FICHES DE MATHÉMATIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FICHES DE MATHÉMATIQUES"

Transcription

1 FICHES DE MATHÉMATIQUES Clsse de PT Pr Mxime CHUPIN Ces fiches sont issues des cours de Jen-Michel SARLAT et de Christin RIEFFEL, professeurs de mthémtiques u lycée LOUIS-ARMAND de Poitiers. 1

2 Tble des mtières 1 Générlités 3 2 Intégrtion sur un segment 5 3 Intégrle générlisées 9 4 Intégrle dépendnt d un prmètre 12 5 Series numériques 14 6 Séries entières 18 7 Structures lgébriques 21 8 Espces vectoriels Mtrices Déterminnt Réduction des endomorphismes Espce euclidien et préhilbertien Séries de FOURIER Equtions différentielles Systèmes différentielles Equtions différentielles linéires Générlités Equtions différentielles linéires à coefficients constnts Equtions différentielles linéires à coefficients vribles Equtions non linéires Courbes plnes Les coniques Géométrie différentielle Courbes guches et surfces Fonctions à plusieurs vribles Intégrles multiples Géométrie dns l espce 88 2

3 1 Générlités Axiomes de PEANO L ensemble N des entiers nturels est crctérisé pr les cinq propriétés suivntes : 1. N contient un élément noté Tout éléments n de N possède un successeur : n n est le successeur d ucun éléments de N. 4. Deux éléments de N ynt le même successeur sont égux. 5. Toute prtie A de N qui contient 0 et le successeur de tout élément de A est égl à : N. (ceci est l xiome d induction sur lequel se fonde le principe de récurrence) Récurrence Récurrence fible : Soit P un prédict portnt sur des entiers. Si P(b) est vri et si : n b, P(n) P(n+ 1) lors : n b, P(n). Récurrence forte : Soit P un prédict portnt sur des entiers. Si P(b) est vri et si : nb, P(b) et P(b+ 1)... P(n 1) et P(n) P(n+ 1) lors : n b, P(n). T.V.I. : Si f est une fonction continue sur un intervlle[, b] de R et siαest un réel compris entre f() et f(b) lors il existe c [, b] tel que : f(c)=α Il en découle que : Théorème des vleurs intermédiires L imge d un segment pr une fonction continue est un segment. 3

4 Dérivée Nombre dérivé : Soit f une fonction numérique définie sur un voisinge V de de R. f est dérivble en si, et seulement f(x) f() si le rpport dmet une limite finie en. Cette limite est le nombre dérivé en ; on le note x f () Fonction dérivée : Soit f une fonction définie sur un intervlle I de R, f est dérivble sur I si, et seulement si elle est dérivble en tout point de I. Si f est dérivble sur l intervlle I lors f est continue sur I. Théorème de ROLLE Soient et b deux réels distincts tels que <b et f une fonction continue sur[, b], dérivble sur ], b[ telle que f()= f(b). Il existe un nombre c dns], b[ tel que f (c)=0. Théorème des ccroissement finis Soient et b deux réels tels que <b et f une fonction continue sur[, b], dérivble sur], b[. Alors : c ], b[, f(b) f()= f (c)(b ) 4

5 2 Intégrtion sur un segment Définition L définition : L intégrle d une fonction numérique f, continue sur un segment[, b] de R, est l borne supérieure des intégrles des fonctions en esclier sur[, b] qui minorent f et, ce qui revient u même, l borne inférieure des intégrles des fonctions en esclier sur[, b] qui mjorent f. Fonction Intégrle Soit f une fonction numérique définie et continue pr morceux sur un segment I de R. L fonction x F : x f(t)dt est définie et continue sur I. De plus, si f est continue sur I et I, lors F : x x x I,, F (x)= f(x). f(t)dt définie sur I est dérivble sur I et Sommes de RIEMANN Soit f une fonction définie sur un intervlle[, b]. On les trois plus courntes intégrles de RIE- MANN : 1/ S g (f, n)= b n 1 f + k b n n k=0 2/ S d (f, n)= b n f + k b n n k=1 3/ S m (f, n)= b n 1 f + k+ 1 b n 2 n k=0 5

6 Théorème de l moyenne Soit f une fonction continue sur[, b] de R vec <b lors il existe c [, b] tel que : f(c)= 1 b f(t)dt b Premier Théorème de l moyenne Soit f une fonction continue sur[, b] de R et g une fonction continue de[, b] dns R + telle que b g(t)dt> 0. Alors il existe c [, b] tel que : b b f(t)g(t)dt=f(c) g(t)dt Propriétés de l intégrle f et g sont ici des fonctions continues pr morceux sur[, b]. 1. Additivité : 2. Linérité(µ,λ) R 2 : 3. Positivité : b b c c f+ f= f b b b (λ.f+µ.g)=λ f+µ g b b si x [, b], f(x) g(x), lors f g Intégrtion pr prtie Soient u et v deux fonctions numériques de clsse C 1 sur un intervlle I de R et, b deux éléments de I. Alors : b b u (t)v(t)dt=[u(t)v(t)] b u(t)v (t)dt 6

7 Chngement de vrible Soit f : [, b] R ou C une fonction continue pr morceux, etϕ : [α,β] [, b] une fonction de clsse C 1 et monotone sur[α,β]. On : β α b ( f ϕ)(u).ϕ (u)du= f(t)dt Si ϕ est bijective et de réciproque dérivble, on l qulifie de difféomorphisme. Intégrles de fonction rtionnelles trigonométrique Lorsqu on fire à une fonction rtionnelle trigonométrique, on cherche lors une trnsformtion t ϕ(t) qui lisse le bloc différentiel invrint : Trnsformtion t t t π t t π+ t ucune Chngement de vrible dpté u= cos(t) u= sin(t) u= tn(t) θ=tn t 2 Intégrles sous l forme β α F(x, x 2 + bx+ c)dx où 0. x+ b 2 En mettnt x 2 + b x+ c sous s forme cnonique. suivntes, où k = 2 Intégrles béliennes 2 4 2, on se rmène ux intégrles, uquelles on pplique les chngements de vribles indiqués (ǫ = ±1) : B A F(u, u 2 k 2 )du si >0 et > 0 u :=ǫkch(x), x R + B A F(u, k 2 u 2 )du si >0 et < 0 u := k cos(x), x ]0,π[ B A F(u, u 2 + k 2 )du si <0 et < 0 u := ksh(x), x R 7

8 Intégrles béliennes 2 β t+b Intégrles sous l forme F t, n dt, où d bc 0, n N α c t+ d Il suffit d ppliquer le chngement de vrible y= n t+b pour se rmener à une intégrle de frctions c t+d rtionnelles pour intégrer en décomposnt en éléments simples. Attention : on rppelle que u n u est définie sur R si n est impire, et sur R + si n est pire. Formules de TAYLOR Soit p N,[, b] un segment de R et f une fonction de clsse C p sur[, b]. L formule de TAYLOR s écrit lors : p f (k) () f(b)= (b ) k + R p (, b) k! ou explicitement : k=0 f(b)= f()+ f ()(b )+ f ()(b ) f(p) () (b ) p + R p (, b) p! Il existe plusieurs vrintes portnt sur le reste : 1. TAYLOR-YOUNG : R p (, b)= o((b ) p ), f est C p (b )p+1 2. TAYLOR-LAGRANGE : R p (, b) M p. où M= sup (p+ 1)! t [,b] f (p+1) (t) et f est C p+1 b (b t) p 3. TAYLOR vec reste intégrl : R p (, b)= f (p+1) (t)dt, f est C p+1 p! 8

9 3 Intégrle générlisées Intégrle impropre Soit R et b R (b> ), f une fonction définie et continue pr morceu sur[, b[. On dit que b 1. b=+ f(t)dt est une intégrle impropre en b dns les deux cs suivnts : 2. < b < +, et f n dmet ps de limite finie en b pr vleur inférieure. b Dns les deux cs, f(t)dt est définie comme lim f(t)dt x b x<b On définit de mnière nlogue l notion d intégrle impropre en x Convergence-Divergence Soit b x 1. Si 2. Si f(t)dt une intégrle impropre en b : on dit que x b f(t)dt dmet une limite réelle ou complexelqund x tend vers b pr vleur inférieure, b f(t)dt est convergente et pour vleurl f(t)dt n dmet ps de limite qund x tend vers b pr vleur inférieure, on dit que f(t)dt est divergente 9

10 Intégrles de référence On : Ensuite : ln tdt qui converge e αt dt qui converge siα> 0 Intégrle impropre 0<α<1 α= 1 α> dt dt t α diverge diverge converge t α converge diverge diverge Intérles impropres de fonctions positives Soient f et g deux fonctions à vleurs dns R +, lors : 1. si f g sur[, b[ et que 2. si f g sur[, b[ et que b b g converge, lors f converge, lors 3. si f g en b pr vleur inférieure et que 4. si f g en b pr vleur inférieure lors b b b b f converge g converge g converge, lors g et b b f ont même nture f converge 10

11 Intégrle bsolument convergente Soit f une fonction à vleurs complexes, l intégrle impropre est dite bsolument convergente si : Popriétés : 1. si f g sur[, b] et que b b f converge. g converge, lors 2. si f g en b pr vleurs inférieurs et que 3. si b b b f converge bsolument. g converge, lors f est une intégrle bsolument convergente, lors : b f b f b f converge bsolument. Intérles générlisées propriétés Les propriétes de linérité, d dditivité (reltion de CHASLE), l intégrtion pr prtie et le chngement de vrible reste vlble. Attention : 1. Pour l reltion de CHASLE, il est nécessire que toutes les intégrles convergent pour que l somme converge. 2. Pour l linérité et l intégrtion pr prtie, il fut s ssurer que deux des trois termes convergent. 11

12 4 Intégrle dépendnt d un prmètre Intégrle ordinire dépendnt d un prmètre Soit f une fonction de R 2 dns K (C ou R) définie et continue sur A I, vec A une prtie de R et I un segment[, b]. On définit : R K F : b x f(x, t)dt Hypothèse sur f t f(x 0, t) est continue sur I f est continue sur A I f dmet une dérivée prtielle f x continue sur A I f est continue sur[α,β] I F(x 0 ) est définie F est continue sur A Conclusion sur F F est de clsse C 1 sur A et F (x)= b β α f(x, t)dx dt= β α b f x dt b f(x, t)dt dx Continuité d une intégrle impropre dépendnt d un prmètre Soit I=[, b[ un intervlle borné ou non de R ; A un intervlle de R et f une fonction de A I K. S il existe une fonctionϕ : I R + telle que : 1. (x, t) A I, f(x, t) ϕ(t) 2. Alors : b ϕ(t)dt converge b F : x A f(x, t)dt est continue sur A 12

13 Dérivbilité d une intégrle impropre dépendnt d un prmètre Soit I=[, b[ un intervlle borné ou non de R ; A un intervlle de R et f une fonction de A I K qui dmet une dérivée prtielle f x continue. S il existe une fonctionψ : I R + telle que : f 1. (x, t) A I, x ψ(t) 2. Alors : et b ψ(t)dt converge b G : x A f(x, t)dt est de clsse C 1 sur A b F f (x)= (x, t)dt x 13

14 5 Series numériques Définition-Convergence-Divergence Soit(u n ) n N une suite à termes dns K. L série de terme générl(u n ) est le couple(u n, S n ) où(s n ) n N est l suite des sommes prtielles : n S n = k=0 1. Lorsque lim S n + n existe dns K, on dit que l série de terme générl(u n ) converge. Cette limite est lors ppelée somme de l série et est notée : u k u n n=0 2. Lorsque lim S n + n est l infini ou n existe ps, l série de terme générl(u n ) diverge et on renonce à tout clcul! Divergence grossière Si l série n 0 u n converge, lors l suite(u n ) tend vers 0 en+. Attention : L récipropre est fusse! Si(u n ) ne tend ps vers 0, lors n 0 u n diverge : il y divergence grossière. Propriétés On : n=0 + n=0 λu n =λ u n + + u n n=0 + + n=0 v n = n=0 (u n + v n ) Attention : L dditivité ne doit ps être utilisée pour scinder une série en somme de deux séries divergentes. Si cel doit se produire, on psse ux sommes prtielles et à l limite. 14

15 Séries géométriques 1. Si q <1, n 0 q n converge : + n=0 q n = 1 1 q 2. Si q 1, n 0 q n diverge Comprison vec une intégrle impropre Soit f une fonction continue de R + dns R, décroissnte et de limite nulle en+, (donc positive sur R + ). Alors l série f(n) même nture que l intégrle impropre n f(t)dt. Les séries de RIEMANN 1. Si 0 α 1, 2. Siα> 1, 1 n α diverge n 1 1 n α converge n 1 On ne peut cependnt rien dire sur l vleur de l limite dns le cs de convergence. 15

16 Comprison de deux séries à termes positifs Soient u n et v n deux séries à termes positifs. Alors : n 0 n 0 1. Si u n v n pour n n 0, n 0 étnt fixé dns N, et que v n converge, lors u n converge. n 0 n 0 2. Si u n v n et que v n converge, lors u n converge n 0 n 0 3. Si u n v n lors v n et u n ont l même nture. n 0 n 0 Séries bsolument convergentes Soit u n une série à termes complexes. Si u n (à termes positifs) converge lors u n est bso- n 0 n 0 n 0 lument convergente. Toute série bsolument convergente est convergente : u n converge u n converge n 0 n 0 Attention : L réciproque est fusse. u n u n n=0 n=0 Critère de d ALEMBERT Soit(u n ) une suite à termes dns K telle que, pour n> n 0 fixé,u n 0. Alors : u n+1 1. Si lim n + u n =l vecl<1, l série u n converge bsolument. n 0 u n+1 2. Si lim n + u n =l vecl>1, l série u n diverge grossièrement. n 0 u n+1 Attention : Si lim n existe ps où vut 1, le critère est inopérnt. n + u n 16

17 Séries lternées Définitions : 1. Soit(u n ) une suite à vleurs dns R +, décroissnte et de limite nulle. Alors, l série lternée ( 1) n u n converge. n 0 2. Soit S= ( 1) n u n une série lternée. On ppelle le reste d ordre n de S : n=0 R n = S S n = ( 1) k u k k=n+1 Alors R n le signe de( 1) n+1 et R n u n+1 pour tout n N 17

18 6 Séries entières Définition : Série entière Soit( n ) n n une suite à vleurs réelles ou complexes. On ppelle série entière l fonction de C dns C qui à z ssocie l somme de l série n 0 n z n, lorsque cette série converge. Ryon de convergence Soit r un réel positif, on note r le disque (dns le pln complexe) ouvert z C, z < r et r le disque fermé z C, z r vec les conventions 0 =, 0 = 0 et = = C. Soit n 0 n z n une série entière, et sont domine de convergence. Alors il existe un unique élément R R + tel que R R R est le ryon de convergence de l série : 1. l série converge bsolument à l intérieur de son disque de convergence 2. l série diverge grossièrement à l extérieur de son disque de convergence 3. on ne sit ps à priori ce qui se psse pour z = R Lemme d ABEL Soit n 0 n z n une série entière : 1. si( n z n 0 ) n N est bornée et si z 1 < z 0 lors n 0 n z n 1 converge bsolument 2. si( n z n 0 ) n N n ps une limite nulle et si z 1 > z 0 lors n 0 n z n 1 diverge grossièrement Clcul prtique du ryon de convergence : n 0 n z n 0 converge R z 0 n z n 0 ne tend ps vers 0 R z 0 18

19 Critère de d ALEMBERT (simplifié) Soit n 0 n z n une serie entière. n Si n+1 dmet une limitel R + qund n tend vers l infinit, lors le ryon de convergence de cette serie est : R=l Dns les mêmes conditions, le ryon de convergence des séries entières n z 2n et n z 2n+1 est : n 0 n 0 R= l vec pour convention =. Propriétés Soit n 0 n z n une serie entière de ryon de convergence R. Soit f : R x R n x n n 0 Alors : 1. f est sur] R, R[ et p N, x < R, f (p) (x)= n! (n p)! n x n p 2. x ] R, R[, x 0 f(t)dt= n=0 n n+ 1 x n+1 Soit n x n. Si n R n converge, lors : n=0 n=0 Attention : L réciproque est fusse! n R n = lim n=0 Théorème tubérien x R x<r n x n n=0 19

20 Développements de bse 1 1+ x = ( 1) n x n R=1 ln(1+ x)= n=0 ( 1) n+1 x n n=1 e x x n = n! n=0 x 2n chx= (2n)! n=0 x 2n+1 shx= (2n+ 1)! cos x= sin x= n=0 ( 1) n x2n (2n)! n=0 n ( 1) n x 2n+1 (2n+ 1)! n=0 R=1 R= R= R= R= R= (1+ x) α α(α 1) (α n+ 1) = n! n=0 x n R= siα N R=1 siα N 20

21 7 Structures lgébriques Loi de composition interne et propriétés Définition : Soit E un ensemble, une loi de composition interne est une ppliction de E E E Propriétés : Soit les lois de compositions et définies sur E : 1. Loi ssocitive. est ssocitive si, et seulement si : (x, y, z) E 3,(x y) z=x (y z) 2. Loi commuttive. est commuttive si, et seulement si : (x, y) E 2, x y= y x 3. Elément neutre. L élément e de E est neutre pour l loi si, et seulement si : x E, x e= e x=x 4. Eléments symétriques. Si l loi dmet un élément neutre e, l élément x dmet un symétrique y si, et seulement si celui-ci vérifie : x y= y x= e 5. Distributivité à droite. L loi est distributive à droite pr rpport à si, et seulement si : (x, y, z) E 3,(x y) z=(x z) (y z) 6. Distributivité à guche. L loi est distributive à guche pr rpport à si, et seulement si : (x, y, z) E 3, z (x y)=(z x) (z y) 21

22 Groupe Soit G un ensemble muni d une loi interne, le couple(g, ) est un groupe si et seulement si : 1. est ssocitive 2. dmet un élément neutre e 3. Chque élément de G dmet un élément symétrique : x G, x G, x x = x x= e (x = x 1 ) Si en plus pour tout(x, y) G 2, x y= y x lors le groupe G est commuttif où bélien. Sous-Groupe : Soit(G, ) un groupe et H une prtie de G. H est un sous groupe de(g, ) si et seulement si : 1. e pprtient à H 2. (x, y) H 2,(x y) H 3. x H, x 1 H Propriété : Tout sous-groupe est une groupe! Anneu Soit A une ensemble muni de deux lois de composition interne et. Le triplet(a,, ) est un nneu si, et seulement si : 1. (A, ) est un groupe commuttif 2. est distributive à droite et à guche pr rpport à Si, de plus, l loi dmet un élément neutre lors l nneu est un nneu unitire et si l loi est commuttive lors l nneu est commuttif. Sous-Anneu : Soit(A,+, ) un nneu et H une prtie de A. H est un sous-nneu de A si, et seulement si : 1. (H,+) est un sous groupe de A 2. (x, y) H 2, x y H, ie. que H est stble pour l loi. 22

23 Corps Soit K un ensemble muni de deux lois+et, le triplet(k,+, ) est un corps si, et seulement si : 1. (K,+, ) est un nneu 2. (K, ) est un groupe Si, de plus, l loi est commuttive, lors le corps est un corps commuttif. Espce vectoriel Soit E muni d une loi interne notée+et(k,+, ) un corps commuttif tel qu il existe une loi externe notée. définie sur K E à vleurs dns E, le triplet(e,+,.) est un espce vectoriel sur K si, et seulement si : 1. (E,+) est un groupe commuttif 2. λ K, (x, y) E 2,λ.(x+ y)=λ.x+λ.y 3. (λ,µ) K 2,(λ+µ).x=λ.x+µ.x 4. (λ,µ) K 2,(λ µ).x=λ (µ.x) 5. x E, 1.x=x Algèbre Soit A un ensemble muni de deux lois internes+et et(k,+, ) un corps commuttif tel qu il existe une loi externe notée. définie de K A dns A.(A,+,,.) est une lgèbre si, et seulement si : 1. (A,+,.) est un espce vectoriel 2. (A,+, ) est un nneu 3. λ K, (x, y) A, x (λ.y)=λ.(x y) Si, l loi de A est commuttive l lgèbre est une lgèbre commuttive. 23

24 8 Espces vectoriels On considère ici un espce vectoriel E sur un corps K. Fmille et système On ppelle fmille d éléments de E indéxée pr l ensemble I une ppliction f : I E, notée ui i I où u i = f(i). Un système est une fmille le plus souvent finie, et donc indéxée pr une prtie de N : I ={1,2,...,n}. Fmille libre, fmille liée Une fmille finie ui, est dite libre si et seulement si : 0 i n n (λ i ) 0 i n K n, λ k uk = 0 = k [[0, n]],λ k = 0 k=0 Une fmille quelconque ui i I extrite de ui est libre. i I (I est un ensemble) est dite libre si et seulement si toute fmille finie Une fmille est liée si elle n est ps libre. Fmille génértrice Soit H un sous-espce de E, une fmille ui est dite génértice de H si et seulement si tout élément i I de H est combinison linéire d éléments de ui i I, c est-à-dire : x E, J I, J fini, (λ j ) j J K J, x= j Jλ j u j Bse Une fmille ui i I est dite bse de E si et seulement si elle est à l fois libre et génértrice de E. 24

25 Dimension Si E dmet une fmille génértrice finie, lors toutes les bses de E ont le même crdinl. Ce crdinl est ppelé dimension de E, noté dim E : Théorème de l dimension. 0 Si E=, on dit que dim E= 0. Si E n dmet ps de fmille génértrice finie, on dit que dim E=. Somme et somme directe Somme de deux sous-espces Soient F 1 et F 2 deux sous-espces vectoriels d un même espce vectoriel E sur K. L somme de F 1 et F 2, notée F 1 + F 2, est l ensemble des vecteurs somme d un élément de F 1 et d un élément de F 2. F 1 + F 2 ={x 1 + x 2, x 1 F 1, x 2 F 2 } Somme directe Soit un espce vectoriel E de dimension finie, et A et B deux sous-espces vectoriels de E. L somme de A et B est directe si, et seulement si l intersection de A et B est réduite u vecteur nul. Cette somme est lors notée : A B Propriétés crctéristiques : F= A B (F= A+ B) et(a B={0}) F= A B (F= A+ B) et(dim A+ dimb= dim F) F= A B on obtient une bse de F pr l réunion d une bse de A et d une bse de B Si E est un espce-vectoriel de dimension finie, on dit que A et B sont supplémentires si, et seulement si : A B= E Propriété : En dimension finie, tout sous-espce de E dmet un supplémentire. Appliction linéire Soit E et F deux K-espces vectoriels. Une ppliction f de E dns F est une ppliction linéire [homomorphisme d espces vectoriels] si, et seulement si : 1. (x, y) E 2, f(x+ y)= f(x)+ f(y) 2. λ K, x E, f(λ.x)=λ.f(x) L ensemble des pplictions linéires de E dns F est notée : (E, F). 25

26 Noyu et Imge Soitϕ une ppliction linéire de E dns F. On définit lors : 1. le noyu deϕ : Ker(ϕ)={x E,ϕ(x)=0 F } 2. l imge deϕ : Im(ϕ)={y F, x E, y=ϕ(x)} Ces deux ensembles sont respectivement des sous-espce de E et de F. Somme et somme directe Somme de deux sous-espces Soient F 1 et F 2 deux sous-espces vectoriels d un même espce vectoriel E sur K. L somme de F 1 et F 2, notée F 1 + F 2, est l ensemble des vecteurs somme d un élément de F 1 et d un élément de F 2. F 1 + F 2 ={x 1 + x 2, x 1 F 1, x 2 F 2 } Somme directe Soit un espce vectoriel E de dimension finie, et A et B deux sous-espces vectoriels de E. L somme de A et B est directe si, et seulement si l intersection de A et B est réduite u vecteur nul. Cette somme est lors notée : A B Propriétés crctéristiques : F= A B (F= A+ B) et(a B={0}) F= A B (F= A+ B) et(dim A+ dimb= dim F) F= A B on obtient une bse de F pr l réunion d une bse de A et d une bse de B Si E est un espce-vectoriel de dimension finie, on dit que A et B sont supplémentires si, et seulement si : A B= E Propriété : En dimension finie, tout sous-espce de E dmet un supplémentire. 26

27 Injectivité Surjectivité Rppel : On dit qu une ppliction f de E dns F est injective si, et seulement si : (x 1, x 2 ) E, f(x 1 )= f(x 2 ) x 1 = x 2 On dit qu une ppliction f de E dns F est surjective si, et seulement si : y F, x E, f(x)=y Soit ϕ une ppliction linéire de E dns F deux espces-vectoriels. On : 1. ϕ est injective si et seulement si Kerϕ={0} ou si l imge prϕ de toute fmille libre de E est une fmille génértrice de F. 2. ϕ est surjective si et seulement si Im ϕ = F ou si l imge pr ϕ d une fmille génértrice donnée de E est une fmille génértrice de F. 3. ϕ est bijective si et seulement si elle est injective et surjective, ou si l imge prϕ d une bse de E est une bse de F. Formule du rng Si dim E<+ etϕ une ppliction linéire de E dns F, lors : dim(kerϕ)+dim(imϕ)=dim E Conséquences : En dimension finie, si une ppliction linéire est bijective si et seulement si elle est injective[resp. surjective]. On ppelle dim(im ϕ) le rng de ϕ noté rg ϕ. Nomenclture des pplictions linéires Une ppliction linéire ϕ de E dns F (homomorphisme) est ppélée : endomorphisme si E= F. isomorphisme si ϕ est une bijection. utomorphisme siϕ est une bijection et si E= F. L ensemble des endomorphismes de E est noté (E). Remrque : S il existe un isomorphisme entre les deux espces-vectoriels E et F, lors on dit que E et F sont isomorphes et on note E F, nécessirement dim E= dim F. 27

28 Remrques sur les pplictions linéires : On ( (E, F),+, ) un K-espce vectoriel. On ( (E),+,, ) une lgèbre non commuttive. Espces ffines Soitϕ une ppliction linéire de E dns F, et b F. On pose l éqution : ǫ :ϕ(x)= b Si b n pprtient ps à Imϕ, l ensemble des solutions deǫest l ensemble vide Si b pprtient à Imϕ, il existe x 0 E, tel queϕ(x 0 )= b et l ensemble des solutions S deǫest : S=x 0 + Kerϕ L ensemble des solutions de l équtionǫest ppelé espce ffine de direction Kerϕ et d origine x 0 (l direction et l origine ne sont ps définis pour l ensemble vide). En dimension finie, si{u i } 0 i p est une bse de E, lors : S= x 0 + p λ k u k,{λ h } 0 h p K p k=1 Prllélisme : on dit que deux espces ffines sont prllèles s ils sont non confondus et que leurs directions respectives sont incluses l une dns l utre. Deux espces ffines prllèles ont une intersection vide. 28

29 8.1 Mtrices Définition Soit p et n deux entiers non nuls, E K p et F K n deux espces vectoriels munis respectivement des bses(u 1, u 2,, u p ) et(v 1, v 2,, v n ). Alors toute ppliction linéireϕ (E, F) est définie de mnière unique pr l imge des vecteurs de l bse(u 1, u 2,, u p ) dns l bse(v 1, v 2,, v n ), c est-à-dire pr les réels(( i,j )) 1 i n. Le tbleu 1 j p (( i,j )) 1 i n dont l j -ième colonne représente le vecteurϕ(u j ) dns l bse(v 1, v 2,, v n ) est ppelée 1 j p mtrice deϕ[reltive ux bses(u 1, u 2,, u p ) et(v 1, v 2,, v n )]. A=(( i,j )) 1 i n = 1 j p ϕ(u 1 ) ϕ(u j ) ϕ(u p ) v 1 1,1... 1,j... 1,p.... v i i,1... i,j... i,p.... v n n,1... n,j... n,p L ensemble des mtrices à n lignes et p colonnes dns K est noté n,p (K). 29

30 Multipliction Soitϕ etψdeux pplictions linéires,ϕ (K n,k m ) etψ (K p,k n ) uxquelles sont respectivement ssociées les mtrices A= Mt(ϕ) et B= Mt(ψ) On : Mt(ϕ ψ)=mt(ϕ) Mt(ψ)=A B Exécution du produit mtriciel : C = A B B p lignes q colonnes p c i j = ik b k j k=1 b 11 b 21 b 12 b 22 b 1q b 2q b p1 b p2 b pq p p c 22 n1 n2 n p A n lignes p colonnes C= A B n lignes q colonnes Attention : Le produit mtriciel n est ps commuttif!!! Algèbre L ensemble( n (K),+,, ) est un lgèbre non commuttive ( n étnt l ensemble des mtrices crrées de dimension n. L élément neutre pour l multipliction est I n dont ses coefficients sont les indices de KRONECKER i.e. : I n =((δ i,j )) 1 i n 1 j n 0 si i j vec δ i,j = 1 si i= j On pour toute mtrice A n : soit il existe une mtrice B telle que A B= B A= I n. On dit que A est inversible et on note B= A 1. soit il existe une mtrice B telle que A B= B A= 0. On dit que A est diviseur de 0. 30

31 Propriétés 1. Pour tout n N, A n est définie pr A n+1 = A n A 2. Pour tout n N, A n =(A 1 ) n si A est inversible. 3. Soit(B,A) 2 inversibles. Alors : n (AB) 1 = B 1 A 1 Chngement de bse 1. Mtrice de pssge : Soit et deux bses d un même espce vectoriel E de dimension n. On ssocie à tout vecteur x E l mtrice colonne X de ses coordonnées dns l bse et l mtrice X de ses coordonnées dns l bse. On définit P n l mtrice[de pssge]dont les colonnes représentent les coordonnées des vecteurs de dns l bse. On : X= PX i.e. X = P 1 X 2. Chngement de bse : Soit E et F deux espces de dimensions respectives n et p. On considère deux bses de E, E et E vec pour mtrice de pssge P, et deux bses de F, F et de mtrice de pssge Q. F Alors, pour toute pliction linéireϕ de E dns F, de mtrice M dns les bses E et F et M dns les bses E et F, on : M = Q 1 M P Si E= F et Q= P, M = P 1 M P 3. Mtrices semblbles : On dit que deux mtrice A et B de n (K) sont semblbles si et seulement si elles représentent le même endomorphisme dns deux bses différentes de K n, i.e. : P n (K), A= P 1 BP On note : A B 31

32 8.2 Déterminnt Définition Soit E un espce vectoriel isomorphe à K n. Le déterminnt, noté det, est l unique ppliction de E dns K qui vérifie les propriétés suivnte : 1. multilinérité : (u 1,, u n ) E, i 1, n, X E det(u 1,, u i 1,X, u i+1,, u n ) est linéire. 2. ntisymétrie : (u 1,, u n ) E, (i, j) 1, n 2, i< j det(u 1,, u i,, u j,, u n )= det(u 1,, u j,, u i,, u n ) 3. Si(e 1,, e n ) est l bse cnonique de E lors det(e 1,, e n )=1. Propriétés Soit(u 1,, u n ) une fmille de vecteurs. S il existe(i, j) 1, n 2 tels que i<j et u i = u j lors : Si i j, lors pour toutλ K : Pourλ K : det(u 1,, u n )=0 det(u 1,, u i 1, u i +λu j, u i+1,, u n )=det(u 1,, u i,, u n ) det(u 1,,λu i,, u n )=λdet(u 1,, u i,, u n ) Le déterminnt d un fmille est non nul si et seulement si l fmille est libre. 32

33 Déterminnt d un endomorphisme Soitϕ (E), il existe un unique sclire k(ϕ) ne dépendnt que deϕ, tel que : On pose lors Propriétés : 1. det(λϕ)=λ n det(ϕ) (u 1,, u n )i ne n, det(ϕ(u 1 ),,ϕ(u n ))= k(ϕ) det(u 1,, u n ) det(ϕ) = k(ϕ) 2. Soitϕ etψdeux endomorphisme de E lors det(ϕ ψ)=det(ϕ) det(ψ) 3. ϕ est un endomorphisme si et seulement si det(ϕ) 0, et det(ϕ 1 )= 1 det(ϕ) Déterminnt d un mtrice Soit A n (K), représentnt l endomorphismeϕ de E dns une bse. Le déterminnt est lors le déterminnt de ϕ mis ussi le déterminnt des vecteur colonnes de A. Propriétés : 1. det(λa)=λ n det(a) 2. Soit A,B n (K) lors det(a B)=det(A) det(b) 3. A est inversible si et seulement si det(a) 0, et det(a 1 )= 1 4. det(a)=det( t A) det(a) 5. Si A et B sont semblbles, lors det(a) = det(b). Attention : réciproque fusse. 33

34 Développement du déterminnt Soit A=(( i,j )) 1 i n n (K), et(k, l) 1, n 2 ; on ppelle mtrice mineure de A ttchée u 1 j n couple(k, l), et on note A k,l, l mtrice de n 1 (K) obtenue pr suppression de l k-ème ligne et de l l -ème colonne. On peut développer le déterminnt grâce ux formules suivntes : 1. Développement pr rpport à l j -ième colonne : 2. Développement pr rpport à l i-ième ligne : det(a)= n i=1 ( 1)i+ j i,j det(a i,j ) det(a)= n j=1 ( 1)i+ j i,j det(a i,j ) Comtrice Soit A n (K), l comtrice de A est Com(A)= (( 1) i+ j det(a i,j )) 1 i n Alors, si A est inversible : 1 j n A 1 = 1 det(a) tcom(a) 34

35 9 Réduction des endomorphismes Vleurs, vecteurs et espces propres Soit f (E), E un espce vectoriel, on considère l éqution en x E pourλ K : (µ λ ) : f( x)=λ x Toute solution non nulles de(µ λ ) est ppelée vecteur propre de f. Toute vleur deλ K pour lquelle(µ λ ) dmet une solution non nulle est ppelée vleur propre de f. L ensemble des vleurs propres de f est ppelé spectre de f. Siλest une vleur propre de f, on ppelle sous-espce propre de f ssocié àλl espce E λ = x E, f( x)=λ x = ker(f λ ide ), cette espce étnt non nulle. Propriétés 1. Soitλetµdeux vleurs propres d un endomorphisme, lors siλ µ, E λ E µ = 0 2. Soientλ i, i 1, k, k vleurs propre distincts d un même endomorphisme. Alors : E λ1 + E λ2 + + E λk = E λ1 E λ2 E λk 3. Toute fmille formée de vecteurs propres ssociés à des vleurs propres distinctes est libre. Trce d une mtrice L trce d une mtrice A=( i,j ) 1 i n n (K) est l somme des éléments digonux de l mtrice. 1 j n Tr(A) = n k=1 k,k Propriétés : Soit(A,B, P) ( n (K)) 3, P inversible, et(λ,µ) K. On : 1. Tr(λA+µB)=λTr(A)+µTr(B) 2. Tr(A B)=Tr(B A) 3. Tr(P 1 A P)=Tr(A) 35

36 Polynôme crctéristique À toute mtrice crrée ou à tout endomorphisme d un espce vectoriel de dimension finie est ssocié un polynôme ppelé polynôme crctéristique. Les rcines de ce polynôme sont exctement les vleurs propres de l endomorphisme. Pour un endomorphisme f (E) on définit le polynôme crctéristique : P f (X)=det(f X id E ) L ordre de multiplicité deλcomme vleur propre de f est, pr définition, l ordre de multiplicité deλ comme rcine de P f, on le noteµ(λ). Propriétés : 1. λ est une vleur propre de f si et seulement si c est une rcine 2. Pour toute vleur propreλ, 1 dim(e λ ) µ(λ) 3. Si f est défini pr s mtrice A dns une bse quelconque, P f (X)=P A (X)=det(A X I n ) est églement le polynôme crctéristique de A qui ne dépend ps de l bse. 4. Soit A B deux mtrices semblbles ssociées à l endomoprphisme f, lors : A B P A (X)=P B (X) (det(a)=det(b) et Tr(A)=Tr(B)) Digonlistion Un endomorphismeϕ (E) est digonlisble si et seulement si il existe une bse de E formée de vecteurs propres de ϕ, i.e. : E λ = E λ Sp(ϕ) Une mtrice M n (K) est digonlisble si et seulement si il existe une mtrice inversible P est une mtrice digonle telles que : =P 1 M P 36

37 Condition de digonlistion Une mtrice M n (K) est digonlisble si et seulement si : 1. le polynôme crctéristique de M est scindé dns K 2. pour toute vleur propreλ de M, dim E λ =µ(λ) Il en découle une condition suffisnte mis ps nécessire : si le polynôme crctériqtique de M est scindé dns K vec des rcines simples lors M est digonlisble. Trigonliser Soit A=( i,j ) 1 i n n (K). Trigonliser A, c est trouver une mtrice de pssge P et une mtrice 1 j n tringulire supérieure T, telles que : T= P 1 AP. Toute mtrice est trigonlisble dns C. Dns l prtique (en P-T), on trigonlise dns 3 (K). Soitα etβdeux éléments de K distincts. Il existe lors deux cs : 1. P A (X)= (X α) 2 (X β), lors T est de l forme : β 0 0 T= 0 α α L mtrice de pssge P est lors de l bse de déprt vers une bse( u, v, w), où u est un vecteur propre ssocié àβ, v un vecteur propre ssocié àαet w un vecteur propre à déterminer tel que f( w)=α w+ v. 2. P A (X)= (X α) 3, lors lors T est de l forme : α 1 b T= 0 α 0 0 α L mtrice de pssge P est lors de l bse de déprt vers une bse( u, v, w), où u est un vecteur propre ssocié àβ, v un vecteur propre à déterminer tel que f( v)=α v+ u et w un vecteur propre à déterminer tel que f( w)=α w+ v+b u. α 1 0 Remrque : On peut imposer = 1 et b= 0 ce qui simplifie le clcul : T= 0 α α Réduire une mtrice, c est l digonliser si possible, l trigonliser sinon. 37

38 10 Espce euclidien et préhilbertien On considère ici un espce vectoriel E sur R (de dimension finie ou infinie). Produit sclire Définition On ppelle produit sclire toute ppliction ϕ de E E sur R qui vérifie les propriétés suivntes : 1. symétrie : (u, v) E 2, ϕ(u, v)=ϕ(v, u) 2. bilinérité : u E, x ϕ(x, u) et x ϕ(u, x) sont linéires 3. u E, ϕ(u, u) 0 et u E, ϕ(u, u)=0 u= 0 Siϕ est un produit sclire sur E, on dit queϕ munit E de l structure : d espce préhilbertien si dim E= d espce euclidien si dim E est finie L ppliction de E dns R : x ϕ(x, x) est ppelée forme qudrtique ssociée àϕ. Inéglité de CAUCHY SCHWARZ Soitϕ un produit sclire sur E. Alors, on : (x, y) E 2, (ϕ(x, y)) 2 ϕ(x, x) ϕ(y, y) Ou encore, en notnt N(x)= ϕ(x, x) : (x, y) E 2, ϕ(x, y) N(x) N(y) Remrque : Il y églité lorsque les vecteurs x et y sont colinéires. Inéglité tringulire Soitϕ un produit sclire sur E. En notnt N(x)= ϕ(x, x) : (x, y) E 2, N(x+ y) N(x)+N(y) Remrque : Il y églité si et seulement si les deux vecteurs x et y sont colinéires et de même sens. L ppliction N est une norme sur E, ppelée norme euclidienne ssocié à ϕ. On note désormis< x, y> le produit sclire de x vec y. 38

39 Orthgonlité Définition : On dit que deux vecteur sont orthogonux si<x, y>= 0. On note x y. Propriétés : 1. Le vecteur nul est orthogonl à tous les utres vecteurs, c est le seul vecteur orthogonl à tous les utres : ( x E,< x, u>= 0) u= 0 2. Théorème de PYTHAGORE : (x, y) E 2, x y, x+ y 2 = x 2 + y 2 Sous espces orthogonux Soit F et G deux sous-espce de E, F et G sont orthogonux si et seulement si : (x, y) F G, x y On note lors F G. Orthogonl d un sous-espce : On dit que G est l orthogonl de F si et seulement si : F G et F G= E L orthogonl de F est noté F : F = x E, y F, x y 39

40 Projection orthogonle Soit F un sous-espce de E de dimension finie. Pour tout x E, il existe un couple unique(f, h) E 2 tel que : x= f+ h, vec f F et h F On définit lors un endomorphisme de E, ppelée projection orthogonl sur F, notéπ F, qui à tout x E ssocie le vecteur f comme défini ci-dessus. Formule de projection : Soit(e 1,, e p ) une bse orthogonle de F, lors : π F (x)= n < e k, x> < e k, e k > e k Le réel < e k, x> < e k, e k > est ppelé coordonnée contrvrinte de x dns le système(e 1,, e p ). k=1 Orthogonlistion de GRAM-SCHMIDT Soit(u 1,, u p ) une bse d un sous-espce F de E. Alors on peut toujours obtenir une bse orthogonle(e 1,, e n ) de F : e 1 := u 1 k 1 < e j, u k > e k := u k < e j, e j > e j si k> 1 j=1 Pour obtenir une bse orthonormée, il suffit de normer les vecteurs e k, i.e. en posnt pour tout k 1, p,ε k = e k e k. 40

41 Systèmes orthogonux (x i ) i I est un système orthogonl si et seulement si : i I, x i 0 et (i, j) I 2, i j x i x j Théorème de PHYTAGORE : Si(x i ) 1 i n est un système orthogonl, lors : n x k = k=1 Un système orthogonl est nécessirement libre. n x k 2 Système orthonormé :(x i ) 1 i n est un système orthonormé si et seulement si : k=1 (i, j) 1, n 2, < x i, x j >=δ i j Distnce d un vecteur à un sous-espce Soit F un sous-espce de E (en dimension finie). Alors : x E, y F, x π F (x) x y Autrement dit, x π F (x) =inf y F x y, cette vleure est églement ppelée distnce de x à F et notée d(x, F). Remrque : Ce procédé sert pr exemple à clculer le minimum de 1 0 (f(x) (x+b))dx, on clcule l projection de f sur l espce des polynômes de degrès 1 1, ce qui nous donne les vleurs de et b (il fut obtenir une bse orthonormée des polynômes de degrès 1). 1 Ceci s étend ux utres degrès 41

42 Groupe orthogonl Définition Définition : Soit E un espce euclidien, muni d un produit sclire noté <, >. Un endomorphisme f de E, f (E), est un utomorphisme orthogonl si et seulement si f vérifie une des propriétés équivlentes suivntes : 1. (x, y) E 2, < f(x), f(y)>=< x, y> 2. x E, f(x) = x («f conserve l norme») 3. Il existe une bse orthonormée de E dont l imge pr f est une bse orthonormée de E. 4. L imge de toute bse orthonormée de E est une bse orthonormée de E. Un utomorphisme orthogonl est ussi ppelé isométrie vectorielle. Groupe othogonl Propriétés Propriétés : 1. Si f est un utomorphisme orthogonl, lors f est bijectif et f 1 est un utomorphisme orthogonl. 2. Si f et g sont deux utomorphismes orthogonux, lors f g est un utomorphisme orthogonl. 3. L ensemble des utomorphismes orthogonux est un groupe muni de l loi, ppelé groupe orthogonl et noté (E) Mtrices orthogonles Soit(e 1,..., e n ) une bse orthonormée de E et A l mtrice dns(e 1,..., e n ) d un endomorphisme f. Alors : f (E) t A A= I n Autrement dit, A n (R) est une mtrice orthogonle si et seulement si t A A= I n L ensemble des mtrices orthogonles, muni de l loi, est un groupe noté (n) et est isomorphe à (E). Propriété : Si A (n), lors deta { 1,1}. Les mtrices de (n) dont le déterminnt est égl à 1 sont ppelées directes ou positives, elles forment un sous-groupe de (n) noté + (n). Ce sont des mtrices de rottion. Les mtrices de (n) dont le déterminnt est égl à 1 sont ppelées indirectes ou positives, elles forment un sous-groupe de (n) noté (n). Ce sont des mtrices d isométrie négtive. 42

43 Propriétés Si M (n), lors t M M= I n donc : M= t M M 2 = I n i.e. M est une mtrice de symétrie orthogonle si et seulement si M est une mtrice symétrique et orthogonle. Les seules vleurs propres possibles pour une mtrice de (n) sont -1 et 1. Mtrices de (2) Les mtrices de (2) sont de deux types : 1. Les mtrices positives, mtrices de rottion vectorielle d ngle θ : cosθ sinθ sinθ cosθ 2. Les mtrices négtives, mtrices de symétrie xile pr rpport à l droite formnt vec l droite formnt vec O, ı l ngle θ 2. cosθ sinθ sinθ cosθ 43

44 Mtrices de (3) Nture Mtrice l plus simple Eléments det symétrique Identité I 3 1 oui Symétrie centrle I 3-1 oui Réflexion le pln E 1-1 oui Demi-tour l xe E 1 1 oui Rottion 0 cosθ sinθ l xe E 1 et l ngleθ 1 non 0 sinθ cosθ Détermintion de l xe et de l ngle d une rottion Soit ρ une rottion d ngle θ ]0, π[ ]π, 2π[ et R s mtrice dns une bse orthonormée ( e 1, e 2, e 3 ). Alors, en posnt = 1 2 (R t R), il existe(p, q, r) R 3 tels que : L xe de ρ est dirigé pr : 0 r q = r 0 p q p 0 ω= p e1 + q e 2 + r e 3 L ngle est défini pr : 1+2cosθ= Tr(R) sinθ= ω 44

45 Endomorphismes symétriques Définition : u (E) est symétrique si et seulement si : Propriété : (x, y) E 2, < u(x), y>=< x, u(y)> 1. Soit(e 1,..., e n ) une bse orthonormée de E, et M l mtrice de u dns(e 1,..., e n ) : u est symétrique t M= M M est symétrique 2. Toute mtrice M symétrique est digonlisble dns R selon une bse orthonormée. Autrement dit, il existe une bse orthonormée de vecteurs propres réels de M. Nottions : Le sous-espce vectoriel des mtrices n n symétriques est noté n. + n [resp. ++ ] est l ensemble n des mtrices symétriques dont toutes les vleurs propres sont positives[resp. strictement positives]. Forme qudrtique Une ppliction q : E R est une forme qudrtique si et seulement si il existe une formeϕ bilinéire symétrique de E 2 dns R telle que : Une telle forme vérifie toujours q(λ x)=λ 2 x. x E, q(x)=ϕ(x, x) Formule de polristion Soit q une forme qudrtique. Pour retrouver l expression de l forme bilinéire symétrique qui lui est ssocie, on utilise l formule de polristion : ϕ(x, y)= 1 (q(x+ y) q(x y)) 4 45

46 Expression de l mtrice de l forme qudrtique Soit E un espce euclidien muni d une bse(e 1,...,e n ). Soit q une forme qudrtique et ϕ s forme bilinéire symétrique ssociée. Alors : où i,j =< e i, e j >. A=(( i,j )) 1 i,j n est l mtrice de q dns l bse(e 1,...,e n ) En effet, soit x= n i=1 x i e i et y= n i=1 y i e i, lors : n n ϕ x i e i, y= y j e j = D où : i=1 j=1 n q x i e i = i=1 1 i,j n n x 2 i i,i + 2 i=1 x i y j < e i, e j >= 1 i< j n x i x j i,j 1 i,j n i.e., si X[resp. Y] est le vecteur colonne des composnte de x[resp. y], on : ϕ(x, y)= t X.A.Y et q(x)= t X.A.X x i y j i,j Réduction d une forme qudrtique Soit q une forme qudrtique de mtrice A dns une bse orthonormée =(e 1,, e n ). A est symétrique réelle, donc est digonlisble dns une bse =(v 1,, v n ). Il existe donc(, P) n (R) 2 telles que : = t P.A.P où =dig(λ 1,,λ n ) et P l mtrice de pssge orthogonle de vers. Soit x E tel que x= n i=1 x i v i uquel on ssocie l mtrice colonne des coordonnées dns, X. Alors l expression de l forme qudrtique q dns l bse est : q(x)= t X..X = On dit que l forme q est réduite dns l bse. n i=1 λ i x 2 i 46

47 11 Séries de FOURIER Définitions Nottions Soit T R +, on poseω= 2π T. On ppelle ici M (T) l espce vectoriel des fonctions T -périodiques et continues pr morceux sur[0,t] à vleurs réelles. (T) l espce vectoriel des fonctions T -périodiques et continues sur[0,t] à vleurs réelles. Alors (T) M (T). Coéfficients réels et somme prtielle de FOURIER Soit f une fonction de M (T), on pose : k N, 0 (f)= 1 T k (f)= 2 T T 0 T 0 T f(t)dt f(t)cos(kωt)dt k N, b k (f)= 2 f(t)sin(kωt)dt T 0 n S n (f) : x 0 (f)+ k (f)cos(kωx)+ b k (f)sin(kωx) et k=1 S 0 (f)= 0 (f) Les n (f) n N et b n (f) n N sont les coefficients réels de FOURIER de f et S n (f) est l somme prtielle de FOURIER de f d ordre n. S n (f)est continue et T -périodique. Inéglité de BESSEL Soit f T (R) i.e. l espce des fonctions T -périodiques de R dns R. Alors : m 0 (f) 2 n (f) 2 m b n (f) T n=1 n=1 T 0 (f(t)) 2 dt 47

48 Formule de PARSEVAL Soit f T (R). Alors : 0 (f) n=1 n (f) n=1 b n (f) 2 = 1 2 T T 0 (f(t)) 2 dt Fonction 1 pr morceux Une fonction f est 1 pr morceux sur un intervlle I si et seulement s il existe une subdivision 0 < 1 < < n de I telle que, pour tout k 0, n : 1. f est de clsse 1 sur I k =] k, k+1 [ 2. f et f sont prolongebles ux bornes de I k Théorème de DIRICHLET Soit f définie sur R, T -périodique et 1 pr morceux, lors en notnt + = lim t 0 t>0 f(t) et = lim f(t) : t 0 t<0 t R, lim (S n + n (f))(t)= + + = f(t) 2 f est ppelée l régulrisée de f. Remrque : Si f est continue lors f= f lors : lim (S n + n (f))(t)= f(t) 48

49 12 Equtions différentielles Nottions : K désigne l un des corps R ou C, I est un intervlle de R et est l espce vectoriel + (I,K) des fonctions de clsse + sur I à vleurs dns K. Pour une fonction y on note y (n) l dérivée n ème (k N) vec pour convention y (0) = y Systèmes différentielles Définitions Nottions Soit n N. x 1 On considère(x 1,..., x n ) 1 de I dns K uquel on ssocie l mtrice unicolonne X=. et (b 1,..., b n ) un n uplet de fonctions continues de I dns K uquel on ssocie l mtrice unicolonne b 1 B=.. b n En notnt X l mtrice colonne constituée de(x 1,..., x ), on considère le système(σ) qui s écrit n mtriciellement : (Σ) : X (t)=a.x(t)+b On forme le système différentiel sns second membre ou homogène ssocié à(σ) : (Σ 0 ) : X (t)=a.x(t) x n Nture de l espce des solutions L ensemble des solutions de(σ 0 ) est un espce vectoriel S de dimension n L ensemble des solutions de(σ) est un espce ffine X 0 + S, où X 0 est une solution quelconque de(σ). Existence et unicité des solutions Si t 0 I et V 0 n 1 (K), il existe une unique solution de(σ) qui vérifie X(t 0 )=V(0). 49

50 Méthode de résolution On procède à l réduction de A, i.e. on détermine une mtrice inversible P et une mtrice R telle que vec R digonle ou tringulire. A= P.R.P 1 y 1 (t) En posnt Y(t)=. = P 1.X(t), le système(σ) est équivlent à : y n (t) Alors : Y = R.Y+ P 1.B 1. si A est digonlisble de vleur propre(λ 1,...,λ n ), le système réduit est lors formé de n équtions : y i (t)=λ i.y i (t)+β i (t) dont l résolution est élémentire (β i (t) étnt l i ème composnte de l mtrice P 1 B). 2. Si est non digonlisble, lors le système se résoud de proche en proche. Remrque : On ps besoin de clculer P 1 si le second membre B(t) est nul Equtions différentielles linéires Générlités Définition Une éqution différentielle est linéire d ordre n s il existe une ppliction f (I) et un endomorpismeφde défini prφ(y)= k y (k), où k 1, n, k 0 (I), tels que n : k=0 (E) :Φ(y)= f On définit lors l éqution sns second membre (ESSM) ou éqution homogène ssociée pr : (E 0 ) :Φ(y)=0 50

51 Courbe intégrle Une courbe intégrle de(e) est le grphe de x y(x) où y est solution de(e). Un exemple où l on trce plusieurs solutions : Nture et espce des solutions L ensemble des solutions de(e 0 ) est un espce vectoriel 0 de dimension n. L ensemble des solutions de(e) est un espce ffine de dimension n dirigé pr 0 et d origine y 0, où y 0 est une solution prticulière de(e). = 0 + y 0 51

52 Existence et unicité de l solution vérifint une condition initile Soit x 0 I et le n-uplet(v 0,..., v n 1 ) K n. Il existe une unique solution de(e) vérifint pour tout k 0, n 1, y (k) (x 0 )= v k Equtions différentielles linéires à coefficients constnts Eqution crctéristique Lorsqu on à fire à une éqution différentielles à coefficients constnts (i.e. les k sont constnts), on définit l éqution crctéristique ssociée à(e 0 ) : (χ) : n k X k = 0 k=0 Eqution du premier ordre : y + y= f(x) L ensemble des solutions de l éqution y (x)+y(x)= f(x), (vec K, et f 0 ) est une droite vectorielle dirigée pr x e x et d origine y 0 = e x f(t)e t dt. = e x f(t)e t dt+λ.e x Ce résultt s obtient à l ide de l méthode de vrition des constntes. Equtions du second ordre ESSM Soit l éqution :(E) : y (x)+ b y (x)+ cy(x)= f(x), vec(, b,c) K K 2. Résolution de l ESSM : Soientα etβles deux rcines complexes de l éqution crctéristique(χ) : X 2 + b X+ c= 0. Les solutions de l ESSM forment lors un espce vectoriel de dimension 2, de bse : x e αx, x e βx si (x e αx, x xe αx ) si α β α=β 52

53 Résolution complète de l éqution On cherche à déterminer une solution prticulière de(e) : y (x)+ b y (x)+cy(x)= f(x), vec (, b,c) K K 2. Plusieurs méthodes : 1. Seconds membres polynomiux : Si f(x) est un polynôme de degré n, lors il existe une solution prticulière polynomile de degré n si c 0, de degré n+ 1 si c= 0 et b 0, de degré n+ 2 si b= c= Elimintion de l exponentielle : Si f est de l forme e mx g(x), m K, on pose y(x)= u(x)e mx, on obtient lors l éqution sns exponentielle : u +(2m+ b)u +(m 2 + b m+c)u=g 3. Principe de superposition : () Si f(x)= f 1 (x)+ f 2 (x), en dditionnnt les solutions prticulières des équtions : et on obtient une solution prticulière de(e). y (x)+ b y (x)+ cy(x)= f 1 (x) y (x)+ b y (x)+ cy(x)= f 2 (x) (b) Si f(x)=r(h(x))[resp. f(x)=i(h(x))], on obtient une solution de(e) en prennt l prtie réelle[resp. imginire] d une solution de second membre h(x). 4. Autres seconds membres : Si les 3 méthodes précédentes ne permettent ps de résoudre l éqution, on recours à l méthode de vrition des constntes : Si y 1 et y 2 sont deux solutions linéirement indépendntes de(e 0 ), on cherche une solution de (E) sous l forme : y(x)=λ(x)y 1 (x)+µ(x)y 2 (x) où λ (x)y 1 (x)+µ (x)y 2 (x)=0 Alors(E) se rmène à un système de CRAMER enλ (x) etµ (x). 53

54 12.4 Equtions différentielles linéires à coefficients vribles Eqution du premier ordre Résolution de l ESSM : Les solutions de (x)y + b(x)y= 0, sur tout intervlle I où ne s nnule ps, forment un espce vectoriel de dimension 1 dirigé pr : u(x)=e A(x) où A est une primitive de x (x) b(x). Résolution complète : On trouve une solution prticulière de (x)y +b(x)y= c(x) pr l méthode de vritions des constntes en posnt : y 0 (x)= k(x)u(x) L ensemble des solutions de(e) est lors : ={y 0 +λ.u,λ K} Existence et unicité d une solution : Il existe une unique solution de(e) définie pr une condition initile(y(x 0 )=y 0 où(x 0, y 0 ) I K. Eqution du second ordre On considère le système : (E) : (x)y + b(x)y + c(x)y= f(x) Il n y ps de méthode générle de résolution. Cependnt l espce ffine des solutions de(e) est dirigé pr un espce vectoriel de dimension 2. Le principe est lors de trouver deux solutions indépendntes de(e 0 ) et de cherche une solution prticulière. 54

55 Méthode prtielle de résolution (de LAGRANGE) Si l on connît une solution u non nulle de l éqution sns second membre(e 0 ) : (x)y + b(x)y + c(x)y= 0, lors le chngement d inconnue y=z.u trnsforme(e) en l éqution en z : qui est une éqution du premier ordre enω=z. (A) :.u.z +(2.u + b.u).z = f Solutions de(e 0 ) polynimiles ou développbles en série entière On recherche des solutions de(e 0 ) polynômiles ou développbles en série entière. Soitφ : y (x)y + b(x)y + c(x)y un endormorphisme de (R). On recherche les solutions de(e 0 ) sous l forme : On lors sur l intervlle de convergence : φ + y(x)= n x = n n=0 + n=0 + n=0 n x n. n φ(x n )=0. Le clcul nous permet de déterminer les k pour que l somme soit nulle (en générl sous forme de reltion de récurrence). On trouve églement les éventuelles solutions polynomiles de(e 0 ). Recherche de solution pr chngement de vrible On effectue le chngement de vrible x=ψ(t) oùψest une fonction bijective de clsse 2, à vleurs dns un intervlle de résolution I. Il est lors prtique d utiliser les nottions de LEIBNIZ pour boutir à une éqution de vrible t, en effet : dy dx = dx dt dy dt et d 2 y dx 2=dt dx d dy dt dx = d2 y dt 2 dt 2 + dy dx dt d 2 t dx 2 55

56 12.5 Equtions non linéires Attention A l différence des éqution linéires : 1. Il n y ps de méthode générle de résolution. 2. Les notions d éqution sns second membre et de solution prticulière n ont ps de sens ni d intérêt. 3. L ensemble de définition des solutions ne peut ps être prévu à l vnce, et dépend en générl des conditions initiles. Equtions à vribles séprbles Les équtions à vribles séprbles sont de forme générle : i.e. f(y).y = g(x) f(y dy dx = g(x). Elles se résolvent vec l condition initile y(x 0 )= y 0 et : y y 0 f(v)dv= x x 0 g(u)du 56

57 13 Courbes plnes Définitions Courbes prmétrées On munit le pln ffine d un repère orthonormé(o, ı, j). On définit l ppliction : où(x, y) 1 définies sur un intervlle I R. On note OM (t)= d M (t) = x (t) ı+ y (t) j. dt Un point M(t 0 ) est dit : 1. régulier si OM (t 0 ) 0 2. singulier ou sttionnire si OM (t 0 )= 0 γ : t OM(t)= x(t) ı+ y(t) j Points singuliers Définition : On ppelle point sttionnire M de l courbeγ représentée pr le équtions x= f(t) et y= g(t) un point qui correspond à une vleur t 0 pour lquelle les dérivées f (t 0 ) et g (t 0 ) sont nulles simultnément. Propriété : Si p est le plus petit entier tel que les dérivées p èmes des fonctions f et g ne s nnulent ps toutes les deux pour l vleur t 0, on montre que l tngente en M pour coefficient de direction f (p) (t) et g (p) (t) (on peut lors utiliser des développements limités de f et g en t 0 ). 57

58 Brnches infinies On étudie ici le cs où lim t t0 F (t)=+ vec t0 R. 1. Si lim t t0 x(t)= x 0, l courbe présente une symptote verticle. 2. Si lim t t0 y(t)=y 0, l courbe présente une symptote horizontle. 3. Si lim t t0 x(t)=± et lim t t0 y(t)=± plusieurs cs sont à étudier : y(t) () si lim t t0 x(t) =±, l courbe présente une brnche prbolique de direction O y y(t) (b) si lim t t0 x(t) = 0, l courbe présente une brnche prbolique de direction O x y(t) (c) si lim =λ, vecλun réel, lors t t0 x(t) i. si lim t t0 (y(t) λ.x(t))=±, l courbe présente une brnche prbolique de direction y=λ.x ii. si lim(y(t) λ.x(t))=µ, vecµun réel, l courbe présente une symptote oblique t t0 y=λ.x+µ Remrque : Lorsque lim F (t)=α, vecα R on prle de point symptote. t ± Définition Courbes en polires Soit f une fonction 1 pr morceux éfinies sur un intervlle I, l courbe en polire(γ) définie pr l églité r=f(θ) est l courbe définie pr le prmétrgeθ I OM(θ)= f(θ).(cosθ ı+ sinθ j). On pose lors : uθ = cosθ ı+ sinθ j et vθ = sinθ ı+ cosθ j 58

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math Espces métriques, espces vectoriels normés Tewfik Sri L2 Mth Avertissement : ces notes sont l rédction, progressive et provisoire, d un résumé du cours d espces métriques de d espces vectoriels normés

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo Feuille de TD 6. Théorie de l mesure et intégrtion. J.C. Prdo Exercices. Exo. 72 Soit f une fonction sur. On considère muni de l tribu B des boréliens et d une mesure λ sur B. On suppose que f est λ-loclement

Plus en détail

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires L-MATH II-(25-26). Résumé sur les Intégrles Impropres & eercices supplémentires Une fonction définie sur un intervlle I est dite loclement intégrble sur I si f est Riemnnintégrble sur tout intervlle [,

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Enoncés 1 Topologie Ouverts et fermés Exercice 6 [ 118 ] [correction] On muni le R-espce vectoriel des suites réelles bornées de l norme u = sup u n

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé Résumé du cours d nlyse de Sup et Spé 1 Topologie 1.1 Normes, normes équivlentes Une norme sur le K-espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x) 0 (positivité) x E, (N(x) = 0 x

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER 4. Fonctions loclement intégrbles Soit I un intervlle de R et soit f : R R une ppliction. Définition 4.. On dit que f est loclement intégrble sur I si f est intégrble

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

( 0 0 1 0 0 0 0 0 0. et A est semblable à T ; de même B est semblable. n. x

( 0 0 1 0 0 0 0 0 0. et A est semblable à T ; de même B est semblable. n. x Préprtion à l orl Mines-Ponts - MP I) Soit f de clsse C sur [, + [, à vleurs dns R, vérifint f() = et f (t) = (f(t)) + t Montrer que f dmet une limite l + π en + 4 II) Soient A et B non nulles dns M 3

Plus en détail

COMPARAISON DE FONCTIONS

COMPARAISON DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot COMPARAISON DE FONCTIONS 1 Notion de voisinge Définition 1.1 Voisinge Soit R = R {± }. On ppelle voisinge de une prtie de R contennt un intervlle de l forme :

Plus en détail

Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane

Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane Déprtement de Mthémtiques Fculté des Sciences Université Ibn Tofïl Kénitr Cours d Anlyse II S2 Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première nnée) Notes rédigées pr : M. BENELKOURCHI Slimne Professeur

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes Chpitre 1 Dénombrer et sommer Compter des objets et fire des dditions, voilà bien les deux ctivités les plus élémentires à l bse des mthémtiques. Et pourtnt à y regrder de plus près, ce n est ps si fcile.

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange THÉORIE DE LA MESURE Notes de cours de B.Demnge Cours donné en 212-213 2 INTRODUCTION Ce cours pour but de donner une bonne définition de l intégrle de fonctions d une ou plusieurs vribles réelles, qui

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen Cours de DEUG Méthodes mthémtiques pour les sciences de l vie I Avner Br-Hen Université Aix-Mrseille III 3 Tble des mtières Tble des mtières i Fonctions, limites, continuité Fonction, représenttion grphique......................

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli Chpitre 6 : Fonctions ffines -8-01-1- Seconde 7, 010-011, Y. Angeli 1. Éqution réduite d une droite Théorème. Dns un repère, soient A(x A ;y A ) et B(x B ;y B ) tels que x A x B. Alors l droite (AB) est

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 3-8- 213 J.F.C. Eve p. 1 ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 P mentionne des résultats particulièrement utiles et souvent oubliés dans la pratique de l algèbre bilinéaire... mentionne des erreurs à ne pas faire où des

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2 Guillaume CARLIER L1, année 2006-2007 2 Ce support de cours est basé sur le poly de Tristan Tomala des années précédentes.

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

ANALYSE APPROFONDIES II MT242

ANALYSE APPROFONDIES II MT242 ALGÈBRE ET ANALYSE APPROFONDIES II MT242 Année 1998-1999 Chpitre 0. Introduction générle Dns cette introduction nous llons commenter les principles notions contenues dns le cours du second semestre, leurs

Plus en détail

Séries, intégrales et probabilités

Séries, intégrales et probabilités Séries, intégrles et probbilités Thierry MEYRE Préprtion à l grégtion interne. Année 2014-2015. Université Pris Diderot. IREM. http://www.prob.jussieu.fr/pgeperso/meyre 2 BIBLIOGRAPHIE. Les ouvrges de

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Mathématiques. Sup & Spé TSI Résumé de Cours. Christophe Caignaert. Lycée Colbert 59200 Tourcoing

Mathématiques. Sup & Spé TSI Résumé de Cours. Christophe Caignaert. Lycée Colbert 59200 Tourcoing Sup & Spé TSI Résumé de Cours j O Clcul élémentire de l courbure en un point birégulier i On considère l fonction ngulire ssociée ϕ qui est l ngle entre Ox et T, ϕ = d où, en prmétriques : cosϕ T : = sinϕ

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

Définition d une norme

Définition d une norme Définition d une norme Définition E est un K-ev. L application N : E R + est une norme sur E ssi 1. x E, N(x) = 0 x = 0. 2. k K, x E, N(k.x) = k N(x). 3. x, y E, N(x + y) N(x) + N(y) Notation N,. Propriété

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels Chpitre I Introduction ux problèmes vritionnels I.1. Introduction. Le clcul des vritions concerne l recherche d extrems (minimums ou mximums), et peut être considéré comme une brnche de l optimistion.

Plus en détail

Coniques. Plan du chapitre

Coniques. Plan du chapitre Coniques Pln du chpitre Introduction.......pge Les coniques pr foyer, directrice et excentricité......pge. Définition.... pge. Intersection d une conique vec son xe focl.... pge 3 L prbole (e = ).... pge

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Table des matières. Avant propos

Table des matières. Avant propos Tble des mtières Avnt propos ii 1 Intégrle de Riemnn 1 1.1 Intégrle des fonctions en esclier............ 2 1.2 Fonctions intégrbles u sens de Riemnn........ 6 1.3 Propriétés générles de l intégrle de Riemnn......

Plus en détail

3 Produit vectoriel. 3.1 Construction. Définition géométrique du produit vectoriel de deux vecteurs. Liens hypertextes

3 Produit vectoriel. 3.1 Construction. Définition géométrique du produit vectoriel de deux vecteurs. Liens hypertextes ProduitVectoriel-Determinnt.n 15 3-ème nnée, mthémtiques niveu vncé 3 Produit vectoriel Edition 2004-2005 Liens hypertextes Produit sclire 3D: http://www.deleze.nme/mrcel/sec2/cours/geom3d/produitsclire3d.pdf

Plus en détail

Les espaces vectoriels Partie 1

Les espaces vectoriels Partie 1 Les espaces vectoriels Partie 1 MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er février 2016 1 Définition d un Espace Vectoriel Soit ( K,+, ) un corps commutatif (le programme impose K = R ou C).

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Modèles mthémtiques en informtique musicle Mrc Chemillier Mster M2 Atim (Ircm), 2011-2012 Notions théoriques sur les lngges formels - Définitions générles o Mots, lngges o Monoïdes - Notion d utomte

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Banque d'exercices pour l'épreuve orale de mathématiques de la lière MP des concours communs polytechniques

Banque d'exercices pour l'épreuve orale de mathématiques de la lière MP des concours communs polytechniques Banque d'exercices pour l'épreuve orale de mathématiques de la lière MP des concours communs polytechniques A cette épreuve, les élèves ont deux exercices à résoudre. Le premier, noté sur 8 points, porte

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

Résumé de Math Sup et compléments : algèbre linéaire

Résumé de Math Sup et compléments : algèbre linéaire Résumé de Ma Sup et compléments : algèbre linéaire I - Espaces vectoriels - Sous espaces vectoriels 1) Structure de K-espace vectoriel Soient K un sous-corps de C et E un ensemble non vide muni d une l.d.c.i.

Plus en détail

Mathématiques du signal déterministe

Mathématiques du signal déterministe Conservtoire Ntionl des Arts et Métiers MAA17 Mthémtiques du signl déterministe Nelly POINT 11 octobre 211 Tble des mtières 1 Intégrtion 3 1.1 Méthodes d intégrtion : rppels........................ 3

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2 Espaces euclidiens Table des matières 1 Définitions et exemples 1 Orthogonalité, norme euclidienne 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 4 Orthogonalisation de Schmidt 3 5 Sous-espaces orthogonaux 3

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

201-NYC SOLUTIONS CHAPITRE 8

201-NYC SOLUTIONS CHAPITRE 8 Chpitre 8 Nombres complexes 7 -NYC SOUTIONS CHAPITRE 8 8. EXERCICES. ) Re() 5, Im() b) Re(), Im() 8 c) Re() 5, Im() d) Re(), Im() e) Re(), Im() f) Re(), Im() 6. ) x + i et x i b) x + i et x i c) x + i

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour L / Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire USTV M Analyse numérique G FACCANONI Dernière mise-à-jour Jeudi mai Avertissement : ces notes sont régulièrement mises à jour et corrigées, ne vous étonnez

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equations différentielles Mathématiques Martine Arrrou-Vignod FORMAV 2009 I Equations différentielles linéaires à coefficients constants du premier ordre 3 I.1 Vocabulaire Définitions......................

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

PC* Espaces préhilbertiens réels

PC* Espaces préhilbertiens réels I. Espace préhilbertien réel................................... 3 I.1 Produit scalaire dans un espace vectoriel réel................... 3 I.2 Inégalités de Cauchy-Schwarz et de Minkowski..................

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines Fonctions : vritions et extremums. Fonctions ffines Clsse de seconde I. Sens de vrition d'une fonction... 1) Fonctions croissntes... ) Fonctions décroissntes... II. Tbleu de vritions...3 III. Mximum, minimum...3

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES

ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES 30-9- 2010 J.F.C. p. 1 ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES Exercice 1 Intersection d hyperplans. E est un espace vectoriel de dimension n sur K (n [2, + [). Q1. Montrer que si F et G sont deux

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3 Alexandre VIDAL Dernière modification : 11 janvier 2011 Table des matières I Généralités et rappels sur les fonctions 1 I.1 Définition....................................

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mthémtiques TS Lycée Henri IV Tble des mtières I Les nombres complexes 7 Rcines n ième d un nombre complexe non nul 7. Définition.................................................... 7.2 Représenttion

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE Jen-Mrie De Conto Université Joseph Fourier IUT Déprtement Mesures Phsiques Me contcter: sns hésiter À l IUT Au lbortoire: Lbortoire de Phsique Subtomique et de Cosmologie

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Ó Ø Ó Ö ¾¼½ PSI Aurélien Monteillet ii Ce document contient les notes d un cours de mathématiques pour la classe de PSI. Les démonstrations non exigibles ou hors programme sont explicitement

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 5 mai 2016 Enoncés 1 Applications linéaires Etude de linéarité a) Montrer que ϕ et ψ sont des endomorphismes de E. b) Exprimer ϕ ψ et ψ ϕ. c) Déterminer images et

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

COURS MPSI B 3 VIII.. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES R. FERRÉOL 13/14

COURS MPSI B 3 VIII.. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES R. FERRÉOL 13/14 VIII.1) ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES DU PREMIER ORDRE. 1) Généralités. DEF : une équation différentielle du premier ordre est une expression du type où f est une fonction der 3 dansr. (E):f(x,y,y )=0 Résoudre

Plus en détail

Techniques fondamentales de calcul

Techniques fondamentales de calcul Chapitre Techniques fondamentales de calcul. Inégalités dans R On rappelle que (R, +,, ) est un corps totalement ordonné, d où : x, y R, x y ou y x, x, y, z R, x y = x + z y + z, x, y R, x 0ety 0 = xy

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail