PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE"

Transcription

1 Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de la cnstructin en Régin Bruxelles Capitale PROBLEMATIQUE Le parc immbilier- lgement et tertiaire cnfndus cnsmme 70 % de l énergie finale en Régin de Bruxelles-Capitale. Il est dès lrs le principal prducteur de gaz à effet de serre et est excessivement sensible aux fluctuatins du cût de l énergie fssile. La cnsmmatin énergétique primaire des lgements en RBC est la suivante (calcul basé sur les résultats de l étude d Ecntec en 2003) : kwh/an par maisn existante chauffée à l électricité kwh/an par appartement existant chauffé à l électricité kwh/an par maisn existante chauffée au cmbustible fssile kwh/an par appartement existant chauffé au cmbustible fssile RECOMMANDATIONS Aujurd hui, les myens permettant d alléger les cnsmmatins énergétiques sans cmprmettre le cnfrt des ccupants existent : 1. Les mesures architecturales : diminuer la demande d énergie des bâtiments tut en amélirant le cnfrt. 2. L efficacité et la gestin énergétique : La répnse aux demandes d énergie de la façn la plus écnme pssible (avec le mins de pertes). 3. Les énergies renuvelables : prduire l énergie nécessaire avec un recurs minimal aux cmbustibles fssiles. MESURES ARCHITECTURALES > Stratégie du chaud en péride hivernale Islatin des paris en cnstructin neuve L islatin maximale est btenue dans une maisn dite passive avec des épaisseurs d islants de l rdre de 30 cm. L écnmie énergétique par rapprt au parc actuel, même neuf, est énrme puisque une telle maisn ne cnsmme pur sn chauffage que 15 kwh/m², sit envirn à kwh/an par lgement. Cependant, au prix actuel de l énergie, le surcût engendré sur 30 ans est d envirn 10 %, cmpte tenu des écnmies d énergie (surce : Passiefhuisplatfrm). Sans aller jusqu à une telle épaisseur d islatin, un niveau d islatin de l rdre de K33 pur une maisn mityenne (envirn 12 cm d islatin dans les murs) est présenté cmme un ptimum écnmique (surce : «Analyse technic-écnmique de la rentabilité des investissements dans des mesures d écnmie d énergie», 3 E -KUL, PAGE 1 SUR 6 PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE FEVRIER

2 Bruxelles Envirnnement-IBGE, 2005). Un tel niveau d islatin permet de réduire la cnsmmatin de chauffage de % par rapprt à un bâtiment K55, avec surinvestissement léger et rentable en envirn 5 ans. Islatin des paris existantes L investissement priritaire en matière d améliratin d une envelppe existante est l islatin du plancher des cmbles nn habité (nn chauffés), car sn cût est mdéré en regard de l écnmie réalisée (envirn 0,25 /kwh écnmisé, sit un temps de retur de l rdre de 5 ans). Pur les autres interventins pssibles, l investissement à cnsentir est plus imprtant. Par exemple, l islatin des murs extérieurs, des titures inclinées u plates (avec finitin), le remplacement de fenêtres avec simple vitrage cûtent envirn de 0, par kwh écnmisé. Le temps de retur de ces mesures est dnc cmpris entre 15 et 20 ans. Si l n se chauffe au gaz et en cnsidérant le cût actuel de l énergie. Cmpacité et mityenneté La cmpacité des immeubles, ntamment amélirée par la psitin entre mityens, permet de limiter frtement la demande énergétique des cnstructins neuves, mais également des immeubles accueillant le nuveau visin. Une plitique de densificatin et de lutte cntre les chancres a dnc un intérêt énergétique cmparable à celui de l islatin des mityens aveugles. Lrsqu un bâtiment 3 façades devient 2 façades, la perte de chaleur de sn envelppe est réduite de 25 %. Cnceptin adéquate des uvertures. Les fenêtres restent les pints faibles de l envelppe en matière de déperditins. A l inverse, elles snt également des capteurs de la chaleur du sleil. Mais elles peuvent aussi devenir des surces d incnfrt en été. Leur surface dit dnc être ptimisée seln les rientatins. Cependant, cette mesure cncernant principalement les cnstructins neuves et étant influencée par d autres cnsidératins (design, lumière naturelle, vues, cnfrt visuel, etc.), sn impact ptentiel est finalement assez limité. Eliminatin des pnts thermiques. Les pnts thermiques peuvent représenter 10 % de la cnsmmatin de chauffage d un bâtiment et snt surces de pllutin intérieure. Leur réslutin est dnc un pste imprtant de la cnceptin énergétique de l envelppe. Etanchéité à l air de l envelppe. L envelppe du bâtiment dit être étanche à l air de manière à permettre une gestin crrecte du renuvellement d air, crrespndant aux besins réels en air neuf. Dans les bâtiments anciens, le manque d étanchéité peut également être surce d incnfrts imprtants. Ventilatin hygiénique. Il est indispensable de ventiler suffisamment les lgements pur assurer la qualité de l air intérieur. La part liée à la ventilatin dans les cnsmmatins d un bâtiment est cependant imprtante : elle représente entre le tiers et la mitié de la facture seln le niveau d islatin, et bien plus dans une cnstructin passive. Le chix de systèmes de ventilatin cnfrmes à la nrme NBN D permet déjà, par la maîtrise des débits, de réaliser des écnmies d énergie (difficilement quantifiables car variables seln le mde de vie de l ccupant), tandis que des techniques de récupératin de chaleur peuvent écnmiser jusqu à % des cnsmmatins liées à la ventilatin, sit envirn 25 à 40 % de la cnsmmatin ttale de chauffage. Le temps de retur de ce type de mesure est inférieur à 10 ans. PAGE 2 SUR 6 PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE FEVRIER 2007

3 Puits canadiens et prvençaux. Ces techniques, cnsistant à préchauffer (u à rafraîchir, en été) l air de ventilatin en le faisant passer dans un cnduit enterré (à m de prfndeur), accmpagnent les systèmes de ventilatin mécanique duble flux. Ils permettent une légère écnmie d énergie supplémentaire (5.. 10% d écnmie supplémentaire sur la ventilatin). Il s agit dnc de mesures «de secnd rdre», d autant plus que leur mise en œuvre est difficile en milieu urbain. > Stratégie du frid péride estivale Masse thermique imprtante des matériaux, ventilatin intensive ncturne et prtectins slaires Ces différentes mesures, qui divent être cmbinées pur assurer le cnfrt d été sans climatisatin, ne demandent, à l exceptin des prtectins slaires, pas d investissement. La ventilatin est liée à la gestin et à la cnceptin des uvertures. En cnstructin neuve, le chix d une masse thermique accessible est du ressrt du cncepteur uniquement, tandis qu en rénvatin, l enjeu est de ne pas se cuper de la masse généralement imprtante déjà existante. A défaut d étude sur le cnfrt d été dans les bâtiments existants en Régin bruxellise, il est difficile d évaluer le nmbre de lgements dans lequel le cnfrt n est pas assuré et ù une climatisatin risque d être installée. L impact sur la demande d énergie de la Régin est dnc incnnu. Mais des mesures préventives en faveur des prtectins slaires permettent de prévenir le dévelppement d un marché énergivre qui explse en France, par exemple suite aux dernières canicules. > Stratégie de la lumière naturelle Eclairage naturel des lcaux. Cette mesure relève mins de l énergie que du cnfrt et de la qualité de l habitat. L éclairage représente 6 % de la cnsmmatin électrique des lgements (hrs chauffage, surce : étude Ecntec), et 1,2 % de la cnsmmatin d énergie glbale d un lgement. Le ptentiel d écnmie est dnc assez faible à l échelle réginale. EFFICACITE ET GESTION ENERGETIQUE Chix de la prductin de chaleur La différence de rendement et dnc de cnsmmatin entre la plus mauvaise chaudière et la meilleure peut atteindre 15 à 20%. Dans les chix de chaudière pssibles, la chaudière gaz à cndensatin est le maître achat car elle permet d expliter au mieux le puvir calrifique du cmbustible. Sn surcût par rapprt aux chaudières traditinnelles est rembursé en mins de 3 ans par les écnmies d énergie engendrées. Régulatin efficace des systèmes de chauffage La régulatin est un pste essentiel dans la cnsmmatin d énergie. La généralisatin d appareillage de gestin efficace ainsi que des mesures cmprtementales adéquates ffrent des écnmies imprtantes (5 à 30 % d écnmie par la gestin d une intermittence, 10 % u plus par le cntrôle crrect de la température ambiante, etc.). Qualité du réseau de distributin de chaleur. Des mesures d islatin des cnduites et de cnceptin crrecte des réseaux de distributin permettent des écnmies de quelques centaines de kwh/m²an, sit quelques purcents de la facture glbale de chauffage. L impact est dnc réel, bien qu il PAGE 3 SUR 6 PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE FEVRIER 2007

4 s agisse simplement de l applicatin de bnnes pratiques u d investissements très limités et très rentables (islatin des cnduites d eau chaude en cave par exemple). Chix des émetteurs de chaleur. Le chix de l émetteur a peu d impact sur les écnmies d énergie, pur autant que sa mise en œuvre sit de qualité. Ainsi, le chix d un chauffage par le sl implique une islatin plus perfrmante des planchers vers les caves u le sl. ENERGIES RENOUVELABLES Chix du mde de prductin de chaleur. Le rendement des mdes de prductin de chaleur au départ d énergie fssile s est nettement améliré ces dernières années. D autre part, les surces de chaleurs alternatives snt à l'heure actuelle encre difficilement explitables en ville (difficulté d apprvisinnement en bis) u impliquent des investissements déraisnnables à l échelle de petits prjets (frages géthermiques par exemple). Ces frais seraient mieux utilisés dans le cadre de mesures d islatin u de maîtrise de la ventilatin. Le chix le plus ratinnel pur les petits bâtiments est dnc tujurs celui des chaudières gaz à cndensatin, u le branchement sur des réseaux de chauffage urbain dévelppés dans le cadre de prjets à plus grande échelle, pur lesquels le recurs à la bimasse par exemple, u à une cgénératin est envisageable. Slaire thermique pur l eau chaude sanitaire. Ces techniques snt maintenant efficaces et permettent une écnmie d énergie réelle : 30 à 50 % de la cnsmmatin d énergie pur l eau chaude sanitaire, sit en rdre de grandeur 3 à 15 % de la cnsmmatin de cmbustible ttale. L investissement reste néanmins imprtant et le temps de retur élevé. Sans subsides, ces techniques ne sauraient être envisagées. Avec subsides, le slaire thermique reste cependant l investissement le plus prmetteur en Régin de Bruxelles- Capitale en matière d énergie renuvelable dans le secteur dmestique. Phtvltaïque. Les rendements des cellules phtvltaïques snt très faibles ( %), ce qui implique l installatin de surfaces imprtantes pur ne cuvrir qu une faible part des besins d énergie électrique (10 m² de capteurs furnissent une puissance maximale de 1 kw u une prductin de 1000 kwh/an, pur un cût de l rdre de 7000 ). ARBITRAGE L rdre des prirités varie en fnctin du type de prjet : cnstructin neuve u rénvatin. EN CONSTRUCTION NEUVE En cnstructin neuve, il est lgique de réduire les besins en énergie avant d essayer de les cmbler avec le mins de perte au niveau des systèmes u avec des slutins renuvelables. Entre ces deux derniers pints, nus plaçns le chix d énergies renuvelables en secnd vu leur impact limité, l investissement imprtant à cnsentir et leur rendement généralement faible. Le ptentiel de réductin des émissins de CO 2 grâce aux énergies renuvelables est de 1 kt par an pur le secteur du lgement de la Régin Bruxelles Capitale, cntre 104 kt pur l améliratin des équipements et 268 kt pur les mesures passives (surce : Ecntec, «Ptentiel de réductin des émissins de CO2 en Régin de Bruxelles-Capitale à l hrizn », Ecntec, Bruxelles Envirnnement - IBGE, 2003). Plus précisément, c est la stratégie du chaud qui guidera en premier lieu la démarche de cnceptin. En effet, c est le chauffage représentant la plus grande partie des cnsmmatins PAGE 4 SUR 6 PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE FEVRIER 2007

5 d énergie des bâtiments dmestiques (72 % de la cnsmmatin d énergie). Les nrmes à venir renfrcernt les exigences en ce dmaine pur les cnstructins neuves, mais un imprtant travail reste malgré tut à faire. La cnceptin énergétique ne dit cependant pas se faire également au détriment du cnfrt et de la qualité sanitaire de l habitât u induire des effets pervers tels que le dévelppement de la climatisatin. Il est dnc aussi imprtant d insister sur les autres stratégies, cmme celle du frid u de l éclairage naturel, et sur l imprtance de la ventilatin et du chix des matériaux de cnstructin. Au niveau des règlements, les nrmes existantes, ntamment le RRU, prévient déjà de nmbreuses dispsitins relatives à la qualité de l habitat, telles que le cnfrt visuel et le cnfrt d hiver. Les futures réglementatins y ajuternt l bligatin d une ventilatin hygiénique de qualité et des recmmandatins relatives au cnfrt d été. EN RENOVATION 90% du parc de lgements bruxellis est antérieur à L effrt dit dnc prter priritairement sur le parc de bâtiments existants. Ici, la répartitin des cûts et dnc des rentabilités énergétiques et envirnnementales est différente. Par exemple, vici, pur un bâtiment dmestique, une classificatin des cûts d investissement par rapprt à l écnmie d émissin de CO2 sur 25 ans, pur les principales améliratins envisageables (hrs subsides) : Rénvatin Placement d une régulatin cmplète du chauffage Islatin du plancher des cmbles inhabités Placement d une ventilatin duble flux avec récupératin de chaleur Remplacement de chaudière Islatin de murs extérieurs Remplacement de fenêtres Placement de capteurs slaires thermiques Placement de capteurs phtvltaïques Cût de l actin par rapprt à l impact envirnnemental ( à investir pur écnmiser 1 tnne CO2 par an) /t CO2.an /t CO2.an /t CO2.an /t CO2.an /t CO2.an /t CO2.an /t CO2.an /t CO2.an Ntns cependant que le tableau ci-dessus cnsidère chacune des améliratins énergétiques cmme des bjectifs en sit. Cependant le chix de certaines actins peut être dicté par d autres impératifs de rénvatin que la diminutin des cnsmmatins. Par exemple, la rénvatin de l envelppe se justifie suvent pur des raisns de cnservatin du bâti (dégradatin, humidité) u de cnfrt (curants d air, ). Dans ce cas, l améliratin énergétique dit bligatirement être intégrée dans le prjet, le surcût de celle-ci est alrs rapidement rentabilisé (chix de vitrages à haut rendement, islatin derrière bardage, islatin du tit dans des cmbles aménagés u sus l étanchéité renuvelée d une titure plate, ). Il en va de même pur le système de ventilatin qui peut être est rendu bligatire par le placement de nuveaux châssis étanches. On se rend ainsi cmpte que dans les immeubles existants, certaines rénvatins sernt plus facilement et écnmiquement mises en œuvre via des chantiers de grande ampleur PAGE 5 SUR 6 PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE FEVRIER 2007

6 (interventin sur la titure, les châssis, les clisnnements éventuellement). Il est dnc parfis suhaitable de prmuvir les interventins glbales, de rénvatin cmplète et chérente des immeubles. POUR ALLER PLUS LOIN Pur de plus amples infrmatins sur les mesures d écnmie d énergie et de prductin d énergie verte dans le bâtiment, nus vus invitns à cnsulter les fiches suivantes : ENE01 - Favriser les chix d'équipements électriques et d'éclairage efficaces ENE02 - Dévelpper une stratégie du chaud ENE03 - Dévelpper une stratégie du frid ENE04 - Cnstruire un bâtiment bien islé ENE05 - Cnstruire un bâtiment cmpact ENE06 - Optimiser la cnceptin des fenêtres ENE07 - Permettre une ventilatin intensive ENE08 - Assurer une grande inertie thermique ENE09 - Limiter les pnts thermiques ENE10 - Assurer une bnne étanchéité à l'air de l'envelppe ENE11 - En rénvatin: isler les paris ENE12 - Envisager une cnstructin "passive" ENE13 - Assurer une bnne prtectin slaire ENE14 - Chisir le meilleur mde de prductin de chaleur ENE15 - Réguler efficacement l installatin de chauffage ENE16 - Optimiser le réseau de distributin de chauffage ENE17 - Chisir un crps de chauffe adéquat ENE18 - Dimensinner au mieux les équipements techniques ENE19 - Envisager un chauffe-eau slaire ENE20 - Amélirer la prductin d'eau chaude sanitaire ENE21 - Envisager un système phtvltaïque ENE22 - Réaliser un puit canadien/prvençal ENE23 Chisir un mde de ventilatin énergétiquement efficace SOURCES Sur les bilans énergétiques : ICEDD, Bilan énergétique de la Régin de Bruxelles-Capitale, Bruxelles Envirnnement, E et KULeuven, Analyse technic-écnmique de la rentabilité des investissements dans des mesures d écnmie d énergie Rapprt final Bruxelles Envirnnement - IBGE, 2005 Ecntec, Ptentiel de réductin des émissins de CO 2 en Régin de Bruxelles- Capitale à l hrizn Rapprt final, Bruxelles Envirnnement - IBGE, Autres : Platefrme maisn passive : PAGE 6 SUR 6 PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE FEVRIER 2007

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffer, distribuer et puiser de l eau chaude sanitaire en tenant cmpte

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du SOMMAIRE 1 - VOLET TECHNIQUE... 3 1.1 - LES GRANDS AXES DE RENOVATION ENERGETIQUE DANS L EXISTANT ANCIEN... 3 1.2 - DEFINITION INSTALLATION PRODUCTION COLLECTIVE BIOMASSE GRANULES... 4 1.3 - LE COMBUSTIBLE...

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE Qui smmes nus? Nus smmes une petite sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Département de la sécurité, de la plice et de l'envirnnement Service de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010 Directive relative au cncept énergétique de bâtiment Cntenu

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

ZAC METAIRIE COUËRON (44)

ZAC METAIRIE COUËRON (44) ZAC METAIRIE COUËRON (44) CAHIER DES RECOMMANDATIONS ENERGETIQUES Nvembre 2014 Aménageur Urbaniste de la ZAC Bureau d études énergétique LOIRE OCEAN DEVELOPPEMENT, 1, Bd du Zénith 44821 ST HERBLAIN Cedex

Plus en détail

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE»

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» SOMMAIRE Dans le cadre de la mise en œuvre du PRERURE, la Régin Guadelupe et l ADEME lancent un appel à prjets prtant sur des bâtiments à perfrmances exemplaires.

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014 GT énergie et patrimine cmmunal n 8 Cmpte rendu de la réunin du 16 juin 2014 1. RAPPEL ORGANISATION ET ORDRE DU JOUR 1.1 ORGANISATION Date de la réunin 17 juin 2014 Hraire 09h30-12h00 Lieu de la réunin

Plus en détail

AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE»

AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE» AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE» Le texte et le dssier de candidature à cet appel à prjets snt téléchargeables

Plus en détail

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière?

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière? Sessin : Territires cherchent indicateurs pertinents Quels indicateurs pur l analyse de la cnsmmatin fncière? Pierre ALBERT pierre.albert@amenis.fr 12 juin 2013 Plan de l interventin Un rappel du cntexte

Plus en détail

d un assainissement non collectif

d un assainissement non collectif Service Public d Assainissement Nn Cllectif Cmmunauté de cmmunes de Sablé-sur-Sarthe Place Raphaël Elizé BP 129 72305 Sablé-sur-Sarthe Cedex SPANC de la Cmmunauté de Cmmunes de Sablé sur Sarthe Cahier

Plus en détail

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE - - REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE Interrger sn cmprtement vis-à-vis des installatins de chauffage et de refridissement. PRINCIPES Le cnfrt thermique est prbablement l'un des éléments venant

Plus en détail

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS

Plus en détail

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installatins Cmpétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technlgie des installatins frigrifiques Séquence

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau sanitaire peut être

Plus en détail

FAVORISER LES CHOIX D EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET D ECLAIRAGE EFFICACES

FAVORISER LES CHOIX D EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET D ECLAIRAGE EFFICACES FAVORISER LES CHOIX D EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET D ECLAIRAGE EFFICACES Limiter la cnsmmatin d énergie électrique des équipements d éclairage et électrménagers. PRINCIPES DEMARCHE Les cnsmmatins d énergie

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES Les znes «A» englbent les secteurs de la cmmune, équipés u nn, à prtéger en raisn du ptentiel agrnmique des terres agricles. Seules y sernt autrisées

Plus en détail

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12 HERMIQUE SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX... 2 A. CONTEXTE ET OBJECTIF GENERAL... 2 B. GRANDEURS THERMIQUES... 2 C. LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE POUR LA CONSTRUCTION NEUVE... 6 2. REGLEMENTATION EN

Plus en détail

Maîtriser les charges d'eau en copropriété

Maîtriser les charges d'eau en copropriété Maîtriser les charges d'eau en cprpriété Bastien Willet, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin» Assciatin des Respnsables de Cprpriété Intrductin Répartir les charges au prrata des cnsmmatins Principe

Plus en détail

Demande de Certification

Demande de Certification Demande de Certificatin Adressé e à PRESTATERRE ZAC des Rmains 1 rute de la Salle BP 29044 74991 Annecy Cedex 9 PAGE 1! /! 5 I. NATURE DU CERTIFICAT DEMANDÉ Attentin : Dans le cas ù il y aurait plusieurs

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 28 avril 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Rapprt annuel 2016, dû au titre de l article 24 de la Directive Efficacité Énergétique (DEE) Le présent rapprt a pur bjet, cnfrmément à la directive eurpéenne

Plus en détail

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE - - ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE Chisir des matériaux lurds et les laisser en cntact direct avec l ambiance du lcal, pur dispser d un tampn thermique imprtant. PRINCIPES DEMARCHE Pur assurer le

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE SPÉCIALISÉ EN SERRES par Grupe Hrticle Ledux Inc. DESCRIPTION DU BESOIN Ntre ffre permet de cuvrir les besins nn jurnaliers mais habituellement requis en serres pur

Plus en détail

CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE

CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE - - PRINCIPES CONTEXTE CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE Assurer la qualité de l air au mindre cût énergétique. Pur assurer la qualité de l air, il est nécessaire de mettre en place

Plus en détail

CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR

CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR - - CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR Chisir un mde de prductin de chaleur cmbinant un bn rendement énergétique et un faible impact envirnnemental. PRINCIPES DEMARCHE Avec la qualité de

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes 2014 Rapport annuel sur le prix et la qualité du service

Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes 2014 Rapport annuel sur le prix et la qualité du service Cmmunauté de cmmunes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes 214 Rapprt annuel sur le prix et la qualité du service S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Nn Cllectif Smmaire Préambule I Organisatin

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 3 juin 2014) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

Nécessité d un cadre économique et légal stable et favorable pour la construction et l exploitation de centrales électriques en Belgique

Nécessité d un cadre économique et légal stable et favorable pour la construction et l exploitation de centrales électriques en Belgique Sujet : Nécessité d un cadre écnmique et légal stable et favrable pur la cnstructin et l explitatin de centrales électriques en Belgique Cntact : Steven Harlem Téléphne : + 32 2 500 85 89 Mail : steven.harlem@febeg.be

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DE L AIR

ASSURER LA QUALITE DE L AIR - - ASSURER LA QUALITE DE L AIR Eviter les plluants et prévir un renuvellement d air suffisant pur assurer la qualité de l air PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dans les bâtiments est suvent mins

Plus en détail

Chapitre 4. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UE

Chapitre 4. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UE Chapitre 4. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UE ARTICLE UE 1 / OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL INTERDITES Dans tute la zne snt interdites les ccupatins et utilisatins du sl suivantes : 1. Les cnstructins,

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting FROID EFFICACE EN LR FROID et AGROALIMENTAIRE en Languedc-Russilln Paul Rivet AF Cnsulting FROID et AGROALIMENTAIRE en LANGUEDOC-ROUSSILLON Réunin du 2 ctbre 2009 - Mntpellier Rappel des bjectifs de l

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008 Prpriétés s acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Suzel Balez L5C 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et crrectin acustique

Plus en détail

Fréquence d application Annuelle Type Société. Rédacteur Opérateur Rédaction 1ère application Commentaire. RIGOR Tous 01/06/07 01/06/07 Création

Fréquence d application Annuelle Type Société. Rédacteur Opérateur Rédaction 1ère application Commentaire. RIGOR Tous 01/06/07 01/06/07 Création PROCEDURE POLITIQUE DE VOTE Sciété Axim Alternative Investment Fréquence d applicatin Annuelle Type Sciété Rédacteur Opérateur Rédactin 1ère applicatin Cmmentaire RIGOR Tus 01/06/07 01/06/07 Créatin RIGOR

Plus en détail

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX Mise à jur avril 2006 Évaluatin des ATEX La réglementatin ATEX / Déterminatin des ATEX 1 Rappel Réglementaire Directive 1999/92/CE du Parlement Eurpéen et du Cnseil du 16 décembre 1999 cncernant les prescriptins

Plus en détail

Enquête "Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans" Présentation des résultats

Enquête Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans Présentation des résultats Enquête "Évaluatin des besins d'accueil extra-familial des enfants de mins de 16 ans" Présentatin des résultats Pur faciliter la cmpréhensin Rappel : Accueil présclaire : C'est l'accueil des enfants nn

Plus en détail

Performance énergétique et réglementation

Performance énergétique et réglementation Perfrmance énergétique et réglementatin Sihem TASCA-GUERNOUTI CETE de l uest Rencntre ARCAD Simulatin thermique dynamique 23 mars 2012 Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest www.cete-uest.develppement-durable.guv.fr

Plus en détail

Commune de Lusigny-sur-Barse Plan Local d Urbanisme

Commune de Lusigny-sur-Barse Plan Local d Urbanisme Département de l Aube Cmmune de Lusigny-sur-Barse Plan Lcal d Urbanisme Dcument n 2 Prjet d Aménagement et de Dévelppement Durables Arrêté par délibératin du Cnseil Municipal en date du Appruvé par délibératin

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

Appel à projet. Réalisation de logements privatifs SECTEUR CHEF-LIEU BARDOT. Cahier des charges de l opération

Appel à projet. Réalisation de logements privatifs SECTEUR CHEF-LIEU BARDOT. Cahier des charges de l opération Opératin immbilière Chef-Lieu Cnsultatin grupement pluridisciplinaire Mairie 73420 DRUMETTAZ CLARAFOND Tel : 04 79 63 64 00 Appel à prjet Réalisatin de lgements privatifs SECTEUR CHEF-LIEU BARDOT Cahier

Plus en détail

4. 4. Les nuisances sonores à l intérieur de l entreprise

4. 4. Les nuisances sonores à l intérieur de l entreprise 4. 4. Les nuisances snres à l intérieur de l entreprise Bruits excessifs et bruits diffus (bruit envirnnemental à l intérieur de l entreprise) Beaucup de gens passent leur vie prfessinnelle dans des bureaux

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 2003 03 69 0223 Catégrie : C* Dernière mdificatin : 07/01/16 TITRE DU CQPM : Chargé(e) de maintenance industrielle 1. Objectif

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE 14 janvier 2005 1. Le cntexte Le calcul du cntenu en carbne de l électricité représente en France un enjeu imprtant pur l évaluatin des actins

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux Table des matières 8. Qualité de l air... 8.1 8.1. Aire gégraphique... 8.1 8.2. Situatin existante et future (sans prjet)... 8.1 8.3. Situatin prjetée : analyse des incidences du prjet... 8.2 8.3.1. Estimatin

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique GROUPE HOSPITALIER PUBLIC DU SUD DE L OISE GHPSO SITE DE CREIL (60) Partie 1 Demande d autrisatin d expliter Résumé nn technique RENOUVELLEMENT DE LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant. Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

LE COLLECTIF «ISOLONS LA TERRE CONTRE LE CO 2» 10 ans de mobilisation pour des bâtiments à basse consommation d énergie 1

LE COLLECTIF «ISOLONS LA TERRE CONTRE LE CO 2» 10 ans de mobilisation pour des bâtiments à basse consommation d énergie 1 LE COLLECTIF «ISOLONS LA TERRE CONTRE LE CO 2» 10 ans de mbilisatin pur des bâtiments à basse cnsmmatin d énergie 1 CONTRIBUER AU RESPECT DES ENGAGEMENTS DE LA FRANCE EN REDUISANT FORTEMENT LES CONSOMMATIONS

Plus en détail

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ Plitique Envirnnement du grupe GDF SUEZ Cmme tute rganisatin humaine, le grupe GDF SUEZ est en interactin avec l Envirnnement. Le présent dcument précise les principaux enjeux de cette interactin ainsi

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

TDR realisation schema aménagement, plan d investissement et etudes APD Masindray 1

TDR realisation schema aménagement, plan d investissement et etudes APD Masindray 1 TERMES DE REFERENCE Réalisatin d un schéma d aménagement, d un plan d investissement et des Etudes d Avant Prjet Détaillé pur la mise en place de service d apprvisinnement en eau ptable de la Cmmune Rurale

Plus en détail

MISES AUX NORMES BIEN-ETRE EN PONDEUSES MODALITES D AIDE AUX ELEVEURS DE PONDEUSES EN CAGES

MISES AUX NORMES BIEN-ETRE EN PONDEUSES MODALITES D AIDE AUX ELEVEURS DE PONDEUSES EN CAGES Unin des Grupements de Prducteurs de Viande de Bretagne Inf INVESTISSEMENTS N 13 - Mars 2011 MISES AUX NORMES BIEN-ETRE EN PONDEUSES MODALITES D AIDE AUX ELEVEURS DE PONDEUSES EN CAGES NON AMENAGEES EN

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 Versin en date du 27 mars 2014 Smmaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 1. Objectifs... 4 2. Descriptin de l Audit énergétique... 4 3. Mdalités

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. Demandeur (propriétaire de la future installation) Nom* : Prénom*: Rue* : CP* : Commune* : @** : Téléphone* : Nom* : Prénom* : Rue *:

GÉNÉRALITÉS. Demandeur (propriétaire de la future installation) Nom* : Prénom*: Rue* : CP* : Commune* : @** : Téléphone* : Nom* : Prénom* : Rue *: SPANC Tel : 03 80 24 58 79 Fax : 03 80 22 72 84 audrey.gaillard@beaunecteetsud.cm Cmmunauté d agglmératin BEAUNE CHAGNY NOLAY Service Assainissement 14 rue P. Trinquet 21200 BEAUNE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

Palais de Justice de Montluçon. Travaux d'aménagement du Bâtiment. 114 boulevards de Courtais 03100 Montluçon PRESENTATION DU PROJET

Palais de Justice de Montluçon. Travaux d'aménagement du Bâtiment. 114 boulevards de Courtais 03100 Montluçon PRESENTATION DU PROJET Palais de Justice de Mntluçn Travaux d'aménagement du Bâtiment 114 bulevards de Curtais 03100 Mntluçn PRESENTATION DU PROJET Janvier 2013 1 Présentatin de l pératin 1.1 Cntexte Le bâtiment du palais de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore?

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore? DOSSIER DE PRESSE Slutins Datacenter Management Vus ne nus cnnaissez pas encre? Qu attendez-vus pur le faire?! Cntact presse : Cntact presse : Jérémy Martin Damien NICOLLE 03.66.72.03.42 03.66.72.20.24

Plus en détail

LIMITER LES SOURCES DE POLLUTION INTERIEURE : BIOCONTAMINANTS

LIMITER LES SOURCES DE POLLUTION INTERIEURE : BIOCONTAMINANTS - - LIMITER LES SOURCES DE POLLUTION INTERIEURE : BIOCONTAMINANTS Eviter qu une humidité permanente et imprtante s installe dans les matériaux u à leur surface, que des bactéries ne prlifèrent cmme les

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune Cnventin entre la CREA et la Cmmune de.. pur la valrisatin des Certificats d Ecnmies d Energie durant le prlngement de la 2 ème péride du dispsitif La Cmmunauté d agglmératin Ruen Elbeuf Austreberthe La

Plus en détail

BILAN DES ÉVÈNEMENTS DU 27 JANVIER 2014 ENTRAINANT LA FERMETURE DES CÔTES IMPORTANTES DE LA VILLE DE QUÉBEC

BILAN DES ÉVÈNEMENTS DU 27 JANVIER 2014 ENTRAINANT LA FERMETURE DES CÔTES IMPORTANTES DE LA VILLE DE QUÉBEC BILAN DES ÉVÈNEMENTS DU 27 JANVIER 2014 ENTRAINANT LA FERMETURE DES CÔTES IMPORTANTES DE LA VILLE DE QUÉBEC Par Éric Langlis Ingénieur Divisin aqueduc-égut-virie Service des travaux publics Ville de Québec

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU PRODUCTEUR D ELECTRICITE

GUIDE PRATIQUE DU PRODUCTEUR D ELECTRICITE GUIDE PRATIQUE DU PRODUCTEUR D ELECTRICITE Qui smmes nus? Nus smmes une sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012 ARGUMENTAIRE Evlutin des cntrats CSM Préambule Ce dcument vient cmpléter ce qui a été cmmuniqué dans l Actualité Fédérale n 31 du 5 janvier. Il a pur bjectif d apprter les répnses et les explicatins aux

Plus en détail

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE»

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE» Détail des qualificatins OPQIBI bénéficiant de la recnnaissance «RGE» (01/01/15) 1. Qualificatins liées à la perfrmance énergétique des bâtiments 1.1. Qualificatins existantes mises à jur 1.1.1. Qualificatin

Plus en détail

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine Cnventin de prestatins de services pur l accmpagnement à l efficacité énergétique du patrimine N La cnventin suivante est passée entre : La Cmmune/Cllectivité de représentée par dûment habilité(e) à la

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Il est important de s assurer qu il ne manque rien pour éviter des délais inutiles.

Il est important de s assurer qu il ne manque rien pour éviter des délais inutiles. PROJET DE LOTISSEMENT MAJEUR Étapes à suivre pur un prmteur d un prjet de ltissement majeur incluant l uverture d une nuvelle rue et la créatin de plusieurs lts. Dans certains secteurs de la Ville, les

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

CONVENTION. La mise à disposition des locaux ci-après désignés : De (date et heure)...à (date et heure)...

CONVENTION. La mise à disposition des locaux ci-après désignés : De (date et heure)...à (date et heure)... CONVENTION ENTRE, La Cmmune de BIDACHE u sn représentant ET M..., u sn représentant*... Il a été cnvenu ce qui suit. La mise à dispsitin des lcaux ci-après désignés : salle des fêtes et plnge cuisine De

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES FICHE ACTIONS CRUARD Charpente-Cnstructin bis ACTIONS GLOBALES Maintien et prgrès de la démarche du dévelppement durable par la réductin des impacts envirnnementaux, le respect des enjeux techniques, écnmiques

Plus en détail

Atelier : la maitrise des charges de chauffage

Atelier : la maitrise des charges de chauffage Atelier : la maitrise des charges de chauffage Thibaut Debeauvais, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin», ARC 19/10/2015 1 L Assciatin des Respnsables de Cprpriété 14 000 cprpriétés adhérentes Une

Plus en détail

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE PC de bureau vs. PC prtable : lequel chisir? C est certainement la questin que se pse n imprte quel utilisateur achetant sn premier rdinateur u vulant le renuveler : dis-je acheter un PC de bureau u un

Plus en détail

AUTORISATION DE CONSTRUIRE MARCHE A SUIVRE

AUTORISATION DE CONSTRUIRE MARCHE A SUIVRE Service technique, de l édilité et plice des cnstructins AUTORISATION DE CONSTRUIRE MARCHE A SUIVRE Quand faut-il une autrisatin de cnstruire? Les cnstructins et installatins, leur transfrmatin, leur agrandissement,

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 2 : CARRELAGE

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

PROJET Réflexion immobilière utilisateur. CLIENT Baker & MacKenzie. PROGRAMME Environ 9 000m² POINTS FORTS

PROJET Réflexion immobilière utilisateur. CLIENT Baker & MacKenzie. PROGRAMME Environ 9 000m² POINTS FORTS CBRE BUILDING CONSULTANCY Rue Paul Baudry Paris 8ème 8ème Réflexin immbilière utilisateur Baker & MacKenzie Envirn 9 000m² Due Diligence Technique Audit Acquisitin Assistance à la Vente VEFA Sale & Lease

Plus en détail

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD)

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD) Chap.5 Instruments d ptique (Curs - TD) 1. Mdèle ptique de l eil 1.1. Quelques éléments d anatmie de l eil 1.2. Phénmène d accmmdatin 1.3. Défauts de l eil 1.4. Taille apparente d un bjet vu par l eil

Plus en détail