge. Il organise un choix d information, de manière à discerner, en temps réel, ce qu il peut modifier par son intervention promotionnelle, commerciale ou d aménagement de l espace. Le tableau de bord de gestion a pour objet de suivre et d aider à la définition des actions selon des objectifs et résultats à atteindre. Il s élabore en fonction des politiques de management, des actions en cours et donne une information sur leur pertinence. UN OUTIL D ÉVALUATION POUR LA GESTION À LONG TERME Il s agit de concevoir un système de guidage qui fonctionne à la fois sur la base de l évolution de quelques données clés caractéristiques des résultats commerciaux du tourisme local, et des choix de développement de la station et de ses opérateurs. Le schéma 1 montre que le tableau de bord concerne l ensemble des phases de la mise en production du tourisme de l aménagement initial à la commercialisation des produits. L outil de contrôle de gestion peut avoir une influence sur le long terme, encore faut- il lui en donner les moyens. Deux conditions s imposent à cet effet : éviter, en premier lieu, de sous-évaluer la portée de l outil lors de sa mise en place, chercher ensuite à lui donner une pérennité en lui conférant l autorité du consensus local. 30

4 DONNER À L OUTIL TOUTE SA PORTÉE EN TERMES DE MANAGEMENT La première exigence concerne la décision de mise en place d un tableau de bord. Le consentement, de la direction de station, à se doter d un plan d action, bâti sur des objectifs précis, quantifiés et convergents en matière de développement touristique est la condition préalable, sine qua non, à l efficacité de l instrument en matière de développement durable. Le tableau de bord n a pas de raison d être sans une ferme volonté de soumettre la politique locale de développement touristique à un exercice de planification. Dans cette optique, pour rendre l instrument opérationnel, le futur utilisateur doit envisager au préalable deux implications très concrètes : une implication d ordre financier. Un système d information a toujours un coût : négociation de la collecte d information, traitement des données, saisie, édition, consultation. Il convient donc d évaluer, avant sa mise en œuvre, l utilité, pour la station, de la construction d un tableau de bord, eu égard à son coût ; la seconde condition est d ordre institutionnel. Il est préférable d assurer une cohérence et une convergence de tous les systèmes d information existants et aux différents niveaux de décision (tableau de bord de l entreprise, de la station, systèmes d information des CDT, observatoire régional, enquêtes INSEE...). La seconde exigence concerne la gestion des ressources humaines de la structure chef de projet. La direction de station doit s assurer de la possibilité d utilisation de ce système de gestion avec profit. Un tableau de bord ne fonctionne pas sans dotation en personnel affecté et organigramme rénové de la structure de management, choix du type de délégation de responsabilité, latitude d action et de réaction possibles, appui et adhésion des partenaires, confiance des responsables locaux. Il n existe pas de tableau de bord type, du moins dans le détail. Dans ce domaine plus qu un autre, il convient de se garder de plaquer sur une station une maquette qui aurait donné satisfaction dans une autre, même s il s agit d une station du même type. La prudence veut que l on vérifie la cohérence du système de collecte de l information avec l organigramme de gestion. À l échelle de la station, le tableau de bord de gestion de la station touristique doit parfaitement prendre en compte les différentes fonctions économiques, dresser la cartographie de tous les centres d activité et leur emboîtement successif. Le tableau de bord SCHÉMA 1 TABLEAU DE BORD DE GESTION DE STATION TOURISTIQUE ( ENSEMBLE D INDICATEURS ET DE TÉMOINS) LA DIRECTION DE STATION ET LES PRESTATAIRES 6 modifient 1 définissent résultats avec objectifs, plan d actions 2 comparent mettent en place 5 politique touristique et moyens financiers indicateurs d évolution commerciale 3 observent modifient 4 l économie touristique locale fournit une présentation agrégée, synoptique et convergente de l activité touristique de la station. Sa construction gigogne implique que la direction de station s engage à demander, et à donner en retour à chaque prestataire choisi, les indicateurs pertinents par rapport à son champ d intervention et aux objectifs qui sont les siens ou qui ont été contractés dans son domaine d activité. La direction s engage également à s équiper en matériel informatique lui permettant d agréger des indicateurs de plus en plus synthétiques par additions successives d informations cohérentes entre elles. La direction doit admettre que la philosophie de l utilisation de l outil implique que la rapidité l emporte sur l exhaustivité, et, en conséquence, qu elle consente à travailler avec un échantillon d opérateurs plutôt qu avec l ensemble des prestataires. En aval, le tableau de bord n est utile que si la station dispose de la capacité d agir et de réagir en fonction des renseignements fournis. Cette aptitude dépend de sa puissance de mise en marché, de lancement de produits et d activités nouvelles, de la rapidité de la prise de décision, de la clarté de sa stratégie et notamment de celle de ses politiques formalisées, des objectifs à moyen et court terme, de la définition précise des responsabilités dans le système de gouvernement touristique local. En effet, le tableau de bord donne ses informations stratégiques dans les dix jours qui suivent la période concernée et de nombreux indicateurs doivent être appréciés par le responsable de station. Son travail le plus important intervient après l édition des résultats : 31

5 analyse des écarts entre objectifs et résultats réels et analyse de leurs causes, décision d actions correctrices, mise en œuvre de ces décisions, après s être assuré de l adhésion de l ensemble des partenaires à ces mesures. Le tableau de bord est un instrument de mesure des performances. Il met en évidence les résultats physiques (fréquentations, nuitées, séjours vendus) ou financiers (chiffres d affaires, PIB de la station) par rapport aux saisons passées et aux objectifs préétablis qui servent de référence. La différence constitue un écart exprimé en valeur absolue et/ou relative (%). Le tableau de bord est également un outil multidimensionnel dont la mise en œuvre induit un certain nombre de changements de comportements de travail au sein de l office de tourisme : outil de diagnostic, il attire l attention des responsables de la station sur les phénomènes anormaux ou inattendus, qui dépassent un seuil de tolérance défini en valeur absolue ou relative pour chaque indicateur. En ce sens, le tableau de bord de gestion est un excellent révélateur des points faibles dans le fonctionnement de la station ; outil de dialogue, il permet la prise de contact, la communication de résultats, le débat sur les actions à engager entre prestataires et direction. Chaque gestionnaire peut commenter les résultats, expliquer les causes des écarts et définir, en coordination avec les autres prestataires, les mesures qu il compte prendre. Il rend possible la révision des objectifs initiaux ; outil pédagogique, il peut, s il est utilisé avec prudence, informer l ensemble des prestataires des résultats de leur entourage concurrentiel dans la station. Cette transparence reste limitée (les effets destructeurs en matière de communication des résultats commerciaux du concurrent sont toujours possibles). Sur le plan externe, il doit être confidentiel, sinon même secret. En reflétant les performances des entreprises de tourisme dans leur environnement, il leur permet de mieux ajuster leurs défis, de savoir précisément où elles en sont. MAÎTRISER LE COURT TERME POUR ACCÉDER AU DÉVELOPPEMENT À MOYEN TERME Le tableau de bord de gestion de station nécessite l accord sans réserve des opérateurs et prestataires privés qui fournissent les données nécessaires à son fonctionnement. Un certain nombre de conditions préalables doivent être acceptées par les partenaires avant sa mise en production. Ces exigences techniques, garantes de l efficacité de l instrument en termes de développement durable, s imposent à des champs professionnels aussi différents que multiples. Elles s inscrivent lors de la définition des objectifs et de la collecte des informations. La détermination des objectifs est l expression de la politique de station. La définition des actions dont on mesure l impact constitue la phase essentielle du tableau de bord. En termes de politique de développement, un objectif atteint est la conséquence logique des actions qui ont donné leurs résultats. Si un objectif n est pas atteint, trois explications sont possibles : - les moyens mis en place sont insuffisants ; - l action a été mal définie ; - l objectif n est pas réaliste. Si la politique de station, c est-à-dire l ensemble des objectifs, n est pas atteinte, c est que la stratégie choisie n est pas adaptée. La quantification de ces objectifs nécessite une analyse concertée de la demande réelle et potentielle, une qualification des couples produits/clients. La variété des stations rend le processus d élaboration d un système d information touristique local non reproductible d un lieu à un autre. De plus, la construction du tableau de bord est fonction des choix d indicateurs, qui dépendent eux-mêmes des stratégies techniques et politiques et des moyens financiers locaux. Par conséquent, avant même de construire le système de collecte des indicateurs d observation de l évolution commerciale, il est indispensable de parvenir à un consensus local sur trois points essentiels : les objectifs sont définis avant la mise en place du tableau de bord, même s il s agit d une mesure et non d une évaluation ; le champ des effets observables est très vaste et il importe de définir très précisément, avec l accord des prestataires qui fournissent l information, l objet de l évaluation chiffrée. À chaque indicateur retenu dans le champ d observation du tableau de bord doit correspondre un objet ciblé en termes d action, en cohérence avec l objectif. Il est préférable d éviter de recueillir des informations générales, non directement reliées à l évaluation de la réalisation des objectifs. Les descripteurs inutiles alourdissent le fonctionnement du système et le rendent moins opérationnel ; la mesure d un impact d une stratégie implique que l on procède à deux estimations : connaître la 32

6 situation de l environnement socio-économique avant l opération et estimer son état après l intervention stratégique, selon les mêmes critères d observation. Il est, par définition, impossible de mesurer l impact d une action dont on n a pas prévu l évaluation avant sa réalisation. C est pourquoi le logiciel du tableau de bord mis au point est inopérant si la saisie des objectifs n a pas été effectuée dans le menu principal (appelé menu Maître). Dans l exemple du Médoc Bleu, les indicateurs qui font l objet d une évaluation avant le lancement de l action et d une mesure d impact en fin d exercice sont proposés à l ensemble des producteurs touristiques du secteur social et portent surtout sur des actions de promotion. (cf. encadré) À Biarritz, la stratégie suivie est beaucoup plus sélective. Elle concerne uniquement un segment de production (le tourisme haut de gamme) et le tableau de bord évalue les actions à partir des prévisions et résultats d un nombre très restreint d opérateurs représentatifs de l ensemble de la production. (cf. encadré) Les tableaux de bord du Médoc Bleu et de Biarritz donnent une évaluation économique de la stratégie sur le court terme, en mesurant les effets des opérations ponctuelles de promotion. La portée d un tableau de bord ne saurait cependant être réduite à la simple adéquation entre objectifs et moyens annuels. Sur le long terme, il importe moins que ces objectifs soient économiques ou commerciaux, réalistes, surévalués ou sous-évalués : l essentiel est sans doute qu ils soient définis clairement, négociés et acceptés par les partenaires du développement local. Cet outil de développement ne s organise pas seulement à partir de quelques données éparses. Les opérateurs et les élus le construisent à partir de projets qui font l objet de programmes négociés et chiffrés. Dans le cadre d une stratégie de station, le tableau de bord de gestion dépasse le stockage et l ordonnancement des données. Il les rapproche de l intervention en vue de diffuser une culture territoriale, porteuse de projet, ciblée sur un objectif commun. S agissant d activités commerciales, donc concurrentielles, la nouveauté est de taille dans les sites touristiques. En permettant à la direction de station de définir des stratégies par types d actions, il lui permet en fait de les définir par type d acteurs, donc de choisir les partenaires avec lesquels l office de tourisme va travailler. C est un moyen de regrouper des opérateurs qui vont valider son travail, lui assurer une légitimité technique et permettre à l action publique d envisager la gestion sur le long terme. L EXEMPLE DU MÉDOC BLEU Indicateurs de réalisation des objectifs commerciaux : 1. Nombre de contacts annuels en matière de distribution touristique, assurés par la direction de station (salons, workshops). 2. Nombre de contacts annuels en matière de distribution touristique, assurés par les prestataires de la station (salons, workshops, marketing direct). 3. Valeur presse du Médoc Bleu (unité de compte moyenne calculée en millimètres par colonne imprimés par la presse). 4. Valeur TV du Médoc Bleu (unité de compte moyenne calculée en secondes diffusées par les chaînes télévisées, avec coefficients correcteurs selon l heure d écoute). 5. Nombre de retours par mailing pour Nombre de retours de coupons de presse pour Indicateurs de réalisation des objectifs économiques : Par type d hébergement (hôtel *, 2*, 3*, 4*; résidence de tourisme 2*, 3*, 4* ; village de vacances; camping caravaning 2*, 3*, 4*, etc.), le tableau de bord est un moyen d évaluer avant la saison et en commun accord avec les prestataires : 1. le prix moyen de la nuitée vendue ; 2. le nombre de nuitées vendues grâce : - aux événementiels ; - aux contacts directs avec les circuits de distribution ; - aux retombées des actions d image et de notoriété ; 3. le chiffre d affaires prévu. L EXEMPLE DE BIARRITZ Tous les quinze jours, les prestataires associés (hôteliers, centres de thalassothérapie, golfs) communiquent à l office de tourisme, les informations relatives aux consommations touristiques qui ont été facturées. Chaque acte de vente fait l objet d une saisie complète, soumise à l analyse marketing du tableau de bord. Sont présentés, sur une page-écran, et pour chaque prestation : 1. la date de l achat (la période pour les séjours) ; 2. le canal de communication (qui a favorisé la venue du touriste : déplacement spontané, bouche à oreille, brochure, mailing, presse, salons, affichage...) ; 3. le canal de commercialisation qui a motivé l achat : direct par l entreprise, indirect par une autre entreprise, office de tourisme, agence réceptive, agence de voyage, tour-opérateur ; 4. la nature du client (individuel, groupe, entreprise, comité d entreprise, autocariste...) et sa provenance géographique ; 5. le produit vendu (hébergement comptabilisé en nuitées, séminaires et congrès décomptés en demi-journées, séjour de remise en forme en journées, nombre de jours de greenfees, de greenpass, pratique pack stage golf, hébergement forfaitaire stage golf, formules mixtes...) ; 6. les quantités vendues (en nombre de personnes et en nombre d achats) ; 7. le prix unitaire vendu (prix facturé). Ces informations permettent à l office de tourisme d évaluer, tous les quinze jours, le volume et la nature des achats promus en fonction de leur mode de commercialisation, de l évolution des prix, de la nature des clients, de l efficacité des systèmes de distribution. L office de tourisme apprécie ainsi les retombées de son travail, aussi bien en termes économiques (le logiciel calcule automatiquement les prix moyens de vente, le chiffre d affaires sectoriel ou global, le nombre de touristes attirés, les achats effectués) que commerciaux (performances des campagnes de promotion). En comparant les objectifs saisis en début de période aux calculs effectués à l issue des saisies bihebdomadaires, le tableau de bord fait apparaître la réalisation des objectifs à la fin de l exercice. 33

régionale. politique Garonne

régionale. politique Garonne Enquêtes de fréquentation : le pourquoi du comment Observer, développer, promouvoir La première mission du Comité Régional de Tourisme d Aquitaine (CRTA)) consiste à promouvoir la région en France et à

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

Journée CRDTA du 26 juin LA COMMERCIALISATION

Journée CRDTA du 26 juin LA COMMERCIALISATION - Journée CRDTA du 26 juin LA COMMERCIALISATION OFFICE DE TOURISME INTERCOMMUNAUTAIRE «DES PAYS DE SAINT-FLOUR» 26 juin 2014 1 - Est Cantal - OTI «DES PAYS DE SAINT-FLOUR» - Importance de l AXE 75 - Des

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Saint-Brieuc Agglomération

Saint-Brieuc Agglomération Dossier de presse Saint-Brieuc Agglomération destination tourisme d affaires Création du bureau des congrès : l Office de tourisme devient Office de tourisme et des congrès de la Baie de Saint-Brieuc Contact

Plus en détail

PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES

PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES MAI 2007 TABLE DE MATIERES 1. FICHE TECHNIQUE 3 1.1. Objet 3 1.2. Méthode 3 1.3. Questions et analyses exclusives 3 1.4. Rapport

Plus en détail

LES STAGES ET LES MISSIONS DES ETUDIANTS EN BTS COMMUNICATION

LES STAGES ET LES MISSIONS DES ETUDIANTS EN BTS COMMUNICATION LES STAGES ET LES MISSIONS DES ETUDIANTS EN BTS COMMUNICATION Les étudiants sont engagés dans les missions, soit : - avec des responsabilités directes et complètes d exécution - avec un rôle d observateur

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Garantir le bon déroulement d un séjour : une profession réglementée.

Garantir le bon déroulement d un séjour : une profession réglementée. Agent de Voyages Rome G1303 1 Le métier Le métier : Agent de voyage Recevoir le client, le conseiller, conclure une vente en réglant toutes les formalités nécessaires tel est l objectif de l agent de voyages.

Plus en détail

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural C.R.I.T.E.R. Languedoc-Roussillon (Siège social) Parc d Activités Le Millénaire Bruyère 2000 - Bat 1-650, rue Henri Becquerel 34000 MONTPELLIER

Plus en détail

Qu est-ce que Pays Basque Incoming?

Qu est-ce que Pays Basque Incoming? Qu est-ce que Pays Basque Incoming? Une association créée en 2008 regroupant 6 agences réceptives : Biarritz For Events Le Tourisme Basque Outdoor Travel Passion Côte Basque Sud Emotion Terres Basques

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Cahier des charges de l étude «Diagnostic, plan de mise à niveau»

Cahier des charges de l étude «Diagnostic, plan de mise à niveau» REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère du Tourisme BMNT PROGRAMME DE MISE A NIVEAU DES ÉTABLISSEMENTS HÔTELIERS Cahier des charges de l étude «Diagnostic, plan de mise à niveau» Septembre 2010 Introduction Le

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

L Office de Tourisme et ses partenaires en 2011

L Office de Tourisme et ses partenaires en 2011 DESTINATION SAINT-EMILION 80ème Assemblée Générale Année 2011 Les chiffres clés de 2011 Jeudi 8 mars 2012 16h30 Salle des Dominicains 2 Pass Escapades vendus par semaine 3 publications hebdomadaires sur

Plus en détail

POLITIQUE PRODUITS Mise en place des pôles produits. AG 2010 25/28 janvier 2010 éthic étapes La Roche du Trésor

POLITIQUE PRODUITS Mise en place des pôles produits. AG 2010 25/28 janvier 2010 éthic étapes La Roche du Trésor POLITIQUE PRODUITS Mise en place des pôles produits Sommaire - Rappel de la méthode Pourquoi une politique de produits Quels bénéfices pour les éthic étapes Adaptation et création de produits en pratique

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Les organisateurs de séjours : qui sontils

SOMMAIRE. 1/ Les organisateurs de séjours : qui sontils SOMMAIRE Pour attirer de nouvelles clientèles, vous pouvez communiquer directement vers le grand public ou travailler avec des professionnels du voyage. Ainsi, vous multipliez les canaux de commercialisation

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005)

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Cahier des charges Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) Participants : Christiane DUPONT IEN-ET Économie Gestion Rosine REGNAULT

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme Réunion des Présidents d Offices de Tourisme Bourges - Lundi 4 juillet 2011 Nouveaux critères de classement I - Introduction - modalités d application Extrait du Flash Infotourisme N 53-28 juin 2011 FNOTSI

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

OBSERVATOIRE TOURISME D AFFAIRES. Année 2012 CONTEXTE

OBSERVATOIRE TOURISME D AFFAIRES. Année 2012 CONTEXTE OBSERVATOIRE TOURISME D AFFAIRES Année 2012 CONTEXTE Depuis septembre 2012, le bassin de vie de Bourg-en-Bresse s est doté d un service congrès situé dans les bureaux de l office de tourisme de Bourg-en-Bresse

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Les essentiels de Côte-d Or Tourisme

Les essentiels de Côte-d Or Tourisme Les essentiels de Côte-d Or Tourisme N 3 novembre 2008 «Je souhaite créer et vendre des produits touristiques» Vous souhaitez vendre une journée tout compris avec par exemple une nuit en hôtel, un déjeuner

Plus en détail

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains Alexandre Bertin NOTE STRATEGIQUE Note stratégique réalisée par

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES. ATELIER n 2 : «Comment vendre les Vosges demain?» Senones, le 16 novembre 2012

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES. ATELIER n 2 : «Comment vendre les Vosges demain?» Senones, le 16 novembre 2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES ATELIER n 2 : «Comment vendre les Vosges demain?» Senones, le 16 novembre 2012 Une règle de base au bon déroulé de l atelier : Toutes les idées

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE

Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE Nos valeurs Nos services Devenir partenaire Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE année 2015 2 SOMMAIRE Nos valeurs... Nos missions p. 3-4 L équipe associative L équipe salariée

Plus en détail

AVENANT N 7 DU 26 FÉVRIER 2010

AVENANT N 7 DU 26 FÉVRIER 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3103 Convention collective nationale IDCC : 2121. ÉDITION AVENANT N 7 DU 26 FÉVRIER 2010 RELATIF AUX

Plus en détail

JE VEUX COMMERCIALISER MON PROJET OU MON PRODUIT : TRAVAILLER AVEC LES PROFESSIONNELS DU VOYAGE

JE VEUX COMMERCIALISER MON PROJET OU MON PRODUIT : TRAVAILLER AVEC LES PROFESSIONNELS DU VOYAGE JE VENDS MON PRODUIT JE VEUX COMMERCIALISER MON PROJET OU MON PRODUIT : TRAVAILLER AVEC LES PROFESSIONNELS DU VOYAGE Les professionnels du voyage : qui sont-ils? Où les rencontrer? Comment les fidéliser?

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Dispositions générales Article 2 : Conditions générales d éligibilité Article 3 : Zones littorales

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

INTERVENTO PRESIDENTE NARDO FILIPPETTI CONFERENZA ANNUALE DEL CETO PANORAMICA SUL MERCATO E PROBLEMI DEI TOUR OPERATOR

INTERVENTO PRESIDENTE NARDO FILIPPETTI CONFERENZA ANNUALE DEL CETO PANORAMICA SUL MERCATO E PROBLEMI DEI TOUR OPERATOR INTERVENTO PRESIDENTE NARDO FILIPPETTI CONFERENZA ANNUALE DEL CETO PANORAMICA SUL MERCATO E PROBLEMI DEI TOUR OPERATOR Bonjour à tous, Je remercie le CETO de m avoir invité: C est avec grand plaisir que

Plus en détail

LA MESURE DE LA PERFORMANCE

LA MESURE DE LA PERFORMANCE LA MESURE DE LA PERFORMANCE Pour tout projet commercial, le manageur doit prévoir, dès la conception, un suivi des actions commerciales mises en œuvre. Un des rôles du manageur est en effet de contrôler,

Plus en détail

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Le tourisme français point d'appui de l'image et du rayonnement de la France De l ordre de 80 millions de visiteurs étrangers se

Plus en détail

GUIDE DU PARTENAIRE DE L OFFICE DE TOURISME DES VOSGES MERIDIONALES

GUIDE DU PARTENAIRE DE L OFFICE DE TOURISME DES VOSGES MERIDIONALES GUIDE DU PARTENAIRE DE L OFFICE DE TOURISME DES VOSGES MERIDIONALES Office de tourisme des Vosges méridionales 1 Accueil de Plombières-les-Bains Place Maurice Janot - Tél. 03 29 66 01 30 Fax : 03 29 66

Plus en détail

votre partenaire commercial en 10 questions / réponses

votre partenaire commercial en 10 questions / réponses votre partenaire commercial en 10 questions / réponses votre PARTENAIRE COMMERCIAL en 10 questions / réponses 2 / 12 votre partenaire commercial 10 en questions / réponses Vous souhaitez louer un hébergement

Plus en détail

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr 447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr NOTRE MÉTIER, l hébergement touristique. Le SNRT regroupe l essentiel des exploitants professionnels

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

À destination des acteurs & des professionnels du Tourisme d Affaires

À destination des acteurs & des professionnels du Tourisme d Affaires ME MEN TO À destination des acteurs & des professionnels du Tourisme d Affaires ÉDITO Luc Doublet, Président Christine Batteux, Vice-Présidente du Conseil Régional, Chargée du Tourisme Avec 5,8 milliards

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Assises du Tourisme Vendredi 21 novembre 2014 Pied-de-Borne

DOSSIER DE PRESSE. Assises du Tourisme Vendredi 21 novembre 2014 Pied-de-Borne DOSSIER DE PRESSE Assises du Tourisme Vendredi 21 novembre 2014 Pied-de-Borne Conseil général de la Lozère Elodie LEHNEBACH, Rue de la Rovère 48000 Mende 04 66 49 66 07 Comité dép.. du Tourisme Brigitte

Plus en détail

Centre de Ressources et Veille à Rennes le 26/02/2009

Centre de Ressources et Veille à Rennes le 26/02/2009 Elaboration de la stratégie marketing Centre de Ressources et Veille à Rennes le 26/02/2009 PROGRAMME Matinée : 10h-13h15 Atelier Centre de ressources et Veille Introduction par Michael DODDS (20 ) Réflexion

Plus en détail

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 Note réalisée par le Comité Départemental du Tourisme à l attention des

Plus en détail

Information Economique

Information Economique Information Economique L ACTIVITE DE L HOTELLERIE en AVEYRON Analyse de données, saisons 211 et 212 L Observatoire mensuel d activité ACTISCOPE TOURISME est un outil qui a pour but de permettre aux différents

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

L étudiant devra être capable d élaborer des stratégies de développement dans l entreprise, en situation réelle.

L étudiant devra être capable d élaborer des stratégies de développement dans l entreprise, en situation réelle. MASTER Européen de Management et de Stratégies touristiques Présentation : Ce master européen s adresse prioritairement à des étudiants ayant validé un diplôme de niveau II (Bac+3) dans les domaines de

Plus en détail

Management des centres de remise en forme et de bien-être par l eau

Management des centres de remise en forme et de bien-être par l eau LICENCE PRO Management des centres de remise en forme et de bien-être par l eau Carte d identité de la formation Diplôme Licence professionnelle Spécialité Management des centres de remise en forme et

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

ANALYSE «CONCURRENTS»

ANALYSE «CONCURRENTS» ANALYSE «CONCURRENTS» ANALYSE DES CONCURRENTS DEFINITION L analyse de la concurrence est un outil d évaluation de la compétitivité des entreprises sur un secteur d activité ou sur un domaine d activités

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

LE GUIDE DU PARTENARIAT

LE GUIDE DU PARTENARIAT LE GUIDE DU PARTENARIAT Hébergement / Restauraon / Loisirs et lieux de visite / Commerçants / Services Office de Tourisme Blangy /Pont-l Evêque www.blangy-pontleveque.com L Office de Tourisme L Office

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Faits significatifs de l exercice. Mise en place institutionnelle du Voyage à Nantes

Faits significatifs de l exercice. Mise en place institutionnelle du Voyage à Nantes Faits significatifs de l exercice L Assemblée Générale Extraordinaire du 13 décembre 2010 a décidé la dissolution de l Association ainsi que sa mise en liquidation amiable. En effet, une convention de

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Réunion des partenaires 7 novembre 2014

Réunion des partenaires 7 novembre 2014 «Tous sur le web» Réunion des partenaires 7 novembre 2014 1 Tous sur le web: Historique Point de départ de la réflexion : RDV PRO d Isère Tourisme juillet 2013 Tous sur le web Avec 3 constats : LE E-COMMERCE

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

La clientèle d affaires

La clientèle d affaires La clientèle d affaires venue en avion, en train et par la route Résultats 2014 Méthodologie d enquête aéroports, Soit trains et 15,2 32,6% millions de touristes d affaires à Paris Île-de-France. de l

Plus en détail

Référentiels d activités tourisme et hôtellerie correspondant à des niveaux de formation du supérieur

Référentiels d activités tourisme et hôtellerie correspondant à des niveaux de formation du supérieur 30 éditions atout france Référentiels d activités tourisme et hôtellerie correspondant à des niveaux de formation du supérieur Illustrations d emplois-types / métiers Observation touristique ATOUT FRANCE

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Agence communication évènementielle. Donnez de la couleur à vos événements...

Agence communication évènementielle. Donnez de la couleur à vos événements... Agence communication évènementielle Donnez de la couleur à vos événements... Qui sommes-nous? L Agence Zétó est une agence de communication spécialisée dans l organisation d événements à destination :

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

le leader mondial du voyage de groupe

le leader mondial du voyage de groupe le leader mondial du voyage de groupe 2 Qui sommes-nous? www.kuonigrouptravel.com le leader mondial du voyage de groupe Kuoni Group Travel Experts est né de la fusion de deux départements exceptionnellement

Plus en détail

ATELIER 1: Tourisme et territoires

ATELIER 1: Tourisme et territoires COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1: Tourisme et territoires Quels leviers d action pour développer, maintenir et ensuite maîtriser le développement touristique d un territoire? 16 octobre 2014 Animation

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

1 - Pourquoi devenir partenaire de l Office de Tourisme?

1 - Pourquoi devenir partenaire de l Office de Tourisme? 1 - Pourquoi devenir partenaire de l Office de Tourisme? L'équipe de l'office de Tourisme de Tulle et de Corrèze a souhaité repenser les services et tarifs des packs afin de vous apporter davantage de

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Chapitre 4 La planification : le marketing opérationnel ou marketing-mix Le marché cible est défini,

Plus en détail

Rencontre annuelle marketing Partenaires Angers Loire Tourisme 31/01/2013

Rencontre annuelle marketing Partenaires Angers Loire Tourisme 31/01/2013 Rencontre annuelle marketing Partenaires Angers Loire Tourisme 31/01/2013 PROGRAMME DE LA RENCONTRE Présentation du nouveau site www.angersloiretourisme.com Plan d'actions marketing 2013 Visite guidée

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Liège, 10 / 10 / 2014 Joël Gayet Chercheur associé à Sciences Po Aix Directeur de la Chaire «Attractivité & Nouveau Marketing Territorial» Attractivité

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail