Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard"

Transcription

1 Assistane à la navigation automobile par temps de brouillard Niolas Hautière Rahid Belaroussi Jean-Philippe Tarel Laboratoire Exploitation Pereption Simulateurs et Simulations Université Paris-Est, INRETS-LCPC 58 boulevard Lefebvre Paris Cedex 15 RÉSUMÉ. Par temps de brouillard, la onduite est problématique à ause de la distane de visibilité qui se trouve fortement réduite. Pour assister le onduteur, nous travaillons sur des méthodes d estimation de la distane de visibilité météorologique par améra embarquée. Cela permet d adapter la vitesse du véhiule, mais également de onstruire des aides à la navigation. Dans une première partie, nous montrons omment estimer la distane de visibilité atmosphérique et déteter la haussée devant le véhiule pour estimer e que l on appelle l espae navigable. Dans une deuxième partie, nous montrons omment projeter, dans les images, une artographie 3D préexistante de la route dans l image pour obtenir diretement l espae navigable grâe à une estimation en ligne de la transformation géométrique entre le repère de la sène et elui de l image. ABSTRACT. Under foggy weather, driving is problemati due to a redued visibility distane. To help the driver, we have developed methods to estimate the meteorologial visibility distane thanks to the proessing of images grabbed by an onboard amera. This allows us to adapt the speed of the vehile, but also build new driver assistanes. In a first part, we show how to estimate the meteorologial visibility distane and to detet the road in front in the vehile, so as to segment the free spae area. In a seond part, we show how to projet, on images, an existing 3D artography of the road thanks to an online estimation of the geometri transformation between the world frame and the amera frame. MOTS-CLÉS : brouillard, visibilité, restauration du ontraste, aide à la navigation, artographie, loalisation. KEYWORDS: fog, visibility, ontrast restoration, driver assistane, artography, loalisation.

2 268 Projet DIVAS 1. Introdution Par onditions météorologiques dégradées, la visibilité du onduteur peut se trouver fortement altérée. Pour assister le onduteur, nous travaillons sur des méthodes d estimation de la distane de visibilité météorologique par améra embarquée. Cela permet d adapter la vitesse du véhiule aux onditions de visibilité renontrées. C est l objet prinipal du projet DIVAS. Mais ela permet également de proposer des aides à la navigation. Dans une première partie, nous montrons omment déteter la présene de brouillard diurne et estimer la distane de visibilité atmosphérique en supposant la route plane devant le véhiule. Une fois la distane de visibilité estimée, nous l utilisons pour déteter la haussée devant le véhiule et estimer e que l on appelle l espae navigable. Plutôt que d essayer de retrouver la route dans l image, une approhe alternative onsiste à projeter une artographie existante dans l image. C est e que nous proposons de tester dans une deuxième partie. Le véhiule étant positionné préisément, nous estimons la transformation rigide entre le repère de l image et elui du GPS. Etant donné que nous disposons de la artographie de l infrastruture transmise par le serveur opérationnel, nous pouvons projeter elle-i dans l espae image et en déduire l espae navigable. Les deux méthodes sont illustrées par des images réelles aquises par temps de brouillard sur le site de Satory ave les moyens expérimentaux du LIVIC. 2. Détetion de l espae navigable par améra 2.1. Effets visuels du brouillard diurne C est en 1924 que Koshmieder (Middleton, 1952) propose sa théorie sur la luminane apparente des objets observés sur fond de iel à l horizon. Constatant qu un objet lointain finit par se onfondre ave le iel, il établit une relation simple exprimant la luminane apparente L d un objet de luminane intrinsèque L en fontion de sa distane d : kd kd L = L e + Lf (1 e ) [1] où L f désigne la luminane du iel et k le oeffiient d extintion de l atmosphère. A partir de es résultats, Duntley (Middleton, 1952) a établi une loi d atténuation des ontrastes par l atmosphère : C = Ce kd [2] où C désigne le ontraste apparent à la distane d et C le ontraste intrinsèque de l objet sur son fond. Cette loi s applique dans le as d un élairement uniforme de

3 La mesure et la modélisation des états météorologiques 269 l atmosphère. Pour que l objet soit visible, il suffit que C soit supérieur à une valeur appelée seuil de ontraste. En pratique, la Commission Internationale de l Elairage (CIE, 1987) a adopté une valeur de,5 pour le seuil de ontraste, de façon à définir une distane onventionnellev mét, appelée distane de visibilité météorologique, qui est la plus grande distane à laquelle un objet noir ( C = 1) de dimension onvenable peut être vu sur le iel à l horizon : 1 3 V = mét ln(, 5) k k [3] Nous allons mettre à profit ette loi pour estimer la densité du brouillard Détetion et estimation de la densité du brouillard Hypothèse «monde plan» Dans le plan image, la position d un pixel est désignée par les oordonnées (u, v). Les oordonnées de la projetion du entre optique dans l image sont (u, v ). Sur la figure 1, H désigne la hauteur de la améra, θ l angle entre l axe optique de la améra et l horizontal et v h la ligne d horizon. Les paramètres intrinsèques de la améra sont sa longueur foale, la taille horizontale d un pixel t pu et la taille vertiale d un pixel t pv. Nous utilisons les variables habituelles α u = f t pu et α = f t. v pv Nous onsidérons que α α = α. L hypothèse d une route plane est adoptée e u v qui permet d assoier une distane d à haque ligne v de l image : λ d = > v v h Hα si v v, où λ= h os θ [4] Réponse de la améra Désignons par f la fontion de réponse de la améra, supposée linéaire, qui modélise la orrespondane entre la luminane de la sène et l intensité du système d aquisition des images, inluant l optique et son életronique. Par temps de brouillard, l intensité I d un pixel est le résultat de f appliquée à la loi de Koshmieder : kd kd I = f ( L) = Re + A (1 e ) [5] où R désigne l intensité intrinsèque d un pixel, est-à-dire l intensité assoiée à la valeur de luminane intrinsèque du point orrespondant de la sène et A l intensité du iel à l horizon.

4 27 Projet DIVAS u x z y C v h v θ f H Plan image θ X Y S Z Plan de la route d M Figure 1. Modèle de la améra dans son environnement routier ; elle est loalisée à la hauteur H dans le repère (S, X, Y, Z) relatif à la sène. Ses paramètres intrinsèques sont sa longueur foale f et la taille de ses pixels t p. θ désigne l angle entre l axe optique et l horizontale. Dans le repère image, (u, v) désigne la position d un pixel, (u, v ) la position de la projetion du entre optique C, et v h la position vertiale de la ligne d horizon Estimation des paramètres de brouillard Après un hangement de variable de d en v fondé sur [4], [5] devient : λ k v vh I = A + ( R A ) e [6] En prenant deux fois la dérivée de I par rapport à v, on obtient l équation suivante (Hautière, 26) : 2 kλ I v v kλ h = kϕ( v) e 2 2 v v vh [7] 2 λ( R A ) I où ϕ( v) =. L équation = a deux solutions. La solution k = est 3 2 ( v v ) v h triviale. La seule solution utile est donnée par : 2( v v ) i h k = [8] λ où v i désigne la position du point d inflexion de I(v). De ette façon, le paramètre k de la loi de Koshmieder est obtenu une fois que v i est onnue. Finalement, grâe à la onnaissane de v i, v h et k, les autres paramètres de la loi de Koshmieder sont

5 La mesure et la modélisation des états météorologiques 271 obtenus par le alul de I i et dérivée au point v = v i : I v v = vi qui sont respetivement les valeurs de I et de sa kd ( v v ) I i i h R = I (1 e ) i kdi 2e v A ( v v ) I i h = I + i 2 v v= vi v= vi [9] où R désigne l intensité intrinsèque de la surfae de la route Estimation de la position du point d inflexion Pour estimer les paramètres de [5], on estime l intensité médiane de haque ligne d une bande vertiale et on en alule le point d inflexion. De façon à être ohérent ave les hypothèses de loi de Koshmieder, ette bande ne doit prendre en ompte qu une zone homogène de la route et du iel. Ainsi, une région de l image qui possède un gradient vertial minimum est identifiée grâe à un proessus de roissane de région, illustré sur la figure 2a. Une bande vertiale est alors séletionnée. On en déduit la variation vertiale de l intensité de l image à partir de laquelle le point d inflexion peut être déterminé. (a) Figure 2. Mise en œuvre de l estimation des paramètres de brouillard : (a) détetion de la route et du iel par un proessus de roissane de région ; (b) la ligne horizontale représente l estimation de la distane de visibilité. Les lignes vertiales représentent les limites de la bande vertiale analysée. Dans et exemple, V met 6m. (b)

6 272 Projet DIVAS Estimation de la position de la ligne d horizon Pour estimer les paramètres de [5], on doit également estimer la position de la ligne d horizon. Celle-i peut être estimée par un apteur de tangage quand un tel apteur équipe le véhiule. Elle peut également être estimée par un traitement d image additionnel. Généralement, e type de traitement herhe à aluler l intersetion des lignes de fuite que présente la route par des tehniques de vote. Nous disposons de la tehnique proposée dans (Tarel, 1999). Cependant par temps de brouillard, les lignes de fuite ne sont visibles que prohe du véhiule. Les estimations ne sont pas très préises. Nous préférons don utiliser, pour le moment, le alibrage initial de la améra. Les positions du point d inflexion et de la ligne d horizon étant estimées, les paramètres de la loi de Koshmieder peuvent être estimés et la ligne représentative de la distane de visibilité déduite. Le proessus est illustré sur la figure 2b Détetion de l espae navigable Prinipe de la restauration du ontraste Dans e paragraphe, nous proposons une méthode simple pour restaurer le ontraste d une sène routière de brouillard. Considérons un pixel appartenant à un objet à la distane d. Son intensité I est dérite par [5]. Dans le paragraphe préédent, nous avons estimé la valeur de ( A, k ). Par onséquent, R peut être estimé diretement pour tous les points de la sène en inversant la loi de Koshmieder : kd kd R = Ie + A (1 e ) [1] Cette équation signifie qu un objet présentant un ontraste C dans l image originale aura le ontraste suivant dans l image restaurée : ( R A ) ( I A ) kd kd C = = e = Ce [11] r A A

7 La mesure et la modélisation des états météorologiques 273 Intensité restaurée Distane [m] Intensité originale (a) (b) () Figure 3. (a) ourbe 3D de la fontion orrigée de restauration du ontraste pour k =,5 et A = 255. On peut y voir que l intensité des objets peut devenir nulle après restauration du ontraste en faisant l hypothèse d un monde plan : (b) image originale ; () image restaurée L expliation est que la restauration des ontrastes est exponentielle, R pouvant être négative pour ertaines valeurs de (I, d). Dans de tels as, nous proposons de forer es valeurs à. L équation de restauration [1] devient don : [ ] kd kd R = max, Ie + A (1 e ) [12] Nous avons traé ette fontion pour une gamme de valeurs de (I, d). Celle-i est représentée sur la figure 3. Pour restaurer orretement le ontraste, le problème est l estimation de la profondeur d assoiée à haque pixel Restauration monde plan (Hautière, 27) a proposé un modèle 3D de sène routière pour restaurer le ontraste. Le modèle est adapté pour la plupart des sènes mais pas assez générique pour traiter l ensemble des onfigurations routières. Nous proposons d utiliser un shéma opposé, qui onsiste à supposer uniquement que la route est plane. La distane assoiée à un pixel est don donnée par [4]. Seules les grandes distanes

8 274 Projet DIVAS sont seuillées à l aide du paramètre. La distane d d un pixel P(i, j) s exprime alors par : λ si N > j > j vh d ( i [, N[, j [, M[ ) = λ si j v h [13] où ( N, M ) désigne la taille de l image. Il est judiieux de fixer la position du plan de lipping à la distane de visibilité météorologique. En effet, auun pixel ne possède de ontraste supérieur à 5 % au-delà de ette distane. Par onséquent, la struture de la sène est inonnue au-delà de ette distane. Nous fixons don : (2 v + v ) i h = [14] 3 En utilisant [11] dans [9], le ontraste des objets appartenant au plan de la route est restauré orretement. Inversement, le ontraste des objets vertiaux (véhiules, arbres, et.) est mal restauré puisque leur distane dans la sène est largement surestimée. Par onséquent, en aord ave [9], leur intensité devient nulle dans l image restaurée, omme on peut le voir sur la figure 4. Cet inonvénient peut être tourné à notre avantage. En effet, en détetant les pixels dont l intensité devient nulle après restauration, nous pouvons failement segmenter les objets vertiaux devant le véhiule équipé et en déduire l espae navigable en reherhant la plus grande omposante onnexe devant le véhiule. Une ouverture morphologique de la omposante onnexe peut être effetuée pour améliorer les résultats. Figure 4. Détetion de l espae navigable dans des sènes routières. Première et troisième olonne : images originales. Deuxième et quatrième olonne : les objets vertiaux segmentés sont en rouge et l espae libre navigable orrespondant est en vert

9 La mesure et la modélisation des états météorologiques Résultats Quelques résultats sont présentés sur la figure 4. Les objets vertiaux segmentés sont affihés en rouge et l espae libre est affihé en vert. La méthode proposée permet d obtenir d assez bons résultats, même si quelques améliorations pourraient être obtenues au niveau des trottoirs et des objets lairs. La qualité de la segmentation peut être omparée ave des méthodes de segmentation ouleur ou stéréo. Le point fort de notre méthode est qu elle ne néessite qu une seule image en niveaux de gris. Cependant, elle ne fontionne que par temps de brouillard diurne. Elle est don omplémentaire des méthodes lassiques. 3. Projetion de la artographie 3D de la route dans l image 3.1. Prinipe Plutôt que d essayer de retrouver la route dans l image, omme ela est fait dans la setion préédente, une alternative onsiste à projeter une artographie 3D existante dans l image. C est e que nous proposons de tester dans ette setion. Le véhiule étant positionné préisément, nous estimons la transformation rigide entre le repère de l image et elui du GPS. Etant donné que nous disposons de la artographie 3D de l infrastruture transmise par le serveur opérationnel, figure 5(a), nous pouvons nous loaliser préisément dans ette arte, figure 5(b), et projeter elle-i dans l espae image, f. figure 5(). Nous en déduisons l espae navigable. Pour ela, il faut estimer en temps réel la transformation rigide entre le repère de l image et elui du GPS. (a) (b) () Figure 5. Connaissant la topographie 3D de la route (a) et les oordonnées GPS du véhiule (b), les angles de la améra sont estimés et les points 3D projetés dans l image à l instant t ()

10 276 Projet DIVAS 3.2. Transformation rigide du repère améra au repère sène L hypothèse monde plan faite en setion 2.2 ne suffit plus. De façon à projeter un point P dans le plan image, nous devons introduire trois repères, illustrés sur la figure 6. Figure 6. Le véhiule est équipé d une améra (25 Hz) et d un GPS-RTK (préision entimétrique, 2 Hz). La topographie de la route est éhantillonné par des points 3D (points jaunes) Le repère monde est noté R = OX Y Z P = x, y, z. sont notées ( P P P) : les oordonnées de P dans e repère Le repère assoié au GPS est noté R = OXYZ où O GPS g g g g g désigne le entre du GPS. X g est dans l axe du véhiule. Y g est orthogonal à l axe du véhiule et Z g est orthonormal au plan assoié à la aisse du véhiule. Les axes de RGPS liés au véhiule si bien que OXY n est pas néessairement assoié au plan du g g g repère monde, de même que Z g n est pas néessairement vertial. La sortie du apteur GPS est le veteur de oordonnées O ( x, y, z g gps gps gps ) e repère GPS, P = (,, ) g x g y g z. P P P sont = dans R. Dans Le repère améra R = OXYZ est lié à la amera. X est l axe de la am améra, ( OXY g g g ). Y est parallèle à l axe Y, et le plan ( OXZ) GPS est parallèle au plan

11 La mesure et la modélisation des états météorologiques 277 Les oordonnées de P dans le repère image sont P (,, ) x y z P P P =. Nous avons hoisi un modèle de projetion perspetive à trou d épingle pour la amera. Le plan image y est référené par deux oordonnées ( uv, ) où (,) désigne le oin en haut à gauhe de l image. La projetion du entre de la améra u, v, les oordonnées de la projetion de P sont : dans l image étant notée ( ) u v P P = u α u = v α v yp xp zp xp [15] où f, α = f t et α = f t sont les paramètres intrinsèques de la améra. Nous u pu v pv utilisons une améra de foale 3,5 mm en mode ¼ PAL, où la taille des pixels est tpu = 4,37μm et t = 8, 33μm. Enfin, la améra possède un tangage θ par défaut pv par rapport à l horizontale (rotation autour de l axe Y g ). La transformation rigide entre R et R omprend également la translation de O à GPS am g O. g g x osθ sinθ x x P P g g y = 1 y y P P g g z sinθ osθ z z P P tangage améra [16] Dans nos expérimentations, l angle de tangage est fixé à 7,4 et le entre de la améra a pour oordonnées en mètres ( ) g x, g y, g z = ( 1,5,,1,,25). La transformation entre le repère du GPS et le monde est quant à elle omposée de trois rotations et d une translation. Si à l instant t, la position du véhiule exprimée dans le repère R est O = ( x, y, z g gps gps gps ), alors les oordonnées d un point P dans le repère GPS sont : g x 1 os sin os sin P θ θ ψ ψ x x P gps g y = osφ sin φ 1 sinψ osψ y y P P gps g z sin φ osφ sinθ osθ 1 z z P P gps dévers+roulis pente+tangage laet [17]

12 278 Projet DIVAS 3.3. Estimation des paramètres de projetion Estimation du laet du véhiule La trajetoire du véhiule à l instant t peut être alulée à partir des données GPS. Cependant, la fréquene de la améra (25 img/s) et la fréquene du GPS (en moyenne 2 Hz) sont différentes ave un déalage variable. Par onséquent, il arrive que la même position GPS soit affetée à deux ou trois images onséutives, où inversement que plusieurs positions GPS soient aquises entre deux images. En utilisant l horodatage des images et des trames GPS, il est possible d interpoler linéairement les données GPS. Ce sont les points bleus de la figure 7. Nous projetons ensuite N = 15 points sur le plan horizontal de R pour estimer l angle de laet au premier ordre. En outre, pour filtrer le bruit des mesures GPS, un polynôme du seond degré est ajusté sur le sous-ensemble de points F = ( x ( k), y ( k)), k k N + 1, k. Cet ensemble est représenté par { [ ] } k gps gps des erles bleu bordés de rouge sur la figure 7. (, ) du point moyen de F k. Si le 2 ( ) ( ) x y désigne les oordonnées meilleur polynôme a pour équation yx ( ) y= a x x + b x x +, alors le laet estimé à l instant t s exprime par : ( ( gps ) ) ψ ( k ) = tan 2 a x ( k ) x + b [18] 1 (a) (b) () Figure 7. (a) Vue d ensemble de l estimation du laet : un ensemble de points GPS sont stokés et définissent la trae du véhiule ; (b) un sous-ensemble est ajusté par un polynôme du seond degré ; () le laet est estimé en dérivant e polynôme au premier ordre

13 La mesure et la modélisation des états météorologiques Estimation de la pente de la route et du dévers Les définitions de l angle de dévers Φ et du tangage θ sont illustrées sur les figures 8(a) et (b). (a) (b) () (d) Figure 8. (a) L angle de roulis Φ; (b) l angle de tangage θ ; () la arte est omposée de bandes. Chaque bande est faite de 6 sommets (erles jaunes) et de 4 triangles. (d) Φ et θ sont alulés à partir du veteur normal n Dans e qui suit, nous estimons es deux angles à partir de la artographie. Les points de la arte sont dessinés en jaune sur la figure 8. Supposons que la position GPS du véhiule soit au-dessus du triangle AB B où B et B sont deux points 1 1 onséutifs sur la même ligne. Nous pouvons aluler un veteur normal au triangle AB B omme le produit vetoriel suivant n = B B B A. Appelons B 1 1 xy la projetion orthogonale de BB sur le plan horizontal de R : 1 et T B = x x, y y, xy B B B B 1 1 [19] np la projetion orthogonale de n sur le plan vertial ( OZ, xy ) B ontenant le segment BB. L axe OZ est dirigé selon le veteur unitaire k.comme ela est 1 montré dans la figure 8(d), les angles Φ et θ sont respetivement les angles orientés

14 28 Projet DIVAS ( n, n ) et (, ) p p tangage dans le repère R : k n. De fait, nous pouvons aluler les angles de dévers et de ( ) ( ) n B k n B / B 1 xy 1 xy xy Φ= sin θ = tan n B nk xy A partir des angles Ψ, Φ et θ, nous pouvons projeter les points 3D de la artographie dans le repère image. [2] 3.4. Résultats expérimentaux Nous avons aquis des données ouplant images et GPS-RTK (préision entimétrique) sur la piste du LIVIC (figure 9) par onditions météos dégradées (brouillard et neige au sol) dont une artographie préise des marquages est disponible. Nous illustrons nos résultats sur quelques points labellisés de A à L que l on retrouve les images de la figure 1. On peut voir que la projetion des données artographiques est orretement réalisée. En revanhe, quand la dynamique du véhiule est trop importante (i.e. en virages) ou que le véhiule glisse, la projetion est moins bonne. Un realage entre les points de artographie et la détetion des marquages dans l image apparaît néessaire pour affiner les résultats. Figure 9. Pistes de Satory et parours test effetué (A à L) 4. Conlusion et perspetives Par onditions de visibilité atmosphérique réduite, l estimation de la distane de visibilité permet de proposer au onduteur une vitesse adaptée. C est en partie

15 La mesure et la modélisation des états météorologiques 281 l objet du projet DIVAS. Cependant, le onduteur peut avoir également perdu le sens de l orientation et ne plus savoir où se trouve la route. L estimation de la distane de visibilité météorologique permet de le faire simplement en restaurant le ontraste de l image selon une hypothèse de monde plan. Dans e as, les objets qui ne respetent pas ette hypothèse, est-à-dire les obstales, sont détetés e qui permet d en déduire aisément l espae navigable. Cette méthode est peu oûteuse d un point de vue alulatoire mais repose sur une hypothèse, le monde plan, pas toujours vraie ainsi que sur un modèle d apparene des objets par temps de brouillard, la loi de Koshmieder, pas néessairement vérifié. Une deuxième approhe onsiste à utiliser la desription géométrique de l infrastruture présente sur un serveur opérationnel. Etant positionné préisément sur ette arte, nous estimons en temps réel la transformation entre le repère améra et le repère GPS. Nous pouvons ainsi projeter l espae navigable dans l image aquise par la améra du véhiule. Dans ette deuxième méthode, auune hypothèse sur la géométrie ou la photométrie de la sène n est faite. En revanhe, la loalisation du véhiule doit être préise. Enfin, la dynamique du véhiule doit être prise en ompte, en partiulier le roulis et le tangage lors des aélérations. Pour ompenser ela, nous pensons effetuer un realage entre les points de artographie et les marquages détetés dans l image pour affiner les résultats. Figure 1. Projetion des marquages routiers dans l image sur la portion de la piste de Satory allant de A à L

16 282 Projet DIVAS 5. Référenes Commission Internationale de l Elairage, «International lighting voabulary», Publiation numéro 17.4, Hautière N., Tarel J.-P., Aubert D., «Towards fog-free in-vehile vision systems through ontrast restoration», Proeedings of IEEE Conferene on Computer Vision and Pattern Reognition, Minneapolis, USA, juin 27. Hautière N., Tarel J.-P., Lavenant J., Aubert D., «Automati Fog Detetion and Estimation of Visibility Distane through use of an Onboard Camera», Mahine Vision and Appliations Journal, vol. 17, n 1, 26, p 8-2. Middleton W., Vision through the atmosphere, University of Toronto Press, Tarel J.-P., Aubert D., Guihard F., «Traking Oluded Lane-Markings for Lateral Vehile Guidane», Reent Advanes in Signal Proessing and Communiations, World Sientifi and Engineering Soiety Press, 1999.

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère UTBM PS1 / Examen Final P8 Pour tenir ompte de la longueur de l'énoné, le total des points possibles est 33, mais la note finale sera ramenée à une note sur points Exerie 1: Câble oaxial et Théorème d'ampère

Plus en détail

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile Sébastien Plane o ite this version: Sébastien Plane. stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile. Automatique obotique.

Plus en détail

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Chapitre 3 Les propriétés des ondes

Chapitre 3 Les propriétés des ondes ENIÈE IMPESSION LE 1 er août 2013 à 16:36 Chapitre 3 Les propriétés des ondes Table des matières 1 La diffration des ondes 2 2 Les interférenes 3 3 Effet oppler 4 PAUL MILAN 1 PHYSIQUE-CHIMIE. TEMINALE

Plus en détail

Exercice A : Effet Hall

Exercice A : Effet Hall Université Paris-Diderot - Paris 7 Année 2008-2009 L2-51 EM 4 Eletromagnétisme Corrigé de l examen (deuxième session) du jeudi 25 juin 2009 Exerie A : Effet Hall x z B 0 v a O b y Figure 1: Corrigé 1)

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

Mines Ponts, Physique 1 MP

Mines Ponts, Physique 1 MP Mines Ponts, Physique 1 MP Satellites de téléommuniation Conours 7 1 Satellites sur orbite irulaire 1. La relation fondamentale de la dynamique en mouvement uniforme sur une orbite irulaire impose G M

Plus en détail

Manuel d instructions

Manuel d instructions LOGICIEL DE CRÉATION DE BRODERIES Manuel d instrutions Visitez notre site http://solutions.brother.om pour obtenir les oordonnées du servie après-vente et onsulter la Foire aux questions (FAQ). RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel 43 Chapitre VII Moléules onjuguées Méthode de Hükel. Liaisons, liaisons et onjugaison.. Liaisons et orbitales et ous avons défini au hapitre IV les liaisons omme résultant de la formation d une orbitale

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE Exemples 4B Caluls de résistane au feu Fihier : L4B-5.do OBJECTIF Familiariser le onepteur à des méthodes simples de alul de résistane au feu et d'épaisseur

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength onsolidation sous vide (-S) C Building worldwide on our strength onsolidation sous vide La onsolidation de terrains sous vide a été introduite dès 1952 par W. Kjellman, l inventeur du drain vertial préfabriqué.

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation athématiques 6 e Livret de orrigés Rédation : laudine lbin-vuarand Niole antelou arie-jo Quéffele arie-frane Lefèvre ar Le rozler oordination : Jean-enis Poignet, responsable de formation e ours est la

Plus en détail

TP 6: Effet Doppler - Correction

TP 6: Effet Doppler - Correction TP 6: Effet Doppler - Corretion Objetifs : Mettre en œuvre une démarhe expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l'effet Doppler Exploiter l'expression du déalage Doppler de la fréquene dans

Plus en détail

Amélioration de liens entre acceptions par fonctions lexicales vectorielles symétriques

Amélioration de liens entre acceptions par fonctions lexicales vectorielles symétriques TALN 2003, Batz-sur-Mer, 11 14 juin 2003 Amélioration de liens entre aeptions par fontions lexiales vetorielles symétriques Didier Shwab, Mathieu Lafourade et Violaine Prine LIRMM Laboratoire d informatique,

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme Enseignant A. Direr Liene 2, 1er semestre 2008-9 Cours de maroéonomie suite Partie 6 : Les flutuations éonomiques à ourt-terme Observons le graphique montrant la prodution industrielle des EU entre 1960

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage Eole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne Rapport de Stage Deuxième Année de Formation

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent SÉANCE 6 Création de schémas 6.1 Présentation du logiciel «Draw» est un logiciel de dessin vectoriel et de PAO (Publication Assistée par Ordinateur). Avec ce logiciel, il vous est possible de créer divers

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle CARRE Julien PIERNOT Jérôme Rapport IN52 Sujet : Résolution d un puzzle Responsable : M. Ruicheck Y. Automne 2007 1 SOMMAIRE INTRODUCTION...3 I. Description et approche du sujet...4 1. Description 2. Outils

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE. Banc d essais de machines tournantes Acquisition de données

4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE. Banc d essais de machines tournantes Acquisition de données 4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE Ban d essais de mahines tournantes Aquisition de données pour ban d'essais de mahines tournantes Rapproher l'enseignement tehnique des réalités industrielles a toujours

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

A. Déterminant d une matrice carrée

A. Déterminant d une matrice carrée IUT ORSAY Mesures Physiques Déterminants Initiation à la diagonalisation de matrice Cours du ème Semestre A Déterminant d une matrice carrée A-I Définitions élémentaires Si A est la matrice ( a ) on appelle

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE 3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE. DEFINITIONS Un trinôme du seond degré est une fontion de la forme trois réels donnés ave a a + + a où a, et sont Résoudre l'équation a + + = ( ave a ), 'est trouver

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur Équations différentielles et systèmes dynamiques M. Jean-Christophe Yooz, membre de l'institut (Aadémie des Sienes), professeur La leçon inaugurale de la haire a eu lieu le 28 avril 1997. Le ours a ensuite

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l euroode E U R O C O D E Guide d appliation Jean Roux Afin d harmoniser les règles de oneption des strutures en béton entre les états membres de l Union européenne, les règles de alul ont

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Animation d un robot

Animation d un robot nimation d un robot IFT3355 : Infographie - TP #1 Jérémie Dumas Baptiste De La Robertie 3 février 2010 Université de Montréal Table des matières Introduction au problème 2 1 Transformations 2 1.1 Passage

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE Active Contours without Edges for Vector-Valued Images Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Page 1 sur 14 Abstract Pour ce projet, nous implémentons un algorithme de

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

Université Paris-Sud Orsay L2 S3 PMCP CORDE VIBRANTE & ACOUSTIQUE J.-J. LABARTHE

Université Paris-Sud Orsay L2 S3 PMCP CORDE VIBRANTE & ACOUSTIQUE J.-J. LABARTHE Université Paris-Sud Orsay L2 S3 PMCP CORDE VIBRANTE & ACOUSTIQUE J.-J. LABARTHE CORDE VIBRANTE & ACOUSTIQUE Mise à jour de e ours sur le site http://www.deugs3smr.u-psud.fr/deugs3smr Début de rédation

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

CONSTRUCTION ET UTILISATION DES DIAGRAMMES POTENTIEL-pH

CONSTRUCTION ET UTILISATION DES DIAGRAMMES POTENTIEL-pH JL 05-06 PC CHAPITR I6 CONSTRUCTION T UTILISATION DS DIAGRAMMS POTNTIL- Le but de e hapitre est de proposer la mise en plae de l outil thermodynamique permettant de prévoir le sens des réations életrohimiques,

Plus en détail

Guide raccordement. Installation locale de l'imprimante (Windows) Qu'est-ce que l'impression locale?

Guide raccordement. Installation locale de l'imprimante (Windows) Qu'est-ce que l'impression locale? Guide raordement Page 1 sur 6 Guide raordement Installation loale de l'imprimante (Windows) Remarque : si le CD Logiiel et doumentation ne prend pas en harge le système d'exploitation, vous devez utiliser

Plus en détail

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction EXERCICE 1 : TAUX D ÉVOLUTION 5 points Le tableau ci-dessous présente le nombre de voitures neuves vendues en France en 1980,

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

UNIVERSITE D ANGERS FACULTE DES SCIENCES PROJET DE FIN D ANNEE

UNIVERSITE D ANGERS FACULTE DES SCIENCES PROJET DE FIN D ANNEE ANGERS UNIVERSITE D ANGERS FACULTE DES SCIENCES PROJET DE FIN D ANNEE Liene de physique et Appliations Laurent DE RYCK Loï LE GUYADER Anémométrie Laser Doppler Soutenu le 2 juillet 2001 Responsable de

Plus en détail

Une maniabilité inégalée pour une maîtrise parfaite

Une maniabilité inégalée pour une maîtrise parfaite Frontau életriques' 3 et 4 roues gonflables sur pneus pleins souples 48 volts De 1,3 à 2 tonnes Une maniabilité inégalée pour une maîtrise parfaite FB13PNT FB15PNT FB16CPNT FB16PNT FB18CPNT FB18PNT FB2PNT

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Optimisation linéaire

Optimisation linéaire Optimisation linéaire Recherche opérationnelle GC-SIE Algorithme du simplexe Phase I 1 Introduction Algorithme du simplexe : Soit x 0 une solution de base admissible Comment déterminer x 0? Comment déterminer

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

Optique géométrique (CCP 2007 MP)

Optique géométrique (CCP 2007 MP) MP Physique-himie. Devoir en temps libre DL n 6- : orrigé Optique géométrique (CCP 7 MP) I. DEFINITIONS. Systèmes optiques a. Qu appelle-t-on système optique entré? Un système entré est un système présentant

Plus en détail

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1 Le magazine Shneider Eletri de l'enseignement tehnologique et professionnel Mai 005 p. Historique p. La ommande vetorielle des moteurs asynhrones p.3 La ommande vetorielle dans les appliations industrielles

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material Quadrature n 74 (009) 10 Online Material E. Brugallé, Online Material Un peu de géométrie tropicale Solutions des exercices Erwan Brugallé Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, 175 rue du Chevaleret,

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 1. Œil, lentilles minces et images. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 1. Œil, lentilles minces et images. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono!. Mots manquants a. transparents ; rétine b. le centre optique c. à l'axe optique d. le foyer objet e. OF ' f. l'ensemble des milieux transparents; la

Plus en détail