SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE"

Transcription

1 TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installatins Cmpétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technlgie des installatins frigrifiques Séquence : S5.3 : Systèmes de cnditinnement de l air Séance : Le système Tut Air (mn-gaine) Date : Objectif de la séance : SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE Principe de fnctinnement : Le système de cnditinnement d'air "tut air neuf, à débit cnstant, mn-gaine" est un système ù l'air est préparé (chauffé, refridi, humidifié,...) en centrale dans un caissn de traitement d'air, puis envyé par un réseau de gaines vers le/les lcaux. En vici un exemple, appliqué à une zne : Page 1 sur 7

2 Système tut air, à débit cnstant, mn-gaine : - unizne - basse pressin - haute pressin (avec bîte de détente) - multizne - basse pressin - haute pressin (avec bîte de détente) TERMINOLOGIE : "Tut air" : L'air est le fluide calprteur de chaleur, de frid, u d'humidité. Par exemple : si en hiver le lcal présente des déperditins, l'air purra être sufflé à 28 C, mais si en été, le lcal subit des apprts slaires, l'air purra être sufflé à 16 C, et si, dans la salle de cinéma, le film très suggestif prvque beaucup de dégagement de vapeurs de la part des spectateurs, l'air sera sufflé très sec! "Débit cnstant" : Le débit est fixé par le ventilateur (qui ne dispse que d'une seule vitesse de rtatin). La régulatin est réalisée par actin sur la température et le taux d'humidité de l'air pulsé. "mn-gaine" : Un seul réseau de gaine est créé, et dnc un seul niveau de température est dispnible pur la(les) pièce(s) climatisée(s). "uni-zne u multi-znes" : Uni-zne : il n'existe qu'une seule zne à traiter (une salle de cnférences, par exemple), Multi-znes : n crée plusieurs znes dans le bâtiment, chaque zne puvant recevir un air traité spécifiquement en fnctin de ses besins. Remarque : une zne peut cmprendre plusieurs lcaux. "basse u haute pressin " : On parle de basse pressin du ventilateur si pressin < 800 Pa, u 80 mmce si vitesse d'air dans les gaines cmprise entre 2 et 7 m/s On parle de réseau haute pressin si la vitesse dans les cnduits atteint de 12 à 16 m/s Page 2 sur 7

3 SYSTEME À RECYCLAGE PARTIEL En vue de diminuer les cûts d'explitatin, l'air extrait peut être recyclé partiellement. Des registres mtrisés mdulent les débits d'air recyclé et d'air rejeté. Le débit d'air neuf peut dnc varier mais sans jamais descendre sus le débit minimal d'air neuf hygiénique en péride d'ccupatin. CENTRALE DE TOITURE (Rf-tp) : Ces centrales de titure se présentent sus frme cmpacte et peuvent regruper les mêmes cmpsants que les centrales uniznes. Elles snt alimentées en fluide (eau chaude, eau glacée) par des systèmes de prductin décentralisés, u elles dispsent de prductins autnmes (batterie fride à détente directe, batterie de chauffage direct au gaz u électrique). L air traité est sufflé à débit cnstant (DC) vers les lcaux sit dans un cnduit unique (1C) de sufflage équipé de buches, sit directement par une grille. Page 3 sur 7

4 Les rf-tp actuels n assurent que des fnctins de ventilatin, réchauffage, rafraîchissement (sans cntrôle de la déshumidificatin) de l air. Ils snt régulés directement par des thermstats d ambiance. On retruvera également les sécurités incendie, thermstat antigel bligatires et d éventuels pressstats différentiels pur le clmatage des filtres et suivi du fnctinnement des ventilateurs. Avantages Gain de vlume intérieur Peu de fluides auxiliaires Cnduits aérauliques curts Autnmie de fnctinnement Cût d investissement myen Incnvénients Nécessité d une titure terrasse accessible et résistante (250 dan/m²) Maintenance imprtante (intempéries) Gamme de puissance très limitée : 8 à 55 kw en frid 7 à 52 kw en chaud 5700 à m 3 /h Esthétique, prblèmes d étanchéité à la traversée des dalles, prblèmes acustique Maintenance assez chère SYSTEME AVEC RECUPERATION DE LA CHALEUR SUR L AIR EXTRAIT Pur réduire les cûts d explitatin des Systèmes de Traitements d Air, liés aux imprtantes cnsmmatins d énergies, n récupère l enthalpie de l air rejeté à l extérieur, au niveau du caissn de mélange, grâce à tris types de systèmes écnmiseurs : Systèmes à régénératin : un matériau accumulateur slide u liquide emmagasine la chaleur sensible et / u latente, pur la restituer ultérieurement. Systèmes à récupératin : des surfaces d échange slides permettent un transfert de chaleur sensible des veines d air rejetées à l air neuf intrduit en centrale. Systèmes à thermfrigpmpe : un fluide frigrigène assure un transfert de chaleur, myennant un apprt d énergie électrique u thermique, de l air rejeté (surce chaude) à l air neuf (surce fride). Page 4 sur 7

5 ON RENCONTRE AUSSI INSTALLATIONS "TOUT AIR, À DEBIT CONSTANT, MONO GAINE, MULTI-ZONES " Dans ces centrales multiznes, seule une partie des traitements snt centralisés. Les batteries chaude et fride snt dispsées en parallèles, en aval du ventilateur de sufflage, et en amnt d un caissn de répartitin. Des débits d air chaud et frid snt mélangés en prprtins variables dans ce caissn, pur chaque zne climatisée. Le débit ttal sufflé reste cnstant (DC). Les airs frids et chauds snt préparés à températures cnstantes, mélangés en fnctin des charges de chaque zne, puis sufflés dans des cnduits uniques prpres à chaque zne. Les températures et humidités ambiantes de chaque zne peuvent être ajustés par des humidificateurs et réchauffeurs électriques terminaux. Page 5 sur 7

6 Pur les bâtiments autres que d habitatin, la Réglementatin thermique (articles 36 et 37 du décret du 12/04/88) interdit la prductin simultanée d eau fride et chaude. En été la batterie chaude principale dit dnc être alimentée par un système de récupératin sur des cndenseurs de machines frigrifiques. Fnctins principales Intrductin d air neuf hygiénique Recyclage d air repris Filtrage Sufflage et reprise Chauffage principal Rafraîchissement et déshumidificatin Préparatin des débits de sufflage par znes Réchauffage terminal Humidificatin terminale UTILISATION : Cmpsants curants Caissn de mélange à tris vlets (registres à lames ppsées) Filtres gravimétriques (média nn tissé u pches) Ventilateurs centrifuges à actin, simple u duble uïe d aspiratin Batteries à eau chaude (prductin décentralisée) u récupératin sur machine frigrifique u cgénératin Batterie à eau glacée (prductin décentralisée) Batterie à détente directe Caissn de répartitin Batteries électriques Humidificateur à vapeur Ces centrales multiznes snt destinées à des lcaux cmmerciaux u tertiaires dans lesquels les lcaux peuvent être regrupés par znes ù les charges internes et les cnditins d ambiance snt différentes. Par exemple des lcaux rientés plein sud et plein Nrd, lcaux périphériques et nyau central. Avantages Simplicité et sûreté de fnctinnement Individualisatin par znes Bn bilan d explitatin, pssibilité d utiliser la stratificatin de l air en centrale Facilité d btentin de pints de sufflage disparates sur le diagramme psychrmétrique Incnvénients Dimensinnement délicat, pur le chix des cnsignes des airs chaud et frids Centrale et réseau aéraulique encmbrants Investissement élevé Maintenance assez chère Obligatin de récupératin pur utiliser la batterie chaude en été DOMAINE D'APPLICATION DE CES DIFFERENTS SYSTEMES Le système "tut air" a de l'intérêt lrsque un débit d'air élevé et cnstant est suhaité : n pense par exemple aux salles de spectacles ù de tute façn n dit apprter de l'air aux persnnes... Le système "tut air - unizne" a de l'intérêt lrsque : Un seul lcal est à climatiser, généralement de grand vlume : salle de spectacles, salle d'pératins, salle de réunin,... Il existe plusieurs lcaux dnt le fnctinnement thermique est similaire et pur lesquels un respect strict des cnsignes de température n'est pas impsé : plusieurs bureaux similaires sur une même façade,... Page 6 sur 7

7 Le système "tut air - unizne" a de l'intérêt dans le cas ù les charges thermiques varient mais que les lcaux peuvent être regrupés en znes de fnctinnement thermique similaire (et pur lesquels une mdulatin limitée des cnsignes de température est requise) : le placement de batteries terminales permettra alrs de répndre plus précisément aux besins. Purrait-n l'appliquer à un cmplexe de plusieurs salles de cinémas? Prbablement pas puisqu'il faudra chauffer la salle ù deux nstalgiques regardent un film de Ingmar Bergmann, et refridir la salle visine ù 350 persnnes regardent avec passin "Titanic : le retur" ù le bateau resurgit du fnd des mers AVANTAGES : Simplicité glbale, facilité de dimensinnement, régulatin simple, fiable et centralisée, fnctinnement stable, dnc cût de maintenance réduit, pas d alimentatin en eau chaude u fride dans les lcaux, sauf si la variante avec batteries de réchauffage en eau chaude est chisie, faible niveau snre, sauf avec les installatins haute pressin, pssibilité d utilisatin d air extérieur pur le refridissement gratuit (free cling), cntrôle de l humidité relative en centrale et de l empussièrement. INCONVENIENTS : Le débit d'air est cnstant. Or il est dimensinné pur la situatin extrême, généralement celle de l'été, en péride de canicule avec un sleil de plmb! Cnclusins : de tels débits entraînent une cnsmmatin élevée des ventilateurs et, dans certains cas, de l'incnfrt tute l'année! L'encmbrement de la centrale et du réseau de gaines (grs débits, sectin imprtante des cnduites d'air neuf, d'air pulsé et d'air extrait). C'est pur limiter cet encmbrement que l'n a recurs à une cnceptin de réseau de gaines sus haute pressin. Intégratin bligatire dès la cnceptin du bâtiment. Si uni-zne, température et humidité de sufflage uniques, d'ù, si plusieurs lcaux : Un manque de précisin dans le respect des cnsignes. Une surcnsmmatin suite à l'absence de régulatin par pièce. Si multi-zne : Il n'est pas pssible de mduler le débit d'air neuf en fnctin de la présence u nn d'ccupants dans chacune des znes. Si l air dit puvir être refridi et réchauffé distinctement dans chaque zne, une batterie de chauffe et un grupe de refridissement peuvent être ajutés pur chaque zne, mais le cût d'installatin devient prhibitif. Les batteries électriques snt peu cûteuse à l'investissement mais très néreuses à l'usage, à l'ppsé des batteries d'eau chaude qui snt cûteuses à l'investissement (deux tubes). Si la vitesse de déplacement de l'air est augmentée pur diminuer les sectins, le niveau de bruit sera nettement plus élevé et demandera un traitement acustique sérieux. Equipements de plus grande slidité pur résister aux pressins, si variante en haute pressin. Page 7 sur 7

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting FROID EFFICACE EN LR FROID et AGROALIMENTAIRE en Languedc-Russilln Paul Rivet AF Cnsulting FROID et AGROALIMENTAIRE en LANGUEDOC-ROUSSILLON Réunin du 2 ctbre 2009 - Mntpellier Rappel des bjectifs de l

Plus en détail

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 4. Mécanique 4.4 Ventilation

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 4. Mécanique 4.4 Ventilation Le CAHIER NORMATIF pur les travaux de cnstructin 4. Mécanique 4.4 Ventilatin Le 18 nvembre 2013 TABLE DES MATIÈRES 4. Mécanique... 1 4.4 Ventilatin... 1 4.4.1 Prescriptins générales... 1 4.4.2 Salle de

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

COVED / Centre de traitement des DEEE de Riom / Dossier de demande d autorisation d exploiter / Résumé non technique Etude de dangers

COVED / Centre de traitement des DEEE de Riom / Dossier de demande d autorisation d exploiter / Résumé non technique Etude de dangers RESUME NON TECHNIQUE R005-6076855-V01 5 février 2014 Page 1 L étude de dangers a pur bjet d identifier les phénmènes dangereux majeurs qui purraient se prduire sur le site et de vérifier que les mesures

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique GROUPE HOSPITALIER PUBLIC DU SUD DE L OISE GHPSO SITE DE CREIL (60) Partie 1 Demande d autrisatin d expliter Résumé nn technique RENOUVELLEMENT DE LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

Maîtriser les charges d'eau en copropriété

Maîtriser les charges d'eau en copropriété Maîtriser les charges d'eau en cprpriété Bastien Willet, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin» Assciatin des Respnsables de Cprpriété Intrductin Répartir les charges au prrata des cnsmmatins Principe

Plus en détail

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014 GT énergie et patrimine cmmunal n 8 Cmpte rendu de la réunin du 16 juin 2014 1. RAPPEL ORGANISATION ET ORDRE DU JOUR 1.1 ORGANISATION Date de la réunin 17 juin 2014 Hraire 09h30-12h00 Lieu de la réunin

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

FICHE D APPLICATION : SOUDAGE ORBITAL

FICHE D APPLICATION : SOUDAGE ORBITAL FICHE D APPLICATION : SOUDAGE ORBITAL REFERENCE: OBJET: APPLICATION: CO093 / O_POW / 0610 / N DE CDE: 03577CN2C1 PROCEDE TIG FIL CHAUD AVEC GENERATEUR P6 SOUDAGE DE TUYAUTERIES DU CIRCUIT PRIMAIRE - Diamètre

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE Frmatin «Référent Energie» PACK 1 : «Efficacité énergétique liée au prcess» PACK 2 : «Efficacité énergétique liée au bâti» 4 Jurs 3 Jurs 3 Jurs PACK 3 : «Efficacité

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

CONTENUS-NOTIONS COMPETENCES EXEMPLES D ACTIVITES LES CHANGEMENTS D ETAT DE. Que se passe-t-il quand on L EAU, APPROCHE

CONTENUS-NOTIONS COMPETENCES EXEMPLES D ACTIVITES LES CHANGEMENTS D ETAT DE. Que se passe-t-il quand on L EAU, APPROCHE Niveau 5 ème Prgramme Dcument du prfesseur 1/6 Physique - Chimie ETUDE D UN CHANGEMENT D ETAT DE L EAU : LA SOLIDIFICATION L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT. CONTENUS-NOTIONS COMPETENCES EXEMPLES D ACTIVITES

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE GENERALES A ADOPTER EN CAS D ALERTE ORANGE OU ROUGE VAGUES-SUBMERSION

CONSIGNES DE SECURITE GENERALES A ADOPTER EN CAS D ALERTE ORANGE OU ROUGE VAGUES-SUBMERSION CONSIGNES DE SECURITE GENERALES A ADOPTER EN CAS D ALERTE ORANGE OU ROUGE VAGUES-SUBMERSION CONSIGNES DE SECURITE AVANT UNE CRISE EN CAS D ALERTE ORANGE «Les services de Mété France une émis une carte

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE

FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE 1 - BUT Ce TP a pur but de mettre en œuvre une installatin électrique alimentée par un panneau slaire. Cette étude cmprendra : L analyse du besin en énergie

Plus en détail

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE - - REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE Interrger sn cmprtement vis-à-vis des installatins de chauffage et de refridissement. PRINCIPES Le cnfrt thermique est prbablement l'un des éléments venant

Plus en détail

Projet de méthanisation à la ferme

Projet de méthanisation à la ferme Prjet de méthanisatin à la ferme Exercice d étude de cas Pôle de Lanaud (Haute-Vienne) Cntact Slagr : Jérémie PRIAROLLO jeremie.priarll@slagr.ass.fr 05 67 69 69 69 Slag r 75, vie du TOEC - 31076 Tuluse

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse :

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse : CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE Cncerne : Nm du Bâtiment Entre : Nm Client Ci-après dénmmé «CLIENT» ET : Nm sciété Ci-après dénmmé «EXPLOITANT» Il a été

Plus en détail

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffer, distribuer et puiser de l eau chaude sanitaire en tenant cmpte

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 Réglementatin Thermique 2012 Cadre standard de présentatin du «Récapitulatif Standardisé d'etude Thermique» Opératin :_Bâtiment Etude thermique du :15/04/2014 Lgiciel et versin :E4tech sftware SA, Lessai,

Plus en détail

UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE.

UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE. Chaudières fiul MUTINE ÉVOLUTION N OUVELLE MUTINE MUTINE ÉVOLUTION UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE. un design élégant et mderne, un cnfrt eau chaude

Plus en détail

DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES CQFD H2CO. 1 - Façade "Bois"

DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES CQFD H2CO. 1 - Façade Bois DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES 1 - Façade "Bis" Les façades et pignns snt réalisés en ssature bis : ssature bis pin classe 2 épaisseur 145 mm fixée sur sablière entre dalle côté extérieur : vile

Plus en détail

Conditions d installation et d utilisation du matériel d auto-surveillance

Conditions d installation et d utilisation du matériel d auto-surveillance Cnditins d installatin et d utilisatin du matériel d aut-surveillance 1. Recmmandatins d utilisatin et d installatin a) Le matériel d aut-surveillance utilise une technlgie de cmmunicatin sans fil (radifréquence

Plus en détail

ZAC METAIRIE COUËRON (44)

ZAC METAIRIE COUËRON (44) ZAC METAIRIE COUËRON (44) CAHIER DES RECOMMANDATIONS ENERGETIQUES Nvembre 2014 Aménageur Urbaniste de la ZAC Bureau d études énergétique LOIRE OCEAN DEVELOPPEMENT, 1, Bd du Zénith 44821 ST HERBLAIN Cedex

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Municipalité 19 mai 2008

Municipalité 19 mai 2008 Municipalité 19 mai 2008 PR08.22PR RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS POUR une demande de crédit d'investissement de fr. 1'300'000.- pur la cnstructin d un canal de récupératin et d une installatin

Plus en détail

Les émissions potentielles de l entreposage de DD

Les émissions potentielles de l entreposage de DD Les Annexes Tme 2 Annexe 1 Les émissins ptentielles de l entrepsage Annexe 2 Les revendicatins techniques en Allemagne (TA Abfall 1992) Annexe 3 Exemple de l'équipement - stck de pesticides Annexe 4 Travaux

Plus en détail

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD)

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD) Chap.5 Instruments d ptique (Curs - TD) 1. Mdèle ptique de l eil 1.1. Quelques éléments d anatmie de l eil 1.2. Phénmène d accmmdatin 1.3. Défauts de l eil 1.4. Taille apparente d un bjet vu par l eil

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE Qui smmes nus? Nus smmes une petite sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

La station traite convenablement ses effluents, elle possède une station d épuration correctement dimensionnée et en bon fonctionnement.

La station traite convenablement ses effluents, elle possède une station d épuration correctement dimensionnée et en bon fonctionnement. Assainissement La statin traite cnvenablement ses effluents, elle pssède une statin d épuratin crrectement dimensinnée et en bn fnctinnement. A l heure actuelle, en France, 68% des eaux usées snt récupérées

Plus en détail

Chap II : La gestion de stock

Chap II : La gestion de stock www.lgistiquetn.me.ma Chap II : La gestin de stck I. Les pératins de la gestin du stck : La gestin du stck d une entreprise dit être réalisée avec sin pur être capable en permanence de cnnaitre l état

Plus en détail

Excavations et tranchées

Excavations et tranchées Excavatins et tranchées Université McGill Gestin et dévelppement des installatins Services universitaires 1010, rue Sherbrke Ouest, 10 e étage Mntréal (Québec) H3A 2R7 Mise à jur : janvier 2013 1.0 DÉFINITIONS

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

Décapage de revêtements par induction Méthode RPR

Décapage de revêtements par induction Méthode RPR Décapage de revêtements par inductin Méthde RPR Le système innvant et breveté de décapage par inductin RPR repse sur un prcédé très écnmique et extrêmement efficace, permettant de décaper les revêtements

Plus en détail

6. Réglementation des Installations nucléaires de base (INB) et organisation de la sécurité [2] [16]

6. Réglementation des Installations nucléaires de base (INB) et organisation de la sécurité [2] [16] 6. Réglementatin des Installatins nucléaires de base (INB) et rganisatin de la sécurité [2] [16] 6-1 Les INB Suivant leur imprtance et les risques présentées, les installatins nucléaires, entrent sit dans

Plus en détail

Ligne de conduite pour l implémentation de l arrêté royal du 13 juillet 2014 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Ligne de conduite pour l implémentation de l arrêté royal du 13 juillet 2014 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Agence fédérale pur la sécurité de la chaîne alimentaire Ligne de cnduite pur l implémentatin de l arrêté ryal du 13 juillet 2014 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Le présent dcument s adresse

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Proposer et mettre en service les solutions domotiques relatives aux innovations de l année 2013 (DOM02- version 2014)...

TABLE DES MATIÈRES. Proposer et mettre en service les solutions domotiques relatives aux innovations de l année 2013 (DOM02- version 2014)... Guide frmatin 2014 Dmticiens agréés Smfy Centre de Frmatin SOMFY n déclaratin d activité 82 74 00 16974 1 place du crêtet 74300 Cluses Mail t : cntact.frmatin@smfy.cm TABLE DES MATIÈRES Prpser et mettre

Plus en détail

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE»

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» SOMMAIRE Dans le cadre de la mise en œuvre du PRERURE, la Régin Guadelupe et l ADEME lancent un appel à prjets prtant sur des bâtiments à perfrmances exemplaires.

Plus en détail

Collège Iqbal Masih. 6, rue Jeumont 93210 LA PLAINE ST DENIS COLLEGE IQBAL MASIH DE SAINT-DENIS LA PLAINE

Collège Iqbal Masih. 6, rue Jeumont 93210 LA PLAINE ST DENIS COLLEGE IQBAL MASIH DE SAINT-DENIS LA PLAINE Cllège Iqbal Masih 6, rue Jeumnt COLLEGE IQBAL MASIH DE SAINT-DENIS LA PLAINE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MAINTENANCE DU SYSTEME D ALARME INCENDIE CAHIER DES CHARGES -OBJET Le présent marché a pur bjet

Plus en détail

MISE EN SÛRETÉ P.P.M.S. FACE AUX RISQUES MAJEURS DANS L'ACADÉMIE DE GRENOBLE

MISE EN SÛRETÉ P.P.M.S. FACE AUX RISQUES MAJEURS DANS L'ACADÉMIE DE GRENOBLE PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ P.P.M.S. FACE AUX RISQUES MAJEURS DANS L'ACADÉMIE DE GRENOBLE RISQUE MAJEUR : Cmment être prêt? L ambitin de cette démarche académique s inscrit en chérence avec le BOEN

Plus en détail

ROOF-TOP GAZ. Efficace et Robuste. Simplet et Rapide à Installer. Puissances de 34 kw à 81 kw

ROOF-TOP GAZ. Efficace et Robuste. Simplet et Rapide à Installer. Puissances de 34 kw à 81 kw FABRICANT D AÉROTHERMES, ROOF-TOP, GÉNÉRATEURS D AIR CHAUD, TUBES RADIANTS N Constructeur : AQP 0027 ROOF-TOP GAZ Type RTE Exécution Extérieure Type RTI Exécution Intérieure Efficace et Robuste Simplet

Plus en détail

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES OCTOBRE 2015 PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX (CFI) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE

REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE 1 SOMMAIRE REGLEMENT D INTERVENTION Entreprises ciblées et prirités réginales Présentatin des

Plus en détail

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES Les znes «A» englbent les secteurs de la cmmune, équipés u nn, à prtéger en raisn du ptentiel agrnmique des terres agricles. Seules y sernt autrisées

Plus en détail

Performance énergétique et réglementation

Performance énergétique et réglementation Perfrmance énergétique et réglementatin Sihem TASCA-GUERNOUTI CETE de l uest Rencntre ARCAD Simulatin thermique dynamique 23 mars 2012 Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest www.cete-uest.develppement-durable.guv.fr

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

TRAITEMENT D AIRD VENTILATION

TRAITEMENT D AIRD VENTILATION TRAITEMENT D AIRD ET VENTILATION D1 Sommaire Section 7 Traitement d air d et ventilation Articles CH 28 à CH 43 - CH 28 - Définitions - CH 29 à CH 40 Sous-section section 1 : Ventilation de confort - CH

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET APPEL A MANIFESTATION D INTERET SITE EN ARRIERE DU TERMINAL MULTIVRAC Titre 1. Expsé préliminaire. Le Grand Prt Maritime du Havre (GPMH), Etablissement Public de l Etat, substitué dans les drits et bligatins

Plus en détail

ELEMENTS CONSTITUTIFS D UN PUITS DE LUMIERE SOLATUBE

ELEMENTS CONSTITUTIFS D UN PUITS DE LUMIERE SOLATUBE ELEMENTS CONSTITUTIFS D UN PUITS DE LUMIERE SOLATUBE Dôme Slin Prismes pur mieux rérienter les rayns lumineux, ntamment à angles faibles. Matière qui ne jaunit pas avec le temps et résiste aux chcs. SOLIN

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ)

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ) L Assciatin pur l exprtatin du livre canadien Prgramme d aide à la cmmercialisatin des drits à l étranger (PACDÉ) Lignes directrices 2010-2011 Date limite pur la réceptin des demandes : le jeudi 1 er avril

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Chap.6 Description des changements d état d un corps pur

Chap.6 Description des changements d état d un corps pur Chap.6 Descriptin des changements d état d un crps pur 1. Définitins et bservatins expérimentales 1.1. Changement d état Définitins 1.2. Définitin d une phase 1.3. Evlutin de T lrs d un changement d état

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

Son unité noté N est le newton.

Son unité noté N est le newton. Statique Frces pnctuelles 1) Ntin d actin mécanique On appelle actin mécanique tutes causes susceptibles de créer pur un bjet slide(*) : Un muvement Une défrmatin u un déplacement (bjet fixe) une situatin

Plus en détail

Plan d actions 2016 Bassin de vie

Plan d actions 2016 Bassin de vie Plan d actins 2016 Bassin de vie Dssier technique Directin du Marketing et de la Cmmunicatin Dssier suivi par : David Queffelec - dqueffelec@herault-turisme.cm - 04 67 67 71 24 Stéphanie Durandkeller -

Plus en détail

Comment congeler des carottes

Comment congeler des carottes Cmment cngeler des carttes Si vus avez plus carttes qu'il ne vus faut pur les temps à venir, envisagez de les cngeler en vue d'une utilisatin ultérieure. Pur cngeler des carttes, vus devez les décuper

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE 14 janvier 2005 1. Le cntexte Le calcul du cntenu en carbne de l électricité représente en France un enjeu imprtant pur l évaluatin des actins

Plus en détail

Niveau Kev 2. 2. L élève doit être en mesure de contrôler un virage par ancrage en eau calme. (Appel par incidence, appel actif et virage)

Niveau Kev 2. 2. L élève doit être en mesure de contrôler un virage par ancrage en eau calme. (Appel par incidence, appel actif et virage) Niveau Kev 2 Durée du curs: 1 jurnée (6 heures minimum) Objectif général : Dnner suite lgique au Niveau 1 Eau Calme en initiant les kayakistes débutants à l eau vive. Objectifs spécifiques: 1. L élève

Plus en détail

Dmtique et Nrme X10: Un myen de cmmander les appareils de la maisn sans câblage supplémentaire Intrductin Tut le mnde rêve de puvir autmatiser plusieurs fnctins de sa maisn (allumer la lumière, uvrir la

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

Compte-rendu Réunion des Associations de Trémoins le 16 octobre 2014

Compte-rendu Réunion des Associations de Trémoins le 16 octobre 2014 Cmpte-rendu Réunin des Assciatins de Trémins le 16 ctbre 2014 Présents : Mairie de Trémins : Grégire Gille maire mairiedetremins@wanad.fr 06 03 04 36 52 Estelle Buché 2 ème Adjinte Les amis des Ecles :

Plus en détail

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière?

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière? Sessin : Territires cherchent indicateurs pertinents Quels indicateurs pur l analyse de la cnsmmatin fncière? Pierre ALBERT pierre.albert@amenis.fr 12 juin 2013 Plan de l interventin Un rappel du cntexte

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA REPRISE DU CENTRE TECHNIQUE D AURILLAC (15)

APPEL A CANDIDATURE POUR LA REPRISE DU CENTRE TECHNIQUE D AURILLAC (15) APPEL A CANDIDATURE POUR LA REPRISE DU CENTRE TECHNIQUE D AURILLAC (15) CONTEXTE ET OBJET Le Haras natinal d Aurillac exerce les missins cnfiées aux Haras natinaux depuis le début du XIXème siècle. Parmi

Plus en détail

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE - - REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE La régulatin du système de chauffage dit permettre une crrespndance idéale entre le besin d énergie et la quantité de chaleur effectivement prduite.

Plus en détail

Les caractéristiques. physiques

Les caractéristiques. physiques Les caractéristiques radi-électriques Anne Claire LEPAGE Enseignant-Chercheur à Télécm ParisTech Caractéristiques des antennes Il existe 2 grandes familles de caractéristiques pur une antenne utilisée

Plus en détail

L électronique embarqué automobile : vision d un équipementier. L architecture système véhicule. Le calculateur moteur. Le calculateur habitacle

L électronique embarqué automobile : vision d un équipementier. L architecture système véhicule. Le calculateur moteur. Le calculateur habitacle L électrnique embarqué autmbile : visin d un équipementier L architecture système véhicule Qu est ce qu un véhicule? Sn architecture électrnique Les pièces périphériques Les pièces maîtresses Le calculateur

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 18 mars 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 18 mars 2009 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 18 mars 2009 UNE VOITURE NEUVE POUR 5 900 TTC 1 Fidèle à sa réputatin du meilleur rapprt prix/prestatins du marché, Dacia cmmercialise Sander 1.4 GPL en France à partir de 5 900 TTC

Plus en détail

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ Plitique Envirnnement du grupe GDF SUEZ Cmme tute rganisatin humaine, le grupe GDF SUEZ est en interactin avec l Envirnnement. Le présent dcument précise les principaux enjeux de cette interactin ainsi

Plus en détail

Code de la route Permis de conduire : Délivrance et catégories. Les permis de conduire. Tableau récapitulatif.

Code de la route Permis de conduire : Délivrance et catégories. Les permis de conduire. Tableau récapitulatif. (08/2009) Cde de la rute Permis de cnduire : Délivrance et catégries. Les permis de cnduire. Tableau récapitulatif. Tableau de suivi des permis de cnduire des agents utilisant un véhicule. CENTRE DEPARTEMENTAL

Plus en détail

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen Nn-papier Mise en place d un crridr de prix dans le cadre du marché carbne eurpéen Le marché carbne eurpéen (EU ETS) a jusqu ici rempli avec succès sn rôle de plafnner près de la mitié des émissins de

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour gestion de textes

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour gestion de textes AURELIE Gestin Cmmerciale Mde d empli pur gestin de textes Table des matières 1/ But :... 2 2/ Généralités :... 2 2.1/ A qui s adresse ce manuel?... 2 2.2/ Pssibilités :... 2 2.3/ Risques :... 2 2.4/ Arbrescence

Plus en détail

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2 OLIDITE FACADE OSSATURE BOIS SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX DE LA JUSTIFICATION DE LA RESISTANCE MECANIQUE ET DE LA STABILITE... 2 2. ACTIONS DES CHARGES PERMANENTES... 2... 2... 2 3. ACTIONS DU VENT...

Plus en détail

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du SOMMAIRE 1 - VOLET TECHNIQUE... 3 1.1 - LES GRANDS AXES DE RENOVATION ENERGETIQUE DANS L EXISTANT ANCIEN... 3 1.2 - DEFINITION INSTALLATION PRODUCTION COLLECTIVE BIOMASSE GRANULES... 4 1.3 - LE COMBUSTIBLE...

Plus en détail

Enquête "Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans" Présentation des résultats

Enquête Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans Présentation des résultats Enquête "Évaluatin des besins d'accueil extra-familial des enfants de mins de 16 ans" Présentatin des résultats Pur faciliter la cmpréhensin Rappel : Accueil présclaire : C'est l'accueil des enfants nn

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore?

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore? DOSSIER DE PRESSE Slutins Datacenter Management Vus ne nus cnnaissez pas encre? Qu attendez-vus pur le faire?! Cntact presse : Cntact presse : Jérémy Martin Damien NICOLLE 03.66.72.03.42 03.66.72.20.24

Plus en détail

Le principe de fonctionnement du four est simple : l énergie électrique est transformée en énergie thermique. C est l effet Joule.

Le principe de fonctionnement du four est simple : l énergie électrique est transformée en énergie thermique. C est l effet Joule. Au Menu : Panini italien * Cheeseburger / Frites / salade * Panini Italien * Tarte chcbananes * Quatre Quarts Préparatin du TP de mardi 22 janvier 2008 Objectifs : Cuire au fur mixte (C341 )/ Sc de l alim

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

REGLEMENT DE L INTERNAT

REGLEMENT DE L INTERNAT REGLEMENT DE L INTERNAT Entrée en vigueur : 19/08/2013 GENERALITES Le temps d Internat est défini entre 18h00 et 22h45 pur le sir, et entre 6h30 8h00 le matin. Pendant ce temps, les internes snt placés

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE. Mise à jour du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégration du volet eaux pluviales

COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE. Mise à jour du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégration du volet eaux pluviales COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE DEPARTEMENT DU MAINE ET LOIRE (49) Mise à jur du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégratin du vlet eaux pluviales Dssier de cnsultatin des bureaux d études Cahier

Plus en détail