Quelle technique proposer au sujet de plus de 80 ans? Frank Le Roy Service de Néphrologie Bordeaux, le 15 mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelle technique proposer au sujet de plus de 80 ans? Frank Le Roy Service de Néphrologie Bordeaux, le 15 mai 2014"

Transcription

1 Quelle technique proposer au sujet de plus de 80 ans? Frank Le Roy Service de Néphrologie Bordeaux, le 15 mai 2014

2 La problématique IRC traitée. Cas incidents 2012

3 La problématique IRC traitée. Cas incidents 2012 Patients > 75 ans 39.8%

4 L incidence de l IRC traitée augmente avec l âge

5 La prévalence des patients les plus âgés augmente chaque année

6 Un phénotype commun une comorbidité élevée (patients incidents 2012)

7 Un phénotype commun La fragilité Cohorte IRCADIA 181 patients, âge 80.3 ans Dépendance Dépression Démence 33% dépendants pour la prise de médicaments 32% 18% Philippe Chassagne. Gériatrie CHU Rouen, SDN 2009

8 Anne Marie 82 ans Vascularite à ANCA HTA,obèse,BPCO Diabète RVA Charlson 8 Veuve, 2 enfants Vit chez sa fille Troubles mnésiques? Aide ménagère 1h/j 5j/7 Toilette et repas ADL 3/6 Hygiène 0.5, habillage 0, aller aux toilettes 0.5, locomotion 0.5, continence 1, repas 0.5 IADL 2/4 Traitement 0, budget 0, téléphone 1, transport 1 MMSE 22/30 (Horloge 0/7) Syndrome anxiodépressif (Athymil) Thrombose veineuse (AVK juil.2013), hématome du psoas, dégradation fonction rénale

9 2 questions Espérance de vie Qualité de vie

10 Quelle est l espérance de vie d Anne Marie mise en dialyse à 82 ans? A. 1 an B. 2 ans C. 2.5 ans D. 3 ans E. 3.5 ans

11 Années de vie supplémentaires espérées à la mise en dialyse

12 Score prédictif de mortalité à 6 mois Patients> 75 ans Score total Mortalité à 6 mois 0 8% % % % % % % Couchoud et al. Nephrol Dial Transplant 2009;24:

13 Survie des dialysés âgés en France 3512 patients > 75 ans (cohorte ) Mortalité 1 an ans 32.7% Médiane 26.8 mois Mortalité 1 an > 85 ans 39.5% Couchoud et al. Nephrol Dial Transplant 2007;25:

14 Facteurs de risque de décès 3512 patients > 75 ans (cohorte ) Couchoud et al. Nephrol Dial Transplant 2007;25:

15 La dégradation inexorable du statut fonctionnel 3702 patients,73.4 ans, institutionnalisés 39 % 58 % 13 % Tamura et al. N Engl J Med 2009;361:

16 Quelle technique?

17 Berger et al. Clin J Am Soc Nephrol 2012 ;7:

18 Traitement conservateur ou dialyse? Murtagh et al. Nephrol Dial Transplant 2007;22:

19 Quelle technique? 82% 18% 3512 patients, âge 80 ans (44%>80 ans) Couchoud et al. Nephrol Dial Transplant 2007;25:

20 Technique de dialyse à J90 Registre REIN ans N= ans et plus N=3349 Autodialyse 5% UDM 11% DPCA 7% DPA 3% Autodialyse 3% UDM 6% DPCA 10% DPA 2% Centre 74% Centre 79%

21 Facteurs associés au choix de la DP OR Age vs ans 1.3 Age > Insuffisance cardiaque 1.8 Troubles du comportement 2.2 Couchoud et al. Nephrol Dial Transplant 2007;25:

22 Pourcentage de DP en première intention Age et Région

23 Pourcentage de patients en DP au 31/12/2012 Impact région et âge

24 La Dialyse Péritonéale Technique des ans

25 A 75 ans, 3 patients sur 4 sont en DPCA RDPLF

26 A 80 ans, 3 patients sur 4 sont assistés RDPLF

27 Survie technique (censurée sur le décès) Castrale et al. Nephrol Dial Transplant 2010;25:

28 Survie technique RDPLF

29 Survie indemne de péritonite ans ans 34.1 mois 37.7 mois > 90 ans 30.4mois Castrale et al. Nephrol Dial Transplant 2010;25:

30 Causes des sorties de DP Reprise diurèse 2,54 Arrêt volontaire 0,8 Transplanté 0,08 Transféré HD 21,8 Décédé 74, Castrale et al. Nephrol Dial Transplant 2010;25:

31 Un patient sur 10 de plus de 80 ans sera transféré en HD RDPLF

32 Causes des transferts en HD Autres non liées Autres liées méthodes Intolérance psy Incapacité Défaillance aide Dysfonction KT Sous dialyse UF insuffisante Malnutrition Péritonites 14,7 14,7 6,42 0 1,2 7,6 6,4 10,8 15, Castrale et al. Nephrol Dial Transplant 2010;25:

33 Quelle technique offre la meilleure survie? (vs HD planifiée) Couchoud et al. Nephrol Dial Transplant 2007;25:

34 Survie Cum. Survie Cum. Survie selon la modalité initiale Rouen patients Patients 75 ans Patients < 75 ans 1 1,8,8,6,6 %,4,2 p = 0.30,4,2 p = Temps Temps Hémodialyse Dialyse péritonéale

35 HDF et sujet âgé Maduell et al. Clin J Am Soc Nephrol 2013;24:

36 Les techniques convectives réduisent l hypotension intradialytique Étude prospective randomisée multicentrique (21 mois) HD n=70 HDF n=40-54% Locatelli et al. J Am Soc Nephrol 2010 ;21:

37 Durée des séances de dialyse par groupe d âge

38 Technique de dialyse et âge Rouen < 80 ans N=418 > 80 ans N=78 % HD DP

39 Hémodialyse des plus de 80 ans Stratégie < 80 ans N= 67 > 80 ans N= 20 Age (ans) 64 ± ± 2.9 HDF (%) Fréquence et durée 3 x 4 heures 3 x 4 heures HDF quotidienne (%) Cathéters (%) FAV distales (%)

40 L HDQ réduit le temps de récupération Lindsay et al. Clin J Am Soc Nephrol 2006;

41 Hémodialyse des plus de 80 ans Indicateurs de qualité < 80 ans N= 67 > 80 ans N= 20 Kt (litres) 63.3 ± ± 5.6 Kt/V 2.19± ±0.26 Volume convectif (Litres) 29.4 ± ± 3 Béta2 (mg/l) 26.7 ± ± 8.6 Hémoglobine (g/dl) 10.9 ± ± 1.3 Albumine (g/l) 34.8 ± ± 6.4 Phosphorémie (mmol/l) 1.4 ± ± 0.32 PA (mmhg) 143/65 136/60 chute PA (%) 9.4 ± ± 1.2

42 Survie des patients > 80 ans CHU Rouen ans Patients à risque 78.5% 74.5% 62.9% 50.8% ans > 80 ans N=65 N=170 N=163 Médiane 37.5 mois

43 Anne Marie 82 ans 24 aout 2013 Fracture per-trochantérienne gauche

44 Les chutes Facteur prédictif de mortalité Risque x 2 Li et al. Nephrol Dial Transplant 2008;23:

45 Anne Marie 82 ans SSR depuis aout 2013 Evaluation M6 (janvier 2014) ADL 1/6 Hygiène 0, habillage 0, aller aux toilettes 0, locomotion 0, continence 0.5, repas 0.5 IADL 2/4 Traitement 0, budget 0, téléphone 1, transport 1 MMSE 10/30 Dépression +++ (majoration Athymil) Envisager EHPAD

46 Anne Marie 82 ans Chute n 2 le 23 avril 2014 Evaluation M9 ADL 0.5/6 Hygiène 0, habillage 0, aller aux toilettes 0, locomotion 0, continence 0, repas 0.5 IADL 0/4 Traitement 0, budget 0, téléphone 0, transport 0 MMSE :irréalisable Agitation, agressivité Irritabilité Comportement moteur aberrant Troubles du sommeil Anxiété Appels incessants

47 Conclusion Berger et al. Clin J Am Soc Nephrol 2012 ;7:

48 Un accès à la greffe inexistant

49 Un accès à la greffe inexistant ans de vie supplémentaire

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France La dialyse chez le sujet âgé Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Cas clinique Mr J. Né le 9/7/1916 Néphropathie inconnue, HD1 5/12/2001 Vit à Langon, 30 km

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale

Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale Philippe Cougnet Unité de Dialyse Extra-Hospitalière Service de néphrologie DP et prescriptions Pour réaliser une dialyse péritonéale, il faut prescrire

Plus en détail

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique 11 ème Congrès National de Néphrologie Marrakech 2013 Pr Medkouri Ghislaine Service de Néphrologie CHU Ibn Rochd medkourighislaine@hotmail.com

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R Dr N. RAYNAL A.I.D.E.R Montpellier Maison de la Mutualité PLAN de la PRESENTATION 1. Quelques notions

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes)

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Sténose initiale Modifications hémodynamiques Resténose après angioplastie Destruction cellulaire Augmentation du débit

Plus en détail

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14 Table des matières CHAPITRE 1 VIEILLISSEMENT NORMAL : ASPECTS BIOLOGIQUES, FONCTIONNELS ET RELATIONNELS. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES. PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE 13 Module 5.

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Formation. Le sujet âgé dialysé. Durée : 21 Heures

Formation. Le sujet âgé dialysé. Durée : 21 Heures Formation Le sujet âgé dialysé Durée : 21 Heures Contexte : Depuis ces dix dernières années l ANIDER (Association Normande pour la prise en charge de l Insuffisance Rénale chronique par la Dialyse, l Education

Plus en détail

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement Pr Muriel Rainfray, Pôle de Gérontologie Clinique, CHU Bordeaux Cas clinique 1 Le contexte Mr A. 82 ans vit à son domicile avec son épouse.

Plus en détail

But de l épuration extra-rénale

But de l épuration extra-rénale Epuration extra-rénale en réanimation Formation infirmière Mars 2007 Marina Thirion. Réanimation Polyvalente CH Argenteuil But de l épuration extra-rénale Permettre la survie du patient Sans nuire à la

Plus en détail

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen CUEN Juin 2013 Infection du liquide de dialyse péritonéale 1 Causes de sortie de la dialyse péritonéale Les complications infectieuses

Plus en détail

Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat

Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat Physiologie du Péritoine ------------------------ Baxter Academy Essentials May 25 27th 2011, La Ciotat Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat Transports péritonéaux - Physiologie

Plus en détail

Quel acide dans le concentré pour hémodialyse?

Quel acide dans le concentré pour hémodialyse? Quel acide dans le concentré pour hémodialyse? Frank Le Roy, Mélanie Hanoy Service de Néphrologie CHU de Rouen En hémodialyse conventionnelle, le transfert des toxines urémiques du sang vers le dialysat

Plus en détail

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Formation Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Durée : 42 Heures Contexte : Ces 15 dernières années 47 personnes ont bénéficiées d une formation «dialyse» soit à peine 30 % de

Plus en détail

Atelier Anticoagulation en dialyse

Atelier Anticoagulation en dialyse Atelier Anticoagulation en dialyse Pr Philippe BRUNET Université Aix-Marseille Centre de Néphrologie et Transplantation rénale CHU de Marseille 9èmes rencontres MAHFOUD Mai 2012 Casablanca Cas n 1 Un homme

Plus en détail

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale 12 édition de formation en Dialyse Péritonéale Casino Royale Frais et remboursement en dialyse D R. V A N O V E R M E I R E L I O N E L V I V A L I A - I F A C - P. P A O L A M A R C H E - EN- F A M E

Plus en détail

NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : AGE : ADRESSE : MEDECIN TRAITANT : MEDECIN SPECIALISTE : nom nom

NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : AGE : ADRESSE : MEDECIN TRAITANT : MEDECIN SPECIALISTE : nom nom NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : AGE : ADRESSE : MEDECIN TRAITANT : MEDECIN SPECIALISTE : nom nom MOTIF DE LA CONSULTATION HISTOIRE DU CANCER type histologique :... classification TNM :... protocole

Plus en détail

Célia Lessoré de Sainte Foy (CHRU Lille) Avignon - mars 2009 aucun conflit d'intérêt

Célia Lessoré de Sainte Foy (CHRU Lille) Avignon - mars 2009 aucun conflit d'intérêt La dialyse péritonéale est-elle possible chez le polykystique? Célia Lessoré de Sainte Foy (CHRU Lille) Avignon - mars 2009 aucun conflit d'intérêt QCM : la proposition vraie? - la PKAD représente environ

Plus en détail

Journées Françaises de Radiologie Paris, 2010

Journées Françaises de Radiologie Paris, 2010 Prévalence de la Fibrose Néphrogénique Systémique (FNS) chez le patient dialysé : Etude Pro-FINEST S. Amet 1 ; G. Reinhardt 2 ; J.Y. Gauvrit 3 ;A.Castot 4 ; G. Choukroun 5 ; C. Francès 6 ; C. Kreft-Jaïs

Plus en détail

Evaluation des Tendances

Evaluation des Tendances Etude Clinique Bilan de fin d étude, août 2002 1 Evaluation clinique du système de télémédecine DIATELIC chez les patients traités par dialyse péritonéale à domicile Pierre-Yves Durand Evaluation des Tendances

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

Peer-Review des Accès vasculaires. Incidents 2012 Séminaire ORPADT du 07/05/2013 Chantal Saintenoy

Peer-Review des Accès vasculaires. Incidents 2012 Séminaire ORPADT du 07/05/2013 Chantal Saintenoy Peer-Review des Accès vasculaires Incidents 2012 Séminaire ORPADT du 07/05/2013 Chantal Saintenoy Rappel: IMPORTANT L encodage permet - d avoir une base de données importantes concernant les AV - De pouvoir

Plus en détail

3èmes Etats Généraux de la Personne Agée. L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI

3èmes Etats Généraux de la Personne Agée. L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI 3èmes Etats Généraux de la Personne Agée L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI L évaluation gérontologique L HOPITAL DE JOUR D EVALUATION DES FRAGILITES ET DE PREVENTION DE

Plus en détail

Annexes. Production scientifique. Publications dans des revues

Annexes. Production scientifique. Publications dans des revues Production scientifique Publications dans des revues 2008 Thilly N, Stengel B, Boini S, Villar E, Couchoud C, Frimat L. Evaluation and Determinants of Underprescription of Erythropoiesis Stimulating Agents

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Du Lundi au Jeudi de 9h à 18h00 Le Vendredi, merci de nous contacter avant 16h00 Quand adresser le patient pour prise

Plus en détail

LES BESOINS D AIDE A LA VIE QUOTIDIENNE DES PERSONNES AGEES EN PERTE D AUTONOMIE. Alain PARAPONARIS Gwendoline TACHÉ Bérengère DAVIN

LES BESOINS D AIDE A LA VIE QUOTIDIENNE DES PERSONNES AGEES EN PERTE D AUTONOMIE. Alain PARAPONARIS Gwendoline TACHÉ Bérengère DAVIN LES BESOINS D AIDE A LA VIE QUOTIDIENNE DES PERSONNES AGEES EN PERTE D AUTONOMIE Alain PARAPONARIS Gwendoline TACHÉ Bérengère DAVIN CONTEXTE Démographique Population âgée de 60 ans et plus 2000 : 12,5

Plus en détail

Le cycle circadien de la pression artérielle: implications cliniques. Elena Gonzalez Rodriguez, 3 mai 2012

Le cycle circadien de la pression artérielle: implications cliniques. Elena Gonzalez Rodriguez, 3 mai 2012 Le cycle circadien de la pression artérielle: implications cliniques Elena Gonzalez Rodriguez, 3 mai 2012 Le cycle circadien de la pression artérielle Sa régulation Pathologies associées Conséquences Chronothérapie

Plus en détail

Prescriptions en dialyse péritonéale

Prescriptions en dialyse péritonéale Prescriptions en dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen Atelier du CUEN 17 juin 2011 Observation clinique Madame F, âgé de 72 ans est suivi régulièrement pour une insuffisance rénale préterminale.

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux La place de la nutrition dans la prise en charge de la néphropathie diabétique Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux Les objectifs d'une "bonne" nutrition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 février 2008 système de connexion (Disc) et poche de drainage (CIP : 360 061-1) (CIP : 360 064-0) système de connexion (Disc) avec poche de drainage (CIP : 360 075-2)

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale terminale en France en Marie-S Gavard Groupe Hospitalier du Havre

Traitement de l insuffisance rénale terminale en France en Marie-S Gavard Groupe Hospitalier du Havre Traitement de l insuffisance rénale terminale en France en 2016 Marie-S Gavard Groupe Hospitalier du Havre La maladie rénale chronique En 2015, plus de 1 adulte sur 10 souffre d une affection rénale, soit

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Comment se pose le problème Intérêt croissant pour les troubles

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

Les aidants informels de

Les aidants informels de Les aidants informels de malades déments vivants à domicile Philippe Thomas Service Hospitalo-Universitaire de Psychogériatrie Limoges 28 janvier 2009 7,6% : 4 millions d accompagnants Soins & aide de

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

Indication à débuter le traitement de suppléance. Début HD et recommandations

Indication à débuter le traitement de suppléance. Début HD et recommandations Indication à débuter le traitement de suppléance Manifestations cliniques de l urémie Pericardite Surcharge hydrosodée Hypertension résistante Encéphalopathie ou neuropathie urémique Syndrome hémorragique

Plus en détail

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Néphropathie Chronique d Allogreffe Chapman et al. J Am Soc Nephrol 2005;16(10):3015-3026.

Plus en détail

Optimisation thérapeutique de la prescription du sujet âgé. EN PRATIQUE (CAS CLINIQUES) 18 juin 2015. Dr Claire DUFOUR Gériatrie CH Bourg-en-Bresse

Optimisation thérapeutique de la prescription du sujet âgé. EN PRATIQUE (CAS CLINIQUES) 18 juin 2015. Dr Claire DUFOUR Gériatrie CH Bourg-en-Bresse Optimisation thérapeutique de la prescription du sujet âgé EN PRATIQUE (CAS CLINIQUES) 18 juin 2015 Dr Claire DUFOUR Gériatrie CH Bourg-en-Bresse CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans! Situation familiale

Plus en détail

Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé

Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé Dr M Panaye / Dr S. Lemoine Hôpital Edouard Herriot Service Néphrologie-Dialysehypertension Pr Juillard. Pourquoi évaluer

Plus en détail

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp. Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.fr Petits vaisseaux glomerule interlobulaire 50 µm arquée 70

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Dr Christophe Ridel et Jean-Marc Dorget Urgences néphrologiques et transplantation rénale Fresenius Medical Care Hôpital Tenon Impossible d'afficher

Plus en détail

La Transplantation Rénale au Maroc

La Transplantation Rénale au Maroc La Transplantation Rénale au Maroc Résultats et perspectives Pr. Benyounès Ramdani benyounsramdani@gmail.com Journées de l infirmier, SMN, 10/5/ 2013, Casablanca Pourquoi réaliser une greffe rénale chez

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

D EAUP, un outil d'évaluation du déroulement des séances d'hémodialyse

D EAUP, un outil d'évaluation du déroulement des séances d'hémodialyse D EAUP, un outil d'évaluation du déroulement des séances d'hémodialyse Roula GALLAND, néphrologue, Monique PACHOT, cadre infirmier, Agnès CAILLETTE-BEAUDOIN, médecin directeur. Journée régionale 2010 «Qualité

Plus en détail

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Variabilité de la PA Variations non cycliques - Stress physiques ou psychosensoriels

Plus en détail

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD CVVHFD Diffusion HCO/HF DP SLED CVVHD Convection HVHF Osmose CVVH SCUF Adsorption

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL 2 ème rencontres d Oncogériatrie Normandes 11 octobre 2014 Anamnèse Monsieur B.. 80 ans Bilan hématurie macroscopique Découverte

Plus en détail

Nutrition et plaies du sujet âgé

Nutrition et plaies du sujet âgé Nutrition et plaies du sujet âgé Emmanuel Alix * Monique Ferry** * C.H. Le Mans ** C.H. Valence www.cfgn.org Prévalence/Incidence des plaies du sujet âgé Escarres Prévalence Domicile SIAD : 4 à 4,9% Maison

Plus en détail

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander?

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander? BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD

Plus en détail

Epidémiologie de la néphropathie diabétique

Epidémiologie de la néphropathie diabétique Epidémiologie de la néphropathie diabétique Dr. Cécile Couchoud, Registre REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie) Agence de la Biomédecine Estimation pour 2007: 4% de la population était

Plus en détail

Qu est ce qu un patient fragile?

Qu est ce qu un patient fragile? Qu est ce qu un patient fragile? philippe.chassagne@chu-rouen.fr Sujet âgé «plus de 75 ans polypathologique polymédicamenté (?) risque de perte fonctionnelle et de dépendance syndromes gériatriques prise

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE

FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE Dr Mélanie Hanoy CHU Rouen SFAV Marseille 2012 Patients Incidents en Hémodialyse 8150 patients incidents en hémodialyse en 2010 45,8% néphropathie diabétique ou vasculaire

Plus en détail

Comment choisir une membrane d hémodialyse

Comment choisir une membrane d hémodialyse Comment choisir une membrane d hémodialyse Philippe Brunet, Marseille CUEN juin 2011 Historique des membranes de dialyse (1) 1940-1970 : membranes en cellulose 1940 : la cellophane des emballages 1960

Plus en détail

Pneumonie de fausse déglutition. Dr Drowart - CHU Brugmann

Pneumonie de fausse déglutition. Dr Drowart - CHU Brugmann Pneumonie de fausse déglutition Dr Drowart - CHU Brugmann Pneumonie de fausse déglutitiond < inhalation sécrs crétions de l oropharynx l ou du contenu gastrique colonisés s par des bactéries pathogènes

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007 Bilan cardiologique avant un trekking? Dr Stéphane Doutreleau Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles - Strasbourg Club des Cardiologues du Sport Les cœurs du Forez 12 et 13 mai 2007 Mise

Plus en détail

Contraintes du travail liées à l hypertension artérielle des soignants hospitaliers en France.

Contraintes du travail liées à l hypertension artérielle des soignants hospitaliers en France. V e Congrès International d'épidémiologie ADELF - EPITER 12 au 14 septembre 2012, Bruxelles, Belgique Contraintes du travail liées à l hypertension artérielle des soignants hospitaliers en France. S Lamy

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

Epidémie de grippe en collectivité : gestions des patients?

Epidémie de grippe en collectivité : gestions des patients? Epidémie de grippe en collectivité : gestions des patients? 28 ème rencontres sur la grippe et sa prévention Lyon, 10 11 2015 Pr Gaëtan Gavazzi Clinique Universitaire de Médecine Gériatrique CHU Grenoble,

Plus en détail

Equilibre glycémique périopératoireratoire

Equilibre glycémique périopératoireratoire Session Anesthésie Diabèten Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie-Réanimation Hôpital Huriez CHRU de Lille Anesthésie et Diabète en 2009 Equilibre glycémique périopératoire Diapositive 1 Equilibre glycémique

Plus en détail

Les hypoglycémies du diabétique. Pr Régis Coutant, Angers

Les hypoglycémies du diabétique. Pr Régis Coutant, Angers Les hypoglycémies du diabétique Pr Régis Coutant, Angers Définitions (1) Glycémie inférieure à une valeur entraînant : une réponse détectable des hormones contre régulatrices (#70 mg/dl chez le sujet normal)(épinéphrine,

Plus en détail

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation DYNAPYO PHRC 2008 Promoteur : CHU de Bordeaux Camille LEROYER Service d Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux 9 juin 2011

Plus en détail

La greffe rénale un choix à préparer

La greffe rénale un choix à préparer La greffe rénale un choix à préparer Dr François Bayle CHU Grenoble - Néphrologie Fédération Grenoble Transplantation 3 ème rencontres d Education Thérapeutique Lyon - 15 Novembre 2013 Une nouvelle qui

Plus en détail

EHPAD Maison de retraite L ETE INDIEN. 14 rue des Croillerans 21121 DAIX Tél. 03 80 58 40 00 Fax 03 80 58 40 40

EHPAD Maison de retraite L ETE INDIEN. 14 rue des Croillerans 21121 DAIX Tél. 03 80 58 40 00 Fax 03 80 58 40 40 EHPAD Maison de retraite L ETE INDIEN 14 rue des Croillerans 21121 DAIX Tél. 03 80 58 40 00 Fax 03 80 58 40 40 DOSSIER MEDICAL DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES

Plus en détail

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Dr Marc Bauwens Service de néphrologiehémodialysetransplantation rénale CHU Poitiers DIU

Plus en détail

Clinique Ste ISABELLE Tel : 03 22 25 33 55 236 Rte Amiens ~ABBEVILLE

Clinique Ste ISABELLE Tel : 03 22 25 33 55 236 Rte Amiens ~ABBEVILLE La clinique Ste Isabelle Le bâtiment du service Salle N 1 de dialyse Accès au service Salle N 2 de dialyse Poste entraînement à l autodialyse. Hall d entrée du service Cabinet des Néphrologues Salle d

Plus en détail

Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques

Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques ENQUETE PUGG 2014 Pratiques et Usages en Gériatrie et en Gérrontologie Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques Claude Jeandel (CNPG)

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Thierry PETITCLERC AURA Prescription de la séance Les objectifs de la prescription adéquate Les critères de la prescription de la séance 1 Hémodialyse conventionnelle

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS ATTEINTS D HÉPATITE DHÉPATITE C Mr Figo a 45 ans ;il est marié et a deux enfants de 18 et 14ans. Il travaille comme cadre dans une entreprise pétrolière et effectue

Plus en détail

Comment choisir une membrane d hémodialyse

Comment choisir une membrane d hémodialyse Comment choisir une membrane d hémodialyse Philippe Brunet, Marseille CUEN juin 2009 Historique des membranes de dialyse (1) Les premières membranes d hémodialyse en sont en cellulose : c est la cellophane

Plus en détail

Nous exerçons en dialyse conformément au décret de compétence 2004-802 du 29 juillet 2004:

Nous exerçons en dialyse conformément au décret de compétence 2004-802 du 29 juillet 2004: L HEMODIALYSE Cadre légal Nous exerçons en dialyse conformément au décret de compétence 2004-802 du 29 juillet 2004: L infirmier(e) est habilité à pratiquer les actes suivants, soit en application d une

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand Activité physique Tout

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

DYSTHYROIDIES CHEZ LE SUJET AGE. G Sost 22 01 2014

DYSTHYROIDIES CHEZ LE SUJET AGE. G Sost 22 01 2014 DYSTHYROIDIES CHEZ LE SUJET AGE G Sost 22 01 2014 Vieillissement physiologique Structure : atrophie, fréquence des nodules (100% après 90 ans), dilatation des follicules => kystes colloïdes, infiltrat

Plus en détail

Devenir de la mère après un diabète gestationnel

Devenir de la mère après un diabète gestationnel Le réseau mère-enfant de la francophonie Lille le 1.6.04 Devenir de la mère après un diabète gestationnel P. Fontaine et A. Vambergue Clinique Marc Linquette- Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de Lille

Plus en détail

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer?

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Mémoire DES Pédiatrie Rhône-Alpes Lyon Promotion 2003 Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Fleur Cour-Andlauer 23 Octobre 2008 ANDLAUER Fleur 1 Méningites Bactériennes en

Plus en détail

Quelle évaluation de la fragilité : Cs, HJ, urgences, médecine

Quelle évaluation de la fragilité : Cs, HJ, urgences, médecine Quelle évaluation de la fragilité : Cs, HJ, urgences, médecine Pr Pierre JOUANNY, Dr S DA SILVA Pôle Personnes Âgées Centre Gériatrique de Champmaillot CHU de Dijon Madame X, 86 ans Arrive au SAU pour

Plus en détail

Prescription des anticancéreux chez l insuffisant rénal Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Paris

Prescription des anticancéreux chez l insuffisant rénal Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Paris Prescription des anticancéreux chez l insuffisant rénal Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Paris 1 IR et Cancer : C est fréquent France : études IRMA-1 and IRMA-2 1,2 : 4684 et 4945 patients (tous types

Plus en détail

Risque rénal du patient vasculaire Risque cardiovasculaire du patient rénal

Risque rénal du patient vasculaire Risque cardiovasculaire du patient rénal Risque rénal du patient vasculaire Risque cardiovasculaire du patient rénal Christelle Barbet (service de Néphrologie à Tours) DIU HTA facteur de risque cardiovasculaire et rénal 27 novembre 2015 à Tours

Plus en détail

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE Mme S. 86 ans. Antécédents : HTA, FA paroxystique, AVC avec cécité monoculaire droite séquellaire, Asthme, Hypercholestérolémie, Chirurgie de la cataracte de OG

Plus en détail

Résultats d études et retours d expériences

Résultats d études et retours d expériences Hémodialyse à Domicile Quotidienne (HDQ) à Bas Débit Dialysat Résultats d études et retours d expériences Dr P-A. Michel Historique Description de la dialyse à domicile dès les années 1960. Décroissance

Plus en détail

Dépendance et autonomie : une réforme en cours d élaboration

Dépendance et autonomie : une réforme en cours d élaboration Dépendance et autonomie : une réforme en cours d élaboration Bernard Pradines gériatre http://www.geriatrie-albi.fr/ Dépendance, autonomie définitions dépendance des personnes âgées : recours à une tierce

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Conséquences de la fièvre Données in vitro Sur les microorganismes: Inhibition de la croissance bactérienne, inhibition de

Plus en détail

Troubles de l humeur et stress

Troubles de l humeur et stress Troubles de l humeur et stress Dr Cédric Lemogne UF de Psychologie et Psychiatrie de liaison et d urgence Service universitaire de Psychiatrie de l adulte et du sujet âge HUPO / INSERM UMR 894 / Université

Plus en détail

Le diagnostic de péricardite dans sa forme aiguë repose sur une triade

Le diagnostic de péricardite dans sa forme aiguë repose sur une triade REVUES GENERALES Thérapeutique B. GRANEL Service de Médecine Interne, Hôpital Nord, MARSEILLE. Péricardites : quelle est la place du traitement par colchicine? L association colchicine et traitement conventionnel

Plus en détail