Phénomène de séparation pour l équation de Prandtl stationnaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Phénomène de séparation pour l équation de Prandtl stationnaire"

Transcription

1 Phénomène de éparation pour l équation de Prandtl tationnaire Anne-Laure Dalibard Nader Mamoudi 5 novembre 215 Réumé Cet article et le réumé d un expoé donné au éminaire Laurent Schwartz en décembre 214. Le but et de donner une preuve mathématique du phénomène de éparation de couche limite dan un fluide peu viqueux au voiinage d un obtacle. Pour cela, on conidère la olution de l équation de Prandtl tationnaire, en préence d un gradient de preion advere. On montre que la dérivée normale de la vitee tangentielle au voiinage de la paroi annule pour certaine donnée initiale, ce qui caractérie phyiquement le point de éparation. On calcule également la vitee d annulation de cette dérivée. 1 Introduction L équation de Prandtl a été propoée par Ludwig Prandtl en 194, lor d un expoé au Congrè international de mathématicien à Heidelberg. Elle décrit le comportement d un fluide peu viqueux au voiinage d une paroi rigide, et et obtenue en paant à la limite (formellement dan le ytème de Navier-Stoke avec faible vicoité aprè un changement d échelle dan la variable normale au bord. On renvoie le lecteur intéreé à [7, 2] pour plu de détail. On intéree ici à une verion tationnaire de cette équation, qui écrit uu x + vu y u yy = dp E(x, dx x >, y >, u x + v y =, x >, y >, u x= = u, u y= =, lim y u(x, y = u E(x, (1 où y = repréente la paroi rigide, x (rep. y la variable tangentielle (rep. normale à la paroi. Le fonction u E et p E ont de donnée du problème, et repréentent la vitee tangentielle du fluide et a preion à la ortie de la couche limite. Autrement dit, u E et p E ont repectivement la vitee tangentielle et la preion prè de la paroi d un fluide vérifiant le équation d Euler. Le quantité u E et p E ont reliée par la relation algébrique u E u E = dp E(x dx. L équation (1 peut être conidérée comme une équation d évolution en x, avec une condition initiale en x = ; en raion du terme de tranport vu y, cette équation et non-locale, le terme Sorbonne niverité, PMC niv Pari 6, CNRS, MR 7598, Laboratoire Jacque-Loui Lion, 4, place Juieu 755, Pari, France. Courant Intitute of Mathematical Science. 1

2 v étant exprimé en fonction de u à l aide de la condition de divergence nulle. Elle apparente donc à une équation de type tranport-diffuion, et on attend à ce que l équation (1 oit (localement bien poée tant que u rete poitif. Ce réultat a été démontré par O. A. Oleinik (voir [7, Théorème 2.1.1] : Propoition 1 (Oleinik. Soit α >, X >. Soit u C 2,α b (R telle que u ( =, u ( >, lim y u (y = u E ( >, et telle que u (y > pour y >. On uppoe que dp E /dx C 1 ([, X], et que pour y 1 la condition de compatibilité uivante et vérifiée : u (y dp E( = O(y 2. (2 dx Alor il exite X X tel que l équation (1 admet une olution u C 1 ([, X [ R + vérifiant le propriété uivante : Régularité et borne : u et bornée et continue dan [, X ] R +, y u, 2 yu ont bornée et continue dan [, X [ R +, x u, v et y v ont localement bornée et continue dan [, X ] R + ; Non-dégénérecence : u(x, y > pour tout y >, et il exite y >, m > tel que y u(x, y m pour tout (x, y [, X [ [, y ]. Condition uffiante de globalité : i dp E(x dx, alor la olution et globale, i.e. X = X. On intéree dan cet article à de ca où la olution de (1 n et pa globale : plu préciément, on conidère l équation (1 avec dp E /dx = 1, i.e. uu x + vu y u yy = 1, x >, y >, u x + v y =, x >, y >, u x= = u, u y= =, lim y u(x, y = u E(x, (P avec u E (x = 2(x x +, pour x >, >, et u vérifiant le hypothèe de la propoition 1. On ait donc que de olution locale (en x de (P exitent. Néanmoin, de façon heuritique, on attend à ce que le terme ource fae diminuer le valeur de la vitee tangentielle u, et que donc il exite un point x au delà duquel la olution ne puie être prolongée avec le réultat de la propoition 1. Plu préciément, on vérifie facilement que la condition de compatibilité (2 et propagée par (P. Par conéquent, on a x < + i et eulement i l une de deux condition uivante et vérifiée : (i u y (x, = ; (ii il exite y > tel que u(x, y =. Pour implifier l analye mathématique, on travaillera avec de olution de (P croiante en y, cette propriété étant propagée par l équation (P. Cette propriété upplémentaire garantit que la condition (ii ci-deu n et jamai vérifiée. Par conéquent, pour de olution croiante en y, on a x < i et eulement i u y (x, =. (3 Dan la littérature phyique (voir par exemple [3, 8], cette condition et utiliée comme caractériation du point de éparation. 2

3 Le premier travaux quantitatif ur ce phénomène remontent à Goldtein [3] et Landau [4, Chapitre 4, 4]. En particulier, Goldtein effectue, grâce à un développement aymptotique en variable auto-imilaire, un calcul du profil de la ingularité prè du point de éparation. Ce calcul ont enuite repri par Stewarton [8]. Toutefoi, ce calcul ont formel, et de urcroît ne permettent pa de calculer tou le coefficient du développement. Indépendamment, Landau donne une autre caractériation du point de éparation, et propoe un argument uggérant que y u y= x x prè du point de éparation. Par ailleur, dan l article [2] Weinan E annonce un réultat obtenu en collaboration avec Lui Caffarelli. Ce réultat tipule, ou une hypothèe tructurelle ur la donnée initiale, que le temp d exitence x de olution de (P au en d Oleinik et fini, et que la famille u µ := 1 µ u(µ(x x, µ 1/4 et compacte dan C(R 2 +. De urcroît l auteur énonce deux lemme technique jouant un rôle clé dan la preuve. Néanmoin, la preuve complète de ce réultat n a jamai été publiée. L objet de cet article et de donner une verion plu quantitative du réultat de compacité annoncé par E et Caffarelli. Notre but, en particulier, et d identifier une clae de donnée initiale pour lequelle on a décollement, au en où lim yu y= = x x pour un certain x dépendant de u, et de calculer le taux d annulation de y u y=. Pour cela, on montre la tabilité d une clae de olution approchée de l équation, dont la dérivée première en y = annule en un point x = x. En poant a 4 = 1/48, a 7 = a 4 /84, le olution approchée conidérée ont définie par u app (x, y = C x x y + y2 2 a 4y 4 a 7 1 C x x y7 pour y (x x 1/6, u app (x, y = y2 2 pour (x x 1/6 y 1. Le hypothèe néceaire ur la donnée initiale ont le uivante : (H1 Monotonie : u et croiante en y ; (H2 Développement limité prè de y = : il exite λ > et ɛ > tel que u (y = λ y + y y4 a 7 λ 1 y7 + o(λ 1 y7 y [, λ 1 3 ɛ ]; (H3 Encadrement de dérivée juqu à l ordre 4 : pour k = 2, 3, 4, k y u (y = O(y 4 k y [, λ 1 3 ɛ ]. (H4 Approximation de la olution approchée : il exite de contante C >, η > et γ < 1/4 (indépendante de λ telle que pour m uffiamment grand, ( y(u 5 u app (, y 2 dy (λ y + y 2 4 (1 + λ 2γ y C λ 7+η m. Théorème 1. On uppoe que le hypothèe (H1-(H4 ur u ont vérifiée. Alor il exite δ > tel que i λ < δ, la olution de (P avec u x= = u poède un point de éparation en x = O(λ 2. De plu, on a le propriété uivante : 3

4 Taux de éparation : oit λ(x := y u(x,. Alor il exite une contante C > telle que λ(x C x x. Approximation de la olution approchée : il exite de contante C >, η >, telle que pour tout x (, x, ( 5 y(u u app (x, y 2 (λ(xy + y 2 4 dy (1 + (x x γ y m C(x x 7 2 +η. La preuve du théorème 1 repoe ur deux ingrédient principaux : d une part, il faut contruire une olution approchée qui poède de bonne propriété de tabilité. D autre part,on montre de etimation d erreur qui utilient fortement la tructure de l équation. Le choix de la olution approchée et inpiré de argument développé par Franck Merle et Pierre Raphaël pour l étude de ingularité et de phénomène d exploion dan l équation de Schrödinger non linéaire (voir [6, 5]. L idée et d utilier l invariance par changement d échelle pour effectuer un changement de variable utiliant un paramètre dépendant directement de la olution conidérée (dan notre ca, le paramètre era λ(x = y u(x,. On contruit de olution approchée à l aide d un développement de Taylor, et on choiit le olution approchée ayant la plu petite croiance poible à l infini. Dan une econde étape, on utilie la nature de tranport-diffuion de l équation pour montrer la tabilité de olution approchée contruite. Le etimation d énergie utiliée exploitent fortement la tructure de l équation. Afin de contrôler certain terme non linéaire, il faut aui obtenir de etimation L ur le olution, qui repoent ur une utiliation minutieue du principe du maximum. Le etimation d erreur aini obtenue pilotent le taux de modulation, c et-à-dire λ x. On clôt le etimation à l aide d un argument de boottrap. Enfin, le réultat de tabilité et traduit dan le variable de départ. L organiation de cet article et la uivante : dan la prochaine partie, on introduit le variable auto-imilaire, et on contruit la olution approchée dan ce nouvelle variable. La ection 3 et dédiée aux etimation d énergie, et la ection 4 aux etimation a priori dan L, qui ont néceaire pour traiter certain de terme non-linéaire dan la ection 3. Enfin, dan la ection 5, on préente l argument de boottrap. On donne dan cet article le idée principale et le quelette de la preuve, et on renvoie le lecteur à [1] pour tou le détail. 2 Analye de l équation en variable autoimilaire 2.1 Préentation du changement de variable Rappelon tout d abord que l équation (P et invariante par changement d échelle : en effet, i (u, v et olution de (P, alor pour tout µ >, le couple (u µ, v µ défini par u µ = 1 µ u(µx, µ 1/4 y, v µ = µ 1/4 v(µx, µ 1/4 y, et encore olution de (P. Cette invariance d échelle avait été utiliée par Goldtein [3] pui Stewarton [8] pour eayer de calculer une olution exacte de (P prè du point de éparation ou la forme d une fonction analytique en certaine variable. Dan le ca préent, l idée et de faire un changement de variable qui d une part repecte cette invariance d échelle, et d autre part intègre de information ur le taux de éparation, 4

5 c et-à-dire la vitee d annulation de y u y=. Cette idée a été introduite par Franck Merle et Pierre Raphaël pour l analye de ingularité dan l équation de Schrödinger non linéaire, voir [6, 5]. Plu préciément, on poe λ(x = y u y= et = y λ(x. On change également de variable horizontale en poant La nouvelle fonction inconnue et d dx = 1 λ 4 (x. (4 (, := λ 2 (x(u(x(, λ(x(. (5 On vérifie alor que et olution de l équation b 2 + 3b 2 = 1, (6 où b = 2λ x λ 3. (7 Le condition aux limite deviennent alor = =, lim (, = (, où vérifie b 2 = 1. De plu, grâce à la définition de λ, on a = = 1. Noton que dan le article de Franck Merle et Pierre Raphaël, le choix de paramètre λ et b à contrôler viennent de propriété d orthogonalité de la quantité app. Dan le ca préent, ce propriété d orthogonalité une condition d annulation à un ordre uffiamment élevé en zéro de app. Dan le rete de cet article, on travaille uniquement ur l équation (6. Remarquon que la limite x x correpond à. Il agit donc de montrer de propriété de tabilité pour l équation (6. Plu préciément, dan le nouvelle variable, le théorème 1 écrit : Propoition 2. On définit la olution approchée ( [ app = χ a4 q b 4 a 7 b a 1b a 11b 3 11] + 1 ( b F b, où χ C (R et égale à 1 dan un voiinage de zéro, q (1/4, 1/3, a 4, a 7, a 1, a 11 ont de contante explicite, et F C b (R et telle que F (ξ = ξ2 /2 dan un voiinage de zéro. On uppoe que = vérifie le hypothèe uivante : = et croiante en ; k = = O( 1 4 k pour k = 2, 3, 4 et pour C 1/3 avec C uffiamment grand ; = app = O( 2 7 pour C 1/3 ; Il exite C indépendante de, η >, m N grand et β > 1/4 tel que 1 ( ( 5 ( app 2 (1 + β m C 4+η. 5

6 Alor i et uffiamment grand, il exite de contante C >, η >, m N, β > 1/4, tel que le propriété uivante ont vérifiée : b( = 1 + O( 1 η quand ; Pour tout, 1 ( 5 ( ( app 2 (1 + β m C. 4+η Remarque 1. La Propoition 2 contient deux réultat : une etimation d erreur entre et app, et une loi aymptotique pour le coefficient b. En réalité, l etimation d erreur va contrôler la loi de b, mai le point qui nou intéree au premier chef et le comportement aymptotique de b. Compte tenu de la définition (7 et de la relation (4, on a b( = 1 + O( 1 η quand λ(x C x x quand x x. Par ailleur, noton que le comportement aymptotique b( = 1 correpond à l équation différentielle b + b 2 =. Aini, dan la uite, le but de etimation era de contrôler de quantité faiant intervenir b + b Heuritique de la contruction de olution approchée On cherche à préent à contruire de olution approchée de (P qui oient table. Comme dan le travaux de Merle et Raphaël, cette tabilité n et vraie que pour certain comportement aymptotique de la fonction b : on oberve en pratique que le comportement aymptotique qui correpondent à de taux table ont ceux pour lequel le olution approchée ont la croiance la plu faible poible quand. En effet, plu la olution approchée a une grande croiance à l infini, plu le terme de rete dan l équation ur app et grand. Choiir une olution approchée avec une petite croiance à l infini revient donc à choiir une olution approchée avec le plu petit terme de rete poible. La définition de olution approchée e décompoe en troi zone : la zone principale va de à α, pour un α > à définir ultérieurement. Dan cette zone, on commence par calculer un développement de Taylor de la olution autour de zéro, et on cherche à pouer ce développement le plu loin poible, ce qui correpond à la condition de faible croiance énoncée plu haut. Dan la econde zone, on ne garde que le terme dominant du développement de Taylor, oit 2 /2. On vérifie d ailleur que 2 /2 et une olution tationnaire de (6, qui correpond à la olution de (P (x, y y 2 /2, qui et indépendante de x et invariante par changement d échelle. Dan la troiième zone, on raccorde 2 /2 au profil Ū( + 1. Développement de Taylor de la olution prè de zéro : Rappelon tout d abord que grâce au changement de variable (5, on a On déduit alor de (6 que (, =, (, = 1. (, = 1. Le premier terme du développement de Taylor en zéro ont donc

7 ne première idée naturelle et de définir une uite de polynôme en avec de coefficient dépendant de grâce à l équation de récurrence uivante : ( N+1 N := 1 + N N N On obtient aiément que 1 (, := + 2 2, N bn 2 + 3b 2 N N N. (8 2 (, := a 4b 4, avec a 4 = (9 On regarde alor le terme d erreur obtenu lorque l on remplace par 2 dan (6. On a = a 4 ( 4 5 b b2 2 b b ( b + b a 4 ( b + b a 2 4 b 5 On rappelle que l on attend à avoir b( = O( 1 quand. Par conéquent le coefficient du dernier terme du membre de droite et un ordre de grandeur plu petit que le coefficient de deux premier terme. On e concentre donc ur la comparaion entre le deux premier terme du membre de droite. Le but et alor de choiir la olution approchée qui poède la plu petite croiance à l infini. Ce choix, qui peut embler arbitraire à ce tade, et en réalité lié aux propriété de tabilité de la olution approchée choiie. En effet, i l on fait un autre choix que celui que nou nou apprêton à faire, le etimation de boottrap ne fonctionnent plu. Noton que le terme en ( b + b 2 6 donnerait dan 3 un terme en ( b + b 2 8, tandi que le terme en ( 4 5 b b2 5 donnerait un terme en ( 4 5 b b2 7. Par conéquent, on choiit dan la olution approchée d annuler le terme en ( b + b 2 8. Autrement dit, dan l équation de récurrence (8 qui définit la uite ( N N 1, on remplace chaque occurrence de b par b 2. On définit aini 3 par 3 (, = a 4b 4 a 7 b 2 7, avec a 7 = 1 84 a 4. Noton qu avec ce choix, on a ( 3 (, C(b + b 2 7 pour 1, pour une certaine contante C R. On contruit enuite 4 et 5 de façon analogue, toujour en remplaçant b par b 2. On obtient une expreion de la forme 5 (, = a 4b 4 a 7 b a 1 b a 11 b 3 11, pour de contante a 1, a 11 R explicite. Définition de la olution approchée : On définit à préent la olution approchée app de la façon uivante : oit F C 2 (R + telle que F (ξ = ξ2 2 pour ξ c, pour un certain c >, F croiante, et F (ξ 1 quand ξ. Soit χ C (R + telle que χ 1 dan un voiinage de zéro, et oit q ( 1 4, 1 3. On prend ( [ app (, := χ a4 q b 4 a 7 b a 1b a 11b 3 11] + 1 ( b F b. (1 7

8 Remarquon que app = 4 tant que q, et que app 1 b quand. Aini on ne requiert pa que app (, quand. Mai ce fait et en réalité an importance, car on meurera l écart entre et app dan de norme à poid, avec de poid qui décroient polynomialement (avec une grande puiance aprè β, pour β (1/4, q. 3 Etimation d erreur Dan toute cette ection, on explique comment obtenir de etimation d erreur ur la quantité V := app. On commence pour cela par écrire une équation de type tranport-diffuion ur V. L énergie utiliée pour meurer la taille de V era une norme quadratique en V et e dérivée, avec un poid décroiant polynomialement à partir de = 1/3. Par ailleur, afin d avoir un bon contrôle de terme de tranport et de diffuion et d etimer le terme non linéaire apparaiant dan le etimation, il nou faudra également obtenir de etimation de type L ur, à l aide d un encadrement par de ur- et de ou-olution. Ce dernier point fait l objet de la ection Équation ur V On conidère l équation (6, et on poe, pour W C(R +, On peut remarquer que L W := W W. L W 2 = ( W. On peut donc inverer l opérateur L, pour de fonction f telle que f( / 2 et intégrable au voiinage de zéro, et on a alor L 1 ( f = f 2. Par conéquent, l équation ur écrit ( 3 + bl 1 2 On remarque immédiatement que Par ailleur, L 1 ( L 1 ( 2 = ( On en déduit que l équation ur devient 2 L 1 ( 1 =. 1 = (. = L 1 ( 2 + ( = L 1 L + ( = + ( =. b + b 2 L 1 ( 1 =. (11 8

9 Aini toute la non-linéarité de l équation de départ et à préent inclue dan le terme de diffuion L 1 ( 1. L équation ur V = app écrit donc, en poant L := L 1, V bv + b 2 V L V L 1 ( app 1 = ( app b app + b2 app. (12 On a le réultat uivant (voir [1] : Lemme 1. L 1 ( app 1 = b 2 + b 2 L 1 L V ( ( + L 1 χ q ( 5 4 a 7 + 9a 1 ( b a 11 b G 1 (, ϕ q, où G 1 C (R + R + a une croiance au plu polynomiale en et en, et ϕ C (R + et bornée, avec ϕ dan un voiinage de zéro. Par ailleur, app b app + b 2 app ( [ = χ q b 2 a ( 4 b + b 2 ] 4 a 7 b (2b + 5b2 7 2 ( [a1(3b + χ q b 2 + 4b a 11(3b b 2 + 9b 4 /2 11] [ a4 b 4 a 7 b a 1b a 11b 3 11] ( ( b + χ q q 2 q + b 2 ( b + b 2 ( 1 2 ZF (Z F (Z Z= b. En utiliant le valeur explicite de a 1 et a ( 11, on en déduit finalement que V vérifie l équation V bv + b 2 V + b ( 2 2 L 1 2 V V L V = R, (13 où ( R = χ ( q χ q + a 7b 3 2 L 1 + G 2 (, ϕ [a4 ( b + b a 7 b ( b + b 2 7] [a1(3b b 2 + 4b a 11(3b b 2 + 9b 4 /2 11] ( ( χ ( q q, (LV 7 + L a4b 4 a7b2 7+a1b3 1+a11b et la fonction G 2 poède le même propriété que la fonction G 1 du Lemme 1. Le etimation d énergie repoent alor ur le idée uivante : 1. Comme V (, C(b + b 2 7 pour 1, toute norme N (V contrôlant V 7 = contrôle également b + b 2. 9

10 2. On définit une énergie E( par E( = N (V ( 2, où N et une (emi-norme contrôlant V 7 = qui era définie ultérieurement. Pour montrer que b + b 2 = O( 2 η pour un certain η >, il uffit de montrer que avec η > et α 4 + η. de d + α E( C 5 η (14 3. La propriété α > 4 dan (14 et obtenue à l aide d opération algébrique ur (13. Typiquement, i on ne conerve que la partie tranport de (13 et que l on conidère l équation modèle f 1 f f = r, on voit que d d 7 f 2 H f 2 H 1 7 r 7 f + On obtient donc le réultat voulu avec α = 9 2 et N (f := 7 f H 1. 8 r 8 f. 4. Le fait que le terme de rete oit O( 5 η dan (14 vient d un bon choix de la olution approchée. En particulier, le lecteur pourra vérifier que i l on ne choiit pa la olution approchée avec la plu petite croiance à l infini, comme expliqué au paragraphe 2.2, alor le terme de rete n et pa uffiamment petit et on ne peut pa conclure. Dan le paragraphe qui uivent, on donne quelque élément de preuve ur l obtention d etimation d énergie. Le difficulté réident principalement dan la tructure complexe de l opérateur de diffuion L. L idée et d appliquer pluieur foi l opérateur L à (13, mai cela néceite de calculer le commutateur de L avec + b 2, de comprendre l action de L ur le terme de tranport upplémentaire L 1 (L V, et enfin d obtenir de etimation d énergie pour de équation de tranport-diffuion du type f + Cb f L f = r. On dicute de ce troi point dan le paragraphe qui uivent. 3.2 Commutateur de L avec + b 2 Lemme 2. Soit W C 1 (R + R + telle que W (, = O( 2 pour 1. Alor [ L 1, + b ] 2 W = bl 1 (D W où D := L 1 ( 1. W 2 Le terme D et enuite décompoé à l aide du Lemme 1. On écrit D = b 2 + D NL + D rete, ( + 2 où D NL = L V + b 2 L 1 (L V, et D rete = O(b 3 6 χ(/ α + G 1 (, ϕ ( α. W 3 D, 1

11 Remarque 2 (Traitement de terme non-linéaire et etimation itérée. Le terme D NL crée de non-linéarité dan l équation ur V à chaque foi que L et appliqué à (13. Ce nonlinéarité néceitent l obtention d etimation préliminaire ur V. Le etimation L qui eront abordée dan la ection 4 ne ont pa tout-à-fait uffiante pour traiter le terme nonlinéaire. Aini on commence par obtenir une etimation H à poid ur V, qui et purement linéaire. Cette etimation linéaire et enuite utiliée pour contrôler le terme non linéaire provenant de D NL dan une nouvelle etimation H 1 à poid ur L V. Enfin, l etimation linéaire ur V et l etimation non linéaire ur L V ont utiliée pour contrôler le terme non-linéaire dan l etimation finale ur L 2 V. 3.3 Etimation ucceive ur L k V, k 2 Le difficulté de etimation viennent principalement du terme de diffuion, dont l exploitation de propriété de poitivité néceite de manipulation algébrique fine. On utiliera principalement deux type d etimation. L etimation la plu naturelle provient de l obervation uivante : i f et une fonction régulière annulant à un ordre uffiamment grand en zéro, alor une imple intégration par partie montre que pour tout poid w à décroiance uffiamment grande à l infini, L f fw = L f L L fw = (L f 2 w + 1 ( 2 2 ( w L f. (15 Le premier de deux terme et toujour poitif. L intégrande du econd terme et poitif tant que 1/2 et w c avec c petit. Il change de igne pour aez grand. Ce défaut de poitivité à grand peut être compené par l ajout d un terme d ordre inférieur (voir la Propoition 4 ci-deou. Cependant, cette etimation ne peut être utiliée pour l etimation ur V. En effet, dan l équation (13, le terme d ordre zéro bv a tendance à faire croître le etimation d énergie. Aini on ne peut obtenir directement de bonne etimation L 2 ur V. De etimation L 2 décroiante peuvent être obtenue, théoriquement, en dérivant l équation par rapport à ou en utiliant de poid w décroiant et ingulier (en k. Mai ce deux type de manipulation interdient l utiliation directe du calcul ci-deu, et il faut donc exhiber un autre type de tructure poitive dan le terme de diffuion. En réumé, on utiliera : une première etimation, permettant d évaluer 2 V 2 L 2 (w V 2 L 2 (w 3, avec de poid w 2 et w 3 ingulier en zéro et décroiant (voir la remarque 3 pour une définition précie ; une deuxième etimation, repoant ur (15, et permettant d évaluer L V L 2 (w et L 2 V L 2 (w, avec un poid w régulier, lentement variable, et tel que w 1 tant que 1/4. Etimation H 1 ur 2 V. En dérivant deux foi (13, on voit que 2 V et olution de 2 V + b 2 3 V + b ( 2 2 L V V 2 L V = 2 R. À préent le terme d ordre zéro a diparu, et tout poid décroiant et ingulier conduira à une décroiance de l énergie, ( pourvu que le terme de diffuion correpondant oit poitif. Le terme additionnel 2 L V V peut être traité perturbativement. Pour le terme de diffuion, on utilie le réultat uivant : 11

12 Lemme 3. Pour toute fonction W annulant à un ordre uffiant au voiinage de =, on a et 3 L 1 W = 4 2 L 1 W = 3 = 3 W W 2 W 2 W W 2 + W + 2 W ( W W W 2 2 W + 3 W. La première de deux identité conduit naturellement à multiplier l équation ur 2 V par. Aini le terme d ordre le plu élevé poède un igne poitif. Pour contrôler le terme ( 3 V d ordre inférieur du terme de diffuion, on ajoute de terme d ordre inférieur dan l énergie. Le réultat final et le uivant : Propoition 3 (Etimation préliminaire ur V. Pour m N, β ( 3 w m,β (, := (1 + β m. On uppoe que le hypothèe uivante ont vérifiée : b = O( 1 et 1 ɛ b 1+ɛ i [, 1 ] ; 1, 1 3, on définit le poid 1 Cb 2 1 pour β avec β ]β, 1 3 [ pour un certain C indépendant de ; 3 Cb, 4 Cb pour β ; Soit E ( := D ( := 1 8 ( 3 V 2 w m,β ( 3 V 2 3 w m,β ( 2 V 2 3 w m,β, ( 2 V 2 5 w m,β. Alor il exite δ > tel que pour tout α < 3 2, pour m N uffiamment grand et > uffiamment grand, d dt E ( + αbe ( + D ( C α,β,m 5/2 δ. Par conéquent, pour tout α < 3 2 (1 ɛ, on a, pour (, 1, E ( (C α,β,m + E( α α, 1 α D (d (C α,β,m + E( α. Remarque 3. Dan la propoition ci-deu, on a donc choii w 2 = w m,β / 3 et w 3 = w m,β /, en reprenant le notation de la dicuion qui précède la propoition. Etimation H 1 ur L V et L 2 V. Pour le etimation ur L V et L 2 V, on utilie la tructure uivante du terme de diffuion, qui repoe ur le calcul (15 : 12

13 Lemme 4. Soit δ > quelconque. On uppoe que le hypothèe de la Propoition 3 ont vérifiée, et qu il exite a R tel que W L (R, L W L (R = O( a. On définit, pour W C 4 (R + annulant uffiamment prè de zéro, D(W := L W ( W w m,β W L W w m,β. Alor on peut choiir m = m(δ uffiamment grand, tel que pour tout β > 1/4, D(W 1 2 (L W 2 w m,β δb ( 2 L W w m,β W 2 w m,β δb Remarque 4. Le lemme 4 era appliqué à W = L V pui à W = L 2 V. Grâce au Lemme 2, l équation ur L V et ( W 2 w m,β C δ 6. L V + bl V + b 2 L V + b 2 M V L 2 V ( = L R (D NL + D 2 V 2 où l opérateur M et défini par M V := ( 2 V 2 ( 2 2 V 3 ( + 2 Comme cela et uggéré par le Lemme 4, on multiplie (16 par ( L V w m,β + L V w m,β. Le terme d énergie et de diipation correpondant ont alor 2 V 3 ( D + D NL, (16 L L 1 ( V 2 2 V. E 1 ( := L V 2 L 2 (w m,β + L V 2 L 2 ( w m,β, D 1 ( := 1 2 (L 2 V 2 w m,β ( L 2 V 2 w m,β. Le etimation a priori L et la Propoition 3 ont uffiante pour etimer le terme nonlinéaire provenant de D NL, pourvu que l on prenne m > m et β < β. Pour le terme provenant de M V, on e contente d une etimation groière : on montre que b M V ( ( L V w m,β + L V w m,β b ( L V 2 w m,β b δbe 1 ( + δd 1 ( (L V 2 w m,β 1 + pour tout δ > et pour δ uffiamment grand. On en déduit finalement l etimation uivante : 13

14 Propoition 4. On uppoe que le hypothèe de la Propoition 3 ont vérifiée. Alor pour tout α < 5 2, pour uffiamment grand, d dt E 1( + αbe 1 ( + D 1 ( C α,β,m 3 β. Par conéquent, pour tout α < 2 + β et pour ɛ uffiamment petit, on a, pour (, 1, E 1 ( (C α,β,m + E 1( α α, 1 On applique de nouveau l opérateur L et on obtient α D 1 (d (C α,β,m + E 1( α. L 2 V + 3bL 2 V + b 2 L 2 V + b 2 N L V L 3 V = L 2 R + L b 2 L 1 ( 2 ( 3 2 V 3 (D NL + D (D NL + D, 2 V 3 où l opérateur N et un opérateur linéaire, qui a de bonne propriété de poitivité au voiinage de = et que l on peut traiter perturbativement pour 1. On poe donc, avec m > m > m, β < β < β, 2 V 2 E 2 ( := L 2 V 2 L 2 (w m,β + L2 V 2 L 2 ( w m,β, D 2 ( := 1 2 On obtient alor le réultat uivant : (L 3 V 2 w m,β ( L 3 V 2 w m,β. Propoition 5. On uppoe que le hypothèe de la Propoition 3 ont vérifiée. Alor il exite α > 4, η > α 4 et une contante C m,β,α,η tel que de 2 d + αbe 2 + D 2 ( C m,β,α,η 5 η. Par conéquent, pour ɛ uffiamment petit, on a, pour (, 1, E 2 ( (C α,β,m + E 2( α α, 1 α D 2 (d (C α,β,m + E 2( α. Remarque 5. Noton que L 2 V C(b +b 2 et L 2 V C(b +b 2 prè de =. Néanmoin E 2 ne contrôle pa tout-à-fait b + b 2 : il faut pour cela ajouter à E 2 de terme en 2 L2 V, pui utilier un réultat de trace. Cette dernière etimation et dan l eprit de etimation de la Propoition 3, et on réfère à [1] pour le détail. Le réultat final et le uivant : Propoition 6. On uppoe que le hypothèe de la Propoition 3 ont vérifiée. Alor il exite une contante C et une contante η > telle que pour tout [, 1 ], b + b 2 C 2 η. 14

15 4 Etimation L Cette ection et dédiée au econd pendant de l argument de boottrap, qui conite à obtenir le etimation L néceaire à la Propoition 3, par exemple. Ce etimation découlent de l utiliation du principe du maximum pour l équation (6. L exitence d un principe du maximum pour cette équation avait été démontrée par Oleinik (voir [7], à l aide du changement de variable de von Mie, qui tranforme l équation de Prandtl (P (ou encore (6 en une équation de tranport-diffuion non linéaire. L idée et donc de contruire de ur et de ou-olution de l équation (6, qui appuient ur l expreion de la olution approchée, qui vont donner un encadrement aez fin de (,. Enuite, on applique la même idée aux dérivée ucceive de. Avant d énoncer le principaux réultat relatif aux etimation L, rappelon le changement de variable de von Mie : on définit la fonction courant ψ par ψ(, := (, d. Alor pour tout, ψ(, et un difféomorphime. Par conéquent, on peut exprimer W := 2 en fonction de nouvelle variable, ψ. L équation vérifiée par W dan ce nouvelle variable et W 2bW + 3b 2 ψ ψw W ψ 2 W = 2. (17 Noton que pour toute ur- (rep. ou- olution Ū (rep., on peut définir de façon imilaire une fonction W (rep. W. La contruction de ur et de ou-olution expoée ciaprè fait intervenir un taux auxiliaire b défini par b + b b =, b = = 1. (18 Le ur- et ou-olution ont définie par { λ + 2 Ū(, := 2 a 4 b µ 4 i c b 1/3, b 1/3 F ( b1/3 i c b 1/3, λ a 4 bµ 4 i c b 1/3, (, := b 1/3 F ( b 1/3 i c b 1/3, pour de paramètre λ > 1, µ > 1, c, λ < 1, µ < 1 et de fonction F, F convenablement choii. Indiquon implement que la fonction F et croiante, que F et concave, et qu il exite ( c b 1/3 tel que (, ( =. Le comportement de la fonction b, qui intervient à pluieur reprie dan le ur- et ouolution, et piloté par le lemme uivant : Lemme 5. On uppoe qu il exite de contante K >, η > et ɛ > telle que pour tout [, 1 ], b + b 2 K 2+η, 1 ɛ b( 1 + ɛ. 15

16 Pour, on définit b par (18. Alor i et uffiamment grand, pour tout, 1 2ɛ b( 1 + 2ɛ. Le premier réultat et un encadrement de (, : Propoition 7. On uppoe que le hypothèe du Lemme 5 ont vérifiée et que, pour un choix convenable de paramètre λ > 1, µ > 1, c, λ < 1, µ < 1 et de fonction F, F, on a W (, ψ W (, ψ ψ, W (, ψ W (, ψ ψ [, φ( ], où φ( > et défini par l équation implicite W (, φ( =. Alor pour tout,, (, inf ( Ū(,, E (, et pour tout, (, (, pour tout c b 1/3, et (, C 2/3 pour c b 1/3. On utilie enuite de cette première etimation de etimation ur le dérivée ucceive de, qui permettent à leur tour d obtenir de etimation raffinée ur la fonction elle-même. On ne donne ici que l encadrement de, et on renvoie à [1] pour le rete de etimation. Lemme 6. On uppoe que le hypothèe de la Propoition 7 ont vérifiée. On uppoe de urcroît qu il exite de contante C 1, C 2 telle que up ( 1 C 1 1 2, C 2 (, 1. Alor il exite de contante C 1, C 2, c telle que C 2 1 [, 1 ],, 1 C 1b 2 [, c 1/3 ]. On en déduit immédiatement l encadrement raffiné uivant ur et : Corollaire 1. On uppoe que le hypothèe du Lemme 6 ont vérifiée. Alor il exite de contante c, C > telle que pour tout [, 1 ], pour c 1/3, 1 + C b 3 (, 1 +, Cb 4 (, On montre également de etimation imilaire ur 3, 4. On renvoie le lecteur à [1] pour le énoncé exact de ce réultat. 16

17 5 Argument de boottrap L argument de boottrap réide en l utiliation conjointe de la Propoition 6 d une part, et de la Propoition 7 et du Lemme 6 d autre part. Dan toute la uite, on appellera donnée initiale bien préparée une donnée initiale ( qui vérifie le hypothèe de la Propoition 7 et du Lemme 6, et telle que E 2 ( C 4 2η, b( 1 ɛ pour une contante C indépendante de et pour un certain η > tel que η < η, où η et le paramètre donné par la Propoition 6. Le chéma du raionnement et le uivant : i on part d une donnée initiale bien préparée, alor il exite 1 tel que i [, 1 ], E 2 ( 2C 4 2η et b( 1/ 2ɛ/. Alor, pour tout [, 1 ], d aprè la Propoition 7 et le lemme 6, on en déduit que pour c 1/3, C 1b 2 1, 1 + C b 3 (, 1 +, Cb 4 (, Le hypothèe de Propoition 3, 4 et 6 ont alor vérifiée et on en déduit que b + b 2 E 2 ( 1/2 C 2 η. Comme on a choii α > η, en prenant uffiamment grand, on en déduit que C 2 η (3C /2 1/2 2 η pour tout. De plu, on a le réultat uivant : Lemme 7. On uppoe qu il exite K >, η > et δ > tel que pour tout [, 1 ], Alor b + b 2 K 2+η, 1 δ b( 1 + δ. b( 1 (1 + δ 1 b( K(1 + δ(1 δ 2 (1 η η. (19 En particulier, i et uffiamment grand, pour tout [, 1 ], b( 1 3δ 2. On en déduit donc que 1 := inf{, E 2 ( = 2C 4 2η ou b( 1/ = 2ɛ/} = +. Par conéquent, b + b 2 = O( 4 η, b 1/ = O( 1 η. 17

18 On revient enuite aux variable d origine : on rappelle tout d abord que b = 2λ /λ, d où l on déduit ln λ( = 1 b = 1 λ 2 2 ln + φ(, où φ( = 1/2 (b 1/, de orte que φ et bornée et a une limite finie φ quand +. On en déduit que ( 1/2 λ( = λ exp(φ(. Il enuit que pour, pui φ x x( e4 2 λ4, λ(x exp( φ λ x x. En choiiant = λ 2, on obtient le réultat annoncé. Remerciement Anne-Laure Dalibard a reçu un financement partiel du projet ANR Dyficolti ANR-13-BS Référence [1] Anne-Laure Dalibard and Nader Mamoudi, A mathematical proof of boundary layer eparation, in preparation, 215. [2] Weinan E, Boundary layer theory and the zero-vicoity limit of the Navier-Stoke equation, Acta Math. Sin. (Engl. Ser. 16 (2, no. 2, [3] S. Goldtein, On laminar boundary-layer flow near a poition of eparation, Quart. J. Mech. Appl. Math. 1 (1948, [4] L. D. Landau and E. M. Lifhitz, Fluid mechanic, Tranlated from the Ruian by J. B. Syke and W. H. Reid. Coure of Theoretical Phyic, Vol. 6, Pergamon Pre, London- Pari-Frankfurt ; Addion-Weley Publihing Co., Inc., Reading, Ma., [5] Frank Merle and Pierre Raphael, On univerality of blow-up profile for L 2 critical nonlinear Schrödinger equation, Invent. Math. 156 (24, no. 3, [6], The blow-up dynamic and upper bound on the blow-up rate for critical nonlinear Schrödinger equation, Ann. of Math. (2 161 (25, no. 1, [7] O. A. Oleinik and V. N. Samokhin, Mathematical model in boundary layer theory, Applied Mathematic and Mathematical Computation, vol. 15, Chapman & Hall/CRC, Boca Raton, FL, [8] K. Stewarton, On Goldtein theory of laminar eparation, Quart. J. Mech. Appl. Math. 11 (

ÉDUCATION, FORMATION ET CROISSANCE

ÉDUCATION, FORMATION ET CROISSANCE ÉDUCATION, FORMATION ET CROISSANCE CORRECTION DU PARTIEL Le 16 juillet 2017 à 0:35 Soient kt) le tock de capital phyique d une économie à l intant t, Lt) la population qui croît au taux contant n > 0,

Plus en détail

1 Première étape : le cas des processus simples, bornés

1 Première étape : le cas des processus simples, bornés Univerité Deni Diderot Pari 7 Martingale onentielle Rappelon le cadre de l exercice, et on objectif. Dan la uite, B t ) t déigne un mouvement brownien relativement à une filtration F t ) t. Par ailleur,

Plus en détail

Correction du TD de rappels d analogique

Correction du TD de rappels d analogique Correction du TD de rappel d analogique Florent Nageotte 27 eptembre 2016 1 Rappel d automatique analogique 1.1 Exercice 1 Pour calculer la fonction de tranfert totale, le plu imple et d appliquer la tranformée

Plus en détail

Exercice sur les tubulaires

Exercice sur les tubulaires Exercice ur le tubulaire Dominique Proudhon, IREM d Aix-Mareille dominique.proudhon@ac-aix-mareille.fr 11 Mai 211 Table de matière 1 Introduction 2 1.1 Poition du problème.....................................

Plus en détail

Physique Statistique

Physique Statistique Phyique Statitique Chapitre 1 : Etat Quantique Stationnaire d un Sytème de Particule 1 Etat tationnaire d un ytème à particule En mécanique quantique, chaque particule et caractériée par a fonction d onde

Plus en détail

Chapitre Contrôleur proportionnel (P)

Chapitre Contrôleur proportionnel (P) Chapitre 7 Contrôleur On a vu dan le chapitre précédent le différent type de ytème aini que le paramètre qui le définient. Souvent, pour de ytème ou étude, il y a quelque paramètre dont on déire améliorer,

Plus en détail

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité 1 UV Cour 4 Sytème linéaire aervi : analye de la tabilité ASI 3 Contenu! Introduction " Élément d'une tructure d'aerviement! Sytème en boucle fermée "Fonction de tranfert en boucle ouverte notion de chaîne

Plus en détail

Amélioration de la commande directe du couple

Amélioration de la commande directe du couple Chapitre III Amélioration de la commande directe du couple Introduction Améliorer le performance de la DTC claique revient urtout à maîtrier la variation de la fréquence de commutation et réduire le ondulation

Plus en détail

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent.

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent. Le coefficient Il exite pluieur coefficient qui permettent de mieux évaluer une ditribution. Nou en examinon le principaux dan le ligne qui uivent. Le coefficient de variation (CV) Le coefficient de variation

Plus en détail

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

Eléments de mathématiques nécessaires en macroéconomie et en croissance

Eléments de mathématiques nécessaires en macroéconomie et en croissance Elément de mathématique néceaire en macroéconomie et en croiance Francoi Fontaine (francoi.fontaine@univ-pari1.fr) Ce polycopié n et en rien un préci de mathématique. Il n en a ni l exactitude, ni la préentation

Plus en détail

Filtrage des signaux déterministes à temps continu

Filtrage des signaux déterministes à temps continu Chapitre 3 : La tormée de Laplace Filtrage de ignaux déterminite à temp continu I. Introduction En électronique, on a beoin de traiter de ignaux provenant de diérente ource (capteur de température, ignaux

Plus en détail

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7 BACCALAUREAT BLANC Février 04 - Lycée de la côtière- La Boie MATHEMATIQUES SERIE S - obligatoire Durée : 4 heure Coefficient 7 Le calculatrice électronique de poche ont autoriée conformément à la légilation

Plus en détail

Devoir n 3 - Le 19 septembre - 4H

Devoir n 3 - Le 19 septembre - 4H Phyique PC Dupuy de Lôme 2016-2017 Devoir Devoir n 3 - Le 19 eptembre - 4H Le calculatrice ont interdite. **** N.B. : Le candidat attachera la plu grande importance à la clarté, à la préciion et à la conciion

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Chapitre : La mécaniue ondulatoire Exercice E. On peut aocier le expreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l expreion Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé.

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé. Le redreeur Nou avon vu que, la plupart du temp, l'énergie électrique était fournie par le réeau, et donc par l'intermédiaire d'une tenion inuoïdale. Or, dan de nombreue application (une bonne partie de

Plus en détail

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 CROISSANCE (CORRECTION DE LA FICHE DE TD N 2) Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 EXERCICE 1 (1) Nou avon déjà montré dan la fiche de travaux dirigé n 1 que la dynamique du tock de capital par tête

Plus en détail

A l origine des dates, le condensateur est totalement décharger, on ferme l interrupteur K et on mesure pour différentes date la tension Uc

A l origine des dates, le condensateur est totalement décharger, on ferme l interrupteur K et on mesure pour différentes date la tension Uc Série phyique : condenateur Exercice N 1 On charge un condenateur a l aide d un générateur de courant débitant un courant d intenité I = 0,01 ma. A l origine de date, le condenateur et totalement décharger,

Plus en détail

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec rigeage dual et rigeage avec dérive externe rigeage dual Il et intéreant de reormuler le rigeage ou une orme diérente que l on appelle rigeage dual. Conidéron le ytème de rigeage habituel ou orme matricielle

Plus en détail

Notions sur la théorie statistique de l estimation

Notions sur la théorie statistique de l estimation Notion ur la théorie tatitique de l etimation L etimation déigne le procédé par lequel on détermine le valeur inconnue de paramètre d une population à partir de donnée d un échantillon. Pour cela, il faut

Plus en détail

8. Prévision des houles de tempêtes

8. Prévision des houles de tempêtes Le état de mer naturel 08 - Préviion de houle de tempête 8. Préviion de houle de tempête 8.1. Méthodologie Il n'exite pa de méthode théorique trè atifaiante pour prédire le état de mer et le houle de tempête

Plus en détail

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif SETIT 007 4 th International Conference: Science of Electronic, Technologie of Information and Telecommunication March 5-9, 007 TUNISIA Extraction de route à partir d image LANDSAT ETM+ par contour actif

Plus en détail

Année Universitaire 2015/2016 Session 1 d automne

Année Universitaire 2015/2016 Session 1 d automne Année Univeritaire 2015/201 Seion 1 d automne Parcour / Étape : IM300 & IN301 Code UE : J1IN3W01 Épreuve : Algorithmique et tructure de donnée 1 Date : Mardi 5 janvier 201 Heure : heure Durée : 1 heure

Plus en détail

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS CHAITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS Le ytème peuvent préenter une préciion inuffiante, de l intabilité, un temp de répone trop lent, un dépaement trop important, de vibration, une grande enibilité

Plus en détail

Convergence : vitesse et accélération

Convergence : vitesse et accélération 1 Convergence : vitesse et accélération 1. Rapidité de convergence. a) Introduction. Daniel PERRIN Soit (u n ) n N une suite de nombres réels qui converge vers a. On cherche à préciser la rapidité de convergence

Plus en détail

COURS DE PROBABILITES DE DEA : MOUVEMENT BROWNIEN ET CALCUL STOCHASTIQUE

COURS DE PROBABILITES DE DEA : MOUVEMENT BROWNIEN ET CALCUL STOCHASTIQUE COURS DE PROBABILITES DE DEA : MOUVEMENT BROWNIEN ET CALCUL STOCHASTIQUE 29 décembre 25 Table de matière 1 Le mouvement brownien : 4 1.1 Réultat préliminaire :.............................. 4 1.1.1 Vecteur

Plus en détail

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation Chapitre VIII-4 Plan : I- Généralité...2 - Solubilité et contante de olubilité...2 a- Définition...2 b- Mie en olution aqueue d un olide moléculaire an réaction chimique...2 c- Mie en olution aqueue d

Plus en détail

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling IV.) la technologie électronique numérique. 4.) Introduction: Deux technologie électronique cohabitent : l'analogique et le numérique ou technologie digitale. Le numérique et plu récent, on développement

Plus en détail

Cours d électrochimie Pour Master 2, Option : Chimie de la Matière Condensée

Cours d électrochimie Pour Master 2, Option : Chimie de la Matière Condensée Pr. A. BENCHETTARA USTHB/Fac. CHIMIE/CPMI/LECMCM Mater 2 : MMM REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Minitère de l Eneignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Univerité de Science et

Plus en détail

Correction TD1 : Approximation de fonctions

Correction TD1 : Approximation de fonctions Grenoble INP Pagora ère année Analyse numérique 7 Correction TD : Approximation de fonctions Méthode des moindres carrés Exercice (régression linéaire pondérée). Soit le modèle de régression linéaire f(x,

Plus en détail

Surveillance de câbles. Principes techniques de base et exemples. ESN Bahngeräte GmbH

Surveillance de câbles. Principes techniques de base et exemples. ESN Bahngeräte GmbH 4402990358742002564069801245703106897025025410256975410210003069763456619874526003803063049662112023800544029903587420025640698012457031068970250254102569754102100030697634566198745260038030630496621120238005440299035874200256406980124570310689702502541

Plus en détail

Etude théorique d équation d ordre 2

Etude théorique d équation d ordre 2 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Etude théorique d équation d ordre 2 Eercice 1 [ 01555 ] [Correction] Soit q : R R + une fonction continue non nulle. On se propose de

Plus en détail

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE En analye chimique comme dan beaucoup d autre cience, le méthode tatitique ont incontournable. Le tracé de chaque droite d étalonnage en contitue une application de tou

Plus en détail

2 Mouvement rectiligne uniforme

2 Mouvement rectiligne uniforme 2_et_3-cinematique.nb 22 2 Mouvement rectiligne uniforme 2.1 Définition ü Grandeur contante, grandeur uniforme Une grandeur f et qualifiée de contante lorque, conidérée comme fonction du temp, elle ne

Plus en détail

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL Université de Metz Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2010/11 1 Table des matières Chapitre

Plus en détail

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 Université de Paris Sud 11 L MPI Mathématiques ème semestre 14/15 Math06 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 NB. Ces exercices, et les corrigés qui suivent, sont issus du site http://www.bibmath.net

Plus en détail

Visualisation à l ordinateur des tensions d un convertisseur analogique-numérique et d un convertisseur numérique-analogique

Visualisation à l ordinateur des tensions d un convertisseur analogique-numérique et d un convertisseur numérique-analogique BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 1445 Viualiation à l ordinateur de tenion d un convertieur analogique-numérique et d un convertieur numérique-analogique par Deni GAUTHIER Lycée Bernard Paliy - 47000

Plus en détail

Physique Statistique. Chapitre 3 Distribution de Boltzmann : distribution canonique

Physique Statistique. Chapitre 3 Distribution de Boltzmann : distribution canonique Phyique Statitique Chapitre Ditribution de Boltzmann : ditribution canonique Facteur de Boltzmann Soit un ytème S en contact thermique avec un trè gro ytème R appelé réervoir. Le ytème S a une énergie

Plus en détail

Amplificateur opérationnel

Amplificateur opérationnel lycée Ibn Taymia Année 009-010 PSI A.BADI Amplificateur opérationnel 8 1 5 Table de matiere 1 aractéritique 1.1 Préentation.......................................... 1. Polariation..........................................

Plus en détail

Effet d un filtre linéaire sur un signal périodique

Effet d un filtre linéaire sur un signal périodique MPSI 5-6 Effet d un filtre linéaire ur un ignal périodique Introduction... I Filtration par un quadripôle linéaire...3 Propriété d un ignal périodique...3 Qu et ce qu un quadripôle linéaire?...4 3 Fonction

Plus en détail

Première épreuve écrite

Première épreuve écrite CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES SESSION 25 Première épreuve écrite Notations et objet du problème On désigne par : N l ensemble des entiers naturels ; Z l anneau des entiers relatifs ; Q le corps des nombres

Plus en détail

Configuration électronique et propriétés des atomes

Configuration électronique et propriétés des atomes ATOMES ET MOLÉCULES chapitre 2 Configuration électronique et propriété de atome Le but de ce chapitre et de caractérier le différent électron dan un atome, de connaître leur énergie, et d en déduire divere

Plus en détail

Chapitre IV: Transformateur monophasé

Chapitre IV: Transformateur monophasé . réentation : Un tranformateur et un convertieur tatique, alternatif/alternatif, de l énergie électrique. l permet d adapter une ource à une charge. l et contitué de deux bobinage enroulé ur le même circuit

Plus en détail

Chapitre 4. Cours de physique appliquée -I- PRESENTATION Utilisation Constitution Conventions

Chapitre 4. Cours de physique appliquée -I- PRESENTATION Utilisation Constitution Conventions Cour de phyique appliquée Chapitre 4 LE TRANFORMATER MONOPHAE -- PREENTATON -- tiliation - obtention de trè bae tenion - iolation galvanique de deux circuit - production de fort courant ou faible tenion

Plus en détail

Formules de Taylor. Applications.

Formules de Taylor. Applications. CAPES 27 Décembre 27 Oral Analyse Formules de Taylor. Applications. Remarques Le niveau naturel de cette leçon est celui du Deug. Pré-requis. Continuité, dérivabilité, inégalité des accroissements finis,

Plus en détail

Feuille d exercices n o 3

Feuille d exercices n o 3 L3 Variable complexe Feuille d exercices n o 3 Exercice 1. Soit P (z) = z 2 +az+b un polynôme de degré 2 à coefficients complexes, avec b. On note α et β les racines complexes de P, et on pose f(z) = 1/P

Plus en détail

Commande par mode de glissement pour robot mobile autonome

Commande par mode de glissement pour robot mobile autonome Commande par mode de gliement pour robot mobile autonome Par Stanilaw TARASIEWICZ Profeeur Titulaire à l Univerité Laval Reponable du Laboratoire d Automatique Complexe et de Mécatronique (LACM) Stanilaw.Taraiewicz@gmc.ulaval.ca

Plus en détail

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton armé 1 Chapitre 4. Comportement du béton en flexion imple 4.1 Convention/notation Signe : + compreion - traction Notation : voir tableau Unité : 1 MegaPacal = 10 6 Pacal

Plus en détail

TP1: ETUDE PRATIQUE DE CIRCUITS LOGIQUES

TP1: ETUDE PRATIQUE DE CIRCUITS LOGIQUES TP1: ETUDE PRATIQUE DE CIRCUITS LOGIQUES Préentation du Banc de câblage: Zone de câblage: La barrette du haut et numérotée : Le ligne de câblage 1 à 4 ont relié au +5V interne 56 à 59, relié au GND (0V)

Plus en détail

Feuille TD n 1 : Calcul approché

Feuille TD n 1 : Calcul approché Feuille TD n : Calcul approché Exercice. Convertir (.) 2 en hexadécimal, octal et décimal. Exercice 2. Proposer une méthode pour éviter la perte de précision dans les calculs suivants :. e x sin(x) cos(x)

Plus en détail

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Corrigé en janvier 2009 Rapidité de convergence d une suite réelle L objectif de ce texte est de se donner des outils pour «mesurer» la rapidité

Plus en détail

3 Méthodes de résolution de l équation f(x) = 0

3 Méthodes de résolution de l équation f(x) = 0 3 Méthodes de résolution de l équation f(x) = 0 {révisions} : développements limités, suites. Dans tout ce chapitre, on se propose de résoudre l équation f(x) = 0, où f est une fonction satisfant les deux

Plus en détail

n a k x k = 0, k=0 n a k x k. k=0

n a k x k = 0, k=0 n a k x k. k=0 Université Claude Bernard Lyon I CAPES de Mathématiques : Oral Année 2006 2007 Fonctions polynômes On travaille sur un corps K infini, par exemple R ou C. Définition, structures (a) Définition On appelle

Plus en détail

Séminaire Delange-Pisot-Poitou. Théorie des nombres

Séminaire Delange-Pisot-Poitou. Théorie des nombres Séminaire Delange-Piot-Poitou. Théorie de nombre ANDRÉ GILLET Définition de paramètre d équirépartition Séminaire Delange-Piot-Poitou. Théorie de nombre, tome 7, n o 1 (1965-1966), exp. n o 10, p. 1-13

Plus en détail

Polynômes à coefficients entiers prenant des valeurs positives aux points réels. Yann Bugeaud & Maurice Mignotte, Université de Strasbourg

Polynômes à coefficients entiers prenant des valeurs positives aux points réels. Yann Bugeaud & Maurice Mignotte, Université de Strasbourg Polynômes à coefficients entiers prenant des valeurs positives aux points réels Yann Bugeaud & Maurice Mignotte, Université de Strasbourg À la mémoire de Laurentiu Panaitopol Résumé. Étant donné un polynôme

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE Chapitre 13 Marché du travail avec salaire fixé par l État

Jean-Louis CAYATTE  Chapitre 13 Marché du travail avec salaire fixé par l État Jean-Loui CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/ Chapitre 13 Marché du travail avec alaire fixé par l État Dan ce chapitre, nou déterminon l équilibre du marché du travail en uppoant que le

Plus en détail

1. Quel type de modulation a produit ce signal? 2. Quelle est la séquence de bits qu il représente? Exercice 2 (Modulation) Soit le signal suivant :

1. Quel type de modulation a produit ce signal? 2. Quelle est la séquence de bits qu il représente? Exercice 2 (Modulation) Soit le signal suivant : Univerité Kadi Merbah Ouargla Département d Informatique et de Technologie de l Information 1 ère mater informatique RCS et Fondamentale Module PCSD/Tec_IP Mar 2014 TD1 Couche Phyique Exercice 1 (Vitee

Plus en détail

Crochet de Lie. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1

Crochet de Lie. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Crochet de Lie Exercice 1 [ 00775 ] [Correction] Soient A, B M n (R) vérifiant AB BA = A. (a) Calculer A k B BA k pour k N. (b) À quelle

Plus en détail

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit (ABC) un vrai triangle du plan. Pour un point M du plan, on pose

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit (ABC) un vrai triangle du plan. Pour un point M du plan, on pose [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le décembre 06 Enoncés Extremum sur compact Exercice [ 0059 ] [Correction] Déterminer le maximum de la fonction f définie sur le compact K = [0 ; ] donnée par f (x,

Plus en détail

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement.

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement. 48 III LES TESTS D EGALITE. Comparaion 'un paramètre e poition à une valeur fixe a) But u tet On veut comparer un paramètre e poition, généralement une moyenne e n meure à une valeur fixe M. Cette valeur

Plus en détail

Optimisation des étapes du procédé de moulage par injection de poudres métalliques ou céramiques

Optimisation des étapes du procédé de moulage par injection de poudres métalliques ou céramiques Optimiation de étape du procédé de moulage par injection de poudre métallique ou céramique T. Barriere a, G. Ayad a, J.C. Gelin a, J. Song a,b, B. Liu b a Intitut Femto-ST, ENSMM/LMA, 4 chemin de l épitaphe,

Plus en détail

Rapport de Stage : Problème de Cauchy pour l'équation de Schrödinger non linéaire - Diérentes notions et constructions de solutions.

Rapport de Stage : Problème de Cauchy pour l'équation de Schrödinger non linéaire - Diérentes notions et constructions de solutions. Rapport de Stage : Problème de Cauchy pour l'équation de Schrödinger non linéaire - Diérente notion et contruction de olution. Florian LAVIGNE 9 août 4 Remerciement Je tien à remercier M. Rémi CARLES de

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL Chapitre 15 : FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Objets du calcul différentiel du premier ordre 2 1.1 Dérivées partielles et gradient..................................

Plus en détail

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones Chapitre 9 Synthèe de ytème équentiel ynchrone Ce chapitre et conacré à la préentation de la méthode d'huffman-mealy pour la ynthèe de ytème équentiel ynchrone. Cette méthode permet de paer du cahier de

Plus en détail

Fiche Équations différentielles d ordre 1

Fiche Équations différentielles d ordre 1 Fiche Équations différentielles d ordre 1 MOSE 1003 24 Novembre 2014 Table des matières Définitions 1 Résolution de l équation homogène. 2 Méthode de variation de la constante. 3 Structure de l ensemble

Plus en détail

Filtres Actifs. Caractéristiques

Filtres Actifs. Caractéristiques Filtre Actif Caractéritique générale é Caractéritique générale Définition C et un réeau électronique qui modifie l amplitude et la phae d un ignal d entrée ou d excitation x(t) pour produire un ignal de

Plus en détail

Outils Mathématiques - Chapitre I : Dérivation complexe et fonctions holomorphes

Outils Mathématiques - Chapitre I : Dérivation complexe et fonctions holomorphes Outils Mathématiques - Chapitre I : Dérivation complexe et fonctions holomorphes Laurent Poinsot LIPN UMR CNRS 7030 Université Paris XIII & École de l Air 1 / 39 Table des matières 1 Objectifs et plan

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles Mathématiques - ECS 6 Dérivation et accroissements finis. Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 06, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 6 Dérivation et accroissements

Plus en détail

Calcul de primitives et d intégrales. () Calcul de primitives et d intégrales 1 / 53

Calcul de primitives et d intégrales. () Calcul de primitives et d intégrales 1 / 53 Calcul de primitives et d intégrales () Calcul de primitives et d intégrales 1 / 53 1 Primitives et intégrale d une fonction continue sur un intervalle 2 Première méthode de calcul : reconnaître la dérivée

Plus en détail

1) Discrétisation en temps Nous avons vu au chapitre précédent qu un système dynamique composé

1) Discrétisation en temps Nous avons vu au chapitre précédent qu un système dynamique composé Chapitre Différences finies ) Discrétisation en temps Nous avons vu au chapitre précédent qu un système dynamique composé d une équation d évolution du () = f(u), t > 0 dt et d une condition initiale ()

Plus en détail

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de

Plus en détail

M2 Probabilités et Statistiques Université Paris-Sud Calcul stochastique et processus de Markov Partiel du 26 novembre 2014, 3 heures sans documents

M2 Probabilités et Statistiques Université Paris-Sud Calcul stochastique et processus de Markov Partiel du 26 novembre 2014, 3 heures sans documents M Probabilités et Statistiques Université Paris-Sud Calcul stochastique et processus de Markov Partiel du 6 novembre 4, 3 heures sans documents Barème approximatif. Ex. :.5pts, Ex. : 4.5pts, Pb A : 7pts,

Plus en détail

Convolution. R d. Définition 1.2. f g s appelle produit de convolution, ou simplement convolution, de f et g.

Convolution. R d. Définition 1.2. f g s appelle produit de convolution, ou simplement convolution, de f et g. Convolution 1 L algèbre de convolution L 1 (R d ) Théorème 1.1. Soient f, g L 1 (R d ). Pour presque tout x R d, y f(y)g(x y) est intégrable et la fonction (f g)(x) := f(y)g(x y)dy est elle-même intégrable

Plus en détail

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires mathématique - S3 probabilité et tatitique : corrigé département Meure Phyique - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilité élémentaire 1. Le reponable de l entretien d un immeuble doit remplacer deux

Plus en détail

arxiv: v1 [physics.class-ph] 8 Nov 2011

arxiv: v1 [physics.class-ph] 8 Nov 2011 Sur une généraliation de l opérateur fractionnaire Thoma M. Michelitch 1, Gérard A. Maugin 1 Shahram Derogar 2 arxiv:1111.1898v1 [phyic.cla-ph] 8 Nov 211 Andrzej F. Nowakowki 3, Franck C. G. A. Nicolleau

Plus en détail

Machines asynchrones

Machines asynchrones Machine aynchrone Introduction : Le machine aynchrone ont trè utiliée (on etime que 80% de moteur de la planète ont de moteur aynchrone) car leur coût et inférieur à celui de autre machine, de plu ce machine

Plus en détail

CONFLUENTES MATHEMATICI

CONFLUENTES MATHEMATICI CONFLUENTES MATHEMATICI B. DACOROGNA Sur un problème non linéaire pour la divergence et le déterminant Tome 7, n o 2 (2015), p. 49-55. Les auteurs et Confluentes

Plus en détail

Correction TD 1 : Approximation de fonctions

Correction TD 1 : Approximation de fonctions Grenoble INP Pagora ère année Analyse numérique Correction TD : Approximation de fonctions NB : Ne sont corrigés ici que les exercices n ayant pas été corrigés en TD (pour ces exercices, cf. vos notes).

Plus en détail

2 Mouvement rectiligne uniforme

2 Mouvement rectiligne uniforme 2_et_3-cinematique.nb 22 2 Mouvement rectiligne uniforme 2. Définition ü Grandeur contante, grandeur uniforme Une grandeur f et qualifiée de contante lorque, conidérée comme fonction du temp, elle ne varie

Plus en détail

Distributions. et applications. Belhassen Dehman. Attention!

Distributions. et applications. Belhassen Dehman. Attention! Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Distributions Convolution des distributions et applications Attention! Ce produit

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

Suites. Chapitre 2. 1 Généralités sur les suites. Sommaire. 1.1 Définition d une suite. 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques

Suites. Chapitre 2. 1 Généralités sur les suites. Sommaire. 1.1 Définition d une suite. 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques Chapitre 2 Suites Sommaire 1 Généralités sur les suites....................................... 1.1 Définition d une suite...................................... 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques..........................

Plus en détail

Simulation des propriétés thermodynamiques du fluide R134a

Simulation des propriétés thermodynamiques du fluide R134a Revue de Energie Renouvelable Vol. 10 N 1 (007) 101 108 Simulation de propriété thermodynamique du fluide R1a D. Diaf et A. Malek Diviion Energie Solaire Photovoltaïque Centre de Développement de Energie

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

1 Modèle de Solow avec Progrès Technique [3 points]

1 Modèle de Solow avec Progrès Technique [3 points] UNIVERSITE de PARIS DAUPHINE Département MIDO - DEMI2E 1 Année 2012-2013 Macroéconomie-Examen de TD Reponable du cour : Martine Carre-Tallon Durée : 1h "Aucun document autorié" 1 Modèle de Solow avec Progrè

Plus en détail

CARACTERISTIQUES D UN ECHANGEUR :

CARACTERISTIQUES D UN ECHANGEUR : CARACTERISTIQUES De échangeurv CARACTERISTIQUES D UN ECHANGEUR : Pour l enemble de l étude, nou partiron d un échangeur alimenté à contre courant (ca le plu courant dan l indutrie. Nou prendron comme référence

Plus en détail

TD9. ENS Cachan M1 Hadamard Exercice 1 Opérateurs compacts et extraction de sous-suites

TD9. ENS Cachan M1 Hadamard Exercice 1 Opérateurs compacts et extraction de sous-suites Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M1 Hadamard 2016-2017 TD9 Exercice 1 Opérateurs compacts et extraction de sous-suites Soient E,F deux espaces de Banach. On note B la boule unité fermée de

Plus en détail

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉRIVABILITÉ 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée 1.1 Définitions et premières propriétés Définition 1.1 Dérivabilité en un point Soient f : I R une application et a I. On dit que f est dérivable

Plus en détail

Chp. 6. Algorithmes de gradient

Chp. 6. Algorithmes de gradient Chp. 6. Algorithmes de gradient Avertissement! C 1 sur Ω. Dans tout ce chapître, Ω désigne un ouvert de IR n, et f une fonction de classe 6.1 Algorithme de gradient à pas fixe L algorithme du gradient

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

FX 24 - EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

FX 24 - EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES Lycée Thiers FX 24 - EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES EDL - 1 Soit n N. Résoudre sur ], + [ l équation différentielle 2t + = t n. Résoudre sur R l équation différentielle ch (t) + sh (t) = 1 1 + t 2. Soit I un

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Capitre : a mécaniue ondulatoire Eercice E. On peut aocier le epreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l epreion p m. Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

Chapitre 4. Séries entières. I. Disque et rayon de convergence

Chapitre 4. Séries entières. I. Disque et rayon de convergence Chapitre 4 Séries entières On appelle série entière réelle (resp. complexe) une série de fonction de la forme a n x n où x est une variable réelle (resp. a n z n où z est une variable complexe). Les nombres

Plus en détail

EPS GROUPE DE REFLEXION DIDACTIQUE. Le Socle Commun

EPS GROUPE DE REFLEXION DIDACTIQUE. Le Socle Commun EPS GROUPE DE REFLEXION DIDACTIQUE Le Socle Commun SOMMAIRE 1) Définition incontournable : la compétence 2) Contat ur la prie en compte du ocle commun dan l académie 3)Hypothèe et olution 4) Importance

Plus en détail

Variables aléatoires réelles

Variables aléatoires réelles 23 Variables aléatoires réelles Pour ce paragraphe, (Ω, B, P est un espace probabilisé. 23.1 Définition et propriétés des variables aléatoires réelles Définition 23.1 On dit qu une application X : Ω R

Plus en détail

Exercices du chapitre XI avec corrigé succinct

Exercices du chapitre XI avec corrigé succinct Exercices du chapitre XI avec corrigé succinct Exercice XI. Soient : 3 2 6 2 A, B et C 2 4 3 3 2 4 4 2 2 x, y, y 2 et z 3. Calculer Ax et Bx, que remarque t-on par rapport à la multiplication usuelle dans

Plus en détail

Résumé de cours sur les équations différentielles.

Résumé de cours sur les équations différentielles. Résumé de cours sur les équations différentielles. Table des matières 1 Préliminaires et vocabulaire 2 2 ED linéaires d ordre 1 à coefficients constants, homogènes 3 2.1 Forme de l équation...................................

Plus en détail

Estimation en ligne par approche algébrique : application au cas des frottements secs

Estimation en ligne par approche algébrique : application au cas des frottements secs Manucrit auteur, publié dan "Sixième Conférence Internationale Francophone d'automatique, Nancy : France (" Etimation en ligne par approche algébrique : application au ca de frottement ec Kaouther IBN

Plus en détail

RAPPORT UIT-R SA Moyens permettant de calculer les caractéristiques statistiques de visibilité des satellites en orbite basse

RAPPORT UIT-R SA Moyens permettant de calculer les caractéristiques statistiques de visibilité des satellites en orbite basse Rap. UIT-R SA.066 1 RAPPORT UIT-R SA.066 Moyen permettant de calculer le caractéritique tatitique de viibilité de atellite en orbite bae (006) TABLE DES MATIÈRES Page 1 Introduction... Pourcentage de temp

Plus en détail

Les codes convolutifs

Les codes convolutifs Codae de canal et turbo-code 3// / Le code convolutif Table de matière Table de matière... Table de fiure.... Introduction.... Structure de code convolutif..... Code convolutif de rendement /n..... Code

Plus en détail