CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITES"

Transcription

1 - - CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITES Réaliser des clisns intérieures éclgiques participant au cnfrt thermique, hygrmétrique et acustique des espaces habités. PRINCIPES DEMARCHE Les clisns intérieures d un bâtiment, qu elles sient lurdes u légères, divent répndre à une série d exigences : Exigences techniques : Assurer le cnfrt acustique. Intégrer les passages de techniques spéciales (chauffage, eau, électricité) et faciliter les interventins sur celles-ci. Répndre aux nrmes de prtectin incendie. Régulariser la température par une inertie thermique à l intérieur de la zne chauffée. Permettre l évlutivité du bâtiment au niveau des espaces, des technlgies et de l apparence. Exigences envirnnementales : Assurer que les matériaux de finitin cntribuent à maintenir une saine qualité d air intérieur Recycler les matériaux en fin de vie Cncevir des clisns participant à la régulatin du climat intérieur Emplyer des matériaux dnt la prductin et la mise en euvre est peu u pas dmmageable pur l envirnnement. Cette fiche apprte les éléments nécessaires à la prise en cmpte de ces aspects dans le chix des techniques cnstructives des clisns intérieures. Elle est, sur de nmbreux pints, cmplétée par les fiches MAT02 et MAT06 qui traitent respectivement des chix liés au grs œuvre (la préfabricatin et le démntage entre autres) et aux matériaux de revêtement intérieurs (impact sur la santé, impact envirnnemental). Par ailleurs, les recmmandatins plus spécifiques pur élabrer une stratégie acustique cmplète des murs intérieurs se truvent dans les fiches CSS05 et MAT11. Enfin, la fiche MAT13 explique cmment prendre en cmpte l évlutin du bâtiment en intégrant des cnsidératins sur le cycle de vie de l ensemble et de ses cmpsantes. Cette fiche-ci ffre une synthèse des cnsidératins climatiques, techniques, acustiques et envirnnementales des clisns intérieures. La démarche s effectue en deux temps : 1. Le chix du type de cnstructin ( massive u ssature ) PAGE 1 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS DEC. 2007

2 2. L adptin de mesures envirnnementales liées au type de cnstructin (mesures favrisant l inertie thermique, la régulatin de l hygrmétrie, l islatin acustique et le recyclage). OBJECTIFS A ATTEINDRE Minimum : Pur les clisns légères, utiliser si pssible les ssatures en bis plutôt qu en acier, et privilégier le bis eurpéen labellisé FSC u PEFC. Pur les clisns massives, prfiter de la masse déjà présente pur amélirer l inertie thermique du climat intérieur en emplyant des finitins qui maintiennent l accessibilité calrifique à la masse. Cnseillé : Favriser, par le chix des matériaux, la participatin des clisns intérieures au cnfrt thermique, hygrmétrique et acustique des espaces habités. Utiliser des matériaux et techniques qui permettent une gestin éclgique des clisns pendant tut le cycle de vie. (clisns amvibles, assemblages réversibles, matériaux bidégradables u entièrement recyclables) Optimum : Cncevir des clisns intérieures qui régularisent l humidité, stabilisent la température et assurent le cnfrt acustique des espaces habités. Cncevir des assemblages de façn à ce qu il sit pssible de remplacer des matériaux u d accéder aux techniques et aux cnduites sans démlir indûment. Intégrer une réflexin sur l évlutivité des clisns intérieures par l anticipatin des changements et leur recyclabilité future. ELEMENTS DE CHOIX ASPECTS TECHNIQUES > Chisir le type cnstructif (massif u ssature) Ce chix est d abrd tributaire des exigences techniques auxquelles la pari dit répndre : Exigences techniques Clisn massive Clisn à ssature Légèreté (capacité prtante des planchers) Prtectin incendie Inertie thermique Flexibilité Facilité d intégratin des techniques Cûts de mise en euvre Islatin acustique PAGE 2 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

3 > Matériaux de cnstructin massive Blcs de bétn lurds Le bétn traditinnel est un matériau massif cmpsé de sable, d eau et d un réactif, le ciment (7 à 15% du cntenu). Les nuisances envirnnementales du bétn prviennent essentiellement du prcédé de fabricatin de la pudre de ciment qui dégage des plluants ncifs (anhydrides sulfureux, dixyde d azte et d imprtants rejets de CO2). Cette pllutin diminue lrsque la pudre de ciment de type Prtland est partiellement remplacée par du laitier de haut furneau u de la cendre vlante. Les cncassés de bétn snt également recyclables lrs d une éventuelle démlitin. Surce image : Blcs de plâtre La fabricatin de la pudre de plâtre demande également beaucup d énergie. Les blcs de plâtre résistent très bien au feu mais craignent l eau. Ils nt l avantage d une mise en euvre rapide par embîtement de mdules de grande taille. Exemples : Prmnta, Knauf, etc. Surce image : Briques creuses en Terre cuite La brique d argile cuite pssède une grande masse et une excellente durée de vie. Les cavités cntribuent à la légèreté et aux perfrmances thermiques des briques. Cependant, du fait de sa masse supérieure, les briques pleines islernt mieux du bruit que les briques alvélées pur une même épaisseur. Le principal impact envirnnemental des briques prvient de leur cuissn à haute température. En utre, certains fabricants utilisent des micrbilles de plystyrène pur en favriser la prsité, ce qui est surce de pllutin de l air. Les fabricants utilisant des matières cellulsiques snt préférables à cet égard. Exemples : Prtherm, Surce image : blcs de bétn cellulaire Le bétn cellulaire est cnstitué de ciment de sable, d eau et d air qui frment un prduit minéral slide aux caractéristiques d un islant. Le prcédé de fabricatin demande beaucup d énergie lrs de la cuissn des blcs. Du fait de sa légèreté, de sa facilité de décupe et des embîtements, ce matériau est très facile à mettre en euvre. Exemple blc Ytng Surce image : blcs en silic-calcaires Les blcs en silic-calcaire se cmpsent de sable, d eau et de chaux. C est un matériau de maçnnerie parmi les mins cnsmmateur d énergie pur sa fabricatin car il n est pas cuit mais étuvé. Les blcs snt très résistants et lurds. La pse s effectue par cllage. Exemple blc Silka Surce image : PAGE 3 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

4 blcs de billes d argile expansé Ce matériau est cmpsé de billes d'argile expansé et/u de billes de verre expansé. Les blcs ne subissent aucune adjnctin chimique. D rigine minérale, ils snt très résistants et insensibles à l eau au gel u au feu tut en permettant une pse et décupe facile. Les cavités juent davantage un rôle thermique qu acustique, la li de masse prévalant. Exemple : Argex Surce image : www. dmus-materiaux.fr Briques de terre cmprimée crue Ces briques sèches en argile snt prduites par la cmpressin de terre crue parfis additinnée de chanvre u liège mélangée à un liant, suvent de la chaux. La pse est simple et le décupage facile à l aide de scies cnventinnelles. Les briques de terre cmprimée crue peuvent être emplyées de façn autnmes, telle une maçnnerie, en pari nn-prteuse. Matériaux massifs Résistance à la cmpressin ( N / mm2 ) Résistance au feu ( Rf en heures) Energie Grise* ( kwh / m 2 ) Gestin du matériau en fin de vie Blcs bétn lurd (9cm) 4 à Recyclé sus frme de cncassés Blcs de plâtre (10cm) Blcs terre cuite (9cm) Blcs bétn cellulaire (9cm) Blc silic-calcaire (9cm) Blcs de billes d argile expansée (9cm) Brique de terre cmprimée (10cm) Recyclable mais nn recyclé sur le marché belge des déchets de cnstructin. 10 à Recyclé sus frme de cncassés. 2 à 5 1, à Recyclable par le fabricant mais nn recyclé sur le marché des déchets de cnstructin. Recyclable sus frme de cncassés mais peu recyclé sur le marché belge des déchets de cnstructin. 2 à Recyclé sus frme de cncassés. faible nd 7 Cmpstable * Quantité d énergie estimée nécessaire depuis l extractin de la matière première jusqu à l éliminatin du matériau prduit. Valeur indicative. Surce NIBE PAGE 4 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

5 > Matériaux d ssature Bis d euvre Prfilés métalliques Ses qualités envirnnementales multiples nt fait du bis un matériau de premier plan en éc-cnstructin. Généré par le sleil, l eau et naturellement bidégradable, le bis est sain pur l envirnnement intérieur de l habitat. Il faut cependant prter attentin à tris aspects puvant nuire à sa valeur envirnnementale : sn rigine, sn traitement et la gestin des frêts. Dans un suci de limiter les dépenses énergétiques liées au transprt de lngue distance, n favrisera les bis indigènes (Belgique et pays visins ) aux bis extiques imprtés d utre-mer. Quant au traitement, le bis d euvre de type résineux cmmunément utilisés pur la cnstructin des ssatures de clisns intérieures n en a tut simplement pas besin. Les risques de misissure snt dans ce cas attribuables à l expsitin à l eau avant le parachèvement u à des infiltratins nn suivies de réparatins. La prtectin sus abri du bis de chantier est très imprtante car le bis d euvre dit psséder un taux d humidité inférieur à 20 % avant l installatin. Si cela est respecté, les clisns intérieures en bis aurnt une durée de vie illimitée. Pur s assurer d une éthique envirnnementale à l extractin du bis, n peut chisir un bis dispsant d un label ffrant des garanties cncernant la gestin équilibrée des frêts (aspect éclgique et scial). Les principaux labels snt FSC (Frest Stewardship Cuncil) et PEFC (Prgrammne fr the Endrsement f Frest Certificatin). Vir fiche MAT08 «Chisir un bis en fnctin de sn rigine et de sa mise en euvre» L ssature métallique est faite de prfilés légers en acier. Les mntants métalliques eux-mêmes snt écnmes en matières du fait de leur prfilage mais l acier demeure un des matériaux dnt la fabricatin est la plus énergivre. Même si l acier est récupérable en fin de vie, la valrisatin des déchets et des chutes n est pas aussi facile qu avec le bis. Matériaux d ssature (mntants de 75 mm) Régulatin de l humidité Incmbustibilité Perfrmance acustique* Energie Grise ( kwh / m 2 ) Gestin du matériau en fin de vie Bis d euvre lcal Oui Nn 1 à 15 Réutilisable cmme matière u cmbustible Prfilés métalliques Nn Oui 220 Recyclé, refnte de l acier *Surce : CSTC Antenne Nrmes. Cmparaisn de deux clisns identiques utilisant des matériaux d ssature différents, la clisn en prfilés métalliques isle significativement mieux cntre le bruit. PAGE 5 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

6 > Matériaux de parachèvement Plaques en cartn-plâtre Curamment appelé panneau de Gypse, ce matériau est le plus utilisé en cnstructin intérieure. Il s agit de gypse slidarisé entre deux cuches de cartn. En raisn des additifs et de sa cmpsitin, c est un matériau qui respire peu et résiste mal à l humidité, sauf dans le cas de plaques spéciales en ciment et sable. Le gypse garantit par cntre une bnne résistance au feu. Exemple : Gyprc Surce image : Plaques en fibr-plâtre Il s agit d une plaque de gypse (80 %) renfrcé par des fibres de cellulse tiré du papier recyclé (20%). Elles snt purvues d une grande rigidité et pssèdent de meilleures perfrmances acustiques que les plaques de cartn-plâtre cnventinnelles. Tutes deux demandent cependant beaucup d énergie de fabricatin. Exemple : Fermacell Surce image : Plaques de fibres de bis haute densité Panneaux en fibre de bis de frte densité liés par des résines naturelles et / u synthétiques ( latex). Leur fabricatin récupère les déchets de l industrie du bis. Ces plaques cmprtent une grande rigidité, mais résistent mins bien à l humidité. La cmpsitin du liant est le pint envirnnemental à surveiller pur ce type de panneaux. ( cmme pur les panneaux agglmérés de bis ) On favrisera les liants à résine naturelle (lignine, amidn, parafine) u à la magnésie, tus exempts de frmaldéhydes nuisibles à la santé. Exemple : Celit 3D 4D, Gutex, Steic, PXD Surce image : Plaques en terre Panneau en terre et argile sèche armé de fibres végétales et slidarisé entre deux tiles de jute. Ce matériau résiste au feu et permet de réguler l humidité de l air. Il s utilise avec des enduits à la chaux u à l argile et peut être fixé mécaniquement sur tut supprt. Exemple : Panneaux Claytec Surce image : Matériaux de parachèvement Régulatin de l humidité Résistance au feu Ecbilan (classement NIBE) Gestin du matériau en fin de vie Plaques en cartn plâtre Nn Oui Plaques en fibr-plâtre Nn Oui Recyclable mais nn recyclé sur le marché belge des déchets de cnstructin. Recyclable par le fabricant mais très peu recyclé. Plaques en fibres de bis Oui Nn Réutilisable cmme matière u PAGE 6 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

7 Matériaux de parachèvement Régulatin de l humidité Résistance au feu Ecbilan (classement NIBE) Gestin du matériau en fin de vie cmbustible Plaques en terre Oui Oui Cmpstable > Matériaux d islatin acustique ( vir fiche MAT11 Matériaux d islatin acustique ) > Matériaux de finitin ( vir fiche MAT06 Revêtements de murs et plafnds ) ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX > Principes de régulatin hygrmétrique Pur augmenter le rôle des clisns intérieures dans la régulatin du taux d humidité ambiant n interviendra par : Des matériaux à taux d humidité variable Les matériaux rganiques cmme le bis, le liège et la laine nt la capacité d absrber l humidité de l air et favrisent l équilibre hygrmétrique. L argile, est aussi un excellent régulateur d humidité tandis que les matériaux inertes (pierre, brique) u synthétiques (vinyle, latex) n en snt pas. La prsité des surfaces Pur réaliser cet échange entre l air et le matériau, l humidité dit puvir pénétrer la matière. Sa surface sera preuse et nn-étanchéifiée par des recuvrements synthétiques. > Principes de l inertie thermique Les clisns intérieures peuvent juer un rôle d inertie thermique en emmagasinant la chaleur de l air lrs de surchauffes et en libérant par la suite cette énergie lrsque les températures chutent. Ceci amélire grandement le cnfrt des espaces en été cmme en hiver par le nivellement des pics de température. Vir si besin les fiches «ENE08 Assurer une grande inertie thermique» et «ENE03 Dévelpper une stratégie du frid» Présence de masse Les matériaux lurds à haute densité cmme le bétn, la brique u la terre snt des grands accumulateurs d énergie. Les chapes en bétn, les structures prteuses et murs massifs apprtent une grande quantité de masse. Accessibilité de la masse L expsitin est essentielle pur que la masse échange sn énergie avec l air. Ainsi, les matériaux de revêtement et de finitin divent assurer le cntact et la cnductin de l énergie entre cette masse et l espace ccupé. L emplacement Une inertie imprtante n est pas cnseillée dans tut type de lcal, entre autres les lcaux peu ccupés u uniquement ccupés pendant la nuit, cmme une chambre d adulte. Par cntre elle augmentera le cnfrt dans les pièces frtement ccupées le jur u celles à frts apprts énergétiques internes et d ensleillement. > Principes de l islatin acustique PAGE 7 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

8 Quatre stratégies permettent d amélirer le rôle acustique des paris : Vir si besin la fiche «CSS05 Assurer le cnfrt acustique». Créer de la masse Principe cnnu sus le nm de «li de masse». Plus un matériau est dense, plus il isle du bruit car mins les sns dans l air arrivent à le faire vibrer. Déphaser les ndes Chaque matériau, par ses prpriétés physiques et sa masse, absrbe une tranche sélective des ndes snres. En faisant varier l épaisseur et la densité vlumique des matériaux emplyés, l élément acustique sera beaucup mins cnducteur de sn. C est le principe Masse/Ressrt/Masse. Étanchéifier Cette stratégie est la plus imprtante d entre tutes. Une mauvaise étanchéificatin peut ruiner les effrts acustiques de tute une pari. Une très grande attentin est nécessaire afin de limiter les transmissins parasites en rebuchant les fissures, passages de gaines, jints et châssis. Il suffit de très peu. C est simple : là ù l'air passe, le bruit passe. Un bn islement acustique suppse nécessairement une bnne étanchéité à l'air, étanchéité qui ne dit pas s pérer aux dépens d une ventilatin saine des espaces. Déslidariser Afin d empêcher que le bruit se prpage par vibratin dans une structure, il faut s assurer de déslidariser les éléments. Ces cupures peuvent par exemple être réalisées à l aide de bandes résilientes au périmètre des clisns, par des jints de dilatatin et par des suspentes antivibratires. Les liaisns mécaniques rigides snt surce de prpagatin du bruit. > Principes d évlutivité Pur favriser la capacité des clisns intérieures à évluer facilement et éclgiquement, n appliquera les principes suivants : Vir si besin la fiche «MAT13 Prendre en cmpte le cycle de vie des bâtiments et de leurs cmpsantes». Anticiper les changements Répndre aux scénaris les plus plausibles de changements de l usage et leurs asscier des hypthèses de rénvatin efficaces. Cncevir des assemblages réversibles Cncevir des assemblages réversibles, de façn à ce qu il sit pssible de remplacer des matériaux u d accéder aux techniques et aux cnduites sans démlir indûment. Chisir des matériaux qui cmprtent une gestin éclgique en fin de vie Emplyer dans des assemblages réversibles, des matériaux recyclables u bidégradables. > Cmment favriser l écnmie de matériaux? Chisir un mde cnstructif en ssatures légères Récupérer les chutes de matériaux ASPECTS ECONOMIQUES > Avantage des clisns légères pur la mise en euvre Les clisns légères permettent des écnmies significatives de temps de mise en euvre. Ces gains de temps peuvent atteindre plusieurs semaines à l échelle d un prjet résidentiel et se traduire par des écnmies imprtantes sur la main d euvre et autres frais relatifs aux délais de réceptin. D autre part, il n y a pas de différence significative entre le cût des clisns à ssature de bis u celles à ssature métalliques. PAGE 8 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

9 > Cûts des matériaux massifs et mise en euvre Quant aux clisns massives, la variatin des cûts dépend du temps et de la technique de pse du matériau chisi. Matériaux massifs Cûts ( /m2) Htva, pse cmprise Type de pse Blcs bétn lurds Mrtier Blcs de plâtre Embîtement et ciment-clle Blcs terre cuite Embîtement et ciment-clle Blcs bétn cellulaire Embîtement et ciment-clle Blc silic-calcaire Embîtement et ciment-clle Blcs argile expansée Mrtier Brique de terre cmprimée Mrtier argile u chaux ASPECTS SOCIAUX ET CULTURELS > Manque de prfessinnels expérimentés aux techniques alternatives L industrie de la cnstructin pssède une grande inertie au changement. La mise en euvre de slutins telles que les murs en argile et les enduits à la chaux aérienne u tadelakts se butent parfis à l bstacle de l indispnibilité d une main d euvre qualifiée. À cet égard, le furnisseur u le fabricant peut dnner des références de prfessinnels cmpétents pur la pse de sn prduit. Dans tus les cas ù des slutins mins cmmunes snt appliquées, il est imprtant de bien s infrmer des prescriptins de mise en euvre dnnées par le fabricant. Elles permettrnt d exercer un suivi adéquat des travaux. ARBITRAGE Prpriété recherchée Idéal Exclu Réguler l hygrmétrie Matériaux perméables à l humidité Matériaux étanches à l humidité Amélirer l inertie thermique Isler cntre le bruit Cnstructin en matériaux lurds Cnstructin en matériaux lurds Finitin étanche à l air Remplissage en islant Finitin en matériaux islants Perméabilité à l air Favriser le recyclage Réversibilité des assemblages Matériaux nn-recyclables PAGE 9 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

10 DANS LA PRATIQUE Des mesures divent être prises aux différentes phases de dévelppement du prjet : LORS DE LA CONCEPTION > Mesures envirnnementales pur les clisns massives : Mesures favrisant la régulatin de l hygrmétrie Finitin perméable à la diffusin de la vapeur d eau. Ex : tadelakts, enduits et peintures à l argile u à la chaux. Vir fiche MAT06 : Revêtements de murs et plafnds Cnstruire en argile avec des briques de terre cmprimée crue Mesures favrisant l inertie thermique Finitin minérale. Ex : carrelage, tadelakts, enduits à la chaux, Densité du matériau massif. Ex : pur un même vlume, une brique de terre cuite accumulera plus de chaleur qu un blc de bétn cellulaire. Épaisseur du mur. Mesures favrisant l islatin acustique Bande résiliente au périmètre pur déslidariser la pari du reste du bâtiment. Plafnnage. ( favrise l étanchéité ) Densité du matériau massif. Dublage du mur, dans le cas ù une efficacité acustique supérieure est désirée. Épaisseur du mur. Épaisseur de l espace entre le dublage. PAGE 10 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

11 Mesures favrisant la démntabilité en vue du recyclage Utiliser des blcs à meilleur ptentiel de recyclage ( brique creuse en terre cuite, blcs de bétn lurds, brique de terre cmprimée ) > Mesures envirnnementales pur les clisns à ssature : Mesures favrisant la régulatin de l hygrmétrie Plaques preuses, perméable à la diffusin de la vapeur d eau. Ex : plaques en fibres de bis traités naturellement, plaques de terre. Finitin perméable à la diffusin de la vapeur d eau. Ex : bis traités naturellement, tadelakts, enduits chaux-chanvre, Vir fiche MAT06 : Revêtements de murs et plafnds Utiliser une ssature en bis Dans le cas ù une islatin acustique est insérée, chisir un matériau d islatin d rigine rganique. Ex : Cellulse, laines de bis, de chanvre, de mutn et de plume. Vir fiche MAT11-Matériaux d islatin acustique Mesures favrisant l inertie thermique Remplissage avec des briques de terre cmprimée crue et finitin en argile PAGE 11 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

12 Mesures favrisant l islatin acustique Bande résiliente au périmètre pur déslidariser la pari du reste du bâtiment. Densité et épaisseur des plaques. Ex : le dublage de plaques de plâtre augmentera la masse et ainsi l islatin acustique. Isler et décaler les interrupteurs et prises. Meilleures perfrmances avec prfilés métalliques u prfilés bis spéciaux suples. Ajut d une islatin en vrac u en laine. Ex : Cellulse en vrac, laine de chanvre, laine de mutn, etc. Dublage du mur, dans le cas ù une efficacité acustique supérieure est désirée. Jint d étanchéité au périmètre. Mesures favrisant la démntabilité en vue du recyclage Éléments vissés plutôt que clués u cllés PAGE 12 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

13 > Cmment cnstruire des clisns intérieures en terre Technique pur des clisns nn-prteuses Pari massive en argile utilisant les briques de terre cmprimée. Cette technique a l avantage d une grande simplicité. Briques denses en terre cmprimée crue maçnnées à l argile. Que ce sit par un enduit à la chaux u une peinture à l argile, il est imprtant de préserver la dynamique du mur en terre par un parachèvement qui respire lui aussi. Technique pur des clisns prteuses Dans le cas ù n désire cnstruire une clisn prteuse en terre, une méthde simple d y parvenir est d utiliser une ssature prteuse en bis subséquemment remplie puis parachevée en terre. Ossature en bis Briques légères de terre cmprimée crue maçnnées à l argile. 1. Enduit à la chaux u une peinture à l argile (enduits qui respirent) appliquées en plusieurs cuches directement sur les blcs et le bis. Une trame aidera à la chérence des jints. OU 2. Panneau de terre (argile + fibres) vissé sur le bis et recuvert d un enduit à l argile u à la chaux Techniques de pse humide SUIVI ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX Il existe d autres méthdes plus artisanales (adbe, pisé, bauge) ù la terre est façnnée humide puis séchée sur place u pré-séchée dans des mules. Ces techniques demandent du temps et snt réservées à ceux qui pssèdent un certain désir d expérimenter la matière. Les principales difficultés étant : La cmpsitin adéquate du mélange La préparatin du mélange avant la pse Le temps de pse et de séchage > Utiliser le bis d euvre d une façn saine et éclgique Vérifier la certificatin du bis labellisé FSC / PEFC S assurer que le bis d euvre est abrité sur le chantier Exiger et vérifier sur chantier que le bis utilisé pssède une humidité inférieure à 20% pur éviter les attaques de champignns. > Favriser l utilisatin de fixatins mécaniques ( dissciatin des éléments ) On favrisera également les finitins fixées mécaniquement (lambris, panneaux). PAGE 13 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

14 Une maçnnerie cllée u jintyée est difficilement démntable, tandis qu une ssature autrise thériquement la récupératin de chaque pièce. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES AUTRES ELEMENTS A GARDER A L ESPRIT Autres fiches liées au chix des clisns : MAT02 Grs œuvre: chisir des techniques et matériaux de structure ratinnels et écnmes, en prenant en cmpte leur écbilan MAT06 Revêtements de murs et plafnds: chisir des matériaux sains, avec un écbilan favrable. MAT08 Chisir un bis en fnctin de sn rigine et de sa mise en euvre MAT11 Matériaux d islatin acustique : chisir des matériaux sains avec un écbilan favrable. MAT13 Prendre en cmpte le cycle de vie des bâtiments et de leurs cmpsantes. CSS05 Assurer le cnfrt acustique CSS09 Clles et peintures : tenir cmpte de leur impact sur la santé ENE03 Dévelpper une stratégie du frid ENE08 Assurer une grande inertie thermique DISPONIBILITE DES MATERIAUX ECOLOGIQUES À Bruxelles : EcBuild, le cluster éc-cnstructin bruxellis, qui regrupe les prfessinnels, entreprises et revendeurs du secteur de l éc-cnstructin ( ) En Flandre : Les pints de vente de matériaux éclgiques snt affiliés à l assciatin VIBE ( ) En Wallnie : Les principaux pints de vente snt affiliés au Cluster Éc-Cnstructin ( ) RÉFÉRENCES Ouvrages généraux sur les matériaux : Jutta Schwarz, L éclgie dans le bâtiment Guides cmparatifs pur le chix des matériaux de cnstructin, 1998 Friedrich Kur, L'Habitat éclgique, quels matériaux chisir?, Terres vivantes, Michiel Haas, Milieuclassificatie Buwmaterialen, Nederlands Instituut vr Buwbilgie en Eclgie te Naarden (NIBE) Suzanne et Pierre Déux, Le guide de l habitat sain, Mediec Editins Pur s infrmer sur les structures en bis : Une liste de furnisseur de bis FSC en Belgique : Un guide du bis, des furnisseurs et des prduits de bis certifiés PEFC : Pur décuvrir u redécuvrir de nuveaux mdes cnstructifs : Cnstructin en terre : le centre de recherche CRAterre (http://terre.grenble.archi.fr) PAGE 14 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

15 Furnisseurs pur la cnstructin en terre : Akterre (http://www.akterre.cm) u Claytec (http://www.claytec.be) Bétn de chanvre : asbl de prmtin du chanvre dans la cnstructin (http://www.chanvre-walln.be/) PAGE 15 SUR 15 CLOISONS INTERIEURES PARTICIPATIVES AU CONFORT DES ESPACES HABITÉS SEPT. 2007

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008 Prpriétés s acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Suzel Balez L5C 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et crrectin acustique

Plus en détail

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

STACKTON Mur de Soutènement BLOC-G

STACKTON Mur de Soutènement BLOC-G STACKTON Mur de Sutènement BLOC-G Directive Spécifique 1. Général : 1.1 But Les travaux tiennent cmpte de la livraisn et de l installatin des blcs mdulables pur le mur de sutènement, cnfrmément au plan

Plus en détail

CHOISIR UN BOIS EN FONCTION DE SON ORIGINE ET DE SA MISE EN OEUVRE

CHOISIR UN BOIS EN FONCTION DE SON ORIGINE ET DE SA MISE EN OEUVRE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - MAT08 - CHOISIR UN BOIS EN FONCTION DE SON ORIGINE ET DE SA MISE EN OEUVRE Chisir, seln l usage auquel n le destine,

Plus en détail

DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES CQFD H2CO. 1 - Façade "Bois"

DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES CQFD H2CO. 1 - Façade Bois DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES 1 - Façade "Bis" Les façades et pignns snt réalisés en ssature bis : ssature bis pin classe 2 épaisseur 145 mm fixée sur sablière entre dalle côté extérieur : vile

Plus en détail

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE - - ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE Chisir des matériaux lurds et les laisser en cntact direct avec l ambiance du lcal, pur dispser d un tampn thermique imprtant. PRINCIPES DEMARCHE Pur assurer le

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

Propriétés acoustiques des matériaux & travaux de réhabilitation. Ricardo Atienza Suzel Balez L5C. 2007-2008

Propriétés acoustiques des matériaux & travaux de réhabilitation. Ricardo Atienza Suzel Balez L5C. 2007-2008 Prpriétés acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Ricard Atienza Suzel Balez L5C. 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DE L AIR

ASSURER LA QUALITE DE L AIR - - ASSURER LA QUALITE DE L AIR Eviter les plluants et prévir un renuvellement d air suffisant pur assurer la qualité de l air PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dans les bâtiments est suvent mins

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2 OLIDITE FACADE OSSATURE BOIS SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX DE LA JUSTIFICATION DE LA RESISTANCE MECANIQUE ET DE LA STABILITE... 2 2. ACTIONS DES CHARGES PERMANENTES... 2... 2... 2 3. ACTIONS DU VENT...

Plus en détail

MATERIAUX D'ISOLATION ACOUSTIQUE: CHOISIR DES MATERIAUX SAINS, AVEC UN ECOBILAN FAVORABLE

MATERIAUX D'ISOLATION ACOUSTIQUE: CHOISIR DES MATERIAUX SAINS, AVEC UN ECOBILAN FAVORABLE - - MATERIAUX D'ISOLATION ACOUSTIQUE: CHOISIR DES MATERIAUX SAINS, AVEC UN ECOBILAN FAVORABLE PRINCIPES DEMARCHE Limiter l impact envirnnemental des matériaux d islatin acustique Le cnfrt acustique est

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

GROS-OEUVRE: CHOISIR DES TECHNIQUES ET MATERIAUX DE STRUCTURE RATIONNELS ET ECONOMES, EN PRENANT EN COMPTE LEUR ECOBILAN

GROS-OEUVRE: CHOISIR DES TECHNIQUES ET MATERIAUX DE STRUCTURE RATIONNELS ET ECONOMES, EN PRENANT EN COMPTE LEUR ECOBILAN - - GROS-OEUVRE: CHOISIR DES TECHNIQUES ET MATERIAUX DE STRUCTURE RATIONNELS ET ECONOMES, EN PRENANT EN COMPTE LEUR ECOBILAN PRINCIPES Limiter l impact du grs œuvre sur l envirnnement et la santé Afin

Plus en détail

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installatins Cmpétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technlgie des installatins frigrifiques Séquence

Plus en détail

LOT 9 LES FAUX-PLAFONDS

LOT 9 LES FAUX-PLAFONDS LOT 9 LES FAUX-PLAFONDS 1 Les plafnds 1.1 Définitin Le plafnd est la surface limitant le haut d un lcal, d'un escalier, d'une pièce mansardée u inclinée. Cette surface peut être : La sus face du plancher

Plus en détail

Les émissions potentielles de l entreposage de DD

Les émissions potentielles de l entreposage de DD Les Annexes Tme 2 Annexe 1 Les émissins ptentielles de l entrepsage Annexe 2 Les revendicatins techniques en Allemagne (TA Abfall 1992) Annexe 3 Exemple de l'équipement - stck de pesticides Annexe 4 Travaux

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE»

TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE» REGLEMENT TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE» Le «Trphée bétn, liberté de l espace», rganisé par les assciatins Bétcib, Cimbétn et la Fndatin Ecle Française du Bétn a pur but de révéler les jeunes diplômés

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

ELEMENTS CONSTITUTIFS D UN PUITS DE LUMIERE SOLATUBE

ELEMENTS CONSTITUTIFS D UN PUITS DE LUMIERE SOLATUBE ELEMENTS CONSTITUTIFS D UN PUITS DE LUMIERE SOLATUBE Dôme Slin Prismes pur mieux rérienter les rayns lumineux, ntamment à angles faibles. Matière qui ne jaunit pas avec le temps et résiste aux chcs. SOLIN

Plus en détail

Décapage de revêtements par induction Méthode RPR

Décapage de revêtements par induction Méthode RPR Décapage de revêtements par inductin Méthde RPR Le système innvant et breveté de décapage par inductin RPR repse sur un prcédé très écnmique et extrêmement efficace, permettant de décaper les revêtements

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE SPÉCIALISÉ EN SERRES par Grupe Hrticle Ledux Inc. DESCRIPTION DU BESOIN Ntre ffre permet de cuvrir les besins nn jurnaliers mais habituellement requis en serres pur

Plus en détail

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

Le principe de fonctionnement du four est simple : l énergie électrique est transformée en énergie thermique. C est l effet Joule.

Le principe de fonctionnement du four est simple : l énergie électrique est transformée en énergie thermique. C est l effet Joule. Au Menu : Panini italien * Cheeseburger / Frites / salade * Panini Italien * Tarte chcbananes * Quatre Quarts Préparatin du TP de mardi 22 janvier 2008 Objectifs : Cuire au fur mixte (C341 )/ Sc de l alim

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois Deux nuveaux arrêtés prtant sur la sécurité incendie dans les établissements recevant du public, l un sur les aménagements intérieurs, l autre sur la prpagatin du feu par les façades, nt quelque peu mdifié

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique GROUPE HOSPITALIER PUBLIC DU SUD DE L OISE GHPSO SITE DE CREIL (60) Partie 1 Demande d autrisatin d expliter Résumé nn technique RENOUVELLEMENT DE LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Chasse-débris : Nettoie la ligne de semis, évite le contact semences/débris et réduit le risque pathogène.

Chasse-débris : Nettoie la ligne de semis, évite le contact semences/débris et réduit le risque pathogène. Fiches critères de chix Les Strip Tiller Surce : fiche «la technique strip-till» PRDA Agrnmie Régin Centre Avril 2015. Rédacteur : Grupe Réginal machinisme Centre. Versin : juin 2015 Le Strip-tiller est

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

4. 4. Les nuisances sonores à l intérieur de l entreprise

4. 4. Les nuisances sonores à l intérieur de l entreprise 4. 4. Les nuisances snres à l intérieur de l entreprise Bruits excessifs et bruits diffus (bruit envirnnemental à l intérieur de l entreprise) Beaucup de gens passent leur vie prfessinnelle dans des bureaux

Plus en détail

TRAITEMENTS DU BOIS : TENIR COMPTE DE LEUR IMPACT SUR LA SANTE ET L ENVIRONNEMENT

TRAITEMENTS DU BOIS : TENIR COMPTE DE LEUR IMPACT SUR LA SANTE ET L ENVIRONNEMENT GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - TRAITEMENTS DU BOIS : TENIR COMPTE DE LEUR IMPACT SUR LA SANTE ET L ENVIRONNEMENT PRINCIPES CONTEXTE Eviter de devir

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 2 : CARRELAGE

Plus en détail

ZAC METAIRIE COUËRON (44)

ZAC METAIRIE COUËRON (44) ZAC METAIRIE COUËRON (44) CAHIER DES RECOMMANDATIONS ENERGETIQUES Nvembre 2014 Aménageur Urbaniste de la ZAC Bureau d études énergétique LOIRE OCEAN DEVELOPPEMENT, 1, Bd du Zénith 44821 ST HERBLAIN Cedex

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 5 : ELECTRICITE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 5 : ELECTRICITE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 5 : ELECTRICITE

Plus en détail

FICHE D APPLICATION : SOUDAGE ORBITAL

FICHE D APPLICATION : SOUDAGE ORBITAL FICHE D APPLICATION : SOUDAGE ORBITAL REFERENCE: OBJET: APPLICATION: CO093 / O_POW / 0610 / N DE CDE: 03577CN2C1 PROCEDE TIG FIL CHAUD AVEC GENERATEUR P6 SOUDAGE DE TUYAUTERIES DU CIRCUIT PRIMAIRE - Diamètre

Plus en détail

TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE

TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE C'est une zne qui crrespnd aux débrdements des eaux de crue, dans la partie urbaine de la Ville de Saint Etienne, du fait des capacités insuffisantes des

Plus en détail

Description du médicament

Description du médicament Descriptin du médicament Définitin et cmpsitin Ntin de frme pharmaceutique Objectifs Délivrance d un PA (mlécule respnsable de l activité thérapeutique) à une dse dnnée Favriser la cnservatin du PA Diminuer

Plus en détail

Etre carreleur en 2025

Etre carreleur en 2025 Eurpäische Unin der Fliesenfachverbände Etre carreleur en 2025 Madame, Mnsieur, La Fédératin allemande du carrelage et l Unin eurpéenne des fédératins des entreprises de carrelage nt lancé une initiative

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

Conditions d installation et d utilisation du matériel d auto-surveillance

Conditions d installation et d utilisation du matériel d auto-surveillance Cnditins d installatin et d utilisatin du matériel d aut-surveillance 1. Recmmandatins d utilisatin et d installatin a) Le matériel d aut-surveillance utilise une technlgie de cmmunicatin sans fil (radifréquence

Plus en détail

LIMITER LES SOURCES DE POLLUTION INTERIEURE : BIOCONTAMINANTS

LIMITER LES SOURCES DE POLLUTION INTERIEURE : BIOCONTAMINANTS - - LIMITER LES SOURCES DE POLLUTION INTERIEURE : BIOCONTAMINANTS Eviter qu une humidité permanente et imprtante s installe dans les matériaux u à leur surface, que des bactéries ne prlifèrent cmme les

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

Normes dans la construction métallique

Normes dans la construction métallique PRODUITS DE CONSTRUC- TION / CONFORMITÉ PARTIE 5 Nrmes dans la cnstructin métallique Afin de mieux assimiler les nrmes en cnstructin métallique, nus allns d abrd expliquer en détail la nrme eurpéenne EN

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 3 juin 2014) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Proposer et mettre en service les solutions domotiques relatives aux innovations de l année 2013 (DOM02- version 2014)...

TABLE DES MATIÈRES. Proposer et mettre en service les solutions domotiques relatives aux innovations de l année 2013 (DOM02- version 2014)... Guide frmatin 2014 Dmticiens agréés Smfy Centre de Frmatin SOMFY n déclaratin d activité 82 74 00 16974 1 place du crêtet 74300 Cluses Mail t : cntact.frmatin@smfy.cm TABLE DES MATIÈRES Prpser et mettre

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

www.shelter-solution.fr

www.shelter-solution.fr www.shelter-slutin.fr Impasse Luis Blérit, P.A. de la Guerche, 44250 Saint-Brévin les Pins - France Tel: +33 604 190 553 // mail: Ntre expertise au service de vs spécificités Frce de prpsitin pur le chix

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Excavations et tranchées

Excavations et tranchées Excavatins et tranchées Université McGill Gestin et dévelppement des installatins Services universitaires 1010, rue Sherbrke Ouest, 10 e étage Mntréal (Québec) H3A 2R7 Mise à jur : janvier 2013 1.0 DÉFINITIONS

Plus en détail

Comparaison des impacts environnementaux des gobelets dans l évènementiel

Comparaison des impacts environnementaux des gobelets dans l évènementiel F Cmparaisn des impacts envirnnementaux des gbelets dans l évènementiel Cmparaisn par Analyse de Cycle de Vie (ACV) Gbelet jetable et réutilisable en Plyprpylène (PP), gbelet en Acide Plylactique (PLA)

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Département de la sécurité, de la plice et de l'envirnnement Service de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010 Directive relative au cncept énergétique de bâtiment Cntenu

Plus en détail

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12 HERMIQUE SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX... 2 A. CONTEXTE ET OBJECTIF GENERAL... 2 B. GRANDEURS THERMIQUES... 2 C. LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE POUR LA CONSTRUCTION NEUVE... 6 2. REGLEMENTATION EN

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 1 : PLATRERIE / PEINTURE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 1 : PLATRERIE / PEINTURE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 1 : PLATRERIE

Plus en détail

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX Mise à jur avril 2006 Évaluatin des ATEX La réglementatin ATEX / Déterminatin des ATEX 1 Rappel Réglementaire Directive 1999/92/CE du Parlement Eurpéen et du Cnseil du 16 décembre 1999 cncernant les prescriptins

Plus en détail

Présentation d Atelier Étude Ingénierie et références.

Présentation d Atelier Étude Ingénierie et références. Présentatin d Atelier Étude Ingénierie et références. PRESENTATION Sciété ATELIER ETUDE INGÉNIERIE La sciété ATELIER ETUDE INGÉNIERIE, est une sciété au capital de 15000 Eurs, spécialisée dans les travaux

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Affichage publicitaire Mode d emploi

Affichage publicitaire Mode d emploi Affichage publicitaire Mde d empli Enseignes, pré-enseignes, publicité : qu ès aquò? Art L581-3 CE Une enseigne se caractérise par tute inscriptin, frme u image appsée sur un immeuble (fncier cmpris) et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES FICHE ACTIONS CRUARD Charpente-Cnstructin bis ACTIONS GLOBALES Maintien et prgrès de la démarche du dévelppement durable par la réductin des impacts envirnnementaux, le respect des enjeux techniques, écnmiques

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 2003 03 69 0223 Catégrie : C* Dernière mdificatin : 07/01/16 TITRE DU CQPM : Chargé(e) de maintenance industrielle 1. Objectif

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

COVED / Centre de traitement des DEEE de Riom / Dossier de demande d autorisation d exploiter / Résumé non technique Etude de dangers

COVED / Centre de traitement des DEEE de Riom / Dossier de demande d autorisation d exploiter / Résumé non technique Etude de dangers RESUME NON TECHNIQUE R005-6076855-V01 5 février 2014 Page 1 L étude de dangers a pur bjet d identifier les phénmènes dangereux majeurs qui purraient se prduire sur le site et de vérifier que les mesures

Plus en détail

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE - - REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE Interrger sn cmprtement vis-à-vis des installatins de chauffage et de refridissement. PRINCIPES Le cnfrt thermique est prbablement l'un des éléments venant

Plus en détail

PALIERS TYPE 1. o o. Le modèle de palier Type 1 est validé par le BUREAU VERITAS et approuvé CE.

PALIERS TYPE 1. o o. Le modèle de palier Type 1 est validé par le BUREAU VERITAS et approuvé CE. PALIERS TYPE 1 Dessinés pur des bateaux jusqu'à 13M, le palier TYPE 1 est cmpsé d'une rtule en Ertalyte mntée dans une cage aluminium. Le résultat est un palier de safran aut alignant simple, léger, rbuste

Plus en détail

Hygro Thermometer Alerte

Hygro Thermometer Alerte GUIDE DE L'UTILISATEUR Hygr Thermmeter Alerte Mdèle RH35 Intrductin Nus vus remercins d'avir sélectinné le mdèle RH35 de Extech Instruments. Cet appareil est livré après avir été entièrement testé et calibré.

Plus en détail

Consultants en Technologies de l Information

Consultants en Technologies de l Information ASSURANCES PROFESSIONNELLES by Hiscx QUESTIONNAIRE PRÉALABLE D'ASSURANCE Cnsultants en Technlgies de l Infrmatin IDENTIFICATION DU PROPOSANT Raisn Sciale :.... Nm :... Prénm :... Age :... Frmatin / Diplôme

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

Diviser par 3 la consommation énergétique d un bâtiment

Diviser par 3 la consommation énergétique d un bâtiment RT : Nuveauté Diviser par 3 la cnsmmatin énergétique d un bâtiment RT 2005 : 150 kwh/m².an RT : 50 kwh/m².an 3 exigences Cnceptin biclimatique Faible cnsmmatin d énergie Bn cnfrt d été Le maître d uvrage

Plus en détail

Les caractéristiques. physiques

Les caractéristiques. physiques Les caractéristiques radi-électriques Anne Claire LEPAGE Enseignant-Chercheur à Télécm ParisTech Caractéristiques des antennes Il existe 2 grandes familles de caractéristiques pur une antenne utilisée

Plus en détail

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun Décret réfrme 2016 1 L rganisatin des enseignements Enseignements cmmuns à tus Enseignements cmplémentaires Accmpagnement persnnalisé Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) Enseignement de cmplément

Plus en détail

Charte du Tutorat CPAG

Charte du Tutorat CPAG Charte du Tutrat CPAG OBJET DE LA CHARTE La présente charte a pur bjectifs : - de fixer les règles relatives au tutrat exercé par des Agents Généraux expérimentés auprès des Agents Généraux stagiaires

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes 2014 Rapport annuel sur le prix et la qualité du service

Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes 2014 Rapport annuel sur le prix et la qualité du service Cmmunauté de cmmunes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes 214 Rapprt annuel sur le prix et la qualité du service S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Nn Cllectif Smmaire Préambule I Organisatin

Plus en détail

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune Cnventin entre la CREA et la Cmmune de.. pur la valrisatin des Certificats d Ecnmies d Energie durant le prlngement de la 2 ème péride du dispsitif La Cmmunauté d agglmératin Ruen Elbeuf Austreberthe La

Plus en détail

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA.

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA. Prduits cncernés : - Sage 30 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures - Sage 100 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures Sujet mis en avant : Cmment gérer la TVA à 7% en cmptabilité

Plus en détail

CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI 2014

CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI 2014 JURA & TROIS-LACS Mnt-Sujet (Jura bernis) Vincent Burrut CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI Prgramme de dévelppement turistique Masterplan - Cndensé. INTRODUCTION Purqui un Masterplan?

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES OCTOBRE 2015 PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX (CFI) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ

Plus en détail

Fiche technique. Banderoles HP pour imprimantes à encres HP Latex latex et à éco-solvant

Fiche technique. Banderoles HP pour imprimantes à encres HP Latex latex et à éco-solvant Fiche technique Banderles HP pur imprimantes à encres HP Latex latex et à éc-slvant Présentatin générale Les banderles HP apprtent aux petites entreprises prestataires de services d'impressin le supprt

Plus en détail

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusin sciale De nmbreuses familles vivent en Belgique des situatins de pauvreté, de précarité

Plus en détail

L'lnstance Nationale des Télécommunications (INT),

L'lnstance Nationale des Télécommunications (INT), Décisin n XX/2015 de l Instance Natinale des Télécmmunicatins en date du jj/mm/2015 prtant fixatin du frmat du rapprt d'utilisatin des ressurces de numértatin attribuées et du taux minimum d utilisatin

Plus en détail

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ Plitique Envirnnement du grupe GDF SUEZ Cmme tute rganisatin humaine, le grupe GDF SUEZ est en interactin avec l Envirnnement. Le présent dcument précise les principaux enjeux de cette interactin ainsi

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant. Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité

Plus en détail

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration Martin Pruneau Carle Vaillancurt Analyse du sndage de satisfactin effectué auprès des usagers (2012) et cibles d améliratin Dcument adpté par le cmité d agrément le 29 janvier 2013 INTRODUCTION Ce dcument

Plus en détail