DIMANC DOUZIEME ANNEE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIMANC DOUZIEME ANNEE."

Transcription

1 HIIIlMIMIHIItlIIIIIIIUlItlIlIIIIIIIIIIIIIIItlII EN PGE 16 E CENDRIER DE NOS ECTEURS HmmtfuttMummmur DIMNC DOUZIEME NNEE. N SIS 0 CENT. 0 DECEMBRE 14 ÉTRENNES 1...OU RENCONTRE INTTENDUE C'est une très amusante rencontre dans la rue entre ce molosse ben vvant et ce chen-carcature en peluche que son proprétare a acheté en vue de quelque cadeau de nouvel an. e vra chen ne semble-t-l pas consdérer le faux avec une méfance auss comque qu'nexprmable? E NOUVE N CHEZ ES PETITS PEUX-ROUGES e Nouvel n est fêté, comme partout, dans les Réserves des Indens de l'mérque du Nord. Mas, naturellement, les jouets qu'on offre à cette occason aux petts Peaux-Rouges ne ressemblent pas tout à fat à ceux des bambns des vlles. Voyez ce «wgman» ou hutte de peau en mnature, orné de fleurs, de bonbons et de poupées multcolores. SPRÉE GEÉE ET 'ENTERREMENT SUR GCE Ben que le sujet ne sot pas réjoussant, comment ne pas vor avec étonnement ce cureux convo funèbre? En llemagne, la Sprée est fréquemment gelée l'hver et consttue un chemn commode que les enterrements eux-mêmes empruntent... sur traîneau, tel que celu-c. EN IRNDE : UN BIZRRE CHEMIN DE FER MONORI Généralement, les voes à ral unque sont suspendues. En Irlande exste un tran monoral vértablement peu ordnare, dont voc tros aspects caractérstques, car l'unque ral est surélevé d'un mètre et dem envron au-dessus du sol. En haut, l'étrange locomotve-double. u mleu, le monoral qu, moble, consttue à lu seul en même temps la barrère de passage à nveau... s l'on peut dre! Enfn, en-dessous, le wagon, également double, et d'un type assez peu commun,

2 nhu DIMNCHE-IUSTRÉ nmn trnthtn n 'n Mmn DIMNCHE-I USTRÉ VENTE U NUMÉRO France, Colones Pelgque Ëtanger um belges.. ;..... lt. Tél. : Provence 1-22,2 ou 24 - dmnstraton, EST EN VENTE PRTOUT DÈS E SMEDI mnum TRIF DES BONNEMENTS abonnements : 20, r. d'enghen, Pars-Xe - C'^ckèqne» pota0 70 Servces de Publcté : 118, venue des Champs-Élysées E 0 DECEMBRE 14 mos 6 mos Un an France, Colones. 6fr. Belgque fr. Étranger 1 fr. 12 fr. 18 fr. 28 fr. 24 fr. fr. fr, Téléphone: Élysées 6-4 à 6-8 es benfats du progrès >UYBEE N" 686 a sére N 2à80frs ( s'est enrche d'un modèle court pour dame et de nouveaux et très beaux colors. De plus, l exste un porte-mne Waterrncm à 40 frs assort à certans modèles. Pour VQS cadeaux, chosssez dans cet ncomparable assortment que vous offre Waterman, la marque cnquantenare. ong nor jas agate quartz perle notre Court nor jas quartz perle nore perle verte bordeaux Soyez prudents à l'entrée de l'hvor. Un smple rhume, un mal de gorge néglgés peuvent rapdement se transformer en une bronchte, congeston pulmonare vore même pneumone. e melleur moyen d'enrayer un rhume ou un commencement de bronchte est de recourr au système de la révulson. Celle-c s'obtent grâce au cataplasme snapsé. Ce veux et bon remède est toujours en usage, mas la technque moderne a progressé a grands pas et smplfé la longue et ennuyeuse préparaton de nos grand'mères 1 Il exste aujourd'hu un vértable cata-j plasme préparé d'avance et contenu dans une smple pochette, «l'utoplasme Vallant». es farnes de ln et de moutarde y sont judceusement dosées, stablsées et conservent très longtemps une effcacté toujours égale. 'utoplasme Vallant ne coûte que 1 fr. 7 et est toujours prêt. yez-en quelques pochettes dans votre ménage dès l'entrée de l'hver, vous aurez ans sous la man un bon remède effcace et durable... Il sufft de plonger l'utoplasme Vallant endant une ou deux mnutes dans de eau tède et de l'applquer ensute sur la parte malade en le mantenant serré avec une servette. On trouve l'utoplasme Vallant dans toutes les bonnes pharmaces au prx de 1 fr. 7 la pochette ou 10 francs la bole métallque de 6 utoplasmes. Exgez le vértable utoplasme Vallant, méfez-vous des mtatons souvent neffcaces, quelquefos dangereuses. F orsque je fs mt demande pour sollcter un emplo dans un Orchestre'Symplonque fémnn, le Drecteur me spécfa que non seulement je devas jouer à la perfecton, mas que je devas auss avor un physque agréable. Quel dommage! j'avas néglge mon tent 1 Ma peau état crblée de pores dlatés et de ponts nors qu donnaent à mon vsage un aspect malpropre et fané. e Drecteur me dt que les autres muscennes de l'orchestre conservaent la beauté et le velouté de leur peau en se servant régulèrement de Crème ïokalon, Couleur Blanche (non grasse). près tros jours d'emplo, mon tent état devenu clar, pur, et aval o rs un velouté fras et charmant. Non seulement j'obtns la stuaton convotée, mas j'attra l'attenton d'un homme rche qu ne demanda d'être sa femme. Je cros que c'est la crème fraîche et l'hule d'olve prédgérées contenues dans la Crème Tokalon, Couleur Blanche, qu la rendent tellement plus effcace que tout autre produt. CECI 24 CONCOURS nouveaux, dates, programmes* r-ram*. C-lomes, dans n" gratut Décembre Journal Canddats Fonctonnares, 28, Bou. des l.v-sldes, P.-US (7'). DEMIN EST UN MYSTERE I Vous en saurez le secret par les révélaton» du vel astrologue N0HTREB, de retour des Indes. Il vot juste, dt la vér té, conselle et drge vers un avenr melleur., l dévolera votre destnée dans un horoscope spécal. Indquer date nassance, prénom et jondre fr. en mandat ou tmbres pour études et fras. NOHTREB,, Rue du Rocher Pons. Seule l'éleetrolyse détrut des pols durcs DOIS ET DUVETSllan ï racne I par éplatores. Mme ll (dpl.) garantt les * résultats. 11. r, de l'etule, Tars M fond INTERESSE Tous les Jeunes Gens et Jeunes Flles, tous les Pères et Mères de ramfa PREPRTIONS MIITIRES T. S. F. ^^-P fî %J POSTE COURNTS TOUS présenté dans une ébénstene de grand luxe. Haut-parleur électrodynamque gr. modèle, CONCEPTION NOUVEE fabrcaton très sognée. PUISSNT - SÉECTIF Recevant - ' Jeunes gens, l est hors de cloute que vous désrez accomplr votre servce mltare d'une façon nstructve et attrayante, sot dans le géne ou l'avaton, sot dans la secton rado de dvers régments. Une soluton s'offre à vous pour cela. Suvre dès mantenant les cours du jour, Uu sor ou par correspondance de l'ecole centrale de T. S. F. et de la Socété de radotélégraphe et de préparaton mltare (agréée et subventonnée par le gouvernement n 12.71), 12, rue de la une, Pars (2"). Nouvelle sesson de cours le 8 janver 1. MUSfC Tel statons locales et les émetteurs éîrongers à grande pussance^ f CUTÉS Dg PIEMENT Pémonstratons gratutes à domcle. RDIO IOTÉ Tout»! Pharmaces et a» Dépt général : 61. VENUE PHlUPPé-tUQUSTE, PUBIS BON pour un Echant.Hon gratut ~ I Q v. de la Porte I Q. ÛsSl Ouen, PRIS * Succursales 8, Rue afoyette 1, Boulevord Voltore Morcodel 24-8 ETRBNNES DES 1 CGRES... CCRETTES DES RECIE FRNÇISE-CISSE UTONOME D MORTISSEMENT 'ECOE UNIVERSEE, la plus mportante du monde, vous adressera gratutement, par retour du courrer, celles de ses brochures qu se rapportent aux étude ou carrères qu vous ntéressent. 'ensegnement, par correspondance de l'ecoe UNIVERSEE permet de fare, à peu de fras, toutes ces études chez so, sans dérangement et avec le maxmum de chances de succès. Pour être rensegné, découpez le BUETIN CI-DESSOUS, marquez d'une crox chacune des brochures qu votas ntéressent, écrvez au bas votre nom et votre adresse et expédez ce bulletn, sous pl fermé, à MM. les Drecteurs de l'ecoe UNIVERSEE,, boulevard Exelmans, Pare (XVD. Broch : Classes prmares complètes ; Certfcat d'études, Bourses, Brevets, C.P., Professorats, Inspecton prmare. Broch : Classes secondares complètes : Baccalauréats, cences (ettres, Scences, Drot). Broch : Grandes Ecoles spécales (grculture, Industre, Travaux publcs, Mlnea. Commerce, rmée et Marne, Ensegnement, Beaux-rts, Colones). Broch : Toutes les carrères admnstratves (France et Colones). Broc : Emplos réservés aux Sous-Offcers de carrère, aux Mutlés et Réformés de guerre. Broch : Carrères d'ingéneur, Sous-Ingéneur, Conducteur, Dessnateur, Contremaître dans les dverses spécaltés : Electrcté, Radotélégraphe, Mécanque, utomoble, vaton. Métallurge, Forge, Mnes Travaux publcs, Béton armé, Chauffage central. rchtecture, Topographe. Chme, Frod, Explotaton pétrolfère. Broch : Carrères de l'grculture, de l'grculture colonale et du Géne rural. Broch : Carrères du Commerce (dmnstrateur, Secrétare, Correspondancer Sténo-Dactylo, Contenteux, Représentant, Publcté, Ingéneur commercal, Expert-Comptable, Comptable, Teneur de lvres). Carrères da la Banque, de la Bourse, des ssurances et de l'hôtellere. Broch : angues étrangères (nglas, Espagnol, Italen. llemand Russe Portugas, rabe, Espéranto). Toursme. Broch. 87 : Orthographe, Rédacton, Rédacton de lettres. Versfcaton Calcul Dessn, Ecrture, Callgraphe. ' ' Broch : Carrères de la Marne marchande. Broch : Solfège, Chant, Pano, Volon, Clarnette Mandolne, Banjo, Flûte ccordéon, Saxophone, Transposton, Harmone. Contrepont Composton Fugue. Orchestraton, Professorats, ccord de Pano, roch : rts du Dessn (Cours unversel de dessn. Illustraton, Carcature Corn poston décoratve, Fgurnes de mode. quarelle, Penture Gravure Relure d'art, Pastel, Fusan, Décoraton publctare, Travaux d agré-' ment. natome artstque. Hstore de l'art, Préparaton aux méters d'art et aux Professorats de dessn), tfroch : Méters de la Couture, de la Coupe, de la Mode et de la Chemsere (Pette man, Seconde man, Premère man. Couturère Vendeuse Vendeuse-retoucheuse, Représentante. Modélste. Coupeuse, Coupe pour hommes, Modste, ngère, Brodeuse Professorats lbres et offcels) Broch Journalsme (Rédacton. Fabrcaton, dmnstraton) ; Secrétarats. Broch Cnéma : Scénaros, décors, costumes, art dramatque, technque da prse de sons et de prse de vues. Broch Carrères colonales. expéder gratutement à M. Rue à Départ. S vous souhatez des rensegnements ou des consels spécaux à votre cas ls vous seront fourns très complets à ttre graceux et sans engagement de votre part.' Il vous suffra de nous les demander sur une feulle quelconque que vous jondrez au bulletn c-dessus. DIMNCHE-IUSTRE rétrbue les photographes qu lu sont envoyées par ses lecteurs dès qu'elles ont été publées. Il renvoe les clchés nutlsés, mas ne prend au» cun engagement pour les épreuves sur paper.

3 Mnum E 0 DECEMBRE 14»»"»nnnnun[Mrnt«nnnuûnun " ntutntnutttutt DOUZIEME NNÉE * N ' 6 10 "nn DIMNCHE IUSTR ENTRE NOUS M le fameux. constructeur d'automobles, vent de déposer son blan : c'est l'effondrement d'une des plus grandes entreprses françases. Justement, dt-on, elle état trop grande... Ces affares ttanesques ne cadrent pas avec nos possbltés natonales d'achat et l'exportaton est rendue à peu près mpossble par les muralles de Chne dont s'entourent tous les pays : Ctroën n'état, en somme, qu'un rêveur... Il devat être vancu par l'mplacable réalté. Ces drames économques se multplent dans le monde : les géants du commerce et de l'ndustre semblent tous voués au même sort. eur aventure rappelle, toutes proportons gardées, celle des conquérants qu veulent domner le monde, s'approchent de leur but et, soudan, sont brsés par une sorte de lo fatale, édctée par un deu dont le nom dot être Equlbre. Il y a du Napoléon chez ces hommes qu vont de vctore en vctore et fnssent par trouver leur Waterloo. Mas l est ben dffcle à des Ctroën, à des Ford, à d'autres encore, de se dre à un moment, à un pont donnés : Tu n'ras pas plus lon. Ils perdent le sens de la mesure, leur ambteux géne les entraîne, la concurrence les surexcte : d'alleurs, pour eux, ne plus avancer, c'est reculer... Et leurs entreprses sont basées sur le crédt, la réclame, le prestge : le mondre sgne de doute, de fablesse, de lasstude et tout rsque de s'écrouler. Hstores napoléonennes, vous ds-je. Elles ont leur beauté pathétque et un Cornelle «à la page» en trerat des tragédes. h! les stances de Ctroën! Mas on n'magne pas ce busnessman s'exprmant en vers dans un décor représentant l'usne de Javel.... Ce que je reprochera aux Césars l en est de toutes talles de l'ndustre moderne, c'est qu'ls ont prvé, eux auss, d'nnombrables créatures humanes de toute ndépendance. Ils ont assujett de vértables peuples d'ouvrers en les condamnant à la déprmante ve d'usne... a grande ndustre ne permet plus de chanter le veux refran : e traval, c'est la lberté! Car elle a nsttué le traval «à la chaîne», cette expresson qu prend un caractère terrblement symbolque. D'autre part, ces mllers d'ouvrers vvent autour des usnes qu sont les cathédrales de la relgon du progrès matérel, mécanque : ls forment dans les vlles et autour des vlles des agglomératons que leur état d'esprt rend menaçantes, en tout cas dangereuses pour l'ordre établ... Et' c'est une conséquence des plus déplorables d'un ndustralsme dont la folle devse semble avor été empruntée à Fouquet, autre ambteux foudroyé : «Quo non ascendant? Jusqu'où ne montera-e pas?» Comben plus heureux étaent les ouvrers, les artsans du bon veux temps qu travallaent chez eux! Ils pouvaent avor l'orguel de leur méter qu ne consstat pas à rver toujours le même boulon au même endrot : ls n'étaent pas des machnes, ls n'étaent pas les anneaux d'une chaîne sans fn... Quelle dfférence avec le sort du «prolétare» moderne qu n'a drot à aucune personnalté! Il est certan que la réglementaton de l'emplo de la machne est devenue la grande préoccupaton de l'économe moderne. Il y a là une queston mpéreuse de lmte à attendre et à ne pas dépasser, et cette lmte même est des plus dffcles à fxer pour chaaue pays, pour chaque ndustre. Mas vous me drez que des autos, ça ne peut pas se fabrquer, en famlle, dans un ateler de pett artsan... Il est vra, et c'est pourquo de tels regrets sont vans, comme la plupart des regrets. 'avenr est à une cvlsaton de plus en plus ratonalsée, standardsée, taylorsée. la chaîne, à la chaîne! Et vve le progrès! NDRÉ CITROEN, CÉMENT VUTE. a us tes eenos. es hommes ont toujours amé taller en tranches le temps, le nonce du pape et, à ce ttre, c'est lu qu adresse cette matère éternelle, mmuable, E CROIRIEZ-VOUS? avez-vous qu'l exste, sur notre" Terre, de pauvres gens (ls sont vrament à plandre), qu se gardent ben, lorsqu'ls apprennent une bonne nouvelle, de fare de petts sauts de joe, pour manfester leur contentement. Et pourquo? demanderez-vous. Smplement parce qu'ls rsqueraent ans de se fracturer les jambes en tombant sur leurs peds. Ces sujets, très rares, d'alleurs, sont ce qu'on appelle des «Hommes de verre». Ne prenez pas l'expresson au ped de la lettre ; elle sgnfe que ces êtres ont le squelette extrêmement fragle. Ben portants et ben conformés, en apparence, ls n'offrent aucune tare apprécable, mas ls se fracturent les os à tous propos, à l'occason du mondre mouvement. On cte l'exemple d'un homme qu pouvat (essayez d'en fare autant), lu-même se casser l'avant-bras en le serrant entre le pouce et l'ndex. Et que drez-vous du malheureux auquel l arrva la ptoyable mésaventure de se fracturer les deux fémurs, eh fasant un geste un peu brusque et alors qu'l crat ses chaussures. Quelle est la cause de cette bzarre affecton? On pense qu'elle est due à une pauvreté consdérable en matères calcares de l'organsme et du système osseux, en partculer. Mas, étant donné le nombre extrêmement rédut des sujets sur lesquels on a pu l'étuder, on ne sat encore pas grand'chose d'elle. S un court dscours au présdent de la Républque, qu répond très brèvement. Cette année, les dscours, à la récepton du corps dplomatque, seront un peu plus longs qu'à l'ordnare, car 14 fut, dans l'ordre nternatonal, fertle en ncdents dramatques : de la mort accdentelle du ro des Belges à l'assassnat, à Marselle, du ro lexandre et de ous Barthou... a France, au cours de l'année, a vu dsparaître auss un grand homme d'etat : Raymond Poncaré, et un grand chef : le maréchal yautey... ES PETITS CDEUX... C les petts cadeaux entretennent l'amté, certans *-) gros cadeaux s'apparentent quelquefos à des plasanteres de plus ou mons bons goûts. On rappelle le cas de l'auteur dramatque Georges Feydeau qu, ayant eu à se plandre de deux crtques, leur délégua, au moment des étrennes, deux superbes ânes, dscples d'lboron. On cte auss l'hstore suvant laquelle l'llustre Paderewsk, le vrtuose ben connu, ft lvrer à une dem-douzane de ses admratrces de superbes panos à queue, sur lesquels l avat joué... Un am de l'gha Khan reçut, une année, une poulche de l'élevage du prnce magnfque... Ce sont là, cadeaux encombrants. Cette année, une de nos plus célèbres comédennes a envoyé à une de ses ames un délceux pett... cochon rose. On assure que la bénéfcare a BONNE NNÉE vu, là, un tour... pendable. Elle répondt du tac au N sat que M. ebrun est le parran du derner tac en expédant un pett chen à la donatrce : enfant de certanes famlles nombreuses de la Ce n'est pas le chen de sa chenne, dsat l'hurégon de l'est d'où est orgnare le chef de l'etat morste Rp, c'est le chen de son cochon!... l'occason du nouvel an, le présdent a reçu des frères ou sœurs de ses flleuls des lettres touchantes de vœux de bonheur et de santé. e présdent a tenu à répondre personnellement et à envoyer à ses jeunes RÉVEION D'RTISTES correspondants les beaux joujoux dont ls devaent os artstes, qu font la joe du publc, ont-ls eu rêver. Pratquant lu-même avec bonhomme l'art l'occason de révellonner? On sat que le méter d'être grand-père, le présdent ame les enfants: Et l d'acteur est des plus durs et qu'l exge une dscplne n'état que de le vor parm les gosses, au goûter très strcte. uss ben la plupart de nos vedettes tradtonnel de l'elysée, pour se rendre compte qu'l ont-elle renoncé à une fête qu se prolonge fort avant sat les comprendre et leur parler... dans la nut. e délceux Vctor Boucher, dont la dernère créaton est un chef-d'œuvre d'humour et de tact, n'a pas crant, lu. la fatgue d'un révellon. Et l'excellent WEYGND ET TURENNE coméden étant, à ses heures, un matre-queux NS quelques jours, le général Weygand dot qut- émnent, a régalé ses nvtés d'un menu exécuté ter son bureau du boulevard des Invaldes, car par lu. Montrant la cusne à ses ams, l l est attent par la fatdque lmte d'âge. Mas s'l leur dt avec un sourre : qutte l'état-major général de l'armée, l demeurera Vous voyez, pour une fos, je me sus ms... dans vrasemblablement au consel supéreur de la guerre. le trou du souffleur Ceux qu ont vsté le beau bureau second Empre du général ont constaté que l'llustre soldat avat dans son cabnet les bustes de Bonaparte et de QUND E PUBIC EST CONTENT... Kléber, deux autres grands ancêtres dans «le méter N sat que grâce à l'ntatve de M. Georges Mandes armes». Mas on sat que l'admraton de l'ancen de/, l'admnstraton des P. T. T. a ouvert un collaborateur du maréchal Foch va surtout à Turenne, et que cette admraton s'est tradute par un ouvrage «bureau de réclamatons», auquel on peut sot écrre, consacré à la mémore de l'héroïque défenseur de sot téléphoner, sot s'adresser drectement. e fonctonnement de ce bureau a donné d'heureux résultats l'lsace. et a provoqué de pquantes constatatons. C'est ans que les abonnés du téléphone écrvent et que les usagers de la bote aux lettres... téléphonent pour expr14, DURE NNÉE mer leurs desderata. Et très peu de personnes se E protocole prévot chaque année, pour le 1" jan- dérangent personnellement. ver, une récepton, à l'elysée, de tous les reprémas le bureau des «réclamatons» a eu auss a sentants en France des pussances étrangères : c'est enregstrer des «félctatons» d'ans certans cas. la tradtonnelle récepton du corps dplomatque par Ouvrra-t-on alors un «bureau de félctatons»?... le chef de l'etat. e doyen du corps dplomatque est Cela ferat évdemment la contre-parte... O N D O E PROBÈME DES Horzontalement. 1. Genre de naïadacées aquatques des régons tempérées ; 11. Etat d'mérque ; 12. Vole qu sert de toture à un crque ; 14. Oseau galnacé d'mérque ; 16. Dans la Corse ; 17. Barre servant à fermer une pc-rte ; 18. Mesuras ; 20. Tros ped d'anémone ; 21. Note ; 22. Jeune enfant (euphonquement) ; 2. Pronom ; 24. Essaye de... ; 26. Deux fos la même voyelle ; 27. Dans la mort ; 28. Deux OTS CROISÉS peds de putos ; 2.. Romarn sauvage ou thé du abrador ; 2. Mos ;. Préfxe ; 4. Couss un repl ;. brévaton ; 6. Chef-leu de canton ; 7. Tros peds de chamos ; 8. Place forte d'espagne ;. rtcle ; 41. 'un des douze petts prophètes hébreux ; 42. Vlle de Syre sur l'oronte ; 44. Prénom masculn ; 46. Cauton, garante ; 47. Pelle creuse qu sert à jeter l'eau hors- des embarcatons. Vertcalement. ï. Celles qu ne sont qu'en pussance ; 2. ames de cuvre qu, de lon, ont l'éclat de l'or ;. Celu qu se fat le défenseur d'une dée ; 4. a mère d'ismaël;. Tros lettres de «Mome»; 6. Phlosophe platoncen du premer sècle de notre ère ; 7. Femme ncomplète ; 8. Espèce de luth ;. Premer élément d'un nom composé désgnant un mets espagnol ; 10. Celu qu est versé dans la connassance des monnaes et médalles ; 1. Pardon accordé par pure bonté ; 1. Note ; 1. Famlle de plantes comprenant des arbres et arbustes des régons tropcales ; 2. Prénom masculn ; 0. Chef-leu de canton ; 1. Curé de Pars, fondateur de St-Sulpce; 2. Sacrfces; 6. Un des fls de Jacob ; 40. Touché ; 41. Tros peds de goret ; 4. Prénom ; 4. Mot enfantn. Soluton au prochan numéro. RÊEEXIONS gauche, problème posé ; à drote, soluton du derner problème. nfne. Ils ont ans l'lluson de maîtrser la durée, de se fare à euxmêmes une place mportante parm ce qu exste à toujours. On dt : le temps t passe, le temps coule. Hélas! c'est l'homme qu passe, c'est l'humanté qu coule et se succède. e temps demeure. Mas, ce temps, comme on le fragmente! afn de le grgnoter plus faclement et d'oubler que c'est lu qu nous grgnote. Chaque planète, s'l en est d'autres que la Terre pour héberger des êtres pensants, chaque astre, sans doute, le mesure dfféremment, suvant la balance de ses mouvements. Il y avat, pour nous, ce premer partage naturel du blanc et du nor, du jour et de la nut. 'un, dédé à l'actvté, utle ou plasante, 1 autre au sommel et au repos. a cvlsaton moderne a cureusement changé cet ordre des choses, au n'est mantenant observé que dans la ve la plus smple, la plus prmtve. Celle qu est auss la plus sane et, peut-être, la plus sage. Mas nous contnuons à appeler x jour» le temps que la Terre met à se retourner, et c'est la chaîne des jours que nous assemblons de façon tantôt naturelle, tantôt arbtrare. Un tour de la une, et volà vnqt-hut jours, que nous avons dvsés en quatre semanes, pour répondre à ce rythme secret de 1 homme, qu désre un jour de repos sur sept. Mas on ne sat trop pourquo l'année est de douze mos plutôt que de treze. fn, sans doute, qu l sot plus facle de la partager en semestres, en trmestres, en pérodes bmensuelles. a plus mportante dvson du temps, pour nous, c'est l'année. Ic encore, la Terre a fxé à l'homme une pérode ben défne. Un an, le cycle des sasons. Un an, le cycle de la végétaton et des récoltes. Un an, et l'on vot les heures de lumère, celles où, malqré tout, la ve est plus ntense, s'étrer, s'alonger de nouveau, après s'être lentement contractée.?u ^64. Charl«IX a fxé le début de I année à cette époque ou les jours se mettent à grandr. Et cette reprse de la ve, ce tromphe de la lumère sur l'obscurté, les hommes l'ont célébrée avec des transports de joe. Souvenr hérédtare du temps où la race humane, errant par les forêts, gîtant dans les cavernes, brmée et décmée par le frod et la fam, consdérat avec une angosse superstteuse un gan contnuel de a nut et du frod sur la chaude lumère solare. Des feux de joe saluaent le moment où, de nouveau, on état assuré du renversement de la sason. Plus tard, les Romans accuellaent la nouvelle pérode en se félctant et en s'envoyant des cadeaux. e monde moderne fat encore de même. es drudes allaent cuellr le gu sacré, et longtemps la France a cré : «u gu, l'an neuf!» e gu est demeuré portebonheur, le premer janver reste 1 époque des souhats. a semane ou le mos sont trop courts, ls nous donnent une mpresson d'éphémère, nous les comptons peu. e sècle, par contre, est trop long. Cest l'ambton de la durée qu a fat les savants et les hstorens compter cent années, dx décades, établr le sècle et en fare une mesure du temps. es smples mortels ne comptent que par années. Ils ament l'année. Ils voent toujours belle, et bonne, et généreuse, celle qu va naître ; ls oublent celle qu est passée, et qu les a déçus. Ils espèrent tellement en celle qu vent que tous se sentent généreux, ls souhatent le ben et le bonheur des autres et, dans le matn grs du jour de l'an, chacun voudrat crer à tous : Bonne et heureuse année. FRNK CRÂNE.

4 am DIMNCHE-IUSTRÉ NOS mnmuuuhmumummhut CONTES 4 mumummnnmnmwul ttttut) D'CTION... 'ESCE par R OUGHRM savat qu'l devat se méfer de tout et de tous, dans les premers temps du retour. Certes, la velle hstore devat être enterrée et le mllonnare qu revenat de Sbére ne pouvat avor aucun rapport avec le pauvre pett employé de la Banque Stuart. C'état pourtant à cela, à ce passé, que Red pensat en regardant l'île grandr devant l'étrave du steamer. Honolulu! Dans quelques mnutes, le N7e toucherat terre, se rangerat au qua pour fare son plen de charbon. 'escale durerat tros à quatre heures au plus. Mas ne serat-ce pas suffsant pour descendre fouler le sol de cet Etat amércan, le premer rencontré au mleu du désert de l'océan, tout nouveau venu avec son étole dans la constellaton du drapeau natonal, mas sol de la patre malgré tout. oughram sentt le désr mpéreux d'une courte vste aux îles Hawa lu mordre le cœur. Que rsquat-l d'alleurs? jamas l n'avat été soupçonné d'avor partcpé au vol de la Banque Stuart. Il avat s ben prs ses précautons, s ben mangancé son coup que tout état retombé sur rchmbault, un camarade de bureau, un nas, un nnocent. Reconnu coupable, condamné à cnq ans de prson, cet mbécle d'rchmbault devat encore se demander comment l avat s ben pu se trouver prs dans la nasse et quel pouvat être le vértable voleur. oughram eut un sourre. 'esprt lent de la vctme ne démêlerat jamas la vérté. Cec le décda tout à fat, et comme le paquebot jetat ses passerelles, l s'enqu'.t de la durée exacte de l'escale. Cnq heures. Plus de temps qu'l n'en fallat pour se permettre un bon repas dans^ un restaurant local et une promenade jusqu'au sommet du Bol de Punch, la collne domnant l'île. D'un pas assuré, le passager du Nle foula les dalles du port. En qc! n'état-l pas désormas Red oughram, mllonnare amércan, ctoyen lbre dont la fortune provenat des quatre années passées dans le Grand Nord sbéren à fare le trafc des fourrures. Qu saurat jamas que ces quatre années l les avat, en réalté, coulées dans Shanghaï la mystéreuse, proftant de tous les troubles agtant la vlle chnose pour écouler les ttres suspects, changer les bllets numérotés dans des mans ndulgentes, lqued " CDEU UTIE e SQUEEZIT PRESSE-FRUITS IDE Brochure 6 sur les cures de fruts envoyée gratutement sur demande à M. Ch. B&szanger, 48, Bd des Batgnolles.m 11,111,11, (Marc ).,. ËMSE PGES der en un mot le produt de son vol à la Banque Stuart. Il jeta un regard alentour et un frsson de plasr courut dans ses venes. Enfn, l revoyat une vlle yankee. à, se dressaent des buldngs de qunze à vngt étages sommés de la bannère étolée, les offces, les journaux, les banques, les cnémas, les compagnes de navgaton martme, tout ce qu est l'orguel et la rason de vvre des II. S.. Pendant de longues mnutes, le revenant contempla ce spectacle, s'amusa à retrouver la mastcaton de la «gum» dans toutes les bouches, la fèvre de vtesse qu fasat se ruer les autos sur le btume des chaussées. Et ben que, parfos, une Japonase au chatoyant kmono, un Chnos obèse, un ndgène déguenllé vnssent se mêler à la foule, l reconnassat «sa» vlle, les leux où l ne pourrat plus se passer de vvre dans l'avenr. Md sonnat à toutes les horloges. Un grand nombre d'employés jallssaent des masons, se hâtant vers le lunch, les restaurants à prx fxe. oughram ne put résster à l'enve de fare un bon repas, ou, un de ces repas comme l en mangeat autrefos dans des lunch parels à ceux-c, alors qu'l ressemblat lu-même à tous ces gars et qu'l avat la conscence auss nette que la leur. Quelques mnutes plus tard, l se donnat cette joe entre une dactylo de la «Chna Mal» et un ade blanchsseur qu noyat chaque plat dans des flots de sauce tomate. Tros heures encore avant le départ du bateau! llons, Red avat le losr de mener à ben l'ascenson projetée. pas flâneurs, l se mt à arpenter la grande route bordée de jardns et montant jusqu'au sommet de la collne. Cette roue s'offrat d'abord comme une avenue magnfque, bordée de cottages ; mas bentôt ceuxc se frent plus rares et des champs parurent : champs d'ananas, de bananers, longues allées de cocoters, rzères, toute la fortune, toute la savante et mervelleuse culture des îles du Pacfque. Par endrots, la route montrat des «nds de poules», des trous et des ornères dus au charro ntense qu la fatguat. Pus, après les champs accrochés aux pentes du Bol de Punch, ce fut la brousse, la sylve ébloussante des Hawaï. oughram s'engagea avec- délces sous la voûte ombreuse. De l'autre côté de ce tunnel, l état sûr d'aboutr au belvédère d'où l jourat d'un négalable pont de vue, la vson des sept îles de l'archpel posées comme un rang de joyaux naturels sur la gorge de saphr de l'océan. Et, dans l'mpatence de cette délectaton proche, l précpta sa marche. D'abord, l ne les avat pas vus ; sans cela l_ eut fat dem-tour, ben sûr. Mas comme c'état l'nstant de la pause, les cantonners s'étaent asss au revers du talus et l fallat arrver à leur hauteur pour les découvrr. De sngulers cantonners! Ils étaent vêtus d'une sorte de pyjama aux rayures blanches et bleues, l'unforme nfamant du bagne. Et, en effet c'étaent des forçats. oughram se souvnt brusquement que certans condamnés, ceux dont la condute avat été jugée rréprochable pendant les premères années de prson, étaent drgés sur les Hawaï pour y fnr leur pene les faussares et les voleurs partculèrement. Ils vvaent là dans une lberté relatve, servant de man-d'œuvre pour dfférents travaux, la réfecton des routes entre autres. Comme ce n'étaent pas de grands crmnels, comme auss les survellants armés ne les uttaent pas, l ne se produsat jamas 'évason et, somme toute, leur sort se montrat assez doux. e tourste essaya de passer rapdement devant les «rayés». Mas, alors qu'l allat franchr le^ derner groupe, un homme, un survellant s'approcha de lu. oughram eut un frsson. Que lu voulat cet agent de polce? Un réflexe le ft se radr et attendre le front haut. Oh! comme l avat eu rason ; l'autre désrat une chose ben banale, smplement du feu pour allumer sa cgarette. Mas comme après avor rendu ce léger servce, le mllonnare jetat la senne presque achevée, l entendt un soupr sur le talus : Hello!... ough 1 ough'!... Il fallat que ce ft rch' qu fut là, sous l'unforme rayé. u seul pouvat l'avor ans reconnu. Éperdu, l jeta un regard de ce côté et l vt l'homme. C'état ben lu, le veux camarade de la Banque Stuart. lors l n'eut plus qu'une pensée : fur, regagner le Nle avant que l'autre n'at eu le temps de le dénoncer. D'abord l crut que son espor se réalserat ; mas, en se retournant avant de se jeter dans un senter de traverse, l aperçut le bagnard qu le suvat en se dssmulant derrère les arbres. a panque s'empara de lu ; l se mt à courr. Un nstant, l se jugea sauvé, rch' ne parassat pas dans le senter derrère lu. e fugtf aspra une large goulée d'ar et s'apprêta à reprendre sa course pour attendre une autre route, s'élancer dans une auto, gagner le bord, re large, la lberté. Soudan... ' rch' avat dû couper drot à travers la brousse et mantenant l se dressat devant Red, barrant le chemn du retour. Dans ses yeux lusat un regard presque dément. Celulà avat eu des heures et des- heures pour penser aux choses qu l'avaent jeté à l'nfame. ujourd'hu, l savat la vérté et la façon dont le coupable s'état enfu en se voyant reconnu ne lassat plus place à aucun doute. e voleur allat payer à son tour ; ou, à son tour, ough devendrat un «rayé». rchmbault se rua. â E 0 DECEMBRE 14 w» e coup de feu claqua sec dans le slence de la forêt. a forme bleue et blanche s'étendt sur le gazon vert, un trou sagnant à la hauteur du cou. Strdent, un roulement de sfflet retentt du côté de la route. es survellants venaent de s'apercevor de la dsparton d'rch' et partaent en chasse. oughram perdt la tête. On allat le trouver là, près du corps! Il n'état plus seulement un voleur mas un assassn! Il s'élança dans la brousse avec l'espor d'échapper pourtant. Comme l bondssat par-dessus l'homme étendu l lu sembla que celu-c remuat... Il avat ben rencontré l'auto tant souhatée ; l avat pu jondre le Nle. Sans un mot, l s'état placé à l'arrère du navre et, de là, l survellat le qua dans une angossé mortelle. llaent-ls paraître avant que le steamer eût gagné le large? Mas déjà le Nle s'engageat dans la passe de sorte lorsque l'auto rouge des «polce» déboucha sur le port. ns rch' n'état pas mort et l avat parlé. Désormas, on savat qu état le vra Red oughram. 'assassn se prt à sourre. Pluseurs jours le séparaent du prochan atterrssage. D'c là, l trouverat ben un moyen pour assurer son salut. Il adressa un adeu ronque à la terre où, pour avor voulu lu barrer la route, l'autre demeurerat à présent avec une blessure au cou. Brusquement, l'adeu ronque se fgea sur les lèvres du meurtrer Quelque chose se dressat encore à l'horzon, quelque chose qu le ft frssonner. es ggantesque pylônes de la T. S. F.! oughram ne bougea plus, les yeux rvés à la porte de la cabne rado. Son attente dura peut-être une heure. Pus la porte s'ouvrt et l vt l'opérateur sortr, un paper en man. Il espéra encore que le message ne le concernat pas, que les autres là-bas cherchaent toujours sa trace dans l'île. Pus l pensa au survellant qu lu avat demandé du feu, à rch' qu avat parlé... Ses yeux s'agrandrent. e commssare du bord montat sur le pont, un message aux dogts. Red donna un reqard aux flots, derrère lu. Barattées par l'hélce, les eaux dessnaent une traînée d'écume sur l'mmense champ bleu du Pacfque et des requns jouaent dans ce sllage, attendant la pâture mprévue. ough' frssonna. Il songea auss qu'l restat cnq balles à trer dans son brownng. Mas s je me manque?... rnurmura-t-l. Cependant le commssare l'avat aperçu et l approchat d'un ar qu'l essayat en van de rendre ndfférent. Il faut le mons de scandale possble à bord des paquebots de luxe, n'est-ce pas? e meurtrer affectat auss l'ndfférence. Il prt une cgarette, la mt à ses lèvres, foulla dans sa poche pour y prendre les allumettes, se pencha sur la lsse pour évter le vent et... l se lassa emporter par le coup de rouls, sans un cr, vers les gueules ouvertes des monstres qu ne lu lassèrent même pas le temps de toucher les flots. EMIE PGES. md et à sept heures Ou, c'est régulèrement deux fos par jour qu'l faut prendre votre Quntonne. Sous son nfluence benfasante, vous ressentrez ben vte un soulagement à votre fatgue : vos forces et votre appétt revendront rapdement. e vn fortfant obtenu avec la Quntonne est en effet un reconsttuant complet de tous nos organes et vaut seulement 4 fr.. Toutes pharmaces. 71 CR DOUCIT ET PROTÈGE GORGE DES RIGUEURS DE 'HIVER.HYGIÉNIQUE _ GREBE ET PRTIQUE IE RECISSE CR EST^IN PRODUIT DE QUITÉ SUPERIEWEMEH1ÉCONOMIQUE ^ Of2,rl f CINEM DES CHMPS-EYSEES 118, Champs-Elysées, 118 MN ÔF\RN de ROBERT FHERTY e lïlm classé premer au Concours Internatonal de Vense. Il DEMOISEE I TEEPHONE d'après la coméde d'fred SVOIR Matnées à 14 h. 0 et 16 h.' 0. Sorée à 21 h. 1 ocaton : Elysées 61-70

5 CUum E Q DECEMBRE 14 lumutftntmmmmmummmm' trt E - ROMN nunntntuunnuuuhuuuttmwn DE VIE mn ttn m IKIIIIIIII MtMtutt D'UN DIMNCHE-IUSTRÉ «'" REGICIDE umwttwwtttmmtuwtthwmmmwunn n mu mm nmm ROBERT FRNÇOIS DMIENS par HENRY MÊGBJIN son chagrn, ne se fasat pas faute, on s'en doute, d'excter la colère de Damens contre les responsables des malheurs de son mar, et, au premer rang de ceux-là, ous XV. C'état en révolté contre le pouvor royal que Damens quttat son ex-maîtrese, devenue désormas trop pauvre pour s'offrr le luxe d'un domestque. I/aêfeartat de EsnseKS contre la perde Iou's XV à Versalles, en 177, causa, à l'époque, tasse émoton «nsdérame, car malgré tant de fautes et d'erreurs, le ro état encore pour l'mmensté de son peuple. «Ieuîs le ESîen-Êmé». Ces la personnalté cureuse de son agresseur que nous allons étuder Êe. S'OEIH E 10 jullet 176, au crépuscule, un homme de stature moyenne mas vgoureuse, l'œl nquet, le front sourclleux, descendat, à Sant-Omer, du coche d'rras. cette époque, la pasble pette vlle état plus pasble encore et, à l'arrvée de la dlgence., y fasat fgure de grand événement. e voyageur n'y passa pas naperçu, ben que sa mse fut assez modeste. Habt marron de drap bourru et culotte du même ; cheveux bruns noués derrère par un smple ruban et chapeau trcorne de qros feutre nor sans ganse n ornement d'aucune sorte. En somme, le costume qu'au xvnf sècle portat le pett artsan ou le laquas de mason bourgeose. uss ben, est-ce d'un domestque qu'l s'agt. es udomaros qu entourent le coche ont vte fat de l'dentfer et se poussant du coude, dsent dans leur rude et savoureux -patos pcard : r'vête!... mn Damens!... Il etot ar'vénu!... (Regarde! mon Damens qu est revenu! ) Se séparant vte de la foule, l'homme se rend rapdement chez un brave ouvrer pegneur de l'endrot, ntone-joseph Damens, qu l'accuelle tout surprs. e voyageur en queston n'est autre, en effet, que son frère, Robert-Franços Damens, domestque travallant à Pars. Et l a quelque rason de se sentr nquet, car, pas plus tard que le 7 jullet 176, c'est-àdre tros jours avant, notre Damens a fu la captale après avor dérobé à son maître, un certan seur Jean Mchel, négocant, rue des Bourdonnas, une somme rondelette de 240 écus d'or. Pars, on se perd du reste en conjectures sur les motfs de cet acte. Car Robert Damens a fat, depus qu'l a qutté son rtos natal, ben des places en rason de son caractère ombrageux et de son penchant pour le vn, mas l n'a lassé nulle part l'mpresson d'un servteur malhonnête. quo donc le malheureux a-t-l sonqé en se rendant coupable de ce larcn? Tout smplement à cec quç, pour réalser son grand projet secret l lu faudrat de l'argent, et que le melleur, le seul moyen de s'en procurer rapdement c'état de voler. Car Damens, dans son crâne de smple, lent, obstné, haneux, nourrt un vaste projet et ce n'est ren mons que de supprmer Sa Graceuse Majesté ous, qunzème du nom et par la grâce de Deu, ro de France I En haut, à gauche : Un beau portrat de ous XV (musée de Versalles). u centre : a scène de l'attentat de Damens, le S janver 177, reconsttuée par une estampe. drote : Damens lumême, bzarrement lgoté par des sangles sur un matelas dans sa prson. (D'après un croqus de l'époque exécuté sur nature.) 'oncle ne l'entend pont de cette orelle, car la condton de soldat est, à l'époque, fort mal vue et l rachète son neveu pour quelque 400 lvres. Pourtant, las de Béthune, sans doute, Damens qutte cette vlle et se rend à rras quelque temps pour y apprendre le méter de cusner. Reprs pmr le goût de l'aventure, l entre à dx-hut ans au servce d'un certan seur Dubas, offcer de fortune, avec lequel le volà part guerroyer dans le pays de Bade. Il en revent snon couvert de glore, du mons aguerr, mas malade, perclus de douleurs, févreux ; l abandonne la carrère des armes pour devenr garçon de salle au collège ous-le-grand, à Pars. Malheureusement, après bore, Damens commet, à l'égard des jésutes qu drgent ledt collège, de tels écarts de langage, qu'on le pre un beau jour de s'aller fare pendre alleurs. En 17, Damens se mare. Il épouse une orane, Elzabeth Molérenne, cusnère au servce de la comtesse de Crussol. De cette unon naîtra d'abord un fls qu meurt en bas-âge, pus une flle, Mare. S Elzabeth Damens donne toute satsfacton à ses maîtres, l n'en va pas de même de son mar, lequel ne peut, drat-on, garder une place. C'est un caractère ombrageux, à la fos tacturne et volent dont l faut redouter beaucoup quand l a bu. Or, nous savons déjà que la sobrété n'est pas sa qualté domnante. Se croyant le jouet d'une njustce persstante, l s'agrt. En outre, le drôle, qu sat tout juste lre, s'ntéresse à la poltque et dévore les gazettes que l'on se repasse sous le manteau, les lbelles emposonnés contre la rene du jour, la marquse de Pompadour. Damens sat dans quel lamentable état se débat le royaume. Il a assez vécu dans les campagnes pour en connaître la auvreté grande. a gabege est à son comle. e système des fnances est déplorable, la fscalté non seulement écrasante, mas encore applquée "contre les règles du plus élémentare bon sens. es segneurs euxmêmes, outrés d'un parel désordre, le cœur P soulevé de pté, sont mpussants à reméder à une stuaton qu exgerat, du haut en bas, des mesures rgoureuses de salut publc. Un jour, le duc d'orléans lu-même jette avec dégoût, aux peds du ro, un gnoble pan fat ce mauvase farne mélangée à des herbes. Regardez, sre, lu dt-l, ce que mangent vos sujets! Donc, Robert Damens, «Franças à pene moyen» de l'époque, vot, entend, emmagasne tout cela. Il comprend plus ou mons, fat comme tous les êtres prmtfs, plus ou mons ben la part des choses. e certan c'est qu'l tent ous XV pour le grand, le seul responsable du malheur des temps. Et c'est lu qu sera châté! Mas une crconstances met, s l'on peut dre, le comble à son ndgnaton. C'est le séjour qu'l ft comme domestque chez une vctme fameuse de l'njustce des hommes, Franços Mahé de abourdonnas, grand colonal, soldat valeureux, admnstrateur de talent qu nous avat gagné l'île de France et Bourbon. On nous pardonnera de rappeler brèvement que abourdonnas eut de cruels démêlés avec Duplex qu l'accusat d'avor vendu ou voulor vendre Madras aux nglas. sa rentrée en France, abourdonnas, avant même d'avor pu se dsculper, fut jeté à la Bastlle, tands qu'on sasssat tous ses bens. Il sortt de prson au bout de tros ans, et la réhabltaton vnt, mas non pas les bens séquestrés, qu'on ne rendt jamas. De sorte que le gloreux marn mourut en 17 dans la msère, emporté par le chagrn autant que par la malade. vant «le crme» de lèse-majesté r\ EPUIS, Damens a changé pluseurs fos de mason, mas nous avons vu au début, qu'en derner leu, l a dérobé 240 écus pour s'enfur en rtos. Cec se passe en 176. De 17, où se stue la mort de abourdonnas jusqu'à cette date, en tros ans, notr«homme a réfléch, pesé le pour et le contre, mûr son projet. À présent, l est prêt. En rtos, l se lvre à une vste générale de toute sa famlle, règle quelques dettes, donne même de l'argent à un de ses frères pour l'ader à s'établr. u bref, l utlse au meux les 240 écus. rras, enfn, l achète pluseurs objets dont un solde couteau plant à deux lames. Sont-ce déjà les préparatfs du crme? On peut le crore. C'est en tout cas ce que, plus tard, penseront ses juges. Voc qu'un autre de ses frères fxé à Pars, ous, apprend le larcn dont Damen s'est rendu coupable. Il alerte ausstôt toute la famlle artésenne. Mas la maréchaussée est alertée auss. Damens transformé en fugtf fle à Dunkerque, pus, de là, à Popernghe, qu se trouve, à cette époque, appartenr à la Hollande. Il ne rentre en France que vers la fn de novembre 176. ceux qu le rencontrent, l donne l'mpresson d'un désespéré, véhément, prs de bosson, nerveux, une épave, un homme prêt^ à fare un mauvas coup. Mas le pre c'est qu'une pensée, en lu, semble domner le chaos de toutes les autres : «Sauver le royaume! punr le ro!» Et c'est ce qu'l exprme à des ams, à des parents. Enfn, le 0 décembre 176, l revent à Pars par la dlgence d'rras, ayant fat le voyage sans encombre, sous un faux nom, entre deux ecclésastques et un bas-offcer du Royal-Potou. Pars, Damens est plus décdé que Jamas. Il va embrasser sa femme et sa flle qu'l n'a vues depus près de sx mos, et reste avec elles jusqu'au janver 177. Il les qutte en leur dsant qu'l va s'expatrer, aller vers les colones qu'on appelat «es Iles». Bentôt j'ro par lô, dans ches îles! dt-l vaguement en son rude patos qu revent dans ses dscours après bore. Il avale une dernère lampée de veux genèvre, la gourmandse de «ch'nord», et qutte les deux femmes en larmes, que cet homme bzarre ^ affole postvement. Mas déjà Damens s'estompe dans une sorte de halo, appartent à l'aventure, à l'hstore. a genèse du meurtre pendant cette pérode justement O quec'estdamens fut au servce de abourr, donnas. Tant d'nfortune le combla d'une hane mptoyable pour ceux dont la cruauté avat torturé ce grand servteur de la patre. Mme de abourdonnas, dans l'excès de a personnalté de Damens est né à MonR chy-le-breton, près de Sant-Pol-surTernose, le 4 janver 171. Fls d'un méobert-frnçois DMIENS tayer qu travalle sur le domane de la famlle d'essars, lu-même connaît d'abord la rude ve de garçon de ferme et le labeur des champs. seze ans, l qutte la terre, un oncle, aubergste à Béthune, l'ayant appelé auprès de lu. Cet oncle paraît assez séreusement s'ntéresser au jeune Damens, lu fat apprendre à lre, à écrre, le place enfn chez un maître serrurer de la vlle. Mas Damens, que tente l'unforme, lasse là son serrurer et va s'engager au Royal-Dragons. 'attentat T E 4 Janver, Damens arrve en d;lgence à «Versalles et prend une chambre chez 'exécuton de Damens en place de Grève, te t8 mars 171. J.Estampe ancenne.) une logeuse de l'endrot. Il fat un frod horrble et la nege recouvre le sol de pluseurs pouces d'épasseur, ce qu n'empêche pas Damens de se promener dans les jardns royaux une parte de la journée du. 1 (re la sute page

6 HIIIIII DIMNCHE-IUSTRÉ ">tnntmmftf!tftttunu«mttntttrnmnnt'o munt E 0 DÉCEMBRE 14 «nthf FIN DNS E E ROMN DRMTIQUE Vous avez glssé dans le lvre une haletante de fureur redescendt, ndcaton volontarement erronnée. l la regarda d'un ar moqueur. Mas Je ne comprends pas, Eh ben, tu es contente? ft-l tante Dane! Une ndcaton fausse en rcanant. Pus-je savor pourdans un lvre... Comment? et pour- quo tu as éprouvé le beson de tout dévoler à cette pette? quo l'aura-je fat?... Tu oubles, Dane, ntervnt Elle ft entendre un rre grnraumont, que Vère ne se rappelle çant. pas ce qu'elle a pu fare sous le Parce que j'en avas assez. Parce que je la has et que je voucontrôle hypnotque. e contrôle! ralla la ba- las qu'elle le sache. Et comme elle ronne! h! elle nous a ben joués, n'aura plus l'occason de me et elle s'est ben moquée de ton trahr!... pouvor psychque, mon pauvre Vrament? Et quel est donc Glles! Elle n'a jamas été endor- ton plan? oo a décdé que c'état pour me. C'est une hable pette aventurère! J'auras dû lre entre les cette nut. Nous partrons à deux lgnes de la lettre de son père, et heures. comprendre que lorsqu'un homme Je ne sus pas de cet avs. ne peut dre aucun ben de sa pro- Nous avons tout le temps et perpre flle, c'est qu'elle ne vaut pas sonne ne nous soupçonne. Tu vens cher! Je sus désolée mantenant d'entendre le melleur des témons. que ce pauvre Coverley at été prs Que crans-tu? Tu es fou, Glles. rmtaga dans les flets de cette pette ntrgante! Dane, s tu accuses Vère ans, tu dos lu explquer les rasons. RESUME DES h! tu prends son part? NE jeune nglase d'excelben entendu! Je m'y attendas! lente mas modeste faeh ben écoute, pauvre fou qu croyas en elle : Ce matn après mlle, surnommée Vère, qutte qu'elle a eu qutté sa chambre, e l'ngleterre sur les nstances sus allée poser sur le lvre où elle de sa marrane, la baronne avat glssé le message, un fl pres- d'lmer, pour venr s'nstalque nvsble, et lorsqu'elle est re- ler dans le veux château que venue prendre son chapeau avant celle-c possède en Haute=Sïde repartr avec Coverley, elle a voe. Or, la jeune flle est aus7/ déposa la jeune flle sur le dvan à haut dosser qu la dsouvert son lvre pour vor s nous stôt frappée par la bzarrere smulat entèrement, et lu ntmant l'ordre de ne pas bouger... avons enlevé le paper! J'en sus des gens qu vvent ou qu'elle sûre, le fl état tombé à côté... vous et des amabltés que vou, Eh ben je dos vous dre Meux encore : elle a eu l'mpukl d'accepter, sou- avez eues pour mo! que lorsque je le sognas, l avat dence d'emmener son fancé et Il sourt. l'habtude de dsparaître 1 Hardcastle sur la montagne où ls connaît l'exstence du souterran" n Pra"t_'- l ^aut BÊ dans la ve sa Quelle charmeuse vous fa Dsparaître? Mas comment? se sont cachés pour surveller la par Coverley, et le fasco de ce vo r se Il partat pour un endrot dé- route de Veyrer! Je te ds que matn lu a apprs le reste. Il sera. ' soumet- tes, Vère! Mas je désre que vous tre, mas vous ne vous rendez compte que s je le termné, pus ne se rappelat plus c'est une pette peste dangereuse, c avec la polce dès qu'l aura obtenu un ordre de perquston. EH vous rendez pas voulas, je pourras encore exer- n où l allat, n qu l état. un crmnelle! oo crot que ce sera pour deman jjs&t. I B compte de ce que cer mon pouvor sur vous! Ned? Comme cela lu res Tante Dane, s vous étez et alors le château aura cessé B vous avez fat! f Jamas plus, j'en sus sûre! semble peu! à Bonnevlle comment savez-vous d'exster! P JB Elle n'eut pas s'écra Vère tromphalement. Et, Pus-je vous rappeler que je que nous sommes allés là en pquede nouveau Glles haussa les I W le temps de ré- entendant le sfflement du tran qu connas l'homme que vous avez nque? épaules. ^^^^^ pondre, la ba- devat ramener Ned, elle se sentt l'ntenton d'épouser, beaucoup Cela ne vous regarde pas. Vous" avez tous deux des ronne approchat s sûre qu'elle ajouta : meux que vous? On vous a vus, cela me sufft! moyens vrament coûteux pour dé_ Je vous défe1 Essayez de _ Vère se redressa et répondt et les deux femmes montèrent dans Mas je ne le ne pas! Nous trure les documents comprometn'endormr s vous voulez! d'un ton glacal : leurs chambres pour s'habller. avons emporté notre déjeuner sur Oh ben entendu que je ne u dîner, Vère remarqua que Je préfère ne pas poursuvre la collne en effet, parce que cela tants! a stuaton est lon d'être utpold auss parassat malade et le pourras pas ans, en un nstant, la conversaton sur ce sujet avec nous amusat, et nous avons même désespérée à ce pont, mas après tout, cela vous regarde! Et où alinquet. _ Il semblat vell, ses ba- et alors que vous; y êtes complète- vous. vu une auto s'enflammer, comme lons-nous? joues s'étaent accentuées, l res- ment opposée! frappée d'une bombe! Un yacht des Sovets nous Eue se leva en rant. semblat plus que jamas à un vaudane fxa sa nèce avec atten- attend à Nce. Nous nous y ren lors, remettez 1 expérence tour. Il ne lu sourt pas comme ton. drons par la route des lpes et d'habtude, l sembla même à la à olus tard! Pour le moment j'en Sur quelle route? serons en mer quand les poursujeune flle qu'l a battat frod. fle :non manteau et je vas au a route de Veyrer à Sant- tes commenceront. Peu à peu l s'anma, mettant sa devant de Ned Julen. _, Ce n'est pas mal combné. Pus-je vous accompagner? mauvase humeur sur le compte Et vous n'avez pas vu d'où Mas écoute, pusque nous avons Mas tante Dane n'aura-td'une raqe de dents, mas son atn slence hostle s'éleva entre des moyens certans de fute, pourttude demeurat snstre et Vère elle pas beson de vous pour son eux jusqu'au moment où venat cette bombe? Oh! non, nous étons trop quo ne pas épargner Ned et ne put s'empêcher de frémr en pquet? apparut sur la route Sten Ma sœur dot être en tran qu jeta un mauvas regard à la lon. Cela a été s rapde! On au- Vère? Quel mal peuvent-ls nous sonqeant qu'l savat peut-être que rat dt que la voture état frap- fare quand nous serons au lon? de fare sa malle. Elle va proba- jeune flle. le message état truqué. Glles, tu as complètement Sten, vous n'avez pas vu le pée par la foudre! Elle regretta amèrement d'être blement partr pour Bonnevlle devère avat lancé cette asserton perdu la tête en t'amourachant de revenue au château sans Coverley. man. Elle ne serat pas revenue du docteur Coverley dans le tran? decomme dernère ressource, au ha- cette gamne! s-tu donc enve de a sonnette d'entrée résonna et teste ce sor, s. elle avat pensé manda-t-elle. Non, grommela le domest- sard. Elle vt une expresson de dsparaître à jamas du monde celle remarqua la nervosté de ses que vous serez seule c. C'est desoulagement passer sur le vsage vlsé? Et ta clentèle à ausanne? compagnons jusqu'à ce que la man auss que vous allez chez les que sauvagement en s'élognant. S ces deux-là sont vvants tu.es Vère soupra et reprt avec de sa tante. femme de Sten at apporté le plat rmtaqe, n est-ce pas? Ou, c'est ce qu a été Raumont le chemn du logs. Ils Est-l possble qu'l y at eu coulé. Mas assez sur ce sujet. oo suvant et at répondu à la quesétaent à pene au mleu du jar- une exploson au central électr- est en bas qu ade les hommes. Je ton anxeuse de la baronne : convenu. dn lorsqu'ls entendrent la vox que de Veyrer? demanda Glles vas fnr mes malles et l faudra «Que c'état le facteur.» que nous dsposons ensute les bde Dane qu les appelat. Ils se d'un ar convancu. usstôt le dîner termné, à la OU EST NEDÎ hâtèrent. Cela ne m'explque pas ce dons de paraffne. Monte à la grande surprse de Vère, la baelle les attendat debout sur le que vous fasez sur la montagne, tour pour fare tes préparatfs. ronne et son mar dsparurent la ÈRE et Glles s'arrêtèrent un Vte. lassant seule avec Glles, ce qu nstant sur le perron et, au perron, comme le jour de l'arrvée reprt Dane avec une nouvelle, C'est ben. J'y vas. Mas je volence. n'arrvat jamas. Celu-c lu offrt même moment, un gronde- de sa nèce. Nous étons descendus au Je vous l'a déjà dt, tante, t assure que tu devras décder une cgarette et se dt heureux de ment' sourd se ft entendre qu veutpold à épargner ces deux-là! devant de Coverley, explqua Gl- nous déjeunons. cette occason de lu parler avant nat du tunnel. Un éclat de rre qu lu glaça le Pette menteuse, cra la bal'arrvée de son hancé. Il lu avoua Voc le tran, remarqua dou- les, mas l n'est pas venu. Je n'en sus pas étonnée, ré- ronne fureuse, je ne vous cros sang dans les venes, fut toute la qu elle état le premer et seul cement Glles. Descendons par le amour de sa ve, les aventures ba- tenns c'est plus court, et nous ver- ondt la baronne d'un ton glacé, pas! Je ne vous crora jamas réponse de Dane, et Glles sentt t au moment oû tous tros péné- plus! Heureusement mon rôle au- tout à coup qu'l la haïssat. nales qu avaent précédé ne rons arrver le conquérant! comptant pas. près de vous se termne deman. orsqu'ls attegnrent l'embran- traent dans le hall, elle ajouta : S'l a vu les rmtage, ls Vous serez chez les rmtage et CHMBRE DE TOUR S vous m'avez amé. Vère chement de la route et du senter, nous aurons accompl ensemble l tendt sa jumelle à la jeune flle. l'ont probablement prévenu de la votre amoureux pourra vous épouser et vous emmener lon d'c. Je de grandes choses. Vous vous f Oh! merc! Ces verres sont trahson de Vère. pene sa sœur eut-elle dsgurez que le sentment que vous excellents. Tens voc deux homcette dernère tressallt et jeta ne veux plus vous revor. Mas en paru dans la drecton de la éprouvez _ pour Coverley est olus mes, mas aucun d'eux n'est Ned! un coup d'œl de profond repro- attendant je vous ôtera tout cave que Glles, prenant ses fort que l'attrance que nous avon Un autre mantenant : on drat che à Raumont qu ft un sgne moyen de mal fare. eu l'un pour l'autre. Quelle er- Sten! énergque de dénégaton, mas ne Et sasssant la jeune flle par le soulers à la man, courut sans reur! lors qu'l.m'a suff sur!a prononça pas une parole. bras, elle la traîna lttéralement brut dans l'escaler, passa par la Ou, l est allé à Genève pour montagne, de toucher votre man utpold et devat revenr par ce ns, l l'avat vendue! dans l'escaler avec une force dé- chambre de Dane, la salle de bans et, trant le verrou de la porte pour que vos pensées m'apparten- tran. Je cros ben que Ned ne Voulez-vous m'explquer ces cuplée par la rage. qu ouvrat chez Vère, pénétra nent! paroles, tante Dane! dt-elle. vendra pas mantenant. Vère, voyant qu'elle état brusquement dans la pèce. Glles, cra Vère, ce n'état C'est nutle. Vous savez condute dans sa chambre, cessa Oh! l m'aurat sûrement Vte, vte, chuchota-t-l à la pas de l'amour mas seulement l'ef- prévenue par téléphone, ft Vère, parfatement ce que je veux dre, de résster, se dsant qu'après tout fet de votre pouvor psychque! luttant contre un vf sentment de et vous avez écrt de faux rense- elle serat plus en sûreté là. qu'al- jeune flle stupéfate, Dane ne sat plus ce qu'elle fat! Vous êtes en Mantenant je sas ce que c'est désappontement. gnements pour nous ndure en leurs. danger, ne perdez pas une mnute! qu'amer et je n'y renoncera ja Je sus même étonné qu'l ne erreur votre oncle et mo. Raumont se contenta de hausvère héstat, se fgurant être mas. Ne me gâtez pas mon bon- l'at pas déjà fat, reprt Raumont, Quels faux rensegnements? ser les épaules sans ntervenr, et en sûreté dans sa propre heur en rae lassant crore que je à mons que... Vère s'efforçat de garder une d'écouter la clef tourner dans la plus chambre. vous al rendu malheureux! Je vouil haussa les épaules. vox ferme et un ar détaché.. serrure, qu fasat la jeune flle Vère, suppla-t-l, croyezdras garder un bon souvenr de mons que quo? Ne mentez pas davantage I prsonnère. Quant sa sœur, encore mo, elle est allée chercher ut- \ 4 U H H HH U V E

7 E 0 DÉCEMBRE 14 PROCHIN >""ntntttttthutmmjtmtmuuht]4** 7 umummvu mmumunnrrr nrf DIMNCHE-UXUSTRÊ NUMÉRO PR BIIE REYNODI pold et l ne vous épargnera pas! Elle courut à lu. Oh! Glles, est-ce possble? le vous le jure. Et la prenant par la man, ls traversèrent en courant la salle de bans, la chambre de la baronne, et commençaent à gravr l'escaler de la tour quand ls entendrent la vox de Dane qu crat des ordres aux domestques. Ils bondrent en avant, arrvèrent essouflés jusqu'au laboratore de Glles qu verroulla la porte derrère eux. Tout état en ordre. es boutelles, cornues, boîtes autrefos éparses avaent dsparu. Un feu clar brûlat dans la chemnée et par la fenêtre ouverte, l'ar pur de la montagne embaumat. Vère, ft Glles avec un calme forcé, écoutez-mo ben, l'heure est grave. Je cros que CHPITRES PRUS rencontre au château. Elle ne tarde pas à s'apercevor qu'on veut mettre à proft sa sensblté maladve, ses qualtés de médum pour l'hypnotser, la fare servr a on ne sat quelles fns mystéreuses et dramatques. (re le début de ce roman dans Dmanche' Illustré depus le 14 octobre.) vous commettez une erreur profonde, et je veux vous convancre avant qu'l ne sot trop tard. Vère se recula rrtée, mas se rappelant qu'l venat de la sauver, elle essaya de répondre le plus tranqullement qu'elle put : Glles, je vous en pre, à quo bon recommencer tout cela? Je sas ben des choses que vous gnorez, Vère, sa vox état calme mas remple de sous-entendus menaçants. Il faut que vous m'écoutez parce que je tens à vous plus que tout au monde, et s vous refusez de m'entendre, vous le reqretterez jusqu'au derner jour de votre ve... qu est mons élogné que Vous le supposez. Vère le regarda en fare sans ren témogner du tremblement ntéreur qu l'agtat. ns vous me menacez? demanda-t-elle. Certanement pas. Il y a un abîme entre un avertssement et une menace. Je veux vous mettre au courant de la stuaton. Ne comprenez-vous pas que vous courez le plus grand danger? Vous avez entendu ma sœur. Elle se «doute» que je «sas» que vous étez l'espon des rmtaqe. S elle en état sûre, utpold vous tuerat sur l'heure I Et ren, je vous le répète, ne pourrat vous soustrare à sa vengeance. Vère le regarda avec pté. Vous semblez oubler Edouard Coverley? Ma pauvre enfant! Perdez toute lluson à ce sujet. Il la regardat s drot qu'elle sut qu'l dsat la vérté. Il est actuellement hors de cause. Pensez-vous que je joueras ans cartes sur table s je savas que lu ou ses ams pussent ntervenr? e château est mné et Ned a été prs au pège à Genève aujourd'hu par ce faux message... Vère se dressa suffoquée de terreur. Exactement comme vousmême nous avez leurrés par une nformaton mensongère, reprt nexorablement Raumont, ayant ans rendu nutle le résultat de mos de traval patent. Glles, parlez-vous séreusement? Ned est-l prsonner, en danger? Il est probable que vous ne le reverrez jamas. Mas sa ve dépendra de votre décson. S vous consentez... je vous jure que c'est pour votre bonheur. Je sas meux que vous ce qu'l vous faut! Ju- rez-mo que vous m'épouserez et je vous sauve tous les deux. Réfléchssez : Coverley est ç au pouvor de Wasserufer qu n'a pas plus de scrupules à tuer un homme qu'un poulet. Sans mon nterventon, Ned est perdus! Vère, Vère, je vous ame, je vous forcera à m'amer! Votre amour pour Coverley n'est qu'un feu de palle. Vous n'êtes pas fate pour lu! cceptez mon offre et je le sauve! a plus grande angosse se lsat dans les yeux de cet homme affolé. Il attendat la réponse de Vère comme un arrêt de ve ou de mort. ns. Glles, l faudrat que je me vende pour sauver Ned! Eh ben, je refuse car je sas qu'l n'accepterat pas ce sacrfce et me drat de ne pas penser à lu, mas de garder mon honneur! Grands deux! Vère! Mas je vous demande d'être ma femme! a femme d'un homme qu peut m'offrr un tel marché, d'un homme qu menace de me lvrer à cet assassn de Wasserufer! lors? Vous avez ben réfléch? C'est non? J'aura fat tout ce qu dépendat de mo pour vous sauver de votre plen gré. Mantenant je le fera malgré vous! Et la prenant dans ses bras, malgré une résstance désespérée, elle sentt un bâllon lu fermer la bouche, une corde douce comme du velours attacher ses pognets. Cessant de se débattre pusqu'elle ne fasat ans qu'augmenter la presson, Vère se crut perdue! S Raumont proftant de l'mpossblté où elle état de se défendre arrvat à l'endormr, tout état fn! Oh! pourquo Bll et Jo ne l'avaent-ls pas emmenée! Elle état au pouvor de cet homme, et se sentat fablr, fablr... Tout à coup on frappa à coups redoublés à la porte, et la vox de Dane, à pene perceptble à travers l'épasseur du chêne, cra : Glles, Glles, où es-tu? Où est Vère? Elle a qutté sa chambre, je ne peux la trouver! Un long frsson secoua Glles, un juron formdable lu échappa. Tout état à recommencer! Il déposa la jeune flle sur le dvan à haut dosser qu la dssmulat entèrement, et lu nt'mjju l'ordre de ne pas bouger, l alla vers la porte et l'ouvrt. Vère a dsparu? Tu as regardé sous le ht? Dans les placards? Partout!... Elle n'est nulle part et la fenêtre est grande ouverte! En ce cas, comme ce n'est pas haut, elle peut avor sauté. Je vas aller chercher avec to. Emportons toujours ces bdons de paraffne... Je m'étas enfermé par précauton. Peux-tu en porter deux?. Ou. Mas vens de sute. S Vère a sauté dans le jardn elle s'est sûrement fat mal et ne peut être lon. Il rt nerveusement. Tu vos comben tu as été mprudente en lu lassant tout savor. S elle a pu s'échapper, nous volà dans de beaux draps I Mas elle n'a pu aller lon, te ds-je, l faut la rattraper à tout prx. a pette tgresse I Je lu roqnera les grffes! Ne perdons pas de temps. Vère entendt la clef tourner dans la serrure et les pas s'élogner. UX PRISES V fut debout ausstôt qu'eut cessé le brut de la clef dans la grosse serrure. Elle avat presque cédé à l'mpulson de dévoler sa présence à sa tante, mas les premers mots de la conversaton lu montrèrent qu'elle n'avat aucune pté à attendre de cette femme. Malgré l'atttude révoltante de Glles à son égard, elle sentat ben qu'elle amat meux être à sa merc qu'à celle des Wasserufer I ÈRE Elle pressa le ressort et rencontra la fgure lvde de son fancé étendu sur le sol. En la reconnassant, l poussa un ptoyable gémssement... Glles l'avat crû matée, rédute à l'mpussance, l ne lu avat pas attaché les jambes. a corde qu entourat ses pognets lu lassat un espace entre eux, et elle regarda désespérément de tous côtés, à la recherche d'un couteau. Mas elle ne vt ren. Tout à coup ses yeux tombèrent sur la lampe allumée. Ce fut pour elle une planche de salut, dangereuse mas certane. Elle réusst à trer lentement de ses dogts restés lbres, le taps de la table, ce qu amena ans la lampe à sa portée, pus elle étendt es bras au-dessus de la flamme. Une odeur de chanvre brûlé se répandt dans la pèce et la jeune flle ressentt une vve douleur sur sa char délcate. Elle tra de toutes ses forces. a corde à dem consumée céda enfn mas contnuat à flamber, et elle n'eut que le temps de presser aternatveme;' sur ses pognets douloureux, le sphon de soda qu se trouvat également sur la table. rrachant son bâllon, elle se tnt un moment chancelante devant la fenêtre ouverte, l'ar fras a ranma peu à peu. Mas sa terrble stuaton n'état guère amélorée, elle état toujours prsonnère et le découragement le plus complet commençat à s'emparer d'elle, lorsqu'elle songea soudan à la porte secrète découverte par Ned! Sa joe, à cette pensée, lu ft oubler la souffrance causée par ses brûlures, et elle se précpta vers la bblothèque massve, qu masquat la fausse fenêtre. Il lu aurat été mpossble de la remuer, mas, en promenant les mans sur la muralle, d; chaque côté du meuble, elle sentt un bouton rendu nvsble au premer abord. u moment de jouer sur le ressort, elle songea aux paroles de Raumont : «e château est mné». Il fallat à tout prx essayer d'avertr ses ams au cas où ls vendraent. S'approchant de la table, elle arracha une feulle du bloc de paper qu s'y trouvat et grffonna févreusement : «Sovez prudents, le château est mné. Entrez par la grande porte. Ned est prsonner et je sus enfermée dans la chambre de la tour d'où j'essae de m'échapper par l'escaler secret». Elle copa deux fos cet avertssement et, déchrant son mouchor, elle ft deux petts paquets qu'elle enroula autour de deux morceaux de charbon. Elle jeta auss lon qu'elle le put un des paquets par la fenêtre donnant sur la grande entrée, et l'entendt tomber sur la route juste devant la grlle. Elle pouvat le vor se détachant en blanc dans la nut. Jetant les yeux autour d'elle, elle ne vt que le tsonner qu pût lu servr d'arme défensve, et, sur la chemnée, une lampe électrque de poche dont elle s'empara également. Pus poussant le bouton qu devat lu ouvrr un passage, elle vt la bblothèque tourner sur elle-même. a jeune flle s'engaqea résolument dans l'escaler. Vers quels nouveaux pérls allat-elle? es souterrans devaent avor une sorte plus pratgue et plus sûre en cas de danger, que ce pett escaler... es motfs qu domnaent Vère dans ce plongeon dans l'nconnu étaent sa peur ntense pour NeJ, et sa propre terreur de la baronne. Son fancé, retenu certanement prsonner dans un con de cette demeure mystéreuse, état exposé sans aucun doute à la premère exploson qu détrurat le château. D courr la chance de sortr et d'appeler à son secours Charles et Blle? Mas arrveraent-ls à temps pour sauver Ned? Et s le château état réellement mné, quconque tenterat de pénétrer serat ms en pèces. Elle commença la descente dans las souterrans, tremblante, et souffrant cruellement de ses brûlures. ns que Ned le lu avat décrt, l'escaler état en bon état. Seul, un pett hbou qu s'envola par une des meurtrères en poussant un hululement terrble, nterrompt un nstant sa marche. Enfn, elle arrva tout en bas après des mnutes qu lu parurent des sècles. e slence état mmpressonnant, l'obscurté opaque, et Vère se sentt glacée dans sa mnce pette robe du sor. Elle se trouva en face d'une porte fermée par deux barres de fer qu'elle ft glser avec effort, et pénétra dans une pette cave. Sur une planche étaent rangés des objets que Vère reconnut mmédatement pour être des obus de dfférentes grandeurs. ppuyé au mur s'élevat un haut tonneau rempl de lqude. a jeune flle y trempa un dogt et goûta : «Parafne», murmura-t-elle d'abord. EVIT-EE pus reconnut que ce n'état de l'eau qu tombat goutte & goutte de la voûte. Une sorte de cordon passat sous la porte et rejognat le rayon où reposaent les obus. Vère prt une résoluton énergque : sasssant délcatement les engns de mort l'un après l'autre, elle les plongea avec précauton dans l'eau du tonneau. Pus, resprant plus lbrement, elle ouvrt une autre porte qu fasat face à la premère et se trouva dans la caverne prncpale. es dmensons en étaent troublantes. uss lon que portat la lumère de sa lampe électrque, la jeune flle ne voyat que le v:.de. Etegnant pour habtuer ses yeux à l'obscurté, elle fnt par dstnguer à sa gauche l'énorme ouverture décrte par Ned. Elle avança doucement, trébucha sur un objet de métal et, se bassant, elle se rendt compte, non sans surprse, que c'étaent des rals qu parassaent se drger au delà même de l'ouverture. Renonçant à comprendre leur utlté, elle contnua à tâtonner, cherchant une ssue. Elle arrva enfn au centre de la caverne, supporté par un énorme pler tallé dans le roc, et, avec un soulagement ntense, elle découvrt alors une sorte d'échelle. Elle s'apprêtat à gravr le premer échelon lorsque son sang se glaça dans ses venes. Toute proche, une vox prononça clarement : «rrêtez-vous ou je tre». e premer choc de cette vox, résonnant dans le slence de la nut, une fos atténué, eut sur Vère une telle réacton de joe et d'espor, qu'elle pensa en suffoquer. Ned! Ned! fnt-elle par dre. Ned, est-ce vous? Oh! parlez-mo! Pendant un nstant, ren ne lu répondt, le slence pesa de nouveau ntolérable. vat-elle été le jouet d'une lluson? Désespérée, elle se mt à sangloter, se lassant tomber à terre complètement vancue. Pus, elle entendt comme un frôlement, quelque chose qu s'approchat d'elle en rampant. Folle de terreur, elle allat crer, quand la même vox reprt tout près : - llumez votre lampe! Je veux vous vor! MRS BIIE REYNODS. dapté de l'anglas par SIMONE SINT-CIR. (Illustratons de F. UER.) ( suvre.)

8 mmu DIMNCHE-IUSTRÉ >> '» umummn unmn «m Mnmum mutn 8 «uniiml luii uulnmm n n mmuumm mmmu f \J 1^ F, g I FUT ^OUhHT ' que,' J'IE. IDER UZV! MISON R, CEj $0 IR, pour E-RE-VE.l -ON, NOUS VONS," ^ DES INVITES presaendeclu réteu NOUVEE jinnluê T IPR BRNNER : ; ; JOUE. f>\ TU VE-vX ^ VEC CE-!?VIEIES! ttchlnet? EH CU Id I vrs Ml> SURTOUT l 1 >l TU ETlî) -E VOl^lH^ C,EHTlE TU ^OHT CtRHCHEUX1 ME l^ekb ET HE VEUENT, UH PEU JOUER UCUH VCRME ^h UT!> VEC TTjTER\E PE CUl 4 NE!'. J'lKE THT Ç!'. Oh! HOH\ Jt HE- FE-RI P«J DÉ- WuTl. DE- QUOI l~j y HOH'.PUTOT 'IR, VE-C D' UN PETIT ^VÊ>Ê.ClE.,.'. TOUTE- CETTE. fette-re. DE Cusne? m D'UN CHE-V1E-R DU MoyEH G,E-*> rjlpynnjo/ad

9 ENFNTS ""t n,m,.. m.,,,,,,,,, mmumnmunmm mum nmnm HIIIIIIIIIIIIIIMIIIIII IIIIIIIIIIIIIIHMIIIII n mmt DIMNCHE-IUSTRÉ '»«CHETE DE/ UNETT \R IN SINT - OGN I DONNEZ VOUS PEINE DE VO USSSEQlR, M ON-T^" S» EUR... VOU S SoUVE NE2 VOUS DU NUMERO DE VOS V R RES %. HONEH EÈNI, NOUS ' ONS VOIR Ç.r PoUVE-VOUS U RE CET ÈC R TE U?.. NOM.. I C'EST M*f PRÉSENT, POUVEZ -VOUS QUE J,vous ÉCOUTEZ ET VEC ISEZ E DONC VOUS MEME VOTRE <ËCRjTE UÎ..JE NE SERS PS FÂCHÉ J)E VOR COMMENT VOUS PRONONCEZ. CES MOTS, COUCHER. DE HORS! M'ÉTONNEI. CETTE PRE^cj BVMXZ C DENBGWI QTRZ DEC2»XPS 8 D R C BFY TM HPFBK PUVY2; Copyrght par Dmanche-Tllustr,

10 Jauutt DIMNCHE-IUSTRÉ llllllllllllllllllllmlllllllllhll««llll«miihllmlh««imllllllmm**lh*«*«*hm**«««t»n,,1 10 MllllMlllM^IlM^^llHIlIIl^HlllIll^llllIllltI^ll«ll"I^^"I«""^"^"^''^^»' je voudras ben savor... Comment s'habllaent les femmes, en hver, vers l'année 184?,,, l, '"»''' '^ ' ^ '" ^' E 0 DECEMBRE 14 tmh» Comment étaent vêtus les marchands de bétal portugas au XIXme sècle? Quand aura leu le concours de dame sténo- S un salaré congédé par son employeur peut, dans certans cas,. exercer un dactylographe aux P. T. <T. et à la drecrecours, contre lu? tlon de la Casse natonale d'épargne? d'abord que le contrat de traval concours pour le recrutement de dames sténo-dactylographes à l'admnstraton R conclu sans détermnaton de durée peut U centrale des P. T. T. et à la drecton de la toujours cesser par la volonté de l'employeur PPEONS N mm Casse natonale d'épargne, aura leu à Pars le 28 janver 1. e nombre des places mses au concours est de qunze. es canddates dovent être âgées de dxsept ans au mons et de vngt-sept ans au plus, au 28 janver 1. a lste d'nscrpton sera close le janver. es canddates dovent adresser leur demande sur paper tmbré au drecteur des P. T. T. du département de leur résdence et pour la Sene et la Sene-et-Ose,, boulevard du Montparnasse, à Pars. <î> f Comment un jeune homme appelé à accomplr son servce mltare actf peut devenr offcer? N se lant tout d'abord au servce pour une durée assez longue (tros ans au mons) par voe d'engagement ou de rengagement. En suvant ensute, au corps, le peloton d'élèves gradés de façon à devenr sous-offcer le plus tôt possble. près deux ans de grade de sousoffcer, subr avec succès les épreuves du concours d'entrée dans une école de sous-offcers, élèves-offcers. Une nstructon générale du nveau du brevèt sudéreur de l'ensegnement prmare est ndspensable pour être adms à prendre part à ce concours. E OMME coffure un bb garn de velours, à brdes nouées sous le menton, et hors duquel s'échappent de» boucles de cheveux ou anglases. la robe est soutenue par une crnolne qu commence à remplacer les jupons empesés. <t>. Cette crnolne est construte de manère à rendre le derrère de la robe plus proémnent que le devant. a garnture du corsage se Quels sont les avantages dont jout un sous-offcer? contnue sur la jupe. Manches étrotes. Manchon d'hermne. E sous-offcer perçot une solde mensuelle, vt au mess. Il est logé, habllé et sogné <S> > <$> gratutement. Il bénéfce de 4 jours de perquelles personnes ont drot à l'allocaton msson par an. S'l est maré, l perçot une ndemnté pour charges mltares plus élevée, des famlles nombreuses? une ndemnté pour charges de famlle varane allocaton peut être versée sot à ttre ble suvant le nombre d'enfants. Entre quatre et sx ans de servces, l peut d'assstance, sot à ttre d'encouragement. En applcaton de la lo du 14 jullet 11, être adms dans le cadre des sous-offcers de l'assstance est oblgatore, sous forme d'une carrère, ce qu lu procure une stuaton sûre. allocaton, envers tout chef de famlle ayant Dès qu'l a qunze ans de servces, l bénéfce à sa charge plus de tros enfants légtmes ou d'une penson proportonnelle de retrate et reconnus, et dont les ressources sont nsuff- peut postuler pour un emplo réservé. santes pour les élever. Sont assmlés aux en<$> <» <$> fants de mons de treze ans,fes enfants de mons de seze ans pour lesquels l a été passé Comment empêcher le développement de par écrt un contrat d'apprentssage. D'autre part, en vertu de la lo du 22 julmosssures sur les surfaces pentes? let 12, ont drot à une allocaton pour chae prncpe consste à ncorporer des sels que enfant de mons de treze ans, au delà du I mnéraux ou organques doués de I trosème, les famlles françases qu compproprétés désnfectantes, a des pentures, tent plus de tros enfants vvants, légtmes j mas la nature même de la penture joue égaou légtmés, de mons de treze ans. Sont assmlés aux enfants de mons de lement un rôle. En règle générale, plus la treze ans, ceux dé mons de seze ans, pour concentraton en pgment est élevée, et mellesquels l a été passé un contrat écrt d'ap- leure est la protecton. Indépendamment des prentssage, ou qu poursuvent des études, ou produts spécaux ajoutés en rason de leur qu sont nfrmes, ou attents d'une malade acton fongcde, la nature même du pgment ncurable, sauf s'ls sont hosptalsés aux fras est à consdérer. ns l'emplo de pgments verts à base d'arsenc, donne une excellente de l'etat, du département ou de la commune. es parents qu resteraent assujetts à l'm- résstance à la mosssure. Parm les désnfectants utlsés,, les plus j pôt général sur le revenu, après que leur revenu a sub les déductons pour charges de remarquables sont : d'abord les composés du S famlle, ne peuvent bénéfcer de l'allocaton. mercure et spécalement le bchlorure et l'acétate qu assurent une protecton totale, le thy- <$><»<$> mol est également très actf. En revanche,! I'odoformol, le phénol agssent d'une manère Quelle est le montant de la penson d'as- plus ou mons rrégulère, et le salcylate de cendant allouée à une veuve mère d'un sodum paraît totalement nactf. On peut encore cter, parm les produts offcer tué à l'ennem? organques qu peuvent être employés (dose : E montant de cette penson est le même 1 pour 200 de penture), les chlorophénols, que le mltare at été offcer ou smple chlorothymol, le gaïacol, le tr-bromo-bêtasoldat. naphtol, l'hule de moutarde, l'hule de cèdre, Il est de 1.20 francs par an. etc., etc. C U I <> <> Comment nettoyer des fourrures blanches? S I une fourrure quelconque vent d'être moullée, l faut la" lasser sécher, sans ren y fare et ne jamas essayer de la lsser moullée. On nettoe faclement la fourrure blanche en la plaçant dans un sac avec de la belle farne de blé. On agte fortement le sac et la farne fat partr les corps étrangers. près Ce tratement on élmne toute la farne «t on peut recommencer jusqu'à ce que l'on at obtenu le résultat désre. On peut auss frotter la fourrure blanche avec une flanelle contenant du son. Cette flanelle devra être chaude et légèrement humde. <$> du pastel, qu devat trouver en France toute une lgnée d'exécutants talentueux, parm lesquels Quentn de a Tour, fut mporté d'itale en 1720 par la Véntenne Rosalba Caméra. vant son nterventon, on avat ben eu de Watteau d'élégantes sangunes, de ebrun, Vver et autres, des dessns aux crayons de couleur ; mas ce fut d'itale que nous vnrent le nom (pastello, pette pâte) et la chose ellemême, c'est-à-dre le crayon, fat de couleurs pulvérsées pétres avec de l'eau gommée. Quant à son mportatrce : la Rosalba, elle eut d'emblée un succès mérté, et les femmes les plus célèbres se dsputèrent l'honneur d'avor un portrat de sa facture. 'RT SOYONS Quelle est l'orgne du mot «baba», applqué à certans gâteaux? M M <î> <$> du «baba» est le ro Stanslas Quelles sont les condtons d'admsson à ecznsk. Installé à Nancy, le souveran l'école de l'r? fasat souvent préparer des plats et des gâteaux, nsprés des mets de Gace. sa provnce 'DMISSION à l'école dont l s'agt a leu pa* natale. e baba n'est qu'une déformaton du voe de concours. kgelkoph. Il fut présenté, pour la premère e premer concours sera ouvert en 1. fos, en 1720, à la table du ro Stanslas qu, es canddats devront : féru des Contes des mlle et une nuts, le bapetre âgés de mons de vngt-tros ans au tsa : «l Baba». 1" janver 1 ; Rapdement populare, le gâteau fut désgné Etre ttulares de la premère parte du bacpar le dmnutf «baba». calauréat ; Posséder l'apttude physque requse pour le servce dans le personnel navgant de l'armée de l'r. Une brochure donnant le programme du Ce que dot fare un jeune homme qu désre être examné par le consel de rev- concours est édtée par la lbrare Vubert, 6, boulevard Sant-German, à Pars. 'INVENTEUR son du leu de sa résdence? 'INTÉRESSÉ dot adresser vngt jours au plus tard avant la date l" mars) de l'ouverture du consel de revson une demande mo- S'l exste des plantes recommandées pour tvée au préfet du département dans lequel l laver les cheveux?, a été porté sur les tableaux de recensement. décocton de bos de Panama est très ndlquée ; elle mantent le cur chevelu en <S> <?> <?> bon état, empêche le développement des pelsi le phénomène des deux yeux de couleur lcules, et rend les cheveux souples et brldfférente se rencontre chez les hom- lants. On la prépare en fasant boullr, et en lasmes? sant dans l'eau houllante un certan temps, E phénomène se rencontre chez les che- 0 à 40 g. de bos de Panama pour 1 ltre vaux, les chats, très souvent chez les d'eau. chens, surtout dans une varété de la race S les cheveux ne sont pas trop secs, on peut des chens de berger, ma l se présente rare- y ajouter, au moment de s'en servr, une ment chez les hommes. a marquse de Sév- pette quantté de carbonate de soude (cragné avat les yeux de couleur dfférente... nous taux). dt son cousn Butt-Rabutn ; mas Mlle de Ce procédé convent partculèrement aux Scudéry nous apprend que la célèbre éps- cheveux châtans et bruns, quoqu'l pusse tolère avat «les yeux bleus et plens de être auss utlsé pour les blonds. orsqu'on désre éclarcr légèrement de» feu.» cheveux blonds, on prépare l'eau du lavage en fasant une nfuson de camomlle. C Ce qu'est la «flamche» et comment on la confectonne? du Nord que nous vent cette recette. Elle n'a certes ren de «lumneux». C C'est une de ces Choses smples d'autrefos, 'EST vous servra d'entrée ou même de dîner _ un sor où vous n'aurez pas beaucoup d'appétt. Fates une pâte feulletée non sucrée. S le temps vous manque, prenez-là chez votre pâtsset. Scndez votre pâte en deux partes. Etalez la premère au fond d'une tourtère comme pour une tarte ordnare. Remplssez le fond de blancs de poreaux crus coupes fnement. Parsemez de crème fraîche, pettes nox de beurre, épces et gruyère râpé. Recouvrez le tout dune couche de pâte en rejognant sogneusement les bords. Dorez au pnceau et fates cure à feux doux en ménageant une pette chemnée au mleu du plat (tuyau de paper parchemn). a flamche se mange dem-chaude. U l'occason de l'arbre de Noël natonal, le...des fêtes à souhater du 1 décembre consel natonal de la conserve, groupant les 14 au 6 janver 1. fabrcants de conserves franças, a fat don au comté de botes de conserves de UNDI 1 DÉCEMBRE : Sant Sylvestre (270-) légumes, vandes, fruts et possons, pour la un des sants dont la fête est des meux us grande joe des famlles des chômeurs. connues, pusqu'l a l'honneur de fnr l'an1 état juste de sgnaler ce geste généreux. née. Pape qu baptsa l'empereur-constantn le Grand et qu est le premer à être représenté avec une tare, et sante Colombe, verge Quelques notons préceuses sur et martyre (à Sens, sous urélen, en 27)., ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h. 1. RDI 1" JNVIER 1 : Sant Fulgence (468), mone après avor été collecteur Un catarrhe d'orgne grppale se prolonge démesud'mpôts, pus évêque de Russe, mtateur rement : des causes nsgnfantes et multples provoquent une toux qunteuse et pénble ; tout le mécansme d'ugustn dans ses tratés de doctrne cathorespratore est soums à des chocs qu vont en sa lque ; sant Odlon ( ), abbé de Cluny, répétant, dmnuer la résstance des muscles et leur après Mayeul, contrbua consdérablement au élastcté. développement de cette abbaye, et sante Eua conséquence presque névtable en est l'élmna- phrosne, verge d'lexandre, morte en 470. ton mparfate des crachats, et, les cavtés pulmonares ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h. 2. n'étant plus complètement lbres, c'est la prédsposton ERCREDI 2 JNVIER : Sant Basle (2-7) Constante a l'nfecton mcrobenne et à ses manfesta«le Grand», père de l'eglse, évêque de tons chronques. as fumgatons réalsées au moyen des poudres et Césarée en 70, moralste chréten et nsttuteur de la ve cénobtque ; sant Macare «le tlgarettes EbCOVFIRE pénètrent ntmement dans les rnondres cavtés bronchques et y actvent le méca- Jeune» (0-404), abbé des monastères de Nnsme musculare de la respraton, rétablssant ans, tre, fondés par lu après, auteur d'une p'emblée et tant effort le fonctonnement normal des Règle grecque longtemps célèbre dans l'orent poumons. chréten. es aboratores ESCOUFIRE, 7, Grande-Rue, à ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h.. Baïsem (Nord), envoent gratutement leurs botes Ë'essa. es poudres et cgarettes ESCOUFIRE sont vente dans toutes les pharmaces. la Bronchte chronque C De quand date, en France, l'art du pastel? sans prétenton. Son nom est sympathque, elle E JOI GESTE DU CONSEI NTION DE CONSERVE f ou de l'employé, sous réserve de l'applcaton du déla-congé (ou déla de préavs) dont l'exstence et la durée sont fxées en conformté des usages pratqués dans la localté et dans la professon, usages auxquels l peut être dérogé par un accord partculer sans que toutefos le déla ans convenu pusse être nféreur au déla établ par les usages. Des dommages-ntérêts peuvent être réclamés en justce par le salaré (tout comme par le patron d'alleurs) pour nobservaton du déla-congé. Mas ls ne se confondent pas avec ceux auxquels peut donner leu, d'autre part, la réslaton abusve du contrat par la volonté d'une des partes. e trbunal, pour apprécer s'l y a abus, peut fare une enquête sur les. condtons de la rupture. a jursprudence reconnaît qu'l y a abus notamment dans les cas suvants : lorsque le patron congéde l'ouvrer pour cette seule rason qu'l s'est afflé à un syndcat, ou ben lorsqu'l renvoe des ouvrers à la velle d'une électon muncpale parce qu'ls se sont portés canddats, ou encore lorsqu'l rompt le contrat par ce que l'ouvrer s'est absenté quelques jours alors qu'l est constaté que cette absence a eu pour cause une malade. De même, enfn, lorsque le patron a fat venr l'ouvrer d'une auë marchand est vêtu d'une veste et. d'une tre vlle en lu promettant une place stable culotte nores. Par-dessus, ur grand manet qu'l le congéde sans motf, au bout de teau à rayures de couleurs vves, nommé quelque temps. houra de mranda. Deux gbecères sont suspendues à des banderoles de buffle blanch crosées à la manère mltare. Quel rapport exste entre la ponture de la chaussure et le ped? de la ponture de la chaussure est elebase, qu correspond à 20 centmètres. nombre de ponts en plus ou en mon» s'obtent donc en ajoutant ou en retranchant 20 cm. : = 6 m/m. 6. ns,_ dre d'une dame qu'elle chauss» du 7 équvaut à dre que son ped mesur» 20 cm. + 4 X 0 cm. 66 := 22 cm. 64. Pas d'ntéreur moderne sans quarum. e plus attrayant, le plus décoratf des tableaux vvant* 'QURIUM MODERNE 60, boulevard de Strasbourg. Catalogue franco* Téléphone : Botz COURNT... Sante Genevève (41-12), patronne de Pars qu'elle sauva d'ttla, Jbergère de la race des Jeanne d'rc, et sant EUDI JNVIER : ntère, pape, sous l'empereur Maxmn, mort en 41. ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h Sant Rgobert (60-7), V archevêque de Rems, dépossédé par Charles Martel, et B. ngèle de FoUgny, fondatrce ENDREDI JNVIER : d'un cloître du Ters Ordre de Sant-Franços, au qunzème sècle. ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h.-. JNVIER : Sant Smêon «Stylte» (0-460), ans nommé parce qu'l passa pluseurs années sur une colonne (stylos) au ped de laquelle ses dscples venaent écouter ses ensegnements en le ravtallant ; sante Néophyte, nèce d'un ro d'ngleterre, subt un atroce martvre au septème sècle, et sante Emlenne, tante du pape Grégore le Grand, sœur de sante Tharslle, célèbre pour les grandes mortfcatons qu'elle sut s mposer. ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h. 6. S MEDI 6 JNVIER : Sant Mélane (42-0), évêque de Rennes et un des prncpaux consellers de Clovs, et sante Mace, verge et martyre (0). ever du solel : 7 h. 46 ; coucher : 16 h. 8. D IMNCHE (Vor Consultatons et Bon à détacher, page 1.) Pour les Etrennes. abonnez vos fllettes à SEMINE DE SUZETTE qu, en menrî temps que de charmants romans enfantns, commence : BECSSINE COCHER-les BECSSES Toutes voudront partcper au GRND CONCOURS : "COMME DIRIT... SNCH0 PNÇ** doté de nombreux prx. En prme, avec tout abonnement partant du 1er Janver, envo mmédat des 4N08de Décembre. bo nnement d'un an France et Colones. 18frs Etranger... 2 ou 2 frs Edtons GUTIER-NGUEREU 18, rue Jacob, PRIS - Ch. Pos 6-47

11 E 0 DÉCEMBRE 14 )tlllllllllitllll HII!l1lltlllMIIIlllrnlllllItlll1IIMIItllllItMIIII1IHIIIIIIIIIllIlllMlll INSTRUMENTS D'UTREFOIS de basse aux trompettes (comme l'ndque son nom, augmentatf du mot tromba qu sgnfe trompette), le trombonne ft son apparton sans doute au xvc sècle. Ce fut au sezème sècle qu'l prt drot de cté dans la musque, en même temps que les cornets à bouqun, dont fleurssat alors une nfne varété. N'est-l pas cureux de vor rassemblées Bur cette photographe, l'un des rares survsevnt DEUX TYPES CURIEUX D'INSTRUMENTS QUI FIGURIENT DNS ES ORCHESTRE NCIENS : UN TROMBONE DU PREMIER EMPIRE ET UN «SERPENT» vants de cette espèce : le grotesque serpent Inventé en 10 par un chanone d'uxerre nommé Edme Gullaume, et un trombone du temps de Napoléon? Mas on sat comben l'itale fut chère à la Révoluton et au premer Empre, c'est ce que rappelle sans doute la tête du monstre qu est adaptée au trombone parassant prêt È dévorer le serpent et qu est, elle, copée des bas-relefs de la colonne Trajane. C'est par une combnason de la saquebute françase et de la «posaune» allemande qu'on en est venu au trombone. de personnages, tous décrts avec une ntensté de ve extraordnare : et Vautrn, le bandt, et Mme Vauquer, la drectrce et les domestques de cette dernère et Rastgnac, l'ambteux jeune homme égaré parm ces runes, et tant d'autres comparses, au profl lamentable. Or, le père Gorot qu vt en cette mason a été rche. ors de son arrvée, parm ces pettes gens, sa tenue d'ancen commerçant à son ase, ses bjoux, l'argentere qu'l a apportée, l'appartement qu'l prend en premer, lu valut la consdératon générale. Pus, peu à peu, pour des causes mystéreuses, Gorot rédut son tran ; l passe successvement des pèces du premer, à peu près convenables, à des chambres d'un prx mons élevé, pour fnr dans le pre galetas de la penson. Sa tenue est de plus en plus néglgée. Il devent bentôt l'objet des sarcasmes et des plasanteres de tous les locatares de Mme Vauquer. e secret du père Gorot est son sacrfce pour ses flles. fn de permettre à celles-c de fare de magnfques marages, l leur a donné sa grosse fortune, acquse dans le commerce des pâtes. 'une est devenue la femme d'un grand banquer, l'autre d'un membre de la haute arstocrate: Elles ne voent que rarement leur père qu est à pene reçu chez elles par la porte de servce. Mas l est heureux de leur bonheur. Il n'en demande pas davantage. Cependant, comme l'une de ses flles s'est endettée à l'nsu de son mar, Gorot vend pour elle, peu à peu, tout ce qu lu reste. Il est rédut â la plus grande gêne. Il ne se plant pas, pusque ses enfants chéres veulent ben encore, dans toute leur glore mondane, accepter de derners sacrfces de leur humble père. Il écarte même la pensée de l'effroyable ngrattude de ces flles qu le lassent mourr comme un msérable. SPORTS 'ECOSSE ET SES SUMONS O I IIIIIIIIlIMlIllllllMIIIIIIIIIIItlIlllllIIIItlIlInlllllIIIItlIllllHIIIIIIIIIIlItlIlllllllllllIlllll proftons de nos losrs pour nous nstrure un peu Un trombone du temps de Napoléon et un serpent S JJ ET SPORTIFS E PTINGE a tout dt c du saumon et de sa force prodgeuse qu lu permet de remonter les courants les plus rapdes et de franchr, en s'élançant, des obstacles vertcaux de pluseurs mètres. C'est un tour de force de ce genre que réalse la magnfque bête qu a été photographée en tran de franchr les chutes du Struan, dans le Perthshre. e Perthshre (étymologe : shlre, comté ; Perth, de Perth) est un comté d'ecosse dont les lacs et les rvères n'ont encore été que fablement attents par la polluton usnère et sont, pour cette rason, un habtat d'élecn une pste de glace sans aucun danger, parce que compacte. Celle du Vel'd'Hv (encore appelé Palas des Sports), a envron 6 centmètres d'épasseur. De dmensons 26 X 8 mètres, donc réglementare pour le hockey, elle est fréquentée, à jours fxes, par un grand nombre de fervents. ux nterruptons, des équpes tout de blanc vêtues la raclent, et l'arrosent unformément pour en reconsttuer la surface. ns en est-l toutes les semanes du début d'octobre aux Sx Jours. Une école de patnage a été créée cette année à Pars, et permet, quoqu'encore jeune, les espors les plus encourageants. es Champonnats de France de patnage artstque se dsputeront les 11 et 12 janver prochan à Mégève ; ceux d'europe les 24 et 26 janver, à Sant-Mortz ; ceux du monde à Venne (dames), et à Budapest (messeurs et couples), dans le courant du mos de févrer. Quant aux champonnats du patnage de vtesse, ls se dsputeront à Helsngfors et à Oslo.. DE D. 'RMÉE SUÉDOISE D 1814, pour la premère fos, à l'occason du plébscte de la Sarre, un détachement de l'armée suédose, composé de deux compagnes de volontares, prend part à une opératon de polce en dehors du terrtore natonal. Réputée sur les champs de batalle de l'europe sous Gustave-dolphe et Charles XII, l'armée suédose, nommée «Indelnng» état formée, au XIXE sècle, jusqu'à 188, de soldats de carrère renforcés par des recrues. Ce n'est qu'en 101 que le servce mltare oblgatore, avec l'abrogaton du remplacement et de la taxe, a été ntrodut. ctuellement, l'armée suédose comprend quatre dvsons, la brgade de l'est, les troupes du Nord et la garnson de l'île Gotland. eur effectf est de offcers, 1.00 sousoffcers et 20.1 hommes, dont soldats de carrère dans l'armée de terre, de 1 hommes dans l'avaton et 447 offcers et 6.22 hommes dans la marne. Par son organsaton, l'armée suélose se rapproche de la mlce susse. 'âge des oblepuis Une ndustre en régresson, mas que les fêtes relgeuses de fn d'année ressusctent BOUGIES ET CIERGES E progrès déplace ncessamment les formes de l'actvté humane dans l'éternelle satsfacton des mêmes besons. Quelle melleure preuve en pourrat-on trouver que dans les ndustres de la lumère? DIMNCHK-IUSTRÈ 'MMMt* gâtons mltares est de vngt à quarantedeux ans. a durée du servce actf vare de 140 à 22 jours pour les soldats, elle est da 260 jours pour les canddats sous-offcers et de mos pour les offcers. es terrtoraux du «andstorm», de trente-cnq à quarantedeux ans, effectuent des pérodes d'nstructon volontares. De nombreuses socétés de sport et de tr ( membres), contrbuent à la formaton pré-mltare des recrues. Toute l'artllere suédose vent des usnes Bofors le Creusot Scandnave. : ÉONTIN. Un métal extra léger E BERYIUM l'alumnum, de densté 2,6, et qu pèse quatre fos mons que l'argent, voc le béryllum ou glucnum, encore plus léger (densté : 1,71). la vérté, n le mot n'est neuf, n la chose. Ce fut en 17S que Vauqueln découvrt l'oxyde de glucnum ou glucne, dans l'émeraude de moges, ou béryl, d'où le nom qu lu fut donné de béryllum. Wœhler et Bussy, pus Debray, obtnrent le béryllum en 1828, en rédusant le chlorure de glucnum par le potassum ou le sodum. ebeau y parvnt en électrolysant des fluorures doubles le glucnum et de potassum ou de sodum. Mas le béryllum passat toujours pour un métal rare et productble par pettes UN BOC DE BÉRYIUM quanttés. Par contre, OBTENU FUSION l exste en masses mportantes sous forme de mélange avec la fer. PRÈS C'est une socété allemande qu est parvenue, la premère, à 1 soler d'un tel mélange sur une base ndustrelle. a photo nous montre un vértable champgnon de métal au sortr du four, l s'est formé sur une cathode de fer plongée au mleu d'un ban de composés, de béryllum à l'état de fuson. a légèreté du béryllum n'exclut pas sa soldté : l est auss résstant que l'acer dont l prend l'espect une fos pol. Il est nutle d'nsster sur les progrès que permettra de réalser ce métal dans la technque des allages et la soluton des problèmes de locomoton. moules qu portent chacun dans leur axe une mèche de coton tressée, légèrement borquée. ujourd'hu cette ndustre n'a plus & compter pour vvre que sur quelques retarda ndvduels, souvent volontares, à suvre le mouvement général et pour révéler son ndspensablté que sur les sors de panne d'électrcté. Mas elle a encore un derner espor : le cerge. Ben que certanes églses se trouvent munes d'nstallatons électrques fort modernes, elles restent heureusement fdèles aux cerges, dont la lumère est de la tente de QUGI, CHMPION DE FRNCE DE PTINGE (Dessn nédt de Red.) E JOI SUT D'UN SUMON FRNCHISSNT UNE CHUTE ton du saumon et de la trute. uss la pêche y a-t-elle été, encore cette année, très actve. e Perthshre est à la lmte des Hghlands (Hautes Terres) et des owlands (Basses Terres), ces dernères s profondément entallées par les golfes du Fort et du Clyde. Bes rvères prncpales sont le Tay et son affluent l'eam, le Forth en formant la lmte sud. C'est plus au nord, dans le comté d'werness, que se trouve le lac du Ness (ou loch Ness) qu dut, récemment, de défrayer la chronque à une mystéreuse apparton anmale. es héros de romans célèbres E PÈRE GORIOT les noublables personnages, dus au géne créateur de Balzac, le père Gorot est un des plus célèbres, non seulement par son propre caractère, mas par le mleu dans lequel l évolue. Jamas Balzac n'a fat une penture plus pussante, plus sasssante que celle de la snstre penson Vauquer où habte son héros. Derner refuge de quelques épaves de la ve, cette penson qu sent le mos, l'économe eordde, la msère à pene volée, est remple P RMI y a deux sortes d'épreuves de patnage : le patnage de vtesse et le patnage de fgures. e premer a ses fervents, mas, sur le terran mondal, ceux-c sont généralement surclassés par les champons des pays chez lesquels le patn est un moyen de locomoton utle sur les mmenstés glacées. C'est ans qu'aux Jeux Olympques de 124, notre excellent recordman Jean Quagla dut lasser les premères places à des patneurs venus de Fnlande, des Etats-Uns, de Norvège. Il n'en ft pas mons fgure fort honorable, abassant dans de notables proportons les records de France. Il n'en est pas de même en patnage de fgures. Ic l'élégance reprend tous ses drots et nous avons, surtout en patnage par couple, une «pare» à peu près mbattue jusqu'à présent. Il s'agt de Mme et M. BrunetJoly, qu remportèrent notre seule vctore en patnage aux Jeux Olympques de 12 à axe-placd. a sason dernère, leur absence au Champonnat de France valut la premère place à Mme et M. ous Barbey, au talent sympathquement apprécé. 'ensegnement de patnage et l'entraînement à ce sport ont été grandement facltés dans les grandes vlles par l'ndustre du frod artfcel. Fns les rsques des glaces nsuffsantes à la surface des étangs et des rvères, parfatement pratcables par contre dans-les régons de sports d'hver. e «Vel'd'Hv», le Palas de Glace et Moltor, offrent aux Parsens, à partr du début d'octobre, I UN TEIER OU 'ON VOIT ES CIERGES SORTNT On sat quelle améloraton y apportèrent les recherches de Chevreul et de Gay-ussac en substtuant l'acde stéarque au suf la bouge stéarque à la flamme jaune blanchâtre, à l'ancenne chandelle qu, ndépendamment de son odeur désagréable et de la fumée qu s'en dégageat, ne donnat qu'une lumère rougeâtre. Il y eut ausstôt près de 00 usnes de bouges et de cerges. Toutes travallaent d'après les mêmes prncpes : extracton des sufs des acdes soldes ; dstllaton des acdes gras, pus Coulage de ces acdes dans un large entonnor, d'où ls passent dans des DES MOUES ET CHEVNT DE REFROIDIR l'aube lateuse et dont la flamme tremblante soutent depus des sècles les âmes en leur peux recuellement. Grâce à elles, les braves ouvrers, dont plus d'un travalle depus un dem-sècle dans la même usne, ont pu gnorer, jusqu'à présent, les affres du chômage. Symbolsant, allumés par sept, les dons du Sant-Esprt ; par douze, les lumères des apôtres, les cerges lturgques étaent fats jads de cre d'abelle qu se décolorat à l'ar.-ils sont mantenant' comme les bouges fats d'un mélange de stéarne et 'de paraffne.

12 mwn DIMNCHE-IUSTRÉ E nttunututt MRTYRE DU E 12 P R E M I E OS 0 DÉCEMBRE 14 «N- V S E ES (HISTOIRE SNS PROES) (Dessn nédt de otere U M B N I T É Je sus très embêté!... Je n'a gagné que o.poo francs!... (Dessn nédt de RENÉE TIER.) MODERNISEZ VOS CRR leonsse DVINE.) ebûesle D'abord, je ne dscute pas avec un dot I Je sus de votre avs!... (Dessn nédt de BON CO S S E IÙE S RENÉE TIER.) PT E Volà : j'avas une condute ntéreure tout ce qu'l y a de démodé : une condute antéreure.» Or, par sute d'événements-.. Pusque nous sommes entrés chez ce monseur, sans permsson en somme, ne cros-tu pas que nous ferons ben de descendre et nous présenter polment?... (Dessn nédt de épefflse RFTBT.) sestle 1» U faut te dépêcher de prévenr ton De quo a-je l'ar, avec mon bllet de assureur!... passager de premère classe!... Ça tombe ben, c'est justement lu f.. CDessn nédt de BUES.) (Dessn nédt de JUHÊS.)..tout à fat à la mode : supersurbassée et aérodynamque!... (Dessn nédt de O'GOÏ.Ï

13 "" - EE 0 DÉCEMBRE 14 «HMHMnHm Echange Cette pèce de 10 francs ne vaut ren, monseur 1... Mas s! Elle vaut meux que votre déjeuner!... (Dessn nédt de ROBERT BCK.) E mmtmmm nmmuunu DOCTEUR J NE I 1 llllllll IIIWIHI RDINE IIIIIMIJIBIII PS 2 Vous pourrez aller vous fare sogner alleurs que chez mo!.:. Je vous avas nter1 dt les bans frods 1... (Dessn nédt de M. Trouvalle Evdemment C'est une vene, je sus gelé... pourvu qu'l sot allumé!.., Encore tros robes! Tu ne sas donc pas que je sus runé?... S, mas ma couturère ne le sat pas!... (Dessn nédt de JUHÈS.) (Dessn nédt de GSTON RIT.) SUVYRE.) un DIMNCHE-IUSTRÉ «mmma Précsons Est-ce que vous m'avez dt : une échelle ou une corde, ou une échelle et une corde ou une échelle de corde? (Dessn nédt de VN STR^EIJSN.) Harpagon ne compressa! pa-s Je présente mes souhats à monseur!... fc-r Mas, je n'a pas éternué!... ODessn Inédt de E CENUKIEIt HEBDOMDIRE DE mmncme-ieustmê (Vor pag 16) DHRII.)

14 1,1,11 DIMNCHE-IUSTRÉ nnmunhhnnmntm IHMIM ml BRIC--BRC INFORMTIONS DU ES VCHES ET MUSIQUE ES mércans ament les expérences et, préoccupés du «rendement», cherchent les procédés les plus mprévus pour parvenr leurs fns. C'est ans qu'à la fore mondale de Chcago on fat actuellement des expérences pour se rendre compte de l'nfluence nue peut avor la musque sur la producton latère. cet effet, un troupeau de 0 vaches de bonne raee est soums Dendant dx jours à un tratement muscal consstant en tros concerts transms par rado ; le premer, à l'heure du déjeuner : musque sentmentale et berceuses ; le deuxème au lunch : ars patrotques ; le trosème au dîner : sélecton de jazz., Cette expérence est contrôlée par le docteur R. Ferguson. membre de Ut commsson du lat de Chcago, ou est persuadé d'après les premers résultats obtenus, que l'audton d'oeuvres muscales sogneusement choses dot encourager les vaches latères à produre leur maxmum... 'm du Peuple. à E PUS CHER FIM D'CTUITÉS transmsson par les ondes de cette bande cnématographque a été effectuée de la façon suvante : Une fos tourné et développé, le flm a été agrand suffsamment pour que les mages pussent être reprodutes à dstance par T. S. F. a nouvelle bande avat envron 20 centmètres dejarge. Elle fut reprodute à l'arrvée à la même grandeur par des procédés photographques, pus ramenée à des dmensons normales. Pluseurs centanes d'mages ont été ans transmses pour pouvor obtenr une vue anmée, relatvement, brève du reste. e prx de revent d'un tel flm d'actualtés est de francs envron le mètre. Une bande de longueur normale une trentane de mètres aurat coûté, pour la transmsson seule, envron cnq mllons. Celle de l'atterrssage de Scott et Campbell Black a été d'un prx mons élevé, car elle état plus rédute.. C'est néanmons, de beaucoup, le flm d'actualtés le plus cher ou sot. es fras de télégramme, pour régler les détals de l'opératon, entre Melbourne et ondres, se sont élevée à eux seuls à 20 lvres, sot plus de francsa Presse. E TOURISME France, avec son excellent Offce natonal du Toursme, fut un des premers pays à développer cette ndustre, elle fut auss le premer à sentr les effets de la crse. e total des vsteurs étrangers tomba de en 12 à en 12 et même à un nombre plus bas en 1. Dans ce décln, les vsteurs de l'mérque du Sud fgurent pour une large part. Mas l ne faut pas crore que la France ne fat ren pour reméder à cett» dmnuton du toursme sur son so. e Maroc devent un vértable centre tourstque et les nglas s'v rendent de plus en p'us. 'ors que 2.00 Brtannques vstèrent le Maroc en 12. on en compte envron cette année. Tanger, grâce, à l'habtude des crosères, compense également la décrossance tourstque enregstrée d'autre part. e nombre des v;«teurs anglas, <vd v état de en 11, est monté à en 1. The Sphère. CHSSE DE RMBOUIET chasse de Ramboullet n'est pas la plus belle de France, mas c'est une velle nsttuton de l'etat ; elle est entretenue depus 120 ans, toujours selon la même méthode dans la talle des arbres et la même façon de rabattre le gber. C'est surtout le fasan qu'on y élève (.000 œufs sont donnés à couver tous les ans à des poules spécalement choses). Il n'y a pas de lèvre, mas du lapn et du chevreul. Détal cureux : les melleurs «fusls» sont les dplomates. es grands chefs mltares sont rarement de bons treurs à l'excepton du maréchal Pétan, réputé excellent chasseur. Mas M. Perre-Etenne Flandn ft l'admraton de ses compagnons. e général asson, «grand veneur» à Ramboullet et à Marly, dsat : M. Flandn est le melleur chasseur que nous ayons eu depus Félx Faure! 'Intransgeant. MONDE ENTIER brut en ngleterre, où l'humour ne perd jamas ses drots. Or, sr Henry Wood n'a pas l'étrenne de ce genre de mystfcaton. Sat-on que notre grand Berloz en usa pour la même rason qu détermna le muscen anglas à se transformer en russe? Quand l composa son oratoro l'enfance du Chrst, Berloz, dont les premers ouvrages avalent été fureusement dscutés, eut l'dée de l'attrbuer à un muscen nconnu du xvnr* sècle, Perre Ducré. Tout de sute, on cra au chef-d'œuvre. Quelle smplcté, quel style, que de mélode!... Comme cela état supéreur à tout ce qu'on entendat alors... et surtout à la musque de Berloz!,... Pendant ce temps, Berloz rat sous cape et lassat passer, sans mot dre, ces flots d'admraton. Pus, un beau jour, l démasqua Perre Ducré et déclara à la crtque ébahe que Berloz et Ducré ne fasaent qu'un. e Jour. CODE DE ROUTE U JPON ES règles de la crculaton sont, en Europe, sévères et dénuées de toute fantase. es drots et les devors respectfs des automoblstes et des pétons y sont fxés avec rgueur, sans trace de cette gentllesse japonase qu fat le charme du code suvant, édcté l y a quelques années par les autortés de Yokohama, pour l'édfcaton des tourstes brtannques et. amércans. a traducton françase, rend mparfatement l'anglas pttoresque du texte : 1. u lever de la man du polceman, arrêtez rapdement. 2. Ne passez pas sans fare attenton à lu et ne lu manquez pas de respect. - Quand un «passager du ped» est en vue, cornez. Trompettez-lu. Mélodeusement d'abord, pus s'l obstrue encore votre route, cornez avec vgueur e*. exprmez de bouche l'avertssement : H! H! 4. Prenez garde au cheval errant pour ne pas l'effrayer quand vous passez près de lu. Ne fates pas détonner^ votre échappement, mas passez d'une manère apasante.. assez un large espace au chen joyeux qu prend ses ébats sur la route. 6. Passez très doucement dans la bo'e grasse, car c'est là qu'est aux aguets le démon du dérapage. 7. Pressez le fren à ned quand vous enroulez un tournant pour évter collson et emboutellage. 8. Evtez que les chens ne se prennent dans les ravons de vos roues. a sollctude pour les anmaux que révèlent ces recommandatons est ben caractérstque du Japon. Daly Mal. DE PRÉCIEUSES FRESQUES u cours de récherches effectuées par la surntendance de l'rt médéval à Montecastello-Umbro, dans la haute vallée talenne du Tevere, on a ms au jour dans une chapelle de proprété prvée une sére mportante de pentures murales de dverses époques. 'œuvre la plus ntéressante est une crucfxon pente apparemment dans la premère moté du XIVE sècle et qu présente les caractères de l'école sennose, rappelant plus spécalement la manère de Petro orenzett et les fgures de Smone Martn. Une fguraton de sant Roch révèle dans le modelé et la composton des nfluences sgnorellesques ; une.nscrpton permet de déchffrer faclement le nom de Bartholomeo d'ndréa qu probablement ft la commande de l'œuvre ans qu'une date qu cemble être lâïo. Une fgure de sant de caractère ombren semble appartenr à la fn du XVE ou au début du xv8 sècle : un sant Sébasten, également de l'école ombrenne, est du xv8 sècle. D'autres fresques apparassent recouvertes d'un badgeon dans l'églse de Montecastello et la surntendance va s'occuper de les dégager. 'Ere Nouvelle. Sute de la page S ROBERT-FRNÇOIS DMIENS l n'a pas de pene à apprendre que ous XV dot qutter à cnq heures, le sor même, Versalles pour aller souper à Tranon. Il fat l'dot, le qudam ntéressé, dont SUPERCHERIES MUSICES le grand rêve serat de contempler de près IR HENRY WOOD, muscen anglas aujoursa Majesté. d'hu célèbre, eût. comme beaucoup de J'pourro-t-y m'n'approcher? demandecomposteurs, des débuts dffcles. Ses premères œuvres furent mal accueles. C'état t-l à ses nterlocuteurs de hasard, auquel l à l'époque où les dlettantes étaent engloues pae volonters un verre. de musque russe... «Soyons donc moscovte, S'l pourra s'en approcher, du ro? se dt sr Henry Wood. pusqu'l faut l'être Ben sûr! N'mporte qu peut approcher le pour réussr.» Et, ayant fat une savante transcrpton de la Fuque en ré mneur de ro!... Et on lu ndque le pett escaler de Bach, l la publa soys le nom de Paul Klenowsky, jeune muscen russe encore n- perre, descendant de la salle des gardes connu. (comprs, aujourd'hu dans une parte de 'œuvre eu un vf succès. Tous les grands orchestres d'europe l'exécutèrent. On atten- l'ale gauche de l'actuel musée), par où dat d'autres compostons de Paul Kle- ous XV descendra pour gagner la voture nowsky. Mas le mystéreux composteur qu dot l'emmener à Tranon. resta muet. On n'entendt olus parler de lu. cnq heures mons le quart, Damens est ujourd'hu, parvenu à la renommée, sr Henry Wood avoue la superchere. Et cette là, mêlé aux cureux qu'un tel spectacle attre révélaton n'a pas manqué de fare quelque toujours. 11 est là, serré frleusement, les mans dans les poches de son habt de gros drap marron, le trcorne enfoncé jusqu aux orelles, tout contre l'escaler. es mousqueun bon Conseâl Par cette température, les personnes qu ont tares grs sont de servce, frappant de la de volents accès d'asthme, catarrhe, essouffle- semelle, et tenant leur cheval par Ja brde. ment, toux de velles bronchtes, se soulagent Cette scène, sous la lueur fumeuse des tornstantanément et guérssent progressvement en employant la Poudre ous egras, ce préceux ches que tennent les grands laquas charemàde. ou a obtenu lu plus haute récompense marrés, dans la buée qu exhalent toutes ces à l'exposton Unverselle de 100. Prx de la bouches glacées, cette scène est auss anboîte : fr. 2 (mpôt comprs), toutes Phes. mée que typque. e plus grand désordre règne et s le ro vent à paraître, l ne pourra même pas gagner son carrosse sans COISION MORTEE bousculer ceux qu se pressent pour 1 ata rencontre d'un cor et. du «Dable» est tou- tendre. es mousquetares se mettent en jours fatale à ce douloureux paraste. «e Dable» enlève les cors en 6 jours pour toujours. Mas, selle et comme l'heure avance, tentent de attenton!... exgez «e Dable», fr. toutes mettre un peu d'ordre dans ce tohu-bohu. Pharmaces, et à Epernay, Pharmaces Wenmann. Un des mousquetares cre à Damens. S 14 tnnt.k 0 DECEMBRE 1,4 MHHHM ES FITS DIVERS COMIQUES 'UNE des portes de l'octro de Pars passe, sans s'arrêter, une automoble portant à l'arrère une grosse casse. Un employé de l'octro sffle. e chauffeur s'arrête. Qu'est-ce que vous avez là dedans? demande sur un ton sévère le gabelou, désgnant la casse. Un lon, répond l'automoblste qu sourt. Ne vous moquez pas de mo et ouvrez. Je vov, garants que c'est un lon. Trêve de plasantere, ouvrez, commande l'employé, commnatore... e contrbuable, toujours sourant, commence d'obér. Il dévsse le couvervle de la casse qu s'entr'ouvre. Un rugssement retentt et apparaît une crnère de fauve. 'employé de l'octro court encore. D 'as de trèfle... où est l'as de trèfle? cent francs. es tros cartes sont mantenant déposées sur le paraplue. C'est celle du mleu, déclare quelqu'un dans le publc qu fat cercle. C'est celle du mleu, répète un gros homme à la face réjoue. Il faut d'abord payer pour gagner. Cent francs! cre le bonneteur. e gros homme allonge les cent francs, retourne la carte du mleu. C'est le ro de carreau. Il a perdu. On recommence. e gros homme crot encore avor devné, sort un nouveau bllet et perd. e même manège se reprodut sx fos. u septème coup, un compère donne un coup de sfflet, un kép d'agent est apparu à l'horzon. e paraplue est fermé, les cartes dsparassent par enchantement ans que celu qu les manpulat. e gros monseur reste seul ; mas sa face jusqu'alors épanoue, malgré ses pertes, se rembrunt. Il est fureux ; mas pas contre ceux qu vennent de le dépouller. C'est honteux, hurle-t-l, d'embêter les gens comme ça. Cet mbécle arrve juste au moment où j'allas pouvor regagner. 'agent prend très mal la réflexon. 'autre, dans sa colère, aggrave ses propos. e bonneteur court toujours ; mas celu qu'l a volé va être condamné pour njures à un représentant de la force publque. Et sans aucun doute, l ne regagnera jamas au bonneteau ses sx cents francs perdus. cambroleurs mettent à sac un appartement. Ils ont commencé par la chambre à coucher, le salon, et les voc dans le cabnet de traval. vant d'ouvrr les trors du bureau, ls aperçovent sur celu-c une quantté de dossers. Ils leur donnent un coup d'œl. Regarde-mo ça, dt l'un d'eux. On est chez un avocat. Bah! répond l'autre. Il nous sera ndulgent. Contnuons. Ils contnuère.t et furent pncés peu de jours aprè, pour ce délt et pour quelques E paquebot de Corse vent d'arrver. Une autres. Mas ces cambroleurs devaent être foule de passagers se drgent vers les des humorstes ; car, tous deux, récla- bureaux des douanes dont les sévères agents maent leur vctme pour défenseur. 'avo- vérfent scrupuleusement tous les bagages. cat refusa. C'est dommage. Il y aoat une Un douaner en unforme qu descend, lu belle pladore à fare. auss du bateau, au retour d'une permsson au pays natal, tent deux valses à la man. Il crot se trer de la vste rtuelle par un ES chasseurs, à la fn de leur journée, entrent dans un café, lassant dans leur pett bonjour de la man à ses camarades automoble fusls et carners dans lesquels de servce. Mas deux ou tros voyageurs grommellent: se trouvent des fasans et des lapns. Naturellement, entre copans! Passent des maraudeurs qu raflent les Ce qu'entend un douaner en foncton fusls des chasseurs. qu, très dgne, déquelques jours après, clare : ls sont prs et tra Ic, l n'y a pas duts devant le trbude faveur. Pour fare nal correctonnel. plasr à ces mes Nous avons seurs et dames, oufam, répondent - ls vre tes valses. comme excuse à la Mas l est tout de queston du préssute vsble que le dent. permssonnare n'a Celu-c réplque : aucune enve de fare C'est pourquo plasr aux messeurs vous avez prs les fusls et lassé les fasans et dames qu l'entourent de plus en plus et les lapns. Oh! croyez ben, monseur le juge, que nombreux. C'est dot, déclare-t-l. s on les avat vus, on ne les aurat pas Des sourres et des quolbets détermlassés, affrme ngénument l'un des prénent l'homme de servce à nsster. Il ouvre venus. les valses de son camarade et l'hlarté sorte d'un champ de courses, un devent générale et bruyante, lorsqu'on joueur de bonneteau, tourne et retourne s'aperçot que les bagages du douaner sont ses tros cartes au-dessus d'un paraplue ou- plens de tabac de contrebande. e douaner resqulleur l'a payé de sa carrère. vert : Voyez l'as de trèfle! 'as de trèfle... H. DE FES. EUX D Hé! l'homme! On met chapeau bas, quand vent Sa Majesté! Mas Damens, les mans dans les poches, fat la sourde orelle. u même nstant le ro apparaît, tenant le bras de son grand écuyer, M. de Bérnghen. e captane des gardes du corps, M'. D'ven est ben là, mas nullement pressé d'affronter le frod nor, l demeure un peu en arrère, son haut collet de fourrure relevé et lu masquant tout le vsage. C'est ce qu lu tendra leu d'excuse lorsque plus tard l prétendra n'avor pas vu l'assassn n même l'attentat. 11 s'attrera du reste cette remarque amère du ro. vouez, monseur, que je sus ben gardé! yant enfn termné la descente des marches que la nege gelée rend très glssantes, ous XV s'apprête à monter dans son carrosse. C'est le moment chos par Damens. Il bouscule volemment les deux ou tros personnes qu sont devant lu, sort son couteau tout ouvert de sa poche et frappe le ro au côté drot. a chose a été des plus rapdes. a vctme elle-même se rend s mal compte de l'attentat qu'elle s'écre. Cet vrogne-là m'a donné un coup de pong! C'est ce monseur! Qu'on l'arrête! Mas ses épas vêtements, ses. fourrures ont s ben amort le choc que la lame, heureusement, n'a fat sur les côtes qu'une longue estaflade. C'est ce que plus tard les épgrammes trateront dédagneusement de «coup de canf», de «pqûre d'épngle». Pour l'nstant, tout de même, le sang coule. On entraîne le ro, on le déshablle, on le couche. Dans ce tumulte, Damens, auquel personne ne semble songer, aurat pu parfatement s'enfur et c'est du reste ce qu'l fera ensute remarquer à son procès, comme un fat à sa décharge. Mas la premère mnute de stupeur passée, un garde se précpte sur lu, pus un deuxème. On l'entoure, on le roue de coups de crosse, de ped, de plat d'épée, et en un cln d'œl, Damens est méconnassable. C'est le passage à tabac classque. a fn d'une dramatque aventure médecns ne tardent pas à s'apercevor, et du reste, le ro lu-même, que la blessure est des plus anodnes. Mas on crant beaucoup que la ponte de l'arme n'at été préalablement emposonnée, ce qu plonqe tout le monde dans une angosse affreuse, à commencer par le patent. On fnt par se rendre à l'évdence qu'l t n'en est ren, et cela d'autant meux que le meurtrer jure ses grands deux que nul poson n'a soullé son arme. Pus, enfn, après un long martyre qu'on peut juger ben dsproportonné avec sa faute, Damens est écartelé en place- de Crève, le 28 mars 177. On lu nflge très exactement le supplce réservé à Ra'vallac, autre régcde. Cette exécuton fut, pensons-nous, une faute lourde. D'abord parce que l'égratgnure fate à ous XV ne mértat pas tel châtment et que lu-même aurat dû, tout le premer, donner l'exemple de la clémence ensute parce que sa personne royale n'état vrament, pas plus que sa personne humane, assez près du cœur de ses sujets, en cette' pérode de msère et de palnodes, pour qu'un parel excès d'autorté fut ben populare. Et en fat, l concourut beaucoup à fare détester celu qu mourut dans l'ndfférence ou l'opprobe après avor été avec ferveur appelé par tout son peuple «ous le Ben-amé». HENRY MÉGUIN. ES

15 mtu E 0 DECEMBRE 14 (fïm^muun nutttunht 1 HH!.H(»H mm CONCOURS DU KNGOUROU ISTE DES URÉTS (Sute et fn) Du 21e au 00e prx Mme Suzanne MOIGNRD, 6, rue des Bat- joles, Pars; Mme uce JOUEN,, passage f H' rubert-beller, Pars (1 ) ; M. Perre FOUITardve-Frmny (ore); Mlle Renée e a UDUC, 27, rue Perre-Cure, Ivry (Sene) ; M. Georges GUIGNON, route de Corbel, a Bretonmère, par rpajon (S.-et-O.) ; M. rmand FEREZ GRDO,, rue de la Républque, Buresnes (Sene) ; M. lbert DNIUD, 26, rue Cavé, Pars (18e) ; M. Camlle DEEPXNE, 62 ter avenue Jean-Baptste-Clément, Boulogne (Sene) ; M. Georges CH, usne à gaz, Sées (Orne) ; Mme Gnette DUROUSSEU, 10, avenue DenlertRochereau uxerre (Yonne) ; Mlle Genevève VIRTE, 101, avenue Phlppe-uguste, Pars ; M. ndré MRTIN, 1, rue du Sergent-Boblot, Nantes-Doulon ; M. Paul MRECH, 4, rue Edouard - Vallant, Bourges (Cher) ; M. Henr ORSON, Chgny-les-Roses (Marne) ; M. Maurce RMUS, 1. avenue Sant-Smon, bc-les-bans ; Mlle Eddy OB-ETTE,, rue Charpenter, mages (Haute -Venne) ; Mlle Mchelette POIDEVÏN, 66, rue Pasteur, Nouzonvlle (rdennes) ; M. Manuel MOUCHRT,, rue Daru, Pars (18e); Mme Suzanne SCHEFFER,, rue de la Pax, Cherbourg (Manche) ; Mle Mrelle GRIVET, 2, rue Georges-oret, Moret-sur-ong ; Mlle Mareouse EFORT, Reumont, par Honnechy (Nord) ; Mme Jeanne BOUTON, 26, rue Potere, Vendôme (.-et-c); M. Ursmael BONNET, 28, rue Thers, Boman (Nord) ; Mme ndrée CMUS,, rue Voltare, evalos-perret: Mme Marguerte FOUTRY, 1, passage du Nord, Pars (1e) ; Mlle RéJane MET, 7, rue des ulnettes, rgenteml (S.-et-O.); Mlle Jacquelne PETIT, 12, rue des rdennes, Vert-Galant, par Vaujours (S.-et-O.) ; Mme Marnette MURY, 1, rue du PrésdentWlson, evalos-perret; M. Ele BCRY, 1, rue d'oran, lger (lgére); M. Franços STEET, parc Marengo, Toulouse (Haute-Garonne); Mlle Jacquelne DROUET, avenue de l'est, angrune (Calvados) ; M. Jacques Seutn,, allée BeauséJour, Cachan (Sene) ; M. René CUX, 26, rue du Ïlaréchal-Joffre, Sanvc (S.-Inf.) ; M. Perre DUFOUR,, rue des Tournelles, Rems (Marne) ; M. Bernard BOSSU, 22, rue Bernadotte, Pau. (B.-P.); M. éon THEBUT, 11, rue mlcarcpran, Sant-Ouen (Sene) ; M. ndré VETTE, 27, rue du Faubourg-Sant-ntone, Pars (IIe) ; Mlle Madelene DORION, Palluau (Vendée) ; Mme Berthe PINGUET, 6, rue Georges-Pcot, BossyBant-éger; Mlle Paulette PUSQUEEC. 7, rue fe l'rtos, e Havre (S.-Inf.) ; M. lbert CONTNT. 17, avenue Gambetta, Bos-Colombes (Sene) ; Mlle Gabrelle MSSET, 67, rue d'bls, Ramboullet (S.-et-O.) ; M. Camlle ROCHS, 1, rue Racne, Pars (6«) ; Mlle Jeanne BERNRD, 6, avenue Gallen, Bécon-les-Bruyères ; Mme Marcelle UBRY, 7, rue ambrechts, Courbevoe (Sene) ; Mlle aure GUDEFROY, 4 bs, rue Théodule-Rbot, Colombes (Sene) ; Mlle Emlenne ERVT,, rue Molère, yon (Rhône) ; M. Henr DEUNY, 0, rue de la Clef, Pars (e) ; Mme Germane ERNIE, 14, rue des Chalets, mel (S.-et-O.) ; M. ucen DEWST, 7, rue Heurtault, ubervllers (Sene) ; M. Emle CHON, 1, rue Dussoubs, Pars (2e) ; Mlle Jacquelne HEIM, 2, av. Trudane, Pars (») ; M. Edouard VIMIN, 1, rue des Car'ovngens. Colmar (HautRhn) ; M. Jacques GUDRON, bs, rue VctorHugo, Colombes (Sene) ; Mle Georgette BEUDR, 88, avenue de Clchy, Pars 07e); M. Perre MTHIEU, 4, avenue Jean-Jaurès, Ïle-Sant-Dens (Sene) ; M. Clément PIERRE, 1, rue Santntone, Pars (4e) ; Mme Mare POIVE, es Maras, Erquy (C.-du-N.); Mme Claude THEVENOT, 4, rue du Zégelfeld, Strasbourg-Neudorf (Bas-Rhn) ; Mme Blanche COTTZ, 46, rue de Vllers, evalos (Sene); Mme Marnette RYNUD, 2, place Phlbert - Pompée,' Ivry - Port <Sene); Mlle Hélène DUCUTY, 22, rue ntonemarrel, Rve-de-Ger (ore); M. ndré GUEURY, 8, cté de la Mare. Masons-lfort (Sene) ; M. Raymond NERDO, 16, rue des Mchets-Pétrav, Ruteaux (Sene) : M. René EBRUMENT, 14, avenue des aurers, Colombes (Sene) ; M. ous ROSTG.NI, 7, rue Smolet, Nce (.-M.); Mlle ndrée DECRPIGNY, 21, rue des Velettes, Suresnes (Sene); M. Paul IMONE, 7, rue Olverde-Serres, Pars (1e); M. Robert SOMMEIER, 6, rue de Gergove, Pars (14e) ; M. Gaston COURT, Cessères, par nzy-le-château (sne), olxa.nte.-dx prx én marchandses de 60 francs chacun. Du 0V au 00e prx M. ndré BUET, 18, r. de Vndé, a CelleBant-Cloud (S.-et-O.) ; M. MURICE WEGE, 6, rue Doudeauvle, Pars (18e) ; Mlle Gnette SONBT, 7, chemn de Bry, Chanpgny-sur-Marne (Sene) ; M. Claude CRT.U, 22, r. de Bellevlle, Pars (20e) ; Mlle Jeanne PEZOUS, 4, r. Pasteur, Graullet (Tarn) ; M. Paul WEIOT, 1, cours Camou prolongé, Pau (Basses-Pyrénées); M. Jacques EOYER, 1, avenue Odle, Ezanvlle, par Ecouen (S.-et-O.) ; Mme Perre HOTE, 6, faubourg des Tros - Masons, Nancy (Meurthe - et - Moselle) ; M. Bernard FOC'H, 106, rue Thers, e Havre (Sene-Inféreure) ; Mlle Yvette HY,, rue de Prony, Pars (17e) ; M. Gérard THORGNY, 1, rue de Pars, Possy (S.-et-O.) ; M. ous DUMONT, 22, rue de l'entrepôt, Deppe (SeneInféreure) ; Mme Jeanne CPODORO, 2( bs avenue de Vaugrard-nouveau, Parfs (1e) ; M. Roger VERGNE, 8, boulevard des Marronners, Vlla-Dravel (S.-et-O.) ; M. René MOUSSEIN, 80. rue de Sannos, Nanterre (Sene) ; Mlle Paulne BOIZOT, 1, rue des Parsens, snères (Sene) ; Mme Marguerte STUBER, avenue Charles-Chalmn, Montgny-Ies-Celles (S.-et-O.) ; Mlle Jacquelne HERNT,, rue Pte-de-Buc, Versalles (S.-et-O.) ; Mlle Renée JCQUOT, 18, rue de la Salle, Nancy (M.-et-M.) ; M. lbert METTEE, 12, rue Sant-Dens, Pars (2e) ; NOS CONSUTTIONS VERBES GRTUITES es consultatons mltares sont données dans nos bureaux, 1, rue d'enghen, tous les sameds, de 14 à 1 heures, sauf velles de fêtes légales et jours férés. es consultatons jurdques sont données dans nos bureaux tous les sameds de 1 à 16 heures, sauf velles de fêtes légales et jours férés. es consultatons d'ensegnement et d'orentaton professonnelle sont données dans nos bureaux tous les jeuds, de 17 à 18 heures, sauf velles de fêtes légales et jours férés. Prévoyance, Hygène Socale et ssstance, par consultatons écrtes exclusvement. Non lecteurs sont prés de se présenter avec leur bande d'abonnement ou un bon de con-ultaton découpé da un de nos nurt^ros. \! I!! : M. Robert GEY, Planchez-du-Morvan (Nèvre) ; Mlle Gabrelle GUIMONT, 140, rue de Bellevlle, Pars (20e) ; Mme Yvette GESTIN, 1, rue des Francs-Bourgeos, Pars (4e) ; Mme Jeanne HRDOUIN, 6, rue Raynouard, Pars (16e); M. René TOT!r, rue du Baston-Sant-ndré, Guse'(sxe) ; M. Paul ROSETTI,, mpasse Valbarelle, Marselle-Sant-varcel (Bouches - du - Rhône) ; Mme Jeanne MURE, 47, rue ander, Marselle (Bouches-du-Rhône) ; Mme Marcelle MRTN, 2, rue des Jardns, Verdun (Meuse) ; Mme Dense HEUZE, 120, rue Hoche, Colombes <Sene) ; Mlle Mchelne VITRE, 28, avenue de la Sablère, mel-brévannes (S.-et-O.); M. -Franços JOUNDON, 1, avenue Gallen, Pars (14e); Mme Régne MICHE, scere d'ecuelles, par Moret-surong (Sene-et-Marne) ; M. René RIMBERT, 26, rue Caraman, Toulouse (Haute-Garonne) ; M. Robert CRETEUR, 46, rue des Sarrazns, lle (Nord) ; M. ndré EROY, 16, rue de ancourt, Montgny-en-Gohelle (Pas-de-Calas) ; M. ous ROUSSET, 24, rue Carnot, uxonne (Côte-d'Or); Mlle Germane TEXIER, hôtel des Charmettes, chemn du Tour-de-Bos, e Vésnet (S.-et-O.) ; M. Marcel OUIS, Bussères-Potevne (HauteVenne) ; M. Charles SSO, 2, rue GustaveDeloye, Nce (lpes-martmes) ; M. Paul BINE, 8, rue dolphe-thers, Marselle (Bouches-duRône) ; M. Paul BOEHMER, 47, rue Serrurer, aon (sne) ; Mlle Suzanne MRCE, 11, rue de la Pax, Bos-Colombes (Sene) ; M. Roger GEORGE, 20, rue Emle-evel, Pars (17e) ; M. Jacques SIBRD, Ondres (andes) ; M. Maurce EUVRRD, 4, rue Imbert, Grenoble (Isère) ; Mme nne HEMON, 16, avenue Troussel, Colombes (Sene) ; M. Emle GROS, 2, rue des Entrepreneurs, Sant-Ouen (Sene) ; Mlle Mathlde BOUVIER,, rue Perre-Pcard, Pars (18e); M. mé GUCHOU,.6, rue des TrosRos, Castres (Tarn) ; Mlle Josette SENIGON, 67, rue du Parc, Ivry-sur-Sene (Sene) ; Mlle Bernadette BOURGEOIS, -vlla Jeanne-d'rc, Sart-Rémy-Ghauesée (Nord) ; M. Paul ENGRND, 4, avenue Darblay, Corbelles (S.-et-O.); M. Ravmond BETHOISE, 104, rue Boleau, Pars (16e) ; Mlle Jacquelne MORND,. a GrandeParosse (Sene-et-Marne) ; Mle Yvonne PETIT, Msery, par Marchelepot (Somme) ; Mme Madelene GDIOT, vlla Clar-de-une, boulevard rstde-brand, Sant-Servan-sur-Mer (Ille-et-Vlane) ; M. ous DEFIION, 10, rue de la Jonquère. Pars (18e) ; M. Emle HOUBEUT, 14, allée Vrgne, Pavllon-sous-Bos (Sene) ; Mlle ucenne VIETTE, 80, route de Blagnac, Toulouse (Haute-Garonne) ; M. Georges ETH, j 42, rue du Château-dEau, Royan (Charente-n- j féreure) ; Mlle Marguerte DMRT, 62, rue > Jules-Huret, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calas) ; Mlle Renée PERNIN, 146, cours Tolstoï, Vlleurbanne (Rhône) ; M. Jean BENIME, 74, rue Sant-German, Nanterre (Sene) ; M. Serge BR, 1, rue du Crque, lle (Nord) ; M. ndré BRONSWICIC, 20, rue Bellefond, Pars ; M. René COST, 48, rue des Tros-Frères, Pars (18") ; M. ndré DEFER, 7, rue de l'essa, Pars (e) ; Mlle Germane BOUION, 2, rue Dedouvre, Gentlly (Sene) ; Mme Marguerte TREMB y, 2, rue du Colonel-Montel, Pars (14e) ; Mlle Jacquelne COS, 12, rue Kléber, Issy-les-Moulneaux (Sene) ; M. uguste JENNIN, 7, avenue de l'rsenal, Djon (Côte-d'Or) ; Mlle Smone DEPIN, 46, rue du Présdent-Poncaré, Dunkerque (Nord) ; M. Raymond CVION, 10, place de Halla; M. Georges NOUVE, 8, rue de la Républque, rles-sur-rhône (Bouches-duRhône) ; Mme Smone ROUSTN, Sant-Marudu-Tertre, par. Sens (Yonne) ; Mlle Hélène GUYON, 1, rue du Montparnasse, Pars (6e) ; Mme Georgette FOEHRENBCH, 8, rue lexandre-roche, Roanne (ore) ; M. Jean MSSERN, 122, rue de la Serre, Œrmngau (Bas.Rhn) ; M. Gaston DONZE, vlla l'hota, boulevard Mont-Fleur, Cannes (lpes-martmes) ; Mlle Suzanne CRPEU, 48, rue Jean-Jaurès, Châtllon-Colgny (oret); M. René TOUSSINT, 8, rue Rchard-enor, Pars (11e) ; M. Jean SCHMITT, 8, rue de la Concorde, Pars (1e) ; M. Robert HERVOT, 1, rue Velle-du-Temple, Pars (4e) ; Mme Marthe EFEBVRE, 22, rue Esqurol, Pars (1e) ; Mme Jacquelne JRREU, 12, rue de la Condamme, Pars ; Mme Odette VIGNERON, 4, rue des Bzs, Nanterre (Sene) ; Mlle Jacquelne JEUDEIN, 20, rue rmandcaduc, Bordeaux (Gronde) ; Mme Mare-ouse COTERE, 167, avenue de Bry, e Perreux (Sene) ; M. ous HNUS, 28, rue MarcelGoulette, Charmes (Vosges) ; M. Robert SCMITT, 1, rue du Centre, Hérmoncourt (Doubs) ; M. Roger CMBIER, 1, rue Franços-ler, Pars ; M. Perre E GY,, rue Montose, e Mans (Sarthe) ; M. ndré SERVIER,, avenue de la Républque, Montrouge (Sene) ; M. Jean SENTIER, 47, rue Mann, Pars <1e) ; M. Claude JCQUET, 4, rue des Polus, Drancy (Sene) ; M. Henr DUCOS, M-onton, commune de Rofheux, par nnonay (rdèche) ; M. Jean GUTHIER, 6, rue rmand-mosant, Pars (1e) ; M. Glbert ECERCQ, 20. rue des Pruners, Drancy (Sene) ; M. Perre de CRESSC, 4, boulevard Vctor-Hugo, Nce (lpes-martmes) ; M. Fernand EROY, 1, rue ndley, Calas (P.-de-C.) ; Mme Blanche DUPESSY, 1, rue Denfert-Rochereau, yon-crox-rousse ; M. lbert VOISIN, 117, route de Montrouge, Malakoff (Sene) ; Mme Claudus PETIT, 1, rue Ferdnand, Sant-Etenne (ore) ; M. Paul GRIVET, 2, rue Henr-IV, Nîmes (Gard); M. Perre PRUNIER, Plar.ey (ube) ; Mme Marcelle WOF, 26, avenue de la Forêt-Nore, Strasbourg (Bas-Rhn) ;'M. Robert P1GNY, 2, avenue de Frédy, Vllemomble (Sene) ; Mlle nta BRUN, 1, 'rue Vctor-Hugo, Tarbes (Hautes-Pyrénées) : Mlle ucette DEIENCOURT, 1, rue Notre-Dame, Chauny (sne) ; M. ous GBOIS, 1, rue des Carrères, Suresnes (Sene); M. Paul CSTEIN, 1, boulevard de Strasbourg, Pars (10e) ; M. Emle REY, 8 bs, rue de la Staton, Franconvlle (S.-et-O.) ; M. Robert DUPUY,, rue rthur-rozer, Pars (1e) ; Mlle Julette NOIHY,, allée des Zéphyrs. Toulouse (Haute-Garonne) ; M. rmand RYNUD, 1D, rue de l'hôptal, Mazamet (Tarn) ; M. Paul PICRD, 0, rue des Belles-Feulles, Pars (16e) ; M. Joseph KRIEF,, rue NotreDarae-de-Bonne-Nouvelle. Pars (2e) ; Mlle Renée SCHEROT, 1, rue de l'echquer, Pars (10e) ; M. Marc PROVOST, 7 bs, rue de Pars, Boulogne-sur-Sene; M. Gaston ENORMND, 87, rue médée-darmay, Rouen (S.-Inf.); Mme Paulne îertho,, avenue de Fadate. Vtry-sur-Sene ; Mlle Monque SCHINDWEIN,, rue rmandcarrel, Pars (1e); M. Robert GUTRON, pavllon X, château de Vncennes, Pars (12e) ; M. Marcel JOUSSERND,, rue de Montmorency, Montmagr.y (S.-et-O.); Mle Janne ENEGRE, Mervlle - Francevlle (Calvados) ; Mlle Raymonde 7ESMOUIN, 44, rue Voltare, Souppes (S.-et-M.); M. Jean UMHUER,, rue des Vertugadns, Meudon (S.-et-O.): M. Robert JUC, chemn de abade, Hoch (Gers) ; M. Bernard GYRUD, 21, rue Henr-Poncaré, Clchy (Sene) ; Mlle Charotte FOCH, usne aupquet, Ile d'yeu (Vendée) ; M. Georges MUER, 20 bs, rue de. Chartres, Neully-sur-Sene ; Mlle Gnette TOVJ-IRI,, rue de la Cersae, Pars (4e) ; M. ndré ROUVROY, 2, rue des Fontanes, Roye (Somme) ; M. Jules EMER*UX, 26, rue des Vgnes, Meudon (S.-et-O.); M. Robert SOESEN, 60, rempart Sant-Georges, nvers (Belgque) ; Mlle Yvette DOUX,, rue Canonge, Marselle (B.-du-R.) ; M. Jean BOUY, rue Jeanneabourde, es Pettes-Justne-Sant-Perre-desCorps (I.-et-.); Mme ouse POIRETTE, hospce de la Salpëtrère, 47, boulevard de l'hôptal, Pars (1e); M. ous REUIIER, 124, avenue Wlson, a Plane-Sant-Dens (Sene) ; M. ndré BOURGEOIS, 114, avenue Mchelet, Sant-Ouen (Sene) ; M. ous SCHMITT, 1, rue ugusteblanche, Puteaux (Sene) ; M. Marcel FKBNRECK, 72, avenue Edouard-Vallant, Pré-SantGervas (Sene) ; Mlle Renée. DUPRE, PlesssJamperre-sur-vre, par Sant-ubn-des-Joncherets (E.-et-.) ; M. Perre MOETTE, 1, rue Etenne-Dolet, Chosy-le-Ro (Sene) ; M. ucen EBEGUE, 102, rue du Temple, Pars (e); M. Georges R1SSO, bs, rue de la Républque, Nce (.-M.); M. Jules UPROUX, 1, rue Blanchet, à Charentonneau - Masons-lfort (Sene) ; M. Edmond CROUGET, 82, rue Ordener, Pars (18e); M. Robert EMERCIER, S, mpasse Madelene, Eaubonne (S.-et-O.) ; M. Henr BUER, 4, rue Rouelle, Pars (1e) ; M. lbert PUIET, 10, rue des Socétés, ths-mons (S.-et-O.) ; M. Raymond DURY, 20, rue de la Bourgonne, Meudon (S.-et-O.) ; M. Emle BRBEIN, mpasse Oratore, Nancy (M.-et-M.) ; Mme Célne E; ROUX, rue du Parc - Sante - nne, Gungamp (C.-du-N.) ; M. Roger DEECOUS, rue Madamebbesse, Bourbourg-Campagne (Nord); Mlle Jacquelne CHIGNE, 4, rue de Terre-Neuve, Pars (20e) ; Mme Jeanne NDRES,, rue Voltare, Puteaux (Sene) ; M. Georges TRINRD, 7, rue du Smpon, Pars (18e) ; M. Glbert BRUCHET, Clos de Massy, ntony (Sene) ; M. Henr UME, route de Warcq, Mézères (rdennes) ; Mlle Janne BBUDIER, 8, place de la Républque, e Perreux (Sene) ; M. Robert WEBER, 28, qua Gallen, Suresnes (Sene) ; M. Etenne FRKOUZET,, rue Ces, Pars (14e); Mlle Rolande PtIEGER, 0, rue dren-gudon, Belfort (terr. de Belfort); M. Roland MENU, 10, rue de l'rchevêché, Charenton (Sene) ; Mme Madelene CHOFFE, 6, avenue des 'Pages, e Vésnet (S.-et-O. ) ; Mlle Yvette DUME, 20, rue de Charonne, Pars; Mlle ndrée BERTRND,, rue du GénéralCharpy, Cherbourg (Manche); Mlle Dense GUXRUCHE, 18, rue lbert-peuvrer, Sant-Mchelsur-Orge (S.-et-O.) ; M. Jules BCON, 2, rue de là Gare, Nœux-les-Mnes (P.-de-C.) ; Mme Raymonde NCE, 21, rue de la Républque, Doman (Nord) ; M. Guy GNIS, 1, rue Tbaut, Caudebecles-Ebeuf (S.-nl.); M. Jean MRTIN, 42, rue de la Tour, Malakoff (Sene) ; M. Joseph FRTTINI, 1, rue Pons (Prado), Cannes (.-M.); M. Rolland MODIERE, Sant-Thbaud, par agny (S.-et-M.); Mme Rosale SUSSET, 20, cté M, Dombasle-surMeurthe (M.-et-M.); M. Fernand BUTIN, Morangs, par ongjumeau (S.-et-O.) ; M. Henr CO.^.jT, n, rue.e:mtq«m, Pars (17e); M. Danel VUE, a Gunebaudère, par Vendôme (.-et-c); M. Jean BOURDIN, 27, rue Meurant, Cté du Nord, aon (sne) ; Mlle Jacquelne BOISSEET, caserne Samt-Roch, ngoulême (Charente) ; Mlle Genevève COURTOT, 12, boulevard lbert-ier, Nancy (M.-et-M.) ; Mme Gsèle MICHE, 42, rue des Perrères, Djon (Côte-d'Or) ; M. Henr GOUOIS, 21, rue de l'epèe, Cambra (Nord) ; Mlle Odette HENRY,, place Carnot, a Ferté-Bernard (Sarthe) ; M. Robert FERRERO, 6, rue Sant-ntone, Cannes (.-M.) ; Mlle Mchelne KOESTE,, rue des Gravllers, Pars (e) ; Mme Jeanne FINDEY, 21, pl. Ducale, Charlevlle (rdennes) ; Mlle Mare CMITI, 21, avenue de Belevue, Nce (.-M.) ; M. Gaston JUME, 4, rue Gutenberg, Roanne (ore) M. ndré FIERENS, 1, rue Mlton, Roubax (Nord) ; M. Jacques GUIUME, 2, carrefour Mallet, Ramboullet (S.-et-O.) ; Mme Berthe GIRUDEU, 1, rue du Raneau, Chnon (I.-et.) ; Mlle ouse HEFET, 18, rue Myrrha, Pars (18e); M. Claude BERTHEMNN, 1, avenue de Neully, Neully-sur-Sene ; M. Raymond HOUBRD, 40, rue des Dames, Pars (17e) ; M. Joseph VCHER, 8, rue Pêtan, Ussel (Corrèze) ; M. Jean PERM, 10, boulevard Gulleman, lger (lgére) ; Mme Marcelle GUITTRD, 146, rue de Calas, rgenteul (S.-et-O); Mlle Elane GIET, 8, rue Jean-de-a-Fontaïne, Versalles (S.-et-O.), deux cents prx en marchandses de 0 à 2 francs chacun. DIMNCHE-IUSTRE»'««««N Cors en, res, s! nr îe t. eut à ee ce De en nsms cnt amolls, vous pohvez les extrper en enter et avec leur racne. es cniostés peuvent être fnclemenl enlevées. es éçprehures et les engelures' sont guéres. 'enflure est rédute. Vous pouvez porter des chaussures d'une bonne ponture plus pette.et marcher tout le jour ou danser toute une nut avec asance. es Saltrates Rodel sont vendus partout avee garante par les Pharmacens,.eur coût est nsgnfant. ) DIMNCHE IUSTPË * 0 DECEMBRE 14 BON à jondre à toute demande pour une consultaton gratut» ou une réponse dans la page Je voudras ben savor; e Gérant : G. MURICE BERNRD, ETIENNE. mp., 18, rue d'enghen, Par* Vent de paraître : :<DTT câptâmedepo xer< Déjà parus S Bcot et Suzy. Bcot et tes Ran-tan-plan. es Farces de Bcot. Bcot fat du Sport. Chaque album, cartonné, llustré EN VENTE en es Explots de Bcot. Bcot pêche à la lgne. Bcot magcen. Bcot présdent de Club. couleurs.. CHEZ TOUS.... ES.. IBRIRES \7 francs;

16 DIMNCHE-IUSTRÉ k»«mfuthféfttnf fn X6 E 0 DÉCEMBRE 14 lllllll,lll,,lllllllllllllllllllll ll > ") "<>>>"HuHn DIMNCHE IUSTP m g uujn y ? S ( /O l? II l 2 12 a 6 1 2o? \< n ? 2< 1 4 II " V 26 S (S 2 >2 ^ ? M 2- J 26 V 2? S Il D ?? /4 ô 2I 28 / 22 2! /o I? 24 4 II /ô 2Î s /2 * 26 D JÔ l> 24 6 M «S 2 12 ' ?? l4 2l 2* /6 2 0 BONNE NNÉE NOS ECTEURS S 4; c nos melleurs vœux, nous leur dédons cet almanach spécalement dessné à leur ntenton. Dans Ze rectangle blanc, sur lequel sont mprmées ces lgnes, ls pourront coller ou fxer, chaque semane, une bande que nous publerons régulèrement, et dont la premère se trouve en page 1. la manère des calendrers éphémérdes, chaque dessn hebdomadare retracera un épsode emprunté à l'hstore, mas traté avec un humour que nos lecteurs, nous le pensons, appréceront. Ces dessns, sgnés Francs ndré, consttueront une amusante et orgnale collecton I" 21 2 a ? 10 1? 2* 1? m 4 l «12 G I? ? 21? S o 10 '? 21 1 « l ? / 20 2? 10? 24! ' 26 l 1 2S *? El 1 26 V D H M J 4 n 18 2 l «G I 20 2? 26? ( / o 10 I? 24 M M J V S 2 /é 2 <? 2* 4 II /* (2 ' o 2?? 2l 2S NOUVE N : ES MSQUES GREOTS EN SUISSE ÉTRENNES MODERNES... OU E CHIFFONNIER VISÉ Dans les ppenzell, en Susse, la nouvelle année est marquée par une velle coutume locale fdèlement respectée ; les enfants travests, muns de ces énormes grelots, vont quêter dons et frandses l Ce chffonner du Nord a trouvé, en cette pérode d'étrennes, un moyen ngéneux de fare des affares. II offre, en paement, aux bambns des corons et vllages qu'l traverse, des jouets contre les veux chffons.

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires Détecteur de fumée rado fumonc 3 rado net Informatons pour locatares et proprétares Félctatons! Des détecteurs de fumée ntellgents fumonc 3 rado net ont été nstallés dans votre appartement. Votre proprétare

Plus en détail

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7 Premère parte Proportonnalté 1 Reconnaître des stuatons de proportonnalté....... 7 2 Trater des stuatons de proportonnalté en utlsant un rapport de lnéarté........................ 8 3 Trater des stuatons

Plus en détail

PLANS. Sommaire. Infos pratiques p. 4. MéDIA. p. 6-8. THèQUE. Visite guidée p. 7-9 - 10. Les animations. p. 11. Le fonctionnement p.

PLANS. Sommaire. Infos pratiques p. 4. MéDIA. p. 6-8. THèQUE. Visite guidée p. 7-9 - 10. Les animations. p. 11. Le fonctionnement p. Sommare Infos pratques p. 4 MéDIA PLANS p. 6-8 Le fonctonnement p. 5 THèQUE Vste gudée p. 7-9 - 10 Les anmatons p. 11 Infos pratques Le fonctonnement Espace de culture et de socablté, la médathèque vous

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Les spectacles... L acqua è di tuttu - rimini 2012 - C. Ballestracci. L Ecole des petits Robert - Cie Robert et Moi Grand bi - Cie Altitude

Les spectacles... L acqua è di tuttu - rimini 2012 - C. Ballestracci. L Ecole des petits Robert - Cie Robert et Moi Grand bi - Cie Altitude Jardn de spectacles Festval jeune publc Samed 27 et Dmanche 28 jun 2015 2 e édton Entrée lbre Domane natonal de Sant-German-en-Laye Le Musée d Archéologe natonale - Domane natonal de Sant- German-en-Laye

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Bien débuter avec Illustrator

Bien débuter avec Illustrator CHAPITRE 1 Ben débuter avec Illustrator Illustrator est un logcel de dessn vectorel. Cela sgnfe qu'l permet de créer des llustratons composées avec des objets décrts par des vecteurs. Une telle défnton

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT

VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT Le mot du présdent de l APBB A l ntatve du Présdent de l assocaton phlatélque de Boulogne-Bllancourt, Perre Bouvard, notre vlle partcpe les samed 10 et dmanche 11 octobre

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi ff ----a L'Ade Personnalsée aux élèves en dffculté (1) o a (1) L CL (1, E L (1, II a o cl mse en place par I'Etat, un dspostf rréalste Vendred ltoctobre 2008 à 14h Mare de Mourenx Sommare ---o : : ----r

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Guide d'installation rapide

Guide d'installation rapide Gude d'nstallaton rapde Calbrer le capteur avant toute utlsaton La calbraton se fat par un appu sur le bouton ON de la télécommande, porte fermée, après nstallaton du capteur et de l'amant. Bonjour! Merc

Plus en détail

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec Demande d nserton au regstre de l état cvl du Québec d un acte d état cvl fat hors du Québec IMPORTANT Lsez les rensegnements généraux et les drectves Remplssez le formulare en caractères d mprmere, à

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005)

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005) EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un commerçant effectue des lvrasons de fuel pour les chaudères. La répartton des volumes dstrbués à chaque lvrason s effectue selon le tableau suvant : Volumes

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

L Evénement en images

L Evénement en images Rédactrce en chef: Edth Defaux L Evénement en mages P a S s o n DYnamsme EchaNge TransparEnce S o l d a R REspect ProfessIonnalsme EnGagement t é Notre Assemblée Générale s est déroulée le 6 févrer derner

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum!

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum! Réalse un croqus sute à ta vste. Dessne ce qu t a le plus touché, marqué, ou un objet que tu as partculèrement apprécé : A bentôt à l Arborne Museum! 14, rue Esenhower - 50480 Sante-Mère-Eglse Tél. 02

Plus en détail

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum!

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum! Réalse un croqus sute à ta vste. Dessne ce qu t a le plus touché, marqué, ou un objet que tu as partculèrement apprécé : A bentôt à l Arborne Museum! 14, rue Esenhower - 50480 Sante-Mère-Eglse Tél. 02

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

EN81-28: qu est-ce que c est? Bloqué dans l ascenseur?

EN81-28: qu est-ce que c est? Bloqué dans l ascenseur? EN81-28: qu est-ce que c est? Bloqué dans l ascenseur? www.safelne.se Pas de panque! SafeLne est à votre écoute Hsselektronk développe et fabrque des composants électronques pour ascenseurs. Les produts

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) :

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) : EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton professonnelle :

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et hstore autour de Mondoubleau Thème de la cache : NATURE ET CULTURE Départ : Parkng Campng des Prés Barrés à Mondoubleau Dffculté : MOYENNE Dstance

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2013 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Excel 2013 Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013 STATUTS DU Nouveau Part démocratque du Canada en vgueur à partr d avrl 2013 PRÉAMBULE Le Canada est un magnfque pays, un pays qu représente les espors du monde enter. Mas nous pouvons bâtr un melleur

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE Me Objectf De, par, avec Sandrne le Métayer Lumère de Phlppe Férat pectacle produt par la Ce DORE t j Me objectf numéro prx du Jury aux Gradn du rque (Le Hvernale/ Avgnon) p l e t t a r d, p Sandrne le

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Les stages DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME...

Les stages DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME... DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME... L Ecole de Cyclsme du Road Team Val de Moder est une assocaton sportve d accuel pour jeunes compétteurs ayant pour but de fare découvrr et de fare amer le vélo à travers

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

pour des résultats minceur eff icaces et durables.

pour des résultats minceur eff icaces et durables. Mnceur - Légèreté - ben-être Technologe 100% mans lbres pour des résultats mnceur eff caces et durables. Plus de 10 années d expérence au servce des professonnels de l esthétque. Offrez-leur le corps de

Plus en détail

- Année Universitaire 2011 -

- Année Universitaire 2011 - DEMANDE D OBTENTION D UNE CHAMBRE EN RESIDENCE UNIVERSITAIRE Photo d dentté à coller c - Année Unverstare 2011 - PREMIERE DEMANDE RENOUVELLEMENT INSCRIPTION UNIVERSITAIRE EN (Précser l année et la dscplne)

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES 87 Quels sont les facteurs qu nfluencent la combnason et qu nctent le tourste à modfer pett à pett, le mx de dstance et de temps dans la combnason?

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Vrga Tunes 4 et Pod sous Mac et Wndows Édtons OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Synchronser l Pod avec l ordnateur L Pod connaît deux types de synchronsaton. L a synchronsaton de la musque

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte du support de table MX200 La boîte du support de table MX200 content le support de table équpé d un pvot et un cache arrère. Placez le support de table sur une surface

Plus en détail

Litige. Accord. Accord. Accord Accord. Accord Accord. Accord. Accord Accord. Litige. Accord Accord. Litige. Accord Accord Accord

Litige. Accord. Accord. Accord Accord. Accord Accord. Accord. Accord Accord. Litige. Accord Accord. Litige. Accord Accord Accord /LS 0.0 A/23/5 HOTE AUX MEMBRES DU BUREAU Bruxelles, le 12 févrer 1954 1. Commsson Natonale Mxte des Mnes ' 2. C.P.N. de 1'Industre des Carrères \ 3. C.P.N. des Cokeres Indépendantes et j de la synthèse

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

écrans de sous-toiture

écrans de sous-toiture écrans de sous-toture Les règles de bonne pratque # défnton Un écran souple de sous-toture est une feulle déroulée sur la charpente, sur un solant thermque ou sur un support contnu ventlé, avant la mse

Plus en détail

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros Page 1/9 14/02/13 19:47 LES SALARES DU WEBMARKET EN 2012 Des salares médans de 46 500 à 92 100 euros En 2012, les salares dans le dgtal ont grmpé de 5,5%. Selon une enquête réalsée par le réseau d'agences

Plus en détail

MARIAGE ou UNION CIVILE Demande de certificat ou de copie d acte

MARIAGE ou UNION CIVILE Demande de certificat ou de copie d acte POUR LE DEMANDEUR. Secton 1 : Rensegnements sur le demandeur 1. Nom de famlle du demandeur MARIAGE ou UNION CIVILE Demande de certfcat ou de cope d acte 3. Adresse de domcle (numéro, rue) Appartement 2.

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE. CARPORT AVEC COUVERTURE Polycarbonate CA6011 544 x 709 cm H273/261 cm

NOTICE DE MONTAGE. CARPORT AVEC COUVERTURE Polycarbonate CA6011 544 x 709 cm H273/261 cm CARPORT AVEC COUVERTURE Polycarbonate CA6011 544 709 cm H273/261 cm 1/ Introducton Le carport avec remse que vous avez acheté a été élaboré pour un usage domestque, destné, à l ecluson de toute affectaton

Plus en détail

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L.

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L. se 2004 ÉTUD XPÉIMNTL D'UN BOBIN (6 ponts) 1.5. On néglge dans la sute le terme fasant ntervenr r dans l'expresson de u L ans que les arronds des crêtes de l'ntensté. 1 - Détermnaton expérmentale de l'nductance

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon Maquette ournesol olel, erre et rotatons La géométre et mathématques du sstème Maquette pour comprendre hm Observatore de Lon Les repères classques éclptque (longtudes et lattudes éclptques) et équatoral

Plus en détail

ETUDE DU VIRAGE : LA BILLE!

ETUDE DU VIRAGE : LA BILLE! ETUDE DU VIAGE : LA BILLE! La blle donne la même ndcaton que celle d'un pendule accroché c par commodté à l'extrémté du vecteur "". Cet nstrument a pour but de rensegner le plote sur la symétre du vol

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Album : La reine des bisous (1)

Album : La reine des bisous (1) Prénom : Album : La reine des bisous (1) 1 Ecris les mots sous les dessins. 2 Colorie les mots du texte. rein principe chaton gâteux renne prisme chaud gâteau reinette prince char gaufre relais princesse

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail